Version classiqueVersion mobile

Le monde de l’histoire religieuse

 | 
Jean-Dominique Durand

Dépasser le Polak-Katolik

Jalons pour une historiographie transnationale du religieux en Pologne

Piotr H. Kosicki

Résumé

L’historiographie polonaise, décrite par Piotr Kosicki, est dominée par l’identification entre Pologne et catholicisme, ceci dès le Moyen Âge, puis le romantisme. La situation n’a guère changé sous la période communiste. La principale évolution vient des médiévistes, qui ont été nombreux à se battre pour la liberté politique tout en s’ouvrant à l’historiographie internationale. Aujourd’hui, l’historiographie polonaise est encore très nationale et catholique, mais elle connaît une diversité plus grande qu’autrefois.

Texte intégral

  • 1 Jacques LeGoff, Préface, in Jerzy Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, Le C (...)

Pourquoi le catholicisme joue-t-il, peut-il jouer un tel rôle dans la Pologne d’aujourd’hui ? D’où vient ce catholicisme, a-t-il toujours joué cette fonction nationale qui déborde largement le domaine proprement religieux ? L’histoire l’a-t-elle formé à ce destin singulier ? Le catholicisme polonais est-il un cas particulièrement éclatant du renouveau religieux qu’on décèle dans une grande partie du monde de la fin du XXe siècle – et pas seulement dans le domaine catholique – ou représente-t-il un phénomène spécifique ? Est-il caractéristique de la poussée du catholicisme dans des aires culturelles et géographiques marginales ou extra-européennes (Afrique, Amérique latine, Europe centrale et orientale) ou ne doit-il qu’à lui-même au sein de l’histoire polonaise dans le passé et le présent son remarquable essor ? Est-il « traditionnaliste », ou « ouvert » ?
Jacques Le Goff1

  • 2 Ceci est une paraphrase de l’excellente définition donnée par Bohdan Cywiński, Korzenie tożsamości, (...)
  • 3 Bohdan Cywiński, Korzenie, op.cit., p. 49. [Les traductions du polonais ou de l’anglais sont de l’a (...)

1Le maître médiéviste français, longtemps lié à la recherche historique polonaise, résume ainsi les grandes lignes qui s’imposent à l’historiographie du religieux en Pologne. Comme ailleurs en Europe, la Pologne – dès 966, année à la fois de la naissance de l’État polonais et de l’entrée du christianisme en Pologne – témoigne des liens intimes et difficiles entre sacrum et profanum, pouvoir spirituel et pouvoir temporel. Les querelles religieuses déterminent en grande partie l’historiographie de la nation polonaise et les querelles nationales sont également centrales dans l’historiographie religieuse. L’idée du Polak-katolik – une combinaison intégrale des identités nationale et religieuse selon laquelle l’Église catholique ne peut fonctionner en Pologne qu’en tant que polonaise, lors que le Polonais ne peut pas ne pas être catholique – vient dans sa forme essentielle de la Contre-Réforme du XVIIe siècle2. Or, elle n’est pas le domaine exclusif des chauvins ou des xénophobes : comme l’historien Bohdan Cywiński l’écrit, « il est difficile de surestimer l’importance de ce processus du XVIIe siècle pour toute la mentalité polonaise – et lithuanienne aussi – religieuse et nationale »3.

  • 4 Une exception est l’œuvre de Patrick Michel, L’Église de Pologne et l’avenir de la nation, Paris, L (...)
  • 5 Par exemple, Ludwik Dembiński, « Les choix politiques des structures confessionnelles en Pologne », (...)
  • 6 Krzysztof Pomian, « Religion et politique en Pologne (1945-1984) », Vingtième Siècle. Revue d’histo (...)

2Bien qu’il soit rare que les historiens lancent ouvertement et consciemment l’idée de Polak-katolik comme un modèle normatif, cette idée encadre et contraint la majeure partie de l’historiographie du religieux en Pologne. Cette tendance est forcément davantage dominante dans la littérature en polonais. En revanche, dans les historiographies anglophone et francophone traitant plus globalement de l’histoire polonaise depuis des siècles, avec des auteurs non polonais, les querelles religieuses polonaises sont restées faibles jusqu’aux années 1990. Elles ne comptaient que des interventions des historiens polonais4 réussissant à publier à l’étranger5, ainsi que les émigrés intégrés dans le monde scientifique occidental6.

3Par ailleurs, l’idée Polak-katolik reste visible jusqu’à l’heure actuelle malgré une vingtaine d’années d’épanouissement de l’historiographie religieuse, en Pologne comme en dehors de ses frontières. Sauf une minorité hardie, qui s’élargit progressivement depuis 1989, les études du religieux en Pologne s’enferment dans les frontières de la nation polonaise, tout en marginalisant les autres groupes ethnico-religieux, l’œcuménisme et le contexte international de l’Église catholique.

4À travers un court récit des racines de l’historiographie du religieux en Pologne, cette étude propose d’identifier et de repenser les cadres nationaux de cette historiographie. Après un millénaire d’identification mutuelle du religieux et du national en Pologne, il est difficile pour les scientifiques qui regardent ce pays – de l’intérieur, comme de l’étranger – d’avoir un avis plus global. Ce genre d’avis devrait tenir compte, par exemple, de l’antisémitisme, du pluralisme ethnique et religieux de la Pologne – empire, puis soumise à des empires et enfin État-nation au XXe siècle, indépendant pendant l’entre-deux-guerres et puis fait et refait par l’Allemagne nazie et l’Union soviétique ; et des liens transnationaux qui ont contribué à l’ordre du religieux en Pologne. Cette étude ne peut évidemment pas évoquer toutes les publications concernant le religieux en Pologne ; il convient donc de souligner les racines de son historiographie, ses grandes lignes et quelques pistes pour l’avenir.

Les racines d’une historiographie

  • 7 L’édition la plus scientifique du manuscrit de Gallus Anonymus est de Paul W. Knoll, Frank Schaer ( (...)
  • 8 Il est impossible de ne pas citer l’ouvrage principal de Norman Davies, God’s Playground : A Histor (...)

5Les premiers « historiens » du religieux en Pologne n’étaient ni polonais, ni scientifiques au sens contemporain. Le chroniqueur médiéval appellé Gallus Anonymus par les Polonais du XIIe siècle est la source de la première narration écrite de la christianisation de la Pologne, c’est-à-dire la décision du chef de la tribu des Polanie, Mieszko, d’accepter le baptême pour défendre son territoire contre les margraves allemands7. Le chroniqueur médiéval a donc établi les deux lignes principales de 900 ans d’histoire polonaise : le christianisme est politisé depuis son introduction et la Pologne est chrétienne depuis sa naissance8.

  • 9 Les études clés sur les partitions sont : Jerzy Łukowski, The Partitions of Poland, 1772, 1793, 179 (...)

6Les étudiants travaillant actuellement sur la Pologne ne citent pas souvent Gallus Anonymus, mais une connaissance de son influence peut approfondir toute recherche sur la Pologne. Pour les poètes romantiques du XIXe siècle, la ligne développée par le chroniqueur restait centrale. Les empires autrichien, prussien et russe ont enlevé l’État polonais entre 1772 et 1795 par les Partitions de la Pologne jusqu’à sa disparition à partir de 1795, jusqu’en 19189.

  • 10 La christologie de Mickiewicz est évidente dans la troisième partie de son grand poème Les Aïeux (D (...)
  • 11 Ces mots viennent du célèbre drame Kordian qu’il a écrit en 1834. Il faut rappeler que l’ère du rom (...)

7Tout en rendant hommage dans sa poésie à la nation polonaise soumise par trois empires, Adam Mickiewicz a lancé une philosophie religieuse de la nation polonaise comme « martyre » et « porteuse du Salut ». Inspiré par le christianisme et les racines religieuses de sa nation, le père du messianisme national polonais insistait sur le fait que la Pologne, par sa fidélité au Christ et son statut de martyr dans le temporel, deviendrait un Christ des nations devant ses vainqueurs orthodoxes et luthériens10. En revanche, son contemporain Juliusz Słowacki a fortement critiqué cette christologie à la polonaise. Pourtant, même cette opposition venait d’une reconnaissance des liens fondamentaux de la nation polonaise et de l’Église catholique, car, selon Słowacki, « O, Pologne, votre chute doit à Rome ! »11.

Le XXe siècle : fondements

  • 12 Władyslaw Abraham, Powstanie organizacji Kościoła łacińskiego na Rusi, Lwów, 1904, 2 vols ; Władysł (...)

8Le legs des auteurs médiévaux et des poètes romantiques pèse lourdement sur les historiens scientifiques du religieux au XXe siècle. Après 100 années pendant lesquelles, les historiens ne pouvaient pas, sous peine d’emprisonnement sinon pire, publier librement des études historiques consacrées à la nation polonaise, sous-estimer le rôle de l’Église catholique était vu comme une sorte de trahison. La censure effective empêchait les grands historiens de l’entre-deux-guerres de penser une historiographie dont l’analyse dépasserait les frontières polonaises. Władysław Abraham, de Lwów, et Jan Fijałek, de l’Université jagelonienne à Cracovie, se consacrèrent à la construction d’une historiographie « polonaise »12.

  • 13 Il y a un consensus scientifique pour dire que le problème des minorités nationales (et religieuses (...)
  • 14 Sur Dmowski, son front politique « démocrate-national » (Narodowa Demokracja, ou endecja) et l’anti (...)
  • 15 Roman Dmowski, La question polonaise, trad. par V. Gasztowtt, Paris, A. Colin, 1909 ; Id., Polityka (...)

9En revanche, il est devenu possible, voire désirable, à partir de 1918, d’étudier les minorités chrétiennes mais non-catholiques en Pologne, pour des raisons politiques et scientifiques. Avant le Traité de Versailles, un désaccord aigu divisait les fondateurs de la Seconde République polonaise, surtout Roman Dmowski et Józef Piłsudski, concernant l’avenir des minorités nationales et religieuses dans le territoire assigné à l’État polonais qui renaissait13. Dmowski, ultra-nationaliste qui allait devenir l’icône des xénophobes et des antisémites polonais14, voulait soit exclure toute minorité du territoire polonais, soit les assimiler complètement dans la nation polonaise, son but étant de mettre en œuvre l’idée Polak-katolik pour le nouvel État-nation15.

  • 16 Kazimierz Chodynicki, Kościół prawosławny a Rzeczpospolita Polska : zarys historyczny, 1370-1632, V (...)
  • 17 Wacław Studnicki, Kościół ewangelicko-reformowany w Wilnie : historia, organizacja, świątynia, Viln (...)
  • 18 Voir Jan T. Gross, « Introduction », Revolution from abroad, op.cit.
  • 19 Władysław Deptuła, Akcja Katolicka a chrześcijański ruch robotniczy w Polsce, Lublin, [s.n.], 1934  (...)

10En revanche, Józef Piłsudski voulait un État-nation inclusif. Il voulut lui donner un statut fort jusqu’à sa mort en 1935, organisant un coup d’État en 1926, tout en empêchant les partisans de Dmowski de réaliser leurs idées. Pourtant la discrimination ouverte et légale, envers les minorités, surtout les Juifs, resta dominante, avec la volonté d’étudier « scientifiquement » ceux qui ne se comportaient pas selon le modèle Polak-katolik. D’où la grande diversité d’études sur des minorités religieuses de l’entre-deux-guerres : ces études – surtout celles concernant l’Église orthodoxe16 et l’Église évangelique de la confession d’Augsburg17 – sont souvent approfondies et utiles même pour les chercheurs aujourd’hui. On doit également souligner le grand travail d’accumulation des faits et des statistiques venant des facultés d’histoire au sujet de l’Église catholique en Pologne. La Grande Guerre a bien rétabli la Pologne en tant qu’État, mais ses frontières évoluèrent durant l’entre-deux-guerres18. Il fallut donc un travail interdisciplinaire – anthropologique, historique et sociologique – pour bâtir et approfondir un savoir sur la « nouvelle » Pologne19. Comme dans les études sur les minorités religieuses, les historiens mirent souvent l’accent sur les niveaux local et régional, avec une richesse de détail précieuse pour la recherche actuelle.

  • 20 Les ouvrages fondamentaux sur la naissance et le développement de l’intelligentsia polonaise sont : (...)
  • 21 Sur cette génération de penseurs polonais marxistes ou marxisants, Marci Shore, Caviar and Ashes : (...)
  • 22 Marcin Przeciszewski, « L’association catholique de la jeunesse académique ‘Odrodzenie’. Aperçu his (...)

11On trouve dans les cultures intellectuelles et politiques venant de cette époque, les racines idéologiques d’un fort pourcentage d’historiens polonais (scientifiques et non-scientifiques) jusqu’à l’heure actuelle. La plus jeune génération de l’intelligentsia20 formée à travers l’époque des Partitions s’est ouverte après 1918 à l’opportunité de s’engager dans la vie culturelle et politique sur le territoire polonais. Par conséquent, les questions d’identité nationale et religieuse ne sont pas devenues le domaine exclusif du monde scientifique. La première génération d’étudiants pouvant s’afficher publiquement en tant que Polonais a fait naître les divers fronts culturels, politiques et religieux qui allaient définir les courants intellectuels du pays pour le reste du XXe siècle, y compris les marxistes21, les catholiques ouverts liés à l’Action catholique (rassemblés dans le milieu Odrodzenie, « Renaissance »22, suivant les débats du personnalisme français, d’abord de Jacques Maritain et puis d’Emmanuel Mounier) et des fronts nationalistes (suivant Roman Dmowski et appellés collectivement Narodowa Demokracja, ou, endecja, « Démocratie nationale »).

  • 23 Sur les KIK, il y a un excellent livre en polonais et deux thèses inédites en anglais : Andrzej Fri (...)
  • 24 Un des auteurs les plus prolifiques de ce front était Jędrzej Giertych, qui publiait et diffusait s (...)

12La pensée marxiste, transmise à ce moment-là à toute une génération de jeunes engagés, inspira la recherche historique du religieux par ceux qui allaient se lier au pouvoir communiste entre 1944 et 1989 – la « Pologne populaire ». En même temps, les jeunes membres d’Odrodzenie devaient s’occuper après le Dégel de 1956 de la formation de ses héritiers, par leur travail scientifique ainsi que dans les clubs de discussion appelés les Clubs de l’Intelligentsia catholique (KIK, Kluby Inteligencji Katolickiej)23. Et l’endecja prit la parole en exil pendant la période communiste, puis dans la presse clandestine des années 198024.

XXe siècle : les médiévistes, l’ouverture et l’opposition anticommuniste

  • 25 Ou bien ils sont partis à l’étranger, comme le grand médiéviste de Vilnius, le père Walerian Meyszt (...)
  • 26 Pour une brève introduction à l’histoire de la KUL depuis la Deuxième Guerre mondiale, voir Stefan (...)

13La Deuxième Guerre mondiale a tout interrompu. Pendant la guerre, il n’y eut pas de production historiographique sur le religieux en Pologne ; après la guerre, le sujet devint tabou. Avec l’épuration des cadres scientifiques par les nazis d’un côté et les Soviétiques de l’autre, peu nombreux sont ceux de la génération de l’entre-deux-guerres qui ont pu accéder à l’activité professionnelle après 194525. Des nouveaux cadres ont commencé à se former à la base de la jeune intelligentsia de l’entre-deux-guerres. L’historiographie du religieux en Pologne devint le terrain soit des scientifiques marxistes liés à l’État, soit des intellectuels catholiques souvent liés à l’Université catholique de Lublin (KUL, Katolicki Uniwersytet Lubelski), rétablie en 194426, et à partir de 1956, généralement appartenant aux KIK. Le régime a contraint les nationalistes au silence, ils n’ont pu publier qu’à l’étranger.

  • 27 L’histoire de ce dialogue reste peu étudiée. Pour son contexte international, Philippe Chenaux, « C (...)
  • 28 Par exemple, sur la Silésie, Aleksander Rogalski, Kościół katolicki na Śląsku : studia nad dziejami (...)
  • 29 Aleksander Gieysztor, « Les Paliers de la pénétration du christianisme en Pologne aux Xe et XIe siè (...)
  • 30 Tadeusz Manteuffel, Aleksander Gieysztor (dir.), L’Europe aux IXe-XIesiècles : aux origines des éta (...)
  • 31 Sur les effets du stalinisme et de la soviétisation de l’Europe centrale et orientale sur les unive (...)

14L’historiographie du religieux de l’après-guerre est le résultat, donc, d’une sorte de co-existence, voire du dialogue, des marxistes et des chrétiens27. Pendant la période communiste, les chercheurs travaillant sur le religieux ont pu, tout en tenant compte des restrictions idéologiques, publier officiellement des ouvrages de synthèse consacrés aux époques médiévale et moderne. Si on voulait traiter un sujet plus contemporain, il fallait se limiter au niveau local ou régional, pour éviter des questions ouvertement politiques28. Pour les historiens du monde moderne ou contemporain, il était toujours plus sûr de prendre le cadre des frontières de la Pologne, pour éviter la réflexion dangereuse, ou même compromettante : quel avis doit-on avoir – ou, au moins, montrer – à l’égard des autres nations ou groupes ethniques face à un marxisme officiel, sans risquer de perdre son poste ? Paradoxalement, malgré le statut du christianisme comme anathème quant à la doctrine marxiste, l’idée Polak-katolik est devenue un des plus sûrs présupposés pour encadrer la recherche historique du religieux en Pologne. En revanche, l’histoire médiévale était un champ de recherche plus libre. Elle résistait à l’encadrement par les frontières nationales. Les médiévistes n’avaient jamais besoin de justifier l’Église comme sujet de recherche, car l’étude de la période serait impossible sans l’Église. Tout en suivant l’école française des Annales, mettant l’accent sur l’histoire sociale, les grands médiévistes polonais Aleksander Gieysztor29 et Tadeusz Manteuffel30, qui n’étaient militants ni du christianisme ni du marxisme, ont créé un milieu où la recherche historique scientifique pouvait survivre même durant les plus dures années du stalinisme (1947-1955)31.

  • 32 Wiesław Mysłek, Kościół katolicki w Polsce w latach 1918-1939 : zarys historyczny, Varsovie, Książk (...)
  • 33 Stefan Swieżawski, Zagadnienie historii filozofii, Varsovie, PWN, 1966 ; Id., Między średniowieczem (...)
  • 34 Strzeszewski, un historien de la philosophie et de la théologie catholiques, est de la même générat (...)

15Ce milieu des médiévistes polonais est devenu notable non pas seulement pour la haute qualité de sa recherche, mais davantage comme le carrefour de toutes les tendances historiographiques actives en Pologne populaire. Dans l’après-guerre, le Parti ouvrier unifié polonais (POUP, le Parti communiste) a commencé à former ses propres cadres de chercheurs sur le religieux en Pologne, rassemblés à partir de 1950 comme fonctionnaires du Bureau des Affaires confessionnelles (Urząd do Spraw Wyznań) rattaché au gouvernement. Ces chercheurs – dont Wiesław Mysłek et Stanisław Markiewicz constituaient le premier rang32 – se tenaient au courant de la recherche des médiévistes, dont les chercheurs « officiels » apprenaient des éléments de la méthodologie scientifique. Ce champ médiéval a eu deux autres fonctions clés : 1) lier l’établissement scientifique de l’Académie polonaise des sciences et des universités publiques à l’Université catholique de Lublin ; et 2) former une génération de chercheurs qui dépasseraient l’idée Polak-katolik, prenant un point de vue européen tout en mettant l’accent sur l’histoire sociale. La prééminence d’Aleksander Gieysztor et de Tadeusz Manteuffel a fortifié l’espace de manœuvre scientifique de l’historien de la théologie chrétienne de la KUL, Stefan Swieżawski33, ami d’Étienne Gilson et de Jacques Maritain. Grâce à lui et à son engagement dans les KIK à partir de 1956, d’autres historiens du religieux ont eu l’opportunité d’approfondir les méthodes de travail, tout en repoussant leurs horizons vers le contexte européen et mondial du christianisme. Jerzy Kłoczowski, Jacek Woźniakowski, Czesław Strzeszewski, Ryszard Bender34 – il y avait des différences énormes entre ces historiens, d’âge, de caractère, d’avis politique, de spécialisation, même de qualité de travail, mais chacun a bien profité des opportunités créées par les liens entre la KUL et les KIK.

  • 35 L’œuvre scientifique de Kłoczowski – y compris la direction de plusieurs travaux collectifs – est é (...)
  • 36 Pour l’original, voir Jerzy Kłoczowski, Dzieje chrześcijaństwa polskiego, Paris, « Nasza Rodzina », (...)
  • 37 Parmi les textes parus avant 1989, voir L. Bieńkowski, « Organizacja Kościoła Wschodniego w Polsce  (...)

16Jerzy Kłoczowski, à son tour, est devenu le maître médiéviste de la génération de la Deuxième Guerre mondiale, mais il a dépassé l’étude du Moyen Âge, tout en devenant la force principale agissant pour un point de vue plus européen, œcuménique et ouvert, qui ne se permettrait pas d’être encadré par l’idée Polak-katolik35. Il est ainsi le seul historien à tenter une histoire de la longue durée du christianisme en Pologne36. Il a étudié la période de l’entre-deux-guerres, les autres confessions chrétiennes en Pologne – les gréco-catholiques37, les orthodoxes et les évangéliques – tout en s’ouvrant ainsi aux Juifs. Son cas est même plus intéressant car il s’agit d’un militant catholique polonais agissant pour la remise en cause de l’idée Polak-katolik.

  • 38 Voir surtout Jerzy Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, op.cit.
  • 39 Jerzy Kłoczowski, A Modern History of Christianity, op.cit., p. XXVII. Sur l’entrée de la Pologne d (...)

17Kłoczowski a beaucoup contribué aussi au rayonnement du savoir en dehors des frontières du pays : à partir des années 1960, il voyageait souvent en France et sa présence – ainsi que celle de Bohdan Cywiński – a motivé la naissance d’une historiographie francophone. Avec ses proches collaborateurs, dont Lidia Müllerowa et Jan Skarbek38, il a publié des douzaines d’ouvrages et d’articles sur le rôle de la religion en Pologne par rapport au reste de l’Europe. Un grand ouvrage sous sa direction est disponible en français à partir de 1987, avec une préface de Jacques Le Goff. Comme Kłoczowski l’écrit, les moments clés de l’histoire du religieux en Pologne « ont aidé à déterminer le destin de la Pologne et du catholicisme européen ainsi »39.

  • 40 Karol Modzelewski, L’Europe des barbares : Germains et Slaves face aux héritiers de Rome, Paris, Au (...)
  • 41 Bronisław Geremek, Les Marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976 ; Id., (...)
  • 42 Karol Modzelewski, Jacek Kuroń, Lettre ouverte au Parti ouvrier polonais, Paris, F. Maspero, 1969.

18La recherche scientifique, dans un régime communiste, doit toujours tenir compte des conséquences idéologiques et politiques du savoir, toute la recherche historique en Pologne populaire – du religieux mais aussi en général – était « politique ». Pourtant, la position particulière des médiévistes en Pologne populaire a conduit certains d’entre eux à un engagement politique qui devait être fondamental pour la naissance de l’opposition anticommuniste dans les années 1970-1980. Les cas de Karol Modzelewski40 et de Bronisław Geremek41 sont particulièrement révélateurs. Médiévistes, membres du POUP dans leur jeunesse, puis comme étudiants et jeunes chercheurs, l’étude approfondie des inégalités sociales dans le Moyen Âge les a conduits peu à peu vers une confrontation avec les inégalités sociales persistant dans le « socialisme réel ». Pour Modzelewski, la rupture eut lieu en 1965, avec une lettre de protestation écrite avec Jacek Kuroń au POUP42 ; pour Geremek, ce fut l’invasion de la Tchécoslovaquie par les armées des Démocraties populaires en 1968. Puis, ils s’engagèrent en 1980 comme principaux conseillers de l’ouvrier Lech Wałęsa et du syndicat libre « Solidarité », le cœur de l’opposition anticommuniste.

19Deux autres historiens célèbres mêlèrent autrement la recherche scientifique et l’opposition politique. À la base de leurs propres ouvrages fondamentaux sur les liens entre intellectuels socialistes et catholiques en Pologne, le catholique Bohdan Cywiński et le militant de gauche Adam Michnik ont approfondi l’historiographie du religieux en Pologne. En même temps, leurs livres constituaient une sorte de justification de leur propre engagement dans l’histoire du religieux (et du socialisme) en Pologne. La convergence de l’historiographie et de l’histoire est remarquable : ces personnes qui ont vécu une sorte d’ouverture dans leurs études historiques du religieux sont devenus eux-mêmes des acteurs qui ont devancé un dégel, puis établi une collaboration intime entre catholiques et socialistes dans l’opposition anticommuniste.

  • 43 Bohdan Cywiński, Rodowody niepokornych, Varsovie, Biblioteka WIĘZI, 1971.

20Bohdan Cywiński a publié en 1971 Rodowody niepokornych (Généalogie des insoumis)43. Il s’agit de l’histoire d’un rapprochement des socialistes avec les intellectuels catholiques à partir de la fin du XIXe siècle. C’était un livre scientifique, mais en même temps une sorte de manifeste pour son époque, un appel aux intellectuels de bonne volonté catholiques et non-croyants de se rassembler pour agir ensemble contre le pouvoir.

  • 44 Adam Michnik, op.cit., p. 10.

21Six ans plus tard, Adam Michnik publia L’Église et la gauche, paru en 1977 à Paris dans la principale maison d’édition des émigrés, l’Institut littéraire, dirigé par Jerzy Giedroyc, puis traduit en français et paru au Seuil en 1979. Cet ouvrage continue le travail de Cywiński, réfléchissant surtout sur le rôle de l’Église catholique en Pologne de l’après-guerre comme source de résistance morale et spirituelle contre le pouvoir communiste. Cette Église a commencé à trouver des alliés chez les anciens communistes dont, selon la parole de Michnik, le programme, « c’est le programme d’un socialisme antitotalitaire »44.

22Ni Cywiński ni Michnik n’étaient médiévistes, mais on trouve quand même les racines de leur engagement scientifique dans le carrefour des idées et des liens personnels qui s’est trouvé dans le champ médiéviste de l’après-guerre. Par divers moyens, certains historiens ont commencé à s’engager et à devenir des acteurs de l’histoire. L’approbation officielle pour les médiévistes comme Gieysztor et Manteuffel a ouvert un champ de travail pour les historiens du religieux à la KUL : grâce à l’atmosphère d’ouverture intellectuelle animée par Swieżawski et puis Kłoczowski envers l’Europe, d’un côté, et les autres confessions et idées politiques de l’autre côté, Cywiński a pu contribuer à son tour à introduire un élément d’ouverture et de pluralisme dans l’historiographie du religieux. Inspiré par le livre de Cywiński, Michnik se consacra à une étude scientifique qui a aidé à rassembler catholiques et non-croyants dans un mouvement historique d’opposition anticommuniste. Les lignes marxistes et libérales-catholiques venant de l’entre-deux-guerres ont donc évolué à travers l’époque du communisme grâce à l’historiographie du religieux. À son tour, cette évolution a inspiré les études clés dans l’historiographie du religieux polonais.

1978, 1980, 1989, actualité

  • 45 La maison d’édition Odnowa, venant du milieu des exilés démocrates-chrétiens polonais (Stronnictwo (...)
  • 46 Voir note 24.
  • 47 Parfois aussi à Fribourg ou à Rome – voir ainsi les excellents ouvrages de Bohdan Cywiński sur le c (...)

23Jusqu’ici, je n’ai guère traité des contributions venant de l’étranger. En effet, avant les années 1980, il n’y avait, en gros, que trois catégories d’études historiques paraissant en dehors de la Pologne mais consacrées au fait religieux en Pologne : les ouvrages (et, plus souvent, les témoignages) des exilés démocrates-chrétiens45 et démocrates-nationaux46 ; les études des émigrés scientifiques polonais, n’appartenant pas à ces deux camps politiques, très actifs en exil ; et les études des Polonais habitant toujours en Pologne, qui paraissaient chez les éditeurs polonais émigrés – d’habitude, l’Institut littéraire ou les Éditions « Spotkania » à Paris ou Aneks ou Odnowa à Londres47. Normalement, la première catégorie ne paraissait qu’en polonais, alors que la dernière comprenait également les travaux en polonais qu’on ne pouvait pas publier en Pologne et leurs traductions dans la langue du pays d’éditeur. En revanche, la deuxième catégorie – les études purement scientifiques – comprenait presque exclusivement des textes en anglais ou en français.

  • 48 Quant à Solidarité et ses liens avec le religieux en Pologne, il y a un livre notable qui s’inscrit (...)
  • 49 Jerzy Kłoczowski, Charles Molette, Maria Krystyna Rottenberg, Sources franco-polonaises d’histoire (...)
  • 50 Vincent C. CHRYPINSKi, « Church and Nationality in Postwar Poland », in Pedro Ramet (dir.), Religio (...)

24Deux événements ont marqué un grand tournant dans cette production, en Pologne ainsi qu’à l’étranger : d’abord, l’avènement surprenant du cardinal Karol Wojtyła, archevêque de Cracovie, au pontificat, en octobre 1978 ; et puis, la naissance du mouvement ouvrier « Solidarité » en août 1980, qui rassemblait des ouvriers, des intellectuels catholiques, des intellectuels de gauche et l’Église catholique48. Tout à coup, un énorme champ d’étude du religieux polonais, surtout de l’Église catholique en Pologne, s’est ouvert devant les éditeurs scientifiques américains, anglais, français, italiens : il fallait comprendre les origines du pape polonais, tout en mettant l’accent sur la confrontation du catholicisme et du communisme. Par conséquent, alors qu’il y avait une renaissance des études scientifiques à l’étranger sur le fait religieux en Pologne, très peu de ces nouvelles études mettaient l’accent sur l’histoire avant 1945, et surtout pas celle avant 1918. Deux exceptions importantes, qui restent peu connues et peu disponibles malgré leur grande valeur scientifique, sont les deux séries de volumes parues en français dans la première moitié des années 1980 : Les sources franco-polonaises d’histoire religieuse et Les contacts religieux franco-polonais du Moyen Âge à nos jours49. Dans le monde scientifique anglophone, l’étude du catholicisme polonais s’est liée à la mode en sciences politiques de trouver des traces de « société civile » derrière le Rideau de fer50. On a donc du mal à classifier ces études comme « historiographie » stricto sensu. Après quelques décennies, après la chute du communisme, les objets de leur analyse sont devenus historiques, mais l’analyse même ne met souvent qu’un accent très faible sur les sources primaires.

  • 51 Plus scientifique, même s’il ne pouvait pas s’appuyer sur de nombreuses sources primaires : Georges (...)

25En effet, il faut rappeller qu’à l’époque, l’accès aux documents de l’histoire religieuse en Pologne était presque impossible pour des chercheurs travaillant à l’étranger. Il est facile, donc, de comprendre pourquoi, avant 1989, un des livres les plus souvent cités était God’s Playground de Norman Davies, même s’il s’agissait d’un travail de vulgarisation qui n’indique pas ses sources51. Or, un problème commun à toute cette littérature, c’était l’accent mis sur les frontières nationales : encore une fois, on constate la mise en œuvre de l’idée Polak-katolik, tant qu’on ne parle que de « l’Église polonaise », des « catholiques polonais », etc, comme si cette institution et ce peuple n’existaient pas en dehors de ce classement binaire. Une révolution historiographique se fit à partir de 1989 avec la chute du communisme. Elle fut évidente beaucoup plus rapidement chez les historiens travaillant en Pologne : il n’y avait plus de sujets tabous en fonction du régime politique et un véritable déluge historiographique est arrivé par la suite. Néanmoins, la nouvelle tendance historiographique nous ramène à l’idée Polak-katolik. En revanche, aux tendances dominantes aux États-Unis, en Angleterre et en France, où les historiographies ont connu des tournants, « culturel », « foucaldien » ou « linguistique », en Pologne, on veut écrire surtout l’histoire politique de la Pologne communiste. La première moitié des années 1990 témoigne d’une réorganisation massive des archives de l’aparat de l’État communiste. Celles de l’ancien Bureau des Affaires confessionnelles entra dans les collections des Archives des nouveaux Actes. Par ailleurs – événement majeur pour la recherche en histoire contemporaine – les archives de l’ancienne police secrète du Ministère de l’Intérieur furent placées sous l’autorité d’un Institut de Mémoire nationale (IPN, Instytut Pamięci Narodowej) créé en 1998, avec sa propre équipe de chercheurs, publiant des ouvrages fondés sur les archives.

  • 52 Antoni Dudek, Państwo i Kościół w Polsce, 1945-1970, Cracovie, PiT, 1995 ; Antoni Dudek, Ryszard Gr (...)
  • 53 Surtout son ouvrage sur la police secrète et le primat polonais, le cardinal Stefan Wyszyński : Wie (...)
  • 54 Jan Żaryn, Kościół a władza w Polsce : 1945-1950, Varsovie, DiG, 1997 ; Id., Dzieje Kościoła katoli (...)
  • 55 Voir surtout Antoni Dudek, Ryszard Gryz, Komuniści, op.cit., p. 449.

26Les historiens polonais formés après 1989 se sont faits des experts de cette combinaison des archives, dont le résultat est un assortiment d’histoire politique et sociale – mais très peu d’histoire culturelle, intellectuelle ou théologique – de l’Église catholique. On peut citer Antoni Dudek, Ryszard Gryz52, Wiesław Jan Wysocki53, Jan Żaryn54. L’approche dominante dans leurs ouvrages est l’idée qu’il faut étudier le religieux en Pologne à travers un modèle « triangulaire » de rayonnement de pouvoir dans le pays : le pouvoir communiste, la société et l’Église catholique, tous dans le cadre des frontières nationales55.

27Alors que l’historiographie avant 1989 est assez simple à classifier, à partir de 1989, on observe une sorte de cacophonie. Le lien commun principal reste son encadrement par l’idée du Polak-katolik : cela ne veut pas dire que les historiens polonais sont des héritiers idéologiques de Roman Dmowski et son endecja, mais davantage qu’ils se limitent dans leurs études à une Église « polonaise », en Pologne.

  • 56 Piotr Madajczyk, Na drodze do pojednania : wokół orędzia biskupów polskich do biskupów niemieckich (...)
  • 57 Pour un regard plus critique venant de l’historiographie anglophone, voir Piotr H. Kosicki, « Carit (...)

28Le seul thème qui dépasse ces frontières nationales dans le mainstream historiographique est celui de la lettre des évêques polonais à leurs homologues allemands en novembre 1965, à la suite du Concile Vatican II56, car son histoire porte sur le sujet des relations polono-allemandes, toujours actuel dans la politique étrangère de la Pologne57. Pourtant, même ce sujet se heurte toujours aux frontières de la nation polonaise, car le débat concernant cette lettre s’est déroulé en automne 1965, quand l’Épiscopat polonais était en pleine préparation du millénaire du catholicisme polonais de 1966. Étant donné que les célébrations millénaires de l’Église étaient en concurrence avec des célébrations organisées par le POUP en même temps – pour le millénaire de l’État polonais – la double identité Polak-katolik se trouve au cœur des essais pour comprendre cette concurrence. Par conséquent, aucune étude intégrale de la lettre aux évêques allemands ne peut entièrement échapper au présupposé Polak-katolik parce qu’il fait partie intégralement du contexte.

  • 58 Zbigniew Wojewoda, Zarys historii, op. cit., Cracovie, Nomos, 1994 ; Kazimierz Urban, Kościół prawo (...)
  • 59 Andrzej Friszke, Oaza na Kopernika, op.cit.
  • 60 Andrzej Szostek (dir.), Nauka i wiara. 80 lat Katolickiego Uniwersytetu Lubelskiego, Lublin, Red. W (...)

29Certes, il reste une diversité de sujets et de niveaux d’analyse dans l’historiographie depuis 1989. Il y a une littérature croissante consacrée aux autres confessions, mais elle reste encore marginale, malgré d’excellents ouvrages, surtout ceux de Zbigniew Wojewoda sur l’Église gréco-catholique et de Kazimierz Urban sur l’Église orthodoxe58. Quant à l’intelligentsia catholique et l’Université catholique de Lublin, deux sujets fondamentaux pour comprendre le rôle du religieux dans la Pologne communiste, on n’a qu’un livre sur les KIK59 et les Actes de colloques tenus à la KUL pour ses propres anniversaires60.

  • 61 Konrad Białecki (dir.), Władze wobec Kościołów i związków wyznaniowych w Wielkopolsce w latach 1945 (...)
  • 62 Il a rédigé une collection de documents passionnants comprenant toute l’époque de la Pologne commun (...)
  • 63 Id., Troska o internowanych : interwencje Abp. Dąbrowskiego u gen. Kiszczaka, Varsovie, Wyd. von bo (...)

30Comme pendant l’entre-deux-guerres, les études les plus riches en documentation historique mettent l’accent sur les sociétés et structures locales et régionales. Cette observation s’applique également aux ouvrages fondés sur les dossiers de la police secrète et aux études d’histoire intellectuelle ou sociale. La maison d’édition d’IPN a beaucoup contribué à cette dimension de l’historiographie, en publiant des études régionales sur les départements de Łódź, Poznań (Wielkopolska, Grande Pologne) et d’autres régions de la Pologne61. Ces auteurs ont pu approfondir leur recherche grâce à l’accès aux documents de l’ancienne police secrète, d’autant plus que les archives de l’Épiscopat catholique et pour une grande part, celles des diocèses et des confréries sont fermées aux chercheurs. La seule exception notable à ce principe accepté par l’épiscopat polonais est Peter Raina62, un historien germano-indien qui jouit d’un statut énigmatique. Ses livres sur l’Église pendant les années de loi martiale et sur son rôle dans les négociations précédant les visites apostoliques de Jean-Paul II en Pologne ainsi que celles de la Table ronde de 1989 sont tout à fait exceptionnels63 : même s’ils sont parfois très polémiques, ce sont les seules études réalisées à partir de la documentation ecclésiastique.

  • 64 Tadeusz Isakowicz-Zaleski, Księża wobec bezpieki na przykładzie Archidiecezji Krakowskiej, Cracovie (...)
  • 65 Ibidem, p. 8.

31L’orientation de l’historiographie du fait religieux en Pologne s’est donc fixée, en fonction de la documentation disponible, sur la querelle au sujet de la collaboration : les prêtres, les frères, les sœurs, les évêques ont-ils collaboré avec le régime communiste ? L’apogée de cette tendance se trouve avec le livre du père Tadeusz Isakowicz-Zaleski. Comme presque chaque prêtre polonais, il avait un dossier de police secrète comprenant des documents et des renseignements fournis à la police par des informateurs parmi ses proches ; étant donné qu’il était actif dans l’opposition anticommuniste, son dossier n’était pas banal. Le choc émotionnel l’a poussé à poursuivre plus systématiquement les informateurs dans l’Archévêché de Cracovie : il a donc produit un livre très polémique, basé seulement sur les documents de la police secrète, sans tenir compte de la capacité des agents qui ont préparé cette documentation à mentir et à exagérer leur propres succès. Isakowicz-Zaleski s’est justifié : « J’ai confiance que le travail que j’ai fait portera les fruits de rapprochement et de pardon, et non pas d’inimitié et de division »64. En même temps, il a refusé d’« accepter le compromis »65. La sortie de son livre a provoqué un débat public – précisement ce que l’Église voulait éviter en interdisant l’accès à ses archives aux historiens – animé notamment par sa décision de publier des lettres reçues de prêtres qu’il avait cités comme collaborateurs. Une brève citation d’une telle lettre permet de comprendre la controverse. Voici par exemple ce que dit le père Mieczysław Niepsuj, directeur de la Maison Jean-Paul II à Rome :

  • 66 Mieczysław Niepsuj, Lettre à Tadeusz Isakowicz-Zaleski, 3 novembre 2006, in Ibidem, p. 490-492.

On a quand même besoin de dire nettement que ce n’étaient pas des saints qui écrivaient les actes [conservés – trad.] à l’IPN et qu’ils n’étaient pas amenés à les écrire par la lumière de l’Esprit Saint. Souvent, c’étaient les criminels qui écrivaient ces actes, pour les pires raisons. C’est pourquoi je suis surpris par votre confiance naïve en ses actes, dont vous donnez souvent la preuve dans les media en disant, par exemple, quel choc seront les révélations que vous avez trouvées dans les dossiers de l’IPN. J’interprète vos paroles clairement comme une volonté de me confesser de tout ce qui est contenu dans ces actes. Or, je ne le ferai jamais, à aucun prix. Car, ce serait mensonge de ma part.66

  • 67 Bernard Lecomte, Le pape qui fit chuter Lénine. La Verité l’emportera toujours sur le mensonge, Tou (...)
  • 68 Marek Lasota, Donos na Wojtyłę. Karol Wojtyła w teczkach bezpieki, Cracovie, Znak, 2006.
  • 69 Sur Wyszyński : Ewa K. Czaczkowska, Kardynał Wyszyński, Varsovie, Świat Książki, 2009 ; Adam Dziuro (...)

32Une historiographie aussi fixée sur la documentation de l’ancienne police secrète tombe même encore plus facilement dans le piège de l’encadrement par les frontières nationales. Le lieu le plus problématique, en fonction de cet encadrement, est l’étude de Jean-Paul II : même s’il y a de plus en plus de biographies vulgarisatrices67, les seuls travaux polonais qui le traitent comme objet de recherche historique, soit comme Karol Wojtyła, soit comme pape, mettent l’accent sur la documentation policière : les informations fournies à la police par ses proches68, etc. La sélection de la documentation est liée directement au cadre analytique issu de l’idée Polak-katolik : comme les historiens polonais n’ont pas cherché jusqu’ici des matériaux à l’étranger sur Jean-Paul II, celui-ci reste un pape surtout polonais. Peut-être un tournant va-t-il bientôt arriver, au moins quant à la compréhension de sa biographie. Jusqu’à tout récemment, il n’y avait pas franchement de biographies approfondies ni du primat de Pologne Stefan Wyszyński (1948-1981) ni du père Jerzy Popiełuszko, aumônier de Solidarité assassiné par la police secrète en 1984. Pourtant, depuis 2005, plusieurs excellents ouvrages sont parus à propos de chacun de ces hommes, qui ne mettent pas l’accent seulement sur les aspects politiques et sociaux, mais davantage sur leur développement culturel, intellectuel et théologique69. On peut donc espérer voir un ouvrage semblable sur Jean-Paul II, alors qu’un tel ouvrage demanderait beaucoup d’attention aux archives et aux témoignages venant de l’extérieur de la Pologne.

  • 70 Le travail remarquable du point de vue des deux thèmes est celui de Bohdan Cywiński, « Ekologia mis (...)
  • 71 James E. Bjork, Neither German nor Pole : Catholicism and national indifference in a Central Europe (...)
  • 72 Idesbald Goddeeris, « Exiles’ strategies for lobbying in international organisations : Eastern Euro (...)
  • 73 Piotr H. Kosicki, « Caritas across the Iron Curtain ? », op.cit. ; Id., « L’avènement des intellect (...)
  • 74 Robert Alvis, Religion and the rise of nationalism : a profile of an East-Central European city, Sy (...)
  • 75 Mikołaj Stanisław Kunicki, The Polish Crusader : The Life and Politics of Bolesław Piasecki, 1915-1 (...)
  • 76 Neal Pease, Rome’s Most Faithful Daughter : The Catholic Church and Independent Poland, 1914-1939, (...)
  • 77 Damien Thiriet, « Marx et Marie : communisme et Église à Częstochowa à l’apogée du stalinisme », Ch (...)
  • 78 Brian Porter, « The Catholic Nation : Religion, Identity, and the Narratives of Polish History », T (...)

33La situation est semblable pour deux autres sujets clés : le contexte européen de l’histoire religieuse en Pologne et les conséquences du Concile Vatican II pour la Pologne70. Bohdan Cywiński et Jerzy Kłoczowski ont bien ouvert le chemin pour ce genre de travail dans des ouvrages parus dans les années 1980, mais on ne commence que depuis peu à voir émerger d’autres études, avec une recherche approfondie par l’accès aux archives indisponibles avant 1989. Ce champ est ainsi le point clé de rencontre pour l’historiographie polonaise avec les historiographies anglophone et francophone. Ces deux dernières n’ont commencé que très récemment à se libérer de la nécessité de solliciter les textes des historiens polonais, dont la tendance reste, même dans les textes traduits en anglais ou en français, à placer toujours le fait religieux dans les frontières nationales polonaises. Sur le contexte européen, on dispose des études de James E. Bjork71, d’Idesbald Goddeeris72 et de Piotr H. Kosicki73. Pour de nouvelles approches qui dépassent l’histoire politique et sociale de la nation polonaise, on peut consulter les travaux de Robert Alvis74, de Mikołaj Kunicki75, de Neal Pease76 et de Damien Thiriet77. L’ouvrage de Brian Porter-Szűcs78 sur les discours du « catholicisme » en Pologne aux XIXe et XXe siècles (avec une histoire détaillée de l’idée Polak-katolik) est paru récemment. On utilise en même temps la documentation des intellectuels catholiques, des KIK et des intellectuels de PAX, un réseau institutionnel bâti par des militants catholiques ex-fascistes de l’entre-deux-guerres, et des ouvriers.

La Pologne, le religieux et l’antisémitisme

  • 79 Par exemple : Artur Eisenbach, The emancipation of the Jews in Poland, 1780-1870, Oxford, B. Blackw (...)
  • 80 Pour un traitement plus global de l’antisémitisme en Pologne, voir l’ouvrage collectif : Robert Blo (...)

34Pour éviter toute simplification sur la riche historiographie du judaisme et des juifs en Pologne79, je me limite à quelques questions clés portant sur l’antisémitisme catholique au XXe siècle80. Revenons aux trois tendances principales de la jeune intelligentsia polonaise de l’entre-deux-guerres : marxisme, catholicisme libéral et endecja. Ces deux dernières tendances ont survécu à l’ère communiste. Les catholiques libéraux ont joué un grand rôle d’abord dans les KIK et puis dans Solidarité et la négociation de la fin du communisme ; les « endéques », en exil. On assiste depuis 1989 à une confrontation renouvelée entre ces deux tendances, parmi d’autres, au sujet de l’histoire du catholicisme polonais et de l’antisémitisme à travers deux lieux clés : les camps d’Auschwitz et les pogroms des premières années de l’après-guerre.

  • 81 Geneviève Zubrzycki, The crosses of Auschwitz : nationalism and religion in postcommunist Poland, C (...)

35La question des camps porte plutôt sur la mémoire historique que sur l’historiographie stricto sensu, mais elle a fait naître ainsi un lieu historiographique. La fin des années 1980 fut marquée par un conflit aigu à propos des religieuses carmélites installées à Auschwitz par l’État communiste polonais en 1984, puis les croix mises en place, accompagnées par des manifestations des militants catholiques. Il s’agissait, quant aux militants, d’une lutte pour la propriété de la mémoire : Auschwitz appartient-il aux héritiers du million de Juifs qui y ont été assassinés, ou à ceux de près de 75 000 Polonais qui y ont trouvé la mort ? Le conflit était complexe et ne se limitait pas aux chiffres. Évidemment, il y eut des implications internationales et la presse mondiale y a consacré beaucoup d’attention. Il faut cependant connaître l’histoire de l’intelligentsia de l’entre-deux-guerres pour pouvoir comprendre tous les aspects de ce conflit qui reste purement polonais. Les protestations des catholiques conservateurs ou radicaux voulaient profiter de la chute du communisme pour exprimer librement un martyrologe de la nation polonaise ; ils ont perçu une menace grave pour leur projet de la part des catholiques libéraux et des ex-communistes et personnalités de gauche soutenant le respect de la mémoire juive. Étant donné la centralité de l’idée Polak-katolik pour ce front des manifestants, ils ont repris un langage hérité de l’endecja, surtout contre les « traîtres » sympathisant avec une menace extérieure. Pour comprendre une telle situation sans la simplifier, il faut une connaissance approfondie, à la fois des conflits à l’intérieur de l’histoire de la religion en Pologne, et à l’extérieur, dans la perception internationale du pays concernant l’antisémitisme catholique. Trois contributions récentes à l’historiographie l’ont fait brillamment : Crosses of Auschwitz de Geneviève Zubrzycki, Przerwana żałoba de Zofia Wóycicka et Auschwitz, Poland, and the Politics of Commemoration de Jonathan Huener81.

  • 82 Jan T. Gross, Fear : Anti-semitism in Poland after Auschwitz. An essay in historical interpretation(...)
  • 83 Id., Strach : antysemityzm w Polsce tuż po wojnie. Historia moralnej zapaści, Cracovie, Znak, 2008, (...)
  • 84 Pour l’autre point de vue, celui que Gross critique, voir Łukasz Kamiński, Jan Żaryn (dir.), Wokół (...)
  • 85 La maison d’édition ZNAK vient du milieu des KIK ; à l’origine maison catholique, elle est maintena (...)

36L’autre lieu historiographique vient des études du pogrom de juifs de Kielce en juillet 1946. Une publication de Jan T. Gross, de Princeton University, a d’une part compliqué, d’autre part remis en question l’énorme littérature scientifique sur ce pogrom. Ce livre, paru en 2006 en anglais avec le titre Fear82, est sorti en polonais en 2008. L’auteur l’a traduit lui-même, mais il a fait quelques changements clés autour desquels tout un débat historiographique s’est déroulé, comprenant parmi d’autres choses le silence, sinon la complicité, de l’Église catholique en Pologne. Jan T. Gross avance dans la traduction polonaise une catégorie d’analyse qu’il appelle katoendencja (« Nationale démocratie catholique »), c’est-à-dire « un cas particulier d’un catholique et un ‘endéque’ à la fois – un prêtre catholique politisé à l’endéque et un endéque prieur qui fait le partisan »83. Selon Gross, cette catégorie ne s’applique pas seulement à certains Polonais catholiques – prêtres et laïcs – de l’après-guerre, mais davantage à une partie d’historiens polonais depuis 1989 qui ne veulent pas mettre en accusation l’Église catholique des années 1940 (et avant) pour des actions antisémites ou de la violence contre les Juifs polonais84. La question des liens entre le catholicisme et l’antisémitisme en Pologne n’est pas nouveau, mais le débat qui s’est déroulé au printemps 2008 à la suite de la publication de ce livre était tout à fait global. Il a engagé la plupart des historiens polonais, même ceux qui n’avaient rien à dire sur l’histoire du religieux, et aussi quelques évêques, y compris le cardinal Stanisław Dziwisz de Cracovie, ancien secrétaire de Jean-Paul II, qui a exprimé sa « douleur » à l’éditeur, une maison d’édition d’origine catholique85.

Conclusion

37La complexité et la dureté des débats concernant la mémoire d’Auschwitz et le livre de Jan T. Gross témoignent de l’importance de la prise en compte du contexte global du religieux en Pologne : non seulement une lutte politique et sociale des catholiques fidèles contre un État communiste athée, mais davantage un pluralisme à l’intérieur et à l’extérieur, parfois héroïque, parfois fait de compromis. On ne doit pas craindre les conséquences scientifiques de l’influence de l’Europe, des relations interconfessionnelles, des amitiés du catholicisme avec la gauche polonaise ou de l’antisémitisme officiel ou officieux.

  • 86 Bohdan Cywiński, Korzenie, op.cit., p. 320.

38À l’époque actuelle, des décennies après la chute du communisme et des années après l’entrée de la Pologne dans l’Union Européenne, l’heure est venue de dépasser l’idée Polak-katolik et les frontières nationales qui ont longtemps limité l’historiographie polonaise. Il faut, comme Bohdan Cywiński l’a écrit en 1982, reconnaître et comprendre « l’antinomie de la pureté de la foi religieuse et sa fusion avec la mentalité nationale et son enracinement dans la culture nationale »86. Le développement des historiographies anglophone et francophone sur le fait religieux polonais, soutenu par la voix toujours claire – en Pologne comme à l’étranger – de Jerzy Kłoczowski, peut conduire les historiens vers une telle ouverture. Suivant le bon modèle des médiévistes en Pologne communiste, on voit que chaque histoire du religieux peut et doit comprendre des éléments transnationaux ou internationaux : Jean-Paul II, l’œcuménisme et le Concile Vatican II n’en sont que les sujets les plus évidents.

Notes

1 Jacques LeGoff, Préface, in Jerzy Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, Le Centurion, 1987, p. 5.

2 Ceci est une paraphrase de l’excellente définition donnée par Bohdan Cywiński, Korzenie tożsamości, Rome, Papieski instytut studiów kościelnych, 1982, p. 49. Cet ouvrage est paru comme le premier tome d’une série entitulée Ogniem probowane : z dziejów najnowszych Kościoła katolickiego w Europie środkowo-wschodniej, 1982-1990.

3 Bohdan Cywiński, Korzenie, op.cit., p. 49. [Les traductions du polonais ou de l’anglais sont de l’auteur].

4 Une exception est l’œuvre de Patrick Michel, L’Église de Pologne et l’avenir de la nation, Paris, Le Centurion, 1981.

5 Par exemple, Ludwik Dembiński, « Les choix politiques des structures confessionnelles en Pologne », Revue française de science politique, 23 (3), juin 1973, p. 537-549 ; Adam Michnik, L’Église et la gauche : le dialogue polonais, Paris, Seuil, 1979 ; Bohdan Cywiński, L’Expérience polonaise, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg, 1985.

6 Krzysztof Pomian, « Religion et politique en Pologne (1945-1984) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 10, 1986, p. 83-101 ; Bogdan Szajkowski, Next to God — Poland : politics and religion in contemporary Poland, Londres, F. Pinter, 1983.

7 L’édition la plus scientifique du manuscrit de Gallus Anonymus est de Paul W. Knoll, Frank Schaer (dir.), Gesta Principum Polonorum : The Deeds of the Princes of the Poles, Budapest, Central European University Press, 2003. Le manuscrit vient probablement des années 1117- 1118. Bizarrement, il reste très peu connu dans la littérature médiéviste occidentale : « le texte n’est guère connu en dehors de la Pologne (et l’Allemagne). Il n’est jamais entré dans la constellation des grandes narrations reconnues par les médiévistes partout », Thomas N. Bisson, Préface dans Knoll, Schaer (dir.), op.cit., p. IX. Pour l’histoire de Gallus Anonymus, voir Tomasz Jasiński, O pochodzeniu Galla Anonima, Cracovie, Avalon, 2008 ; en français, Pierre David, Les sources de l’histoire de Pologne à l’époque des Piasts (963- 1386), Paris, Les belles lettres, 1934.

8 Il est impossible de ne pas citer l’ouvrage principal de Norman Davies, God’s Playground : A History of Poland, Oxford, Clarendon, 1981, 2 vol. Pour un ouvrage beaucoup plus scientifique sur la longue durée polonaise, voir Timothy Snyder, The reconstruction of nations : Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569-1999, New Haven, Yale University Press, 2003.

9 Les études clés sur les partitions sont : Jerzy Łukowski, The Partitions of Poland, 1772, 1793, 1795, Londres, Longman, 1999 ; Piotr S. Wandycz, The lands of partitioned Poland, 1795- 1918, Seattle, University of Washington Press, 1974.

10 La christologie de Mickiewicz est évidente dans la troisième partie de son grand poème Les Aïeux (Dziady), mais la formule « Christ des nations », souvent attribuée à Mickiewicz, vient en fait du comte Charles de Montalembert, un grand ami de Mickiewicz, qui fut son traducteur et son préfacier : Adam Mickiewicz, Le livre de la Nation polonaise et des pèlerins polonais, trad. Ch. de Montalembert, Paris, 1833. Sur Mickiewicz, Montalembert et la christologie romantique polonaise (liée par des liens idéologiques et personnels avec celles de Montalembert et de Lamennais), voir, par exemple, Jules Michelet, Légendes démocratiques du Nord, éd. Michel Cadot, Paris, PUF, 1968, p. 180 ; Michel Masłowski, « La synthèse religieuse de Mickiewicz », in François-Xavier Coquin, Michel Masłowski (dir.), Le verbe et l’histoire : Mickiewicz, la France et l’Europe, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2002, p. 150-165 ; Manfred Kridl, « Two Champions of a New Christianity : Lamennais and Mickiewicz », Comparative Literature, 4 : 3, 1952, p. 239-267.

11 Ces mots viennent du célèbre drame Kordian qu’il a écrit en 1834. Il faut rappeler que l’ère du romantisme polonais comprenait l’Insurrection de 1830 des Polonais contre l’empire russe : c’est par amitié pour cette insurrection perçue comme effort par la nation polonaise pour acquérir la liberté, que Lamennais et Montalembert se sont trouvés avec Mickiewicz. La parole de Słowacki ne répondait pas qu’aux Partitions, mais davantage à l’encyclique du pape Grégoire XVI, qui dénonça en 1832 dans Cum primum l’insurrection polonaise et les prêtres qui la soutenaient. Voir Otton Beiersdorf, Papiestwo wobec sprawy polskiej w latach 1772- 1864, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1960.

12 Władyslaw Abraham, Powstanie organizacji Kościoła łacińskiego na Rusi, Lwów, 1904, 2 vols ; Władysław Chotkowski, Historia polityczna Kościoła w Galicji za rządów Marii Teresy, Cracovie, 1909, 2 vols. Paradoxalement, ce ne sont pas leurs ouvrages mais plutôt celui d’un Allemand, Karl Volker, que le grand historien polonais de l’Église catholique Jerzy Kłoczowski cite comme « la plus sérieuse tentative entreprise dans ce champ [l’histoire de l’Église catholique romaine en Pologne] », Jerzy Kłoczowski, A History of Polish Christianity, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. XXIX ; Karl Volker, Kirchengeschichte Polens, Berlin, W. de Gruyter, 1930.

13 Il y a un consensus scientifique pour dire que le problème des minorités nationales (et religieuses) était fondamental pour l’entre-deux-guerres, non seulement en Pologne mais dans tous les territoires des anciens empires des Habsbourg, Hohenzollern et Romanov réorganisés après la Grande guerre. Voir Jan T. Gross, « Introduction », Revolution from abroad : the Soviet conquest of Poland’s Western Ukraine and Western Belorussia, Princeton, Princeton University Press, 1988, p. 3-16 ; Mark Mazower, « Minorities and the League of Nations in interwar Europe », Daedalus, 126 : 2, 1997, p. 47-63 ; Mark M. Mazower, « Nations, Refugees, and Territory : The Jews and the Lessons of the Nazi New Order », No Enchanted Palace : The End of Empire and the Ideological Origins of the United Nations, Princeton, Princeton University Press, 2009, p. 104-148.

14 Sur Dmowski, son front politique « démocrate-national » (Narodowa Demokracja, ou endecja) et l’antisémitisme, voir Olaf Bergmann, Narodowa Demokracja wobec problematyki żydowskiej w latach 1918-1929, Poznań, Wyd. Poznańskie, 1998. Une excellente étude des racines de ce phénomène avant la Grande Guerre : Grzegorz Krzywiec, Szowinizm po polsku. Przypadek Romana Dmowskiego (1886-1905), Varsovie, IH PAN-Neriton, 2009.

15 Roman Dmowski, La question polonaise, trad. par V. Gasztowtt, Paris, A. Colin, 1909 ; Id., Polityka polska i odbudowanie państwa, Varsovie, Perzyński, Niklewicz i s-ka, 1925 ; Id., Kościół, naród i państwo, Varsovie, Obóz Wielkiej Polski, 1927.

16 Kazimierz Chodynicki, Kościół prawosławny a Rzeczpospolita Polska : zarys historyczny, 1370-1632, Varsovie, Kasa im. Mianowskiego, 1934 ; Eugeniusz Sakowicz, Kościół prawosławny w Polsce w epoce Sejmu Wielkiego, 1788-1792, Varsovie, Warszawska Metropolia Prawosławna, 1935 ; Janusz Woliński, Polska i kościół prawosławny : zarys historyczny, Lwów, Zakład narodowy im. Ossolińskich, 1936.

17 Wacław Studnicki, Kościół ewangelicko-reformowany w Wilnie : historia, organizacja, świątynia, Vilnius, Wyd. Wileńskiego Synodu ewangelicko-reformowanego, 1935 ; S. Grelewski, Wyznania protestanckie i sekty religijne w Polsce wspólczesnej, Lublin, Diecezjalny Zakład Graficzno-Drukarski, 1937.

18 Voir Jan T. Gross, « Introduction », Revolution from abroad, op.cit.

19 Władysław Deptuła, Akcja Katolicka a chrześcijański ruch robotniczy w Polsce, Lublin, [s.n.], 1934 ; Marian Pirożyński, Statystyka Kościoła w Polsce, Lublin, Uniwersytet, 1935 ; Marian Pirożyński, Zakony żeńskie w Polsce, Lublin, Uniwersytet, 1935.

20 Les ouvrages fondamentaux sur la naissance et le développement de l’intelligentsia polonaise sont : Maciej Janowski, Jerzy Jedlicki, Magdalena Micińska, Dzieje inteligencji polskiej do roku 1918, Varsovie, IH PAN – Neriton, 2008, 3 vol.

21 Sur cette génération de penseurs polonais marxistes ou marxisants, Marci Shore, Caviar and Ashes : A Warsaw Generation’s Life and Death in Marxism, 1918-1968, New Haven, Yale University Press, 2006.

22 Marcin Przeciszewski, « L’association catholique de la jeunesse académique ‘Odrodzenie’. Aperçu historique », Revue du Nord, 70, 1988, p. 333-347.

23 Sur les KIK, il y a un excellent livre en polonais et deux thèses inédites en anglais : Andrzej Friszke, Oaza na Kopernika. Klub Inteligencji Katolickiej, 1956-1989, Varsovie, Biblioteka WIĘZI, 1997 ; Christina Manetti, Sign of the Times : The Znak Circle and Catholic Intellectual Engagement in Communist Poland, 1945-1976 , thèse de doctorat, University of Washington, 1998 ; Stefania Szlek-Miller, Church/State Relations in Poland, 1956-1970 : The ‘Znak’ Group, ‘Priests’ or ‘Jesters’ ?, thèse de doctorat, University of Toronto, 1976.

24 Un des auteurs les plus prolifiques de ce front était Jędrzej Giertych, qui publiait et diffusait ses propres ouvrages à Londres. Voir, par exemple, Pół wieku polskiej polityki : uwagi o polityce Dmowskiego i polityce polskiej lat 1919-1939, Londres, [s.n.], 1947 ; et Tysiąc lat historii polskiego narodu, Londres, J. Giertych, 1986.

25 Ou bien ils sont partis à l’étranger, comme le grand médiéviste de Vilnius, le père Walerian Meysztowicz. Ses principaux ouvrages publiés en exil sont : W. Meysztowicz, L’Église catholique en Pologne entre les deux guerres (1919-1939), Vatican, [s.n.], 1944 ; Id., La Pologne dans la chrétienté, coup d’œil sur mille ans d’histoire (966-1966), Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1966.

26 Pour une brève introduction à l’histoire de la KUL depuis la Deuxième Guerre mondiale, voir Stefan Sawicki, « Katolicki uniwersytet w komunistycznym pańswie », Więź, 12 (410), 1992, p. 45-53.

27 L’histoire de ce dialogue reste peu étudiée. Pour son contexte international, Philippe Chenaux, « Christianisme et marxisme », L’Église catholique et le communisme en Europe (1917-1989) : de Lénine à Jean-Paul II, Paris, Éditions du Cerf, 2009, p. 297-320 ; sur les KIK, Piotr H. Kosicki, « L’avènement des intellectuels catholiques : Le mensuel Więź et les conséquences polonaises du personnalisme mounierien », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009, p. 31-47.

28 Par exemple, sur la Silésie, Aleksander Rogalski, Kościół katolicki na Śląsku : studia nad dziejami diecezji wrocławskiej, Varsovie, PAX, 1955 ; sur la Masurie, Aleksander Rogalski, Kościół katolicki na Warmii i Mazurach, Varsovie, PAX, 1956 ; sur les régions de Lublin et de Podlasie, Franciszek Stopniak, Kościół na Lubelszczyźnie i Podlasiu na przełomie XIX i XX wieku, Varsovie, Akademia Teologii Katolickiej, 1975 ; sur la région de Płock, Ryszard Bender, « Z Życia diecezji płockiej w latach 1914-1939 », Studia Płockie, 3, 1975, p. 359- 375.

29 Aleksander Gieysztor, « Les Paliers de la pénétration du christianisme en Pologne aux Xe et XIe siècles », in Studi di onore di Amintore Fanfani, 1e vol, Milano, A. Giuffrè, 1962, p. 329- 367 ; Aleksander Gieysztor, La Pologne et l’Europe au Moyen âge, Varsovie, PWN, 1963 ; Aleksander Gieysztor, Stanisław Herbst, Bogusław Leśnodorski, Le Millénaire de la Pologne, Varsovie, Éditions « Polonia », 1964, 3e éd ; Aleksander Gieysztor, « Die Herrschaft der Piasten in Gnesen », Bohemia, 40, 1999, p. 79-86.

30 Tadeusz Manteuffel, Aleksander Gieysztor (dir.), L’Europe aux IXe-XIe siècles : aux origines des états nationaux, Varsovie, PWN, 1968 ; T. Manteuffel, Średniowiecze powszechne do schyłku XV wieku, próba syntezy, Varsovie, PWN, 1958 ; Id., The Formation of the Polish State : The Period of Ducal Rule, 963-1194, Detroit, Wayne State University Press, 1982.

31 Sur les effets du stalinisme et de la soviétisation de l’Europe centrale et orientale sur les universités polonaises, voir l’ouvrage remarquable de John Connelly, Captive University : the Sovietization of East German, Czech, and Polish higher education, 1945-1956, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.

32 Wiesław Mysłek, Kościół katolicki w Polsce w latach 1918-1939 : zarys historyczny, Varsovie, Książka i Wiedza, 1966 ; Stanisław Markiewicz, Kościół rzymskokatolicki a państwa socjalistyczne, Varsovie, Książka i Wiedza, 1974. Mysłek a ainsi consacré tout un livre à la question clé du dialogue entre le marxisme et le catholicisme, paru dans l’année de l’élection du cardinal Karol Wojtyła comme pape : Socjalizm i katolicyzm : polskie spotkanie w dialogu, Varsovie, Krajowa Agencja Wydawnicza, 1978.

33 Stefan Swieżawski, Zagadnienie historii filozofii, Varsovie, PWN, 1966 ; Id., Między średniowieczem a czasami nowymi : sylwetki myślicieli XV wieku, Varsovie, Biblioteki WIĘZI, 1983 ; Id., Les intentions premières et les intentions secondes chez Jean Duns Scot, Paris, Vrin, 1935 ; Id., Histoire de la philosophie européenne au XVe siècle, Paris, Beauchesne, 1990.

34 Strzeszewski, un historien de la philosophie et de la théologie catholiques, est de la même génération que Swieżawski ; Bender était un de ses étudiants. Strzeszewski était l’expert en Pologne de la doctrine sociale de l’Église catholique, et il a travaillé avec Ryszard Bender et Konstanty Turowski sur une histoire très approfondie et très détaillée du catholicisme social : Czesław Strzeszewski, Ryszard Bender, Konstanty Turowski (dir.), Historia katolicyzmu spolecznego w Polsce 1832-1939, Varsovie, ODiSS, 1981. Voir également Czesław Strzeszewski, Katolicka nauka społeczna, Varsovie, ODiSS, 1985 ; Ryszard Bender (dir.), Słownik biograficzny katolicyzmu społecznego w Polsce, Varsovie, ODISS, 1991-1995, 3 vol ; sur l’engagement politique des chrétiens polonais au XIXe siècle, Ryszard Bender, Chrześcijanie w polskich ruchach demokratycznych XIX stulecia, Varsovie, ODISS, 1975.

35 L’œuvre scientifique de Kłoczowski – y compris la direction de plusieurs travaux collectifs – est énorme. En français, La Pologne dans l’Église médiévale, Aldershot, Variorum, 1993 ; Id., « Les christianismes dans l’Europe du Centre-Est », in Jean-Marie Mayeur (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, Desclée, 2000, p. 385-425. En polonais, (dir.), Chrześcijaństwo w Polsce : zarys przemian 966-1979, Lublin, TN KUL, 1992 ; Id., Czesław Pest, Wojciech Polak (dir.), Milenium Synodu-Zjazdu Gnieźnieńskiego, Lublin, Instytut Europy Środkowo-Wschodniej, 2001 ; Id., « Średniowiecze i Rzeczpospolita », Id., Lidia Müllerowa, Jan Skarbek, Zarys dziejów Kościoła katolickiego w Polsce, Cracovie, Znak, 1986.

36 Pour l’original, voir Jerzy Kłoczowski, Dzieje chrześcijaństwa polskiego, Paris, « Nasza Rodzina », 1987 ; pour la traduction anglaise, A History of Polish Christianity, op.cit. Il y a quelques ouvrages collectifs qui tentent de traiter cette longue durée, mais tout en se limitant au « catholicisme » plutôt qu’au « christianisme » : par exemple, Marian Rechowicz (dir.), Księga tysiąclecia katolicyzmu w Polsce, Lublin, TN KUL, 1969, 3 vols.

37 Parmi les textes parus avant 1989, voir L. Bieńkowski, « Organizacja Kościoła Wschodniego w Polsce », in Wiesław Müller (dir.), Kościół w Polsce, II, Cracovie, Znak, 1969, p. 781- 1049 ; B.R. Bociurkiv, « The Church and the Ukrainian Revolution : The Central Rada Period », in Taras Hunczak (dir.), The Ukraine 1917-1921. A study in revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1977, p. 220-246. L’ouvrage clé de l’après-1989 est Zbigniew Wojewoda, Zarys historii Kościoła greckokatolickiego w Polsce w latach 1944-1989, Cracovie, Nomos, 1994.

38 Voir surtout Jerzy Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, op.cit.

39 Jerzy Kłoczowski, A Modern History of Christianity, op.cit., p. XXVII. Sur l’entrée de la Pologne dans l’historiographie francophone, voir également Marcin Kula, Mimo wszystko bliżej Paryża niż Moskwy, Varsovie, Wydawnictwo Uniwersytetu, 2010.

40 Karol Modzelewski, L’Europe des barbares : Germains et Slaves face aux héritiers de Rome, Paris, Aubier, 2006.

41 Bronisław Geremek, Les Marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976 ; Id., Les fils de Caïn : l’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne du XVe au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1991.

42 Karol Modzelewski, Jacek Kuroń, Lettre ouverte au Parti ouvrier polonais, Paris, F. Maspero, 1969.

43 Bohdan Cywiński, Rodowody niepokornych, Varsovie, Biblioteka WIĘZI, 1971.

44 Adam Michnik, op.cit., p. 10.

45 La maison d’édition Odnowa, venant du milieu des exilés démocrates-chrétiens polonais (Stronnictwo Pracy, ou le Parti chrétien du Travail polonais), dirigée depuis sa fondation par Jerzy Kulczycki, était le lieu principal de ces publications. Voir Jerzy Braun, Ekumenizm w uchwałach soboru i w okresie posoborowym, Londres, Odnowa, 1968 ; Dominik Morawski, Pomost na Wschód : obserwacje i refleksje watykanisty, Londres, Odnowa, 1991.

46 Voir note 24.

47 Parfois aussi à Fribourg ou à Rome – voir ainsi les excellents ouvrages de Bohdan Cywiński sur le christianisme en Europe centrale et orientale et sur le fait religieux en Pologne communiste : Bohdan Cywiński, Korzenie tożsamości, op.cit. ; L’Expérience polonaise, op.cit.

48 Quant à Solidarité et ses liens avec le religieux en Pologne, il y a un livre notable qui s’inscrit dans la tradition des travaux scientifiques venant de l’engagement politique et social. En presentant Solidarité à la fois en tant que mouvement social et « éthique », le père Józef Tischner, philosophe connu sur le plan international, disciple de Roman Ingarden, harmonise la tradition chrétienne de la Pologne avec le nouveau phénomène ouvrier de Solidarité. Józef Tischner, Éthique de Solidarité, Limoges, A. Ardant, 1983.

49 Jerzy Kłoczowski, Charles Molette, Maria Krystyna Rottenberg, Sources franco-polonaises d’histoire religieuse, Paris, Centre de Recherches d’Histoire Religieuse-Association des Archivistes de l’Église de France, 1975-1982, 3 vol. ; Les Contacts religieux franco-polonais du Moyen âge à nos jours : relations, influences, images d’un pays vu par l’autre, Paris, Éd. du Dialogue-CNRS, 1985 ; Gaston Bordet, La Pologne, Lamennais et ses amis, 1830-1834, Paris, Éd. du Dialogue-CNRS, 1985.

50 Vincent C. CHRYPINSKi, « Church and Nationality in Postwar Poland », in Pedro Ramet (dir.), Religion and nationalism in Soviet and East European Politics, Durham, Duke University Press, 1984, p. 241-263 ; Sabrina P. Ramet, Cross and Commissar : the politics of religion in Eastern Europe and the USSR, Bloomington, Indiana University Press, 1987.

51 Plus scientifique, même s’il ne pouvait pas s’appuyer sur de nombreuses sources primaires : Georges Castellan, « Dieu garde la Pologne ! » : histoire du catholicisme polonais, 1795- 1980, Paris, Robert Laffont, 1981 ; Bogdan Szajkowski, Next to God — Poland, op.cit.

52 Antoni Dudek, Państwo i Kościół w Polsce, 1945-1970, Cracovie, PiT, 1995 ; Antoni Dudek, Ryszard Gryz, Komuniści i Kościół w Polsce (1945-1989), Cracovie, Znak, 2003. « La singularité polonaise était déterminée par plusieurs facteurs, parmi lesquels on peut mentionner l’enracinement dans la conscience sociale du rôle particulier, suprareligieux de l’Église comme un des garants de l’identité nationale ; le mépris universel pour la politique athéisante du parti communiste ; enfin la faiblesse effective du POUP, dont la direction, malgré son pouvoir sur l’appareil de l’État ainsi que les moyens de communication de masse, n’a jamais réussi à faire rayonner l’idéologie matérialiste même parmi la majorité de ses propres membres », Dudek, Gryz, Kominiści, op.cit., p. 5.

53 Surtout son ouvrage sur la police secrète et le primat polonais, le cardinal Stefan Wyszyński : Wiesław Jan WYSOCKi, Osaczenie Prymasa : Kardynał Stefan Wyszyński jako ‘podopieczny’ aparatu bezpieczeństwa w latach 1953-1956, Varsovie, Rytm, 2002.

54 Jan Żaryn, Kościół a władza w Polsce : 1945-1950, Varsovie, DiG, 1997 ; Id., Dzieje Kościoła katolickiego w Polsce (1944-1989), Varsovie, Neriton-IH PAN, 2003.

55 Voir surtout Antoni Dudek, Ryszard Gryz, Komuniści, op.cit., p. 449.

56 Piotr Madajczyk, Na drodze do pojednania : wokół orędzia biskupów polskich do biskupów niemieckich z 1965 roku, Varsovie, PWN, 1994 ; Antoni Dudek, « Orędzie i Milenium (1965- 1966) », in Dudek, Komuniści, op.cit., p. 181-211 ; Basil Kerski, Tomasz Kycia, Robert Żurek, « Przebaczamy i prosimy o przebaczenie » : orędzie biskupów polskich i odpowiedź niemieckiego episkopatu z 1965 roku. Geneza — kontekst — spuścizna, Olsztyn, Borussia, 2006 ; Wojciech Kucharski, « Prawdziwa bomba. Jak powstawało Orędzie biskupów polskich do biskupów niemieckich », Więź, 1 (614), 2010, p. 123-132.

57 Pour un regard plus critique venant de l’historiographie anglophone, voir Piotr H. Kosicki, « Caritas across the Iron Curtain ? Polish-German Reconciliation and the Bishops’ Letter of 1965 », East European Politics and Societies, 2009, p. 213-243.

58 Zbigniew Wojewoda, Zarys historii, op. cit., Cracovie, Nomos, 1994 ; Kazimierz Urban, Kościół prawosławny w Polsce w latach 1944-1956 : studia i materiały, Cracovie, Nomos, 1998.

59 Andrzej Friszke, Oaza na Kopernika, op.cit.

60 Andrzej Szostek (dir.), Nauka i wiara. 80 lat Katolickiego Uniwersytetu Lubelskiego, Lublin, Red. Wydawnictw KUL, 1999.

61 Konrad Białecki (dir.), Władze wobec Kościołów i związków wyznaniowych w Wielkopolsce w latach 1945 – 1956, Poznań, IPN, 2008 ; Milena Przybysz, Wyspy wolności : duszpasterstwo akademickie w Łodzi, 1945-1989, Łódź, IPN, 2008

62 Il a rédigé une collection de documents passionnants comprenant toute l’époque de la Pologne communiste : Peter Raina, Kościół w PRL : Kościół Katolicki a państwo w świetle dokumentów, 1945-1989, Poznań, W Drodze, 1994-1995, 2 vol.

63 Id., Troska o internowanych : interwencje Abp. Dąbrowskiego u gen. Kiszczaka, Varsovie, Wyd. von borowiecky, 1999 ; Id., Wizyty apostolskie Jana Pawła II w Polsce : rozmowy przygotowawcze Watykan-PRL-Episkopat, Varsovie, Książka Polska, 1997 ; Id., Droga do « Okrągłego Stołu » : zakulisowe rozmowy przygotowawcze, Varsovie, Wyd. von borowiecky, 1999.

64 Tadeusz Isakowicz-Zaleski, Księża wobec bezpieki na przykładzie Archidiecezji Krakowskiej, Cracovie, Znak, 2007, p. 14.

65 Ibidem, p. 8.

66 Mieczysław Niepsuj, Lettre à Tadeusz Isakowicz-Zaleski, 3 novembre 2006, in Ibidem, p. 490-492.

67 Bernard Lecomte, Le pape qui fit chuter Lénine. La Verité l’emportera toujours sur le mensonge, Tours, CLD, 2007 ; George Weigel, Witness to hope : the biography of Pope John Paul II, New York, Cliff Street Books, 1999 ; André Frossard, N’ayez pas peur ! Dialogue avec Jean-Paul II, Paris, Robert Laffont, 1982 ; G.H. Williams, The Mind of John Paul II, New York, Seabury Press, 1981. En polonais, un ouvrage qui n’est pas facile à obtenir mais qui est approfondi par des témoignages personnels venant d’une longue amitié avec Jean-Paul II : Adam Boniecki, Kalendarium życia Karola Wojtyły, Cracovie, Znak, 1983.

68 Marek Lasota, Donos na Wojtyłę. Karol Wojtyła w teczkach bezpieki, Cracovie, Znak, 2006.

69 Sur Wyszyński : Ewa K. Czaczkowska, Kardynał Wyszyński, Varsovie, Świat Książki, 2009 ; Adam Dziurok, Wiesław Jan WYSOCKi (dir.), Kościół i Prymas Stefan Wyszyński : 1956-1966, Katowice, Societas Vistulana, 2008. Sur Popiełuszko, Ewa K. Czaczkowska, Tomasz Wiścicki, Ksiądz Jerzy Popiełuszko, Varsovie, Świat Książki, 2004. En français, l’analyse fondamentale de l’assassinat de Popiełuszko reste Patrick Michel, Georges Mink, Mort d’un prêtre : l’affaire Popiełuszko, analyse d’une logique normalisatrice, Paris, Fayard, 1985.

70 Le travail remarquable du point de vue des deux thèmes est celui de Bohdan Cywiński, « Ekologia misji », Korzenie tożsamości, op.cit., p. 300-320.

71 James E. Bjork, Neither German nor Pole : Catholicism and national indifference in a Central European borderland, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2008.

72 Idesbald Goddeeris, « Exiles’ strategies for lobbying in international organisations : Eastern European participation in the Nouvelles Équipes Internationales », European Review of History – Revue européenne d’histoire, 11 : 3, 2004, p. 383-400.

73 Piotr H. Kosicki, « Caritas across the Iron Curtain ? », op.cit. ; Id., « L’avènement des intellectuels catholiques », op.cit. Son ouvrage de synthèse est Piotr Kosicki, Between catechism and revolution : Poland, France, and the story of Catholicism and socialism in Europe, 1878-1958, thèse de doctorat, Princeton University, 2011.

74 Robert Alvis, Religion and the rise of nationalism : a profile of an East-Central European city, Syracuse, Syracuse University Press, 2005.

75 Mikołaj Stanisław Kunicki, The Polish Crusader : The Life and Politics of Bolesław Piasecki, 1915-1979, thèse de doctorat, Stanford University, 2004 ; Id., Between the Brown and the Red. Nationalism, Catholicism, and Communism in Twentieth-Century Poland, Athens, Ohio University Press & Swallow Press, 2012.

76 Neal Pease, Rome’s Most Faithful Daughter : The Catholic Church and Independent Poland, 1914-1939, Athens, Ohio University Press, 2009.

77 Damien Thiriet, « Marx et Marie : communisme et Église à Częstochowa à l’apogée du stalinisme », Chrétiens et sociétés : XVIe-XXe siècles, 2004, p. 81-109.

78 Brian Porter, « The Catholic Nation : Religion, Identity, and the Narratives of Polish History », The Slavic and East European Journal, mars 2001, 289-299 ; Id., « Anti-Semitism and the Search for a Catholic Modernity », in Robert Blobaum (dir.), Antisemitism and its opponents in modern Poland, Ithaca, Cornell University Press, 2005, p. 103-123. Brian Porter-Szűcs, Faith and Fatherland : Catholicism, Modernity, and Poland, Oxford, Oxford University Press, 2011.

79 Par exemple : Artur Eisenbach, The emancipation of the Jews in Poland, 1780-1870, Oxford, B. Blackwell, 1991 ; Gershon D. Hundert (dir.), Jews in early modern Poland, Londres, Littman Library of Jewish Civilization, 1997 ; Ezra Mendelsohn, Jews of East Central Europe between the world wars, Bloomington, Indiana University Press, 1983 ; Daniel Tollet, Histoire des juifs en Pologne : du XVIe siècle à nos jours, Paris, PUF, 1992.

80 Pour un traitement plus global de l’antisémitisme en Pologne, voir l’ouvrage collectif : Robert Blobaum (dir.), Antisemitism and its opponents in modern Poland, op.cit.

81 Geneviève Zubrzycki, The crosses of Auschwitz : nationalism and religion in postcommunist Poland, Chicago, University of Chicago Press, 2006 ; Zofia Wóycicka, Przerwana żałoba : polskie spory wokół pamięci nazistowskich obozów koncentracyjnych i zagłady, 1944-1950, Varsovie, Trio, 2009 ; Jonathan Huener, Auschwitz, Poland, and the Politics of Commemoration, 1945-1979, Athens, Ohio University Press, 2003.

82 Jan T. Gross, Fear : Anti-semitism in Poland after Auschwitz. An essay in historical interpretation, New York, Random House, 2006.

83 Id., Strach : antysemityzm w Polsce tuż po wojnie. Historia moralnej zapaści, Cracovie, Znak, 2008, p. 185 n. 26.

84 Pour l’autre point de vue, celui que Gross critique, voir Łukasz Kamiński, Jan Żaryn (dir.), Wokół pogromu kieleckiego, Varsovie, IPN, 2006-2008, 2 vol. Afin de monter une contre-offensive contre la publication de Jan T. Gross, l’IPN a fait sortir dans sa maison d’édition, la traduction d’un livre paru aux États-Unis qui reste marginal dans l’historiographie anglophone : Marek Jan Chodakiewicz, After the Holocaust : Polish-Jewish conflict in the wake of World War II, Boulder, East European Monographs, 2003, traduit en polonais Po zagładzie : stosunki polsko-żydowskie, 1944-1947, Varsovie, IPN, 2008.

85 La maison d’édition ZNAK vient du milieu des KIK ; à l’origine maison catholique, elle est maintenant une des principales maisons d’édition en Pologne. Le cardinal écrivait : « Votre tâche est de nourrir la verité sur l’histoire, non de réveiller les démons de l’antipolonisme et l’antisémitisme en même temps. Votre maison d’édition pourrait démontrer plus de sagesse dans la sélection des livres présentés au lecteur polonais, également en raison du legs éthique laissé par ses fondateurs. Vos racines chrétiennes, d’où vient tout votre passé comme éditeur, vous le demandent ». Stanisław Dziwisz, Lettre à Henryk Woźniakowski, 12 janvier 2008.

86 Bohdan Cywiński, Korzenie, op.cit., p. 320.

Auteur

Spécialiste en histoire du religieux, des idées et des réseaux transnationaux en Europe au XXe siècle (surtout la Pologne et la France). Docteur ès sciences historiques de Princeton University, il travaille actuellement sur un livre intitulé Between Catechism and Revolution : Catholic Europe and the Social Question, 1878-1991. Il est New Faculty Fellow and Lecturer en Histoire à l’Université de Virginie comme ACLS et directeur-adjoint du Centre pour les études de Russie, Europe orientale et Eurasie.

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search