Version classiqueVersion mobile

Le monde de l’histoire religieuse

 | 
Jean-Dominique Durand

L’histoire religieuse en France

Jean-Dominique Durand

Résumé

La France connaît une histoire religieuse qui s’est totalement déconfessionnalisée et est devenue réellement scientifique, comme le montre Jean-Dominique Durand. Grâce notamment à l’apport des sciences sociales, de nouveaux champs de recherche se sont ouverts, dont cet article fait l’inventaire.

Texte intégral

  • 1 Pierre Letamendia, Le mouvement Républicain Populaire. Histoire d’un grand parti français,(...)
  • 2 Guy Bedouelle, Jean-Paul Costa, Les laïcités à la française, Paris, PUF, 1998, p. 91-109 ; (...)
  • 3 La note qui porte la référence 9/46 est du 5 mars 1946. Archives diocésaines de Cambrai. J (...)

1En mars 1946, juste après la guerre, dans le contexte de la reconstruction, du rôle nouveau joué par les catholiques dans la société française, dans le souvenir de la Résistance et suite aux succès électoraux du Mouvement Républicain Populaire, parti d’inspiration chrétienne1, et du retour des grands débats sur la laïcité, en particulier autour de l’école2, le Secrétariat de l’Épiscopat prépara une note pour les évêques français sur L’enseignement de l’histoire du christianisme dans l’Université de France3. Le document insistait, sans cacher de la satisfaction, sur l’évolution de cet enseignement et de la recherche scientifique sur laquelle il s’appuyait :

  • 4 Sur le Modernisme : Maurilio Guasco, Modernisme. Les faits, les idées, les personnages, Pa (...)
  • 5 Charles Guignebert (1867-1939), historien et exégète, enseignait l’histoire du christianis (...)

L’enseignement de l’histoire des religions a été créé dans l’Université de France avec un personnel et une orientation nettement anticatholique, sinon antireligieuse : les chaires qui l’intéressent ont été établies en 1906 en utilisant les fonds laissés vacants par la suppression, à la suite de la loi de Séparation, des facultés de théologie de Paris et de Toulouse. Sur les six premiers professeurs titulaires (cinq à Paris, un à Montpellier), un seul était catholique. L’Université d’autre part accueillit avec honneur plusieurs prêtres sortis de l’Église au moment de la crise moderniste (Loisy, Alfaric, Toussaint, d’autres encore)4.
Au bout d’une génération, on constate un fait digne de remarque. Ce premier personnel n’a pu être relevé par une génération de disciples représentant le même état d’esprit ; il y a pour ainsi dire épuisement de cette critique historique anti-chrétienne. Fait symbolique : à sa mort, Ch. Guignebert5 demanda à la Sorbonne que sa chaire ne fût pas maintenue ; il semble que Ch. Guignebert ait plus ou moins consciemment senti que le fanatisme anticatholique avait fait son temps, que la tendance qu’il représentait était arrivée à bout de course.

2Puis l’auteur de la note se réjouissait de la promotion de plusieurs professeurs notoirement chrétiens : Henri-Irénée Marrou sur le poste de Guignebert, Jean Orcibal, Étienne Gilson, à Paris, Augustin Fliche à Montpellier, Jean-Rémy Palanque à Aix-en-Provence et il avançait une explication :

Ce changement si heureux est dû à la présence d’une phalange de jeunes érudits catholiques dans un domaine abandonné depuis Renan aux seuls incroyants ou apostats. L’Université a tenu à faire la preuve qu’elle n’est animée d’aucune arrière-pensée ; recrutée par cooptation, elle se doit de ne subir aucune pression d’ordre politique ou sectaire ; son ambition est de refléter fidèlement l’état de la science : elle cherche à coopter les meilleurs représentants de chaque discipline ; là où ils sont chrétiens, ils s’imposent… […] Là où subsistent des anticatholiques, c’est parce qu’aucun catholique n’était présent pour les surclasser.

  • 6 Le père André-Jean Festugière, helléniste, directeur des études à l’E.P.H.E., membre de l’ (...)

3L’observation s’étendait aussi à la Section « Sciences religieuses » de l’École Pratique des Hautes Études, fondée en 1885 pour remplacer les facultés de Théologie supprimées, conçue comme « une citadelle anti-chrétienne où les apostats modernistes trouvèrent souvent le meilleur accueil ». Mais aujourd’hui, observait encore l’auteur de la note, on compte parmi les professeurs, Gabriel Le Bras, et même des prêtres, comme le chanoine Arquillière, doyen de la Faculté de Théologie de l’Institut Catholique de Paris, ou le dominicain Festugière6.

  • 7 René Rémond, « L’histoire religieuse de la France au XXe siècle », in XXe siècle, revue d’ (...)
  • 8 Cité dans Marc Venard, « Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiogr (...)

4L’observation de cette Note pour les évêques, qui prenait un point de vue plus confessionnel, pouvait être complétée par les observations plus méthodologiques d’historiens. Allant dans le même sens, René Rémond relevait qu’au lendemain de la guerre, l’histoire religieuse était, pour la période contemporaine, « une histoire négligée, méconnue, dépréciée »7. Pourtant, en 1962, André Latreille pouvait affirmer que « l’Histoire religieuse représente aujourd’hui un des domaines de l’histoire générale les plus activement et les fructueusement travaillés en France »8, soulignant ainsi l’ampleur du chemin parcouru en quelques années. En 1994, j’écrivais moi-même avec Claude Prudhomme, dans l’introduction à un Guide de recherche en histoire religieuse :

  • 9 Jean-Dominique Durand, Claude Prudhomme, Guide du chercheur en histoire religieuse. Départ (...)

La vitalité de l’histoire religieuse n’est plus aujourd’hui à démontrer. Longtemps marginale dans le système universitaire français, suspectée de confessionnalisme, voire de cléricalisme, elle était reconnue seulement pour les périodes hautes de l’histoire. […] Les travaux, les colloques, les thèses, se sont multipliés ces dernières années, renouvelant en profondeur les méthodes et les problématiques. Ils ont facilité la prise de conscience de l’importance des facteurs religieux dans l’histoire. A travers l’exploration des rites, de la foi, des croyances et de leurs implications, l’on atteint la substance même de l’homme et de ses motivations dans le domaine politique, social, économique ou culturel. […] L’histoire religieuse est bien une histoire ouverte, une histoire globale de l’homme9.

  • 10 On dispose de divers bilans historiographiques pour la France : Claude Langlois, « Trente (...)
  • 11 Paris, Desclée, 14 volumes, 1990-2000.
  • 12 Édités par Paul Christophe, 9 volumes, Paris, Éditions du Cerf, 1994-2003. Voir les Actes (...)
  • 13 Avec une double édition, italienne à Bologne (Istituto per le Scienze Religiose, 2004) et (...)
  • 14 Par exemple Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la Papauté, Paris, Fayar (...)
  • 15 Étienne Fouilloux, « La percée de l’histoire religieuse en France », in Écrire l’histoire (...)

5Il est vrai que la production historiographique en Histoire religieuse a connu une croissance exponentielle pour toutes les périodes de l’histoire10 : recherches individuelles, Actes de colloques, grandes œuvres collectives comme l’Histoire du Christianisme dirigée par Charles Pietri, André Vauchez, Marc Venard et Jean-Marie Mayeur11, éditions scientifiques de documents comme les fameux Carnets du cardinal Alfred Baudrillart12 ou le Journal de France de Mgr Roncalli préparée par Étienne Fouilloux13, des dictionnaires14. Étienne Fouilloux parle d’une « percée de l’histoire religieuse » en France15.

6Comment est-on parvenu à cette activité puissante et rigoureusement scientifique ? Il s’agit d’un long parcours qu’il convient de retracer depuis le concept d’Histoire ecclésiastique à celui d’Histoire religieuse, en soulignant l’évolution de la discipline et l’émergence, sous la pression des demandes de la société, de champs de recherche longtemps négligés.

De l’Histoire ecclésiastique à l’Histoire religieuse

  • 16 Paolo Siniscalco, « Sulla concezione della storia in età patristica », in Cristianesimo e (...)
  • 17 Collection Sources Chrétiennes, Paris, Éditions du Cerf. En 2006, a été publié le 500e vol (...)
  • 18 Guy Bedouelle, L’Histoire de l’Église, Luxembourg, Éditions Saint-Paul, 1997, p. 34-35, et (...)
  • 19 Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées. Le traitement des sources dans l (...)

7Le XXe siècle historiographique a vu l’affirmation de méthodes scientifiques placées au service de l’histoire de l’Église et de la religion, et l’abandon du concept d’Histoire ecclésiastique hérité des Historiae ecclesiasticae des Pères de l’Église16, une grande tradition à partir d’Eusèbe de Césarée, poursuivie par bien d’autres17. Elle a prospéré à travers le Moyen Âge, avec des liens forts avec l’institution ecclésiale18, les controverses avec le protestantisme et les philosophes des Lumières à l’époque moderne19, puis le XIXe siècle et le début du XXe, dans un contexte conflictuel avec les États. L’Histoire ecclésiastique avait une vocation à la confrontation afin de renforcer le clergé et les laïcs dans leurs convictions et dans leurs engagements au service de l’Église. L’Histoire était conçue comme une arme dans les batailles que l’Église catholique devait conduire, mais sans exclure l’érudition la plus rigoureuse comme en témoignent les Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique de Sébastien Le Nain de Tillemont (seize volumes publiés entre 1644 et 1650) ou, au début du XVIIIe siècle, les trente-six volumes de l’Histoire ecclésiastique de l’abbé Fleury.

  • 20 Daniel Moulinet, « Regard sur les Histoires générales de l’Église publiées en France au co (...)
  • 21 Voir les critiques apportées par Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris (...)

8Ce concept d’une histoire ecclésiastique nourrit encore à Louvain la création de la Revue d’Histoire Ecclésiastique (RHE) en 1900, et dix ans plus tard, celle de la Revue d’Histoire de l’Église de France (RHEF) comme organe de la Société d’Histoire Ecclésiastique de la France, mais déjà avec la volonté de sortir de l’apologétique encore dominante chez tant d’auteurs, tels que le sulpicien Fernand Mourret qui concevait son Histoire générale de l’Église publiée entre 1914 et 1921 en neuf volumes, comme « l’histoire du règne de la vérité »20, avec une grande attention à l’institution ecclésiastique, et aux grandes figures de papes et de saints. Dans une tendance semblable, un laïc, Robert Dufourcq, professeur à l’Université de Bordeaux, publia entre 1903 et 1953, dans l’espace d’un demi siècle, L’Avenir du Christianisme, en dix volumes. Ces deux auteurs étaient cependant influencés par l’École méthodique, qui fondait la recherche historique sur le document, mais selon une définition étroite du document limité aux aspects officiels de la vie de l’Église21.

  • 22 Luc Courtois, « Paulin Ladeuze (1870-1940) et les débuts de la Revue d’Histoire ecclésiast (...)

9Mais surtout, la Revue d’Histoire Ecclésiastique a voulu affirmer que « l’Église n’a pas besoin de mensonges » selon l’expression de Léon van der Essen, Professeur à Louvain, et élève de Paulin Ladeuze et d’Alfred Cauchie, les fondateurs de la revue22, et que dans les grands débats auxquels l’Église était désormais confrontée, la connaissance historique était fondamentale. L’historien belge Luc Courtois écrit à propos de l’exorde de la revue :

  • 23 Ibidem, p. 451.

Conçue d’abord comme un instrument pour stimuler et entretenir l’ardeur scientifique des anciens membres du Séminaire, elle ne tarda pas à se hisser au petit nombre des outils de travail indispensables aux études historiques, y compris dans les milieux profanes. Ce qui la caractérise d’emblée, c’est un état d’esprit qui, en rupture avec l’apologétique dogmatique traditionnelle, entendait discuter les problèmes d’histoire ecclésiastique nés du progrès des sciences historiques sur un terrain scientifique et sans confusion des genres23.

10Sans abandonner l’expression Histoire ecclésiastique, les spécialistes sont passés à une histoire véritablement scientifique, souvent dénommée Histoire de l’Église, récusant une orientation si ce n’est confessionnelle, du moins apologétique. L’un des meilleurs produits en reste la Nouvelle Histoire de l’Église, dirigée par Roger Aubert, M.D. Knowles et L. J. Rogier, publiée en cinq volumes par l’éditeur Le Seuil entre 1963 et 1975, c’est à dire dans le contexte du concile de Vatican II, mais pensée avant celui-ci. L’entreprise était œcuménique et internationale, intégrée dans une dialectique religieuse, mais qui invitait à une pratique scientifique, comme l’écrit le chanoine Aubert dans son introduction générale qui se voulait un discours de la méthode en histoire religieuse et une réflexion entre théologie et histoire. Pour lui, la vérité scientifique s’imposait :

  • 24 Roger Aubert, « Introduction », in Jean Daniélou et Henri Marrou, Des origines à saint Gré (...)

Le théologien nous présente le point de vue de Dieu sur la nature profonde de l’Église et son rôle dans le mystère du salut de l’humanité. L’historien de l’Église nous décrit les vicissitudes concrètes de cette Église replacées dans le cadre plus général des événements profanes, sans aucune intention apologétique ni édifiante, mû par le seul souci de montrer et d’expliquer, selon la formule de Ranke, was geschehen ist, ce qui s’est passé. Or, à ce plan, pas plus qu’il n’y a deux sortes de mathématiques, l’une qui serait chrétienne et l’autre pas, il ne peut pas non plus y avoir deux sortes d’histoires de l’Église, l’une inspirée par la théologie et l’autre pas : il n’y a qu’une histoire de l’Église, la vraie, la même pour tous. En effet, il n’y a pas deux vérités, une vérité scientifique et une vérité religieuse. Tout ce qui est vérité scientifique établie est vérité purement et simplement, s’imposant comme telle aux catholiques aussi bien qu’aux non-catholiques, et ne peut donc être incompatible avec les données de la foi, si nous admettons que cette vérité religieuse est également « la » vérité.24

  • 25 La collection a été ensuite reprise et poursuivie par l’éditeur italien San Paolo.

11Ce travail avait été préparé par l’Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours, commencée en 1934 et terminée à la veille du concile en 196225, un monument de vingt-quatre volumes, pensé et structuré par un laïc et un ecclésiastique, Augustin Fliche Professeur à l’Université de Montpellier, et Mgr Victor Martin, doyen de la Faculté de Théologie de Strasbourg. Après leur décès, respectivement en 1951 et en 1945, le principe d’une double direction laïque / ecclésiastique, fut maintenu, avec Mgr Émile Amann et le père Eugène Jarry, et Jean-Baptiste Duroselle. Les volumes ont été publiés sans imprimatur, et une trentaine de spécialistes, venus indifféremment des Universités d’État ou catholiques, y ont collaboré. Selon une méthode semblable, les professeurs des Universités publiques, Jean-Rémy Palanque (Aix-en-Provence), André Latreille (Lyon) et René Rémond (Paris) se sont associés au chanoine Delaruelle pour publier entre 1957 et 1962, une Histoire du Catholicisme en France.

  • 26 Hubert Bost, Théologie et Histoire. Au croisement des discours, Paris-Genève, Cerf-Labor e (...)
  • 27 Hubert Jedin, « Introduzione alla storia della Chiesa », in Karl Baus, Storia della Chiesa (...)

12L’on est entré ainsi dans une phase nouvelle d’approche de l’histoire du christianisme, qui souligne la question de l’autonomie du chercheur croyant dans son rapport au dogme. L’Histoire de l’Église restait avant tout une discipline théologique et fondamentalement, un secteur de l’apologétique. L’historien protestant Hubert Bost en parle comme d’une « discipline de la théologie »26. L’historien allemand Hubert Jedin soutient la complexité d’une histoire de l’Église qui est en même temps selon lui, discipline théologique et science historique, ce qui, selon Henri-Irénée Marrou, est « lourd d’ambiguité »27.

  • 28 Maurilio Guasco, « Teologia e storia della Chiesa », in Dizionario teologico interdiscipli (...)
  • 29 Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées », art. cit.

13Le passage à l’histoire générale, c’est à dire la reconnaissance de l’Histoire religieuse comme un secteur de l’histoire générale – de même qu’il existe une Histoire des relations internationales ou une Histoire économique, se fit à travers le concept d’Histoire religieuse qui prend en considération en pleine indépendance, les faits religieux dans toutes leurs dimensions. Claude Langlois nota que « cette promotion de l’histoire religieuse dans le cadre d’une histoire toute laïque s’est accompagnée d’une disparition de fait de l’Histoire de l’Église », d’inspiration plus théologique28. Tel est le sens de la fondation en 1974, de l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine par Jacques Gadille et Jean-Marie Mayeur, et dix ans plus tard, la Société d’Histoire ecclésiastique de la France se transforma en Societé d’Histoire Religieuse de la France. Une différence sémantique fondamentale dans le contexte de la laïcité française, qui traduit aussi un choix méthodologique. Dans la même période, Jean Delumeau publia sa fameuse Histoire vécue du peuple chrétien, puis Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire publièrent une Histoire religieuse de la France contemporaine en trois volumes (Privat, 1986- 1988) et Jacques Le Goff et René Rémond dirigèrent les quatre volumes de l’Histoire de la France religieuse (Seuil, 1988-1989). En 1990, sortait le premier des quatorze volumes de l’Histoire du Christianisme qui se voulait une histoire non confessionnelle, sans frontières, bien intégrée dans l’histoire générale, une histoire laïcisée dans le sens où elle se trouvait « déconnectée des hiérarchies religieuses »29. Claude Langlois l’interprêta comme l’œuvre d’une génération, celle de Jean-Marie Mayeur, Charles Piétri, Marc Vénard, Jacques Gadille :

  • 30 Claude Langlois, « Faire l’histoire du christianisme », in Histoire du Christianisme, XIV, (...)

Une génération conquérante, collective, organique, voulant faire de cette histoire un emblème, sans agressivité, une réalité qui s’impose, sans complexe. A travers leur réalisation se lit aussi une passation de pouvoir, qui s’est opérée progressivement dans la deuxième décennie du XXe siècle, des clercs historiens aux historiens universitaires qui ne sont point clercs30.

L’évolution de la discipline

  • 31 À mettre à jour avec Roger Aubert, « Les nouvelles frontières de l’historiographie ecclési (...)

14L’affirmation de la présence de l’Histoire religieuse dans les Universités publiques françaises s’est faite en parallèlle avec le développement des sciences humaines et sociales, et à leur contact. En conséquence, elle a connu une évolution marquée par de nouvelles positions, par l’ouverture à d’autres disciplines et par l’ouverture de nouveaux fonds d’archives non encore exploités. Fondateur de ce point de vue et toujours utile bien que publié il y a plus de trente-cinq ans, en 1975, est le livre dirigé par Jean-Marie Mayeur, L’Histoire religieuse de la France 19e-20esiècle. Problèmes et méthodes31.

  • 32 Lucien Febvre, Un destin. Martin Luther, Paris, PUF, 1928.
  • 33 Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Mgr Dupanloup 1849- 1878. (...)
  • 34 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle : la vie religieuse des populations du d (...)

15Si l’histoire ecclésiastique, avec ses méthodes d’érudition et son attachement à l’étude des institutions, devait beaucoup à la méthode positiviste, le passage au concept d’histoire religieuse doit beaucoup à l’influence de l’École des Annales portée par la revue Annales d’histoire économique et sociale, fondée par Lucien Febvre en 1929. Dans son livre, Un destin. Martin Luther (1928), celui-ci avait souligné « le problème des rapports de l’individu et de la collectivité, problème capital de l’histoire »32. L’École des Annales ouvrait à de nouvelles sources, donc à de nouveaux questionnements, comme en témoignent les premières thèses de Doctorat sur l’histoire de diocèses comme celles de Christiane Marcilhacy sur le diocèse d’Orléans durant l’épiscopat de Dupanloup, et de Louis Perouas consacrée au diocèse de La Rochelle de 1648 à 172433 (puis parmi d’autres, Yves-Marie Hilaire pour Arras, Gérard Cholvy pour Montpellier, Jacques-Olivier Boudon pour Paris34).

  • 35 Émile Mâle, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France depuis la fin des guerres de (...)
  • 36 Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guer (...)
  • 37 Bernard Hours, « Les historiens et l’Histoire littéraire du sentiment religieux », in Étie (...)
  • 38 Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées », art. cit.

16L’identification de nouvelles sources permet d’affirmer que tout peut être source pour l’historien : la voie a été ouverte notamment par Émile Mâle avec les sources iconographiques35 et par l’abbé Henri Bremond qui nourrit sa monumentale Histoire littéraire du sentiment religieux non seulement avec les grandes œuvres littéraires, mais aussi avec les livres de piété, les poésies et tant d’autres sources dites « mineures »36, bien que reconnues tardivement par les historiens37. « La liste des sources, note Dominique Julia, dont s’est emparée l’histoire de la vie religieuse n’a cessé de s’allonger depuis trente ans »38.

  • 39 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, (...)
  • 40 Isabelle Saint-Martin, Voir, savoir, croire. Catéchismes et pédagogie par l’image au XIXe (...)
  • 41 Sur ce thème, voir par exemple Valentine Zuber (dir.), Un objet de science, le catholicism (...)

17On peut penser à l’importance, dans certaines thèses récentes, des bulletins diocésains et paroissiaux, des registres de catholicité, des images de dévotion39. Ces sources que l’on peut dire « neuves » parce qu’elles ont été mises en lumière par l’histoire universitaire depuis relativement peu de temps, ont ouvert la voie à l’examen de nouvelles problématiques : pèlerinages, dévotions, cultes populaires, formes de piété, images40, mais aussi superstitions et dissidences, la foi vécue, ce qui a permis de revisiter à frais nouveaux également les relations entre religion et politique, économie, société41.

18Étienne Fouilloux fait la distinction entre les deux versants de la recherche en Histoire religieuse :

  • 42 Étienne Fouilloux, Au cœur du XXe siècle religieux, Paris, Les Editions ouvrières, 1993, p (...)

Celui qu’on peut appeler externe est de loin le plus fréquenté. Il évalue l’influence de la foi, quelle qu’elle soit, sur les comportements démocraphiques, sociaux ou politiques. […] Le versant interne, en quête d’une histoire de la culture religieuse contemporaine : histoire des croyances et de leurs représentations, histoire des spiritualités et des théologies. Sur ce chemin, deux séries d’obstacles majeurs. L’histoire profane incline à penser qu’il s’agit là de questions de chapelle, sinon de boutique, sans intérêt pour le plus grand nombre. Les Églises demeurent réticentes envers une intrusion, jugée indiscrète, dans le saint des saints : étudier la pratique, sans doute, mais la foi pensée et vécue ?42

  • 43 François Dosse, Michel de Certeau. Le marcheur blessé, Paris, 2002.

19Ces évolutions se sont nourries d’une ouverture et d’une confrontation avec les autres disciplines, les diverses sciences humaines, avec leurs interrogations, leurs méthodes : théologie, géographie, sciences économiques, démographie, ethnologie, anthropologie, histoire de l’art, histoire sociale, sciences politiques, sans oublier plus récemment, la psychanalyse avec Michel de Certeau qui entend puiser dans les sciences humaines en plein essor : histoire, anthropologie et linguistique structurales, psychanalyse lacanienne ou sociologie culturelle. Il occupe de 1984 à sa mort en 1986, à l’EHESS (Paris) une chaire d’Anthropologie historique des croyances XVIe-XVIIIe siècles43.

  • 44 Gabriel Le Bras, « Statistique en histoire religieuse. Pour un examen détaillé et pour une (...)
  • 45 Fernand Boulard, Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Les Editions ouvriè (...)
  • 46 Le quatrième volume consacré au grand Sud-Est de la France a été publié à Lyon en 2011 : B (...)
  • 47 Émile Poulat, « L’Histoire sociale et religieuse depuis Gabriel Le Bras », Ricerche di sto (...)

20C’est surtout avec la sociologie que des liens plus étroits ont été établis. Le Groupe de sociologie des religions, fondé dans le cadre du C.N.R.S. en 1954, à l’initiative d’Henri Desroche, avec François Isambert, Jacques Maître et Émile Poulat, avec le soutien de Gabriel Le Bras, a été d’un grand secours pour les historiens, et inversement. Gabriel Le Bras a eu ici un rôle très important, en fondant dans les années 1930 la sociologie religieuse. Il proposa une géographie religieuse de la France et établit un programme de recherches fondé sur des statistiques et une cartographie44, qui déboucha sur son Introduction à l’histoire de la pratique religieuse en France, publiée en deux volumes en 1942 et en 1945. Il proposait ainsi une histoire religieuse des paroisses, analysant les gestes de la foi des populations françaises, et il identifiait les terres de chrétienté et les terres aux pratiques faibles. En 1947, le chanoine Fernand Boulard dessina la carte de la pratique religieuse de la France rurale45. Puis il fut le constructeur des fameux Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français XIXe-XXesiècles, avec quatre grands volumes régionaux qui offrent une géographie religieuse de la France46. Cette attention à la cartographie est également liée à la structure de l’enseignement de l’histoire en France, à l’Université comme dans les lycées, fondé sur un lien très fort avec la géographie, qui conduit à une attention soutenue à la cartographie des phénomènes. Le lien entre sociologie et histoire, pour passer de l’une à l’autre, ou les pratiquer ensemble, est aussi une caractéristique de la recherche française en Histoire religieuse, de Jean Delumeau et Jacques Le Goff à Denis Pelletier, en passant par Louis Pérouas, Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire et Michel Vovelle47.

  • 48 Cosimo Semeraro (dir.), Leone XIII e gli studi storici, Città del Vaticano, LEV, 2004 ; Lu (...)
  • 49 Après le beau travail de Jean-Marc Ticchi sur la fin du XIXe et le début du XXe siècle, Au (...)
  • 50 Catherine Dormont, Les Semaines Sociales de France, guide des sources, Lyon, Archives Muni (...)

21L’historiographie religieuse a connu de nouveaux développements également avec l’ouverture à la recherche de nouveaux fonds d’archives. Il suffit de penser à l’encouragement représenté par la décision du pape Léon XIII d’ouvrir les archives du Saint-Siège en 188448, ce qui favorisa les travaux réalisés dans le cadre de l’École Française de Rome. L’historien ne peut que se réjouir de la possibilité de travailler sur les fonds du Vatican jusqu’à la fin du pontificat de Pie XI (1939), ce qui a déjà suscité plusieurs thèses importantes, consacrées notamment aux relations internationales du Saint-Siège49. Même s’il faut encore attendre quelque temps pour le pontificat de Pie XII, on ne peut que se réjouir aussi de l’ouverture aujourd’hui plus libérale des archives diocésaines et de celles des congrégations religieuses, longtemps méfiantes. Des difficultés ne manquent pas parfois encore pour y accéder, notamment en ce qui concerne les Archives de l’Église de France. Il convient de souligner encore l’importance des papiers personnels de personnalités politiques ou d’intellectuels catholiques, disponibles parfois dans les familles ou dans des Centres spécialisés comme le Cercle Jacques et Raïssa Maritain à Kolbsheim, près de Strasbourg, qui conserve la bibliothèque et les papiers du philosophe, ou dans des Archives publiques (les Archives municipales de Lyon conservent les archives des Semaines Sociales de France et celles de nombreux protagonistes du catholicisme social lyonnais50), ou dans des bibliothèques (les papiers du philosophe Gabriel Marcel, ceux de l’historien René Rémond, et de bien d’autres, ont été déposés à la Bibliothèque Nationale de France).

Domaines de recherche et demandes de la société

22Jean Delumeau fait deux observations :

  • 51 Jean Delumeau, L’historien et la foi, Paris, Fayard, 1996, p. 7-8.

- En dépit ou à cause de la déchristianisation actuelle, l’histoire religieuse dans son acception la plus large est actuellement florissante en France. Elle constitue un secteur de pointe de la recherche.
- S’agissant du christianisme, les laïcs ont presque totalement remplacé les hommes d’Église dans ce champ du travail historique. Et même s’ils appartiennent à une confession chrétienne, ils conduisent leurs enquêtes et publient leurs résultats en toute indépendance et en dehors de tout esprit apologétique51.

23Il est aisé de relever des faits et des évolutions notables qui, au cours du XXe siècle, permettent d’illustrer cette double observation de l’historien. L’on peut s’arrêter par exemple, sans rechercher l’exhaustivité, sur trois événements et deux évolutions.

  • 52 Pierre Sorlin, La Croix et les juifs, Paris, Grasset, 1967 ; François Delpech, Sur les Jui (...)
  • 53 Catherine Brice, Giovanni Miccoli (dir.), Les racines chrétiennes de l’antisémitisme polit (...)
  • 54 Annette Becker, Danielle Delmaire, Frédéric Gugelot, Juifs et chrétiens : entre ignorance, (...)
  • 55 Numéro 192, janvier-juin 2010.
  • 56 Lettre du cardinal Albert Decourtray aux membres de la Commission, 28 juin 1990, in René R(...)
  • 57 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000 ; Esther Benbassa, La so (...)

24La Shoah invite à revisiter l’histoire des relations entre l’Église et la Synagogue, sous l’impulsion de Jules Isaac, à la recherche de l’antisémitisme, avec une sensibilité neuve et des questionnements renouvelés. Comment le crime a-t-il été possible ? Pourquoi Auschwitz ? Des historiens ont développé des recherches afin de tenter de comprendre avec les mentalités religieuses, le rapport entre les religions, les théologies : les travaux de Danielle Delmaire, François Delpech, Jean Dujardin, Pierre Pierrard, Pierre Sorlin, sont fondamentaux52. Il s’agit de reprendre avec « un autre regard », selon l’expression du père Dujardin, divers dossiers, comme l’antisémitisme chrétien, l’Affaire Dreyfus, Pie XII et la Deuxième Guerre mondiale, Vichy et l’occupation de la France53. Un important ouvrage collectif a en 2002 rassemblé de nombreuses contributions sur le thème du rapport entre juifs et chrétiens54, tandis que dans l’une de ses plus récentes livraisons, la Revue d’histoire de la Shoah a consacré un numéro aux « Catholiques et Protestants français après la Shoah »55. Il faudrait s’arrêter sur la décision du cardinal Albert Decourtray, archevêque de Lyon, d’ouvrier en 1989 les archives du diocèse à une Commission d’historiens, présidée par René Rémond, pour éclairer ce que l’on appelait l’Affaire Touvier, du nom de Paul Touvier, un responsable de la milice de Vichy, accusé de crimes contre l’humanité, soupçonné d’avoir reçu des soutiens au sein de l’Église catholique. Pour l’archevêque, il s’agissait de « servir la vérité historique […] afin d’en tirer des enseignements pour l’avenir dont nous sommes responsables »56. C’est bien toute la question de la mémoire du génocide qui est à reprendre, travail dans lequel les philosophes se sont engagés, plus que les historiens57.

  • 58 Voir la belle synthèse de Claude Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation XVI°-XXe (...)
  • 59 Jean Comby (dir.), Diffusion et acculturation du christianisme (XIXe -XXe siècles). Vingt- (...)
  • 60 Jean-Dominique Durand, « La missiologie, un vaste monde », in ibidem, p. 659-673.
  • 61 Claude Prudhomme, « Cinquante ans d’histoire des missions catholiques en France : l’âge un (...)
  • 62 Oissila Saaïdia, L’État français et les religions en contexte colonial : État colonial, ca (...)

25Autre fait marquant du deuxième XXe siècle, la décolonisation a conduit à un retour sur l’histoire coloniale et particulièrement sur l’histoire des missions, un secteur très vivant de l’histoire religieuse, qui s’est développé sous l’impulsion de Jacques Gadille, et se poursuit aujourd’hui notamment sous celle de Claude Prudhomme58. Elle s’affirme comme une histoire œcuménique, comme l’avait conçue Gadille lorsqu’il fonda en 1985 le Centre de Recherches et d’Échanges sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC)59. Le rapport entre mission et colonisation, l’émergence des Églises locales, la formation d’un clergé indigène, la question de l’acculturation et de l’inculturation, sont quelques unes des problématiques apparues dans l’historiographie à partir de l’événement décolonisation. La missiologie est devenue un terrain de recherche particulièrement fécond60, comme en témoigne le bilan historiographique proposé dans le premier numéro d’une nouvelle revue, Histoire & Missions chrétiennes, qui prit la suite de la revue Mémoire spiritaine (1995-2006), fondée en 2007 par un historien spiritain, Paul Coulon, publiée par l’éditeur Karthala, specialisé dans l’histoire des missions et des rencontres entre les cultures et les peuples. Claude Prudhomme y montre le développement des études universitaires depuis les années 1970-198061. Sur la question religieuse coloniale, Oissila Saaïdia ouvre de nouvelles pistes avec son Mémoire d’Habilitation consacré à l’Algérie62.

  • 63 Bruno Dumézil, Les racines chrétiennes de l’Europe. Conversion et liberté dans les royaume (...)
  • 64 Jean-Dominique Durand, L’Europe de la Démocratie chrétienne, Bruxelles, Complexe, 1995 ; P (...)

26Un troisième événement clé est la construction de l’unité de l’Europe et l’écroulement des régimes communistes en Europe, qui poussent à reprendre l’histoire du christianisme sur ce continent, à s’interroger sur ses origines chrétiennes63, sur le rôle des chrétiens dans l’histoire de l’unité européenne après la Deuxième Guerre mondiale, sur la place des Églises et des religions dans l’Europe nouvelle, mais aussi sur les persécutions antireligieuses64.

  • 65 René Rémond, Religion et société en Europe, Paris, Seuil, 1998.
  • 66 Sur la situation en Europe, consulter Jean-Paul Willaime (dir.), Des maîtres et des Dieux. (...)

27Parmi les évolutions, on peut retenir que la recherche se développe dans le contexte d’une société laïque, qui n’a cessé de se séculariser au cours du siècle dernier, c’est à dire qui cherche à isoler le sacré, à le séparer de la sphère publique pour l’enfermer dans la sphère privée, dans l’intime de l’être65. Cette évolution n’empêche pas, nous l’avons observé, un grand intérêt de la part du public, des médias, des chercheurs, pour l’histoire religieuse, et la liberté de la recherche par rapport aux institutions religieuses a accompagné le mouvement de sécularisation. Un problème nouveau émerge avec l’inculture religieuse de la société contemporaine, qui marque une véritable rupture culturelle, avec comme effet paradoxal, celui de susciter en retour des interrogations sur le religieux, et d’ouvrir un vrai débat sur la nécessité d’un enseignement du fait religieux en tant que tel dans l’enseignement secondaire66.

  • 67 Régis Debray, Rapport à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale. L’enseignement du f (...)

28Le philosophe Régis Debray a rédigé sur ce sujet un rapport pour le ministre de l’Éducation Nationale en 2002, qui a eu une forte résonnance, et a conduit à la fondation d’un Institut Européen en Sciences des Religions67. On observe également l’intérêt pour l’histoire religieuse de jeunes chercheurs qui ont peu de connaissances des religions, parfois même aucune, mais qui, conscients de l’importance de la foi dans l’histoire des hommes, et du poids des religions dans l’évolution des sociétés, veulent travailler dans ce domaine, tout comme ils auraient pu choisir comme terrain de recherche, tel parti politique ou telle problématique économique ou sociale. Ils doivent évidemment acquérir la culture et le vocabulaire nécessaires pour comprendre les mentalités, comme pour aborder n’importe quel sujet de l’histoire. Le phénomène est intéressant : le fait religieux est devenu un objet d’histoire comme un autre, même si l’on peut se demander si être croyant est une chance pour mieux comprendre les phénomènes religieux. Un grand historien italien, qui fut également évêque, Mgr Cataldo Naro écrivait :

  • 68 Cataldo Naro, « Fare storia della Chiesa », art. cit.

Maintenant la question est plus clairement et simplement celle de faire l’histoire du christianisme et de l’Église à une époque où l’Église ne jouit plus d’un statut public de religion unique et ne recueille pas l’adhésion totale de la population. Je dirais de plus : il s’agit de faire l’histoire du christianisme non seulement à une époque de sécularisation, mais avec des méthodes sécularisées, qui n’impliquent donc pas l’appartenance de l’historien à l’Église mais exigent seulement sa compétence scientifique. L’historien de l’Église – s’il veut être considéré comme ‘historien’ et dialoguer avec les chercheurs des autres sciences au sein de la communauté scientifique d’aujourd’hui – ne peut pas organiser son travail à partir de son appartenance ecclésiale, mais seulement de sa compétence scientifique68.

  • 69 Emile Poulat, L’ère postchrétienne, Paris, Flammarion, 1994, p. 272-275.

29Émile Poulat relève une double émancipation, par rapport à la tutelle ecclésiastique et par rapport à la polémique anticléricale69.

  • 70 Les catholiques français et l’héritage de 1789. 1889-1989, Paris, Beauchesne, 1989 ; Gérar (...)
  • 71 On ne peut indiquer ici que quelques ouvrages parmi une masse considérable : après Jean-Ma (...)
  • 72 Jacqueline Lalouette, La République anticléricale XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2002 ; J (...)

30Parmi les grands thèmes sur lesquels un nouveau regard a pu être porté récemment, en lien avec diverses commémorations, on trouve la Révolution française autour de son bicentenaire en 198970, la question laïque71 à l’occasion du centenaire des lois laïcistes et de celle portant Séparation des Églises et de l’État, avec de nombreux colloques qui ont permis de revenir sur la Séparation et sur la politique anticléricale du gouvernement républicain72.

  • 73 Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines Sociales de France 1904-2004. Cent ans d’engage (...)
  • 74 Frédéric Le Moigne, Les Evêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’h (...)
  • 75 Etienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre mo (...)
  • 76 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Pay (...)
  • 77 Étienne Fouilloux, « L’histoire des intellectuels catholiques aujourd’hui », in Guy Zelis (...)
  • 78 Rééditée en 1996 : « Esprit ». Des intellectuels dans la cité. 1930-1950, Paris, Seuil.
  • 79 Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve (...)
  • 80 Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain. Une génération intellectuelle catholique (192 (...)
  • 81 Claire Toupin-Guyot, Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre ca (...)
  • 82 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France1885-1935, Pari (...)
  • 83 Denis Pelletier, Économie et humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers- (...)
  • 84 Notamment Pierre Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Paris, É (...)
  • 85 Deux exemples seulement : le Journal d’un théologien d’Yves Congar par Étienne Fouilloux ( (...)

31Sur des pistes voisines, les questions de la présence sociale de la religion73, de l’évolution de l’épiscopat74, de la théologie abordée d’un point de vue historique et des intellectuels75, de la crise catholique des années 197076, sont des thèmes importants dans l’historiographie77. Ces thèmes se sont développés récemment : si Michel Winock publie en 1975 son Histoire politique de la revue « Esprit » (1930-1950)78, c’est en 1995 que la revue Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle publie un numéro entièrement consacré aux intellectuels catholiques, avec un avant-propos de Jacques Julliard. Mais surtout, toute une série de thèses paraissent, consacrées à Jacques Maritain, d’Olivier Compagnon, Michel Fourcade, Florian Michel79, sans négliger la synthèse de Philippe Chenaux sur les années 1920-193080, et d’autres sur le Centre catholique des intellectuels français81, la conversion des intellectuels82, Économie et humanisme83. Des colloques84, et des éditions scientifiques de documents (journaux, correspondances)85 viennent compléter un paysage fortement enrichi, dont la transformation doit beaucoup aussi à de nombreux articles de revues.

  • 86 Tzvetan Todorov, L’homme dépaysé, Paris, Seuil, 1996.
  • 87 Oissila Saaïdia, Clercs Catholiques et Oulémas Sunnites dans la première moitié du XXe siè (...)
  • 88 Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du XIXe au XXe siècle. Itinéraire (...)
  • 89 Delphine Dussert-Galinat, Le dialogue interreligieux en France de 1945 à 1997. Acteurs et (...)
  • 90 Jacques Dupuis, La rencontre du christianisme et des religions. De l’affrontement au dialo (...)
  • 91 Jean-Dominique Durand, L’esprit d’Assise. Discours et messages de Jean-Paul II à la Commun (...)

32Un autre changement profond est l’émergence d’une société multiculturelle et multireligieuse qui pose plus que jamais le problème des espaces religieux et du vivre ensemble, de la paix sociale et religieuse, et la question de « l’homme dépaysé » selon l’expression du sociologue Tzvetan Todorov86. Le rôle, la responsabilité sociale de l’historien est d’affronter une telle situation à travers une histoire des contacts entre les religions, qui reste encore trop peu développée, ou encore à propos des territoires extra européens et dans le contexte colonial, comme le montre le travail pionnier de Oissila Saaïdia87. Si l’on dispose des thèses toujours actuelles sur l’œcuménisme88, rares sont encore les travaux historiques sur le rapport interreligieux, thème qui deviendra certainement dans le futur une piste de recherches important, comme le montre la thèse récente de Delphine Dussert-Galinat, encore inédite, sur le dialogue interreligieux89. La rencontre des religions à Assise voulue par le pape Jean-Paul II, a suscité quelques travaux, plus de théologiens90, que d’historiens91.

Conclusion

33Dans un contexte de pluralisme religieux, où la compréhension des faits religieux devient un enjeu majeur de la vie sociale, l’histoire religieuse devient elle-même un enjeu et une nécessité. La responsabilité sociale de l’historien, en particulier celle de l’historien du religieux, est majeure, parce qu’il a la chance de travailler sur une discipline à la fois ouverte et globale, qui prend l’homme dans toute sa complexité. Avec la connaissance des faits scientifiquement établis, et sans esprit d’apologétique, dans toutes les dimensions historiques, il contribue à préparer un citoyen apte au dialogue, à l’ouverture à l’altérité, en rendant accessibles et présents les héritages religieux de l’humanité. C’est certainement le meilleur antidote aux poisons de la peur et du fanatisme qui semblent vouloir s’emparer de nos sociétés.

  • 92 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Pari (...)

34Dans l’Université française, l’Histoire religieuse contemporaine a conquis une place notable. Elle n’est plus limitée à des mondes disparus, antiques, loin de nous, plus ou moins considérés comme obscurantistes, mais elle s’intéresse à notre monde d’aujourd’hui. Une thèse comme celle de Fernand Braudel sur la Méditerranée92, ne serait plus possible aujourd’hui : si elle reste d’une importance incontournable du point de vue historiographique, son ignorance du fait religieux reste troublante : sa Méditerranée est un monde sans églises, ni synagogues, ni mosquées, sans processions, sans pèlerin. Il n’est malheureusement pas possible, dans ce bref aperçu, de donner un compte rendu systématique de la production française en Histoire religieuse. Régulièrement, à travers sa revue Revue d’histoire de l’Église de France, la Société d’Histoire religieuse de la France, et à travers son Bulletin, l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine, en donnent la chronique.

Notes

1 Pierre Letamendia, Le mouvement Républicain Populaire. Histoire d’un grand parti français, Paris, Beauchesne, 1995 ; Maria Grazia Maiorini, Il Mouvement Républicain Populaire Partito della IV Repubblica, Milano, Giuffrè, 1983.

2 Guy Bedouelle, Jean-Paul Costa, Les laïcités à la française, Paris, PUF, 1998, p. 91-109 ; Jean Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Paris, Seuil, 2004 ; Émile Poulat, La solution laïque et ses problèmes, Paris, Berg International, 1997 ; Jean-Dominique Durand, « Modelli di laicità. Il caso francese », in Laura Paoletti, L’identità in conflitto dell’Europa. Cristianesimo, laicità, laicismo, Bologna, Il Mulino, 2005, p. 55-76.

3 La note qui porte la référence 9/46 est du 5 mars 1946. Archives diocésaines de Cambrai. Je remercie le Professeur Étienne Fouilloux qui m’a communiqué ce document. Voir l’inventaire établi par Félicien Machelart, Inventaire des archives de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de France 1919-1964, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2006.

4 Sur le Modernisme : Maurilio Guasco, Modernisme. Les faits, les idées, les personnages, Paris, DDB, 1995. Parmi les ouvrages les plus récents, dans une bibliographie abondante : Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français 1893-1914, Paris, DDB, 1997 ; Émile Goichot, Alfred Loisy et ses amis, Paris, Éditions du Cerf, 2002 ; deux biographies importantes : Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme Mgr Lacroix (1855-1922), Paris, Éditions du Cerf, 2003, et Louis-Pierre Sardella, Mgr Eugène Irénée Mignot (1842-1918). Un évêque français au temps du modernisme, Paris, Éditions du Cerf, 2004. À compléter par le colloque organisé par François Chaubet, Catholicisme et monde moderne aux XIXe et XXe siècles : autour du « modernisme », Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2008.

5 Charles Guignebert (1867-1939), historien et exégète, enseignait l’histoire du christianisme d’un point de vue rationaliste.

6 Le père André-Jean Festugière, helléniste, directeur des études à l’E.P.H.E., membre de l’Institut.

7 René Rémond, « L’histoire religieuse de la France au XXe siècle », in XXe siècle, revue d’histoire, 1988, p. 93-107.

8 Cité dans Marc Venard, « Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives », Revue d’Histoire de l’Église de France (RHEF), 2000, p. 321-323.

9 Jean-Dominique Durand, Claude Prudhomme, Guide du chercheur en histoire religieuse. Département du Rhône, Lyon, PUL, 1993, p. 5-7. Voir aussi Jean-Dominique Durand, Régis Ladous (dir.), Histoire religieuse. Histoire globale – Histoire ouverte. Mélanges offerts à Jacques Gadille, Paris, Beauchesne, 1992.

10 On dispose de divers bilans historiographiques pour la France : Claude Langlois, « Trente ans d’histoire religieuse », in Archives de sciences sociales des religions (ASSR), 1987, 63/1, p. 85-114 ; Claude Langlois et André Vauchez, « L’histoire religieuse », in François Bédarida (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995, p. 313-323 ; le numéro spécial de la RHEF, Un siècle d’histoire du christianisme en France, op. cit., Actes du colloque de Rennes des 15-17 septembre 1999. Il faut tenir compte également des riches bulletins historiographiques des revues, RHEF, Revue d’Histoire Ecclésiastique (RHE), ASSR.

11 Paris, Desclée, 14 volumes, 1990-2000.

12 Édités par Paul Christophe, 9 volumes, Paris, Éditions du Cerf, 1994-2003. Voir les Actes du Colloque organisé par Paul Christophe, Cardinal Alfred Baudrillart, Paris, Éditions du Cerf, 2006.

13 Avec une double édition, italienne à Bologne (Istituto per le Scienze Religiose, 2004) et à Paris (Éditions du Cerf, 2006).

14 Par exemple Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la Papauté, Paris, Fayard, 1994 ; les différents Dictionnaires du Monde religieux publiés par Beauchesne ; les grandes entreprises éditoriales : Dictionnaire de Spiritualité, Dictionnaire de Théologie catholique, Dictionnaire d’Histoire et Géographie ecclésiastique.

15 Étienne Fouilloux, « La percée de l’histoire religieuse en France », in Écrire l’histoire du catholicisme des 19e et 20e siècles. Bilan, tendances récentes et perspectives (1976-2004). Hommage au Professeur Roger Aubert à l’occasion de ses 90 ans, Louvain-la-Neuve, ARCA, 2004, p. 70-92.

16 Paolo Siniscalco, « Sulla concezione della storia in età patristica », in Cristianesimo e storia. Rapporti e percorsi, Roma, Studium, 2002, p. 15-28.

17 Collection Sources Chrétiennes, Paris, Éditions du Cerf. En 2006, a été publié le 500e volume.

18 Guy Bedouelle, L’Histoire de l’Église, Luxembourg, Éditions Saint-Paul, 1997, p. 34-35, et L’Histoire de l’Église science humaine ou théologie ?, Paris, Mentha, 1992.

19 Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées. Le traitement des sources dans l’historiographie religieuse du XXe siècle », in Un siècle d’Histoire, op. cit., p. 409-436. Il cite en particulier le livre de l’Abbé de Boysson, Le clergé périgourdin pendant la persécution révolutionnaire, publié en 1907.

20 Daniel Moulinet, « Regard sur les Histoires générales de l’Église publiées en France au cours du XXe siècle », in Un siècle d’histoire, op. cit., p. 657-667.

21 Voir les critiques apportées par Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954.

22 Luc Courtois, « Paulin Ladeuze (1870-1940) et les débuts de la Revue d’Histoire ecclésiastique (1900-1909), in RHE, 2000, p. 430-493.

23 Ibidem, p. 451.

24 Roger Aubert, « Introduction », in Jean Daniélou et Henri Marrou, Des origines à saint Grégoire le Grand (604), Paris, Seuil, 1963, p. 7-8.

25 La collection a été ensuite reprise et poursuivie par l’éditeur italien San Paolo.

26 Hubert Bost, Théologie et Histoire. Au croisement des discours, Paris-Genève, Cerf-Labor et Fides, 1999, p. 62.

27 Hubert Jedin, « Introduzione alla storia della Chiesa », in Karl Baus, Storia della Chiesa I, Le origini, Milano, Jaca Book, 1976, p. 3-65. Cataldo Naro, « Fare storia della Chiesa in un’età secolarizzata », in Mario Maritano (dir.), Historiam perscrutari. Miscellanea di studi offerti al prof. Ottorino Pasquato, Roma, LAS, 2002, p. 129-139. Sur Henri-Irénée Marrou, Otorino Pasquato, « Les caractères originaux de l’historiographie religieuse de Marrou », in Yves-Marie Hilaire (dir.), De Renan à Marrou. L’histoire du christianisme et les progrès de la méthode historique (1863-1968), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 144.

28 Maurilio Guasco, « Teologia e storia della Chiesa », in Dizionario teologico interdisciplinare, I, Torino, Marietti, 1977, p. 237-260 ; Claude Langlois, « Un historien devant la théologie », in Jean-Dominique Durand (dir.), Histoire et Théologie, Paris, Beauchesne, 1994, p. 15-31 ; Françoise Hidelsheimer parle de l’« émancipation » de l’histoire religieuse, L’Histoire religieuse, Paris, Publisud, 1996, p. 106.

29 Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées », art. cit.

30 Claude Langlois, « Faire l’histoire du christianisme », in Histoire du Christianisme, XIV, Anamnésis, 2000, p. 15-35.

31 À mettre à jour avec Roger Aubert, « Les nouvelles frontières de l’historiographie ecclésiastique », in RHE, Deux mille ans d’histoire de l’Église. Bilan et perspectives historiographiques. N° spécial publié à l’occasion du Centenaire de la Revue, 2000, p. 757- 781 ; Michel Lagrée, Françoise Monfrin, « Histoire religieuse et sciences humaines », in Un siècle d’histoire, op. cit., p. 521-538.

32 Lucien Febvre, Un destin. Martin Luther, Paris, PUF, 1928.

33 Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Mgr Dupanloup 1849- 1878. Sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Sirey, 1962 ; Louis Perouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1995.

34 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle : la vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1890-1914), Villeneuve d’Ascq, Université de Lille III, 1977 ; Gérard Cholvy, Religion et société au XIXe siècle : le diocèse de Montpellier, 1973, Lille ; Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Editions du Cerf, 2001.

35 Émile Mâle, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, Paris, 1899, rééd. Armand Colin, 1999.

36 Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, Paris, Bloud et Gay, 1916-1933, rééd. Grenoble, Jérôme Million, 2006.

37 Bernard Hours, « Les historiens et l’Histoire littéraire du sentiment religieux », in Étienne Fouilloux (dir.), Histoire et littérature chez Henri Bremond, Grenoble, Jérôme Million, 2009, p. 183-210.

38 Dominique Julia, « Sources nouvelles, sources revisitées », art. cit.

39 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Editions du Cerf, 1985 ; Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne 1850-1950, Paris, Fayard, 1992 ; Jean-Dominique Durand, L’Église catholique dans la crise de l’Italie 1943- 1948, Roma, EFR, 1991.

40 Isabelle Saint-Martin, Voir, savoir, croire. Catéchismes et pédagogie par l’image au XIXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2003.

41 Sur ce thème, voir par exemple Valentine Zuber (dir.), Un objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile Poulat, Paris, Bayard, 2001.

42 Étienne Fouilloux, Au cœur du XXe siècle religieux, Paris, Les Editions ouvrières, 1993, p. 18. Jean-Dominique Durand, « L’histoire religieuse en France : entre œcuménisme et intelligence catholique. L’œuvre d’Etienne Fouilloux », Chrétiens et Sociétés XVIe-XXe siècles, 2003, p. 13-22.

43 François Dosse, Michel de Certeau. Le marcheur blessé, Paris, 2002.

44 Gabriel Le Bras, « Statistique en histoire religieuse. Pour un examen détaillé et pour une explication historique de l’état du catholicisme dans les diverses régions de la France », RHEF, 1931, p. 425-449.

45 Fernand Boulard, Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Les Editions ouvrières, 1954. Un bilan utile, Jean Chélini, La ville et l’Église. Premier bilan des enquêtes de sociologie religieuse urbaine, Paris, Editions du Cerf, 1957.

46 Le quatrième volume consacré au grand Sud-Est de la France a été publié à Lyon en 2011 : Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français XIXe - XXe siècles. Bourgogne, Franche-Comté et Lyonnais, Savoie et Dauphiné, Grand Midi et Algérie, Lyon, LARHRA-RESEA, 2011. Le premier volume a été publié en 1982.

47 Émile Poulat, « L’Histoire sociale et religieuse depuis Gabriel Le Bras », Ricerche di storia sociale e religiosa, 1976, p. 371-385.

48 Cosimo Semeraro (dir.), Leone XIII e gli studi storici, Città del Vaticano, LEV, 2004 ; Luigi Michele DePalma, Chiesa e ricerca storica. Vita e attività del Pontificio Comitato di Scienze Storiche, Città del Vaticano, LEV, 2005.

49 Après le beau travail de Jean-Marc Ticchi sur la fin du XIXe et le début du XXe siècle, Aux frontières de la paix. Bons offices, médiations, arbitrages du Saint-Siège (1878-1922), Rome, EFR, 2002, ont été soutenues récemment trois thèses d’ampleur : Laura Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), sous la direction de Claude Prudhomme, Université de Lyon 2, 2008 ; Olivier Sibre, Le Saint-Siège et l’Extrême-Orient (Chine, Corée, Japon) de Léon XIII à Pie XII 1880-1952, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université de Paris IV, 2008 ; Agathe Mayères-Rebernik, Le Saint-Siège face à la « Question de Palestine ». De la Déclaration Balfour à la création de l’État d’Israël, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université de Paris IV, 2011. Parmi les colloques récents : Jacques Prévotat (dir.), Pie XI et la France : l’apport des archives du pontificat de Pie XI à la connaissance des rapports entre le Saint-Siège et la France, Rome, EFR, 2010 et Philippe Levillain (dir.), « Rome, l’unique objet de mon ressentiment ». Regards critiques sur la papauté, Rome, EFR, 2011. Voir aussi Régis Ladous, Pierre Blanchard, Le Vatican et le Japon dans la guerre de la Grande Asie orientale. La mission Marella, Paris, DDB, 2010.

50 Catherine Dormont, Les Semaines Sociales de France, guide des sources, Lyon, Archives Municipales de Lyon, 2004.

51 Jean Delumeau, L’historien et la foi, Paris, Fayard, 1996, p. 7-8.

52 Pierre Sorlin, La Croix et les juifs, Paris, Grasset, 1967 ; François Delpech, Sur les Juifs. Etudes d’histoire contemporaine, Lyon, PUL, 1983 ; Pierre Pierrard, Juifs et catholiques français. D’Edouard Drumont à Jacob Kaplan 1886-1994, Paris, Éditions du Cerf, 1997 ; Jean Dujardin, L’Église catholique et le peuple juif. Un autre regard, Paris, Calman-Lévy, 2003 ; Danielle Delmaire, Les communautés juives de la France septentrionale au XIXe siècle (1791-1914). L’entrée dans la nation, Paris, L’Harmattan, 2008.

53 Catherine Brice, Giovanni Miccoli (dir.), Les racines chrétiennes de l’antisémitisme politique (fin XIXe -XXe siècle), Rome, EFR, 2003 ; Danielle Delmaire, Antisémitisme et catholiques dans le Nord pendant l’Affaire Dreyfus, Lille, PUL, 1991 ; Pierre Pierrard, Les Chrétiens et l’affaire Dreyfus, Paris, Editions de l’Atelier, 1998 ; Jean-Dominique Durand, « Le Saint-Siège et l’affaire Dreyfus », in Michel Denis, Michel Lagrée, Jean-Yves Veillard (dir.), L’Affaire Dreyfus et l’opinion publique en France et à l’étranger, Rennes, PUR, 1995, p. 127-147 ; Philippe Chenaux, Pie XII. Diplomate et pasteur, Paris, Editions du Cerf, 2003 ; Xavier de Montclos, Les chrétiens face au nazisme et au stalinisme. L’épreuve totalitaire 1939-1945, Paris, Plon, 1983 ; Jean Chaunu, Esquisse d’un jugement chrétien du nazisme. Christianisme et totalitarismes en France dans l’entre-deux-guerres (1930-1940), Paris, François-Xavier de Guibert, 2007.

54 Annette Becker, Danielle Delmaire, Frédéric Gugelot, Juifs et chrétiens : entre ignorance, hostilité et rapprochement (1898-1998), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2002.

55 Numéro 192, janvier-juin 2010.

56 Lettre du cardinal Albert Decourtray aux membres de la Commission, 28 juin 1990, in René Rémond et allii, Paul Touvier et l’Église, Paris, Fayard, 1992, p. 15-16.

57 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000 ; Esther Benbassa, La souffrance comme identité, Paris, Fayard, 2007. Une réflexion d’ensemble dans Jean-Dominique Durand, « Il passato tra storia, memoria e riconciliazione », in Lietta De Salvo, Angelo Sindoni (dir.), Tempo sacro e tempo profano. Visione laica e visione cristiana del tempo e della storia, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2002, p. 133-145.

58 Voir la belle synthèse de Claude Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation XVI°-XXe siècle, Paris, Éditions du Cerf, 2004.

59 Jean Comby (dir.), Diffusion et acculturation du christianisme (XIXe -XXe siècles). Vingt-cinq ans de recherches missiologiques par le CREDIC, Paris, Karthala, 2005.

60 Jean-Dominique Durand, « La missiologie, un vaste monde », in ibidem, p. 659-673.

61 Claude Prudhomme, « Cinquante ans d’histoire des missions catholiques en France : l’âge universitaire », in Histoire & Missions chrétiennes, 1, mars 2007, p. 11-30. Ce numéro est intitulé « Bilan et perspectives en histoire missionnaire (France, Belgique, Pays-Bas, Italie) ».

62 Oissila Saaïdia, L’État français et les religions en contexte colonial : État colonial, catholicisme et islam dans l’Algérie du XIXe siècle (1830-1914), Mémoire pour l’Habilitation à diriger des recherches, Université Lumière -Lyon 2, 2011.

63 Bruno Dumézil, Les racines chrétiennes de l’Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares Ve-VIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

64 Jean-Dominique Durand, L’Europe de la Démocratie chrétienne, Bruxelles, Complexe, 1995 ; Philippe Chenaux, Une Europe vaticane ? Entre le Plan Marshall et les traités de Rome, Bruxelles, Editions Ciaco, 1990 ; id., De la chrétienté à l’Europe. Les catholiques et l’idée européenne au XXe siècle, Tours, CLD, 2007 ; Marcel Launay, L’Église et les défis européens, Paris, Éditions du Cerf, 1999 ; Jean-Paul Willaime, Europe et religions. Les enjeux du XXIe siècle, Paris, Fayard, 2004. Et pour une problématique d’ensemble, Jean-Dominique Durand (dir.), Cultures religieuses, Églises et Europe, Paris, Parole et Silence, 2008.

65 René Rémond, Religion et société en Europe, Paris, Seuil, 1998.

66 Sur la situation en Europe, consulter Jean-Paul Willaime (dir.), Des maîtres et des Dieux. Écoles et religions en Europe, Paris, Belin, 2005, et la synthèse stimulante et didactique de Bérengère Massignon et Virginie Riva, L’Europe, avec ou sans Dieu ? Héritages et nouveaux défis, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010.

67 Régis Debray, Rapport à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale. L’enseignement du fait religieux à l’école laïque, Paris, Odile Jacob, 2002.

68 Cataldo Naro, « Fare storia della Chiesa », art. cit.

69 Emile Poulat, L’ère postchrétienne, Paris, Flammarion, 1994, p. 272-275.

70 Les catholiques français et l’héritage de 1789. 1889-1989, Paris, Beauchesne, 1989 ; Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française : la théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Roma, EFR, 2004. Plus récemment, Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon. L’Église et la Révolution 1788-1805, Paris, Letouzey et Ané, 2010.

71 On ne peut indiquer ici que quelques ouvrages parmi une masse considérable : après Jean-Marie Mayeur, La question laïque -XXe siècle, Paris, Fayard, 1997, Jean Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre raison et passion, op. cit. ; Alain Boyer, 1905 : La Séparation Églises-État. De la guerre au dialogue, Paris, Cana, 2004 ; Daniel Moulinet, Genèse de la laïcité. À travers les textes fondamentaux de 1801 à 1959, Paris, Les Éditions du Cerf, 2005 ; Émile Poulat, Les Diocésaines. République française, Église catholique : loi de 1905 et associations cultuelles, le dossier du litige et de sa solution (1903-2003), Paris, La Documentation française, 2007 ; id., Scruter la loi de 1905. La république française et la Religion, Paris, Fayard, 2010.

72 Jacqueline Lalouette, La République anticléricale XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2002 ; Jacqueline Lalouette, Jean-Pierre Machelon (dir.), 1901, les congrégations hors la loi ?, Paris, Letouzey et Ané, 2002 ; André Lanfrey, Sécularisation, séparation et guerre scolaire. Les catholiques français et l’école (1901-1914), Paris, Les Éditions du Cerf, 2003 ; Jean-Pierre Chantin, Daniel Moulinet (dir.), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, Les Editions de l’Atelier, 2005 ; Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française 1899-1904, Paris, Cerf, 2003 ; Jean-Dominique Durand, Patrick Cabanel (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises 1901-1914, Paris, Editions du Cerf, 2005.

73 Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines Sociales de France 1904-2004. Cent ans d’engagement social des catholiques français, Paris, Parole et Silence, 2006 ; Bruno Duriezet al. (dir.), Les catholiques dans la République 1905-2005, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005.

74 Frédéric Le Moigne, Les Evêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme, Rennes, PUR, 2005 ; Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, Paris, Éditions du Cerf, 2010, 843 p.

75 Etienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II 1914-1962, Paris, Desclée de Brouwer, 1998 ; François Laplanche, La crise de l’origine : la science catholique des Evangiles et l’histoire au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2006 ; Michel Fourcade (dir.), Jacques Maritain, Le feu nouveau. Le paysan de la Garonne, Genève, Ad Solem, 2007 ; Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord. Réseaux intellectuels et échanges culturels entre l’Europe, le Canada et les États-Unis (années 1920-1960), Paris, DDB, 2010 ; Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation 1899-1939, Paris, Fayard, 2001 ; Michel Leymarie, Jacques Prévotat (dir.), L’Action française culture, société, politique, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008.

76 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

77 Étienne Fouilloux, « L’histoire des intellectuels catholiques aujourd’hui », in Guy Zelis (dir.), Les intellectuels catholiques en Belgique francophone aux 19e et 20e siècles, Louvain-la-Neuve, Arca-Presses Universitaires de Louvain, 2009, p. 21-35.

78 Rééditée en 1996 : « Esprit ». Des intellectuels dans la cité. 1930-1950, Paris, Seuil.

79 Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2003 ; Michel Fourcade, Feu la modernité ? Maritain et les maritainismes, thèse inédite, Université de Montpellier III, 2000 ; Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord, op. cit.

80 Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain. Une génération intellectuelle catholique (1920-1930), Paris, Éditions du Cerf, 1999.

81 Claire Toupin-Guyot, Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), Rennes, PUR, 2002.

82 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France1885-1935, Paris, CNRS Éditions, 1998.

83 Denis Pelletier, Économie et humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 1941-1966, Paris, Éditions du Cerf, 1996.

84 Notamment Pierre Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Paris, Éditions du Cerf, 1997 ; Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines sociales de France 1904-2004, op. cit.

85 Deux exemples seulement : le Journal d’un théologien d’Yves Congar par Étienne Fouilloux (Éditions du Cerf, 2000) ; la Correspondance Jacques Maritain-Yves Simon, par Florian Michel, Tome 1, Les années françaises (1927-1940), Tours, 2008.

86 Tzvetan Todorov, L’homme dépaysé, Paris, Seuil, 1996.

87 Oissila Saaïdia, Clercs Catholiques et Oulémas Sunnites dans la première moitié du XXe siècle. Discours croisés, Paris, Geuthner, 2004 ; Dominique Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910-années 1960), Paris, Éditions du Cerf, 2005. Mohamed Arkoun, L’islam et les musulmans en France depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, Paris, Albin Michel, 2006.

88 Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du XIXe au XXe siècle. Itinéraires européens d’expression française, Paris, Le Centurion, 1982 ; Régis Ladous, Monsieur Portal et les siens (1855-1926), Paris, Éditions du Cerf, 1985.

89 Delphine Dussert-Galinat, Le dialogue interreligieux en France de 1945 à 1997. Acteurs et enjeux entre discours officiels et initiatives locales, sous la direction de Marc Agostino, Université de Bordeaux III, 1024 p.

90 Jacques Dupuis, La rencontre du christianisme et des religions. De l’affrontement au dialogue, Paris, Éditions du Cerf, 2002 ; François Boespflug, Yves Labbé (dir), Assise 10 ans après 1986-1996, Paris, Éditions du Cerf, 1996.

91 Jean-Dominique Durand, L’esprit d’Assise. Discours et messages de Jean-Paul II à la Communauté de Sant-Egidio. Une contribution à l’histoire de la paix, Paris, Éditions du Cerf, 2005.

92 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1949.

Auteur

est Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, où il a fondé et dirigé (de 1989 à 1999) l’Institut d’Histoire du Christianisme. Il est le cofondateur avec Étienne Fouilloux de Chrétiens et sociétés. XVIe-XXIe siècles. Il est également président de l’Association des Amis de Sources Chrétiennes, président de la Fondation Fourvière, vice-président de l’Institut international Jacques Maritain, consulteur du Conseil pontifical de la Culture. Il est l’auteur de plus de 200 articles publiés dans des revues ou ouvrages collectifs. Parmi ses derniers ouvrages : Cultures religieuses, Églises et Europe (2008) ; Un laboratorio per la democrazia. L’Istituto Internazionale Jacques Maritain 1974-2008 (2009). Il dirige la Collection « Pages d’Histoire » chez Desclée de Brouwer. Il est membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190).

© LARHRA, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search