Version classiqueVersion mobile

Femmes, genre et catholicisme

 | 
Anne Cova
, 
Bruno Dumons

Introduction

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 Bruno Dumons, « Histoire des femmes et histoire religieuse de la France contemporaine. De (...)

Reprendre la question des « femmes » et du « catholicisme », presque trente ans après la publication de la thèse de Claude Langlois (1984), ne relève pas de la tradition des anniversaires ou de la satisfaction d’assouvir une curiosité intellectuelle pour un objet d’étude quelque peu délaissé par la recherche historique. Au contraire, celui-ci n’a pas cessé de mobiliser la réflexion des deux côtés de l’historiographie, élaborée aussi bien par l’histoire religieuse que l’histoire des femmes, revitalisée par une troisième veine, celle de l’histoire du genre1. Il y avait donc tout bénéfice à rouvrir ce dossier pour envisager de nouvelles pistes de réflexion et de nouveaux chantiers de recherche, notamment à partir du cas français portant sur l’ensemble de la période contemporaine. Priorité sera donc donnée aux travaux les plus récents.

  • 2 Elisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes ou l’autre moitié de l’Evangile, Paris, Bayar (...)
  • 3 Anne Soupa et Christine Pedotti, Les pieds dans le bénitier, Paris, Presses de la Renaissa (...)
  • 4 Joseph Moingt, « Les femmes et l’avenir de l’Église », Etudes, janvier 2011, n° 414/1, p.  (...)
  • 5 Céline Beraud, « Les autorités catholiques face à la question du genre », Martine Gross, S (...)

1Cette démarche historienne n’est pas isolée dans l’ensemble des sciences sociales puisqu’elle trouve son équivalent dans les disciplines voisines de la sociologie et des sciences politiques. Plus encore, elle s’inscrit dans un contexte plus général et actuel, traversant la société française, qui vise à réexaminer la place des femmes dans l’Église catholique romaine. Ainsi, depuis l’élection de Benoît XVI, des voix se multiplient au sein même de l’institution ecclésiale pour réclamer davantage de reconnaissance pour les femmes et l’ensemble des laïcs dans l’Eglise. En France, des figures militantes s’efforcent de publier dans la presse et l’édition chrétienne des articles et des livres, solidement documentés, en faveur d’un meilleur partage des rôles entre hommes et femmes dans cet espace religieux contemporain qu’est le catholicisme2. D’autres empruntent la voie plus politique des pétitions et des rassemblements pour faire évoluer les positions. C’est dans cet esprit que deux femmes de presse, catholiques pratiquantes et diplômées de théologie, Anne Soupa et Christine Pedotti, ont créé en 2009 le Comité de la Jupe et la Conférence des Baptisé-es de France3. Dans ses derniers numéros de 2011, la revue jésuite des Etudes mobilise également la réflexion, avec un article suggestif du théologien Joseph Moingt, âgé de 97 ans, appelant à une réforme ecclésiologique en profondeur, et une mise au point de la sociologue Céline Béraud sur l’appropriation problématique de la question du genre au sein du catholicisme français4. Les polémiques qui s’en sont suivies au cours de l’été, témoignent de la méconnaissance des milieux catholiques, et même de la société française dans son ensemble, face aux usages du concept de genre en sciences sociales5.

  • 6 Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, Paris, Hachette, 1845, p. 6.

2Par conséquent, replacer la réflexion historienne dans ce débat contemporain semble opportun. Elle rappelle combien le « catholicisme au féminin » a été une donnée majeure dans l’histoire religieuse et sociale de la France contemporaine. Michelet l’avait souligné en 1845 dans sa dénonciation du « complot » jésuite. Il écrit : « Nos femmes et nos filles sont élevées, gouvernées, par nos ennemis »6. Cette charge qui fait état d’un catholicisme français largement féminisé dans sa pratique et ses fidèles, nourrira pour longtemps la méfiance des dirigeants républicains à l’égard des femmes comme citoyennes et suscitera un profond mépris historiographique à leur égard. Durant bien des années, cette collusion entre les femmes et le catholicisme demeurera un impensé historiographique.

  • 7 Claude Langlois, « “Toujours plus pratiquantes”. La permanence du dimorphisme sexuel dans (...)
  • 8 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure gén (...)
  • 9 Sylvie Fayet-scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action soci (...)
  • 10 Evelyne Diebolt (dir.), Dictionnaire biographique. Militer au XXe siècle. Femmes, féminism (...)
  • 11 Etienne Fouilloux, « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine. Aperçu Historiog (...)

3Du côté de l’histoire religieuse, le sujet ne devient pertinent que tardivement et son historicisation passe prioritairement par la mesure du processus de « féminisation du catholicisme », sous l’angle d’une histoire essentiellement quantitative, scandée en trois étapes. D’abord, la pratique sacramentelle, dans le sillage des travaux menés par Gabriel Le Bras et le chanoine Boulard qui mettent en exergue la permanence d’un dimorphisme sexuel en faveur des femmes7. Puis l’explosion des effectifs congréganistes au XIXe siècle, se caractérisant par l’affirmation du rôle de la « bonne sœur », de la religieuse qui « fait du bien » dans les écoles et les hôpitaux8. Vient ensuite le temps d’une autre forme d’engagement au service de l’Église, celle des militantes laïques du XXe siècle, avec une histoire des mouvements, des associations et des ligues, permettant d’ailleurs la rencontre avec l’histoire des femmes et l’histoire sociale du politique9. Des dictionnaires ont pu mettre en lumière l’action de ces personnalités féminines catholiques ayant joué un rôle majeur dans la société française contemporaine10. Si la production d’une histoire religieuse des femmes aura donc été particulièrement remarquable au cours des trente dernières années, il reste encore beaucoup à découvrir, plutôt à défricher, voire à revisiter11.

  • 12 Ralph Gibson, « Le catholicisme et des femmes en France au XIXe siècle », Revue d’Histoire (...)
  • 13 Axelle Brodiez et bruno Dumons (dir.), numéro spécial « L’humanitaire (XIXe-XXIe siècles)  (...)
  • 14 Claude Langlois, … (dir.), Pour Annecy et pour le monde. L’ordre de la Visitation (1610- 2 (...)
  • 15 Patrick Cabanel (dir.), Lettres d’exil (1901-1909), Les congrégations françaises dans le m (...)
  • 16 Anthony Favier, « Des religieuses féministes dans les années 68 ? », Clio, 2009, n° 29, p. (...)
  • 17 Céline Beraud, « Des petites filles à l’autel ? Catholicisme, genre et liturgie », Céline (...)
  • 18 Claude Langlois, Le désir de sacerdoce chez Thérèse de Lisieux, Paris, Salvator, 2002 ; Cl (...)
  • 19 Dominique-Marie Dauzet, La mystique bien tempérée. Ecriture féminine de l’expérience spiri (...)
  • 20 Agnès Walch, La spiritualité conjugale dans le catholicisme français (XVIe-XXe siècles), P (...)
  • 21 « Les associations de prêtres en France du Moyen Âge à l’époque contemporaine », Revue d’H (...)

4Désormais, au prisme d’une histoire du genre qui s’est déployée dans les analyses des historien (ne) s du fait religieux, l’objet d’étude à part entière qu’est devenu le catholicisme contemporain, ne peut plus faire l’économie d’une réflexion sur les rapports entre le masculin et le féminin. De nouveaux chantiers émergent autour des problématiques de la politisation et d’un féminisme catholique, de la spiritualité et de la direction de conscience, de l’exercice charitable et du travail pastoral. À ces voies nouvelles et prometteuses, s’ajoute la reprise du dossier plus classique de la « féminisation du catholicisme ». Si l’australien Ralph Gibson s’était attaché à remonter en amont, dans la France moderne et tridentine, pour en chercher des éléments d’explication, il serait tout aussi pertinent de descendre en aval, sur le second XXe siècle, pour s’interroger sur une chronologie et des faits tendant à examiner la possible fin de ce processus12. Du côté des religieuses, le reflux conséquent que connaissent les congrégations apostoliques après 1950, conduit à réfléchir sur l’émergence de nouveaux modèles d’engagement au féminin, plus sécularisé et moins définitif, comme celui de l’humanitaire13. De même, des travaux sur le renouveau monastique au XXe siècle permettraient de prendre en compte les évolutions qu’ont connues les grands ordres contemplatifs comme le Carmel et la Visitation14. La « mission au féminin » demeure aussi un espace de la recherche en complète rénovation15. La question féministe offre également une piste neuve de réflexion pour aborder la vocation religieuse dans le contexte post-conciliaire et contestataire de 1968 mais aussi pour comprendre les aspirations récurrentes à l’ordination des femmes16. La rencontre avec l’histoire du genre ouvre enfin des horizons nouveaux. Ainsi, l’histoire des mouvements et des associations catholiques, de jeunesse ou d’action catholique, élaborés sur des modèles séparés entre masculin et féminin, appelle à une approche en terme de genre. D’autre part, l’histoire de la messe peut être relue à partir de la séparation entre hommes et femmes, qu’il s’agisse des fidèles assis sur des bancs d’église différents ou des petites filles exclues du service de l’autel17. Avec les recherches pionnières de Claude Langlois, l’univers de la sainteté et de la spiritualité au féminin s’est enrichi de pistes jusque-là inexplorées, grâce à Thérèse de Lisieux, son désir de sacerdoce et son culte au XXe siècle18. Exercice spirituel encore mal connu, la direction de conscience est aussi un lieu où s’exprime au XIXe siècle un rapport « homme-femme », difficile à saisir en dehors des écrits du for privé, qui lie un clerc et une « dirigée » dans une relation complexe d’accompagnement spirituel19. Une approche comparable en terme de genre serait aussi à envisager avec l’émergence de la spiritualité de couple au milieu du XXe siècle, initiée par le père Henri Caffarel et les Equipes Notre-Dame20. L’approche historique du catholicisme contemporain, revisitée par l’histoire du genre, inaugure un autre chantier, totalement inédit, celui d’une histoire religieuse de la masculinité qui pourrait prendre forme autour de ce qui construit l’identité du prêtre, s’agissant de la vocation, du métier et de la fraternité presbytérale21.

  • 22 Françoise Thebaud, Ecrire l’histoire des femmes, Fontenay, ens Editions, 1998, p. 150-151  (...)
  • 23 Florence Rochefort (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcités et religions (1905-2005), Toulous (...)
  • 24 Clio, n° 2, 1995, « Femmes et religions » ; Clio, n° 15, 2002, « Chrétiennes ».
  • 25 Florence Rochefort, « La prostituée et l’ouvrière. Approches protestantes et catholiques d (...)
  • 26 Anne Cova (dir.), Histoire comparée des femmes. Nouvelles approches, Lyon, ENS Editions, 2 (...)
  • 27 Julie Carlier, « Feminism and Catholicism in continental Western-European historiography, (...)
  • 28 Tine Van Osselaer et Thomas Buerman, « Feminisation thesis. A survey of international hist (...)
  • 29 Jan Art et Thomas Buerman, « Anticléricalisme et genre au XIXe siècle. Le prêtre catholiqu (...)
  • 30 Thomas Buerman, « Lions and lambs at the same time ! Belgian zouaves as examples of religi (...)
  • 31 Caroline Ford, Divided house. Religion and Gender in Modern France, Ithaca, Cornwell Unive (...)
  • 32 Rebecca Rogers, « Réflexions méthodologiques et historiographiques sur les études “genre” (...)
  • 33 Bonnie G. smith, Les Bourgeoises du Nord (1850-1914), Paris, Perrin, 1989 ; Sarah A. Curti (...)
  • 34 Sarah A. curtis, L’enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon (1801- 1905 (...)
  • 35 Susan O’ Brien, « French Nuns in Nineteenth-Century England », Past and Present, 1997, n°  (...)
  • 36 Kenneth J. orosz, « The Affaire des Sixas and Catholic Education of Women in French Coloni (...)
  • 37 Rebecca Rogers, « Genre, mission et colonisation », Dominique Borne et Benoît Falaize (dir (...)
  • 38 Elizabeth A. Foster, Church and State in the Republic’s Empire. Catholic Missionaries and (...)

5Sur le versant de l’histoire des femmes, la perspective de nouveaux chantiers abordant le catholicisme contemporain est tout aussi prometteuse. Longtemps resté comme le « point aveugle d’une histoire au féminin », le fait religieux est aujourd’hui adopté comme une réelle perspective de recherche22. La problématique du genre permet d’ailleurs de revisiter la question de la laïcité à la française et d’appréhender la « norme catholique »23. Grâce à deux numéros spéciaux, la revue Clio Histoire, Femmes et Sociétés a su intégrer le champ d’études que représente le catholicisme français24. Si l’approche en termes de d’organisations et de militantisme a déjà produit de solides recherches, elle aura permis d’éclairer le rôle méconnu du catholicisme dans l’émergence du féminisme français et d’envisager la possible existence d’un féminisme catholique25. Dans ce sillage, les nouvelles pistes de réflexion commencent à emprunter la voie d’une histoire comparée ou transnationale26. Les recherches menées en Belgique (Gand et Leuven) offrent ici une réelle valeur heuristique27. Elles recourent largement à la problématique du genre, réexaminant la thèse de la « féminisation » du catholicisme et explorant une réflexion autour de la masculinité et la virilité28. L’identité du prêtre constitue là aussi un chantier des plus novateurs29. L’histoire de la spiritualité mérite également d’être relue sous cet angle. Ainsi, l’héroïsme catholique peut apparaître comme une vertu essentiellement masculine à l’image de la dévotion au Sacré-Cœur et du martyre des zouaves pontificaux30. Cette approche fait écho aux travaux menés outre-Atlantique qui s’efforcent de reconsidérer le « catholicisme au féminin », en distinguant davantage le rôle des hommes et des femmes31. Rebecca Rogers a d’ailleurs bien souligné le dynamisme des recherches américaines32. Inaugurée par le travail pionnier sur les bourgeoises du Nord, l’histoire de la charité et de la philanthropie féminine offre ici de nouvelles perspectives33. L’univers des congrégations féminines s’enrichit également de travaux anglo-saxons pertinents dans le champ de l’éducation34. La « mission au féminin » suscite enfin davantage d’intérêt. Les religieuses françaises ont rayonné en Europe et dans le monde. Leur apostolat commence à être davantage connu en Grande-Bretagne et aux États-Unis35. L’empire colonial français aura donc été un immense terrain d’investigation pour les missionnaires françaises. L’histoire du colonialisme français ne peut plus ignorer la part prise par les congrégations féminines françaises36. L’histoire du genre s’en est emparée37. Des historiennes américaines ont depuis démontré l’apport éducatif et sanitaire des religieuses françaises sur les terres lointaines d’Afrique et des Amériques, prouvant qu’elles ont été des agents efficaces de la colonisation et de l’évangélisation38.

6Par conséquent, de nouveaux chantiers s’ouvrent pour une histoire revisitée des rapports entre femmes et catholicisme, tant à partir de l’histoire religieuse que de l’histoire des femmes et du genre. Parmi les pistes prometteuses, cinq auront été retenues, celles du politique, de la spiritualité, du genre, du féminisme et de la mission, se focalisant notamment sur l’engagement militant, la direction de conscience, l’action charitable, la revendication féministe et le travail missionnaire. Ce mélange des « genres » a donné lieu à une journée d’études à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, le 23 mars 2011, organisée au sein du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (larhra-umr 5190) par deux de ses responsables d’équipes, Pascale Barthélémy (Genre et Société) et Bruno Dumons (Pouvoirs, Villes et Sociétés). Celle-ci aura permis la confection d’un livre, issu des travaux présentés à cette occasion, auxquels s’ajoutent deux contributions inédites sur les religieuses missionnaires vues depuis les Amériques. Désormais, l’histoire du catholicisme constitue un objet d’études à part entière, délesté de l’histoire de l’Eglise de tradition apologétique, sur lequel il devient possible d’agréger les nouvelles recherches menées sur les femmes et le genre. Restreint pour l’heure au cas français, cet ouvrage invite surtout à élargir la réflexion aux autres historiographies nationales de l’espace européen mais aussi aux milieux romains qui déterminent le plus souvent un cadre général de pensée théologique et dogmatique. Cette ouverture historiographique devra se déployer bien au-delà des frontières de l’Europe, associant les recherches menées par les historien (ne) s en Afrique et aux Amériques (nord et sud), en Asie et en Océanie, partout où le catholicisme contemporain a rencontré l’histoire des hommes et des femmes façonnés par des cultures différentes de la civilisation européenne.

Notes

1 Bruno Dumons, « Histoire des femmes et histoire religieuse de la France contemporaine. De l’ignorance mutuelle à l’ouverture », Clio, 2002, n° 15, p. 147-157.

2 Elisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes ou l’autre moitié de l’Evangile, Paris, Bayard, 2008 ; Elisabeth Dufourcq, « Les chrétiennes, apôtres des apôtres et miroir de l’Église », Etudes, juin 2010, n° 412/6, p. 785-796 ; Elisabeth Dufourcq, « Des femmes pour le passage à l’avenir », Lumière & Vie, octobre-décembre 2010, n° 288, p 83-94.

3 Anne Soupa et Christine Pedotti, Les pieds dans le bénitier, Paris, Presses de la Renaissance, 2010.

4 Joseph Moingt, « Les femmes et l’avenir de l’Église », Etudes, janvier 2011, n° 414/1, p. 67-76 ; Céline Beraud, « Quand les questions de genre travaillent le catholicisme », Etudes, février 2011, n° 414/2, p 211-221.

5 Céline Beraud, « Les autorités catholiques face à la question du genre », Martine Gross, Sophie Nizard et Séverine Mathieu (dir.), Sacrées familles ! Changements familiaux, changements religieux, Paris, Erès, 2011, p. 221-232.

6 Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, Paris, Hachette, 1845, p. 6.

7 Claude Langlois, « “Toujours plus pratiquantes”. La permanence du dimorphisme sexuel dans le cath olicisme français contemporain », Clio, 1995, n° 2, p. 229-260.

8 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984 ; Claude Langlois, Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs (XIXe siècle), Paris, Desclée de Brouwer, 2011 ; Gérard Cholvy, Le XIXe, grand siècle des religieuses françaises, Perpignan, Artège, 2012.

9 Sylvie Fayet-scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale (XIXe-XXe siècles), Paris, Editions Ouvrières, 1990 ; Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Marie-Thérèse Cheroutre, Le Scoutisme au féminin. Les Guides de France (1923-1998), Paris, Cerf, 2002 ; Mathilde Dubesset, « Les engagements catholiques au féminin », Bruno Duriez, … (dir.), Les Catholiques dans la République (1905-2005), Paris, L’Atelier, 2005, p. 103-114 ; Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006 ; Magali Della Sudda, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue Française de Science Politique, 2010, n° 1, p. 37-60 ; Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Epoque. La Ligue Sociale d’Acheteurs, Paris, Presses de Science Po, 2012.

10 Evelyne Diebolt (dir.), Dictionnaire biographique. Militer au XXe siècle. Femmes, féminismes, Eglises et société, Paris, Houdiard, 2010 ; Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Destins de femmes. Religion, culture et société (France, XIXe- XXe siècles), Paris, Letouzey et Ané, 2011.

11 Etienne Fouilloux, « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine. Aperçu Historiographique », Clio, 1995, n° 2, p. 319-329 ; Gérard Cholvy (dir.), La religion et les femmes, Montpellier, CRHM, 2002.

12 Ralph Gibson, « Le catholicisme et des femmes en France au XIXe siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, janvier-juin 1993, p. 63-93.

13 Axelle Brodiez et bruno Dumons (dir.), numéro spécial « L’humanitaire (XIXe-XXIe siècles) », Le Mouvement Social, n° 227, avril-juin 2009.

14 Claude Langlois, … (dir.), Pour Annecy et pour le monde. L’ordre de la Visitation (1610- 2010), Annecy, ADHS-Savoie-Silvana Editoriale, 2011.

15 Patrick Cabanel (dir.), Lettres d’exil (1901-1909), Les congrégations françaises dans le monde après les lois laïques de 1901 à 1904. Anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols, 2008, p. 163-241, 243-366, 367-503 ; Chantal Paisant (dir.), La Mission au féminin. Témoignages de religieuses missionnaires au fil d’un siècle (XIXe - début XXe siècle), Turnhout, Brepols, 2009 ; Christian Sorrel, « Romanisation et expansion internationale : les Sœurs de Saint-Joseph de Chambéry de 1843 à 1914 », Schweizerische Zeitschrift für Religions und Kulturgeschichte. Revue Suisse d’Histoire Religieuse et Culturelle, 2011, p. 117-139.

16 Anthony Favier, « Des religieuses féministes dans les années 68 ? », Clio, 2009, n° 29, p. 59-77 ; Sabine Rousseau, « La vocation religieuse féminine dans les années 1960-1970 : crise collective, itinéraires singuliers », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2009, n° 3, p. 125-138 ; Sabine Rousseau, « Femmes-prêtres. Histoire d’une revendication », Céline Beraud, Frédéric Gugelot et isabelle Saint-Martin (dir.), Catholicisme en tensions, Paris, EHESS, 2012, p. 229-239.

17 Céline Beraud, « Des petites filles à l’autel ? Catholicisme, genre et liturgie », Céline Beraud, Frédéric Gugelot et isabelle Saint-Martin (dir.), Catholicisme en tensions, op cit., p. 241-251.

18 Claude Langlois, Le désir de sacerdoce chez Thérèse de Lisieux, Paris, Salvator, 2002 ; Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée Juin 1897. Lecture du Manuscrit C de Thérèse de Lisieux, Paris Cerf, 2007 ; Claude Langlois, L’Autobiographie de Thérèse de Lisieux. Edition critique du Manuscrit A (1895), Paris, Cerf, 2009 ; Antoinette Guise, « Thérèse de Lisieux, une “ruse de l’Esprit-Saint” », Tangi Cavalin, Charles Suaud et Nathalie Viet-Depaule (dir.), De la subversion en religion, Paris, Karthala, 2010, p. 69-85.

19 Dominique-Marie Dauzet, La mystique bien tempérée. Ecriture féminine de l’expérience spirituelle (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 2006.

20 Agnès Walch, La spiritualité conjugale dans le catholicisme français (XVIe-XXe siècles), Paris, Cerf, 2002.

21 « Les associations de prêtres en France du Moyen Âge à l’époque contemporaine », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, janvier-juin 2007, n° 230 ; Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? », Régis Revenin (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Paris, Editions Autrement, 2007, p. 192-207 ; Anthony Favier, « Malaise du masculin en contexte catholique », Lumière et Vie, octobre-décembre 2010, n° 288, p. 71-82 ; Paul Airiau, « Le prêtre catholique. Une virilité problématique et incertaine (1775-1914) », Alain Corbin et Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, tome 2, Paris, Seuil, 2011, p. 241-254.

22 Françoise Thebaud, Ecrire l’histoire des femmes, Fontenay, ens Editions, 1998, p. 150-151 (réédition en 2007).

23 Florence Rochefort (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcités et religions (1905-2005), Toulouse, PUM, 2007. Un colloque Normes religieuses à l’épreuve des mutations de genre (XIXe-XXe siècles) a été organisé par Florence Rochefort et Maria-Eleonora Sanna, les 30-31 mai 2012 par le GSRL à Paris.

24 Clio, n° 2, 1995, « Femmes et religions » ; Clio, n° 15, 2002, « Chrétiennes ».

25 Florence Rochefort, « La prostituée et l’ouvrière. Approches protestantes et catholiques du féminisme sous la Troisième République », Françoise Lautman (dir.), Ni Eve ni Marie. Luttes et incertitudes des héritières de la Bible, Genève, Labor et Fides, 1998, p. 211-229 ; Florence Rochefort, « Contrecarrer ou interroger les religions », Eliane Gubin, … (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, L’Atelier, 2004, p. 347-363.

26 Anne Cova (dir.), Histoire comparée des femmes. Nouvelles approches, Lyon, ENS Editions, 2009.

27 Julie Carlier, « Feminism and Catholicism in continental Western-European historiography, reconsidering the terms. A case study of the transnational genesis of Le Féminisme Chrétien de Belgique (ca. 1900) », Women’s History Network Conference, 2011.

28 Tine Van Osselaer et Thomas Buerman, « Feminisation thesis. A survey of international historiography and a probing of Belgian grounds », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 2008, volume 103, n° 2, p. 497-544 ; Tine Van Osselaer, The pious sex. Catholic constructions of masculinity and femininity in Belgium (1800-1940), Ph. D. Research, Katholieke Universiteit Leuven, 2009 ; Tine Van Osselaer, « Christening Masculinity ? Catholic Action and Men in Interwar Belgium », Gender & History, August 2009, volume 21, n° 2, p. 380-401.

29 Jan Art et Thomas Buerman, « Anticléricalisme et genre au XIXe siècle. Le prêtre catholique, principal défi à l’image hégémonique de l’homme », Sextant, 2009, volume 27, p. 323-337 ; Thomas Buerman, « The Catholic Priest and Hegemonic Masculinity in the 19th Century », Isabella Agardi, … (dir.), Making Sense, Crafting History. Practices of Producing Historical Meaning, Pisa, Pisa University Press, 2010, p. 33-54.

30 Thomas Buerman, « Lions and lambs at the same time ! Belgian zouaves as examples of religious masculinity », Dieu changea de sexe ? International workshop, Ghent, 4-6 January 2008 ; Tine Van Osselaer, « Herœs of the Heart. Ideal Men in the Sacred Heart Devotion », Journal of Men, Masculinities and Spirituality, 2009, volume 3, n° 1, p. 22-40.

31 Caroline Ford, Divided house. Religion and Gender in Modern France, Ithaca, Cornwell University Press, 2005 ; Carol E. harrison, « Zouave Stories : Gender, Catholic Spirituality, and French Responses to the Roman Question », The Journal of Modern History, volume 79, n° 2, june 2007, p. 274-305.

32 Rebecca Rogers, « Réflexions méthodologiques et historiographiques sur les études “genre” et l’histoire des religions », Nadine Weibel (Hg.), Weiblicher Blick-Männerglaube. Religions d’hommes, regards de femmes : Beiträge zur Genderperspektive in den Weltreligionen, Münster, Waxmann, 2008, p. 15-27.

33 Bonnie G. smith, Les Bourgeoises du Nord (1850-1914), Paris, Perrin, 1989 ; Sarah A. Curtis, « Charitable ladies. Gender, Class and Religion in Mid Nineteenth-century Paris », Past and Present, 2002, nº 177, p. 121-156. A titre de comparaison : Yolande Cohen, Catholiques, juives et protestantes dans les organisations caritatives au Québec (1880- 1945), Montréal, PU Montréal, 2010.

34 Sarah A. curtis, L’enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon (1801- 1905), Lyon, PUL, 2003 ; Rebecca Rogers, « Les enseignantes religieuses et laïques au XIXe siècle : vocation ou activité professionnelle », Jean-Yves Causer, … (dir.), Métiers, genre et identités professionnelles, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 33-50.

35 Susan O’ Brien, « French Nuns in Nineteenth-Century England », Past and Present, 1997, n° 154, 1997, p. 142-180 ; Carmen M. Mangion, Contested Identities. Catholic Women Religious in nineteenth-century England and Wales, Manchester, University of Manchester Press, 2008.

36 Kenneth J. orosz, « The Affaire des Sixas and Catholic Education of Women in French Colonial Cameroon (1915-1939) », French Colonial History, 2002, n° 1, p. 33-49 ; james P. Daughton, An Empire Divided. Religion, Republicanism and the Making of French Colonialism (1880-1914), New-York, Oxford University Press, 2006.

37 Rebecca Rogers, « Genre, mission et colonisation », Dominique Borne et Benoît Falaize (dir.), Religions et colonisation. Afrique-Asie-Océanie-Amériques (XVIe-XXe siècles), Paris, L’Atelier, 2009, p. 93-100.

38 Elizabeth A. Foster, Church and State in the Republic’s Empire. Catholic Missionaries and the Colonial Administration in French Sénégal (1880-1936), Ph. D., Princeton University, 2006 ; Sarah A. Curtis, « Emilie de Vialar and the religious reconquest of Algeria », French Historical Studies, 2006, volume 29, n° 2, p. 261-292 ; Sarah A. Curtis, Civilizing Habits. Women Missionaries and the Revival of French Empire, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; Sarah A. curtis (dir.), « Femmes missionnaires : l’autre visage de la mission », Histoire et missions chrétiennes, 2011, n° 16.

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search