Version classiqueVersion mobile

Le monde de l’histoire religieuse

 | 
Jean-Dominique Durand

L’historiographie du catholicisme contemporain en Allemagne

Catherine Maurer

Résumé

Alors que, en Allemagne, l’histoire (qui ignore la religion) est traditionnellement séparée de l’histoire de l’Église (qui relève de la théologie), Catherine Maurer montre des facteurs d’évolution récents, puis fait un tour d’horizon des champs historiographiques les plus récents : formes de piété, histoire sociale du catholicisme, liens avec Rome, confessionnalisation, multiconfessionnalité. De manière générale, l’histoire du fait religieux allemande reste marquée par la perception de la religion dans l’espace public et elle est beaucoup plus influencée par les recherches anglo-saxonnes que par l’historiographie française.

Texte intégral

1Il peut paraître étrange, s’agissant du cas de l’Allemagne, de se limiter à l’historiographie du catholicisme. S’il est vrai que celle-ci correspond à notre domaine de recherche, il ne faut pas oublier que le milieu catholique a non seulement constitué une importante minorité dans le cadre de l’espace allemand pendant une grande partie de l’époque contemporaine, mais est aussi aujourd’hui, dans le cadre de la République fédérale, à égalité en nombre avec son homologue protestant : aux alentours de 30 % de la population pour chacune des deux confessions. Et il a généré une riche historiographie, particulièrement dynamique, dont nous mettrons en valeur certaines des orientations, en évoquant, chaque fois que cela sera possible, le cas protestant.

Histoire de l’histoire du catholicisme contemporain

  • 1 Dans les développements qui suivent, on s’appuiera notamment sur les articles de Wolfgang (...)

2On peut parler d’une histoire spécifique, assez différente de l’évolution française. En effet, une « révolution culturelle » analogue à celle qui a conduit à l’installation de l’histoire religieuse telle qu’on la connaît en France depuis environ un demi-siècle n’a pas vraiment eu lieu, à cause des spécificités de l’historiographie allemande en général ; à cause de la place particulière des catholiques dans la société allemande, une place minoritaire donc jusqu’à la fondation de la République fédérale, alors que l’unité allemande s’était faite au XIXe siècle sous l’égide d’une puissance protestante, la Prusse1.

  • 2 Voir Catherine Maurer, « De Napoléon à Angela Merkel. États et Églises en Allemagne : une (...)

3À l’origine néanmoins, il y a, comme en France, l’histoire ecclésiastique, c’est-à-dire une histoire écrite par des clercs, pour un public composé en majorité de clercs, et dans une visée apologétique, une histoire qui doit convaincre de la crédibilité rationnelle et historique de la foi chrétienne, une histoire confessionnelle, parfois militante. C’est aussi une histoire qui s’intéresse surtout aux institutions, aux hommes d’Église, aux saints, et qui néglige souvent les fidèles et les manifestations de leur foi. Les Allemands l’appellent la Kirchengeschichte, l’histoire des Églises. Relativement marginalisée en France, elle ne l’est absolument pas en Allemagne, à cause notamment des spécificités du système universitaire, si on le compare avec le cas français, spécificités qui renvoient plus largement aux relations différentes établies entre fait religieux et espace public dans les deux pays2. Il faut en effet se souvenir que les Kirchenhistoriker sont à l’origine des théologiens, détenteurs d’un doctorat obtenu dans une faculté de théologie, généralement titulaires d’une chaire ou enseignant dans une faculté de théologie catholique (ou protestante). Ces facultés sont bien plus nombreuses en Allemagne qu’en France, qu’elles soient intégrées à une faculté d’État ou à une faculté catholique. Leur histoire est souvent ancienne et elles ont parfois joué un rôle important dans l’histoire intellectuelle et politique de l’Allemagne : leur poids institutionnel est donc considérable et rejaillit sur les disciplines qu’elles enseignent, à commencer par la Kirchengeschichte. Ce poids institutionnel se double d’un poids scientifique et éditorial non négligeable : il y a en effet un public « naturel » à la Kirchengeschichte, celui des enseignants, chercheurs et étudiants en théologie. Dans le cas des catholiques, ce poids se trouve encore renforcé, même s’il est aussi concurrencé, par l’existence d’un équivalent protestant, encore plus présent et influent compte tenu de l’importance numérique et intellectuelle du protestantisme en Allemagne.

  • 3 Pour une présentation beaucoup plus détaillée de la Kirchengeschichte par un historien « p (...)

4Sur le plan des contenus, les particularités de la Kirchengeschichte (particularités partagées avec l’histoire ecclésiastique à la française) sont d’être : une histoire confessionnelle, qui ne sort généralement pas du cadre d’une seule religion, catholique ou protestante selon les cas, et n’adopte guère de perspectives comparatistes ; une histoire essentiellement institutionnelle, intéressante surtout par ses aspects d’histoire régionale et locale. En simplifiant, on peut dire que, jusqu’à une date récente, c’est une histoire qui a manifesté peu d’intérêt pour les questions touchant à la religion vécue par les fidèles et plus largement pour les relations entre religion et société3.

  • 4 Victor Conzemius, « Kirchengeschichte als ’nichttheologische Disziplin’ », Römische Quarta (...)
  • 5 Rudolf von Thadden, « Kirchengeschichte als Gesellschaftsgeschichte », Geschichte und Gese (...)
  • 6 Voir tout récemment la rencontre « Kirchenzeitgeschichte. Ein Thema - Zwei Zugänge : Histo (...)
  • 7 Il faut signaler ici l’une des dernières grandes entreprises de la Kirchengeschichte, sous (...)

5La situation particulière de la Kirchengeschichte, c’est-à-dire ses liens étroits avec la théologie, a donné lieu, à partir du début des années 1980, à un débat passionné dans la communauté historienne allemande et plus largement germanophone : il faut se rappeler ici que les historiens allemands sont coutumiers du fait, avec des discussions souvent reprises par la grande presse d’opinion. En ce qui concerne la Kirchengeschichte, le débat a notamment été marqué par l’article de Victor Conzemius, un Kirchenhistoriker d’origine luxembourgeoise, que l’on connaît aussi en France pour sa collaboration à l’Histoire du christianisme dirigée par Jean-Marie Mayeur4. Cet article soulevait la question suivante : la Kirchengeschichte n’est-elle que théologie et donc en tant que telle « histoire du salut » ou des moyens de faire son salut, avec une visée apologétique, ou bien doit-elle être aussi une science « profane », utilisant les méthodes et les objectifs de l’ensemble de l’historiographie ? Rudolf von Thadden, historien « généraliste » que l’on connaît bien aussi en France, avait apporté sa contribution à ce débat pour la partie protestante5. Le simple fait que la discussion ait eu lieu montre que certains Kirchenhistoriker commençaient à se poser des questions. On peut y voir le signe d’une incontestable ouverture, qui se traduit aujourd’hui, vingt ans plus tard, par un assez large usage des méthodes classiques de l’histoire par la majorité des Kirchenhistoriker, catholiques comme protestants, même s’ils ne perdent pas de vue la dimension spirituelle et théologique de leur travail6. Cela n’empêche pas certains de garder un peu de méfiance par rapport aux méthodes de l’histoire, notamment celles venues de l’histoire sociale. En tout cas, il n’y a pas d’ignorance de part et d’autre, mais au contraire des débats souvent fructueux7.

6Pour mieux comprendre la situation actuelle de l’historiographie du catholicisme en Allemagne, il faut aussi s’arrêter un instant sur la place détenue par l’histoire religieuse du contemporain dans l’historiographie générale et les facultés d’histoire allemande jusqu’à une date très récente. Si l’on prend comme point de départ les lendemains de la chute du régime nazi, on peut dire que la situation de l’Allemagne est alors proche de celle de la France dans l’immédiate après-Deuxième Guerre mondiale, avec une quasiabsence des thèmes religieux dans les facultés d’histoire, sauf par le biais des relations entre Église et État, comme par exemple le Kulturkampf ou les négociations ayant conduit au concordat conclu en 1933 entre Hitler et le Saint-Siège. C’est une absence qui s’est prolongée très durablement, dans une certaine mesure presque jusqu’à aujourd’hui.

  • 8 Pour un aperçu rapide en français, voir Catherine Maurer, « Le groupe de Bielefeld. L’hist (...)
  • 9 L’expression est de Friedrich Meinecke : voir son livre Die deutsche Katastrophe. Betracht (...)

7Les raisons de cette absence sont à la fois proches et différentes de celles qui permettent de comprendre le cas français. Il y a d’abord des raisons d’ordre épistémologique : la religion a été considérée par beaucoup d’historiens allemands des deux premiers tiers du XXe siècle comme quelque chose de dépassé, d’obsolète. D’autres phénomènes d’une société qui leur paraissait en voie de sécularisation semblaient devoir retenir leur attention tels que le fait national, particulièrement important pour l’histoire allemande du XIXe siècle et donc par contrecoup pour l’historiographie, ou, plus tardivement, les nouvelles idéologies telles que le national-socialisme. Et l’éventuelle dimension religieuse de ces phénomènes était ignorée. Il y a ensuite des raisons que l’on peut qualifier d’idéologiques : l’université allemande, et en particulier les facultés d’histoire, ont longtemps (jusqu’à aujourd’hui ?) été dominées par les protestants. Lorsque l’histoire de l’Église pouvait y trouver une petite place, c’était essentiellement celle des Églises protestantes, l’Église catholique, en caricaturant un peu, étant généralement présentée comme un repoussoir et comme l’ennemie à combattre, en souvenir notamment du Kulturkampf. L’anticatholicisme protestant jouait ici le rôle de l’anticléricalisme en France. On se doute aussi que le régime nazi n’a pas créé un climat favorable à l’enseignement du fait religieux, notamment catholique, dans les facultés d’histoire… Plus tard, à partir des années 1960, une nouvelle génération d’historiens influencés plus ou moins directement par le marxisme et le structuralisme commencent à se faire connaître, en particulier ceux que l’on a regroupés sous l’étiquette d’« École de Bielefeld », du nom d’une jeune université créée en 19658. Le fait religieux ne fait guère partie de leurs préoccupations, d’autant plus que ces historiens considèrent qu’il est de leur devoir moral de rechercher les racines de la « catastrophe allemande »9 du XXe siècle, le nazisme : pour eux, ces racines sont surtout d’ordre politique et social et ne sont guère à rechercher du côté du religieux.

  • 10 Voir ici tout particulièrement les articles de Wolfgang Schieder.

8Pourtant, les thèmes religieux étaient très présents et depuis longtemps dans d’autres disciplines bien implantées en Allemagne comme l’histoire des religions (Religionswissenschaft) ou la sociologie, avec Max Weber (1864- 1920), pour lequel la sociologie des religions constituait l’un des domaines essentiels de la sociologie, en raison de la relation particulièrement étroite existant entre religion et comportement quotidien des hommes en société10. C’est ce que mettait en valeur son célèbre livre, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1905), dans lequel la dimension historique est très présente. On peut aussi rappeler dans ce domaine le rôle d’Ernst Troeltsch. L’ethnologie ou ce que les Allemands appellent la Volkskunde, c’est-à-dire la « science des peuples ou du peuple (allemand) », s’est également intéressée de manière précoce aux formes non institutionnelles de religiosité, aux formes dites « populaires ». En témoigne l’une des grandes entreprises de cette ethnologie du fait religieux à l’allemande, le Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens (1928-1940), qui s’efforce de recenser sous la forme d’une encyclopédie toutes les formes de « superstition » (Aberglauben), c’est-à-dire les croyances populaires dont beaucoup avaient une coloration religieuse plus ou moins christianisée. Dès le début du XXe siècle, certains théologiens ont également plaidé pour une « ethnologie religieuse ». Celle-ci s’est effectivement développée à partir des années 1920 chez les catholiques, concernant notamment la religiosité des laïcs, mais n’a guère rencontré d’écho auprès des historiens. Enfin, l’histoire du fait religieux était également présente dans l’étude d’autres périodes que la période contemporaine, Moyen Âge ou Temps modernes, périodes pour lesquelles il était effectivement difficile de négliger cet élément majeur de la vie des sociétés.

9Comme en France et pour la période antérieure aux années 1950, il y a eu cependant des exceptions à la cécité confessionnelle collective au sein de la communauté historienne allemande, et on parle bien ici des Historiker et non des Kirchenhistoriker. Cela a été surtout le cas de Franz Schnabel (1887-1966). En 1910, Schnabel soutient à l’université de Heidelberg une thèse sur le catholicisme politique en Allemagne en 1848, ce qui est déjà un sujet de recherche inhabituel dans le contexte universitaire de l’époque. En 1937, il publie le quatrième tome de sa grande Histoire de l’Allemagne au XIXe siècle (Deutsche Geschichte im 19. Jahrhundert), dont la publication avait commencé en 1929, et y propose une présentation des « forces religieuses » dans l’Allemagne du début du XIXe siècle, en précisant bien d’ailleurs qu’il s’agit de questions « qu’on n’avait pas jusqu’ici l’habitude de trouver dans une histoire de l’Allemagne ». En outre, Schnabel ne se limitait pas aux Églises, mais évoquait aussi, ne serait-ce que rapidement, le peuple des croyants et cela sans se limiter à l’une ou l’autre confession. Ce cas d’exception n’a, pendant longtemps, pas fait d’émule.

10Donc l’histoire du fait religieux ou même l’évocation des facteurs religieux, notamment catholiques, ont été pratiquement exclues des facultés d’histoire allemande jusqu’à une date très récente. Le fait religieux ne retenait pas non plus particulièrement l’attention des historiens « purs » dans leur recherche. Depuis les années 1960, la situation a néanmoins évolué, sous l’impulsion de facteurs à la fois scientifiques et extra-scientifiques.

Les facteurs d’évolution

  • 11 Voir Rudolf Morsey, « Gründung und Gründer der Kommission für Zeitgeschichte 1960- 1962 », (...)
  • 12 Voir Jochen-Christoph Kaiser, « Wissenschaftspolitik in der Kirche. Zur Entstehung der ’Ko (...)
  • 13 Voir le site de la Kommission : www.kfzg.de.
  • 14 Auteur de l’une des rares synthèses existant sur l’histoire des catholiques allemands au X (...)
  • 15 Pour une liste complète des publications, voir le site de la Kommission.

11Parmi les facteurs d’évolution à caractère scientifique, on relève la fondation de la Kommission für Zeitgeschichte (Commission pour l’Histoire du Temps présent). Cet organisme de recherche sur l’histoire contemporaine du catholicisme (comme son nom ne l’indique pas) a été fondé en 196211. Il est étroitement lié au passé récent de l’Allemagne puisqu’il a été créé d’abord pour faire la lumière sur la situation exacte du catholicisme et des catholiques sous le IIIe Reich, objet de controverses sérieuses à ce moment précis des années 1960. Il existait d’ailleurs un équivalent protestant, la Kommission für die Geschichte des Kirchenkampfes (Commission pour l’histoire du combat des Églises), fondée dès 195512. Dès l’origine cependant, le champ de recherche de la Kommission für Zeitgeschichte entend embrasser l’ensemble de l’histoire du catholicisme contemporain en Allemagne, c’est-à-dire depuis les débuts du XIXe siècle. Le contrat a été respecté, avec une diversité grandissante des objets et des problématiques13. Depuis l’origine également, le Comité scientifique de la Kommission est formé d’historiens à part entière, et non pas seulement de Kirchenhistoriker : on peut rappeler ici les noms de Rudolf Morsey, Konrad Repgen ou encore Heinz Hürten14. Son centre de recherches situé à Bonn est actuellement dirigé par Karl-Joseph Hummel. La Kommission s’est aussi dotée dès sa fondation d’une série de publications importantes, à la fois éditions de sources et travaux de recherche proprement dits. Ce sont les célèbres « volumes bleus » (Blaue Reihe), publiés aujourd’hui par l’éditeur Ferdinand Schöningh de Paderborn15.

  • 16 Katholizismus und Moderne. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der Schweizer Katholiken (...)

12La plupart des historiens membres du Comité scientifique de la Kommission sont catholiques et, autrefois du moins, étaient proches politiquement de la CDU : on leur a parfois fait le reproche de proposer une histoire « identitaire », sinon « réhabilitatrice », du moins justificative, et donc pas suffisamment neutre. C’est un reproche qui ne nous semble pas tout à fait infondé, même si les méthodes de l’histoire sont respectées. Le type d’histoire privilégié par la Kommission pouvait aussi apparaître comme trop monolithique, avec une trop grande importance accordée aux associations et aux partis politiques vus comme les seules formes d’expression du catholicisme en Allemagne et, en contrepoint, une négligence des relations plus profondes entretenues entre religion et société, par exemple des formes de piété, quelque peu méprisées par certains de ces historiens. Au cours des quarante années qui se sont écoulées depuis la fondation, les choses ont cependant considérablement évolué. De nouveaux membres de la Kommission ont ainsi manifesté un intérêt plus grand pour une approche sociale et culturelle du fait religieux, tels que l’historien suisse germanophone Urs Altermatt, qui a publié en 1989 une remarquable histoire sociale des catholiques suisses (au sein de laquelle l’influence des méthodes françaises est incontestablement présente)16. Les publications récentes de la Kommission montrent également bien l’évolution des problématiques retenues par les chercheurs : on y reviendra quand on évoquera les grandes tendances de la recherche. En tout cas, du point de vue du lecteur étranger, la Kommission a fait beaucoup pour la progression de la connaissance du catholicisme contemporain en Allemagne, même si l’on peut souscrire à certaines des réserves déjà signalées.

  • 17 Die mittelalterlichen Grundlagen der modernen Gesellschaft im Mittelalter. Eine deutsche G (...)
  • 18 On suit ici l’article de Otto Weiss, « Religiöse Geschichte oder Kirchengeschichte ? », ar (...)
  • 19 Michael Phayer, Religion und das gewöhnliche Volk in Bayern in der Zeit von 1750 bis 1850, (...)
  • 20 Werner K. Blessing, Staat und Kirche in der Gesellschaft : Institutionelle Autorität und m (...)

13Un autre facteur scientifique doit être évoqué, celui de l’influence de l’école des Annales et de l’histoire religieuse à la française. Cette influence ne doit pas être surestimée, mais on peut rappeler ici le rôle de Karl Bosl, en fait médiéviste, qui a dédié son livre Les fondements médiévaux de la société moderne17 à Fernand Braudel, tout en reconnaissant la dette contractée auprès de Max Weber et d’Ernst Troeltsch18. Bosl connaissait aussi les méthodes de l’histoire religieuse à la française, notamment l’utilisation des visites pastorales. Il a été l’un des premiers à encourager ses élèves à s’intéresser à l’histoire des relations entre religion et société à l’époque contemporaine. De fait, les premiers travaux importants dans ce domaine ont été réalisés par certains de ses élèves, notamment Michael Phayer, qui a travaillé sur la religion populaire en Bavière entre 1750 et 185019, et Werner K.Blessing, qui a étudié la triple relation existant entre Église, État et société, toujours en Bavière au XIXe siècle20, en reprenant notamment des modèles sociologiques.

  • 21 Pour une mise au point en français, voir Thierry Nadeau, « L’Alltagsgeschichte », Bulletin (...)
  • 22 Wolfgang Schieder, « Kirche und Revolution. Sozialgeschichtliche Aspekte der Trierer Wallf (...)
  • 23 Jonathan Sperber, Popular catholicism im Nineteenth-Century Germany, Princeton, Princeton (...)

14Un dernier facteur à caractère scientifique peut être pris en considération, l’arrivée dans le champ historiographique allemand de l’« histoire du quotidien » (Alltagsgeschichte)21. Celle-ci a connu en Allemagne un développement spécifique, surtout si on la compare à son équivalent en France. Elle comporte des aspects d’histoire des mentalités mais n’est pas que cela. Née vers le milieu des années 1970, en réaction à l’histoire des structures et des processus mise en œuvre notamment par l’« école de Bielefeld », elle correspond à la volonté de remettre l’homme et son action au centre de la recherche historique, en particulier les « petites gens » (Gemeine Leute). C’est une histoire tournée vers l’échelon très local, avec des travaux qui peuvent être centrés sur un village, un quartier… La démarche était favorable à la redécouverte du fait religieux, en particulier de la religion vécue par les petites gens, aspect de la religion dite populaire. On peut évoquer ici les études pionnières de Wolfgang Schieder, qui a publié en 1974 un article important sur le pélerinage de Trèves de 1844 et coordonné en 1986 un ouvrage collectif sur la religion populaire22, et de l’Américain Jonathan Sperber, qui a consacré sa thèse au catholicisme populaire en Rhénanie23.

15Des facteurs extra-scientifiques ont aussi joué leur rôle, avec, depuis la fin des années 1950 et le début des années 1960, une série d’événements qui ont placé le fait religieux au premier plan de l’actualité et ont montré sa force de résistance au regard d’autres évolutions. Il est en effet apparu à nouveau comme un élément essentiel de l’histoire des sociétés et non plus seulement comme quelque chose d’obsolète ou, au mieux, relevant uniquement de la sphère privée. Au niveau mondial, on peut ainsi évoquer l’importance du concile Vatican II, précédé et suivi de nombreux débats ; le retour des « guerres de religion », en Irlande du Nord, au Liban, également dans une certaine mesure entre Israéliens et Palestiniens ; le réveil de l’islam et du fondamentalisme musulman. En Allemagne même, on connaît l’influence que l’Église protestante a eue dans les manifestations qui ont précédé la chute du régime communiste en RDA. Par ailleurs, le fait religieux a été à nouveau considéré comme l’un des aspects importants d’une société devenue progressivement multiculturelle, un terme très utilisé, mais aussi très débattu, en Allemagne. Facteurs scientifiques et extra-scientifiques, qui ne sont pas tous intervenus au même moment, expliquent le réel renouveau du regard historique et sociologique sur le fait religieux, notamment catholique, que l’on peut observer outre-Rhin depuis environ une petite vingtaine d’années.

Quelques grandes orientations actuelles de l’historiographie du catholicisme contemporain en Allemagne

  • 24 Thomas Nipperdey, Religion im Umbruch. Deutschland 1870-1918, Munich, C.H. Beck, 1988.

16Quelle est la situation actuelle de l’histoire du fait religieux dans le champ universitaire allemand ? L’évolution n’est sans doute pas aussi sensible que dans le cas de la France, mais un certain nombre d’historiens du catholicisme ont trouvé une place à part entière dans des facultés « profanes » tels Wilfried Loth, Ulrich von Hehl, pour parler des plus anciens encore en poste, ou, pour une génération plus jeune, Cornelia Rauh-Kühne, Olaf Blaschke ou encore Antonius Liedhegener. Certains d’ailleurs ne sont pas restés fidèles à l’histoire du fait religieux, mais cela tient aussi aux usages de la corporation historienne en Allemagne qui encourage davantage les changements radicaux de thèmes de recherche que son homologue française. Au-delà des études précises dont nous allons reparler, on peut aussi noter comme une étape importante le fait qu’un grand historien de l’Allemagne contemporaine, non-spécialiste au départ des questions religieuses, Thomas Nipperdey, a repris en le réactualisant le projet de Franz Schnabel, dans sa Deutsche Geschichte 1800-1866 (1ère édition 1983) et le volume suivant Deutsche Geschichte 1866-1918, tome I, Arbeitswelt und Bürgergeist (1ère édition 1990). On peut ainsi renvoyer au chapitre du premier livre intitulé Religion, Kirche, Entchristianisierung (« Religion, Église, déchristianisation »). Le chapitre correspondant dans le deuxième livre a fait l’objet d’une publication séparée24. Nipperdey y prend en compte les aspects traditionnels d’histoire de l’Église et des courants théologiques, mais aussi, dans la limite des études qui étaient disponibles lorsqu’il a rédigé son livre, ce qui concerne la religion populaire et les formes de piété. Ses synthèses annonçaient une redécouverte de l’histoire du fait religieux par les historiens contemporanéistes qui s’est affirmée depuis.

  • 25 Voir le site du Schwerter Arbeitskreis Katholizismusforschung : www.katholizismusforschung (...)

17Il faut néanmoins souligner que la recherche et l’enseignement sur l’histoire du fait religieux catholique restent souvent le fait des « académies », établissements privés extérieurs aux universités et généralement soutenus par l’Église catholique. C’est le cas notamment de l’académie catholique de Schwerte, située dans la Ruhr, dans le diocèse de Paderborn, qui, depuis 1987, héberge un groupe de recherches sur l’histoire du catholicisme. Celui-ci organise chaque année une rencontre autour d’un thème précis, avec aussi pour fonction importante de présenter les travaux de jeunes chercheurs, qu’ils soient scientifiques « profanes » ou théologiens. Dès le départ, ces rencontres se sont orientées résolument vers l’histoire sociale et culturelle du catholicisme. Les derniers thèmes abordés ont été les évolutions de l’action caritative aux XIXe et XXe siècles (2008) et les relations entre catholicisme et résistance sous le nazisme (2009)25.

  • 26 On utilisera avec profit l’article de Karl-Egon Lönne, « Katholizismus-Forschung », Geschi (...)

18Ces quelques précisions étant faites, on peut tenter d’établir un bilan rapide des recherches actuelles sur l’histoire du catholicisme contemporain, étant entendu que ce bilan sera loin d’être exhaustif26. Ainsi, nous aborderons les choses de manière plus thématique que chronologique : pour cette dernière approche, il faudra se reporter à d’autres études.

  • 27 Wunderbare Erscheinungen, Katholische Kirche und weibliche Frömmigkeit im 19. und 20. Jahr (...)
  • 28 Voir David Blackbourn, Class, Religion and Local Politics in Wilhelmine Germany. The Centr (...)
  • 29 Marpingen, Apparitions of the Virgin Mary in Bismarckian Germany, Oxford, Clarendon Press, (...)
  • 30 Norbert Busch, Katholische Frömmigkeit und Moderne. Die Sozial- und Mentalitätsgeschichte (...)
  • 31 M.-A. Zumholz, Volksfrömmigkeit und Katholisches Milieu. Marienerscheinungen in Heede 1937 (...)

19On peut constater d’abord que la religion populaire et les formes de piété, longtemps « poids lourds » de la recherche en France et dans d’autres pays « latins », n’ont pas eu jusqu’à une date récente les faveurs des historiens contemporanéistes, qui les abandonnaient notamment à leurs collègues ethnologues. Cependant, à partir des années 1990, on note une certaine évolution dans ce domaine. Ainsi, sous l’impulsion de l’histoire des genres, des recherches approfondies sont menées sur le rôle et la place de la femme dans la religion, comme le montre la publication en 1995 de l’ouvrage dirigé par Irmtraud Götz von Olenhusen, « Les apparitions miraculeuses. L’Église catholique et la piété féminine aux XIXe et XXe siècles »27. On peut signaler aussi l’ouvrage important de David Blackbourn, certes américain mais venu de l’histoire politique du catholicisme28, sur les apparitions de la Vierge à Marpingen, un village catholique de la Sarre du Nord29. Dans son sillage, mais aussi ceux de Wolfgang Schieder et de Jonathan Sperber, se situent l’ouvrage de Norbert Busch sur le culte du Sacré Cœur de Jésus en Allemagne sous l’Empire30 ou encore celui de Marie-Anne Zumholz sur des apparitions mariales ayant eu lieu dans l’Emsland, à l’extrême Nord-Ouest de l’Allemagne, à la fin des années 193031.

  • 32 Irmtraud Götz von Olenhusen, Klerus und abweichendes Verhalten. Zur Sozialgeschichte katho (...)
  • 33 Thomas Mergel, Zwischen Klasse und Konfession. Katholisches Bürgertum im Rheinland 1794-19 (...)
  • 34 Christopher Dowe, Auch Bildungsbürger. Katholische Studierende und Akademiker im Kaiserrei (...)

20Par ailleurs, l’histoire sociale du clergé et de la bourgeoisie catholique, cette dernière longtemps un « impensé » de la recherche historique en Allemagne, a progressé grâce aux études d’Irmtraud Götz von Olenhusen sur le clergé du diocèse de Fribourg32 et de Thomas Mergel sur la bourgeoisie rhénane33, toutes les deux portant sur le XIXe siècle. I. Götz von Olenhusen comme Thomas Mergel sont des historiens « purs », plutôt proches des méthodes de l’école de Bielefeld, comme le confirme la publication de leurs travaux dans la collection Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, dédiée à cette école et plus largement à l’histoire sociale chez l’éditeur Vandenhoeck & Ruprecht, une maison réputée dans le monde universitaire et non étiquetée « confessionnelle ». Leurs études semblaient donc bien indiquer une évolution des mentalités des historiens « généralistes ». Plus récemment encore, l’ouvrage de Christopher Dowe sur la bourgeoisie catholique des talents s’inscrive dans la même veine historiographique34.

  • 35 Voir notamment Hans-Ulrich Wehler, Modernisierungstheorie und Geschichte, Göttingen, Vande (...)
  • 36 Franz Xaver Kaufmann et Arnold Zingerle (dir.), Vatikanum II und Modernisierung. Historisc (...)
  • 37 M. Rainer Lepsius, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung d (...)
  • 38 Pour un résumé de ces débats, voir Arbeitskreis für kirchliche Zeitgeschichte (AKKZG), Mün (...)
  • 39 Voir Akkzg, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne... », op.cit. et, pour un premier (...)
  • 40 Christoph Kösters, Katholische Verbände und moderne Gesellschaft. Organisations-geschichte (...)
  • 41 Pour davantage de détails sur ces aspects, voir Catherine Maurer, « La territorialisation (...)

21D’une manière générale, l’historiographie allemande fonctionne beaucoup plus que l’historiographie française sur l’interrogation de concepts théoriques définis au préalable et « vérifiés » ensuite par la recherche empirique. Cela est aussi le cas pour l’histoire du fait religieux contemporain. On peut souligner d’abord l’usage du concept de modernisation. Ce dernier a été introduit dans l’historiographie allemande au milieu des années 1970 par le chef de file de l’école de Bielefeld, Hans-Ulrich Wehler, comme un modèle général d’interprétation de toute une série de processus historiques, surtout depuis les débuts de la révolution industrielle35. Il a aussi été discuté et décliné dans le contexte de l’histoire religieuse, avec par exemple l’ouvrage collectif consacré au thème des relations entre concile Vatican II et modernisation, publié en 199636. Le concept de milieu a connu une fortune plus grande encore. Issu de la sociologie française, celle d’Auguste Comte, puis celle d’Émile Durkheim, il a été adapté à l’histoire politique de l’Allemagne par le sociologue M. Rainer Lepsius, dans un célèbre article de la fin des années 196037. Dans cet article, le « milieu » est défini comme un groupe humain lié par une culture et un mode de vie commun, qui, de plus, a une conduite volontaire destinée à l’isoler, à le séparer du reste de la société. Souhaitant comprendre et expliquer le système des partis politiques à la fin de l’Empire et sous la République de Weimar, Lepsius distingue ainsi quatre milieux différents : le milieu conservateur, le milieu social-démocrate, le milieu protestanto-bourgeois, enfin le milieu catholique, des ensembles structurés mais sans relations les uns avec les autres. Chacun de ces ensembles aurait généré un parti représentant ses intérêts et reproduisant cet isolement et cette incapacité à la communication et au compromis qui expliqueraient l’« effondrement » du système des partis à la fin de la République de Weimar. Les analyses de M.R. Lepsius ont eu un retentissement considérable dans l’historiographie allemande en général et dans l’historiographie du catholicisme en particulier. Pour cette dernière, Lepsius est devenu une sorte de référence obligée, alors que ses travaux ne s’inscrivaient absolument pas dans cette perspective, et ses réflexions ont suscité critiques et mises au point multiples38. Depuis une quinzaine d’années, ces débats se sont caractérisés par une reconsidération de la notion de milieu sous un angle plus empirique, en particulier au sein d’un groupe de jeunes chercheurs de l’université de Münster qui a travaillé à l’élaboration d’une méthode « historico-empirique » pour l’étude du milieu catholique39 et dont certains ont vu leurs thèses publiées dans la série des « volumes bleus »40. Ces chercheurs en ont ainsi proposé une définition plus territoriale du milieu, c’est-à-dire davantage ancrée dans l’espace régional ou local, ce qui a permis à leurs travaux de retrouver certaines des préoccupations des thèses d’histoire diocésaine et régionale qui ont fait la réputation des travaux d’histoire religieuse français41. Mais cela s’est fait avec un grand décalage dans le temps : à partir des années 1960 pour la France, et seulement, à quelques exceptions près, à partir du début des années 1990 pour l’Allemagne.

  • 42 Voir notamment l’ouvrage déjà évoqué d’I. Götz von Olenhusen sur le clergé du diocèse de F (...)

22Les termes d’ultramontanisme et d’« ultramontanisation » désignent le phénomène d’alignement du catholicisme sur les positions romaines et, par extension, peut-être plus encore dans le contexte allemand que dans le contexte français, renvoient à un catholicisme orthodoxe, respectueux de l’institution. Ces concepts ont fait aussi l’objet de réflexions multiples, liées à la notion de milieu (dans quelle mesure et depuis quand peut-on parler en Allemagne de milieu catholique ultramontain ?) et à celle, de plus en plus utilisée, de « Subkultur », une notion plus extensive, moins rigide que celle de milieu. Ces réflexions ont porté notamment sur la périodisation et l’ampleur du processus d’ultramontanisation42.

  • 43 Étienne François, Protestants et catholiques en Allemagne. Identités et pluralisme, Augsbo (...)
  • 44 Étienne François, « L’Allemagne du XIVe au XXe siècle », in Grace Davie et Danièle Hervieu (...)
  • 45 Olaf Blaschke (dir.), Konfessionen im Konflikt. Deutschland zwischen 1800 und 1970 : ein z (...)
  • 46 Voir son article « ’Der Dämon des Konfessionalismus’. Einführende Überlegungen », in id., (...)

23C’est plus récemment encore que le concept de confessionnalisation a fait l’objet de l’attention des historiens contemporanéistes. Il est en effet emprunté à l’histoire moderne : certains historiens, en particulier Heinz Schilling, en ont fait l’un des principaux paradigmes permettant d’expliquer l’évolution du Saint Empire romain germanique. En bref, il s’agit du processus de distinction ou de différenciation confessionnelle entre catholiques et protestants en marche dans le Saint Empire depuis le XVIe siècle, qui s’est traduit dans le domaine religieux, mais aussi dans tous les aspects de la vie sociale et culturelle, comme plusieurs historiens, y compris français43, se sont employés à le démontrer. Étienne François écrit ainsi : « La réalité de cette différenciation [confessionnelle] est d’autant plus grande qu’elle n’est pas simplement la résultante de mesures d’autorité imposées aux populations mais se trouve relayée par une dynamique d’intériorisation de l’appartenance confessionnelle qui fait de la confession un symbole d’identité collective, un signe d’appartenance familiale et régionale, un critère d’affirmation et de distinction »44. Des historiens contemporanéistes, en particulier Olaf Blaschke, ont fait un réemploi du concept, et de son corollaire le confessionnalisme, pour l’époque contemporaine, notamment pour le XIXe siècle, présenté comme la « deuxième période confessionnelle » après celle, commencée au XVIe siècle, qui se serait terminée avec les traités de Westphalie (1648)45. Olaf Blaschke utilise même l’expression de « démon du confessionnalisme », un démon qui reviendrait donc de manière récurrente dans l’histoire allemande, expliquant par exemple l’épisode du Kulturkampf46. Ce réemploi continue cependant à faire l’objet de controverses, liées aussi au style souvent polémique qu’affectionne Blaschke.

  • 47 Sur le concept de multiculturalisme adapté au contexte de conflits entre catholiques et an (...)
  • 48 Voir son site à l’adresse www.mmg.mpg.de.

24Plus récemment encore, il faut signaler l’usage du concept, hérité des États-Unis, de multiculturalisme et, adapté au fait religieux, de multi- ou de pluriconfessionnalité. Il y a évidemment des interactions fortes entre ce concept et l’actualité, aussi bien en Europe qu’en Allemagne même, comme nous l’avons évoqué plus haut. Cela a conduit plusieurs rencontres collectives à s’intéresser en priorité aux sociétés multiconfessionnelles et aux relations interculturelles ou interconfessionnelles, à l’intérieur d’un même pays ou entre deux ou plusieurs d’entre eux, avec le développement d’un intérêt particulier pour l’Europe centrale et orientale47. Un signe institutionnel fort de ces nouveaux intérêts : le fait que la prestigieuse société de recherches Max-Planck, une sorte de CNRS d’élite, a choisi tout récemment de transformer son Institut für Geschichte (Institut d’histoire) de Göttingen en Max-Planck Institut zur Erforschung multireligiöser und multiethnischer Gesellschaften (Institut Max-Planck de recherches sur les sociétés multi-confessionnelles et multiethniques)48.

  • 49 Compte rendu de la rencontre : « Histoire religieuses croisées. Un bilan franco-allemand s (...)

25Pour tenter de s’inscrire dans la perspective d’une histoire comparative du religieux, on peut tenter de repérer les points communs et les différences entre historiographies française et allemande. Les deux historiographies n’emploient pas les mêmes dénominations : on parle d’« histoire religieuse » en France, beaucoup moins de religiöse Geschichte en Allemagne, même si certains ont tenté d’acclimater le terme. Il y est plutôt question de Religionsgeschichte ou, plus récemment, d’approche en termes d’histoire sociale et des mentalités du religieux, comme par exemple dans le cadre des rencontres de Schwerte. C’est pour cette raison que je préfère l’expression d’histoire du fait religieux à celle d’histoire religieuse, trop marquée par la tradition française. Dans les deux pays, on constate que l’histoire du fait religieux est tributaire des traditions nationales en matière d’historiographie, mais aussi, plus largement, de la manière dont la religion est appréhendée dans l’espace public. Cela confirme le fait que l’historien, quel que soit son champ de recherches, est le produit d’un lieu et d’un temps et ne peut prétendre s’isoler dans une tour d’ivoire, à l’abri de toute influence extérieure : une confirmation qui est l’un des grands apports de l’approche comparative. On constate aussi que les deux historiographies sont ouvertes aux influences internationales, mais ces influences ne sont pas les mêmes. Pour la France, les interactions se font plutôt avec les pays latins, en particulier l’Italie. Pour l’Allemagne, les influences sont plutôt anglo-saxonnes, y compris pour l’histoire du catholicisme, où l’école d’histoire religieuse à la française est assez largement ignorée des historiens contemporanéistes, en particulier ceux de la plus jeune génération. La connaissance de la langue, ou plus exactement le déclin de l’apprentissage du français en Allemagne et celui de l’allemand en France, y est certainement pour quelque chose. L’évolution des intérêts n’est pas non plus identique dans les deux pays. Comme cela a déjà été dit, on note ainsi pour l’Allemagne des toutes dernières années un fort tropisme pour l’histoire du fait religieux en Europe centrale et orientale qui n’apparaît pas en France. Tout cela conduit à un dialogue parfois difficile ou même nul entre les deux historiographies, d’où l’intérêt de rencontres qui s’efforcent d’établir des ponts, comme les journées d’études sur « Le monde de l’histoire religieuse » organisées à Lyon en 2008 et 2009 ou bien le colloque international organisé en 2006 par la Mission Historique Française en Allemagne, colloque qui s’efforçait de proposer un bilan croisé franco-allemand de l’historiographie du fait religieux à l’époque moderne49 et qu’il serait sans doute fructueux d’adapter à la période contemporaine.

Notes

1 Dans les développements qui suivent, on s’appuiera notamment sur les articles de Wolfgang Schieder, « Religion in der Sozialgeschichte », in Id. et Volker Sellin (dir.), Sozialgeschichte in Deutschland, vol. 3, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1987, p. 9-31 ; Id., « Sozialgeschichte der Religion im 19. Jahrhundert. Bemerkungen zur Forschungslage », in Id. (dir.), Religion und Gesellschaft im 19. Jahrhundert, Stuttgart, Klett-Cotta, 1993, p. 11- 28 ; Otto Weiss, « Religiöse Geschichte oder Kirchengeschichte ? Zu neuen Ansätzen in der deutschen Kirchengeschichtsschreibung und Katholizismus-forschung – Ein Forschungsbericht », Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte, 17, 1998, p. 289-312, et pour la comparaison avec la France sur les travaux de Claude Langlois, « Religion, histoire religieuse », in Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, 1986 ; Id., « Trente ans d’histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », Archives de sciences sociales des religions, janvier-mars 1987, p. 85-114 ; René Rémond, « L’histoire religieuse de la France au XXe siècle », XXe siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 1988, p. 93-107 ; Gérard Cholvy, « L’atelier de l’historien. Sources et champs historiques », in Id., La religion en France de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Hachette, 1ère éd. 1991, 2ème éd. 1998 ; Michel Lagrée, « Histoire religieuse, histoire culturelle », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 387-406.

2 Voir Catherine Maurer, « De Napoléon à Angela Merkel. États et Églises en Allemagne : une séparation boîteuse ? », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l’État et la pratique de la loi de Séparation, Lille, Université de Lille III, 2008, p. 33-43, et, pour une perspective plus nettement comparative, Christophe Duhamelle, « État et religion en France et en Allemagne, deux modèles et leurs racines », Bulletin d’Information de la Mission historique française en Allemagne, 2007, n° 43, p. 180-191.

3 Pour une présentation beaucoup plus détaillée de la Kirchengeschichte par un historien « profane », voir Werner K. Blessing, « Kirchengeschichte in historischer Sicht. Bemerkungen zu einem Feld zwischen den Disziplinen », in Anselm Doering-Manteuffel et Kurt Nowak (dir.), Kirchliche Zeitgeschichte. Urteilsbildung und Methoden, Stuttgart, Kohlhammer, 1996, p. 14-59.

4 Victor Conzemius, « Kirchengeschichte als ’nichttheologische Disziplin’ », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 80, 1985, p. 31-48.

5 Rudolf von Thadden, « Kirchengeschichte als Gesellschaftsgeschichte », Geschichte und Gesellschaft, 9, 1983, p. 598-614. Toujours dans ce contexte, voir aussi Richard vanDülmen, « Religionsgeschichte in der historischen Sozialforschung », Geschichte und Gesellschaft, 6, 1980, p. 36-59, et, plus tard, Anselm Doering-Manteuffel et Kurt Nowak, Kirchliche Zeitgeschichte, op.cit.

6 Voir tout récemment la rencontre « Kirchenzeitgeschichte. Ein Thema - Zwei Zugänge : Historiographie und Theologie » (L’histoire très contemporaine des Églises. Un thème, deux approches : historiographie et théologie) qui a été organisée conjointement par la Faculté d’Histoire de l’Université technique de Darmstadt et la direction des Archives de l’Église évangélique de Hesse et du Nassau le 27 juin 2009.

7 Il faut signaler ici l’une des dernières grandes entreprises de la Kirchengeschichte, sous la direction de l’un de ses plus éminents et productifs représentants, Erwin Gatz, Geschichte des kirchlichen Lebens in den deutschsprachigen Ländern seit dem Ende des 18. Jahrhunderts, 8 volumes, Fribourg, Herder, 1991-2008. On peut rappeler néanmoins que, chez le même éditeur Herder de Fribourg, la traduction allemande des trois tomes de l’Histoire du christianisme concernant la période contemporaine et dirigés par Jean-Marie Mayeur, bien représentatifs de l’histoire religieuse à la française, a remplacé le Handbuch der Kirchengeschichte dirigé par Hubert Jedin.

8 Pour un aperçu rapide en français, voir Catherine Maurer, « Le groupe de Bielefeld. L’histoire sociale en Allemagne », Bulletin d’Information de la Mission historique française en Allemagne, 1988, n° 17, p. 23-29, et Jochen Hoock, « Des chemins de la connaissance historique. A propos de l’ouvrage collectif Wege der Gesellschaftsgeschichte », Revue de l’Institut Français d’Histoire, 2009, n° 1, p. 126-132.

9 L’expression est de Friedrich Meinecke : voir son livre Die deutsche Katastrophe. Betrachtungen und Erinnerungen, Wiesbaden, Brockhaus, 1ère éd. 1946.

10 Voir ici tout particulièrement les articles de Wolfgang Schieder.

11 Voir Rudolf Morsey, « Gründung und Gründer der Kommission für Zeitgeschichte 1960- 1962 », Historisches Jahrbuch, 115/II, 1995, p. 453-485.

12 Voir Jochen-Christoph Kaiser, « Wissenschaftspolitik in der Kirche. Zur Entstehung der ’Kommission für die Geschichte des Kirchenkampfes in der nationalsozialistischen Zeit’ », in Doering-Manteuffel et Nowak, Kirchliche Zeitgeschichte, op.cit., p. 125-163.

13 Voir le site de la Kommission : www.kfzg.de.

14 Auteur de l’une des rares synthèses existant sur l’histoire des catholiques allemands au XXesiècle : Deutsche Katholiken 1918-1945, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1992.

15 Pour une liste complète des publications, voir le site de la Kommission.

16 Katholizismus und Moderne. Zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte der Schweizer Katholiken im 19. und 20. Jahrhundert, Zurich, Benzinger, 1989. Édition française : Le catholicisme au défi de la modernité. L’histoire sociale des catholiques suisses aux XIXe et XXe siècles, Lausanne, 1994.

17 Die mittelalterlichen Grundlagen der modernen Gesellschaft im Mittelalter. Eine deutsche Gesellschaftsgeschichte des Mittelalters, Stuttgart, Hiesermann, 1972.

18 On suit ici l’article de Otto Weiss, « Religiöse Geschichte oder Kirchengeschichte ? », art. cit., p. 292-294.

19 Michael Phayer, Religion und das gewöhnliche Volk in Bayern in der Zeit von 1750 bis 1850, Munich, Stadtarchiv, 1970.

20 Werner K. Blessing, Staat und Kirche in der Gesellschaft : Institutionelle Autorität und mentaler Wandel in Bayern während des 19. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1982.

21 Pour une mise au point en français, voir Thierry Nadeau, « L’Alltagsgeschichte », Bulletin d’Information de la Mission historique française en Allemagne, 1990, n° 20, p. 43-52 ; Alf Lüdtke (dir.), Histoire du quotidien, Paris, Éd. de la MSH, 1994 ; Mathieu Lepetit, « Un regard sur l’historiographie allemande : les mondes de l’Alltagsgeschichte », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45, avril-juin 1998, p. 467-486.

22 Wolfgang Schieder, « Kirche und Revolution. Sozialgeschichtliche Aspekte der Trierer Wallfahrt von 1844 », Archiv für Sozialgeschichte, 14, 1974, p. 419-454 (l’article est devenu un livre en 1996 : Religion und Revolution, Die Trierer Wallfahrt von 1844, Vierow bei Greifswald, SH Verlag) et id. (dir.), Volksreligiosität in der modernen Sozialgeschichte, Göttingen, Vandehoeck & Ruprecht, 1986.

23 Jonathan Sperber, Popular catholicism im Nineteenth-Century Germany, Princeton, Princeton University Press, 1984.

24 Thomas Nipperdey, Religion im Umbruch. Deutschland 1870-1918, Munich, C.H. Beck, 1988.

25 Voir le site du Schwerter Arbeitskreis Katholizismusforschung : www.katholizismusforschung.de.

26 On utilisera avec profit l’article de Karl-Egon Lönne, « Katholizismus-Forschung », Geschichte und Gesellschaft, 26, 2000, p. 128-170, et l’ouvrage collectif réalisé dans le cadre de la Kommission für Zeitgeschichte et dirigé par Karl-Joseph Hummel, Zeitgeschichtliche Katholizismus Forschung. Tatsachen, Deutungen, Fragen. Eine Zwischenbilanz, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2004, qui concerne cependant seulement le XXe siècle.

27 Wunderbare Erscheinungen, Katholische Kirche und weibliche Frömmigkeit im 19. und 20. Jahrhundert, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1995.

28 Voir David Blackbourn, Class, Religion and Local Politics in Wilhelmine Germany. The Centre Party in Württemberg before 1914, London et New Haven, Yale University Press, 1980.

29 Marpingen, Apparitions of the Virgin Mary in Bismarckian Germany, Oxford, Clarendon Press, 1993 (édition allemande : Wenn ihr sie wieder seht, fragt wer sie sei. Marienerscheinungen in Marpingen - Aufstieg und Niedergang des deutschen Lourdes, Reinbek bei Hamburg, Rohwolt, 1997).

30 Norbert Busch, Katholische Frömmigkeit und Moderne. Die Sozial- und Mentalitätsgeschichte des Herz-Jesu-Kultes in Deutschland zwischen Kulturkampf und Erstem Weltkrieg, Gütersloh, Kaiser, Güterloher Verlag-Haus, 1997.

31 M.-A. Zumholz, Volksfrömmigkeit und Katholisches Milieu. Marienerscheinungen in Heede 1937-1940, Cloppenburg, Runge, 2004. Mentionnons aussi l’ouvrage d’Andreas Johannes Kotulla sur les pèlerins allemands à Lourdes : "Nach Lourdes !". Der französische Marienwallfahrtsort und die Katholiken im Deutschen Kaiserreich (1871-1914), München, Meidenbauer, 2006.

32 Irmtraud Götz von Olenhusen, Klerus und abweichendes Verhalten. Zur Sozialgeschichte katholischer Priester im 19. Jahrhundert : Die Erzdiözese Freiburg, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1994, et pour un « équivalent » du côté protestant : Oliver Janz, Bürger besonderer Art. Evangelische Pfarrer in Preußen 1850-1940, Berlin, de Gruyter, 1994.

33 Thomas Mergel, Zwischen Klasse und Konfession. Katholisches Bürgertum im Rheinland 1794-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1994.

34 Christopher Dowe, Auch Bildungsbürger. Katholische Studierende und Akademiker im Kaiserreich, thèse de 2003, publiée en 2006, également dans les Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft chez Vandenhoeck & Ruprecht.

35 Voir notamment Hans-Ulrich Wehler, Modernisierungstheorie und Geschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1975.

36 Franz Xaver Kaufmann et Arnold Zingerle (dir.), Vatikanum II und Modernisierung. Historische, theologische und soziologische Perspektiven, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1996. Voir aussi Johannes Horstmann et Antonius Liedhegener (dir.), Konfession, Milieu, Moderne. Konzeptionelle Positionen und Kontroversen zur Geschichte von Katholizismus und Kirche im 19. und 20. Jahrhundert, Schwerte, Katholische Akademie, 2001.

37 M. Rainer Lepsius, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung der deutschen Gesellschaft », in Wilhelm Abel (dir.), Wirtschaft, Geschichte und Wirtschaftsgeschichte. Festschrift zum 65. Geburtstag von Friedrich Lüge, Stuttgart, Fischer, 1966, p. 371-399.

38 Pour un résumé de ces débats, voir Arbeitskreis für kirchliche Zeitgeschichte (AKKZG), Münster, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne. Das katholische Milieu als Forschungsaufgabe », Westfälische Forschungen, 43, 1993, p. 588-654, et Olaf Blaschke et Frank-Michael Kuhlemann, « Religion in Geschichte und Gesellschaft. Sozialhistorische Perspektiven für die vergleichende Erforschung religiöser Mentalitäten und Milieus », in Id. (dir.), Religion im Kaiserreich. Milieus-Mentalitäten-Krisen, Gütersloh, Kaiser, Gütersloher Verlag Haus, 1996, p. 7-56.

39 Voir Akkzg, « Katholiken zwischen Tradition und Moderne... », op.cit. et, pour un premier bilan des recherches, id., « Konfession und cleavages im 19. Jahrhundert. Ein Erklärungsmodell zur regionalen Entstehung des katholischen Milieus in Deutschland », Historisches Jahrbuch, 120, 2000, p. 358-395.

40 Christoph Kösters, Katholische Verbände und moderne Gesellschaft. Organisations-geschichte und Vereinskultur im Bistum Münster 1918 bis 1945, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1995 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, vol. 68) ; Antonius Liedhegener, Christentum und Urbanisierung. Katholiken und Protestanten in Münster und Bochum 1830-1933, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1997 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, vol. 77) ; Wilhelm Damberg, Abschied vom Milieu ? Der Katholizismus im Bistum Münster und in den Niederlanden 1945-1980, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1997 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Reihe B, vol. 79).

41 Pour davantage de détails sur ces aspects, voir Catherine Maurer, « La territorialisation du milieu : historiens et milieu catholique dans la recherche récente en Allemagne », Bulletin de la Mission Historique française en Allemagne, 2000, n° 36, p. 129-140, et id., « L’espace dans la pratique des historiens français et allemands du fait religieux depuis la fin des années 1980 », in Alain Dierkens et Anne Morelli (dir.), Topographie du sacré. L’emprise religieuse sur l’espace, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2008, p. 21-37.

42 Voir notamment l’ouvrage déjà évoqué d’I. Götz von Olenhusen sur le clergé du diocèse de Fribourg et Gisela Fleckenstein et Joachim Schmiedl (dir.), Ultramontanismus. Tendenzen der Forschung, Paderborn, Bonifatius, 2005.

43 Étienne François, Protestants et catholiques en Allemagne. Identités et pluralisme, Augsbourg 1648-1806, Paris, Albin Michel, 1993 ; Christophe Duhamelle, La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010.

44 Étienne François, « L’Allemagne du XIVe au XXe siècle », in Grace Davie et Danièle Hervieu-Léger (dir.), Identités religieuses en Europe, Paris, La Découverte, 1996, p. 65-88.

45 Olaf Blaschke (dir.), Konfessionen im Konflikt. Deutschland zwischen 1800 und 1970 : ein zweites konfessionelles Zeitalter, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, ouvrage qui a prolongé l’article, toujours de Olaf Blaschke : « Das 19. Jahrhundert : Ein Zweites Konfessionelles Zeitalter ? », Geschichte und Gesellschaft, 26, 2000, p. 38-75.

46 Voir son article « ’Der Dämon des Konfessionalismus’. Einführende Überlegungen », in id., Konfessionen im Konflikt, op.cit., p. 13-69.

47 Sur le concept de multiculturalisme adapté au contexte de conflits entre catholiques et anticléricaux, voir Christopher Clark et Wolfram Kaiser (dir.), Culture Wars. Secular-Catholic Conflict in Nineteenth-Century Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; sur l’intérêt pour les sociétés multiconfessionnelles et les relations interculturelles ou interconfessionnelles, voir notamment Michael Geyer et Hartmut Lehmann (dir.), Religion und Nation. Nation und Religion. Beiträge zu einer unbewältigten Geschichte, Göttingen, Wallstein, 2004 ; Heinz-Gerhard Haupt et Dieter Langewiesche (dir.), Nation und Religion in Europa. Mehrkonfessionelle Gesellschaften im 19. und 20. Jahrhundert, Frankfort-sur-le-Main, Campus, 2004 (compte rendu de ces trois ouvrages par Catherine Maurer, Annales. Histoire, Sciences Sociales, juillet-août 2005, p. 851-855) ; Martin Schulze Wessel (dir.), Die Nationalisierung der Religion und die Sakralisierung der Nation im östlichen Europa, Stuttgart, Steiner, 2006 ; Hartmut Lehmann (dir.), Transatlantische Religionsgeschichte. 18. bis 20. Jahrhundert, Göttingen, Wallstein, 2006. Sur l’Europe centrale et orientale, on peut signaler la contribution d’Andreas Frings, « Religion und Politik im späten Rußländischen Reich », Historische Zeitschrift, 289-3, 2009.

48 Voir son site à l’adresse www.mmg.mpg.de.

49 Compte rendu de la rencontre : « Histoire religieuses croisées. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) / Religionsgeschichte im Vergleich. Eine deutschfranzösische Bilanz für die Frühe Neuzeit (16. bis 18. Jahrhundert) », Bulletin d’Information de la Mission historique française en Allemagne, 2007, n° 43, p. 19-26 ; le colloque a été publié dans Religion ou confession. Un bilan frano-allemand sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Philippe Büttgen et Christophe Dubourelle (dir.), Paris, Ed. de la MSH, 2010.

Auteur

est Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg, membre de l’EA ARCHE et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Elle a notamment publié Le modèle allemand de la charité. La Caritas de Guillaume II à Hitler (1999), Religion et culture dans les sociétés et dans les États européens de 1800 à 1914 (1981) et Les espaces de l’Allemagne au XIXe siècle. Frontières, centre et question nationale (Strasbourg). Son Dossier d’Habilitation à diriger des recherches, « Dieu dans la ville. Catholiques allemands et demande sociale urbaine en France et en Allemagne XIXe-début du XXe siècle », est en cours d’édition par les Éditions du Cerf.

© LARHRA, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search