Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

Religieuses et mission

Anna du Rousier

Le legs sur trois continents d´une religieuse du Sacré-Cœur

Alexandrine De la Taille

Texte intégral

  • 1 Plaque posée sur la tombe d’Anna du Rousier, située au sein du mausolée de la Société du Sacré-Cœur (...)

1En 1960, de grandes festivités furent organisées au Chili à l’occasion de la célébration des cent ans de « La Maestranza » le pensionnat du Sacré-Cœur le plus ancien du pays, dont la fondation remontait à 1854, l’édifice ayant quant à lui été inauguré en 1860. Les cérémonies, souvenirs et hommages démontrèrent l’importance de cette congrégation, tant pour l’histoire de l’éducation des femmes chiliennes, que pour toute une élite du pays qui, de génération en génération, avait été marquée par ce modèle d’éducation catholique. La figure de Madeleine-Sophie Barat, comme fondatrice et inspiratrice de l’ordre, étant prééminente, Anna du Rousier, la religieuse qui « avait ouvert les portes du Sacré-Cœur à l’Amérique du Sud » comme le signale son épitaphe1, était à peine mentionnée.

2Par conséquent, les élèves des pensionnats chiliens qui ont développé le culte de Madeleine-Sophie Barat, ont peu connu et même méconnu cette autre protagoniste de la fondation chilienne. Nous nous proposons ici de souligner le rôle éminent de cette religieuse qui, en plein XIXe siècle, est devenue le reflet fidèle des nouvelles congrégations féminines de ce siècle et de démontrer comment, grâce à une riche expérience acquise en parcourant de longues distances depuis sa France natale, elle a pu intégrer les femmes du dernier coin du monde à la prestigieuse famille des « Filles du Sacré-Cœur ».

Ses origines françaises et son expérience en Italie

  • 2 A propos de la vie d’Anna du Rousier : Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier(...)
  • 3 Canonisée en 1925 sous le nom de Sainte-Madeleine Sophie. La congrégation reçut l’approbation de Lé (...)
  • 4 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 5 Ibid. p. 14.

3Anna du Rousier2 naît avec son siècle, en 1806, dans le Poitou français, au sein d’une famille noble, liée de par son père à la guerre de Vendée. Sa mort, fruit d’une vengeance politique, marqua Anna qui n’avait que huit ans. Protégée par des personnes proches de sa famille, elle entre comme élève au pensionnat du Sacré-Cœur de Poitiers. Il s’agit d’un des établissements les plus importants de la Société du Sacré-Cœur en France. L’institution, jeune encore, avait été fondée en 1800 par Sophie Barat3. C’était une des quatre cents congrégations de vie active féminines qui sont apparues en France après la Révolution comme une sorte de reconquête spirituelle dont le centre était constitué de femmes fortes et tellement convaincues de l’importance de leur rôle social qu’elles purent changer l’histoire de la vie consacrée4. Il s’agit d’ordres religieux qui combinèrent des éléments du cloître propre aux congrégations de l’Ancien Régime avec l’aide sociale concrète, en particulier dans le domaine de l’éducation et de la santé5. La présence des religieuses dans le monde était nécessaire pour sauver la société des ravages suscités par la Révolution, surtout en matière de religion et de foi.

  • 6 Sarah A. Curtis, Educating the Faithful. Religions, Schooling and Society in Nineteenth-Century Fra (...)
  • 7 Augustin FLiche y Victor Martin, Historia de la Iglesia. Desde los orígenes a nuestros días, vol. X (...)
  • 8 Elisabeth Dufourcq, Les Aventurières de Dieu. Trois siècles d’histoire missionnaire française, Pari (...)
  • 9 Ibid, p. 331-332.

4L’Église voyait donc l’éducation des filles comme une de ses missions les plus importantes, convaincue que l’instruction chrétienne des mères développerait la foi chez les générations suivantes6. Napoléon, quant à lui, considéra le catholicisme comme une force importante pour maintenir l’ordre social et politique et impulsa les ordres actifs, en particulier les ordres hospitaliers et ceux liés à l’éducation7. Toutefois, ces religieuses n’optèrent pas pour rester seulement en France sinon que leur esprit missionnaire les conduisit vers différentes parties du monde. Elles transmirent ainsi leur mode de vie active dans d’autres pays et, peu à peu, elles furent sollicitées dans d’autres parties du monde8. La Société du Sacré-Cœur offrait une « éducation à la française » avec un plan d’études propre qui comprenait une base d’enseignement en français, et qui pouvait éventuellement s’adapter aux coutumes du pays. L’année scolaire était organisée de façon particulière, les cérémonies étaient propres au pensionnat, de même que les prix, les règles de discipline et les matières enseignées9.

5Anna du Rousier connaît de près l’éducation offerte par les religieuses ainsi que leur charisme, et très jeune elle décide d’en faire partie. Elle pense d’abord au cloître puis, fille de son temps, elle est éblouie par la visite dans son pensionnat de Philippine Duchesne en 1818, juste avant de partir aux Etats-Unis pour fonder le Sacré-Cœur, et prend une résolution à propos de sa vocation, ayant toujours le désir de rejoindre un jour la lointaine Amérique.

  • 10 Madeleine D’Ernemont, La Vie voyageuse et missionnaire de la Révérende Mère Anna du Rousier…, op. c (...)

6Elle prend l’habit à Poitiers en 1823 et part immédiatement à Paris pour débuter son noviciat. Peu de temps après, la supérieure générale et fondatrice décide de l’envoyer à Turin où elle restera pendant plus de vingt ans. Elle y arrive en qualité de novice mais, quelques mois après, prononce ses premiers vœux et, en 1831, professe en tant que religieuse10.

  • 11 En 1823.
  • 12 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 23 et s.
  • 13 M. L. Martinez (ed.), « Sothard, Ho », The Society of the Sacred Herat Enters « Land of The Spanish (...)

7Les religieuses du Sacré-Cœur avaient été invitées à Turin11 par le roi Carlos Félix pour éduquer les jeunes filles de la noblesse. Immédiatement, Anna du Rousier est en contact avec les jeunes filles, d’abord dans le cadre de quelques cours mineurs, jusqu’à ce qu’elle prenne en charge le pensionnat en 183412. Comme maîtresse générale, elle exerce son influence sur les jeunes filles et, à travers elles, sur le reste de Turin13, conservant toujours une étroite relation avec la Cour.

  • 14 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 23 et s.
  • 15 Marie-France Carreel, Sophie Barat. Un projet éducatif pour aujourd’hui, Paris, Don Bosco, 2003, p. (...)
  • 16 M. L. Martinez (ed.), « Sothard, Ho »…, op. cit., p. 19.

8En 1838 elle devient supérieure de la maison de Turin14. Elle dirige le pensionnat et la maison, elle s’occupe également d’autres œuvres comme la préparation à la première communion des jeunes filles des paroisses, la fondation d’un asile d’orphelines, la formation d’étudiantes pauvres dans des écoles gratuites de l’Association du Sacré-Cœur, créée pour centraliser les œuvres sociales à Turin, l’établissement de bibliothèques publiques gratuites ainsi que la première école normale ouverte par le Sacré-Cœur à Pignerol dans le Piémont (1839)15. Tout cela à l’heure où se diffuse la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus. Lorsque le noviciat est transféré à Turin en 1841, Anna du Rousier est également nommée maîtresse des novices16.

  • 17 Ce conflit est clairement expliqué : Phil Kilroy, Magdalena Sophie Barat. Una vida, Madrid, Edicion (...)

9En octobre 1843, elle est nommée provinciale du Piémont. Elle reçoit ce titre alors que la congrégation venait de traverser un moment difficile en raison de l’incorporation de nouveaux articles aux Constitutions qui avait provoqué des divisions internes. La pierre de touche se situait dans le type de dépendance de la congrégation de Rome et des évêques locaux. Cette conjoncture avait placé Anna dans le camp « ultramontain » opposé à celui de Sophie Barat qui s’inclinait davantage vers le gallicanisme. L’effervescence interne créée par le conflit était telle que la fondatrice craignit même un schisme en raison de la force des deux positions. Elle parvînt toutefois à concilier les parties et une des manières de le faire fut de nommer à des postes à haute responsabilité des personnes qui avaient été dans le camp adverse. Ce fut le cas d’Anna qui voit alors une claire démonstration d’appui et de confiance de sa part dans le fait de lui confier ce nouveau poste, considérant les luttes internes qui l’avaient opposée à la fondatrice et les interpellations de celle-ci quelques mois auparavant17.

  • 18 La Province du Piémont s’étendait au-delà de l’Italie, jusqu’en Pologne et en Autriche.

10Etant à la tête du Piémont, Anna voyage constamment en raison de la grande demande de fondations et de la nécessité de visiter les maisons qui dépendent d’elle, c’est-à-dire à Turin, Pignerol, Saluzzo, Gênes, Padoue, Parme et Graz18. En plus de la supervision des affaires temporelles et spirituelles, elle rend compte de tout ce qui se passe à la maison mère, attentive aux dispositions qui pourraient en émaner. La correspondance montre une communauté d’intérêt notoire entre Sophie Barat et Anna du Rousier, ce qui explique que celle-ci puisse occuper un poste avec tant de responsabilités. Leurs préoccupations vont dans le même sens bien qu’en raison de la récente crise au sein de la congrégation, elles aient montré des divergences sur des sujets de fond. Ce qui le sera plus tard lorsque Anna sera expulsée de Turin.

11La personnalité d’Anna s’est forgée sous des traits particuliers qui lui ont donné une force à toute épreuve, une piété très centrée sur la personne du Christ, en particulier sur la Passion, ainsi qu’une grande dévotion à la Vierge Marie – à Turin, on l’appelle la « fanatique de la Vierge » – et à des saints tels que Saint-Louis de Gonzague, Sainte-Gertrude, Saint-Francois Régis, une proximité particulière et un amour pour la souffrance, en raison de son pouvoir salvifique. Elle a dû toutefois lutter contre son extrême sensibilité qui l’amène à devoir faire face à des sentiments de culpabilité et également à un manque de confiance envers les autres qui l’empêchent de déléguer des fonctions, assumant elle-même une surcharge de travail qui finalement ne lui permet plus d’avoir le temps nécessaire à sa vie d’oraison. Ces traits se manifestent en particulier dans la correspondance qu’elle entretient lors de cette étape italienne et continueront de s’exacerber le restant de sa vie.

  • 19 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 152.

12Ses années en Italie qui l’ont modelée en tant qu’éducatrice, lui permettant de mettre en pratique ses dons de professeur et de dirigeante, s’achèvent de manière brutale. Elle est expulsée de Turin par les révolutionnaires de 1848 qui ont pris pour cible ces religieuses, en raison de leurs relations avec la Cour et les jésuites19. Lorsqu’en mars de cette année-là, la situation devint de plus en plus critique pour le Sacré-Cœur, les parents d’élèves, effrayés, retirèrent leurs filles. Il était alors très difficile de continuer à Turin et l’archevêché conseille à Anna du Rousier de fermer le pensionnat et de se réfugier dans une maison particulière. C’est ce qu’elle fait et, après avoir brûlé les documents les plus compromettants, elle prend la décision de fermer la maison sans attendre la résolution de la maison mère. Bien qu’il s’agisse pour Anna d’une situation difficile, le manque d’obéissance est grave et entraîne la perte de son prestige face à Sophie Barat et au reste de la communauté. Elle arrive à Paris, vaincue, et demande à la fondatrice de lui confier des postes inférieurs. Mais celle-ci ne va pas manquer de profiter d’une femme talentueuse, avec une expérience aussi riche que celle d’Anna et lui confie le principal pensionnat de Paris, rue de Varenne, icône de la congrégation. En outre, elle la nomme assistante de la maison et lui confie la direction des jeunes religieuses.

Vers l’inconnu : l’Amérique du Nord

  • 20 Sarah A. Curtis, Civilizing Habits. Women Missionaries and the Revival of French Empire, New York, (...)
  • 21 Un des grands défis pour les congrégations, lorsqu’elles avaient un rôle missionnaire, était l’adap (...)

13Peu de temps après, surgit le besoin d’envoyer une visiteuse générale pour les maisons d’Amérique du Nord. La personne choisie est Anna du Rousier qui, avec son caractère et son expérience, pourrait affronter ce défi. La congrégation s’était installée aux Etats-Unis en 1818 grâce au travail réalisé par Philippine Duchêne. À l’arrivée d’Anna du Rousier, la Société du Sacré-Cœur avait trente-deux ans d’histoire qui se traduisaient par un effectif de 227 religieuses, 14 pensionnats et 1 360 élèves20. Cependant, l’extension et l’adaptation de la congrégation en Amérique du Nord avaient été complexes21, en particulier par le manque d’harmonie avec l’Europe, tant en raison de problèmes de communication ou d’ignorance, que du manque de lien entre les maisons elles-mêmes. Raison pour laquelle la nouvelle visiteuse devait affronter une mission ardue. S’il est certain qu’elle avait eu l’occasion de voyager en Europe, les distances qu’elle avait parcourues étaient minimes en comparaison avec les immenses traversées qu’elle allait effectuer pour rejoindre l’autre côté de l’Atlantique.

14Même si Anna avait toujours demandé à la fondatrice de l’envoyer en Amérique ou en Afrique, le moment de la séparation est difficile, bien qu’elle ne soupçonne pas qu’elle ne retournerait jamais vivre en France. Elle part vers des terres lointaines et totalement inconnues pour réaliser une mission difficile où elle doit visiter tous les établissements, rendre des comptes détaillés à Sophie Barat à propos de ce qui se passe et prendre les mesures nécessaires pour uniformiser toutes les maisons selon les constitutions de la Société. Il s’agit d’un besoin urgent car la supérieure générale n’avait jamais pu aller aux Etats-Unis ; ses multiples activités en Europe et sa mauvaise santé l’empêchaient d’entreprendre un si long voyage. C’est pour cela que le conseil de 1851 décida que la personne indiquée pour y aller en son nom était Anna du Rousier.

  • 22 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras. Diarios de religiosas francesas en su ruta a Chile, Santiago, (...)

15Elle débarque à New York le 24 mai 185222, étant très bien accueillie par les religieuses américaines. Cependant, deux grands obstacles l’accompagneraient durant toute sa mission : son ignorance totale de la langue qui l’oblige à utiliser des interprètes, et le fait qu’aux États-Unis, Anna ne connaît pratiquement personne et, ce qui est peut-être pire, personne ne la connaît. Dans certaines maisons, elle doit même s’imposer par sa seule présence, personne n’ayant été prévenue auparavant de sa visite.

  • 23 Ces lettres sont organisées en plusieurs tomes sous le titre : Sainte Madeleine-Sophie nous « parle (...)
  • 24 A partir de la correspondance avec Audé et de leur entretien postérieur à Paris, Sophie Barat s’est (...)

16Dès son arrivée, Anna reprend une copieuse correspondance avec Sophie Barat qui révèle son efficacité, son esprit d’organisation, sa capacité de travail et, comme toujours, sa grande sensibilité23. Anna du Rousier n’était pas la première religieuse que la fondatrice envoyait dans le Nouveau Monde en lui confiant de larges attributions. La première avait été Philippine Duchesne ; ensuite deux visiteuses s’étaient succédées, constatant de graves problèmes tels que la désobéissance face à l’autorité, l’indépendance des supérieures, l’importance excessive attribuée au thème racial, les divisions et tensions entre les communautés, la visite dans les maisons de plusieurs confesseurs, l’omission de l’instruction religieuse dans le plan d’études « sous n’importe quel prétexte » et le manque de supervision adéquate des jeunes filles24. Les conflits internes de la Société du Sacré-Cœur en France avaient même été exagérés dans le Nouveau Monde.

  • 25 Lettre de Sophie Barat à Anna du Rousier, Paris, 29 juin 1852 : « une pensée me console, celle d’es (...)
  • 26 Lettre de Sophie Barat à Anna du Rousier, Paris 16 mai 1852 : « Sans vous fatiguer, parce que vous (...)
  • 27 « Monseigneur de Búfalo a voulu que je visite cette merveille de la nature, c’est un spectacle qu’o (...)

17La visiteuse doit se transformer en une sorte de guide pour aveugle, désireuse de montrer à la supérieure générale ce que ses yeux ne lui permettent pas de voir en raison de la distance. Bien que le délai initial pour revenir en France était de cinq ans25, sa mission durera un peu plus d’un an car d’autres plans seront prévus pour elle. Durant ces quelques mois, Anna, avec des journées de travail épuisantes qui incluent des voyages interminables, parvient à surmonter les distances et visite la majeure partie des maisons de la congrégation26. Elle reste dans le Nord depuis son arrivée jusqu’à mi-octobre, visitant les établissements de New York, Albany, Philadelphie (Eden Hall) et Mac Sherry Town. Elle se rend également au Canada, en passant par les maisons de Montréal et Saint-Jacques, avant d’aller à Bufalo. Admiratrice de la nature, elle n’hésite pas à faire un arrêt pour visiter les chutes du Niagara27. Pendant cette période, son centre opérationnel est Manhattanville, fondation qui date de 1847, près de New York, et qui lui fait bonne impression.

  • 28 Louise Callan…, The Society of the Sacred Heart in North America, Toronto, Longmans, 1937, p. 686-6 (...)
  • 29 Sophie Barat lui signale que sa présence à New York est nécessaire : lettre de Sophie Barat à Anna (...)

18Elle entreprend ensuite un voyage en Louisiane, s’arrêtant dans le Missouri. Les déplacements sont longs et compliqués. À Saint Charles, elle rencontre Philippine Duchesne qui, d’un âge très avancé et agonisante, est devenue une figure emblématique pour les religieuses du Sacré-Cœur, tant en Europe qu’en Amérique. Anna ne la voit qu’un seul jour, le dernier jour de Philippine dans ce monde, et lui transmet les bénédictions de Sophie Barat. Elle marque sa vie une fois de plus, puisque peu de temps après, Anna deviendra pionnière en Amérique du Sud28. De là, elle part à Saint-Louis en Louisiane où elle passe l’hiver. Elle visite Saint-Michel et Natchitoches puis revient dans le Nord29, à New York, Detroit et Bufalo. Elle s’y trouve fin juillet lorsque Sophie Barat lui écrit en lui demandant de conduire la Société du Sacré-Cœur en Amérique du Sud. Elle revient à New York pour entreprendre le voyage à destination du Chili, terminant sa visite dans les maisons d’Amérique du Nord de façon soudaine, comme lors d’autres étapes de sa vie. Lorsqu’elle part, elle n’imagine pas que ce sera pour toujours.

Chili, le dernier coin du monde

  • 30 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras, op. cit., p. 175-196 ; Marie-France Carreel, « Plein cap sur S (...)

19Depuis 1851, l’archevêque de Santiago, Rafael Valentín Valdivieso, avait demandé à Sophie Barat une fondation pour la capitale chilienne. Toutefois, celle-ci n’allait se concrétiser que trois ans plus tard, car il n’y avait pas suffisamment de personnel pour cette aventure. Anna du Rousier, après un pénible voyage30 au cours duquel elle dut traverser l’isthme de Panama, arrive à Valparaíso le 12 septembre 1853, accompagnée d’une autre religieuse, Mary Mac Nally, et d’une religieuse coadjutrice, Antonieta Pisorno. Elles fondent la Société du Sacré-Cœur au Chili. Les premiers pas sont difficiles, car elles ne disposent même pas d’un endroit propre où s’établir, ni du personnel nécessaire pour assurer l’éducation, leur principale mission. Le pire est sans doute le manque de communication avec la maison mère puisqu’elles restent sans nouvelle d’elle pendant cinq mois. Mais cela n’a pas été un obstacle pour convoquer un bon nombre d’élèves.

Une éducation requise par l’Église, l’Etat et la famille

  • 31 Carmen Perez, Semillas y cantares. Historia de las religiosas de los SSCC en Chile (1838- 1998), Sa (...)

20Anna du Rousier avait été précédée par la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie, qui depuis 1838 éduquait les jeunes filles à Valparaíso et avait ouvert en 1841 sa première école à Santiago31. Toutefois, les possibilités d’éducation étaient si rares pour les femmes au Chili, que l’évêque Mgr Valdivieso avait considéré nécessaire la venue de la Société du Sacré-Cœur. Jusqu’à cette époque, la majeure partie des jeunes filles étaient éduquées à la maison pour les élites, ou dans des écoles paroissiales, dans le cas des milieux plus défavorisés.

21Dans le Chili du XIXe siècle, comme dans la France post-révolutionnaire, l’éducation féminine acquit une grande importance pour l’Église qui reconnaît en la femme un agent éducatif de premier ordre au sein de la famille. Plus encore, si l’on considère la conjoncture idéologique durant laquelle la société chilienne vivait un processus de laïcisation. En éduquant la femme dans les valeurs chrétiennes, la famille, et par conséquent la société, se verrait protégée contre le danger anticlérical. C’est pour cela qu’on devait

  • 32 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras, op. cit., p. 75.

éduquer les mères pour faire de l’environnement domestique le bastion de la religion. Cela signifiait une transformation du rôle féminin. Le seul fait de se familiariser avec la culture écrite changeait la relation des femmes non seulement avec la religion sinon aussi avec tout le savoir. L’éducation de l’élite féminine en elle-même impliquait un changement vers des pratiques modernes qui transformaient la vie privée et la vie publique32.

  • 33 Ibid, p. 79.

22Cependant, l’État voulut adopter les méthodes et le professionnalisme des religieuses du Sacré-Cœur et leur confia, quelques mois après leur arrivée au Chili, la première école normale de préceptrices, car les femmes professeurs de la République ne possédaient pas l’instruction spécifique pour réaliser cette tâche. Cette entreprise échappait aux plans d’Anna du Rousier qui venait implanter le modèle connu du pensionnat accompagné de l’école gratuite. Mais Anna ne perd pas cette opportunité et, en février 1854, elle ouvre les portes aux futures « normaliennes ». Cette particularité du cas chilien revêt une grande importance car, si dans le reste du monde, les pensionnats du Sacré-Cœur étaient considérés comme les plus aristocratiques, au Chili, les religieuses ont pu parvenir à intégrer dans tous les milieux sociaux. Dans les pensionnats, elles éduquaient l’élite ; dans les écoles gratuites, elles éduquaient les jeunes filles plus pauvres et à l’école normale elles éduquaient celles issues de la classe moyenne33.

  • 34 En particulier, un plan provisoire est rédigé entre 1804 et 1805 et plusieurs autres en 1820, 1852  (...)
  • 35 Ce plan d´études a été rédigé par la mère Aimée d’Avenas, sous la direction de Sophie Barat. Cette (...)
  • 36 Elisabeth Dufourcq, Les Aventurières de Dieu…, op. cit., p. 329.

23Les religieuses du Sacré-Cœur doivent donc mettre en pratique au Chili les idées pédagogiques de Sophie Barat qui s’étaient traduites sous forme de différents plans d’études34. C’est ainsi qu’un plan est établi en 1852, avec le règlement correspondant35. Tous les pensionnats appartenant au réseau devaient suivre le même plan, quel que soit l’endroit du monde où ils se trouvaient36. Ce n’était pas facile pour Anna de le mettre en œuvre dans une société qui, d’une part, n’avait pas l’habitude d’envoyer les filles au collège et, d’autre part, ne semblait pas avoir été formée à la rigueur. L’ordre était une des priorités car il était nécessaire, tant pour la piété que pour les études et les relations humaines. Il fallait commencer par l’imposer.

  • 37 À ce sujet, le commentaire effectué par Anna du Rousier à G. de Mobecq dans une lettre datée du 10  (...)

24Sauf exception, les leçons étaient généralement en français, de même que la communication entre les religieuses et les élèves, ce qui fait que la différence entre les langues qui semblait être une difficulté, sera bientôt considérée comme un des avantages majeurs de l’enseignement dans les pensionnats du Sacré-Cœur37 ; les religieuses seront même surprises de la maîtrise de la langue acquise par les élèves.

  • 38 Journal du voyage de Mme Jendroly (ASC, Rome) et transcription en ASC, Santiago.

C’est assez curieux, je vous assure que j’écoute toutes ces petites Chiliennes parler francais, parce qu’ici leurs parents sont très attirés par cette langue. On alterne aussi les classes en français et en espagnol38.

  • 39 Tel qu’il est signalé dans le Journal de la Maison de Santiago (ASC, Santiago).

25L’année scolaire est organisée en fonction des saisons de l’hémisphère sud ; les classes commencent en mars et les vacances, après les fêtes de Noël. Les religieuses sont surprises du fait que la majeure partie des élèves ne retourne pas au pensionnat le jour signalé, sinon qu’au moment où leurs familles considèrent que l’été est terminé. Au vu de cette conduite, les religieuses décidèrent de récompenser les élèves ponctuelles à la rentrée des classes39. Les journées des jeunes filles étaient réglementées avec la rigidité propre à un couvent, ce qui fait que la vie des pupilles n´était pas si différente de celle des religieuses. La distribution du temps était fondamentale et le règlement prescrivait toutes les activités de la journée (tableau nº 1).

Tableau nº1 : Organisation de la journée au Pensionnat du Sacré-Cœur * Tableau élaboré à partir des Règlements et Plans d’études de la Société du Sacré-Cœur au XIXe siècle.

Matin

Après-midi

5 : 50 Lever

12 : 00 Déjeuner

6 : 30 Prière du matin

12 : 30 Récréation

6 : 45 Étude pour les devoirs

13 : 30 Travail, prières au début et à la fin)

7 : 15 Messe

15 : 30 Thé et récréation.

7 : 45 Petit-déjeuner

Visite au Saint-Sacrement, optionnel

8 : 15 Étude (15 min. devoirs ;

16 : 00 Étude pour les leçons

30 min. leçons)

16 : 30 Cours

9 : 00 Cours

18 : 30 Repas

10 : 30 Récréation

19 : 00 Récréation

10 : 45 Ecriture

19 : 30 Etude, cours de langues étrangères

11 : 25 Etude pour les devoirs

20 : 15 Chants, cantiques

20 : 30 Prière, coucher

26Pour les élèves, être internes au Sacré-Cœur non seulement signifiait de vivre avec les religieuses et leurs compagnes, sinon également avec la cloche. Celle-ci faisait partie de leur vie car elle annonçait tous les changements d’activité – vingt-et-une au moins dans une journée normale – mettant à l’épreuve et renforçant leur docilité, obéissance et autres vertus propres à chaque instant. Seules des femmes fortes pouvaient résister au rythme d’un couvent. Les élèves, surveillées par les religieuses à tout moment, devaient s’habituer au silence, exigé pratiquement dans toutes les activités de la journée, sauf pendant les récréations et les heures de travaux manuels puisque, dans ces moments-là, les élèves devaient s’exercer à l’art de la conversation sensée et raffinée.

  • 40 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 260.
  • 41 Ibid, p. 262. Les femmes étaient si peu habituées à réaliser des travaux domestiques qu’une des nov (...)

27Malgré toutes ces exigences, la réponse de la société chilienne face au nouvel établissement ne pouvait pas être plus favorable, marquant une tendance pour les années futures ; une maison fut même fondée en 1858 à Talca et en 1865 à Concepción. Ce qui était un triomphe pour les religieuses car elles avaient pu pénétrer dans une société qui, à leurs yeux, éprouvait de la « répugnance » pour le mouvement et le travail40. En outre, les premières novices chiliennes41 commençaient à entrer à la congrégation, signe de la projection qu’allait avoir la Société du Sacré-Cœur au Chili.

Dans les salles de classe : « la vertu et les lettres »

  • 42 Philippe Rocher, Le goût de l’excellence. Quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, Beau (...)
  • 43 Eusebio Gil, Carmen Labrador, Ambrosio Díez Escanciano y José Martínez De La Escalera, El sistema e (...)

28La même rigidité qui était appliquée en vertu du plan d’études pour l’emploi du temps, était identique pour tous les autres aspects, conformément aux postulats du Ratio Studiorum jésuite42. Les aspects religieux, moraux, disciplinaires et académiques se complétaient, formant un tout, et faisant partie des objectifs à atteindre dans le processus éducatif. On prétendait ainsi unir « la vertu avec les lettres »« la vie avec la science » et « la conduite avec le savoir »43. À ces consignes, s’ajoutait l’objectif des religieuses en matière d’éducation, spécifique pour le cas chilien :

  • 44 Lettre de Anna du Rousier à Sophie Barat, seule l´année est indiquée : 1855. Lettre transcrite dans (...)

Perpétuer et consolider chez les filles la foi et l’innocence à travers l’éducation vigoureuse et illustrée qui leur manquait, car une vie des sens très développée menaçait de détruire les précieux germes semés dans les familles44.

  • 45 L’externat de Santiago date de 1885.
  • 46 Prospectus de la Maestranza, ASC., Rome.

29Fidèles aux consignes éducatives de l’époque, la façon optimale d’enseigner était l’internat, c’est pourquoi dans le pensionnat du Sacré-Cœur, on n’admettait que ce type d’élèves45, qui sortaient les jours établis pour les vacances ou accompagnées par leurs parents ou les personnes chargées d’elles. Le temps correspondant à l’éducation était trop bref pour le perdre en dehors. Les élèves étaient divisées en six classes et restaient généralement un an dans chaque classe, « pouvant si elles étaient appliquées abréger le temps d’étude »46. Les leçons et l’étude se déroulaient dans une ou deux salles, toujours sous le contrôle d’une inspectrice depuis une estrade, afin de conserver le silence et l’ordre dans la salle. Le nom de chaque élève était marqué sur ses livres et ses cahiers qui se trouvaient dans le pupitre. Les classes et l’étude commençaient toujours par une prière, Veni Sancte ou Ave Maria, et s’achevaient avec le Sub Tuum.

  • 47 Règlement des pensionnats et Plan d’études de la Société du Sacré-Cœur, Orléans, Imprimerie d’Alex (...)

30La salle à manger avait également ses propres normes ; chaque élève avait sa place, avant et après chaque repas, on faisait la prière pour bénir et remercier la nourriture reçue. Pendant qu’elles mangeaient, les élèves devaient écouter la lecture à voix haute réalisée par les jeunes filles qui avaient eu le privilège d’être sélectionnées pour cette fonction importante. Comme toujours, le silence devait régner dans la salle. Même si les récréations constituaient un moment de liberté pour les élèves, celles-ci étaient parfaitement réglementées. Il y avait des endroits assignés pour cela, tels que le jardin ou certaines salles47.

  • 48 Guerín de Elgueta Guerín de Elgueta, Sara, Actividades Femeninas en Chile 1927, Santiago, La Ilustr (...)
  • 49 Egaña Barahona y María Loreto, La educación primaria popular en el siglo XIX° en Chile : una prácti (...)
  • 50 Una religiosa del Sagrado Corazón, Vida… op. cit., p. 247 : « La Supérieure donnait des leçons de f (...)

31En ce qui concerne la discipline et la formation du caractère que les religieuses souhaitaient obtenir, bien qu’elles aient été pionnières dans le fait de systématiser la façon de l’enseigner, cette préoccupation existait dans d’autres établissements. Par exemple, le lycée Santa Teresa, fondé par Antonia Tarragó en 1863, sans être lié à aucune congrégation religieuse « gagna un prestige en raison de l’enseignement imparti aux élèves et du soin qui était apporté à l’éducation morale »48. Simultanément à la mise en place de ce règlement établi par les religieuses du Sacré-Cœur, commença à exister au Chili une préoccupation similaire de la part des inspecteurs des écoles appartenant à l’État car, à travers l’éducation, on cherchait à « civiliser »49. L’ambitieux plan d’études de la Société du Sacré-Cœur au Chili, du moins au cours des deux premières années, n’a pas pu être respecté au pied de la lettre en raison du manque de personnel. Cette situation s’est modifiée à mesure que des renforts sont arrivés et que les vocations se sont multipliées50.

Les contenus de l’enseignement et l’empreinte laissée sur la société chilienne

  • 51 Prospectus de la Maestranza, ASC., Santiago.

Inspirer aux jeunes l’amour de la religion, leur enseigner les devoirs qu’elle impose, former leurs cœurs aux vertus chrétiennes, leur communiquer des sentiments généreux et élevés, orner leur esprit de connaissances variées et utiles, et compléter cette instruction par les arts, telle est la finalité de l’éducation religieuse que prétendent inculquer les Religieuses du Sacré-Cœur51.

  • 52 Depuis leur arrivée jusqu´au transfert définitif, les religieuses occupèrent une maison provisoire (...)

32C’est ainsi que les religieuses résumaient leur enseignement dans le prospectus qui annonçait l’ouverture du pensionnat de La Maestranza en 186052.

  • 53 Gilles Rouet, L’invention de l’école, Nancy, PUN, 1993, p. 250.
  • 54 Fait que nous avons vérifié puisque certains manuels en espagnol sont encore conservés dans les arc (...)

33Le livre étant le symbole de la scolarisation et l’objet sacré pour l’enseignement53, le plan d’études signalait quels étaient les textes idéaux pour que les élèves puissent apprendre. Certains étaient propres à la congrégation, importés de France et d’autres correspondaient à ceux qui étaient utilisés dans le pays où le pensionnat se situait. Ce type de flexibilité n’affectait pas l’uniformité de l’enseignement du Sacré-Cœur sinon qu’elle la rendait possible. À l’époque, tout comme aux États-Unis, il était difficile d’envoyer les manuels et les religieuses devaient enseigner en ne disposant que de quelques livres ; c’est pour cela que la préparation de chaque enseignante était si importante. Mais à mesure que les différentes colonies arrivèrent, elles amenèrent les livres, certains étant même en espagnol54.

  • 55 Règlement des Pensionnats, op. cit., 40
  • 56 Institut National, Section préparatoire, Anales Universidad de Chile, año 1858, 15, sans numéro de (...)

34L’organisation des contenus du plan d’études était assez particulière. Elle se divisait en « cours » et en « classes ». Les premiers correspondaient à l’instruction religieuse, la calligraphie ou l’écriture, le travail manuel et l’économie domestique. Les classes effectuaient l’enseignement des différentes matières. Les arts et les langues étaient dispensés par des leçons facultatives, étant en dehors du plan d’études. Les premiers se référaient spécifiquement au piano, au dessin, à la peinture et au chant ; matières qui bien qu’elles fussent encore considérées « frivoles en elles-mêmes » étaient nécessaires si on les utilisait comme un « outil utile contre l’oisiveté et le mal ». En outre, elles avaient l’avantage de servir de moyen de subsistance. Comme elles étaient enseignées uniquement pour faire plaisir aux parents des élèves, elles n’étaient pas imparties pendant les horaires de classe ou d’étude, sinon qu’on sacrifiait pour cela une partie du temps consacré au travail manuel ou à la récréation55. Cette structure était originale pour l’époque. En 1858, elle fut également mise en place à l’Institut National – principal pensionnat pour les hommes au Chili – dans sa section préparatoire56.

  • 57 En raison de la complexité du Plan d’études de 1852, nous précisons que l’on débutait par la 3ème p (...)
  • 58 Par exemple, en 1856, on signalait dans le Journal de la Maison de Santiago, op. cit., que durant l (...)

35Quant aux « cours » dispensés par le Sacré-Cœur, chacun d’eux était nivelé en trois étapes57. Comme ils étaient autonomes, la concordance chez les jeunes filles n’était pas obligatoire. Ainsi, le troisième cours se composait de jeunes filles qui se préparaient pour la première communion, ce qui était requis pour le second ; le premier, dans la mesure du possible, devait compter sur la collaboration d’un ecclésiastique qui puisse donner au moins deux leçons par semaine58. Comme résultat final, on exigeait une connaissance exacte des dogmes de la religion et des tâches qu’elle impliquait.

  • 59 Nous avons qualifié d’« humaniste » le Plan d’études, considérant la définition la plus traditionne (...)

36Les matières principales qui traversaient tout le plan d’études étaient les suivantes : lecture, histoire sacrée, grammaire – espagnole et française –, orthographe, géographie et arithmétique. L’histoire « profane » était seulement enseignée à partir de la quatrième ; la mythologie commençait en troisième et les sciences faisaient partie de l’enseignement de la seconde et de la première. Quant aux matières enseignées dans une seule classe comme la géologie, la géométrie, la botanique, la minéralogie et la logique, on apprenait seulement des « notions ». Il s’agissait d’un programme clairement humaniste59 car, à l’exception de l’arithmétique, les matières scientifiques étaient dispensées de façon sporadique. Le fait que beaucoup de manuels étaient en français montrait que les élèves assimilaient non seulement la langue, sinon la culture française, à travers l’influence de leurs professeurs. Raison pour laquelle elles devaient avoir été parfaitement formées pour étudier en français, un des grands avantages du pensionnat. C’est peut-être cette méthode elle-même qui a suscité le plus grand impact au Chili, à l’heure où ces réglementations étaient étrangères aux femmes chiliennes.

  • 60 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras, op. cit., p. 71.
  • 61 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 42.

37Grâce à la bonne réputation d’enseignement et à un personnel féminin qualifié sans équivalent dans la société chilienne60, les fondations du Sacré-Cœur commencèrent à être sollicitées dans différentes parties du pays. C’est ainsi qu’en 1858, elles se sont établies à Talca ; en 1867, à Concepción ; en 1873, à Chillán, où a également été créée une école normale ; puis en 1870, à Valparaíso. Des fondations partiront du Chili au Pérou en 1876 et en Argentine en 1880, peu après le décès d’Anna du Rousier61.

  • 62 Phil Kilroy, Magdalena Sophie Barat…, op. cit., p. 253.

38Le projet éducatif d’Anna du Rousier a sans nul doute constitué une nouveauté pour la société chilienne : les jeunes filles de l’élite furent scolarisées. Elles bénéficièrent d´un système moderne d’éducation qui, de même qu’en Europe, impliquait le fait d’être internes ; à l’époque, l’unique façon de parvenir à une véritable éducation. Les connaissances élémentaires furent enseignées de façon systématique, selon un plan d’études préconçu. Elles reçurent une éducation destinée à « des femmes appelées à stimuler la vie familiale, la vie de l’Église et la vie dans le monde »62. L’audace de quelques femmes comme Sophie Barat, Philippine Duchesne et Anna du Rousier a sans aucun doute laissé une empreinte indélébile non seulement dans l’histoire de l’éducation mais également dans la trajectoire des milliers de femmes qui sont passées par les salles, les chapelles et les cloîtres du Sacré-Cœur. Elles ont ainsi pu accéder au pensionnat et à un système transculturel appliqué dans différentes parties du monde. C’est là que se situe la réussite d’Anna du Rousier. Beaucoup de femmes chiliennes ont fait partie de cette élite culturelle reconnue au niveau international, façonnée par la prestigieuse éducation « à la française » contribuant à son rayonnement sur l’ensemble de la société.

Notes

1 Plaque posée sur la tombe d’Anna du Rousier, située au sein du mausolée de la Société du Sacré-Cœur dans le cimetière catholique de Santiago.

2 A propos de la vie d’Anna du Rousier : Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier, fondatrice des maisons du Sacré-Cœur au Chili, Fribourg, Herder, 1904 ; Madeleine D’Ernemont, La Vie voyageuse et missionnaire de la Révérende Mère Anna du Rousier religieuse du Sacré-Cœur, Paris, Beauchesne, 1932 ; M. Williams, Mother Anna du Rousier, South American Foundress, New York, Manhattanville College, s. d.

3 Canonisée en 1925 sous le nom de Sainte-Madeleine Sophie. La congrégation reçut l’approbation de Léon XII en 1826.

4 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle. Paris, Cerf, 1984, p. 214.

5 Ibid. p. 14.

6 Sarah A. Curtis, Educating the Faithful. Religions, Schooling and Society in Nineteenth-Century France, Northern Illinois University Press, 2000, p. 10.

7 Augustin FLiche y Victor Martin, Historia de la Iglesia. Desde los orígenes a nuestros días, vol. XXIII, Valencia, edicep, 1976, p. 387.

8 Elisabeth Dufourcq, Les Aventurières de Dieu. Trois siècles d’histoire missionnaire française, Paris, Lattès, 1993, p. 329.

9 Ibid, p. 331-332.

10 Madeleine D’Ernemont, La Vie voyageuse et missionnaire de la Révérende Mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 31.

11 En 1823.

12 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 23 et s.

13 M. L. Martinez (ed.), « Sothard, Ho », The Society of the Sacred Herat Enters « Land of The Spanish Sea », Saint-Louis (Missouri), The Society of The Sacred Heart, 2003, p. 23 et s.

14 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 23 et s.

15 Marie-France Carreel, Sophie Barat. Un projet éducatif pour aujourd’hui, Paris, Don Bosco, 2003, p. 53.

16 M. L. Martinez (ed.), « Sothard, Ho »…, op. cit., p. 19.

17 Ce conflit est clairement expliqué : Phil Kilroy, Magdalena Sophie Barat. Una vida, Madrid, Ediciones Encuentro, 2000. En outre, la correspondance entre Anna et Sophie Barat est très éloquente.

18 La Province du Piémont s’étendait au-delà de l’Italie, jusqu’en Pologne et en Autriche.

19 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 152.

20 Sarah A. Curtis, Civilizing Habits. Women Missionaries and the Revival of French Empire, New York, Oxford University Press, 2010, p. 70-74.

21 Un des grands défis pour les congrégations, lorsqu’elles avaient un rôle missionnaire, était l’adaptation : Claude Langlois, Le catholicisme au féminin…, op. cit., p. 637.

22 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras. Diarios de religiosas francesas en su ruta a Chile, Santiago, Ediciones Universidad Católica de Chile, 2000, p. 175-196.

23 Ces lettres sont organisées en plusieurs tomes sous le titre : Sainte Madeleine-Sophie nous « parle » dans ses lettres, inédit. Ces tomes se trouvent dans la voûte des Archives de la Société du Sacré-Cœur à Rome (ASC, Rome).

24 A partir de la correspondance avec Audé et de leur entretien postérieur à Paris, Sophie Barat s’est faite une idée de la situation de la Société du Sacré-Cœur en Amérique. C’est pour cela qu’elle rédigea en 1834 une circulaire où elle incluait, avec ses propres mots, les critiques ou ¨anomalies¨ mentionnées. Durant les deux années suivantes, celles-ci se sont intensifiées à propos du contrôle des élèves et la vie communautaire : Phil Kilroy, Magdalena Sophie Barat…, op. cit., p. 416-417.

25 Lettre de Sophie Barat à Anna du Rousier, Paris, 29 juin 1852 : « une pensée me console, celle d’espérer que le Maître Divin me concède encore cinq années de vie et je pourrai ainsi la revoir avant de me présenter devant Dieu », transcrite dans : Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 197 (original en ASC, Rome).

26 Lettre de Sophie Barat à Anna du Rousier, Paris 16 mai 1852 : « Sans vous fatiguer, parce que vous aurez un travail immense, tenez-moi au courant de tout ce qui peut nous intéresser »… « Reposez-vous lorsque ce sera nécessaire », ASC, Rome.

27 « Monseigneur de Búfalo a voulu que je visite cette merveille de la nature, c’est un spectacle qu’on ne peut pas imaginer », lettre d’Anna du Rousier à « Ma Révérende et Bonne Mère », Manhattanville, 23 septembre 1852, (ASC, Rome).

28 Louise Callan…, The Society of the Sacred Heart in North America, Toronto, Longmans, 1937, p. 686-687.

29 Sophie Barat lui signale que sa présence à New York est nécessaire : lettre de Sophie Barat à Anna du Rousier, Paris, mars 1853, (ASC, Rome).

30 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras, op. cit., p. 175-196 ; Marie-France Carreel, « Plein cap sur Santiago avec Anna du Rousier, rscj (1853) », Chantal Paisant (dir.), La mission au féminin. Témoignages de religieuses missionnaires au fil d’un siècle (XIXe - début XXe siècle). Anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols, 2009, p. 289-342.

31 Carmen Perez, Semillas y cantares. Historia de las religiosas de los SSCC en Chile (1838- 1998), Santiago, Pehuén, 2002, p. 62 y s.

32 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras, op. cit., p. 75.

33 Ibid, p. 79.

34 En particulier, un plan provisoire est rédigé entre 1804 et 1805 et plusieurs autres en 1820, 1852 et 1866.

35 Ce plan d´études a été rédigé par la mère Aimée d’Avenas, sous la direction de Sophie Barat. Cette religieuse était la supérieure de la maison d’Orléans dans le diocèse de Mgr Dupanloup : M. T. Virnot, Les études dans la Société du Sacré-Cœur, document dactylographié inédit, 1952 Archives Françaises de la Société du Sacré-Cœur à Poitiers (ASC, Poitiers), p. 25. Nous affirmons que ce plan d’études a été mis en place pour plusieurs raisons. Premièrement, parce qu’il fallait actualiser le plan d’études du Sacré-Cœur pour des raisons d’uniformité. Deuxièmement, les matières de ce plan correspondent parfaitement au prospectus concernant Maestranza, Colejio (sic) de las religiosas del Sagrado Corazón de Jesús, Calle de la Maestranza, à Santiago, Imprenta del Correo, s. d. (ASC, Rome). Considérant les caractéristiques de la source, nous supposons qu’il s’agit de l’annonce de l’ouverture du nouveau pensionnat fin 1860. Désormais cité comme : Prospectus de La Maestranza et de la documentation officielle du pensionnat de Concepción. Celle-ci correspond à trois documents imprimés intitulés Pensionnats et écoles privées Province de Concepción, département de Concepción, correspondant à 1875, 1881 et 1889, inédits, Colegio del Sagrado Corazón de Concepción. Troisièmement, la correspondance d’Anna du Rousier au Chili, et ses recommandations le démontrent également. Quatrièmement, la division de l’année scolaire en semestres était propre à ce plan, vu que le précédent était divisé en trimestres. Le fait que le plan d’études original et le règlement ne se trouvent pas dans les Archives de Santiago, n’implique aucune conclusion car de nombreux documents se sont perdus au cours des déplacements.

36 Elisabeth Dufourcq, Les Aventurières de Dieu…, op. cit., p. 329.

37 À ce sujet, le commentaire effectué par Anna du Rousier à G. de Mobecq dans une lettre datée du 10 juin 1871 est éloquent : après une présence au Chili de 18 ans et alors qu’il y avait déjà des religieuses chiliennes, elle signale que les cours destinés aux classes sociales les plus élevées continueront d’être dispensés en français « parce qu’en général nos éducatrices européennes les dominent mieux », Archives du Sacré-Cœur à Santiago (ASC, Santiago).

38 Journal du voyage de Mme Jendroly (ASC, Rome) et transcription en ASC, Santiago.

39 Tel qu’il est signalé dans le Journal de la Maison de Santiago (ASC, Santiago).

40 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 260.

41 Ibid, p. 262. Les femmes étaient si peu habituées à réaliser des travaux domestiques qu’une des novices ne supportait pas de balayer les escaliers en raison du poids du balai, ce qui fait qu’elle demanda à sa mère de lui apporter un plumeau. Ainsi, elle put balayer.

42 Philippe Rocher, Le goût de l’excellence. Quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, Beauchesne, 2011.

43 Eusebio Gil, Carmen Labrador, Ambrosio Díez Escanciano y José Martínez De La Escalera, El sistema educativo de la Compañía de Jesús. Le « Ratio Studiorum », Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 1992, p., 47. La première règle des étudiants de la Compagnie de Jésus démontre clairement que le Ratio Studiorum a été la base des plans d’études du Sacré-Coeur. Par exemple, en 257 : « Recta intención- 1. Efforcez-vous, vous les étudiants, de conserver surtout la pureté de l’âme et d´avoir dans les études une droite intention, ne cherchant pas autre chose que la gloire divine et le fruit de l’âme ; et demandez souvent dans vos prières la grâce, pour profiter de la science et devenir aptes, comme l’attend de vous la Compagnie, à cultiver la vigne du Christ Notre Seigneur, avec l’exemple et la doctrine ».

44 Lettre de Anna du Rousier à Sophie Barat, seule l´année est indiquée : 1855. Lettre transcrite dans : Una religiosa del Sagrado Corazón, Vida…, op. cit., p. 271.

45 L’externat de Santiago date de 1885.

46 Prospectus de la Maestranza, ASC., Rome.

47 Règlement des pensionnats et Plan d’études de la Société du Sacré-Cœur, Orléans, Imprimerie d’Alex Jacob, 1852, p. 27-32.

48 Guerín de Elgueta Guerín de Elgueta, Sara, Actividades Femeninas en Chile 1927, Santiago, La Ilustración, 1928, p. 375.

49 Egaña Barahona y María Loreto, La educación primaria popular en el siglo XIX° en Chile : una práctica de política estatal, Santiago, Ediciones de la Dirección de Bibliotecas, Archivos y Museos, 2000, p. 151-154.

50 Una religiosa del Sagrado Corazón, Vida… op. cit., p. 247 : « La Supérieure donnait des leçons de français aux jeunes filles, surveillait avec soeur Antonia l’étude et le réfectoire de l’Ecole Normale et les trois religieuses mangeaient avec les jeunes filles. Enseigner la religion, l’histoire, l’arithmétique dans une langue qu’elles connaissaient à peine, semblait applicable à première vue mais rien n’est impossible aux yeux de Dieu ».

51 Prospectus de la Maestranza, ASC., Santiago.

52 Depuis leur arrivée jusqu´au transfert définitif, les religieuses occupèrent une maison provisoire Plaza de San Isidro.

53 Gilles Rouet, L’invention de l’école, Nancy, PUN, 1993, p. 250.

54 Fait que nous avons vérifié puisque certains manuels en espagnol sont encore conservés dans les archives centrales de la congrégation au Chili.

55 Règlement des Pensionnats, op. cit., 40

56 Institut National, Section préparatoire, Anales Universidad de Chile, año 1858, 15, sans numéro de page.

57 En raison de la complexité du Plan d’études de 1852, nous précisons que l’on débutait par la 3ème puis venait la 2ème et enfin la 1ère.

58 Par exemple, en 1856, on signalait dans le Journal de la Maison de Santiago, op. cit., que durant le Carême, les prêtres donnaient une leçon aux jeunes filles chaque mercredi, tome I, p. 4, ASC., Santiago.

59 Nous avons qualifié d’« humaniste » le Plan d’études, considérant la définition la plus traditionnelle du mot : « personne instruite en lettres humaines », Diccionario de la española, Real Academia española, vigésima segunda edición.

60 Sol Serrano (ed), Vírgenes Viajeras, op. cit., p. 71.

61 Une religieuse du Sacré-Cœur, Vie de la mère Anna du Rousier…, op. cit., p. 42.

62 Phil Kilroy, Magdalena Sophie Barat…, op. cit., p. 253.

Auteur

Professeur à l’Université Los Andes (Santiago du Chili).

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search