Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

Le genre en question

Le genre du philanthrope

Pour une histoire sexuée de l’assistance au xixe siècle

Matthieu Brejon De Lavergnée

Texte intégral

1Une des esquisses de La Société Parisienne dresse le portrait des « quêteuses » des années 1840 :

  • 1 La Société parisienne. Esquisse de mœurs, par un jeune provincial [Mme Letissier], Paris, Amyot, 18 (...)

Nous voyons les femmes du monde, même les plus élégantes et les plus frivoles, travailler sans cesse pour les pauvres ; elles brodent, elles dessinent, elles peignent, elles écrivent, elles vendent, elles chantent, elles jouent la comédie, elles dansent même pour eux. Les billets de loterie à faire, à placer, à distribuer autour d’elles ; les quêtes, les invitations de bal ou de concert. Que sais-je ? […] ce sont là leurs pieuses occupations et leurs édifiantes industries1.

  • 2 Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939), Paris, Mercure de France, 1985, 25 novembre 1893 (Œuvre des (...)

2Cette description des mondanités charitables témoigne de l’investissement massif de l’espace assistantiel par les femmes. Il est encore largement attesté dans la noblesse parisienne des années 1890. L’abbé Mugnier décrit dans son Journal ces armées de vieilles filles qui se passionnent pour les pauvres autour d’une galatine de faisan2.

  • 3 Bibliographie abondante : Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises (...)
  • 4 Claude Langlois, « Toujours plus pratiquantes. La permanence du dimorphisme sexuel dans le catholic (...)

3On comprend ainsi combien la thèse de la féminisation du catholicisme au XIXe siècle a pu s’appuyer sur la place des femmes dans les congrégations à vocation sociale et les œuvres charitables3. Celles-ci apparaissent comme une des manifestations du dimorphisme de la pratique religieuse. Selon l’expression de Claude Langlois, les femmes sont « toujours plus pratiquantes », on serait tenté d’ajouter toujours « plus charitables »4.

  • 5 Matthieu Brejon De Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXesiècle. Un fleuron du cath (...)
  • 6 Louis — Chatellier, — L’Europe des dévots, — Paris, — Flammarion, — 1987 ; — Stefano — Simiz, — Con (...)
  • 7 Denis Pelletier, « Le catholicisme social en France (XIXe-XXe siècles). Une modernité paradoxale », (...)

4Or, sans fondamentalement remettre en cause ces interprétations, il reste à montrer comment cette « sphère féminine » a aussi pu constituer un espace d’engagements masculins. Le XIXe siècle voit en effet se multiplier des œuvres de charité masculines, en particulier mais pas seulement catholiques : la Congrégation qui se développe dans les années 1820, puis la Société de Saint-Vincent-de-Paul (SSVP) qui prend le relais dans les années 18405. Ces œuvres s’inscrivent d’ailleurs dans une généalogie longue de l’engagement catholique au masculin qui articule au moins quatre figures : le dévot du Grand Siècle, l’homme d’œuvres romantique, le militant d’action catholique, le bénévole contemporain. Certaines continuités entre XVIIe et XIXe siècles ont déjà été soulignées par les modernistes qui ont voulu tracer les contours d’une « Europe des dévots » : piété, engagement spirituel autant que temporel, organisation associative, mépris des frontières des États modernes6. Le « feuilletage militant », selon une formule de Denis Pelletier7, convoque ici la notion de « générations » et invite à penser transmissions et ruptures au sein d’espaces masculins du dévouement.

  • 8 Philippe Boutry, « Le respect humain », « Alla Signorina ». Mélanges offerts à Noëlle de La Blancha (...)
  • 9 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à (...)

5Pour le moment qui nous retient ici, le XIXe siècle, nous voudrions formuler l’hypothèse que la charité se masculinise après la Révolution et devient même l’un des fondements de la reconquête des hommes par les Églises. Le « respect humain » c’est indéniable, continue d’éloigner les hommes des autels, mais la « visite charitable » au domicile des pauvres contribue au contraire à les rapprocher de l’institution religieuse8. Plus largement, ce contre-courant masculin semble converger avec le mouvement philanthropique issu des Lumières, étudié par Catherine Duprat, et contribue à l’élaboration d’une « science sociale » investie par les hommes9.

  • 10 Marie-Emmanuelle Chessel, « Hommes et femmes de la Ligue sociale d’acheteurs (1902- 1914). Un doubl (...)

6On aboutit ainsi à une division sexuée du « travail » charitable : aux femmes, la charité en actes ; aux hommes, la science sociale, la réflexion au sein d’académies et de sociétés savantes qui débouche sur l’engagement politique et la proposition des premières lois sociales : travail des enfants en 1841, logements insalubres en 1850. Marie Chessel a observé ce même partage à la veille de la Première Guerre mondiale au sein de quelques couples de la Ligue Sociale d’Acheteurs : les hommes se réservent la science et les conférences, les femmes les enquêtes de terrain et les pratiques de consommation engagée10. Pourtant, l’homme d’œuvres des années 1840 qui impose peu à peu son expertise sociale est aussi, selon l’injonction du baron de Gérando, un Visiteur du pauvre :

  • 11 Joseph-Marie de Gerando, Le visiteur du pauvre, mémoire qui a remporté le prix proposé par l’Académ (...)

Ce n’est ni dans votre salon, ni dans la rue, que vous pourrez rien voir, ni rien croire ! Venez, montons dans ce réduit ignoré. Quel spectacle ! votre présence étonne ! on rougit ! on voudrait vous dérober ce que vous voyez cette fois ! Une veuve étendue sur un lit de douleur, des enfans en bas âge prêts à devenir orphelins ! Un peu de paille !... tout a été vendu ! ni médicamens, ni nourriture, ni vêtemens ! Et, ce qui est bien plus, ni consolations ! Cette maison est voisine de la vôtre ; on n’a pas frappé à votre porte ; vous ignoriez tout !11

  • 12 Lettre de Frédéric Ozanam au père Tommaso Pendola, Antignano, 9 juillet 1853. Lettres de Frédéric O (...)

7On aurait donc tort de considérer trop vite les prolongements intellectuels ou politiques de bien des « carrières » charitables sans considérer leur moment fondateur : celui de la rencontre personnelle, directe, avec le pauvre. Il y a place ici pour une histoire des sensibilités. La correspondance des jeunes bourgeois de la génération romantique témoigne de la pitié qui les saisit à la vue de misères qu’ils ignorent. Frédéric Ozanam parle en 1853 du « battement » de cœur qui saisit le visiteur face à « la faim, la soif, le dénuement d’un grenier »12. Ce battement doit toutefois se transformer en « feu » sous peine d’être stérile. De la même manière, son ami Paul Brac de La Perrière développe une morale de l’action fondée sur un sentiment maîtrisé :

  • 13 Archives des Augustins de l’Assomption (Rome), Papiers Emmanuel Bailly, FQ 115, lettre à E. Bailly, (...)

Quand on voit pour la première fois les malheureux, écrit-il à 22 ans en 1836, on risque de se laisser dominer par une pitié trop grande ou de se laisser endurcir par un dégoût pénible. Mais il faut passer à pleine voile entre ces deux écueils pour que les œuvres de charité vivent et que leurs fruits n’avortent pas13.

  • 14 Manuel de charité, Paris, Lamondais, 1869, p. 94-98.

8Dans ces ego-documents que sont les correspondances où l’on se livre tout entier, on est loin du discours ecclésiastique convenu distinguant subtilement vertus féminines et masculines. Dans son Manuel de charité de 1869, l’abbé Mullois oppose l’homme de « raison », de « force » de « gouvernement » à la femme « génie du cœur et de la charité » dotée d’une « native commisération » d’une « sympathie irrésistible pour tout ce qui souffre »14. Cette naturalisation des sentiments prête à sourire, mais elle est peut-être alors une tentative pour comprendre le poids des femmes dans les œuvres charitables. Nous nous proposons donc de tenter une description « genrée » de l’espace charitable parisien en articulant deux échelles : celle des œuvres et associations puis celle des familles et des individus.

La philanthropie à Paris au XIXe siècle : un espace féminin ?

  • 15 Le cadre chronologique est posé par Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale (1850-1940) (...)
  • 16 Manuel des institutions et œuvres de charité de Paris, Paris, Poussielgue-Rusand, 1842.

9Pour dresser une géographie de la philanthropie parisienne sous Juillet, on peut s’appuyer sur le Manuel des œuvres, précieux guide à l’heure d’une gestion libérale de l’assistance qui repose sur les œuvres privées et les institutions communales15. Au Manuel, produit par Armand de Melun en 184216, répond un Comité des œuvres, agence de renseignements dotée d’un fonds de secours pour les misères exceptionnelles. Le comité siège au faubourg Saint-Germain, chez la baronne de Condé, tandis que ses secrétaires sont des hommes, M. de Godefroy puis le vicomte de Melun à partir de 1845, laissant entrevoir une forme de collaboration des deux sexes. Le manuel recense tous les types d’œuvre, quelqu’en soit l’ancrage confessionnel ou institutionnel.

Le genre des territoires

Fig. 1 – Pauvreté et assistance à Paris sous la monarchie de Juillet (1842).

Fig. 1 – Pauvreté et assistance à Paris sous la monarchie de Juillet (1842).
  • 17 Pour une présentation fine de cette géographie : Matthieu Brejon De Lavergnée, « Culture blanche et (...)
  • 18 Adeline Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, 1996, p. 184 et s. (...)

10Premier constat (fig. 1) : des œuvres existent dans tous les arrondissements17. Comme l’a montré Adeline Daumard, aisance et pauvreté sont inextricablement mêlées dans le Paris de la Monarchie de Juillet18. Deuxième constat, en forme de paradoxe : les arrondissements les plus riches sont aussi les mieux dotés en œuvres charitables. Le 10ème (actuel VIIème) vient largement en tête avec 60 œuvres pour un taux de pauvreté de 5 %, soit à peu près autant que le 12ème (actuel Vème), l’arrondissement le plus pauvre (16 %). Le 8ème (actuels XIème et XIIème) est le plus délaissé avec 38 œuvres pour une pauvreté égale (15 %).

11Si l’on ventile les œuvres selon le genre dans ces deux arrondissements sociologiquement opposés, on observe qu’au minimum une œuvre sur deux est féminine, plus de deux sur trois dans le 10ème voire trois sur quatre dans le 8ème si l’on fait abstraction des institutions indéterminées (paroisses et hôpitaux principalement).

Fig. 2 – Le genre des œuvres dans deux arrondissements parisiens en 1842.

Genre/arrond.

10ème

%

8ème

%

Féminin

30

50

21

55

Masculin

15

25

8

21

Indéterminé

15

25

9

24

Total

60

100

38

100

Lire : Le 10ème arrondissement compte 30 œuvres féminines sur 60, soit 50 %.

  • 19 Matthieu Brejon De Lavergnée, « Ville et charité. Une sociologie des hommes d’œuvres au XIXe siècle (...)

12La philanthropie apparaît donc bien comme un espace féminin, mais la présence masculine est loin d’être négligeable. Elle est même relativement plus importante dans le 10ème, ce qui nous renvoie ici à la sociologie du réveil charitable qui s’appuie largement sur la noblesse et la bonne bourgeoisie parisiennes19.

Une division sexuée des œuvres

  • 20 Matthieu Brejon De Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité. La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe (...)
  • 21 Jean-Noël Luc, L’invention du jeune enfant au XIXesiècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, (...)

13Du côté des femmes, on peut distinguer selon les états de vie. La congrégation des Filles de la Charité, ou sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, est de loin la plus nombreuse20. Restaurée sous le Consulat, elle connaît une expansion sans précédent qui permet aux célèbres « cornettes » de tenir les maisons de secours des bureaux de bienfaisance, des écoles de petites filles, des pensionnats pour jeunes filles pauvres ou orphelines. Les laïques animent de leur côté des œuvres qui suivent le cycle de la vie et des fragilités des femmes. La Société de Charité Maternelle, fondée en 1788 avec le soutien de Marie-Antoinette, secourt les femmes seules ou pauvres et paye les frais d’accouchement et de première nourriture du nourrisson. Relais des bureaux de bienfaisance, elle a un caractère officiel qui la distingue de l’Association des Mères de famille, son pendant catholique, fondée en 1836. Les salles d’asile prennent le relais pour garder les enfants de deux à six ans, sous la houlette d’une commission de surveillance composée de femmes de la Chaussée-d’Antin. Comme l’a bien montré Jean-Noël Luc, l’initiative protestante domine ici21. L’association Sainte-Anne s’occupe ensuite de placer les jeunes filles pauvres en apprentissage, puis de leur trouver un emploi, de même que celles qui ont été emprisonnées sont accueillies dans une maison religieuse avant d’être placées.

  • 22 Bonnie smith, Ladies of the leisure class. The bourgeoises of Northern France in the nineteenth cen (...)
  • 23 Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006 ; Magali D(...)
  • 24 Lettres inédites de Mme Swetchine, Paris, Didier, 1866, p. 121.

14On trouve ici une nette confirmation de la thèse de la séparation des sphères publiques et privées. Celle-ci serait le produit d’une sécularisation entraînant un rapatriement du religieux sur l’espace domestique dévolu à des femmes confinées dans les tâches de reproduction. Bonnie Smith, dans un livre qui a marqué l’historiographie anglo-saxonne, montre comment les femmes transposent jusque dans leurs œuvres une conception du monde fondée sur la famille22. Cette thèse est aujourd’hui relativisée par les travaux de Bruno Dumons, Magali della Sudda ou encore Marie Chessel qui ont mis en évidence les voies de la conquête d’un espace politique – et pas seulement social – par les femmes de la bourgeoisie catholique au tournant des XIXe et XXe siècles23. Un élément, parmi d’autres, permet de remonter la chronologie vers le premier XIXe. La marquise de Pastoret, épouse d’un pair de France, est sous la Restauration vice-présidente de la Société Maternelle dont la dauphine est la présidente. En 1830, elle démissionne de ses fonctions par fidélité dynastique et refuse les avances de la reine Marie-Amélie transmises par le baron de Gérando. Les femmes, là où elles disposent d’une visibilité sociale, posent le même geste politique que leurs maris. En refusant le serment, elles affirment leur légitimisme et s’enferment ostensiblement dans l’« exil intérieur ». Ce cas n’est pas isolé. Une des amies de la marquise, Mme Swetchine, en fit autant. On trouverait certainement d’autres exemples24.

15Du côté des hommes, on rencontre d’un côté les Frères des écoles chrétiennes qui donnent, aux frais de la Ville de Paris, une instruction primaire gratuite aux enfants pauvres, et de l’autre les conférences de Saint-Vincent-de-Paul organisées sur une base paroissiale. Fondées en 1833 dans le quartier des Ecoles, celles-ci comptaient environ 700 membres au début des années 1840 (fig. 3). Leur géographie témoigne alors d’un double déplacement : vers l’ouest avec deux importantes conférences, Saint-Sulpice et Saint-Thomas-d’Aquin, et déjà un prolongement dans le faubourg Saint-Germain ; sur la rive droite dans les quartiers du commerce et du négoce (Saint-Roch, Notre-Dame-des-Victoires, Bonne-Nouvelle). On tient là les trois viviers de l’œuvre : étudiants du Quartier latin, noblesse du Faubourg, bonne bourgeoisie négociante de la rive droite.

Fig. 3 – La Société de Saint-Vincent-de-Paul à Paris sous la monarchie de Juillet (1841).

Fig. 3 – La Société de Saint-Vincent-de-Paul à Paris sous la monarchie de Juillet (1841).
  • 25 Archives de la Société de Saint-Vincent-de-Paul [ASSVP], Conseil Général (6 rue de Londres Paris IX(...)
  • 26 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Etude d’une mutation de sociabili (...)
  • 27 Sarah A. Curtis, « Charitable ladies : gender, class and religion in mid nineteenth-century Paris » (...)
  • 28 L’Œuvre des campagnes fournirait un autre exemple dans les années 1850. Le Conseil Central mêle d’a (...)

Au même moment, le président de la SSVP se félicite du « réveil de la charité pratique parmi les hommes car depuis longtemps les femmes chrétiennes avaient le privilège méritoire des actes charitables »25. Le modèle donc, ce sont les femmes. Pourtant, cette sociabilité masculine au sein de « conférences » qui s’apparentent fort aux cercles à l’honneur dans la France bourgeoise26, allait par un processus inverse inspirer les femmes. La Société des dames des pauvres malades, étudiée par Sarah Curtis, n’est fondée qu’en 1840 sur le double modèle féminin des confréries de charité d’Ancien Régime et masculin des conférences de Saint-Vincent-de-Paul27. Leur présidente, la vicomtesse Levavasseur, est alors l’épouse d’un avocat général révoqué par Juillet. C’est là le même vivier légitimiste où de nombreuses œuvres sont nées28.

Contrôler les rapports de sexe

16Dans les paroisses où dames de charité et confrères de SVP cohabitent, on observe un partage sexué des visites charitables. Les hommes visitent les hommes seuls, les femmes secourent les femmes seules (célibataires, veuves). Mais la question de l’âge joue aussi : une femme âgée peut être visitée par un homme (l’âge annule ici le sexe), mais une femme jeune ne saurait être secourue par un homme jeune (l’âge accroît la dimension genrée de la visite charitable). Une certaine prudence est de rigueur pour les femmes : elles privilégient la visite des familles tandis que seuls les hommes pénètrent dans les hôtels et taudis mal famés.

  • 29 ASSVP, Conseil de Paris (8 rue de Saint-Pétersbourg Paris VIIIème), carton Saint-Roch, lettre de Ju (...)

17Le territoire de la paroisse Saint-Roch, quartier plutôt privilégié de la rive droite, fournit un bon exemple. En 1839, les dames de charité visitent exclusivement les « pauvres qui remplissent leurs devoirs religieux »29. À l’inverse, la conférence de Saint-Vincent-de-Paul est investie des marges morales et spirituelles de la paroisse. Il s’y trouve

  • 30 Ibid.

un grand nombre d’hôtels garnis, la plupart habités par des pauvres, et dans lesquels ni les dames de charité, ni les sœurs [de charité] n’osaient pénétrer. M. le curé nous a chargés de visiter indistinctement tous les pauvres habitant les hôtels garnis, et, dans les maisons particulières, tous ceux qui, ne remplissant pas encore leurs devoirs religieux, ont besoin d’être éclairés pour se rendre dignes des secours de la paroisse30.

  • 31 ASSVP, Conseil de Paris, carton Saint-Roch, tableau statistique annuel de 1855.
  • 32 Jeanne Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), Paris, L’Harmattan, 1997, p. 144 et s.
  • 33 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du X (...)
  • 34 Sur la Société de Saint-François-Régis, fondée en 1826 : Catherine Duprat, Usage et pratiques de la (...)

18Les « malheureux en garni ou chambrées » que la conférence visite toujours en 1855, constituent une population flottante d’hommes célibataires : « campagnards, provinciaux, étrangers surtout qui quittent leur pays pour venir dans la capitale, témérairement, sans recommandation, sans même indication de travail et souvent pour y vivre librement, et y cacher leurs vices »31. On aura reconnu les travailleurs saisonniers employés notamment par un secteur du bâtiment qui bat son plein à l’heure de l’haussmanisation de la capitale. Les maçons creusois vivent ainsi en chambrées sous la direction de l’un d’eux et mangent la même soupe préparée par le logeur. Célibataires et ouvriers, ils sont nombreux également à vivre dans de vétustes chambres ou hôtels meublés que l’on appelle alors des « garnis »32. Seuls des hommes, et encore expérimentés, s’aventurent à les secourir. C’est que les « vices » désignent bien entendu la prostitution parisienne nourrie par une clientèle masculine et jeune, mais aussi le concubinage si répandu dans les milieux ouvriers33. Le philanthrope, bourgeois, s’en offusque et suscite même une œuvre pour marier les pauvres et légitimer leurs enfants34.

19À l’abri du vice populaire, le visiteur du pauvre fait donc ses premières armes charitables au contact de familles sûres, telles que les dames en visitent. En 1835, Jean-Léon Le Prévost, 32 ans, marié, fonctionnaire à l’administration des Cultes et membre éprouvé de la conférence Saint-Sulpice, entraîne ainsi chez une de ses vieilles protégées

  • 35 Lettre à Adolphe Levassor, 18 août 1835. Jean-Léon Le Prévost, Lettres, Paris, Religieux de Saint-V (...)

un jeune homme fraîchement débarqué et qu’on désire maintenir en ses bons principes […]. Toute la famille était réunie à table ; ces excellentes gens ne nous ont pas trouvés de trop et nous ont accueillis de leur mieux, la soirée a été fort joyeuse, et mon Lyonnais est sorti enchanté35.

20Sur le terrain rassurant des « malheureux domiciliés » c’est-à-dire des familles payant loyer, on observe aussi une répartition sexuée des visites :

La conférence [de Saint-Vincent-de-Paul] visite les familles ayant des garçons et les hommes seuls ; les familles n’ayant que des filles, les femmes seules, sont visitées par les dames de charité mais, sur l’avis des dames de charité et des sœurs [de Saint-Vincent-de-Paul] de la maison de secours, la conférence visite accessoirement ces familles et les femmes âgées.

  • 36 Circulaire de Jules Gossin du 2 juillet 1845. Manuel de la Société de Saint-Vincent de Paul, Paris, (...)
  • 37 ASSVP, Conseil de Paris, registres des procès-verbaux du Conseil de Paris [PVCP], n° 2 séance du 6  (...)
  • 38 Ibid, PV CP 4, séance du 7 décembre 1847. Une loi a créé en 1832 l’attentat à la pudeur sur enfant (...)

21L’âge, on le voit, annule ou renforce les rapports de sexe de la visite charitable. La plus grande crainte, dans une œuvre où les « jeunes gens des Ecoles » sont si nombreux, est liée à la configuration jeune visiteur/jeune visitée. « L’innocence pourrait être mise en danger et même faire un déplorable naufrage » met en garde le président de la SSVP en 184536. La crainte d’une liaison, jamais exprimée mais clairement sous-entendue, recouvre deux situations bien distinctes : les hommes doivent être prudents vis-à-vis des jeunes filles de familles pauvres mais « honnêtes » ; ils ne doivent s’aventurer qu’avec de grandes réserves au sein des familles habitant « des maisons suspectes ou réputées telles ». On pense bien sûr à la prostitution37. Dans La confession d’un enfant du siècle (1836), Alfred de Musset met en scène de telles liaisons, du narrateur avec une couturière que la misère a réduit à la prostitution, de Desgenais avec une maîtresse fort pauvre qui redoute que son protecteur ne la renvoie chez sa mère tout aussi misérable. Y aurait-il aussi eu danger de pédérastie ? Un prêtre, soucieux de bonnes mœurs, invite la SSVP à ne pas confier jeunes filles mais aussi jeunes garçons à la visite des jeunes confrères38. Ainsi, à l’effroi du sexe illégitime s’ajoute la faillite sociale du jeune aristocrate ou bourgeois tombé dans les rêts des « créatures » les plus viles. Mais la faute personnelle peut encore rejaillir sur l’ensemble de l’œuvre masculine :

  • 39 Ibid, PV CP 2, séance du 6 février 1843.

La plupart des conférences se composant de jeunes gens, il pourrait arriver que quelques-uns d’entre eux se livrant à des plaisirs illicites, deviendraient un objet de scandale et porteraient une atteinte très grave à l’honneur de la Société39.

22Les passions diminuent toutefois avec l’âge. On recommande donc de « confier le soin de telle ou telle famille à un confrère plus mûr, et par conséquent à l’abri de semblables périls ».

  • 40 Ibid, PV CP 1, séances des 14 et 27 juin 1842.
  • 41 ASSVP, Conseil Général, registres des procès-verbaux du Conseil Général, n° 1, séance du 22 juin 18 (...)
  • 42 ASSVP, Conseil de Paris, PV CP 7, séance du 20 janvier 1863.
  • 43 Ibid, PV CP 7, séance du 1er avril 1862 ; PV CP 9, séance du 12 juin 1866 ; Luc Forlivesi, Georges- (...)

23À côté de la visite du pauvre, les œuvres charitables ont aussi développé des initiatives collectives, au premier rang desquelles se trouve le patronage. La stricte séparation des sexes en usage dans l’éducation au XIXe siècle s’y retrouve. La SSVP pratique ainsi dans les années 1840 le patronage individuel – un « patron » prend en charge un enfant et veille à ses résultats scolaires, son apprentissage, la préparation de sa première communion, ... – bientôt étendu au patronage collectif. Les mêmes enfants sont rassemblés une ou deux fois par semaine pour des jeux, quelques cours d’orthographe ou de dessin, une leçon de catéchisme. Mais des hommes ne sauraient s’occuper que de garçons. Tel est le sens du rappel à l’ordre de la conférence de Clichy en 1842 qui s’est lancée dans le patronage des jeunes filles, « innovation qui ne peut manquer d’exciter la calomnie »40. Les dames d’œuvres ont l’exclusivité des jeunes filles. Les liens étroits entre les hommes de la SSVP et les Filles de la Charité n’autorisent pas davantage à franchir les frontières de genre : le patronage des « petites filles aux écoles de sœurs » à Versailles est également désapprouvé41. On s’en tiendra donc aux garçons des écoles des Frères. La séparation des sexes, entre visiteur et visité, est enfin transposée au sein des familles pauvres. Dans « l’intérêt des mœurs », les conférences s’attachent à fournir des lits séparés aux enfants de sexe différent42. La promiscuité est grande en effet au sein de logements souvent étroits. Ici ce sont de petits lits de fer, là des hamacs garnis sur le modèle de la fameuse colonie agricole de Mettray43.

Hommes, femmes et familles d’œuvres

  • 44 Corinne Bonafoux, « Un militantisme de notables : sociologie des cadres et analyse des modes d’acti (...)

24La philanthropie, structurée par des associations de plus en plus nombreuses au XIXe siècle, repose sur des hommes et des femmes que l’on peut observer plus directement, en passant à une autre échelle, « microscopique ». Cette démarche s’impose d’autant plus à l’âge de l’homme d’œuvres qu’à la différence du militant, il jouit d’une grande marge de manœuvre et apporte aux œuvres son expertise (tels sont le médecin et l’avocat des pauvres) plus qu’il n’en reçoit d’elles44. La dimension personnelle est fondamentale. Nous nous proposons donc d’observer les logiques de genre au sein de l’espace domestique des philanthropes. Bref, le philanthrope en famille.

Tel père, tel fils

  • 45 Circulaire de Jules Gossin du 2 juillet 1845, citée.
  • 46 Matthieu Brejon De Lavergnee, « A l’école de la charité : les conférences de Saint-Vincent-de-Paul (...)

25Le réveil religieux masculin se traduit tout d’abord par un réinvestissement de l’espace domestique par les hommes. La fonction d’époux et de père chrétien devient un élément essentiel de l’autorité familiale. Elle pose la question de la distribution des rôles religieux à l’intérieur de familles bourgeoises où, rappelons-le, la séparation des éducations fille-garçon est de règle. La transmission des rudiments de la foi et des premières habitudes charitables est laissée à la mère, jusqu’à la première communion vers 12 ans. Les enfants « partagent leur pain et leurs petites provisions avec les pauvres »45. Un deuxième temps est celui de l’adolescence, de 12 à 17 ans. Pour les garçons, des conférences de SVP ont été créées dans leurs collèges46. Les plus jeunes (12-15 ans) quêtent pour les pauvres, suscitent une boutique au collège Stanislas (plumes, encriers, chocolat…) dont les bénéfices vont aux pauvres, ou encore un vestiaire à l’institution Poiloup à Vaugirard. À partir de 16-17 ans, ils peuvent à leur tour visiter les pauvres et contribuer à animer les patronages de la SSVP. C’est donc par reproduction des œuvres de charité des pères que les fils marchent à leur suite.

26Il n’en est pas autrement des filles qui, en plusieurs paroisses, peuvent rejoindre l’Œuvre de l’Enfant-Jésus calquée sur la Société des dames des pauvres malades. On y adhère pour cinq sous par mois, une somme accessible aux petites bourses. Un conseil, composé d’une présidente de 12 ans, d’un bureau complet et de quelques membres se réunit de temps à autre

  • 47 Manuel des institutions et œuvres de charité, op. cit., p. 37.

pour s’occuper de ses pauvres ; on adopte de petits enfants ; on nomme des visiteuses qui vont voir, accompagnées de leurs parents, les enfants adoptées, leur portent des secours, en argent, en vêtements et en bons conseils, et ne s’en retournent pas sans avoir baisé maternellement, au front, leur jeune protégée47.

27On observe le même mimétisme charitable des mères par les filles.

Engagements de couple et réseaux familiaux

  • 48 La charité n’est qu’une des expressions des relations nouvelles qui s’établissent au sein des coupl (...)

28L’éducation charitable que l’on vient de décrire découle d’un engagement de couple. En bien des familles, mari et femme se dévouent aux œuvres48. Frédéric Lauras (né en 1805), avocat issu d’une famille de légitimistes, est membre de la Congrégation puis de la SSVP, et secrétaire de l’association des Mères de famille. Il épouse en 1832 une jeune fille de 20 ans, Agathe Caubert, sœur de deux de ses confrères de SVP. Celle-ci fonde, avec une sœur de son mari, Jenny, restée fille, et quelques amies, l’Œuvre des jeunes économes qui se consacre à l’apprentissage et au placement des jeunes filles pauvres. Sa deuxième belle-sœur, Rose-Aline, sœur de Saint-Vincent-de-Paul, devient supérieure de l’ouvroir de l’œuvre, à Conflans. C’est donc ici l’engagement d’un jeune homme de la génération romantique qui se donne à voir, conforté par son mariage avec une femme elle-même issue d’un milieu fervent. Leur commun dévouement aux pauvres est renforcé par la sollicitation de la famille aussi bien que des réseaux amicaux où se mêlent tous les états de vie du sexe féminin : épouse, vieille fille, religieuse.

  • 49 Dictionnaire des parlementaires français… depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, Paris, Bour (...)
  • 50 ASSVP, Conseil de Paris, carton Saint-Leu-Saint-Gilles, lettre de Jules Bonnet au président général (...)
  • 51 Archives Nationales, BB6 II 272, dossier personnel de magistrat, note du premier président de la co (...)

29Dans la bourgeoisie de robe parisienne, ces engagements familiaux s’inscrivent au sein de vastes dynasties charitables (fig. 4). Les hommes font principalement partie de la SSVP, les femmes de diverses œuvres. Fils d’un bâtonnier et député de la Seine sous la Restauration49, Jules Bonnet a reçu des leçons de charité de sa mère, Marie-Adélaïde Aucante, qui, en 1850, visitait encore les « pauvres honteux » de l’Œuvre de la Miséricorde50. Avocat des pauvres, Bonnet devait donner sa fille en mariage à l’un de ses confrères de SVP, Amédée Madelin, présenté dans les années 1870 comme un « catholique fervent, modèle des pères de famille, affilié à toutes les bonnes œuvres, accessible à tous les sentiments généreux et bons »51. Son fils, Félix, épousait aussi la sœur et la fille de confrères de SVP. Ce n’est ainsi plus seulement aux femmes que l’on demande d’être pieuses et charitables ; la même exigence se porte sur les hommes constituant ce que l’on pourrait appeler des « familles d’œuvres ». La SSVP est ainsi portée par de denses réseaux familiaux autant qu’elle contribue à en (re)produire, fonctionnant comme un vaste marché matrimonial.

Fig. 4 – Dynasties charitables. Un exemple dans la bourgeoisie de robe parisienne

Fig. 4 – Dynasties charitables. Un exemple dans la bourgeoisie de robe parisienne

Célibataires définitifs : une vocation ?

  • 52 Le vicomte Armand de Melun d’après ses mémoires et sa correspondance, — Paris, — Poussielgue, — 188 (...)
  • 53 Lettre à Alexandre de Lambel, 10 juillet 1844, citée par Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du cat (...)
  • 54 Lettre du 21 janvier 1840 : Georges-Albert Boissinot, Un autre Vincent de Paul. Jean-Léon Le Prévos (...)
  • 55 Noël Bonneuil, « Démographie de la nuptialité au XIXe siècle », Jacques Dupaquier et Denis Kessler (...)

30Mais le dévouement charitable contribue aussi à faire émerger une figure idéale de célibataire entièrement dévouée aux pauvres. Armand de Melun (né en 1807) a renoncé par convictions légitimistes à toute activité professionnelle en 1830 et mène une vie plutôt oisive. Deux femmes jouent alors un rôle clef dans l’affirmation de sa vocation sociale qui devait le conduire à se présenter à l’Assemblée en 1849 comme le « représentant des pauvres et des petits »52 : ce sont la sœur Rosalie Rendu, Fille de la Charité du quartier Mouffetard, et Mme Swetchine. Melun songe alors à une sorte de nouvelle société de « chevaliers de Malte du XIXe siècle », composée de laïcs « qui ne veulent pas du monde et des travaux de la terre, et cependant que Dieu n’a pas appelés à la dignité du sacerdoce et à la perfection du cloître »53. L’idée circulait dans le monde des œuvres. Arsène de Kerguélen (né en 1804), sous-lieutenant dans l’infanterie de marine démissionnaire après la révolution de Juillet, se consacre de son côté au patronage des orphelins-apprentis de la SSVP. En 1840, il suggère à Le Prévost qui devait donner forme au projet la fondation d’un « ordre de frères ouvriers »54. Tous ces hommes ont alors autour de 35 ans, c’est-à-dire plus que l’âge moyen au mariage dans la bourgeoisie qui s’établit autour de 31 ans55.

31L’homme d’œuvres : c’est bien au XIXe siècle la manière masculine d’être catholique. La dame d’œuvres, mieux connue, est souvent l’épouse du premier. On peut se demander si, sur fond de large détachement, le « catholicisme d’œuvres » n’a pas été au XIXe siècle la réponse privilégiée aux besoins religieux d’une élite fervente. Forgée par les laïcs, cette identité devait être assumée par un clergé trop heureux de (re)voir enfin des hommes dans ses églises. On ne compte pas les biographies édifiantes qu’il leur a consacrées, posant la question d’éventuelles stratégies genrées de reconquête des milieux masculins par les Églises.

  • 56 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil (...)
  • 57 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie…, op. cit., 4ème partie : « Rôle social, i (...)

32Plus largement, dans la perspective d’une histoire des masculinités, on peut affirmer que le rôle charitable-philanthropique est bien un « marqueur » de masculinité, pour reprendre l’expression d’Anne-Marie Sohn56. Il y aurait là un élément de relecture de la mise en scène des « héros » philanthropes entre XVIIIe et XIXe siècles conduite par Catherine Duprat57. Il reste encore à tester quelques-unes des hypothèses esquissées ici hors des milieux catholiques afin de contribuer, par comparaison, à une histoire sexuée de l’assistance au siècle de la question sociale.

Notes

1 La Société parisienne. Esquisse de mœurs, par un jeune provincial [Mme Letissier], Paris, Amyot, 1842 : « Les quêteuses ».

2 Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939), Paris, Mercure de France, 1985, 25 novembre 1893 (Œuvre des Filles chrétiennes).

3 Bibliographie abondante : Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984 ; les deux dossiers de la revue Clio : « Femmes et religions » (1995) ; « Chrétiennes » (2002) ; bilan historiographique par Thomas Buerman et Tine Van Osselaer, « Feminization thesis : a survey of international historiography and a probing of Belgian grounds », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 2, 2008, p. 497-544.

4 Claude Langlois, « Toujours plus pratiquantes. La permanence du dimorphisme sexuel dans le catholicisme français contemporain », Clio, 2, 1995, p. 229-260.

5 Matthieu Brejon De Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, Paris, Cerf, 2008.

6 Louis — Chatellier, — L’Europe des dévots, — Paris, — Flammarion, — 1987 ; — Stefano — Simiz, — Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve-d’Ascq, — PUS, — 2002 ; — Jean-Pierre — Gutton, — Dévots et société au XVIIe siècle. Construire le ciel sur la terre, — Paris, — Belin, — 2004.

7 Denis Pelletier, « Le catholicisme social en France (XIXe-XXe siècles). Une modernité paradoxale », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Vélasquez, 2004, p. 371-387.

8 Philippe Boutry, « Le respect humain », « Alla Signorina ». Mélanges offerts à Noëlle de La Blanchardière, Rome, EFR, 1995, p. 23-49.

9 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la sécurité sociale, 1996, 2 vol., 4ème partie, cha 5 : « Science sociale et question sociale. Cibles et stratégies ».

10 Marie-Emmanuelle Chessel, « Hommes et femmes de la Ligue sociale d’acheteurs (1902- 1914). Un double héritage leplaysien ? », Les Etudes Sociales, n° 149-150, 2009, p. 123-145. Relevons toutefois l’appropriation de l’enquête par les femmes qui, un demi-siècle plus tôt, étaient objets d’enquête et non enquêtrices elles-mêmes. Dominique Kalifa, « Enquête sociale et différence des sexes au premier XIXe siècle », Luc Capedevila, ... (dir.), Le genre face aux mutations. Masculin et féminin du Moyen Age à nos jours, Rennes, PUR, 2003, p. 103-111.

11 Joseph-Marie de Gerando, Le visiteur du pauvre, mémoire qui a remporté le prix proposé par l’Académie de Lyon sur la question suivante : « Indiquer les moyens de reconnaître la véritable indigence, et de rendre l’aumône utile à ceux qui la donnent comme à ceux qui la reçoivent », Paris, Louis Colas, 1820, p. 19. L’orthographe est respectée.

12 Lettre de Frédéric Ozanam au père Tommaso Pendola, Antignano, 9 juillet 1853. Lettres de Frédéric Ozanam, t. IV : Les dernières années (1850-1853), Paris, Klincksieck, 1992, p. 660.

13 Archives des Augustins de l’Assomption (Rome), Papiers Emmanuel Bailly, FQ 115, lettre à E. Bailly, s.l.n.d. [Lyon, automne 1836].

14 Manuel de charité, Paris, Lamondais, 1869, p. 94-98.

15 Le cadre chronologique est posé par Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale (1850-1940). Essai sur les origines de la Sécurité Sociale, Nancy, PUN, 1989.

16 Manuel des institutions et œuvres de charité de Paris, Paris, Poussielgue-Rusand, 1842.

17 Pour une présentation fine de cette géographie : Matthieu Brejon De Lavergnée, « Culture blanche et œuvres de charité. Le faubourg Saint-Germain à Paris au Xixe siècle », Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), Blancs et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècles), Rome, EFR, 2011, p. 133-160.

18 Adeline Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, 1996, p. 184 et s. Sa cartographie est complétée par Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie…, op. cit., p. 41 et s.

19 Matthieu Brejon De Lavergnée, « Ville et charité. Une sociologie des hommes d’œuvres au XIXe siècle (Paris, 1840-1870) », Revue d’Histoire de l’Église de France, 94, 2008, p. 63-104.

20 Matthieu Brejon De Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité. La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 2011 dans l’attente du volume consacré à l’époque contemporaine.

21 Jean-Noël Luc, L’invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997.

22 Bonnie smith, Ladies of the leisure class. The bourgeoises of Northern France in the nineteenth century, Princeton, Princeton University Press, 1981 [trad. fr. 1989].

23 Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006 ; Magali Della Sudda, La Citoyenneté avant le vote, Paris, Belin, 2013 ; Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Epoque. La Ligue Sociale d’Acheteurs, Paris, Presses de Science Po, 2012. Bilan par Nancy Christie, « Introduction : Family, Community, and the Rise of Liberal Society », Households of Faith. Family, Gender and Community in Canada (1760-1969), Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2001, p. 3-33.

24 Lettres inédites de Mme Swetchine, Paris, Didier, 1866, p. 121.

25 Archives de la Société de Saint-Vincent-de-Paul [ASSVP], Conseil Général (6 rue de Londres Paris IXème), registre 104, circulaire d’Emmanuel Bailly du 14 juillet 1841, p. 273.

26 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Etude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, 1977.

27 Sarah A. Curtis, « Charitable ladies : gender, class and religion in mid nineteenth-century Paris », Past & Present, 177, 2002, p. 121-156.

28 L’Œuvre des campagnes fournirait un autre exemple dans les années 1850. Le Conseil Central mêle d’ailleurs hommes et femmes : Eric Mension-rigau, Le Donjon et le clocher. Nobles et curés de campagne de 1850 à nos jours, Paris, Perrin, 2003, p. 31-32.

29 ASSVP, Conseil de Paris (8 rue de Saint-Pétersbourg Paris VIIIème), carton Saint-Roch, lettre de Jules Coppeaux à Charles Rivolet, 7 décembre 1839.

30 Ibid.

31 ASSVP, Conseil de Paris, carton Saint-Roch, tableau statistique annuel de 1855.

32 Jeanne Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), Paris, L’Harmattan, 1997, p. 144 et s.

33 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Plon, 1958, « Le concubinage des ouvriers », p. 380 et s.

34 Sur la Société de Saint-François-Régis, fondée en 1826 : Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie…, op. cit., p. 636 et s.

35 Lettre à Adolphe Levassor, 18 août 1835. Jean-Léon Le Prévost, Lettres, Paris, Religieux de Saint-Vincent-de-Paul, 1995, 2 vol., t. 1, p. 92.

36 Circulaire de Jules Gossin du 2 juillet 1845. Manuel de la Société de Saint-Vincent de Paul, Paris, Secrétariat de la Société, 1845.

37 ASSVP, Conseil de Paris, registres des procès-verbaux du Conseil de Paris [PVCP], n° 2 séance du 6 février 1843. Le discours évolue toutefois : stricte interdiction des « familles suspectes » en 1843, « extrême prudence » et visite réservée aux confrères « les plus âgés » en 1846 (PV CP 3, séance du 10 février 1846).

38 Ibid, PV CP 4, séance du 7 décembre 1847. Une loi a créé en 1832 l’attentat à la pudeur sur enfant de moins de 11 ans : Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Attentats à la pudeur sur enfants : le crime sans violence est-il un crime ? (1810-années 1930) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 56-4, 2009, p. 165-189 ; Enfants violés. Une histoire des sensibilités (XIXe-XXe siècles), mémoire inédit d’HDR, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2010.

39 Ibid, PV CP 2, séance du 6 février 1843.

40 Ibid, PV CP 1, séances des 14 et 27 juin 1842.

41 ASSVP, Conseil Général, registres des procès-verbaux du Conseil Général, n° 1, séance du 22 juin 1843.

42 ASSVP, Conseil de Paris, PV CP 7, séance du 20 janvier 1863.

43 Ibid, PV CP 7, séance du 1er avril 1862 ; PV CP 9, séance du 12 juin 1866 ; Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophie Chassat (dir.), Eduquer et punir. La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray (1839-1937), Rennes, PUR, 2005.

44 Corinne Bonafoux, « Un militantisme de notables : sociologie des cadres et analyse des modes d’action à la Fédération nationale catholique », Marie-Emmanuelle Chessel et Bruno Dumons (dir.), Catholicisme et modernisation de la société française (1890-1960), Lyon, Cahiers du Centre Pierre Léon, 2003, p. 41-56.

45 Circulaire de Jules Gossin du 2 juillet 1845, citée.

46 Matthieu Brejon De Lavergnee, « A l’école de la charité : les conférences de Saint-Vincent-de-Paul dans les maisons d’éducation catholiques parisiennes aux XIXe et XXe siècles », Christian Sorrel (dir.), Education et religion (XVIIIe-XXe siècles), Chambéry, Université de Savoie, 2006, p. 155-181.

47 Manuel des institutions et œuvres de charité, op. cit., p. 37.

48 La charité n’est qu’une des expressions des relations nouvelles qui s’établissent au sein des couples chrétiens de l’âge romantique. Sur la manière de vivre sa foi : Agnès Walch : « Frédéric et Amélie Ozanam : un itinéraire matrimonial exemplaire », Bernard Barbiche et Christine Franconnet (dir.), Frédéric Ozanam (1813-1853). Un universitaire chrétien face à la modernité, Paris, Cerf-BNF, 2006, p. 75-83.

49 Dictionnaire des parlementaires français… depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, Paris, Bourloton, 1889-1891, 5 vol. (Genève, Slatkine reprints, 2000), t. 1, p. 390.

50 ASSVP, Conseil de Paris, carton Saint-Leu-Saint-Gilles, lettre de Jules Bonnet au président général de la SSVP, 21 novembre 1850.

51 Archives Nationales, BB6 II 272, dossier personnel de magistrat, note du premier président de la cour d’appel de Nancy, 6 octobre 1873.

52 Le vicomte Armand de Melun d’après ses mémoires et sa correspondance, — Paris, — Poussielgue, — 1880, p. 293.

53 Lettre à Alexandre de Lambel, 10 juillet 1844, citée par Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1951, p. 213 ; Amédée D’Andigne, Armand de Melun, un apôtre de la charité (1807-1877), Paris, NEL, 1961.

54 Lettre du 21 janvier 1840 : Georges-Albert Boissinot, Un autre Vincent de Paul. Jean-Léon Le Prévost (1803-1874), Montréal, Fides, 1991, p. 147.

55 Noël Bonneuil, « Démographie de la nuptialité au XIXe siècle », Jacques Dupaquier et Denis Kessler (dir.), La société française au XIXe siècle. Tradition, transition, transformations, Paris, Fayard, 1992, p. 96.

56 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009, p. 12.

57 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie…, op. cit., 4ème partie : « Rôle social, identités sociales, stratégies sociales ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Pauvreté et assistance à Paris sous la monarchie de Juillet (1842).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 3 – La Société de Saint-Vincent-de-Paul à Paris sous la monarchie de Juillet (1841).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 4 – Dynasties charitables. Un exemple dans la bourgeoisie de robe parisienne
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Maître de conférences à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers et Vannes).

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search