Version classiqueVersion mobile

Le monde de l’histoire religieuse

 | 
Jean-Dominique Durand

Église contre culture

Passé, Présent et Futur de l’histoire de la religion aux Pays-Bas

Joris Van Eijnatten
Traduction de Claire Durand

Résumé

L’histoire religieuse et culturelle des Pays-Bas s’est peu à peu détachée de l’histoire ecclésiastique confessionnelle, où chaque Église développait sa propre histoire. Cette évolution est cependant, selon Joris Van Eijnatten, encore mise en question dans le monde universitaire et elle se fait dans un contexte de désintérêt grandissant pour l’histoire religieuse.

Texte intégral

1Cet article offre une brève réflexion sur la situation de l’histoire de l’Église et de l’histoire religieuse aux Pays-Bas. Je ne me suis pas restreint à une simple description factuelle, car les faits doivent être interprétés, évalués et mis en contexte. En découlent donc quatre interprétations : premièrement une explication de la nature complexe du passé religieux néerlandais ; deuxièmement, une reconstruction des traditions dans l’histoire de l’Église et l’histoire religieuse ; troisièmement une évaluation du cadre institutionnel au sein duquel ces disciplines sont maintenant enseignées ; quatrièmement, une estimation des futurs développements. Le leitmotiv de cet essai est la différence, et dans une certaine mesure l’opposition, entre l’histoire ecclésiastique ou de l’Église d’une part, et l’histoire culturelle ou religieuse d’autre part. Ce contraste est caractéristique de développements dans ce domaine depuis les dernières décennies.

Quelle religion ?

2Quiconque lit sur l’histoire ecclésiastique des Pays-Bas se pose la question « quelle Église exactement ? » La diversité religieuse des Pays-Bas est presque proverbiale. La nature complexe de l’histoire de l’Église et de la religion aux Pays-Bas peut en partie être expliquée par la politique. La connaissance standard tirée des manuels est que la République Hollandaise vit le jour avec la Guerre des Quatre-vingts ans ou la Révolte néerlandaise contre le conquérant espagnol, et que cela a eu des implications importantes sur la religion. Les Provinces-Unies (officiellement la « République des Sept Pays-Bas-Unis) étaient une fédération de sept provinces souveraines indépendantes, ou « États », unis sur la base de l’Union d’Utrecht en 1579, un document surtout dû à une mesure d’urgence pendant la Révolte. Sous l’Union, qui a fonctionné comme la Constitution de la République jusqu’en 1795, chacune des sept provinces a exprimé sa préférence pour le calvinisme. Cependant la République n’avait pas formellement de religion d’État. L’Église réformée était une Église « publique », la seule à avoir un accès complet au domaine public, c’est-à-dire la possibilité de jouir de la liberté de religion et du soutien officiel des autorités civiles. Cette religion calviniste orthodoxe a été définie lors du Synode de Dordrecht en 1618-1619.

  • 1 Benjamin J. Kaplan, Divided by faith. Religious conflict and the practice of toleration in early mo (...)

3En même temps l’Union a précisé dans son article 13 que chaque individu était libre de choisir sa religion. Les personnes ne sont pas forcées d’entrer dans l’Église publique. L’arrangement politico-religieux a été confirmé lors de la Grande Réunion de 1651, qui a ratifié l’Union, suite au traité de Westphalie, un accord sur les affaires Européennes. Cela a été ensuite la base politique pour la fameuse politique libérale néerlandaise. Il est important de reconnaître que la tolérance de la République n’était ni unique, ni un principe : au mieux, elle reflétait une approche pragmatique que l’on peut retrouver au cours de l’histoire moderne européenne1. Mais cette mesure est relativement large, ainsi que le degré avec lequel elle était exercée. Les groupes protestants en particulier en ont bénéficié, à différents degrés, selon leur dénomination spécifique ; les catholiques romains beaucoup moins.

4Les Provinces-Unies ont été abolies, ainsi que l’Église publique, en 1795 ; sous le nouvel État-Nation fondé pendant la période Napoléonienne, la diversité religieuse qui a existé pendant plus de deux siècles a été mesurée pour la première fois. Le recensement de 1809 montre combien l’histoire des Églises néerlandaises est complexe – nous discuterons ci-après l’influence que cela a eu sur l’historiographie néerlandaise.

5À l’issue de l’Ancien régime, la répartition religieuse quantifiée en 1809, incluait une grande Église Réformée Calviniste, comprenant environ 55 % de la population. Une Église calviniste dissidente, la Fraternité remonstrante, représentait le parti qui a perdu au Synode de Dordrecht. Les Églises wallonnes ont toujours été vues comme une extension de l’Église publique, à laquelle les Huguenots se rattachaient. Il y avait aussi des assemblées mennonites (appelées vermaningen, ce qui veut dire littéralement « admonestation »). L’Église luthérienne a longtemps fonctionné comme une Église d’immigrants, ses membres étant plus ou moins assimilés à la société néerlandaise. Mises ensemble, ces Églises ne représentaient pas plus de 5 % de la population néerlandaise, les juifs en représentaient environ 1,8 %. Enfin il y avait deux Églises catholiques : l’Église catholique romaine, réduite à une très importante minorité (environ 38 % de la population) et le « vieux clergé épiscopal », (connu plus tard comme les « Vieux catholiques »), un groupe mineur avec des sympathies jansénistes, qui se considérait lui-même comme faisant partie de la communauté catholique (romaine). Un résumé de la situation en 1809 nous est donné dans le tableau 1.

Tableau I. Répartition de la population selon la religion, 1809

Année

1809

Population

2 205 505

Catholiques

38,3 %

Reformés

55,5 %

Mennonites

1,4 %

Luthériens

2,8 %

Remonstrants

0,2 %

Juifs

1,8 %

6Après la séparation de l’Église et de l’État à la suite de l’invasion française de 1794-1795, toutes les confessions jouissaient de la liberté de culte. Il a en réalité fallu attendre 1848 (et après) pour que les différentes Églises prennent possession du domaine public. Les catholiques par exemple ont été pendant longtemps confrontés à l’interdiction des monastères et des processions. Ils n’ont pu réinstaller une réelle hiérarchie de l’Église (la structure épiscopale) qu’après 1853, à la suite de la Constitution libérale de 1848. La garantie constitutionnelle de la liberté religieuse a permis le développement des Églises « libres ». Par conséquent à la fin du XIXe siècle ce qui avait été auparavant l’Église Réformée « publique » a connu cinq schismes majeurs et des sous-schismes, aboutissant en autant d’Églises, voire plus par la suite. Le tableau II donne une vision simplifiée de la situation en 1909. Les principales scissions ont eu lieu en 1834 (Afscheiding ou « Sécession ») et en 1886 (la Doleantie ou « Protestation »). De nombreux calvinistes orthodoxes, sécessionnistes et aussi membres de l’Église Réformée, se sont auto-dénommés gereformeerd (signifiant « reformés »). Le principal courant de l’Église Réformée s’est appelé lui-même hervormd (ce qui veut aussi dire « reformés »). Par la suite hervormd signifiera la principale Église réformée du XIXe siècle ; gereformeerden fera référence aux Réformés orthodoxes, à la fois au sein et en dehors de cette Église.

Tableau II. Division de la population selon la confession religieuse, 1909

Année

1909

Population

5 858 175

Catholiques

35,2 %

Principale Reformée (hervormd)

44,3 %

Sécessionistes (gereformeerd)

9,7 %

Mennonites

1,1 %

Luthériens

1,7 %

Remonstrants

0,5 %

Juifs

1,8 %

7Depuis 1909 le champ religieux a considérablement changé aux Pays-Bas, mais cet essai n’a pas pour but de rappeler l’histoire en détail. Il est suffisant de remarquer que, premièrement, les divisions entre les principales Églises telles que montrées dans le tableau II sont restées intactes jusqu’aux années 1960 ; deuxièmement, après les années 1960 les Pays-Bas, si stables du point de vue religieux, sont devenus l’un des pays les plus laïcs d’Europe occidentale ; troisièmement, la croyance religieuse, où qu’elle soit arrivée après les années 1960, s’est partiellement développée hors des Églises traditionnelles. L’intérêt pour le « New Âge » ainsi que pour les religions asiatiques a grandi pendant les années 1970 et 1980, tout comme le spiritualisme ; l’islam, religion d’Afrique du nord et des immigrants turcs, devint un facteur de plus en plus important. Au sein des principales Églises chrétiennes les néo-orthodoxies ont crû alors que les mouvements évangéliques et Pentecôtistes ont eu de plus en plus de succès. C’est dans ce contexte que l’histoire culturelle surgit, comme une approche en adéquation avec le passé religieux néerlandais.

Quel passé ?

  • 2 Otto J. de Jong, Nederlandse kerkeschiedenis, Nijkerk, Callenbach, 1972.

8La contribution la plus répandue sur le passé religieux néerlandais est la Nederlandse kerkgeschiedenis (Histoire de l’Église néerlandaise) par l’historien de l’Église Otto J. de Jong2. La première édition a été publiée en 1972, puis elle a été rééditée en 1978 et en 1986. Avant de parcourir cette référence de l’historiographie religieuse contemporaine des Pays-Bas, il serait utile de discuter brièvement celles qui précèdent.

  • 3 Peter vanrooden, Religieuze regimes. Over godsdienst en maatschappij in Nederland, 1570- 1990, Amst (...)

9L’histoire de l’Église contemporaine commence, avant toute autre chose, avec la Geschiedenis der Nederlandsche hervormde kerk (Histoire de l’Église Réformée néerlandaise), une étude historique monumentale en quatre volumes, publiée entre 1819 et 1827. Elle a été écrite par deux théologiens hervormde, Annaeus Ypeij (1760-1837) et Isaac Dermout (1777-1867). La nouveauté de ce portrait de l’histoire ecclésiastique par rapport à la Réforme du début du XIXe siècle est sa focalisation sur la piété et la foi des croyants individuels, partie prenante de la formation des Églises3. Ypeij et Dermout réfutent l’argument selon lequel l’Église dominait aux XVIIe et XVIIIe siècles. Alors que les historiens de l’Église moderne ont étudié une accumulation, soutenue par le gouvernement, de rites, synodes, recueils et doctrines en tant que sources de légitimité ecclésiastique, Ypeij et Dermout ont porté leur attention sur le religieux interne et la structuration morale des croyants individuels. Les croyances sincères d’hommes et de femmes éduqués ont inévitablement conduit à une structure institutionnelle appropriée aux personnes qui l’ont initiée. Ils en ont trouvé des preuves dans la Réforme, qui a finalement donné naissance à l’Église Protestante au niveau national. Cependant l’opportunité d’établir une Église fondée sur les cœurs et les esprits de la population néerlandaise s’est évanouie avec le Synode de Dordrecht. Ypeij et Dermout ont considéré le synode calviniste comme une imperfection dans l’histoire de l’Église car il a échoué à garantir l’unité de la chrétienté au sein de la nation néerlandaise. Il a sacrifié la sagesse de croyances sincères et profondes pour des doctrines compliquées, soutenues par une institution synodale. Ypeij et Dermout ont intégré la chute de l’Ancien régime. Les Pays-Bas au XIXe siècle, pensaient-ils, ont tout à fait rempli les conditions pour développer une vaste Église réellement libérale. Notant une caractéristique morale de l’histoire religieuse néerlandaise, ils pensaient que les Néerlandais étaient particulièrement sensibles aux idées de liberté, tolérance, piété et éducation. Si le Synode de Dordrecht a gelé les développements positifs vers l’unification de la religion et de l’Église au niveau national, il leur incombait de rectifier la tendance historique.

  • 4 Willem Moll, Kerkgeschiedenis van Nederland vóór de hervorming, Arnhem, Utrecht, 1864- 1871 ; Regne (...)
  • 5 Jan Kuiper, Geschiedenis van het godsdienstig en kerkelijk leven van het Nederlandsche volk (100 v. (...)
  • 6 Johannes Reitsma, Geschiedenis van de Hervorming en de Hervormde Kerk der Nederlanden, Groningen, J (...)
  • 7 Jakob Loosjes, Geschiedenis der Luthersche Kerk in de Nederlanden, La Haye, Martinus Nijhoff, 1921.
  • 8 Wilhelmus Johannes Kühler, Geschiedenis van de doopsgezinden in Nederland, Haarlem, Tjeenk Willink, (...)
  • 9 Hendrik Brugmans, Geschiedenis der Joden in Nederland, Amsterdam, Van Holkema & Warendorf, 1940 ; J (...)
  • 10 Lodewijk J. Rogier, Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, (...)
  • 11 B.A. van Kleef, Geschiedenis van de oud-katholieke kerk van Nederland, Rotterdam, 1937.
    Dick J. Scho (...)
  • 12 Jacob Cornelis vanSlee, De Rijnsburger collegianten. Geschiedkundig onderzoek, Haarlem, Erven F. Bo (...)
  • 13 Wilhelmus Johannes Kühler, Het socinianisme in Nederland, Leiden, 1912 ; Jakob Cornelis van Slee, D (...)
  • 14 Antonius Gerardus Weiler (dir.), Geschiedenis van de Kerk in Nederland, Utrecht, Het Specrum, 1962.

10L’approche générale de la religion qui sous-tend l’apport de Ypeij et Dermout prévaut dans toutes les vues d’ensemble de l’histoire de l’Église néerlandaise, jusqu’à, et incluant, celle de Otto J. de Jong en 1972. Il n’y avait rien de spécifiquement néerlandais évidemment, dans cette vision. Tous les historiens de l’Église néerlandaise ont été fortement influencés par leurs collègues Allemands du début du XVIIIe siècle, tel Johann Lorenz Mosheim. Une vue similaire souligne leur travail : l’histoire de l’Église est l’histoire des croyances internes des croyants individuels, qui en retour participent à la constitution des Églises institutionnelles. (Dans la période contemporaine, l’histoire de l’Église s’est basée sur la proposition inverse). Mais parce que ces Églises établies reflètent et affirment les croyances individuelles, fonctionnant comme une administration pour les rassembler ainsi que leurs expressions spirituelles, l’histoire de l’Église contemporaine s’est concentrée principalement sur les institutions, les leaders et les particularités doctrinales. Ce n’est pas le lieu ici de discuter entièrement de la période entre 1819 et 1972 ; le nombre d’histoires locales et régionales est très élevé. Cependant il est possible de faire le point sur les manuels généraux et les représentations spécifiques qui ont précédé l’histoire de Otto J. de Jong. Ils ont tous été écrits à partir de la tradition allemande « classique », mettant en valeur la cohérence fondamentale entre la croyance personnelle et l’organisation de l’Église et s’appuyant sur l’éducation, en tant que moyen pour définir la nation et soutenir les institutions religieuses. L’élément national est évident, par exemple, dans les histoires de l’Église des Pays-Bas avant la Réforme4, ou dans la vue générale complète de la chrétienté aux Pays-Bas5. En même temps les historiens de l’Église ont produit des histoires néerlandaises spécifiques de chaque Église enregistrée aux recensements de 1809 et 1909. Il y a eu des histoires des Églises hervormde dans la lignée de Ypeij et Dermout6, les Luthériens aussi ont eu leur histoire de l’Église7, tout comme les Mennonites8 et les Juifs9. Il y a eu une tradition historique catholique10 ainsi qu’une autre plus vieille-catholique, c’est à dire la tradition de l’Église vieille-catholique ou Union catholique internationale d’Utrecht, comme l’Altkatolische Kirche en Allemagne11. Même les groupes religieux hors des Églises officielles telles que les Collégients12 et les Sociniens13 ont eu une histoire – ces auteurs soulignaient que les organisations hiérarchiques et la doctrine formelle ne rendent pas la pareille aux croyances individuelles. Otto J. de Jong a été précédé par un manuel œcuménique dans lequel l’histoire des Églises protestantes a été juxtaposée à celle de l’Église catholique14. Mais De Jong reste dans la grande tradition allemande. Si sa vision était œcuménique, son point de départ était complètement traditionnel. Il a utilisé le point de vue de Karl Barth, selon lequel l’histoire de l’Église fait partie de l’histoire formée par le message de la Bible, et appliquée aux Pays-Bas. Cela lui permet de discuter des différents types de protestants, ainsi que des catholiques et des juifs.

  • 15 Arie Th. van Deursen, Bavianen en slijkgeuzen. Kerk en kerkvolk ten tijde van Maurits en Oldenbarne (...)
  • 16 Ibidem, Plain lives in a golden age. Popular culture, religion and society in seventeenth-century H (...)
  • 17 Ibidem, Mensen van klein vermogen. Het kopergeld van de Gouden Eeuw, deuxième éd., Amsterdam, Bert (...)
  • 18 Philippe Poirrier, L’Histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?, Dijon, (...)

11Les années 1970 ont apporté un renouveau. Non seulement la décennie a produit une histoire de l’Église œcuménique, dans la veine classique, mais elle a aussi vu l’intégration de l’histoire de l’Église dans l’histoire « séculière », comme de nombreuses études par l’historien « généraliste » Arie Van Deursen, un spécialiste (protestant) de l’histoire moderne. En sélectionnant l’épisode le plus controversé de l’histoire de l’Église néerlandaise pour sa monographie de 400 pages – les conflits calvinistes remonstrants autour du Synode de Dordrecht –, il s’est concentré sur les croyances et les attitudes des gens « ordinaires » plutôt que sur les dogmes et les théologiens. De cette manière, il a poursuivi l’histoire de l’Église néerlandaise dans une perspective sociale et culturelle plus large15. Il a conservé cette approche dans des livres similaires sur la religion et la culture populaire, y compris Plain lives in a golden age, d’abord publié en néerlandais en quatre volumes entre 1978 et 198116. Dans son étude précédente, Arie van Deursen affirmait que le but de son livre, en une phrase, n’était ni plus ni moins que de relater comment des personnes ordinaires aux Pays-Bas ont vécu la guerre contre l’Espagne17. Si c’était de l’histoire réellement lisible, elle serait tout sauf un manquement aux bases théoriques. Le présupposé du travail de van Deursen était, semble-t-il, que la nature de la piété calviniste est restée inchangée. Son travail en tant qu’historien du culturel, trouve sa place dans le « tournant culturel »18 en ce qui concerne son objet de recherche ; mais il manque de spécialisation sur la théorie et la méthodologie, pour lesquelles van Deursen a un profond dégoût. Dans cette perspective, son point le plus fort est aussi sa plus grande faiblesse. Il a acquis un renom pour son style inimitable mais il a très peu contribué à la base intellectuelle de l’histoire des religions. Il a simplement souscrit à l’hypothèse de base des historiens classiques de l’Église, qui est que l’inspiration religieuse (c’est-à-dire biblique et donc non changeante) des croyants individuels est la base de l’histoire religieuse.

  • 19 Willem Frijhoff, « Van “Histoire de l’Église” naar “histoire religieuse”. De invloed van de “Annale (...)

12Willem Frijhoff a choisi une approche totalement différente dans les années 1980. Il a développé un style historique théoriquement solide, recherché particulièrement par l’histoire sociale et culturelle française, telle qu’elle est étudiée par l’École des Annales. Il a d’abord exposé ses positions sur l’histoire de l’Église pour un public universitaire néerlandais, dans un article au titre triomphant « De l’histoire de l’Église à l’histoire religieuse ».19 Frijhoff a, poliment mais fermement, défait l’approche institutionnelle, centrée sur l’Église, de l’histoire de l’Église classique, en la remplaçant en mettant l’accent sur la culture religieuse populaire et sur la dévotion laïque. Dans une certaine mesure, son histoire des mentalités (comme l’était souvent appelée l’histoire culturelle dans le style français) a produit des résultats similaires à ceux de Van Deursen : les deux historiens ont mis l’accent sur la culture populaire et sur celle de l’élite. Leur attitude envers la théorie était en revanche complètement différente. En effet, il est sans doute juste de dire que le talent de Frijhoff, combinant théorie abstraite et histoire réelle, a eu un plus grand impact sur les historiens néerlandais que ses prédécesseurs, aux dépens de l’histoire de l’Église, de l’histoire religieuse. Les historiens de l’Église académique n’ont, en aucun cas, pris exemple sur lui. Le Frijhoff des années 1980 et 1990 faisait vraiment partie du tournant culturel. Le fait que l’histoire religieuse, en tant que méthode n’a pas réussi à avoir du succès au XXe siècle est dû en partie au déclin de l’École des Annales elle-même, mais par-dessus tout, à la façon très conventionnelle avec laquelle l’histoire de l’Église en tant que discipline a continué à être pratiquée aux Pays-Bas.

  • 20 Peter van Rooden, Religieuze regimes. Over godsdienst en maatschappij in Nederland 1570- 1990, Amst (...)

13Une troisième alternative à la tradition classique de l’histoire de l’Église a été développée par un historien de l’Église. En 1995, Peter Van Rooden a défié ses collègues dans un livre qui a intégré l’histoire générale des Pays-Bas à une macro-histoire des Églises. Le titre de son livre révèle l’influence de Michel Foucault : Régimes religieux20. Son intérêt était autant politique que social, économique que culturel (ou même anthropologique). En faisant la différence entre trois « régimes », apparus consécutivement après 1500, Van Rooden traite de la religion (nota bene : religion plutôt qu’Églises) en termes de discours. Il s’est concentré d’abord sur le pouvoir, ou le discours en tant que pouvoir, et ainsi, il n’a pas tant reflété le culturel comme « tournant postmoderne ». L’accueil de ce livre à la pensée provocante est significatif. Il a eu un grand impact, spécialement parmi les historiens généralistes. Cependant, la plupart d’entre eux n’ont pas repris le concept de Van Rooden de « régime religieux », probablement à cause de leur non-familiarité avec la religion, qui, avec les années 1990, est devenu un domaine hautement sécularisé. Parmi les historiens de l’Église, son ouvrage n’est jamais devenu populaire, car il a été très peu compris.

  • 21 Joris van Eijnatten et Fred van Lieburg, Nederlandse religiegeschiedenis, Hilversum, Verloren, 2005 (...)
  • 22 Joris van Eijnatten et Fred van Lieburg, Nederlandse religiegeschiedenis, op. cit., p. 16.
  • 23 Herman Selderhuis et alii, Nederlandse kerkgeschiedenis, Kampen, Kok, 2006.
  • 24 Ibidem, p. 4-6.

14Ceci est l’état des lieux au début du XXIe siècle. En quelques années, deux études ont symbolisé le tournant qui a été pris : d’une part, l’accent sur la culture religieuse, qui a pris en considération les conceptions théoriques et méthodologiques liées au tournant culturel ; et d’autre part, une continuation de l’histoire de l’Église traditionnelle classique. Il est bon ici de comparer ces études. Un livre de deux historiens généralistes, Joris van Eijnatten et Fred van Lieburg, est simplement intitulé Histoire religieuse néerlandaise (2005). Il intègre explicitement les travaux de Van Deursen, Frijhoff et Van Rooden (ainsi que de nombreuses études qu’ils ont directement ou indirectement inspirées) dans une vue générale historique de la religion des Pays-Bas, en commençant par la culture religieuse originelle, de l’époque romaine, et terminant par la déchristianisation et la montée des religions « alternatives », du New Age à l’Islam21. Un cadre social et politique solide a permis aux auteurs d’intégrer l’histoire de l’Église institutionnelle dans une étude de la religion à travers les temps. Visant un lecteur « général », mais éduqué, ils prétendaient ne pas « se concentrer d’abord sur les fois et confessions individuelles, mais sur la place que la religion a prise dans la culture et la société, et sur les façons dont elle est devenue manifeste dans le temps et l’espace ». Les auteurs ont « consacré une large attention aux lieux saints, objets sacrés et jours saints, et aussi aux moyens avec lesquels les individus et les groupes – aussi bien le clergé que les laïcs, vastes Églises que sociétés exclusives – se sont appropriés une valeur sacrale par le passé »22. Un an après, un groupe d’historiens de l’Église et des historiens généralistes affiliés à des institutions religieuses ont écrit un substitut à l’histoire de l’Église de Otto J. de Jong. Intitulé Manuel de l’Histoire de l’Église néerlandaise23, il signale un retour assez surprenant à la grande tradition allemande. Selon le directeur, Herman Selderhuis, « Religion et christianisme eux-mêmes ont été déterminés par le message de l’Église et ses structures »24. Implicitement il faut comprendre encore une fois que, les croyants individuels inspirés par le message de la Bible ont donné naissance à des Églises établies, qui en retour ont influencé les croyants. Il n’y a pas de traces dans ce livre de tentative de développer une compréhension théorique de l’histoire de l’Église, mis à part l’engagement sur des représentations alternatives du passé religieux, reflétant la continuité structurelle des subjectivités (telles que les mentalités) de l’histoire, ou en parlant de la religion en tant que produit social des forces culturelles et psychologiques qui dépassent la foi personnelle.

Le passé de qui ?

15Comme on l’a vu précédemment, l’histoire de l’Église classique aux Pays-Bas a donné à chaque religion établie sa propre histoire institutionnelle. La « nouvelle » histoire religieuse a donc traité de la religion en des termes complètement différents, en tant qu’aspect intégral d’une culture historique et d’une société. Ces différentes approches reflètent différentes conceptions de la religion. La première considère la religion au regard de la théologie des XVIIIe et XIXe siècles, en tant qu’une croyance sincère fondée sur le message de la Bible, reflétant les institutions ayant des qualités métaphysiques ou leur donnant naissance ; la seconde voyait la religion avant tout comme un sine qua non anthropologique, ou comme une construction sociale. Ces différents points de vue sont liés aux différents groupes ciblés. Ceci est évident au regard des deux manuels récents vus précédemment, les deux ayant été édités par des maisons d’édition commerciales. Le Manuel de l’Histoire de l’Église néerlandaise a d’abord été écrit pour des lecteurs chrétiens, y compris, et en particulier pour des étudiants de facultés de Théologie ; Histoire religieuse néerlandaise visait simplement un large public, largement déchristianisé. En conséquence, les auteurs de ces manuels étaient issus du milieu universitaire, et basés dans diverses institutions. Il convient de poursuivre cette ligne de pensée, car elle éclaire l’état actuel de l’histoire de l’Église et de l’histoire religieuse des Pays-Bas.

16Dans une certaine mesure, ce thème implique une réflexion sur deux questions : non seulement « qui veut raconter quelle histoire ? », mais aussi « qui est capable de raconter cette histoire ? ». La première question tient pour acquis que les universitaires sont libres d’écrire ce qu’ils croient et qu’ils doivent le faire ; la seconde implique qu’ils sont contraints par des forces institutionnelles, politiques et/ou commerciales. L’impasse contemporaine de l’histoire religieuse, où des approches très différentes coexistent, alors que le champ d’étude, lui-même en déclin, peut seulement être expliqué par une réponse sérieuse à la seconde question, en plus de la première. Aux Pays-Bas contemporains (comme ailleurs en Europe) des forces institutionnelles, politiques et commerciales sont liées les unes aux autres, encore plus qu’auparavant. Les institutions académiques sont dépendantes des fonds publics, mais ont en même temps besoin de nouvelles sources de revenu, majoritairement commerciales ; le néologisme correspond aux Pays-Bas à la « valorisation ». En même temps les universités sont évaluées selon le nombre d’étudiants qu’elles attirent, ce qui fait que le marché étudiant détermine plus ou moins le contenu de l’enseignement académique. Dans ce contexte plusieurs développements apparus au cours des dernières décennies ont eu des impacts substantiels sur la manière dont l’histoire de l’Église et l’histoire religieuse sont pratiquées aux Pays-Bas.

  • 25 De toekomst van de theologie in Nederland. Verkenningsadvies van de Commissie Geesteswetenschappen (...)

17Un rapport commandé par l’Académie Royale Néerlandaise des Arts et des Sciences (KNAW) sur « l’avenir de la théologie aux Pays-Bas » en 2000, a conclu que les théologiens académiques avaient besoin de considérer la fonction culturelle et sociale de leur discipline, ainsi que sa cohérence interne. Les auteurs du rapport ont suggéré, entre autres, que chaque faculté de Théologie devait avoir une chaire d’Histoire de l’Église25. Cependant, en 2000 déjà, une part conséquente de ce qu’avait été autrefois une culture théologique florissante a été en partie décimée. Les facultés de Théologie sont entrées dans une phase cruciale dans les années 1990. Le rapport de l’Académie Royale a établi une liste de ces facultés ; nombre d’entre elles ont déjà subi des changements fondamentaux :

  1. Nijmegen : Faculté de Théologie, Université Catholique de Nijmegen (maintenant, Université de Radboud). En 2007 une nouvelle faculté de Théologie a été établie et au sein de laquelle la hiérarchie du clergé de l’Église catholique a une influence importante. Il y a maintenant une Faculté des Études religieuses indépendante.

  2. Groningen : Faculté de Théologie et des Études religieuses, Université de Groningen.

  3. Amsterdam (VU) : Faculté de Théologie, VU Université Amsterdam.

  4. Leiden : Faculté des Sciences Religieuses à l’Université de Leiden. En 2008 la faculté a été intégrée à la Faculté des Sciences Humaines comme « département ».

  5. Tilburg : Faculté de Théologie à l’Université Catholique du Brabant. En

  6. 2007, la faculté a été intégrée à la Faculté des Sciences Humaines comme « département ».

  7. Utrecht : Faculté de Théologie à l’Université d’Utrecht. En 2007, la faculté
    a été intégrée à la Faculté des Sciences Humaines comme « département ».

  8. Amsterdam : Département de Théologie et des Études religieuses, Faculté des Sciences Humaines, Université d’Amsterdam (ici l’ancienne Faculté de Théologie a été fermée).

  9. Utrecht et Tilburg : La Faculté catholique de Théologie est à la fois à Tilburg et à Utrecht. Cette faculté (liée à l’Église catholique) est née en 2007 suite à la fermeture des facultés de Théologie à Tilburg et Utrecht.

  10. Kampen : Université Théologique des Églises libres gereformeerde à Kampen.

  11. Apeldoorn : Université Théologique des Églises libres christelijke gereformeerde (« chrétiennes réformées », un groupe sécessionniste mineur du XIXe siècle) à Apeldoorn.

  • 26 Cela inclut aussi l’Université théologique à Apeldoorn.

18Il reste maintenant trois facultés de Théologie (n° 1-3) et quatre départements de Théologie ou d’Études religieuses (n° 4-7) dans sept universités. Les facultés restantes (n° 8-10), qui en pratique fonctionnent comme des séminaires pour certaines Églises, sont négligeables en termes de taille et de stature académique26.

19Les priorités des facultés théologiques ont changé dans le sens où plus que jamais, elles ont une pression pour former les étudiants à être pasteurs plutôt que pour donner des formations complètes au clergé traditionnel. Ce développement n’a pas fait du bien à l’histoire de l’Église, depuis que la formation historique est devenue un luxe que peu d’étudiants peuvent, ou veulent, s’accorder. Toutes les facultés de théologie ou d’études religieuses ont fait face au même problème. En plus, la création en 2007 de la Faculté pour la Théologie catholique (Faculteit Katholieke Theologie ou FKT) à l’Université de Radboud a rendu les évêques en charge de celle-ci, ce qui signifie qu’un nouvel accent est mis sur l’Église plutôt que sur la culture, et sur la théologie plutôt que sur l’histoire. De la même façon, en 2007, après de longues discussions, l’Église Protestante des Pays-Bas (PKN, une fusion de la hervormde Kerk avec les Églises gereformeerde et luthériennes) a rassemblé ses infrastructures pour la formation du clergé à l’Université Théologique Protestante (PTU) ; depuis 2010, les futurs ministres du culte reçoivent leur formation exclusivement à Groningen et VU Amsterdam.

  • 27 ReLiC était l’acronyme pour Religionis et Libertatis Causa, une des devises traditionnelles de la R (...)

20Dans cette structure, le synode PKN a perdu un peu (mais pas complètement) de son influence. Ce qu’il faut noter, c’est qu’il est devenu de plus en plus difficile de conserver intactes les infrastructures nécessaires pour une histoire de l’Église viable. En effet, en ce qui concerne l’histoire de l’Église et l’histoire religieuse, le centre de gravité est passé, en termes de qualité, de la théologie aux sciences humaines. Cependant, même au sein de la faculté des sciences humaines la situation de l’histoire religieuse reste précaire. En 2002, un Centre pour l’Histoire Religieuse Néerlandaise (ReLiC)27 a été créé à la VU Université d’Amsterdam. Son objectif était décrit ainsi :

En tant que Centre pour l’Histoire Religieuse Néerlandaise, ReLiC a pour but d’initier, de stimuler, et de coordonner la recherche de l’histoire religieuse des Pays-Bas et de permettre la publication de résultats dans divers media. ReLiC met en avant les dimensions interdisciplinaires et internationales de la recherche sur l’histoire religieuse néerlandaise ; il encourage les contacts transfrontaliers entre universitaires et soutient les publications en anglais, et cherche à promouvoir l’intégration de l’histoire de l’Église traditionnelle dans l’histoire générale.

21ReLiC a cessé de fonctionner en 2007 à cause d’un manque de fonds. En bref, la situation de l’histoire ecclésiastique s’est considérablement affaiblie en une ou deux décennies, alors que des initiatives institutionnelles dans le champ de l’histoire religieuse ont eu des résultats un peu meilleurs. Il est peu probable que la situation change d’ici peu.

  • 28 Je me limite à l’histoire médiévale et à l’époque moderne, excluant ainsi l’histoire de l’Ancien et (...)

22Cette esquisse des développements institutionnels dans le champ académique de la théologie semble contredire la manière avec laquelle se présentent les facultés de Théologie au monde extérieur. Aux Pays-Bas, il y a deux chaires pour l’histoire des religions, non directement reliées à la faculté de Théologie. Ce sont les chaires pour L’Histoire du protestantisme néerlandais à la VU Université d’Amsterdam, au sein de la faculté des Arts et L’Histoire du catholicisme néerlandais, à l’Université de Radboud, à l’Institut pour les Études historiques, littéraires et culturelles. Par contraste, au sein des facultés de Théologie, le nombre de chaires spécifiquement mandatées pour l’histoire de l’Église et l’histoire religieuse est élevé28. Il y a un nombre d’ordinarii (chaires générales), à Nijmegen (Histoire de la Chrétienté), Groningen (Histoire de la Chrétienté, y compris Histoire de la doctrine et de la théologie, un poste lié par la même occasion avec Philosophie de la religion), VU Amsterdam (Histoire de l’Église), Tilburg (Histoire culturelle de la Chrétienté), Leiden (Histoire du Monde chrétien et Histoire de la Chrétienté contemporaine), et Amsterdam (Histoire de la religion chrétienne et théologie, et Philosophie hermétique et affaires contemporaines). Un nombre assez important de chaires extraordinarii (chaires subventionnées et personnelles), certaines financées par des fondations, par exemple, pour promouvoir la recherche sur Histoire et principes de l’Unitarisme, financée par la Fondation Zwingli à l’Université de Groningen. D’autres chaires extraordinaires comprennent l’Histoire du Protestantisme réformé (Leiden), la Franc-maçonnerie et l’Histoire culturelle de la religiosité, spécialement depuis l’époque moderne (Nijmegen). En particulier, la Faculté de Théologie à la VU Université d’Amsterdam a multiplié les chaires par douzaines : Archives et histoire du néo-calvinisme, Histoire des Mennonites et des tendances voisines, Histoire du livre religieux, Histoire de la Réforme, et Histoire du piétisme ; en réponse à l’attractivité d’une approche culturelle de l’histoire de l’Église, il y a même une chaire subventionnée pour Culture européenne et Chrétienté, spécialement en lien avec le travail de St Augustin. Cette vue générale peut donner l’impression que l’histoire de l’Église et l’histoire religieuse sont un secteur en explosion, et elle l’est dans un sens. Presque toutes les minorités sont représentées par un professeur, ce qui dans le contexte néerlandais fait référence à un universitaire temporairement ou en permanence en possession du droit d’octroyer un doctorat. Les apparences déçoivent évidemment. L’inflation en termes de personnel ne correspond pas nécessairement à un échelon supérieur dans les indices internationaux. Ce qui est en jeu ici est davantage la qualité, et non la quantité.

  • 29 http: //www.visor.vu.nl/en/research/tradition-changes-identity/index.asp.
  • 30 http: //www.hdc.vu.nl
  • 31 http: //www.ru.nl/kdc

23Une indication du statut actuel de la recherche académique de l’histoire religieuse aux Pays-Bas est le nombre d’instituts spécifiquement consacrés à ce sujet. Pour être précis, il y a un institut de recherche et deux instituts d’archives. L’institut de recherche est VISOR, le VU Institut pour l’étude de la religion, basé à la VU Amsterdam. Il maintient un programme de recherche assez prometteur sur Tradition, changements et identité, qui est cependant encore à développer29. Les instituts d’archives sont affiliés respectivement à la VU Amsterdam (protestante) et l’Université de Radboud (catholique). A la VU Université, le Centre de Documentation Historique pour le Protestantisme Néerlandais, fondé en 1971, est spécialisé dans l’histoire du protestantisme aux Pays-Bas de 1800 à nos jours30. Alors que le Centre a attiré quelques fonds pour la recherche, il a surtout réussi à organiser les archives et publier des livres, exclusivement sur le protestantisme. D’autre part, le Centre de Documentation Catholique (Katholiek Documentatie Centrum), se limite à la gestion des « archives, livres, brochures, magazines, textes et images » des personnes et institutions catholiques aux Pays-Bas depuis 180031. Les deux instituts ont une fonction claire, celle de donner des informations, via des sites Internet et des activités pour un large public. Cependant, leur raison d’être est plus de faciliter la recherche que de la développer.

  • 32 Titre néerlandais : Archief voor Kerkelijke Geschiedenis, inzonderheid van Nederland.
  • 33 Titre néerlandais : Archief voor de geschiedenis van de Katholieke Kerk in Nederland.
  • 34 Titre néerlandais : Trajecta. tijdschrift voor de geschiedenis van het katholiek leven in de Nederl (...)

24Un autre moyen d’évaluer la santé de l’histoire de l’Église et de l’histoire religieuse est de regarder les revues et collections néerlandaises, à la fois professionnelles et amateurs, s’adressant aux universitaires de cette spécialité. Les développements sur ce terrain ont été ambivalents mais les publications donnent réellement une indication sur la situation. Traditionnellement, la revue la plus importante pour les historiens de l’Église était la Nederlands Archief voor Kerkgeschiedenis (Archives néerlandaises pour l’histoire de l’Église) connue depuis 1986 par son titre anglais Dutch Review of Church History. L’Archief a commencé en 1829, comme Archives pour l’Histoire ecclésiastique, en particulier pour les Pays-Bas32, en tant que revue professionnelle dirigée par des universitaires basés à Leiden. Cette fonction historique de l’Église se reflète dans sa longueur, son existence surtout nationale et protestante, et sa spécialisation dans l’histoire ecclésiastique des périodes médiévales et tardives de la Réforme. La revue est publiée depuis 2006, sous le nom Histoire de l’Église et culture religieuse, suggérant la tentative à la fois de s’internationaliser et d’exploiter de manière innovante la culture religieuse. C’est une tentative bienvenue pour encourager une histoire plus inclusive, bien que des numéros récents n’aient pas montré que l’attention au champ de la culture religieuse ait jusqu’à présent réussi en pratique. En revanche la revue en langue néerlandaise Trajecta a intégré l’histoire religieuse à l’histoire sociale et culturelle. Lancé en 1992 ce périodique se tient dans la lignée de Archives pour l’histoire de l’Église Catholique aux Pays-Bas33, apparue en 1959 (et qui est le résultat d’une fusion de revues catholiques précédentes). Comme son sous-titre l’indique, Trajecta se concentre sur la « vie » religieuse ; son sujet est important, et se limite cependant au catholicisme en Belgique et aux Pays-Bas34. Manifestement, ces revues, l’une protestante et l’autre explicitement catholique, reflètent d’une manière classique les principales divisions religieuses aux Pays-Bas. Il n’est pas surprenant que chaque sous-culture religieuse produise sa propre revue. Depuis 1975 des chercheurs sur l’histoire Mennonite publient en néerlandais Doopsgezinde bijdragen (Contributions Mennonites). Un groupe d’historiens amateurs calvinistes publie depuis 1977 la Documentatieblad Nadere Reformatie (littéralement : Périodique pour documenter la seconde Réforme), qui se consacre à l’héritage des théologiens orthodoxes des XVIIe et XVIIIe siècles. Parallèlement des historiens protestants de diverses dénominations produisent une Documentatieblad voor de Nederlandse kerkgeschiedenis na 1800 (Revue pour documenter l’histoire de l’Église néerlandaise depuis 1800). Il y a aussi une Tijdschrift voor Nederlandse Kerkgeschiedenis (Revue pour l’Histoire de l’Église néerlandaise), créée en 1998 et gérée en partie par des non-universitaires, y compris des enseignants du primaire et secondaire. Cette approche de l’Église est historique, au sens classique du XIXe siècle, mais avec une emprise spéciale sur l’histoire locale. Cette liste brève de revues d’histoire des Églises mineures n’est pas exhaustive. Il y en a d’autres, la plupart devant faire face à un déclin dans le nombre des abonnements.

  • 35 Une autre collection en anglais est Studies in Dutch Religious History, publiée chez Verloren à Hil (...)

25En ce qui concerne les périodiques, l’histoire de l’Église reste largement dans les frontières de la tradition théologique des XIXe et XXe siècles, alors que les initiatives dans le domaine de l’histoire religieuse, ou l’histoire de la culture religieuse, n’ont qu’un succès limité, aussi bien au niveau national qu’international. Est-ce la même tendance pour les collections de livres ? Il existe plusieurs collections en néerlandais, mais seulement une à dimension internationale. C’est la collection Histoire de l’Église (et sa sous-collection Histoire religieuse et Culture), publiée chez Royal Brill (Leiden). La collection est limitée en taille mais croît rapidement ; elle compte maintenant cinquante volumes35. Comme pour les manuels vus précédemment, la collection est une entreprise commerciale.

26Manuels, revues et collections reflètent ensemble le contexte académique et populaire dans lequel la recherche néerlandaise se développe, avec diverses opportunités commerciales. Tant que les cours académiques sur l’histoire religieuse continuent à être intégrés au sein d’un programme universitaire relativement classique dominé par la théologie au sens strict du terme (c’est-à-dire d’une part l’étude de la Bible et de la doctrine, et d’autre part la formation pastorale), les manuels traditionnels sur l’histoire de l’Église continueront à se vendre. Dans un contexte davantage interdisciplinaire, les étudiants devront (doivent) lire des manuels sur la culture religieuse. Au final, le marché commercial pour l’histoire de la religion, autant ecclésiastique que culturel, est restreint. Une initiative récente, la production d’une vue générale illustrée de Croire aux Pays-Bas (Geloof in Nederland) depuis 2000 ans, a nettement dépendu de ses ventes sur le segment âgé de la population. Les 34 volumes thématiques publiés par Waanders à Zwolle incluent des sujets tels que Arts, Littérature, Saints, Sexe, Clergé, Media et The Bible Belt, cette dernière faisant référence à une subculture orthodoxe calviniste. Le lectorat se situe largement au-dessus de 50 ans et il est intéressé particulièrement par le contexte Église-institutions de l’histoire religieuse au XXe siècle. Cela doit être interprété dans le sens que, apparemment, l’histoire religieuse est intéressante pour les lecteurs qui ont grandi dans un contexte chrétien. Ce contexte a cependant connu un déclin rapide depuis trente ou quarante ans. Les générations plus âgées vont bientôt disparaître ; les plus jeunes sont plus intéressées par de nouvelles formes de religiosité, et pas spécialement par l’histoire de la chrétienté, mise à part l’Église.

Quel futur ?

27Y-a-t-il un futur pour l’histoire religieuse aux Pays-Bas ? Il peut y en avoir un, mais seulement si le champ d’étude est solidement réorganisé, si des investissements importants sont faits dans la recherche et des bourses académiques, et si des initiatives sont prises pour répondre justement au contexte social changeant. Les signes ne sont pas très encourageants. Les politiques des universités sont conservatrices car les sciences humaines en général ont un budget serré ; par conséquent il n’y a pas de relève ; en même temps, les traditions religieuses elles-mêmes sont entrées dans un déclin rapide. L’histoire de l’islam est faite exclusivement par des anthropologues culturels, et que les nouvelles initiatives ne font presque qu’exclusivement surface que dans les facultés d’Arts ou de Sciences Sociales.

28Sans doute devrais-je conclure cette contribution sur un ton plus positif, en me tournant vers le type d’histoire qui donnerait aujourd’hui un élan intellectuel à ce domaine. Quelles histoires doivent être racontées ? Premièrement l’histoire religieuse hollandaise bénéficierait plus de récits thématiques que de manuels. Une approche thématique limitée à une période précise pourrait donner des titres tels que La confessionnalisation des Pays-Bas entre 1550 et 1650, ou La laïcisation des Pays-Bas au cours du XIXe siècle, ou encore La religion néerlandaise dans les années 1960. Deuxièmement, plus d’attention doit être portée à la théorie et à la méthodologie. La plupart des historiens de l’Église aux Pays-Bas sont formés, non seulement comme théologiens, mais aussi comme philologues, ou au mieux, en se basant sur des sources. Les historiens de l’Église néerlandaise définissent encore leur discipline d’une manière ancienne, sans reconnaître que l’histoire est une discipline qui a radicalement changé au cours des trois dernières décennies. D’où leurs points forts, qui sont la connaissance des archives et la familiarité avec les sources primaires ; leurs points faibles, théorie et méthodologie. De cette façon les historiens de l’Église néerlandaise doivent franchir le pas que leurs collègues de l’histoire « générale » ont franchi depuis longtemps. Étant donné le rôle joué par la religion dans le contexte actuel entre autres, de mondialisation, d’individualisation, de médiatisation, il sera impératif d’offrir une réflexion théorique sur ce que de tels processus signifient pour l’histoire religieuse. Troisièmement, un équilibre doit être trouvé entre historiographie institutionnelle et socioculturelle, pour que « la voix de l’Église » soit contrebalancée par, ou mieux intégrée à « la voix d’en bas ». Par-dessus tout, il serait sage de reconnaître qu’il n’y a pas de futur académique sérieux pour l’histoire de l’Église aux Pays-Bas. Cela semble désolant, mais il y a un espoir. Une tradition autrefois florissante n’a pas réussi à s’adapter, mais ne s’est pas effondrée ; le mieux à présent est de l’incorporer complètement à l’histoire culturelle et sociale.

Notes

1 Benjamin J. Kaplan, Divided by faith. Religious conflict and the practice of toleration in early modern Europe, Harvard university Press, Cambridge MA, 2007 ; Joris van Eijnatten, Liberty and concord in the United Provinces. Religious toleration and the public in the eighteenth-century Netherlands, Leiden, Brill, 2003.

2 Otto J. de Jong, Nederlandse kerkeschiedenis, Nijkerk, Callenbach, 1972.

3 Peter vanrooden, Religieuze regimes. Over godsdienst en maatschappij in Nederland, 1570- 1990, Amsterdam, 1996, p. 147-168 ; id., « Dutch Protestantism and its Pasts », in Robert Swanson (dir.), The Church Retrospective, Woodbridge, Boydell & Brewer, 1998, p. 254- 263.

4 Willem Moll, Kerkgeschiedenis van Nederland vóór de hervorming, Arnhem, Utrecht, 1864- 1871 ; Regnerus Richardus Post, Kerkgeschiedenis van Nederland in de middeleeuwen, Utrecht, Het Spectrum 1957.

5 Jan Kuiper, Geschiedenis van het godsdienstig en kerkelijk leven van het Nederlandsche volk (100 v.C.-1903), deuxième éd. Nijkerk, 1903 ; première éd. G. F. Callenbach, 1900.

6 Johannes Reitsma, Geschiedenis van de Hervorming en de Hervormde Kerk der Nederlanden, Groningen, J.B. Wolters, 1893 ; deuxième éd. 1899 ; Laurentius Knappert, Geschiedenis der Nederlandsche Hervormde Kerk onder de Republiek en het Koninkrijk der Nederlanden, Amsterdam, Meulenhoff, 1911-1912 ; Th.L. Haitjema, De nieuwere geschiedenis van Neerlands Kerk der Hervorming, La Haye, Bockencentrum, 1964 ; Albert Jan Rasker, De Nederlandse Hervormde Kerk vanaf 1795. Geschiedenis, theologische ontwikkelingen en de verhouding tot haar zusterkerken in de negentiende en twintigste eeuw deuxième éd., Kampen, Koh, 1981 ; première éd. 1974.

7 Jakob Loosjes, Geschiedenis der Luthersche Kerk in de Nederlanden, La Haye, Martinus Nijhoff, 1921.

8 Wilhelmus Johannes Kühler, Geschiedenis van de doopsgezinden in Nederland, Haarlem, Tjeenk Willink, 1932-1950.

9 Hendrik Brugmans, Geschiedenis der Joden in Nederland, Amsterdam, Van Holkema & Warendorf, 1940 ; J.C.H. Blom, R.G. Fuks-Mansfeld, I. Schoeffer (dir.), Geschiedenis van de joden in Nederland, Amsterdam, 1995.

10 Lodewijk J. Rogier, Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, Amsterdam, Urbi et Orbi, 1947 ; troisième éd., 1964) ; id., Katholieke herleving, geschiedenis van katholiek Nederland sinds 1853, s.l., 1956 ; Pontianus Polman, Katholiek Nederland in de achttiende eeuw, 3 volumes., Hilversum, Paul Brand, 1968.

11 B.A. van Kleef, Geschiedenis van de oud-katholieke kerk van Nederland, Rotterdam, 1937.
Dick J. Schoon, Van bisschoppelijke cleresie tot Oud-Katholieke Kerk. Bijdrage tot de geschiedenis van het katholicisme in Nederland in de 19de eeuw, Nijmegen, Valkhof Pers, 2004.

12 Jacob Cornelis vanSlee, De Rijnsburger collegianten. Geschiedkundig onderzoek, Haarlem, Erven F. Bohm, 1895 ; Cornelius Bonnes Hylkema, Reformateurs. Geschiedkundige studiën over de godsdienstige bewegingen uit de nadagen onzer Gouden Eeuw, Haarlem, Tjeenk Willink & Zoon, 1900-1902.

13 Wilhelmus Johannes Kühler, Het socinianisme in Nederland, Leiden, 1912 ; Jakob Cornelis van Slee, De geschiedenis van het socinianisme in de Nederlanden, Haarlem, A.W. Sijhoff, 1914.

14 Antonius Gerardus Weiler (dir.), Geschiedenis van de Kerk in Nederland, Utrecht, Het Specrum, 1962.

15 Arie Th. van Deursen, Bavianen en slijkgeuzen. Kerk en kerkvolk ten tijde van Maurits en Oldenbarneveldt, Assen, Van Gorcum, 1974.

16 Ibidem, Plain lives in a golden age. Popular culture, religion and society in seventeenth-century Holland, Cambridge, Cambridge university Press, 1991.

17 Ibidem, Mensen van klein vermogen. Het kopergeld van de Gouden Eeuw, deuxième éd., Amsterdam, Bert Bakker, 1991.

18 Philippe Poirrier, L’Histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2008.

19 Willem Frijhoff, « Van “Histoire de l’Église” naar “histoire religieuse”. De invloed van de “Annales”-groep op de ontwikkeling van de kerkgeschiedenis in Frankrijk en de perspectieven daarvan voor Nederland », Nederlandsch archief voor kerkgeschiedenis, 1981, p. 113-153.

20 Peter van Rooden, Religieuze regimes. Over godsdienst en maatschappij in Nederland 1570- 1990, Amsterdam, Bert Bakker, 1995.

21 Joris van Eijnatten et Fred van Lieburg, Nederlandse religiegeschiedenis, Hilversum, Verloren, 2005 ; deuxième éd. 2006. Une traduction allemande est parue en 2011, Niederländische Religionsgeschichte, Göttingen, Vanden Hoeck & Ruprecht.

22 Joris van Eijnatten et Fred van Lieburg, Nederlandse religiegeschiedenis, op. cit., p. 16.

23 Herman Selderhuis et alii, Nederlandse kerkgeschiedenis, Kampen, Kok, 2006.

24 Ibidem, p. 4-6.

25 De toekomst van de theologie in Nederland. Verkenningsadvies van de Commissie Geesteswetenschappen (CGW), Amsterdam, 2000.

26 Cela inclut aussi l’Université théologique à Apeldoorn.

27 ReLiC était l’acronyme pour Religionis et Libertatis Causa, une des devises traditionnelles de la Révolution Néerlandaise. Il faut noter que le ‘V’ dans VU Université signifie ‘libre’, et que le mot ‘relic’ contient les initiales de religion, liberté et centre.

28 Je me limite à l’histoire médiévale et à l’époque moderne, excluant ainsi l’histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament ainsi que les études patristiques.

29 http: //www.visor.vu.nl/en/research/tradition-changes-identity/index.asp.

30 http: //www.hdc.vu.nl

31 http: //www.ru.nl/kdc

32 Titre néerlandais : Archief voor Kerkelijke Geschiedenis, inzonderheid van Nederland.

33 Titre néerlandais : Archief voor de geschiedenis van de Katholieke Kerk in Nederland.

34 Titre néerlandais : Trajecta. tijdschrift voor de geschiedenis van het katholiek leven in de Nederlanden.

35 Une autre collection en anglais est Studies in Dutch Religious History, publiée chez Verloren à Hilversum.

Auteur

Professeur d’Histoire culturelle et directeur du département « Histoire de la culture, des mentalités et des idées depuis 1500 » à l’Université d’Utrecht. Ses recherches se concentrent sur trois domaines qui se recoupent et qui sont liés : l’histoire des idées, l’histoire de la religion et l’histoire des medias et de la communication. Dans le domaine de l’histoire religieuse, il a publié récemment Liberty and Concord in the Unites Provinces (2003), Preacher, Sermon and Cultural Change in the long eighteenth Century (2009), The Churches : the Dynamics of Religious Reform in Church, State and Society in Northern Europe, c. 1780-c. 1920 (vol. II, 2010) et en collaboration avec Fred van Lieburg, Nederländische Religiongeschichte (2011).

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search