Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

Le feminisme catholique

Femmes et Hommes en Église

Des féministes catholiques à la fin du xxe siècle

Mathilde Dubesset

Texte intégral

1En 1970, un groupe de chrétiens se constituait spontanément, à Bruxelles, dans le but de réfléchir aux moyens d’établir une réelle collaboration hommes-femmes dans l’Église et de travailler à la réalisation de cet objectif. Objectif qui n’est rien d’autre que la reconnaissance et l’application du principe évangélique : l’égalité fondamentale, la richesse irremplaçable des membres du peuple de Dieu. Cette exigence de vérité et de justice, le groupe veut la réaliser avec la collaboration fraternelle de tous. Le groupe est constitué de femmes et d’hommes : laïcs, prêtres et religieux. Il n’y a pas de structures à proprement parler mais il essaie de trouver des responsables, des animateurs dans différents pays et a déjà réussi à réunir une collaboration internationale. À tous est apparue la nécessité de situer dans une perspective globale des objectifs à court terme. La question « Quelle Église voulons- nous ? » est donc essentielle.

  • 1 Le numéro 0 du bulletin de septembre 1971 donne les grandes lignes du projet de Femmes et Hommes da (...)
  • 2 Eliane Gubin, … (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, L’Atelier, 2004.

2C’est ainsi que se présente le groupe Femmes et Hommes dans l’Église sur la quatrième de couverture du premier numéro du bulletin publié en décembre 19711. À l’origine de ce groupe, un réseau franco-belge de personnes vivant à Paris et à Bruxelles, parmi lesquelles Marie-Thérèse Van Lunen Chenu qui sera l’une des chevilles ouvrières du mouvement. Cette initiative intervient dans une période où se conjuguent, pour les catholiques, les effets du concile Vatican II et un climat de turbulences politiques et sociales à la suite de 1968. Dans le mouvement de contestation des institutions, très actif entre 1970 et 1975, les mobilisations pour la « libération des femmes » portées par la deuxième vague féministe2, ont occupé une place particulière.

3La référence à « l’égalité fondamentale » comme principe évangélique et au « peuple de Dieu » le souhait d’une collaboration entre des femmes et des hommes, laïcs et religieux, et la question posée « Quelle Église voulons nous ? » situent ce groupe dans une mouvance catholique pour qui Vatican II représente une véritable rupture. Autre indication intéressante dans ce texte de présentation, la dimension internationale d’emblée annoncée pour la réflexion et les actions proposées car les changements espérés le sont pour l’ensemble du monde catholique.

  • 3 Dans l’éditorial du volume 15/2002 Chrétiennes ; Anthony Favier, « Des religieuses féministes dans (...)
  • 4 Florence Rochefort, « Contrecarrer ou interroger les religions », Eliane Gubin, … (dir.), Le siècle (...)
  • 5 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, Paris, Cerf, 1998.
  • 6 J’ai pu consulter ce bulletin grâce à l’association lyonnaise Femmes et recherches religieuses dont (...)
  • 7 Les réseaux des Parvis rassemblent, depuis la fin des années 1990, une cinquantaine groupes et asso (...)

4Un bref sondage dans les synthèses récentes sur l’Église catholique ou le fait religieux dans la France contemporaine, montre que ce groupe n’a pas retenu l’attention des historiens. On en trouve deux brèves mentions dans la revue Clio3 et l’ouvrage collectif Le siècle des féminismes4. Des éléments plus précis sont fournis dans un petit livre de témoignage de M.-T. Van Lunen Chenu5. Les sources disponibles pour l’étude de ce groupe, devenu en 1993 Femmes et hommes en Église, proviennent du bulletin trimestriel. Il paraît régulièrement de 1971 à 19986, puis l’association décide de renoncer à cette publication et de s’exprimer désormais dans la revue trimestrielle de la Fédération des Réseaux des Parvis dont Femmes et Hommes en Église (FHE) est cofondatrice7.

5Deux dimensions de FHE seront abordées ici. Celle, d’abord, d’un réseau de femmes et d’hommes, de laïcs et de clercs, de spécialistes des questions religieuses et de personnes intéressées par celles-ci, réseau qui cultive les contacts internationaux, l’œcuménisme, et se donne comme objectif le développement d’un véritable partenariat entre les femmes et les hommes, pensé comme le levier d’une transformation en profondeur de l’Église. Puis nous aborderons FHE comme lieu de réflexion et de diffusion d’une pensée critique qui interroge, interpelle les autorités catholiques à propos du statut des femmes dans l’Église et en particulier de leur exclusion des ministères, dans des termes qui rejoignent plus ou moins explicitement ceux des féministes de cette période.

Un réseau de laïcs et de religieux, de femmes et d’hommes

Bruxelles, Paris, Lyon (années 1970)

  • 8 L’Alliance internationale Jeanne d’Arc est à l’origine une société suffragiste de catholiques angla (...)
  • 9 Yvonne Pelle-Douel, Être Femme, Paris, Seuil, 1967.

Assistant en 1969 à un colloque de l’Alliance internationale Jeanne d’Arc dont je fus longtemps membre8, je rencontrai la philosophe Yvonne Pellé-Douel9 que je ne connaissais pas encore (…). Elle était doublement convaincante lorsqu’elle démontait la constellation d’arguments alors en vogue, en faveur d’un rôle et d’une vocation spécifiquement féminins, illustrés par les mots « nature »« destin »« vocation » et « charismes » de la femme (…). Elle fut donc la première à qui je confiais que je voyais le temps venu de créer un groupe féministe où des hommes et des femmes s’engageraient ensemble, conscients que leurs rapports nouveaux seraient un bien commun devenu indispensable pour la vie de l’Église.

  • 10 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu Femmes et hommes, op. cit., p. 106-107. Des éléments sur les débuts d (...)
  • 11 Suzanne Van der Mersch (1914-2009), ayant vécu au Congo belge dans sa jeunesse, épouse d’un avocat (...)
  • 12 Pierre de Locht, (1916-2007), prêtre et théologie moraliste a été expert à Rome dans la commission (...)
  • 13 Des portraits, accompagnés de textes des personnes citées ici, figurent dans le bulletin de FHE de (...)
  • 14 Sur ce groupe de réflexion diaconale : Bruno Dumons, « Le rétablissement du diaconat permanent en F (...)
  • 15 Les Van Lunen-Chenu sont un couple franco-néerlandais de catholiques pratiquants qui a cinq enfants (...)

6C’est ainsi que M.-T. Van Lunen Chenu présente l’origine de Femmes et Hommes en Église10. Après une visite au dominicain Marie-Dominique Chenu qui soutient ce projet, celui-ci prend forme en 1970 à Bruxelles avec l’aide de la religieuse Suzanne Van der Mersch11, du théologien Pierre de Locht12, de Pierre Delooz, sociologue, membre de l’Institut Pro Vita Mundi, de Denise Peeters militante à l’Union Mondiale des Organisations Catholiques Féminines (UMOFC), de Robert Van der Gucht, philosophe, et d’André et Anne-Marie Delobelle. Un autre groupe s’organise à Paris, associant religieux et laïcs autour de Yvonne Pellé-Douël, de sœur Françoise Vandermeersch, Henri-Jacques Stikker, Marie-Odile Métral, René Simon, sœur Sabine Villate de Prugnes. Le réseau s’élargit peu à peu par des contacts personnels avec l’arrivée de Pauline Archambault, Odile Cadiot (fille de Marc Sangnier) et de Suzanne et André Tunc13. À Lyon, une petite équipe prend forme à son tour, encouragée par le théologien Henri Denis, avec Michèle Bauduin, Donna Singles, religieuse américaine et théologienne, Marie-Jeanne Bérère, théologienne laïque, Renée Dufourt, philosophe, et le groupe Effort diaconal animé par René Schaller qui publie une revue trimestrielle14. Le secrétariat international de FHE est hébergé à Bruxelles, dans les locaux du Centre de la Pastorale Familiale belge où sont imprimés les 33 premiers numéros du bulletin. M.-T. Van Lunen Chenu qui vit à Bruxelles avec sa famille15, joue un rôle important dans l’organisation et l’animation d’un mouvement sans structure officielle.

  • 16 Martine Sevegrand, Les enfants du Bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au XXe siècl (...)
  • 17 « Hommage à Pierre de Locht », articles d’Alice Gombault et Martine Sèvegrand dans la revue Les rés (...)

7L’apparition des premiers groupes qui vont structurer le réseau de FHE à Bruxelles, Paris et Lyon, ne relève pas du hasard. Les universités catholiques de Louvain et de Lyon, ainsi que l’Institut Catholique de Paris, ont formé nombre de théologiens qui ont joué un rôle majeur au concile Vatican II. On y trouve un climat d’ouverture, un ton assez libre sur les questions proprement religieuses comme sur les grands débats de société. Pierre de Locht, très impliqué à Louvain-Bruxelles, a exprimé son désaccord avec l’encyclique Humanæ Vitæ de juillet 1968 qui interdit les méthodes de contraception « non naturelles » et qui provoque de vives réactions en Belgique, en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France16. En disant publiquement en 1973, lors d’une manifestation à Namur, que « l’avortement peut constituer un moindre mal », il s’attire les foudres de Rome et est mis à l’écart de l’Université de Louvain17. À Paris et à Lyon, dans les années 1970- 1980, des femmes s’engagent dans des études de théologie et participent à la réflexion sur le devenir de l’Église. Donna Singles et Marie-Jeanne Bérère qui ont toutes les deux étudié la théologie, soutenu leurs thèses puis enseigné à la faculté de théologie de Lyon, ont été particulièrement attentives à la question du statut des femmes dans l’Église. Elles ont d’ailleurs signé de nombreux textes dans le bulletin de FHE. Un élément a sans doute joué dans l’extension du réseau du côté des laïcs : l’existence de paroisses universitaires actives depuis les années 1950 comme à Louvain, Paris et Lyon. Ces structures regroupant des enseignants du secondaire et de l’université (souvent des couples), ont pu être propices au débat et à la réflexion sur la place que les femmes et les hommes pourraient prendre dans une Église renouvelée.

  • 18 Nouveau changement d’adresse en juillet 1991, avec un nouveau local pour FHE, à Paris, au 66 rue de (...)
  • 19 Le bulletin de juin 1985 propose une carte de France indiquant les villes accueillant des rencontre (...)
  • 20 Impression confirmée par un petit sondage fait sur une dizaine d’années (1980-1990) et publié dans (...)
  • 21 Témoignages de Michèle Bauduin, Marie-Cécile Ramel, Renée Dufourt, Madeleine Comte.

8En novembre 1979, le Groupe international FHE-branche française se constitue en association loi de 1901 avec M.-T. Van Lunen Chenu comme présidente. La mention d’un secrétariat international (Bruxelles et Paris) disparaît et il y a désormais une seule adresse parisienne18. Le réseau s’étend peu à peu en France, à plusieurs villes et régions19. La part des femmes est plus importante, au vu des signatures d’articles, des courriers et témoignages publiés dans le bulletin20, de même que pour la participation aux colloques et aux activités de l’association d’après les personnes qui furent actives dans le groupe de Lyon21 et les responsables du mouvement comme Alice Gombault. Arrivée à FHE, par l’intermédiaire du théologien Hervé Legrand avec qui elle collabore à l’Institut Catholique de Paris où elle s’occupe de la communication, elle devient la présidente de l’association en 1986 et se souvient

  • 22 Entretien en mars 2011 par courrier électronique avec Alice Gombault.

d’hommes peu nombreux malgré notre titre, souvent des laïcs exclus, comme les femmes, des responsabilités dans l’Église ou des prêtres contestant, comme les femmes, l’autoritarisme de la hiérarchie. Du côté des femmes, beaucoup étaient de ma génération (nées dans les années 1930), d’un milieu plutôt bourgeois et intellectuel (mais), à l’inverse du Canada, pays avec lequel FHE avait beaucoup de contacts, il y avait peu de religieuses22.

Une dimension internationale, une préoccupation œcuménique

9La première apparition publique de FHE a lieu à l’occasion d’un colloque organisé par la revue Concilium à Bruxelles en 1971. Lancée en 1965 au lendemain du concile, cette revue internationale de théologie avait pour objectif de fournir des informations sur les problèmes nouveaux qui se posaient aux sociétés et aux Églises ainsi que des réponses nouvelles dans l’ensemble des disciplines théologiques et à l’échelle du monde. La plupart des théologiens ayant joué un rôle important au concile ont collaboré, dans les débuts, à Concilium où l’influence des théologiens d’Europe et d’Amérique du nord est importante. Dans les années 1970, le ton de la revue est très critique à l’égard de la Curie romaine. Les liens de FHE avec la revue Concilium, souvent citée dans le bulletin, sont un indice du positionnement, dans le monde catholique de l’après-concile, de ce groupe qui conjugue démarche critique et désir d’ouverture internationale : le terme de « groupement international » figure sur la couverture des bulletins des années 1970 puis la mention « bulletin international » dans les années 1980-1990. Dès les débuts de FHE, des liens sont rapidement établis avec des personnes, des réseaux, dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud. Parmi ces contacts, figurent aussi les associations de femmes catholiques comme l’UMOFC.

  • 23 Une question arrivée depuis quelques années seulement en France dans les travaux de sciences social (...)

10La question des femmes dans l’actualité religieuse internationale est très présente dans les bulletins de FHE. Un exemple parmi d’autres, celui de décembre 1982 sur le thème « Des femmes font aussi l’Église » avec l’interview d’un prêtre chilien sur la prise de responsabilités par les femmes dans les communautés de base ; la synthèse d’un article canadien sur les demandes de reconnaissance du bénévolat des femmes catholiques de diverses associations qui invitent les clercs « à se défaire du modèle culturel traditionnel qui confine l’homme et la femme dans des rôles figés » ; un entretien de Denise Peeters (de Bruxelles) avec Mgr Lucker, évêque américain du Minnesota, signataire en 1981 d’une lettre pastorale prenant position contre le sexisme ; un article sur l’ordination de femmes prêtres dans l’Église luthérienne de Suède et un texte sur le féminisme luthérien en Allemagne fédérale. Les notes de lecture concernent souvent des ouvrages étrangers avec un choix qui ne se limite pas au champ religieux comme le montre la recension, en décembre 1982, du livre publié cette année-là par l’américaine Carol Gilligan, In a Different Voice, ouvrage pionnier dans la réflexion sur la problématique du « care »23.

  • 24 André Jacques, Madeleine Barot. Une indomptable énergie, Paris, Cerf-Labor et Fides, 1989.
  • 25 Le COE, Conseil œcuménique des Églises, d’initiative protestante, avait affirmé dans la déclaration (...)
  • 26 WELG : Women’s Ecumenical Liaison Group.
  • 27 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, op. cit., p. 110 et s.

11L’accent mis par FHE sur l’échange des idées et des expériences à l’échelle internationale nous amène à la question de l’œcuménisme. Parmi les héritages revendiqués dans le bulletin de mars 1982, il y a « la sève de l’œcuménisme car, ce n’est un secret pour personne, certaines églises évangéliques (…) nous ont précédées sur le chemin de la communauté des femmes et des hommes dans la société et dans l’Église ». Ce fut l’occasion de rencontres et d’échanges entre femmes catholiques et protestantes. Elles étaient, en effet, un petit nombre d’auditrices au concile dont l’espagnole Pilar Belossillo, présidente de l’UMOFC (catholique) et la française Madeleine Barot, protestante24 et directrice du Département pour la coopération des femmes et des hommes au Conseil Œcuménique des Églises (COE)25. De ces rencontres est né un Groupe de liaison œcuménique de femmes (WELG26) associant des auditrices au concile et des femmes désignées par le COE et par le Secrétariat pour l’Unité des Chrétiens. Des groupes œcuméniques de femmes apparaissent aux Pays-Bas à la fin des années 1960, mais Rome suspend la participation catholique au WELG et une nouvelle initiative est lancée en 1982, avec le Forum œcuménique des femmes chrétiennes d’Europe associant protestantes, catholiques et orthodoxes27.

  • 28 Hans Küng, théologien catholique allemand, interdit d’enseignement par Rome en décembre 1979.

12Le bulletin de FHE publie des textes de femmes protestantes. En mars 1982, Claudette Marquet, pasteure de l’Église Réformée de France, explique que malgré l’avance des Églises protestantes en matière de statut des femmes, elle connaît « bien des catholiques qui réagissent d’une manière plus féministe que certains de mes coréligionnaires, tant il est vrai que les doctrines et les discours ne recouvrent pas toujours les pratiques ». Dans le même bulletin, Anne Jensen et Michael Stemmeler de l’Institut Œcuménique de Tübingen dirigé par Hans Küng28, évoquent la réflexion menée sur le statut des femmes par les protestants et les catholiques allemands au début des années 1980. France Quéré, théologienne protestante donne un court texte sur « l’égalité chrétienne » dans le bulletin de juin 1982 où elle rappelle que « l’Evangile a prêché prophétiquement l’égalité foncière entre l’homme et la femme » mais alors « pourquoi cette égalité tronquée qui vaut pour l’âme mais pas pour l’intelligence, qui vaut pour la substance mais pas pour l’existence ? ». Dans le même bulletin, Françoise Alexandre se dit « féministe protestante » et plaide pour « un œcuménisme des sexes et des religions ».

  • 29 Bulletin de FHE, juin 1990.
  • 30 Article publié en allemand dans la revue Diakonie de Stuttgart (sans mention de date).

13Des membres de FHE fréquentent les rassemblements œcuméniques et en rendent compte. On peut lire, dans le bulletin de juin 1989, une lettre enthousiaste de M.-T. Van Lunen Chenu sur le rassemblement œcuménique de Bâle qui souligne la présence active des femmes et raconte comment un évêque catholique néerlandais a été sifflé pour ses propos sur le lien entre biologie féminine et type d’activité dans l’Église. En 1990, c’est le rassemblement œcuménique de Séoul, sous le signe de l’Alliance, qui est salué avec le texte de la prédication d’une pasteure protestante allemande29. Il y a aussi une place pour les femmes orthodoxes dans le bulletin de FHE. Elisabeth Behr-Sigel, théologienne orthodoxe venue du protestantisme, montre, dans celui de juin 199130, une situation contrastée et moins figée que ce que l’on croit souvent. L’affirmation de l’égalité devant Dieu des hommes et des femmes est contredite par le fait que seul le baptisé masculin peut passer derrière l’iconostase, dans la partie du sanctuaire où se trouve l’autel ; mais c’est un rite que des femmes orthodoxes récusent et que des prêtres hésitent à pratiquer. Il est aussi question de la demande par des femmes formées au plan théologique et rendant de multiples services dans leurs communautés, d’une consécration de leur diaconie. La théologienne signale l’initiative d’une consultation inter-orthodoxe organisée en novembre 1988 par le Patriarcat œcuménique de Constantinople sur « La place de la femme dans l’Église et l’ordination des femmes » à laquelle, pour la première fois, des femmes étaient associées. Un signe positif, dit-elle, qui va dans le sens des préoccupations des femmes et des hommes de FHE.

Pour un véritable partenariat entre les femmes et les hommes dans l’Église

14Le thème du partenariat revient très régulièrement dans les pages du bulletin et fait l’objet de plusieurs colloques, dossiers et articles. Suzanne Van der Mersch (de Bruxelles), rappelle dans le bulletin de mars 1982, que l’intitulé « Femmes et Hommes dans l’Église » préféré à « Hommes et Femmes dans l’Église », a été une proposition des hommes du petit groupe des débuts. Marie-Jeanne Bérère (de Lyon), s’en félicite dans le même bulletin : « les femmes sont premièrement nommées, conjointement nommées avec les hommes pour affirmer qu’en Église, il ne doit pas y avoir de discrimination par le sexe ». Mais comment y parvenir ? La théologienne évoque, dans le bulletin de décembre 1982 intitulé « Les femmes font aussi l’Église » – thème d’une rencontre organisée à Lyon cette même année –,

l’opposition, si solidement établie entre clercs et laïcs (…) qui induit un jugement de valeur entre le clerc sacralisé, porté dans le sphère du divin et les laïcs rejetés à l’extérieur du sanctuaire (…). Les femmes sont en effet doublement infériorisées lorsqu’elles partagent les tâches d’Église, une première fois parce que femmes, une seconde parce que laïques.

  • 31 Bulletin de FHE, juin 1985.

15D’où la nécessité d’un réel partenariat entre femmes et hommes, clercs et laïcs. Jacques Tremblay, professeur de théologie à l’université du Québec à Rimouski, invité à la rencontre nationale de FHE organisée en mars 1985, considère que « l’emploi du mot de partenariat traduit plus adéquatement que les mots égalité et complémentarité, les relations entre femmes et hommes dans l’Église »31.

16« Partenaires autrement » est le thème choisi pour un grand colloque de FHE à Paris, en septembre 1991, à l’occasion des 20 ans de l’association. Un moment fort pour celles et ceux qui y ont participé : 200 personnes dont un quart d’hommes, 17 communications originales, deux grandes conférences, des temps festifs de danse, de chant, une célébration, sans oublier la dimension esthétique avec compositions florales et sculptures. Une rencontre qui a un écho médiatique avec des articles dans La Croix, Témoignage chrétien, La Vie et Ouest France. Pour Alice Gombault,

  • 32 Bulletin de FHE, septembre 1991.

le terme de partenaire désigne des relations d’un type nouveau, capables d’intégrer l’égalité entre les sexes et la réciprocité entre eux (…). Mais il ne s’agit nullement de promouvoir un aplatissement des différences (…) c’est faire en sorte que ces différences ne se pervertissent pas en dominations, exclusions ou discriminations mais qu’au contraire, chacun et chacune puissent s’enrichir des différences de l’autre32.

17Un « Livre blanc du partenariat » figure dans le bulletin de décembre 1991, reprenant les conférences du théologien catholique Henri Denis et de Nicole Fischer, protestante, membre du COE. Le premier revient sur « le partenariat originel et original entre hommes et femmes », comme fruit d’une volonté, comme dépassement ou résolution de situations conflictuelles. Nicole Fischer estime que le partenariat ne peut se faire qu’entre égaux et que partenariat et engagement féministe vont de pair.

  • 33 Albéric de Palmaert, Le sexe ignoré. La condition masculine dans l’Église, Paris, Desclée de Brouwe (...)
  • 34 Le débat sur la parité est très vif en France au milieu des années 1990.

18« Hommes, Femmes, partenaires vraiment ? » : c’est la question posée dans le bulletin d’octobre 1995. Interrogeant cette fois la place des hommes, Albéric de Palmaert33 distingue « trois sexes dans l’Église, les hommes, les femmes et les clercs » avec un conflit potentiel, du côté des hommes, entre des clercs obligés d’abandonner une part importante de leur masculinité et des laïcs qui n’ont pas fait les mêmes choix. L’auteur en conclut que « si les hommes détiennent le pouvoir dans l’Église, c’est au sacrifice de leur masculinité », propos qui donne à réfléchir sur les contours de cette « masculinité ». Alice Gombault s’interroge sur le triptyque « égalité, parité, partenariat » en évoquant les « impasses de l’égalité », si celle-ci impose aux femmes de s’aligner sur le modèle masculin. Elle propose plutôt « l’ouverture des rôles masculins et féminins comme une chance pour les deux sexes ». La parité34, permet-elle de réintroduire la différence sans transiger sur l’exigence d’égalité ? C’est finalement le partenariat que privilégie FHE, à la fois comme stratégie et comme but.

On ne peut qu’entrer dans un processus de partenariat où l’égalité et la parité prendront des formes concrètes. Il en est de même dans nos Églises (…). Chaque petite action de partenariat, bien préparée dans cet esprit, fixant les droits de chacun et de chacune (...) est un levier mis en place pour la modification ultérieure des relations.

  • 35 Les activités du Centre « Femmes et Christianisme » de Lyon sont régulièrement mentionnées dans le (...)

19« Partenariat : quelles pédagogies ? ». Une approche concrète est proposée dans le bulletin de décembre 1996, à partir des travaux du groupe FHE d’Evreux et d’un « symposium » à l’université Laval du Québec. Le document d’Evreux propose quelques repères pour ce partenariat qui doit naître d’un projet, reposer sur un contrat, se fonder sur la différence, s’inscrire dans le temps, qui engage des intérêts, induit l’idée de rôle, suppose une évaluation et s’enracine dans une attitude spirituelle. Lors de la rencontre du Québec, le partenariat est présenté comme « solidarité dans l’action où chacun ajuste son rôle et son agir au bénéfice de l’autre » (Hervé Legrand), « défi à relever, voie à inventer » (Michèle Lagüe), « refus d’être rival, adversaire ou « compétiteur » (Gilles Routhier). Le thème revient sous l’angle de « l’Alliance » lors du colloque lyonnais de mars 1997 « Au tournant de l’histoire, chrétiens et chrétiennes vivent de nouvelles alliances », organisé pour les 10 ans du Centre Femmes et Christianisme dont Monique Chomel salue le travail dans le bulletin de juin 199735. L’évènement rassemble près de 200 personnes avec une nette majorité de femmes.

Le choix d’un titre n’est jamais innocent (…). En même temps qu’il constate la mise en œuvre de nouvelles alliances dans les différents lieux où les femmes et les hommes se rencontrent, il suggère aussi un non-dit : l’espoir que ce nouveau type de partenariat connaîtra des lendemains encore plus riches, plus solides, plus justes

  • 36 Au tournant de l’histoire, chrétiens et chrétiennes vivent de nouvelles alliances, Lyon, Profac, 19 (...)

écrit la théologienne Donna Singles dans l’introduction de l’ouvrage publié à la suite de ce colloque36. Elle poursuit en affirmant que

la prise de conscience massive, quasi-universelle des femmes de notre temps, interdit tout retour en arrière au « bon vieux temps » quand leurs relations avec les hommes se faisaient sur un mode hiérarchique, quand elles étaient soumise à l’autorité masculine.

  • 37 Notons une phrase un peu surprenante, p. 46, dans l’intervention d’Hervé Legrand, pour qui s’intére (...)
  • 38 Ibid, p. 89-90.

20La question d’un nouveau contrat femmes-hommes est abordée par trois interventions. La théologienne québécoise Olivette Genest analyse l’omniprésence de la métaphore nuptiale dans la Bible, à propos de l’Alliance, une image largement reprise par les textes de Rome dont elle critique la lecture normative qui ne prend pas en compte le modèle évangélique de l’égalité. Or celui-ci propose une nouvelle alliance et, dans une traduction contemporaine, de nouvelles modalités de partenariat entre hommes et femmes, y compris dans l’Église. Hervé Legrand analyse les enjeux théologiques et ecclésiologiques du nouveau rapport hommes-femmes dans les sociétés occidentales37 puis la juriste Hélène Gisserot, évoque ce nouveau contrat dans la société française, plaidant pour un certain volontarisme avec un accompagnement des nouvelles formes de relations entre les sexes dans une société de plus en plus mixte. De nombreux ateliers prolongent cette réflexion dans ce colloque auquel participent des membres fondateurs de FHE, comme M.-T. Van Lunen Chenu qui rappelle que FHE a travaillé « pour que puisse surgir et être prise en compte la parole des femmes (…) parce que nous croyons en, notre égalité de dignité, de droits et de co-responsabilité»38 et Pierre de Locht. Celui-ci intervient avec Martine Millet, pasteure protestante, pour un « propos prospectif ». Le théologien qui a traversé le siècle (il a 81 ans), a gardé la liberté de ton du fondateur de la paroisse libre de Bruxelles pour rappeler sa

  • 39 Ibid, p. 217 et s.

conviction que les responsables romains sentent confusément que s’ils s’engageaient dans la ligne d’une compréhension et d’une véritable acceptation de la sexualité, de la femme, du couple, du partenariat, rapidement tout l’édifice institutionnel serait profondément à revoir39.

FHE, des catholiques féministes ?

La critique de l’Église comme institution masculine et « sexiste »

  • 40 Suzanne Van der Mersch, Pierre de Locht, Yvonne Pellé-Douël et Michel Chartier.
  • 41 Bulletin de FHE n° 1, décembre 1971 essentiellement consacré à cette conférence de presse.

21Lors de leur première conférence de presse tenue le 12 octobre 1971 à Rome dans le cadre d’un synode qui leur a permis d’établir de nombreux contacts, quatre membres de FHE40 mettent l’accent sur la question de l’égalité femmes-hommes dans l’Église41. Pour Yvonne Pellé-Douël,

l’Église est une société masculine. Les femmes n’ont de rôle reconnu qu’à distance, dans la sujétion, l’obéissance, le silence. Leurs vertus sont définies par les besoins masculins : elles y sont admises et glorifiées comme mères, épouses dociles et dévouées, vierges consacrées au service perpétuel et inaptes aux responsabilités viriles (…). L’Église devrait-elle rester sur des positions que rien ne justifie dans le message chrétien lui-même ?

22Suzanne Van de Mersch explique que l’objectif de FHE est de « promouvoir une saine et fructueuse collaboration des hommes et des femmes dans l’Église » mais elle constate que « depuis le début du synode, la femme a été parfaitement ignorée ». Elle tient cependant à remercier les évêques canadiens et en particulier celui de Winnipeg, pour « une intervention toute fraternelle et dénuée de paternalisme » au sujet de l’éventualité de ministères féminins. La religieuse ne mâche pas ses mots à propos des pères du Synode dont :

un certain nombre d’entre eux devraient se libérer de l’image fausse de la femme qu’ils portent en eux (…). On pourrait remplir un écrin avec les perles qui ont été enfilées par les farouches défenseurs du célibat (…) nous avons appris que le célibat était bien sûr une option héroïque mais que l’héroïsme était une vertu sacerdotale.

23Pour Pierre de Locht,

si l’Église vivait vraiment la coopération femme-homme à tous les niveaux, si elle en acceptait les difficultés, les exigences, les richesses, il ne lui serait plus possible de se cantonner dans des perspectives abstraites, intemporelles (…). Tous ces refus à l’égard de la femme, du mariage, de la sexualité sont très significatifs d’un mal grave dans l’Église.

24Cette vision de l’Église catholique comme institution masculine, tenant les femmes à l’écart ou les enfermant dans des rôles prescrits et ne respectant donc pas les valeurs évangéliques, revient régulièrement dans le bulletin de l’association au fil des années. En octobre 1972, un futur diacre s’interroge sur « le visage monarchique, pyramidal et masculin de l’Église ». Dans l’éditorial de mars 1974, Anne-Marie Delobelle estime

  • 42 L’histoire des femmes, nouveau champ de recherche au début des années 1970, a commencé à diffuser c (...)

qu’il faut donc admettre que la distinction et la hiérarchisation des statuts masculin et féminin sont des créations historiques42 (…) que le concept moderne de division des tâches (…) n’est en réalité qu’un cercle vicieux qui peut légitimer l’exclusivité définitive des tâches.

  • 43 Le Bulletin de FHE d’août 1974 lui est consacré pour l’essentiel.

25La critique des discriminations à l’égard des femmes dans l’Église est particulièrement vive lors du premier colloque international organisé en avril 1974 par FHE43. Le texte dénonce le fait que

  • 44 L’année 1974 est marquée en France par les mobilisations féministes en faveur de la légalisation de (...)

les discriminations dont les femmes sont victimes dans notre société dans l’ordre politique, social, économique, culturel, loin d’être combattues dans l’Église, s’y retrouvent couramment renforcées et religieusement justifiées. La fidélité à l’Evangile n’explique pas cette attitude mais bien plutôt une vision archaïque de la sexualité sacralisant, sur un mode statique, une soi-disant nature humaine, et sacralisant une idée figée de la vie44 qui ne reconnaît ni n’assume l’indispensable créativité des hommes. Dans ce contexte, ne s’explique que trop bien, hélas, le refus de maints détenteurs du pouvoir dans l’Église de se réinterroger notamment sur le célibat obligatoire des prêtres, sur l’exclusion des femmes de tous les ministères ordonnés, sur l’assujettissement des religieuses à des juridictions masculines.

26Le manifeste s’achève avec la demande d’une présence active du groupe international FHE au synode des évêques qui doit se tenir à Rome.

  • 45 Il était encouragé dans cette démarche par des amies auditrices dont Marie-Thérèse Van Lunen Chenu.
  • 46 Quatre noms souvent cités dans le Bulletin de FHE.

27Le terme de « sexisme clérical » est employé par le théologien Jean-Marie Aubert dans le bulletin de mars 1982 où il évoque la motion qu’il avait proposée pour « dénoncer la discrimination qui est pratiquée à l’égard des femmes dans l’Église »45 lors du congrès de la revue Concilium de septembre 1970 qui avait réuni, à Bruxelles, 180 théologiens sur le thème de « l’avenir de l’Église ». Ce texte avait suscité de nombreux refus, y compris de collègues qu’il considérait comme « ouverts ». La motion était finalement passée grâce au poids de théologiens comme Yves Congar, Marie-Dominique Chenu, Karl Rahner et Hans Küng46. Un épisode révélateur, pour Jean-Marie Aubert, de ce « vieil antiféminisme clérical informulé mais tenace ».

28Autre indice d’une forme de sexisme dans l’Église, l’étrange absence des femmes dans des ouvrages comme celui d’un expert au concile, Bernard Häring, intitulé Quelle morale pour l’Église ? dont Alice Gombault rédige une note de lecture dans le bulletin de juin 1990. Elle s’étonne de ce que l’auteur, assez proche des théologies de la Libération, réussisse « le tour de force de ne pas utiliser le mot femme, sauf à propos de son propre célibat ». Dans la même rubrique, Suzanne Tunc est surprise de ne pas trouver le mot « femme » dans le précis Dalloz de droit canonique. Cette invisibilité est associée à la persistance des représentations très traditionnelles de la « femme » dans les textes romains. La « Lettre aux femmes » du pape Jean-Paul II, publiée en 1995, peu avant l’ouverture de la conférence internationale de Pékin organisée par l’ONU, suscite de vives réactions comme celle d’Alice Gombault dans le courrier des lecteurs de La Croix du 13 septembre 1995, repris dans le bulletin d’octobre :

Le pape profite de cette lettre pour continuer à exposer (et à imposer) une image de La Femme universelle et éternelle et non des femmes diversement situées, une image du « génie féminin » qui s’incarne, à la façon de Marie, dans le service et non dans les prises de décision et le nécessaire exercice du pouvoir.

Au cœur de la réflexion et de l’action de FHE : l’accès des femmes aux ministères

  • 47 Bulletin de FHE, mars 1982, p. 5.
  • 48 « Marie-Jeanne Bérère, théologienne catholique, et la question des femmes dans l’Église », Clio, 15 (...)

29Cette question est très présente dès les premiers bulletins de FHE. Elle n’est pas complètement nouvelle, même si la revendication se fait plus visible dans les années 1970-1980. Dans son congrès international de 1963 à Fribourg-en-Brisgau, l’Alliance internationale Jeanne d’Arc avait fait savoir à Rome que « si l’Église dans sa sagesse et en son temps décidait de confier aux femmes la dignité du sacerdoce, il s’en trouverait prêtes à répondre à cet appel »47. Deux registres se croisent dans la manière dont cette question est portée par FHE. D’une part, la dénonciation d’une discrimination, au même titre que d’autres dans la société, s’appuyant sur la référence aux textes internationaux à propos des droits de l’Homme, d’où de multiples interventions à l’occasion des synodes réunis à Rome. Mais il y a aussi la réflexion philosophique et théologique de femmes et d’hommes qui réfutent l’argumentaire romain sur l’interdit du sacerdoce pour les femmes et remettent en cause l’excessive sacralisation de la figure du prêtre, considérée comme peu évangélique ; une démarche intellectuelle parfois liée à une expérience douloureuse, c’est le cas de la théologienne lyonnaise M.-J. Bérère, très marquée par la relégation vécue durant ses années d’enseignement dans un petit séminaire48.

30« Nous avons honte ! Nous avons mal (…). Pourquoi la femme est-elle à ce point objet de blocage dans l’Église ? ». L’éditorial du bulletin d’octobre 1972 réagit vivement au Motu Proprio qui exclut les femmes des ministères laïques de lecteur et d’acolyte. Un article de la Libre Belgique du 15 septembre évoque le « risque d’une ségrégation des femmes qui n’est plus conforme à la réalité et à la mentalité d’aujourd’hui ». D’autres réactions critiques sont signalées comme celles d’André Mandouze dans Le Monde, d’Odile Boissonnat, lectrice à Saint-Séverin à Paris, dans l’Express, de Sœur Françoise Vandermeersch, directrice de la revue Echanges pour qui « établir une telle discrimination des sexes relève d’un autre âge ». La présidente du Conseil des Religieuses des Etats-Unis, Sœur Teresa Fox, parle d’une « exclusion difficile à comprendre pour les femmes qui ont placé leur idéal au service de l’Église ». Des extraits d’un document du groupe FHE de Paris sur les ministères des laïcs, remis aux évêques de France réunis à Lourdes, sont mentionnés dans ce bulletin :

Un ministère est pour nous une fonction reçue d’une communauté chrétienne (...) fruit d’un charisme appelant une compétence et revêtant une certaine stabilité. C’est bien entendu dans la perspective d’une totale égalité et totale réciprocité entre les hommes et les femmes que nous formulons cette demande de reconnaissance des ministères laïques (p. 11).

31La proposition du jésuite Joseph Moingt qui envisage, dans la revue Etudes d’août-septembre 1972, la possibilité de « présidents de communautés » (hommes ou femmes) pouvant accomplir beaucoup de choses sans pour autant être prêtres montre qu’il y a un véritable débat dans l’Église sur cette question des ministères. Mais les signaux venus de Rome ne sont guère encourageants. Six mois plus tard, le communiqué du Vatican sur la mise en place d’une commission mixte pour « l’étude de la fonction de la femme dans la société et dans l’Église » précise « qu’avant toute délibération, est exclue la possibilité de l’ordination sacerdotale des femmes ». C’est « une commission tenue en laisse » pour l’éditorial du bulletin de FHE de mai-juin 1973 qui cite le commentaire du théologien hollandais René Van Eyden, de l’Université d’Utrecht : « hélas, l’autorité ecclésiastique se fait encore une idée de la femme, réduite à de soi-disant rôles spécifiques, en opposition profonde avec ce que vivent déjà de nombreuses femmes dans l’Église comme dans le monde ». Il y a cependant des signes d’ouverture : l’évêque de Nanterre se prononce en faveur de l’ordination d’hommes mariés, idée à laquelle les Français sont favorables d’après un sondage de la SOFRES pour Le Figaro, cité dans le bulletin de septembre-décembre 1973, mais on relève que l’ordination des femmes possède moins de partisans. Des femmes prêtres ? le livre de Pierre Gallay, religieux assomptionniste, rédacteur à La Croix, est évoqué à travers deux réactions : l’une, plutôt favorable du journal Le Monde, l’autre, plus nuancée, d’Odette d’Ursel dans la Revue Nouvelle qui, tout en saluant cette première étude française sur l’éventualité d’un sacerdoce féminin, en pointe les limites : le fait par exemple de ne pas prendre en compte « cette crainte d’hommes qui pourraient perdre le leadership dans l’Église ». Où l’on voit que la question du ministère du prêtre est liée à celle du pouvoir dans l’Église. Si la prêtrise paraît un objectif bien lointain pour les femmes, l’espoir de les voir accéder au diaconat demeure comme l’indique le bulletin de mars 1974, relatant un récent colloque à Paris du groupe Effort diaconal auquel ont participé des membres de FHE, des théologiens (Jean-Marie Aubert, Hervé Legrand, Yves Congar) ainsi que trois femmes protestantes.

32Pourquoi cet accent mis sur la question des ministères pour les femmes ? M.-J. Bérère, dans le bulletin de mars 1982, y voit une logique de l’action menée par FHE :

en effet, travailler à transformer la situation des femmes (…), s’engager dans une action pour que soient reconnus les services bien réels qu’elles rendent dans l’Église (…) amenait nécessairement à rencontrer la question du refus de cette Église de conférer aux femmes les ministères qu’elle donne aux hommes. Et s’il est un lieu d’Église où les relations personnelles sont grevées de discriminations à l’égard des femmes, c’est bien celui des ministères. Rien d’étonnant alors à ce que germe dans l’esprit et dans le cœur de sympathisants actifs de FHE l’idée de promouvoir l’accession des femmes à des responsabilités ecclésiales reconnues et particulièrement au diaconat permanent qui, depuis le Concile Vatican II, est conféré à des hommes même mariés.

  • 49 Marie-Jeanne Berere, Renée Dufourt et Donna Singles, Et si on ordonnait des femmes ?, Paris, Centur (...)

33Mais cette demande se conjugue avec celle d’un nécessaire renouveau de tous les ministères, y compris du ministère sacerdotal du prêtre. Un point de vue partagé par Pilar Bellosillo qui estime, dans le bulletin de juin 1982, que « dans l’Église traditionnelle, la fonction du sacerdoce ministériel paraît monopoliser toutes les autres fonctions ». Suzanne Tunc, dans le même bulletin, pointe à propos d’une récente lettre du pape Jean-Paul II aux prêtres « une conception dangereusement centralisée et hypertrophiée du "sacerdoce" des prêtres ». Analysant de manière précise le vocabulaire de ce texte, elle rappelle que « la Cène n’a pas eu pour raison d’instituer une nouvelle « caste sacerdotale » que « Les Douze ne devaient pas être autre chose que les témoins officiels du message de Jésus » et que « Paul lui-même considère que sa mission n’est pas d’ordre sacramentel ». Cette même année, paraît Et si on ordonnait des femmes…?, livre co-écrit par trois femmes du groupe FHE de Lyon dont M.-J. Bérère49. Elles entendent répondre à la déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (Inter Insigniores, janvier 1977) expliquant pourquoi les femmes ne peuvent être ordonnées prêtres. Dans une argumentation, très documentée, les auteures (deux théologiennes et une philosophe) remettent en cause les analogies telles que Christ-chef-homme/Femme-corps-Église ainsi que la symbolique du prêtre comme figure du Christ qui permet de justifier l’exclusion des femmes. Dans leur conclusion, elles se demandent « pourquoi ce refus d’entendre ? ».

34« Les femmes veulent être là où le pouvoir s’exerce dans l’Église » : c’est sous ce titre qu’est présentée, dans les bulletins de décembre 1986 et de mars 1987, une « entrevue » de la théologienne québécoise Marie Gratton Boucher de l’Université de Sherbrooke. Pour cette femme laïque et mariée, « c’est dans une perspective de renouveau que les femmes réclament le droit au pouvoir dans l’Église et non pas pour perpétuer les structures actuelles ». Le propos aborde de nombreuses questions dont celle du sacerdoce :

  • 50 Bulletin de FHE, décembre 1986, p. 13-14.

on affirme que seuls les hommes peuvent accéder au sacerdoce parce que le Christ était un homme. Or, quels sont les gestes que le prêtre ou l’évêque accomplit au cours des célébrations liturgiques ? On le voit répandre de l’eau, laver symboliquement l’enfant au baptême, réconcilier dans le sacrement du pardon, oindre d’huile dans la confirmation, partager le pain à l’eucharistie, ... Tous gestes qui sont posés par les femmes dans la vie quotidienne : laver, réconcilier, nourrir. Il faudra bien qu’on m’explique les raisons pour lesquels ces gestes perdraient leur valeur sacramentelle du fait qu’ils seraient posés par des femmes dans un contexte religieux alors qu’ils sont pleins de sens, au cœur de la vie de tous les jours50.

35Cette manière très concrète d’aborder la fonction du prêtre tend clairement à la désacraliser, démarche que l’on retrouve chez M.-J. Bérère.

  • 51 Taizé où a été créée en 1943 une communauté religieuse d’hommes venus du monde protestant, adoptant (...)
  • 52 Bulletin de FHE, mars 1982, p. 5.

36Femmes et ministères, la question a aussi une dimension internationale œcuménique. Rappelons l’antériorité des Églises protestantes en matière de participation des femmes aux responsabilités pastorales. Des femmes ont pu devenir pasteur dès les années 1930 dans l’Église luthérienne d’Alsace et c’est aussi le cas, à partir de 1965, dans l’Église Réformée de France. En 1967, se tient à Taizé, en Saône-et-Loire51, une conférence internationale œcuménique féminine dont la centaine de participantes de diverses traditions chrétiennes vote une recommandation affirmant que « les femmes pourraient apporter une contribution plus efficace à la mission de l’Église si elles étaient mieux et plus généralement insérées aux organes de pensée, de décision de pastorale »52. Dans le compte-rendu d’un colloque de la Faculté de théologie de Sicile à Palerme, en novembre 1989, rassemblant des orthodoxes, des anglicans, des catholiques et des coptes, sur le thème « Femmes et ministères : un problème œcuménique », Donna Singles conclut ainsi, dans le bulletin de juin 1990 :

une théologie du ministère qui ne traduit pas réellement les besoins de l’Église située dans le temps et dans l’espace, est sans intérêt, voire insupportable pour ceux et celles qui croient à l’actualité de l’Evangile.

37La nouvelle de l’ordination des femmes dans l’Église anglicane, décidée le 11 novembre 1992, fait l’objet d’un éditorial enthousiaste du bulletin de décembre 1992 où Alice Gombault, interviewée sur France 2, dit la joie et l’espoir que suscite cette décision et estime que ce pourrait être possible dans l’Église catholique car « il n’y a pas d’obstacles venant des Ecritures ». On peut aussi lire le texte d’une anglicane de Nouvelle-Zélande, prochainement ordonnée prêtre, qui propose une réflexion biblique sur l’enfantement dédiée à sa petite fille de 7 mois, ainsi que la réaction de l’Église luthérienne d’Allemagne, sereine face aux critiques du Vatican à propos de l’ordination de la première femme évêque. Il est aussi question de l’échec d’un projet de lettre pastorale des évêques américains sur les femmes, texte désavoué par Rome et finalement non voté mais qui a permis de rendre visible la question de l’ordination des femmes.

38La lettre apostolique de Jean-Paul II de mai 1994 – redisant clairement que l’ordination sacerdotale est exclusivement réservée aux hommes – déclenche à nouveau de vives réactions dont FHE se fait le relais dans le bulletin de septembre intitulé « Le magistère au masculin », en publiant les courriers adressés aux évêques du Canada, de Belgique, par des groupes engagés sur ce dossier ; la réponse d’un collectif de femmes de Barcelone débute par ainsi : « En tant que filles et héritières du Royaume de Dieu, nous croyons avoir le droit et le devoir de répondre aux affirmations exclusivistes que Jean-Paul II fait dans sa lettre ». Cinq ans plus tard, en 1999, le numéro 281 de la revue Concilium a pour thème « Le refus d’ordonner des femmes et la politique de pouvoir ». Parmi les auteurs, pour la plupart des théologiens, hommes et femmes, beaucoup de noms repérés dans le bulletin de FHE et dans la liste des 28 personnes ayant contribué à la réalisation de ce numéro, deux viennent de France dont Donna Singles.

Femmes et Hommes dans l’Église, en Église : des catholiques féministes ?

  • 53 Betty Friedan s’est fait connaître par le livre The Feminine Mystique, traduit en français par Yvet (...)

39« Je voyais le temps venu de créer un groupe féministe où des hommes et des femmes s’engageraient ensemble », ce propos de M.-T. Van Lunen Chenu associe clairement le fait d’être catholique et féministe. Sous le titre « Betty Friedan en audience chez le pape », le bulletin de sept.-déc. 1973 cite un article de Dominique Desanti, dans Le Monde du 14 novembre, racontant la rencontre entre une figure du féminisme américain53 et Paul VI :

j’y suis allée pour exposer au chef de l’Église nos combats et nos buts et lui demander que le catholicisme aide les femmes à trouver leur identité. Et qu’a dit le pape ?. Il a répondu qu’il n’y avait pas à attendre de l’Église un tournant radical (…) J’avais apporté à Paul VI l’insigne, en or, de notre mouvement : le signe féminin traversé du signe égal. Je lui ai fait remarquer que cela formait une croix d’un type nouveau. Qu’a répliqué Paul VI ? Le pape m’a remis une médaille bénie en me remerciant de mes efforts pour une meilleure compréhension de la dignité de la femme.

40Cette scène assez drôle, comme les nombreux dessins présents dans le bulletin où les prix « orange » et « citron » décernés, à des responsables de l’Église, pour leurs positions favorables (ou non) à l’égalité des sexes dans l’Église sont la marque d’un humour qui s’apparente à celui des féministes des années 1970.

41Les deux présidentes successives du mouvement, M.-T. Van Lunen Chenu et Alice Gombault, disent être devenues féministes moins pour des raisons liées à leur itinéraire personnel que par une prise de conscience liée à un contexte général dans la société et dans l’Église. « Je n’étais pas très féministe à l’époque » dit Alice Gombault,

  • 54 Entretien par mail.

n’ayant pas trop souffert dans ma famille, mon foyer ou mes études de ma condition de femme. Hervé Legrand (avec lequel elle travaillait) était beaucoup plus averti que moi des minorisations ou exclusions subies par les femmes. J’ai commencé à lire Francine Dumas, Anna Belotti, (Du côté des petites filles), Simone de Beauvoir et à retrouver des sensations de rage rentrée éprouvées dans mon enfance (…). J’ai pris conscience de l’importance de l’enseignement et de la pratique de l’Église dans la construction du féminin et du masculin et dans le maintien des femmes en situation de dépendance en son sein, mais aussi dans la société54.

  • 55 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, o cit, p. 83-125.

42M.-T. Van Lunen Chenu, interrogée sur ce sujet en 199855, estime que « le féminisme ne se contente pas d’une tâche critique, il a fait naître une nouvelle conscience des femmes (…) qui veulent à la fois l’égalité des droits et le respect des différences (…) être féministe, c’est revendiquer ses droits d’être humain ». Ayant assisté à de nombreuses rencontres internationales (conférences de Copenhague en 1980, de Pékin en 1995), elle a pu constater l’attitude souvent dubitative des participantes face à des femmes se présentant comme catholiques et féministes. « Il n’était pas rare que nous soyons prises à partie : « comment oses-tu te dire féministe et catholique ? ». D’où la nécessité, « d’affirmer nos convictions en tant que féministes chrétiennes », tâche rendue difficile par le rôle problématique des textes romains.

Avec Femmes et Hommes, le combat féministe pour la reconnaissance plénière des femmes comme personnes à part entière, d’égale dignité, d’égale humanité, se dépasse lui-même et s’accomplit en devenant le combat des femmes non plus « contre » les hommes mais « avec » les hommes partout où il y a discrimination et sexisme.

43Ce propos d’Yvonne Pellé-Douel, dans le bulletin de mars 1982, peut être lu comme une manière de se démarquer d’un autre féminisme qui serait dans le combat contre l’autre sexe, thème qui affleure de temps à autre dans le bulletin. Il y a d’ailleurs une ambivalence chez M.-T. Van Lunen Chenu, à propos du mot féminisme.

  • 56 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, o cit, p. 98.

Il est vrai que le mot lui-même est irritant ! Ni plus beau ni plus laid que les autres termes en « isme », il a l’inconvénient de sembler limiter son propos au seul bien-être des femmes, tout au moins pour qui ne veut pas admettre que le féminisme a été une nécessité historique que l’immense majorité des femmes espère la plus transitoire possible. Féminisme encore nécessaire sans doute (…) mais insuffisant. On voudrait tant pouvoir le dire caduc56.

  • 57 Pour le théologien Henri Denis, le mot « féminisme provoque l’isolement des partenaires féminins », (...)
  • 58 Les travaux historiques sur le féminisme utilisent le pluriel qui dit la diversité des mouvements f (...)

44Ce type d’affirmation peut s’inscrire dans le contexte des années 1990 où l’on commençait à parler de « post-féminisme ». Serait-ce la trace d’une forme de malaise face à ce mot de féminisme si souvent associé, dans les discours catholiques du XXe siècle, à individualisme ou égoïsme pour le disqualifier57 ? Une autre explication se trouve peut-être dans l’accent mis sur le partenariat avec les hommes, par des femmes catholiques qui ont choisi de créer un mouvement mixte à un moment (le début des années 1970) où les mouvements féministes s’organisaient en groupes non mixtes plus propices, selon eux, à la libre expression des femmes. D’où ces perceptions parfois négatives, d’un côté comme de l’autre. Cependant, FHE qui est membre de la CLEF (Coordination Française du Lobby européen des Femmes) rejoint sur beaucoup de points les autres féministes58.

45Les thèmes abordés, du début des années 1970 à la fin des années 1990 dans les bulletins de FHE montrent des préoccupations communes avec les mouvements féministes de cette période. Dans la diversité des dossiers proposés, il y a la contestation des modèles masculin/féminin : « Adam et Eve où êtes vous ? » juin 1982, « Feue la virilité » juin 1983, « Identités masculines et féminines » mars 1988, « La Femme selon Jean-Paul II, Modèle, contre-modèle » mars 1996) ; la dénonciation des violences faites aux femmes : « Violences » septembre 1987, « Violences au quotidien » septembre 1996, « Prostitution, femmes et hommes à vendre » juin 1998 ; la réflexion sur le rapport au corps : « Prendre nos corps à cœur » mars 1983. On remarque le suivi attentif des grandes conférences internationales sur la question des femmes (Copenhague 1980, Nairobi 1985, Séoul 1990, Pékin 1995) et de l’actualité les concernant plus particulièrement (« Femmes et hommes en politique » juin 1996, Femmes et hommes pour le développement septembre 1997).

46Mais l’originalité de FHE réside dans l’articulation entre féminisme et champ religieux. Ce peut être une réflexion générale comme celle qui est proposée dans l’été 1976 au couvent dominicain de La Tourette près de Lyon, sur « Féminisme, sociétés, Église » avec, parmi les intervenantes, la syndicaliste de la CFDT Jeannette Laot. Des informations sont données sur les activités de féministes catholiques dans le monde. Donna Singles évoque, dans le bulletin de juin 1982, une controverse autour du groupe des Roman Catholic Feminists en Grande-Bretagne. Les difficultés rencontrées pour l’édition de leur bulletin et le refus d’un journal catholique de lui faire de la publicité ont suscité des réactions de soutien dans la grande presse mais aussi des critiques. Avec une pointe d’humour, l’auteure conclut que

Si le ton adopté par les féministes catholiques se révèle un peu trop aigu pour des oreilles délicates habituées aux douces paroles sur la charité et la communion fraternelles (…), il faut se réjouir que l’Angleterre aussi se réveille.

  • 59 Anthony Favier, « Des religieuses féministes dans les années 68 ? », art. cit.

47En juin 1985, un autre article « La religieuse américaine, l’enfant terrible de l’Église » rend compte des tensions fortes entre 24 religieuses américaines signataires d’un manifeste sur le pluralisme et l’avortement, et la Curie romaine qui exige une rétractation publique. Pour Donna Singles qui signe cet article, Rome n’a pas pris la mesure des changements intervenus dans la vie de ces religieuses que leur formation personnelle et professionnelle a mis en contact avec la société, avec des femmes en grandes difficultés, d’où leur geste. On trouve aussi des religieuses féministes en France. Sœur Françoise Vandermeersch59, dans le bulletin de mars 1982, parle de l’Église comme d’un « bassin d’eau bénite géré par des maîtres-nageurs masculins (…) une contre-façon de la véritable communauté chrétienne ecclésiale ». Dans un registre assez proche, la théologienne québécoise Marie Gratton Boucher répond à la question

une féministe radicale peut-elle demeurer dans l’Église ? (bulletin de mars 1987) Quoi qu’il en soit, le radicalisme n’est-il pas d’une certaine façon la marque du christianisme ? Ses exhortations à devenir parfait, comme le père céleste est parfait, la pratique des conseils évangéliques, la vocation à la sainteté sont autant d’invitations au radicalisme. En ce sens, les féministes radicales devraient être accueillies les bras ouverts au sein de l’Église !

48Le troisième volet de cette rencontre entre féminisme et domaine religieux, concerne la réflexion menée par les théologiennes. Les travaux du Groupe d’Orsay (à dominante protestante) et de l’AFERT (Association des Femmes Européennes pour la Recherche Théologique) sont régulièrement mentionnés. Catharina J.M. Halkes, théologienne de l’Université de Nimègue aux Pays-Bas dont un cours porte sur « féminisme et christianisme » dit sa profonde gratitude à FHE dans le bulletin de mars 1982. Des rencontres de femmes autour de la théologie féministe, dans une perspective œcuménique, sont évoquées dans le bulletin de septembre 1985. Celui de décembre 1985 propose un dossier sur « Féminologie, théologie féministe » qui associe des contributions variées de France, de Suisse, d’Allemagne avec un bref texte sur les « théologiennes du Tiers-Monde ». La question du « langage inclusif » introduite par les féministes pour permettre aux femmes et aux hommes de se reconnaître comme tels dans le message qui leur est adressé, est abordée dans le bulletin de décembre 1989. Quant aux « relectures féministes de la Bible », elles sont invitées dans le bulletin de juin 1997.

Femmes et Hommes en Église s’inscrit donc dans la nébuleuse de groupes féministes qui se sont multipliés dans les années 1970 et dont l’existence a été parfois brève. Ce mouvement confirme la diversité des féminismes. La tâche annoncée en 1970 était très ambitieuse, la légitimité fragile à l’égard de l’institution religieuse comme aux yeux des mouvements féministes très méfiants à l’égard du fait religieux. Dans le bilan des douze ans de FHE, en 1982, il est question de « prise de conscience » du fait que « quelque chose était en train de changer chez les femmes ». Au seuil des années 1990, le doute s’installe face au peu d’écho et d’effets des initiatives du mouvement dans l’Église, au point de songer à s’en éloigner : « On y reste (…) !? » titre le bulletin de mars 1990. Le glissement, en 1993, de Femmes et Hommes dans l’Église à Femmes et Hommes en Église, pour le nom de l’association, marque la distance prise à l’égard de l’institution ecclésiale. L’abandon du bulletin (dernier numéro en septembre 1998) réduit la visibilité du mouvement, même s’il continue à s’exprimer dans les publications des Parvis. En 1999, FHE est à l’initiative du hors-série n° 1 « Femmes et Hommes : des liturgies partenaires ». Tout ce que nous avons dit et écrit n’a pas fait bouger l’Église. Elle a même durci ses positions. Lorsque je relis des textes que j’ai écrits voici 20 ou 30 ans, il n’y a rien à y redire, ils sont toujours d’actualité

  • 60 C’est le point de vue d’Henri Tincq, Les catholiques, Paris, Grasset, 2008.
  • 61 Claire Guyot, « Jalons pour une histoire des intellectuelles catholiques », Clio, 13/2001, p. 155-1 (...)

49dit Alice Gombault. Un point de vue partagé par des membres du groupe lyonnais de FHE qui a vu la fermeture en 2000 du centre « Femmes et Christianisme ». Faut-il parler d’échec pour ces « catholiques rebelles »60 parmi lesquels beaucoup de femmes ? Le faible renouvellement générationnel, les refus répétés venant de Rome, le silence des medias, une certaine radicalité dans les discours, la polarisation sur les ministères, sont des pistes d’explications parmi d’autres. Un élément mériterait qu’on s’y arrête : la faible place, voire l’absence des intellectuelles catholiques dans les réseaux féministes, à la différence des protestantes61.

  • 62 Fonds situé à la Bibliothèque du Saulchoir (Paris).
  • 63 Camille de Villeneuve, Vierges ou mères. Quelles femmes veut l’Église ?, Paris, Philippe Rey, 2007  (...)

50Des signes de renouvellement émergent pourtant dans les années 2000 avec le lancement par FHE, en 2003, de l’unité de recherches et de documentation Genre en Christianisme qui propose des conférences, des ateliers de travail et gère un fonds de deux mille ouvrages62. La réflexion se poursuit en collaboration avec d’autres associations dont l’AFERT pour la coordination en 2010, d’un nouveau hors-série de la revue des Parvis portant sur « Les femmes et la nature, l’écoféminisme », signe d’une capacité à s’approprier les thématiques montantes du nouveau siècle. En 2011, FHE a rejoint le groupe plus masculin Droits et libertés dans les Églises au sein d’une nouvelle association : FHEDLES (Femmes et Hommes Egalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société). Par conséquent, FHE a permis la diffusion dans le monde catholique d’une critique féministe qui se retrouve aujourd’hui dans des ouvrages63 et des initiatives, telles que le « Comité de la Jupe » et la « Conférence des Baptisé(e) s » même si leurs initiatrices ne font guère référence à son action.

Notes

1 Le numéro 0 du bulletin de septembre 1971 donne les grandes lignes du projet de Femmes et Hommes dans l’Église ainsi que les prises de positions de différentes organisations ou revues plutôt critiques à l’égard de Rome.

2 Eliane Gubin, … (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, L’Atelier, 2004.

3 Dans l’éditorial du volume 15/2002 Chrétiennes ; Anthony Favier, « Des religieuses féministes dans les années 68 ? », Clio, 2009, n° 29, p. 59-77.

4 Florence Rochefort, « Contrecarrer ou interroger les religions », Eliane Gubin, … (dir.), Le siècle des féminismes, op. cit., p. 355.

5 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, Paris, Cerf, 1998.

6 J’ai pu consulter ce bulletin grâce à l’association lyonnaise Femmes et recherches religieuses dont les membres, engagées dans FHE, ont animé de 1986 à 2000 le centre de documentation Femmes et Christianisme installé dans les locaux de l’Université Catholique de Lyon. La collecte de témoignages, pour cet article, a été modeste. Elle pourrait être plus nourrie dans le cadre d’un travail de recherche sur FHE.

7 Les réseaux des Parvis rassemblent, depuis la fin des années 1990, une cinquantaine groupes et associations de catholiques critiques à l’égard de l’Église-institution, qui disent se tenir « ni dehors, ni dedans mais sur le parvis de l’Église ». Leur rassemblement de novembre 2010, à Lyon, a réuni près de 500 personnes.

8 L’Alliance internationale Jeanne d’Arc est à l’origine une société suffragiste de catholiques anglaises créée en 1911. Une section française est fondée en 1937 dont la présidente Marie Lenoël aurait déclaré à des journalistes : « Il est temps de démontrer que non seulement, on peut être féministe bien que catholique, mais féministe parce que catholique » : Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, op. cit., p. 100 et s.

9 Yvonne Pelle-Douel, Être Femme, Paris, Seuil, 1967.

10 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu Femmes et hommes, op. cit., p. 106-107. Des éléments sur les débuts de FHE sont aussi relatés dans le bulletin de mars 1982 qui propose, à l’occasion des 12 ans du mouvement, un regard rétrospectif sur son cheminement.

11 Suzanne Van der Mersch (1914-2009), ayant vécu au Congo belge dans sa jeunesse, épouse d’un avocat et mère de sept enfants, veuve à 30 ans, fondatrice de la Fraternité des veuves avec la chanoine Pierre de Locht puis devenue religieuse, très active dans la paroisse libre de Bruxelles.

12 Pierre de Locht, (1916-2007), prêtre et théologie moraliste a été expert à Rome dans la commission pontificale sur la famille de 1964 à 1966. Il a fondé le Centre de la Pastorale Familiale belge (Cefa).

13 Des portraits, accompagnés de textes des personnes citées ici, figurent dans le bulletin de FHE de mars 1982.

14 Sur ce groupe de réflexion diaconale : Bruno Dumons, « Le rétablissement du diaconat permanent en France (1964-1976) », Revue d’Histoire de l’Église de France, n° 229, juillet-décembre 2006, p. 415-434.

15 Les Van Lunen-Chenu sont un couple franco-néerlandais de catholiques pratiquants qui a cinq enfants. Mathieu Van Lunen travaille au service de presse de la Communauté européenne et Marie-Thérèse, journaliste, est bien occupée par sa famille. Elle évoque une « belle expérience » mais ne cache pas son agacement quand sa situation de mère de famille nombreuse lui vaut, lors d’une conférence devant 200 prêtres, « la surenchère du mérite », Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, op. cit. p. 52.

16 Martine Sevegrand, Les enfants du Bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

17 « Hommage à Pierre de Locht », articles d’Alice Gombault et Martine Sèvegrand dans la revue Les réseaux des parvis, juin 2007.

18 Nouveau changement d’adresse en juillet 1991, avec un nouveau local pour FHE, à Paris, au 66 rue de Babylone.

19 Le bulletin de juin 1985 propose une carte de France indiquant les villes accueillant des rencontres, des projets de groupes FHE (Lille, Rennes, Strasbourg, Metz, Pau, Montpellier, Orléans) ; une antenne active est signalée à Evreux ; Paris et Lyon apparaissent comme des pôles importants pour les activités de l’association.

20 Impression confirmée par un petit sondage fait sur une dizaine d’années (1980-1990) et publié dans le bulletin de septembre 1991, où l’on voit que plus des deux tiers des « articles principaux » du bulletin ont été signés par des femmes.

21 Témoignages de Michèle Bauduin, Marie-Cécile Ramel, Renée Dufourt, Madeleine Comte.

22 Entretien en mars 2011 par courrier électronique avec Alice Gombault.

23 Une question arrivée depuis quelques années seulement en France dans les travaux de sciences sociales et le débat public.

24 André Jacques, Madeleine Barot. Une indomptable énergie, Paris, Cerf-Labor et Fides, 1989.

25 Le COE, Conseil œcuménique des Églises, d’initiative protestante, avait affirmé dans la déclaration de Lambeth en 1927 que « la place juste des femmes dans l’Église est un facteur de grande importance ». Il prend une forme plus officielle en 1948 et intègre des orthodoxes. L’Église catholique n’y participe pas mais Rome envoie des observateurs à la 3ème assemblée du Coe à New Delhi en 1961.

26 WELG : Women’s Ecumenical Liaison Group.

27 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, op. cit., p. 110 et s.

28 Hans Küng, théologien catholique allemand, interdit d’enseignement par Rome en décembre 1979.

29 Bulletin de FHE, juin 1990.

30 Article publié en allemand dans la revue Diakonie de Stuttgart (sans mention de date).

31 Bulletin de FHE, juin 1985.

32 Bulletin de FHE, septembre 1991.

33 Albéric de Palmaert, Le sexe ignoré. La condition masculine dans l’Église, Paris, Desclée de Brouwer, 1994.

34 Le débat sur la parité est très vif en France au milieu des années 1990.

35 Les activités du Centre « Femmes et Christianisme » de Lyon sont régulièrement mentionnées dans le bulletin des années 1990.

36 Au tournant de l’histoire, chrétiens et chrétiennes vivent de nouvelles alliances, Lyon, Profac, 1998, p. 11-14.

37 Notons une phrase un peu surprenante, p. 46, dans l’intervention d’Hervé Legrand, pour qui s’intéresse à l’histoire des femmes et du féminisme : « la recherche d’un nouvel équilibre social et psychologique entre hommes et femmes est donc liée à l’évolution technique de nos sociétés et ne provient pas des “idées féministes” : bien mieux, c’est le succès de ces idées qui se trouve ainsi expliqué ». De la difficulté pour un théologien pourtant « ouvert » à cette question des femmes, à faire une place au féminisme dans la dynamique de transformation sociale.

38 Ibid, p. 89-90.

39 Ibid, p. 217 et s.

40 Suzanne Van der Mersch, Pierre de Locht, Yvonne Pellé-Douël et Michel Chartier.

41 Bulletin de FHE n° 1, décembre 1971 essentiellement consacré à cette conférence de presse.

42 L’histoire des femmes, nouveau champ de recherche au début des années 1970, a commencé à diffuser cette analyse.

43 Le Bulletin de FHE d’août 1974 lui est consacré pour l’essentiel.

44 L’année 1974 est marquée en France par les mobilisations féministes en faveur de la légalisation de l’IVG.

45 Il était encouragé dans cette démarche par des amies auditrices dont Marie-Thérèse Van Lunen Chenu.

46 Quatre noms souvent cités dans le Bulletin de FHE.

47 Bulletin de FHE, mars 1982, p. 5.

48 « Marie-Jeanne Bérère, théologienne catholique, et la question des femmes dans l’Église », Clio, 15/2002, p. 199-207.

49 Marie-Jeanne Berere, Renée Dufourt et Donna Singles, Et si on ordonnait des femmes ?, Paris, Centurion, 1982 ; note de lecture dans le Bulletin de FHE de décembre 1982.

50 Bulletin de FHE, décembre 1986, p. 13-14.

51 Taizé où a été créée en 1943 une communauté religieuse d’hommes venus du monde protestant, adoptant une règle inspirée des bénédictins, est un lieu d’accueil œcuménique très actif à partir des années 1970, en particulier pour les jeunes dont une majorité de catholiques.

52 Bulletin de FHE, mars 1982, p. 5.

53 Betty Friedan s’est fait connaître par le livre The Feminine Mystique, traduit en français par Yvette Roudy sous le titre La femme mystifiée, publié en 1964.

54 Entretien par mail.

55 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, o cit, p. 83-125.

56 Marie-Thérèse Van Lunen Chenu, Femmes et hommes, o cit, p. 98.

57 Pour le théologien Henri Denis, le mot « féminisme provoque l’isolement des partenaires féminins », Bulletin de FHE, décembre 1991 p. 12.

58 Les travaux historiques sur le féminisme utilisent le pluriel qui dit la diversité des mouvements féministes, dans le temps et dans l’espace.

59 Anthony Favier, « Des religieuses féministes dans les années 68 ? », art. cit.

60 C’est le point de vue d’Henri Tincq, Les catholiques, Paris, Grasset, 2008.

61 Claire Guyot, « Jalons pour une histoire des intellectuelles catholiques », Clio, 13/2001, p. 155-166.

62 Fonds situé à la Bibliothèque du Saulchoir (Paris).

63 Camille de Villeneuve, Vierges ou mères. Quelles femmes veut l’Église ?, Paris, Philippe Rey, 2007 ; Christine Pedotti et Anne Soupa, Les pieds dans le bénitier, Paris, Presses de la Renaissance, 2010.

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search