Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

Antiromanisme historiographique et gallicanisme jansénisant René-François Guettée et la mise à l’Index de son Histoire de l’Église de France (1852)

Sylvio Hermann De Franceschi

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage classique de Pontien Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du (...)
  • 2 Sur Guettée, voir en premier lieu Patric Ranson, « Guettée ou le retour à l’orthodoxie », dans Wlad (...)

1Depuis l’époque moderne, après que le débat entre protestants et catholiques a fait de l’historiographie l’un de ses terrains de prédilection1, l’érudition ecclésiastique est traditionnellement l’un des lieux où s’affrontent catholiques zélantistes et antiromains. Parce qu’il a été un temps avide d’histoire, le xixe siècle devait nécessairement être l’apogée d’un type de discours dont les auteurs de l’âge classique, après Étienne Pasquier, le président de Thou et Paolo Sarpi, avaient offert d’incisifs modèles. Écrivain prolifique, René-François Guettée (1816-1892) a produit une œuvre considérable dont la part historiographique est essentielle et dont l’influence a été immense, au point, semble-t-il, d’inspirer, jusqu’en Allemagne, le grand Ignaz von Döllinger (1799-1890) ; il n’a pourtant pas, et curieusement, retenu l’attention des historiens. Grande figure intellectuelle et érudite du clergé français au mitan du xixe siècle, il n’a fait l’objet que de quelques maigres études, précieuses, assurément, mais insuffisantes2. Né le 1er décembre 1816 à Blois, Guettée est issu d’une famille modeste. Dans ses Souvenirs d’un prêtre romain devenu prêtre orthodoxe (1889), ouvrage apologétique publié à la fin de sa vie, il relève l’influence cruciale qu’a eue sur lui la religion de sa mère :

  • 3 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain devenu prêtre orthodoxe, Paris, 1889, p. 7-8.

Ses mœurs étaient graves, ses sentiments vraiment chrétiens ; elle détestait la bigoterie et les bigotes. Elle ne savait pas ce que c’était que le jansénisme, mais les dévots actuels l’appelleraient janséniste parce qu’elle détestait les préjugés et les superstitions3.

  • 4 Ibid., p. 8.
  • 5 Ibid., p. 8.

2De l’éducation religieuse maternelle, Guettée a tôt retenu le refus de pratiques dévotionnelles ostentatoires – il devient, ainsi qu’il l’écrit, « janséniste sans le savoir »4, même si son jansénisme enfantin, précise-t-il, n’était bien sûr pas lié à la défense des cinq Propositions ou au rejet de la Bulle Vnigenitus : « On ne pourrait y trouver qu’un instinct chrétien, une opposition innée à tout ce qu’on appelle aujourd’hui jésuitisme5. » Entré au petit séminaire de Blois, le jeune élève se signale par de peu communes capacités de travail ; il profite de ses loisirs pour dévorer la bibliothèque du directeur, où il trouve notamment les ouvrages historiques de Charles Rollin (1661-1741), un respectable spécialiste d’histoire romaine en son temps suspect de jansénisme, et du jésuite Gabriel Daniel (1649-1728), moliniste acharné et ardent antijanséniste. Guettée ne reculait apparemment devant l’ampleur d’aucune tâche :

  • 6 Ibid., p. 9-10.

Je lisais sérieusement, je faisais des analyses de mes lectures et même des tableaux synoptiques des événements et des dates que me fournissaient les livres que je lisais. J’eus la patience de faire ce travail pour les histoires de Rollin et du père Daniel6.

3Sa vocation d’historien éveillée, Guettée entre ensuite au grand séminaire de Blois, où on le nourrit, sans aucune originalité, de cours de théologie inspirés de la Theologia dogmatica et moralis ad usum seminariorum (1789) de Louis Bailly (1730-1808) : l’ouvrage était ouvertement gallican et prenait une vertueuse défense des quatre Articles de 1682. Comme au petit séminaire, le jeune Guettée profite de son temps libre pour lire des livres d’histoire :

  • 7 Ibid., p. 19.

Je m’appliquai surtout à l’étude de l’histoire ecclésiastique. Je lus deux fois les trente-six volumes de Fleury et de son continuateur ; j’en fis l’analyse et je composai des tableaux synoptiques pour me fixer dans la mémoire les dates et les principaux faits7.

4Publiés de 1691 à 1723, les vingt premiers volumes de l’Histoire ecclésiastique de Claude Fleury (1640-1723), un fidèle disciple de Bossuet, avaient été suivis de seize autres, jusqu’en 1738, qui étaient l’œuvre, fortement empreinte d’un gallicanisme érudit et intransigeant, de Jean-Claude Fabre (1668-1753) et de Claude-Pierre Goujet (1697-1767). Entreprise immense qui était devenue une référence pour les catholiques antiromains en Europe. Formé à l’école des séminaires français, qui, rétablis en 1801 après le concordat, ont efficacement contribué à revivifier l’ancien gallicanisme bossuétien, René-François Guettée était aussi porté par la culture historiographique qu’il avait acquise à s’attacher à la défense des doctrines gallicanes, et d’un point de vue qui, dans son cas, était clairement jansénisant. Engagement antiromain et très hostile à la papauté dont a témoigné, avec une bruyante notoriété, son Histoire de l’Église de France, sans doute la dernière grande œuvre – presque un chant du cygne – produite à l’époque contemporaine par la tradition d’érudition ecclésiastique qu’avait fondée le gallicanisme classique.

La publication de l’Histoire de l’Église de France

5Après avoir achevé des études dont les résultats ne pouvaient que plaire à ses maîtres, Guettée est ordonné prêtre en 1839. Peu docile, il est finalement nommé vicaire dans le petit village de Saint-Aignan-sur-Cher, puis à Fresnes, dans le Loir-et-Cher, où il fonde une petite école. Après un an d’enseignement assidu, il décide de préparer le baccalauréat ès-lettres ; il y travaille le matin et consacre ses après-midi aux études ecclésiastiques :

  • 8 Ibid., p. 38.

Je conçus alors le projet de travailler à une histoire de l’Église de France, et je me mis aussitôt à l’œuvre. Je prenais des notes, je faisais des plans. Je n’avais pas l’intention de publier plus tard le résultat de mes études ; je ne me serais jamais flatté alors de pouvoir devenir un auteur ! Je ne travaillais que pour ma satisfaction personnelle8.

6Pour se documenter, Guettée se rend deux fois par semaine à Blois, où il exploite les ressources de la bibliothèque municipale. Son travail ne tarde pas à le faire remarquer de Marie-Auguste Fabre des Essarts (1795-1850), le tout-puissant vicaire général de Philippe-François de Sausin (1756-1844), évêque de Blois depuis 1823. À la requête de son nouveau protecteur, Guettée accepte de renoncer à passer le baccalauréat et de se consacrer à l’écriture de son Histoire de l’Église de France. Il est aussitôt nommé à la cure de Saint-Denis-sur-Loire, d’où il peut facilement se rendre en bibliothèque. Après la mort de Mgr de Sausin en 1844, Mgr Fabre des Essarts lui succède à la tête de l’évêché de Blois. En 1847, le prélat obtient de Guettée qu’il lui communique le manuscrit de son premier volume. Sur la foi des rapports élogieux qui lui en sont faits, Mgr Fabre des Essarts ordonne que l’ouvrage soit aussitôt imprimé : il est édité en 1847 par les frères Mellier à Paris, Félix Jahyer à Blois et les Guyot père et fils à Lyon. Les deux volumes suivants paraissent l’année d’après. Dans une lettre du 15 mars 1848, Guettée dédie le tome iii de son Histoire de l’Église de France à Mgr Fabre des Essarts pour lui témoigner publiquement sa reconnaissance :

  • 9 Guettée à Fabre des Essarts, Saint-Denis-sur-Loire, 15 mars 1848, cité dans René-François Guettée, (...)

Vous êtes le premier, Monseigneur, qui avez connu mon projet d’écrire l’histoire de notre belle Église de France. L’intérêt que vous avez pris aussitôt à mon travail et vos encouragements m’ont soutenu constamment dans la tâche difficile que j’avais entreprise9.

7À quoi Mgr Fabre des Essarts répond le 5 avril 1848 en acceptant volontiers la dédicace ; le prélat n’a pas lu intégralement les pages déjà publiées, mais l’impression qu’elles lui ont faite et les avis favorables qui lui en ont été donnés n’ont suscité chez lui qu’approbation et satisfaction :

  • 10 Fabre des Essarts à Guettée, Blois, 5 avril 1848, cité ibid., t. iii, Paris, 1856, p. iii.

Les pages que j’ai parcourues moi-même dans les trois volumes déjà livrés à l’impression et les divers rapports qui m’en ont été faits par des prêtres recommandables m’ont convaincu du soin consciencieux que vous avez apporté dans vos recherches, de l’exactitude de la doctrine que vous exposez et du bon esprit qui règne dans l’ensemble de votre ouvrage10.

  • 11 Ibid., t. iii, Paris, 1856, p. iv.
  • 12 Ibid., t. iii, Paris, 1856, p. iv.

8L’évêque de Blois encourage vivement Guettée à poursuivre l’écriture de son Histoire de l’Église de France, évoquant les « intentions droites » et l’impartialité de l’auteur, qu’il adjure de toujours se tenir en garde « contre les écarts si funestes de l’exagération et de la nouveauté, devenus néanmoins si communs de nos jours »11. Pour Mgr Fabre des Essarts, « c’est en persistant avec une religieuse exactitude dans cette ligne de conduite que vous accomplirez une œuvre qui, j’aime à le croire, sera utile à la cause de la Religion, contribuera à l’instruction du Clergé et dissipera bien des préjugés contre l’Église de France, si grande et si vénérable à toutes les époques de notre histoire »12. Aux yeux de l’évêque de Blois, il n’y avait manifestement rien dans l’Histoire de l’Église de France qui dût susciter son inquiétude, et la rédaction de l’œuvre devait être promptement poursuivie.

9Il semble que l’auteur ne s’attendait pas à de si enthousiastes manifestations de soutien. Dans ses Souvenirs, Guettée confie s’être soudainement senti dépassé par les événements au moment où, en 1847, Mgr Fabre des Essarts lui a fait savoir que le manuscrit du premier tome de son Histoire de l’Église de France était déjà parti chez l’imprimeur :

  • 13 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 41.

J’avais de l’écrivain qui fait imprimer une si haute idée que je me serais cru ridicule si j’avais aspiré au titre d’auteur ; c’était candide, ingénu, bête, si on veut, mais c’était comme cela […]. Je dus en prendre mon parti. Je devenais auteur malgré moi et par autorité épiscopale13.

  • 14 Ibid., p. 43.
  • 15 Ibid., p. 43.
  • 16 Sur l’affaire Chavin de Malan, voir Charles Racinet, Le Breviarium Romanum sur vélin de Nicolas Jen (...)
  • 17 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 48.

10Seule voix discordante, celle de l’abbé Étienne-Alexis Morisset, qui s’était signalé à l’attention des fidèles en prononçant un éloge particulièrement remarqué de Jeanne d’Arc dans la cathédrale d’Orléans le 8 mai 1829 et qui s’est apparemment offusqué de n’avoir pas été consulté par Mgr Fabre des Essarts sur l’opportunité de publier le premier volume de l’Histoire de l’Église de France. À en croire Guettée, l’abbé Morisset a méchamment déclaré à propos de son ouvrage : « On ne peut y relever d’opinions hérétiques, mais on pourrait résumer la doctrine en cinq propositions hérétiques, comme on l’a fait pour le livre de Jansénius, et le condamner de la même manière14. » Sur quoi Guettée commente sobrement : « C’était superbe, aussi toutes les oies de la cour épiscopale se mirent-elles à piailler et à exalter la profondeur du puits scientifique qui s’appelait Morisset15. » Sur les remontrances de l’abbé Morisset, Mgr Fabre des Essarts refuse que figure son approbation sur les deux premiers volumes de l’œuvre de Guettée ; pour le troisième, il accepte quand même que soit imprimée, au début du livre, sa lettre du 5 avril 1848. Entre-temps, la notoriété de Guettée s’est étendue. Il est contacté par l’abbé François-Émile Chavin de Malan (1814-1856), qui songe à fonder à Paris une grande revue religieuse. Le P. Chavin de Malan est à l’époque réputé pour être l’auteur d’une Histoire de saint François d’Assise (1841), qui lui a valu un bref élogieux du pape Grégoire XVI daté du 24 septembre 1845 et accompagné d’un anneau d’or, d’une Histoire de Dom Mabillon et de la congrégation de Saint-Maur (1843) et d’une Histoire de sainte Catherine de Sienne (1846) qui lui ont assuré une érudite renommée quelque peu ternie après sa mort par un douloureux procès : l’abbé Chavin de Malan avait bénéficié d’un accès libéral aux collections de la Bibliothèque Impériale et de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, au point de pouvoir en sortir des ouvrages qui lui étaient utiles mais qu’il avait apparemment oublié de restituer, et notamment un exemplaire du Breuiarium Romanum imprimé en 1478 par Nicolas Jenson16 ; insoucieux de vérifier les livres qui leur ont été légués, les héritiers du P. Chavin de Malan ont dû affronter la plainte des conservateurs concernés au cours d’un procès retentissant dont les quatre audiences se sont déroulées en décembre 1858 et janvier 1859. Dix ans auparavant, toutefois, la réputation du P. Chavin de Malan était à son zénith, et Guettée ne pouvait qu’être flatté de se voir inviter à collaborer avec l’érudit abbé. Autre marque d’estime, mais quelque peu ambiguë : en 1847, le P. Jean-Marie Prat (1809- 1891), jésuite lyonnais, propose à Guettée de travailler conjointement avec lui à l’achèvement exténuant mais méritoire de l’Histoire de l’Église gallicane (1730-1847), vaste entreprise éditoriale et érudite des pères de la Compagnie de Jésus dont les premiers volumes, rédigés par le savant P. Jacques Longueval (1680-1735), avaient été complétés de ceux des PP. Pierre-Claude Fontenay (1683-1742), Pierre Brumoy (1688-1742) et Guillaume-François Berthier (1704-1782), avant que le P. Prat ne mît seul la dernière main à l’ouvrage en 1847, après le refus de Guettée de s’associer à lui. Dans ses Souvenirs, Guettée relève qu’il ne s’est pas laissé abuser par le procédé du jésuite : « La proposition du P. Prat était un excellent moyen d’arrêter la publication de mon ouvrage17. » Accommodant confrère, Guettée a par ailleurs accepté de supprimer dans le second tirage du premier volume de son Histoire de l’Église de France les quelques notes acerbes où il avait corrigé, à propos de Sidoine Apollinaire, les erreurs de l’Histoire de France publiée en 1839 par Pierre-Sébastien Laurentie (1793-1876), un légitimiste antilibéral acharné qui, ayant une maison de campagne dans le diocèse de Blois, avait profité d’un de ses séjours pour faire part de ses récriminations à l’imprimeur Félix Jahyer. Soudainement admis dans la République des lettres, Guettée est devenu l’objet des attentions d’un milieu où les tensions politiques mettent souvent à mal l’impartialité scientifique. Autour de l’Histoire de l’Église de France commencent à s’établir des réseaux de défenseurs, certes, mais aussi de critiques, et des moins indulgents.

  • 18 Le Correspondant, xxvii/4, 25 novembre 1850, p. 254-256.

11Au moment où ses premiers volumes commencent à être diffusés et à susciter les réactions de leurs lecteurs, l’Histoire de l’Église de France ne semble pas s’être attiré le soupçon d’hétérodoxie – exception faite des inquiétudes jalouses manifestées par le bilieux abbé Morisset. Dans la recension qu’il consacre aux tomes i et ii dans la livraison du 25 novembre 1850 du Correspondant, Georges Darboy (1813-1871) – qui allait plus tard s’illustrer en devenant archevêque de Paris en 1863, avant d’être exécuté en 1871 par la Commune – ne ménage pas ses compliments18. Il relève d’abord que le projet de Guettée est de proposer un ouvrage concurrent de l’Histoire de l’Église gallicane du P. Longueval, et de surcroît accommodé aux exigences historiographiques du xixe siècle :

  • 19 Ibid., p. 255.

Notre contemporain est entré dans le mouvement d’idées qui a surtout préoccupé l’école historique moderne. Il a voulu animer la peinture des faits par le souffle des pensées mêmes d’où ils sont sortis et, tout en retraçant les événements selon l’ordre chronologique, les siècles et les générations, avec leurs habitudes et leurs mœurs, remonter aussi aux lois, aux causes et aux résultats des événements et des faits. De plus, au moyen de notes qu’il sème chemin faisant et de considérations générales qu’il place en tête de chaque époque, il réfute les plus graves erreurs et calomnies des écrivains qui ont maltraité quelques-unes des belles physionomies de notre histoire ecclésiastique19.

12L’abbé Darboy soulignait l’importance qu’il convenait d’accorder aux observations générales par lesquelles Guettée ouvrait systématiquement l’exposé des grandes périodes, gallo-romaine, gallo-franque, féodale, moderne et contemporaine, qui divisaient l’Histoire de l’Église de France : là se trouvaient, à son avis, les passages les plus significatifs de la démonstration déroulée par l’auteur. Pour finir, Georges Darboy affirmait qu’il ne fallait surtout pas craindre d’être troublé par la lecture de l’ouvrage :

  • 20 Ibid., p. 256.

Un grand esprit de modération a présidé au travail de M. Guettée ; sa critique est saine ; il y a du soin dans ses recherches. Cependant on ne trouve dans ce livre aucune vue neuve sur tout ce qui se rattache aux origines de nos églises ou de nos institutions politiques, aucune découverte d’érudition qui accuse un homme familiarisé avec les sources originales et les grandes bibliothèques. Mais ce n’est pas moins un livre qui mérite d’être loué, soit pour le travail qu’il suppose, soit pour le généreux sentiment d’où il émane, soit enfin pour le talent dont il est la preuve. Nous serions heureux que M. Guettée voulût accueillir ces lignes comme une marque de sympathie20.

13Il y avait sans doute des manières plus charitables de signifier une approbation, surtout de la part d’un républicain notoirement gallican, mais le texte prouve que Georges Darboy n’a rien vu, dans l’Histoire de Guettée, qui blessât la pureté de la doctrine catholique ou mît en grave péril la foi des fidèles.

  • 21 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 53.

14Directement concerné par les bouleversements politiques contemporains dont il suit anxieusement le déroulement, Guettée démontre des sentiments républicains après la Révolution de 1848, allant même jusqu’à diriger un périodique, Le Républicain de Loir-et-Cher, destiné à convaincre le clergé blésois de la légitimité du nouveau régime. L’élection à la présidence de la République du prince Napoléon Bonaparte le 10 décembre 1848 l’affecte cruellement : Guettée ne dissimule pas son hostilité à l’égard du « bâtard de la reine Hortense »21. La santé déclinante de Mgr Fabre des Essarts, qui meurt finalement le 20 octobre 1850, amène l’auteur de l’Histoire de l’Église de France à solliciter son affectation dans l’archidiocèse de Paris, à la tête duquel se trouve alors Marie-Dominique-Auguste Sibour (1792-1857), nommé en 1848. Guettée reçoit l’autorisation de quitter Blois le 11 octobre 1850. Arrivé dans la capitale, il est rapidement introduit dans les cercles qui gravitent autour de l’archevêché. Sa notoriété ne lui vaut pas que des amitiés. Dans ses Souvenirs, Guettée rapporte la conversation qu’il a eue, peu de temps après son installation à Paris, avec le cardinal, et éminent théologien, Thomas Gousset (1792-1866), archevêque de Reims. De sa voix « sourde et désagréable », le prélat entame un sermon qui a le don d’irriter Guettée :

  • 22 Ibid., p. 62-63.

Je vous félicite de votre talent, monsieur l’abbé, mais plus vous avez de talent, plus vous êtes dangereux. J’ai lu votre livre et, malgré moi, je me laissais séduire par vos récits. Quel effet doivent-ils donc produire sur ceux qui n’ont pas, comme moi, approfondi les choses ? Je vous reproche de n’être pas toujours dans la bonne voie à l’égard de la sainte Église romaine mère et maîtresse de toutes les autres Églises. (Son Éminence répéta à satiété cette phrase.) Je ne dirai pas que vous ayez commis des erreurs graves, mais il y a chez vous une tendance qui me semble très dangereuse, beaucoup trop de libéralisme. Suivez les bonnes traditions romaines. Voyez les écrivains de L’Univers, comme ils défendent avec science et énergie les doctrines romaines ; mettez-vous avec eux22.

15Il est clair que la référence au journal que Louis Veuillot (1813-1883) avait fondé en 1848 pour être le fer de lance du parti ultramontain et défendre un catholicisme intransigeant ne devait pas plaire à Guettée. Au milieu de l’édifiant sermon du cardinal Gousset survient le fameux abbé Olympe-Philippe Gerbet (1798-1864), qui avait récemment racheté ses anciens errements traditionalistes par une attitude irréprochable depuis qu’il avait abandonné la cause de Félicité de Lamennais (1782-1854) après la publication par le pape Grégoire XVI, le 25 juin 1834, de l’Encyclique Singulari nos, qui condamnait les positions de l’auteur des Paroles d’un croyant (1834). La scène a déplu à Guettée, qui en rend compte dans ses Souvenirs :

  • 23 Ibid., p. 63.

Lorsque l’abbé Gerbet entra, il se jeta à genoux devant le vieux polichinelle [le cardinal Gousset], lui baisa la main, et en reçut une large bénédiction. Tout cela me dégoûta et m’enleva la bonne opinion que j’avais de l’abbé Gerbet ; je ne croyais pas qu’un homme intelligent fût capable de telles bassesses. Je m’inclinai lorsque l’Éminence Polichinelle me présenta à l’abbé Gerbet en disant : Vous voyez, M. l’abbé Gerbet avait quelques petits péchés doctrinaux à se reprocher, mais il a donné de telles preuves de son amour pour la sainte Église romaine, mère et maîtresse de toutes les autres, que nous en faisons un évêque. Imitez-le, mon cher abbé, et bientôt nous aurons un jeune et savant évêque dont nous serons fiers23.

  • 24 Voir Jacques-Olivier Boudon, « Le Saint-Siège et les nominations épiscopales en France au xixe sièc (...)
  • 25 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 63-64.

16Il est vrai qu’en 1850, on songeait déjà à élever Gerbet à la dignité épiscopale, mais la méfiance du nonce apostolique en France a obligé le sulfureux abbé à patienter jusqu’en 1853, date à laquelle il est finalement désigné pour diriger le diocèse de Perpignan24. Aux paroles du cardinal Gousset, Guettée réplique qu’il ne désire pas le titre épiscopal, mais qu’il est prêt à corriger son Histoire de l’Église de France selon les éventuelles prescriptions du prélat. Protestation de docilité qui n’arrête pas le cardinal Gousset : « Son Éminence ajouta : Oh ! Ce n’est pas tel ou tel passage qu’il s’agit de modifier, il faut une révision complète, car c’est l’esprit de l’ouvrage qu’il faut corriger25. » Sans se décourager, Guettée demande à Gousset de lui dresser par écrit la liste des passages de l’Histoire de l’Église de France qu’il souhaite voir amender en promettant évidemment d’en tenir compte lors des futures rééditions de son œuvre. Le cardinal a alors battu en retraite, se rendant compte qu’il n’était pas possible de rien obtenir de son obstiné interlocuteur.

  • 26 Sur les débats français autour de la liturgie au xixe siècle, voir la récente étude de Vincent Peti (...)
  • 27 Sur la presse catholique à la mi-xixe siècle, voir la stimulante présentation de Sylvain Milbach, « (...)
  • 28 Mgr Pallu du Parc à Riancey, Blois, 6 septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre (...)

17Au milieu d’une campagne ultramontaine particulièrement acharnée en faveur de la liturgie romaine26, et alors que les gallicans se mettent en ordre de bataille, le cas de l’abbé Guettée irrite les partisans de l’intransigeantisme. Pour en finir avec la pertinacité de l’auteur de l’Histoire de l’Église de France, le cardinal Gousset recourt à l’assistance de Louis-Théophile Pallu du Parc (1804-1877), qui a succédé en 1850 à Mgr Fabre des Essarts sur le siège épiscopal de Blois. Une tactique est élaborée qui profite des maladresses des frères Guyot, les éditeurs lyonnais de l’Histoire de l’Église de France. L’ouvrage de Guettée avait été publié essentiellement par Jahyer et ses deux beaux-frères à Blois, qui avaient payé l’ensemble des frais d’impression. À Lyon, et aussi à Paris, où ils avaient une succursale, les Guyot se chargeaient de la diffusion. Sous prétexte de lancer le livre, les Guyot demandent à Jahyer de faire imprimer cent mille prospectus qu’ils disent se charger d’expédier ensuite partout en France, les frais d’expédition étant à la charge du Blésois, à qui les Guyot les facturent aussitôt alors qu’ils se gardent bien de diffuser les prospectus et que, par ailleurs, ils refusent de verser aucun droit à Jahyer, puisque, disent-ils, ils n’ont vendu aucun exemplaire de l’Histoire de l’Église de France. Les Guyot finissent par faire une banqueroute frauduleuse, et la maison Jahyer n’en retire évidemment aucun argent. À l’actif des Guyot, un seul geste, mais maladroit : les lyonnais font paraître le 28 août 1851, à l’occasion de la publication du tome vii de l’Histoire de l’Église de France, une annonce publicitaire dans L’Ami de la Religion, périodique libéral27, où ils affirment fièrement que le texte de Guettée a été approuvé par l’évêque de Blois. Le 6 septembre 1851, Mgr Pallu du Parc réagit et adresse à Henri de Riancey (1816-1870), rédacteur de L’Ami de la Religion, une lettre où il dément avoir jamais conféré le sceau de son approbation à l’ouvrage et déclare avoir adressé à Guettée une missive où il lui signale des corrections à faire28. Lettre du 6 septembre 1851 qui est aussitôt reproduite dans L’Univers. Dans ses Souvenirs, Guettée se montre particulièrement méprisant à l’endroit de Mgr Pallu du Parc :

  • 29 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 67.

Cette lettre accusait chez son auteur une outrecuidance peu commune. Quelle preuve avait-il donné de sa capacité, lui qui ne pouvait pas même faire un pauvre petit cours d’Écriture Sainte au séminaire de La Rochelle ? Un professeur au même séminaire que je vis à Paris haussait les épaules en parlant du nouvel évêque de Blois : c’est, disait-il, une nullité absolue, un homme qui n’a ni science, ni intelligence. Il s’imaginait donc que le Saint-Esprit avait tout à coup élu domicile sous sa mitre ? M. Pallu n’était qu’un ignorant mitré29.

18Le 7 septembre 1851, Guettée adresse à L’Ami de la Religion une missive au ton modéré et où il témoigne sa reconnaissance à Mgr Pallu du Parc pour les observations qui lui ont été transmises. De leur côté, les Guyot écrivent au journal pour signifier que dans leur annonce publicitaire, ils n’avaient compté se prévaloir que de la seule approbation de Mgr Fabre des Essarts, et non de celle de son successeur. Après d’aigres échanges, une accalmie semble se dessiner. Le 18 septembre 1851, Mgr Pallu du Parc adresse à Guettée une lettre de conciliation où il se félicite curieusement de l’esprit de soumission démontré par l’auteur de l’Histoire de l’Église de France :

  • 30 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, 18 septembre 1851, ibid., p. 69.

Que la pensée d’une révision de votre livre ne vous effraie pas. Dieu vous donnera les consolations qu’ont goûtées les âmes généreuses dans des sacrifices semblables que l’Église leur demandait, et, pour ma part, je ferai tout ce qui dépendra de moi pour vous faciliter cette œuvre30.

19Mgr Pallu du Parc invitait Guettée à venir le voir à Blois pour qu’ils pussent conférer ensemble et travailler à rendre irréprochable le texte de l’Histoire de l’Église de France. Si le prélat blésois protestait de ses généreuses intentions, il ne cessait pourtant pas de multiplier les critiques à l’encontre de Guettée et dénonçait en cour de Rome le livre de discorde. La réplique romaine n’a pas tardé : le 22 janvier 1852, l’Histoire de l’Église de France est mise à l’Index. Dans une lettre à Guettée du 23 février suivant, Mgr Pallu du Parc avait beau déclarer qu’il n’avait pas prévu le malheur qui venait d’arriver, l’infortuné auteur n’en était pas moins certain de savoir d’où venait le coup qui le frappait.

Les catholiques zélés et l’antiromanisme de Guettée

20Pour que le magistère romain en vînt à juger, si sévèrement et si publiquement, de l’orthodoxie doctrinale du grand livre de Guettée, il avait fallu qu’il fût saisi – la conviction de Guettée est qu’il a été victime de l’animosité de Mgr Pallu du Parc et que les corrections que l’évêque de Blois lui avait réclamées dans la missive de septembre 1851 à laquelle il avait fait allusion dans sa lettre à Henri de Riancey ont été le fondement du décret du 22 janvier 1852. Mgr Pallu du Parc avait commencé par complimenter Guettée :

  • 31 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, ibid., p. 71.

Votre ouvrage, Monsieur l’abbé, est l’œuvre d’un vrai talent pour l’histoire ; il révèle des études, rapides il est vrai, mais variées ; vous avez pu puiser à des sources inconnues aux auteurs estimables de l’Histoire de l’Église gallicane. Vous avez compris l’histoire telle que l’école moderne l’a comprise ; vous en avez fait l’histoire du mouvement intellectuel, du progrès des arts, des phases du sort des peuples. Vous êtes entré dans la voie des études du siècle sur le Moyen Âge, et la couleur locale, que vous avez conservée, est souvent dans votre livre une heureuse idée31.

  • 32 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. ier, Paris-Blois-Lyon, 1847, p. (...)
  • 33 Sur la censure parisienne de novembre 1617, voir Sylvio De Franceschi, « Les théologiens parisiens (...)
  • 34 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vii, Paris, 1856, p. 375.
  • 35 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre ro (...)
  • 36 Denzinger-Schönmetzer, Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et moru (...)

21Guettée, poursuivait l’évêque de Blois, avait signalé les erreurs religieuses des historiens modernes, et en particulier des libéraux ; il s’était plus d’une fois élevé au-dessus des partis. Il n’avait pourtant pas toujours su éviter les écueils d’une doctrine erronée, et aussitôt, le prélat de noter que dans le Coup d’œil général qui ouvre le tome ier de l’Histoire de l’Église de France, Guettée – pour contredire une thèse fameuse de Joseph de Maistre – n’a imprudemment pas hésité à écrire : « Nous ne croyons pas l’Église une monarchie, et nous la croyons autre chose. Beaucoup d’autres seront de notre avis32. » Proposition qui, précise Mgr Pallu du Parc, tombe sous le coup de la censure que la Faculté de théologie de Paris a opposée, le 15 novembre 1617, au De Republica ecclesiastica (1617) de Marc’Antonio De Dominis (1560- 1624)33, archevêque apostat de Spalato qui s’était réfugié en Angleterre sous la protection du roi Jacques Ier et dont la doctrine ecclésiologique était farouchement antiromaine. Au tome vii de son Histoire de l’Église de France, d’autre part, Guettée, lorsqu’il traitait du concile de Bâle (1431- 1449), qui avait fondé le conciliarisme moderne, citait complaisamment un texte des pères conciliaires et en soulignait en italique une expression cruciale : « Le pape est le chef ministériel de l’Église, mais il n’en est pas le souverain absolu34. » La thèse évoquait irrésistiblement les positions adoptées par Edmond Richer (1559-1631) dans son De ecclesiastica et politica potestate liber unus (1611), ouvrage fondateur du richérisme. D’où l’impérieuse recommandation faite à Guettée par Mgr Pallu du Parc : « Vous citez, en la soulignant, l’expression de chef ministériel appliquée au souverain pontife ; elle aurait plutôt besoin d’éclaircissement après l’abus qu’en ont fait les Richéristes et les Jansénistes35. » L’évêque de Blois rappelait d’ailleurs que la Bulle Auctorem fidei du 28 août 1794, qui avait condamné les propositions jansénisantes recelées dans les actes du synode réuni à Pistoia du 18 au 28 septembre 1786 à l’instigation du grand-duc Léopold de Toscane, avait taxé d’hérésie la litigieuse proposition si, en disant que le pontife romain était chef ministériel de l’Église, on voulait signifier qu’il n’avait pas reçu du Christ sa puissance36. Le troisième reproche fait à Guettée par le prélat blésois portait sur la préface du tome vii de l’Histoire de l’Église de France, où l’auteur se justifiait des critiques virulentes que l’on avait formulées à l’encontre de ses interprétations relatives aux institutions de l’Église primitive :

  • 37 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vii, Paris, 1856, p. ii.

On nous a reproché de les donner trop souvent comme point de comparaison avec les institutions des âges postérieurs et de nous être servi pour les caractériser du mot démocratique, par opposition à la qualification de despotique, par lequel nous caractérisons les institutions qui les ont remplacées37.

22Or Mgr Pallu du Parc pensait que Guettée avait plutôt dû protester contre la faveur avec quoi son livre avait été reçu par la Revue des Réformes et du Progrès, périodique hebdomadaire fondé par l’abbé Paul Chantôme (1810-1877), un républicain fouriériste, et dont la première livraison datait du 15 juin 1849. Le 31 août suivant, la Revue des Réformes et du Progrès signalait à l’attention de ses lecteurs les quatre premiers tomes de l’Histoire de l’Église de France :

  • 38 Revue des Réformes et du Progrès, i/12, 31 août 1849, p. 410.

Une chose nous a surtout frappé dans l’ouvrage de M. l’abbé Guettée, c’est la modestie qui relève de beaucoup son érudition. Il n’a point le pédantisme d’un régent qui impose ses idées : il cherche, il étudie avec vous ; son ambition est que votre jugement précède le sien. Il vous a si bien initié aux éléments de la question que vous le devancez dans ses conclusions38.

23L’élogieux recenseur félicitait Guettée pour avoir dissipé nombre d’erreurs, corrigé une cohorte de préjugés historiques et fait justice d’exagérations trop longtemps colportées. Le style clair et concis de l’auteur avait également séduit. Particulièrement appréciés, enfin, les coups d’œil généraux dont Guettée avait systématiquement fait précéder l’exposé des faits pour chacune des grandes périodes qu’il avait distinguées. D’où les compliments décernés à Guettée :

  • 39 Ibid., p. 411.

On n’avait pas encore d’histoire ecclésiastique où les faits fussent envisagés d’une manière aussi philosophique, où l’on eût tenu ainsi compte de tous les progrès. Nous ne doutons pas que l’ouvrage de M. l’abbé Guettée n’opère une véritable révolution dans l’étude de l’histoire de l’Église. Nous ne sommes pas, certes, partisans des écarts de l’école moderne, mais il ne faut pas, par antipathie, dédaigner ce qu’elle peut avoir de bon. M. l’abbé Guettée a profité de ses travaux par amour de vrai progrès, mais avec sagesse et discernement39.

  • 40 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre ro (...)

24Propos qui avaient évidemment eu le don d’irriter Mgr Pallu du Parc en rendant Guettée suspect de collusion avec le parti politique qu’incarnait l’abbé Chantôme, assurément hostile aux tenants du catholicisme ultramontain : « Cela éveilla l’attention sur votre ouvrage et fit craindre pour une parenté d’idées entre votre histoire et le recueil périodique dont je viens de parler40. » De fait, évoquant au tome VI de son Histoire de l’Église de France la doctrine contenue dans le De iurisdictione ecclesiastica de Guillaume Durand de Saint-Pourçain (1270-1334), Guettée en livrait une analyse très engagée :

  • 41 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 442.

La puissance séculière, considérée d’une manière générale et comme principe d’ordre, vient évidemment de Dieu, qui n’a pu établir la société humaine sans y créer un principe de conservation, mais le mode d’institution de cette autorité et son exercice sont évidemment abandonnés par Dieu à la société […]. Ceux qui veulent s’insurger contre ces lois sont des usurpateurs ou des tyrans, rebelles à Dieu aussi bien qu’à la société qui finit par les écraser41.

25Le passage a semblé à Mgr Pallu du Parc une authentique invitation à lutter contre la tyrannie – dans le contexte révolutionnaire de la mi-XIXe siècle, il convenait d’être très prudent :

  • 42 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre ro (...)

Ce ne sont pas sans doute des enseignements d’absolutisme, ni à plus forte raison de despotisme qu’on trouve dans les grands docteurs catholique dont vous vous plaisez à invoquer l’autorité ; mais aussi ils veillent attentivement à sauvegarder le principe de l’ordre et de la paix. Or, Monsieur, vous n’avez pas marché avec la même vigilance dans ces sentiers difficiles où vous avez voulu entrer. On pourrait s’armer, au profit de l’anarchie, de ce qu’il y a d’obscur dans vos paroles, et plusieurs de vos réflexions politiques ne sont pas exemptes de danger42.

  • 43 Sur la réception italienne du gallicanisme au tournant des xviiie et xixe siècles, on se permet de (...)

26Mgr Pallu du Parc relevait enfin, pour l’édification de Guettée, que la question du gallicanisme dominait l’ensemble de son ouvrage. Certes, reconnaissait le prélat, Guettée ne devait pas faire de son Histoire de l’Église de France un livre de théologie, mais il était à regretter qu’il n’eût pas davantage fait son profit des nombreuses études qui avaient été consacrées en Italie depuis un siècle au problème gallican43. Mgr Pallu du Parc mettait également Guettée en garde contre l’abus de critiques à l’encontre du magistère épiscopal :

  • 44 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre ro (...)

Évitez le style amer, le ton chagrin, une sorte d’affectation, involontaire sans doute, à relever les fautes de ceux qui sont chargés du redoutable fardeau de l’autorité, et à ne voir presque jamais que leurs torts44.

27L’évêque de Blois n’avait pas méconnu les indiscutables mérites de l’Histoire de l’Église de France de Guettée, mais il déplorait vivement que son auteur n’ait pas su mettre de côté ses engagements ecclésiologiques et politiques :

  • 45 Ibid., p. 74.

Une théologie pas assez forte pour vous guider dans des études historiques où se présentent des questions si délicates, un esprit trop exclusivement frappé du spectacle de ce qu’il y a de mal et, par là, porté à une sorte d’amertume, voilà les causes, ce me semble, des écarts que je vous indique45.

28Au moment où venait de paraître le tome vii de l’Histoire de l’Église de France, Mgr Pallu du Parc prévenait indirectement Guettée du risque d’une éventuelle proscription de son ouvrage s’il refusait d’en amender les passages les plus discutables.

  • 46 Mgr Parisis à Fornari, Paris, 7 août 1851, acdf [Archivio della Congregazione per la dottrina della (...)

29Le prélat blésois n’était pas le seul à s’inquiéter de l’antiromanisme gallican dont le livre de Guettée était le condamnable véhicule. Les archives romaines de la Congrégation de l’Index conservent une lettre adressée le 7 août 1851 au cardinal Raffaelle Fornari (1787-1854) – naguère nonce apostolique en France et récemment nommé préfet de la Congrégation des Études – par Pierre-Louis Parisis (1795-1866), évêque de Langres46. Mgr Parisis avertissait son correspondant des positions doctrinales périlleuses adoptées par Guettée :

Il se publie en ce moment une Histoire de l’Église de France, composée sur les documents originaux et authentiques, par l’abbé Guettée. Les passages de cette histoire dont j’ai pris connaissance m’ont paru d’une doctrine suspecte et en général peu respectueux pour l’autorité suprême du Saint-Siège.

  • 47 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, ibid., f°66r° : « Feruente dein (...)

30L’évêque de Langres joignait précieusement à son courrier une note relative aux tomes vi et vii de l’ouvrage de Guettée. Dans un court préambule, Mgr Parisis rappelait que Mgr Fabre des Essarts avait imprudemment conféré son approbation aux premiers volumes de l’Histoire de l’Église de France, mais que Guettée avait rapidement levé le masque – à peine émue la récente révolution, l’abbé était tombé dans ses « délires démocratiques et socialistes », allant jusqu’à diriger la rédaction d’un périodique favorable au nouveau régime47. Suivait la liste des passages fautifs que Mgr Parisis avait notés dans le tome VI de l’Histoire de l’Église de France. Ainsi Guettée, évoquant la question des élections épiscopales au XIIe siècle, en profitait-il pour déplorer la perte des usages démocratiques de l’Église primitive, remplacés par les procédures despotiques que favorisait la papauté :

  • 48 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 15.

Depuis plusieurs siècles, les belles institutions ecclésiastiques de l’Église primitive disparaissaient peu à peu. Leur caractère était trop démocratique pour qu’elles pussent subsister pendant la féodalité, qui n’était elle-même que l’absolutisme élevé à sa plus haute puissance […]. Le choix par les chapitres fut le point de transition entre l’élection proprement dite et le choix arbitraire. Dès le douzième siècle, nous voyons la papauté imposer, en certains cas, sa volonté aux chapitres eux-mêmes48.

  • 49 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°66v°- 67r° : « Pri (...)

31Doctrine que Mgr Parisis qualifie d’erronée, d’injurieuse à l’Église, et même d’hæresi proxima49. Au moment de traiter de l’hérésie albigeoise, Guettée avait par ailleurs eu quelques paroles malheureuses pour expliquer le fait que l’Église eût prohibé la lecture de la Bible en langue vulgaire :

  • 50 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 30.

On ne peut pas dire, d’une manière absolue, que les Saintes Écritures fussent suspectes aux chefs de l’Église ; les hérétiques en abusaient incontestablement et les évêques devaient prémunir les fidèles contre leurs fausses interprétations. Mais il est vrai cependant que les prélats devaient être embarrassés pour concilier leurs mœurs trop mondaines et leur amour des richesses avec l’esprit de pauvreté et d’abnégation que recommande Jésus-Christ à toutes les pages de son Évangile50.

  • 51 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°67r° : « Inquirens (...)

32De quoi Guettée concluait que les prélats hostiles aux Albigeois devaient nécessairement désirer que les fidèles n’eussent accès aux Écritures qu’à travers le prisme de commentaires complaisants. Pour Mgr Parisis, il ne faisait aucun doute que la thèse était scandaleuse et « injurieuse à la sainte Église du Christ »51. Sur l’Inquisition, Guettée n’avait pas de sentiments plus recommandables. S’il rappelait que l’historien devait raconter les faits sans passion ni parti pris afin de les rendre intelligibles, il maintenait vertement qu’expliquer ne signifiait pas approuver :

  • 52 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 77.

Il nous semble indigne d’un historien catholique de faire l’apologie d’actes cruels opposés au sentiment chrétien. Le clergé n’a pu s’y laisser entraîner que par l’effet d’une de ces vastes erreurs que l’on voit dominer toute une époque et s’imposer comme vérité à toute une génération. Aujourd’hui que ce nuage est dissipé […], nous apercevons mieux le vice radical des tribunaux d’inquisition, et nous pouvons déplorer avec plus de liberté les exécutions sanglantes qu’ils ont provoquées52.

  • 53 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°67r°- v° : « Ibi e (...)

33Mgr Parisis préfère alors s’en remettre au jugement des cardinaux de l’Index pour savoir si les interprétations historiographiques de Guettée sont, ou non, hérétiques53 – derrière la question, purement oratoire, le prélat laissait clairement entendre son opinion.

34Le catholicisme antiromain accordait traditionnellement une grande importance au problème des rapports entre les deux puissances, et Guettée n’a évidemment pas manqué de le traiter. Mgr Parisis remarque qu’au tome vi de l’Histoire de l’Église de France, il est affirmé que les bénéfices ecclésiastiques, dans la mesure où ils sont des biens temporels, relèvent de l’autorité civile et ne sont pas autre chose que des fiefs du prince – Guettée le déclarait expressément quand il décrivait les dispositions prises par saint Louis en matières bénéficiales :

  • 54 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 166.

On pourrait trouver extraordinaire que saint Louis se soit érigé en législateur de l’Église, mais il faut observer que la matière des bénéfices était mixte et que, s’ils appartenaient au domaine spirituel par les fonctions ecclésiastiques qui y étaient attachées, ils rentraient par leurs biens dans le domaine temporel et étaient de véritables fiefs54.

35Mgr Parisis s’étranglait d’indignation devant l’impudence d’un auteur dont les convictions régalistes éclataient scandaleusement. Il est vrai que Guettée n’avait observé aucune modération. À propos de la Bulle Vnam sanctam fulminée le 18 novembre 1302 par le pape Boniface VIII, qui s’opposait alors au roi de France Philippe IV le Bel, l’Histoire de l’Église de France affirme impavidement :

  • 55 Ibid., t. vi, Paris, 1856, p. 255.

La doctrine développée dans cette bulle est celle des ultramontains mitigés qui admettent le domaine indirect du pape sur tous les pouvoirs temporels, quels qu’ils soient. Ils admettent, en principe, comme les gallicans leurs adversaires, la fusion des deux puissances. Seulement, ils donnent au souverain pontife la supériorité, tandis que les gallicans la donnent au roi sur l’Église particulière de son royaume55.

36Non sans clairvoyance, Guettée dressait un parallèle saisissant entre le gallicanisme et le zélantisme catholique : le premier revendiquait en faveur du pouvoir civil une potestas indirecta in rebus spiritualibus, tandis que le second attribuait à l’autorité ecclésiastique une puissance indirecte in rebus temporalibus. Dans les deux cas, il y avait en effet confusion des deux puissances. Or, pour Guettée, « le principe de la fusion des deux puissances est faux en lui-même et conduit à des conséquences funestes dans l’un et l’autre système » :

  • 56 Ibid., t. vi, Paris, 1856, p. 255.

Le véritable état qui convienne à l’Église de Jésus-Christ, c’est la liberté ; elle ne jouira jamais de cette liberté qu’en s’isolant de toute puissance temporelle ; qu’en brisant toutes ces chaînes dont on l’a chargée sous des apparences d’accord et de bonne harmonie entre l’Église et l’État. Ce n’est qu’en vivant de sa propre vie, qu’en laissant le monde à ceux qui sont du monde, qu’elle pourra dominer la société de toute la hauteur du ciel et y répandre la rosée bienfaisante de ses divines vérités56.

  • 57 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°67v° : « Tanquam p (...)

37Pour Mgr Parisis, le doute n’est pas permis : Guettée condamne pour illégitimes les concordats établis entre les deux puissances ; il taxe aussi d’erreur les conciles et les papes qui, depuis le ive siècle, ont régulièrement loué, désiré et soutenu l’entente entre l’Église et l’État57. En quoi, finalement, Guettée était allé plus loin que l’antiromanisme catholique traditionnel, refusant que s’établît le moindre rapport, fût-ce d’accord, entre les sphères civile et religieuse.

Tenants et aboutissants doctrinaux de la mise à l’Index

38Face aux critiques et aux attaques dont il fait l’objet et dont il pressent que les conséquences risquent d’être graves, Guettée a cherché à se défendre, mais agressivement. Dès le 10 septembre 1851, l’auteur de l’Histoire de l’Église de France rédige une missive à l’intention de Mgr Pallu du Parc – jugée trop brutale par l’entourage de Guettée, elle n’est finalement pas envoyée. L’évêque de Blois y était sévèrement repris :

  • 58 Guettée à Mgr Pallu du Parc, Paris, 10 septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre (...)

Je veux bien croire, Monseigneur, que Votre Grandeur a été profondément touchée de la visite que j’ai essayé de lui faire au séminaire de Saint-Sulpice pendant son séjour à Paris et de l’envoi que je lui ai fait de mon ouvrage. Seulement, j’aurais préféré que vos bons sentiments pour moi se fussent manifestés autrement que par votre lettre à L’Ami de la Religion58.

39Guettée relève ainsi que Mgr Pallu du Parc n’avait pas à se formaliser de l’annonce publicitaire que le périodique avait publiée : son nom n’était pas mentionné, et chacun savait que l’Histoire de l’Église de France avait été approuvée par Mgr Fabre des Essarts, et non par lui. Quant aux prétendues lacunes ou incompétences théologiques de son livre, Guettée récuse la validité du reproche :

  • 59 Ibid., p. 79-80.

Puisque Votre Grandeur a lu mon ouvrage, elle a dû voir que les questions théologiques y sont traitées avec soin et intelligence. Dans l’examen minutieux qu’elle en a fait, elle n’a trouvé qu’un seul reproche à me faire au point de vue doctrinal. Ce seul reproche est-il fondé59 ?

40Aussitôt, Guettée de revenir sur sa fameuse proposition selon laquelle l’Église n’est pas une monarchie. Il accuse Mgr Pallu du Parc d’avoir isolé une phrase de son ouvrage en la coupant du contexte qui, seul, lui conférait son authentique signification. Pour Guettée, contrairement à Joseph de Maistre, à qui il répond explicitement, l’Église ne peut être une monarchie au sens où est monarchique la royauté de France : les propres paroles du Christ viennent à l’appui de sa démonstration. Guettée ajoute perfidement :

  • 60 Ibid., p. 80.

Je me permets de faire remarquer à Votre grandeur que la Sorbonne, très gallicane, n’acceptait pas l’idée monarchique de M. Joseph de Maistre, très fanatique ultramontain. Pour Joseph de Maistre, l’Église est une monarchie absolue. Selon la Sorbonne, le pape est soumis aux canons ; la plus haute autorité dans l’Église est le concile ; le concile peut juger et condamner le pape. D’après la Sorbonne, la monarchie de l’Église ne ressemble donc pas aux autres monarchies ; elle n’est pas celle de Joseph de Maistre. C’est tout ce que j’ai dit, et la censure de la Sorbonne m’est plutôt favorable que contraire60.

41Sur la question de l’Inquisition, Guettée se refusait à être partisan des tortures et des bûchers, et il justifiait sa position en excipant de sa conscience de chrétien. Enfin, touchant la licéité respective des thèses gallicanes et ultramontaines, Guettée rappelait hautement à Mgr Pallu du Parc qu’il s’agissait d’opinions libres :

  • 61 Ibid., p. 82.

Votre Grandeur a le droit d’avoir celles qui lui conviennent, et moi celles que je trouve justes […]. J’ai été historien ; en cette qualité, je me suis prononcé tantôt pour, tantôt contre certaines théories que j’ai appréciées selon les circonstances. La vérité historique doit être le seul but qu’un historien doive se proposer. Je conviens que j’ai été plutôt gallican qu’ultramontain. Pourquoi ? Parce que la vérité historique m’en faisait un devoir61.

42Poursuivant sa diatribe, Guettée signifiait à Mgr Pallu du Parc qu’il n’était en rien obligé d’admettre les doctrines que le prélat, ultramontain, professait sur l’Église et sur la papauté. En particulier, nul catholique n’était tenu d’approuver toujours la conduite des pontifes :

  • 62 Ibid., p. 82.

J’ai le droit de croire, Monseigneur, qu’un pape peut se tromper. Il y a eu des papes débauchés, violents, immondes. Suis-je obligé de m’incliner devant leurs vices lorsque je les rencontre dans l’histoire ? Suis-je obligé de reconnaître aux papes le don de l’infaillibilité ? Non, Monseigneur ; ce don de l’infaillibilité, j’ai le droit de ne le reconnaître ni au pape, ni au siège de Rome. Je le reconnais à l’Église catholique, c’est tout ce que je suis obligé de croire, et Votre Grandeur n’a pas le droit de m’en demander davantage62.

43À l’infortuné évêque de Blois, Guettée faisait remarquer que dans les sept premiers tomes de son Histoire de l’Église de France, il n’avait pu indiquer que peu de choses à reprendre par rapport à la masse des pages rédigées :

  • 63 Ibid., p. 83.

Donnez-moi à examiner, Monseigneur, une simple brochure sur des questions d’histoire ou de théologie, et je prends l’engagement d’y trouver plus de passages répréhensibles que vous n’en avez indiqués dans mes sept volumes. Il me suffira pour cela de m’inspirer du même esprit avec lequel Votre Grandeur a abordé mon ouvrage63.

44À Mgr Pallu du Parc était opposée une vive fin de non-recevoir : Guettée campait inébranlablement sur ses positions antiromaines et refusait de rien changer au texte de son ouvrage.

  • 64 Rapport du P. Kleutgen, acdf, Index, Protocolli 1852-1853, f°57r° : « Cum enim, eiecto rege Ludouic (...)
  • 65 Ibid., f°57v° : « Jamuero quæ in hujus scriptoris doctrina reprehensione digna reperiuntur ad hæc c (...)

45Les ennemis de l’abbé historien ont apparemment su mobiliser suffisamment leurs réseaux pour obtenir, par décret du 22 janvier 1852, la mise à l’Index de l’Histoire de l’Église de France. Conservé dans les archives de la Congrégation de l’Index, le rapport du consulteur, le jésuite allemand Joseph Wilhelm Karl Kleutgen (1811-1883) – un spécialiste de philosophie scolastique en son temps renommé et qui avait été nommé en 1843 professeur d’éloquence sacrée au Collegio Germanico –, est particulièrement disert. Le P. Kleutgen commence par rappeler que les deux premiers tomes de l’Histoire de l’Église de France n’ont suscité aucune réaction de méfiance, au point que Mgr Fabre des Essarts leur a conféré une approbation que Guettée a fait figurer en tête de son troisième volume. Après la chute de Louis-Philippe, poursuit le consulteur, Guettée a manifesté un engagement socialiste notoire, puis, une fois l’ordre rétabli, il a abandonné ses activités journalistiques pour se vouer entièrement à la rédaction de son grand ouvrage, dont cinq tomes supplémentaires ont paru, révélant plus ouvertement encore que les précédents les véritables sentiments de l’auteur64. Le P. Kleutgen ne manque pas de mentionner également la lettre adressée à L’Ami de la Religion par Mgr Pallu du Parc. Que Guettée soit antiromain, le jésuite n’en doute pas. Il soutient que la doctrine ecclésiologique de l’Histoire de l’Église de France peut se résumer en trois points : la constitution et la forme du gouvernement de l’Église primitive étaient très différentes, et naturellement beaucoup plus chrétiennement justifiables, que celles qui ont été mises en place à partir du Moyen Âge et qui perdurent encore au xixe siècle ; en dépouillant les Églises particulières de leurs droits, les papes ont fait du Saint-Siège le centre de la hiérarchie ecclésiale et ont rendu monarchique un établissement qui avait dû rester démocratique ; parce qu’ils ont prétendu dominer les princes temporels, les pontifes romains ont coupablement autorisé une confusion des deux puissances d’où a procédé la déplorable et antichrétienne création de l’Inquisition. Thèses qui, à en croire le P. Kleutgen, tendaient à appliquer à la sphère ecclésiale la détestable doctrine démagogique du libéralisme en politique65. Le Coup d’œil général sur la période féodale qui ouvrait le tome iv de l’Histoire de l’Église de France a tout particulièrement attiré la pieuse attention du P. Kleutgen. Guettée y accusait la papauté d’avoir progressivement usurpé suprême autorité sur la puissance civile :

  • 66 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. iv, Paris, 1856, p. xiii.

Lorsque la papauté plana ainsi au-dessus de l’autorité politique, elle voulut faire considérer comme un droit émanant de son autorité spirituelle le privilège que les circonstances lui avaient conféré et exercer envers tous les États les droits de la suzeraineté66.

  • 67 Ibid., t. iv, p. xiv.
  • 68 Ibid., t. iv, p. xiv.

46Projet théocratique contre la réalisation duquel s’est élevée la France, qui avait alors une monarchie mieux constituée qu’ailleurs en Europe. À la royauté capétienne, précise Guettée, l’Église de France s’est unie « pour sauvegarder l’indépendance politique du royaume contre les essais d’empiétement du siège apostolique »67. Guettée ajoute aussitôt que la France s’est rapidement opposée au centralisme romain : « Ce fut aussi en France que la papauté rencontra le plus d’opposition dans les efforts continuels qu’elle fit pour concentrer en elle le gouvernement direct de toutes les Églises68. » Un peu plus loin, l’auteur de l’Histoire de l’Église de France relève que, pour parvenir à ses fins autoritaires, la papauté a dû attaquer les conciles provinciaux, les formes anciennes des jugements ecclésiastiques et la procédure traditionnelle de l’élection clero et populo des évêques, trois institutions le plus essentielles aux Églises particulières. Aux usurpations romaines, le gallicanisme, dont Guettée fait remonter les origines à l’époque carolingienne, a rapidement et vivement réagi :

  • 69 Ibid., t. iv, p. xv.

Dès le ixe siècle, et au moment où le siège apostolique commença à manifester sa tendance vers la centralisation, Agobard et ensuite Hincmar lui résistèrent avec science et énergie ; depuis eux jusqu’à Gerson tous les grands hommes de l’Église de France marchèrent sur la même ligne et protestèrent contre ce qu’ils regardaient comme un empiétement illégal69.

47La question des élections épiscopales avait donné lieu à de dangereux développements où Guettée, d’après le P. Kleutgen, avait clairement montré ses engagements libéraux. Au tome vi de son Histoire de l’Église de France, Guettée faisait remarquer que dès le xiie siècle, papauté et royauté avaient concurremment cherché à se réserver le choix des évêques :

  • 70 Ibid., t. vi, Paris, 1856, p. 15.

Toujours il y eut, surtout dans l’Église de France, une réaction énergique contre le despotisme en faveur de la vieille législation ecclésiastique ; c’était là le vrai gallicanisme, qu’il ne faut pas confondre avec le gallicanisme moderne, qui n’avait pour but que l’asservissement de l’Église. Un abîme les sépare l’un de l’autre, puisque le premier combattait pour les institutions libérales, tandis que le second déifiait le despotisme et étendait son domaine jusque sur les consciences70.

48Le rapport du P. Kleutgen était manifestement destiné à produire la plus critique impression dans l’esprit des censeurs romains et à entraîner la proscription inconditionnelle de l’ouvrage de discorde.

49Le zélé jésuite a quand même fait minutieusement son travail, et il n’a pas oublié de mentionner les justifications que Guettée avait introduites au début du tome vii de l’Histoire de l’Église de France. Concernant la question des institutions primitives de l’Église, Guettée défend l’orthodoxie catholique de ses positions ecclésiologiques :

  • 71 Ibid., t. vii, Paris, 1856, p. ii.

Il faut, nous dit-on, tenir compte des circonstances, des différences de temps. – Nous ne le nions pas, c’est même pour cela que nous avons pris soin d’indiquer, autant que les faits nous en ont fourni l’occasion, la manière dont l’Église avait été amenée à modifier ses institutions. Mais en exposant la raison de ces modifications, rien ne s’oppose, ce nous semble, à ce que nous trouvions les institutions modernes moins bonnes que les anciennes71.

  • 72 Ibid., t. vii, p. ii.
  • 73 Ibid., t. vii, p. vii.

50Que les gallicans ou, plus tard, les jansénistes aient abusé d’une méthode qui mettait en valeur la pureté de la primitive Église pour mieux dénoncer les excès qui avaient corrompu l’Église moderne, Guettée ne le nie assurément pas, mais « de ce qu’on a abusé d’une opinion, il ne s’en suit point qu’elle ne soit pas juste lorsqu’on en fait un usage raisonnable »72. Touchant le problème de son gallicanisme, Guettée tient à éclaircir sa position et relève qu’il y a depuis longtemps un étrange malentendu entre gallicans et ultramontains. Il rappelle qu’à un illustre prélat, sans doute le cardinal Gousset, qui lui reprochait de favoriser un gallicanisme parlementaire, il a répondu immédiatement que « l’essence du gallicanisme parlementaire était d’attribuer à la puissance temporelle le droit de s’immiscer dans les choses spirituelles »73 – or, dès le début de l’Histoire de l’Église de France, il avait sincèrement et explicitement protesté de son indéfectible attachement à la liberté de l’Église :

  • 74 Ibid., t. vii, p. vii.

Mais, vous êtes trop partisan de cette liberté, nous fut-il répondu. Nous n’avons encore pu comprendre comment nous pouvions être en même temps partisan exagéré de la liberté de l’Église à l’égard du pouvoir temporel et gallican parlementaire74.

  • 75 Rapport du P. Kleutgen, loc. cit., f°63r°-v° : « Quoniam auctor ad hæc […] nihil respondit, satis m (...)

51Protestations d’orthodoxe doctrine qui n’ont pu apaiser les scrupules inquiets du P. Kleutgen. À la fin de son rapport, le jésuite appelle les censeurs de l’Index à proscrire d’urgence un ouvrage dont les thèses sont dépravées, pernicieuses et condamnables75. Les adversaires de l’audacieux abbé étaient parvenus à leurs fins et avaient convaincu le magistère romain qu’il lui fallait intervenir pour arrêter le cours d’une scandaleuse publication.

  • 76 André-Vincent Delacouture, Observations sur un décret de la Congrégation de l’Index du 27 septembre (...)
  • 77 Sur la condamnation du Dictionnaire de Bouillet, voir Bruno Neveu, « Les mésaventures d’un ouvrage (...)

52Occupé à prendre soin des malades du choléra, dont une terrible épidémie sévissait alors, Guettée a appris avec retard, le 17 février 1852 seulement, que son Histoire de l’Église de France avait été mise à l’Index. L’abbé s’est aussitôt rendu à l’archevêché de Paris, où il a été reçu par Mgr Sibour, à qui il apprend la nouvelle. Très contrarié, le prélat conseille incontinent à Guettée de se défendre contre le décret de l’Index et ses accusations et, par ailleurs, d’écrire contre l’illustre congrégation romaine pour prouver qu’elle n’a strictement aucune autorité en France – Mgr Sibour va même jusqu’à suggérer à Guettée de s’entendre avec les abbés, et gallicans signalés, Charles-Frédéric Châtenay (1798-1857), Jean-Henri-Romain Prompsault (1798-1858) et André-Vincent Delacouture (1799-1868), qui est en train de rédiger ses Observations sur un décret de l’Index (1852) pour mettre en cause la validité de la proscription, le 27 septembre 1851, du Manuale compendium iuris canonici ad usum seminariorum accommodatum (1839-1841) de Jean-François-Marie Lequeux (1800-1866), vicaire général de Paris76. Auprès de l’abbé Delacouture, Guettée ne trouve qu’un accueil assez froid : ulcéré par la procédure en cours contre le Dictionnaire universel d’histoire et de géographie (1842) de Marie-Nicolas Bouillet (1798-1864), qu’il avait lui-même approuvé dix ans auparavant77, l’abbé Delacouture travaille certes à son ouvrage en faveur de Lequeux, mais il estime avoir suffisamment assouvi par là sa soif de vindicte antiromaine. Pour sa part, l’abbé Châtenay met en garde Guettée contre la versatilité de Mgr Sibour et lui déconseille d’écrire contre l’Index. Quant à l’abbé Prompsault, il promet son soutien à Guettée mais ne peut que réitérer les prudentes recommandations déjà faites par l’abbé Châtenay. Finalement, Guettée décide de réagir. Le 27 février 1852, il adresse une demande d’explications circonstanciée au nonce apostolique, Mgr Antonio Garibaldi (1797-1853). Après avoir regretté que la nonciature de France n’ait pas été chargée de lui donner communication du décret de mise à l’Index de l’Histoire de l’Église de France, Guettée signifie son très vif étonnement :

  • 78 Guettée à Mgr Garibaldi, Paris, 27 février 1852, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romai (...)

Je suis certain que dans les sept volumes de mon ouvrage qui sont publiés, je n’ai avancé aucune proposition qui ne puisse être interprétée d’une manière orthodoxe. Il est possible que dans un travail aussi considérable que le mien, plusieurs passages soient susceptibles d’un sens peu conforme à la saine doctrine ; il n’est aucun ouvrage, quelque peu étendu qu’il soit, qui ne puisse prêter à de fausses interprétations, surtout si, en l’examinant, on ne cherche pas à se pénétrer du sens de l’auteur78.

53Guettée achevait sa lettre en réclamant instamment que lui fût donnée copie du rapport du consulteur d’après lequel la Congrégation de l’Index avait rendu sa décision. Constatant que la nonciature ne lui oppose que dilation et réponses vagues, Guettée s’adresse ensuite directement au cardinal Giacomo Luigi Brignole (1797-1853), préfet de l’Index, dans une lettre du 31 mars 1852 – dont l’original se trouve dans les archives de la Congrégation – où il proteste de l’honnêteté de ses intentions :

  • 79 Guettée au cardinal Brignole, Paris, 31 mars 1852, acdf, Index, Protocolli 1852- 1853, f°63 (bis) r (...)

Prêtre dévoué à l’Église catholique, j’ai dû être profondément affligé, Monseigneur, en me voyant classé, sans avertissement préalable, par une Congrégation romaine, parmi les écrivains dont les fidèles doivent au moins suspecter l’orthodoxie79.

  • 80 Mgr Gousset à Guettée, Reims, 30 mai 1852, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. (...)

54Guettée priait le cardinal Brignole de bien vouloir lui faire transmettre le rapport qui avait été fait à l’Index sur son Histoire de l’Église de France. Il semble que le cardinal préfet ait été gêné par la démarche de Guettée. Toujours est-il que Mgr Garibaldi fait finalement savoir à Guettée qu’il n’est pas dans l’usage de la Congrégation de l’Index de communiquer aux auteurs les griefs qu’elle a retenus à l’encontre des livres condamnés et qu’il lui est vivement conseillé de s’adresser à des prélats français pour tenir compte ensuite de leurs recommandations. Docile, Guettée soumet son cas à Mgr Parisis, depuis peu évêque d’Arras, à Louis-François-Désiré-Édouard Pie (1815-1880), un ardent ultramontain alors évêque de Poitiers, au cardinal Gousset et à Mgr Pallu du Parc, tous quatre évidemment hostiles à son Histoire de l’Église de France. Le premier n’a même pas répondu à la missive qui lui avait été envoyée. Le 30 mai 1852, le cardinal Gousset informe Guettée qu’il est prêt à examiner de nouveau l’Histoire de l’Église de France pour repérer les corrections qu’il juge opportunes, mais à deux conditions : Guettée doit faire publiquement savoir qu’il se soumet au décret de l’Index, et il doit promettre par avance de consentir à ce que la liste des rectifications suggérées par le cardinal Gousset soit soumise directement à la Congrégation de l’Index80. À quoi Guettée a répondu que Mgr Gousset voulait lui imposer des exigences que ne réclamaient pas les censeurs romains. Pour sa part, Mgr Pie fait état de vives réticences dans une lettre du 5 juin 1852 et renvoie Guettée aux observations qui lui ont déjà été faites par son collègue blésois. L’évêque de Poitiers ajoutait perfidement :

  • 81 Mgr Pie à Guettée, Poitiers, 5 juin 1852, dans Wladimir Guettée, op. cit.., p. 99.

Vous me parlez, Monsieur de vos amis qui ne vous font que des éloges, et vous désignez, sous le nom d’adversaires et d’ennemis, ceux qui ne les imitent pas. Il est déplorable, Monsieur, que l’on ne puisse prendre rang parmi vos amis qu’en louant sans restriction un ouvrage blâmé d’abord par l’Ordinaire, et mis ensuite à l’Index par le Saint-Siège81.

  • 82 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, 12 juin 1852, dans Wladimir Guettée, op. cit.., p. 103-104.
  • 83 Wladimir Guettée, op. cit., p. 103-109.

55Quant à Mgr Pallu du Parc, il répond à Guettée le 12 juin en se bornant à lui conseiller de tenir enfin compte de ses précédentes observations82. Entre-temps, l’étau s’était resserré autour de Guettée. Avec une docilité d’autant plus aisée qu’elle ne leur coûtait rien, les Guyot s’étaient soumis au décret de proscription de l’Histoire de l’Église de France en déclarant retirer de la vente un livre dont ils s’étaient par ailleurs ingéniés à empêcher la diffusion. La récompense n’avait pas tardé. Le 1er mai 1852, Mgr Garibaldi leur adressait, de la part du pape, une médaille en or à l’effigie pontificale, accompagnée d’une lettre explicative que L’Univers se hâtait de reproduire. Commentaire acéré de Guettée dans ses Souvenirs : « Les Guyot mirent l’image de la médaille sur leur catalogue ; le Saint-Père devint ainsi courtier de librairie et passa à l’état de réclame. C’était tout ce qu’il méritait83. » À bout d’expédients, Guettée écrit de nouveau au cardinal Brignole le 15 juillet 1852 pour lui faire savoir que les prélats qu’il a consultés ont refusé de lui transmettre leurs suggestions – l’abbé suppliait le préfet de l’Index de lui communiquer enfin le rapport du P. Kleutgen :

  • 84 Guettée au cardinal Brignole, Paris, 15 juillet 1852, dans René-François Guettée, Histoire de l’Égl (...)

Le décret de la S. Congrégation de l’Index a brisé mon avenir, il m’a blessé gravement dans mes plus légitimes intérêts ; il m’a fait un mal irréparable ; mais tout cela n’est rien à mes yeux, en comparaison de cet état de suspicion où il a mis mon orthodoxie. La Congrégation de l’Index ne peut donc pas trouver mauvais que j’insiste aussi vivement auprès d’elle pour connaître ses griefs84.

56Si antiromain qu’il fût, Guettée n’en persistait pas moins à vouloir se justifier aux yeux du magistère et à espérer de sa part l’absolution de fautes qu’il tenait pour imaginaires.

57Sans attendre davantage des censeurs romains qu’ils lui fissent tenir la liste des erreurs qu’ils souhaitaient voir corriger, Guettée a fait parvenir au cardinal Brignole un mémoire justificatif où il tente d’anéantir la légitimité des critiques formées contre lui par Mgr Pallu du Parc. L’abbé revient d’abord sur sa fameuse thèse selon laquelle l’Église n’est pas une monarchie :

  • 85 Réponse à quelques observations faites à l’auteur. Extrait du Mémoire adressé par M. l’abbé Guettée (...)

Le sens de ma proposition n’a rien qui ressemble à celui de Marc-Antoine De Dominis. Cet hérétique voulait, en combattant le mot monarchie, enlever au pape sa primauté d’honneur et de juridiction […]. Mais, à l’endroit de mon ouvrage qui est indiqué, je dis seulement que l’Église n’est pas une monarchie dans le sens politique que l’on attache à ce mot85.

  • 86 Ibid., p. xi.

58Touchant la question de savoir si l’on pouvait dire du souverain pontife qu’il était chef ministériel de l’Église, Guettée relève que l’expression est utilisée par les pères du concile de Bâle ; il admet que le mot, pris isolément, a besoin d’être mieux défini, « mais ceux qui lisent avec attention tout le passage où se trouvent les mots incriminés n’en ont pas besoin, ils les comprennent sans difficulté »86. Guettée ajoute qu’il ne voit pas pourquoi il avait dû protester contre la recension que la Revue des Réformes et du Progrès avait consacrée à son ouvrage : les extraits que la revue de l’abbé Chantôme avait rapportés étaient parfaitement exacts. Quant à s’abstenir, au nom de l’impartialité de l’historien, de jugements négatifs à l’égard de personnages du passé, Guettée récuse le bien-fondé de la demande :

  • 87 Ibid., p. xiii.

Lorsque des hommes revêtus d’une certaine dignité ont abusé de l’autorité qui y était attachée, le devoir de l’historien est de juger l’homme avec la sévérité convenable, dans l’intérêt même de la dignité dont il a été revêtu ; car, pour que la dignité et l’autorité soient respectées, il faut soigneusement les distinguer des abus qu’en ont faits des hommes orgueilleux87.

59Autrement dit, il y a, pour Guettée, une nécessaire dimension militante de l’historiographie ecclésiastique : l’historien doit guider l’Église sur la voie d’une réforme indéfiniment reportée et pourtant indispensable pour qu’elle accomplisse sa destinée évangélique.

  • 88 Ibid., p. ix.
  • 89 Guettée au cardinal D’Andrea, Paris, 25 novembre 1853, acdf, Index, Protocolli 1852-1853, f°70v°.
  • 90 Ibid., f°70v°.

60Si la voie de la rupture paraissait inexorablement devoir être empruntée, il faut quand même reconnaître à Guettée le mérite de quelques gestes en direction de Rome. Le 15 mars 1853, l’abbé souscrivait une déclaration qui figure au début du tome viii de son Histoire de l’Église de France : « Je déclare, dans toute la sincérité de mon âme, que je désavoue tout ce qui, dans mon ouvrage, ne serait pas conforme à la doctrine de l’Église88. » Le 25 novembre suivant, enfin, Guettée adresse au cardinal Girolamo D’Andrea (1812-1868), qui a succédé à Mgr Brignole comme préfet de l’Index, une lettre – conservée dans les archives de la Congrégation – où il donne la liste des corrections qu’il projette de faire dans son texte. Si les censeurs romains lui octroient leur approbation, Guettée s’engage formellement à « faire imprimer autant de cartons qu’il sera nécessaire pour rendre mon ouvrage irrépréhensible, à les adresser à tous mes anciens souscripteurs et à ne mettre en vente aucun exemplaire sinon revu et corrigé »89. Dans le cas contraire, poursuit Guettée, « que la Sacrée Congrégation veuille bien me faire connaître les corrections qu’elle jugerait encore nécessaires ou utiles », et « elle trouvera toujours en moi un fils respectueux et soumis de l’Église catholique, Apostolique et Romaine, prêt à rétracter tout ce qu’il aurait écrit de faux ou de téméraire »90. On ne sait ce que les censeurs romains ont en définitive pensé des modifications que Guettée avait envisagées et qui leur ont été soumises le 15 décembre 1853. Touchant la fameuse et litigieuse thèse selon quoi l’Église n’est pas une monarchie, Guettée proposait de gloser sa proposition :

  • 91 Ibid., f°71r°.

Nous ne croyons pas l’Église une monarchie dans le sens qu’attache à ce mot M. de Maistre. Ce philosophe n’entend en effet par ce mot que le despotisme, et il ose confondre avec cet abus du pouvoir l’autorité confiée par Jésus-Christ à son vicaire. Il soutient même que l’infaillibilité n’est autre que le décret du pouvoir souverain qui tient lieu de raison et a force de loi, bon ou mauvais. Admettre une pareille théorie, ce serait introduire le scepticisme dans l’Église91.

  • 92 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. ier, Paris-Blois-Lyon, 1847, p. (...)
  • 93 Guettée au cardinal D’Andrea, Paris, 25 novembre 1853, loc. cit., f°71r° : « Hilaire avait voulu tr (...)

61À quoi s’ajoutaient d’autres corrections de détail, dont celle d’un passage du tome ier où Guettée malmenait quelque peu la sainte mémoire d’Hilaire de Poitiers92 – la nouvelle version avait été sensiblement adoucie93. Plus épineux était le cas de l’utilisation de la notion de chef ministériel de l’Église appliquée au pape. Guettée propose habilement de rajouter à son texte une note de bas de page destinée à couper court à la dispute :

  • 94 Ibid., f°71r°.

Quelques hérétiques ont abusé de ce mot du concile de Bâle pour contester au pape la primauté d’honneur et de juridiction qui est une prérogative inaliénable de son siège. Mais il est facile de voir que le concile de Bâle ne l’emploie que par opposition au titre de chef absolu que réclamaient pour le pape certains théologiens94.

  • 95 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. viii, Paris, 1856, p. vi.

62Ultime concession – dans le Coup d’œil général sur la période moderne qui ouvrait le tome VIII de l’Histoire de l’Église de France, Guettée avait évoqué « les prétentions de la papauté, qui exagérait ses droits »95, et il proposait au préfet de l’Index de rajouter derechef une note de bas de page ainsi conçue :

  • 96 Guettée à D’Andrea, Paris, 25 novembre 1853, loc. cit., f°71r°.

Quand nous parlons des prétentions de la cour de Rome ou quand nous disons qu’elle exagéra ses droits, il faut soigneusement observer que nous n’avons point en vue les droits incontestés des souverains pontifes et que nous ne faisons allusion qu’à certaines prérogatives sur lesquelles les Écoles théologiques ne sont pas d’accord. Si on ne faisait pas cette distinction, on nous attribuerait une doctrine hétérodoxe qui n’a jamais été la nôtre. Du reste, les lecteurs attentifs n’auraient pas eu besoin de cette note pour nous comprendre parfaitement96.

63Pour être insuffisante aux yeux des censeurs de l’Index, la proposition n’en a pas moins été faite, et la responsabilité de la rupture finale est en définitive partagée entre l’auteur et le magistère.

  • 97 Voir Claude Savart, Les catholiques en France au xixe siècle. Le témoignage du livre religieux, Par (...)
  • 98 Mgr Sibour à D’Andrea, Paris, 11 avril 1855, acdf, Index, Atti e documenti 1840- 1866, n° 180.

64Dans un contexte politique français extrêmement tendu et alors que gallicans et ultramontains s’affrontent de manière plus intransigeante que jamais, la proscription de l’Histoire de l’Église de France de l’abbé Guettée est éminemment révélatrice de l’ardeur du sentiment antiromain en France et des craintes qu’il inspire au Saint-Siège. Elle a aussitôt renforcé la polémique naissante autour de la validité des décisions rendues par la Congrégation de l’Index97. Impassible, Guettée poursuit la rédaction et la publication de son grand œuvre – le 12e et dernier volume de l’Histoire de l’Église de France paraît en 1856, alors que depuis 1855, Guettée dirige L’Observateur catholique, une revue qu’il a fondée pour soutenir son nouveau combat, dirigé désormais contre le dogme de l’Immaculée Conception que vient de définir Pie IX, le 8 décembre 1854. Oublieux du soutien qu’il a manifesté à Guettée en 1852, Mgr Sibour s’adresse le 11 avril 1855 au cardinal D’Andrea pour l’informer de la parution récente du tome ix de l’Histoire de l’Église de France : « On me signale ce volume comme plus mauvais encore que les précédents et renfermant des vues et des jugements tout à fait erronés et favorisant le schisme et l’hérésie98. » Le zélé prélat annonce son intention de soumettre le nouveau volume de Guettée au sourcilleux examen d’une commission de théologiens afin de savoir s’il doit retirer à l’auteur ses pouvoirs ecclésiastiques. Mgr Sibour conclut :

Les tendances auxquelles semble céder l’abbé Guettée doivent être plus particulièrement surveillées et réprimées dans ce moment. Il y a ici un petit réveil du jansénisme. Ce livre et d’autres publications en sont les symptômes. Une juste sévérité est devenue nécessaire. Je ne faillirai pas à mon devoir.

65Le diagnostic porté par le prélat était lucide. Renonçant à son appartenance à l’Église romaine, Guettée se convertit finalement à l’orthodoxie russe en 1865, devenant le P. Wladimir Guettée. Dans ses Souvenirs, l’auteur de l’Histoire de l’Église de France rattache directement sa conversion aux travaux historiographiques qu’il a menés et aux persécutions qu’il a dû endurer :

  • 99 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 409.

J’étudiai la papauté, non dans les livres de ses adversaires, mais dans ceux de ses défenseurs […]. Comme ils prétendent que la papauté a pour fondement la tradition catholique, je contrôlai tous les textes des Pères et des conciles qu’ils ont cités. Je trouvai que tous les textes cités par eux étaient faux, tronqués, détournés de leur vrai sens. Je dus en conclure que la papauté n’était qu’une institution basée sur le mensonge99.

66À en croire Guettée, son chemin en direction de l’orthodoxie russe était déjà entamé dès lors qu’il se mettait à écrire comme les anciens gallicans. L’auteur de l’Histoire de l’Église de France ne craint pas de l’affirmer :

  • 100 Ibid., p. 409.

À part deux ou trois questions sur lesquelles elle avait subi l’influence papale, l’Église gallicane s’était énergiquement prononcée en faveur des grands principes qui font la base de l’orthodoxie. Une fois la question de la papauté résolue, j’étais complètement orthodoxe. C’est ainsi que la sotte opposition qui me fut faite me conduisit à l’examen des questions que l’on soulevait contre moi, et que cet examen me conduisit à l’orthodoxie100.

  • 101 Sur l’abbé Michaud, voir l’ouvrage classique et irremplacé de Raoul Dederen, Un réformateur catholi (...)

67Assurément un antiromain révolté, dont la figure fait irrésistiblement penser à celles de Paolo Sarpi et de Marc’Antonio De Dominis, dont les excès doctrinaux avaient fait trembler la papauté au début du xviie siècle, Guettée a poussé jusqu’au bout la logique de convictions ecclésiologiques qu’il s’est forgées en développant son œuvre historiographique. Son legs doctrinal n’est pas mince – Guettée a notamment eu pour disciple l’abbé Eugène Michaud (1839-1917)101, qui a contribué à orienter les Vieux-Catholiques allemands vers un dialogue avec l’orthodoxie russe. Son legs historiographique est moins affirmé : à bien des égards, l’Histoire de l’Église de France est plus un aboutissement qu’un commencement ; elle demeure l’ultime fleuron d’une tradition antiromaine d’histoire ecclésiastique que les gallicans de l’âge posttridentin avaient décisivement fondée.

Notes

1 Voir l’ouvrage classique de Pontien Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du xvie siècle, Gembloux, 1932. Consulter aussi Anthony Grafton, The Footnote. A Curious History, Cambridge (Mass.), 1997, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, trad. française, Paris, 1998.

2 Sur Guettée, voir en premier lieu Patric Ranson, « Guettée ou le retour à l’orthodoxie », dans Wladimir Guettée, De la papauté, éd. Patric Ranson, Lausanne, 1990, p. 7-32. Consulter ensuite Austin Gough, Paris and Rome. The Gallican Church and the Ultramontane Campaign, 1848-1853, Oxford, 1986, Paris et Rome. Les catholiques français et le pape au xixe siècle, trad. française, préf. Michel Lagrée, Paris, 1996, « Les condamnations de Lequeux et Guettée », p. 185-199, et, plus récemment, Thérèse Monthéard, « Le Père Guettée (1816- 1892), témoin de Port-Royal », Port-Royal et la tradition chrétienne d’Orient, Chroniques de Port-Royal, 59, 2009, p. 307-320.

3 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain devenu prêtre orthodoxe, Paris, 1889, p. 7-8.

4 Ibid., p. 8.

5 Ibid., p. 8.

6 Ibid., p. 9-10.

7 Ibid., p. 19.

8 Ibid., p. 38.

9 Guettée à Fabre des Essarts, Saint-Denis-sur-Loire, 15 mars 1848, cité dans René-François Guettée, Histoire de l’Église de France composée sur les documents originaux et authentiques, t. iii, Paris, 1856, p. i.

10 Fabre des Essarts à Guettée, Blois, 5 avril 1848, cité ibid., t. iii, Paris, 1856, p. iii.

11 Ibid., t. iii, Paris, 1856, p. iv.

12 Ibid., t. iii, Paris, 1856, p. iv.

13 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 41.

14 Ibid., p. 43.

15 Ibid., p. 43.

16 Sur l’affaire Chavin de Malan, voir Charles Racinet, Le Breviarium Romanum sur vélin de Nicolas Jenson appartenant à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, 1858.

17 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 48.

18 Le Correspondant, xxvii/4, 25 novembre 1850, p. 254-256.

19 Ibid., p. 255.

20 Ibid., p. 256.

21 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 53.

22 Ibid., p. 62-63.

23 Ibid., p. 63.

24 Voir Jacques-Olivier Boudon, « Le Saint-Siège et les nominations épiscopales en France au xixe siècle à partir des sources romaines », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, cii/1, 1990, p. 111-162 [p. 124-125].

25 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 63-64.

26 Sur les débats français autour de la liturgie au xixe siècle, voir la récente étude de Vincent Petit, Église et Nation. La question liturgique en France au xixe siècle, Rennes, 2010.

27 Sur la presse catholique à la mi-xixe siècle, voir la stimulante présentation de Sylvain Milbach, « Les catholiques libéraux et la presse entre 1831 et 1855 », Le Mouvement social, 2006/2, 215, p. 9-34.

28 Mgr Pallu du Parc à Riancey, Blois, 6 septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 66.

29 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 67.

30 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, 18 septembre 1851, ibid., p. 69.

31 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, ibid., p. 71.

32 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. ier, Paris-Blois-Lyon, 1847, p. xxxiv, n. 1.

33 Sur la censure parisienne de novembre 1617, voir Sylvio De Franceschi, « Les théologiens parisiens face à un antiromanisme catholique extrême au temps du richérisme. La condamnation du De Republica ecclesiastica de Marc’Antonio De Dominis par la Sorbonne (15 décembre 1617) », Chrétiens et sociétés, xvie-xxe siècles. Bulletin du Centre André Latreille (Université Lumière-Lyon 2) et de l’Institut d’Histoire du Christianisme (Université Jean Moulin-Lyon 3), 11, 2004, p. 11-32.

34 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vii, Paris, 1856, p. 375.

35 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 72.

36 Denzinger-Schönmetzer, Enchiridion symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum, 36e éd., Fribourg-en-Brisgau-Rome, 1976, n. 2603, p. 519 : « Insuper, quæ statuit Romanum Pontificem esse caput ministeriale sic explicata ut Romanus Pontifex non a Christo in persona beati Petri, sed ab Ecclesia potestatem ministerii accipiat, qua uelut Petri successor, uerus Christi uicarius ac totius Ecclesiæ caput pollet in uniuersa Ecclesia : – hæretica. »

37 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vii, Paris, 1856, p. ii.

38 Revue des Réformes et du Progrès, i/12, 31 août 1849, p. 410.

39 Ibid., p. 411.

40 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 72.

41 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 442.

42 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 73.

43 Sur la réception italienne du gallicanisme au tournant des xviiie et xixe siècles, on se permet de renvoyer à Sylvio De Franceschi, « L’autorité pontificale face au legs de l’antiromanisme catholique et régaliste des Lumières : réminiscences doctrinales de Bellarmin et de Suárez dans la théologie politique et l’ecclésiologie catholiques de la mi-xviiie siècle à la mi-xixe siècle », Archivum Historiæ Pontificiæ, 38, 2000, p. 119-163, et id., « Les problématiques ecclésiologiques françaises au prisme des lectures italiennes. Gallicanisme et antiromanisme janséniste au temps de la papauté intransigeante (de la mi-xviiie siècle à la mi-xixe siècle) », Les échanges religieux entre l’Italie et la France, 1760-1850. Regards croisés – Scambi religiosi tra Francia e Italia, 1760-1850. Sguardi incrociati, éd. Frédéric Meyer et Sylvain Milbach, Chambéry, 2010, p. 59-78.

44 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 74.

45 Ibid., p. 74.

46 Mgr Parisis à Fornari, Paris, 7 août 1851, acdf [Archivio della Congregazione per la dottrina della fede], Index, Protocolli 1852-1853, f°65r°.

47 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, ibid., f°66r° : « Feruente deinde in Galliis reuolutione nuperrima, in democratorum quos uocant et socialistarum delyria abreptus, D. Guettée, edendo Blesii diario inter pessima conspicuo, ardens adlaborauit. »

48 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 15.

49 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°66v°- 67r° : « Priorem quidem disciplinæ formam democraticam uocat [D. Guettée] et summis laudibus exornat ; posteriorem uero nuncupat despoticam et exitialem fuisse contendit. Quæ doctrina non erronea tantum dicenda uidetur et Ecclesiæ iniuriosa, sed etiam hæresi proxima. »

50 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 30.

51 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°67r° : « Inquirens qua de causa Sacrorum Librorum lectionem et in linguam uernaculam translationem, Albigentium tempore, Ecclesia prohibuerit, non erubescit affirmare hanc in scopum factam fuisse prohibitionem illam ne populi Euangelium legendo animaduerterent quam parum euangelice uiuerent Ecclesiæ pastores. Quæ profecto affirmatio non minus scandalosa est quam in Sanctam Christi Ecclesiam iniuriosa. »

52 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 77.

53 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°67r°- v° : « Ibi enim, de institutione Inquisitionis disserens, affirmat simul et hanc fuisse ipsiusmet Ecclesiæ Catholicæ institutionem, et nihilominus infaustam dicendam esse atque damnandam aberrationem. Vtrum autem hæreseos notam effugere possit qui tam effræni temeritate affirmat Ecclesiam in conciliis etiam œcumenicis errasse, prauam sanciendo disciplinam uniuersalem et sibi falso tribuendo potestatem quam non haberet, uiderint Patres Eminentissimi. »

54 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 166.

55 Ibid., t. vi, Paris, 1856, p. 255.

56 Ibid., t. vi, Paris, 1856, p. 255.

57 Notæ in opus D. Guettée cui titulus Histoire de l’Église de France, loc. cit., f°67v° : « Tanquam prauum in se et necessario nociuum condemnat concordatum omne Ecclesiam inter et potestates sæculares. Vnde sequitur a quarto sæculo usque nunc perpetuo errasse Summos Pontifices et concilia œcumenica a quibus concordia Ecclesiam inter et potestates sæculares constanter laudata fuit et summo zelo promota. »

58 Guettée à Mgr Pallu du Parc, Paris, 10 septembre 1851, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 77.

59 Ibid., p. 79-80.

60 Ibid., p. 80.

61 Ibid., p. 82.

62 Ibid., p. 82.

63 Ibid., p. 83.

64 Rapport du P. Kleutgen, acdf, Index, Protocolli 1852-1853, f°57r° : « Cum enim, eiecto rege Ludouico Philippo, Gallia ciuilibus turbis commoueretur, Guettée, per ephemerides Blœsii editas, demagogorum quos socialistas uocant conatus adiuuare non erubuit. Sed impiorum furore utcumque represso et ordine ciuili restituto, ephemeridibus dimissis, ad ecclesiasticam historiam perficiendam se totum contulit. Prodierunt deinceps quinque posteriora uolumina in lucem in iisque patentius auctoris mens et sensa reuelata sunt. »

65 Ibid., f°57v° : « Jamuero quæ in hujus scriptoris doctrina reprehensione digna reperiuntur ad hæc capita referri posse uidentur : Ecclesiæ constitutionem et regiminis formam primis sæculis longe aliam et meliorem quidem quam inde a Medio Æuo usque ad nostra tempora fuisse ; Papas scilicet, particulares Ecclesias iuribus suis expoliantes, Romanam Sedem totius hierarchiæ centrum effecisse et democraticam formam in monarchiam mutasse, plura scilicet in dies ad se reuocantes, in bona ecclesiastica per totum late orbem sibi altum dominium attribuentes, Episcoporum electionem a clero et populo in principes transferentes aut sibi reseruantes, regulares a iurisdictione Ordinariorum eximentes etc. etc. ; sed etiam in principes et regna temporalia sibi ius arrogasse quo diuina et humana, ecclesiastica et ciuilia misere permixta et confusa sint, et ex hac commixtione natum esse Inquisitionis tribunal, nunquam satis deplorandum et spiritui religionis christianæ prorsus inimicum ; et alia hujusmodi quæ ab illis iactari solent qui demagogicam doctrinam, quam liberalismum uocant, a ciuili Republica in Ecclesiam transferre adlaborant. »

66 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. iv, Paris, 1856, p. xiii.

67 Ibid., t. iv, p. xiv.

68 Ibid., t. iv, p. xiv.

69 Ibid., t. iv, p. xv.

70 Ibid., t. vi, Paris, 1856, p. 15.

71 Ibid., t. vii, Paris, 1856, p. ii.

72 Ibid., t. vii, p. ii.

73 Ibid., t. vii, p. vii.

74 Ibid., t. vii, p. vii.

75 Rapport du P. Kleutgen, loc. cit., f°63r°-v° : « Quoniam auctor ad hæc […] nihil respondit, satis mihi uidetur demonstratum quod initio dixi, nempe prauam et periculosam magnaque ex parte explicite damnatam doctrinam per hoc opus historicum sparsam esse. Ac mea opinione, quam tamen, ea qua decet reuerentia, sapientiorum iudicio prorsus subiicio, liber est huiusmodi quem præ aliis multis prohiberi expediat. »

76 André-Vincent Delacouture, Observations sur un décret de la Congrégation de l’Index du 27 septembre 1851 et sur les doctrines de quelques écrivains, Paris, 1852. Sur la condamnation du Manuale de Lequeux, voir Austin Gough, op. cit., p. 185-194.

77 Sur la condamnation du Dictionnaire de Bouillet, voir Bruno Neveu, « Les mésaventures d’un ouvrage à l’usage de la jeunesse : le Dictionnaire de Bouillet et l’Index romain (1850-1854) », Mélanges offerts à Jean Glénisson, éd. Giuliano Ferretti et Marc Seguin, Jonzac, 2007, p. 155-176. Sur le rôle de l’Index dans les sociétés libérales de la mi-xixe siècle, outre les précieuses perspectives ouvertes par Philippe Boutry, « Papauté et culture au xixe siècle. Magistère, orthodoxie, tradition », Revue d’histoire du xixe siècle, 28, 2004, p. 31-58, voir les études récentes de Maria Iolanda Palazzolo, « Il ruolo dell’Indice nelle società liberali : dibattiti giornalistici e polemiche nella Curia », Littérature et censure au xixe siècle, Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, cxxi/2, 2009, p. 357-380, et ead., La perniciosa lettura. La Chiesa e la libertà di stampa nell’Italia liberale, Rome, 2010.

78 Guettée à Mgr Garibaldi, Paris, 27 février 1852, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 90.

79 Guettée au cardinal Brignole, Paris, 31 mars 1852, acdf, Index, Protocolli 1852- 1853, f°63 (bis) r°.

80 Mgr Gousset à Guettée, Reims, 30 mai 1852, dans Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 101-103.

81 Mgr Pie à Guettée, Poitiers, 5 juin 1852, dans Wladimir Guettée, op. cit.., p. 99.

82 Mgr Pallu du Parc à Guettée, Blois, 12 juin 1852, dans Wladimir Guettée, op. cit.., p. 103-104.

83 Wladimir Guettée, op. cit., p. 103-109.

84 Guettée au cardinal Brignole, Paris, 15 juillet 1852, dans René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. viii, Paris, 1856, p. viii.

85 Réponse à quelques observations faites à l’auteur. Extrait du Mémoire adressé par M. l’abbé Guettée à Son Éminence le cardinal Brignole, préfet de la Congrégation de l’Index, dans René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. viii, Paris, 1856, p. x-xi.

86 Ibid., p. xi.

87 Ibid., p. xiii.

88 Ibid., p. ix.

89 Guettée au cardinal D’Andrea, Paris, 25 novembre 1853, acdf, Index, Protocolli 1852-1853, f°70v°.

90 Ibid., f°70v°.

91 Ibid., f°71r°.

92 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. ier, Paris-Blois-Lyon, 1847, p. 266 : « Hilaire avait voulu traiter la chose sans intrigues, avec franchise et simplicité. C’est là, malheureusement, le moyen de ne réussir jamais. Les hommes élevés au pouvoir et entourés d’intrigants se laissent presque toujours influencer et la raison seule a sur eux bien peu d’empire. »

93 Guettée au cardinal D’Andrea, Paris, 25 novembre 1853, loc. cit., f°71r° : « Hilaire avait voulu traiter la chose sans intrigues, avec franchise et simplicité. Ce n’est pas toujours là malheureusement le plus sûr moyen de réussir. Les hommes élevés au pouvoir et entourés souvent de gens qui ont intérêt à leur cacher la vérité se laissent parfois influencer par eux ; de là vient que la franchise abandonnée a elle-même sur eux trop peu d’empire. »

94 Ibid., f°71r°.

95 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, op. cit., t. viii, Paris, 1856, p. vi.

96 Guettée à D’Andrea, Paris, 25 novembre 1853, loc. cit., f°71r°.

97 Voir Claude Savart, Les catholiques en France au xixe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, 1985, p. 261-267.

98 Mgr Sibour à D’Andrea, Paris, 11 avril 1855, acdf, Index, Atti e documenti 1840- 1866, n° 180.

99 Wladimir Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain, op. cit., p. 409.

100 Ibid., p. 409.

101 Sur l’abbé Michaud, voir l’ouvrage classique et irremplacé de Raoul Dederen, Un réformateur catholique au xixe siècle : Eugène Michaud (1839-1917). Vieux-catholicisme – Œcuménisme, Genève, 1963.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search