Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

Les Histoires de Louis Maimbourg ou le roman jésuite de l’antiromanisme gallican

Jean-Pascal Gay

Texte intégral

  • 1 Sur Maimbourg historien, voir les études, essentiellement littéraires, de Gilles Declercq, (...)
  • 2 Voir sur ce point l’étrange et volontaire omission du cas Maimbourg dans Pierre Blet, « Jé (...)
  • 3 Bruno Neveu, Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1994, « Mabillon et (...)
  • 4 Jean-Louis Quantin, Le catholicisme classique, op. cit., p. 237-238. La citation de Jean L (...)
  • 5 Jean-Louis Quantin, op. cit., p. 248.

1À bien des égards, Louis Maimbourg (1610-1686) apparaît comme une figure peu originale d’historien antiromain et en même temps profondément anormale par rapport à plusieurs de nos schémas historiques d’analyse du catholicisme antiromain et de ses acteurs1. C’est en effet un cas rare sinon unique d’historien antiromain jésuite, analysé par les historiens de la Compagnie de Jésus comme une figure exceptionnelle et bizarre, incompatible même avec les formes pensables du gallicanisme jésuite2. Mais c’est aussi une anomalie dans l’histoire des sciences historiques, sa pratique historienne, et même sa pensée de l’histoire, le plaçant en conflit avec l’érudition gallicane dont l’influence s’affirme de plus en plus. Il apparaît au fond comme une des dernières figures d’une histoire jésuite archaïque au moment où, selon Bruno Neveu, la « Muse de l’histoire » passe « du Collège de Clermont à Saint-Germain-des-Prés », et où, alors que les Mauristes voient leur crédit s’affirmer « parce qu’ils travaillent à une illustration du passé gallican qui leur vaut la faveur du pouvoir et les sympathies du « public » – sous peu la nation – les jésuites achèvent de perdre le goût d’une recherche savante dont les conséquences dogmatiques leur apparaissent comme dangereuses » avant de fournir « tout à l’heure les opposants les plus résolus à la critique historique »3. Pour Jean-Louis Quantin, Maimbourg, comme le dominicain Noël Alexandre, quoique de manière très différente, apparaît comme une figure de transition entre deux régimes culturels de l’histoire. Rappelant d’une part la vigueur des critiques de Bayle, à partir de l’Histoire du Calvinisme, et des érudits qui, comme Jacques le Fèvre, ironisent sur « les bons dévots qui font scrupule de lire les Romans, et les dévots des Jésuites, qui ne les lisent qu’en purifiant leur intentions » et qui « ont été ravis d’en trouver qui fussent permis sous le nom d’Histoire », et relevant d’autre part le succès réel, et souvent rappelé par ses adversaires, des Histoires de Maimbourg, il note qu’au fond Maimbourg est la figure exactement inverse de Godefroy, lequel « avait échoué dans le public » et triomphé chez les doctes4, avant qu’avec des auteurs comme Fleury, la « vogue » et le « sérieux » ne se réconcilient5. Cette différence de positionnement paraît d’ailleurs clairement assumée et recherchée par Maimbourg, qui dès son Histoire de l’Arianisme, affirme faire « une Histoire, et non pas une critique, ny une Dissertation ».

2Ce qu’on se propose de faire ici, en partant de la question de l’antiromanisme de Maimbourg, est justement d’interroger le lien entre gallicanisme et formalité historique autour d’une figure qui dessine et pense une autre forme de rapport entre le complexe politico-religieux qu’est le gallicanisme d’une part et l’écriture et la publication historiques d’autre part. Qu’est-ce que la figure anormale que serait Maimbourg, par les possibilités que sa pratique historienne indique et laisse deviner comme pensables dans ce moment si particulier des années 1680 ? Qu’a-t-il à nous dire quant à l’histoire du gallicanisme lui-même ?

Louis Maimbourg, scriptor jésuite et « écrivain » au service de la monarchie

  • 6 On trouvera l’essentiel des références utiles à la biographie de Maimbourg dans Jean-Louis (...)

3Pour comprendre l’historien Maimbourg, il faut resituer son passage à l’histoire dans l’ensemble de sa carrière comme religieux et comme professionnel de l’écriture6.

  • 7 Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 623.
  • 8 Ludouico XIII Galliæ et Nauarræ Christianissimo Regi. Ob Galliam Virgini Consecratam Justo (...)
  • 9 De Galliæ Regum excellentia. Ad illud D. Gregorii Magni : Quanto cæteros homines Regia dig (...)
  • 10 Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 623-624, où sont indiqués les endroits des Histoires qui (...)

4Maimbourg naît « dans la Lorraine ultramontaine et pro-espagnole », à Nancy, l’année de la mort d’Henri IV, dans une famille engagée dans la réforme catholique dans le duché7. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1626. Les premiers textes de lui dont on trouve trace sont déjà marqués par une volonté de se signaler dans le service de la monarchie. On lui doit deux panégyriques, prononcés tous deux à Rouen lors des comices du Collège, l’un de Louis XIII en 16398, et l’autre des rois de France en 16409. La dédicace du second panégyrique le laisse supposer lié aux Séguier dont l’importance dans l’histoire du mécénat littéraire devient plus importante à la fin du ministériat de Richelieu. Jean-Louis Quantin note combien cette affirmation du pouvoir thaumaturgique des rois de France, mis en cause par Jansénius, contemporaine de la mort de Pierre Fourier contraint à l’exil hors du duché par la France, indique chez Maimbourg l’absence de « loyalisme dynastique lorrain »10. Dans ce texte, on ne trouve pas encore de trace de cet antiromanisme radical qui est, selon Jean-Louis Quantin, qui suit le P. Blet sur ce point, la caractéristique spécifique de Maimbourg parmi des Jésuites de plus en plus perméables à la culture gallicane.

  • 11 « Sola in Gallia Reges numquam a Petri nauicula, ex quo illam duce gubernatoreque Religio (...)

5Dans le second panégyrique sur la supériorité des rois de France sur les autres souverains, la question des rapports avec Rome n’est guère évoquée. Maimbourg y affirme que les rois de France sont supérieurs aux autres souverains d’Europe de la même manière que les rois sont élevés au-dessus du vulgaire : ils sont proches de la divinité qui les comble de ses dons et ils sont l’image de Dieu sur terre dans une espèce d’équivalence entre noblesse et sainteté. Maimbourg y opère implicitement un intéressant transfert entre Rome et la France de la vertu d’infaillibilité. Reprenant l’argument traditionnel d’une France qui n’a jamais failli dans la foi, il la fait sortir de l’histoire en affirmant qu’elle est le fruit d’une élection particulière de la France et de ses souverains. Rome n’est présente dans cet exposé que comme acteur reconnaissant cette fidélité de la France maintenue dans le barque de Saint Pierre par la fermeté de ses souverains11.

  • 12 Lettre d’un docteur en Théologie à un de ses amis, sur la Traduction du Nouveau Testament (...)
  • 13 Ph. Dieudonné, op. cit., p. 75-80, et p. 105-115.

6Ces panégyriques ne sont peut-être pas étrangers au fait que Maimbourg est transféré à la maison professe de Paris en 1648, où il commence une carrière de prédicateur et surtout de scriptor. Au-delà d’une participation qu’on ne peut identifier aux ouvrages souvent collectifs issus de la maison professe dans les controverses internes au catholicisme qui se multiplient à partir du second tiers du xviie siècle, il apparaît une figure publique de ces dernières alors que s’approche la fin de la Paix de l’Église. Il joue ainsi un rôle déterminant dans la dénonciation de la traduction du Nouveau Testament de Mons12. Il est par ailleurs une figure majeure des débats violents autour du Formulaire qui précèdent la Paix de l’Eglise. En 1668 surtout, il est l’auteur d’une série de lettres autour de la lettre circulaire des évêques jansénistes qui tentent de mobiliser l’épiscopat contre l’éventualité d’un procès fait par commission de Rome13. Ici, Maimbourg bénéficie de la protection et de l’encouragement du P. Annat, mais encore du nonce qui pousse aussi à ce moment l’abbé des Isles, dont il fait subventionner les écrits par Rome. Ces lettres parues de juin à octobre 1668 sont marquées par plusieurs originalités dans le contexte des controverses intracatholiques. Elles sont signées sous le pseudonyme de « François Romain », évocation transparente d’une idéal religieux de fusion des obéissances au Roi et au Pape. Maimbourg y met en équivalence désobéissance religieuse et désobéissance politique en accusant en particulier les évêques jansénistes de former une ligue contre le roi en invitant les autres évêques à se joindre à eux. L’antijansénisme de Maimbourg n’est pas incompatible avec une forme d’idéal religieux régaliste qui le distingue pour partie d’autres acteurs jésuites des controverses.

  • 14 La méthode pacifique pour ramener sans dispute les protestans à la vraye foy sur le Point (...)
  • 15 Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 619-621.

7La Paix de l’Église pose un problème aux professionnels de l’écriture spécialisés qui, comme Maimbourg, ont profité de l’espace que leur ouvre socialement les polémiques religieuses. Maimbourg, comme d’autres à ce moment, et Antoine Arnauld au premier chef, se tourne vers la controverse avec les protestants, avec un faisceau de publications entre 1670 et 167114 et donne encore au public un recueil de sermons, signe peut-être d’une hésitation sur sa position sociale comme scriptor dans l’ordre jésuite. Son passage à l’histoire en 1673 avec la publication de son Histoire de l’Arianisme doit probablement se comprendre dans ce contexte. Comme l’a montré Jean-Louis Quantin, elle n’est cependant pas indépendante non plus de tout contexte controversial15. Outre que Histoire de l’Arianisme répond à la Vie de Saint Athanase (1671) de Godefroy Hermant, elle est l’occasion de plusieurs allusions assez transparentes au jansénisme et peut même, occasionnellement, apparaître comme une critique de la Paix clémentine par un homme qui, après avoir servi de pièce majeure du dispositif polémique utilisé par le nonce pour faire pression sur les évêques jansénistes et le pouvoir, peut se sentir abandonné tant par les conditions de la Paix que par ce qu’elle impose en termes de prise de parole publique. À cet égard, le passage à l’histoire est pour Maimbourg une forme d’adaptation aux nouvelles conditions politiques de la controverse entre catholiques.

  • 16 Ibid., p. 637
  • 17 Ibid., p. 627.
  • 18 Ibid., p. 629.

8Il n’en demeure pas moins que le caractère définitif de ce tournant, les volumes des Histoires se succédant à un rythme presque annuel jusqu’à la mort de Maimbourg en 1686 et à la parution posthume de l’Histoire du Pontificat de Léon le Grand en 1687, atteste que l’auteur lui-même l’a considéré comme une réussite. Si la perspective antijanséniste demeure constante dans l’ensemble de l’œuvre historique16, elle ne domine cependant pas les Histoires et c’est probablement d’abord par leur succès tant devant le public que pour la position sociale de l’écrivain Maimbourg que s’explique la durabilité de ce tournant historien. C’est entre son Histoire des Iconoclastes et 1680, c’est-à-dire aussi autour du moment où Innocent XI impose à Gian-Paolo Oliva, général des Jésuites, l’exclusion de Maimbourg de la Compagnie, que ce dernier passe clairement au service de Louis XIV et devient un « élément du dispositif idéologique de la monarchie »17. Il agit alors au sein d’un cercle régaliste qui le lie à la fois à son confrère le P. de la Chaize, à Colbert et à François de Harlay, archevêque de Paris18.

Une œuvre historique imbriquée dans le conflit de la Régale

9Cette intégration au cercle qui construit la politique ecclésiastique de Louis XIV dans ces années décisives du conflit de la régale n’est cependant pas elle-même étrangère à la participation de Maimbourg aux prodromes de ce conflit. En réalité, sur tout la période qui va de 1678 à 1687, ses publications paraissent profondément imbriquées dans le conflit régaliste qu’elles nourrissent et dont elles se nourrissent, l’antiromanisme devenant alors un des thèmes dominant des Histoires.

  • 19 Le bref est du 12 mars 1678. Il est envoyé à Paris le 6 avril et remis le 20 juin 1678. Da (...)
  • 20 Histoire du Grand Schisme, p. 447. Jean-Louis Quantin, art cité, p. 629.
  • 21 La lettre est publiée dans l’Histoire du Grand Schisme.

10Ainsi, l’Histoire du Grand Schisme d’Occident paraît en 1678. La permission des supérieurs mentionne une approbation des théologiens signée de février de la même année, et le privilège est enregistré en avril 1678. Cette dernière est donc contemporaine du premier bref contre la régale et de sa transmission au roi par le nonce19. Ce texte, discuté par ailleurs avec de Harlay au témoignage de Maimbourg20, est le premier où son antiromanisme devient un thème majeur. Dans l’Histoire de l’Arianisme, la critique transparente de la Paix clémentine n’était encore qu’une critique implicite de la seule personne de Clément IX. L’Histoire du Schisme des Grecs vaut encore à Maimbourg l’attention du Saint-Siège et une lettre du Cardinal Cibo datée de décembre 1677 louant sa piété et sa fidélité au siège apostolique21. En 1678 cependant, l’Histoire du Grand Schisme offre à Maimbourg, par son thème même, l’occasion d’une affirmation de sa position conciliariste et d’une remise en cause de l’histoire pro-romaine du catholicisme médiéval, telle qu’on la rencontre chez le continuateur de Baronio. Le texte cependant ne se contente de proposer une histoire française ou gallicane du Grand Schisme. Il est aussi l’occasion de mettre en scène les désordres de Rome, du peuple romain et de la Curie, et de dénoncer les prétentions extraordinaires des papes. À cette date cependant, Maimbourg n’est pas encore perçu clairement à Rome comme un acteur majeur du conflit. Son Histoire du Grand Schisme n’est condamnée que tardivement, et rétrospectivement au sein du processus d’examen de ses autres livres. Si l’ouvrage est examiné à l’Index, il ne fait à ce moment l’objet que de demandes de corrections.

  • 22 Histoire de la Décadence de l’Empire depuis Charlemagne. Et des différends des Empereurs a (...)
  • 23 Pierre Blet, op. cit., p. 161-165.

11C’est l’ouvrage suivant, l’Histoire de la Décadence de l’Empire depuis Charlemagne22, qui fait de Maimbourg un acteur majeur du conflit régaliste dans le durcissement duquel ses publications sont désormais prises. Le privilège royal du 25 mars 1679 précède cette fois la permission des supérieurs qui est du mois suivant. Le texte suit donc d’un peu plus d’un mois la remise du second bref antirégaliste d’Innocent XI à Louis XIV. Le bref Ex literis attaquait la réponse que Louis XIV avait faite au premier bref, en contestant que la régale fût un droit de la couronne de France et que Louis XIV l’ait héritée de ses prédécesseurs, affirmant au contraire que la régale n’était qu’un privilège concédé dans des conditions et des limites précises par l’Église. Il n’avait été envoyé en décembre 1678 à l’abbé Lauri, secrétaire de la nonciature vacante, qu’après de longues hésitations. L’ordre de le transmettre au roi ne fut envoyé que le 18 janvier 1679, ce qui ne fut exécuté qu’un mois plus tard23. Ce contexte du conflit de la régale se manifeste explicitement au livre III, où Maimbourg affirme que les rois et les empereurs ont constamment et richement doté les Églises, et que c’est le fondement du droit de régale, dont il constate par ailleurs qu’il n’est pas contesté par Grégoire VII dans la querelle des Investitures et qu’il est même plutôt confirmé dans le traité entre Henri V et le Pape en raison justement des largesses des empereurs envers les églises particulières.

12L’Histoire de la Décadence de l’Empire constitue par ailleurs une rupture dans l’œuvre historique de Maimbourg qui atteste sa pleine participation au dispositif polémique mis en place à la cour de France. En effet, si jusqu’à présent la logique des Histoires qui est certes déjà gallocentrée, demeure celle d’une hérésiologie essentiellement chronologique, l’Histoire de la Décadence correspond à un déplacement de problématique et rompt avec la logique purement chronologique des précédents volumes. En retour d’ailleurs, cette histoire d’un Empire décadent parce que justement passé de la France à l’Allemagne, et confronté en permanence aux revendications exorbitantes des papes et de la Curie dans l’ordre politique, est implicitement placée, par effet de narration, dans la geste hérésiologique inaugurée par l’Histoire de l’Arianisme, avec d’autant plus de résonances que Maimbourg ne se contente pas d’y évoquer la régale mais s’en prend aussi aux prétentions des papes à pouvoir excommunier les souverains et les déposer de leurs trônes, liant ainsi le conflit régaliste à certains des points les plus essentiels du gallicanisme.

  • 24 Voir ACDF [Archivio della Congregazione per la dottrina della fede], Censuræ Librorum 1680 (...)
  • 25 Pierre Blet, op. cit., p. 179.
  • 26 Ibid., p. 189.
  • 27 Ibid., p. 199.
  • 28 Ibid., p. 206.

13À partir de ce moment, la publication des Histoires n’est plus simplement imbriquée dans le conflit régaliste, mais y participe pleinement, Maimbourg devenant lui-même un des objets mineurs du conflit. L’Histoire de la Décadence de l’Empire entame un processus d’examen au Saint-Office qui conduit en décembre 1680 à la censure de cette dernière avec l’Histoire du Grand Schisme et l’Histoire du Luthéranisme parues dans l’intervalle et surtout à la demande d’Innocent XI d’un renvoi de Maimbourg de la Compagnie24. Une fois encore, l’histoire de l’Histoire du Luthéranisme s’insère dans le déploiement du conflit régaliste. L’ouvrage est approuvé par les supérieurs au mois de mai 1680, les lettres patentes datées du 25 mai 1680 sont enregistrées fin juillet et l’achevé d’imprimer porte la date du 31 août. Dans le même temps, le 31 mai 1680, l’Assemblée générale du Clergé de France a inauguré ses travaux25, et le 10 juillet, elle a transmis au roi une lettre dénonçant le traitement réservé à ce dernier par Innocent XI et s’en prenant aux conseillers de ce dernier26. La parution coïncide avec les commencements de la mission diplomatique du cardinal d’Estrées. De Rome, le 17 juillet 1680 a été expédié le bref d’Innocent XI à Caulet27, et le 7 août le bref aux religieuses de Charonne28, immédiatement examiné au Parlement.

14À ce moment de montée des tensions, Maimbourg affiche un antiromanisme en cours de radicalisation, en faisant de Rome un des acteurs principaux de la rupture de l’unité de l’Église, et ce notamment en raison de l’acharnement de Rome à défendre ses prétentions politiques au détriment de la recherche d’une solution adéquate à la résorption du schisme naissant. Dès sa dédicace au roi, Maimbourg compare Louis XIV à Charles Quint, qui a vu son Empire divisé par la Réforme quand justement le roi de France parvient à l’unité religieuse par la douceur et triomphe « par ces mesmes voies douces et efficaces » d’une « nouvelle espèce de calvinisme » (entendre le jansénisme), en « faisant rendre au Saint-Siège l’obéissance que l’on doit aux Constitutions Apostoliques ». Maimbourg en vient à affirmer que l’accord entre le sacerdoce et la monarchie « ne fut jamais plus parfait en France, depuis la Fondation de la Monarchie que sous votre Règne », ce qui suppose ou un profond sens de l’ironie ou une pensée implicite de la séparation entre l’Église de France et Rome qui seule la rend possible.

  • 29 Histoire du Luthéranisme, p. 365.
  • 30 Tous ces passages sont aussi relevés par Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 639.
  • 31 « Siricii cum Origenistis, per quam subtiliter multa huiusce temporis sub alienis coloribu (...)

15Par ailleurs, plusieurs allusions assez transparentes à Innocent XI ou à sa curie accentuent le poids polémique de la publication de cette Histoire du Luthéranisme. Ainsi le récit de l’élection de Jules III et de l’échec de la candidature de Reginald Pole dont Maimbourg écrit qu’on « se servit du prétexte du Luthéranisme pour empescher qu’on ne fist Pape le plus homme de bien, et le plus zélé catholique qui fust dans le sacré Collège »29, contient peut-être une allusion à l’opposition française à l’élection d’Innocent XI. Que ce passage fasse référence à la situation contemporaine est rendu plus sensible par cette glose de Maimbourg sur le cardinal Pole : « Ce qui apprend à ne désespérer jamais de l’avenir par le présent, qui peut changer avec la volonté des hommes, laquelle tourne aisément d’un autre costé, quand quelque passion, et sur tout l’intérest l’y porte », dénonciation claire de l’attitude de la curie d’Innocent XI dans le conflit. C’est plus clair encore, quand utilisant ironiquement Baronio contre Rome, Maimbourg écrit que ce dernier a averti de l’importance d’élire des évêques qu’on ne peut soupçonner d’hérésie, en « produisant sur cela, avec une fort belle réflexion, l’exemple du bon pape Siricius, qui se laissa surprendre par les Origénistes »30. L’allusion, par ailleurs développée par la suite, à la présence de conseillers favorables aux jansénistes dans la curie d’Innocent XI a été parfaitement saisie à Rome, en particulier par le premier visé, Favoriti, comme l’atteste une lettre du 30 août 1680 de Gian-Paolo Oliva au P. de la Chaize qui cite ce passage comme une des raisons de la colère romaine contre Maimbourg31. Il semble, comme le note Jean-Louis Quantin, que tout ceci ait fortement contribué à convaincre la curie d’Innocent XI d’exiger le renvoi de Maimbourg de la Compagnie.

  • 32 Je n’entre pas dans le détail de l’examen de Maimbourg au Saint-Office et de l’histoire de (...)
  • 33 ACDF, St. St. H5-d, f°533 et sq., f°547 et sq.
  • 34 Ibid., f°581 et sq.
  • 35 « Basta legger le pasquinate del ultimo libro del Luteranismo, e l’empietà di cui è ripien (...)
  • 36 « Il solo dubbio d’esser scommunicato metterà il confessore in gran perplessità. »
  • 37 « Ha gran rispetto per le cose sacre. »

16Force est en tous cas de constater qu’à Rome, l’examen des ouvrages de Maimbourg se durcit32. Alors que l’Histoire de la décadence de l’Empire n’avait été examinée que par des qualificateurs de moyenne importance, les PP. Coloredo et Marchese, et que cet examen se fait encore sur un mode très historique qui se contente de mettre en relation les affirmations douteuses de Maimbourg avec celles qu’on peut trouver chez des auteurs jésuites de sentiment plus romain comme Gresser et Bellarmin, la parution de l’Histoire du Luthéranisme radicalise la procédure33. Une relation, probablement d’Agostino Favoriti, datée du 8 décembre 1680, indique l’état des sentiments de la curie d’Innocent XI34. L’Histoire du Luthéranisme y est qualifiée de « pasquinate », et présentée comme un ouvrage si plein d’impiétés qu’on ne peut qu’en « concevoir un saint zèle pour venger l’honneur du Saint-Siège si indignement foulé au pied »35. Il semble d’ailleurs que le projet d’excommunication et de renvoi de Maimbourg vise implicitement mais très directement le P. de la Chaize en demandant que les peines soient étendues au Provincial et aux réviseurs, ainsi qu’aux approbateurs publics ou secrets de l’ouvrage. Le théologien de la maison pontificale affirme qu’en réalité c’est de la Chaize qui est derrière les trois derniers ouvrages de Maimbourg, et que sa censure devrait permettre de le réfréner un peu, puisque « le simple doute d’être excommunié [le] plongera dans une grande perplexité »36, et de toucher le roi dans son sentiment religieux, lui qui « a grand respect pour les choses sacrées »37.

  • 38 Cette congrégation coïncide d’ailleurs avec la décision d’Innocent XI d’évoquer la cause d (...)
  • 39 On trouvera le décret au dos de la relation de Favoriti.
  • 40 Relation de la visite de l’Assesseur à Oliva dans ACDF, Censuræ Librorum 1680- 82, dossier (...)

17Si la décision de la congrégation particulière du 11 décembre 168038 est légèrement en retrait sur les propositions de Favoriti, le choix est tout de même fait d’imposer à Oliva d’expulser Maimbourg de la Compagnie et de le faire de manière suffisamment publique pour que la chose ne puisse être ignorée39. L’ordre est signifié en présence de témoins et d’un notaire du Saint-Office et inclut une peine de suspension du généralat en cas de désobéissance. Oliva à qui l’ordre est signifié par l’assesseur du Saint-Office le 7 janvier 1681 affirme vouloir obéir mais demande des pièces justificatives nécessaires pour l’expulsion d’un profès du quatrième voeu40. Il demande des adoucissements pour que Maimbourg vienne à résipiscence, et une mitigation des peines pour les réviseurs. Le jour même les facultés nécessaires lui sont transmises et l’ordre de renvoi et d’imposer des peines aux approbateurs est envoyé le 8 janvier 1681.

  • 41 Lettre du cardinal Pio à Léopold Ier, 18 novembre 1680, citée par Marc Dubruel, art. cité, (...)

18À ce moment-là, le renvoi de Maimbourg est pleinement pris dans le conflit diplomatique avec la cour de Rome. Selon Marc Dubruel, qui s’appuie sur la correspondance du cardinal Pio, déjà lors d’une audience de novembre 1680 lorsque le cardinal d’Estrées, visant Favoriti le favori d’Innocent XI perçu comme l’un des acteurs clé du raidissement de la position romaine, demande d’agir contre les jansénistes, il se voit répondre par Innocent XI que « le Roi doit s’appliquer à extirper les huguenots dont sont pleins son Royaume et sa cour : ils impriment chaque jour des propositions hérétiques, et nous ne connaissons pas en France de pire huguenot que le P. Maimbourg dont le roi a fait son historien »41, une exclamation incompréhensible si on ne la relie pas à la parution de l’Histoire du Luthéranisme. Autre signe de l’enjeu diplomatique du renvoi, Favoriti est présent dans la congrégation de la régale qui décide le renvoi de Maimbourg.

  • 42 Voir la lettre du 1er janvier 1681 de Pierre de Verthamon à Oliva, ARSI [Archivum Historic (...)
  • 43 ARSI, Gallia 65, f°58.
  • 44 Pierre Blet, op. cit., p. 301.

19En retour, vraisemblablement de concert avec de la Chaize, lorsque Louis XIV apprend l’ordre d’expulsion de Maimbourg, il impose au provincial de France, par lettre de cachet répétée à une semaine de distance, de refuser le renvoi42. Le provincial, Pierre de Verthamon, écrit à Rome pour signaler l’opposition royale, affirmant qu’il ne s’est pas cru autorisé à passer outre. En février 1682, par contre, à un moment où Louis XIV prend une position plus accommodante sur la régale, il accepte de sacrifier le pion Maimbourg dans la partie d’échec avec Innocent XI43. Même si les sources peuvent laisser envisager des raisons alternatives à ce renvoi, et notamment le doute sur la validité de la congrégation provinciale de France qui doit se réunir après la mort du P. Oliva, mais aussi le désir de Maimbourg de publier alors que la censure jésuite est plus stricte à son endroit, le plus vraisemblable demeure que Louis XIV a fait du sacrifice de Maimbourg un symbole du changement d’ambiance diplomatique au commencement de l’année 1682 après l’enregistrement de l’édit sur la régale le 24 janvier44.

  • 45 Histoire de la Ligue, épître au roi.

20En même temps, l’acceptation de ce renvoi coïncide presque avec l’accord des patentes pour l’impression de l’Histoire du Calvinisme, qui sont datées du 13 février 1682 et qui libèrent l’ouvrage d’une censure jésuite devenue un peu plus pressante. Après un nouveau durcissement du conflit en 1683, il est complété par l’Histoire de la Ligue, un sujet là encore qui laisse assez libre cours à l’antiromanisme de Maimbourg. Les deux textes d’ailleurs constituent clairement un diptyque pour Maimbourg, qui y dénonce l’usage et l’instrumentalisation de la religion par les Grands et qui met en équivalence le calvinisme et la Ligue, pour valoriser « les Catholiques du Parti Royal dont Dieu s’est voulu servir pour produire ces deux effets si avantageux à la France »45 que sont l’accession au trône d’Henri IV, inaugurant la nouvelle dynastie, et sa conversion au catholicisme. L’ouvrage est l’occasion d’une nouvelle série de pointes contre les papes, en particulier Sixte Quint, et de quelques réflexions sur leur pouvoir au temporel à propos de la Bulle contre Condé et Navarre, mais encore contre Grégoire XIV, dépeint comme un pape franchement et ouvertement espagnol, ce qui est peut-être là encore aussi une allusion à Innocent XI.

  • 46 Voir l’avertissement au lecteur.
  • 47 Emmanuel Schelstrate, Acta Constantiensis Concilii ad expositionem decretorum eius session (...)
  • 48 Cette édition fut cependant un échec commercial en raison de l’édition lyonnaise subreptic (...)

21À la fin de l’année 1684, la série des Histoires qui, on le voit, a presque rejoint la période contemporaine de Maimbourg, qui s’interroge d’ailleurs sur la possibilité d’une histoire proche dans l’Histoire de la Ligue46, est complétée et close par le Traité Historique des prérogatives de l’Eglise de Rome et de ses Evêques. L’ouvrage se présente comme une réponse aux écrits d’Emmanuel Schelstrate sur le concile de Constance, dans lequel ce dernier entend prouver en utilisant les manuscrits du Vatican que la version reçue en France du canon du concile de Constance sur les rapports entre le concile et le pape est corrompue47. Ce point est discuté en détail par Maimbourg, mais le traité est de plus vaste ampleur. Il est décalé par rapport au reste de l’œuvre en ce qu’il ne se présente pas comme l’histoire d’une séquence de la vie de l’Église et qu’il reprend des éléments épars dans le reste des Histoires pour traiter en historien les questions débattues entre Rome et la France, en particulier la supériorité sur le concile et l’infaillibilisme. Maimbourg entend montrer que l’Antiquité et même le Moyen Âge ne les ont pas tenus. L’ouvrage, on le voit, offre à l’ensemble des Histoires, arrivées à leur terme chronologique avec l’Histoire de la Ligue, une forme de clôture qui en même temps signale aussi les déplacements à l’œuvre dans la logique même de leur publication dans le cadre du conflit entre le roi et Rome. Cette clôture est d’ailleurs signalée par l’entreprise de réédition de l’ensemble des Histoires, présentée par Mabre-Cramoisy comme une grâce faite à l’auteur mais qui en réalité entend bien profiter du réel succès des œuvres de Maimbourg48. Le Traité historique est ensuite suivi de deux histoires de pontificats particuliers, ceux de saint Grégoire et de saint Léon, dont l’un paraît à titre posthume. Le Traité historique par ailleurs réveille l’attention de la censure romaine et est condamné par motu proprio le 4 juin 1685, condamnation qui vise certainement aussi un contexte proprement italien avec l’impression des œuvres de Maimbourg à Venise.

22On le voit donc, le contexte politique pèse lourd dans l’histoire de la publication des Histoires. On aurait tort cependant d’en induire un caractère circonstanciel. En effet, si la publication des œuvres de Maimbourg participe à une série de ruptures politiques entre Rome et la cour de France, en retour l’évolution politique contribue aussi aux ruptures à l’intérieur même du travail de l’historien Maimbourg. La radicalité de l’antiromanisme de Maimbourg n’est pas tant celle d’un antiromanisme de circonstance qui pourrait servir de thermomètre des tensions entre le roi et le souverain pontife, qu’un énième exemple de radicalisation par l’écriture et la publication.

L’antiromanisme de l’historien Maimbourg : entre topoi et spécificités d’une adhésion jésuite au gallicanisme

  • 49 Voir Pierre-Jean Souriac, « Écrits historiques et excommunication sous Henri III et Henri (...)
  • 50 Histoire de la Décadence de l’Empire, p. 57 : « Ainsi les foudres et les anathèmes que les (...)

23La première et principale caractéristique de l’antiromanisme de Maimbourg est peut-être son caractère extrêmement topique. On retrouve chez lui les traits et les lieux de l’antiromanisme français, en particulier tel qu’on le trouve chez les historiens du XVIe siècle dans la continuité desquels il se situe49. Ceci concerne d’abord un certain nombre de thématiques et au premier chef d’entre elles le portrait du pouvoir pontifical dépeint « comme une puissance formidable, en croissance presque continue, et aux prétentions presque infinies ». Le catalogue des lieux et des épisodes de ce portrait est inépuisable. Signalons au moins l’usage galvaudé des excommunications que l’on retrouve par exemple dans l’Histoire de la Décadence de l’Empire et dans l’Histoire du Grand Schisme d’Occident à propos des excommunications réciproques en temps d’incertitude sur le vrai pape50. Cet usage politique et vide des excommunications culmine bien sûr avec celle d’Henri IV dans l’Histoire de la Ligue, dont Maimbourg propose une lecture qui fait évidemment écho aux relations entre Louis XIV, le clergé de France, le Parlement et Innocent XI :

  • 51 Histoire de la Ligue, p. 389.

Il y a quelquefois des tonnerres qui font grand bruit et ne font point du tout de mal, parce que l’exhalaison enflammée qui sort de la nuë s’évapore, soit par son peu de consistence, soit par une violente agitation de l’air qui la dissipe avant qu’elle arrive jusques à nous. De tous les foudres qui ont esté lancez du Vatican contre les Princes, il s’en trouvera peu qui ayent fait autant de bruit que celuy-ci, qui fut accompagné d’une armée qui se devoit joindre aux forces de la Ligue et de l’Espagne. Et néanmoins, il ne fit presque nul effet, par le soin qu’on prit de faire voir, en plusieurs écrits qu’on fit courir par tout, les nullitez de cette Bulle, et par les vigoureuses résolutions du Conseil du Roy, du parlement séant à Tours et à Chaalons, et du Clergé de France assemblé à Mante, qui la condamnèrent comme abusive chacun en sa manière. De sorte que pas un des Catholiques n’abandonna pour cela le parti du Roy, dont on espéroit toûjours la conversion aussitost qu’il auroit la commodité de se faire instruire. Tant nos Ancestres estoient persuadez que la puissance des Papes comme Chefs de l’Eglise ne s’étend point du tout sur le temporel, et beaucoup moins sur les droits des Couronnes, et qu’elle ne peut rien ordonner au préjudice de l’obéïssance et de la fidélité qu’on doit aux Rois en toutes les choses qui ne sont point manifestement contre Dieu51.

  • 52 Maimbourg leur consacre le chapitre 13 du Traité Historique.

24On retrouve par ailleurs bien sûr la série des papes imbus de leur autorité et en conflit avec les pouvoirs temporels et en particulier les rois de France. Boniface VIII et Grégoire le Grand occupent une place de choix dans les galeries de portraits pontificaux de ce point de vue. Maimbourg ne manque par ailleurs jamais non plus de signaler les papes qui ont erré et dont il récapitule in fine la liste dans le Traité historique des prérogatives de l’Eglise de Rome, avec, au premier chef, Liberius, Vigilius, Honorius et Jean XXII, pape français auquel Maimbourg reconnaît qu’il a au moins eu l’humilité de reconnaître son erreur. Un accent peut-être spécifique de ce point de vue, bien sûr lié au contexte polémique des Histoires, est le fait que Maimbourg, dans le Traité Historique, présente justement les papes qui sont entrés en conflit avec les autorités temporelles, et ont dû rabattre leurs prétentions, comme Clément III, Innocent III, Boniface VIII et surtout Sixte Quint, comme des exemples de papes dans l’erreur52.

  • 53 Ainsi, par exemple, dans l’Histoire du Luthéranisme, le passage-clé, aux yeux de Rome, qui (...)
  • 54 Une des rares mentions explicites des Centuriateurs est ainsi l’occasion d’un éloge parado (...)

25Quelles sont les sources de cet antiromanisme topique ? Elles sont bien entendu difficiles à déterminer puisque Maimbourg en réalité s’emploie à les dissimuler derrière les auteurs qui ont le plus d’autorité, y compris en cour de Rome, dans une logique qui consiste justement à utiliser les écrivains les plus romains contre Rome elle-même. Baronio est ainsi fréquemment cité, souvent critiqué, mais fait aussi l’objet de plusieurs retournements ironiques au long du texte53. Qu’en est-il des Centuries de Magdebourg et de l’Histoire du Concile de Trente de Paolo Sarpi ? Clairement Maimbourg connaît les deux textes. On en trouve des traces en particulier dans l’Histoire du Luthéranisme et dans l’Histoire de la Ligue54. Il ne les cite cependant que pour les désapprouver. Si cela n’est guère surprenant dans le cas des Centuries, ça l’est un peu plus dans le cas de Paolo Sarpi.

26Ainsi dans l’Histoire du Luthéranisme, à propos du conflit entre Henri II et Jules III, Maimbourg écrit :

  • 55 Histoire du Luthéranisme, p. 375.

Sur quoy je trouve que le Cardinal Pallavicin a eû grande raison de reprendre ce que Fra Paolo dit à ce propos dans son Histoire du Concile de Trente. Car cet Auteur asseûre qu’on trouvoit fort étrange à Rome que le Roy protestoit qu’il vouloit toûjours rendre au Saint Siège le respect et l’obéïssance qu’on luy doit, en mesme temps qu’il agissoit si fortement contre le Pape : ce qu’on disoit ne pouvoir s’accorder parce que le Saint Siège n’est autre chose que le Pape. A quoy le Cardinal répond que ce Fra Paolo a grand tort d’attribuer un sentiment si déraisonnable aux Romains, et qu’on n’estoit pas si stupide à Rome qu’on n’y sceust fort bien qu’il y eut grande différence à faire entre le Saint Siège et le Pape quand il n’agit pas comme Pape, c’est à dire comme Chef de l’Église ex cathedra, de la manière que cette Parole importante se doit entendre. Ainsi, ajouste ce sçavant Cardinal, on peut estre bien avec le Saint Siège qu’on aime et qu’on protège, et mal avec un Pape duquel on n’a pas sujet d’estre satisfait55.

27Bien sûr, il est difficile de ne pas voir l’ironie de ce passage, qui tout en donnant raison à Pallavicini, lui attribue la distinction entre Sedes et sedens, laquelle est immédiatement rattachée par allusion au contexte des relations entre Louis XIV et Innocent XI.

28Dans cet antiromanisme très topique, on peut déceler quelques accents particuliers. Ainsi la Rome décrite par Maimbourg est un véritable complexe d’iniquité où le pape, sa cour, mais encore le peuple romain, nourrissent par leurs conflits et leurs complicités des revendications absurdes. La mise en scène du peuple romain est l’occasion de plusieurs portraits d’humeurs où Maimbourg n’hésite pas à renoncer aux principes de sa méthode historique. Ainsi si les Histoires affichent un refus du merveilleux auquel Maimbourg se tient généralement, les rares exceptions concernent le plus souvent Rome et notamment le peuple de la ville. Ainsi le récit des semaines qui précèdent le sac de Rome est-il plein de récits d’avertissements providentiels de la tragédie que Dieu va permettre :

  • 56 Ibid., p. 120-121.

Et parce que la miséricorde divine, qui prévient toûjours la justice, ne manque guères d’avertir les pécheurs, par quelque présage éclatant, de se mettre à couvert de la foudre que Dieu est prest de lancer sur leur teste, s’ils n’en détournent le coup par la pénitence : elle voulut aussi donner des signes de la prochaine désolation de Rome, ainsi qu’il y en eût qui précédèrent la destruction de Jérusalem. Un coup de foudre brisa les armes de Clément, qui estoient sur la porte d’un Palais, sans toucher au reste ; le Tibre se répandant hors de son lit, inonda durant l’hiver de cette année une bonne partie de la Ville ; la Lune parut comme toute teinte de sang ; la terre trembla ; les chiens s’échappant des maisons, courroient toute la nuit hurlant effroyablement par les ruës, et sur tout, quelques mois auparavant, un inconnu, à peu près semblable à celuy qui prédit la ruine de Jérusalem, annonça celle des Romains d’une manière aussi étrange et extraordinaire. C’estoit un homme de très basse condition, d’environ quarante ans, ayant le poil roux, le visage décharné, qui, à la réserve d’un méchant reste de drap tout usé dont il estoit ceint, alloit tout nud par les ruës, criant d’une voix lamentable, Pénitence, faites pénitence, et protestant que le temps s’approchoit auquel Rome seroit détruite en punition surtout des péchez des Ecclésiastiques, contre les vices desquels il déclamoit terriblement, et crioit de toute sa force, de temps en temps, et d’un ton lugubre et épouvantable, Malheur à toy, Rome ; malheur à toy, Pape Clément, sans qu’on pust jamais l’obliger à se taire, non pas mesme quand on l’eût mis en prison. […] Après tout on le prit pour un fou et l’on se moqua de sa prophétie : mais l’événement ne la vérifia que trop, peu de temps après, par le dernier malheur de Rome, qui fut prise et désolée comme je vais le raconter56.

  • 57 Ibid., p. 117.

29Ce passage indique clairement par ailleurs deux aspects de l’antiromanisme de Maimbourg. D’une part, on y voit à l’œuvre clairement un modèle biblique, que l’on retrouve par ailleurs aussi dans le portrait de Clément en Pharaon, décrit par Maimbourg quelques pages auparavant, Dieu permettant, que « ceux qui gouvernent se troublent tellement eux-mesmes, et prennent de si fausses mesures, que tout ce qu’ils font contribuë du moins autant à leur ruine que tous les efforts de l’ennemi qui les attaque »57. Ceci signale alors aussi une dimension proprement religieuse de l’antiromanisme de Maimbourg.

  • 58 Jean-Louis Quantin, Le Catholicisme classique et les Pères de l’Église, op. cit., p. 233-2 (...)

30D’autre part, ces passages fortement imprégnés d’imaginaires bibliques sont aussi, et c’est certainement particulièrement clair pour le public, un caractère proprement « littéraire ». Maimbourg, on le sait, fait l’objet de nombreuses critiques venues de l’érudition gallicane58. Ces critiques ont largement leur origine dans l’engagement antiprotestant et antijanséniste des Histoires. Elles ne s’y réduisent cependant pas, et c’est bien le mode même d’écriture de l’histoire de Maimbourg, voire sa compréhension de l’espace socio-culturel tant de l’histoire que de son propre travail de professionnel de l’écriture, qui pose ici problème. Ceci d’ailleurs le distingue nettement de la tradition postérieure de l’histoire gallicane, et en particulier de Fleury. L’exceptionnalité de Maimbourg ici cependant apparaît aussi comme un possible culturel et religieux

31En effet, le caractère « littéraire » de Maimbourg semble rejoindre son caractère topique. Si on le pense justement indépendamment d’un modèle, un peu téléologique peut-être, de perfection de l’histoire gallicane, Maimbourg n’apparaît plus simplement comme la figure hybride et un peu monstrueuse à la fois d’historien-littérateur et de jésuite-gallican. Il y a de fait chez lui une cohérence entre discours antiromain, et positionnement « littéraire », au service de la politique louis-quatorzienne. On a vu déjà combien justement l’ironie, par exemple, sert à déconstruire le récit romain de l’histoire de l’Église en le retournant contre lui-même, et comment métaphores et gloses permettent de relier dans un implicite presque explicite la situation passée à la situation contemporaine.

32Par ailleurs, le travail littéraire est aussi au cœur de la construction de ce qu’on peut appeler un antiromanisme total qui justement en explique le caractère topique. Il permet par exemple d’intégrer les figures de bon pape dans les figures d’extravagance et de mettre en lien idéologie pontificale et revendications d’autorité. Ainsi, évoquant Adrien IV et son projet, interrompu par son décès, d’excommunier Frédéric, Maimbourg retourne tout ce qui différencie ce dernier d’autre papes moins pieux pour réduire l’ensemble à des excès de passion semblables :

  • 59 Histoire de la Décadence de l’Empire après Charlemagne, p. 406.

Car bien loin qu’on le blasme, comme l’on a fait quelques autres Papes, d’avoir eû trop de passion pour l’agrandissement de ses neveux, et de ses autres parens qui estoient fort pauvres, je trouve qu’on le louë mal à propos de les avoir tellement abandonnez, qu’il ne leur voulut jamais donner un seul obole, jusques-là mesme qu’il se contenta de recommander sa mère, qui estoit fort vieuille, et dans une extrême pauvreté, à la charité et aux aumosnes de l’Eglise de Cantorbery, qui en prit si peu de soin après la mort de ce Pape, que la pauvre femme en pensa mourir de faim et de misère. Cela sans doute est ce qu’on appelle outrer la vertu […] Mais une plus longue réflexion sur ce sujet seroit fort inutile, car il n’y pas lieu de craindre que ce mauvais exemple soit jamais suivi des autres Papes, qui auront toûjours l’ame trop grande pour aller jusques à cet excès de dureté à l’égard de leurs parens59.

33Ici d’ailleurs, approche littéraire de l’histoire et construction du projet des Histoires comme ensemble de publication dont la cohérence se renforce et émerge peu à peu se rejoignent. Il y a dans les Histoires de Maimbourg une aspiration à la totalité qui ne relève pas purement et simplement justement d’une approche historienne ou érudite, mais qui en font un véritable roman d’un catholicisme alternatif, construit d’ailleurs par le roman de son fantôme romain.

34Très signifiante de ce point de vue est la manière dont Maimbourg aborde la question du rapport entre l’histoire et la théologie. De fait, tout en discutant de questions proprement théologiques, Maimbourg revient fréquemment sur le fait qu’il écrit non pas en théologien mais en historien. Même dans le Traité historique des prérogatives de l’Eglise de Rome, beaucoup plus proche du traité historico-théologique qu’on voit pratiquer par toute une série de théologiens français et où l’histoire sert justement à résoudre un point de théologie, comme justement celui traité par Maimbourg de l’infaillibilité et de la supériorité du concile sur le pape, Maimbourg continue d’affirmer qu’il ne se pose pas en théologien.

  • 60 Traité historique des prérogatives de l’Eglise de Rome, p. 7.

35Le traité bien sûr est saturé de définitions qui sont en réalité théologiques, par exemple lorsque, dès son ouverture, Maimbourg propose une définition de l’Église qui est en réalité déjà une affirmation d’une ecclésiologie épiscopalienne : « l’Eglise Universelle est un Tout composé de tous les Fidelles, et de toutes les Eglises particulières, qui ne sont qu’une par la Communion qu’elles ont avec une Eglise principale. […] il n’y a qu’un seul Episcopat, dont chaque Evesque possède solidairement une partie »60. Ces passages sont eux-même fondés sur des autorités qui ne sont pas proprement historiques, comme par exemple en ce cas celle de saint Cyprien, auquel Maimbourg reprend cette définition. Plus même, la formalité théologique de la dispute, et de la réponse à des objections par des distinctions qui permettent de sortir de contradictions apparentes ou de concilier des lieux théologiques avec une thèse apparemment contraire, est aussi clairement présente dans le Traité historique. Ainsi, à propos des promesses faites à Pierre en divers passages des Évangiles, Maimbourg écrit :

  • 61 Ibid., p. 91-92.

Pour les objections que l’on forme sur les paroles de Jésus Christ à Saint Pierre, Je bastyray mon Eglise sur cette Pierre ; Je te donneray les Clefs du Royaume des Cieux ; J’ay prié pour toy que ta foi ne défaille point ; Pais mes Agneaux : il est aisé d’y satisfaire, en disant que selon la commune interprétation des Pères, et sur tout de Saint Augustin, elles sont dites à Saint Pierre, comme représentant l’Eglise par l’union que ses Pasteurs ont avec luy comme avec leur Chef, et qui, en vertu de cette union, ne sont avec luy qu’un seul Episcopat Universel. Et pour mieux exprimer cette unité, il s’adresse et parle à un seul, au Chef auquel il a donné la Primauté sur tous les autres. De sorte que quand en cette union, ou plûtost en cette unité, il prononce et définit conjointement avec eux dans un Concile, ou du consentement de l’Eglise par les Evesques : il ne peut jamais faillir, le fondement est toûjours inébranlable, et les Agneaux sont toûjours infailliblement bien gouvernez et bien nourris61.

36Il ne reste d’historique dans ce raisonnement que le fait d’en attribuer la distinction aux Pères. Pourtant Maimbourg maintient et répète que non seulement il n’est pas théologien mais que l’ouvrage est exempt de « raisonnements ». Ce déni de la théologie, ou plutôt du raisonnement théologique, c’est-à-dire du raisonnement scolastique, n’est pas en soi surprenant, il s’inscrit dans l’affirmation d’un impérialisme de l’histoire que Maimbourg partage avec le reste de l’érudition gallicane et dont il reprend la rhétorique :

  • 62 Ibid., p. 143-144.

Ce sont-là des raisonnemens ausquels je ne vois pas qu’on puisse jamais bien répondre. Mais parce que je n’agis pas dans ce Traité par la voye des raisonnemens, qui entraisne toûjours après soy la dispute contre des gens qui, pour ne pas demeurer court, quand ils sont arrestez par la raison toute évidente, ne manquent pas de se sauver par certains faux-fuyans de distinctions embarrassées, et que l’on n’entend jamais bien : je veux me tenir dans les termes que je me suis prescrits, et ne me servir que des faits incontestables de l’Antiquité qui nous sont fournis par l’Histoire62.

37Ce déni a cependant chez Maimbourg une fonction propre qui rejoint la manière dont se construit l’antiromanisme dans les Histoires. L’impérialisme du fait historique – réaffirmé constamment dans le traité comme dans ce passage qui introduit l’état de la question sur la supériorité du concile (« Je ne fais que produire simplement des faits tout évidens, contre lesquels tous les raisonnemens du monde ne feront jamais rien ; car enfin, peut-on faire, à force de raisonner, que ce qui s’est fait ne soit pas fait ») – sert aussi à démasquer le caractère non historien du récit romain de l’histoire du catholicisme. Bellarmin, Pallavicini, mais aussi Baronio sont ici particulièrement visés comme justement des auteurs qui réintroduisent de la théologie dans l’histoire :

  • 63 Ibid., p. 86.

Je sçay bien que le Cardinal Baronius dit, et s’efforce de montrer dans ses Annales, que Saint Pierre en cette occasion ne faillit point du tout, et ne fit pas la moindre faute. Je n’entreprendray pas de le combattre, et de détruire ses raisonnemens, comme il y en a qui croyent l’avoit fait sans beaucoup de peine. Je ne dispute point du tout en ce Traité, où je ne dois qu’exposer simplement les faits. C’est donc assez que je dise : Il est vray que ce grand Cardinal est de ce sentiment, parce qu’il croit que Saint Pierre estoit infaillible ; cependant Saint Augustin croit non seulement qu’il ne l’estoit pas, mais aussi qu’il faillit, et tomba jusques à cinq fois, quand il craignit de se noyer, et que Jésus-Christ luy dit, Homme de peu foy, pourquoy as-tu douté ?, quand il le voulut détourner de souffrir pour nous, et qu’il fut repoussé avec ces paroles très fortes, Retire toy Satan ; quand il coupa l’oreille à Malchus, et qu’il renia trois fois son Maistre ; et quand enfin il tomba dans cette feinte pour laquelle Saint Paul le reprit. Saint Augustin donc, Saint Ambroise, Saint Cyprien, le Pape Pélage, et Saint Paul mesme, disent positivement le contraire de ce que dit Baronius, comme je viens de le montrer. Sur quoy de sçavans hommes font ces raisonnemens qu’ils tirent de Saint Augustin, et ausquels ils ne croyent pas qu’il y ait de réplique : Ou Saint Paul disoit vray, quand il asseûroit que Saint Pierre estoit répréhensible, qu’il ne marchoit pas droit selon la vérité de l’Evangile, et qu’il contraignoit les gentils convertis de judaiser ; ou ce qu’il disoit estoit faux. S’il disoit vray, il est donc véritable que Saint Pierre n’estoit pas infaillible, puisqu’il faillit effectivement en cette rencontre. S’il ne disoit pas vray, il faudra donc conclure que l’Epistre aux Galates, qui fait une partie de l’Ecriture Sainte, n’est point parole de Dieu ; ce qui est manifestement contre la Foy63.

38Ce passage est doublement intéressant. On y retrouve à nouveau le même déni de raisonnement, fondé sur l’accumulation des autorités. En même temps, Maimbourg ajoute immédiatement que d’autres que lui pourraient proposer, contre Baronio, un raisonnement syllogistique, qu’il ne manque cependant pas de nous exposer ici par prétérition. Méthode historique et procédé littéraire se mêlent ici pour dénoncer le caractère à la fois an-historique et erroné du récit romain de l’histoire de l’Église.

  • 64 Sur le gallicanisme dans la Compagnie de Jésus à la fin du XVIIe siècle, nous nous permett (...)

39Une dernière spécificité de l’antiromanisme de Maimbourg enfin est son caractère jésuite qui ne se réduit pas à l’appartenance de son auteur à la Compagnie de Jésus. La publication des Histoires sert aussi à publier la possibilité d’un antiromanisme jésuite, tant vis-à-vis du public que de la Compagnie de Jésus elle-même. C’est vraisemblablement d’ailleurs une des raisons de l’ordre donné par Innocent XI d’expulser Maimbourg de la Compagnie. L’expulsion en même temps, ne suffit pas à garantir le caractère non jésuite des Histoires. Au contraire, tous les volumes qui paraissent après l’expulsion mobilisent la publicité de cette dernière, en donnant systématiquement comme auteur « le sieur Louis Maimbourg, cy-devant jésuite », qui n’est plus jésuite par la volonté de cet Innocent XI, et surtout de sa cour, que les Histoires ne cessent de critiquer. Apparaît alors en creux ce que pourrait être la Compagnie gallicane à un moment justement où l’ordre jésuite semble de plus en plus perméable à l’habitus gallican64.

40Ainsi, dans l’Histoire de la Ligue, Maimbourg insiste longuement sur les États de 1614-15, moment essentiel à la fois dans l’histoire de l’inscription de la Compagnie dans le catholicisme français, mais encore moment à partir duquel commence à se faire jour une sensibilité des jésuites de France à la culture gallicane. Peut aussi concerner les jésuites le commentaire que Maimbourg propose à propos de disciples de Pierre de Jean Olivi :

  • 65 Histoire de la décadence de l’Empire après Charlemagne, p. 502.

C’est icy sans doute un terrible exemple qui doit ouvrir les yeux aux supérieurs des Communautez Religieuses, pour leur faire voir combien il est dangereux de souffrir qu’il s’y forme sous-main certaines associations secrettes et clandestines de quelques particuliers, qui, sous le spécieux prétexte de vouloir estre plus spirituels que les autres, y font une espèce de retranchement, ou plûtot de ligue, qui tend de sa nature au schisme [… ]65.

41Ce passage a bien sûr une tonalité antijanséniste. Il n’est pas impossible cependant qu’il vise aussi en partie la Compagnie dans laquelle occasionnellement de tels mouvements ont pu apparaître et au moment, justement, où les tensions internes grandissent autour de diverses questions de théologie, comme la place du cartésianisme, le probabilisme, mais aussi évidemment le gallicanisme lui-même.

  • 66 Sur le rôle de Bobadilla dans les différents conflits internes de la Compagnie de Jésus qu (...)

42Enfin, plusieurs passages évoquent directement l’histoire de la Compagnie proprement dite et en particulier l’histoire de ses rapports avec les pouvoirs politiques. Un passage particulièrement intéressant de ce point de vue concerne le retour à Rome de Nicolas Bobadilla66, chassé par Charles Quint en raison de son opposition à la paix avec les princes protestants. Maimbourg non seulement insiste sur le fait que Bobadilla « suivant son naturel, ardent, ouvert, franc et hardi, alloit quelquefois un peu vite », mais surtout tient à affirmer que c’est son opposition au prince au nom d’un impératif de pureté religieuse qui lui vaut la réprobation d’Ignace. S’opposant à l’interprétation que donne de l’événement l’historien de la Compagnie Orlandini, il écrit que le refus d’Ignace de recevoir Bobabilla s’explique

  • 67 Histoire du Luthéranisme, p. 359.

non pas, comme dit Orlandin, parce qu’il n’estoit pas encore bien informé de la cause pour laquelle on l’avoit chassé ; car comment eust-il pû ignorer ce que cet Ecrivain dit luy-mesme qu’on sçavoit déjà à Rome […] ? C’est qu’il voulust témoigner par là qu’il n’estoit point du tout satisfait de sa conduite […]. En effet, on ne trouve pas que ce sage Pontife se soit formalisé du rude traitement que saint Ignace avoit fait à ce Père Espagnol, qui s’imaginoit s’estre acquis un fort grand mérite auprès de sa Sainteté, en écrivant, comme il croyoit, pour ses intérests. Cela nous fait une belle leçon pour nous apprendre qu’on n’a que faire à la Cour de Rome ni de la flatterie, ni de zèle indiscret ; que ce n’est point la servir que de se mettre en danger pour luy plaire, d’offenser les Princes, en blasmant leur conduite dans les choses qu’ils croyent avoir droit de faire67.

43Une fois encore, on est de retour à Innocent XI et à Louis XIV, et même peut être à Maimbourg lui-même.

Conclusion

  • 68 Gilles Declercq, « Un adepte de l’histoire éloquente », art. cité.

44Maimbourg s’inscrit dans la tendance lourde qui fait de l’histoire un vecteur privilégié et un lieu de construction de la culture gallicane. En même temps, malgré, et peut-être à cause de son caractère topique, l’antiromanisme de l’historien Maimbourg ne se réduit pas à un énième exemple d’impérialisme de l’histoire dans la théologie gallicane. Il signale, à la fin du xviie siècle, la possibilité d’une voie originale dans l’historiographie antiromaine, qui précisément est celle d’une « histoire éloquente »68. Le type de rapport à l’histoire qu’il dessine en effet, n’est pas simplement celui d’un rapport par défaut. Il signale à ce moment une possibilité culturelle et religieuse qui ensuite disparaît, celle, pour un professionnel de l’écriture, de proposer l’antiromanisme sous une forme presque romanesque. Il est frappant d’ailleurs de voir justement comment ce qui est précisément reproché à Maimbourg par ses adversaires en France est justement son caractère proprement romanesque. Les remarques de Bayle sur le succès de Maimbourg sont explicites à la fois sur le caractère romanesque et sur le succès des Histoires :

  • 69 Nouvelles de la Républiques des Lettres, avril 1684, dans Œuvres diverses de Mr Pierre Bay (...)

Si l’on demande d’où vient cette avidité pour les Histoires de M. Maimbourg, je ne saurais répondre autre chose, si ce n’est qu’on en trouve la lecture fort divertissante, soit à cause de la diversité des événements qu’il y entremêle, soit parce qu’il a trouvé le secret de donner à l’histoire l’air du roman, et au roman l’air de l’histoire, ce qui n’est pas un don médiocre, soit enfin parce que chacun a son goût, et que le je ne sais quoi s’est mêlé de la partie69.

  • 70 Gilles Declercq, « Un adepte de l’histoire éloquente », art. cité, p. 129.

45Comparant l’écriture de l’histoire chez Maimbourg au panégyrique et à l’hagiographie, Gilles Declercq écrit qu’il « témoigne, à l’évidence, de l’étendue du champ de la rhétorique au xviie siècle par la convergence qu’elle établit entre l’écriture historique et le genre romanesque »70. L’hypothèse qu’on a voulu proposer ici est que cette parenté n’est pas signifiante qu’en termes littéraires, mais encore en termes d’histoire culturelle du religieux. Maimbourg ne quitte pas la position sociale de « littérateur » qui est la sienne, mais présente ainsi une autre forme d’auto-compréhension narrative du sentiment gallican.

46Là où le gallicanisme dans son ensemble répond à la théologie romaine du pouvoir pontifical par l’histoire, positions que Maimbourg partage, ses Histoires y ajoutent pratiquement la contestation du récit hagiographique et spirituel de l’élection des papes par l’épopée politico-religieuse d’un roi et d’une Église de France en lutte contre les revendications de pouvoir de Rome et de ses pontifes, autre transfert religieux et culturel, si l’on ose dire, entre l’Église et l’État. Ce qu’il offre au gallicanisme, c’est un récit de soi susceptible de continuer à nourrir la conjonction entre une conscience nationale et un sentiment religieux. Peut-être est-ce justement ce qui a manqué par la suite, à une historiographie gallicane souvent triomphante par la qualité de son érudition mais précisément prise dans le devenir culturel et ecclésial de l’érudition.

47En même temps, la singularité de Maimbourg à cet égard est indéniable et signale peut-être aussi la fragilité de son positionnement dans l’histoire culturelle du catholicisme français de la période moderne. Peut-être même n’est-il en réalité encore possible chez Maimbourg que parce que ce dernier est encore une figure hybride et archaïque socialement et religieusement : plus un scriptor qu’un historien, et figure atypique de jésuite épousant la cause gallicane. Faire l’histoire de l’échec de la voie pensée comme possible par Maimbourg nécessiterait alors de faire l’histoire de l’impossibilité culturelle et religieuse de ces deux figures dans le premier xviiie siècle.

Notes

1 Sur Maimbourg historien, voir les études, essentiellement littéraires, de Gilles Declercq, « Un adepte de l’histoire éloquente, le Père Maimbourg, S.J. », XVIIe siècle, 143, 1984, p. 119-132, et id., « L’Histoire du Calvinisme de Louis Maimbourg et sa réception par la critique protestante », De la mort de Colbert à la Révocation de l’Edit de Nantes : un monde nouveau ?, Marseille, 1985, p. 199- 212, et surtout Jean-Louis Quantin, Le catholicisme classique et les Pères de l’Eglise. Un retour aux sources (1669-1713), Paris, 1999, p. 231-240, et id., « Croisades et supercroisades : les Histoires de Maimbourg et la politique de Louis XIV », dans Ch. Grell, W. Paravicini, J. Voss (éds.), Les princes et l’histoire du XIVe au XVIIIe siècle, Bonn, 1998, p. 619-644.

2 Voir sur ce point l’étrange et volontaire omission du cas Maimbourg dans Pierre Blet, « Jésuites gallicans au XVIIe siècle ? À propos de l’ouvrage du P. Guitton sur le P. de la Chaize », Archivum Historicum Societatis Iesu, XXIX/57, 1960, p. 55-84, qui écrit : « C’est à dessein, entre autres, que le P. Maimbourg a été omis : il s’agit d’un cas extrême qu’une ‘moyenne’ doit écarter » (p. 84).

3 Bruno Neveu, Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1994, « Mabillon et l’historiographie gallicane vers 1700 : érudition ecclésiastique et recherche historique au XVIIe siècle », p. 179.

4 Jean-Louis Quantin, Le catholicisme classique, op. cit., p. 237-238. La citation de Jean Le Fèvre se trouve dans les Entretiens d’Eudoxe et d’Euchariste, s. l., 1674, p. 84-85, cité dans Jean-Louis Quantin, op. cit., p. 237, n. 291.

5 Jean-Louis Quantin, op. cit., p. 248.

6 On trouvera l’essentiel des références utiles à la biographie de Maimbourg dans Jean-Louis Quantin, « Croisades et supercroisades », art. cité, p. 619, n. 1. Rappelons les plus essentielles : Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, 11 vol., Bruxelles-Paris, 1890-1932, t. 5, p. 343-356, Louis Ellies du Pin, Bibliothèque des Auteurs ecclésiastiques du dix-septième siècle, t. 4, Paris, 1708, p. 242-249, et Alfred Rébelliau, Bossuet historien du Protestantisme. Étude sur l’Histoire des variations et sur la controverse entre les protestants et les catholiques au dix-septième siècle, Paris, 1891, p. 356 et p. 374-375. Jean-Louis Quantin ajoute quelques précisions importantes, notamment p. 623, n. 20, et p. 625.

7 Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 623.

8 Ludouico XIII Galliæ et Nauarræ Christianissimo Regi. Ob Galliam Virgini Consecratam Justo Magno Pio Panegyricus in solemnibus Rothomag. Gymnasii comitti honestissimo Clariis hominum cœtu dictus Idib. Novemb. Anno 1639 a Ludouico Maimbourg e Societat. Iesu, Rouen, Jean Le Boulenger, 1639.

9 De Galliæ Regum excellentia. Ad illud D. Gregorii Magni : Quanto cæteros homines Regia dignitas Antecedit ; tanto cæterarum gentium Regna Regni Francici culmen excedit. Panegyricus in solennibus Rothomag. Gymnasii Comitiis Honestissimo clariss. Hominum cœtu. Dictus XIII Kal. Decemb. Anno 1640 a Ludouico Maimbourg e Societ. Iesu Sacerdote, Rouen, Jean Le Boulenger, 1641.

10 Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 623-624, où sont indiqués les endroits des Histoires qui attestent cette rupture avec la Lorraine.

11 « Sola in Gallia Reges numquam a Petri nauicula, ex quo illam duce gubernatoreque Religio subicere, pedem et animum retulerunt. »

12 Lettre d’un docteur en Théologie à un de ses amis, sur la Traduction du Nouveau Testament imprimée à Mons, s. l., signée de novembre 1667, et Deffense des sermons faits par le R. P. Maimbourg jésuite contre la traduction du Nouveau Testament imprimée à Mons, Paris, F. Muguet, datée de février 1668. Sur cette querelle, Ph. Dieudonné, La paix clémentine. Défaite et victoire du premier jansénisme français sous le pontificat de Clément IX (1667-1669), Louvain, 2003, p. 96-104.

13 Ph. Dieudonné, op. cit., p. 75-80, et p. 105-115.

14 La méthode pacifique pour ramener sans dispute les protestans à la vraye foy sur le Point de l’Eucharistie, Paris, S. Mabre-Cramoisy, 1670 ; Traité de la vraie parole de Dieu pour réunir toutes les Sociétez Chrétiennes dans la Créance Catholique, Paris, S. Mabre-Cramoisy, 1671 ; Traité de la Vraie Eglise de Jésus-Christ pour ramener les Enfans égarez à leur mère, Paris, S. Mabre-Cramoisy, 1671. L’ensemble fait ensuite l’objet d’une publication commune sous le titre de Trois traitéz de Controverse.

15 Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 619-621.

16 Ibid., p. 637

17 Ibid., p. 627.

18 Ibid., p. 629.

19 Le bref est du 12 mars 1678. Il est envoyé à Paris le 6 avril et remis le 20 juin 1678. Dans l’intervalle, bien sûr, son existence est connue à la Cour. Voir Pierre Blet, Les Assemblées du Clergé et Louis XIV de 1670 à 1693, Rome, 1972, p. 153-159.

20 Histoire du Grand Schisme, p. 447. Jean-Louis Quantin, art cité, p. 629.

21 La lettre est publiée dans l’Histoire du Grand Schisme.

22 Histoire de la Décadence de l’Empire depuis Charlemagne. Et des différends des Empereurs avec les Papes au sujet des investitures et de l’Indépendance, depuis la mort de Charlemagne en 814 jusqu’en 1356.

23 Pierre Blet, op. cit., p. 161-165.

24 Voir ACDF [Archivio della Congregazione per la dottrina della fede], Censuræ Librorum 1680-1682, dossier 2, sur l’Histoire du Grand Schisme, et dossier 4, sur l’Histoire du Luthéranisme. Le dossier d’examen de l’Histoire de la Décadence de l’Empire se trouve, entre autres, dans la liasse St. St. [Stanza Storica] H5-d, qui contient aussi les discussions autour du renvoi de Maimbourg de la Compagnie.

25 Pierre Blet, op. cit., p. 179.

26 Ibid., p. 189.

27 Ibid., p. 199.

28 Ibid., p. 206.

29 Histoire du Luthéranisme, p. 365.

30 Tous ces passages sont aussi relevés par Jean-Louis Quantin, art. cité, p. 639.

31 « Siricii cum Origenistis, per quam subtiliter multa huiusce temporis sub alienis coloribus exprimunt, ut multis in curia romana dat causas offensionis. » Voir aussi la réponse du P. de la Chaize, du 13 septembre 1680, citée par Georges Guitton, Le P. de La Chaize, confesseur de Louis XIV, 2 vol., Paris, 1959, t. 1, p. 103-104.

32 Je n’entre pas dans le détail de l’examen de Maimbourg au Saint-Office et de l’histoire de son renvoi de la Compagnie, sur lesquels je reviendrai dans un autre texte.

33 ACDF, St. St. H5-d, f°533 et sq., f°547 et sq.

34 Ibid., f°581 et sq.

35 « Basta legger le pasquinate del ultimo libro del Luteranismo, e l’empietà di cui è ripienno, per concepire un santo zelo di vendicar l’onore della Santa Sede sí indegnamente calpestata. »

36 « Il solo dubbio d’esser scommunicato metterà il confessore in gran perplessità. »

37 « Ha gran rispetto per le cose sacre. »

38 Cette congrégation coïncide d’ailleurs avec la décision d’Innocent XI d’évoquer la cause de la régale pour éviter que l’archevêque de Toulouse puisse faire le procès du chapitre : Marc Dubruel, « Innocent XI et l’extension de la régale d’après la correspondance confidentielle du Cardinal Pio avec Léopold Ier », Revue des Questions Historiques, 38, 1907, p. 101-137, ici p. 130.

39 On trouvera le décret au dos de la relation de Favoriti.

40 Relation de la visite de l’Assesseur à Oliva dans ACDF, Censuræ Librorum 1680- 82, dossier 2, f°9-11.

41 Lettre du cardinal Pio à Léopold Ier, 18 novembre 1680, citée par Marc Dubruel, art. cité, p. 128.

42 Voir la lettre du 1er janvier 1681 de Pierre de Verthamon à Oliva, ARSI [Archivum Historicum Societatis Jesu], Gallia 65, f°57, et la lettre du roi à Pierre de Verthamon du 7 février 1681, ibid., f°58.

43 ARSI, Gallia 65, f°58.

44 Pierre Blet, op. cit., p. 301.

45 Histoire de la Ligue, épître au roi.

46 Voir l’avertissement au lecteur.

47 Emmanuel Schelstrate, Acta Constantiensis Concilii ad expositionem decretorum eius sessionum quartæ et quintæ facientia nunc primum ex codicibus MSS. in lucem eruta ac dissertatione illustrata per D. Emanuelem A. Schelstrate S. T. D. Bibliothecæ Vaticanæ præfectum, Anvers, 1683. Sur Schelstrate, voir Lucien Ceyssens, La correspondance d’Emmanuel Schelstrate, préfet de la bibliothèque Vaticane, Bruxelles-Rome, 1949.

48 Cette édition fut cependant un échec commercial en raison de l’édition lyonnaise subreptice, laquelle cependant signale aussi bien la vogue des Histoires de Maimbourg. Voir Jean-Louis Quantin, Le Catholicisme classique et les Pères de l’Église, op. cit., p. 236-237.

49 Voir Pierre-Jean Souriac, « Écrits historiques et excommunication sous Henri III et Henri IV », dans Sylvio De Franceschi (éd.), Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (XVIe-XXe siècles), Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, 7, Lyon, 2009, p. 11-44.

50 Histoire de la Décadence de l’Empire, p. 57 : « Ainsi les foudres et les anathèmes que les deux Papes lançoient réciproquement l’un contre l’autre, et contre tous ceux qui suivoient un parti contraire au leur, ne faisoient nul mal à personne. Et ces écrivains emportéz qui traitent encore aujourd’hui de schismatiques, avec d’horribles outrages, ceux qui estoient dans une obédience qu’ils n’approuvent pas, ne sçavent ce que c’est que d’écrire en honnestes gens, et en historien, n’estant que de foibles déclamateurs, qui osent décider de leur autorité particulière, avec très peu de jugement et beaucoup de témérité, ce que l’Église même n’a pas jugé qu’elle deust déterminer. C’est ainsi qu’il y eût en mesme temps deux Papes, sans qu’on sçeust de certitude qui estoit le faux ou le vray [...]. »

51 Histoire de la Ligue, p. 389.

52 Maimbourg leur consacre le chapitre 13 du Traité Historique.

53 Ainsi, par exemple, dans l’Histoire du Luthéranisme, le passage-clé, aux yeux de Rome, qui revient sur Siricius, qui se laisse gouverner par les origénistes, « ce que le Cardinal Baronius déplore amèrement dans ses Annales », affirmant à propos de Jérôme que « le saint Docteur n’estoit pas trop bien avec le Pape », p. 376.

54 Une des rares mentions explicites des Centuriateurs est ainsi l’occasion d’un éloge paradoxal de Baronius, « en vénération dans tout le monde, nonobstant quelques fautes qu’on ne peut nier qui luy soient échapées en tant de volumes, ou par un peu de prétention, ou par le trop de confiance qu’il a eû en ses copistes » (Histoire du Luthéranisme, p. 415).

55 Histoire du Luthéranisme, p. 375.

56 Ibid., p. 120-121.

57 Ibid., p. 117.

58 Jean-Louis Quantin, Le Catholicisme classique et les Pères de l’Église, op. cit., p. 233-235, et Béatrice Guion, « Comment écrire l’histoire ? L’ars historica à l’âge classique », XVIIe Siècle, 246, 2010/1, p. 9-25, ainsi que l’introduction au dossier Faire lire l’histoire de Béatrice Guion et Claudine Poulouin, ibid., p. 3-7.

59 Histoire de la Décadence de l’Empire après Charlemagne, p. 406.

60 Traité historique des prérogatives de l’Eglise de Rome, p. 7.

61 Ibid., p. 91-92.

62 Ibid., p. 143-144.

63 Ibid., p. 86.

64 Sur le gallicanisme dans la Compagnie de Jésus à la fin du XVIIe siècle, nous nous permettons de renvoyer à Jean-Pascal Gay, « Voués à quel royaume ? Les Jésuites entre vœux de religion et fidélité monarchique. À propos d’un mémoire inédit du P. de La Chaize », XVIIe Siècle, 227, 2005/2, p. 285-314.

65 Histoire de la décadence de l’Empire après Charlemagne, p. 502.

66 Sur le rôle de Bobadilla dans les différents conflits internes de la Compagnie de Jésus qui suivent et précèdent la mort d’Ignace et sur son importance dans l’histoire de la Compagnie, voir Michela Catto, La Compagnia divisa. Il dissenso nell’ordine gesuitico tra ‘500 e ‘600, Brescia, 2009, p. 17-61.

67 Histoire du Luthéranisme, p. 359.

68 Gilles Declercq, « Un adepte de l’histoire éloquente », art. cité.

69 Nouvelles de la Républiques des Lettres, avril 1684, dans Œuvres diverses de Mr Pierre Bayle, La Haye, par la Compagnie des Libraires, 4 vol., 1737, t. I, p. 27, cité par Béatrice Guion et Claudine Poulouin (voir supra, n. 58).

70 Gilles Declercq, « Un adepte de l’histoire éloquente », art. cité, p. 129.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search