Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

Arturo Carlo Jemolo : itinéraire d’un historien catholique libéral au xxe siècle

Frédéric Attal

Texte intégral

1Peut-on définir avec exactitude la position idéologique et politique d’Arturo Carlo Jemolo dans l’Italie du xxe siècle, et notamment celle qui concerne sa vision de l’Église et du Saint-Siège ? Catholique, il n’a jamais appartenu à un parti politique se réclamant du christianisme, ni même voté pour lui ; libéral, il appelle à voter pour le Front démocratique populaire en 1948 – alliance formée autour des Partis communiste et socialiste italiens –, alors qu’aucun idéologue libéral ne trouve véritablement grâce à ses yeux. Quant à sa vision des rapports entre Église et État qui nous intéresse ici plus particulièrement, elle est également ambiguë : partisan d’une séparation, il fait pourtant l’éloge du Concordat après sa signature en 1929 sous le fascisme ; hostile à son inclusion dans la Constitution italienne en 1946, il refuse néanmoins toute modification juridique de ses termes dans les années 70.

2Ses hésitations, comme l’ensemble de son parcours politique, pourraient n’avoir qu’une faible importance si Jemolo n’était pas celui dont l’histoire des relations entre l’Église catholique et l’État italien a fait et continue de faire autorité en la matière. Il n’y a pas que cela. Avocat et spécialiste de droit ecclésiastique, Jemolo, qui a vécu jusqu’à l’âge de 90 ans, a été un collaborateur assidu du quotidien turinois La Stampa, ce qui fait de lui ce que les anglo-saxons pourraient appeler un opinion moulder respecté et écouté, un intellectuel engagé.

  • 1 Pour cet article, j’ai consulté une partie des très riches archives personnelles de Jemolo (...)

3Après avoir retracé la biographie du personnage, rappel nécessaire de son parcours universitaire et politique, je me focaliserai bien évidemment sur ce qui définit Jemolo comme catholique et sur sa vision de l’Église, les rapports qu’il entretient avec elle autant que ses vues sur les relations entre le Saint-Siège et l’État italien1.

Le parcours intellectuel et politique de Jemolo

4Il est né à Rome le 17 janvier 1891, fils unique de Luigi, sicilien de Raguse, comptable de préfecture à Syracuse et fonctionnaire au ministère de la Marine. Sa mère est d’origine juive, mais il est élevé dans la foi catholique. En 1911, il passe avec succès sa thèse de droit avec Francesco Ruffini à l’université de Turin. Ruffini est alors un universitaire catholique, spécialiste de droit ecclésiastique, profondément attaché à la liberté religieuse, à laquelle il a consacré sa carrière de chercheur, et partisan de la séparation entre l’Église et l’État. Il a été le maître, outre de Jemolo, d’Alessandro Galante Garrone et de Piero Gobetti. En 1931, il fait partie des rares universitaires à refuser de prêter serment au régime fasciste. Quand on sait le lien plus qu’affectif, quasi filial, qu’entretiennent un professeur et son élève en Italie à cette époque, on comprend aisément l’influence qu’a pu avoir Ruffini sur les idées de Jemolo sur l’Église.

5La carrière de Jemolo débute plus tardivement. Il est d’abord secrétaire dans différents ministères. Puis il devient libero docente – l’équivalent italien du Privatdozent allemand – à l’université de Turin en 1916, avant devenir professeur associé à Sassari en 1920, puis professeur ordinaire à Bologne en 1923, et enfin à Turin un an plus tard. Une seule parenthèse de deux fois un an : il a enseigné à l’université catholique du Sacré-Cœur à Milan, université créée par le père franciscain Gemelli, mais il n’y reste pas : le courant ne passe pas entre les deux hommes et de toute façon, comme on le verra, Jemolo refuse de se cantonner dans ce qu’il n’appelle pas aussi brutalement un « ghetto », mais qu’il décrit comme tel dans un texte sur lequel je reviendrai.

6En 1914, il soutient la neutralité italienne, position minoritaire dans le camp intellectuel et défendue par le périodique Italia nostra de De Lollis, auquel il collabore, mais il n’hésite pas à se porter volontaire en 1915 et recevra la croix du mérite de guerre. En 1918, il appartient à la commission des réparations concernant l’Autriche. Le virus de la collaboration journalistique ne le quitte pas. Il écrit dans d’influents journaux des années 10 et 20 (Il Resto del Carlino de Mario Missiroli et Il Tempo de Naldi avant-guerre, Il Mondo de Cianca, après 1918).

  • 2 Jemolo à son épouse, 17 novembre 1922, Archivio Centrale dello Stato [désormais ACS], arch (...)
  • 3 Suite de la lettre précédente, ibid., en date du 18 novembre 1922.
  • 4 ACS, fonds Jemolo, busta 6, fasc. 9, mémo de deux pages rédigé après le 21 novembre 1925.

7Sa position sous le fascisme est au premier abord claire. Immédiatement après la marche sur Rome et le vote de confiance à Mussolini, Jemolo applaudit, plus par antiparlementarisme que par convictions fascistes. Mieux vaut le tyran qui accepte son nom qu’un Parlement qui s’abaisse de façon humiliante pour l’Italie2. Nous pouvons suivre sa position au jour le jour grâce à la correspondance qu’il échange avec son épouse. Il lui conseille de lire les œuvres de Mussolini et de « soupirer » après lui. Très vite toutefois, il juge condamnables non seulement l’usage de la violence mais aussi l’idéologie fondée sur sa pratique, qu’il associe à l’égoïsme national et au reniement de tout sentiment de fraternité humaine3. Plus le fascisme s’impose comme une dictature totalitaire, plus l’antifascisme de Jemolo s’affirme. En 1925, il fait partie des signataires du contre-manifeste de Croce. À la fin de cette même année, lorsque le directeur du Corriere della Sera, Luigi Albertini, est destitué, ce qui symbolise la fin de toute liberté d’opinion et de pensée et le début d’une politique de plus en plus totalitaire, il rédige pour lui-même un petit mémoire manuscrit particulièrement intéressant où figure un demi-décalogue, cinq impératifs qui doivent dicter la conduite à suivre durant la période qui s’annonce très sombre. Il se souvient avoir eu le pressentiment que les journées de mai 1915 – manifestations insistantes pour faire pression sur la Chambre et le gouvernement afin qu’ils engagent l’Italie dans la guerre – annonçaient ce qui allait suivre. Il bat sa coulpe en pensant qu’il avait lui-même en 1919-20 désiré le dictateur et analyse la situation dramatique pour les libertés en Italie, la trahison de la bourgeoisie italienne. À défaut de pouvoir être un Brutus ou un Caton, il convient alors de se donner une ligne d’action ferme. Le premier impératif est celui qui est dicté par la loi religieuse et la loi morale : on ne peut oublier les exactions, dit-il, les meurtres et les relaxes des tribunaux, d’où l’impossibilité de transiger désormais. « Je ne tendrai jamais la main, dit-il encore, aux vainqueurs, je ne m’humilierai jamais devant eux ». Le deuxième impératif est l’acceptation du fait accompli, mais il est clairement dicté par l’attitude que le fascisme compte adopter à l’égard de l’Église. S’il poursuit dans la voie de l’antichristianisme, les enfants de Jemolo seront éduqués dans l’hostilité du régime. Sinon, l’intellectuel catholique refusera d’en faire des marginaux et donc ne leur transmettra pas d’aversion pour le fascisme. Troisième impératif : continuer à contribuer à la vie spirituelle de ce peuple ; quatrième impératif : ne pas participer, mais, s’il y est poussé, être guidé par le critère de la « saine rigueur » : choisir la solution qui l’avantage le moins, « qui soit le plus éloignée des impulsions les moins nobles, d’ambition ou de vanité ». 5e impératif : bien se convaincre que le monde ne reste pas immobile et que le fascisme périra. Il ne croit de toute façon pas possible le retour à l’Ancien régime ou à 1814, ce qui serait le rêve des catholiques-nationaux collaborant avec le régime fasciste4.

  • 5 ACS, fonds Jemolo, busta 6, fasc. 10, sous-fasc. 3.
  • 6 Le discours inaugural se trouve dans ACS, fonds Jemolo, busta 6, fasc. 10, sous-fasc. 4.
  • 7 ACS, fonds Jemolo, busta 7, lettre du ministre pour la Presse et la Propagande en date du  (...)
  • 8 Les textes se trouvent dans ACS, fonds Jemolo, busta 7. Sur la collaboration de Jemolo au (...)
  • 9 Art. « Sionismo » du Dizionario di politica, consulté dans ACS, fonds Jemolo, busta 7.

8Quelques années plus tard, le quatrième impératif semble en partie oublié. Jemolo accepte de faire partie de la délégation de juristes désignés par le gouvernement italien pour participer aux travaux du premier congrès international de droit comparé à La Haye5. Il obtient d’être nommé à la chaire d’histoire du droit ecclésiastique de l’université de Rome en 1933, après avoir prêté serment au régime deux ans avant. Lors du discours inaugural, il se livre à un éloge du Duce, des études de droit sous le fascisme, et il applaudit surtout dans l’exorde final à la fin de l’opposition entre Église et État6. En 1936, le ministère de la presse et de la propagande le félicite pour sa série de conférences radiophoniques sur les accords du Latran7. Enfin, il participe en 1940 au Dictionnaire de politique fasciste, où il rédige un nombre important d’entrées, notamment sur Église et État, Accords du Latran, Jansénisme, Clergé, Action catholique, Modernisme, Syllabus, etc. Il répète son approbation enthousiaste des accords du Latran. Il explique ainsi que la réussite de cet accord tient précisément au fait que Mussolini n’est pas un libéral. En effet, explique-t-il, on peut observer que, tandis que dans les régimes libéraux, il y eut une opposition de structure intime entre Église et État, société ecclésiastique et société civile, du fait que pour la première tout pouvoir vient du haut, et pour la seconde, tout pouvoir vient du bas, cela n’existe pas dans l’État fasciste qui s’érige comme l’Église sur le principe hiérarchique, tout en donnant à l’État une assise capable de répondre à toutes les exigences, à faire parvenir vers le centre toute manifestation, toute révélation de nécessités, économiques ou spirituelles. La notice contient également une charge contre le libéralisme et la législation libérale passée8. Pendant la guerre encore, il participe aux activités de l’Académie d’Italie. Notons enfin que, s’il n’a pas cherché à venir en aide, semble-t-il, à la branche juive de sa famille après les lois raciales, la notice qu’il consacre au sionisme est assurément antiraciste9.

  • 10 Cité dans Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit., p. 56.
  • 11 Voir ce qu’avouait l’écrivain Vitaliano Brancati, cité par Leonardo Sciascia, Per un ritra (...)
  • 12 Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit., p. 50.
  • 13 Arturo Carlo Jemolo, « Il fascismo », dans id., Anni di prova, op. cit., p. 141-174 [p. 16 (...)

9Comment expliquer un tel revirement ? Plus tard, pour expliquer sa position pendant le régime fasciste, Jemolo évoque une « impassibilité » qui vaudrait à elle seule une position de résistance10. Mais est-ce convaincant ? L’argument économique n’est pas négligeable. Perdre sa chaire à l’université pouvait signifier, malgré son autre activité professionnelle, celle d’avocat, une précarité financière difficile à assumer pour un père de famille. Ce n’est pas non plus satisfaisant. Son confrère et collègue juriste Piero Calamandrei, futur recteur de l’Université de Florence à la Libération, a prêté serment au régime, mais reste bien plus neutre que Jemolo : on ne lui connaît pas de discours enflammé en faveur du fascisme ou du Duce. Serait-il alors enthousiaste, comme tant de catholiques, après la signature des Accords du Latran en 1929 ? Ce serait, on le verra, en contradiction avec ses convictions. Le revirement est en fait explicable sous deux aspects : d’une part, la difficulté psychologique à accepter l’isolement autant physique qu’intellectuel qui est le lot des antifascistes11 ; d’autre part, la conviction qu’en fin de compte, l’avenir est au fascisme : le consensus dont le régime bénéficie en Italie et surtout à l’étranger l’y pousse12. À défaut d’une véritable autocritique postérieure, dans un ouvrage écrit à la fin des années soixante, il revient sur le fascisme et écrit que ceux qui n’ont pas résisté ont sans doute eu peur de se compromettre, de risquer, mais surtout pensaient que le fascisme durerait. Rares auraient été les héros, ceux qui ont eu raison en choisissant l’exil. Il ajoute que la justification de tous ceux qui ont prêté serment au régime fasciste « ne vaut pas grand-chose » et que l’expérience vécue et ses petites lâchetés rendent pessimiste sur la nature humaine13.

  • 14 Lucio Lombardo-Radice est le fils de Giuseppe, ancien normalien de Pise, professeur de péd (...)
  • 15 Arturo Carlo Jemolo, « Noi e il comunismo », Il Ponte, 8, 1945, cité dans Paolo Valbusa, I (...)
  • 16 Arturo Carlo Jemolo, Anni di prova, op. cit., p. 209 : De Gasperi est celui qui a « éteint (...)

10Après la Seconde Guerre mondiale, Jemolo prend nettement position contre toute forme de conservatisme incarné par la monarchie, l’armée ou la bureaucratie. Il est proche du parti de la gauche chrétienne – dont la plupart des membres entrent quelques temps plus tard au PCI – mais il refuse le communisme, bien que les communistes qu’il côtoie soient des proches – voire très proches dans le cas de Lucio Lombardo Radice, mathématicien et pédagogue, son gendre14 – en raison d’une formation culturelle commune où la défense du patrimoine intellectuel national joue un rôle important15. Il n’aime pas la DC et avait d’ailleurs refusé d’entrer au PPI malgré son estime pour son fondateur Don Sturzo, bien plus apprécié que son successeur à la tête du nouveau parti, De Gasperi16. Sans aborder encore sa position à l’égard du Concordat dans la Constitution italienne, il faut indiquer en quelques phrases la suite de l’engagement politique de Jemolo.

  • 17 Sur la collaboration de Jemolo au Ponte où il n’écrit pas moins de 113 articles, voir Luca (...)
  • 18 Jemolo commence sa collaboration à La Stampa en 1955, passant de la 3e page culturelle à l (...)

11Intellectuel actif, il collabore au Ponte de Calamandrei, mensuel politique et culturel engagé dans une vaine tentative de trouver une troisième force, laïque, socialiste, non a priori anticommuniste, mais refusant l’alignement sur des positions atlantistes ou inversement pro-soviétiques17. La Stampa devient ensuite son poste d’observation de la vie politique, culturelle, religieuse et ecclésiastique italienne18.

  • 19 Jemolo à Calamandrei, 19 juin 1956, dans ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 26 1- 2.
  • 20 Voir à ce propos Philippe Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’anti-américanisme fra (...)
  • 21 Il prend ainsi la défense de Renzi et Aristarco qui ont été condamnés pour atteinte à l’ho (...)

12En 1948, refusant le contexte de guerre froide et la logique d’affrontement décidé par le gouvernement, il prend position en faveur du Front démocratique populaire. Après cette date, bien que ne ménageant pas le PCI et les intellectuels communistes, il refuse l’alignement sur les États-Unis et épouse l’engagement mentionné du Ponte pour la 3e force. Celle-ci ne voit le jour, sous la forme d’un mouvement politique, que durant une brève période, entre 1953 et 1956, à travers l’Unità popolare, auquel il appartient. Si l’on devait comparer la sympathie des intellectuels pour le PCI – des neutralistes aux encartés – à des trajectoires de satellites en gravitation, Jemolo serait sans doute sur l’orbite la plus lointaine. Il décline, par exemple, l’invitation à participer à la présentation du numéro spécial de la revue Il Ponte sur la Chine, n’étant pas certain que règne la tolérance à l’égard des catholiques dans ce pays19. Il est toutefois très loin d’accepter la politique comme le mode de vie américains. Les États-Unis sont en effet vus à travers le prisme traditionnel du catholique européen frissonnant devant le modernisme et le gigantisme, sans oublier la civilisation technique qu’incarnent alors les États-Unis20. Contre le gouvernement enfin, il défend les principes de liberté tout au long des années 50 et 60, à l’image de la gauche libérale d’opposition au gouvernement21.

  • 22 Jemolo à Enriques Agnoletti, 23 janvier 1958 dans ACS, fonds Jemolo, busta 10, fasc. 29, s (...)
  • 23 Jemolo au directeur de La Stampa Arrigo Levi, 24 mai 1976, dans ACS, fonds Jemolo, busta 2 (...)
  • 24 Jemolo à Arrigo Levi, 20 mars 1978, et au même, 13 avril 1978, ibid.

13À la fin des années 50, un premier recentrage l’amène à accepter la logique de l’alliance atlantique. Il refuse d’entrer au PSI – bien qu’il vote pour lui – et considère désormais que la politique intérieure et les réformes nécessaires doivent prendre le pas sur toute autre considération, celle de la politique étrangère ou celle de l’Église22. Dans les années 70, enfin, sa position est plus centriste. Il refuse de faire confiance au PCI de Berlinguer au moment des prémisses du compromis historique qui couronnent l’apogée électorale du parti23, défend l’État italien contre les tentatives subversives, prône la fermeté à l’égard des BR – bien qu’en privé, il espère une négociation après l’enlèvement de Moro24.

  • 25 Jemolo, « Almanacco italiano » dans ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 22, sous-fasc. 4 ; J (...)

14Jemolo reste au fond de lui-même un humaniste italien façonné par l’esprit risorgimental et libéral du XIXe siècle. Il avoue n’avoir jamais voyagé, regrette la tradition libérale italienne, se défie des innovations pré- et post- 68 et défend entre autres les humanités classiques, refuse de faire de l’entrepreneur le héros des temps modernes, n’accepte pas le discours tiers-mondiste pas plus que celui qui insiste sur la relativité des cultures et des civilisations25.

Jemolo, la religion, le catholicisme, l’Église

  • 26 Cité dans Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit.

15Rendant compte de Chiesa e Stato, le père Lener, dans La Civiltà cattolica, organe des jésuites proches des milieux conservateurs de la Curie romaine, affirme que c’est l’œuvre d’un grand écrivain, d’un catholique, mais pas d’un écrivain catholique. Son livre, poursuit-il, analyse les relations sous l’angle exclusif de l’État et de l’idéologie libérale. Un catholique libéral choisirait en fin de compte la fidélité à l’Église, pas Jemolo26.

  • 27 Débat avec F. Mauriac consulté dans ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 25, sous-fasc. 1.
  • 28 Arturo Carlo Jemolo, Anni di prova, op. cit., « I Grandi », sur Ernesto Buonaiuti, p. 175- (...)
  • 29 Id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, Paris, Le Seuil, 1960 (traduction fra (...)

16La dernière partie de la phrase n’est pas forcément juste. Dans un débat avec François Mauriac, Jemolo avouait que le jour où, pour bien servir son pays, il serait convaincu de ne plus respecter la loi des Évangiles, ce jour-là, il deviendrait anarchiste, car il lui est impossible de penser que Dieu a créé les hommes, leur a donné des devoirs à accomplir, en les condamnant à perdre leur âme27. Jemolo n’a pas eu à choisir entre sa fidélité à l’État italien ou aux principes libéraux et son appartenance et son attachement irréductibles à l’Église romaine, mais jamais il n’aurait voulu se mettre en dehors d’elle. C’est ce qui ressort d’ailleurs de son analyse a posteriori de ce que fut le modernisme, déplorant à mots couverts, la sortie de l’Église de ses anciens partisans28. Plus encore, à propos du fait que si Pie XI l’avait voulu, il aurait pu obtenir de De Gasperi ou de Sturzo la dissolution du Parti populaire italien, parti des catholiques fondé après la guerre, Jemolo fait cette analyse : « Il n’est pas dans les habitudes du pape de donner de tels ordres. Dans toute société ordonnée et hiérarchisée, il y a des nuances dans l’obéissance, des gradations dans la fidélité. On peut obéir tout en montrant qu’on n’a pas changé de convictions intimes ; on peut obéir sans rien laisser transpercer de sa pensée profonde ; on peut aussi obéir dans la joie du sacrifice de sa volonté propre. » Certains hommes obéissent en devançant par intuition les désirs du pape, tout comme l’un des démissionnaires du PPI. Cet homme devait appartenir à une autre époque, celle de Pie IX, où toute indépendance de pensée avait disparu. Au XXe siècle, ne pas aller au-devant des désirs du pape ne signifie pas désobéir29. Jemolo se range clairement dans ce dernier groupe.

  • 30 Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit.

17Jemolo a abordé l’histoire de la religion catholique par une étude sur le jansénisme. Il ne cache pas l’admiration qu’il éprouve pour ce courant de pensée – même s’il ne partage pas sa dureté à l’égard des croyants non orthodoxes. Il éprouve une sympathie manifeste pour la figure sévère de ces hommes qui croient en l’impénétrabilité du mystère divin, la prédestination, le salut par la foi et non les œuvres et une admiration certaine pour le style de vie simple et humble, la pureté du message évangélique, son moralisme confinant à la rigidité30.

  • 31 Jemolo à Nicola Pistelli (Politica), 30 juillet 1960, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fa (...)
  • 32 Lettre citée par Francesco Margiotta Broglio, introduction à Arturo Carlo Jemolo, Anni di (...)
  • 33 Ibid.

18À ses correspondants, notamment ceux qui s’interrogent sur les raisons de son refus de voter démocrate-chrétien ou de collaborer aux initiatives proposées par des catholiques clairement engagés à gauche, il n’hésite pas à dévoiler l’intimité de sa foi. Peu éprouvent plus que lui, affirme-t-il, l’exigence de la prière ; il lui est impossible de commencer une journée sans s’arrêter dans une église, mais, il ajoute aussitôt qu’il n’a aucun scrupule à ne jamais écouter les pastorales et les prescriptions du Saint-Siège en matière politique31. Sa conception de la foi accorde au sentiment une grande importance : si l’irrationnel n’est pas compréhensible, il n’en est pas moins réel. L’amour – celui du divin ou du prochain – n’est pas moins réel que l’échange et la confrontation des idées. La religion est ainsi, comme il la définit dans une lettre à ses proches de janvier 1942, un « fluire di vita », une communication incessante de l’homme avec quelque chose qui lui est au-dessus, et qui ne peut être enfermé dans des formules théologiques ou philosophiques32. Comme le note Francesco Margiotta Broglio, aux prétentions prescriptives de l’Église, il oppose l’impératif catégorique kantien, une liberté de jugement et de choix propre, la revendication d’une liberté à l’égard des ecclésiastiques qui peut soit se référer aux jansénistes, soit aux modernistes33.

  • 34 Jemolo à Carlo Ludovico Ragghianti, 15 avril 1961, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fasc. (...)
  • 35 Jemolo en réponse à une enquête lancée par le mensuel Leggere dirigé par Gino Montesanto, (...)
  • 36 Jemolo au prof. Mario Cassa, 17 janvier 1956, dans ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 26, 1 (...)
  • 37 Jemolo à Spadolini, 13 mars 1959, ACS, fonds Jemolo, busta 10, fasc. 30, sous-fasc. 2.

19Qu’est-ce qu’être pour lui un intellectuel catholique ? À Carlo Ragghianti, historien de l’art, qui l’a interpellé en 1961 comme « citoyen qui se dit catholique », il lui répond en privé que, d’une part, il adhère à l’usage anglo-saxon selon lequel on ne parle jamais en public de la religion des personnes et que bien qu’il aille à l’église tous les jours, il n’aime pas l’équivoque de l’expression citoyen catholique. Certains en effet pensent qu’être tel, c’est sentir et penser avec le pape. Enfin, l’étiquette dont on veut l’affubler, donnée par les intellectuels laïques, le cantonne nécessairement dans une position qui lui rappelle celle des prêtres dits patriotes qui participaient aux cérémonies célébrant l’unité tout en restant à l’écart et étaient applaudis en raison du scandale qu’ils causaient34. Lorsqu’on l’interroge en mai 1960 sur « les défauts principaux des intellectuels catholiques italiens », il confie la difficulté selon lui d’appliquer l’adjectif de catholiques. Qui sont les intellectuels catholiques ? Ceux qui vont à la messe et observent les préceptes élémentaires de la religion catholique ? Ou ceux qui montrent dans leurs écrits une constante préoccupation religieuse, avec une adhésion à l’éthique catholique ? Ou encore ceux qui « pensent avec l’Église » dans tous les domaines, et préfèrent ainsi publier dans des maisons d’édition catholiques, écrire dans des journaux catholiques, participer aux Semaine sociales, aux rassemblements catholiques, sont globalement d’accord avec la censure ecclésiastique en matières théâtrale et cinématographique ? La deuxième catégorie a sa préférence, bien qu’il ne s’en réclame pas. Il va sans dire que la dernière est rejetée par Jemolo. Ceux qui pensent y appartenir feraient preuve d’une moins grande aptitude au dialogue, d’une moins grande compréhension pour autrui, d’une incapacité à se projeter dans l’esprit de celui qui ne pense pas comme eux35. Il y a en effet une constante chez Jemolo, le refus d’une forme de ghetto démocrate-chrétien. À un collègue universitaire, il écrit qu’il y a des personnes qui ne peuvent vivre « hors du groupe confessionnel ». On ne peut le leur reprocher. Ils ne s’y sentent peut-être pas bien, mais c’est toujours leur milieu naturel. Or une politique libérale ne peut venir que de ceux qui n’ont jamais ressenti ou ont vaincu cette attraction. Jemolo vise ici clairement les politiques démocrates-chrétiens36. À Giovanni Spadolini, député républicain et futur président du Conseil, il confie encore en 1959 combien cette attitude est éloignée de la sienne. Il considère avoir raison d’avoir éprouvé et de continuer d’éprouver une défiance instinctive à l’égard des mouvements politiques catholiques « qui veulent rester entre eux, fermés, qui ne pensent pas pouvoir se mélanger aux incroyants ». Il est clair que pour lui, il le dit explicitement, les figures qui l’attirent le plus, les grands humanistes soucieux du bien de l’humanité, ne viennent pas de ces forces catholiques, mais du monde libéral37.

  • 38 Jemolo à Pistelli, 30 juillet 1960, citée.

20Jemolo est avant tout un libéral cavourien. Si, comme il l’a confié à son interlocuteur, qui lui demande en vain de collaborer à un organe de la gauche démocrate-chrétienne, il refuse de tenir compte des pastorales des hommes d’Église en matière politique, c’est son éducation politique risorgimentale qui en est la cause. De fait, la période bénie de l’Italie pour Jemolo, c’est à la fois celle de l’unité et celle de Giolitti, quand les liens entre l’Église et l’État étaient déterminés, certes unilatéralement, par la loi des Garanties38.

  • 39 Arturo Carlo Jemolo, L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 89 (élog (...)
  • 40 Ibid., p. 55.
  • 41 Ibid., p. 25.

21Il faut alors se pencher sur sa grande œuvre, L’Église et l’État en Italie depuis l’Unité. Lorsqu’il évoque la période qui précède immédiatement puis succède à l’Unité, il cite trois auteurs : Ruffini, Buonaiuti, Croce. Le premier, nous l’avons vu, est partisan d’une stricte séparation de l’Église et de l’État ; le second est l’un des chantres du modernisme, excommunié par l’Église ; le troisième n’appartient pas au panthéon des intellectuels catholiques et est au contraire un libéral laïque rigidement critique à l’égard de l’Église catholique39. Allons plus loin et voyons le fond. La loi des Garanties, adoptée, comme on l’a dit, unilatéralement par le gouvernement italien, et qui protège nettement le pape et l’Église contre toute attaque anticléricale, tout en leur ôtant leur pouvoir temporel et en laïcisant les œuvres sociales et l’école, est considérée par Jemolo dans son ouvrage comme « une grande œuvre législative italienne »40. La fin du pouvoir temporel du Pape ? Une très bonne chose, du reste voulue par Gioberti, qui imaginait, en 1851, un pape ne régnant sur aucun territoire, la séparation avec compétence de l’État en matière d’instruction, de mariage, de cimetières, de fêtes41.

  • 42 Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit..
  • 43 Ibid., p. 62.
  • 44 Ibid., p. 91-99.
  • 45 Jemolo à Agostino Gemelli, 10 décembre 1956, dans ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 25, so (...)

22Jemolo est adepte, comme son maître Ruffini, de la séparation. Or le Concordat signé entre l’État fasciste italien et l’Église de Rome revient sur la liberté religieuse en plaçant sur un piédestal l’Église catholique et en lui conférant une situation de privilège. Comme l’a démontré Paolo Valbusa, dont je suis la démonstration, Jemolo y est opposé, en tant que libéral et en tant que catholique. Comme libéral, il refuse la religion d’État – Ruffini disait que l’État n’est pas une personne physique qui a une âme à sauver – qui crée de droit deux catégories de citoyens (catholiques et non). La religion catholique, écrit Jemolo, devient plus égale que les autres. L’État abdique ses droits sur la question du mariage, jugé par la compétence des tribunaux et de l’administration ecclésiastique. L’État devient le bras séculier de l’Église pour empêcher le prêtre apostat d’exercer. Le catholique Jemolo y voit un retour de l’alliance du trône et de l’autel ; or l’Église se perd en s’alliant à un État qui professe des valeurs qui lui sont totalement étrangères42. En 1946, il espère un renoncement – illusoire – unilatéral de la part de l’Église à l’inclusion du Concordat dans la Constitution, puis une modification des points qui lui paraissent les plus choquants43. Comme le souligne son ami Piero Calamandrei, juriste et membre de la commission des 75 chargée de la rédaction de la Constitution, le problème de l’inclusion tel quel du Concordat est important : le principe de pleine souveraineté italienne est bafoué puisque la modification des normes concordataires ne pouvait être opérée qu’avec l’accord du Vatican, i. e. d’un État souverain étranger ; les mesures restrictives sur les prêtres censurés contreviennent à la liberté et à l’égalité constitutionnelles de tous les citoyens. Jemolo se bat alors pour que tous les cultes se trouvent à égalité (donc suppression du droit de prosélytisme des cultes catholiques stipulé par l’article 402) et que les censures ecclésiastiques ne touchent en rien au statut de citoyen44. La question de la liberté religieuse est centrale pour Jemolo. À Agostino Gemelli, il écrit en 1956 que s’il est d’accord pour dire qu’il ne peut y avoir qu’une seule piété, celle qui est chrétienne, celle qui s’accomplit dans la vision de Dieu, dans la fraternité des hommes comme enfants de Dieu, il ne peut accepter qu’aux non-chrétiens soit refusée cette piété, comme les jansénistes niaient les vertus chez les infidèles. N’avons-nous jamais rencontré, conclut-il, des « naturaliter christiani »?45

  • 46 Arturo Carlo Jemolo, L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 216-219.

23Jemolo a des mots très durs pour qualifier l’attitude de l’Église notamment durant le fascisme. Elle est allée bien au-delà du « rendez à César ». Il y a eu, affirme-t-il, légitimation du gouvernement, de la mentalité et du mode de vie fascistes46. Pour autant, il refuse de la condamner entièrement. En fin de compte, est-ce l’Église ou les masses catholiques italiennes qui se sont ralliées ? Devant le consensus, l’Église pouvait-elle renoncer si facilement à suivre la majorité de ses ouailles ? Contrairement à ce qui l’on croit communément, malgré sa structure rigidement hiérarchisée, malgré le caractère absurde de toute proposition visant à assurer un système électif aux charges ecclésiastiques, le pape, le Saint-Siège doivent tenir compte de l’opinion des catholiques. L’argument ne va pas sans poser de problèmes, car si l’Église est régie par des dogmes irréductibles à toute « opinion », pourquoi suivre celle-ci dès lors que le régime que la majorité soutient contrevient aux valeurs que l’Église est supposée défendre ? À moins que les atteintes à la dignité humaine propres aux régimes totalitaires soient considérées comme relevant non plus de la foi mais du temporel et donc que l’Église ne puisse formuler que des avis qui n’ont évidemment pas la force d’un dogme. Que dire ensuite lorsque la majorité de l’opinion prend position, non pas sur des questions dogmatiques, par définition intangibles, mais sur des questions de mœurs, de vie sociale et privée ? L’Église suivrait-elle avec un même élan l’opinion de ses ouailles ? Il est difficile de le concevoir, d’où la fragilité de la défense de Jemolo.

  • 47 Ibid., p. 132-133 (sur la vive critique de l’anticléricalisme), et Jemolo à Ernesto Rossi, (...)
  • 48 Arturo Carlo Jemolo, op. cit., p. 106.
  • 49 Id., « Cosí rimane il Concordato », 1969, dans id., Questa repubblica. Dalla contestazione (...)
  • 50 Id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 37.
  • 51 Ibid., p. 213.

24De manière générale, Jemolo évite systématiquement toute forme d’affrontement avec l’Église. D’abord par haine de l’anticléricalisme, qu’il évoque souvent notamment quand il parle du socialisme d’avant-guerre ou encore quand il refuse de se joindre à ses amis laïques lors d’un colloque sur la question du Concordat, craignant d’être enrôlé dans une atmosphère anticléricale47. Jemolo est également sceptique à l’égard du modernisme, c’est-à-dire, pour lui, une vaine tentative de faire évoluer la doctrine de l’Église pour l’adapter à la nouvelle religion, celle de la science (il parlera de foi un peu ingénue pour la science moderne)48. Puis il y a la question de la réforme envisagée du Concordat qu’il estime inutile d’amender parce que ses aspects les plus critiques tomberaient d’eux-mêmes49. Enfin, son analyse de l’Église durant la période du Risorgimento se veut équilibrée. Pie IX et l’Église n’ont pas tous les torts et les premiers gouvernements italiens n’ont pas fait preuve de diplomatie, ce qui explique en partie l’intransigeance du pape50. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le Vatican a bien fait de s’en tenir à une politique de neutralité, et rien n’est dit sur son silence concernant la Shoah51.

  • 52 Jemolo à Sanguinetti, 18 janvier 1960, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fasc. 31, sous-fa (...)
  • 53 Arturo Carlo Jemolo, « Perché non sono un conservatore », mars 1946, désormais dans id., I (...)
  • 54 Id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 219.

25Selon Jemolo, toute analyse des positions de l’Église dans le domaine temporel doit, pour conclure, avant tout prendre en compte le fait que son but demeure la sauvegarde des âmes dans l’adhésion à la doctrine du Christ. Tout le reste est soumis à cela. Quant aux dissensions que l’on peut par exemple avoir vis-à-vis des Encycliques, il rappelle que l’Église est avant tout formée de croyants qui, comme tels, peuvent se tromper. Le pape n’est infaillible qu’à chaque fois qu’il se prononce ex cathedra – Jemolo ajoute que cela lui arrive rarement – sur des questions de foi et de morale. On ne doit pas prendre prétexte de la position critiquable de tel ou tel prélat pour s’éloigner de l’Église. Pour Jemolo, le rapport idéal entre Église et État doit être fondé sur un principe aussi clair que simple : l’Église demeure libre de mener sa mission spirituelle de guide des âmes, ce que l’État devrait faciliter ; l’État devrait être souverain dans la protection des citoyens par les lois et les institutions52. En somme, l’Église se trompe, ou est trompée, à chaque fois qu’elle retombe dans la tentation du pouvoir temporel. Et pour Jemolo, la conception du pouvoir temporel est extensive. Ainsi, la question du mariage et de l’instruction entre dans le domaine de l’État, c’est-à-dire que c’est celui-ci qui décide en dernier ressort ce qu’il en est. Inversement, lorsque l’État se mêle d’utiliser l’Église, d’en faire ce qu’il appelle un « instrumentum regni », c’est moins celle-ci qui est coupable que le gouvernement53. Les masses catholiques sont de même souvent plus irresponsables que la hiérarchie, et, parmi elles, l’une des cibles de son ouvrage sur les relations entre l’Église et l’État, les intellectuels catholiques : « En Italie, il n’y a pas – il n’y a jamais eu – d’écrivains catholique capables de jouer, pour l’intelligentsia catholique, un rôle de guide, aux côtés du magistère pastoral de l’Église. Les lettres italiennes n’ont pas l’équivalent d’un Mauriac ou d’un Bernanos, la philosophie italienne n’a pas de Maritain. Les deux ou trois écrivains catholiques italiens qui jouissaient d’une certaine popularité ne s’étaient jamais départis d’une attitude déférente à l’égard du régime fasciste. Papini, qui fut l’un des écrivains catholiques les plus en vogue, fut nettement philofasciste54. »

26Jemolo attend de l’Église un repli sur la sphère spirituelle, religieuse, et le renoncement au politique, comme elle a dû renoncer au pouvoir temporel. Elle n’en gagnerait que plus de force selon lui. La question de l’intervention ecclésiastique dans les débats éthiques reste toutefois ambiguë, puisque le fait que l’Église ne soit pas allée à l’encontre de l’opinion majoritaire sous le fascisme ou qu’elle n’ait rien dit sur la déportation des Juifs pendant la guerre ne semble soulever aucune objection majeure chez Jemolo : sa position laisse en définitive subsister le risque pour l’Église de se voir accuser de « pilatisme », c’est-à-dire d’indifférence coupable à l’égard de fondements majeurs de notre civilisation, à l’image de la déresponsabilisation revendiquée de Ponce Pilate devant le sort de Jésus.

Notes

1 Pour cet article, j’ai consulté une partie des très riches archives personnelles de Jemolo aux Archives Centrales de l’État (Rome), outre la lecture de ses écrits les plus importants et de son ouvrage sur les relations entre l’Église et l’État bien sûr, mais aussi des recueils d’articles et la publication de quelques-unes de ses correspondances : Arturo Carlo Jemolo, Italia tormentata, Bari, Laterza, 1951 ; id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, Le Seuil, 1960 pour la traduction française à partir de l’édition de 1955 ; id., Questa repubblica. Dalla contestazione all’assassinio di Aldo Moro, intr. Giovanni Spadolini, Florence, Le Monnier, 1978 ; id., Anni di prova, préf. Francesco Margiotta Broglio, Florence, Passigli, 1991. Nuova Antologia a publié des lettres de Jemolo : sur les années 70, voir les numéros 124 et 125, octobre-décembre 1989 et janvier-mars 1990, et 126 (avril-juin 1990). On doit une récente biographie de l’intellectuel catholique à Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante. Arturo Carlo Jemolo e trentacinque anni di storia repubblicana, Venise, Marsilio, 2008.

2 Jemolo à son épouse, 17 novembre 1922, Archivio Centrale dello Stato [désormais ACS], archives privées Arturo Carlo Jemolo [désormais fonds Jemolo], busta 4, fasc. « da Carlo, 1922 ».

3 Suite de la lettre précédente, ibid., en date du 18 novembre 1922.

4 ACS, fonds Jemolo, busta 6, fasc. 9, mémo de deux pages rédigé après le 21 novembre 1925.

5 ACS, fonds Jemolo, busta 6, fasc. 10, sous-fasc. 3.

6 Le discours inaugural se trouve dans ACS, fonds Jemolo, busta 6, fasc. 10, sous-fasc. 4.

7 ACS, fonds Jemolo, busta 7, lettre du ministre pour la Presse et la Propagande en date du 30 juillet 1936.

8 Les textes se trouvent dans ACS, fonds Jemolo, busta 7. Sur la collaboration de Jemolo au dictionnaire de politique, voir Alessia Pedio, La cultura del totalitarismo imperfetto : il Dizionario di politica del Partito nazionale fascista (1940), Milan, Unicopli, 2000.

9 Art. « Sionismo » du Dizionario di politica, consulté dans ACS, fonds Jemolo, busta 7.

10 Cité dans Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit., p. 56.

11 Voir ce qu’avouait l’écrivain Vitaliano Brancati, cité par Leonardo Sciascia, Per un ritratto dello scrittore da giovane, Milan, Adelphi, 2000, chapitre 1 : « Del dormire con un solo occhio », p. 20.

12 Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit., p. 50.

13 Arturo Carlo Jemolo, « Il fascismo », dans id., Anni di prova, op. cit., p. 141-174 [p. 166].

14 Lucio Lombardo-Radice est le fils de Giuseppe, ancien normalien de Pise, professeur de pédagogie et qui fut un ami et admirateur de Giovanni Gentile jusqu’à ce que ce dernier s’engage plus résolument dans le fascisme.

15 Arturo Carlo Jemolo, « Noi e il comunismo », Il Ponte, 8, 1945, cité dans Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit., p. 108.

16 Arturo Carlo Jemolo, Anni di prova, op. cit., p. 209 : De Gasperi est celui qui a « éteint le buisson ardent » (sous-entendu les espoirs nés de la résistance au fascisme).

17 Sur la collaboration de Jemolo au Ponte où il n’écrit pas moins de 113 articles, voir Luca Polese, Il Ponte di Calamandrei (1945-1956), Florence, L. S. Olschki, 2001.

18 Jemolo commence sa collaboration à La Stampa en 1955, passant de la 3e page culturelle à la première, comme éditorialiste agréé (ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 27, sous-fasc. 1, correspondance avec La Stampa).

19 Jemolo à Calamandrei, 19 juin 1956, dans ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 26 1- 2.

20 Voir à ce propos Philippe Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’anti-américanisme français, Paris, Le Seuil, 2002.

21 Il prend ainsi la défense de Renzi et Aristarco qui ont été condamnés pour atteinte à l’honneur de l’armée en raison d’un scénario sur l’attitude de l’armée italienne en Grèce sous le fascisme (Jemolo à Cesare Zavattini, président du cercle romain du Cinéma, 23 septembre 1953, ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 22, sous-fasc. 2) et a également soutenu le juge Troisi attaqué par la justice et le gouvernement pour avoir publié son journal de bord sous la forme d’un feuilleton dans l’hebdomadaire laïque, libéral et atlantiste Il Mondo (ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 27, sous-fasc. 1). Il Mondo incarne précisément cette gauche libérale hostile à la politique gouvernementale en matière de libertés publiques.

22 Jemolo à Enriques Agnoletti, 23 janvier 1958 dans ACS, fonds Jemolo, busta 10, fasc. 29, sous-fasc. 2, ainsi que fasc. 28, sous-fasc. 2 (refus de s’inscrire au PSI) ; Jemolo à Ugo Campagnolo, 6 avril 1959, et lettre d’Aldo Capitini à Jemolo, 25 avril 1959, ibid., fasc. 30, sous-fasc. 2.

23 Jemolo au directeur de La Stampa Arrigo Levi, 24 mai 1976, dans ACS, fonds Jemolo, busta 24, fasc. 49, Corrispondenza 1976-77-78.

24 Jemolo à Arrigo Levi, 20 mars 1978, et au même, 13 avril 1978, ibid.

25 Jemolo, « Almanacco italiano » dans ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 22, sous-fasc. 4 ; Jemolo à Ugo Campagnolo, 8 décembre 1956 (ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 26, sous-fasc. 1) ; Jemolo au prof. Giovanni Gozzer, 15 juillet 1957, Jemolo au prof. Giuseppe Osti, 1er juin 1956.

26 Cité dans Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit.

27 Débat avec F. Mauriac consulté dans ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 25, sous-fasc. 1.

28 Arturo Carlo Jemolo, Anni di prova, op. cit., « I Grandi », sur Ernesto Buonaiuti, p. 175-195.

29 Id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, Paris, Le Seuil, 1960 (traduction française à partir de l’édition italienne de 1955), p. 166.

30 Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit.

31 Jemolo à Nicola Pistelli (Politica), 30 juillet 1960, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fasc. 31, sous-fasc. 2.

32 Lettre citée par Francesco Margiotta Broglio, introduction à Arturo Carlo Jemolo, Anni di prova, op. cit. p. 14-15.

33 Ibid.

34 Jemolo à Carlo Ludovico Ragghianti, 15 avril 1961, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fasc. 32, sous-fasc. 4.

35 Jemolo en réponse à une enquête lancée par le mensuel Leggere dirigé par Gino Montesanto, 9 mai 1960, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fasc. 31, sous-fasc. 2.

36 Jemolo au prof. Mario Cassa, 17 janvier 1956, dans ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 26, 1-2.

37 Jemolo à Spadolini, 13 mars 1959, ACS, fonds Jemolo, busta 10, fasc. 30, sous-fasc. 2.

38 Jemolo à Pistelli, 30 juillet 1960, citée.

39 Arturo Carlo Jemolo, L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 89 (éloge de Croce), p. 151 (éloge de Buonaiuti).

40 Ibid., p. 55.

41 Ibid., p. 25.

42 Paolo Valbusa, I pensieri di un malpensante, op. cit..

43 Ibid., p. 62.

44 Ibid., p. 91-99.

45 Jemolo à Agostino Gemelli, 10 décembre 1956, dans ACS, fonds Jemolo, busta 8, fasc. 25, sous-fasc. 1.

46 Arturo Carlo Jemolo, L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 216-219.

47 Ibid., p. 132-133 (sur la vive critique de l’anticléricalisme), et Jemolo à Ernesto Rossi, 24 octobre 1956, ACS, fonds Jemolo, busta 9, fasc. 26, 1-2.

48 Arturo Carlo Jemolo, op. cit., p. 106.

49 Id., « Cosí rimane il Concordato », 1969, dans id., Questa repubblica. Dalla contestazione all’assassinio di Aldo Moro, op. cit., p. 187-191.

50 Id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 37.

51 Ibid., p. 213.

52 Jemolo à Sanguinetti, 18 janvier 1960, dans ACS, fonds Jemolo, busta 11, fasc. 31, sous-fasc. 2.

53 Arturo Carlo Jemolo, « Perché non sono un conservatore », mars 1946, désormais dans id., Italia tormentata, Bari, Laterza, 1951, p. 9-26 [p. 22].

54 Id., L’Église et l’État du Risorgimento à nos jours, op. cit., p. 219.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search