Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

Le feminisme catholique

La revue La Femme contemporaine, quel féminisme catholique ?

Florence Rochefort

Texte intégral

  • 1 Florence Rochefort, « Interroger ou contrecarrer les religions », Eliane Gubin, … (dir), L (...)
  • 2 Florence Rochefort, « Féminisme et protestantisme au XIXe siècle. Premières rencontres (18 (...)

1Dans le cadre des recherches historiques sur genre et religions comme dans le champ de l’histoire du féminisme, les liens entre féminisme et religions restent à approfondir1. La période du tournant du siècle est riche d’enseignements pour étudier les interactions complexes entre féminisme laïc et milieux confessionnels, indissociables des mutations de genre de la Belle Epoque et des réactions catholiques à la modernité laïque républicaine. En effet, le féminisme devenu objet du débat public depuis le milieu des années 1890, interpelle en profondeur le monde catholique comme l’ensemble de la société française. Face à la proposition d’un féminisme laïque qui a tenu son premier congrès international à Paris en 1878 et dont l’origine républicaine et anticléricale marque encore les contours, catholiques et protestants commencent à se départir de leur premier réflexe de rejet offusqué contre celles qu’ils assimilaient volontiers à des viragos. À la fin des années 1890, à la faveur d’un engouement pour la modernité incarnée par les figures de femmes nouvelles, des propositions de féminisme chrétien apparaissent. Si des protestantes se rallient au féminisme laïque pour finalement tenter d’en prendre la tête2, des catholiques élaborent une réponse spécifique, celle d’un féminisme catholique. Ce séparatisme n’est pas étonnant dans le contexte d’une guerre des deux France et d’une stratégie de reconquête catholique de l’ordre social. Une vision du monde propre au catholicisme est supposée devoir s’imposer à tous, dans le cadre du ralliement à la République. Affirmer une position doctrinale claire sur la situation et la mission des femmes de leur temps tente plus d’un observateur catholique.

  • 3 Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’Egalité en marche Le Féminisme sous la Troisième (...)
  • 4 Abbé Naudet, Pour la femme Etudes féministes, Paris, Fontemoing, 1903 ; Henry Bolo, La fem (...)
  • 5 Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille », op. cit ; Bruno Dumo (...)

2Le courant pionnier de Marie Maugeret, lancé en 1896 dans sa revue le Féminisme chrétien, fait désormais référence dans l’histoire du féminisme catholique français3. Il allie une fidélité à la doctrine catholique et le soutien à des revendications législatives, jusqu’au droit de vote des femmes mais sans toucher à la primauté du chef de famille. L’affaire Dreyfus et la radicalisation politique et antisémite de la revue empêchent tout rapprochement avec le mouvement pour les droits des femmes qui affiche son dreyfusisme ou s’en tient à une stricte neutralité politique. Mettre le féminisme sous un drapeau catholique est aussi l’objectif de plusieurs penseurs catholiques, comme l’abbé Naudet, l’abbé Bolo, l’abbé Sertillanges4. Ils se montrent déterminés mais prudents dans leur défense d’une voie catholique vers plus d’égalité. Les unes et les autres ont une position parfois bien ambiguë quant à la surface d’émancipation admise. Si l’on ajoute à ce panorama le mouvement féminin catholique5 à travers la forte mobilisation des ligues féminines et des œuvres ou encore les premiers syndicats chrétiens féminins, force est de constater que l’adaptation particulière du catholicisme est bien disparate face à l’envolée d’une modernité féminine qui, dans sa version féministe laïque, ouvre l’accès à l’indépendance économique et à l’autonomie personnelle. Comment investir la problématique féministe en refusant cette utopie individualiste ? Tel est le défi des différents courants du féminisme catholique.

  • 6 Le n° 1 est publié en octobre 1903. Un supplément est publié, La Jeune fille contemporaine(...)
  • 7 Pauline Beaufort, L’âme héroïque d’un prêtre. Vie de l’abbé Jean Lagardère, Paris, Lethiel (...)

3Pour contribuer à enrichir la réflexion sur les tentatives de féminisme catholique et mieux caractériser leurs nuances, leurs ambivalences et leurs contradictions, cette étude se focalise sur la revue mensuelle de l’abbé Jean Lagardère La Femme contemporaine, qui n’a encore guère attiré l’attention. Lancée en octobre 1903 à Besançon où l’abbé Lagardère était aumônier au Carmel depuis 1894, elle paraît jusqu’à ce que la guerre de 1914-1918 en interrompe la publication6. Jean Lagardère (1861-1918)7, originaire d’une famille paysanne catholique de Basse Garonne et ordonné prêtre en 1887, n’est qu’une personnalité secondaire dans l’histoire du catholicisme. Sa revue provinciale, dont on ignore la diffusion, est cependant repérée et souvent citée comme une des manifestations catholiques concernant les femmes. Elle attire des collaborateurs et collaboratrices de qualité et est un révélateur intéressant d’un féminisme catholique et plus largement d’une ouverture d’un milieu catholique au féminisme qui excède le simple cercle de la revue. Mon analyse s’appuie pour cette contribution principalement sur les trois premières années de la revue, moment d’enthousiasme plus affirmé pour une modernité du siècle nouveau et pour la recherche d’un nouvel équilibre de genre au sein du catholicisme. On examinera en premier lieu comment le projet de la revue est défini et justifié, puis dans quel courant catholique elle s’inscrit et enfin quel type de féminisme on peut y déceler.

La Femme Contemporaine : un projet d’appropriation catholique du féminisme

  • 8 Anne Cova, « Femmes et associations : le Conseil national des femmes françaises sous la Tr (...)

4Quand s’esquisse le projet de l’abbé Lagardère de monter une « revue internationale des intérêts féminins » en 1903, le contexte français est marqué par l’offensive anticléricale du « petit père Combes » contre l’enseignement catholique et les congrégations religieuses. Resserrer les rangs catholiques et mobiliser les femmes est plus que jamais à l’ordre du jour. L’émergence des mouvements féminins catholiques en 1901 et 1902 a déjà été une réponse d’opposition à la laïcisation. Il s’agissait aussi d’une réaction au déploiement d’un mouvement féministe organisé qui commençait à prendre une mine respectable depuis les congrès de 1900 et le ralliement de la philanthropie féminine protestante, laïque et juive au sein du Conseil national des femmes françaises en 19018.

5Ce relatif âge d’or du féminisme a favorisé la prise de conscience d’un accès des femmes à la modernité jusqu’à induire parfois même une surestimation des transformations en cours. Les femmes nouvelles, souvent plus mythiques que réelles, incarnent le défi d’un individualisme féminin. il s’exprime par l’entrée des filles de la classe moyenne dans la vie économique, le secteur tertiaire notamment, par la joie d’une liberté de mouvement qu’indique l’intérêt pour la bicyclette et plus globalement par une prise de parole des femmes sur elles-mêmes, sur leurs droits à conquérir et leurs aspirations au savoir, à la création et à l’égalité. Les rubriques féministes, qui apparaissent dans nombre de journaux, démontrent une réception favorable, sinon au contenu des revendications, du moins à l’exposition publique de la question des femmes, encore occultée ou négligée dans les décennies précédentes.

  • 9 Jean Lagardere, « Notre programme », La Femme contemporaine (FC), 1er octobre 1903, p. 10.
  • 10 « Autour du féminisme », FC, janvier 1904, p. 84 ; FC, avril 1904, p. 347.
  • 11 Jeanne-Paul Ferrier, « Autour du féminisme », FC, avril 1904, p. 385.
  • 12 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, (...)
  • 13 Florence Rochefort, « L’antiféminisme à la Belle Epoque », Christine Bard (dir.), Un siècl (...)
  • 14 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, octobre 1903, p. 9.

6Jean Lagardère est passionné par la transmission pédagogique et par la presse. Son projet de créer La Femme contemporaine a mûri au contact avec les femmes du monde, en France et lors d’un séjour en Autriche. Sollicité comme directeur de conscience, il a ressenti la nécessité d’orienter et de canaliser une demande féminine. A-t-il perçu leur curiosité pour les questions féministes et pour les réformes en cours ? Toujours est-il qu’à plusieurs reprises, l’abbé Lagardère, comme les autres penseurs féministes chrétiens, insiste sur l’importance de ne pas rater ce tournant et de ne pas laisser le féminisme aux incroyant-e-s. Il souligne dans le premier numéro le retard des chrétiens dans ce domaine : « le féminisme chrétien (…) a mal débuté dans l’Église et n’a pas donné jusqu’ici ce qu’on était en droit d’attendre de lui »9. Il est plusieurs fois fait allusion à la nécessité de ne pas se laisser distancier, « ne pas rester en retard sur les anarchistes »10 ou se « laisser devancer par l’extrême gauche du féminisme »11. La guerre des deux France accentue l’idée d’une rivalité et d’une concurrence : « d’autres ont fait le guet avant nous, essayant de confisquer le mouvement féministe à leur profit et de l’aiguiller vers la révolution »12. L’argument antiféministe de l’effet pervers est sans cesse rabattu pour mettre en valeur une spécificité catholique, politiquement acceptable, qui se situe à l’opposé du féminisme laïque13. Les poncifs antiféministes révèlent d’emblée tout un pan de préjugés qui limitent sérieusement la démarche d’ouverture à la question des femmes. Ils nous rappellent aussi à quel point pour les milieux catholiques la simple évocation du mot féminisme est inaudible et qu’il faut rassurer le lectorat potentiel. L’abbé Lagardère qui craint « le sourire du scepticisme ou de la raillerie » demande ainsi à ses lecteurs et lectrices « de nous faire crédit pour un temps de leur sympathie » et lui permettre de « dissiper leurs scrupules et faire cesser leurs hésitations »14.

  • 15 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, octobre 1903, p. 7.
  • 16 Max Turmann, Initiatives féminines, Paris, Lecoffre, 1905 (ouvrage qui reprend les article (...)

7Puisque, comme l’annonce d’emblée la première phrase du premier numéro, « la question féministe est à l’ordre du jour »15, ou comme l’écrit Max Turmann de façon plus sociologique, le féminisme est « un fait social »16, La Femme contemporaine propose d’étudier cette question et de rendre compte de toute son actualité. L’objectif est de mettre en valeur et de faire fructifier les ressources chrétiennes à de telles interpellations et à la propagande laïque :

  • 17 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, (...)

nous avons des œuvres, des institutions à prôner, des revendications économiques, juridiques, morales, intellectuelles, politiques, religieuses à faire valoir, un corps de doctrine formulé sérieusement longuement mûri17.

8La revue se targue, en quelque sorte, de faire connaître un féminisme qui s’ignore jusqu’à présent et qui est en mesure d’apporter des réponses chrétiennes tirées de l’Evangile à toutes les nouvelles questions de la modernité de genre. Il s’agit ainsi de s’approprier certains effets de cette modernité et de cette nouvelle visibilité féminine dans l’espace public tout en échappant à la laïcisation. Il importe, par conséquent, de se différencier pour exister et de tracer une nette frontière entre le féminisme chrétien et le féminisme laïque dénoncé comme le mauvais féminisme.

  • 18 Ibid, p. 3.

Nous voulons qu’on distingue notre féminisme rationnel, social et chrétien, de celui qui est impulsif, individualiste et athée18.

9Quoi de plus efficace pour marquer la distance que de présenter le féminisme non catholique comme d’origine étrangère, en provenance de l’Amérique protestante et importé en France par les antireligieux et les anarchistes. Ce féminisme est perçu comme promoteur d’un individualisme égoïste et de l’union libre. Est-il utile de préciser que cette représentation ne colle guère à la réalité historique : le féminisme républicain a ses propres origines françaises avec Maria Deraismes et Léon Richer, notamment, et s’il est influencé au tournant du siècle par les Américaines, celles-ci apportent plutôt une connotation bourgeoise et philanthropique, à l’opposé de l’anarchisme et des zélateurs de l’union libre.

  • 19 Ibid, p. 4.
  • 20 Max Turmann, Initiatives féminines, op. cit., p. 21.
  • 21 Ibid.
  • 22 Abbé Naudet, Pour la femme Etudes féministes, op. cit.

10La Femme contemporaine s’inscrit ouvertement dans une lignée de féminisme catholique. C’est ainsi qu’en évoquant l’ampleur du programme féministe, l’abbé Largardère se demande « Quelle attitude allons nous prendre, nous autres féministes chrétiens ? »19. La revue rend compte de cette actualité catholique animée par Marie Maugeret, par les Congrès Jeanne d’Arc, les semaines sociale de Marie-Louise Rochebillard, les conférences de l’abbé Naudet et nombre d’œuvres féminines. Le mot féminisme apparaît plusieurs fois dans les articles, dans une rubrique spécifique « Autour du féminisme » et dans les objectifs de la revue, mais rappelons qu’à l’époque le mot féminisme s’inscrit dans un certain flou sémantique. Il désigne quelques fois le mouvement pour les droits des femmes qui s’est approprié le vocable et, dans d’autres textes, il est utilisé comme synonyme de question des femmes, celle soulevée par ce mouvement, mais sans préjuger du contenu de l’analyse. Pour Max Turmann, par exemple, observateur des œuvres féminines et collaborateur de la revue, « il n’y a peut-être pas vraiment un mouvement féministe catholique », mais un « mouvement féminin catholique »20. Mais il affirme par ailleurs que « Si l’on veut aller au fond du mouvement féministe, on y trouvera en dernière analyse, une inspiration chrétienne »21. Pour l’abbé Naudet en revanche les manifestations de femmes catholiques à Paris en 1902 sont « la démonstration vivante que la femme veut jouer un rôle et dire son mot dans les affaires du pays. Cela qu’on le veuille ou non, c’est du féminisme politique »22. Selon la stratégie requise et le public visé, il importe de se dire tout autant féministe que les laïques, ou au contraire de s’en distinguer pour opposer féminin à féminisme. Les années 1900 voient cependant un engouement pour le mot féminisme qui touche aussi le milieu catholique.

  • 23 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 8.

11Quand La Femme contemporaine s’approprie le terme, c’est pour défendre un bon féminisme qui préserve les intérêts de la famille et non ceux de l’individu femme pour elle-même. Il s’agit de rester fidèle aux préceptes de l’Evangile sur la complémentarité des sexes dans une étroite définition des normes de genre. Aussi dans un premier temps, le projet est surtout d’étudier l’actualité féministe dans « une revue doctrinale » qui fait la synthèse « des idées, des livres, des œuvres, des choses d’art » qui « peuvent servir à l’utile évolution de la femme, au triple point de vue individuel, familial ou social »23.

  • 24 Pauline Beaufort, L’âme héroïque d’un prêtre. Vie de l’abbé Jean Lagardère, Paris, Lethiel (...)
  • 25 Magali Della sudda, La citoyenneté avant le vote, op. cit.

12Sans doute, l’abbé Lagardère se vit-il comme un pionnier, une qualité que lui reconnaît sa biographe : « l’abbé Lagardère fut un des premiers à voir la nécessité de capter cette force, dans nos mœurs, afin de l’adapter et de la diriger »24. C’est déjà comme guide qu’il se positionne dans un rôle conforme, selon lui, à sa mission de prêtre. Il se pose ainsi clairement en tant qu’autorité masculine, conformément à un partage des tâches et des rôles caractéristique du monde catholique, y compris au sein des mouvements féminins25. L’abbé Lagardère s’adresse aux femmes, et notamment aux femmes de la bourgeoisie et de la noblesse à qui il entend confier la mission d’agir, mais d’agir sous contrôle. Bien que la revue ouvre ses colonnes à des collaboratrices, les pages de présentation insistent sur « l’action combiné d’hommes compétents, de penseurs autorisés, d’écrivains de talent ». C’est à travers la question sociale et le rôle exemplaire attendu des élites que s’élabore une pensée de la question des femmes.

Influence du catholicisme social et modernité

  • 26 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 10.

13L’abbé Lagardère reconnaît des injustices faites aux femmes et leurs problèmes spécifiques dans les sphères économique, morale et politique. Cette attention révèle l’influence du catholicisme social, né dans le sillage de l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII. Pour Lagardère, le féminisme est bien « une des formes les plus saisissantes de cette éternelle question sociale »26. Sa biographe le décrit comme ayant été attiré par le libéralisme avant de se rapprocher du courant chrétien social puis de s’en éloigner pour se consacrer plus exclusivement au patriotisme et à un retour au traditionalisme.

  • 27 Abbé Naudet, Pour la femme Etudes féministes, op. cit.
  • 28 Comte d’Haussonville, Salaire et Misère des femmes, Paris, Calmann-Lévy, 1900.
  • 29 Olivier Prat, « Le Sillon, la Chronique et les Semaines sociales : influences communes », (...)

14La Femme contemporaine correspond à la phase d’ouverture sociale de Lagardère. La présence de Max Turmann, une des personnalités du catholicisme social, dans la revue conforte l’engagement de La Femme contemporaine dans ce courant qui promeut l’action sociale par les œuvres féminines. La Revue se montre moins perméable à certaines problématiques féministe et politique qui intéressent l’abbé démocrate Paul Naudet27. Lagardère ne partage pas cet enthousiasme démocratique et se montre infiniment moins préoccupé par le sort des ouvrières que le Comte d’Haussonville28. Le public visé par La Femme contemporaine est celui des femmes et des jeunes filles des élites bourgeoises. Il a gardé semble-t-il de son intérêt pour le catholicisme libéral une passion pour l’éducation des jeunes filles aisées si ardemment défendu par Monseigneur Dupanloup dès la fin du Second Empire et plus récemment Etienne Lamy. Sans doute aussi, La Femme contemporaine est-elle marquée par la « porosité existant entre les différentes composantes du catholicisme social français »29. Cet effet est conforté par le choix délibérément intellectuel de la revue, attirée par un échange entre la sociologie et la théologie qui conduira certains comme Paul Bureau à promouvoir une sociologie catholique. Nombre d’informations concernant les femmes et le féminisme sont cependant données sans commentaire précis. Les collaborateurs ou collaboratrices sont par ailleurs loin d’adopter le même le ton et traitent également de sujets religieux qui ne touchent pas à la question des femmes. Comment préciser alors les positions religieuses de la revue ? L’ouverture vers une forme de modernité de genre correspond-elle à un modernisme catholique ?

  • 30 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, octobre 1903, p. 11.
  • 31 Emile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris, Albin Michel, r (...)

15L’abbé Lagardère se situe d’emblée à la fois dans une certaine modération et dans un mouvement de modernité. Il définit sa revue comme « ni revenant d’un autre âge, ni d’un modernisme outrancier, ni retardataire obstinée, ni novatrice dangereuse »30. Alors qu’éclate la crise moderniste avec la parution du livre de l’abbé Loisy, L’Evangile et l’Église qui sera condamné par le pape en 1907, l’enjeu est de taille. L’historien Emile Poulat précise que Lagardère, « un prêtre actif et entreprenant » approuve le texte de l’abbé Frémont qui réfute les thèses modernistes de Loisy, contrairement à l’abbé Naudet31.

  • 32 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 9.

16Ce positionnement concerne notamment le rapport à l’histoire qui se voit sinon étroitement borné à un respect de la tradition, de l’Evangile et des lois naturelles révélées. Lagardère partage cette posture défensive du discours catholique qui insiste sur l’origine chrétienne d’une certaine modernité (l’égalité des sexes), mais tend aussi à figer le rapport au temps en rendant suspecte toute transformation qui pourrait être interprétée comme une critique implicite du passé flamboyant. La valorisation de l’ère pré - révolutionnaire et la hantise d’un changement radical incitent à une grande prudence. « Après 19 siècles d’un christianisme qui a mis tant de choses au point, une réforme se transforme bien vite en révolution »32 précise l’abbé. Mais il refuse également avec force les courants traditionalistes, « fossilisés dans leurs habitudes routinières se déclarent les ennemis systématiques de tout innovation » et se range parmi ceux « qui saluent avec sympathie tout progrès de bon aloi »33. Les collaborateurs de la revue se placent sous l’égide de l’Église, mais aussi avec la science, ils se situent dans la tradition « mais aussi et surtout avec leur temps », et souhaitent « prendre dans ce mouvement moderne (…) la place qui convient à des ouvriers d’avant-garde (…) qui ont au cœur la passion de la vérité et de la justice »34.

  • 35 Jean Lagardere, « L’Education de la femme au XXe siècle », FC, 1er octobre 1903, p. 23.

17La mission de l’abbé est avant tout d’éduquer les femmes et les jeunes filles et il entend l’accomplir par la réflexion et l’argumentation. Il s’inscrit en faux contre la rigidité d’un discours qui évince les questions fondamentales du temps présent : « Nous nous sommes attardés trop longtemps à user de la méthode d’affirmation, sans nous donner la peine d’y ajouter la preuve ». Il espère ainsi éviter de former des âmes qui « croient croire et qui cessent peu à peu de croire »35.

  • 36 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 12.

18Sur la question des femmes, l’abbé Lagardère affirme aussi avec précaution sa démarche. S’il s’agira bien de « consulter l’Evangile » « comme un infaillible oracle », il « l’adaptera à son époque et, sous son autorité, revendiquera pour la femme dans le code, des droits et une place dans les mœurs qui lui a été refusée »36. En quoi consiste alors ce programme de réformes concernant les femmes et le féminisme sous le drapeau chrétien qui doit se garder de tout excès et « de revendications illégitimes ou trop hâtives » ?

Eduquer, informer, conscientiser

  • 37 Vicomtesse D’Ahemard, La femme catholique et la démocratie française, Paris, Perrin, 1900.
  • 38 Jean Lagardere, « L’Education de la femme au XXe siècle », FC, 1er octobre 1903, p. 20.
  • 39 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action (suite) (...)
  • 40 Jean Lagardere, « L’Éducation de la femme au XXe siècle », FC, 1er octobre 1903, p. 23.

19Eduquer les femmes et les jeunes filles est le premier point du programme féministe de la Femme contemporaine. La nécessité de sortir les femmes de l’ignorance et de leur fournir une éducation plus intellectuelle n’est pas encore une idée tout à fait acquise par l’ensemble des catholiques malgré une nouvelle prise de conscience dans l’enseignement féminin. Comme la vicomtesse d’Adhémar37 avant lui, l’abbé Lagardère juge utile de préciser que les femmes ne doivent ne plus être réduites au rôle de « joli bibelot qu’on fabrique avec des chiffons et des romans »38, une critique récurrente chez les moralistes qui cependant font reposer la faute essentiellement sur les femmes elles-mêmes. La superficialité des mondaines est un exemple à éviter. Selon une antienne déjà bien rodée dans le discours misogyne, elles sont présentées comme tenant le record « de l’immoralité, de la névrose ou de l’athéisme »39. Tout en rejetant la caricature anticléricale de l’éducation reçue au couvent, Lagardère invite à mieux adapter l’enseignement catholique aux besoins de l’époque et à « l’obliger à correspondre au mouvement de l’opinion »40. Le public visé est essentiellement celui des femmes aisées, l’élite étant perçue comme la classe sociale faisant les mœurs. Selon un mode de pensée très courant et partagé par les réformateurs laïques, les femmes en particulier sont destinées à influencer les mœurs en agissant sur les hommes et les enfants autour d’elle. Le but de leur éducation n’est surtout pas d’en faire des intellectuelles mais de les aider à remplir intelligemment et utilement leurs devoirs.

20Dans la droite ligne d’un catholicisme qui refuse de s’en remettre à l’Etat et compte sur la transformation des mœurs pour propager la vertu et la foi, l’abbé Lagardère mise sur les femmes. Elever le niveau intellectuel des bourgeoises chrétiennes visent surtout à leur permettre de jouer un rôle plus actif dans les œuvres dans la famille, à remplir pleinement leur « fonction sociale » d’éducatrice et à user de leur influence sur leur mari. Jusqu’où peuvent elles alors prétendre à des droits égaux ?

  • 41 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, (...)
  • 42 Ibid, p. 4.

21Les débats soulevés par les féministes passionnent La Femme contemporaine qui rend compte avec précision des avancées ou des réformes proposées concernant les droits des femmes : la loi sur l’épargne des femmes mariées, l’admission comme témoins, la question de la tutelle des enfants mineurs, des contrats de mariage, le projet de réforme sur l’incapacité des femmes mariées et du droit de toucher son salaire, le vote des femmes aux prud’hommes. Sur toutes les questions débattues, l’abbé Lagardère cherche « un moyen infaillible qui permette de déclarer que la solution donnée est légitime »41. Ce critère, c’est celui de « l’être familial » et de la « sublime vocation » des femmes à le préserver. Contre la logique individualiste du droit républicain, l’abbé ne retient des propositions de réforme que ce « qui sera propre à consolider le mariage » qui resserrera les liens familiaux, qui unifiera le foyer. La famille est conçue comme d’institution divine et le « centre naturel » de la femme. Dans la crainte de l’union libre et des conséquences jugées désastreuses de la loi de 1884 autorisant le divorce, tout ce qui pourrait la dissocier de l’homme ou l’établir dans une sphère indépendante est à proscrire. De même que toute mesure qui soit en opposition « avec les conditions physiologiques, les délicatesses de la femme ou les convenances les plus élémentaires »42. Avec toutes ces restrictions, le programme de réforme ne risque-t-il pas de se réduire à une peau de chagrin ?

  • 43 « La théorie et la pratique de l’article 213 du Code Civil », FC, novembre 1904, p. 477.

22La méfiance catholique à l’égard de l’État et la crainte de déroger aux normes de genre provoquent chez Lagardère une forte réticence envers tout programme de revendication en termes de lois. Malgré un certain intérêt pour les problèmes sociaux, l’abbé ne s’inscrit pas dans la ligne des Semaines Sociales et des promoteurs de réformes sociales. Ainsi, la revue est-elle assez frileuse à l’égard des propositions législatives, convaincue qu’une transformation des mœurs par l’éducation est davantage souhaitable et que les lois doivent être longuement préparées par une action préalable. Si le mérite de la revue est d’informer et de reconnaître le bien fondé de certaines dénonciations de l’inégalité et ses effets négatifs, les moyens envisagés pour résoudre « tout antagonisme entre l’homme et la femme » sont étroitement bornés à la famille. La réhabilitation des principes chrétiens d’égalité en son sein devrait suffire à garantir le bon traitement de la femme mariée par son époux. Pas question de modifier l’article 213 du Code Civil, si critiqué par les féministes laïques, qui stipule lors des mariages que « Le mari doit protection à sa femme, la femme obéissance à son mari ». Le lien du mariage présenté comme une union divine régi par le droit naturel, ne doit pas être altéré par la loi civile43. La femme délaissée ou abandonnée à elle-même doit cependant être l’objet d’attention et de soutien, si pour exercer ses devoirs elle a besoin de ses droits.

  • 44 FC, octobre 1904, p 455.
  • 45 C. Mano, « Bulletin bibliographique. Le féminisme français », FC, décembre 1903, p. 76.

23Si la pleine adhésion à la doctrine catholique du mariage et à l’idéologie naturaliste de genre freine le soutien à un programme revendicatif même modéré, la revue affiche néanmoins son attirance pour la modernité de genre. Cela est perceptible travers quelques critiques de livres qui rendent compte par le menu d’ouvrages jugés certainement beaucoup trop osés pour être lus, comme ceux de la romancière anticléricale Marcelle Tinayre. Plus encore les annonces des avancées des femmes dans le monde du savoir et des arts, dans la carrière médicale et d’avocate, notamment en Suisse, même si elles sont peu commentées, semblent égrainer des victoires féminines acceptables pour le monde catholique, au moins comme preuve de la capacité féminine. Sans plus de commentaire, c’est même la nomination d’une femme prêtre en Angleterre qui fait l’objet d’un court entrefilet en 1905 !44 On peut considérer que si les jugements du directeur de la revue étaient négatifs, ils auraient accompagné l’annonce ou auraient conduit à ne pas la passer. Le droit de vote fait aussi l’objet d’une très prudente mention positive. Lagardère (sous son pseudonyme de Mano) « estime et avec d’autres que cela serait peut-être à souhaiter »45. Le milieu catholique se laisse en effet alors convaincre peu à peu, notamment par Marie Maugeret et ses alliées, de la nécessité d’une citoyenneté féminine qui ne toucherait pas à la structure patriarcale familiale mais donnerait au catholicisme un poids politique plus conséquent. Les propositions de vote familial écorneront ou annuleront parfois tout à fait la portée féministe de l’adhésion catholique au vote des femmes.

24L’enthousiasme de l’abbé Lagardère s’émousse au cours des années suivantes, d’autant qu’il doit se retirer de la direction pendant quelques années, faute de temps. Même quand il reprend les rênes en 1911, le féminisme de la revue se dilue de plus en plus dans le soutien au mouvement féminin et à la mission sociale de la femme. Ce reflux est commun à la nébuleuse disparate qu’est le féminisme chrétien. Le désarroi catholique après le vote de la loi de séparation des Églises et de l’Etat, la floraison de discours sur la crise morale et le raidissement doctrinaire de l’Église sous Pie X mettent un certain frein à l’ouverture au féminisme, le féminisme laïque étant lui-même plus concentré sur le suffragisme. Dans ces premières années, la revue a manifesté cependant un enthousiasme certain pour l’étude de la question des femmes, pour une transformation des rapports de genre vers plus d’égalité et de respect ; pour une éducation des femmes plus poussée, voire pour une reconnaissance professionnelle de leur qualité. La Femme contemporaine marque ainsi une curiosité intellectuelle pour le féminisme et une certaine réceptivité à la problématique plus qu’un engagement pour des réformes. Elle illustre les contradictions indépassables d’un élan pour une forme de modernité plus égalitaire quand elle entend se conformer strictement à la doctrine catholique de genre sur les femmes, la famille et le féminin.

Notes

1 Florence Rochefort, « Interroger ou contrecarrer les religions », Eliane Gubin, … (dir), Le siècle des féminismes, Paris, L’Atelier, 2004, p. 347-363.

2 Florence Rochefort, « Féminisme et protestantisme au XIXe siècle. Premières rencontres (1830-1900) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, janvier-mars 2000, p. 69-89.

3 Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’Egalité en marche Le Féminisme sous la Troisième République, Paris, Presse FNSP-Des Femmes, 1989 ; Florence Rochefort, « Féminisme, laïcité et engagements religieux », Martine Cohen (dir.), Associations laïques et confessionnelles. Identités et valeurs, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 35-51 ; Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Bruno Dumons, « Les congrès Jeanne d’Arc. La vitrine d’un “féminisme” catholique », Claude Langlois et Christian Sorrel (dir.), Le Catholicisme en congrès (XIXe-XXe siècles), Lyon, Chrétiens et Sociétés-Documents et Mémoires n° 8, 2009, p. 83-97.

4 Abbé Naudet, Pour la femme Etudes féministes, Paris, Fontemoing, 1903 ; Henry Bolo, La femme et le clergé, Paris, Aton, 1902 ; Antonin sertillanges, Féminisme et christianisme, Paris, Gabalda, 1908.

5 Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille », op. cit ; Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006 ; Magali Della Sudda, La citoyenneté avant le vote, Paris, Belin, 2013.

6 Le n° 1 est publié en octobre 1903. Un supplément est publié, La Jeune fille contemporaine. La revue prend le titre de La femme catholique contemporaine en juillet 1913.

7 Pauline Beaufort, L’âme héroïque d’un prêtre. Vie de l’abbé Jean Lagardère, Paris, Lethielleux, 1926 ; Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale (XIXe -XXe siècles), Paris, Editions Ouvrières, 1991.

8 Anne Cova, « Femmes et associations : le Conseil national des femmes françaises sous la Troisième République », Marcel Bernos et Michèle Bitton, (dir.), Femmes, Familles Filiations, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 75-88.

9 Jean Lagardere, « Notre programme », La Femme contemporaine (FC), 1er octobre 1903, p. 10.

10 « Autour du féminisme », FC, janvier 1904, p. 84 ; FC, avril 1904, p. 347.

11 Jeanne-Paul Ferrier, « Autour du féminisme », FC, avril 1904, p. 385.

12 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, janvier 1904, p. 3.

13 Florence Rochefort, « L’antiféminisme à la Belle Epoque », Christine Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 133-147.

14 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, octobre 1903, p. 9.

15 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, octobre 1903, p. 7.

16 Max Turmann, Initiatives féminines, Paris, Lecoffre, 1905 (ouvrage qui reprend les articles publiés dans La Femme contemporaine).

17 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, janvier 1904, p. 3.

18 Ibid, p. 3.

19 Ibid, p. 4.

20 Max Turmann, Initiatives féminines, op. cit., p. 21.

21 Ibid.

22 Abbé Naudet, Pour la femme Etudes féministes, op. cit.

23 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 8.

24 Pauline Beaufort, L’âme héroïque d’un prêtre. Vie de l’abbé Jean Lagardère, Paris, Lethielleux, 1926.

25 Magali Della sudda, La citoyenneté avant le vote, op. cit.

26 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 10.

27 Abbé Naudet, Pour la femme Etudes féministes, op. cit.

28 Comte d’Haussonville, Salaire et Misère des femmes, Paris, Calmann-Lévy, 1900.

29 Olivier Prat, « Le Sillon, la Chronique et les Semaines sociales : influences communes », Jean-Marie Mayeur, Le Sillon de Marc Sangnier, PUFC, 2006, p. 56.

30 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, octobre 1903, p. 11.

31 Emile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris, Albin Michel, réed 1996 (1962), p. 408-410, il précise que l’abbé Lagardère est le secrétaire du libéral archevêque de Besançon Mgr Fulbert Petit.

32 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, janvier 1904, p. 3.

33 Ibid.

34 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 9.

35 Jean Lagardere, « L’Education de la femme au XXe siècle », FC, 1er octobre 1903, p. 23.

36 Jean Lagardere, « Notre programme », FC, 1er octobre 1903, p. 12.

37 Vicomtesse D’Ahemard, La femme catholique et la démocratie française, Paris, Perrin, 1900.

38 Jean Lagardere, « L’Education de la femme au XXe siècle », FC, 1er octobre 1903, p. 20.

39 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action (suite) », FC, avril 1904, p. 309.

40 Jean Lagardere, « L’Éducation de la femme au XXe siècle », FC, 1er octobre 1903, p. 23.

41 Jean Lagardere, « La Femme contemporaine. Son but, sa méthode, ses moyens d’action », FC, janvier 1904, p. 5.

42 Ibid, p. 4.

43 « La théorie et la pratique de l’article 213 du Code Civil », FC, novembre 1904, p. 477.

44 FC, octobre 1904, p 455.

45 C. Mano, « Bulletin bibliographique. Le féminisme français », FC, décembre 1903, p. 76.

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search