Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

Pouvoir pontifical et pouvoir monarchique dans les Écrits historiques d’Étienne Pasquier

Pierre-Jean Souriac

Texte intégral

  • 1 Aux catholiques françois. Sur le livre De Suprema Summi Pontificis in Ecclesiam potestate, s. l., 1 (...)

Du Val, je suis d’advis que tu ailles à Romme / publier tes escrits du pape : car en somme / tu pourras y avoir quelques part du gasteau, / mais de les publier, comme tu faiz, en France, / je crains qu’en gastant tout, en fin une potence / pour t’eslever plus hault te serve de tombeau.
Non point que nostre foy soit au Romain suspecte, / la France de toute temps le sainct Siege respecte, / et nul roy n’est au nostre en ce subjet esgal. / Mais qui comme Du Val la papauté courtise, / pendant qu’il fait semblant de conserver l’Église / perd nos roys, et la France et les mect au raval1.

  • 2 André Duval, De Suprema romani pontificis in Ecclesiam potestate disputatio quadripartita, Paris, 1 (...)

1Étienne Pasquier publiait en 1614 un libelle polémique qui était une réponse à la sortie du livre d’André Duval sur la supériorité pontificale2. La question portait sur la réception du concile de Trente en France, et la question du pouvoir pontifical agitait les esprits, tous tournés vers les débats tenus aux États Généraux. Au-delà de cette réponse conjoncturelle, Étienne Pasquier posait face à Duval l’enjeu même de son gallicanisme qu’il voulait le plus consensuel possible : fidélité à Rome et fidélité au roi dans le respect des autorités temporelles de chacun.

  • 3 Voir l’édition la plus récente : Étienne Pasquier, Les recherches de la France, éd. Marie-Madeleine (...)
  • 4 Dorothy Thickett, Bibliographie des œuvres d’Estienne Pasquier, Genève, 1956 ; George Huppert, « Le (...)

2Dans l’œuvre d’Étienne Pasquier, la question de ce respect des autorités temporelles et spirituelles a fait l’objet d’un long développement historique au sein de son principal travail, Les Recherches de la France3. Ce travail, entreprise majeure de sa vie, s’est modifié à la suite de multiples remodelages au fil des évolutions de son auteur et des nécessités de la conjoncture4. La première édition date de 1560, et de son vivant, Pasquier mit la dernière touche à la cinquième édition, en 1615, juste avant sa mort. Plusieurs éditions posthumes virent le jour, dont la plus complète est celle de 1621. L’objectif de l’œuvre est affirmé dès son préambule, à savoir mettre en lumière une spécificité française depuis le règne de Pharamond jusqu’au temps de Pasquier. Le livre I se consacre à l’histoire de France avant 1066, le second livre, paru en 1565, est consacré aux institutions politiques du pays. Le livre III est entièrement dédié à l’histoire des institutions ecclésiastiques, et ce, dans une finalité qui justifie l’écriture même de l’ouvrage : défendre les libertés gallicanes de l’Église de France, du roi et des sujets, face au pouvoir pontifical.

  • 5 Étienne Pasquier, Recherches, op. cit., p. 572 : première ligne du chapitre VIII : « Des libertés g (...)

3Pasquier écrit au sujet du souverain pontife : « Jamais dignité ne monta à telle grandeur que la papauté et jamais dignité ne fut tant combattue en ce monde comme celle-là, non par armes matérielles, ains par les spirituelles »5. Un des enjeux du récit historique défini par Étienne Pasquier est ainsi de montrer l’imbrication d’une histoire nationale, celle de la monarchie française, avec une histoire pontificale intimement liée au royaume de France par la foi de son souverain et de ses sujets. Histoire de destinées imbriquées l’une dans l’autre, le récit se charge de mettre en valeur le respect par les monarques français de la prééminence du siège apostolique et de la tradition dogmatique fixée dans les conciles, mais aussi le refus, par ces mêmes monarques, d’accepter les prétentions ultramontaines des souverains pontifes, des lointaines censures médiévales aux positions disciplinaires immédiates du concile de Trente. Les Recherches tentent de définir une identité politique française aux yeux de cet historien de la fin du XVIe siècle, et dans cette identité politique, le rapport à Rome s’avère être un élément constitutif.

4L’œuvre de Pasquier se veut œuvre d’historien, mais elle serait incompréhensible si elle n’était resituée dans la France traversée par les oppositions religieuses des catholiques et des protestants, dans une France déjà marquée par la réformation catholique, souhaitée depuis près d’un siècle, inspirée plus récemment par les décisions du concile de Trente. Or cet engagement traverse toute la vie de Pasquier. Dès 1564, à 35 ans, il s’engage dans la lutte contre les jésuites qui viennent d’arriver dans le royaume. Il s’est alors insurgé contre le droit accordé par le roi à ces derniers d’ouvrir écoles et collèges, institutions placées en concurrence directe avec les universités. L’occasion d’en découdre s’est présentée quand les jésuites, une fois admis en France, ont fait leur demande d’immatriculation à l’université pour pouvoir enseigner. La demande a entraîné un procès pour lequel Pasquier est choisi en 1564 comme défenseur de l’Université. Il a eu face à lui Versoris, avocat des jésuites. C’est à cette époque qu’il rédige les livres 3, 4, 6 et 8 de ses Recherches et donc les lignes qui vont établir sa conception du lien entre monarchie française et pouvoir pontifical. Dans la suite de sa vie, il n’a jamais cessé son combat, continuant à attaquer les jésuites en publiant notamment en 1602 Le catéchisme des Jésuites, retouchant son livre 3 suite au débat issu des États Généraux de 1614 sur la question de la nature du pouvoir du roi, particulièrement face au pape.

5Il s’agit ici de montrer comment l’histoire est mise au service d’un débat contemporain, comment l’historien utilise sa connaissance du passé pour définir les équilibres de son époque, notamment dans les relations politiques qui unissent le roi de France, son clergé et le pape.

Au fondement du travail de Pasquier : les sources

  • 6 Philippe Desan, Penser l’histoire à la Renaissance, Paris, 1993, ch. 3, « Étienne Pasquier ou le tr (...)
  • 7 George Huppert, op. cit., p. 37.
  • 8 Philippe Desan, op. cit., p. 105.
  • 9 Voir notamment Bernard du Haillan, L’histoire de France, 1576 ; Jean du Tillet, Mémoires et recherc (...)

6Parmi les éléments qui caractérisent le travail d’Étienne Pasquier, l’historiographie traditionnelle a toujours considéré qu’il comptait parmi les premiers auteurs d’histoire à avoir fait un usage critique et raisonné de sources de première main et des œuvres laissées par ses confrères6. L’auteur lui-même s’est attaché à définir une méthode, à savoir « ne rien dire qui importe sans en faire preuve ». Selon lui, le lecteur doit être mis en contact des sources, non pas pour valoriser la seule érudition, mais pour qu’il puisse toucher du doigt ce qui a été dans les temps jadis7. De fait, Pasquier convient parfaitement avec les avancées critiques de la philologie ou les positions de juristes comme Budé ou Hotman, mais il semble être le premier à appliquer ces méthodes à la discipline historique, ou du moins à l’affirmer clairement8. Il s’inscrit dans un courant d’historiographes qui font le choix de citer et de se référer à leur source, qui pratiquent l’interpolation des textes, voire construisent leur récit par juxtaposition de documents9. Si les guerres de Religion ont vu pulluler ce type de recueil, dans des logiques partisanes, ce genre historique ne cessa de faire école.

7Par ailleurs, le titre de l’ouvrage renvoie au souci argumentatif de l’auteur, l’emploi du terme de Recherche écartant le projet d’une histoire linéaire du royaume, appelant une structure thématique de l’ouvrage, dans un processus narratif qui ressemble davantage à un traité juridique qu’à un livre d’histoire tel qu’on le conçoit à l’époque. Ainsi, il n’y a pas d’ordre chronologique dans les Recherches, pas de logiques spatiales, mais plutôt une logique encyclopédique qui, pour l’heure, se révèle particulièrement novatrice. Pasquier doit sa formation intellectuelle à l’apprentissage du métier de juriste, et c’est peut-être cela qui conditionne son approche de l’histoire. Par sa connaissance solide des sources juridiques, il utilise de manière récurrente les actes officiels des instances politiques qu’il étudie, et ceci dans une sorte de sacralisation du document juridique, les édits et les lois reflétant les aspirations d’un prince aussi bien que l’obéissance d’un peuple, volonté unanime visible par le document à un moment donné de l’histoire nationale.

8Afin de mieux mesurer l’ampleur de la documentation mobilisée par Pasquier pour présenter les relations politiques entre la monarchie française et le pouvoir romain, est donné en annexe un tableau qui synthétise les sources mobilisées dans les dix premiers chapitres du troisième livre des Recherches. Ces chapitres abordent l’origine du pouvoir romain et ses relations originelles avec les deux premières « races » des souverains français, les mérovingiens et des carolingiens.

9Étienne Pasquier utilise d’abord les œuvres de ses collègues historiens pour justifier ses écrits, en prenant généralement soin de les critiquer. Au détour d’une phrase, on voit apparaître des chroniqueurs royaux, mais aussi ses contemporains ou presque contemporains comme François de Belleforest (1530-1583), Claude Fauchet (1530-1602) et Nicolas Vignier (1530-1596). On voit aussi mentionner le juriste parisien Jean Du Luc pour son ouvrage sur la cour de France paru en 1553. Ailleurs, Pasquier citera Girard Du Haillan ou Jean de Serres ainsi que d’autres auteurs qui ont écrit des histoires générales ou universelles. Il n’hésite pas non plus à regarder les historiens voisins, notamment italiens, comme Raffaello Maffei, dit Vollaterranus, lettré italien qui vécut entre 1451 et 1522 et dont les œuvres avaient été publiées à Paris dans les années 1520. Ces histoires générales constituent les sources principales de Pasquier, sources qu’il ne cite pas systématiquement, mais dont les références affleurent chaque fois qu’une question est en débat. Pasquier se permet d’ailleurs d’écorner certains de ces confrères historiens quand ceux-ci ne s’accordent pas avec lui. Prenons l’exemple de Robert Gaguin (1433-1501), qu’il réfute dans le récit qu’il fait de certaines interventions pontificales dans le royaume de France :

  • 10 Étienne Pasquier, op. cit., p. 566.

Le premier qui nous servit de cette opinion, fut Robert Gaguin ministre des Mathurins sous le regne de Charles huictieme, lequel dit ainsi au second livre de son Histoire : [citation]. Ce dont vous pouvez recueillir que Gaguin, presque nostre contemporain, est le premier qui nous en a abreuvé, sans nous cotter quelques autheurs devant luy dont il l’ait puisé10.

10À côté de ses presque contemporains, Pasquier puise aussi abondamment dans les chroniqueurs et autres historiens des temps plus reculés. Par exemple, pour les carolingiens, on le voit utiliser l’œuvre de Liutprand de Crémone, ambassadeur du roi de Provence à Constantinople à la fin du Xe siècle et qui a laissé des écrits sur la situation italienne de son temps. Une partie de ses œuvres, compilées avec d’autres, a été publiée à deux reprises, à Paris en 1514 et à Bâle en 1532, ce qui explique aussi son accessibilité. Dans le même registre, on trouve Réginon de Prüm (mort en 915), Adon de Vienne, Grégoire de Tours (538-594 ; édition parisienne dès 1512), Hincmar (806-882) ou Flodoard de Reims (894-966 ; traduction publié à Reims en 1580 et 1581), Bède le Vénérable (673-735) et d’autres, tous publiés au XVIe siècle.

11Pour l’histoire religieuse et l’histoire des rapports entre la papauté et la monarchie française, Pasquier a recours à une série d’Histoires ecclésiastiques qu’il n’hésite pas à citer.

  • Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, qui couvre la période des origines de l’Église à 330.

  • Socrate le Scholastique, Histoire ecclésiastique, qui couvre une période allant de 306 à 409.

  • Hermias Sozomène, Histoire ecclésiastique, qui couvre une période allant de 323 à 439.

  • Nicéphore, Histoire ecclésiastique (sur l’empire byzantin).

12Pour la plupart de ces ouvrages, l’accès est rendu facile à l’époque par des éditions groupées en grec (Paris, 1544) ou en latin (Bâle, 1523, 1562 et 1611, Louvain en 1569, Cologne en 1570). On retrouve ces textes utilisés abondamment dans les Centuries de Magdebourg de Matthias Flaccus Illyricus (1520-1575), ainsi que dans les rééditions des œuvres de Cassiodore que l’on voit d’ailleurs mentionnées dans l’un des chapitres de Pasquier. À noter que sur l’histoire pontificale, la principale source de Pasquier est Platina, soit Bartholommeo de Sacchi, dit Battista, et notamment le De vita et moribus summorum Pontificum historia. Cette histoire bénéficie d’une édition parisienne en 1530. Il s’agit d’un historien de la papauté qui vécut et écrivit dans la deuxième moitié du XVe siècle (1421-1481).

13Enfin, dernière série de références avancées par Étienne Pasquier, les textes constitutionnels de l’Église et les documents produits par ses prélats, soit des sources de première main qui font justement toute la fierté de notre auteur. Au-delà des écrits de Tertullien ou d’Optat sur le donatisme, Pasquier cite de très nombreuses épîtres, comme celles du pape Grégoire le Grand, de certains pères de l’Église, d’évêques de l’Antiquité tardive comme Sidoine Apollinaire. Il cite également les décisions conciliaires, conciles œcuméniques comme conciles nationaux, particulièrement aux temps mérovingiens. Et dans certaines de ses démonstrations, il n’hésite pas à accumuler ces sources, preuves irréfutables de ses propos, défense méthodique de son explication des événements. En ce domaine, Pasquier a eu probablement recours à des collections d’actes éditées au XVIe siècle, comme celle de Laurent Surius, publiée au milieu du siècle, ou encore à Cesare Baronio et à ses Annales ecclésiastiques, composées entre 1583 et 1593, ou encore au Promptuaire des conciles de Lemaire des Belges.

14Dans le débat sur la question des rapports politiques entre le pape et le roi de France, Étienne Pasquier pose ici son autorité d’historien par la mobilisation de documents anciens et d’une tradition historiographique qu’il maîtrise. La méthode et les sources entrent dans le plan argumentatif de contestation des ambitions pontificales, et l’histoire est ici au cœur d’une stratégie polémique pour affirmer des idées gallicanes. Pasquier fait des choix dans l’utilisation de ses références. Pour certains épisodes de son histoire qui relèvent d’une culture générale, l’absence de référence est criante. C’est ce que l’on voit dans les récits de prises de pouvoir par Pépin le Bref et par Charlemagne : dans cette évocation, la narration n’est quasiment jamais entrecoupée de justifications par des références. Pasquier semble alors s’adresser à un public de lettrés qui connaît parfaitement le déroulement des événements et pour lequel il n’est pas nécessaire de développer un arsenal justificatif. En revanche, sur des points plus précis, ou sur des points pour lesquels le débat est plus vif, alors les références s’accumulent, notamment dans les chapitres 5 et 7 où Pasquier revient sur les droits particuliers de l’Église gallicane. En ce sens, on mesure ici pour qui Pasquier écrit, à savoir un public cultivé au fait des débats contemporains. Il place l’histoire non comme un récit mais comme un élément de ce débat et il lui confère un pouvoir d’arbitrage. Il n’est pas là pour dresser une suite narrative, mais pour expliquer la situation actuelle du royaume en mobilisant certains événements du passé. Si certains méritent d’être finement documentés, d’autres, plus connus, ne sont qu’évoqués, dans une hiérarchisation du passé français qui construit l’identité que Pasquier veut donner à sa patrie. Enfin, dans ce souci de prouver tout ce qu’il avance, même si la plupart du temps il fait montre de sérieux, Pasquier n’est pas exempt de certaines erreurs de références. On remarque très bien ce type d’erreur au chapitre V, dans son développement sur la mise en place du rang de cardinal : il renvoie à des épîtres de Grégoire ou à des actes conciliaires inexistants. Erreur ou pratique abusive de la référence, nous ne le saurons jamais, mais ceci semble être un prolongement logique de son souci de fournir des preuves au service de son argumentation.

Les choix narratifs

15Abordons à présent les choix opérés par Pasquier dans l’établissement de son corpus événementiel. Puisque ces Recherches ne sont pas une suite historique des événements qui ont fait la France, l’auteur a nécessairement opéré un tri dans l’information historique qu’il avait à sa disposition. Et ce tri s’est fait selon la logique argumentative qui parcourt l’ensemble du livre III, la défense de la place de la monarchie française face aux ambitions de Rome. Autrement dit, il convient d’examiner les références historiques mobilisées dans un discours opposé aux ingérences pontificales dans les affaires de France. L’argumentation qui va suivre s’appuie en partie sur le relevé systématique des événements historiques mentionnés dans la livre III et figurant dans l’annexe 2 de cet article.

  • 11 Le cardinal Du Perron fut désigné par les représentants du clergé aux États Généraux de Paris (1614 (...)

16Pasquier offre d’abord un plan chronologico-thématique sur l’ensemble des chapitres. Les éléments de césure appartiennent de fait aux trois dynasties françaises qui lui servent de bornes pour matérialiser ses chapitres. En ce sens, il n’est pas très novateur. Le processus de construction des Recherches est alors ici particulièrement évident. Cependant, la chronologie n’est pas exempte de retours en arrière. L’auteur n’hésite pas à produire des répétitions d’un chapitre à l’autre, notamment quant aux relations entre Pépin le Bref, Charlemagne et les papes Zacharie, Étienne II et Léon, entre les chapitres 4 et 10. Ce type de répétition tendrait à montrer qu’il a introduit des ajouts par rapport au texte d’origine. Les chapitres 15 à 18, qui explorent le pouvoir temporel du pape, sont aussi exemplaires de cette augmentation du texte au profit de la conjoncture et des débats dans lesquels s’engage Pasquier. Dès le chapitre 15, il affirme faire réponse à une harangue du cardinal Du Perron prononcée lors des États Généraux de Paris en 161411. Il insère sa réponse au cardinal, ou du moins ses réflexions du moment, dans un ajout majeur aux éditions antérieures du livre III déjà proposées au public depuis la fin du XVIe siècle. Il le fait au cœur de sa narration, sans se soucier de la cohérence d’ensemble, parce qu’il lui semble opportun qu’à ce point de sa démonstration, une réflexion sur le pouvoir temporel du pape soit approfondie.

17Pasquier illustre par ses pratiques narratives la conception de son travail, ouvrage non clos, intégrant des textes de circonstance qui introduisent des hiatus chronologiques, mais semblent s’insérer dans une logique thématique. Il nous montre aussi combien ses Recherches ont pour vocation de défendre une argumentation particulière, à savoir dans le livre 3, les libertés de l’Église gallicane. Ainsi, elles sont une argumentation en permanente mutation selon les nécessités du débat. Pasquier n’enfile pas les perles du collier d’une histoire figée qui raconterait définitivement la trame historique du royaume de France. L’histoire est une construction intellectuelle au service d’une cause politique, en perpétuelle évolution en fonction des exigences de cette cause politique.

18Ceci explique aussi le fait que Pasquier ne soit pas un grand amateur de dates et de précision. Il se trompe entre Philippe le Bel et Philippe III dans l’affaire qui fait suite aux Vêpres siciliennes. Là aussi l’erreur est opportune car il fait de Philippe le Bel, roi excommunié, un souverain qui aurait été le bras armé de Rome lors d’une autre excommunication, celle de Pierre d’Aragon. Surtout, dans le récit sanglant de ce complot si bien documenté et où l’auteur s’attache à distinguer le rôle de chaque personnage, il ne donne quasiment pas de date. À prendre le récit sans une chronologie annexe, le lecteur ne peut situer les exemples si savamment développés. Deux explications peuvent être avancées. D’une part, le fait que Pasquier s’adresse à un public érudit qui connaît parfaitement l’histoire des dynasties françaises et la succession des papes. D’autre part, Pasquier accorde plus d’importance à la succession des événements, leur enchaînement logique, les processus qui donnent un sens à l’histoire, qu’à la narration chronologique simple. Leur localisation sur un axe chronologique n’a alors aucune valeur intrinsèque, et Pasquier s’en détache complètement de la même manière qu’il ne s’attache pas dans son œuvre à tracer une histoire linéaire du royaume. Ces deux explications ne s’excluent pas, et sont au contraire complémentaires, plaçant l’histoire au rang de raisonnement et non au rang de récit, parce que l’auteur attend du lecteur qu’il connaisse la trame événementielle.

  • 12 Étienne Pasquier, op. cit., p. 539.
  • 13 François Hotman, Francogallia, éd. Ralph Giesey et Henry Salmon, Cambridge, 1972.
  • 14 Étienne Pasquier, op. cit., p. 540.

19Pasquier se veut ainsi extrêmement réactif face au débat du temps. Ces Recherches étant en perpétuelle reconfiguration et l’auteur se flattant d’une certaine érudition, tout cela aurait pu laisser espérer un texte truffé de références aux réflexions de ses contemporains, mais force est de constater que Pasquier est relativement sobre sur ce point. Dans sa présentation des tractations entre Pépin le Bref et Zacharie pour le changement dynastique en France12, on trouve des échos de la Franco-Gallia de François Hotman, publiée pour la première fois en latin en 1573 et qui pose le problème du droit des papes et des sujets à conférer les royaumes13. De manière assez ironique, il fait allusion également au débat sur la donation de Constantin au souverain pontife et sur sa mise en cause par Lorenzo Valla au xve siècle. Après avoir raconté comment Pépin le Bref, fait roi par Etienne II, était venu combattre les Lombards en Italie du Nord, reconquérir l’Exarchat byzantin et le confier au pape, il ajoute : « Voilà la première et plus signalée donation qui ait jamais esté faite aux papes et qui lors commença de les avantager à huis ouvert et authorité temporelle14. » Pasquier n’avait pas examiné préalablement la question de cette donation, car elle n’entrait pas dans sa problématique, puisque le roi de France n’y avait aucun intérêt. Ainsi, pas d’érudition inutile. En revanche, il insère cette allusion aux travaux du philologue italien, qui écorne un peu plus l’image pontificale, pour rappeler que le lien qui unit le pape à la monarchie française est éminemment contractuel. Mais cet usage de la référence implicite est relativement rare.

20Sur le fond de l’argumentation de Pasquier, revenons à présent aux arguments qu’il oppose au cardinal Du Perron lors des États de 1614. Le débat concerne plus précisément le premier article du Tiers, qui a focalisé l’attention des représentants durant toute la fin de l’assemblée. La teneur de cet article bien connu voulait inscrire comme loi fondamentale le fait que la puissance royale est tenue de Dieu seul, et qu’aucune puissance, temporelle ou spirituelle, n’a de droits sur le royaume pour en priver les rois et délier les sujets de l’obéissance légitime qu’ils doivent à leur souverain. L’article demandait que les sujets prêtent un serment sur ce point et que les positions adverses soient considérées comme séditieuses. La chambre du Clergé, puis celle de la Noblesse, n’acceptèrent pas cet article, qui allait à l’encontre des doctrines ecclésiastiques sur l’origine du pouvoir civil, à l’encontre, aussi, de la prétention de l’Église à être le suprême dépositaire d’un pouvoir d’essence divine accordé au prince. Le cardinal Du Perron fut délégué par le clergé pour haranguer la noblesse puis le Tiers sur ce problème, ce qu’il fit le 2 janvier 1615. La question posée par Du Perron dans sa harangue était la suivante :

  • 15 Cité par l’abbé Feret, Le cardinal Du Perron, orateur, controversiste, écrivain. Étude historique e (...)

Si les princes ayant fait, eux ou leurs prédécesseurs, serment à Dieu et à leurs peuples de vivre et mourir en la religion chrétienne et catholique, viennent à violer leur serment et à se rebeller contre Jésus-Christ et à lui déclarer la guerre ouverte […] leurs sujets peuvent être réciproquement déclarés absous15.

21Le cardinal développe alors son propos par une longue étude historique. Depuis 1100 ans, l’Église a répondu par l’affirmative à la question, et ce, particulièrement sous la dernière race des rois de France. L’Église peut se prononcer sur les princes parce qu’ils sont chrétiens : ils ont fait profession d’être des « vassaux et tributaires du règne du Christ ». Du Perron argue aussi du risque de schisme et d’accusation d’hérésie vers lequel irait la France. Et le schisme engendrerait guerre civile et indifférence pour la religion. En fin de discours, le cardinal en vient à prier son auditoire de rejeter ce fameux premier article. Il considère que ses rédacteurs ont été influencés par des individus étrangers aux États Généraux, soit Duplessis-Mornay, pour les protestants, et l’Université de Paris, alors en plein combat contre les jésuites.

  • 16 Étienne Pasquier, op. cit., p. 570.

22Pasquier utilise ses Recherches pour prendre sa part au débat. Dès le chapitre VII, apparaissent des piques contre le « cardinal » qui aurait affirmé qu’historiquement, le pape était intervenu dans les affaires du royaume16. Au début de son chapitre XV, il revient explicitement sur les propositions contenues dans la harangue, en la citant expressément.

  • 17 Ibid., p. 628-629.

Titre du chapitre XV : « Que le pape ne doit mesler dans sa vengeance la grandeur de sa dignité, exemple mémorable de Dieu. »
Première phrase : « Je veux avant que de passer outre reciter le texte entier de l’un de nos Cardinaux, car à tout Seigneur tout honneur, dit nostre proverbe françois17. »

23Il revient alors sur tous les exemples historiques avancés par Du Perron. Citons le cas des Vêpres siciliennes de 1282, soulèvement de Palerme et Corleone contre Charles d’Anjou au profit de Pierre d’Aragon et qui déboucha sur le massacre des Français présents sur l’île. Ceci engendra la colère du pape qui excommunia Pierre, le priva de ses droits et offrit son royaume et ses biens au fils de Philippe le Hardi, Charles de Valois, qui s’engagea alors dans une croisade en Aragon. Pasquier confond Charles de Valois et Philippe le Bel, mais il fait état de l’argument de Du Perron qui montre que les rois de France ont saisi des opportunités de conquêtes quand le pape les leur donnait. Pasquier oppose à cet argument celui d’une guerre ancienne, dans laquelle la France avait des intérêts familiaux et territoriaux qui justifiaient en eux-mêmes cette intervention. Il y ajoute la mention des représailles légitimes suite au massacre cruel de 1282 pour fonder une juste cause qui n’aurait en rien dépendu d’une quelconque autorisation pontificale.

24Pasquier revient de la sorte systématiquement sur les arguments de Du Perron en montrant qu’à aucun moment de l’histoire de France, la censure pontificale n’a justifié l’action d’un roi. De même, en revenant sur Philippe le Bel, il souligne combien le pape, s’il censura le roi, ne put faire appliquer sa sanction et dut se résoudre à reconnaître son échec. La conclusion de Pasquier est alors sans appel : pour le roi de France, il n’y a pas de censure possible. Il reconnaît cependant que c’est une arme dont usent et abusent les souverains pontifes, arme à la fois redoutable et nécessaire au maintien de leur autorité :

  • 18 Ibid., p. 637.

Les vrayes armes dont le papes veulent user contre les princes souverains sont les censures, à la suite desquelles ils couchent de l’interdiction des royaumes, dont ils laissent l’execution à ceux qui ont les armes en main, pour s’en impatroniser sous leur adveu et authorité. Hé vrayement il faut que la maladie soit merveilleusement aigue, en laquelle on employe cette medecine, Or puis qu’il la faut employer, nul n’a tant d’interest qu’elle fasse ses opérations que le pape : autrement il diminue d’autant de reputation envers tous les peuples18.

L’histoire d’une déchéance

25À travers la réflexion d’Étienne Pasquier, se découvre alors le sens de cette histoire des relations franco-pontificales, une finalité vers laquelle tend le destin du royaume, à savoir une déchéance. Marche inéluctable vers l’affirmation d’un pouvoir pontifical illégitime, ce récit historique s’écrit à l’aune des combats contemporains toujours plus durs face à une autorité romaine expansionniste.

  • 19 Alain Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle, Paris, 2002, p. (...)

26Alain Tallon inscrit Étienne Pasquier dans la génération des savants gallicans qui se sont attaqués aux « vieilles gloires de l’Église de France », en détruisant les légendes des fondations apostoliques et les mythes de la monarchie chrétienne par une critique souvent très dure de leurs aspects merveilleux19. Il s’agit ainsi d’une histoire désenchantée, dont Dieu n’est pas absent, mais dans laquelle il n’agit jamais directement. Ce qui compte, c’est la bonne intelligence des souverains, leur capacité à se concilier leurs sujets, leurs bonnes décisions pour la préservation de leur autorité. En reprenant les analyses d’Alain Tallon, on peut comprendre, à travers l’œuvre de Pasquier, que l’histoire n’est plus sainte, mais qu’elle est tenue par une morale qui récompense les politiques intelligents – les bons – et punit les méchants. Le merveilleux a disparu, mais l’histoire possède encore un sens, elle avance sur les chemins qu’empruntent les acteurs aux prises les uns avec les autres, dans le triomphe des uns sur les autres, dans des tensions politiques qui expliquent l’évolution du monde.

27Le livre III des Recherches est alors traversé d’une tension fondamentale, celle d’un roi de France, chrétien, aux prises avec le chef de la chrétienté, le pape. Et sur ce plan, la détermination historique qui conditionne cette histoire relève d’une déchéance progressive, d’un âge d’or fait de modération et d’équilibre vers un âge des ambitions où chaque acteur préserve son pré carré. Ce livre III, qui s’ouvre sur une introduction dans laquelle Pasquier déclare reconnaître l’autorité du pape, se construit par la suite autour d’une logique narrative d’une mise en conflit inéluctable des acteurs de son histoire, le pouvoir royal et le pouvoir pontifical. Et Pasquier d’écrire à ce sujet :

  • 20 Étienne Pasquier, op. cit., p. 534.

Parquoy le contentement ne sera pas petit, ce me semble, de sçavoir par quels moyens ces SS Peres sont parvenus à si grande seigneurie de biens, que mesmes ils ont voulu enjamber avec le temps toute puissance et authorité sur les roys, jusques à faire vacquer les royaumes20.

28La situation initiale est celle d’un équilibre, déjà annonciateur de perturbations futures que le royaume de France ne peut encore percevoir. Étienne Pasquier commence par cerner l’identité politique du pouvoir pontifical. Mettant de côté la question du primat spirituel, sur lequel il ne revient pas, il fait du pape un prince de ce monde doté d’une ambition et d’une autorité liée à son statut, prince qui sut au fil des siècles accroître son pouvoir. Rome concentra sur le pape les moyens de devenir ce qu’il est au XVIe siècle. Ville capitale, ville apostolique, ville délaissée de l’empereur et confiée à son évêque, elle fut un creuset où naquit un pouvoir temporel alors que parallèlement la figure pontificale prenait un ascendant décisif sur la chrétienté. Dans l’invention d’une hiérarchie ecclésiastique qui fut l’œuvre des premiers conciles de notre ère, le pape réussit à s’imposer comme autorité supérieure, alors qu’en même temps il devenait une sorte de prince qui dominait Rome et une partie de l’Italie.

29Parallèlement, l’Église gallicane vivait son âge d’or. Dans les chapitres 7 et 8, Pasquier revient sur l’Église au temps des Mérovingiens. À cette époque, pour les choses temporelles et pour le règlement des questions disciplinaires, l’Église de France vivait en totale autonomie. En se positionnant dans le débat de 1614 sur l’article du Tiers, Pasquier s’attache à réfuter les arguments qui feraient du pape le confirmateur de certaines immunités des maisons religieuses en France. Il montre dans le même esprit la totale indépendance des conciles mérovingiens, ainsi que les libertés dont jouissaient les évêques à l’égard de celui de Rome, précisant même :

  • 21 Ibid., p. 575.

Or ne faut-il point douter qu’entre toutes les nations, celle de la Gaule ne favorisast infiniment le Sainct Père de Rome, avec une honneste dispense de lui faire des remonstrances, tantost humbles, tantost aigres, et rigoureuses selon que nous le voyons plus ou moins s’emanciper du devoir commun de l’Église21.

30Si Rome devait fédérer l’union spirituelle de l’Église pour ce qui relevait de la discipline ecclésiastique, le clergé gallican ne pensait pas aller mander quoi que ce fût à Rome, et le pape ne songeait pas non plus à s’ingérer dans les affaires françaises.

31C’est alors que l’ambition démesurée des hommes vint rompre cet équilibre, faisant naître des tensions, non par l’ambition d’un seul, mais par une complicité générale de tous les acteurs de cette relation roi-pape-clergé. Le point d’origine de ce dérèglement est double sous la plume de Pasquier. Il se trouve d’abord dans le contrat tacite passé entre la monarchie française et la papauté au temps de Pépin le Bref et de Charlemagne. Le premier avait eu besoin du pape pour autoriser son changement dynastique, le second pour se faire sacrer empereur. Les papes avaient eu besoin des deux souverains pour réduire à l’obéissance les Lombards et s’affranchir de l’empereur byzantin. Ainsi, les rois de France par les armes, les papes par les censures ecclésiastiques, se prêtèrent un secours mutuel qui fit naître un lien nouveau, dans une sorte de contrat qui conférait à l’un comme à l’autre une identité politique. La domination du pape sur Rome et son plat pays dépendait de la protection franque ; le titre royal puis impérial dépendait du pape. Par ailleurs, l’autorité grandissante du pape sur Rome, jointe à son primat spirituel, le fit considérer comme disposant d’une autorité supérieure à celle des clergés nationaux, voire des princes, et attira à lui ceux qui cherchaient des distinctions. Pasquier souligne en ce sens l’importance que prit l’invention du Pallium sous Grégoire Ier, qui permit de hiérarchiser quelques prélats du royaume sans passer par l’autorité des conciles ni du roi. Pour Pasquier, cette invention, à laquelle il consacre de nombreuses pages, comme l’invention de la dignité cardinalice d’ailleurs, révèle les ambitions romaines.

32Mutations qui vont alors pervertir les rapports traditionnels entre monarchie et papauté de manière progressive, mais inexorable. Du côté des papes d’abord :

  • 22 Ibid., p. 544

Et à mesure qu’elle declina [l’autorité du roi], aussi de mesmes proportions se dispenserent les papes des confederations et promesses qui avoient esté par eux jurées avec Pepin et Charlemagne. A Léon succeda Etienne quatriesme, puis Paschal premier et tout ainsi que lors du declin des empereurs de Grece, Pelage second s’estoit le premier des papes ingeré en l’exercice de sa charge, sans attendre la confirmation de l’empereur de l’Orient, aussi cettuy Paschal prit le premier la hardiesse de jouyr de la papauté sans attendre le consentement du Débonnaire, lequel fit plainte par ses ambassades, mais le pape cognoissant le prince, avec lequel il avoit a demesler ce fuseau, leur fit responce qu’il ne falloit point tirer en perpetuelle consequence les loix qui avoient esté introduites pour la necessité du temps et sceut bien pallier ses excuses (joint que le cœur genereux des autres roys manquoit grandement en cetuy) que non seulement le Debonnaire prit en payement ces parolles, mais qui plus est quelques uns disent que par une liberalité inepte il reconça au droit de confirmation des papes22.

33Si les papes s’approprièrent des compétences indues, les souverains français furent tout autant fautifs en ne faisant pas respecter leur autorité. Si Louis le Débonnaire est présenté comme ayant laissé faire les papes, ces fils y ajoutèrent l’incapacité. Celui qui disposait du titre impérial ne répondit pas aux appels militaires du pape face aux razzias des sarrazins, ce qui conduisit ce dernier à fortifier Rome et à bâtir le château Saint-Ange. Avec les frères de l’empereur, ils ajoutèrent à ce désintérêt la corruption, car à la suite de leur révolte contre leur père, ils obtinrent du pape l’excommunication de ce dernier pour des raisons strictement politiques. Les évêques français s’y opposèrent, mais la demande avait déjà été formulée et le principe allait suivre son chemin. Les évêques français eux-mêmes participèrent à cette dégradation. Pasquier fait l’inventaire de tous les prélats qui après avoir été sanctionnés par les conciles nationaux ou provinciaux, ou après des conflits avec leur roi, se retournèrent vers Rome pour obtenir gain de cause. Si, selon Pasquier, Grégoire Ier sut rester modéré, ses successeurs utilisèrent ces brèches dans les libertés gallicanes pour progressivement imposer des jugements pour lesquels en droit ils n’avaient pas compétence. Et ceci alla jusqu’à l’apparition d’un légat pontifical dans les conciles nationaux, ou la présence d’Urbain II en personne lors de l’excommunication de Philippe Ier. Ce dernier avait répudié sa première femme, Berthe, pour épouser Bertrude, ce qui lui avait valu une censure pontificale. Elle fut prise dans le cadre d’un concile national tenu à Clermont, en présence du pape, ce qui était déjà une entorse aux pratiques gallicanes selon Pasquier.

34Dans l’histoire de cette déchéance, le dernier facteur réside dans la perversité des hommes. Le cas de Lothaire II, petit-fils du Débonnaire, est exemplaire. Comme Philippe Ier, il voulait répudier sa femme, la reine Tubergue, pour épouser sa concubine Waldrade. Ce fut un sujet de scandale à la cour carolingienne, d’autant que son épouse était issue d’une vieille famille aristocratique d’Austrasie. Il parvint à convoquer un concile national à Cologne, puis à Aix-la-Chapelle, durant lequel le divorce fut accepté. Les parents de la reine firent alors un recours à Rome, où le pape Nicolas se montra disposé à entendre leurs plaintes. Le pape envoya deux légats pour s’informer de la situation, ce qui était alors en totale contradiction avec les libertés de l’Église et du royaume. Ces légats conseillèrent au pape de convoquer les deux archevêques qui avaient présidé ce concile pour leur demander des comptes. Le roi accéda à la demande du pape, ce qui était une entorse de plus aux libertés de l’Église gallicane. Le souverain pontife déclara la déchéance des deux prélats, publia leur anathème et les réduisit à l’état laïque, ce qui jusqu’alors ne s’était jamais vu. Le jugement de Pasquier sur cette histoire est sans appel. La sentence pontificale fut juste car ces deux prélats ont manqué à leur devoir, mais l’autorité prise par le pape était nouvelle et empiétait sur les libertés gallicanes. Ces deux évêques ne retrouvèrent jamais leur fonction. Cependant le pape Nicolas alla encore plus loin, puisque voyant que Lothaire continuait à vivre avec sa concubine, il envoya un légat avec mission d’assembler un concile, en vertu de l’autorité pontificale, contre Lothaire, pour l’exhorter à abandonner sa concubine et à reprendre sa véritable épouse sous peine de censure ecclésiastique. Et une nouvelle fois Lothaire céda.

35À partir de ces comportements, tous les facteurs étaient réunis pour que la situation se dégradât et aboutît à des conflits. Le pape commença à se mêler de plus en plus directement de la succession impériale à partir des Othon et introduisit un usage récurent de la censure pour faire fléchir les autorités temporelles. Les rois eurent à se battre contre cette arme incomparable en agissant de manières diverses : schisme, guerre ou refus d’admettre ce pouvoir du pape. Ce dernier choix fut celui de la monarchie française, solidairement avec son clergé. Le temps béni d’un équilibre fondé sur un relatif cloisonnement des autorités temporelles était bien révolu.

36Le livre III des Recherches retrace l’histoire malheureuse d’une fidélité à Rome pervertie par les ambitions des hommes. Fidèle à sa méthode, Étienne Pasquier convoque documents et citations d’historiens dans un discours historique non événementiel. L’histoire est ici au service du débat particulièrement vif à la fin du XVIe siècle sur la nature du pouvoir pontifical et son rapport aux autres autorités temporelles. Entre les excommunications d’Henri de Navarre et d’Henri III, la réception des canons du concile de Trente, l’introduction de la Compagnie de Jésus en France et la rédaction du premier article du Tiers aux États de 1614, ultramontains et gallicans eurent à leur disposition du matériau pour gloser à l’envi sur l’ingérence du souverain pontife dans les affaires du royaume. Par son œuvre, Étienne Pasquier est alors un acteur central de ce débat, donnant à l’histoire une fonction arbitrale qu’il espérait probablement définitive. Cependant, en plaçant son récit dans la réflexion générale des Recherches, il fait de ce rapport pape/roi de France un élément constitutif de l’identité du royaume. Il montre à ses lecteurs combien la question de la fidélité à Rome et de la fidélité au roi s’est complexifiée au cours de l’histoire en raison d’une puissance pontificale expansionniste, d’une puissance monarchique souvent fautive, et d’intérêts concurrents entre ces deux puissances. S’il ne croit probablement pas à ce lointain âge d’or d’une papauté cantonnée au spirituel dans sa ville de Rome et d’une Église de France fidèle au pape et libre de ses décisions, il pose cet âge d’or comme l’équilibre idéal qui fonde et limite les prétentions de chacun. La position de Pasquier est ici à la fois gallicane et militante, son écriture évoluant au fil des débats et le conduisant à revoir à plusieurs reprises la construction de cette partie de son œuvre. L’histoire offre à ce juriste de formation le moyen de modéliser ce que serait une fidélité à Rome dans le respect des libertés gallicanes. L’antiromanisme de Pasquier n’est alors pas théorique, mais se justifie par l’histoire d’un rapport politique qui ne cesse de se pervertir.

Annexes

***

Annexe 1 : sources du livre III

Références

Evénements décrits

• Bède, Commentarius un Lucam
• Tertullien, Traité du baptème
•Platina, De vita et moribus summorum Pontificum historia, Cologne, Cholines, 1568.
• Lemaire des Belges, Le Promptuaire des conciles.
• Tertullien, Contre les hérétiques
• Optat, De schismate Donatistarum
• Ammien Marcelin, Rerum sub impp. Constatio, Juliano Joviano, Valentiniano et Valente…

Chapitre 1 : De la préséance du Sainct Siège de Rome sur l’Eglise catholique.
Hiérarchie ecclésiastique
Les papes martyrs avant Constantin
Rôle supérieur de l’évêque de Rome
Absence d’hérésie à Rome, ce qui n’est pas le cas des autres patriarches.

• Eusèbe, Histoire ecclésiastique
• Socrate le Scholastique, Histoire ecclésiastique
• Sozomène, Histoire ecclésiastique
• Nicéphore, Histoire ecclésiastique
• Actes du concile de Constantinople (381)
• Actes du 3e concile de Carthage (397)
• Actes du 3e concile de Constantinople (680)

Primauté de Saint Pierre sur les autres patriarches.
De la primauté à la principauté (Jean Chrysostome).

• Actes du concile de Chalcédoine (451)
• Grégoire le Grand, Epitres.
• Actes du 2e concile de Constantinople (553).
• Adon de Vienne, Breviarium Chronicorum (édition à Bâle en 1568).
• Réginon, Chronicon [que l’on trouve dans Pistorius, Rerum Germanicarum, 3e
édition en 1726].

Chapitre 2 : Comme et vers quel temps le tiltre d’evesque universel se planta dedans l’Eglise
Conflit Rome/Constantinople
Usage systématique par Rome à partir de
Jean III.

• Saint Jérôme, Commentaire de Saint Paul, Epître aux Galates.
• Sidoine Apollinaire, Epître à Saint Loup (livre VI, I).
• Yves, évêque de Chartres, Lettre 12 à Urbain II (conservée dans Epistolae Yvonis et ejusdem Chronicon de Regibus Francorum, Paris, 1610)
• Saint Jérôme, Epitre V « A Florence ».
•Cassiodore, Variarum libri X et Legum Wisigothorum (édition par P. Pithou, Paris, 1579).

Chapitre 3 : D’où vient […] pape et […]
Vostre Sainteté
Critique des ecclésiastiques du temps se donnant des titres injustifiés.
Utilisation du qualificatif de pape pour les évêques.
Glissement vers une spécialisation de ce titre sur le pape.

•Les « historiographes », sans autre précision
• Sidoine Apollinaire, épître à Evagre.
• Lettres de Grégoire à l’impératrice Constance, à Phocas.

Chapitre 4 : Comme et avec quel progrez les papes s’impatroniserent de Rome, et d’une partie de l’Italie
L’éloignement de Rome et de l’Empereur libérant le pouvoir pontifical sur sa ville (pas de références précises)
Pression lombarde sur l’Italie et solitude du pape (pas de références précises).

• « Quelques-uns disent… »
• Sigebert, Chronique [édité dans Pistorius, Rerum germanicarum…]
• Déclarations et décision des papes Nicolas Ier et Adrien II (lettres et actes du
4e concile de Constantinople en 869).
•Non cité, mais inspiration implicite : Liutprand, Rerum gestarum ab Europae Imperatoribus et regibus libri sex.
• Non cité, mais implicite : Luitprand et Platina (quasiment mot pour mot).
• Saint Bernard, Epître au peuple de Rome (n° 242)
•Platina, L’histoire des papes [mention en fin de chapitre alors qu’utilisé abondamment dans l’établissement de son texte].

Pépin, Zacharie et Etienne (pas de références précises).
Charlemagne et Léon III (pas de références précises).
Robert Guichard, Naples et sa légitimation (pas de références précises).
Successeur de Charlemagne (Louis de Débonnaire notamment) : perte de l’autorité légitime sur le pape (pas de références précises)
Eloignement des princes séculiers des conciles.
Troubles italiens et succession des Othon
Titre impérial électif et surveillance des papes.
Papesse Jeanne, Formose, Etienne VI (pas de références précises).
Le contrôle politique du pape sur la ville de Rome.

• Lettre de Saint-Jérôme à Evagre.
• Sozomène, livre 1
• Tertullien, Traité du baptême
• Saint Cyprien, Epîtres.
• Décrets pontificaux.
• Grégoire de Tours, livre 10.
• Grégoire le Grand, Epîtres [Fausses citations : Pasquier mentionne Livre II, , épître 15, 77 et 79, alors qu’elles n’existent pas dans ce livre, et Livre III, chapitre 25, alors que ce chapitre ne traite pas de ces questions].
• Concile de Tours (813), article 45 [Fausse citation : cet article est consacré aux poids et mesures].
• Concile de Chalon-sur-Saône (831)
• Concile de Metz ou Meaux (845)
• Réginon, livre II
• Nicéphore, Histoire, livre 12.

Chapitre 5 : La dignité de Cardinal
Invention du rang de cardinal, qui s’ajoute à la distinction initiale prêtre/évêque.
Apparition des chanoines
Assimilation des cardinaux à l’ancien sénat (utilisation de la pourpre)
Traque de l’utilisation de ce vocabulaire.

• Liutprand, Rerum Gestarum, livre 6, chap. 6
• Raoul Glaber, Historia, livre 2, chap. 4

• Eusèbe, livre III, chapitre 6.
• Flodoard, Ecclesiae remensis, livre 1, chap. 3
• Volaterranus, Anthropologia et Commentariorum urbanorum Raphaelis Volaterrani octo et triginta libri.
• Nicolas Vignier, Bibliothèque historiale, Paris, l’Angelier, 1587.
• Baronius, Histoire ecclésiastique, t. 1.
• Du Luc, Placitorum summae apud gallos curiae libri XII, Paris, C.Estienne, 1549.
• Pierre Abélard, Historia calamitatum
[récit repris par Pasquier]
• Actes des Apôtres.
• Grégoire de Tours, livre 1.

Chapitre 6 : Vers quel temps la Religion Chrestienne se vint habituer chez nous
Discussion autour du rôle de Denis l’Aréopagite
Révocation de cette tradition

•Hincmar, Ecclesiae Remensis et vie de Saint Rémi.
• Concile d’Orléans (533)
• Concile de Clermont (535)
• Concile de Mâcon (585)
• Grégoire Ier, Epîtres.
• Robert Gaguin, livre 2
• Belleforest, Annales françoises
• Fauchet, Antiquitez françoises
• Du Perron, Harangue, 1614

Chapitre 7 : Quelle fut la religion de la première lignée de nos rois
Histoire de l’Eglise mérovingienne et de son absence de rapport avec Rome.
Les interventions du pape dans le royaume (affaires d’Yvetot, de l’Hôtel Dieu de Dijon, de l’église Saint-Médard de Soissons, de l’hôpital d’Autun : ce sont les exemples développés par Du Perron).
Critique de Gaguin qui forge une histoire sans se référer à des auteurs. Et commente à l’aide d’autres historiens contemporains (qui sont de fait les références utilisées par Du Perron dans sa harangue).
Reprend les événements susdits et les confronte aux textes des historiens et aux
Epîtres de Saint Grégoire.

Annexe 2 : construction narrative du livre III

Chapitres 1 à 3 : la fonction pontificale et ses titres

  • Installation des premiers chrétiens à Rome et les premiers papes clandestins, et sortie des catacombes sous Constantin.

  • Rapport du pape de Rome avec les autres patriarches (notamment le problème des hérésies). Tensions avec le patriarche de Constantinople. Glissement du titre de l’évêque de Rome vers le titre d’évêque universel et recul en puissance des autres patriarches. Glissement vers une exclusivité du qualificatif Pape au seul évêque de Rome dès lors appelé Sa Sainteté.

Chapitres 4 et 5 : le pouvoir temporel du pape

  • Rome rendue à elle-même après l’installation de Constantin à Constantinople.

  • Éloignement de l’autorité impériale, suite aux invasions et pressions militaires sur l’Italie. Le pape s’impose comme incarnant le pouvoir politique à Rome.

  • Pépin le Bref et Zacharie.

  • Charlemagne et Léon.

  • Robert Guichard et le royaume de Naples.

  • Renforcement du pouvoir pontifical : déclin du pouvoir impérial byzantin et déclin de l’influence carolingienne en raison de la guerre des enfants de Louis le Débonnaire.

  • Troubles italiens du Xe siècle et succession des Othon dans l’Empire avec approbation du pape.

  • Renforcement du contrôle pontifical sur Rome et la fonction sénatoriale. Influence sur l’Italie.

  • Charles d’Anjou et Naples ; Pierre d’Aragon et les Angevins de Naples : des instruments de la politique pontificale pour accroître son contrôle sur l’Italie.

  • L’invention du rang de cardinal.

Chapitres 6 à 8 : l’origine du christianisme en France et l’Église gallicane

  • Autour de Denis l’Aréopagite et sa mise en cause.

  • Clovis et son rapport à Rome (inexistant).

  • Les interventions pontificales dans le royaume franc en réponse à la harangue de Du Perron : la baronnie d’Yvetot érigée par Clotaire en royauté pour échapper aux censures du pape Agapet ; privilèges de l’Hôtel Dieu de Dijon confirmés par le pape Grégoire Ier ; même chose pour l’abbaye Saint Médard de Soissons.

  • L’incapacité du pape à « terrasser » les autres évêques : protestations du clergé lyonnais contre les papes Éleuthère et Victor.

  • Saint Martin refusant de recevoir l’empereur Maxime aux sacrements en raison de son usurpation en Gaule (donc une prérogative qui n’est pas laissée au seul pape).

  • Liste des prélats gallicans respectés de la chrétienté, canonisés ou pas (15 noms).

  • Les conciles mérovingiens et l’absence de convocation pontificale.

  • Brunehaut : seule reine à en appeler au pape, mais pour se faire pardonner ses méfaits.

Chapitre 9 : les premières entorses aux libertés gallicanes

  • L’invention du Pallium romain et sa diffusion en France : première entorse aux libertés gallicanes.

  • Les appels à Rome par les ecclésiastiques censurés par les conciles nationaux : l’évêque Maxime accusé de manichéisme, l’évêque Brice accusé d’adultère, les évêques Salon (Embrun) et Sagitaire (Gap) accusés d’outrages par d’autres évêques.

  • La modération de Grégoire le Grand face à ces appels.

Chapitres 10 à 12 : les carolingiens, l’Église gallicane et le pape

  • Revient sur la situation en Italie et sur les accords entre Pépin, Charlemagne et les papes. Autonomie politique de Charlemagne.

  • L’affaire des enfants de Louis le Débonnaire et l’appel au pape : une entorse aux libertés gallicanes.

  • L’affaire Charles le Chauve et sa résistance aux censures pontificales.

  • Maintien de l’autorité des conciles nationaux et provinciaux sous Charlemagne (inventaire des conciles).

  • Dégradation de la situation politique et discrédit de l’Église gallicane à partir des enfants de Louis le Débonnaire.

  • Histoire de Lothaire II et de la répudiation de sa femme.

  • L’apparition d’un légat pontifical dans les conciles nationaux (pontificat de Jean VIII).

  • Affaire d’Ebon, évêque de Reims, sanctionné par Louis le Débonnaire pour avoir soutenu ses enfants dans leur révolte.

  • L’élection à l’âge de 5 ans d’Hugues au titre d’archevêque de Reims.

Chapitres 13 et 14 : les abus du pape à partir des Capet

  • Excommunication de Philippe Ier par Urbain II, mais dans un concile tenu à Clermont.

  • Les rapports entre le pape et l’empereur germanique ; question des investitures.

  • Les croisades : un pèlerinage, mais détourné au profit du pape.

  • Rédaction des Décrétales sous Grégoire IX (erreur, car en réalité, en 1234).

Chapitres 15 à 18 : considération sur le pouvoir temporel du pape [réponse à Du Perron]

  • Les Vêpres siciliennes, excommunication de Pierre d’Aragon et l’entrée en guerre contre ce dernier de Philippe III (erreur de Pasquier qui parle de Philippe le Bel).

  • Les réponses des princes contre l’ingérence pontificale.

  • Le Songe du Verger (placard du temps de Charles V).

  • Affaire Jean Tanquerel (1561).

  • Arrivée des jésuites en France.

  • Philippe le Bel, Boniface VIII, l’affaire d’Anagni.

  • Les premiers rois francs non exempts de faute mais non censurés.

  • Louis le Débonnaire et ses enfants.

  • Charles VI et sa censure par Benoît XIII.

  • Jules II et Louis XII.

  • Henri IV et son excommunication.

  • Revient sur Jean Tanquerel [insiste en réponse à Du Perron qui utilise l’arrêt du Parlement le condamnant].

Chapitres 19 à 29 : la troisième dynastie et Rome

  • Croisades.

  • Titre de Roi Très Chrétien.

  • Les bénéfices ecclésiastiques.

  • L’affaire de l’évêché de Chartres sous Philippe Ier.

  • Le rétablissement sous Saint Louis.

  • Avignon, ses abus et les remèdes de l’Église gallicane.

  • Le combat contre Benoît XIII.

  • Schisme suite aux abus commis en Avignon.

  • Jean Hus et le concile de Constance.

  • Le concile de Bâle.

  • Pragmatique sanction de Bourges sous Charles VII.

  • L’Université de Paris.

Notes

1 Aux catholiques françois. Sur le livre De Suprema Summi Pontificis in Ecclesiam potestate, s. l., 1614.

2 André Duval, De Suprema romani pontificis in Ecclesiam potestate disputatio quadripartita, Paris, 1612.

3 Voir l’édition la plus récente : Étienne Pasquier, Les recherches de la France, éd. Marie-Madeleine Fragonard et François Rondaut, 3 vol., Paris, 1996.

4 Dorothy Thickett, Bibliographie des œuvres d’Estienne Pasquier, Genève, 1956 ; George Huppert, « Les recherches d’Étienne Pasquier », L’idée de l’histoire parfaite, Paris, 1973, p. 31-76.

5 Étienne Pasquier, Recherches, op. cit., p. 572 : première ligne du chapitre VIII : « Des libertés gallicanes devant et sous la première lignée de nos rois. »

6 Philippe Desan, Penser l’histoire à la Renaissance, Paris, 1993, ch. 3, « Étienne Pasquier ou le travail documentaire ».

7 George Huppert, op. cit., p. 37.

8 Philippe Desan, op. cit., p. 105.

9 Voir notamment Bernard du Haillan, L’histoire de France, 1576 ; Jean du Tillet, Mémoires et recherches, 1578, François de Belleforest, Grandes Annales et Histoire générale de France, 1579, Nicolas Vignier, Sommaire de l’histoire des François, 1579, Claude Fauchet, Recueil des antiquitez françoises, 1579.

10 Étienne Pasquier, op. cit., p. 566.

11 Le cardinal Du Perron fut désigné par les représentants du clergé aux États Généraux de Paris (1614) pour réfuter le premier article du cahier de doléances du Tiers État portant sur l’origine du pouvoir royal. Voir cette harangue dans Harangue faicte de la part de la chambre ecclésiastique en celle du Tiers-Estat sur l’article du serment, Paris, A. Estienne, 1615.

12 Étienne Pasquier, op. cit., p. 539.

13 François Hotman, Francogallia, éd. Ralph Giesey et Henry Salmon, Cambridge, 1972.

14 Étienne Pasquier, op. cit., p. 540.

15 Cité par l’abbé Feret, Le cardinal Du Perron, orateur, controversiste, écrivain. Étude historique et critique, Paris, 1877, p. 118.

16 Étienne Pasquier, op. cit., p. 570.

17 Ibid., p. 628-629.

18 Ibid., p. 637.

19 Alain Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle, Paris, 2002, p. 68 et suivantes.

20 Étienne Pasquier, op. cit., p. 534.

21 Ibid., p. 575.

22 Ibid., p. 544

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search