Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

L’historien de l’Église Ignaz von Döllinger et son opposition aux dogmes du primat de juridiction et de l’infaillibilité du pape

Franz Xaver Bischof

Texte intégral

  • 1 Döllinger à Montalembert, Munich, le 31 octobre 1869, dans Stefan Lösch, Döllinger und Fra (...)

Tous les théologiens en Allemagne sont des adversaires décidés de l’infaillibilité du pape et prennent le parti de Bossuet ; il est d’ailleurs impossible qu’un spécialiste de l’histoire de l’Église soit infaillibiliste1.

  • 2 Sur le concile Vatican I, voir Klaus Schatz, Vaticanum I 1869-1870, 3 vol., Paderborn, 199 (...)

1Par ces propos, Döllinger répond, fin octobre 1869, à la question de son ami Charles de Montalembert (1810-1870) sur les dispositions de l’Allemagne à l’égard du concile Vatican I, inauguré peu après, le 8 décembre. On sait que le 18 juillet 1870, le concile promulgue la constitution dogmatique Pastor æternus, qui, dans quatre de ses chapitres, définit comme vérités révelées l’instauration du primat de saint Pierre par le Christ, la continuité du primat en la personne des évêques romains et, ce qui était nouveau, le primat de juridiction et l’infaillibilité du pape dans les décisions ex cathedra en matières de foi et de mœurs2.

Étapes d’une biographie

  • 3 Sur Döllinger, voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte. Ignaz von Döllinger (17 (...)
  • 4 Ignaz von Döllinger, Die Reformation, ihre innere Entwicklung und ihre Wirkungen im Umfang (...)
  • 5 3 vol., Paris, 1847-1850.
  • 6 Adolf von Harnack, Aus der Werkstatt des Vollendeten. Als Abschluß seiner Reden und Aufsät (...)

2Pour Ignaz von Döllinger (1799-1890), une des figures les plus éminentes du catholicisme européen du xixe siècle, professeur d’histoire de l’Église à la Faculté de Théologie de l’Université de Munich de 1826 à 1871, le concile Vatican I a marqué une étape décisive dans une évolution qui, commencée vers 1850, l’avait éloigné de plus en plus de l’ultramontanisme et de l’esprit des débuts de la polémique confessionnelle de la première moitié du siècle. Né en 1799, Döllinger avait d’abord trouvé sa patrie intellectuelle dans le cercle d’amis qui gravitait autour de Joseph von Görres (1776-1848) à Munich3. C’est là qu’il s’affirma comme le grand représentant d’un catholicisme qui se dressait résolument contre le libéralisme, l’Église d’État (Staatskirchentum) et le protestantisme. À l’époque de la Révolution de 1848, la première moitié de sa vie s’achève avec la publication du troisième et dernier volume de son ouvrage intitulé Die Reformation, ihre innere Entwicklung und ihre Wirkungen im Umfange des Lutherischen Bekenntnisses4 (La Réformation, son développement intérieur et les résultats qu’elle a produits au sein de la société luthérienne5), ouvrage qui fut bel et bien, de l’avis de l’historien protestant Adolf von Harnack (1851-1930), « le traité catholique le plus important jamais publié contre la Réformation »6.

  • 7 Le nonce comte Charles Mercy d’Argenteau à Döllinger, Liège, 9 octobre 1847, Munich, Bayer (...)

3Jusqu’à cette époque, Döllinger, « le professeur le plus éclairé, le plus religieux, en un mot le plus distingué de l’université de Munich »7, comme l’avait qualifié en 1847 le nonce apostolique, le comte Mercy d’Argenteau, avait soutenu sans aucune réserve la politique ecclésiastique de Rome. Aux yeux de ses amis aussi bien que de ses adversaires, Döllinger passait à juste titre, à cette époque et encore plus tard, pour un ultramontain convaincu.

  • 8 Voir Gerhard Valerius, Deutscher Katholizismus und Lammenais. Die Auseinandersetzung in de (...)
  • 9 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 20-41.

4Polyglotte dès sa jeunesse (à l’âge de dix ans, il avait lu plus de livres français que de livres allemands), Döllinger avait participé dès les années 1830, et plus qu’aucun autre théologien germanophone, aux échanges internationaux sur les questions débattues au sein du catholicisme. La France et l’Angleterre furent au centre de ces échanges sans que l’on puisse décider ce qui l’emportait, de son anglophilie ou de son amour de la France. Non seulement ces échanges intellectuels avec l’élite des catholiques français et anglais lui servaient-ils, pourrait-on dire, de séminaire de recherche à titre privé, mais encore Döllinger fit-il aussi connaître les littératures française et anglaise aux lecteurs allemands par l’intermédiaire des revues du cercle de Görres. Il permit, avec Franz von Baader (1765-1841), la divulgation (Rezeption) des idées de Lamennais en Allemagne, bien que cette diffusion fût selective8. Parallèlement, il traduisit d’importantes publications, dont, en premier lieu bien sûr, ses propres travaux, mais aussi ceux de nombreux auteurs français et anglais. Pendant des décennies, ses contacts les plus réguliers en France furent avec Charles de Montalembert, la grande figure du catholicisme libéral français, avec l’évêque titulaire Henri Louis Maret (1805-1884), le dernier doyen de la Faculté de théologie de Sorbonne, et avec l’évêque d’Orléans Félix-Antoine Dupanloup (1802-1878), auxquels on peut ajouter, par ailleurs, le baron d’Eckstein (1790-1861), un médiateur entre la France et l’Allemagne presque oublié aujourd’hui, l’écrivain et critique d’art Alexis Rio (1798-1874), Guillaume-René Meignan (1817-1896), futur archevêque de Tours, puis cardinal, qui avait fait une partie de ses études à Munich, Alphonse Gratry (1805-1872), enfin, professeur de théologie à Paris, et l’abbé Eugène Michaud (1839-1917), qui, plus tard, se tourna vers le vieux-catholicisme9.

  • 10 Ignaz von Döllinger, Hippolytus und Kallistus ; oder die Römische Kirche in der ersten Häl (...)
  • 11 Ignaz von Döllinger, Die Papst-Fabeln des Mittelalters. Ein Beitrag zur Kirchengeschichte, (...)
  • 12 Nancy-Paris, 1865.
  • 13 Ignaz von Döllinger, Heidenthum und Judenthum. Vorhalle zur Geschichte des Christenthums, (...)
  • 14 3 vol., Bruxelles, 1858.
  • 15 Ignaz von Döllinger, Christenthum und Kirche in der Zeit der Grundlegung, Ratisbonne, 1860 (...)
  • 16 Paris, 1863.

5Dans les années 1850, Döllinger s’abstint de toute activité politique ou touchant la politique ecclésiastique. Il se concentra sur ses recherches historiques et commença à consacrer son temps à l’étude approfondie des sources. Aussi les années 1853-1863 furent-elles l’époque la plus féconde de sa vie d’un point de vue littéraire. Il termina alors ses principaux ouvrages, qui constituent un véritable sommet de la critique historique contemporaine et qui lui valurent, au-delà des disciplines et des confessions, la réputation d’un historien de l’Église de première force. On mentionnera son étude patristique Hippolytus und Kallistus10, les Papstfabeln des Mittelalters11 (Études critiques sur quelques papes du Moyen Âge12), une étude critique des falsifications de l’histoire de la papauté et, entre ces deux publications, les deux premiers volumes d’une prolixe histoire de l’Église jamais terminée : Heidenthum und Judenthum. Vorhalle zur Geschichte des Christenthums13 (Paganisme et judaïsme. Propylées d’une histoire du christianisme14) et Christenthum und Kirche in der Zeit der Grundlegung15 (Le christianisme et l’Église à l’époque de leur fondation16).

  • 17 Voir la lettre de Döllinger à la comtesse Charlotte von Leyden [Munich, août 1866], dans I (...)
  • 18 Ignaz von Döllinger, « Rede über Vergangenheit und Gegenwart der katholischen Theologie », (...)

6L’intérêt exceptionnel de Döllinger pour la recherche historique allait de pair, depuis le milieu du siècle, avec une évolution intellectuelle à peine perceptible du dehors et qui le conduisit à une critique sévère de l’état interne de l’Église. Döllinger s’était progressivement convaincu de la nécessité de lier la théologie catholique à la méthode historico-critique, alors en plein essor ; il soutenait également l’idée d’une nécessaire réconciliation des catholiques avec les protestants allemands, un point de vue que, pendant tout le siècle, seul un tout petit nombre de théologiens partageaient, et assurément pas les romains. Avec ses amis anglais et français, Döllinger avait en commun le souci de remédier à l’infériorité des catholiques dans tous les domaines intellectuels, et il craignait un isolement politique et culturel du catholicisme qui aurait abouti à un ghetto catholique, ce qui de fait devint réalité17. En 1863, lors du premier congrès des théologiens allemands à Munich, Döllinger se fit le porte-parole de ces préoccupations dans un discours célèbre sur Le passé et le présent de la théologie catholique18. Il y formula le rôle de la théologie, il y défendit la théologie « allemande », qui, selon lui, cultivait « les deux yeux de la théologie, à savoir l’histoire et la philosophie », et il prononça des critiques sévères à l’adresse de la néo-scolastique « romaine ». En même temps, il plaida pour la liberté de la recherche historique et défendit même le droit à l’erreur. Quant à la théologie allemande, il lui attribua comme tâche principale de surmonter le schisme.

7Cependant, la nouvelle orientation de Döllinger se trouvait en contradiction avec l’évolution interne de l’Église et en opposition nette avec la néo-scolastique, qui, dès le milieu du siècle, avait pris de plus en plus de poids en Allemagne et en Italie. La théologie de Döllinger, sa compréhension de l’Église et du rôle de celle-ci dans le monde correspondaient de moins en moins aux interêts et aux buts de la tendance ultramontaine de l’Église, qui, sous le pape Pie IX (1846-1878), s’imposa dans la seconde moitié du siècle. Cette tendance était identifiée à tort, selon Döllinger, avec l’Église.

  • 19 Meignan à Döllinger, Paris, 2 mai 1861, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Döllingeriana (...)
  • 20 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 62-121.

8Depuis sa prise de position sur la question romaine aux conférences de l’Odéon de 1861, où il avait développé l’idée, prophétique, que l’État pontifical n’était pas nécessaire pour assurer l’avenir de l’Église, Döllinger se trouvait de plus en plus dans une situation de conflit avec la ligne intransigeante de Rome. Alors que le professeur d’Écriture Sainte à la Sorbonne, Meignan, félicitait son ancien maître de Munich avec ces mots : « L’avenir rendra justice à votre dévouement éclairé à la cause de l’Église et à celle du Saint-Siège »19, le seul fait que Döllinger ait osé soulever une question aussi épineuse provoqua de vives protestations. La réponse romaine au congrès des théologiens de Munich, réponse qui visait à uniformiser la pensée théologique en excluant toute critique historique, aussi bien que l’Encyclique Quanta cura, à quoi était joint un Syllabus des « erreurs modernes » − véritable déclaration de guerre du pape au monde moderne et à ses réalisations −, bouleversèrent profondément les conceptions ecclésiologiques de Döllinger. Il se mit à dénoncer dès lors un développement progressif et continu qui contredisait, d’après ses convictions théologiques, toute la tradition ecclésiastique et qui lui semblait être une romanisation et une centralisation injustifiée de l’Église20.

En conflit avec le concile Vatican I

  • 21 La Civiltà Cattolica, ser. VII, vol. V, 1869, p. 345-352. Traduction allemande dans Roger (...)
  • 22 Voir Giacomo Martina, Pio IX, 3 vol., Rome, 1974-1990, ici vol. 3, p. 154-157 ; Klaus Scha (...)

9Dans ces circonstances, Döllinger fut confronté au concile Vatican I. Avec une juste appréciation de la situation, il craignait un renforcement sans précédent du pouvoir pontifical. Sa prise de position contre la définition de l’infaillibilité du pape fut provoquée par l’article Corrispondenza di Francia publié le 6 février 1869 par la Civiltà cattolica21, la revue des jésuites romains. Cet article traitait des sentiments et des attentes de différents cercles en France à la veille du concile. Il distinguait de manière programmatique entre les catholiques « libéraux » et les « vrais » catholiques, et il exprimait l’avis que le concile devait élever le contenu du Syllabus au rang de dogme positif et ériger en dogme l’infaillibilité du pape et l’Ascension de Marie au ciel. Comme nous le savons aujourd’hui, « l’article de février » fut rédigé à Paris dans le cercle du journaliste ultramontain Louis Veuillot (1813-1883) ; il avait été approuvé par le cardinal secrétaire d’État Giacomo Antonelli (1806-1876) et par le pape Pie IX. Sa publication fit l’effet d’une bombe : dès février 1869, le concile fut perçu dans le public comme l’indice d’une forte polarisation au sein de l’Église. L’article provoqua des controverses violentes et influença les débats préconciliaires en les orientant définitivement en faveur de la définition de l’infaillibilité du pape22.

  • 23 Henri-Louis Maret, Du concile général et de la paix religieuse, 2 vol., Paris, 1868-1869.
  • 24 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 135 et p. 192 ; Claude Br (...)
  • 25 Voir la Lettre de Mgr l’évêque d’Orléans au clergé de son diocèse. Observations sur la con (...)
  • 26 Voir Lord Acton à Marco Minghetti, Venise, 2 octobre 1869, cité d’après Mario Belardinelli(...)
  • 27 « Das Concilium und die Civiltà », Augsburger Allgemeine Zeitung du 10 au 15 mars 1869 ; r (...)
  • 28 Janus, Der Papst und das Concil. Eine weiter ausgeführte und mit dem Quellennachweis verse (...)
  • 29 Le Pape et le Concile par Janus. Traduit de l’allemand par A. Giraud-Teulon, Paris, 1869.
  • 30 Janus, op. cit., p. 51 : « Neben dem lebendigen, aus voller Inspiration redenden und stets (...)
  • 31 Ibid. : « Zunächst wird der neugeprägte Glaubenssatz mit zwingender Nothwendigkeit sich so (...)

10À ces proclamations des partisans de l’infaillibilité du pape, telle que Veuillot, par exemple, la réclame avec ferveur dans L’Univers, les catholiques libéraux répondirent par des prises de positions publiques contre l’infaillibilité. En France, ce fut avant tout Henri-Louis Maret, qui fit paraître Du concile général et de la paix religieuse23, ouvrage que Döllinger fit traduire à Munich en accord avec Maret24 ; puis Mgr Dupanloup25, avec qui Döllinger avait débattu en septembre 1869 à Herrnsheim, près de Worms, de la question d’« une opposition organisée, plus ou moins forte, mais certainement très active »26. En Allemagne, ce fut surtout Döllinger, qui s’exprima dans une série d’articles anonymes, intitulés Le Concile et la Civiltà, parus en mars 1869 dans le journal libéral Augsburger Allgemeine Zeitung27, série d’articles qui parut la même année dans une version augmentée sous le titre Der Papst und das Concil et sous le pseudonyme de Janus28 (Le pape et le concile29). Döllinger y caricaturait l’infaillibilité du pape : « À côté de l’oracle vivant du Tibre, plein d’inspiration et toujours consultable, toutes les autres autorités s’effaceront30. » L’infaillibilité pontificale allait rendre superflus à l’avenir non seulement les conciles, mais aussi l’activité des théologiens, qui « sera réduite à rechercher s’il existe ou non un avis pontifical en faveur de tel ou tel dogme, et à trouver et rassembler après coup les preuves dans l’histoire et la littérature »31.

  • 32 Wolfgang Klausnitzer, Päpstliche Unfehlbarkeit bei Newman und Döllinger. Ein historisch-sy (...)
  • 33 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 146-169.

11Il est vrai que Döllinger déformait ici la thèse de l’infaillibilité de manière extrême. Cependant, ses idées ne manquaient pas de fondement. Au concept de l’infaillibilité que décrivait Döllinger correspondait bien une opinion existante qui « mettait l’autorité au-dessus de la science et des décisions prétendument opportunes en politique ecclésiastique au-dessus de la tradition de l’Église »32. Dans l’ardeur d’une polémique anti-infaillibiliste qui visait avant tout à défendre et à réfuter, Döllinger s’était emparé, pour les dénoncer, des idées maximalistes sur l’infaillibilité qu’avaient exprimées ses adversaires avant, durant et après le concile – dans les cercles ultramontains de la Civiltà, de Veuillot et du converti d’Oxford William George Ward (1812-1882), mais aussi chez des théologiens sérieux comme le jésuite Clemens Schrader (1820-1875), ou encore chez les évêques Henry Edward Manning (1808-1892) de Westminster, Ignatius von Senestrey (1818-1906) de Ratisbonne, Victor Auguste Dechamps (1810-1883) de Malines, et Gaspard Mermillod (1824-1892) de Lausanne et Genève. À l’image déformée de l’infaillibilité tracée par l’infaillibilisme extrême répondait l’image déformée de Döllinger. Son combat s’en prenait à une infaillibilité séparée du sensus Ecclesiæ et qui revenait au pape seul et, par lui, aussi à l’Église. En revanche, l’infaillibilité de l’Église était pour lui une certitude de fide qu’il n’a jamais mise en doute. Plus important encore, il considérait l’évolution de la doctrine du primat depuis le xie siècle comme un développement erroné qui, selon lui, se fondait essentiellement sur des faux du Moyen Âge, sur des prétentions juridiques indues et sur la soif de pouvoir des papes33.

  • 34 Ibid., p. 122-132.

12Döllinger ne reçut d’invitation officielle, ni pour contribuer à la préparation du concile, ni pour y assister comme théologien accompagnateur d’un évêque. Ce fut en vain que Montalembert tenta de le convaincre, en novembre 1869, de se rendre quand même à Rome pour y être présent pendant le concile34. « Aucune considération », écrivait Montalembert, « ne justifierait, à mes yeux, votre absence de ce concile […] » :

  • 35 Voir Montalembert à Döllinger, La Roche en Brénil, 7 septembre 1869. La correspondance ent (...)

Je vous jure que, si j’entrevoyais un moyen quelconque pour moi, simple laïc, d’être admis au concile, rien [ne] m’arrêterait. […] Et moi, je ne suis rien, et n’ai jamais rien été dans l’Église ! Mais vous, qui êtes incontestablement le premier homme de l’Église d’Allemagne, comment pourriez-vous décliner la mission de la défendre et de la représenter dans cette crise formidable35 ?

  • 36 Voir Döllinger à Montalembert, Munich, 23 novembre 1869, dans Stefan Lösch, Döllinger und (...)

13Döllinger refusa, écrivant à son ami : « Si j’étais laïque comme vous, je crois que j’irais à Rome, que je tâcherais de m’insinuer dans la confiance et les bonnes grâces des évêques et de les persuader [de] ce que la vérité et le salut de l’Église demandent d’eux. Mais je suis prêtre, simple prêtre, ni plus ni moins que les caudatarii, qui portent la queue des manteaux des cardinaux. Vous savez ce que c’est qu’un prêtre séculier à Rome – tout ce qu’il y a de plus obscur, de plus insignifiant. Qui est-ce qui s’y soucierait de ce que je pense ! Si j’ouvrais la bouche sur les matières dont le concile s’occupe, tout ce monde de Rome me trouverait ridicule, arrogant, importun36. »

  • 37 Quirinus, Römische Briefe vom Concil, Munich, 1870 ; réimpression : Francfort, 1968. Voir (...)
  • 38 Victor Conzemius, Ignaz von Döllinger, op. cit., p. 98.
  • 39 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 202-210.

14De Munich, Döllinger mena dans l’Allgemeine Zeitung une lutte journalistique acharnée contre le concile. Dans soixante-neuf Römischen Briefen vom Concil37 (Lettres romaines du concile), écrites sous le pseudonyme de Quirinus, il mit les lecteurs au courant de ce qui se passait au concile, influençant ainsi l’image que se faisait le public du concile. Son élève le plus connu, Lord John Acton (1834-1902), qui séjournait à Rome en tant qu’observateur privé du premier ministre anglais William Ewart Gladstone (1809-1898), lui fournissait les matériaux de ses articles. Acton obtint ses informations des évêques de la minorité conciliaire, avant tout de Mgr Dupanloup, de Josip Juraj Stroßmayer (1815-1905), évêque de Djakovo, de Karl Joseph von Hefele (1809-1893), évêque de Rottenburg, et d’autres, et il envoyait semaine après semaine ses rapports du champ de bataille conciliaire, quasi prêts pour l’impression, rapports que Döllinger reprenait ensuite en les assaisonnant « de pincées de poivre et de sel théologiques »38. Il est vrai que les informations d’Acton n’étaient, à une seule exception, jamais fausses, mais en raison de leur caractère sélectif, elles donnaient une image unilatérale dont la partialité ne pouvait être corrigée dans la mesure où les débats conciliaires demeuraient secrets. Jusqu’à la publication des actes du concile dans les années 1920, les Lettres romaines du concile constituèrent le fondement de l’historiographie non catholique consacrée à Vatican I et déterminèrent, surtout en Angleterre, le jugement porté sur le concile39.

  • 40 Ignaz von Döllinger, Einige Worte über die Unfehlbarkeitserklärung et Die neue Geschäftsor (...)
  • 41 Voir Ignaz von Döllinger, Einige Worte über die Unfehlbarkeitsadresse, op. cit., p. 30 : « (...)

15Dans deux déclarations publiées sous son propre nom, Döllinger a plaidé contre la définition de l’infaillibilité du pape telle qu’elle avait été débattue au concile40. Une telle définition équivalait, selon lui, à une révolution ecclésiastique inouïe, dans la mesure où « un seul homme, à savoir le pape, serait mis à la place de l’Église universelle ». Jusqu’ici, écrivait-il, un catholique disait : « Je crois à tel ou tel dogme sur le témoignage de l’Église de tout temps. […] À l’avenir, un catholique devrait dire : Je crois, parce que le pape qui a été déclaré infaillible a ordonné de l’enseigner et de le croire. Qu’il est infaillible, je le crois parce qu’il le dit de lui-même41. »

16La lutte publique de Döllinger contre le concile s’attira une grande attention qui dépassa les frontières de l’Allemagne, mais elle n’atteignit pas pour autant son but principal, qui était de faire pression sur les évêques minoritaires et sur le concile en mobilisant le public catholique. En revanche, elle finit par mettre Döllinger en opposition même avec ces évêques qui, certes, attendaient de lui des arguments historiques et théologiques pour résister dans la salle des débats du concile, mais qui rejetaient son journalisme polémique.

La critique par Döllinger des définitions du primat et de l’infaillibilité du pape

  • 42 Ibid, p. 235-250.
  • 43 Gregor von Scherr (1804-1877), prêtre en 1829, bénédictin à Metten en 1832, archevêque de (...)
  • 44 Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 29 janvier 1870, Aktenstücke des Ordinariats des (...)

17Indécis quant à la conduite à adopter, Döllinger tenta, après le 18 juillet 1870, de ne soutenir que ceux des évêques qui – comme lui – persistaient à s’opposer aux décisions du concile42. Une nouvelle situation se présenta lorsque le concile, contre toute attente, ne fut pas poursuivi et que les évêques de l’opposition, pour éviter un schisme, commencèrent l’un après l’autre à se soumettre aux décisions conciliaires. La situation s’aggrava lorsque l’archevêque de Munich, Gregor von Scherr (1804-1877)43, exigea en octobre 1870, avant le début du nouveau semestre, que les professeurs de la Faculté de Théologie reconnussent les décisions du concile. Döllinger déclara que, pour sauvegarder sa crédibilité, il ne pouvait pas faire « acte simple de soumission »44. Il cherchait à gagner du temps et pria l’archevêque à plusieurs reprises de prolonger le délai fixé afin de pouvoir vérifier ses propres convictions.

18Il ne s’agissait pas uniquement d’une manœuvre dilatoire. Au-delà des motifs évidents – à savoir la crainte de perdre la face –, ce furent des raisons historico-théologiques qui empêchèrent Döllinger d’accepter les nouvelles doctrines pontificales. Ce qui lui importait, c’était la continuité de la tradition de la foi de l’Église qui, selon lui, était mise en cause par une ecclésiologie centrée uniquement sur la papauté romaine. « Les nouvelles doctrines pontificales auraient », estimait-il,

transformé en une ombre irréelle l’épiscopat de l’Église ancienne, auquel, d’après le jugement des Pères de l’Église, revenait la plus grande importance et la plus grande autorité dans l’Église. Car personne ne pourrait se figurer l’existence de deux évêques dans le même diocèse dont l’un serait en même temps pape et l’autre simple évêque, et un vicaire pontifical ou un commissaire diocésain n’est précisément ni évêque ni successeur des Apôtres.

  • 45 Voir Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 28 mars 1871, Augsburger Allgemeine Zeitung, (...)
  • 46 Voir Horst Fuhrmann, Einfluß und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen. Von ihrem (...)

19Quant à l’infaillibilité du pape, elle aurait été « introduite dans l’Église par une longue chaîne de fictions et de falsifications »45 élaborée au Moyen Âge, et avant tout par les décrétales pseudo-isidoriennes – une hypothèse d’ailleurs réfutée par la recherche récente46.

  • 47 Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 28 mars 1871 (cité supra n. 45), p. 91.
  • 48 Voir par exemple Constantin von Schaezler, Die päpstliche Unfehlbarkeit aus dem Wesen der (...)
  • 49 Sur les interprétations maximalistes des décisions du concile, voir Klaus Schatz, Vaticanu (...)
  • 50 Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 28 mars 1871 (cité supra n. 45), p. 88.
  • 51 Döllinger à l’archevêque de Munich, Antonius von Steichele, Munich, 1er mars 1887, dans Ig (...)

20Quand l’archevêque de Munich, dépassé par les événements, insista de manière péremptoire pour obtenir une décision rapide, Döllinger répondit le 28 mars 1871 : « En tant que chrétien, théologien, historien, citoyen, je ne peux pas accepter cette doctrine47. » Cette réponse appelle deux remarques. D’abord, Döllinger interprète les décisions du concile et leurs conséquences dans le sens d’un papalisme extrême. Il est vrai qu’il pouvait se prévaloir des interprétations maximalistes des évêques les plus autorisés de la majorité conciliaire, tels que l’archevêque Manning, mais aussi de théologiens influents, tels que Constantin von Schäzler48, dont les interprétations erronées ne furent pourtant pas sanctionnées49. En second lieu, Döllinger agissait conformément à sa conviction, acquise après de longues années de recherches, que les décisions du concile étaient incompatibles avec « la vérité historique ». De toute façon, il traitait l’affaire, ainsi qu’il l’écrivait à l’archevêque Scherr, « comme une question purement historique et qui doit être traitée et tranchée uniquement avec les moyens disponibles et selon les règles valables pour toute recherche historique »50. De ce point de vue, il croyait pouvoir fournir la preuve historique que le concile n’avait pas seulement défini un nouvel article de foi, mais qu’il avait aussi provoqué une rupture avec la tradition ecclésiastique. Selon Döllinger, la continuité avec la doctrine de l’Église apostolique avait été trahie, et l’épiscopat, tel que le concevait l’Église primitive, avait été anéanti. Ses connaissances historiques empêchaient le théologien Döllinger de reconnaître des décisions dogmatiques qui étaient, comme il l’écrit encore en 1887 à l’archevêque Steichele, « contraires au fondement solide de l’histoire »51. Quant à l’origine des doctrines relatives au primat du pape et de son infaillibilité telles qu’elles avaient été formulées par le concile, elle remonterait, selon lui, à des falsifications du Moyen Âge, et surtout aux décrétales pseudo-isidoriennes. Döllinger ne voyait pas que sa notion de falsification n’était pas sans équivoque, ni que ces fameuses falsifications n’avaient pas provoqué l’appétit de puissance de la papauté, mais qu’elles légitimaient au contraire une évolution déjà existante.

  • 52 Döllinger à Gladstone, Munich, 20 janvier 1875, British Library, Londres, Gladstone Papers (...)

21Cependant, pour Döllinger, la question de savoir s’il fallait accepter ou rejeter les décrets du concile était devenue une question de conscience qui ne pouvait être tranchée par un simple acte d’obéissance à l’autorité ecclésiastique, ni par un sacrificium intellectus, ni par « la théorie bien flexible du développement »52, pour faire référence à sa polémique contre la théorie de John Henry Newman (1801-1890) sur le développement dogmatique, mais seulement par une rigoureuse vérification historique. Il ne restait là guère de place pour l’idée, qui n’était pas seulement représentée par Newman d’ailleurs, que le dogme lui aussi est soumis à l’évolution historique et que seule l’histoire décide de son interprétation.

  • 53 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 250-305.
  • 54 Ibid., p. 306-352.
  • 55 Claudius Stein, « Ignaz von Döllinger und das Münchner Universitätsjubiläum von 1872 », Ze (...)
  • 56 Franz Xaver Bischof, « Döllingers Akademievorträge », Ignaz von Döllinger (1799-1890). Kir (...)

22Le 17 avril 1871, l’archevêque infligea à Döllinger la peine ecclésiastique la plus sévère, à savoir l’excommunication53. Cette rupture enferma Döllinger dans un isolement ecclésial complet, d’autant qu’il refusa d’adhérer au vieux-catholicisme54, mais elle n’entama pas sa réputation dans le monde académique européen. Trois mois plus tard, pour la troisième et la dernière fois, l’Université de Munich élut Döllinger, par un acte très démonstratif, recteur pour l’année universitaire 1871-187255. L’Université d’Oxford lui accorda un doctorat honoris causa en droit. Le roi Louis II de Bavière (1864-1886) le nomma en 1873 président de l’Académie bavaroise des sciences, fonction qu’il remplit jusqu’à sa mort en 189056.

Épilogue

  • 57 Karl Joseph von Hefele à Döllinger, 11 mars 1871, dans Johann Friedrich von Schulte, Der A (...)
  • 58 Maret à Döllinger, Paris, 8 avril 1884, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Döllingeriana (...)
  • 59 Voir Ignaz von Döllinger, Akademische Vorträge, 3 vol., Nördlingen, 1888- 1890 (entre autr (...)

23Döllinger, « l’Ajax de l’ultramontanisme […], le premier parmi les théologiens allemands »57, comme l’évêque Hefele l’avait qualifié en 1871, fut exclu et stigmatisé comme hérétique après son excommunication. Les effets se firent sentir non seulement dans les réactions catholiques aux thèses de Döllinger, et ce jusqu’au concile Vatican II, mais aussi dans le cercle de ses amis et de ses connaissances. L’« alliance intime » avec la France cessa après 1871. Montalembert mourut pendant le concile, Gratry en 1872. Mgr Maret, à la veille du concile l’allié principal de Döllinger contre l’absolutisme pontifical et l’infaillibilité, se retira sans pour autant renier ses affinités avec son collègue allemand. En 1884, après un silence de dix années et quelques semaines seulement avant sa mort, Maret assura son « ancien et toujours cher ami », par des mots émouvants, qu’il n’avait jamais cessé « de [l’]aimer »58. Mgr Dupanloup et Meignan rompirent le contact. Quant à Döllinger, il conserva son amour pour la culture française toute sa vie. Dans les discours qu’il délivra en tant que président de l’Académie bavaroise des sciences, la France garda une place de choix59.

24L’historiographie depuis le concile Vatican II a démontré que Döllinger était resté homme d’Église bien plus que le bannissement de 1871 ne le laissait supposer. Sa critique de l’Église, ou plus précisément ses interventions sur des questions ecclésiologiques fondamentales – la papauté, la collégialité épiscopale, le rôle des églises locales et nationales, les structures synodales −, tout cela demeure actuel dans la mesure où la divergence entre le rapport du primat et de l’épiscopat redéfini par le concile Vatican II et la réalité de la pratique primatiale d’aujourd’hui persiste.

Notes

1 Döllinger à Montalembert, Munich, le 31 octobre 1869, dans Stefan Lösch, Döllinger und Frankreich. Eine geistige Allianz 1823-1871 (Schriftenreihe zur bayerischen Landesgeschichte 51), Munich, 1955, p. 473-474, ici p. 474 : « Alle wissenschaftlichen Theologen sind in Deutschland entschiedene Gegner der päpstlichen Unfehlbarkeit und stehen auf Bossuet’s Seite – wie es denn ganz unmöglich ist, daß ein gründlicher Kenner der Kirchengeschichte Infallibilist sei. »

2 Sur le concile Vatican I, voir Klaus Schatz, Vaticanum I 1869-1870, 3 vol., Paderborn, 1992-1994 ; Franz Xaver Bischof, art. « Vaticanum I », dans Religion in Geschichte und Gegenwart, vol. 8, 2005, col. 896-903.

3 Sur Döllinger, voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte. Ignaz von Döllinger (1799-1890) in der zweiten Hälfte seines Lebens (Münchener Kirchenhistorische Studien 9), Stuttgart, 1997 (sources et bibliographie) ; consulter aussi Ignaz von Döllinger (1799-1890). Kirchenhistoriker, Ökumeniker, Akademiepräsident. Aus Anlass seines 200. Geburtstags, éd. Manfred Weitlauff, Münchener Theologische Zeitschrift, vol. 50, 1999, p. 305-395 ; Peter Neuner, « Ignaz von Döllinger. Katholizität und Antiultramontanismus », Theologen des 19. Jahrhunderts. Eine Einführung, éd. Peter Neuner et Gunther Wenz, Darmstadt, 2002, p. 75-93 ; Victor Conzemius, « Ignaz von Döllinger. Una Sancta Catholica auf dem Prüfstand », dans id., Gottes Spurensucher. Zwanzig christliche Profile der Neuzeit, Fribourg-en-Brisgau, 2002, p. 83-104 ; id., « Wissenschaftsfreiheit und katholische Theologie. Der Fall Ignaz von Döllinger », Wissenschaftsfreiheit in Vergangenheit und Gegenwart (Veröffentlichungen der Gesellschaft für Universitäts- und Wissenschaftsgeschichte, 9), éd. Rainer Albert Müller et Rainer Christoph Schwinges, Bâle, 2008, p. 249-261 ; Claudius Stein, « Ignaz von Döllinger als Mitglied der Bayerischen Kommission der Wissenschaften und der Historischen Kommission », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 72, 2009, p. 571-622.

4 Ignaz von Döllinger, Die Reformation, ihre innere Entwicklung und ihre Wirkungen im Umfange des Lutherischen Bekenntnisses, 3 vol., Ratisbonne, 1846- 1848.

5 3 vol., Paris, 1847-1850.

6 Adolf von Harnack, Aus der Werkstatt des Vollendeten. Als Abschluß seiner Reden und Aufsätze, éd. Axel von Harnack, Gießen, 1930, p. 44.

7 Le nonce comte Charles Mercy d’Argenteau à Döllinger, Liège, 9 octobre 1847, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Döllingeriana II.

8 Voir Gerhard Valerius, Deutscher Katholizismus und Lammenais. Die Auseinandersetzung in der katholischen Publizistik 1817-1854 (Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte. Reihe B : Forschungen 39), Mainz, 1983, surtout p. 125-132 et p. 143-145.

9 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 20-41.

10 Ignaz von Döllinger, Hippolytus und Kallistus ; oder die Römische Kirche in der ersten Hälfte des dritten Jahrhunderts. Mit Rücksicht auf die Schriften und Abhandlungen der HH. Bunsen, Wordsworth, Baur und Gieseler, Ratisbonne, 1853 ; réimpression : Aalen, 1977.

11 Ignaz von Döllinger, Die Papst-Fabeln des Mittelalters. Ein Beitrag zur Kirchengeschichte, Munich, 1863 (réimpression : Francfort, 1990).

12 Nancy-Paris, 1865.

13 Ignaz von Döllinger, Heidenthum und Judenthum. Vorhalle zur Geschichte des Christenthums, Ratisbonne, 1857.

14 3 vol., Bruxelles, 1858.

15 Ignaz von Döllinger, Christenthum und Kirche in der Zeit der Grundlegung, Ratisbonne, 1860 (21868).

16 Paris, 1863.

17 Voir la lettre de Döllinger à la comtesse Charlotte von Leyden [Munich, août 1866], dans Ignaz von Döllinger – Charlotte Lady Blennerhassett, Briefwechsel 1865-1886, éd. Victor Conzemius, Munich, 1981, p. 143 et suivantes.

18 Ignaz von Döllinger, « Rede über Vergangenheit und Gegenwart der katholischen Theologie », dans P. Pius Gams (dir.), Verhandlungen der Versammlung katholischer Gelehrten in München vom 28. September bis 1. Oktober 1863, Munich, 1863, p. 25-59 ; réimpression dans Bernd Möller (éd.), Kirchengeschichte. Deutsche Texte 1699-1927 (Bibliothek der Geschichte und Politik, 22), Francfort, 1994, p. 444-477.

19 Meignan à Döllinger, Paris, 2 mai 1861, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Döllingeriana II.

20 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 62-121.

21 La Civiltà Cattolica, ser. VII, vol. V, 1869, p. 345-352. Traduction allemande dans Roger Aubert, Vaticanum I (Geschichte der ökumenischen Konzilien 12), Mayence, 1965, p. 299-309.

22 Voir Giacomo Martina, Pio IX, 3 vol., Rome, 1974-1990, ici vol. 3, p. 154-157 ; Klaus Schatz, Vaticanum I, op. cit., vol. 1, p. 207-212.

23 Henri-Louis Maret, Du concile général et de la paix religieuse, 2 vol., Paris, 1868-1869.

24 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 135 et p. 192 ; Claude Bressolette, Le pouvoir dans la société et dans l’église. L’ecclésiologie politique de Monseigneur Maret, dernier doyen de la faculté de théologie en Sorbonne au XIXe siècle, Paris, 1984.

25 Voir la Lettre de Mgr l’évêque d’Orléans au clergé de son diocèse. Observations sur la controverse soulevée relativement à la définition de l’infaillibilité au prochain concile, Paris, 1869 [11 novembre 1869].

26 Voir Lord Acton à Marco Minghetti, Venise, 2 octobre 1869, cité d’après Mario Belardinelli, « Döllinger e l’Italia : per una storia del dibattito sulla ‘libertà nella chiesa’ nell’ottocento », Rivista di storia della chiesa in Italia, vol. 36, 1983, p. 76.

27 « Das Concilium und die Civiltà », Augsburger Allgemeine Zeitung du 10 au 15 mars 1869 ; réimpression dans Walter Brandmüller, Ignaz v. Döllinger am Vorabend des I. Vaticanums. Herausforderung und Antwort, St. Ottilien, 1977, p. 147-180.

28 Janus, Der Papst und das Concil. Eine weiter ausgeführte und mit dem Quellennachweis versehene Neubearbeitung der in der Augsburger Allgemeinen Zeitung erschienenen Artikel : das Concil und die Civiltà, Leipzig, 1869 ; réimpression Francfort, 1968.

29 Le Pape et le Concile par Janus. Traduit de l’allemand par A. Giraud-Teulon, Paris, 1869.

30 Janus, op. cit., p. 51 : « Neben dem lebendigen, aus voller Inspiration redenden und stets anrufbaren Orakel an der Tiber wird jede andere Autorität verblassen. »

31 Ibid. : « Zunächst wird der neugeprägte Glaubenssatz mit zwingender Nothwendigkeit sich sofort als Grund- und Eckstein des ganzen römisch-katholischen Lehrgebäudes hinpflanzen, die gesammte Thätigkeit der Theologen wird sich dann auf die Ermittlung reduciren, ob ein päpstlicher Ausspruch für eine Lehre zu finden sei oder nicht, und auf das Bestreben, hintennach Belege aus der Geschichte und Literatur dafür zu finden und zusammenzutragen. »

32 Wolfgang Klausnitzer, Päpstliche Unfehlbarkeit bei Newman und Döllinger. Ein historisch-systematischer Vergleich, Innsbruck, 1980, p. 147. Voir aussi Roger Aubert, Vaticanum I, op. cit., p. 37-39 ; Klaus Schatz, Vaticanum I, op. cit., vol. 1, p. 149-167.

33 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 146-169.

34 Ibid., p. 122-132.

35 Voir Montalembert à Döllinger, La Roche en Brénil, 7 septembre 1869. La correspondance entre Döllinger et Montalembert fait partie de mon projet d’édition critique « Ignaz von Döllinger – Briefwechsel 1820 bis 1890. Englische und französische Korrespondenz », qui paraîtra prochainement.

36 Voir Döllinger à Montalembert, Munich, 23 novembre 1869, dans Stefan Lösch, Döllinger und Frankreich, op. cit., p. 478-480.

37 Quirinus, Römische Briefe vom Concil, Munich, 1870 ; réimpression : Francfort, 1968. Voir aussi Ignaz von Döllinger – Lord Acton. Briefwechsel 1850-1890, éd. Victor Conzemius, vol. 2, Munich, 1965.

38 Victor Conzemius, Ignaz von Döllinger, op. cit., p. 98.

39 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 202-210.

40 Ignaz von Döllinger, Einige Worte über die Unfehlbarkeitserklärung et Die neue Geschäftsordnung des Concils und ihre theologische Bedeutung, dans Briefe und Erklärungen von J. von Döllinger über die Vatikanischen Decrete 1869-1887, éd. Franz Heinrich Reusch, Munich, 1890, p. 29-39 et p. 40-57 (réimpression : Darmstadt 1968). Traduction française : Lettres et déclarations du Vatican, traduites de l’allemand et précédées d’une introduction par G. Bonet-Maury, Paris, 1893.

41 Voir Ignaz von Döllinger, Einige Worte über die Unfehlbarkeitsadresse, op. cit., p. 30 : « Es ist eine kirchliche Revolution, welche begehren, um so durchgreifender, als es sich hier um das Fundament handelt, welches den religiösen Glauben jedes Menschen künftig tragen und halten soll, als an die Stelle der ganzen in Zeit und Raum universalen Kirche ein einzelner Mensch, der Papst gesetzt werden soll. Bisher sagte der Katholik : ich glaube diese oder jene Lehre auf das Zeugniß der ganzen Kirche aller Zeiten, weil sie die Verheißung hat, daß sie immerdar bestehen, stets im Besitz der Wahrheit bleiben soll. Künftig müsste der Katholik sagen : ich glaube, weil der für unfehlbar erklärte Papst es zu lehren und zu glauben befiehlt. Dass er aber unfehlbar sei, das glaube ich, weil er es von sich behauptet. » Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 212.

42 Ibid, p. 235-250.

43 Gregor von Scherr (1804-1877), prêtre en 1829, bénédictin à Metten en 1832, archevêque de Munich et de Freising en 1856, avait appartenu à la minorité conciliaire pendant le concile. Sur ce personnage, voir Anton Landersdorfer, Gregor von Scherr (1804-1877) in der Zeit des Ersten Vaticanums und des Kulturkampfes (Studien zur altbayerischen Kirchengeschichte, 9), Munich, 1995.

44 Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 29 janvier 1870, Aktenstücke des Ordinariats des Erzbisthums München und Freising betreffend das allgemeine Vatikanische Concil, Ratisbonne-New York-Cincinnati, 1871, p. 97.

45 Voir Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 28 mars 1871, Augsburger Allgemeine Zeitung, 31 mars 1871, 90, coll. 1557-1560 ; réimpression dans Ignaz von Döllinger, Briefe und Erklärungen, op. cit., p. 73-92, ici p. 82-83.

46 Voir Horst Fuhrmann, Einfluß und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen. Von ihrem Auftauchen bis in die neuere Zeit, 3 vol., (Schriften der Monumenta Germaniæ Historica, 24/1-3), Stuttgart, 1972, et Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 150-153.

47 Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 28 mars 1871 (cité supra n. 45), p. 91.

48 Voir par exemple Constantin von Schaezler, Die päpstliche Unfehlbarkeit aus dem Wesen der Kirche bewiesen. Eine Erklärung der ersten dogmatischen Constitution des vaticanischen Concils über die Kirche, Fribourg, 1870.

49 Sur les interprétations maximalistes des décisions du concile, voir Klaus Schatz, Vaticanum I, op. cit., vol. III, p. 284-288.

50 Döllinger à l’archevêque Scherr, Munich, 28 mars 1871 (cité supra n. 45), p. 88.

51 Döllinger à l’archevêque de Munich, Antonius von Steichele, Munich, 1er mars 1887, dans Ignaz von Döllinger, Briefe und Erklärungen, op. cit., p. 129-143, ici p. 137.

52 Döllinger à Gladstone, Munich, 20 janvier 1875, British Library, Londres, Gladstone Papers Add. 44140 : « Bei Newman freilich ist die höchst elastische Theorie des development, mit der man wie mit Dido’s Kuhhaut ganze Länder in der Geistesgeschichte umspannen kann, ein allzeit dienstfertiges Auskunftsmittel. Mit diesem Zauberstab berührt wird auch das schlechteste und unlauterste zu Gold. »

53 Voir Franz Xaver Bischof, Theologie und Geschichte, op. cit., p. 250-305.

54 Ibid., p. 306-352.

55 Claudius Stein, « Ignaz von Döllinger und das Münchner Universitätsjubiläum von 1872 », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, vol. 68, 2005, p. 853-923.

56 Franz Xaver Bischof, « Döllingers Akademievorträge », Ignaz von Döllinger (1799-1890). Kirchenhistoriker, Ökumeniker, Akademiepräsident, op. cit., p. 328- 342.

57 Karl Joseph von Hefele à Döllinger, 11 mars 1871, dans Johann Friedrich von Schulte, Der Altkatholizismus. Geschichte seiner Entwicklung, inneren Gestaltung und rechtlichen Stellung in Deutschland. Aus den Akten und anderen authentischen Quellen, Giessen, 1887, p. 228-230, ici p. 229.

58 Maret à Döllinger, Paris, 8 avril 1884, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Döllingeriana II.

59 Voir Ignaz von Döllinger, Akademische Vorträge, 3 vol., Nördlingen, 1888- 1890 (entre autres les discours sur « Die Politik Ludwigs XIV », « Die einflußreichste Frau der französischen Geschichte [Madame de Maintenon] », et la nécrologie d’Auguste Mignet).

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search