Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

L’espace du politique

La consommation, un mode d’entrée en politique pour des femmes catholiques ?

La Ligue Sociale d’Acheteurs (1902-1914)

Marie-Emmanuelle Chessel

Texte intégral

  • 1 Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences-Po, 2009.
  • 2 Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Epoque. La Ligue Sociale d’Acheteurs, Pa (...)

1Entre le début du XXe siècle et la Première Guerre mondiale, des femmes catholiques françaises fondent et animent la Ligue Sociale d’Acheteurs, une association de consommateurs faisant la promotion de modes de consommation que l’on appellerait aujourd’hui « éthiques » ou « engagés »1. Ils tiennent compte des conditions de production des objets qu’elles achètent. Autour d’Henriette Jean Brunhes ou de la baronne Marie-Thérèse Brincard, elles font des listes de couturières qui traitent correctement leurs ouvrières, s’engagent dans des campagnes réformatrices contre le travail du dimanche ou pour la réglementation du travail des couturières à domicile2.

  • 3 Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Age, Cambridge (Mass.), The (...)

2Ce ne sont pas elles qui inventent l’utilisation de la consommation comme un outil d’action publique. Elles en héritent partiellement en France puisque d’autres organisations ont déjà utilisé la consommation avant elles, par exemple dans le cas de la promotion du repos dominical. Elles s’inspirent aussi de l’étranger : elles empruntent l’idée théorique à l’écrivain anglais John Ruskin, et elles s’emparent surtout de l’exemple des « ligues de consommateurs » (consumers’ leagues) américaines créées peu de temps auparavant. La genèse de la Ligue Sociale d’Acheteurs (LSA) s’inscrit dans les circulations transatlantiques, entre l’Europe et les États-Unis, qui étaient fréquentes dans l’univers réformateur au tournant du XXe siècle3.

3Comme d’autres avant elles, catholiques ou non, elles s’appuient sur ce qui est reconnu comme une spécificité féminine dans la sphère privée – faire les courses, s’occuper du ménage – pour développer une action associative dans la sphère publique. Comme d’autres philanthropes ou femmes engagées, elles prennent appui sur une prétendue féminité pour s’autoriser des actes plutôt subversifs par rapport aux normes de genre de leur milieu : s’intéresser au droit du travail, questionner les commerçants et les industriels, militer pour des lois sociales.

4Dès lors, on peut s’interroger sur la spécificité, non seulement nationale mais aussi religieuse et politique, d’une telle organisation. Quelle est la spécificité de la Ligue sociale d’acheteurs par rapport à d’autres associations, notamment catholiques, qui utilisent la consommation comme un outil d’action sociale au même moment ? Quelles sont en particulier les spécificités politiques et les particularités en matière de rapports de genre ?

La consommation : un alphabet commun, des langages politiques différents

5La LSA n’est pas la première association de consommateurs à offrir des opportunités d’engagement pour des femmes. D’autres associations, avant et après cette ligue, s’intéressent à la consommation, en France et ailleurs. La consommation constitue pour ainsi dire un alphabet commun pour des femmes parlant des langages politiques très différents. Elle permet de défendre des idées socialistes puis communistes, de défendre le libre-échange, de défendre l’Empire britannique… ou encore la Troisième République sociale. On peut sommairement classer ces organisations dans deux ensembles.

  • 4 Frank Trentmannt, Free Trade Nation. Commerce, Consumption, and Civil Society in Modern Britain, Ox (...)
  • 5 Gillian Scott, Feminism and the politics of working women. The Women’s Co-operative Guild, 1880s to (...)
  • 6 Michele Micheletti, « Why More Women ? Issues of Gender and Political Consumerism », Michele Michel (...)
  • 7 Katherine Pence, « Politiques de la consommation, femmes et citoyenneté dans les deux Allemagnes », (...)
  • 8 John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (191 (...)
  • 9 Ellen Furlough, Consumer Cooperation in France. The Politics of Consumption (1834- 1930), Ithaca, C (...)

6Dans une première tradition, que l’on peut appeler « consumériste » les femmes militent pour défendre les droits des consommateurs à consommer une bonne qualité à un bon prix. En Angleterre, autour de 1900, les femmes sont nombreuses à soutenir le mouvement pour le libre-échange (free trade) qui permet selon elles d’obtenir des produits de qualité bon marché4. Certaines s’engagent dans le mouvement coopératif et notamment dans la Women’s Co-operative Guild5. Aux États-Unis dans l’entre-deux-guerres, des femmes liées au parti communiste ou des femmes afro-américaines défendent les droits des consommatrices6. Plus tard, en Allemagne, des deux côtés du mur, des associations de ménagères protestent puissamment pour défendre le prix des biens et l’approvisionnement7. En France en dehors du monde catholique, des femmes font entendre leurs revendications dans le cadre de la lutte contre la vie chère au début du XXe siècle8 ou elles participent, peu nombreuses toutefois, au mouvement coopératif9.

  • 10 Lawrence B. Glickmang, Buying Power. A History of Consumer Activism in America, Chicago, University (...)
  • 11 Tracey Deutsch, « Des consommatrices très engagées, du New Deal à la Guerre froide », Alain Chatrio (...)
  • 12 Frank Trentmann, « Before ‘Fair Trade’ : Empire, Free Trade, and the Moral Economies of Food in the (...)

7Dans une deuxième tradition, celle du fair trade, où l’on utilise la consommation pour défendre non pas le prix et la qualité des produits mais autre chose – les droits des producteurs, la nationalité des produits, ... – des femmes sont aussi présentes. En Angleterre et aux États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles, elles utilisent la consommation pour lutter contre l’esclavage10. Dans les années 1930 et 1940, des Américaines proches du parti communiste fondent une Ligue of Women Shoppers pour défendre les droits des ouvriers11. Inversement, des Anglaises défendent, avec une rhétorique très conservatrice, les produits de l’Empire britannique12.

8Cela signifie que la consommation peut être utilisée pour dire des choses très différentes, par des mouvements qui n’ont pas grand-chose en commun. C’est le cas en France, au sein même du monde catholique, plus divers qu’on ne le pense. Au début du XXe siècle, plusieurs associations catholiques incitent, à côté de la LSA, les consommateurs à transformer leurs comportements de consommation. Citons d’une part la Ligue populaire pour le repos du dimanche, avec laquelle la LSA fusionne en 1910, et d’autre part la Ligue Patriotique des Françaises (LPDF). Quelle est dès lors la spécificité de la LSA par rapport à ces deux mouvements ? Répondre à une telle question permet de mieux comprendre comment la consommation est utilisée, à un moment donné et dans un espace précis, au sein de la LSA, comme un outil de politisation par des femmes. Elle permet en effet de faire la promotion de lois sociales défendues par des réformateurs républicains, et donc de prendre place dans une « nébuleuse réformatrice ». En revanche, pour les promoteurs du dimanche et pour les femmes de la LPDF, le lien entre consommation et politique est différent.

Le repos du dimanche : libéraux et promoteurs des lois sociales

  • 13 Matthieu Brejon De Lavergnee, « Le repos du dimanche : un exemple de lobbying catholique en France (...)
  • 14 Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, L’Atelier, 1997, p. 298- 300 ; Robert (...)
  • 15 Le trésorier de la Ligue pour le repos du dimanche est l’agent de change Eugène Roland-Gosselin (18 (...)

9S’inscrivant dans la tradition d’une action catholique pour le repos du dimanche, par exemple l’Œuvre du repos des dimanches et fêtes fondée en 185313, une Ligue populaire pour le repos du dimanche est créée en 1899 à Paris, ouvrant la voie à une campagne pour le repos hebdomadaire qui aboutit à une loi en juillet 190614. Comprenant des républicains philanthropes, des leplaysiens, des prêtres démocrates, des protestants et un certain nombre de femmes nobles, elle partage certains membres avec la LSA15 avec qui elle est logée, à partir de 1904, à l’Hôtel des sociétés savantes. Elles fusionnent en 1910 et elles publient alors un bulletin commun.

  • 16 Bulletin de la Ligue populaire pour le repos du dimanche (BLPRD), 1er août 1890 et 1er janvier 1893 (...)
  • 17 BLPRD, 1er septembre 1890, p. 124-128. Jean-Luc Drouin, « L’opinion publique à Bordeaux », Marc Ago (...)
  • 18 BLPRD, 1er mai 1895, p. 156-158 ; Ligue populaire lyonnaise pour le repos du dimanche, Liste des ma (...)
  • 19 Valérie Lathion, « Un dimanche à Genève. Enjeux religieux et sociaux de la lutte pour un dimanche c (...)
  • 20 BLPRD, 16 décembre 1894, p. 331 ; BLPRD, 1er novembre 1900 et 1er juillet 1903, p. 243-244.

10Dès la fondation de la Ligue populaire pour le repos du dimanche, en 1899, la consommation apparaît comme un mode d’action mis en œuvre par les comités de province, pour faire notamment appel aux ouvriers et paysans, qui profitent du dimanche, jour libre et jour de marché, pour faire leurs achats. On en appelle à Marseille, à Toulouse ou à Nancy à leur solidarité avec les employés16. À Bordeaux, entre 1890 et 1894, la ligue est présidée par un catholique rallié à la République et promoteur des idées de Léon XIII, Gaston David. Il incite les consommateurs à soutenir les politiques d’entente entre magasins qui acceptent de fermer le dimanche17. Dans plusieurs villes, la Ligue populaire pour le repos du dimanche crée des listes de magasins qui acceptent de fermer le dimanche, afin de faire leur publicité18. La LSA hérite en France de ces deux pratiques militantes (appel aux consommateurs, listes blanches) qu’elle introduit à Paris (et qui s’ajoutent à des héritages étrangers, américains ou suisses, par exemple la Société pour la Sanctification du dimanche qui devient Société pour l’Observation du dimanche19), alors que la Ligue pour le Repos du Dimanche de Paris est plutôt réticente à en exiger des adhérents une transformation des comportements de consommation : elle préfère afficher un grand nombre d’adhérents sans rien exiger d’eux20.

11L’inspiration relative aux listes blanches est particulièrement claire si l’on regarde une initiative prise en 1899 par le comité orléanais de la Ligue populaire pour le repos du dimanche. Après avoir adressé un appel aux syndicats, et sollicité la population par affiches, il fait un appel aux femmes par lettre circulaire. Cette lettre demande aux femmes :

  1. de ne jamais faire vos commandes au dernier moment, mais au moins huit jours à l’avance par temps ordinaire, et quinze jours aux époques de presse, avril, mai, juin, novembre et décembre, sauf le cas urgent de deuil, bien entendu. Pour les raccommodages et le repassage du linge, ne pas attendre les derniers jours de la semaine.

  2. D’interdire à vos couturières, lingères, modistes et fournisseurs en général de vous livrer quoi que ce soit le dimanche ; ayez pitié des apprenties.

    • 21 BLPRD, 1er mars 1899, p. 93.

    De refuser catégoriquement toute livraison qui, malgré votre interdiction, vous serait faite le dimanche21.

12Or cette lettre mérite d’être comparée à un tract général de la LSA qui demande de 1899 à 1903 :

  1. Ne jamais faire une commande sans demander si elle ne risque pas d’entraîner le travail de la veillée ou le travail du dimanche.

  2. Toujours éviter de faire ses commandes au dernier moment, surtout aux époques de presse.

  3. Refuser toute livraison après 7 heures du soir ou le dimanche afin de ne pas être indirectement responsable d’une prolongation des heures de travail pour les livreurs, employés ou employées, apprentis ou apprenties.

    • 22 BMD, Tract de la Ligue Sociale d’Acheteurs, « Qu’est-ce que la LSA ? », janvier 1903, édition de 19 (...)

    Payer ses notes régulièrement et sans retard22.

13Cet exemple illustre le fait que la Ligue populaire pour le repos du dimanche constitue une source d’inspiration pour la LSA.

14La ligue d’acheteurs hérite aussi d’un rapport particulier à la religion de type œcuménique. Les deux ligues ne sont pas des associations qui s’affichent comme « catholiques » ou « protestantes » même si elles rassemblent, pour le cas de la Ligue pour le dimanche, des protestants (Léon Say, Wilhem de Nordling) et quelques catholiques, et pour le cas de la LSA, des catholiques sociaux nourris de protestantisme et quelques protestants. L’affirmation, de la part de la ligue d’acheteurs, qu’elle est une association « neutre » (donc non ouvertement catholique) lui vaut de fortes critiques dans les années 1910, dans le contexte de la lutte anti-moderniste. Héritant de la Ligue pour le repos du dimanche, les membres de la LSA n’ont aucun problème à travailler avec des protestants. Henriette Brunhes a des origines riches de mélange (son père est protestant, sa mère, convertie au catholicisme, était orthodoxe). Avant d’être un avocat du catholicisme social, Jean Brunhes (et d’autres avec lui) sont des admirateurs du catholicisme libéral américain. Ils vont chercher l’exemple des consumers’leagues aux États-Unis où elles sont animées par des protestants et quelques juifs. Enfin, le couple Brunhes vit en Suisse où il collabore avec des adeptes du protestantisme social qui s’occupent, avec eux, de la ligue d’acheteurs suisse. Ce rapport apaisé à la religion chrétienne est partagé avec la Ligue pour le repos du dimanche.

  • 23 BLPRD, 1er septembre 1890, p. 124-128.
  • 24 BLPRD, 1er avril 1893, p. 79 ; 1er octobre 1903, p. 298.
  • 25 BLPRD, 1er avril 1894.
  • 26 BLPRD, 1er avril 1901, p. 164-165.
  • 27 BLPRD, 1er mai 1902, p. 177 ; 1er mai 1905, p. 123.
  • 28 BLPRD, 1909, p. 66.
  • 29 Matthieu Brejon De Lavergnee, « Le repos du dimanche », art. cit., p. 31.

15Malgré cet héritage, la LSA se différencie politiquement de la Ligue populaire pour le repos du dimanche. Dans les années 1890, les articles dans le Bulletin de la Ligue populaire pour le repos du dimanche se montrent clairement opposés à toute loi défendant le repos dominical. À Bordeaux en 1890, Gaston David affirme : « C’est à l’initiative privée, c’est à la libre volonté de chacun de nous qu’il appartient de doter la France [du repos hebdomadaire] ». La loi n’est pensée qu’en complément de l’action des individus23. L’action des individus, qu’ils soient consommateurs ou non, femmes ou hommes, est présentée comme un substitut à l’action de l’État législateur24. Les ententes entre patrons, soutenues par des consommateurs éduqués, sont des moyens de transformer les pratiques ; les consommateurs sont les garants de tels accords25. Ce n’est que lorsque d’autres acteurs rentrent dans la campagne réclamant une législation (notamment les syndicats d’employés), dans les années 1900, que la Ligue pour le Repos du Dimanche finit par accepter l’idée d’une loi sur le repos hebdomadaire26. Peu à peu ses arguments évoluent : l’objectif n’est plus d’obtenir le repos du dimanche sans loi mais de survivre à la loi qui est votée en juillet 1906, en aidant à son application27. Dans son nouveau rôle de collaborateur « à l’œuvre du législateur et de l’administration », la Ligue pour le repos du dimanche se rapproche de la LSA mais disparaît dans la fusion28. Cette ligue ressemble à cet égard à l’Œuvre du repos des dimanches et fêtes dont le positionnement peu clair par rapport à la loi est une raison de l’échec autour de 187029.

  • 30 AN, 615 AP 85, Affiche de la LSA pour le repos hebdomadaire, 1906.

16Par rapport à la Ligue populaire pour le repos du dimanche, la spécificité de la LSA est qu’elle naît au moment où la campagne pour la loi a quasiment abouti (elle est en effet créée en décembre 1902 et la loi votée en juillet 1906). Ses membres considèrent par ailleurs que la loi, malgré ses dérogations, est une bonne loi, et que sa non-application est notamment due aux pratiques des consommateurs : « L’application intégrale d’une loi juste et humaine dépend de nous », affirme une affiche de 190630. Un membre de la ligue, Georges Piot, affirme lors de la Semaine Sociale de 1909 que les catholiques se doivent de favoriser l’application de cette loi :

  • 31 Georges Piot, « Le repos du dimanche et les travailleurs », Semaines Sociales de France, Bordeaux, (...)

Nous donc catholiques sociaux (…) avons le droit et peut-être le devoir de dire, et de dire très haut au gouvernement comment nous voulons qu’il applique la loi, au législateur comment nous voulons qu’il la réforme, et encore ce que nous sommes prêts à faire, par nos efforts personnels, pour faciliter cette application et cette réforme31.

17En 1907, un manifeste signé par des catholiques sociaux – quasiment tous membres de la LSA –

  • 32 Ce manifeste de l’Union des catholiques sociaux est signé par des membres de la LSA tels que Adéoda (...)

invite les catholiques à collaborer avec leur bonne volonté à l’application immédiate de la loi du 13 juillet 1906, ainsi qu’à la généralisation progressive de ses prescriptions et leur demande de réaliser l’adaptation graduelle de nos mœurs à cette règle essentielle et vitale d’un ordre social et économique conforme aux principes chrétiens32.

18Ainsi, alors que la loi est pour les libéraux de la Ligue pour le repos du dimanche un pis-aller qu’ils finissent par accepter, mais qui les fait disparaître en tant qu’association, elle est au contraire pour les catholiques sociaux de la LSA un tremplin pour faire leur entrée en République par le biais de la réforme sociale.

Patriotes versus catholiques sociaux

  • 33 Magali Della Sudda, La Citoyenneté avant le vote, Paris, Belin, 2013.
  • 34 Archives Nationales (AN), 615 AP 81, Ligue catholique d’acheteuses pour le repos hebdomadaire. Ligu (...)

19La LPDF, créée au même moment, soutient aussi le repos dominical. Mais elle favorise les commerçants catholiques plus que les autres. Plus précisément, elle encourage les magasins tenus par des « industriels honnêtes et chrétiens » ainsi que des « commerçants catholiques » : la rhétorique classique oppose ces commerçants aux juifs et aux protestants, ce qui est habituel pour la droite catholique masculine33. Les tracts de la Ligue catholique d’acheteuses pour le repos hebdomadaire créée à Amiens par la LPDF, sont empreints d’antisémitisme ; ils valorisent en outre « un seul remède » : l’initiative privée des catholiques34.

  • 35 AN, 615 AP 81, Courrier de Th. Marceille à H. Brunhes, 1er octobre 1909.
  • 36 AN, 615 AP 81, Courrier de Alice Deslandres à Henriette Brunhes, 22 novembre [s.d.] [1908].

20Contrairement à la LPDF, la LSA, qui privilégie l’action sociale du commerçant ou du producteur valorisé, ne tient pas compte de sa religion. La création de certaines ligues locales se heurte à cet égard à l’opposition de certains notables. À Perpignan, « les catholiques sont de bons royalistes et d’une intransigeance virulente en matière d’œuvre sociale »35. À Dijon, certaines femmes, influencées par la LPDF, disent qu’elles ne peuvent se permettre de « donner aux magasins juifs, s’ils le méritent socialement, une influence de plus »36.

  • 37 AN, 615 AP 85, « Le repos du dimanche. La loi et ses acheteurs », Le moniteur des unions fédérales, (...)

21La spécificité politique de la LSA par rapport à d’autres organisations catholiques utilisant la consommation s’illustre en 1906, dans le cadre d’une campagne visant à mobiliser quatre « grands groupes catholiques d’action sociale féminine » pour le repos du dimanche : la LSA, l’Action Sociale de la Femme, la LPDF et la Ligue des Femmes Françaises. Une réunion des représentantes de ces groupes a lieu en novembre 1906 et en mars 1907. Mais la LSA se désolidarise vite des autres associations au prétexte qu’elle est la seule à prôner une action « uniquement sociale et interconfessionnelle »37.

  • 38 « Les voies du salut-délivrance et leur influence sur la conduite de vie », Max Weber, Sociologie d (...)

22Cette spécificité dans le rapport à la religion catholique, déjà évoquée avec la Ligue pour le repos du dimanche, s’explique à nouveau par le degré de proximité avec les protestants. On l’a dit, Henriette et Jean Brunhes (et leur entourage) sont acculturés au protestantisme – par les origines d’Henriette, par la fréquentation régulière des protestants, en France et en Suisse – et cela a des conséquences sur leur pensée et leur pratique militantes. Ce n’est pas au nom de l’obéissance à un ordre venu d’en haut – un directeur spirituel, un évêque ou un jésuite – qu’ils créent puis animent la LSA, mais au nom de valeurs chrétiennes personnelles et d’une « éthique de l’intériorité ». Ils ont un rapport intellectuel à la religion et ne se contentent pas de s’en remettre aux clercs ; ils montrent un désir d’acquérir une connaissance personnelle de la foi38. Henriette lit et étudie la Bible ; elle publie même un ouvrage où elle met en rapport la pensée de l’écrivain John Ruskin et la Bible (Ruskin et la Bible). Jean lit et étudie la Bible quant à lui avec les catholiques sociaux, dans le salon d’Henri Lorin ou aux Semaines Sociales.

Place des femmes et rapports de genre

23La LSA se différencie de la Ligue populaire pour le repos du dimanche, d’une part, et de la LPDF, d’autre part, dans la place donnée aux femmes dans les discours ainsi que la place que les femmes tiennent réellement dans les associations.

Quelle place pour les femmes ?

  • 39 BLPRD, 1er avril 1891, p. 140-141.
  • 40 BLPRD, 1er mai 1894, p. 158 et 1er novembre 1903.

24Les femmes ne sont pas absentes du Bulletin de la Ligue populaire pour le repos du dimanche : elles apparaissent en tant que « victimes » de l’absence du repos hebdomadaire ou sont incitées à devenir actrices d’une réforme, par le biais de la consommation. Le réformateur Jules Simon s’adresse ainsi aux consommatrices qui sont présentées, comme à la LSA, comme les principales responsables des conditions de travail des employés de magasins : « Quand il s’agit des magasins, vous êtes souveraines. Si les abus dont je parle continuent, prenez-les à votre compte. Vous pouvez les empêcher, vous n’avez pas besoin de nous pour cela, ni de la loi »39. Un autre réformateur catholique, Emile Cheysson, cite souvent, parfois moqueur, le pouvoir de « la dispensatrice du budget des dépenses »40.

  • 41 BLPRD, 1er décembre 1891, p. 375.
  • 42 BLPRD, 1er septembre 1892, 1er juin 1893, 1er juillet 1895, 1er avril 1896.

25Quand les textes du Bulletin de la Ligue populaire pour le repos du dimanche font appel aux femmes, c’est dans un registre particulier : elles sont susceptibles d’attirer du monde dans les réunions ou de faire des collectes. Elles sont aussi incitées à participer au Bulletin en écrivant exclusivement des « anecdotes »« réflexions humoristiques » ou « histoires émouvantes »41. D’après le Bulletin, les femmes apparaissent peu en tant qu’actrices de la réforme, malgré quelques initiatives isolées42, et malgré le fait qu’elles constituent officiellement 40 % des adhérents payants.

  • 43 Matthieu Brejon De Lavergnee, « Le repos du dimanche », art. cit., p. 26-27

26La place reconnue aux femmes dans les discours et la place laissée aux femmes en pratique constituent une source de rapprochement entre les deux ligues. À cet égard, les deux ligues s’inscrivent peut-être dans un héritage commun, celui de l’Œuvre du repos des dimanches et fêtes du XIXe siècle qui s’adresse aux femmes pour les inciter à transformer leurs pratiques : ne pas recevoir le dimanche, ne pas commander une robe à la dernière minute. L’œuvre crée des comités féminins dans quelques villes, mais les femmes doivent se limiter à la question du dimanche et ne pas empiéter sur d’autres questions43.

  • 44 Matthieu Brejon De Lavergnee, Histoire des filles de la charité (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Faya (...)

27Il semble que les femmes de l’Œuvre du dimanche et de la Ligue pour le Repos du dimanche ne s’emparent de l’offre qui leur est faite d’agir en tant que consommatrices pour en faire des modes de parole et d’action politique. En tout cas, leur militantisme particulier n’a laissé aucune trace. Ajoutons que les femmes de la LSA ne revendiquent jamais l’héritage de ces deux associations. Au contraire, elles sont féroces envers les dames charitables de Saint-Vincent de Paul qui leur servent de « contre-exemple »44. Henriette Brunhes écrit ainsi :

  • 45 Henriette Brunhes, « Femmes chrétiennes et femmes sociales », Bulletin de la Semaine Politique, Soc (...)

On va dans une famille pauvre avec quelques bouts de pain et de viande, on entre chez elle comme en pays conquis, et malheur à celle qui refuse de se soumettre à l’interrogatoire complet et indiscret de la visiteuse. Une brave marchande de parapluies, secourue par une conférence de Saint Vincent de Paul, disait un jour : « Elles sont étonnantes ces dames ; il semble qu’on leur appartienne, qu’on soit leur chose »45.

  • 46 Henriette Brunhes, « Femmes chrétiennes et femmes sociales », Bulletin de la Semaine Politique, Soc (...)
  • 47 Magali Della Sudda, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et e (...)

28Les visiteuses de Saint-Vincent de Paul doivent par ailleurs, selon elle, laisser désormais la place à des « femmes sociales » formées46. De leur côté, les femmes de la LPDF s’emparent de leur association pour faire leur entrée en politique. Agissant dans un cadre totalement féminin, avec un soutien de certains jésuites, elles poussent aussi loin que possible leur action politique autonome, préparant le droit de vote et même le type de vote féminin après la Deuxième Guerre mondiale47. Par rapport à ces deux associations, les rapports de genre sont particuliers à la LSA.

Mixité et rapports de genre à la Ligue Sociale d’Acheteurs

29Pour des raisons différentes, des femmes et des hommes s’engagent ensemble à la LSA. Leur espace des engagements possibles est évidemment différent : les femmes n’ont pas le droit de vote, contrairement aux hommes. Mais une comparaison de leur situation, toutes choses égales par ailleurs, permet de voir comment leur « marginalité » est réinvestie dans cette association.

  • 48 AN, 615 AP 71, Courrier d’Adèle Moreau à Henriette Brunhes, 11 novembre 1900 ; Anne Cova, « Au serv (...)

30Des femmes autour d’Henriette Brunhes fondent et s’engagent à la LSA car l’espace des engagements possibles pour elles est assez réduit. Trop « sociales » par rapport à d’autres catholiques comme Marie Maugeret, trop « catholiques » pour les féministes laïques et anticléricales, elles sont isolées en 1900, au moment de la création du Conseil National des Femmes Françaises, dont elles sont exclues. Citons Adèle Moreau en 1900 : « Voici donc notre situation aujourd’hui pas brillante, méfiance et hostilité à droite (…), rupture avec le centre et la gauche qui nous craignent, le centre surtout »48. La création de la LSA, inspirée par un exemple américain et par un féminisme jugé acceptable, leur permet de créer en France un espace à part. On note l’analyse de l’espace des engagements associatifs en termes politiques gauche-droite. Exclues comme les autres femmes de la politique parlementaire, elles s’approprient pourtant un langage politique.

  • 49 Denis Pelletier, « Intellectuels catholiques ou dreyfusistes chrétiens ? Histoire d’un écart », Mic (...)
  • 50 Claude Fohlen, « Catholicisme américain et catholicisme européen : la convergence de l’“américanism (...)

31De leur côté, des hommes s’investissent aussi à la LSA. Jean Brunhes, Georges Goyau ou Max Turmann sont des « intellectuels catholiques » ralliés à la République, à un moment où cette position est minoritaire parmi les catholiques49. Désirant prendre place dans la Troisième République, mais ne souhaitant pas être exclus du monde catholique – qui exige d’eux une certaine neutralité –, ils choisissent l’action sociale pour s’engager et faire de la politique « autrement » pas directement au Parlement, où leurs candidats n’ont pas été élus. Ils sont aussi nourris de l’exemple américain, fascinés par le catholicisme libéral qui a donné lieu à « l’américanisme »50.

  • 51 Michelle Zancarini-Fournel et Françoise Thebaud, « Editorial. Mixité et coéducation », Clio. Histoi (...)

32Femmes et hommes inventent à la LSA un espace « mixte » qui ne dit pas son nom, le concept de mixité n’existant pas à l’époque51. À la LSA de Paris, en 1903-1905, on compte 70 % de femmes, mais la présence des hommes est notable : les secrétaires adjoints sont Joseph Bergeron et Jean Brunhes. En 1908, à la conférence internationale des ligues d’acheteurs, 70 % d’hommes sont mis en avant dans la liste française du « comité international de patronage » qui sert de vitrine. Cela dit, dans les années 1910, alors qu’Henriette Brunhes, malade, passe progressivement la main, la Ligue Sociale d’Acheteurs est progressivement prise en charge à Lyon par plusieurs catholiques sociaux proches des Semaines Sociales : Jacques Tourret et Maurice Deslandre. La place respective des femmes et des hommes est donc mouvante dans le mouvement mais il est bel et bien mixte, ce qui est assez rare à l’époque chez les catholiques.

  • 52 Marie-Emmanuelle Chessel, « Le genre de la consommation en 1900. Autour de la Ligue sociale d’achet (...)
  • 53 Max Turmann, Initiatives féminines, Paris, Lecoffre, 1905.
  • 54 Abbé Thellier De Poncheville, « La préparation sociale de la femme », Semaine Sociale de France, 8è (...)
  • 55 Emmanuel Riviere, « Vingt ans de vie sociale », Georges Blondel, Auguste Souchon, Etienne Martin-sa (...)
  • 56 Bruno Dumons, « La place des femmes dans les Semaines Sociales (1904-1973) », Jean-Dominique Durand(...)

33La LSA n’est pas une association féminine et il est intéressant d’y regarder les rapports de genre52. Premièrement, ici comme au Sillon dont ils sont proches, les hommes soutiennent les actions sociales des femmes. Les initiatives féminines sont recensées et encouragées53. On les forme, on leur conseille des lectures, on les incite à agir54. Les femmes engagées dans des cercles féminins, quant à elles, ne s’opposent pas au soutien masculin et réclament parfois une légitimation de leur propre action, par des conférences ou retraites animées par des hommes55. Les Semaines Sociales, qui ne s’adressent pas aux femmes, en comptent néanmoins quelques-unes dans l’auditoire. Les femmes de la LSA y participent chaque année56. Elles s’approprient cette incitation, contrairement aux femmes de la Ligue pour le repos du dimanche ; peut-être leur action est-elle en partie récupérée a posteriori.

34Deuxièmement, il faut mettre en évidence un engagement de couple qui mériterait d’être analysé de plus près dans l’avenir. Henriette et Jean Brunhes, Marguerite et Georges Piot, Jean et Etiennette Lerolle, Georges Goyau et Lucie Félix-Faure forment de véritables couples de militants catholiques sociaux. Les femmes sont particulièrement engagées dans les enquêtes sociales mais les hommes interviennent aussi souvent lors des campagnes de la LSA. En fonction du contexte, il peut être utile aux hommes de masquer, ou au contraire de mettre en avant leur activisme social. Pour le géographe Jean Brunhes, la mise en avant de sa femme peut servir à masquer certains engagements militants auprès de ses collègues scientifiques :

  • 57 Archives Municipales de Lyon (AML), 130 II 11, Lettre de Jean Brunhes à Marius Gonin, 15 décembre 1 (...)

Inscrivez, écrit-il à Marius Gonin à propos de la liste des collaborateurs de La Chronique Sociale, le nom de ma femme sans le mien ; en la nommant vous savez bien que vous me nommez, et je préfère que, dans mon milieu scientifique, on ne puisse m’accuser de faire du journalisme57.

35Il est difficile de dire si, en la matière, la proximité avec le protestantisme a transformé les rapports de genre à la LSA. En Suisse, où le couple Brunhes est installé, les ligueurs tels qu’Emma Pieczynska ou Auguste de Morsier sont aussi engagés dans des organisations féministes protestantes. Mais les protestants ne semblent pas leur servir de modèle en matière de rapports de couple. On peut même citer un contre-exemple en la matière : Charles Gide.

  • 58 AN, 615 AP 67, Courrier de Charles Gide à Henriette Brunhes, 30 janvier 1903.
  • 59 Kristin A. Sheradin, Reforming the Republic : Solidarism and the Making of the French Welfare State (...)
  • 60 Les femmes sont ainsi rassemblées dans une Ligue française pour la coopération. Celle-ci offre une (...)

36Charles Gide refuse pour différentes raisons – notamment parce que la LSA est catholique et qu’il est protestant et socialiste – de devenir le père spirituel de l’organisation comme le souhaiteraient Jean et Henriette Brunhes. Pour expliquer son geste, il évoque le genre de l’association : « C’est et ce doit être une ligue de dames et je ne vois pas que les achats faits par les Messieurs rentrent dans cette catégorie ». Il ajoute qu’il ne collabore pas avec sa femme en matière sociale : « Quant à Mme Gide, nous ne collaborons guère en matière sociale, tous les ménages n’ont pas le même privilège que le vôtre ! »58. Il faut dire que Charles Gide considère que les femmes constituent des obstacles au mouvement coopératif car elles préfèrent l’attraction des grands magasins. Il doute de leur capacité à tenir leurs comptes dans les livrets des coopératives et plus largement de leur capacité réformatrice59. Il reprend à son compte l’argument républicain qui considère que le catholicisme est avant tout féminin : y participer serait perdre à la fois son identité de républicain et d’homme. Par extension, une collaboration entre hommes et femmes, comme extension du couple, est moquée, non seulement en raison de ses relations difficiles avec sa femme, mais aussi en raison d’une volonté de bien séparer le monde des femmes et celui des hommes, que l’on retrouve dans le milieu coopératif60.

Un lieu d’engagement politique, un moment de politisation

37La LSA offre, à un moment particulier, entre 1900 et 1914, un lieu d’engagement politique, pour un petit groupe de femmes – mais aussi d’hommes – catholiques, qui souhaitent s’intégrer dans la Troisième République. Elle produit des discours et des modes d’action particuliers, faisant la promotion des lois sociales et non celle de l’action individuelle, avec des rapports de genre particuliers favorisant la mixité. C’est dans ce cadre très particulier que cette association peut apparaître comme un espace de politisation pour certaines femmes catholiques. Ailleurs, dans d’autres associations, en France ou ailleurs, la consommation est utilisée pour promouvoir d’autres valeurs politiques et d’autres rapports de genre.

  • 61 Claire Lemercier, « La France contemporaine : une impossible société civile ? », Revue d’Histoire M (...)

38Dans quelle mesure les femmes et les hommes de la LSA font-ils de la politique ? La réponse dépend de la définition que l’on choisit du politique ou de la politique. Si l’on réduit le politique à l’action parlementaire, l’action associative – en particulier avec des femmes – n’est pas politique. Si l’on y intègre d’autres modes d’actions, comme l’action associative, cette dernière peut être considérée comme politique. Cela exige de prendre au sérieux la sphère intermédiaire entre le « public » (l’État) et le « privé » (la famille), celle de la « société civile » (dans laquelle se situe la vie associative), dans laquelle prend place l’action publique des femmes61.

  • 62 Bonnie G. Smith, Les Bourgeoises du Nord (1850-1914), Paris, Perrin, 1989.

39La définition que l’on choisit ne saurait toutefois être normative : elle doit tenir compte des discours et pratiques des acteurs eux-mêmes. À la LSA, les réunions se passent parfois dans des salons, les lettres mélangent vie publique et vie privée, mais cela ne signifie pas que l’on se situe exclusivement dans le domaine privé. Les femmes ne sont pas ici les infirmières d’un capitalisme dont elles seraient extérieures62. Au contraire, il semble que l’on se situe dans un moment de politisation et d’apprentissage de la démocratie par un petit groupe nourri par le Sillon. En 1900, des femmes de la LSA perçoivent que l’espace associatif féminin se divise entre la gauche et la droite. En tant que membres de cette association, des femmes sont appelées à donner leur avis sur certaines mesures sociales ou lois en préparation, concernant sur le travail de nuit des boulangers ou le travail à domicile des femmes. Les hommes de la LSA se présentent comme citoyens de la République et comme collaborateurs de l’État républicain :

  • 63 Georges piot, « Le repos du dimanche et les travailleurs », art. cit., p. 486.

Dans une libre démocratie, explique Georges Piot en 1909, il ne suffit pas de savoir ce que le gouvernement fait, ce que le législateur a voulu faire ; il faut encore se préoccuper de ce qu’on peut soi-même : c’est à ce prix qu’on accomplit tout son devoir de citoyen63.

40Certains critiquent le caractère jugé démocratique de la ligue :

  • 64 AN, 615 AP 81, Courrier de Th. Marceille à H. Brunhes, 1er octobre 1909.

Ce que plusieurs personnes n’admettent pas, explique la fondatrice d’une ligue d’acheteurs à Toulouse, c’est l’aspect démocratique de la ligue ; on va même jusqu’à dire qu’elle sera condamnée par le Pape64.

41Ce moment d’apprentissage, au sein du Sillon et de la LSA, ne dure pas. Les deux organisations s’éloignent après la condamnation du Sillon par le pape en 1910. Cependant, à partir de 1914, l’apprentissage se poursuit dans d’autres espaces. Durant la Première Guerre mondiale, l’élan de la LSA – qui n’est plus dirigée par Henriette Brunhes, décédée en 1914 – est stoppé. Elle commence par adapter ses conseils au contexte de guerre, en soutenant les produits français et en s’intéressant, comme la LPDF, à la fabrication de vêtements dans des ouvroirs. Elle lance aussi une campagne pour les « joujoux français ». Devenant nationaliste, son action n’est plus audible. Certains membres de la LSA, notamment Mme Leroy-Liberge, qui est aussi membre de la LPDF, fondent Patria. Union française d’acheteuses qui éclipse la ligue d’avant-guerre. Cette association purement féminine est soutenue par la chambre de commerce de Paris. Aucun des efforts faits pour recréer la LSA dans l’entre-deux-guerres n’aboutissent.

  • 65 Georges Piot, « La législation française du travail. Ses progrès. Ses lacunes », Principes et actio (...)

42Dans l’entre-deux-guerres, la consommation et la LSA n’apparaissent plus dès lors comme les plus adéquats pour intervenir dans l’espace public républicain. L’espace des engagements possibles change, pour les femmes comme pour les hommes. Pour les femmes, de nouvelles associations féministes chrétiennes prennent de l’importance. L’Action Sociale de la Femme de Jeanne Chenu, créée en 1900, récupère Patria ; l’Union Féminine Civique et Sociale, fondée en 1925, récupère quant à elle la LSA de Paris pendant quelques années. Ces deux pôles féminins font disparaître la LSA en tant que telle mais reprennent plusieurs de ses idées, notamment l’importance de la consommation comme mode d’action sociale. On y retrouve des anciens membres de la ligue ainsi que Mariel Brunhes-Delamarre, la fille de Jean et Henriette Brunhes. De leur côté, les hommes poursuivent leur entrée dans la vie civique. Une quarantaine de députés, proches de la tradition démocrate chrétienne, sont élus. Certains militent au Parti démocrate populaire sans être élus (Jacques Tourret, Max Turmann). Alors que la consommation leur offrait avant-guerre une autre manière de faire de la politique, lorsqu’ils étaient peu présents à la Chambre et que des députés radicaux les utilisaient comme relais, les catholiques sociaux utilisent désormais des moyens plus traditionnels pour participer à la construction des lois sociales65.

Notes

1 Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences-Po, 2009.

2 Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Epoque. La Ligue Sociale d’Acheteurs, Paris, Presses de Science Po, 2012.

3 Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Age, Cambridge (Mass.), The Belknap Press of Harvard University Press, 1998. Sur la genèse des ligues de consommateurs en Angleterre, aux États-Unis et en France : Marie-Emmanuelle Chessel, « Circulations transatlantiques : la genèse des ligues de consommateurs (1887-1902) », Olivier Dard et Nathalie Sevilla (dir.), Le phénomène ligueur en Europe et Amériques, Metz, Crulh, 2011, p. 89-103.

4 Frank Trentmannt, Free Trade Nation. Commerce, Consumption, and Civil Society in Modern Britain, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 106-108 et 253.

5 Gillian Scott, Feminism and the politics of working women. The Women’s Co-operative Guild, 1880s to the Second World War, Londres, UCL Press, 1998 ; Matthew Hilton, Consumerism in Twentieth-Century Britain. The Search for a Historical Movement, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 41-46.

6 Michele Micheletti, « Why More Women ? Issues of Gender and Political Consumerism », Michele Micheletti, Andreas Follesdal et Dietlind Stolle (ed.), Politics, Products and Markets. Exploring Political Consumerism Past and Present, New Brunswick, Londres, Transaction Publishers, 2006, p. 245-264.

7 Katherine Pence, « Politiques de la consommation, femmes et citoyenneté dans les deux Allemagnes », Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur. Consommation et politique en Europe et aux États-Unis au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2004, p. 115-131.

8 John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923), Rouen-Le Havre, PU de Rouen et du Havre, 1997 ; Alain Chatriot et Marion Fontaine, « Contre la vie chère », Cahiers Jaurès, vol. 187-188, janvier 2008, p. 97-116.

9 Ellen Furlough, Consumer Cooperation in France. The Politics of Consumption (1834- 1930), Ithaca, Cornell University Press, 1991.

10 Lawrence B. Glickmang, Buying Power. A History of Consumer Activism in America, Chicago, University of Chicago Press, 2009 ; Charlotte Sussman, Consuming Anxieties : Consumer Protest, Gender and British Slavery (1713-1833), Stanford, Stanford University Press, 2000.

11 Tracey Deutsch, « Des consommatrices très engagées, du New Deal à la Guerre froide », Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur, op. cit., p. 361-375.

12 Frank Trentmann, « Before ‘Fair Trade’ : Empire, Free Trade, and the Moral Economies of Food in the Modern World », Environment and Planning D-Society & Space, vol. 25, n° 6, 2007, p. 1079-1102.

13 Matthieu Brejon De Lavergnee, « Le repos du dimanche : un exemple de lobbying catholique en France au milieu du Xixe siècle », Histoire, Economie et Société, n° 3, 2009, p. 17-34.

14 Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, L’Atelier, 1997, p. 298- 300 ; Robert Beck, « "C’est dimanche qu’il nous faut". Les mouvements sociaux en faveur du repos dominical et hebdomadaire en France avant 1906 », Le Mouvement Social, n° 184, 1998, p. 23-51, p. 31-32 ; Gérard Aubin, « La réforme sociale et le repos du dimanche (1881-1906) », Cahiers de l’Institut Régional du Travail, n° 9, avril 2001.

15 Le trésorier de la Ligue pour le repos du dimanche est l’agent de change Eugène Roland-Gosselin (1854-1919), veuf de Marie Hoskier, la sœur d’Henriette Brunhes, décédée lors de l’incendie du Bazar de la charité en 1897. On note aussi plusieurs membres communs aux deux associations en Province, par exemple Augustin Crétinon à Lyon. Mais les membres communs à Paris sont rares. Seuls une dizaine de réformateurs sont adhérents de la Ligue pour le repos du dimanche en 1904 et participants à la conférence internationale des Ligues sociales d’acheteurs en 1908.

16 Bulletin de la Ligue populaire pour le repos du dimanche (BLPRD), 1er août 1890 et 1er janvier 1893, p. 19-20 ; BLPRD, 1er mars 1893, p. 66-67 ; BLPRD, 1er avril 1901, p. 169.

17 BLPRD, 1er septembre 1890, p. 124-128. Jean-Luc Drouin, « L’opinion publique à Bordeaux », Marc Agostino (dir.), Tempéraments aquitains et nouveauté religieuse. Rerum Novarum et l’enseignement social de l’Église dans le Sud-Ouest de la France, Bordeaux, PUB, 1993, p. 27-44 ; Robert Beck, « C’est dimanche qu’il nous faut », art. cit., p. 32.

18 BLPRD, 1er mai 1895, p. 156-158 ; Ligue populaire lyonnaise pour le repos du dimanche, Liste des magasins et ateliers de Lyon dont les patrons déclarent se faire un devoir de fermer toute la journée des dimanches et fêtes, troisième édition, s.l. [Lyon, Impr. Paquet], s.d. [1899].

19 Valérie Lathion, « Un dimanche à Genève. Enjeux religieux et sociaux de la lutte pour un dimanche chrétien », Histoire, Economie et Société, n° 3, 2009, p. 75.

20 BLPRD, 16 décembre 1894, p. 331 ; BLPRD, 1er novembre 1900 et 1er juillet 1903, p. 243-244.

21 BLPRD, 1er mars 1899, p. 93.

22 BMD, Tract de la Ligue Sociale d’Acheteurs, « Qu’est-ce que la LSA ? », janvier 1903, édition de 1906.

23 BLPRD, 1er septembre 1890, p. 124-128.

24 BLPRD, 1er avril 1893, p. 79 ; 1er octobre 1903, p. 298.

25 BLPRD, 1er avril 1894.

26 BLPRD, 1er avril 1901, p. 164-165.

27 BLPRD, 1er mai 1902, p. 177 ; 1er mai 1905, p. 123.

28 BLPRD, 1909, p. 66.

29 Matthieu Brejon De Lavergnee, « Le repos du dimanche », art. cit., p. 31.

30 AN, 615 AP 85, Affiche de la LSA pour le repos hebdomadaire, 1906.

31 Georges Piot, « Le repos du dimanche et les travailleurs », Semaines Sociales de France, Bordeaux, 1909, p. 485-498, p. 486.

32 Ce manifeste de l’Union des catholiques sociaux est signé par des membres de la LSA tels que Adéodat Boissard, Victor de Clercq, Ludovic de Contenson, Eugène Duthoit, Georges Goyau, Raoul Jay, Jean Lerolle, Henri Lorin, Etienne Martin-Saint-Léon ou l’abbé Naudet. BLPRD, 15 avril 1907, p. 66.

33 Magali Della Sudda, La Citoyenneté avant le vote, Paris, Belin, 2013.

34 Archives Nationales (AN), 615 AP 81, Ligue catholique d’acheteuses pour le repos hebdomadaire. Ligue Patriotique des Françaises, Appel programme, Amiens, 1907.

35 AN, 615 AP 81, Courrier de Th. Marceille à H. Brunhes, 1er octobre 1909.

36 AN, 615 AP 81, Courrier de Alice Deslandres à Henriette Brunhes, 22 novembre [s.d.] [1908].

37 AN, 615 AP 85, « Le repos du dimanche. La loi et ses acheteurs », Le moniteur des unions fédérales, décembre 1906, Commission du repos du dimanche (action sur les acheteurs), procès-verbal de la réunion du 22 mars 1907 au siège des unions fédérales ; courriers d’H. Brunhes à M. Perrin, 1er avril et 23 avril 1907.

38 « Les voies du salut-délivrance et leur influence sur la conduite de vie », Max Weber, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996 [1915-1920], p. 177-240, p. 220-227. Je remercie Magali Della Sudda pour avoir attiré mon attention sur ce point.

39 BLPRD, 1er avril 1891, p. 140-141.

40 BLPRD, 1er mai 1894, p. 158 et 1er novembre 1903.

41 BLPRD, 1er décembre 1891, p. 375.

42 BLPRD, 1er septembre 1892, 1er juin 1893, 1er juillet 1895, 1er avril 1896.

43 Matthieu Brejon De Lavergnee, « Le repos du dimanche », art. cit., p. 26-27

44 Matthieu Brejon De Lavergnee, Histoire des filles de la charité (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 2011.

45 Henriette Brunhes, « Femmes chrétiennes et femmes sociales », Bulletin de la Semaine Politique, Sociale et Religieuse, 2 septembre 1908, p. 429. Cet article (paru à l’origine dans Le Petit Eclaireur des Alpes et de la Provence) est critiqué par Paul Taillez, « L’action sociale. Deux articles de Mme H.-J. Brunhes », La Critique du Libéralisme, n° 1, 15 octobre 1908, p. 31-32 (AN, 615 AP 70).

46 Henriette Brunhes, « Femmes chrétiennes et femmes sociales », Bulletin de la Semaine Politique, Sociale et Religieuse, 2 septembre 1908, p. 429. Voir aussi AN, 615 AP 71, Courrier de M.-T. Brincard à H. Brunhes, 19 juin 1905.

47 Magali Della Sudda, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en italie (1900-1914) », Revue Française de Science Politique, vol. 60, n° 1, 2010, p. 37-60.

48 AN, 615 AP 71, Courrier d’Adèle Moreau à Henriette Brunhes, 11 novembre 1900 ; Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 66-68 ; Anne Cova, « Femmes et associations. Le Conseil National des Femmes Françaises sous la Troisième République », Marcel Bernos et Michèle Bitton (dir.), Femmes, Familles Filiations. Sociétés et histoire, en hommage à Yvonne Knibiehler, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 77-78 ; Yolande Cohen, « Protestant and Jewish Philanthropies in France. The Conseil National des Femmes Françaises (1901-1939) », French Politics, Culture and Society, vol. 24, n° 1, spring 2006, p. 74-92.

49 Denis Pelletier, « Intellectuels catholiques ou dreyfusistes chrétiens ? Histoire d’un écart », Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, Puf, 2003, p. 327-340 ; Jérôme Grondeux, Georges Goyau (1869- 1939). Un intellectuel catholique sous la Troisième République, Rome, EFR, 2007.

50 Claude Fohlen, « Catholicisme américain et catholicisme européen : la convergence de l’“américanisme” », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 34, 1987, p. 215-230.

51 Michelle Zancarini-Fournel et Françoise Thebaud, « Editorial. Mixité et coéducation », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 18, 2003, p. 11-19.

52 Marie-Emmanuelle Chessel, « Le genre de la consommation en 1900. Autour de la Ligue sociale d’acheteurs », L’Année Sociologique, vol. 61, n° 1, 2011, p. 125-149.

53 Max Turmann, Initiatives féminines, Paris, Lecoffre, 1905.

54 Abbé Thellier De Poncheville, « La préparation sociale de la femme », Semaine Sociale de France, 8ème session, Saint-Etienne, 1911, Lyon, Chronique Sociale de France, 1911, p. 425-447.

55 Emmanuel Riviere, « Vingt ans de vie sociale », Georges Blondel, Auguste Souchon, Etienne Martin-saint-Leon (dir.), Idées sociales et faits sociaux, Paris, Fontemoing, 1903, p. 179-228 ; Abbé Beaupin, L’Education sociale de la femme, conférence faite au Sillon le 10 décembre 1905, par l’abbé E. Beaupin, Paris, Au Sillon, 1906.

56 Bruno Dumons, « La place des femmes dans les Semaines Sociales (1904-1973) », Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines Sociales de France. Cent ans d’engagement social des catholiques français (1904-2004), Paris, Parole et Silence, 2006, p. 147-169.

57 Archives Municipales de Lyon (AML), 130 II 11, Lettre de Jean Brunhes à Marius Gonin, 15 décembre 1908.

58 AN, 615 AP 67, Courrier de Charles Gide à Henriette Brunhes, 30 janvier 1903.

59 Kristin A. Sheradin, Reforming the Republic : Solidarism and the Making of the French Welfare State (1871-1914), Ph. D., University of Rochester, 2000, p. 148-149.

60 Les femmes sont ainsi rassemblées dans une Ligue française pour la coopération. Celle-ci offre une conférence, sous la présidence de Charles Gide, qui est « expressément offerte aux dames » : AN, 615 AP 71, Tract de L’Economie sociale de Clichy, s.d. [1903].

61 Claire Lemercier, « La France contemporaine : une impossible société civile ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 52, n° 3, 2005, p. 166-179 ; Christophe Charle et Julien Vincent (dir.), La Société civile. Savoirs, enjeux et acteurs en France et en Grande-Bretagne 1780-1914, Rennes, PUR, 2011.

62 Bonnie G. Smith, Les Bourgeoises du Nord (1850-1914), Paris, Perrin, 1989.

63 Georges piot, « Le repos du dimanche et les travailleurs », art. cit., p. 486.

64 AN, 615 AP 81, Courrier de Th. Marceille à H. Brunhes, 1er octobre 1909.

65 Georges Piot, « La législation française du travail. Ses progrès. Ses lacunes », Principes et action du catholicisme social. Semaines Sociales de France. 11ème session. Metz. 1919. Compte-rendu in extenso, Lyon, Chronique Sociale de France, 1919, p. 239-263.

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search