Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

Entre romanisme et antiromanisme : l’œuvre historique de Lodovico Antonio Muratori

Paola Vismara

Texte intégral

  • 1 Irena Backus, Historical Method and confessional Identity in the era of the Reformation (1 (...)

1Au début de l’époque moderne, les premières tentatives pour élaborer une historiographie religieuse au sens strict du terme ont recouru aux dispositifs de l’enquête philologique ; les historiens qui s’y sont essayés entendaient, entre autres, créer une histoire confessionnelle. L’histoire était donc, pour les Centuriateurs de Magdebourg comme pour le cardinal Baronius, un instrument important dans le processus de construction des identités confessionnelles : il fallait, pour les uns, démontrer l’infidélité de l’Église de Rome à ses origines, et pour les autres, se réclamer d’une authentique continuité1. L’âge de l’érudition a apporté des changements, mais, au bout du compte, la nature de ce type d’historiographie ne s’est pas complétement transformée. Au contraire, dans les controverses religieuses du XVIIIe siècle, l’histoire a fourni une fois de plus une formidable matière où chacun puisait les arguments en faveur de ses propres thèses sur la religion et sur la politique, et aussi sur les rapports entre religion et politique ; encore une fois, l’histoire était une arme polémique, même si la dynamique des controverses avait changé. L’histoire a été aussi un outil pour créer ou consolider des identités particulières, au niveau local celles d’une ville ou d’une région, par exemple à travers le culte des saints, ou à un niveau idéologique celle, par exemple, d’un mouvement religieux.

  • 2 Je ne pense pas, toutefois, que cette attention puisse toujours s’expliquer par les motifs (...)

2À bien des égards, l’écriture de l’histoire conserve un enjeu très important à l’époque moderne pour les Églises, et pour l’Église catholique tout particulièrement. On n’en veut pour preuve que l’attention portée par les Congrégations du Saint-Office et de l’Index à des ouvrages historiques ou à des textes dans lesquels sont soulevées certaines questions relatives à l’histoire de l’Église2. Pour les censeurs, il s’agissait le plus souvent de contrôler les interprétations de tel ou tel fait ou de la conduite de tel ou tel personnage susceptibles de jeter le discrédit sur l’Église et de mettre en cause ses prérogatives et ses pouvoirs tels qu’ils avaient été définis par l’ecclésiologie juridique de la Contre-Réforme. Préoccupations qui, à suivre les auteurs les plus rigoureux, ne devaient quand même pas amener à déformer ou dissimuler la vérité historique.

  • 3 Archivio della Congregazione per la Dottrina della fede [ACDF], Index, Protocolli V (ser. (...)

3Robert Bellarmin affirmait au sujet de la Vita dei papi écrite par Bartolomeo Platina : « Placet quod censor monet ut uitæ istæ corrigantur. […] Sed nescio an expediat omnia pontificorum istorum uitia, ac si falsa essent, expungere ut censor iudicat. Pleraque enim uera sunt, etsi non omnia3. » En fin de compte, la valeur à accorder à la tradition reste bien présente à l’esprit de ces historiens catholiques qui résistent à l’idée d’un « exclusivisme » de la Bible ou des toutes premières origines chrétiennes. Mais les applications historiographiques étaient en fait souvent difficiles à réaliser pour des raisons culturelles et ecclésiales. En outre, certaines rigidités de la Contre-Réforme et la volonté de l’Église de confirmer le rôle de son autorité désormais centralisée par rapport au pouvoir politique ont provoqué une séparation largement dominante entre histoire sacrée et histoire profane, séparation qui n’est pas seulement « technique », mais qui a aussi des racines plus profondes.

  • 4 Paolo Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », ‘Nunc alia tempora, (...)
  • 5 Selon Muratori, il n’était d’ailleurs pas difficile pour les savants d’obtenir l’autorisat (...)

4Paolo Prodi considère ainsi l’œuvre historique de Carlo Sigonio comme l’exemple exceptionnel d’une histoire à part entière dont la diffusion a été occultée par les censures et par l’esprit même d’une certaine Contre-Réforme, mais qui a su conserver la puissance d’une « incubazione sotterranea », la vertu d’une sorte d’enfouissement d’eaux karstiques refaisant surface au XVIIIe siècle4. En fait, les idées circulaient par l’intermédiaire des manuscrits et des livres même quand ils étaient suspects ou interdits5.

  • 6 Caroli Sigonii Mutinensis Opera omnia edita et inedita, 6 vol., Mediolani, In Aedibus Pala (...)
  • 7 Lettre de Filippo Argelati à Lodovico Antonio Muratori [décembre 1732], Carteggio con Fili (...)

5C’est précisément au début du XVIIIe siècle que Lodovico Antonio Muratori écrit la Vita et participe à l’édition des œuvres de Sigonio6, qui, encore à cette époque, suscitent la répulsion de certains milieux romains en raison des « cose che quest’autore dice contro la Santa Sede »7. On publie aussi les censures qui lui avaient été opposées.

  • 8 Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 227. L’auteur démon (...)
  • 9 « La epistola De Inquisitione farebbe per me, ma temo che si troverà difficoltà a stamparl (...)
  • 10 Voir Giuseppe Orlandi, « L. A. Muratori negli Archivi del Sant’Officio Romano. La censura (...)

6Quel était le poids du contrôle effectué ou susceptible d’être effectué par les Congrégations du Saint-Office et de l’Index, ou tout simplement celui de la crainte d’encourir les censures de l’Inquisition du fait même de son existence ? Selon Françoise Waquet, « il est difficile de souscrire au jugement des contemporains étrangers qui ne voyaient outre-monts qu’esprits ‘liéz’, voire dénaturés par la machine inquisitoriale »8. Mais on trouve parfois les traces d’une crainte de la part des auteurs, crainte qui les poussait à ne pas s’exprimer ouvertement sur certains thèmes. Au sujet de Muratori, on pourrait apporter plusieurs exemples : je me borne ici à rappeler qu’en 1726, il inclinait à refuser de publier un document relatif à l’Inquisition et qui lui avait été proposé par Costantino Grimaldi pour figurer dans les Rerum Italicarum Scriptores9. Mais en même temps, il faut souligner le fait que cet ouvrage ne manque pas de textes ou de passages dirigés contre les papes en tant que souverains, ce qui lui a inévitablement attiré l’attention des censeurs romains10.

  • 11 C’est le cas, par exemple, de Scipione Maffei, exilé par l’Inquisition de Venise.

7L’Inquisition d’État, quand il y en avait une, comme c’était le cas à Venise, et la censure exercée par l’autorité politique avaient des prérogatives comparables à celles des congrégations romaines en matière de contrôle de la production libraire. Parfois, l’autorité civile et l’autorité ecclésiastique se soutenaient mutuellement, mais le plus souvent, elles entraient en conflit11. Muratori choisit ainsi de publier à Milan les Antiquitates italicæ medii æui parce que la Società Palatina y était importante et que l’on y pouvait jouir de la protection impériale, ce qui réduisait le risque d’une intervention romaine.

  • 12 Sur Bacchini, voir Paolo Golinelli, Benedetto Bacchini (1651-1721). L’uomo, lo storico, il (...)
  • 13 Gian Paolo Marchi, « Un confronto ineludibile : Scipione Maffei e Ludovico Antonio Murator (...)
  • 14 Mario Sterzi, « Attorno ad un’operetta del marchese Scipione Maffei messa all’Indice », A (...)

8Parmi les membres de la République des Lettres qui se sont trouvés confrontés d’une manière ou d’une autre à la machine inquisitoriale, on peut mentionner Scipione Maffei et Angelo Maria Querini ; ils avaient été formés à la même école que Muratori, celle de Benedetto Bacchini12. Maffei, « non spaventato, anzi forse stimolato dai pericoli corsi dal Muratori nel corso della lunga e accanita ‘controversia di Comacchio’ », se mit à rédiger une lettre, de valeur extraordinaire, adressée à Domenico Tiepolo et intitulée De fabula equestris ordinis constantiniani. Cet ouvrage « non riuscì a evitare i rigori della congregazione dell’Indice »13, notamment en raison de l’intervention du duc de Parme auprès des Congrégations romaines14. Maffei écrivit à Muratori :

  • 15 Lettre de S. Maffei à L. A. Muratori, 9 avril 1714, dans Scipione Maffei, Epistolario (170 (...)

La proibizione della mia Dissertazione è cosa grandemente notabile. Non si è aperto mai il più bel campo d’illuminare l’Italia sopra la tirannia che Roma vuol usare nelle opinioni in cose che sono interamente al di fuori della sua giurisdizione15.

  • 16 Paolo Golinelli, « Figure, motivi e momenti di storiografia monastica settecentesca », Set (...)

9Les recherches de Querini, d’autre part, portaient sur l’histoire monastique. Son projet de Monasticon consistait à faire un recueil de monographies dont chacune devait être consacrée à un monastère de son ordre, les bénédictins du Mont-Cassin. La première concernait le monastère de Farfa. Mais le volume ne fut jamais publié et les recherches historiques de Querini sur le sujet durent s’arrêter : après la publication de l’index du premier volume dans le Giornale de Letterati d’Italia, le pape Clément XI en personne intervint pour empêcher la poursuite de l’édition : à Rome, on craignait que les documents de Farfa n’apportassent des arguments en faveur des prétentions impériales sur le territoire de Comacchio16.

  • 17 Paolo Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », art. cité, p. 309.
  • 18 Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, 1960, p. 91.

10Déjà, en son temps, Carlo Sigonio avait dû faire face aux critiques romaines : son Historia bononiensis s’opposait, en se fondant sur les données de l’histoire, aux prétentions pontificales sur Carpi17. Dans la vie de Muratori, un épisode présente une grande analogie avec cette querelle : il s’agit de la « controverse de Comacchio », qui concernait une ville et un territoire appartenant aux États pontificaux depuis 1598. Cette même année, les seigneurs d’Este avaient perdu Ferrare et donc Comacchio, dont ils continuèrent à réclamer la possession en tant que fief impérial. La question, qui avait été déjà soulevée au XVIIe siècle, fut à nouveau débattue en 1708, quand les armées impériales, conduites par le prince Eugène de Savoie, occupèrent Comacchio à l’occasion de la guerre de Succession d’Espagne. Le pape Clément XI ne voulut pas céder, et Modène devint tout à coup l’un des points névralgiques du jeu politique que menaient l’Empereur et le souverain pontife18.

  • 19 Domenico Fontanini, Memorie della vita di monsignor Giusto Fontanini arcivescovo di Ancira (...)
  • 20 Le pape confia aussi la charge de soutenir juridiquement les droits du Saint-Siège à Loren (...)
  • 21 Corrado Viola, art. cité, p. 17. Viola nie toutefois que l’on puisse considérer le conflit (...)
  • 22 Osservazioni sopra una lettera intitolata “Il dominio temporale della Sede apostolica sopr (...)
  • 23 Sur la circulation de ce texte, un peu tardive et mystérieuse, voir Corrado Viola, art. ci (...)
  • 24 Piena esposizione de i diritti imperiali ed estensi sopra la città di Comacchio in rispost (...)

11La justification des droits de l’Empire et de la maison d’Este, d’une part, et de ceux du pontife romain, d’autre part, fut confiée, en ce qui concernait les arguments historiques, respectivement à Muratori et à Giusto Fontanini19 et Lorenzo Zacagni20. La controverse est considérée comme « la prima lotta giurisdizionalistica del Settecento italiano »21. Ce fut aussi l’occasion de disputer des rapports entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel et de traiter de la question de la faillibilité du pontife romain dans des matières non strictement dogmatiques. Le premier à descendre dans l’arène fut Fontanini, qui publia en août 1708 Il dominio temporale della Sede Apostolica sopra la città di Comacchio per lo spazio continuato di dieci secoli. La réponse de la Maison d’Este fut très rapide : toujours en 1708 parurent deux textes anonymes dont la paternité revient à Muratori22. En 1709, ce fut de nouveau le tour de Fontanini : la deuxième édition de Il dominio temporale s’était accrue d’une Difesa del medesimo dominio23. On ne mentionne ici que quelques pièces d’un débat assez long et orageux en précisant que l’ouvrage le plus important de Muratori fut la Piena esposizione dei diritti imperiali ed estensi24. Remarquons aussi que la question fut finalement réglée au profit de Rome.

  • 25 Lettre de Muratori à Marmi, 28 novembre 1711, dans Edizione nazionale del carteggio di L. (...)
  • 26 Voir aussi Delle Antichità estensi ed italiane, In Modena, Nella Stamperia Ducale, 1740, p (...)
  • 27 Lettre de Muratori à Marmi, 28 novembre 1711, Carteggi con Mansi... Marmi, op. cit., p. 28 (...)

12Dans une lettre du 28 novembre 1711 à son correspondant Anton Francesco Marmi25, qui était très bien et très vite renseigné par ses amis romains et qui jouait, d’une certaine façon, le rôle de délateur permettant au bibliothécaire du duc de Modène de riposter rapidement, Muratori se plaint des prises de positions de Rome en général : il considère la Curie romaine comme responsable des œuvres publiées par Fontanini et Zaccagni, pamphlets qu’il tient pour diffamatoires26, et il évoque les conséquences graves qui pourraient en découler : « E se gli eretici ed altri se ne scandalezzeranno, chi ne avrà la colpa27 ? »

13Muratori ne ménageait certes pas Rome, mais selon Marmi, qui était en tout cas plus anticurialiste que Muratori, il n’est pas possible de

  • 28 Lettre de Marmi à Muratori, 22 octobre 1720, ibid., p. 342.

chiamare impugnatore della Santa Sede uno che difende i diritti puri temporali del suo principe e non entra in controversie punto di fede, essendo diverso il dominio spirituale dal temporale del papa28.

14En 1712, Uberto Benvoglienti fut emprisonné quelques mois, sans être condamné, par le Saint-Office :

Io fui arrestato il 25 aprile e sono uscito mercoledì 3 di agosto per la Dio grazia e senza essere condannato in alcuna pena, e nel tempo che vi sono stato io ho ricevuto tutte le cortesie possibili e praticabili dalla gentilezza di quei padri

  • 29 Cité par Bruna Talluri, « Il conteso territorio di Comacchio e l’intervento del Sant’Uffiz (...)
  • 30 Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, Carteggi con Bentivoglio... Bertacchin (...)
  • 31 Raffaele Amaturo, « Baruffaldi, Girolamo », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 7, (...)

écrit-il à Vincenzo Coppi le 25 août 171229. Arrestation dont était cause la parution d’un Extrait d’une dissertation italienne touchant la papesse Jeanne et le domaine temporel des papes publié à Amsterdam en 1711 dans la Bibliothèque choisie de Leclerc. Benvoglienti y réfutait les thèses de Fontanini sur le pouvoir temporel des pontifes. Anna Burlini Calapaj a souligné le fait que l’âpreté des discussions historiques et littéraires s’était accompagnée en l’espèce, ce qui était tout à fait inhabituel, de mesures pénales30. Mesures pénales dont Girolamo Baruffaldi fut aussi victime : suspecté d’avoir transmis à Muratori un document qui aurait prouvé les droits des Este, cet ecclésiastique fut exilé de Ferrare pendant une période assez longue, de 1711 à 171331.

  • 32 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », L. A. Muratori storiografo, Flor (...)
  • 33 Gian Francesco Soli Muratori, préface à la Vita, op. cit., p. LXIII.

15Comme l’écrit Bruno Neveu, « le point le plus délicat, s’agissant de l’Italie, c’est la position et le rôle historique qu’on entend reconnaître à la papauté » : « Entre 1708 et 1712, Muratori a mesuré toute l’ampleur de la question et ses implications politiques32. » Muratori ne pouvait manquer d’aborder le problème crucial des modalités historiques selon lesquelles l’État de l’Église s’était formé. Parler de la question de la donation de l’Empereur Constantin comportait évidemment la possibilité de discuter de la politique temporelle des papes, c’est-à-dire leur « politique » au sens strict du terme, non pas leur politique en matières de foi et de doctrine : dans ce contexte, les papes devaient être considérés exclusivement dans leur rôle de souverains, mais le fait n’empêcha pas certains milieux ecclésiastiques de développer méfiance et suspicions à l’égard de Muratori. Il paraît que dans une lettre au marquis de Ormea, Benoît XIV, tout en défendant la cause de Muratori, aurait écrit : « Ma il suo nome è odioso quì in Roma per le Scritture da lui composte nella causa di Comacchio33. » Le pape parlait en termes très explicites :

Gli eccessi o difetti, qualora si truovano ancora in chi siede nella prima Cattedra del Cristianesimo, non sono mali della Cattedra stessa ; e i costumi o le azioni non assai lodevoli d’alcuni pontefici passati non nuociono punto né alla gloria del regnante Sommo Pontefice né al decoro presente della Corte romana.

  • 34 Piena esposizione, chap. XVIII, p. 149 (cité par Sergio Bertelli, Erudizione e storia in L (...)

Et il ajoutait : « Niuno mette in dubbio che anche i romani pontefici sieno suggetti ad errare, fuorché quando trattano di cose della Fede dalla Cattedra34. »

  • 35 Eric Cochrane, « Giovanni Lami e la storia ecclesiastica ai tempi di Benedetto XIV », Arch (...)
  • 36 Eduard Fueter, Storia della storiografia moderna, trad. italienne, Milan-Naples, 1970 (pre (...)

16Muratori et Fontanini, comme Marmi et d’autres membres encore de la République des Lettres, communiant dans une même culture érudite, étaient tous au service de quelque potentat : Fontanini était lié à la Curie romaine, Muratori au duc de Modène, Marmi aux Médicis. Ce qui explique le fait que, bien qu’ils fussent le produit d’une même matrice culturelle, ils se soient quand même retrouvés à s’affronter, dans la mesure où ils étaient chargés de ratifier des prérogatives et de revendiquer des privilèges pour leurs maîtres au moyen de l’histoire35. Dans son ouvrage classique sur l’histoire de l’historiographie, Eduard Fueter a accusé Muratori de s’être rangé du côté des princes et des puissances temporelles36. Mais comme Muratori était historien au service du duc de Modène, il devait soutenir à tout prix son prince contre ses adversaires, même et surtout contre la Curie romaine. Sa position institutionnelle ne pouvait qu’influer sur ses œuvres d’histoire. Il faut pourtant remarquer que Muratori ne se rendit jamais coupable, par le silence ou par la déformation volontaire de la réalité historique, d’une utilisation malhonnête de ses sources.

  • 37 Gian Paolo Marchi, « Un confronto ineludibile : Scipione Maffei e Ludovico Antonio Murator (...)
  • 38 Giosué Carducci, Di Lodovico Antonio Muratori e della sua raccolta di storici italiani dal (...)

17Les prises de positions de Muratori conduisirent Giosué Carducci, poète et homme de lettres du XIXe siècle, à se prononcer clairement en faveur des ouvrages concernant la question de Comacchio. Nettement anticlérical, Carducci éprouvait de la sympathie pour Muratori, sympathie qui « si nutriva anche degli spiriti antipapali che si credevan anticipati nella polemica antiromana a proposito delle pretese curiali sulle paludi di Comacchio »37. Le jugement de Carducci se nourrissait de l’esprit le plus fermé et le plus anticlérical du Risorgimento : Muratori était devenu une sorte d’icône risorgimentale. De l’avis de Carducci, le bibliothécaire du duc de Modène ouvrait, par son œuvre historique, l’avenir de l’Italie en formulant des critiques très dures contre la Curie romaine, son avidité et ses usurpations ; la bataille historique autour de Comacchio était interprétée et instrumentalisée contre le pouvoir temporel des papes et contre la papauté même38.

18Déjà au XVIIIe siècle, la querelle de Comacchio avait attiré l’attention sur Muratori en Italie comme en Europe. Cette polémique fut aussi très importante dans l’itinéraire intellectuel de Muratori : elle fut le déclencheur de ses recherches proprement historiques. Pour mener à bien ses démonstrations, il lui fallait avoir une parfaite connaissance des sources. Le neveu de Muratori, Gian Francesco Soli Muratori, et aussi son premier biographe, écrit à ce propos :

  • 39 Gian Francesco Soli Muratori, Vita, op. cit., p. 78.

[Muratori] fu obbligato ad entrare in una gravissima controversia, che fece grande strepito in Europa, e che portò lui a studi e fatiche quasi incredibili per aver dovuto trattare un vasto argomento, i cui piccioli pezzi eran dispersi e nascosti in quasi innumerabili libri grossi, e in tanti documenti editi ed inediti39.

19À l’occasion de la querelle de Comacchio, Muratori s’engagea dans de nouvelles recherches concernant les aspects juridiques et institutionnels de l’époque médiévale. Il ne renonça pas à l’érudition sacrée, dont il s’était fait une spécialité à l’école de Bacchini, mais aussi des mauristes, et il puisa à pleines mains dans les ouvrages des grands érudits français. Le sujet le conduisit toutefois à apprécier d’une manière particulière les recherches des savants allemands, tel Leibniz, sur les institutions et le droit. Muratori fait ainsi preuve d’une très bonne connaissance de la diplomatique des actes notariés, des bulles etc… Du point de vue de la méthode, le trait le plus saillant est l’application au domaine du droit public d’une institution juridique de droit privé, la prescription : de l’avis de Muratori, les droits de la famille d’Este sur Comacchio se fondaient notamment sur le fait que ses princes avaient dominé la ville – sans contestation – dès le début du XIVe siècle jusqu’à la fin du XVIe siècle en vertu d’une investiture impériale. Cette manière de procéder n’allait pas sans difficultés. Comme il devait en démontrer la légitimité, Muratori le fit en recourant à une bulle du pape Urbain VIII, à quelques décisions de la Rote et aux opinions de juristes illustres, comme Giovanni Battista De Luca, extraordinaire jurisconsulte du XVIIe siècle et dont les œuvres sont encore aujourd’hui une source fondamentale et presque inépuisable pour les historiens. Mais la Piena esposizione est bien plus riche et complexe qu’une simple allégation juridique.

20Dans le Antichità estensi, dont le premier tome est publié en 1717, l’érudition débouche sur l’idée que la philologie est finalement insuffisante pour aboutir à une reconstruction historique complète : il faut aussi s’approprier les acquis de la généalogie, de l’histoire politique et diplomatique et de l’histoire du droit, où l’on constate l’influence de l’école allemande. Muratori se propose en fait de parvenir à une histoire d’ensemble des institutions et de la civilisation. Cet ouvrage est aussi lié à la question de Comacchio, puique Fontanini avait révoqué en doute l’antiquité de la maison d’Este. Du reste, Leibniz, qui avait séjourné à Modène, où il cherchait des documents sur des maisons de la noblesse allemande, avait émis les mêmes doutes.

  • 40 Giuseppe Ricuperati, « Ludovico Antonio Muratori e il Piemonte », dans id., I volti della (...)

21Les généalogies étaient un sujet difficile à aborder tant les réactions des milieux politiques pouvaient être vives. La méfiance des souverains envers l’histoire est attestée en Piémont notamment par le cas de Bernardo Andrea Lama, pourtant historien de cour, et de son Histoire de la maison de Savoye. Muratori suscita aussi l’agacement de la cour savoyarde parce que, dans l’introduction du premier volume des Antichità estensi (1717), il révoquait en doute les origines officielles de la maison de Savoie, qu’il fallait chercher, selon la tradition, dans la lignée d’Othon de Saxe. À la cour de Turin, on voulut donc obtenir une réfutation de Muratori sur le plan de l’histoire et de l’érudition, entreprise savante qui devait se mettre au service du prince et être contrôlée par le pouvoir politique40.

  • 41 Paolo Golinelli, « Benedetto Bacchini e il VI libro della Istoria del monastero di S. Bene (...)
  • 42 Voir aussi Augusto Vasina, « Muratori e la storia regionale. Un esempio : l’area ravennate (...)
  • 43 Paolo Golinelli, Benedetto Bacchini (1651-1721), op. cit., p. 14.

22Bacchini avait payé de l’exil les critiques qu’il avait avancées contre une généalogie des Farnèse faisant remonter leurs origines à Noé41. D’autre part, la publication par ses soins d’un texte aussi difficile que le Liber pontificalis d’Agnello de Ravenne l’exposa au ressentiment de Rome : de graves soupçons pesaient sur une source qui aurait pu se prêter à des revendications d’autonomie antiromaines42. Après avoir subi l’épreuve de la censure, le texte édité parut à Modène en 1708, mais plusieurs ouvrages successifs de Bacchini ne furent pas imprimés ou le furent seulement après sa mort43.

  • 44 Le texte, du 30 juillet 1718, est retranscrit intégralement dans Julien Stricher, Le vœu d (...)
  • 45 Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », Per formare un’is (...)

23En 1718, les Antichità estensi furent anonymement dénoncées à l’Inquisition de Modène mais la dénonciation n’eut pas de conséquences à Rome44. En 1727, Muratori publia une biographie de Lodovico Castelvetro à l’occasion de l’édition des Opere varie critiche de cet auteur suspect du XVIe siècle. Remarquons que la Vita di Castelvetro est considérée comme l’un des ouvrages historiques les plus faibles de Muratori. Les cas de Morone et de Foscarari, victimes innocentes de la rigueur pontificale, y sont présentés de telle sorte que l’on puisse conclure que Castelvetro lui aussi a peut-être été accusé d’hérésie sans fondement et qu’en tout cas, sa fuite ne prouve pas sa culpabilité. Muratori passait sciemment sous silence quelques épisodes de la vie de Castelvetro qui montraient d’évidentes affinités avec l’hérésie45. Cette altération de la réalité historique, qui n’est pas fréquente dans les ouvrages de Muratori, procède probablement d’une certaine partialité : Muratori et Castelvetro ont en effet en commun la profession intellectuelle et la patrie, Modène.

24Les accusations adressées à Muratori portaient pour l’essentiel sur la distinction qu’il faisait entre les domaines du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel et sur la liberté qu’il avait prise de critiquer l’action politique des souverains pontifes. Muratori visait surtout le pape Paul IV, qu’il considérait comme intolérant : « Pontefice di zelo straordinario, ma forse non realmente discreto. » Les jugements très durs portés à l’encontre de Paul IV dans la première rédaction de la biographie poussèrent Filippo Argelati à insister auprès de Muratori, dont il était l’ami, pour obtenir une révision du texte. Il lui transmit notamment des observations faites par le comte Carlo Archinto :

  • 46 Lettre de Argelati à Muratori, 10 avril 1726, dans Carteggio con Filippo Argelati, op. cit (...)

Qui avrà le rifflessioni fatte sopra la vita del Castelvetro e poteva essere persuasa che non si sarebbe alterata cosa alcuna senza il di lei assenso. Ella conosce troppo bene Sua Eccellenza [Carlo Archinto], la quale s’è indotta a fare gl’avertimenti che vedrà, acciò possa stamparsi senza incontrare disgusto alcuno né odiosità46.

  • 47 Lettre de Argelati à Muratori, 8 mai 1726, ibid., p. 236.
  • 48 Dans la lettre du 27 mars les craintes sont évidentes : « La nostra lettura di queste sere (...)
  • 49 Lettre du 24 septembre 1727, p. 288.
  • 50 Ibid., p. 288. En réalité, on trouve sur la page de titre : Milano, nella Stamperia di P. (...)

25Par crainte de la censure, on considéra la possibilité de publier l’ouvrage à Venise47. La solution la plus efficace parut de faire désigner comme censeur un ecclésiastique qui était un intellectuel et un savant, Giuseppe Antonio Sassi, préfet de la Bibliothèque Ambrosienne48. Mais le Père Inquisiteur ne fut pas satisfait ; il ne voulait pas de cette publication, et il se plaignit de l’approbation accordée par Sassi49. L’ouvrage, qui était déjà prêt pour l’impression, fut finalement publié à Milan en 1727, avec la fausse mention de Lyon-Berne et sous un faux nom d’éditeur, Pietro Foppens : « Finalmente si è convenuto che si taglii detta approvazione del sig. Sassi ed il frontispicio, ed in cambio di Milano si dichi Berna50. »

  • 51 Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, passim (...)

26La Vita di Lodovico Castelvetro figure parmi les ouvrages de Muratori qui ont été examinés par les Congrégations romaines de l’Index et du Saint-Office sous le pontificat de Clément XII. Une fois de plus, l’un des adversaires de Muratori fut Giusto Fontanini51. La tâche de rapporter sur l’ouvrage fut confiée à deux consulteurs du Saint-Office, le carme Sebastiani et le bénédictin de la Congrégation du Mont-Cassin Fortunato Tamburini, lui aussi élève de Bacchini et lié à Muratori. De l’avis du cardinal Vincenzo Gotti, un dominicain qui avait exercé pendant longtemps la fonction d’inquisiteur, mais qui se considérait trop isolé pour aider Muratori, le texte ne méritait pas de censure. Pourtant, notait-il, on avait normalement l’habitude de taire certains sujets litigieux dans les ouvrages en langue vulgaire, et la franchise parfois brutale de Muratori pouvait susciter des réactions négatives. Selon le cardinal Gotti,

  • 52 Lettre du dominicain Giandomenico Agnani à Muratori, 28 septembre 1730, dans Edizione nazi (...)

per quanto sia noto di qualche papa l’avere mancato nel fatto, costume o che so io, non vogliono si dica, né che si pubblichi, specialmente poi in lingua volgare, che intesa da tutti fa un brutto effetto nelle persone di corta intelligenza52.

  • 53 ACDF, Sant’Officio, Censura Librorum 1729-32, n. 28, f° non numérotés.
  • 54 Et encore : « Sii certissima che non si prohibirà : il padre reverendissimo Gotti è inteso (...)

27Ce fut en tout cas sur l’instance de Tamburini que l’on parvint à une décision favorable à Muratori53, solution positive prévue par Argelati, qui avait pris « le dovute misure tanto qui che a Roma »54.

  • 55 In Milano, a spese di Giambatista Pasquali, 1751 (3 vol., 6 tomes). L’abrégé fut presque t (...)
  • 56 Dissertazione LXVIII, p. 431-442. Voir Anna Burlini Calapaj, « Le ‘Antiquitates Italicae m (...)
  • 57 Diss. LXVII, p. 412-431.
  • 58 Diss. LXXI, p. 532.

28Rome ne manquait pas de prétextes pour attaquer Muratori, dont plusieurs autres ouvrages étaient susceptibles de provoquer l’irritation de la Curie. Ainsi, pour l’exemple, des Antiquitates italicæ medii æui. L’ouvrage se compose de soixante-quinze dissertations publiées en latin entre 1738 et 1742 ; un abrégé en langue italienne fut publié en 1751 sous le titre de Dissertazioni sopra le antichità italiane55. Muratori y esquisse un tableau de l’histoire d’Italie à partir de la chute de l’empire romain jusqu’au XVIe siècle. On y trouve aussi une fâcheuse dissertation De redemptione peccatorum unde olim locis Dei dicatis multa oblata fuere, et indulgentiarum origine. Remarquons que dans l’édition italienne, l’expression est traduite de manière plus dure : Della Redenzion de’ peccati, per cui molti beni colarono una volta ne’ Sacri Luoghi, e dell’origine delle Sacre Indulgenze56. C’était l’occasion, pour Muratori, de condamner les clercs assoiffés d’argent qui ne manquaient pas au Moyen Âge et dont l’avidité s’était exprimée au détriment des pauvres. Muratori expliquait les raisons pour lesquelles le patrimoine ecclésiastique s’était accru d’une manière démesurée, « né solamente poderi, ma corti, castella e città ». Une autre dissertation était consacrée aux Maniere, colle quali anticamente le Chiese, i Canonici, i Monasteri ed altre Università religiose acquistarono, o si procacciarono, gran copia di ricchezze e comodi terreni57. Ailleurs encore, Muratori soulignait le fait que « tante ricchezze ed alimenti del fasto secolaresco non lieve nocumento recarono alla disciplina e a i costumi de i Vescovi, Abbati e Clero tutto di que’ tempi », et il ajoutait : « Troppo facilmente si caccia l’ambizione, il lusso, la lussuria, e la voglia di una totale libertà, che ora chiamiamo libertinaggio, in chi abbonda di ricchezze »58.

  • 59 Della carità cristiana in quanto essa è amore del prossimo, appresso Gio. Batta Recurti, V (...)
  • 60 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », art. cité, passim.

29Le discours historique tenu par Muratori avait sans doute aussi pour cible une réalité contemporaine : il s’agissait pour l’auteur de rappeler la nécessité d’une moindre soif d’honneurs et d’un meilleur exercice de la charité de la part du clergé59. Il faut remarquer que Muratori, dans ses Dissertazioni, montrait aussi combien était incertaine la nature précise des acquisitions qui avaient permis la constitution de l’État ecclésiastique60.

30Quant aux indulgences, le discours muratorien – et notamment dans sa version italienne – avait là aussi pour toile de fond une appréciation très dure de la réalité ecclésiale du Moyen Âge :

Col tempo i Cherici e Monaci cominciarono a tirare in lor profitto queste Redenzioni, e giunsero a tanto, che alle lor sole Chiese e Monasteri si applicò quasi tutto il frutto delle penitenze, e della pietà de’ fedeli. Tale appunto sarà il principale oggetto di questo argomento, con dimostrare, che tutte le penitenze in fine furono permutate in multe pecuniarie, o di beni stabili, ch’essi ecclesiastici ordinariamente non si lasciavano scappar dalle mani.

  • 61 Dissertazione LXVIII, p. 435-436.

31Muratori parlait des ecclésiastiques comme de gens qui, tout comme les laïcs, étaient sujets aux appétits que leur dictaient leurs intérêts et qui tenaient leurs pénitents pour une source de revenus, agissant comme de véritables usuriers61. Telles étaient, à en croire Muratori, les circonstances historiques dans lesquelles s’était constitué le patrimoine de l’Église :

  • 62 Ibid., p. 438-439.

Da questo fonte adunque principalmente provenne quell’immensa ed incredibil copia di beni stabili che dallo stato de’ secolari passò in quello de gli ecclesiastici [...]. Pensate se il clero, in cui prò cotanto si rivolgevano i canoni suddetti, né conosceva la deformità, prodotta dall’interesse e dall’avidità sua, era mai per dismettere e rigettare quel punto sì lucroso di disciplina62.

32Muratori ne dissimulait pas le fait qu’en dernière analyse, la responsabilité de cette situation devait être attribuée aux évêques et aux papes.

33De même en allait-il du culte et de la dévotion. En exposant de manière très efficace la question des reliques, Muratori dépeignait, et en même temps déplorait, le désir ardent, attesté pendant tout le Moyen Âge, de posséder des corps saints ou des fragments de reliques. À son avis, il fallait chercher la cause de la multiplication des reliques et des excès dévots qui y étaient attachés dans l’absence de rigueur qui caractérisait le culte des saints et dans l’acceptation généreuse de bon nombre de saints inconnus et dont l’existence même était douteuse : le problème se posait encore au XVIIIe siècle, ainsi qu’en témoigne le combat mené par Muratori contre les « fausses dévotions », notamment dans Della regolata divozione de’ cristiani.

  • 63 Bruno Neveu, art. cité, p. 293 (la citation concerne les Annali) ; sur Comacchio, voir ibi (...)

34À partir surtout de la version italienne des Dissertazioni, on voit bien que la recherche historique sur le Moyen Âge fournit à Muratori l’occasion de faire un réquisitoire contre l’avidité et la corruption du clergé, des évêques et des souverains pontifes. À ce propos, Bruno Neveu parlait de « l’éloignement à l’égard de la Ville éternelle, de ses pompes, de son gouvernement politique, de ses ambitions temporelles en Italie » qui dominait la dernière phase de la vie de Muratori et qui s’exprimait précisément dans les Annali d’Italia63.

  • 64 Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 192 et n. ; Marina (...)
  • 65 Annali d’Italia, Dalla Società tipografica de’ classici italiani contrada del Cappuccio, M (...)

35Malgré d’indéniables défauts, il s’agit d’un ouvrage remarquable par sa nouveauté, à tel point que les Annali « encoururent la foudre de ce gardien de l’orthodoxie romaine et baronienne qu’était Gaetano Cenni » : « Cenni, qui rendit compte des Annali dans le Giornale de’ letterati de Rome, n’examina cet ouvrage que du seul point de vue de sa conformité ou non avec les thèses romaines. Chaque fois que Muratori s’était éloigné de l’histoire officielle, il était impitoyablement censuré64. » Dans la conclusion des Annali, Muratori évoque les critiques de Cenni, dont il passe le nom sous silence puisque l’abbé n’avait pas signé son article. Il souligne le caractère malhonnête des censures de Cenni, qu’il accuse de vouloir « che si adulterasse o si bruciasse parte della storia, per levare da gli occhi nostri ogni spauracchio, da lui creduto ‘fatale al Principato Pontificio’ », c’est-à-dire tout ce qui ne correspondait pas aux exigences de Rome : « Sarà da lodar la storia che riferirà tutto quanto è favorevole a Roma, e tacerà tutto quello che ha ombra di suo pregiudizio. Potrà egli formare una storia tale, ma non già io65. » D’autres censures avaient été émises concernant les critiques que Muratori avait adressées à certains papes en s’appuyant sur des sources historiques. Là encore, Muratori défendait la liberté de l’historien et proclamait la nécessité de ne jamais cacher la vérité, ce qui, à son avis, devait profiter à l’Église elle-même.

  • 66 Bruno Neveu, art. cité, p. 288 et suivantes, et passim : « La réserve de Muratori dans ses (...)
  • 67 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 145 et suivantes. Voir la nécrologie faite par Muratori : « (...)
  • 68 Annali d’Italia, vol. XIV : pour l’indulgence de Muratori, p. 448, et la citation, p. 492. (...)
  • 69 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 437. Voir aussi aux pages suivantes, notamment p. 446-448 et (...)
  • 70 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 541 et suivantes.
  • 71 Ibid., vol. XIV, p. 674.
  • 72 Voir, par exemple, pour Pie IV, ibid., vol. XIV, p. 678 et suivantes, et p. 691 ; pour Cha (...)
  • 73 Ibid., vol. XIV, p. 32 et suivantes.

36Bruno Neveu a examiné, à travers une série d’exemples empruntés au Moyen Âge, la propension à une plus grande prudence que Muratori manifesterait dans les Annali d’Italia66. Mais Muratori ne traite pas toujours les souverains pontifes avec clémence. On peut le voir avec l’exemple de quelques papes du XVIe siècle : « I principi d’animo grande si fan gloria di perdonare a i supplicanti nemici ; papa Giulio [II] al contrario parve che si facesse gloria sino di mancar di fede. » La conduite de Jules II était déshonorante, mais le pape restait « inflessibile nelle sue passioni [...], pieno non men di smisurati disegni che di spirito di vendetta ». La narration de ses méfaits politiques est particulièrement détaillée et très documentée67. Au contraire, les faveurs accordées par Paul III à son fils Pier Luigi sont considérées avec une certaine indulgence, bien que le pape y ait perdu à l’occasion « il decoro della sublime sua dignità »68. Muratori attribue une importance exceptionnelle aux actes accomplis par Paul III pour réformer l’Église, à commencer par le dessein de convoquer le concile : « Con sua lode, giacché Leon X non vi pensò, Adriano VI non poté, e Clemente VII non ne trattò mai daddovero69. » Quand Muratori esquisse les traits dominants de la personnalité de Paul III, il n’oublie évidemment pas d’évoquer les problèmes liés à « l’esorbitante suo amore verso del figlio, benché figlio non degno di questo padre », mais il insiste fortement sur sa volonté de réformer l’Église et sur son « zelo cospicuo pel bene della religione e pel decoro della Chiesa »70. Il faut souligner le fait que Muratori considère le concile de Trente comme pierre de touche pour une authentique réforme de l’Église et qui se révélait alors indispensable. « Il presente bell’aspetto della Chiesa di Dio », à son avis, trouve son origine dans l’assemblée tridentine71 et dans la mise en œuvre de ses décisions par des pontifes comme Pie IV et par des évêques comme Charles Borromée72. Même les personnalités de papes antérieurs sont présentées dans cette perspective : c’est le cas, par exemple, de Pie III, dont le pontificat fut éphémère, mais qui avait manifesté l’intention, sous l’influence de son zèle pour la religion, de convoquer un concile pour réformer la discipline ecclésiastique73.

  • 74 Ibid., vol. XIV, p. 600-601. À propos des mesures prises par le souverain pontife contre e (...)
  • 75 Lettre d’Argelati à Muratori, 10 avril 1726, Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., p.  (...)
  • 76 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 600 et p. 603 et suivantes. Sur les persécutions subies par (...)
  • 77 Ibid., vol. XIV, p. 642-644 et p. 647-648 : « La troppa severità rende odiosa la stessa re (...)
  • 78 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 693 et p. 703 et suivantes (à propos de Paul IV, toutefois, (...)

37Au contraire, Muratori porte un jugement très sévère à l’encontre de Paul IV. Ce pape, à son avis, n’a pas su tirer profit de ses vertus, et ses défauts furent tels qu’ils entachèrent sa renommée ; son népotisme, en particulier, se révéla insupportable74. Si, une vingtaine d’années auparavant, Muratori avait été obligé de renoncer à parler du caractère « féroce » de Paul IV75, il ne se priva pas de l’évoquer expressément dans les Annali d’Italia, ce qui montre que la prudence n’était pas forcément le principe inspirateur de son ouvrage. Il affirme que Paul IV, à cause de son « feroce animo », a manifesté une coupable inclination à la rigueur et à un zèle excessif « che faceva tremare i buoni, non che i cattivi ». Attitude qui amena le pape à maltraiter le cardinal Reginald Pole, « lume chiarissimo del sacro collegio, e sì benemerito della Chiesa di Dio », le cardinal Morone et l’évêque Egidio Foscarari : « Se noi desiderassimo di non vedere mai più nella sedia di san Pietro pontefici di simil tempra, si dimanda, se fosse irragionevole o almen tollerabile un sì fatto desiderio76. » Muratori, toutefois, n’est pas aveuglé par des préjugés. Il décrit avec un assez grand nombre de détails les aspects effrayants de l’Inquisition et les dérapages d’un tribunal qui s’est écarté de ses tâches véritables ; en bon historien, il en montre quand même les raisons, c’est-à-dire les craintes malheureusement bien fondées d’une diffusion de l’hérésie en péninsule italienne. Le fait ne permet évidemment pas, selon lui, de légitimer les excès et le gouvernement tyrannique de Paul IV, qui ont contribué à en faire un pape de triste mémoire77. Il n’en est pas allé de même pour Pie V, bien qu’il dût son élection à Paul IV et qu’il fût tenu pour « troppo rigido e severo », mais la situation était assurément délicate, ainsi que le reconnaît Muratori78.

  • 79 Muratori remarque que Benoît XIII n’était pas à même de bien gouverner et exercer son pouv (...)

38La toute dernière partie de l’ouvrage traite de la période qui va de la fin du XVIIe siècle à 1749 (Muratori mourut l’année suivante), donc une époque que l’auteur a vécue personnellement et dont il a parfois suivi les événements de très près. En vertu de quoi les idées et les positions de Muratori auraient dû être plus évidentes. Alors qu’il touche à la fin de sa vie, Muratori poursuit une réflexion désormais très mûre. À son avis, tous les pontifes de son temps, mais certains plus que d’autres, ont été à la hauteur de leur dignité. Les remarques négatives sont rares et nuancées79.

  • 80 Annali d’Italia, vol. XVII, p. 184. Voir, par exemple, pour le conclave de 1670 (qui élit (...)
  • 81 Alain Tallon, « Les conclaves dans l’historiographie de la Contre-Réforme », ‘Nunc alia te (...)

39Des jugements plus durs ne manquent pourtant pas, par exemple à propos des cardinaux réunis en conclave. À la mort de Clément XII en 1740, « nel dì 18 di febbraio si chiusero nel conclave i sacri elettori, e cominciarono i lor maneggi colle consuete discrepanze delle fazioni »80. Thème inépuisable sur lequel on pourrait répéter ce qu’Alain Tallon a écrit à propos des historiens de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle : « On y perçoit une certaine gêne devant la désignation des pontifes en général et les conclaves en particulier. L’élection du souverain pontife n’est pas le moment idéal pour mettre en scène la gloire de la papauté81. » Le propos de Muratori fut d’ailleurs la cible des critiques curialistes. Quant aux reproches de l’un de ses détracteurs, Gaetano Cenni, Muratori observa :

  • 82 Annali d’Italia, vol. XVII, p. 510-511. Sur les critiques de Cenni et la réponse de Murato (...)

[Costui] non vorrebbe ch’io dopo aver lodata la piena libertà del Sacro Collegio, ricuperata già tanti secoli sono, avessi desiderato che cessino le lunghezze de’ conclavi e le private passioni de’ sacri elettori in affare di tanta importanza per la Chiesa di Dio82.

40L’un des critères essentiels à l’aune desquels Muratori juge les pontifes est leur népotisme ou leur antinépotisme. Il défend à ce propos toute sa liberté de jugement. D’Innocent XII, il écrit :

  • 83 Annali d’Italia, vol. XVI, p. 229.

Di consenso ancora, o pure d’ordine di esso santo Padre, fu impiegata la felice penna di Celestino Sfondrati [...] in esporre i mali effetti del nepotismo : il che egli animosamente eseguì, con tessere la serie di tutti que’ papi che non si erano guardati dall’eccessivo e sregolato affetto verso del proprio sangue ; tutte, a mio credere, incontrastabili giustificazioni della libertà che ho giudicato competere anche a me, per non tacere in questi Annali un disordine che mai più da lì innanzi non ha conosciuto né deplorato la Santa Sede83.

41Muratori n’aborde que très rapidement quelques sujets qui le concernent lui-même directement, ainsi de certaines polémiques religieuses et politiques, comme la question de Comacchio. Un autre sujet pratiquement passé sous silence est la bulle Vnigenitus :

  • 84 Ibid., vol. XVI, p. 430. Voir aussi pour l’année suivante, d’une manière tout aussi laconi (...)

Furono queste [cento ed una proposizioni] spedite a Roma dal re ; e dappoiché Sua Santità n’ebbe fatto fare un rigoroso esame, le condannò tutte nel dì 10 di settembre del presente anno [1713] colla famosa bolla Vnigenitus, che poi riuscì un seminario d’incredibili dissensioni, appellazioni ed altri sconcerti nel regno di Francia, intorno a’ quali io rimetto il lettore a’ tanti libri pubblicati per questo emergente84.

  • 85 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », art. cité, p. 296.
  • 86 Par exemple, Riflessioni sopra il buon gusto nello studio delle scienze e dell’arti, per s (...)

42Mais sa modération ne doit pas, à mon avis, être assimilée à une neutralité désengagée ou « à un opportunisme qui ne parvient pas à être une via media »85. Le fait est évident, par exemple, en ce qui concerne les questions de la grâce et du libre arbitre86. Quant à l’histoire, plus généralement, on ne peut que souscrire à l’analyse de Mario Rosa :

  • 87 Mario Rosa, « Rileggendo Muratori tra politica e storia », Politica, vita religiosa, carit (...)

V’è insomma, sotto la trama annalistica, non la stanchezza o l’appagamento dell’autore, giunto soddisfatto alla piena vecchiaia, o la saggezza un po’ scontata di chi può con il distacco dell’età, e talora con serena ironia, come non di rado avviene sotto la penna di Muratori, giudicare di uomini e cose, ma il senso forte di una operosità non attenuata, la presenza di una coscienza civile e religiosa, soprattutto civile, che si misura con gli avvenimenti e che dalle tumultuose vicende della prima metà del ’700 è in grado di ricavare stimoli per un impegno rinnovato87.

43En conclusion des Annali d’Italia (1749), et par là même de son existence, Muratori réfute soigneusement les objections et les critiques de ceux qui l’accusaient d’être au service des princes et du pouvoir politique. Il affirme que le motif de sa recherche a toujours été l’amour de la vérité, amour qu’il ne faut pas craindre puisque les mémoires des siècles passés ne peuvent plus porter préjudice à quiconque. Selon Muratori, aucun prince en possession d’une seigneurie ab immemorabili ne doit craindre l’histoire, même si elle montre, ce qui arrive souvent, l’existence de différentes dominations dans le passé. Principe qui est appliqué à tous les princes, même au pontife romain en tant que souverain. S’il y a des souillures dans le passé de l’Église, il ne faut pas les cacher. Jamais le Christ n’a promis que les papes, chargés de maintenir intact le dépôt de la foi, devaient être eux-mêmes exempts de défauts humains : « Per esser papa non si lascia d’esser uomo. » Si Muratori remarque que les pontifes, « da circa due secoli in qua », du concile de Trente à Benoît XIV, ont été exemplaires dans leur vie et dans leur gouvernement, autrefois, ajoute-t-il, la chaire de saint Pierre a été occupée par des personnages tout différents sans que l’on doive s’en scandaliser :

  • 88 Annali d’Italia, vol. XVII, p. 509 ; voir aussi ibid., p. 503-504. Ce thème, qui revient p (...)

Il Divino nostro Legislatore ha ben promesso, e manterrà, l’infallibilità, la verità de’ Dogmi, e la sussistenza eterna della Chiesa cattolica [...], ma non s’è già impegnato ad esentare i suoi Vicari dalle umane infermità88.

  • 89 Mario Rosa, Riformatori e ribelli nel ’700 religioso italiano, Bari, 1969, en particulier (...)
  • 90 Caroli Sigonii Opera omnia, Mediolani, In Ædibus Palatinis, 1732-1737, vol. III, 1733, p.  (...)
  • 91 Ibid.
  • 92 Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. Falco - Forti, t. I, p. 27. En principe destinée à l (...)

44La volonté de rechercher la vérité historique et de lutter contre les obstacles opposés à la liberté de recherche rapprochent ce savant érudit d’autres représentants italiens de la République des Lettres. Muratori est l’un de ces ecclésiastiques du premier XVIIIe siècle qui sont des intellectuels de renom et qui définissent désormais une historiographie soucieuse de s’assurer des fondements rigoureusement scientifiques89. Il reconnaît à plusieurs reprises les difficultés qui entravent l’écriture de l’histoire. « O rem duram scribere historiam90 ! » : les mots de Carlo Sigonio peuvent parfaitement être utilisés à propos de Muratori, qui affirme, dans la notice biographique qu’il lui a consacrée, que Sigonio aimait la vérité à un tel point que « si eam ulla in re sibi agnoscere uisus fuisset, ab ea nullis machinis, nec præce, nec præmio, illum dimouere potuisses »91. Dans une lettre autobiographique de 1721, adressée à Giovanni Artico, comte de Porcía, et qui évoque sa formation et son itinéraire intellectuel, Muratori écrit : « Non perdonai a fatica, né lasciai alcun mezzo, che potesse condurmi alla luce del vero fra il fiero buio de’ secoli dell’ignoranza92. »

45Et dans le dernier volume des Annali d’Italia, il déclare en 1749 :

  • 93 Annali d’Italia, vol. XIV, Prefazione, p. 4.

Non l’amore, né l’odio, ma un puro desiderio di porgere il vero a’ miei lettori ha, per quanto ho potuto, regolato la mia penna. Se anche questo vero io talora non l’avessi raggiunto, ciò sarà avvenuto per mancanza di migliori notizie, e non già per mala volontà93.

  • 94 Lettre de Maffei à Muratori, 15 janvier 1750 (Maffei, Epistolario, op. cit., t. II, p. 126 (...)
  • 95 La convergence de la théologie et du droit au service du Saint-Siège est illustrée au XVII(...)

46À en croire Maffei, qui écrivait à Muratori peu de temps avant sa mort, « dobbiam consolarsi sulla speranza di capitar finalmente ove non saremo più sottoposti agli errori »94. Chacun à sa manière, les deux hommes avaient défendu à tout prix la liberté de la recherche intellectuelle ; suivant les traces du P. Bacchini, ils s’étaient mis en quête de la vérité historique. Mais ils n’ont finalement jamais eu la prétention d’y être toujours parvenus. En tout cas, la saine méthode consistait toujours pour eux à vérifier l’exactitude des faits et des causes au moyen de l’étude critique des sources, selon les principes appris auprès de Bacchini. De là, la volonté de Muratori de ne rien cacher, même les vices des clercs et des souverains pontifes. Tout autant que pour Bacchini, le respect de Rome n’avait rien à voir, pour Muratori, avec le métier d’historien. Muratori est tour à tour, selon l’occasion et le contexte, romain ou antiromain. Les mêmes variations peuvent s’observer dans ses ouvrages non historiques, mais de manière moins tranchée : la défense du Saint-Siège sur les plans théologique et pastoral diffère profondément de la défense de l’État de l’Église sur un plan juridique95.

  • 96 Par un certain travail, écrit Muratori en 1721, « può un letterato procacciarsi gran credi (...)

47Il faut aussi remarquer que la quête de la vérité en histoire était, comme elle l’est toujours, tributaire des intérêts de l’auteur, les plus nobles et les plus intellectuels, mais aussi les plus concrets. Être au service du duc de Modène ou être attaché à son rôle dans la République des lettres96, ou encore avoir la volonté inébranlable de rester fidèle à l’Église de Rome : tous motifs qui imposaient des obligations et des contraintes et qui expliquent ce qui peut apparaître comme un symptôme de schizophrénie ou, du moins, une incertitude. Au contraire le romanisme et l’antiromanisme de Muratori peuvent-ils s’accorder l’un avec l’autre si l’on veut bien les expliquer à la lumière de l’histoire et de sa biographie.

  • 97 Gian Francesco Soli Muratori, Vita, op. cit., Appendice n. XIX, p. 285-286.

48En 1748, dans sa lettre apostolique Dum præterito mense adressée à l’Inquisiteur d’Espagne, le pape Benoît XIV mentionnait Muratori ; il le présentait comme l’exemple d’un auteur dont les ouvrages auraient pu être censurés mais ne le furent pas. La bienveillance de Benoît XIV envers Muratori, malgré les erreurs que l’on pouvait lui imputer, s’était explicitement exprimée : « Ella resti pure sicura, che se le dette cose fossero state inserite da qualchedun altro nelle sue opere, non si sarebbe lasciato da queste Congregazioni di proibirlo97. » Les conséquences de la condamnation d’un auteur aussi estimé auraient été très négatives pour l’Église ; le Saint-Siège devait en outre tenir compte de la fidélité foncière que Muratori avait toujours manifestée à l’égard de Rome. Les Congrégations romaines et le pape lui-même considéraient donc le lien avec Rome comme plus déterminant que les critiques justifiées que pouvait s’attirer telle ou telle proposition dans les œuvres de Muratori. Ces critiques portaient de fait sur des questions juridictionnelles, celles qui avaient été au centre de la querelle de Comacchio, et non pas sur des questions dogmatiques.

  • 98 Paola Vismara, « Muratori ‘immoderato’. Le censure romane al De ingeniorum moderatione in (...)
  • 99 Eric Cochrane, « L. A. Muratori e gli storici italiani del Cinquecento », L. A. Muratori s (...)

49Nous n’avons pas pris en considération chez Muratori les textes traitant de thèmes religieux, de théologie ou de pastorale. Ses opinions en la matière s’attirèrent parfois des soupçons98, mais, en définitive et tout bien pesé, son attitude dans ces domaines se caractérisait aussi par une visible soumission à l’autorité romaine. Muratori, selon les mots d’Eric Cochrane, fut donc « cristiano e cattolico prima di essere storico e critico letterario »99, ce qui explique clairement sa prudence, tout comme sa personnalité d’intellectuel, de philologue et d’historien explique sa volonté de ne jamais trahir la vérité historique.

Notes

1 Irena Backus, Historical Method and confessional Identity in the era of the Reformation (1378-1615), Leyde-Boston, 2003 ; voir aussi Pontien Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du XVIe siècle, Gembloux 1932.

2 Je ne pense pas, toutefois, que cette attention puisse toujours s’expliquer par les motifs que retient Jesús Martínez de Bujanda : « La démarche de l’historien et les résultats obtenus sont toujours soumis à une autorité qui a un contrôle absolu sur les sources historiques et leur interprétation en tant que gardien et interprète authentique du passé religieux et humain » (« La censure ecclésiastique sur les œuvres historiques », ‘Nunc alia tempora, alii mores’. Storici e storia in età posttridentina, dir. Massimo Firpo, Florence, 2005, p. 265-277 [p. 277]).

3 Archivio della Congregazione per la Dottrina della fede [ACDF], Index, Protocolli V (ser. II, vol. XIX), f°394r° (cité par Stefan Bauer, « ‘Platina non vitas, sed vitia scripsit’. Le censure sulle “Vite dei papi” », ‘Nunc alia tempora, alii mores’, op. cit., p. 279-289 [p. 285n]).

4 Paolo Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », ‘Nunc alia tempora, alii mores’, op. cit., p. 291-310. Sur Sigonio, voir William Mccuaig, Carlo Sigonio. The changing world of the late Renaissance, Princeton, 1989.

5 Selon Muratori, il n’était d’ailleurs pas difficile pour les savants d’obtenir l’autorisation officielle de lire des ouvrages interdits. Voir Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans la République des lettres (1660-1750), Rome, 1989, notamment p. 231.

6 Caroli Sigonii Mutinensis Opera omnia edita et inedita, 6 vol., Mediolani, In Aedibus Palatinis, 1732-1737 (la Vita fut publiée dans les Opera omnia en 1732). À propos de l’intérêt de Muratori pour Sigonio comme « instauratore di studi medievali », voir Alfredo Cottignoli, Alla luce del vero. Studi sul Muratori storico, Bologne, 1994, p. 80. Cet intérêt est manifeste dans la préface des Antiquitates Italicæ Medii Æui (1738) ; voir Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. Giorgio Falco et Fiorenzo Forti, Milan-Naples, 1964, t. I, p. 590 et suivantes.

7 Lettre de Filippo Argelati à Lodovico Antonio Muratori [décembre 1732], Carteggio con Filippo Argelati, éd. Cristiana Vianello, Florence, 1976, p. 448. Argelati y fait mention des « tanti rumori fatti da più cardinali, e precisamente da Orighi ed Imperiali, contro le opere del Sigonio, facendo vedere non potersi accettare la dedica del Papa per le cose che quest’autore dice contro la Santa Sede, di cui ne hanno formato un foglio […], cose disgustose per la S. Sede ».

8 Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 227. L’auteur démonte de manière très précise cette « légende » – dont les origines remontent très loin dans le temps mais qui est loin d’être réellement mise en cause par tout le monde, au contraire – et met en relief aussi le rôle de la circulation manuscrite des textes (p. 229 et passim).

9 « La epistola De Inquisitione farebbe per me, ma temo che si troverà difficoltà a stamparla per paura che il tomo non fosse fulminato da Roma : cosa che non piacerebbe a me e molto meno a que’ signori di Milano che fanno la stampa » (lettre de Muratori à Costantino Grimaldi, 19 juillet 1726, citée par Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 227). Voir aussi, en une autre occasion : « Le Sacre Scritture mi fanno paura : e giacché nulla è stato proibito finora del mio, non vorrei che fosse neppur da qui avanti » (lettre à Scipione Maffei, 20 janvier 1750, dans Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. citée, t. II, p. 2014). Voir aussi infra. Sur les Rerum Italicarum Scriptores, ouvrage recommandé par la Società Palatina comme une entreprise culturelle et religieuse « di grande respiro », voir Paolo Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », art. cité, p. 294 ; voir aussi Alfredo Cottignoli, Alla luce del vero, op. cit.

10 Voir Giuseppe Orlandi, « L. A. Muratori negli Archivi del Sant’Officio Romano. La censura dei Rerum Italicarum Scriptores », Lateranum, 65, 1999/1, p. 7-39.

11 C’est le cas, par exemple, de Scipione Maffei, exilé par l’Inquisition de Venise.

12 Sur Bacchini, voir Paolo Golinelli, Benedetto Bacchini (1651-1721). L’uomo, lo storico, il maestro, Florence, 2003, Arnaldo Momigliano, « Bacchini, Benedetto », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 5, Rome, 1963, p. 22-29. Consulter aussi Ezio Raimondi, I lumi dell’erudizione. Saggi sul Settecento italiano, Milan, 1989.

13 Gian Paolo Marchi, « Un confronto ineludibile : Scipione Maffei e Ludovico Antonio Muratori », Scipione Maffei nell’Europa del Settecento, dir. Gian Paolo Romagnani, Vérone, 1998, p. 363-397. À propos de la circulation manuscrite, voir Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 229.

14 Mario Sterzi, « Attorno ad un’operetta del marchese Scipione Maffei messa all’Indice », A Vittorio Cian, i suoi scolari dell’Università di Pisa (1900-1908), Pise, 1909, p. 141-167, cité par Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 228.

15 Lettre de S. Maffei à L. A. Muratori, 9 avril 1714, dans Scipione Maffei, Epistolario (1700-1755), éd. Celestino Garibotto, 2 vol., Milan, 1955, t. I, p. 173.

16 Paolo Golinelli, « Figure, motivi e momenti di storiografia monastica settecentesca », Settecento monastico italiano (Italia benedettina, IX), Cesena, 1990, p. 693-727 (en particulier p. 706-707).

17 Paolo Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », art. cité, p. 309.

18 Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, 1960, p. 91.

19 Domenico Fontanini, Memorie della vita di monsignor Giusto Fontanini arcivescovo di Ancira […], In Venezia, appresso Pietro Valvasense, 1755 ; Gian Francesco Soli Muratori, Vita del proposto Lodovico Antonio Muratori, dans Opere, t. I, in Arezzo, per Michele Bellotti Stampat. Vesc. All’Insegna del Petrarca, 1767, passim ; Dario Busolini, « Fontanini, Giusto », dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 48, Rome, 1997, p. 747-752.

20 Le pape confia aussi la charge de soutenir juridiquement les droits du Saint-Siège à Lorenzo Alessandro Zacagni, préfet de la Bibliothèque Vaticane, mais il ne fut pas complètement satisfait de la Dissertatio historica de summo Apostolicæ Sedis imperio in urbem comitatumque Comacli, publiée à Rome en 1709. Voir Corrado Viola, « Echi comacchiesi nel Carteggio Muratori-Marmi », Corte, buon governo, pubblica felicità. Politica e coscienza civile nel Muratori, Florence, 1996, p. 15-54 (p. 21-22). Sur Zacagni, voir aussi : Carteggi con Zacagni... Zurlini, éd. Anna Burlini Calapaj, Firenze 1975, p. 1-2.

21 Corrado Viola, art. cité, p. 17. Viola nie toutefois que l’on puisse considérer le conflit entre Muratori et Fontanini uniquement comme une opposition entre deux mondes, le juridictionnalisme et le curialisme, inconciliables du point de vue culturel (ibid., p. 36).

22 Osservazioni sopra una lettera intitolata “Il dominio temporale della Sede apostolica sopra la città di Comacchio”[...] e Altra lettera diretta ad un Prelato della Corte di Roma in risposta ad una scrittura[...]. Les différents pamphlets sur le sujet parurent aussi dans Raccolta di tutto ciò ch’è uscito alle stampe fino al giorno d’oggi sulla Controversia di Comacchio, tanto per parte della Santa Sede, che per parte del Signor Duca di Modena [...], Francfort, 1713.

23 Sur la circulation de ce texte, un peu tardive et mystérieuse, voir Corrado Viola, art. cité, p. 21-25. Sur les interventions de Fontanini et de Muratori à propos du duché de Parme et Plaisance, qui reflètent encore une fois des prises de positions opposées, voir ibid., p. 24 et p. 40-42.

24 Piena esposizione de i diritti imperiali ed estensi sopra la città di Comacchio in risposta alle due Difese del Dominio e alla Dissertazione Istorica […], 1712. Stefano Borgia, illustre ecclésiastique qui mériterait une étude approfondie, évoque Muratori comme un témoin digne de foi en faveur de la souveraineté du Saint-Siège sur les Deux-Siciles ; il écrit que la Piena esposizione ne pourra jamais être « tacciata di parzialità per le cose temporali della Chiesa romana » (Stefano Borgia, Breve Istoria del dominio temporale della Sede Apostolica nelle Due Sicilie, Rome,21789, p. 212). Pour retracer l’historique de la question de Comacchio et pour une liste complète des pièces publiées à son sujet, voir « Bibliografia della polemica su Comacchio e Ferrara », dans Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, p. 100-174 et p. 468-482 ; voir aussi Gian Francesco Soli Muratori, Vita del proposto Lodovico Antonio Muratori, op. cit., p. 78-82.

25 Lettre de Muratori à Marmi, 28 novembre 1711, dans Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, Carteggi con Mansi... Marmi, éd. Corrado Viola, Florence, 1999, p. 281. Sur Marmi, voir ibid., p. 173-220. Viola le dit « prodigo di informazioni sulle mosse di parte romana » (p. 202).

26 Voir aussi Delle Antichità estensi ed italiane, In Modena, Nella Stamperia Ducale, 1740, part. II, chap. XIX, p. 653 : « Né solamente colla spada, ma ancor colla penna tentò in questi giorni la Corte di Roma di difendere i suoi pretesi diritti sopra Comacchio, con dare alla luce una scrittura intitolata Il Dominio temporale della S. Sede sopra la Città di Comacchio per dieci secoli : scrittura, che per le ingiurie ivi sparse contro la Casa d’Este, anzi contra lo stesso Imperadore, non parve a i saggi assai convenevole al decoro della Sacra Corte di Roma, obbligata più dell’altre a dare esempli di moderazione e a combattere colle ragioni, e non già colla maldicenza. » Marmi en parlait aussi comme d’« ingiuriose uscite » (lettre de Marmi à Muratori, 13 décembre 1712, Carteggi con Mansi... Marmi, op. cit., p. 294).

27 Lettre de Muratori à Marmi, 28 novembre 1711, Carteggi con Mansi... Marmi, op. cit., p. 281.

28 Lettre de Marmi à Muratori, 22 octobre 1720, ibid., p. 342.

29 Cité par Bruna Talluri, « Il conteso territorio di Comacchio e l’intervento del Sant’Uffizio contro Uberto Benvoglienti erudito senese », Studi senesi, 73, 1961, p. 146-172 [p. 167] ; bien qu’assez faible dans ses argumentations et contenant des erreurs, l’article est intéressant pour les documents inédits qui y figurent.

30 Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, Carteggi con Bentivoglio... Bertacchini, éd. Anna Burlini Calapaj, Florence, 1983 (biographie p. 37-44, notamment p. 43). Voir aussi Armando Petrucci, « Benvoglienti, Uberto », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 8, Rome, 1966, p. 705-709.

31 Raffaele Amaturo, « Baruffaldi, Girolamo », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 7, Rome, 1965, p. 6-9.

32 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », L. A. Muratori storiografo, Florence, 1975, p. 241-304 [p. 279].

33 Gian Francesco Soli Muratori, préface à la Vita, op. cit., p. LXIII.

34 Piena esposizione, chap. XVIII, p. 149 (cité par Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, op. cit., p. 140).

35 Eric Cochrane, « Giovanni Lami e la storia ecclesiastica ai tempi di Benedetto XIV », Archivio storico italiano, 123, 1965, p. 48-73.

36 Eduard Fueter, Storia della storiografia moderna, trad. italienne, Milan-Naples, 1970 (première édition allemande, 1911), p. 408-411 : « Se ha da narrare di controversie fra imperatori e papi, parteggia sempre, nella misura del possibile, per i poteri mondani » (p. 409).

37 Gian Paolo Marchi, « Un confronto ineludibile : Scipione Maffei e Ludovico Antonio Muratori », art. cité, p. 390. L’auteur mentionne aussi l’image « très XIXe siècle » d’un Muratori enfant qui, caché, suivait les leçons d’un maître d’école que ses parents ne pouvaient pas se permettre de payer : il fallait qu’une « icône » du Risorgimento eût été éduquée comme il se devait, et donc certainement pas chez les jésuites.

38 Giosué Carducci, Di Lodovico Antonio Muratori e della sua raccolta di storici italiani dal 500 al 1500, dans L. A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, éd. G. Carducci, t. I, 1re partie, Città di Castello, 1900, p. XVII-LXXI.

39 Gian Francesco Soli Muratori, Vita, op. cit., p. 78.

40 Giuseppe Ricuperati, « Ludovico Antonio Muratori e il Piemonte », dans id., I volti della pubblica felicità. Storiografia e politica nel Piemonte settecentesco, Turin, 1989, p. 59-155 (avec une Nota di aggiornamento) ; Gian Paolo Romagnani, « Oppositori piemontesi di Ludovico Antonio Muratori », dans Per formare un’istoria intiera. Testimoni oculari, cronisti locali, custodi di memorie private nel progetto muratoriano, Florence, 1992, p. 191-211.

41 Paolo Golinelli, « Benedetto Bacchini e il VI libro della Istoria del monastero di S. Benedetto di Polirone », Accademie e cultura. Aspetti storici tra Sei e Settecento, Florence, 1979, p. 129-151. Quant à l’histoire de la Maison de Savoie de Bernardo Andrea Lama, les fonctionnaires savoyards auraient souhaité y trouver une affirmation plus marquée de la validité des prétentions des Savoie ; la bataille contre Muratori visait à détruire du point de vue historique sa contestation des origines saxonnes de la lignée royale : voir Giuseppe Ricuperati, « Ludovico Antonio Muratori e il Piemonte », art. cité, p. 99-104.

42 Voir aussi Augusto Vasina, « Muratori e la storia regionale. Un esempio : l’area ravennate-esarcale », L. A. Muratori storiografo, op. cit., p. 341-381.

43 Paolo Golinelli, Benedetto Bacchini (1651-1721), op. cit., p. 14.

44 Le texte, du 30 juillet 1718, est retranscrit intégralement dans Julien Stricher, Le vœu du sang en faveur de l’Immaculée Conception. Histoire et bilan théologique d’une controverse, 2 vol., Rome, 1959, vol. I, Appendice II, p. 187 et suivantes.

45 Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », Per formare un’istoria intiera, op. cit., p. 95-145 [p. 133 et suivantes].

46 Lettre de Argelati à Muratori, 10 avril 1726, dans Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., p. 230 ; voir aussi les lettres du 27 mars 1726, p. 228, 3 avril 1726, p. 229, et 22 mai 1726, p. 238.

47 Lettre de Argelati à Muratori, 8 mai 1726, ibid., p. 236.

48 Dans la lettre du 27 mars les craintes sont évidentes : « La nostra lettura di queste sere con Sua Eccellenza [Archinto] è stata la vita del Castelvetro, e siccome è impossibile che qui il S. Offizio la passasse tal quale sta, desidera Sua Eccellenza il permesso e io pure domando a V. S. Reverendissima tal grazia di accomodarla in alcuni luoghi senza deformità, assicurandola che si dirà lo stesso, ma con altro lume, acciò non dii tanto in vista l’oppressione fatta al Castelvetro » (p. 228). Le nom de Sassi est suggéré dans la lettre du 26 juin 1726, p. 242. Quelques mois après, on trouve : « Finalmente il Signor Sassi, su cui feci cadere dal S. Officio la deputazione di veder l’opere del Castelvetro, ha data la sua approvazione alla vita mutando piccolissime cose. Eccole : ‘Finché duri lo strano pontificato di papa Paolo IV’, si è levato lo strano ; […] ‘Papa Paolo IV Caraffa d’animo feroce e di zelo grandissimo, ma non certamente discreto’, si è levato d’animo feroce » (Argelati à Muratori, 20 novembre 1726, p. 257 et suivantes). Les mots « animo feroce » reviennent dans les Annali d’Italia (voir infra). À propos de Giuseppe Antonio Sassi, docteur de la Bibliothèque Ambrosienne (depuis 1703) et ensuite préfet (de 1711 à 1751), voir Franco Buzzi, « Il Collegio dei Dottori e gli studi all’Ambrosiana nel Settecento », Storia dell’Ambrosiana. Il Settecento, Milan, 2000, p. 55-111, en particulier p. 70-89.

49 Lettre du 24 septembre 1727, p. 288.

50 Ibid., p. 288. En réalité, on trouve sur la page de titre : Milano, nella Stamperia di P. F. Nava. Le choix de Berne, en pays d’hérésie, posa toutefois quelques problèmes (lettre du 15 octobre 1727, p. 291). Voir Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 95. Des renseignements très riches à ce sujet figurent dans les correspondances avec Muratori non seulement de Filippo Argelati, mais aussi de Giandomenico Agnani (mentionnées supra et infra). Voir aussi Albano Biondi, « Gli eretici modenesi nell’opera di L. A. Muratori », Il soggetto e la storia. Biografia e autobiografia in L. A. Muratori, Florence, 1994, p. 195-21, et Alberto Vecchi, L’opera religiosa del Muratori, Modène, 1955, p. 128.

51 Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, passim ; Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. citée, t. I, p. 787 et suivantes.

52 Lettre du dominicain Giandomenico Agnani à Muratori, 28 septembre 1730, dans Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, Carteggi con AA... Amadio Maria di Venezia, éd. Gianni Fabbri et Daniela Gianaroli, Florence, 1997, p. 109 ; voir aussi la lettre du 4 novembre 1730, p. 110. Sur les interventions de Gotti et d’autres personnages de la Curie (Da Via, Cienfuegos), voir Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., passim, par exemple la lettre d’Argelati à Muratori du 15 octobre 1727, p. 291.

53 ACDF, Sant’Officio, Censura Librorum 1729-32, n. 28, f° non numérotés.

54 Et encore : « Sii certissima che non si prohibirà : il padre reverendissimo Gotti è inteso con questo Padre inquisitore, et io ne ho scritto all’eminentissimo Da Via e Cinfuegos, non ne dubiti » (lettre du 15 octobre 1727, Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., p. 291).

55 In Milano, a spese di Giambatista Pasquali, 1751 (3 vol., 6 tomes). L’abrégé fut presque totalement traduit par Muratori lui-même de 1748 jusqu’à sa mort ; le travail fut achevé par Pietro Ercole Gherardi (Muratori, Opere, éd. citée, t. I, p. 585-586).

56 Dissertazione LXVIII, p. 431-442. Voir Anna Burlini Calapaj, « Le ‘Antiquitates Italicae medii aevi’. Storia della formazione e della redazione del testo », Per formare un’istoria intiera, op. cit., p. 1-62 (p. 35 et aussi, pour la différence entre oblata fuere et colarono, p. 55 et suivantes).

57 Diss. LXVII, p. 412-431.

58 Diss. LXXI, p. 532.

59 Della carità cristiana in quanto essa è amore del prossimo, appresso Gio. Batta Recurti, Venezia, 1724 (11723) : Muratori y est moins drastique, mais le texte est plus religieux qu’historique.

60 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », art. cité, passim.

61 Dissertazione LXVIII, p. 435-436.

62 Ibid., p. 438-439.

63 Bruno Neveu, art. cité, p. 293 (la citation concerne les Annali) ; sur Comacchio, voir ibid., p. 279.

64 Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, op. cit., p. 192 et n. ; Marina Caffiero, « Cenni, Gaetano », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 23, Rome, 1979, p. 551-554.

65 Annali d’Italia, Dalla Società tipografica de’ classici italiani contrada del Cappuccio, Milan, 1820, vol. XVII, p. 506.

66 Bruno Neveu, art. cité, p. 288 et suivantes, et passim : « La réserve de Muratori dans ses Annali est l’effet d’un calcul et non la conséquence d’une indifférence d’érudit pour les aspects doctrinaux et politiques de l’histoire ecclésiastique » (p. 288).

67 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 145 et suivantes. Voir la nécrologie faite par Muratori : « Qual poscia egli comparisse a gli occhi di Dio, coll’aver suscitato tante guerre per la Cristianità, in vece di promuovere qual padre comune la pace, avendola tante volte avuta in sua mano, e coll’avere impiegate le sostanze della Chiesa, ed abusato anche della religione in tanti secolareschi impegni : a noi non tocca di deciderlo [...]. Tanti disordini, cagionati da questo pur troppo bellicoso pontefice, troppo influirono a scemar la venerazione dovuta al sommo grado de i successori di Pietro, e a far nascere il deplorabile scisma de’ popoli settentrionali, siccome fra pochi anni avvenne » (p. 153 et suivantes).

68 Annali d’Italia, vol. XIV : pour l’indulgence de Muratori, p. 448, et la citation, p. 492. Voir aussi passim et notamment p. 507-509 sur la constitution du duché de Parme et de Plaisance pour Pierluigi. Très dures, au contraire, les attaques portées contre Jules III pour avoir conféré le cardinalat à un jeune bâtard qui était à son service et qu’il avait fait adopter par son frère : « Prostituzion di quella eccelsa dignità in persona sì vilmente nata, senza sapersi neppure il padre suo, e sprovveduto affatto di quelle virtù e qualità che in qualche guisa potessero coprire l’obbrobrio de’ natali. » En plus, Jules III « si diede all’ozio [...], prendendo solamente diletto d’un suo giardino, dove consumava tempo e spese grandissime in fabbriche ed ornamenti » (Annali d’Italia, vol. XIV, p. 548 et suivantes). Mais le début de son pontificat est considéré de manière positive à cause de la nouvelle convocation des pères conciliaires (p. 545).

69 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 437. Voir aussi aux pages suivantes, notamment p. 446-448 et p. 486-487.

70 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 541 et suivantes.

71 Ibid., vol. XIV, p. 674.

72 Voir, par exemple, pour Pie IV, ibid., vol. XIV, p. 678 et suivantes, et p. 691 ; pour Charles Borromée, ibid., p. 674, p. 689 et p. 693.

73 Ibid., vol. XIV, p. 32 et suivantes.

74 Ibid., vol. XIV, p. 600-601. À propos des mesures prises par le souverain pontife contre eux à cause de leurs méfaits, voir ibid., p. 640-642 et p. 647. On peut aisément constater l’aversion de Muratori pour le népotisme quand il parle des pontifes qui ont régné entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, bien qu’il condamne aussi le choix de mauvais collaborateurs, parfois pires encore que les parents du pape.

75 Lettre d’Argelati à Muratori, 10 avril 1726, Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., p. 230.

76 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 600 et p. 603 et suivantes. Sur les persécutions subies par Pole à cause de la méfiance du cardinal Carafa, voir ibid., p. 544.

77 Ibid., vol. XIV, p. 642-644 et p. 647-648 : « La troppa severità rende odiosa la stessa religione » (p. 648). Plus dur et encore plus radical, le discours sur l’Inquisition d’Espagne, même s’il bénéficie de la même minutie historique (p. 702).

78 Annali d’Italia, vol. XIV, p. 693 et p. 703 et suivantes (à propos de Paul IV, toutefois, Muratori parle de terreur « salutevole » et souligne le fait que le pape menait une vie sainte et exemplaire).

79 Muratori remarque que Benoît XIII n’était pas à même de bien gouverner et exercer son pouvoir : en témoigne le choix de ses ministres. Cette faiblesse était contrebalancée par des vertus personnelles remarquables, comme l’amour pour les pauvres et le zèle de la religion. Certains affirmaient même s’être adressés par la prière à Benoît XIII et avoir reçu des grâces par son intercession (Annali d’Italia, vol. XVII, p. 38-40).

80 Annali d’Italia, vol. XVII, p. 184. Voir, par exemple, pour le conclave de 1670 (qui élit Clément X) : « Tanti raggiri, discrepanze e battaglie più dell’usato accaddero nel conclave » (Annali d’Italia, vol. XVI, p. 94). Quant au conclave de 1676 (qui élut Innocent XI), Muratori commence par dire : « Entrati i porporati nel sacro conclave, dappoiché ebbero per cinquantun giorno consumata la quintessenza de’ lor politici maneggi per promuovere al trono pontificio chi lor più piaceva » ; mais, en bon catholique et en digne appréciateur du pape élu, auquel il consacre des pages très élogieuses, il ajoute : « Finalmente mossi da lume superiore » (Annali d’Italia, vol. XVI, p. 121 et suivantes) ; et encore, pour 1691 (élection d’Innocent XII) : « Grandi ed eccessivamente lunghi furono i dibattimenti loro [dei cardinali] per l’elezione del novello pontefice » ; débats qui prirent fin seulement parce que les cardinaux étaient « stanchi ormai di sì prolisso combattimento, e spronati da caldo estivo » (Annali d’Italia, vol. XVI, p. 217). Voir aussi, pour 1698 (élection de Clément XI), Annali d’Italia, vol. XVI, p. 293. Plusieurs conclaves du XVIe siècle méritent l’éloge de Muratori. Tout au contraire pour l’élection d’Alexandre VI, le plus mauvais parmi les cardinaux : « Molti ancor de’ cardinali che aveano venduti i lor voti e le loro coscienze per far questo papa, col tempo trovarono d’avere eletto il proprio loro carnefice » (Annali d’Italia, vol. XIII, p. 643 et suivantes). Presque tous les électeurs cédèrent à des décisions mauvaises « per aver poi favorevole il papa al conseguimento di nuovi benefizii, commende e vescovati », mais ils élurent un pape « di cui il primo mobile era l’ingrandimento de’ propri figliuoli » (Annali d’Italia, vol. XIII, p. 684, p. 697 et passim, et vol. XIV, p. 17 et passim). Voir aussi, pour un regard d’ensemble sur le pape et son pontificat, considéré d’une manière très négative, vol. XIV, p. 30.

81 Alain Tallon, « Les conclaves dans l’historiographie de la Contre-Réforme », ‘Nunc alia tempora, alii mores’, op. cit., p. 25-46 [p. 45].

82 Annali d’Italia, vol. XVII, p. 510-511. Sur les critiques de Cenni et la réponse de Muratori en conclusion des Annali d’Italia, voir supra.

83 Annali d’Italia, vol. XVI, p. 229.

84 Ibid., vol. XVI, p. 430. Voir aussi pour l’année suivante, d’une manière tout aussi laconique : « Gravissime occupazioni ancora ebbe in questi tempi il sommo pontefice per li torbidi suscitati in Francia dalla Bolla Unigenitus, de’ quali a me non appartien di parlare » (p. 437).

85 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », art. cité, p. 296.

86 Par exemple, Riflessioni sopra il buon gusto nello studio delle scienze e dell’arti, per servigio della Repubblica Letteraria d’Italia, dans Opere, Arezzo, t. VIII, 1768, p. 59-366, chap. X ; ailleurs Muratori déclare de ne pas avoir l’intention d’« entrare ne’ gabinetti di Dio » afin d’éviter de « voler troppo squittinare i giudizi di Dio, e determinar con tanta franchezza le maniere della divina economia » (Delle forze dell’intendimento umano, o sia il pirronismo confutato, dans Opere, Arezzo, t. VII, 1768, p. 177).

87 Mario Rosa, « Rileggendo Muratori tra politica e storia », Politica, vita religiosa, carità. Milano nel primo Settecento, dir. Marco Bona Castellotti, Edoardo Bressan, Paola Vismara, Milan, 1997, p. 23-41 [p. 27].

88 Annali d’Italia, vol. XVII, p. 509 ; voir aussi ibid., p. 503-504. Ce thème, qui revient plusieurs fois sous la plume de Muratori, était déjà présent dans le De ingeniorum moderatione in religionis negotio.

89 Mario Rosa, Riformatori e ribelli nel ’700 religioso italiano, Bari, 1969, en particulier p. 9-47.

90 Caroli Sigonii Opera omnia, Mediolani, In Ædibus Palatinis, 1732-1737, vol. III, 1733, p. 350 (cité par Paolo Prodi, Il cardinale Gabriele Paleotti (1522-1597), 2 vol., Rome, 1967, t. II, p. 254). Paolo Prodi parle de Sigonio comme du « braccio destro del Paleotti nella sua politica culturale » (p. 226).

91 Ibid.

92 Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. Falco - Forti, t. I, p. 27. En principe destinée à la publication, la lettre ne fut pas publiée du vivant de Muratori ; il fallut attendre l’année 1872 (deuxième centenaire de la naissance de l’auteur). Voir Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. citée, t. I, p. 3-5, et Andrea Battistini, « ‘Il gran profitto’ delle ‘verità dissotterrate’. Le ragioni di Muratori autobiografo », Il soggetto e la storia. Biografia e autobiografia in L. A. Muratori, Florence, 1994, p. 1-23. Sur la volonté de Muratori de rechercher la vérité historique, voir Ezio Raimondi, I lumi dell’erudizione, op. cit., et Alfredo Cottignoli, Alla luce del vero, op. cit.

93 Annali d’Italia, vol. XIV, Prefazione, p. 4.

94 Lettre de Maffei à Muratori, 15 janvier 1750 (Maffei, Epistolario, op. cit., t. II, p. 1265).

95 La convergence de la théologie et du droit au service du Saint-Siège est illustrée au XVIIe siècle dans un intéressant mémorial : voir Paolo Broggio, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagnola tra Cinque e Seicento, Florence, 2009, p. 200-201.

96 Par un certain travail, écrit Muratori en 1721, « può un letterato procacciarsi gran credito nella repubblica sua » (Lettera a Giovanni Artico, dans Lodovico Antonio Muratori, Opere, éd. citée, t. I, p. 27). Sur l’image idéale de l’homme de lettres, voir les Riflessioni sopra il buon gusto, op. cit., passim, et notamment part. II, chap XIII ; voir aussi Primi disegni della Repubblica Letteraria d’Italia, ibid., p. 1-58.

97 Gian Francesco Soli Muratori, Vita, op. cit., Appendice n. XIX, p. 285-286.

98 Paola Vismara, « Muratori ‘immoderato’. Le censure romane al De ingeniorum moderatione in religionis negotio », dans ead., Cattolicesimi. Itinerari seisettecenteschi, Milan, 2002, p. 29-61 ; Giuseppe Orlandi, « L. A. Muratori negli Archivi del Sant’Officio Romano », art. cité.

99 Eric Cochrane, « L. A. Muratori e gli storici italiani del Cinquecento », L. A. Muratori storiografo, op. cit., p. 227-240 [p. 239].

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search