Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

Une spiritualité au feminin

La Sainte Famille de Pauline Craven

Subjectivité et sainteté féminine : Le Récit d’une sœur

Carol E. Harrison

Texte intégral

1Le premier janvier 1866, Pauline Craven, née La Ferronnays, qui attendait la publication de son premier livre, a écrit dans son journal intime :

  • 1 Institut Catholique de Paris [ICP] ms. fr. 583 ; Pauline Craven [PC], carnet de notes, 1er janvier  (...)

Que Dieu bénisse l‘année qui commence… pour moi par un acte important. Avant 15 jours ce cher trésor de ma vie passée sera sorti de ce sanctuaire de respect et d’amour où il repose depuis tant d’années.... Et maintenant des… étrangers vont le partager avec moi. Oh ! cher Jésus !... Veillez sur ces bonnes pages – portez-les la ou je les adresse – aux Ames tristes, bonnes, délaissées…1.

  • 2 Maison d’édition Didier à PC, 14 juillet 1867. ICP ms. fr. 574 ; Philippe Leleune, Le Moi des demoi (...)

2Le livre en question était Le Récit d’une sœur, une mémoire de la vie et la mort du frère et des sœurs de l’auteur, composée à partir de leurs lettres et journaux intimes. Le Récit a eu un grand succès – douze éditions et plus que dix mille exemplaires dans sa première année – et il est devenu un classique de la littérature féminine du xixe siècle2. Les craintes de Mme Craven se sont vite évanouies ; ses lecteurs affirmaient qu’ils se trouvaient consolés dans leurs chagrins et fortifiés dans leur foi par sa « famille des saintes ». Les lecteurs du Récit appréciaient les formes de sainteté qu’a proposées Mme Craven : ses sœurs, en particulier, étaient des femmes modernes, dotées d’une subjectivité qui se révélait au cours du texte. La correspondance qu’a poursuivie Mme Craven avec ses admirateurs indique que beaucoup de catholiques étaient désireux de participer à la récupération des dames La Ferronnays, de les sauver de leur propre abnégation et de préserver l’exemple de leur vie pour l’émulation des autres.

3Le Récit d’une sœur raconte, en deux volumes, l’histoire de la famille La Ferronnays à partir des lettres et journaux intimes. Au premier plan se trouve Alexandrine, la belle sœur de Pauline Craven, épouse de son frère Albert de la Ferronnays. Dans le premier volume, les jeunes amants vainquent les obstacles à leur mariage : le manque de fortune d’Albert, le protestantisme d’Alexandrine. Après dix jours de bonheur conjugal, Albert commence à cracher le sang ; le couple et les lecteurs se rendent compte que la félicité conjugale terrestre n’était qu’un leurre – le bonheur éternel importe beaucoup plus. Le premier volume finit sur un ton mélodramatique : la conversion et la première communion d’Alexandrine coïncident avec l’extrême-onction d’Albert, et le lit de mort devient l’autel sur lequel le couple s’engage à la vie éternelle. Le deuxième volume reprend l’histoire d’Alexandrine qui se déclare plus heureuse comme veuve catholique qu’elle n’aurait jamais pu être comme épouse protestante. Elle devient de plus en plus pieuse et dévouée aux bons œuvres, et sa mort clôt le livre. Pendant ce temps, le Récit raconte les morts des autres La Ferronnays : deux sœurs de Pauline, Eugénie (Mme Adrien de Mun) et Olga, et leurs parents, le comte et la comtesse de la Ferronnays. Toutes ces morts sont exemplaires, celle du comte en particulière a eu lieu en odeur de sainteté puisque c’était devant son cercueil que le juif Alphonse Ratisbonne s’est converti en 1842, un épisode qui avait déjà eu un certain retentissement à l’époque. Dans le Récit chacun des La Ferronnays embrasse la mort, l’accueillant comme l’expression ultime de l’abandon de la volonté et source d’une puissance qui dépasse celle de l’individu vivant.

4Au cœur du grand succès du Récit se trouve l’intersection – même la synthèse – de deux modèles de la femme. Bien évidemment, il y a la femme catholique – pieuse, qui refoule sa propre volonté et disparaît, presque, derrière sa propre pudeur. Mais il y a aussi la femme de la subjectivité moderne – la femme qui construit, à travers l’écriture, sa propre intériorité, son « moi ». Toutes les femmes du Récit – Mme Craven, bien sûr, mais aussi ses sœurs et sa belle sœur – sont à la fois dévotes et écrivaines, et chacune construit une subjectivité catholique à travers l’écriture. L’attrait de ces deux modèles se voit à travers le rapport entre l’écrivain, Mme Craven, et ses lecteurs. Les dossiers de correspondance de Pauline Craven témoignent de l’engagement sentimental des lecteurs catholiques avec le texte.

  • 3 Christine Plante, « L’Intime comme valeur publique. Les lettres d’Eugénie de Guérin », Mireille Bos (...)
  • 4 Fernand de la Ferronnays à PC, 15 mars et « jeudi soir » [1865 ou 1866] ; ICP ms. fr. 593 « Lettres (...)
  • 5 Christine Plante, La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989, p. 34.

5En publiant sa mémoire de tragédie familiale, Craven simultanément affirmait la valeur de l’intime tout en le violant3. Les femmes de la famille La Ferronnays avaient mené une vie de dévotion privée et de l’abnégation de soi-même ; elles n’auraient jamais offert leurs correspondances, encore moins leurs journaux intimes, au grand public. Les hommes de la famille n’approuvaient pas le projet de publication : Fernand de la Ferronnays, l’aîné de la famille au moment de la parution du Récit, priait Pauline de retirer son manuscrit, et Adrien de Mun, époux de sa sœur Eugénie, refusait son concours et défendait la publication des lettres de sa femme4. Pauline insistait, et de surcroît, elle a refusé tout anonymat, soit pour elle-même, soit pour les membres de sa famille. Pas de « Madame C*** – discrète pour Pauline, qui signe son œuvre : « Madame Augustus Craven, née La Ferronnays » associant à la fois ses familles de naissance et de mariage. Ses frères et sœurs, leurs époux et amis paraissent tous avec leurs propres noms – un geste assez osé, et qui fait penser à l’horreur de la belle-mère de George Sand, épouvantée de la possibilité de voir son nom à vendre en librairie5.

  • 6 Pauline Craven, Le Récit d’une sœur, Paris, Didier, 1875, 28ème édition.
  • 7 PC, carnet de notes 1866, 28 avril, ICP ms. fr. 583.

6Contre l’opposition de sa famille et ses propres doutes, Craven a justifié la publication du Récit en soutenant que ces textes étaient comme des reliques des saints – ces lettres et journaux intimes étaient capables de mener les chrétiens au salut6. Elle affirmait que l’orgueil n’y était pour rien et que la puissance salvatrice des paroles de ses sœurs était tout, et, en effet, elle s’efface dans le texte. Le « je » du Récit est toujours quelqu’un d’autre. En livrant les paroles intimes de sa famille au grand public, Mme Craven essayait de se montrer « digne » des « chers amis, chers saints qui m’aimez au ciel »7.

  • 8 Craven, Récit, 2, p. 154 , et La Marquise de Mun, Paris, Didier, 1877, p. 23-24.
  • 9 Craven, Récit, 1, p. 147.

7Craven rassurait ses lecteurs qu’ils n’abusaient pas de l’intimité familiale en lisant le Récit. Les La Ferronnays morts et vivants bénissent son entreprise, affirme-t-elle dans le texte, bien qu’en réalité elle ait dû faire face à l’opposition de certains d’entre eux. Craven remercie Mme de Mun – seconde épouse d’Adrien et belle-mère des fils d’Eugénie – dont « le généreux assentiment » a éliminé un « obstacle » probablement, l’opposition d’Adrien8. Encore plus important, Craven affirme le consentement des morts ; par exemple, elle raconte qu’Alexandrine, bientôt après la mort d’Albert, a envoyé tous leurs écrits intimes à leur ami Charles de Montalembert, dans l’espoir qu’il les trouvera édifiants et peut-être les publiera. Cette générosité au milieu de son deuil, dit Pauline, est « la sanction la plus complète du travail que j’ai entrepris »9. Bien que d’une humilité absolue, Alexandrine comprenait quand même que l’exemple de dévotion chrétienne d’Albert pouvait servir aux autres et justifier la rupture de l’intimité conjugale.

  • 10 Ibid, 1, p. 384.
  • 11 Ibid, 1, p. 401.

8Même de leur vivant, les sœurs de Craven ne dérobaient pas leurs lettres et journaux. Partager leurs pensées intimes était une façon de resserrer les liens familiaux, de s’assurer que tous les membres de la famille étaient en communion constante l’un avec l’autre et tous avec Dieu. La subjectivité individuelle, composée à travers l’écriture intime, pouvait être partagée par ces mêmes textes qui devenaient ainsi une façon de créer et de partager le moi. Par ce moyen, la famille devient plus qu’une assemblée d’individus, plus même qu’un lignage ; elle est une communion d’âmes. C’est en lisant le journal intime d’Eugénie, dans lequel elle demande d’assumer la souffrance d’Albert, qu’Alexandrine se sent attirée vers le catholicisme ; elle s’agenouille, bouleversée par la foi de sa belle sœur et désireuse de se joindre à cette communion familiale10. Pendant les derniers jours d’Albert, les époux se préparent à sa mort en échangeant journaux, et Albert lit la confession générale qu’écrit Alexandrine pour sa réception dans l’église catholique11. Ainsi, ils éliminent tout secret et se font complètement transparents, et leur communication est si parfaite qu’elle persistera après la mort.

  • 12 Ibid, 1, p. 10.

9Les lettres et journaux intimes des sœurs La Ferronnays qui forment le noyau du Récit étaient pour Craven (et ses lecteurs) des reliques du moi plutôt que la traditionnelle relique du corps. Les reliques textuelles étaient utiles non seulement parce que facilement distribuées a un grand public, en contraste avec la relique du corps qu’on ensevelit dans un reliquaire. La puissance des reliques textuelles venait du fait qu’elles témoignaient l’intériorité du sujet – leurs luttes contre le doute et leur chemin vers la foi. L’écriture intime, qui illumine le désir de l’âme pour son propre salut, est la relique vraiment efficace, et Craven insistait sur l’authenticité des lettres et journaux intimes qu’elle présentait. Ses mémoires, affirmait-elle, étaient innocentes de tout artifice littéraire : « Dieu me préserve de porter dans une telle œuvre la moindre vanité littéraire, ou d’y chercher la moindre louange pour moi-même », écrivait-elle12. Les qualités littéraires du texte étaient insignifiantes face à sa vérité – son importance quasi-mystique de relique.

  • 13 Sur le « moi » féminin et la correspondance : Dena Goodman, Becoming a Woman in the Age of Letters, (...)

10Mais les sœurs de Pauline – les héroïnes du Récit – ressemblaient quand même aux personnages d’un roman, et cette ressemblance n’était pas étrangère au succès du livre. Les lecteurs, comme on verra, répondaient comme s’ils lisaient une fiction, et certainement ils avaient l’impression de connaître au fond les dames La Ferronnays comme on connaît un personnage de roman. Le Récit présentait à ses lecteurs non seulement les actions des personnages – c’était le moi que le livre découvrait, l’individu vu de l’intérieur. Les admirateurs du Récit avaient l’impression d’avoir accès aux âmes des sœurs de Pauline, de comprendre leurs sens de soi-même, leur individualité autant que leur encadrement dans la famille et la société des catholiques. Le fait de lire leur propres paroles, écrites dans l’intimité parfaite, semblait inviter les lecteurs à un rapport de transparence complète. Les lecteurs étaient conscients du rôle de l’écriture – des lettres, journaux, mémoires – dans la constitution du moi, et ils appréciaient que les textes qui formaient le Récit, aient accompagné ces femmes dans leur chagrin13.

11La sainteté des sœurs de Pauline ressortissait des pratiques de l’écrit, ce qui faisait des sœurs La Ferronnays des saintes pour les temps modernes. Le Récit d’une sœur mêlait les conventions du roman et de la vie des saints. Quand les lecteurs parlaient d’une « famille de saints » ils référaient au processus de la formation d’un moi dévot et pieux, ayant cédé la volonté dans les mains de Dieu. Ce moi parfaitement chrétien au milieu de la société moderne était déjà un miracle, bien qu’il soit produit sans intervention surnaturelle. Elles achevaient la sainteté tout en poursuivant une subjectivité moderne, réfléchissant longuement sur le moi et son rapport aux autres, notamment la famille et Dieu. Elles répondaient aux crises personnelles avec le même débat intérieur que leurs contemporains. Les sœurs de Pauline n’étaient pas des saintes médiévales transposées dans un décor du dix-neuvième ; c’était l’image de la sainteté même qui était profondément moderne.

12Le Récit d’une sœur offrait à ses lecteurs le voyeurisme autorisé d’un roman épistolaire. On entrait dans les sentiments les plus intimes, et même dans les prières, de ses « personnages ». « Pauline » la narratrice qui présente les lettres et journaux au lecteur, s’efface devant les bels âmes de ses sœurs. Les La Ferronnays deviennent comme des personnages d’un roman ; il n’y a rien de surnaturel dans leur sainteté, et les lecteurs peuvent s’identifier à leurs expériences de la vie et la mort. Ce sont des saints qui provoquent l’empathie, pas l’émerveillement, et les sentiments humains – le deuil, l’amour – soutiennent leur sainteté. Ils deviennent saints à travers une pratique dévotionnelle qui ressemble au développement d’un personnage romanesque, achevant une compréhension du moi plus profonde par l’exploration de la subjectivité.

  • 14 ? à PC, Cannes, 12 juin 1866 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » sauf autre indicati (...)
  • 15 John MacCarthy, Saint-Max près de Nancy, 16 décembre 1866 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéres (...)

13La réception du public de la représentation de la sainteté dans la vie moderne était enthousiaste, et la correspondance de Mme Craven évoque à maintes reprises les « larmes délicieuses » des lecteurs qui voulaient « vivre toujours dans ce milieu d’élite »14. C’est une réponse romanesque – le désir que l’histoire qui a ravi le lecteur – « ce délicieux roman de la vie réelle » – ne finisse jamais15. Les sœurs de Pauline, surtout, ont suscité la vénération des lecteurs qui désiraient entrer en contacter avec elle et se joindre à Mme Craven dans le culte de leur sainte abnégation. Les lettres envoyées à Craven équilibraient consciemment leur sens romanesque du Récit avec le fait qu’il s’agissait d’une histoire vraie. Ses correspondants voulaient, par exemple, savoir plus sur Pauline et les autres personnages du livre qu’ils avaient l’impression de connaître intimement mais ils redoutaient de troubler l’intimité familiale où ils n’avaient, en vérité, aucun droit d’entrée. Ainsi les lecteurs se sont joints à Craven dans la considération de la dynamique entre l’expression et la renonciation du moi par la femme catholique.

14Les dossiers de correspondance de Pauline Craven contiennent quelques 185 lettres des lecteurs (par 155 correspondants, dont un peu plus de la moitié étaient des hommes) écrites entre la parution du livre en 1866 et sa mort en 1892. Probablement, Craven a trié parmi ses lettres, gardant celles qui l’intéressaient et éliminant d’autres. Beaucoup (environ 30 %) des lettres sont d’aristocrates dont plusieurs se réclament des liens de parenté ou d’amitié avec les La Ferronnays. Une bonne proportion (presque 30 %) viennent de l’étranger, surtout des lecteurs anglais, mais Craven a eu des correspondants aussi éloignés que la Nouvelle-Zélande. Craven a répondu à beaucoup des correspondants, surtout à ceux qui ont raconté leurs propres histoires de deuil, de veuvage, et de conversion. Les lettres conservées dans l’archive ne sont probablement pas un échantillon représentatif de sa correspondance, mais elles témoignent quand même de l’engagement sentimental des lecteurs catholiques avec le texte.

  • 16 Mary J. Letts, Oxford, n.d. ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».
  • 17 Adelina, Naples, 7 février 1866 ; Cecile Scott, Southampton, 18 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592, « Lett (...)

15Les correspondants de Mme Craven commençaient presque toujours par affirmer l’impact profond qu’avait eu le Récit sur leurs vies. Ainsi ils assuraient Mme Craven (et eux-mêmes) qu’ils n’étaient pas des vulgaires qui essayaient de s’insinuer dans l’intimité d’une famille aristocratique mais des chrétiens fidèles – comme disait une lectrice, des « cœurs sympathiques qui pouvaient battre à l’unisson » avec celui de Mme Craven16. Ils s’excusaient d’écrire sans introduction et d’appeler ses sœurs par leurs noms de baptême. Ils avaient l’impression de bien connaître la « Pauline » du livre mais écrire à Mme Craven leur paraissait une hardiesse dont il fallait demander pardon. Et comment parler de Mme de la Ferronnays ou de Mme de Mun quand on connaissait à fond Alexandrine (même Alex) et Eugénie ? « C’est comme cela que vous m’avez enseigné à les connaître et à les aimer ! » a expliqué une correspondante17. Pour les amis comme pour les saints, le nom de baptême signifiait l’intimité que recherchaient les lecteurs.

  • 18 A. le Gendre Racon [?], 19 septembre 1866, ICP ms. fr. 592 ; « Lettres moins intéressantes ».
  • 19 Cecile Scott, Southampton, 18 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes ».
  • 20 Adrienne Auspark, Genève, 18 janvier 1868 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

16Pour bien des correspondants de Mme Craven, l’avantage d’un mémoire qui ressemblait à un roman était qu’on pouvait demander la suite : est-ce que la mère d’Alexandrine s’est convertie du protestantisme18 ? Est-ce que la famille vivait toujours dans le même château en Normandie19 ? Est-ce que la cadette des La Ferronnays, Albertine, qui parait à peine dans le Récit, avait survécu à ses soeurs et est-ce qu’elle avait le même grandeur d’âme20 ? Le sort de la mère d’Alexandrine ou d’Albertine importait aux admirateurs du livre qui voulaient savoir ce qu’était devenue cette lignée de femmes saintes et tragiques. Connaître la suite de l’histoire semblait un moyen de comprendre l’action des saints contemporains dans le monde actuel.

  • 21 Florence Glyn, Londres, 27 juin, ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».
  • 22 Françoise de Gesteminy [?], 13 octobre 1878 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ». Mur (...)
  • 23 A.S. Hausay Barwell, Horsham, 19 juin ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » ; A. Victo (...)
  • 24 Mary J. Letts to PC, Oxford. n.d. ICP ms fr 592, « Lettres banales ».

17Les admirateurs du Récit avaient d’autres moyens de prolonger l’histoire des La Ferronnays et aussi d’y participer. Beaucoup ont demandé une relique traditionnelle – surtout, ils désiraient des images qui permettaient « de donner une forme corporelle aux caractères et aux esprits » des sœurs de Mme Craven21. Les cartes de visite qu’envoyait Craven fonctionnaient comme des images pieuses, rappelant aux fidèles l’exemple et l’influence du saint personnage en même temps que le plaisir de lire le Récit22. Certains ont entamé des pèlerinages, surtout à Boury, la propriété normande où les personnages du Récit avaient été enterrés, bien que les La Ferronnays aient vendu le terrain. Ils se sont agenouillés devant les tombeaux, faisaient des esquisses, laissaient des gerbes, cueillait des fleurs pour garder entre les pages du Récit23. Surtout, ils priaient, comme racontait une dame, « qu’il me soit donné un jour de connaître ces bienheureux »24.

18L’idée qu’il y avait des saints, et même une famille de saints, qui marchaient dans les rues des villes contemporaines avant de monter au ciel et de recevoir des prières des autres catholiques passionnait les lecteurs du Récit :

  • 25 Fanny Calderon de la Garca, 93 Corso, Thursday ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

Si c’était un roman, je penserait que l’auteur avait rêvé de telle perfection impossible. Mais c’est vrai, et je ne peux que m’émerveiller qu’une telle famille ait existé et que certains de ses membres existent toujours au dix-neuvième siècle25.

19Les lecteurs exprimaient leur confiance que les prières adressées aux saints récemment décédés comme les La Ferronnays seraient aussi efficaces que celles à leurs homologues médiévaux. « Comment ne pas croire qu’Albert, Alexandrine, Eugénie veillent particulièrement sur Pauline…? », a demandé un lecteur – l’amour qui unissait les La Ferronnays devait au moins égaler l’amour que pouvait ressentir pour eux un saint antique. Sans doute, a-t-il résumé, les fidèles devaient offrir leurs prières aux saints modernes qui les connaissaient si bien :

  • 26 Reignier [?], Paris, 5 septembre [?] 1867 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

Nous invoquons les saints que nous n’avons pas connus, nous croyons à leur bienfaisante intervention, et [cependant] nous ne croyons pas a ceux qui nous ont aimés, des saints qui nous ont confortés ! C’est impossible !26

20Un prêtre a raconté avec grande émotion son lien avec Alexandrine :

  • 27 Leveque, Vaux le Penil (Seine et Marne), 28 décembre 1868 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».

Je suis sans cesse avec elle... Je lui parle comme si elle était auprès de moi, avec ce laisser aller que la tendresse inspire… entre deux amis sincères dont les cœurs on été fondus dans le même moule… Jamais, a-t-il expliqué, il n’avait éprouvé cela avec aucun saint canonisé… Le cœur d’Alexandrine m’a ravi et subjugué à la fois27.

21Comme ce prêtre, les lecteurs s’adressaient aux La Ferronnays comme a des personnages contemporains – on parlait aux saintes modernes comme aux amies, sœurs, ou même à une amante.

22Le contraste entre la sainteté extraordinaire et la vie quotidienne des La Ferronnays passionnait les lecteurs qui remarquaient souvent le fait que c’étaient des saints qui ont vécu la domesticité comme toute autre personne. Le frère et les sœurs de Pauline ne cherchaient ni la vie d’un ascète ni le sort d’une victime. Leur existence gaie du premier volume, au milieu du Tout-Naples, montrait qu’ils appréciaient les plaisirs de la vie de société, et bien qu’ils acceptent que la volonté de Dieu puisse être pénible, ils ne recherchent pas le malheur. Les La Ferronnays

  • 28 Maria-Catherine Bishop, A Memoir of Mrs. Augustus Craven, op. cit., p. 253.

avaient vécu dans le monde selon ses règles actuels, mais… [leur] existence intérieure était tout aussi mystique que celle des… chrétiens antiques28.

23La vie d’une sainte est toujours exemplaire, écrivait Théophile Foisset, mais quand il s’agit

  • 29 Théophile Foisset à ? [Charles de Montalembert ?], 27 février 1866 ; ICP ms. fr. 592.

d’un saint et d’une sainte de votre temps, que vous auriez pu rencontrer dans les salons de Paris, … il n’y a pas de prédication comparable à celle-là29.

24Un autre lecteur, qui avait noté qu’aucun des La Ferronnays n’avait ressenti de vocation à la vie religieuse, a affirmé que leur exemple indiquait que

  • 30 Vicomte Amédée de Férron, 3 février 1868. ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes ».

l’apostolat laïque a aussi une bien grande valeur, surtout quand il est exercé par des personnes ayant pour le faire réussir toutes les séductions de la grâce et de la bonté30.

25Plusieurs correspondants ont saisit cette idée, louant les individus qui

  • 31 Marie Machin, 23 février 1866 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres banales ».

sans se renfermer dans un couvent [et] menant une vie aussi mondaine que possible… gardaient les plus beaux sentiments31.

26Selon un lecteur anglais, les sœurs de Pauline montraient que

  • 32 H.W. Wilberforce, Malvern Wells, 23 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes » ; d (...)

les gens qui réserve à Dieu le premier rang dans leurs cœurs peuvent néanmoins y avoir de la place pour l’amour le plus passionné32.

27Le public du Récit raffolait de ces saintes mariées, amoureuses, même un peu mondaines. Ayant elles-mêmes surmonté les obstacles quotidiens à la dévotion, les sœurs La Ferronnays pouvaient aider les lecteurs dans la même voie chrétienne. Le modèle de sainteté féminine des La Ferronnays répondait aux besoins des gens qui désiraient une vie simultanément moderne, laïque, et catholique.

  • 33 A. Victor Pouré, aumônier militaire, a demandé des exemplaires du Récit pour les casernes puisqu’il (...)

28Presque tous les lecteurs de Craven – femmes et hommes – s’identifiaient avec les femmes de sa famille. Alexandrine était de loin le sujet préféré de la correspondance des lecteurs, bien qu’Eugénie, Olga, la comtesse, et Pauline elle-même aient eu des admirateurs. Albert était plus populaire que son père, mais peu de lecteurs ont raconté un lien quasi-dévotionnel avec lui, et les lecteurs qui ont demandé son portrait le désiraient pour faire pendant à celui d’Alexandrine33. C’étaient les dames La Ferronnays qui représentaient la forme de sainteté qui résonnait avec les lecteurs – une dévotion qui célébrait la vocation de mère et d’épouse et qui ne les obligeait pas à se retirer des obligations de la vie quotidienne et mondaine.

  • 34 Conversion miraculeuse de M Ratisbonne suivie de détails sur M de la Ferronnays et sur ses derniers (...)

29Le personnage de comte de la Ferronnays, le père de Pauline, inspirait peu d’intérêt des lecteurs, malgré le fait que c’était lui qui ressemblait le plus à la figure traditionnelle du saint. C’était dans une chapelle à Rome, agenouillé devant le corps du comte, que le juif Alphonse Ratisbonne, s’était converti en 1842, un événement régulièrement décrit à l’époque comme un miracle34. Cependant, parmi les correspondants de Mme Craven, personne n’a demandé l’image du comte, et personne ne semble avoir eu une dévotion particulière pour lui. Beaucoup des correspondants s’étaient converti ou comptaient des convertis parmi leurs proches, mais ils ont cité Alexandrine, pas Ratisbonne, comme la convertie-modèle. Alexandrine est arrivée au catholicisme par un processus de contemplation, prière, et discernement, le tout encadré par l’amour familial – d’un coté ses parents protestants et de l’autre son mari catholique, Albert, et sa mort prochaine. Les convertis parmi les correspondants de Mme Craven avaient aussi vécu une transformation lente et difficile, et ils se sentaient responsable pour leur propre sort. Pour eux, la conversion était un triomphe personnel, pas une force surnaturelle et irrésistible devant laquelle ils étaient impuissants, comme Ratisbonne.

  • 35 Adrienne Ausparck, Genève, 4 février 1868, ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » ; Adele (...)
  • 36 Constance Bonnier, Genève, 5 novembre 1886. ICP ms. fr. 593, « Lettres à Mme Craven relatives à ses (...)
  • 37 Vicomte Amédée de Férron, Rennes, 3 février 1868 ; Marie Thérèse de Villeneuve, Toulouse, 10 janvie (...)
  • 38 Céline Renard, Bourbonne les Bains, 9 avril 1867 ; ICP, ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes  (...)
  • 39 Annie Boylan, Auckland, New Zealand, 3 aout 1874 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes »
  • 40 M de Fingherlin, n.d ; ICP ms. fr. 592.

30Les lecteurs du Récit expérimentaient des liens de sympathie non seulement avec les saintes dames La Ferronnays au ciel, mais aussi avec « Pauline » restée sur terre. En priant pour Pauline, ses lecteurs la sauvaient de l’obscurité de la même façon qu’elle empêchait ses sœurs de disparaître derrière leur propre modestie ; souvent, ils désiraient posséder son image avec celles de ses saintes sœurs35. Bien que ses correspondants louent l’effort que faisait Pauline d’effacer son rôle dans l’histoire de sa famille, ils voulaient aussi neutraliser cet effort, attirant l’attention vers sa fonction d’auteur. Beaucoup ont affirmé qu’ils connaissaient bien l’âme de Pauline malgré sa pudeur36. Ils admiraient l’« absence de toute prétention personnelle et l’effacement scrupuleux dans lequel elle s’est efforcée de rester »37. Mais la foi et a générosité de Pauline étaient si grandes qu’elle « n’a su se cacher assez pour échapper a notre admiration »38. Presque d’une seule voix, les correspondants de Mme Craven affirmaient qu’elle était l’égale de ses sœurs « dans la foi et le courage et bien aimée du bon Dieu qui l’a testée par la perte de l’une après l’autre »39. « La plus charmante de toutes » les personnages, ses admirateurs convenaient, était « celle qui s’efface trop »40. De la même façon que Craven voulait sauver ses sœurs de leur abnégation, ses lecteurs affirmaient que sa vie à elle était exemplaire.

31Ce que les lecteurs appréciaient le plus dans la vie de Pauline Craven, c’était le sacrifice qu’elle avait fait en livrant sa famille au public, et ils l’assuraient qu’ils avaient compris la peine qu’elle avait dû ressentir. La violation de l’intimité familiale était, pour beaucoup de ses admirateurs, le sommet de sa bonté. Mme Craven aurait pu taire l’histoire de sa sainte famille, protégeant leurs lettres et journaux intimes – une ligne de conduite en parfait accord avec les convenances de son milieu. Mais elle a fait le choix plus difficile, et aucun de ses lecteurs ne doutaient pas que la publication avait rajouté au chagrin qu’elle ressentait déjà. « Quelle générosité » remarquait un lecteur,

  • 41 M de la Salle, Troyes, 21 septembre 1889 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».

d’avoir permis à la presse de les faire connaître dans l’intimité, de lui avoir révélé tous ces souvenirs personnels… qu’une âme plus égoïste aurait conservés avec un soin jaloux41.

  • 42 M E Grant Duff, 13 février 1874 ; Frederica Swinborne, London, 21 octobre 1877, ICP ms. fr. 592, «  (...)
  • 43 Katherine Watkins Jersey, 13 décembre 1876 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

32Les correspondants revenaient sur « l’horreur » et « le terrible effort » qu’elle a dû ressentir en « divulgu[ant] au public… des lettres aussi intimes »42. Les admirateurs du Récit comprenaient que Mme Craven a dû ressentir sa publication comme « une profanation » et ils demandaient pour elle une bénédiction pour son sacrifice et son courage43.

  • 44 Moreau à l’Institut, 9 décembre 1866 ; ICP ms. fr. 592.

33Dans le Récit d’une sœur, Pauline Craven a proposé deux formes de vertu féminine, et ses lecteurs les embrassaient toutes les deux. D’un côté, les sœurs La Ferronnays illustraient l’abnégation féminine dont le moi se construisait à partir de la renonciation de toute autodétermination, l’abandon de la volonté de l’individu dans les mains de Dieu. De l’autre, Pauline Craven elle-même – avec sa détermination de sauver ses sœurs de l’obscurité qu’elles avaient cherchée, elle apparaissait aussi comme un modèle de la femme catholique. Mais ce ne sont pas des modèles exclusifs entre lesquelles toute femme devait choisir. Dans les deux cas, il s’agit de la femme-écrivain, figure familière aux historiens du XIXe siècle qui, pourtant, n’ont pas l’habitude d’envisager l’écriture comme une pratique de dévotion religieuse ou de penser subjectivité et religion ensemble. Pour ces femmes catholiques, l’écriture était à la fois une discipline spirituelle de l’abandon de soi et une mode d’expression subjective. Pauline s’efface de son propre récit pour mettre en valeur l’abnégation de ses sœurs exprimée à travers leurs propres écrits. Les textes de Pauline, comme ceux de ses sœurs, simultanément créaient et disciplinaient le moi. Les légions d’admirateurs et d’admiratrices du Récit d’une sœur écrivaient à leur tour pour participer à une « commensalité spirituelle » entre les mortes et les vivants, avec Mme Craven comme la clé de voûte d’une communauté des saintes de la vie moderne44.

Notes

1 Institut Catholique de Paris [ICP] ms. fr. 583 ; Pauline Craven [PC], carnet de notes, 1er janvier 1866.

2 Maison d’édition Didier à PC, 14 juillet 1867. ICP ms. fr. 574 ; Philippe Leleune, Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993.

3 Christine Plante, « L’Intime comme valeur publique. Les lettres d’Eugénie de Guérin », Mireille Bossis, La Lettre à la croisée de l’individuel et du social, Paris, Kimé, 1994 ; Valérie RAOUL, « Women’s Diaries as Life-Savings : Who Decides Whose Life is Saved ? The Journals of Eugénie de Guérin and Elisabeth Leseur », Biography, 24, n° 1, 2001, p. 140-151.

4 Fernand de la Ferronnays à PC, 15 mars et « jeudi soir » [1865 ou 1866] ; ICP ms. fr. 593 « Lettres à Mme Craven relatives à ses ouvrages », Maria-Catherine Bishop, A Memoir of Mrs. Augustus Craven, London, Bentley, 1894-1895.

5 Christine Plante, La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989, p. 34.

6 Pauline Craven, Le Récit d’une sœur, Paris, Didier, 1875, 28ème édition.

7 PC, carnet de notes 1866, 28 avril, ICP ms. fr. 583.

8 Craven, Récit, 2, p. 154 , et La Marquise de Mun, Paris, Didier, 1877, p. 23-24.

9 Craven, Récit, 1, p. 147.

10 Ibid, 1, p. 384.

11 Ibid, 1, p. 401.

12 Ibid, 1, p. 10.

13 Sur le « moi » féminin et la correspondance : Dena Goodman, Becoming a Woman in the Age of Letters, Ithaca-New-York, Cornell University Press, 2009, p. 2-4.

14 ? à PC, Cannes, 12 juin 1866 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » sauf autre indication, les lettres sont toutes adressées à PC.

15 John MacCarthy, Saint-Max près de Nancy, 16 décembre 1866 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes ».

16 Mary J. Letts, Oxford, n.d. ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».

17 Adelina, Naples, 7 février 1866 ; Cecile Scott, Southampton, 18 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

18 A. le Gendre Racon [?], 19 septembre 1866, ICP ms. fr. 592 ; « Lettres moins intéressantes ».

19 Cecile Scott, Southampton, 18 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes ».

20 Adrienne Auspark, Genève, 18 janvier 1868 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

21 Florence Glyn, Londres, 27 juin, ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

22 Françoise de Gesteminy [?], 13 octobre 1878 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ». Muriel Pic, « Le devenir image de la relique a l’époque de la reproductibilité technique. Photographie, copie, et métaphore », Philippe Boutry, Pierre-Antoine Fabre et Dominique Julia (dir.), Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Paris, ehess, 2009, p. 847-864.

23 A.S. Hausay Barwell, Horsham, 19 juin ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » ; A. Victor Poué, Mont-de-Marsan, 3 janvier 1878, ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » ; Louise et Eugénie Trocmé, St-Quentin et Boury, 26 avril, 5 juin 1878 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes » ; Julie Austin au Comte de Mun, Burlington, Vermont, 9 juillet 1892, ICP ms. fr. 593, « Lettres à Mme Craven relatives à ses ouvrages ».

24 Mary J. Letts to PC, Oxford. n.d. ICP ms fr 592, « Lettres banales ».

25 Fanny Calderon de la Garca, 93 Corso, Thursday ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

26 Reignier [?], Paris, 5 septembre [?] 1867 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

27 Leveque, Vaux le Penil (Seine et Marne), 28 décembre 1868 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».

28 Maria-Catherine Bishop, A Memoir of Mrs. Augustus Craven, op. cit., p. 253.

29 Théophile Foisset à ? [Charles de Montalembert ?], 27 février 1866 ; ICP ms. fr. 592.

30 Vicomte Amédée de Férron, 3 février 1868. ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes ».

31 Marie Machin, 23 février 1866 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres banales ».

32 H.W. Wilberforce, Malvern Wells, 23 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes » ; de l’Angleterre : Contemporary Review, october 1868, copie en ICP ms. fr. 592 « Lettres moins intéressantes ».

33 A. Victor Pouré, aumônier militaire, a demandé des exemplaires du Récit pour les casernes puisqu’il pensait qu’Albert serait un bon exemple pour les jeunes soldats : 2 novembre 1877 ; ICP ms. fr. 592 « Lettres banales ».

34 Conversion miraculeuse de M Ratisbonne suivie de détails sur M de la Ferronnays et sur ses derniers moments (Avignon, Pierre Chaillot, jeune, 1842) ; Théodore de Bussières, Relation authentique de la conversion de M A.-M. Ratisbonne… suivie de deux lettres sur les derniers moments et sur les dernières années de M le Comte de Laferronays, Paris, Bureaux de l’Union Catholique, 1842 ; Comte Théobald Walsh, Le Comte de la Ferronnays et Marie-Alphonse de Ratisbonne, Paris, Poussielgue-Rusand, 1843. Sur les frères Ratisbonne : Natalie Isser et Lita-Linzer Schwartz, « Sudden Conversion : The Case of Alphonse Ratisbonne », Jewish Social Studies, 45, n° 1, 1983, p. 17-30.

35 Adrienne Ausparck, Genève, 4 février 1868, ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » ; Adele Loy, Lyon, 30 juin 1867.

36 Constance Bonnier, Genève, 5 novembre 1886. ICP ms. fr. 593, « Lettres à Mme Craven relatives à ses ouvrages ».

37 Vicomte Amédée de Férron, Rennes, 3 février 1868 ; Marie Thérèse de Villeneuve, Toulouse, 10 janvier 1867 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

38 Céline Renard, Bourbonne les Bains, 9 avril 1867 ; ICP, ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

39 Annie Boylan, Auckland, New Zealand, 3 aout 1874 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

40 M de Fingherlin, n.d ; ICP ms. fr. 592.

41 M de la Salle, Troyes, 21 septembre 1889 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».

42 M E Grant Duff, 13 février 1874 ; Frederica Swinborne, London, 21 octobre 1877, ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes » ; Henri Auclerc, Paris, 23 mars 1867 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres banales ».

43 Katherine Watkins Jersey, 13 décembre 1876 ; ICP ms. fr. 592, « Lettres moins intéressantes ».

44 Moreau à l’Institut, 9 décembre 1866 ; ICP ms. fr. 592.

Auteur

Professeur à l’Université de Caroline du Sud (Columbia).

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search