Version classiqueVersion mobile

Le monde de l’histoire religieuse

 | 
Jean-Dominique Durand

Église, modernité et monde catholique. L’Histoire religieuse en Italie

Stefano Trinchese
Traduction de Jean-Dominique Durand

Résumé

Stefano Trinchese dresse un tableau très complet de l’évolution de l’historiographie italienne à partir de l’ouverture des Archives vaticanes et de l’appui de Léon XIII aux recherches historiques, dans les années 1880. On y voit nettement l’influence de la conjoncture politique et des problèmes de l’Église (le modernisme). Les liens entre l’histoire religieuse et l’Église sont en effet plus forts qu’en France.

Texte intégral

Après la Question romaine

1L’Italie de la fin du XIXe siècle voit s’opposer une puissante reprise de laïcisme anticlérical à une fervente réaction de type clérical. L’écho proche et jamais atténué de la Question romaine favorise sans aucun doute la violence de l’opposition des deux parties laïciste et clérical. Dans ce climat exacerbé d’échanges réciproques d’agressions et d’injures, l’historiographie italienne, désireuse de soutenir la légitimation de la nation unitaire moderne, fait un effort remarquable pour identifier et valoriser les sources historiques qui favorisent le chemin unitaire, repérant à l’époque médiévale les bases d’une réflexion culturelle capable de promouvoir l’idée nationale. Des historiens formés à l’idéal positiviste, admirateurs et imitateurs de la méthode critique moderne de la science allemande, comme Cesare Correnti et Ernesto Monaci, soutiennent la fondation d’un institut historique italien, tandis que parallèlement est lancée la série des Fonti per la storia d’Italia, à l’image des Monumenta Germaniae.

2Presque dans une synchronie opposée, l’ouverture des Archives vaticanes (1881) et les propositions audacieuses de Léon XIII dans la lettre Saepenumero considerantes (1883) encouragent la recherche historique dans le camp catholique à aller vers de nouveaux horizons. Sont créées à Rome des Sociétés et Académies historiques nationales dans lesquelles travaillent de grandes intelligences comme Ludwig von Pasztor, Franz Ehrle, Louis Duchesne, Paul Fridolin Kehr, et bien d’autres. Sort dans ce climat la synthèse apologétique et hâtive de Marcellino da Civezza sur Il Romano pontificato nella storia d’Italia (Florence, Ricci, 1887) ; suivent dans l’agitation les tentatives neuves mais sans succès et isolées dans le domaine doctrinal et social de Geremia Bonomelli, Giovanni Battista Scalabrini, du père Carlo Maria Curci, et même d’un brillant écrivain comme Antonio Fogazzaro, encourant les foudres de l’antimodernisme, qui frappe des esprits aussi divers et originaux que Salvatore Minocchi, Angelo Genocchi, Umberto Fracassini, Giovanni Semeria et des représentants de la hiérarchie comme le cardinal Ferrari et, sur la trace de l’opposition silencieuse de son évêque Giacomo Maria Radini Tedeschi, jusqu’au jeune prêtre Angelo Giuseppe Roncalli.

Début du siècle

  • 1 Gaetano De Sanctis, Ricordi della mia vita, Firenze, Le Monnier, 1970.
  • 2 Giorgio Falco, La santa romana repubblica. Profilo storico del Medio Evo, Napoli, Ricciardi, 1973.
  • 3 Francesco Scaduto, Guarentigie pontificie, Torino, Unione tip. editrice1889.

3Exercent en ces années surtout des spécialistes de l’Antiquité comme Gaetano De Sanctis1 et surtout Giorgio Falco, auteur de solides études sur la période médiévale2 ; mais Francesco Scaduto mérite bien une place à part, victime cependant d’une influence marquée libérale-janséniste, qui l’empêche de saisir la nature ecclésiastique et ne lui évite pas des accès parfois exaspérés d’anticléricalisme3.

  • 4 Francesco Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa, Bologna, Il Mulino, 1974.

4Moins prisonnier des milieux du laïcisme libéral dominant est certainement Francesco Ruffini beaucoup plus sensible à l’élément religieux et capable d’ouvrir la culture nationale fermée de l’époque sur des horizons inconnus tels que l’idéal de liberté religieuse, les influences religieuses jansénistes d’Alessandro Manzoni, jusqu’à la recherche des convictions intimement spirituelles chez Cavour, et enfin, avec le fameux cours de Diritto ecclesiastico, capable d’étudier avec hauteur de vues, la nature profonde de la séparation entre État et Église. Surtout, Ruffini est capable de mettre en valeur la dimension spirituelle de l’appartenance à l’Église, ouvrant à son disciple Arturo Carlo Jemolo les portes d’une voie nouvelle dans l’étude des relations État-Église (Relazioni tra Stato e Chiesa, leçons de 1908 à 19304).

5Sur le versant plus strictement confessionnel, les travaux importants du père Pietro Tacchi Venturi sur la Storia della Compagnia di Gesù (1910-1950), de Francesco Lanzoni sur Le diocesi d’Italia (Faenza, 1927) et du spécialiste de la Renaissance Mgr Pio Paschini, professeur au Latran, recenseur et introducteur enthousiaste en Italie de Mgr Louis Duchesne, qui met au point une méthode critique abandonnant les canons usuels de l’historiographie apologétique de type ecclésiastique, marquent un important pas en avant de l’historiographie sur les questions religieuses.

Période fasciste

6À la nécessité de se concentrer sur la culture y compris historique pour ceux qui étaient marginalisés par l’extinction de l’action politique, comme dans le cas de Stefano Jacini jr., s’oppose le vaste espace et l’autonomie substantielle accordée par le régime fasciste à la koinè culturelle. Il suffit de penser à l’entreprise de l’Enciclopedia italiana, ou aux recherches historiques d’intellectuels comme Mario De Vecchi, Pietro De Francisci et d’autres, ou encore à l’échec du serment exigé des professeurs d’Université en 1931, avec à peine quatorze adhésions. Émergent en cette période de chercheurs du niveau de Carlo Morandi, Niccolò Rodolico, puis Nino Valeri, Franco Valsecchi, tous hors de l’orbite fasciste, mais peu sensibles au thème religieux, si ce n’est par réflexion, mais capables de fournir une bonne – sur le long terme – vision de l’Italie lue à partir de l’angle visuel européen. L’attention des rares historiens qui se consacrent à l’histoire ecclésiastique comme un Antonio Anzilotti ou un Ettore Rota se concentre sur les tendances jansénistes et conciliatoristes, au mieux sur les expériences minoritaires du catholicisme libéral et du giobertisme.

7Un large espace a été laissé par le régime à Benedetto Croce, partisan d’une réévaluation de l’Italie libérale et giolittienne vilipendée par le fascisme. Dans sa Storia d’Italia (Laterza, Bari 1928), la Question romaine apparaît secondaire et résolue, les protestations du pape étant interprétées comme une preuve sûre de sa liberté d’action. Guido De Ruggiero, dans son admirable Storia del liberalismo europeo (Laterza, Bari 1925), exalte la liberté de conscience individuelle propre au libéralisme comme idéal d’autonomie de la personne humaine.

  • 5 Luigi Salvatorelli, La politica della S. Sede dopo la guerra, Milano, Feltrinelli, 1977.

8Luigi Salvatorelli, peut-être le représentant le plus authentique de l’historiographie italienne de la période, constitue un des cas heureux en Italie d’historiens capables de se déplacer du Moyen Âge aux XVIIIe - XIXe siècles, jusqu’à offrir des vues suggestives sur la période contemporaine5 : spécialiste des aspects nationalistes qui accompagnent l’entrée en guerre de 1915, meilleur interprète du Risorgimento comme redécouverte de valeurs religieuses contre la chape imposée par la Contre-réforme et l’Antirisorgimento en tant que révélateur de la réaction qui a accouché du fascisme, il ne peut cependant pas être rangé parmi les chercheurs attentifs aux valeurs chrétiennes. Gioacchino Volpe mérite une place à part, comme figure de premier plan d’intellectuel intégré dans le régime, mais aussi comme historien de premier plan, et même peut-être comme l’historien le plus important de la période. À la différence de Croce, auquel il a souvent été opposé, il dénonce, sans tendresse pour l’opposition catholique à l’État, les lacunes les plus importantes du giolittisme, et il place l’affirmation du fascisme en tant que point d’arrivée de l’idée nationale, dans l’exaltation du nationalisme et de l’idéal héroïque (L’Italia in cammino, Milan, Treves, 1927).

Modernisme et Histoire religieuse

  • 6 Sur lui, voir E. Buonaiuti storico del cristianesimo, Roma, Istituto storico per il Medioevo, 1978.

9La période du modernisme et la triste histoire de sa répression se placent parmi les contributions les plus passionnées lorsqu’il s’agit du témoignage, mais sans doute parmi les plus faibles sous l’aspect strictement historiographique, dans la Storia del cristianesimo (Milano, Corbaccio, 1941- 43) d’Ernesto Buonaiuti, excommunié et vitandus selon la Sainte Église romaine, réhabilité dans la mémoire comme don Ernesto par le pape Jean XXIII6. Pour lui, la domination de l’Église institutionnelle sur l’authentique inspiration des origines, des schémas dogmatiques sur les sources premières et de la discipline rigoriste sur la grâce salvifique, décrivent les passages déterminants du fatal travestissement des caractères primaires et originaux de la foi chrétienne.

  • 7 Giuseppe Ignesti, F. L. Ferrari e L’Observateur, Roma, Ebe, 1975. Voir de plus sa préface à Frances (...)

10N’apportent pas non plus beaucoup au panorama historiographique les ouvrages alors très appréciés de Mgr Francesco Olgiati sur l’Action Catholique ou d’Ernesto Vercesi sur le mouvement catholique (tous deux publiés en 1922), préoccupés avant tout par le sort des catholiques en politique, après le glissement vers la gauche du parti de Luigi Sturzo. À propos du leader sicilien et de son élève et continuateur, Francesco L. Ferrari (sur lui voir les études de Giuseppe Ignesti7), il convient de rappeler la lucide reconstruction des principales étapes qui conduisirent à la dictature en Italie, lue par Luigi Sturzo comme la longue histoire d’une affirmation manquée et combattue du parlementarisme (Italy and Fascism, Londres, Faber and Gwyer, 1926), et par Francesco L. Ferrari comme une succession de dictatures parlementaires de Crispi à Giolitti jusqu’à Mussolini, avec des allusions critiques aux positions de l’Église officielle (Le Régime fasciste italien, Paris, Spes, 1928), que Renzo De Felice a définies comme des interprétations « hétérodoxes » du fascisme.

  • 8 Giuseppe Ignesti, Francia e S. Sede tra Pio IX e Leone XIII, Roma, Storia e Letteratura, 1988.
  • 9 Stefano Jacini, Il tramonto del potere temporale nelle relazioni degli ambasciatori austriaci a Rom (...)
  • 10 Raffaele De Cesare, Roma e lo Stato del Papa, Milano, Longanesi, 1970.
  • 11 Renato Mori, Il tramonto del potere temporale, Roma, Storia e Letteratura, 1967.

11La reconstruction biographique par Edoardo Soderini du pontificat de Léon XIII, moins solide que ce que les contemporains ont retenu, n’a pas résisté à l’épreuve du temps, malgré la valorisation que Giuseppe Ignesti lui a rendue avec une réadaptation partielle (19888). N’apportent pas beaucoup plus, sous l’aspect de la reconstitution du milieu religieux les ouvrages les plus solides de Stefano Jacini sur la fin du pouvoir temporel ou de Raffaele De Cesare, la première9 offrant un cadre historique solide et documenté de la politique ecclésiastique de la dernière décennie de l’État pontifical, la seconde10 étant une reconstruction documentaire plus attentive faite de l’intérieur. Dans ce domaine cependant, le travail le plus solide reste celle de Renato Mori en 197011.

  • 12 De l’immense production historique de Gabriele DeRosa, on mentionne seulement le volume rassemblé p (...)
  • 13 Angelo Gambasin, Il movimento sociale nell’Opera dei Congressi, Roma, Università Gregoriana, 1958.
  • 14 Luisa Mangoni, in partibus infidelium. Don G. De Luca, Torino, Einaudi, Torino 1989. Voir aussi les (...)

12Tandis qu’en revanche, s’il faut considérer comme littéraire la Vita di Cristo de Giuseppe Ricciotti (Milan, Rizzoli, 1941), l’œuvre critique et de grande valeur culturelle entreprise entre la période fasciste et de part et d’autre de la guerre par don Giuseppe De Luca, occupe une place de première importance. Il faut le regarder comme un authentique initiateur, pour l’Italie, d’un genre tout à fait neuf et original, l’histoire de la piété, vers laquelle il a su orienter plusieurs générations de chercheurs, de Gabriele De Rosa12 à Angelo Gambasin13, à Maria Mariotti et d’autres encore. Sur cette figure centrale mais sur bien des aspects encore peu reconnue et sur son rôle de médiation culturelle il faut se reporter à la monographie de Luisa Mangoni, in partibus infidelium14. La série d’études critiques et surtout d’éditions de sources rassemblées sous l’égide prestigieuse des Edizioni di Storia e Letteratura représente encore aujourd’hui un rare exemple d’initiative éditoriale innovante et d’un choix original de méthode pour une reconstruction depuis le bas et à part entière d’aspects d’histoire ecclésiale autrement ignorées par l’historiographie traditionnelle.

Le deuxième après-guerre

13Dans la nouvelle dimension des études historiques en Italie après la Libération, pèsent sans aucun doute quelques facteurs que l’on pourrait qualifier de rénégérants : la tardive compréhension et assimilation de la méthode de l’expérience des Annales de Fernand Braudel, Marc Bloch, Georges Lefebvre, qui comprend une nouvelle considération pour l’histoire vue d’en bas, et pour la microhistoire, ainsi que pour certains aspects d’histoire sociale anticipés avec prophétisme par Giuseppe De Luca ; la nouvelle analyse critique du marxisme après la recomposition des Quaderni dal carcere d’Antonio Gramsci ; l’accueil de l’histoire sociale religieuse de Roger Aubert, Émile Poulat, Gabriel Le Bras, avec une nouvelle attention au monde de la mission populaire et de la mission tout court (Jacques Gadille, puis Claude Prudhomme) ; enfin, la lente affirmation d’exigences plus anciennes et difficiles de rénovation qui conduit au concile Vatican II.

  • 15 Giorgio Candeloro, Il movimento cattolico in Italia, Roma, Editori Riuniti, 1974.
  • 16 Mario G. Rossi, Le origini del partito cattolico in Italia, Roma, Editori Riuniti, 1977.

14Dans ce climat radicalement changé, se placent la grande leçon avant tout de méthode, de Federico Chabod, Storia della politica estera italiana (Bari, Laterza, 1950), avec une nette opposition entre les deux Rome, laïque et pontificale ; la réunion passionnée d’articles de Gaetano Salvemini, Stato e Chiesa in Italia (Milan, Feltrinelli, 1969, œuvre posthume), avec une inversion significative dans le titre de celui d’Arturo Carlo Jemolo, les thèses brillantes et les descriptions intuitives de Giovanni Spadolini (Giolitti e i cattolici, Florence, Le Monnier, 1960), ces dernières n’étant pas toujours soutenues par une rigueur critique constante, et enfin les études pionnières sur certains aspects – en même temps que les intuitions précoces de Paolo Alatri sur la confluence des catholiques dans le bloc conservateur (1949) de Giorgio Candeloro, typique représentant de l’historiographie marxiste qui, dans son histoire du Movimento cattolico15, voit les choix économiques comme un produit extrême de classe. Giorgio Candeloro influence toute une tradition sévère d’analyses, d’Alberto Caracciolo à Emilio Sereni sur le bloc agraire, à Mario G. Rossi, celui-ci avec plus d’originalité sur le rôle effectif du capital en lien avec les choix des catholiques16. À leur tour ils influencent les productions importantes qui ont suivi, comme la Storia d’Italia, publiée par l’éditeur Einaudi, et on pense à Carlo Ginzburg ou à Giovanni Miccoli.

15Mais le rôle le plus important revient à cette époque à Arturo Carlo Jemolo, disciple de Francesco Ruffini, maître de Pietro Scoppola et son inspirateur sur les thèmes historico-institutionnels et historico-religieux avec son livre Chiesa e Stato negli ultimi cento anni (Turin, Einaudi, 1949) : référence sûre pour l’analyse de la problématique juridico-politique institutionnelle, jusqu’alors esquivée (avec une attention particulière sur les débats parlementaires et l’action du gouvernement) et pour la reconstruction des grandes idées porteuses (séparatisme, réformisme ecclésial, conciliatorisme). Continuateur d’une certaine manière de l’expérience de Francesco Ruffini est Francesco Margiotta Broglio, auteur d’importantes études sur la thématique des relations État-Église, comme Italia e Santa Sede (Bari, Laterza, 1966).

  • 17 « La Chiesa e il potere politico », in Storia d’Italia, Annali, vol. 9, Torino, Einaudi, 1986.

16Gabriele De Rosa, héritier et continuateur sur bien des aspects de la leçon de Luigi Sturzo et de l’innovation méthodologique de Giuseppe De Luca, enrichi par l’expérience marxiste longue mais surmontée, est l’auteur et le promoteur infatigable de séries d’études pour une reconstruction minutieuse du mouvement catholique de matrice intransigeante, et aussi d’exemples bien choisis d’historiographie sociale et religieuse, avec les éditions des regestes des visites pastorales, des études d’histoire de la piété et sur la vie du clergé et sur les expériences religieuses en Vénétie et dans le Mezzogiorno. Il a entraîné sur ce modèle de nombreux chercheurs comme Antonio Cestaro, Francesco Rizzi, Francesco Piva, et surtout Francesco Malgeri, et Pietro Borzomati, avec une grande sensibilité pour des figures et des sujets d’histoire du clergé et de la sainteté (Chiesa e società meridionale, Rome, Studium, 1982), puis Filiberto Agostini, Roberto Violi, Vittorio De Marco et d’autres importants continuateurs. Dernièrement, la Storia d’Italia chez Einaudi a consacré un imposant volume collectif sur l’Église dans les politiques italiennes, qui embrasse plusieurs périodes17.

Le Mouvement catholique

17L’historiographie des années 1960-1970 enregistre des recherches nouvelles du plus grand intérêt qui ont attiré le débat historiographique sur des thèmes jusqu’ici placés au second plan. Il faut rappeler surtout la figure d’Ettore Passerin d’Entreves, en réalité un spécialiste de la fin de l’époque moderne, mais précisément pour cette raison, capable d’élaborer des interprétations sur une longue période, reprises ensuite par des chercheurs plus jeunes. Mario Bendiscioli est le premier à ouvrir une voie d’études commune à l’Italie et à l’Allemagne sur le mouvement catholique. Ce n’est pas le moindre des mérites de Fausto Fonzi d’avoir déplacé l’attention des historiens des dirigeants vers l’étude des mentalités de masse, avec une analyse précise et innovante de l’attitude religieuse et sociale des fidèles, conduisant à une réévaluation argumentée et crédible du phénomène intransigeant dans les finalités politiques de ses présupposés culturels (I cattolici e la società italiana dopo l’unità, Roma, Studium, 1953).

  • 18 Pietro Scoppola, Crisi modernista e rinnovamento cattolico in Italia, Bologna, Il Mulino, 1961.

18Pietro Scoppola a déplacé l’attention sur le phénomène jusqu’ici ignoré du conciliatorisme et des catholiques transigeants, ouvrant la voie à des interprétations originales (Camillo Brezzi, Filippo Mazzonis) ; il a ouvert la voie à l’analyse du modernisme dans son originalité de pensée complexe, dépassant des interprétations encore partielles (Michele Ranchetti, Luciano Pazzaglia) et relançant les propositions de recherche18 ; il a étudié et réévalué le rôle des catholiques durant le fascisme ; il a examiné la proposition politique d’Alcide De Gasperi en fonction de son autonomie par rapport à la hiérarchie, pour s’ouvrir enfin sur le rôle des catholiques dans la crise de la première République avec des études sur la Constitution, sur les possibilités de rencontre avec le Parti communiste italien, et sur le consumérisme pour la Nuova cristianità perduta (Roma, Studium, 1985).

19Camillo Brezzi, Andrea Riccardi, Carlo F. Casula, Agostino Giovagnoli font partie des élèves de la première génération de Pietro Scoppola ; il faut rappeler aussi les travaux d’autres disciples à divers titres de Scoppola, tels que Emma Fattorini sur la dévotion mariale, Cecilia Dau Novelli, Stefano Trinchese et enfin Umberto Gentiloni.

20Don Lorenzo Bedeschi, conscience sacerdotale inquiète et historien passionné et pénétrant, a voulu favoriser, non sans forcer le trait mais avec un succès déterminant dans la recherche de sources ignorées, des figures autrement oubliées, avec une heureuse série de publications du Centro per la Storia del Modernismo. Dans ce cadre il ne faut pas oublier la figure toujours lucide et courageuse du père Giacomo Martina, auteur d’excellentes synthèses sur l’histoire de l’Église entre XIXe et XXe siècles et de solides approfondissements sur l’Église à partir de Pie IX et aussi d’efficaces descriptions de la mission ecclésiale et de la conscience qu’elle a d’elle-même (Pio IX, Chiesa e mondo moderno, Roma, Studium, 1976).

  • 19 Alberto Monticone, « Benedetto XV e la Germania », in Giorgio Rumi (dir.), Benedetto XV e la pace, (...)
  • 20 Roberto Morozzo Della Rocca, La fede e la guerra, Roma, Studium, 1980.
  • 21 Francesco Traniello, Città dell’uomo. Cattolici, partito e Stato nella storia d’Italia, Bologna, Il (...)

21Alberto Monticone s’est intéressé avec une extraordinaire sensibilité à l’inspiration chrétienne du pacifisme de Benoît XV19, lançant en outre des études pionnières sur la mentalité religieuse des soldats italiens, suscitant de suggestives intuitions chez Roberto Morozzo Della Rocca sur les aumôniers militaires20. Francesco Traniello sur le conciliatorisme et l’héritage d’Antonio Rosmini, avec en outre une lecture convaincante de la culture politique du catholicisme dans l’histoire unitaire21 et Pier Giorgio Camaiani sur les motivations religieuses de la Question romaine complètent cette phase fondamentale et porteuse d’avenir de la production italienne en histoire religieuse suivant la voie ouverte par Émile Poulat.

  • 22 Jean-Dominique Durand, L’Église catholique dans la crise de l’Italie (1943-1948), Rome, EFR, 1991.
  • 23 Guido Verucci, La Chiesa nella società contemporanea, Laterza, Roma-Bari 1988.
  • 24 Maria Cristina Giuntella, La Fuci tra modernismo partito popolare e fascismo, Roma, Storia e Letter (...)
  • 25 Mario Casella, L’Azione cattolica nell’Italia contemporanea, Roma, Ave, 1992.
  • 26 Dizionario storico del movimento cattolico in Italia, 3 voll., Torino, Marietti, 1980.

22Sur une voie déjà ouverte sur le plan européen par des chercheurs français comme Jean-Marie Mayeur et René Rémond, se place l’étude précise des événements liés à des aspects politiques de la vie organisée des catholiques, comme l’a montré Jean-Dominique Durand dans ses ouvrages sur l’histoire de l’Église et des catholiques en Italie22. Nous prendrons donc en considération l’activité toujours originale et fructueuse de Maurilio Guasco avec ses études brillantes mais encore isolées sur le clergé (Storia del clero in Italia, Bari, Laterza, 1997), sa formation et surtout son rôle et sa présence à l’intérieur de l’histoire italienne ; de Danilo Veneruso avec ses travaux multiples et toujours riches de documentation et d’hypothèses interprétatives, et de Luigi Ganapini sous l’angle des idées, dans une autre mesure de Guido Verucci23, de Giorgio Campanini sur le versant de l’inspiration idéale de la religiosité personnelle, de Renato Moro sur La formazione della classe dirigente cattolica (Bologne, Il Mulino, 1979), de Maria Cristina Giuntella sur les expériences de frontière de la jeunesse catholique24, de Mario Casella sur l’Action Catholique25. Plus directement sur la présence des catholiques en politique, sur la nouvelle frontière ouverte par le Dizionario storico del movimento cattolico26, entreprise de synthèse, qui a suscité de nombreuses recherches sectorielles mais pas toujours d’égale valeur critique, se situent des chercheurs d’une nouvelle génération : Nicola Antonetti, Pierluigi Ballini, Alfredo Canavero, Bartolo Gariglio, Luisa Mangoni, Renato Moro, Giorgio Vecchio, Pier Giorgio Zunino et bien d’autres. Agostino Giovagnoli a parcouru avec intelligence l’aventure du projet démocrate chrétien et du parti catholique dans le deuxième après-guerre, à partir des racines du mouvement catholique (La cultura democristiana, Rome-Bari, Laterza, 1991).

  • 27 Annibale Zambarbieri, Il cattolicesimo tra crisi e rinnovamento, Brescia, Morcelliana, 1977.

23Une sensibilité toute particulière, avec des intuitions de grande finesse interprétative, caractérise un chercheur difficile à classer, Annibale Zambarbieri27, mais sans lequel on ne comprendrait pas certains aspects complexes.

L’histoire de la chrétienté

  • 28 Chiese nelle società. Verso un superamento della cristianità, Torino, Marietti, 1980.

24En 1980, un livre d’apparence modeste, négligé par l’historiographie, impose une réflexion risquée entre théologie de l’histoire et histoire de la thématique Église-société » : Chiese nelle società, qui propose un « dépassement de l’idée de chrétienté » ; à côté de contributions éclairantes de Giuseppe Alberigo, Marie Dominique Chenu et Paolo Siniscalco, est proposée une lecture nouvelle du mythe de la chrétienté par Giovanni Miccoli28.

  • 29 Giovanni Miccoli, Fra mito della cristianità e secolarizzazione, Casale Monferrato, Marietti, 1985.

25La leçon de Miccoli, spécialiste d’Histoire médiévale passé à l’étude des époques moderne et contemporaine, doté d’une sensibilité peu commune pour les canons de l’histoire religieuse, s’est concentrée avec une clarté de style elle aussi peu commune, sur une réflexion historiographique éloignée, au moins dans ses principes, de tous les présupposés idéologiques qui ont caractérisé aussi bien les positions libérales de Croce que le point de vue marxiste29.

26Le dépassement affirmé et réussi du point de vue apologétique catholique, et le désir de rechercher une Église vouée à la redécouverte et à l’interprétation du postulat évangélique, en même temps qu’à la ferme distinction entre dogmatique et théologie positive à la suite de la leçon du père Marie-Dominique Chenu, n’a pas empêché cependant, dans la robuste reconstruction d’une histoire de la chrétienté, dans l’effort pour mettre en évidence les liens et la continuité entre les expériences ecclésiales des XIXe et XXe siècles, un conditionnement évident en faveur d’une thèse qui tend à tout expliquer en suivant le fil rouge de la réponse-réaction ecclésiale intransigeante contre la déferlante de la modernité.

27Le jugement négatif sur l’histoire récente, formulé par la hiérarchie ecclésiastique comme « généalogie des erreurs modernes », dérivées selon la formulation repérée par Giovanni Miccoli dans le discours de la hiérarchie, dans la Réforme protestante et dans la Révolution française, le privilège de l’autorité sur les valeurs religieuses et dernièrement, le sort des minorités religieuses condamnées à la marginalisation ou à la disparition, le refus d’une réforme morale et doctrinale souhaitée par les milieux les plus éclairés – pensons à Antonio Rosmini – et enfin même l’échec du projet moral de Giuseppe Dossetti, qui a vu avorter son plan de rénovation politique, se retrouvent dans le travail de Miccoli avec une description de l’Église différente et éloignée de l’Église historique : dans le sens qu’en elle la réalité effective et documentée se révèle plus complexe et nuancée, dans la mesure où en son sein même naissent des expériences que l’on peut définir autres, comme celles de Jean XXIII et de Paul VI, c’est à dire de l’Église conciliaire. Ces fils de l’histoire qu’il reconduit à une unique matrice et qui suivent une seule voie descendante, en réalité croisent et contaminent des tendances et des présences diverses. Le défaut de l’historiographie religieuse de Miccoli réside précisément dans la répétition de l’historiographie catholique qu’il entend repousser, qui séparait si nettement des milieux différents, mais liés les uns aux autres indissolublement, comme la réponse réactionnaire intransigeante et la proposition conciliatoriste dérivant du catholicisme libéral.

L’officina de Bologne

  • 30 Giuseppe Alberigo (1926-2007). La figura e l’opera storiografica, Cristianesimo nella storia, 2008, (...)
  • 31 « Rivisitare Giovanni XXIII. Atti del colloquio internazionale di Bologna 1-3 giugno 2003 », Cristi (...)
  • 32 Voir Giuseppe Alberigo, Jean-Pierre Jossua, Il Vaticano II e la Chiesa, Brescia, Paideia, 1985.

28La figure humaine et la stature intellectuelle de Giuseppe Alberigo, historien du conciliatorisme ecclésial, élève de Delio Cantimori et de Hubert Jedin, fort d’un long militantisme avant tout spirituel aux côtés de Giuseppe Dossetti, sont inséparables de la vie intellectuelle de l’Istituto per le Scienze religiose, Centre de documentation voulu par le cardinal Lercaro en 195330. Son oeuvre historique et son profil culturel et moral lui donnent une place spéciale dans l’historiographie religieuse italienne et européenne. Il était en lien avec de nombreux Centres de recherche dans le monde entier, engagés dans les aventures intellectuelles qu’il a engagées dans les années 1980-1990 autour de la figure historique d’Angelo Giuseppe Roncalli-Jean XXIII (Colloque de Bergame en 1986), de l’histoire du concile Vatican II31 et de l’édition critique des textes conciliaires32. L’initiative de Dossetti du Centre de documentation – on ne soulignera jamais assez le caractère central de sa rencontre avec Dossetti et de sa fréquentation avant tout morale avec ce dernier – s’appuie cependant sur toute son expérience précédente de ses études de jeunesse sur la dynamique conciliaire, sur les traces de Jedin, sur l’épiscopat du XVe siècle et sur l’option conciliariste, son intérêt pour l’Église de mission et de frontière. Ces travaux annoncent ses productions de la maturité sur les synodes et sur la liturgie, jusqu’à l’édition déjà évoquée des textes conciliaires. La question de savoir si le christianisme italien a eu son identité particulière (Il cristianesimo in Italia, Rome-Bari, Laterza, 1989), l’obsession de l’unité ecclésiale perdue (Nostalgie di unità, Rome-Bari, Laterza, 1989), marquent une période d’engagements qui n’est pas encore complètement dépassée. En particulier, la longue période de travail sur Roncalli se concentre sur l’aspect prophétique de la discontinuité du pontificat de Jean XXIII, sans dissimuler les résistances et les oppositions qu’il a provoquées, pour une pleine compréhension de la figure et de la formation de Mgr Roncalli, sur les traces de la leçon inoubliable donnée par le cardinal Lercaro à l’Istituto Luigi Sturzo en 1965. Ce dernier, dirigé pendant des décennies par Gabriele De Rosa, est un point de référence pour les études d’histoire sociale et religieuse, grâce aux colloques, conférences, présentations de livres, qu’il organise régulièrement, les programmes de recherches qu’il promeut, les importants fonds d’archives qu’il accueille, l’énorme fonds Luigi Sturzo, mais aussi les papiers de nombreuses personnalités démocrates chrétiennes, l’un des derniers fonds reçus étant celui de Giulio Andreotti.

  • 33 Giuseppe Battelli, Santa Sede e vescovi nello Stato unitario, in Storia d’Italia, op. cit., p. 809- (...)

29La série d’études, d’éditions de textes et de colloques qui sort du Centre de Bologne, voit en action toute une équipe de travail alors inédite, composée de très jeunes chercheurs de l’Officina bolognese, ou si on préfère, du couvent de mendicité de la via San Vitale : Giuseppe Battelli, auteur d’ouvrages précieux sur Lercaro, sur Mgr Radini Tedeschi, maître de Roncalli, et sur l’épiscopat italien33, Alberto Melloni, qui mériterait tout un espace pour lui seul, comme héritier et épigone de la tradition de l’Institut, auteur d’études sur Jean XXIII et sur le concile Vatican II, capable de reprendre à l’exemple du maître, une histoire à cheval sur plusieurs périodes, et des projets de recherche vastes et imposants, réunissant des chercheurs aux personnalités diverses, pas seulement des historiens, certains s’engageant par la suite dans des voies différentes, mais tous partageant une matrice commune : Sandra Zampa, Nino Indelicato, Stefano Trinchese, sans oublier les plus jeunes Enrico Galavotti, Marcello Malpensa, Maria Teresa Fattori.

30Base de travail pour une nouvelle histoire de l’Église au XXe siècle, la publication des textes conciliaires insérés sans aucune ambiguité à l’intérieur du contexte historique de leur production, et soumis aux normes herméneutiques de l’analyse des textes, est un authentique outil d’interprétation historiographique et philologique. La conséquence de ces choix est la croissante, je dirais l’impérative attention à l’œcuménisme et aussi l’option induite et imprescriptible pour le monde des pauvres.

31En dernière analyse, nous pourrions évoquer d’Alberigo, avec Étienne Fouilloux, la méthode « rigoureuse fondée sur les sources ("méthode historicocritique", selon l’option maintes fois répétée d’Alberigo) la conception de l’histoire libre de toute contrainte hiérarchique, la capacité à trouver les moyens humains et financiers nécessaires » (Cristianesimo nella storia, 2008, p. 909-920).

32Il faut lier au travail de l’Istituto per le Scienze religiose et à la figure d’Alberigo, des intellectuels comme Mauro Pesce dans le domaine de la confrontation interreligieuse et du judaïsme, Pier Cesare Bori pour les doctrines théologiques, avec un approfondissement particulier de l’univers russe et, dans un secteur ouvert en France par René Rémond et Jean Delumeau, et en Italie déjà parcouru par Francesco Bolgiani et Daniele Menozzi, sur le thème de la déchristianisation et de la société sécularisée (ce dernier se livrant à une révision minutieuse et approfondie des structures intellectuelles et des racines culturelles de la chrétienté, de Léon XIII à Paul VI (Chiesa cattolica e secolarizzazione, Turin, Einaudi, 1993), thème déjà abordé en son temps par don Antonio Acerbi, avec ses réflexions approfondies sur les projets historiques sous-jacents aux pontificats du XXe siècle (La Chiesa nel tempo, Milan, Vita e Pensiero, 1979).

  • 34 Xenio Toscani a dirigé les trois denses volumes des Discorsi e scritti milanesi, Brescia, Istituto (...)
  • 35 Giovanbattista Varnier (dir.), I Sinodi postridentini della provincia ecclesiastica di Genova, Geno (...)

33Il faut également rappeler en complément l’activité de publication de textes et de correspondances de Giovanni Battista Montini, pape Paul VI, par l’Istituto Paolo VI de Brescia34. Sur cette ligne, on peut citer le travail d’autres Centres très actifs à la fois comme Centres d’Archives et Centres de recherches, à Milan, au sein de l’Université catholique du Sacré-Cœur, l’Archivio per il Movimento cattolico, à Rome l’Istituto Paolo VI per l’Azione Cattolica, à Grottaferrata, le Centro Igino Giordani, les Fondations dédiées à Giuseppe Tovini à Brescia, Giorgio La Pira à Florence et Giulio Pastore à Rome, celui consacré à don Primo Mazzolari à Marzobotto, placé sous la coordination de Giorgio Vecchio, aidé par Paolo Trionfini. Les synodes diocésains sont, depuis peu de temps, revenus au centre des préoccupations de la recherche, comme par exemple, les travaux lancés par Giovanbattista Varnier35. Sur l’épiscopat, outre Giuseppe Battelli, il existe une vaste et inégale production qui, de manière diverse, embrasse tout le territoire national. Ici s’imposent, pour aller vite, à partir des recherches pionnières de deux ecclésiastiques, Angelo Gambasin et Silvio Tramontin, Maria Lupi, Francesco M. Stabile, Tonino Cabizzosu, Giorgio Vecchio, Umberto Mazzone, Augusto D’Angelo, Roberto Violi, Alba Lazzaretto, enfin de Emma Fattorini, Cecilia Novelli et Roberta Fossati sur les présences féminines.

  • 36 Giovanni Vian, La riforma della chiesa per la restaurazione della società, Roma, Herder, 1998.
  • 37 Dues à différents maîtres d’œuvre : Lettere pastorali dei vescovi della Toscana, Genova, Marietti, (...)

34Plus spécifiquement sur les documents pastoraux régionaux, s’est concentrée l’attention de chercheurs comme Bruna Bocchini et Daniele Menozzi ainsi que Xenio Toscani, Maria Lupi, Marcello Malpensa et d’autres, sans oublier Giovanni Vian pour les visites apostoliques36, pour la Lombardie, la Toscane, l’Émilie, l’Ombrie et la Pouille37, avec des résultats, bien qu’encore incomplets en raison de la faiblesse de la documentation existante, très encourageants en termes de regeste du matériel pastoral, renouant avec des recherches lancées par Gabriele De Rosa dans les années 1950-1960.

Nouveaux horizons de l’histoire religieuse

35Au milieu des années 1990, deux importants ouvrages collectifs de synthèse attirent définitivement l’attention du public sur l’histoire religieuse, entendue comme reconstruction à part entière de la vie des catholiques en Italie : la Storia dell’Italia religiosa dirigée pour la partie contemporaine par Gabriele De Rosa (Rome-Bari, Laterza, 1995) et la Storia del cristianesimo, dirigée pour la partie contemporaine par Giovanni Filoramo et Daniele Menozzi (Rome-Bari, Laterza, 1997).

36Le cadre ne serait pas complet si l’on ne prenait pas en considération un chercheur comme Andrea Riccardi, élève de Pietro Scoppola, auteur d’importantes études sur Pie XII et Il potere del papa (Roma-Bari, Laterza, 1988), capable d’ouvertures, rares en histoire, sur la Méditerranée (Mediterraneo, Milan, Guerini, 1997), et d’intuitions suggestives ouvrant sur de nouveaux horizons surtout en termes de confrontation avec la modernité dans le kaléidoscope de la contemporaneité (Intransigenza e modernità, Rome-Bari, Laterza, 1996), et dans la perspective de la mise en valeur d’une coexistence pacifique entre les cultures religieuses dans l’aire méditerranéenne, point d’arrivée d’une précédente et très originale série de recherches centrées sur des aspects fondamentaux des mécanismes des pouvoirs romains.

37Chez Andrea Riccardi, les mérites du chercheur se mêlent au chemin œcuménique de la Communauté de Sant’Egidio qu’il a fondée et dirigée et au vaste objectif de l’engagement pour la paix et pour de meilleures conditions de vie dans le monde qui souffre, entraînant à ses côtés de nombreuses intelligences émergentes, de jeunes historiens et des intellectuels, comme notamment Marco Impagliazzo dans un climat inconnu dans le monde universitaire qui unit l’engagement humain et la passion pour l’étude, dans le partage d’une foi authentiquement vécue au service des plus humbles.

  • 38 Andrea Riccardi (dir.), Le chiese di Pio XII, Roma-Bari, Laterza, 1986.

38Une réflexion à part devrait être consacrée au débat, ouvert par Maurilio Guasco en son temps, et développé avec une grande richesse de suggestions, par Andrea Riccardi et aussi par Elio Guerriero, dans la Storia della Chiesa, autour d’une vision de l’histoire du christianisme plutôt que de l’histoire de Église, ou encore sur la nécessité d’une définition d’« Églises italiennes », concept pluraliste au pluriel38, jusqu’ici en quelque sorte écrasé sous l’expression de l’Église romaine.

Notes

1 Gaetano De Sanctis, Ricordi della mia vita, Firenze, Le Monnier, 1970.

2 Giorgio Falco, La santa romana repubblica. Profilo storico del Medio Evo, Napoli, Ricciardi, 1973.

3 Francesco Scaduto, Guarentigie pontificie, Torino, Unione tip. editrice1889.

4 Francesco Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa, Bologna, Il Mulino, 1974.

5 Luigi Salvatorelli, La politica della S. Sede dopo la guerra, Milano, Feltrinelli, 1977.

6 Sur lui, voir E. Buonaiuti storico del cristianesimo, Roma, Istituto storico per il Medioevo, 1978.

7 Giuseppe Ignesti, F. L. Ferrari e L’Observateur, Roma, Ebe, 1975. Voir de plus sa préface à Francesco L. Ferrari, Il regime fascista italiano, Rome, Storia e Letteratura, 1983.

8 Giuseppe Ignesti, Francia e S. Sede tra Pio IX e Leone XIII, Roma, Storia e Letteratura, 1988.

9 Stefano Jacini, Il tramonto del potere temporale nelle relazioni degli ambasciatori austriaci a Roma, Bari, Laterza, 1931.

10 Raffaele De Cesare, Roma e lo Stato del Papa, Milano, Longanesi, 1970.

11 Renato Mori, Il tramonto del potere temporale, Roma, Storia e Letteratura, 1967.

12 De l’immense production historique de Gabriele DeRosa, on mentionne seulement le volume rassemblé pour son 90e anniversaire, L’appagamento morale dell’animo, Soveria Manelli, Rubbettino, 2007, sous la direction de Concetta Argiolas, qui rassemble les écrits de De Rosa de sa dernière décennie d’activité.

13 Angelo Gambasin, Il movimento sociale nell’Opera dei Congressi, Roma, Università Gregoriana, 1958.

14 Luisa Mangoni, in partibus infidelium. Don G. De Luca, Torino, Einaudi, Torino 1989. Voir aussi les Actes du colloque Don Giuseppe De Luca e la cultura italiana del 900, Roma, Storia e Letteratura, 2001.

15 Giorgio Candeloro, Il movimento cattolico in Italia, Roma, Editori Riuniti, 1974.

16 Mario G. Rossi, Le origini del partito cattolico in Italia, Roma, Editori Riuniti, 1977.

17 « La Chiesa e il potere politico », in Storia d’Italia, Annali, vol. 9, Torino, Einaudi, 1986.

18 Pietro Scoppola, Crisi modernista e rinnovamento cattolico in Italia, Bologna, Il Mulino, 1961.

19 Alberto Monticone, « Benedetto XV e la Germania », in Giorgio Rumi (dir.), Benedetto XV e la pace, Brescia, Morcelliana 1990.

20 Roberto Morozzo Della Rocca, La fede e la guerra, Roma, Studium, 1980.

21 Francesco Traniello, Città dell’uomo. Cattolici, partito e Stato nella storia d’Italia, Bologna, Il Mulino, 1990.

22 Jean-Dominique Durand, L’Église catholique dans la crise de l’Italie (1943-1948), Rome, EFR, 1991.

23 Guido Verucci, La Chiesa nella società contemporanea, Laterza, Roma-Bari 1988.

24 Maria Cristina Giuntella, La Fuci tra modernismo partito popolare e fascismo, Roma, Storia e Letteratura, 2000.

25 Mario Casella, L’Azione cattolica nell’Italia contemporanea, Roma, Ave, 1992.

26 Dizionario storico del movimento cattolico in Italia, 3 voll., Torino, Marietti, 1980.

27 Annibale Zambarbieri, Il cattolicesimo tra crisi e rinnovamento, Brescia, Morcelliana, 1977.

28 Chiese nelle società. Verso un superamento della cristianità, Torino, Marietti, 1980.

29 Giovanni Miccoli, Fra mito della cristianità e secolarizzazione, Casale Monferrato, Marietti, 1985.

30 Giuseppe Alberigo (1926-2007). La figura e l’opera storiografica, Cristianesimo nella storia, 2008, fascicule entièrement consacré à l’historien de Bologne. Voir aussi L’officina bolognese, Bologna, Il Mulino, 2006.

31 « Rivisitare Giovanni XXIII. Atti del colloquio internazionale di Bologna 1-3 giugno 2003 », Cristianesimo nella storia, 2004. Sa critique dans Agostino Marchetto, Il Concilio ecumenico Vaticano II. Contrappunto per la sua storia, Città del Vaticano, Libreria Editrice Vaticana, 2005.

32 Voir Giuseppe Alberigo, Jean-Pierre Jossua, Il Vaticano II e la Chiesa, Brescia, Paideia, 1985.

33 Giuseppe Battelli, Santa Sede e vescovi nello Stato unitario, in Storia d’Italia, op. cit., p. 809-854. Un cadre d’ensemble des tendances historiographiques sur les thèmes abordés, in Giacomo Martina-U.Dovere (dir.), I grandi problemi della storiografia civile e religiosa, Roma, Dehoniane, 1999. Également Gabriele De Rosa (dir.), Storia dell’Italia religiosa, III, L’età contemporanea, Roma-Bari, Laterza, 1995 et plus récemment, Giuseppe Battelli, « La recente storiografia sulla chiesa in Italia nell’età contemporanea », Rivista di storia della chiesa in Italia, 2, 2007, p. 463-500.

34 Xenio Toscani a dirigé les trois denses volumes des Discorsi e scritti milanesi, Brescia, Istituto Paolo VI, 1997. Très importants sont les Scritti fucini, édités par Marcello Marcocchi, Roma, Studium, Roma 2004.

35 Giovanbattista Varnier (dir.), I Sinodi postridentini della provincia ecclesiastica di Genova, Genova, s. ed., 1997.

36 Giovanni Vian, La riforma della chiesa per la restaurazione della società, Roma, Herder, 1998.

37 Dues à différents maîtres d’œuvre : Lettere pastorali dei vescovi della Toscana, Genova, Marietti, 1990 ; Lettere pastorali dei vescovi della Lombardia, Roma, Herder, 1998 ; Lettere pastorali dei vescovi dell’Umbria, Roma, Herder, 1999 ; Lettere pastorali dei vescovi del Veneto, Roma, Herder, Roma 2002.

38 Andrea Riccardi (dir.), Le chiese di Pio XII, Roma-Bari, Laterza, 1986.

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Université Gabriele d’Annunzio, dont il est actuellement le doyen. Il est directeur du Centre interuniversitaire pour l’histoire de l’Adriatique. Il a publié récemment, L’altro De Gasperi. Un italiano nell’impero asburgico (2007), Adriatico contemporaneo. Rotte e percezioni del mare comune (2008), Turchia europea (2010) et Rotte adriatiche (2010).

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search