Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Enfance

Lémergence de la politique sociale de l’enfance : des enfants trouvés à l’enfance assistée (1780-1940)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Les Cahiers de la Recherche sur le Travail Social, « Le Social aux prises avec l’histoire II. Enfances (XIXe-XXe siècles) », n° 17/89, Presses universitaires de Caen, 1989, p. 43-54.

Texte intégral

1Quiconque serait plongé brutalement aujourd’hui dans les dernières années de l’Ancien Régime serait particulièrement choqué par le sort réservé aux enfants dans les sociétés urbaines, par la fréquence des abandons de nouveau-nés, par la mortalité infantile effroyable, par l’absence d’un temps spécifique de l’enfance. Banalités sans doute mais qui engagent à reprendre le chemin parcouru en un siècle et demi pour comprendre comment notre rapport à l’enfance a changé et comment les pouvoirs publics, sous l’influence d’une évolution des sensibilités, ont élaboré peu à peu une politique sociale en direction de l’enfance.

  • 1 Bruno Dumons, Gilles Pollet, « L’Histoire des politiques sociales : domaine de l’inconnu », Vie soc (...)

2Nous entendons ici par ce terme de politique sociale l’ensemble des stratégies mises en oeuvre pour améliorer le bien-être des enfants en y incluant aussi bien celles de l’Etat que des autres collectivités publiques (départements ou grandes structures hospitalières). C’est plus à la traduction du terme anglo-saxon « social policy » que nous faisons référence qu’à celle de « social politics1 », même si les grandes idéologies qui traversent le XIXe siècle expliquent ça et là les raisons de l’intervention. S’il est prématuré de parler de « politique de l’enfance » pour la période qui s’achève à la veille de la Seconde Guerre mondiale, car aucun projet global n’est jamais l’objet d’une discussion – sauf en matière scolaire – il est possible de distinguer les jalons dans la législation qui aboutissent à long terme à modifier les conditions de vie de l’enfant.

3Sans vouloir simplifier à l’extrême une évolution qui n’est pas linéaire, qui s’opère avec des décalages chronologiques, géographiques et sociaux, il reste clair que l’intervention sur l’enfance s’est faite dans le sens d’un triple élargissement. D’une part, les enfants étant l’objet d’une sollicitude de la part de la communauté nationale sont de plus en plus nombreux. Cet accroissement quantitatif vient, bien sûr, d’un élargissement des catégories d’enfants prises en charge : d’une « attention » réservée exclusivement aux enfants trouvés, on est passé au principe général d’une allocation distribuée à chaque enfant, même bien inséré dans sa famille. Avant même la mise en place des allocations familiales, la tendance est solidement ancrée. Ce n’est plus seulement l’enfant sans famille qui fait l’objet d’une prise en charge mais « l’enfant », quel que soit son environnement. L’intervention s’est encore élargie dans ses objectifs. Il ne s’agit plus uniquement de lutte contre la mort des nourrissons, dans des buts philanthropiques ou démographiques, ou d’améliorer sa santé, mais de veiller au bien-être moral de l’enfant plus âgé. Après le combat pour la survie du nouveau-né, le but des politiques de l’enfance est de préserver la qualité de leur vie.

4Enfin, dernier mot, les pouvoirs publics s’acheminent vers une prise en charge partielle des enfants en difficulté plutôt que globale. Si les raisons en sont en partie économiques et bien perçues, au moins depuis la Révolution, elles sont renforcées, ici comme ailleurs, par le développement de la notion de prévention.

De l’enfant sans famille à l’enfant dans sa famille

5Bien que pendant des siècles il n’y ait d’autre assistance à l’enfant que celle qui concernait les pauvres en général, peu à peu apparaît la spécificité des problèmes qu’elle pose à la société.

  • 2 Procès-verbaux et Rapports du Comité de mendicité de la Constituante (1790-1791), publiés et annoté (...)

6Ce sont les enfants trouvés qui, les premiers, mobilisent l’attention des pouvoirs publics. Certes, pendant des siècles, « la barbare insouciance du Gouvernement2 », jointe à une résignation générale, n’avait guère pris en compte un phénomène pourtant massif. Qu’ils soient laissés mourants sur les trottoirs de Paris et des grandes villes du royaume ou mutilés pour devenir mendiants professionnels au service d’individus sans scrupules, leur sort n’émouvait guère. Aussi l’action d’un saint Vincent-de-Paul est-elle significative d’une démarche qui sera à l’origine d’une des premières mesures spécifiques à l’égard de l’enfance. Louis XIII lui fournit le château de Bicêtre, et en signant un édit revêtu de lettres patentes pour créer officiellement l’établissement des Enfants trouvés de Paris, Louis XIV conforte une initiative privée et engage à son tour l’autorité du prince dans un grand et nouveau combat. L’Ancien Régime organise ainsi un premier sauvetage non dénué d’arrières-pensées. On souhaitait puiser parmi les enfants trouvés de futurs hommes de troupe, des colonisateurs de terres lointaines ou encore des remplaçants aux enfants de familles désireuses d’échapper à la milice.

7Au même moment, partout en France, s’ouvrent de grands hospices ayant au moins une section spécialisée dans l’accueil des enfants trouvés.

  • 3 Idem, p. 318.

8La Révolution conforte ces options. Quand le Comité de mendicité de la Constituante déclare : « les enfants qui ont droit à l’assistance de la société semblent devoir être l’objet de ses premières méditations3 », elle songe encore et avant tout aux enfants sans famille. L’instauration de l’adoption est une nouveauté juridique mais la législation en faveur de l’enfance, par ailleurs, ne change guère. Certes, la loi du 28 juin 1793 était prémonitoire. L’article premier ne disait-il pas : « Les pères et mères qui n’ont pour toute ressource que le produit de leurs travaux ont droit aux secours de la Nation, toutes les fois que le produit de ce travail n’est plus en proportion avec les besoins de leur famille », en prévoyant un secours pour le troisième enfant ? Mais comme grande partie de la législation de 93, elle est restée lettre morte. Quelques années plus tard, le décret de 1811 ne concerne toujours que « les enfants trouvés ou abandonnés et les orphelins pauvres ». Il faut dire que l’ampleur des secours à organiser est telle qu’il faut dégager des priorités car la pratique de l’abandon ne cesse de croître jusqu’à la monarchie de Juillet. Au début des années 1830, qui enregistrent des records absolus, 35 000 enfants trouvés viennent chaque année grossir les rangs des enfants élevés sous la tutelle des hospices. Le phénomène est général, et s’il affecte les grandes villes comme Paris et Lyon, qui recueillent chaque année plusieurs milliers de bébés, il n’épargne aucun département, même rural.

  • 4 Yannick Marec, « Enfants abandonnés, société et politiques sociales à Rouen au XIXe siècle », Etude (...)
  • 5 Léon Lallemand, Histoire des enfants abandonnés et délaissés. Etudes sur la protection de l’enfance (...)

9Aussi, cherchant à dépasser le simple accueil de tous ces enfants, administrateurs d’hospice et philanthropes commencent à s’interroger sur les moyens de prévenir l’abandon. Ces préoccupations retentissent en haut-lieu. L’instruction du 8 février 1823 essaie de réprimer les abus dans les admissions, mais elle maintient le tour, codifié en 1811, de plus en plus fréquemment accusé, en favorisant l’anonymat, d’encourager l’abandon4. La circulaire ministérielle de 1827 organise, elle, le déplacement des enfants trouvés, destiné à décourager les parents d’abandonner leur progéniture puisque désormais ils en perdront la trace. 32 000 enfants sont alors déplacés entre 1830 et 1838, sur les 150 000 que gèrent alors les différents hospices5.

  • 6 Idem, p. 322.
  • 7 Dominique Dessertine, « Le Service des enfants assistés », Analyse quantitative de l’économie franç (...)

10C’est du côté des préfets et des conseils généraux que, peu à peu, se trouvent d’autres solutions, estimées moins coûteuses. Puisqu’il est démontré que la plupart des enfants abandonnés ont pour mères des femmes célibataires, en distribuant aux filles-mères des secours temporaires, on les encouragera à élever elles-mêmes leurs enfants. La pratique est généralisée sous le Second Empire, puisque la Statistique générale de la France publie régulièrement, à partir de 1854, le montant des sommes ainsi attribuées par les services d’enfants assistés des hôpitaux. Ces secours à domicile, désignés fréquemment sous le terme de secours aux filles-mères6, concernent déjà, sous le Second Empire, un enfant sur cinq pris en compte par le service des enfants assistés. Peu à peu, des enfants légitimes sont admis à en bénéficier, ce qui explique que leur part ne cesse d’augmenter. En 1935-38, près de 60 000 enfants les perçoivent, alors que les enfants trouvés, abandonnés et orphelins sont à peine deux fois plus nombreux7. Ainsi s’est largement étoffée la communauté enfantine objet d’un soutien pécuniaire des pouvoirs publics (les services d’enfants assistés ont été départementalisés en 1869).

11Sous la Troisième République, le champ de l’intervention s’élargit encore. Il ne s’agit plus seulement de recueillir des enfants sans parents ou de prévenir l’abandon par les mères célibataires. II faut encourager la natalité tout en venant en aide aux familles les plus pauvres. La loi du 14 juillet 1913 sur l’assistance aux familles nombreuses, qui entre en application le ler mars 1914, accorde une allocation mensuelle à partir du quatrième enfant. Variable selon les départements et modeste, mais équivalente dans les faits au moins au tiers du coût d’un enfant assisté, elle est limitée aux enfants des familles de nationalité française. En 1935-36, 82 000 enfants en bénéficient, auxquels viennent s’ajouter encore 24 000 enfants dont les parents reçoivent des allocations au titre de la loi de 1922 sur l’encouragement aux familles nombreuses.

12Ainsi, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, si l’Assistance publique stricto sensu prend en charge quelques 120 000 enfants trouvés, abandonnés et orphelins, 164 000 autres reçoivent des allocations diverses de I’État, des communes et des départements. L’enfant sans famille n’est plus le seul objet des mesures concernant l’enfance. Peu à peu, tous les enfants sont pris en compte.

Du nouveau-né en danger de mort à l’enfant en danger moral

  • 8 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, les Belles Lettres, 1970, p. 116-140.

13Dès la fm du XVIIIe siècle, la surmortalité infantile est perçue comme un scandale8. Celle des enfants assistés qui font l’objet des premiers regards politiques est dénoncée en premier lieu. Sous la Révolution, on reproche aux hospices de négliger leur responsabilité.

Une fois déposés dans les hospices qui leur étaient destinés, l’État cessait de s’en occuper. Jetés au hasard et répandus ça et là dans les campagnes, sans surveillance, sans intérêt, livrés à des nourrices mercenaires que l’appât même du gain n’attachait pas à leur conservation, ces malheureux enfants périssaient, dévorés dès les premiers jours par une effrayante mortalité.

14Ce tableau brossé par le Comité de mendicité de la Constituante est encore pertinent trente ans plus tard puisque le docteur Villermé dénonce à nouveau le régime imposé aux enfants par les hôpitaux :

  • 9 Cité dans Marie-Claude Murtin, L’Enfance abandonnée dans l’Ain pendant la première moitié du XIXe s (...)

Si les résultats d’hospices d’enfants trouvés devaient être toujours aussi désastreux, il a eu raison celui qui a osé écrire qu’on pourrait mettre au-dessus de la porte de ces maisons : “Ici on fait mourir les enfants aux frais du public”9.

Les chiffres lui donnent raison. 90 % des enfants confiés aux hôpitaux meurent avant sept ans, la plupart dans leur première année.

  • 10 Yves Lequin, Histoire des Français, XIXe-XXe siècles, tome 1, Un peuple et son pays, p. 308 (M. GAR (...)

15Les enfants trouvés ne sont pas les seuls à payer un tel tribut à la mort. Partout, la mortalité infantile fait des ravages. Jusqu’en 1880-85, à cinq ans, les enfants survivants d’une classe d’âge ne représentent que 650 à 700 des 1 000 enfants nés vivants, c’est-à-dire que quelque 300 à 350 enfants ont disparu avant cet âge10. Bien que des différences importantes existent selon les milieux sociaux, l’hécatombe est dramatique. Elle est due aux multiples fièvres qui déciment les bébés dont les diarrhées restent la première cause de décès. Mais s’y ajoutent la variole, la rougeole et surtout la diphtérie. Tous les enfants, en outre, sont menacés par la mise en nourrice, même de la part de leurs propres parents. La tradition de faire nourrir son bébé à la campagne par une nourrice mercenaire est bien implantée au XVIIIe siècle dans les milieux urbains. Au début du XIXe siècle, le discours rousseauiste n’a pas encore fait beaucoup d’émules, même dans le corps médical, toujours sensible au mythe de l’air pur de la campagne et quantité de petits citadins quittent ainsi, aux premiers jours de leur vie, le sein maternel et leur maison natale.

16Cette situation est jugée de plus en plus inacceptable. D’une part, le XIXe siècle découvre l’enfance ainsi que la littérature en témoigne. D’autre part, et le fait est encore plus important pour expliquer une réflexion politique, la démographie française est en perte de vitesse. Le malthusianisme, amorcé dès le XVIIIe siècle, se diffuse largement. La France, réputée pour être le pays le plus peuplé d’Europe au XVIIIe siècle, connaît un ralentissement spectaculaire de sa croissance (3 pour mille contre 10 pour mille en Allemagne). Or, au lendemain de la guerre de 1870, chacun envisage la revanche et le pays ne veut plus se permettre de laisser ainsi disparaître quelques 40 % d’une classe d’âge avant l’âge adulte. Il lui faut amorcer une politique sanitaire et protéger les rares bébés que lui donnent encore les Français.

  • 11 Recueil des testes officiels concernant la protection de la santé publique, présenté par le Dr G. I(...)

17Deux grandes lois, sous la Troisième République, engagent l’État dans la protection de la vie des petits. La loi du 23 décembre 1874, dite loi Roussel11, s’attaque à la plaie que constitue la mise en nourrice. L’article premier résume ses finalités :

Tout enfant, âgé de moins de deux ans, qui est placé moyennant salaire, en sevrage ou en garde hors du domicile de ses parents devrait, par ce fait, faire l’objet d’une surveillance de l’autorité publique, ayant pour but de protéger sa vie et sa santé.

18Un comité supérieur de protection des enfants du premier âge est institué au ministère de l’Intérieur, amorçant un des services de ce qui sera, au lendemain de la Première Guerre, le ministère de la Santé. Cette loi est importante parce que, tout en instituant un contrôle sur les nourrices, elle admet que c’est l’enfant qui doit être surveillé, suspectant la qualité de la vigilance familiale et la doublant d’un contrôle officiel.

  • 12 Idem, tome V, présenté par le Dr Bourguin et Madame LE Bas, Paris, Imprimerie nationale, 1944, p. 1 (...)

19La seconde loi institue l’assistance aux femmes en couches. C’est la loi Strauss du 17 juin 191312. Toujours réservée aux femmes françaises, cette loi les autorise à s’absenter quatre semaines après leur accouchement ou même avant si elles peuvent justifier par certificat médical « qu’elles ne peuvent continuer à travailler sans danger pour elles-mêmes ou pour l’enfant ». 40 % des femmes qui accouchent en France à la veille de la Seconde Guerre mondiale bénéficient de cette assistance qui se matérialise par des indemnités journalières et une allocation supplémentaire en cas d’allaitement, à partir de la loi du 24 octobre 1919.

  • 13 Yves-Marie BERCÉ, Le Chaudron et la Lancette, croyances populaires et médecine préventive (1798-183 (...)
  • 14 Claude Fohlen, « Révolution industrielle et travail des enfants », Annales de démographie historiqu (...)
  • 15 Le Travail des enfants à Lyon et dans le département du Rhóne au XIXe siècle, dossier présenté par (...)

20S’il n’est pas toujours facile de démêler le rôle joué par cette législation, car il faut tenir compte aussi de l’amélioration générale du niveau de vie, des progrès de l’hygiène (utilisation du biberon stérilisé, alimentation au lait bouilli), toujours est-il que la mortalité infantile marque le pas à la fin du XIXe siècle. La politique sanitaire connaît malgré tout bien des blocages. La vaccination qui a fait ses preuves depuis 1796 tarde à devenir obligatoire (1902) parce que l’État répugne à imposer sa volonté à celle du père13. Il n’empêche que sans l’appui de l’État, ni même des conseils généraux qui tardent à prendre en compte la santé publique, dès le Second Empire, près des trois quarts des nourrissons sont vaccinés avec succès. Une fois sauvés, ces bébés qui grandissent deviennent des enfants qui, à leur tour, vont rentrer dans le champ d’observation des philanthropes et préoccuper le législateur. L’enfant au travail, bien accueilli au début du XIXe siècle14, quand il peut se rendre utile dans les manufactures où la mécanisation et la vapeur ne rendent plus nécessaire le recours à la force physique, est bientôt perçu comme un être sacrifié. Il faut le protéger, même contre sa famille, à qui il fournit un salaire d’appoint. Au milieu du XIXe siècle, un ouvrier sur dix serait un enfant, c’est dire l’ampleur du problème15.

21Les premiers à s’insurger contre le travail des enfants sont les cotonniers mulhousiens. L’enquête du docteur Villermé contribue à populariser les thèses tendant à limiter le temps d’activités salariées des enfants. L’argument fondamental opposé à toute législation en ce domaine est, comme dans le cas de la vaccination obligatoire, celui de la puissance paternelle. La loi de 1841 passe outre et interdit le travail aux moins de huit ans mais, faute de se donner les moyens de son application, elle reste un vœu pieux et il faut attendre 1874 pour que soit votée enfin une loi efficace, qui interdit le travail aux moins de douze ans et instaure un corps spécial d’inspecteurs pour faire appliquer ses dispositions. La Troisième République définit ainsi un temps de l’enfance, qui s’arrête à douze ans et qui ne peut être consacré à d’autres activités qu’à celles de l’étude, d’où les textes consacrés à l’instruction obligatoire. Il faut surtout remarquer que la première loi tentant à ériger des règles dans le contrat de travail considéré jusque là comme étant de la seule volonté des parties contractantes, a eu pour mission de protéger l’enfant. C’est en sa faveur que s’est opérée la première intervention de l’État dans le monde du travail.

  • 16 C.M. Pellerin, « Le Père déchu, débats autour de la loi du 24 juillet 1889 », Centre de recherche p (...)

22Toute cette législation remet en cause l’autorité du père. Elle trouve son aboutissement avec la loi de 1889 sur les enfants moralement abandonnés qui institue la déchéance paternelle dans les cas où l’enfant est en danger du fait même de sa famille, incompétente, négligente ou susceptible de porter atteinte à son développement et de le laisser évoluer vers la criminalité. L’urbanisation, l’industrialisation, ont jeté sur le pavé des villes des enfants inoccupés pendant le travail de leurs parents ou fragilisés par une vie mal enracinée. La sensibilité de l’époque développant la sphère du privé supporte de plus en plus mal ces bandes d’enfants errants et dénonce une « criminalité juvénile » sans cesse accrue. Ces enfants, danger pour eux-mêmes et pour la société, doivent être rééduqués, au besoin sans l’assentiment, ou contre le gré, de leurs parents. Le statut du père n’est plus inaliénable s’il n’est justifié par l’accomplissement d’un certain nombre de devoirs, qui consistent certes à nourrir l’enfant, mais aussi à lui inculquer les principes qui lui permettront plus tard de trouver sa place dans la société. Cette loi, symboliquement, marque une rupture : désormais, l’assistance publique peut prendre en tutelle des enfants pourvus d’une famille. L’État ne se charge plus seulement de sauver l’enfant de la mort, mais s’estime en droit de lui donner l’éducation minimum que la famille défaillante lui refuse. Souhaitée même par les institutions d’assistance privée et chrétienne16, cette loi républicaine confie à l’assistance publique une tâche nouvelle : se substituer au père vivant et non plus remplacer le père défunt, s’engager à une tâche éducative et non seulement nourrir.

L’intégration des enfants marginaux : de la famille nourricière à l’internat et à la famille naturelle

23Les solutions apportées à la prise en charge des enfants marginalisés, par leur naissance ou plus tard, au XIXe siècle par leurs familles et le regard porté sur ces dernières, révèlent combien est lente la prise de conscience d’une spécificité de l’enfance et combien pèsent lourdement sur les politiques les pratiques ancestrales et les réalités socioéconomiques.

24Nous l’avons vu, les enfants abandonnés sous l’Ancien Régime, une fois recueillis par les hospices d’enfants trouvés, étaient envoyés en nourrice. C’est dire que ceux-ci, loin d’organiser sur place leur prise en charge, déléguaient leurs responsabilités aux familles paysannes. Aussi choquantes qu’apparaissent aujourd’hui ces pratiques qui entraînaient la mort presque immédiate de multitudes de nourrissons transportés à un jour ou deux à plusieurs lieues de leur lieu de naissance et par tous les temps, il faut bien rappeler qu’elles n’étaient pas réservées aux seuls enfants sans parents puisqu’elles ont concerné aussi les enfants légitimes. Certes, les enfants des hôpitaux étaient plus mal lotis que les autres, puisque c’est eux qui furent conduits dans les villages les plus reculés pour laisser place aux enfants légitimes dans les campagnes des couronnes urbaines. Leur pension, moins élevée, ne leur donnait pas les meilleures nourrices. La croyance en leur nature pervertie par l’héritage des parents jugés sévèrement n’était pas faite pour leur attirer des soins particulièrement attentifs.

  • 17 Op. cit., note 2, p. 580 à 630.
  • 18 Jean-Pierre Aguerre, Hohl, L’Apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, mémo (...)

25À l’âge de sept ans, ces enfants regagnaient leur hospice de tutelle ou etaient confiés statutairement à un autre établissement. À Lyon, par exemple, ils passaient de l’Hôtel-Dieu à la Charité. Les enfants légitimes, eux, rentraient sensiblement au même âge. Ils se mêlaient dès lors aux tâches parentales quand ils ne fréquentaient pas les petites écoles ouvertes ça et là depuis le XVIIe siècle. Les enfants trouvés restaient, eux, dans l’enceinte hospitalière, ils étaient nourris, mal, et aucun projet d’avenir ne leur était proposé la plupart du temps. Le Comité de mendicité de la Constituante dénonce l’inactivité qui règne chez les petits garçons de la maison Saint-Antoine, gérée par l’hospice des Enfants trouvés de Paris, et les débouchés limités à la domesticité. On se contente d’héberger, de nourrir sans projet éducatif. À l’hôpital du Saint-Esprit, destiné aux orphelins légitimes, on diffuse une instruction religieuse mais la formation est inexistante, l’âme comptant plus que le devenir terrestre. Encore heureux quand les enfants ne sont pas, comme à Bicêtre, ou à la Salpétrière, mêlés à des malades adultes gravement atteints ou consacrés à un travail épuisant et peu formateur17. Certains hôpitaux, tels la Charité de Lyon, organisent un apprentissage chez des maîtres artisans, mais les enfants n’y sont placés qu’à quatorze ans en moyenne18 et, en attendant, ils vaquent à des occupations mal définies.

26Ainsi peut-on résumer l’attitude traditionnelle des pouvoirs face aux enfants marginaux : on se débarrasse d’eux dans des familles nourricières et, si la mort ne les décime pas, leur meilleure chance d’insertion est celle de l’entrée dans la communauté villageoise de leur enfance, en particulier par le mariage, du placement comme domestique en ville ou, plus sécurisant, pour les filles surtout, l’entrée dans la communauté de l’hospice. L’enfance n’est pas investie d’une valeur en soi ou porteuse d’avenir. Elle est un stade de la vie plutôt encombrant et sans grand intérêt.

  • 19 Refuge Saint-Joseph, compte rendu de l’exercice de l’année 1845, Lyon, Imprimerie Périsse, 14 p.
  • 20 Henri Gaillac, Les Maisons de correction (1830-1945), Vaucresson, 1971, p. 181-182.
  • 21 Dominique Dessertine, « La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance. L’assistance à l’enfan (...)

27Au XIXe siècle, le regard sur cet âge change. La pression des faits pousse à des solutions nouvelles, d’autant que le monde du travail évolue aussi. Moins touchés par la mort et surtout de plus en plus errants, le nombre d’enfants vivant sur les franges de la légalité pose des problèmes grandissants. Sous la Restauration et la monarchie de Juillet, préoccupées de les sauver du péché et des dangers de la ville, naissent de multiples « Providences », surtout destinées aux filles. Le climat religieux en ces lendemains révolutionnaires oriente la vie de ces communautés vers un travail social en direction de l’enfance avec des solutions nouvelles. Sans doute premier en date, l’abbé Joseph Rey fonde à Oullins, près de Lyon, le refuge Saint-Joseph, destiné à donner « l’instruction chrétienne, l’instruction industrielle ou agricole aux jeunes garçons vagabonds, corrompus ou délaissés19 » plutôt centrée sur le travail de la soie. Parallèlement se développe un mouvement en faveur des enfants en prison qui aboutit à la loi du 5 août 1850 consacrée à l’éducation et au patronage des jeunes détenus. Cette loi légalise, en fait, les colonies agricoles créées sous la monarchie de Juillet par des philanthropes désireux, comme Demetz, à Mettray, la plus célèbre d’entre elles, d’assurer la rééducation des enfants. Croyant en la vertu de la vie à la campagne, loin des villes corruptrices, elles ne reçoivent pas seulement des enfants condamnés, mais aussi tous ceux qui, acquittés pour avoir agi sans discernement (art. 66 du Code pénal) y sont placés par les juges jusqu’à leur majorité. Privées ou dépendant de l’administration pénitentiaire, ces colonies « accueillent » en permanence deux à trois mille garçons20 jusqu’à la première guerre mondiale. Ces internats ne coûtent pas cher car ils vivent, en grande partie en autarcie, sur le domaine mis en valeur pas les enfants. L’histoire de ces établissements et de leurs populations reste encore largement à découvrir. Mais ce qu’il importe de souligner ici, c’est la naissance d’un modèle de rééducation qui va se pérenniser, centré sur la vie collective, la discipline militaire, le travail. Même si, sous la Troisième République, une nouvelle vague de fondations se réclamant de la laïcité et favorables à une formation industrielle des enfants, ne diffère pas toujours fondamentalement dans les faits21. L’assistance et la répression restent mêlées.

  • 22 Titre de l’ouvrage publié sous la direction de Michelle Perrot en 1980.

28Pourtant, soit échec relatif des institutions mises en place, soit insuffisance de leur capacité d’accueil (à rapprocher de l’« impossible prison22 »), d’autres solutions, orientées vers la prévention, sont encouragées par la législation. La loi de 1912 sur la liberté surveillée engage un premier processus de « traitement » hors internat de l’adolescent menaçant l’ordre social et une amorce de réhabilitation de la famille comme milieu de vie incontournable de l’enfant. Le dernier jalon de ce mouvement est promu par les décrets-lois de 1935 qui, instaurant l’assistance éducative, tendent à voir dans la famille défaillante une famille démunie et non coupable, comme en 1889. Ainsi, à la prise en charge totale de l’enfant, le législateur préfère désormais une intervention ponctuelle, moins lourde socialement.

29Après la famille nourricière, l’internat ou la colonie pénitentiaire, s’opère dès avant la guerre, au niveau des textes au moins, un retour en force en direction de la famille naturelle. Il ne saurait être question de lire dans ce mouvement une influence des théories psychanalytiques car, dans les années trente, la médicalisation des institutions d’assistance/répression de l’enfance n’est qu’à peine amorcée et encore lointaine l’arrivée des psychiatres et psychologues professionnels.

30Grossière, rapide, schématisée à l’extrême, cette évolution des prises en charge sociales de l’enfance l’est bien évidemment. Il ne faudrait surtout pas croire qu’une forme d’intervention chasse la précédente. Qu’il suffise de rappeler que le recours aux familles paysannes pour le placement des enfants privés de soutien de leur famille a survécu bien largement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

31Ce survol rapide voudrait surtout souligner combien toute politique sociale de l’enfance n’est pas seulement tributaire d’un regard et d’une volonté mais aussi de tout un contexte démographique et économique parce que dans ce domaine, plus que dans d’autres, les pratiques venues d’initiatives privées et/ou héritées du passé rendent autant compte des réalités que les textes réglementaires.

Notes

1 Bruno Dumons, Gilles Pollet, « L’Histoire des politiques sociales : domaine de l’inconnu », Vie sociale, 5/87, p. 231-239.

2 Procès-verbaux et Rapports du Comité de mendicité de la Constituante (1790-1791), publiés et annotés par Camille Bloch et Alexandre Tuetey, Paris, Imprimerie nationale, 1911, p. 347.

3 Idem, p. 318.

4 Yannick Marec, « Enfants abandonnés, société et politiques sociales à Rouen au XIXe siècle », Etudes normandes, n° 2, 1988, p. 41.

5 Léon Lallemand, Histoire des enfants abandonnés et délaissés. Etudes sur la protection de l’enfance aux diverses époques de la civilisation, Paris, Picard, Guillaumin, 1885, p. 288.

6 Idem, p. 322.

7 Dominique Dessertine, « Le Service des enfants assistés », Analyse quantitative de l’économie française, santé publique, hospitalisation et assistance (1800-1940), Rapport dactyl. au ministère de la Recherche et de la Technologie, Centre Pierre Léon, juin 1985, p. 169-202.

8 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, les Belles Lettres, 1970, p. 116-140.

9 Cité dans Marie-Claude Murtin, L’Enfance abandonnée dans l’Ain pendant la première moitié du XIXe siècle, D.E.S., dactyl., Faculté des Lettres de Lyon, 1962, 101 p. (sous la direction de Richard GASCON).

10 Yves Lequin, Histoire des Français, XIXe-XXe siècles, tome 1, Un peuple et son pays, p. 308 (M. GARDEN).

11 Recueil des testes officiels concernant la protection de la santé publique, présenté par le Dr G. Ichok tome III (1871-1900), Paris, Imprimerie nationale, 1939, p. 43-46.

12 Idem, tome V, présenté par le Dr Bourguin et Madame LE Bas, Paris, Imprimerie nationale, 1944, p. 197-198.

13 Yves-Marie BERCÉ, Le Chaudron et la Lancette, croyances populaires et médecine préventive (1798-1830), Paris, Presses de la Renaissance, 1984, p. 83. Pierre Darmon, La longue traque de la variole, les pionniers de la médecine preventive, Paris, Perrin, 1985, p. 382-383.

14 Claude Fohlen, « Révolution industrielle et travail des enfants », Annales de démographie historique, 1963.

15 Le Travail des enfants à Lyon et dans le département du Rhóne au XIXe siècle, dossier présenté par Henri Pansu, Archives du Rhône, Service éducatif, sans date (197 ?).

16 C.M. Pellerin, « Le Père déchu, débats autour de la loi du 24 juillet 1889 », Centre de recherche politique, vol. 9, 1979, Université de Nantes, Faculté de droit et de sciences politiques, p. 141-166.

17 Op. cit., note 2, p. 580 à 630.

18 Jean-Pierre Aguerre, Hohl, L’Apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise dactyl., Lyon, Université Lyon 2, Centre Pierre Léon. 1976, 252 p.

19 Refuge Saint-Joseph, compte rendu de l’exercice de l’année 1845, Lyon, Imprimerie Périsse, 14 p.

20 Henri Gaillac, Les Maisons de correction (1830-1945), Vaucresson, 1971, p. 181-182.

21 Dominique Dessertine, « La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance. L’assistance à l’enfance entre l’innovation et la tradition », Colloque d’histoire de la Sécurité sociale, Lyon, 1987.

22 Titre de l’ouvrage publié sous la direction de Michelle Perrot en 1980.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search