Versione classicaVersione mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Introduction

L’itinéraire d’une historienne

Olivier Faure

Testo integrale

  • 1 Pierre Léon, Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1815- 1914), Ly (...)
  • 2 À l’exception du contrat avec les Laboratoires Boiron conclu par : Olivier Faure (dir.) Praticiens, (...)
  • 3 Maurice Garden, Dominique Dessertine, Olivier Faure, Analyse quantitative de l’économie française : (...)
  • 4 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose (1900-1940), Lyon, PUL, 1988, 244 p.
  • 5 Olivier Faure, Dominique Dessertine, La maladie entre libéralisme et solidarités (1850-1940), Paris (...)
  • 6 Olivier Faure, Dominique Dessertine, (avec la collaboration de Bernard Maradan et Jean-Jacques Mila (...)
  • 7 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La mutualité de la Loire face aux défis : e (...)
  • 8 La mémoire de la mutualité de la Loire, Lyon, Centre P Léon, 34 p. dactyl.
  • 9 Olivier Faure, Dominique DESSERTINE, Histoire des cliniques privées : deux siècles de succès, Renne (...)

1Si le nombre de contributions (pas moins de 20) ici rassemblées témoigne de la fécondité de la carrière de chercheur de Dominique Dessertine, leur présentation en masque la profonde unité thématique et méthodologique sur laquelle je voudrais insister. Avant cela, il faut savoir que ce recueil d’articles ne dit-il rien des autres activités qu’elle a menées au sein du monde de la recherche. Au moment où elle fut recrutée comme ingénieur d’étude parce que (déjà faute de postes de chercheurs), les laboratoires d’histoire étaient rarissimes et leur fonctionnement largement improvisé. Au milieu des années 1970, au moins pour les étudiants dont j’étais, Dominique Dessertine incarnait le Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise fondé en 1964 par Pierre Léon (1914-1976). C’était elle qui gérait la bibliothèque, recevait les lecteurs et les guidait dans leurs recherches. Pourtant, bien d’autres tâches l’occupaient. En ce temps, les ingénieurs d’études étaient affectés à un professeur qu’ils assistaient dans leurs recherches. Dans ce cadre, elle eut à dépouiller le massif corpus des déclarations de succession lyonnaises qui servirent à Pierre Léon pour rédiger son ouvrage consacré à la fortune à Lyon au XIXe siècle (1974)1. Dans la suite de sa carrière, Dominique Dessertine, qui par excessive modestie ne voulut jamais tenter d’obtenir le statut de chercheur, continua toujours à travailler à des entreprises collectives même si ce fut d’une façon plus visible qu’à ses débuts. Ce fut le cas lors de la table ronde sur les quartiers urbains. De façon plus durable, elle fut aussi largement mobilisée par les travaux d’histoire de la santé. Sous l’impulsion de Maurice Garden, dont je fus le continuateur en ce domaine, le Centre d’histoire économique et sociale (devenu centre Pierre Léon en 1976) inscrivit en effet au début des années 1980 l’histoire de la santé et de l’assistance au rang de ses axes de recherches. Bien avant que l’ANR n’existe, cet axe fonctionna largement par réponses à des appels d’offre auxquels participa toujours Dominique Dessertine2. Après une enquête quantitative sur la santé publique, l’hospitalisation et l’assistance commanditée par le ministère de la recherche et de la technologie, conclue par un rapport de recherche demeuré inédit et dans lequel Dominique Dessertine se chargea déjà de la partie sur les enfants assistés3, vint une enquête financée par le Commissariat général au Plan sur la lutte contre la tuberculose dont est issu le livre « Combattre la tuberculose » publié en 19884. Après un contrat passé avec la Mission expérimentation recherche du ministère des Affaires sociales sur le financement du risque maladie5, et une autre recherche financée par le Programme Rhône-Alpes en sciences humaines6 vinrent deux autres contrats avec la Mutualité de la Loire qui donnèrent lieu à la fois à un ouvrage cosigné7 et à un recensement des archives et du patrimoine des petites sociétés de secours mutuels encore très nombreuses il y a quelques années seulement8. Les bannières, draps mortuaires furent repérés, inventoriés et une grande partie transférés au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne. Les articles rassemblés ici dans la partie santé témoignent de la part personnelle originale prise par Dominique Dessertine au sein de cette œuvre largement écrite à deux mains. Enfin, la dernière contribution des articles sur la santé, et la plus récente, est le prolongement de l’ouvrage consacré à l’histoire des cliniques privées que nous venons de terminer9.

  • 10 Dominique Dessertine, Divorcer à Lyon sous la Révolution et l’Empire, Lyon, PUL, 1981, 394 p.
  • 11 Dominique Dessertine, « L’alphabétisation dans le département du Rhône au début du XIXe siècle », B (...)

2Si Dominique Dessertine a toujours été un coéquipier parfait, elle a pu et su aussi construire une œuvre scientifique entièrement personnelle. En effet, dès le début, les directeurs successifs des centres de recherche auxquels elle a appartenu, Pierre Léon, Maurice Garden, Yves Lequin, Serge Chassagne, pour le Centre Pierre Léon, Jean-Luc Pinol pour le laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA créé en 2003) ont su déceler les qualités de chercheur de Dominique Dessertine et lui ont permis de les manifester dans une œuvre personnelle. À relire l’ensemble des articles, il apparaît que les thèmes qu’elle a choisis par ont pour objet la famille avec en son sein une nette préférence pour l’enfance et l’adolescence au tournant des XIXe et XXe siècles. Logiquement, elle a abordé la famille par l’acte qui le constitue mais, habilement, elle a préféré le divorce au mariage, le premier en apprenant beaucoup sur le second. Fortement marquée par la démographie historique, Dominique Dessertine soutint très vite une thèse sur le divorce à Lyon sous la Révolution, sujet jusque là délaissé par les historiens et peu repris par la suite10. Elle a donc bien fait de faire paraître ici un article sur ce thème. Les hypothèses originelles n’ont rien perdu de leur force. La législation sur le divorce est une véritable révolution qui introduisit l’égalité entre les hommes et les femmes, les pauvres et les riches. Si la course au divorce ne fut pas durable et ne fit souvent qu’entériner les séparations, le recours à cette disposition juridique eut tendance à s’acclimater dans la société suscitant l’inquiétude des autorités et révélant l’exigence croissante pour un mariage où les deux époux ne devaient pas seulement se supporter mais être en communion. Il n’y a malheureusement pas de trace dans ce volume de l’enquête exemplaire menée par Dominique Dessertine sur l’alphabétisation dans le département du Rhône au début du XIXe siècle qui fit l’objet d’un numéro spécial du Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale11 et eut les honneurs des pages bleues des Annales qui distinguaient les meilleures publications.

  • 12 RHEI, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière créée en 1998.
  • 13 Je me permets de renvoyer à ma préface à Dominique Dessertine, Bernard Maradan, L’âge d’or des patr (...)

3Il n’empêche que Dominique Dessertine a peut être bien fait de délaisser ce dernier champ de recherche pour lequel les bras ne manquaient pas. Elle sut dégager à Lyon son propre thème, celui de la prise en charge de l’enfance et de la jeunesse hors du milieu scolaire. Bien sûr, là aussi l’aventure n’a pas été purement individuelle. Dominique Dessertine travaille en plein accord avec la Revue de l’enfance irrégulière12 dont elle est une des chevilles ouvrières. Nombre d’articles rassemblés ici sont aussi issus de recherches menées dans le cadre d’appels d’offre passés par le ministère de la Justice ou celui de la Solidarité. Enfin, il ne faut pas oublier que sur ce plan, comme sur celui de la santé, le travail fut aussi mené en étroite harmonie avec son mari, l’historien Bernard Maradan (1946-2000), bien trop précocement disparu, et auquel je tiens à rendre un hommage hélas posthume13.

  • 14 Catherine Rollet-Echalier, La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République(...)

4N’étant pas juge et partie, contrairement au domaine de la santé, je me permettrai d’indiquer ce en quoi l’œuvre de Dominique Dessertine me paraît novatrice en matière d’histoire de l’enfance. En effet, l’enfance et la jeunesse constituent le thème de prédilection de l’auteur au point que plusieurs contributions placées dans le volet santé (l’article sur les écoles de plein air) ou le volet société (l’article sur « la franc-maçonnerie et le monde ouvrier » décrit en fait la Société de patronage des enfants pauvres) traitent aussi de l’enfance. Si la politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République est bien connue depuis la thèse de Catherine Rollet14, celle qui concerne les enfants plus âgés était relativement délaissée lorsque Dominique Dessertine l’aborda, sauf bien sûr en ce qui concerne le monde scolaire et para scolaire. Pour résumer son œuvre en la matière, je dirais volontiers qu’elle se consacre à l’histoire des initiatives qui visent à protéger les enfants et les jeunes en danger ou en danger de l’être. Travaillant sur le droit, ce que les historiens ont trop souvent négligé de faire, Dominique Dessertine, avec d’autres, met bien en évidence le paradoxe qui au tournant des XIXe et XXe siècles consiste à confondre de plus en plus les enfants coupables et les enfants victimes. Déjà arrachés aux prisons ordinaires pour être détenus dans des colonies pénitentiaires (1850), les premiers peuvent de plus en plus – et sont de plus en plus – confiés à l’Assistance publique ou à des institutions privées agréées, chargées de les éduquer. De leur côté, les enfants victimes de mauvais traitements ou d’une éducation familiale par trop déficiente peuvent être confiés aux mêmes institutions. Derrière cette convergence, se lit la hantise de voir les enfants, qui ont désormais échappé à la mort prématurée, sombrer dans la délinquance et la marginalité. Cette obsession est si forte qu’elle va jusqu’à passer outre la sacro sainte autorité parentale si celle ci est considérée comme néfaste à une éducation correcte de l’enfant.

5En bonne historienne de terrain, Dominique Dessertine ne se contente pas de cette lecture historique du droit. La plupart des articles et des ouvrages rédigés en parallèle ont pour objet l’analyse des institutions et des populations concernées par ces dispositifs. Très logiquement elle s’est d’abord consacrée aux tribunaux dans les archives desquels elle n’a pas hésité à se plonger. On s’y aperçoit que la loi de 1889 n’a qu’une application limitée (800 dossiers en 50 ans dans les tribunaux de Lyon et Bourg-en-Bresse), que les enfants ne sont pas arrachés à leur famille mais plutôt abandonnés par elles qui cèdent leurs droits parentaux. C’est du reste à peine si l’on peut parler de parents tant les familles monoparentales sont fréquentes. Dans l’application de la loi de 1898, qui réprime les mauvais traitements à enfants, l’intervention de tribunaux est encore plus rare (20 cas par an) alors qu’ils hésitent beaucoup moins à réprimer la délinquance des mineurs (200 cas par an). Assez logiquement, à une époque où il n’est guère concevable de violer l’intimité familiale, la violence réprimée est la violence visible. Conjuguée à la vraie hantise de la mendicité et du vagabondage, ce sont les parents qui condamnent leurs enfants à cette « coupable » activité qui sont le plus souvent condamnés même si des abus plus graves font eux aussi l’objet de condamnations.

  • 15 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance (1890- 1960), Face à l’en (...)
  • 16 Eric Baratay, Le père Rey (1798-1874), serviteur de l’enfance défavorisée : une expérience d’insert (...)
  • 17 Pierre Guillaume, Un siècle d’histoire de l’enfance inadaptée : l’OREAG (Orientation et éducation d (...)
  • 18 Gérard Cholvy (dir.), Le patronage, ghetto ou vivier, Paris, Nouvelle cité, 1988, 368 p.
  • 19 Dominique Dessertine, Bernard MARADAN, L’âge d’or des patronages (1919-1939)… op.cit.

6Plus en aval, arrivent les institutions chargés de ces enfants qui ont eu affaire à la justice. Ici Dominique Dessertine a abandonné la question des enfants en prison et des colonies pénitentiaires pour explorer le monde des institutions associatives, principalement laïques. Grâce à l’aide d’Annette Jacob, sociologue de formation et assistante sociale à la Société lyonnaise pour l’enfance et l’adolescence, Dominique Dessertine a pu avoir accès aux archives de cette société créée en 1890 et en retracer l’histoire15. C’est une association de laïcs qui contraste avec les institutions antérieures, généralement catholiques comme celle du père Rey16. Si elle œuvre autant au maintien de la paix sociale qu’au bien être des enfants, et communie dans les vertus de l’internement, la Société pour le sauvetage a le souci de donner un enseignement laïque et une « formation professionnelle à ses « pupilles ». Si Dominique Dessertine a été pionnière en ce domaine, parallèlement à Pierre Guillaume17, elle a été plus novatrice encore en étudiant les patronages, non pas dans une optique de pure histoire religieuse18, mais comme un dispositif visant à encadrer les enfants. Avec Bernard Maradan19, elle a mis à jour un moteur fondamental du dynamisme des patronages, la rivalité entre laïcs et catholiques. Au-delà de leurs différences, – les patronages catholiques sont plus sportifs, les laïques plus tournés vers les activités culturelles – les deux visent à civiliser les enfants et à les protéger des dangers de l’errance et du vagabondage. Parmi les activités de ces patronages, l’auteur donne une place particulière aux défilés et fêtes de la jeunesse. Avec les écoles de plein air de l’entre-deux-guerres et les centres sociaux d’après guerre (même s’ils ne sont pas spécialement destinés à l’enfance, ils sont amenés à lui accorder une grande place), le tableau des politiques privées vis-à-vis de l’enfance est très large. Sans doute faudrait-il maintenant s’attaquer aux initiatives prises par les caisses d’allocations familiales après 1932. Logiquement mais tristement, ce tour d’horizon de l’histoire des familles fait sa place aux veuves que l’on ose dire ordinaires car leur mari n’est pas mort au champ d’honneur. Les historiens devront un jour poursuivre cette piste ainsi ouverte.

  • 20 Ibid., p. 12-13.

7Dominique Dessertine ne se contente pas d’apporter une contribution majeure à l’histoire de la famille et de la santé, mais elle participe au renouvellement des questionnements de l’histoire générale, qu’elle soit lyonnaise ou nationale. Formée à l’histoire quantitative, elle n’a jamais cessé de compter sachant bien que, si le chiffre ne dit pas tout, la fréquence comparée des phénomènes permet de les distinguer sinon de les hiérarchiser. L’histoire quantitative était aussi école de précision. Notre auteur en a gardé les habitudes, n’hésitant pas à multiplier les exemples, à développer les cas précis, à faire apparaître les exceptions. Certains historiens trop pressés, dont j’ai pu être, ont parfois regimbé devant ce luxe de détails, cette avalanche de cas précis sans voir qu’il s’agissait là d’une sorte de « thick description » proche de la « micro storia ». Par cette démarche, Dominique Dessertine a largement fait progresser l’histoire de Lyon et de sa région. Au-delà de l’étude de multiples institutions, l’auteur esquisse les portraits de cette multitude de philanthropes qu’elle nous présente, soit en groupe soit individuellement. Le rôle social des magistrats et avocats, souvent sous estimé par rapport aux médecins, apparaît nettement ici. C’est dire que, formée à une époque où l’histoire avait tendance à noyer les individus au sein de groupes censés être homogènes, Dominique Dessertine a su redonner leur place aux premiers. Bien sûr, on aimerait en savoir encore plus sur une multitude d’individus rencontrés. On regrette aussi que ce volume n’ait pu être accompagné d’un index des noms propres. Bref, on rêve d’un dictionnaire biographique des philanthropes lyonnais, connecté à d’autres et sans doute sur support informatique, qui dégagerait des réseaux. On a dit ailleurs20 combien les travaux sur les patronages avaient contribué à rendre poreuses les frontières entre l’histoire urbaine et l’histoire religieuse, participant ainsi au succès du pari constitué par le LARHRA. Quand on sait l’indifférence, voire l’hostilité qui ont longtemps régné entre ces deux champs, particulièrement à Lyon, on ne saurait trop saluer la contribution de Dominique Dessertine, venue de l’histoire économique et sociale, à ce rapprochement. C’est dire que derrière le parcours scientifique que l’on vient de relire très librement, se cache, avec discrétion et modestie, une personnalité ouverte aux remises en cause, bienveillante vis-à-vis des autres. Ces compliments, qui ne sont pas feints, valent plus à mes yeux que les éloges scientifiques, même s’ils ne leur enlèvent rien.

Note

1 Pierre Léon, Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1815- 1914), Lyon, Centre d’histoire économique et sociale, 1974, XIII+440 p.

2 À l’exception du contrat avec les Laboratoires Boiron conclu par : Olivier Faure (dir.) Praticiens, patients et militants de l’homéopathie en France et en Allemagne (1800- 1940), Lyon, PUL/Boiron, 1992, 242 p.

3 Maurice Garden, Dominique Dessertine, Olivier Faure, Analyse quantitative de l’économie française : santé publique, hospitalisation et assistance (1800-1940), Centre Pierre Léon, Lyon, 1985, 207 p., dactyl.

4 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose (1900-1940), Lyon, PUL, 1988, 244 p.

5 Olivier Faure, Dominique Dessertine, La maladie entre libéralisme et solidarités (1850-1940), Paris, FNMF, 1994, 163 p.

6 Olivier Faure, Dominique Dessertine, (avec la collaboration de Bernard Maradan et Jean-Jacques Milan) Populations hospitalisées dans la région lyonnaise aux XIXe et XXe siècles, Lyon, PPSH, 1991, 108 p.

7 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La mutualité de la Loire face aux défis : enracinement local et enjeux nationaux (1850-1980), Saint-Etienne, PUSE, 2005, 308 p.

8 La mémoire de la mutualité de la Loire, Lyon, Centre P Léon, 34 p. dactyl.

9 Olivier Faure, Dominique DESSERTINE, Histoire des cliniques privées : deux siècles de succès, Rennes, PUR, 2012, 279 p.

10 Dominique Dessertine, Divorcer à Lyon sous la Révolution et l’Empire, Lyon, PUL, 1981, 394 p.

11 Dominique Dessertine, « L’alphabétisation dans le département du Rhône au début du XIXe siècle », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale, 1980, n° 2-3, 109 p.

12 RHEI, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière créée en 1998.

13 Je me permets de renvoyer à ma préface à Dominique Dessertine, Bernard Maradan, L’âge d’or des patronages (1919-1939) : la socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, ministère de la Justice (CNFE-PJJ), 2001, 235 p., p. 9-13.

14 Catherine Rollet-Echalier, La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République, Paris, PUF/INED, 1990, 677 p.

15 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance (1890- 1960), Face à l’enfance en danger, un siècle d’expérience de l’internant et du placement familial, Toulouse, Erès, 1990, 218 p.

16 Eric Baratay, Le père Rey (1798-1874), serviteur de l’enfance défavorisée : une expérience d’insertion au XIXe siècle, Paris, Beauchesne, 1997, 224 p.

17 Pierre Guillaume, Un siècle d’histoire de l’enfance inadaptée : l’OREAG (Orientation et éducation des enfants et adolescents de Gironde) 1889-1989, Paris, Expansion scientifique, 1989, 120 p.

18 Gérard Cholvy (dir.), Le patronage, ghetto ou vivier, Paris, Nouvelle cité, 1988, 368 p.

19 Dominique Dessertine, Bernard MARADAN, L’âge d’or des patronages (1919-1939)… op.cit.

20 Ibid., p. 12-13.

© LARHRA, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search