Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

« En moi l’historien et le croyant sont inséparables » : Jean Delumeau ou l’antiromanisme nuancé d’un érasmien

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle, 2  (...)
  • 2 Guillaume Cuchet, « Jean Delumeau, historien de la peur et du péché. Historiographie, reli (...)
  • 3 Jean Delumeau, La Peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles. Une cité assiégée, Paris, 1978, 4 (...)
  • 4 Id., Le Christianisme va-t-il mourir ?, Paris, 1977, 211 p. L’essai est réédité l’année su (...)
  • 5 Jean Delumeau, « Un itinéraire : de l’histoire à l’engagement », Un chemin d’histoire. Chr (...)
  • 6 Le groupe « Paroles » a été fondé en 1980 par Philippe Warnier. Il rassemble des personnal (...)
  • 7 La Croix, 21 juin 1977 (Le Christianisme, op. cit., p. 298).

1Par sa nouveauté et par son ampleur, l’œuvre historique de Jean Delumeau s’est imposée à l’attention des chercheurs depuis la publication, à la fin des années 1950, de sa thèse sur la vie économique et sociale de la Rome pontificale de la Renaissance1. Mais elle a atteint aussi le grand public vingt ans plus tard, à l’heure où la France savourait l’histoire des mentalités, et l’un de ses concepts centraux, la « pastorale de la peur », a connu une large diffusion dans le monde catholique et au-delà2. Le succès des ouvrages dédiés à ce thème3 prenait appui sur la notoriété acquise par leur auteur à la suite de la publication en 1977 d’un essai, Le Christianisme va-t-il mourir ?, abondamment discuté dans les médias4. L’historien, en mobilisant la longue durée, y posait un diagnostic sur la crise de l’Église catholique, thème récurrent de la décennie 1970, et y suggérait les linéaments d’une réforme pour le XXe siècle. Depuis cette date, Jean Delumeau a poursuivi sa réflexion en publiant des livres, des articles et des textes d’ego-histoire fidèles pour l’essentiel à ses convictions initiales5 et en participant au groupe « Paroles », qui entendait susciter un débat au sein de l’Église catholique et porter sur la place publique un questionnement croyant non hiérarchique6. Si Rome et la papauté ne sont pas au centre de son discours, ils n’en sont pas absents et un antiromanisme nuancé sous-tend les instances critiques et les propositions réformistes de l’essayiste, qui instaure un va-et-vient entre le passé et le présent, entre l’histoire, vue comme un recours libérateur, et l’utopie, assumée comme une nécessité vitale : « En moi l’historien et le croyant sont inséparables7 », déclarait-il en 1977.

L’histoire comme recours

  • 8 Voir Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspecti (...)
  • 9 Jean Delumeau, Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1965, 419 p. ; id., Le Catho (...)
  • 10 Le premier chapitre (« Autrefois : la chrétienté ») reprend des conférences prononcées en (...)
  • 11 Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre ca (...)
  • 12 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 7-8.

2Au moment de la publication de l’essai Le Christianisme va-t-il mourir ?, Jean Delumeau a cinquante-quatre ans. Depuis deux ans, il occupe la chaire d’histoire des mentalités religieuses de l’Occident moderne au Collège de France au terme d’un parcours de recherche qui l’a conduit d’une histoire économique inspirée des directions de Fernand Braudel à une histoire religieuse dégagée de l’ancienne histoire de l’Église, centrée sur les institutions et les personnalités et ordonnée à des fins apologétiques8. Deux livres consacrés au temps des Réformes ont marqué son entrée sur ce territoire9 et semblent légitimer sa prise de parole sur l’actualité, suscitée au départ par une demande du Centre catholique des intellectuels français10. Elle accompagne la disparition de cette institution, révélatrice de la marginalisation des intellectuels catholiques dans la société française, et coïncide avec l’essor de tensions dans la génération des promoteurs de l’histoire religieuse, tous influencés par le concile Vatican II, mais divisés, à l’instar des théologiens, par l’évaluation de la conjoncture ecclésiale11. Historien, Jean Delumeau exclut de « se barricader dans un hier que sépare d’aujourd’hui un fossé protecteur de deux cents ans » : « L’objet de ma recherche appartient à la fois au passé et au présent, puisqu’il s’agit d’une religion qui se déclarait – et se déclare toujours – liée au destin global de l’humanité. »« Chrétien engagé », il met en avant son « expérience d’historien afin d’éviter les erreurs d’appréciation auxquelles conduit l’isolement artificiel d’une actualité coupée de ses racines » : « Je voudrais marcher sur cet étroit chemin de crête où l’on refuse la neutralité tout en s’attachant à l’objectivité12. »

  • 13 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), (...)
  • 14 Christian Sorrel, « Une histoire nécessaire », dans Jean-François Galinier-Pallerola et al (...)
  • 15 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 116-117.
  • 16 Gérard Cholvy, « 1975 : tournant spirituel et intellectuel », Revue des Deux Mondes, mai 1 (...)

3L’actualité, c’est la crise postconciliaire de l’Église catholique, particulièrement prégnante en France13. Les symptômes en sont multiples, que scrutent des observateurs divisés sur l’appréciation de la gravité du mal et de la hiérarchie des causes, entre facteurs externes et responsabilités internes14. La pratique religieuse et les vocations sont en repli ; le marxisme séduit une fraction des militants de l’Action catholique ; la mouvance intégriste, autour de Mgr Lefebvre, glisse vers la rupture avec le pape Paul VI, qui n’hésite pas à admonester les évêques français après avoir rappelé, au terme de l’Année sainte 1975, l’impératif d’une annonce explicite de la Bonne Nouvelle. Dans ce contexte, deux questions posées par les clercs mobilisent en priorité les historiens. La première, qui porte sur la déchristianisation, est déjà ancienne et n’a cessé d’être au cœur des préoccupations de l’Église de France depuis les années 1940. La seconde, orientée vers la nature et la valeur de la religion populaire, s’amplifie au long de la décennie 1960 pour s’imposer après mai 1968. Si Jean Delumeau n’ignore pas cette dernière et défend les chrétiens « festifs » ou « saisonniers », qui sont « seulement autres que ceux que désirerait […] l’Église officielle »15, c’est surtout la première qui l’incite à intervenir. « Déchristianisation ? Interrogation pressante et lourde d’avenir », note-t-il dès la première ligne de son essai en rejetant tout pessimisme radical, comme l’avaient fait peu avant Georges Hourdin, Maurice Clavel ou André Frossard, acteurs du « tournant » de 1975, identifié par plusieurs historiens aux prémices d’un processus de sortie de crise16.

  • 17 Jean Delumeau, Le christianisme, op. cit., p. 240-243.
  • 18 Ibid., p. 263-273.

4L’écho est immédiat. La presse écrite et audiovisuelle dissèque le livre, tandis que son auteur est invité à prendre la parole devant de nombreux auditoires catholiques, acquis en majorité aux réformes conciliaires et parfois soucieux de les dépasser. André Mandouze (Le Monde), le pasteur André Dumas (Réforme), le père Michel Riquet (Le Figaro) sont élogieux. À l’opposé, le père Bruckberger (L’Aurore) dénonce avec fougue « une chimère et peut-être un abus de confiance » dans une démarche qui implique « le triomphe de l’évolutionnisme à l’intérieur du christianisme » et la « dissolution » de l’identité de l’Église catholique jusqu’à la réduire à « une secte protestante parmi d’autres »17. Louis Salleron (La Cité Catholique), porte-parole des intégristes, n’est pas moins critique, tout comme André Frossard, plus mesuré cependant dans ses propos. La polémique atteint son point culminant après l’attribution à Jean Delumeau du Grand Prix de littérature catholique, fondé par Daniel-Rops. Jean Guitton démissionne du jury et entame un débat avec l’auteur sur le critère d’orthodoxie, la pérennité des formules dogmatiques et la recherche de l’unité chrétienne sur une base minimale, celle de « l’évangélisme libéral » : « Je m’écarte de l’orthodoxie au sens que le XVIe siècle (ou le XIXe) a donné à ce terme […]. Mais le moment est venu d’opérer un choix dans le legs du passé »18, répond l’intéressé.

  • 19 Ibid., p. 18.
  • 20 Ibid., p. 38. Jean Delumeau a développé la thèse de la « légende du Moyen Âge chrétien » d (...)

5Sans nier la gravité de la « traversée du désert », Jean Delumeau se propose en effet « d’apporter un réconfort à des prêtres affolés par l’ampleur de la déprise religieuse » en opérant un décentrement des débats, enfermés dans le temps court : « L’historien peut, dans une certaine mesure, relativiser et dédramatiser le présent […] en le réintégrant dans le tissu de la longue durée19. » La christianisation d’hier était en partie illusoire et la chrétienté, âge d’or de référence, n’a jamais existé, sinon comme « construction autoritaire »20. Au regard de ce passé, arraché à l’idéalisation, la déchristianisation contemporaine apparaît donc relative. En disciple de Fernand Braudel, l’historien moderniste fonde sa démonstration sur un millénaire et demi, unifié par la référence constantinienne et scindé en deux temps, le Moyen Âge et l’âge tridentin, sans accorder de spécificité au XIXe siècle et à la première moitié du XXe siècle : il gomme l’événement et les évolutions et évoque même peu le concile Vatican II, qui constitue pourtant l’horizon immédiat de ses contemporains.

  • 21 Jean Delumeau, Le christianisme, op. cit., p. 38 ; « Un itinéraire », art. cité, p. 1.
  • 22 Christian Sorrel, « Daniel-Rops et l’Histoire de l’Église du Christ (1948-1965) », Un sièc (...)
  • 23 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 85-112. Jean Delumeau revient dans ses ouvra (...)
  • 24 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 53.

6Cette approche favorise une lecture duale de l’histoire, qui se greffe sur la distinction opérée entre la Contre-Réforme et la Réforme catholique et qui n’échappe pas toujours au moralisme. Il y a deux « histoires chrétiennes », écrit Jean Delumeau, « celle de la ferveur » et celle d’une « idéologie politico-religieuse » qui s’enracine dans le « grand dérapage » de l’ère constantinienne, à peine achevée21. En ce sens, il prend le contre-pied du monument élevé vingt ans plus tôt par Daniel-Rops à « l’Église du Christ », identifiée à l’Église de Rome. Il en conserve toutefois le balancement entre le bien et le mal, le second tendant à l’emporter sur le premier dont son prédécesseur célébrait au contraire les triomphes22. Bien sûr, il ne faut pas oublier l’« œuvre prodigieusement féconde » du christianisme, les chrétiens capables d’atteindre « cette altitude où la démarche religieuse échappe aux obligations et aux routines et devient liberté », les fruits spirituels, caritatifs ou artistiques des deux Réformes23. Mais l’Église catholique, infidèle à l’Évangile, a souvent été « un instrument d’oppression », des croisades à l’antisémitisme moderne, en passant par l’Inquisition, la chasse aux sorcières, la Saint-Barthélemy, l’extermination des Indiens et la traite des noirs : « Parce que le christianisme a été pouvoir et s’est confondu avec l’État, il est devenu totalitaire et a persécuté tous ceux qui s’écartaient de la doctrine officielle24. » L’objectif affiché de l’unanimité rendait inévitable la stratégie de culpabilisation, seul moyen pour atteindre les masses en contrôlant les consciences.

  • 25 Christian Sorrel, « Conjoncture moderniste et infaillibilité pontificale au début du XXe s (...)
  • 26 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 78.
  • 27 Ibid., p. 48.
  • 28 Guillaume Cuchet, art. cité, p. 149.
  • 29 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 114.

7Dans sa sévérité, Jean Delumeau rejoint, sans les citer, des thèses mises en avant par les catholiques critiques de la première moitié du XXe siècle, des dénonciations de Paul Naudet (1912) dans le pamphlet moderniste Ce qu’on a fait de l’Église aux imprécations d’Henri Guillemin (1937) dans l’article de Sept « Par notre faute »25. Sans doute ne centre-t-il pas ses propos, comme eux, sur les trahisons politiques et sociales du XIXe siècle, angle mort de sa démonstration, et ne se limite-t-il pas aux catholiques et moins encore à la papauté, n’hésitant pas à mettre en cause Luther et Calvin ou les « orthodoxies protestantes », vouées elles aussi à une « intolérance » appuyée sur le « bras séculier26 ». Du moins retrouve-t-il leur intuition en liant les abandons contemporains au « péché collectif » du passé, jugé au nom de l’Évangile, et en exigeant la « proclamation publique et sans équivoque de fautes qui n’ont été que trop publiques » : « Les garants du christianisme firent confiance non à l’Esprit saint, mais aux moyens humains27. » Cette posture morale, Jean Delumeau la légitime par les avertissements des partisans de la réforme ecclésiale au long des siècles, de Valdès à Luther en passant par Wycliffe, Hus, Savonarole ou Érasme, dont le témoignage prévient le grief d’anachronisme. Elle renvoie à un présupposé latent, l’existence d’une « sorte d’essence du christianisme, modèle pur quasi anhistorique à l’aune duquel on pourrait juger de ses formes historiques28 » : « Le christianisme se trouve maintenant ramené par les contraintes de l’histoire dans la voie difficile qui, théoriquement, aurait toujours dû être la sienne29. »

8Le christianisme ou bien l’Église ? Et, dans ce cas, quelle(s) Église(s) ? Une vraie ambiguïté lexicale traverse l’essai qui vise en général le catholicisme, et le catholicisme dans sa hiérarchie et son centre romain, mais qui n’absout pas les autres groupes : christianisme officiel, christianisme populaire, chefs de l’Église, partie de l’Église chrétienne globale, l’Église (toutes confessions chrétiennes confondues). Le basculement entre l’un et le multiple, la base et le sommet, l’Église Corps mystique du Christ ou Peuple de Dieu et les Églises, figures historiques et témoins scandaleux des déchirements des XIe et XVIe siècles, est constant. Cette indétermination révèle en fait ce qui est au cœur de la démarche de l’historien, la volonté de surmonter les divisions pour permettre au christianisme d’habiter la modernité en entrant dans la voie d’une réforme d’une autre portée que l’aggiornamento proposé par le pape Jean XXIII au concile Vatican II, même si celui-ci ne fut pas négligeable.

L’utopie réformatrice

  • 30 Ibid., p. 116-122.

9Une conviction majeure guide en effet Jean Delumeau : le christianisme n’a d’avenir que s’il est populaire et rassemblé, constituant un « groupement d’hommes de foi, libres et conscients de l’importance et des risques de leur adhésion au Christ ». L’heure est aux communautés de base, aux « cellules chrétiennes de toutes configurations », dont Taizé offre le prototype, à un « christianisme minoritaire et adulte », même s’il doit rester attentif à ne pas tomber « au-dessous d’un seuil critique », sous peine de dérive sectaire. Dans ce contexte inédit, l’idée d’« imposer – cléricalement – une doctrine, une éthique et une liturgie devient chaque jour plus aberrante », d’autant que les « différences confessionnelles ont concrètement disparu » : « Ce que les chrétiens croient appartient à tous sans distinction de confession », affirme l’auteur, prompt à minimiser la vigueur des héritages et à écarter l’œcuménisme « classique », jugé peu « exaltant »30.

  • 31 Ibid., p. 128-134. En 1981, Jean Delumeau explicite ainsi sa démarche de 1977 : « Ce que j (...)
  • 32 Jean Delumeau tente de préciser, dans la seconde édition de son essai, le « noyau dur » de (...)
  • 33 Étienne Fouilloux, « L’œcuménisme d’avant-hier à aujourd’hui », Les Quatre fleuves, 20, 19 (...)

10Dans ces conditions, Jean Delumeau propose, en se plaçant sous le patronage d’Érasme et de Castellion, de progresser vers l’unité par l’adoption d’un « credo fondamental, simple et accessible à tous, et dont la formulation pourrait être réexaminée d’âge en âge ». L’évolution des connaissances scientifiques, en disqualifiant les formulations dogmatiques anciennes, notamment celle du péché originel, facilite la tâche, qui ne doit pas être subordonnée à l’accord des théologiens et des « appareils ecclésiastiques ». Il ne s’agit pourtant pas d’éliminer toute confession de foi, mais de définir un « noyau dur », assorti d’« options théologiques différentes, voire divergentes » : « Est-ce rien, en effet, face à l’incroyance, à l’indifférence et au doute qui nous entourent, d’affirmer que Jésus est le Fils de Dieu et qu’il est ressuscité31 ? » La proposition d’un « credo fondamental », neuf ans après le « credo de Paul VI », véritable rappel à l’ordre doctrinal, est sans doute celle qui suscite le plus de réserves de la part des lecteurs critiques, d’autant qu’elle s’accompagne de l’invitation à des gestes prophétiques venant de la base, en particulier l’intercommunion, prônée par des groupes contestataires depuis 196832. Elle apparaît d’ailleurs à contre-courant de la tendance de nombreux théologiens conciliaires, qui prennent en compte les particularités confessionnelles dans le dialogue entre les Églises, surtout dans le contexte de la dissidence de Mgr Lefebvre, adversaire acharné de l’œcuménisme33.

  • 34 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 136.
  • 35 Ibid., p. 141.

11Dans l’attente de sa réalisation, l’objectif de l’unité exige du moins « un changement profond des structures institutionnelles ». La crise amplifie d’ailleurs les dysfonctionnements du modèle monarchique qui a façonné l’Église catholique : « Le pape parle souvent dans le vide ; le clergé obéit mal aux évêques ; ceux-ci prennent leurs distances par rapport à Rome et les fidèles ont parfois le sentiment d’être abandonnés aux initiatives de prêtres irresponsables34. » La question liturgique, signe de contradiction pour les réformes conciliaires, en est la meilleure illustration aux yeux de Jean Delumeau, qui semble plus proche, en la circonstance, des Silencieux de l’Église que des progressistes, même si la convergence n’est qu’apparente. Il dénonce en effet « un aggiornamento conduit […] par voie autoritaire, et en faisant fonctionner l’appareil et les techniques qui avaient servi à appliquer le concile de Trente et Vatican I ». Il stigmatise aussi les « nouveaux prédicateurs qui ont agi avec la même intolérance et le même mépris de la masse chrétienne que les prêcheurs terrorisants d’autrefois » avec pour résultat de « désacraliser » le christianisme et de le rabaisser « au niveau d’une idéologie ». Mais il exonère le concile de toute responsabilité et défend les « nécessaires novations » en redoutant que « l’offensive intégriste » ne soit prétexte à « une crispation fâcheuse » des autorités hiérarchiques35.

  • 36 Hervé Legrand, « Les évêques, les Églises locales et l’Église entière. Évolutions institut (...)
  • 37 Jean Delumeau estime que le pluralisme permettrait d’apaiser le différend liturgique en au (...)
  • 38 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 143-144.

12Jean Delumeau réserve en effet ses flèches les plus acérées à la « lourde et désuète administration romaine », dont il n’évoque pas la réforme réalisée par le pape Paul VI, pas plus qu’il ne parle du synode des évêques qui s’était révélé, il est vrai, bien décevant36. Il suggère une « révolution au sommet » avec l’abandon du Vatican et l’élection, « par un vrai parlement de la catholicité » et « pour quelques années » seulement, d’un pape « dans la force de l’âge, afin qu’[il] ait la santé et la jeunesse suffisantes pour se déplacer dans le monde autrement qu’à l’occasion de voyages spectaculaires ». Cette rupture radicale avec l’ecclésiologie romaine préparerait le passage « aux structures de l’Église chrétienne réunifiée », qui aura besoin d’un « président ». Elle rendrait possible, dans l’immédiat, une Église « plus horizontale », pluraliste, sinon démocratique37, capable de redécouvrir les messages des « hérétiques et des schismatiques » rejetés autrefois « dans les ténèbres de la marginalité et de la déviance » et de se remettre périodiquement en cause, « une Église qui collera à la mentalité collective des cellules qui la composent et qui l’exprimera »38.

  • 39 Id., Guetter l’aurore, op. cit., p. 179.
  • 40 Sans renoncer à une nouvelle rédaction qui devrait « commencer par la phrase de saint Jean (...)

13Trente ans plus tard, Jean Delumeau reste fidèle pour l’essentiel au projet œcuménique et réformiste de 1977, tout en adoptant un ton moins tranchant : « Pour entrer dans un concert fructueux avec les autres confessions chrétiennes, il est nécessaire que l’Église romaine ait auparavant instauré à l’intérieur d’elle-même des espaces de dialogue et modifié ses structures de manière à créer de véritables échanges avec ses propres fidèles39. » Il reprend les mêmes critiques contre le centralisme et l’autoritarisme en citant abondamment les textes de théologiens et d’évêques qui confortent sa thèse. Il met en avant les mêmes propositions, en laissant toutefois de côté le projet de « credo fondamental40 » et en étant plus prudent sur les modalités de désignation du pape. Toutefois, à la différence de l’essai de 1977 qui laissait dans l’ombre la figure de Paul VI, il ne peut ignorer l’influence de Jean-Paul II, dont l’empreinte est forte sur l’Église catholique de la fin du XXe siècle, même s’il ne lui consacre pas de développement spécifique.

  • 41 Jean Delumeau, « Les conditions actuelles », art. cité, p. 307 : « Je crains qu’un regard (...)
  • 42 Id., Le Christianisme, op. cit., p. 264.
  • 43 Htpp : //www.lepoint.fr/actualites-société. Un lapsus calami du livre de 1985 apparaît d’a (...)

14Jean Delumeau ne manque pas de saluer les initiatives du pape polonais en faveur de l’action sociale, de la paix, de la repentance et de l’ouverture aux autres religions pour les juger conformes aux prémisses posées par le concile Vatican II. Son approche est en revanche plus désabusée sur les résultats de la « nouvelle évangélisation », dont il avait critiqué, dans la décennie 1980, le projet, hypothéqué par les « raidissements identitaires » et le « centralisme romain »41. S’il avoue avoir lui-même puisé des raisons d’espérer dans les foules rassemblées pour le jubilé de l’an 2000, il relativise aussitôt les statistiques, tout autant que la portée des voyages planétaires du souverain pontife, comparé au dalaï-lama : « Il est bon que le porte-parole autorisé d’une religion ait un visage, qu’on l’entende et qu’on le voie, qu’on prie et qu’on chante avec lui. Mais l’impact sur les consciences et sur les cœurs du monde entier serait plus fort qu’il n’est actuellement si le pape parlait au nom de tous les chrétiens. » À l’évidence, l’historien demeure sur la réserve face à un pontife dont il affirme qu’il « a donné des gages » aux chantres du « repli sur le passé » comme aux tenants de « l’ouverture au monde contemporain », une posture de moins en moins « tenable »42. Dans cette perspective, l’élection de Benoît XVI ne pouvait que le décevoir, même s’il rend hommage à la valeur intellectuelle de celui qu’il avait désapprouvé à plusieurs reprises dans ses fonctions de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi43.

  • 44 André Dumas le note dans son commentaire de 1977 (Le Christianisme, op. cit., p. 221-224).

15L’historien reste ainsi fidèle au rêve érasmien qui donne la clé de son positionnement44 et assume la part d’utopie qui, « seule, […] a chance d’être efficace » face à la « gravité de la crise » : « L’essence de notre religion, c’est paix et concorde ; ce qu’on ne peut aisément maintenir qu’à la condition de ne définir qu’un tout petit nombre de points dogmatiques et de laisser à chacun la liberté de se former son propre jugement sur la plupart des problèmes », écrivait Érasme à Carondelet en 1523. En citant cette phrase, Jean Delumeau précise :

  • 45 Ibid., p. 131.

Ces intellectuels iréniques […] avaient fort bien perçu l’énorme fossé qui a subsisté jusqu’à nos jours entre la théologie des appareils et celle des “chrétiens quelconques”. Or, ce sont les docteurs qui ont jeté les fidèles les uns contre les autres pour des questions doctrinales que les humbles gens comprenaient mal. Il n’est pas douteux qu’autrefois, la foule des croyants aspirait à un credo simplifié, et je suis persuadé qu’il en est de même aujourd’hui45.

16La réalité, passée et présente, est sans doute bien plus complexe, mais la force de conviction de Jean Delumeau s’enracine dans le dialogue fécond avec les hommes du passé dont le témoignage lui semble porteur d’avenir aux heures les plus difficiles.

  • 46 « Entretien avec Jean Delumeau », art. cité, p. 694.
  • 47 « Mon but, dans Ce que je crois, puis dans Guetter l’aurore, est apologétique. Étant persu (...)
  • 48 « The journey », art. cité, p. 435-436 ; Guillaume Cuchet, art. cité, p. 154-155.
  • 49 « Un itinéraire », art. cité, p. 6.
  • 50 André Vauchez et Andrea Giardina, Rome, l’idée et le mythe, du Moyen Âge à nos jours, Pari (...)
  • 51 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 147 ; Ce que je crois, op. cit., p. 335 ; Gu (...)

17« Écrivain chrétien », « humaniste chrétien »46, Jean Delumeau n’est pas théologien. Il se place plutôt sur le terrain d’une apologétique47 guidée par l’instauration d’un va-et-vient entre sa pratique d’historien et sa conscience de croyant, inquiet devant la crise catholique et scandalisé par les pesanteurs séculaires de l’institution ecclésiale. Il appartient à la génération de Vatican II, qui vit le concile comme une libération par rapport au christianisme encore traditionnel de sa jeunesse48, et fait le choix de l’urgence œcuménique, mais un œcuménisme inspiré moins par les réflexions des théologiens contemporains que par l’irénisme d’Érasme, qui le conduit à se proclamer « chrétien avant d’être catholique, protestant ou orthodoxe49 ». Cette relativisation décisive des appartenances confessionnelles explique son rapport à Rome. S’il n’est guère sensible au mythe de la Ville éternelle et moins encore aux ferveurs de la romanité contemporaine50, s’il accorde une importance limitée à la personne des pontifes, il ne verse cependant pas dans un antiromanisme radical ou obsessionnel. Sans doute tient-il des propos sévères sur la Rome pontificale d’hier et d’aujourd’hui. Sans doute aussi son réformisme est-il porteur de subversion pour le modèle ecclésiologique romain élaboré par les trois derniers conciles et interprété par la curie. Mais, dans le même temps, il entrouvre la porte à une papauté renouvelée, même s’il n’en esquisse guère les traits à l’heure où il porte un jugement mitigé sur le renouveau initié par Jean-Paul II, qui donne une visibilité inédite au ministère pétrinien. Il choisit la voie de la fidélité à ses idées, qui est aussi, pour partie, la voie de l’utopie, celle d’un homme de foi angoissé par l’avenir du christianisme et pourtant habité par l’espérance, cette vertu théologale qui donne son titre à chacun des derniers chapitres des livres de 1977, 1985 et 200351.

Notes

1 Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle, 2 vol., Paris, 1957-1959, 1038 p.

2 Guillaume Cuchet, « Jean Delumeau, historien de la peur et du péché. Historiographie, religion et société dans le dernier tiers du 20e siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 107, 2010, p. 145-155.

3 Jean Delumeau, La Peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles. Une cité assiégée, Paris, 1978, 486 p. ; id., Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident, XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1983, 741 p.

4 Id., Le Christianisme va-t-il mourir ?, Paris, 1977, 211 p. L’essai est réédité l’année suivante en collection de poche avec quelques modifications et surtout la publication de la leçon inaugurale de l’auteur au Collège de France en 1975 et des principaux extraits des articles publiés dans la presse (Paris, 1978, 316 p.). C’est ce volume que je cite ici.

5 Jean Delumeau, « Un itinéraire : de l’histoire à l’engagement », Un chemin d’histoire. Chrétienté et déchristianisation, Paris, 1981, p. 1-10 ; id., « L’avenir du christianisme et le présent de l’Église », Foi et vie, 1983, p. 42-53 ; id., Ce que je crois, Paris, 1985, 360 p. ; id., « Les conditions actuelles d’une nouvelle évangélisation », dans René Luneau (dir.), Le Rêve de Compostelle. Vers la restauration d’une Europe chrétienne, Paris, 1989, p. 298-309 ; id., Guetter l’aurore. Un christianisme pour demain, Paris, 2003, 284 p. ; id., « L’historien chrétien face à la déchristianisation », L’Historien et la foi, Paris, 1996, p. 83-99 ; « Entretien avec Jean Delumeau », Études, mai 2005, p. 689-695 ; « The journey of an historian », The Catholic Historical Review, xcvi/3, 2010, p. 435-448.

6 Le groupe « Paroles » a été fondé en 1980 par Philippe Warnier. Il rassemble des personnalités de sensibilité variée. L’historien René Rémond en a été membre jusqu’à sa mort en 2007.

7 La Croix, 21 juin 1977 (Le Christianisme, op. cit., p. 298).

8 Voir Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives, Revue d’histoire de l’Église de France, t. 86, 2000, p. 319-769.

9 Jean Delumeau, Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1965, 419 p. ; id., Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971, 359 p.

10 Le premier chapitre (« Autrefois : la chrétienté ») reprend des conférences prononcées en février 1976.

11 Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français, 1941-1976, Rennes, 2002, 369 p. ; Denis Pelletier, « Le “silence” des intellectuels catholiques français », Revue d’histoire ecclésiastique, xcv/3, 2000, p. 289-304 ; Bruna Filippi, « Le “Groupe de La Bussière”. Quelques étapes d’un parcours collectif », Un siècle d’histoire du christianisme en France, op. cit., p. 735-745.

12 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 7-8.

13 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, 2002, 321 p.

14 Christian Sorrel, « Une histoire nécessaire », dans Jean-François Galinier-Pallerola et alii (dir.), L’Église de France après Vatican II (1965-1975), Paris, 2011, p. 15-34.

15 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 116-117.

16 Gérard Cholvy, « 1975 : tournant spirituel et intellectuel », Revue des Deux Mondes, mai 1996, p. 96-106.

17 Jean Delumeau, Le christianisme, op. cit., p. 240-243.

18 Ibid., p. 263-273.

19 Ibid., p. 18.

20 Ibid., p. 38. Jean Delumeau a développé la thèse de la « légende du Moyen Âge chrétien » dans Naissance et affirmation de la Réforme, op. cit.

21 Jean Delumeau, Le christianisme, op. cit., p. 38 ; « Un itinéraire », art. cité, p. 1.

22 Christian Sorrel, « Daniel-Rops et l’Histoire de l’Église du Christ (1948-1965) », Un siècle d’histoire du christianisme en France, op. cit., p. 669-684.

23 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 85-112. Jean Delumeau revient dans ses ouvrages suivants sur les « pages noires » de l’histoire chrétienne. Mais en 2003, il juge nécessaire d’insister plus nettement sur le rôle historique positif du christianisme, notamment dans le domaine social, en réaction à un discours médiatique de moins en moins favorable à l’Église catholique (Guetter l’aurore, op. cit., p. 24-32). Il rejoint ainsi les remarques de René Rémond (Le Christianisme en accusation, Paris, 2000, 159 p.).

24 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 53.

25 Christian Sorrel, « Conjoncture moderniste et infaillibilité pontificale au début du XXe siècle. Jalons pour une étude », dans Sylvio De Franceschi (dir.), Le Pontife et l’erreur. Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins (XVIIe – XXe siècles), Lyon, 2010, p. 145-162 ; Michel Fourcade, « L’affaire “Par notre faute” », dans Dominique Avon, Michel Fourcade (dir.), Mentalités et croyances contemporaines. Mélanges offerts à Gérard Cholvy, Montpellier, 2003, p. 151-168.

26 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 78.

27 Ibid., p. 48.

28 Guillaume Cuchet, art. cité, p. 149.

29 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 114.

30 Ibid., p. 116-122.

31 Ibid., p. 128-134. En 1981, Jean Delumeau explicite ainsi sa démarche de 1977 : « Ce que j’ai retenu du message des dissidents de la Renaissance, c’est un conseil de méthode. Mais cela ne veut pas dire que j’adhère à l’adogmatisme auquel aboutirent certains d’entre eux » (« Un itinéraire », art. cité, p. 6).

32 Jean Delumeau tente de préciser, dans la seconde édition de son essai, le « noyau dur » de la foi chrétienne, défini moins comme un « minimum doctrinal » que comme une « provocation substantielle » : divinité de Jésus ; victoire sur la mort, promesse pour toute l’humanité ; retour en gloire du Sauveur ; morale des Béatitudes ; confiance en la personne de Jésus (Le Christianisme, op. cit., p. 90- 91). En revanche, il ne modifie pas le passage sur l’intercommunion, qu’il préconise toujours en 2003 (Guetter l’aurore, op. cit., p. 199-200).

33 Étienne Fouilloux, « L’œcuménisme d’avant-hier à aujourd’hui », Les Quatre fleuves, 20, 1984, p. 7-31.

34 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 136.

35 Ibid., p. 141.

36 Hervé Legrand, « Les évêques, les Églises locales et l’Église entière. Évolutions institutionnelles depuis Vatican II et chantiers actuels de recherche », Revue des sciences philosophiques et théologiques, lxxxv/3, 2001, p. 461-509.

37 Jean Delumeau estime que le pluralisme permettrait d’apaiser le différend liturgique en autorisant « la messe en latin pour ceux qui la souhaitent » et en laissant « se développer librement l’expérience d’Écône » (Le Christianisme, op. cit., p. 137). Quelques mois plus tôt, le pape Paul VI avait déclaré Mgr Lefebvre suspens a diuinis après des ordinations sacerdotales illicites. En réponse, le prélat avait violemment attaqué le concile, tout en se faisant le chantre de la dictature argentine du général Videla.

38 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 143-144.

39 Id., Guetter l’aurore, op. cit., p. 179.

40 Sans renoncer à une nouvelle rédaction qui devrait « commencer par la phrase de saint Jean “Dieu est Amour” » (ibid., p. 272).

41 Jean Delumeau, « Les conditions actuelles », art. cité, p. 307 : « Je crains qu’un regard trop nostalgique en direction de l’époque des deux Réformes ne nous éloigne de la réalité d’aujourd’hui. »

42 Id., Le Christianisme, op. cit., p. 264.

43 Htpp : //www.lepoint.fr/actualites-société. Un lapsus calami du livre de 1985 apparaît d’ailleurs révélateur du regard que Jean Delumeau porte sur le cardinal Ratzinger : « Congrégation pour la défense [au lieu de doctrine] de la foi » (Ce que je crois, op. cit., p. 246).

44 André Dumas le note dans son commentaire de 1977 (Le Christianisme, op. cit., p. 221-224).

45 Ibid., p. 131.

46 « Entretien avec Jean Delumeau », art. cité, p. 694.

47 « Mon but, dans Ce que je crois, puis dans Guetter l’aurore, est apologétique. Étant persuadé de la beauté et de la vérité profonde du message chrétien, je crois qu’il est nécessaire de le rendre actuel dans le monde contemporain » (ibid.).

48 « The journey », art. cité, p. 435-436 ; Guillaume Cuchet, art. cité, p. 154-155.

49 « Un itinéraire », art. cité, p. 6.

50 André Vauchez et Andrea Giardina, Rome, l’idée et le mythe, du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2000, 222 p.

51 Jean Delumeau, Le Christianisme, op. cit., p. 147 ; Ce que je crois, op. cit., p. 335 ; Guetter l’aurore, op. cit., p. 259.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search