Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines

 | 
Sylvio De Franceschi

Introduction

Sylvio De Franceschi

Texte intégral

  • 1 Sur le poids de la référence aux Centuries de Magdebourg dans les Annales ecclesiastici de (...)

1À l’époque moderne, le développement d’une historiographie ecclésiastique antiromaine au sein du catholicisme a d’emblée été tributaire de deux grands modèles élaborés dans la deuxième moitié du xvie siècle et qui s’inséraient dans le débat entre catholiques et protestants. De 1559 à 1574 paraissent à Bâle les treize centuries de l’Ecclesiastica historia, dites Centuries de Magdebourg. Très imposante, l’œuvre propose une version luthérienne de l’histoire du christianisme ; elle a été rédigée par une commission d’érudits protestants qu’a présidée Flacius Illyricus, auteur déjà renommé pour son Catalogus testium ueritatis qui ante nostram ætatem Pontifici Romano eiusque erroribus reclamauerunt (1556). Après la conclusion du concile de Trente en 1563, la papauté s’est rapidement préoccupée de faire répondre aux centuriateurs de Magdebourg. Le cardinal jésuite Robert Bellarmin (1542-1621), en publiant ses Disputationes de controuersiis christianæ fidei (1586-1593), s’est chargé de réfuter les arguments théologiques que les Centuries de Magdebourg avaient développés, tandis que son collègue, le cardinal Cesare Baronio (1538-1607), plus connu sous le nom latinisé de Baronius, faisait paraître à Rome, entre 1588 et 1607, les douze volumes de ses Annales ecclesiastici, qui se faisaient fort d’anéantir par leur érudition la validité des analyses historiques des protestants1. À la fin du xvie siècle, l’historiographie ecclésiastique européenne est clairement le lieu d’affrontements confessionnels.

  • 2 George Carleton, Jurisdiction regall, episcopall, papall, wherein is declared how the Pope (...)
  • 3 Id., Consensus Ecclesiæ Catholicæ contra Tridentinos, demonstrans unam ac perpetuam doctri (...)

2Un événement a rapidement, et logiquement, sollicité l’inquiète attention des historiens catholiques, mais aussi protestants, de l’âge baroque : il s’agit du concile de Trente. Au début du xviie siècle, on assiste à la production d’une abondante littérature érudite hostile à l’assemblée conciliaire. En 1600 est publiée en France l’anonyme Révision du concile de Trente contenant les nullitéz d’iceluy, les griefs des Roys de France et princes chrestiens, de l’Église gallicane, et autres catholiques. En 1607, le gallican Jacques Gillot (1550-1619), un correspondant du Vénitien, et implacable antiromain, Paolo Sarpi (1552-1623), fait paraître à Paris ses Actes du Concile de Trente ès ans 1562 et 1563. En Angleterre, on n’est évidemment pas en reste. Après avoir violemment attaqué les prétentions du pape in rebus temporalibus dans sa Jurisdiction regall, episcopall, papall (1610)2, George Carleton (1559-1628) publie en 1613 son Consensus Ecclesiæ Catholicæ contra Tridentinos3. Un demi-siècle après sa clôture, le concile de Trente était plus que jamais l’objet d’appréciations très mitigées, voire franchement critiques.

  • 4 [Paolo Sarpi], Historia del Concilio Tridentino, nella quale si scoprano tutti gl’artifici (...)
  • 5 Sur l’Interdit vénitien, voir Sylvio De Franceschi, Raison d’État et raison d’Église. La F (...)
  • 6 Sur Sarpi historien du concile de Trente, voir Boris Ulianich, « Il significato politico d (...)

3Âge d’or de l’érudition ecclésiastique antiromaine dans le contexte duquel se place la publication, à Londres en 1619, d’une Historia del Concilio Tridentino. Publié sous pseudonyme, l’ouvrage a d’abord été attribué à Marc’Antonio De Dominis (1560-1624), ancien archevêque de Spalato qui, après sa bruyante apostasie, s’était réfugié auprès du roi Jacques Ier d’Angleterre4. Les contemporains ont ensuite rapidement appris que le véritable auteur en était Paolo Sarpi, dont la réputation avait été faite après les engagements régalistes qu’il avait manifestés lors de la crise de l’Interdit vénitien (1606-1607)5. Il vaut la peine de s’arrêter quelque peu sur l’Historia del Concilio Tridentino, car, après sa publication, elle va très vite devenir le modèle d’une historiographie ecclésiastique catholique et antiromaine6. Dès le préambule de son ouvrage, Sarpi avoue qu’il l’a rédigé parce qu’il n’était pas satisfait de ce qu’il avait pu lire chez d’autres auteurs :

  • 7 Paolo Sarpi, Istoria del Concilio Tridentino, l. ier, dans Paolo Sarpi. Opere, éd. Gaetano (...)

Il proponimento mio è di scrivere l’istoria del concilio tridentino, imperò che, quantonque molti celebri istorici del secol nostro nelli loro scritti abbiano toccato qualche particolar successo in quello […], nondimeno, quando bene fossero tutti raccolti insieme, non si componerebbe un’intiera narrazione7.

4Sarpi se propose donc d’écrire la première histoire complète du concile de Trente, depuis la rupture de la Réforme jusqu’à la dissolution de l’assemblée conciliaire en 1563. Dès le 3e paragraphe du livre 1er, le ton est donné – l’issue du concile a été contraire au but que ses promoteurs s’étaient donné :

  • 8 Ibid., p. 742.

Raccontarò le cause e li maneggi d’una convocazione ecclesiastica […] che ha sortito forma e compimento tutto contrario al dissegno di chi l’ha procurata et al timore di chi con ogni studio l’ha disturbata : chiaro documento per rasignare li pensieri in Dio e non fidarsi della prudenza umana8.

  • 9 Ibid., p. 742.
  • 10 Ibid., p. 742-743.
  • 11 Ibid., p. 743.
  • 12 Ibid., p. 743.

5L’ambition historiographique de Sarpi est explicitement politique et critique. Le Vénitien dénonce, dans son introduction, trois effets imprévisibles du concile de Trente : sa convocation a été voulue par les hommes pieux et désireux de réunifier l’Église, or « per contrario ha cosí stabilito lo scisma et ostinate le parti che ha fatto le discordie irreconciliabili »9 ; elle a été facilitée par des princes qui souhaitaient réformer l’Église, mais le concile « ha causato la maggior disformazione che sia mai stata doppo che il nome cristiano si ode »10 ; elle a été louée par des évêques avides de récupérer une autorité épiscopale désormais amoindrie et usurpée par le pontife romain, et au contraire « gliel’ha fatta perder tutta intieramente, et interessati loro stessi nella propria servitú »11. Pour Sarpi, et l’image est restée célèbre, l’histoire du concile de Trente est l’Iliade de son temps, soit une véritable épopée : « Non sará inconveniente chiamarlo la Illiade del secol nostro12. » Dans l’Historia del Concilio Tridentino, Sarpi dénonce à satiété l’anticonciliarisme d’une curie romaine qui a cyniquement manipulé les pères conciliaires – le point de vue adopté est politique et antiromain. Sarpi explique notamment que Clément VII, un pape « molto versato nelli maneggi di Stato », a toujours soutenu que « nelle occorrenze di quei tempi era conseglio pernicioso valersi del mezzo de’ concili » ; de surcroît, Clément VII avait l’habitude de dire :

  • 13 Ibid., p. 793.

Il concilio è utile, sempre che si tratta altro che dell’auttoritá del papa ; quando quella viene in contenzione, nessuna cosa è piú perniciosa, perché sí come per li tempi passati l’arma de’ pontefici fu il ricorso alli concili, cosí adesse la sicurezza del pontificato consiste in declinarli e fuggirli13.

6Sans aucun doute l’un des grands monuments de la prose italienne de l’âge baroque, le grand œuvre de Sarpi correspond finalement à la sensibilité ecclésiologique et historiographique des gallicans ; il en reprend les principes théoriques pour mettre en lumière, et très concrètement, les abus dont la papauté s’est rendue coupable.

  • 14 René-François Guettée, La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand. E (...)

7Deux siècles et demi plus tard, une même révolte antiromaine anime la production érudite de René-François Guettée (1816-1892), dont les propos virulemment acerbes rappellent l’indignation de Sarpi. Massive, l’œuvre historiographique de Guettée est, dans la tradition gallicane et sarpienne, une entreprise de dévoilement destinée à éclairer les catholiques. Dans La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand (1861), qui est une anthologie de textes de saint Grégoire, Guettée commence son introduction par une radicale mise au point : « Si l’on jette un coup d’œil franc et impartial sur la société catholique, on ne peut s’empêcher d’avouer que le niveau intellectuel ne peut guère y tomber plus bas14. » Guettée accuse ses coreligionnaires d’ignorer les abus du magistère romain et de méconnaître les falsifications doctrinales dont il s’est rendu coupable. De revenir à saint Grégoire permet, par un discours historiographique qui est de saine purgation, de mettre en lumière la progressive adultération de la religion catholique :

  • 15 Ibid., p. 6.

Formé à l’école ultramontaine, le néo-catholique ne souffre aucune objection. Si vous élevez quelque difficulté touchant ses systèmes, il vous regarde comme un hérétique ; si vous osez faire observer que l’on n’enseignait pas autrefois comme aujourd’hui, il vous signale comme un novateur dangereux ; si vous demandez la raison, la preuve de ces nouveaux dogmes que nous voyons éclore chaque jour sous l’action de la cour de Rome, on fait de vous un libre penseur. Que cette parole existe ou non, qu’elle soit claire ou obscure, le néo-catholique s’en autorise toujours. Le pape est infaillible ; je suis avec le pape, donc je suis infaillible moi-même. C’est à peu près à ce syllogisme que se réduit toute la logique du néo-catholique. Et malheur à vous si vous n’êtes pas subjugué par un argument aussi concluant ; vous n’êtes alors qu’un révolté ; vous n’êtes plus catholique15.

  • 16 Id., Histoire de l’Église de France composée sur les documents originaux et authentiques, (...)
  • 17 Ibid., p. ii.
  • 18 Ibid., p. ii.

8Dès sa première grande œuvre historiographique, l’Histoire de l’Église de France, dont les douze volumes paraissent de 1847 à 1856, Guettée a clairement démontré ses pulsions antiromaines. Dans sa préface, il revient sur son projet méthodologique. Rendant curieusement hommage aux historiens jésuites, alors que son antijésuitisme forcené allait bientôt se donner libre cours dans une copieuse Histoire des jésuites (1858-1859), Guettée affirme toutefois que « l’histoire n’est plus aujourd’hui une série de faits alignés géométriquement à l’aide de la chronologie » : « Elle est le tableau vivant et animé des siècles qui doivent s’y desssiner avec leur physionomie particulière et caractéristique16. » Guettée lève alors le voile sur les influences historiographiques qu’il a subies, et notamment celle d’une « nouvelle école historique, peu amie de l’Église », qui « a fortement contribué à donner à l’étude de l’histoire cette large et haute direction »17 – il ne fallait pas être devin pour comprendre qu’il s’agissait de l’historiographie libérale, illustrée notamment par François Guizot. Guettée ajoute significativement : « Je lui rends cet hommage d’autant plus volontiers que j’aurai trop souvent à combattre son exactitude et ses conclusions ; mais la voie qu’elle a ouverte est bonne ; bien suivie, elle ne peut que conduire à la vérité18. » À René-François Guettée, il est en définitive revenu de proposer une historiographie ecclésiastique catholique et antiromaine qui a fait profit des acquis méthodologiques des historiens libéraux. Son exemple permet de mettre en lumière d’éventuelles racines gallicanes, et plus largement régalistes, du libéralisme contemporain, sourde évolution par laquelle l’historiographie de l’Église a longtemps été travaillée en France – mais peut-être aussi en Italie et en Allemagne – et dont la journée d’études organisée à Lyon le 24 septembre 2010 a tenté de marquer les grandes étapes et d’illustrer le mouvement pluriséculaire.

Notes

1 Sur le poids de la référence aux Centuries de Magdebourg dans les Annales ecclesiastici de Baronius, voir Stefano Zen, Baronio storico. Controriforma e crisi del metodo umanistico, Naples, 1994.

2 George Carleton, Jurisdiction regall, episcopall, papall, wherein is declared how the Pope hath intruded upon the jurisdiction of temporall Princes and of the Church, the intrusion is discovered and the peculiar and distinct jurisdiction to each properly belonging recovered, Londres, 1610.

3 Id., Consensus Ecclesiæ Catholicæ contra Tridentinos, demonstrans unam ac perpetuam doctrinam e Sacris Scripturis excerptam et in Ecclesia catholica conseruatam usque ad concilium Tridentinum, in grauissimis fidei controuersiis, quæ sunt de Scripturis, siue regula fidei, de Ecclesia, de Fide iustificante, de Gratia, Francfort, 1613.

4 [Paolo Sarpi], Historia del Concilio Tridentino, nella quale si scoprano tutti gl’artificii della corte di Roma, per impedire che né la veritá di dogmi si palesasse né la riforma del papato et della Chiesa si trattasse, di Pietro Soave Polano, Londres, 1619. Sur Marc’Antonio De Dominis, voir la synthèse d’Eleonora Belligni, Auctoritas e potestas. Marc’Antonio De Dominis fra l’Inquisizione e Giacomo I, Milan, 2003. Sur le rôle de Jacques Ier dans les querelles antiromaines du début du xviie siècle, consulter Sylvio De Franceschi, La crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627), Rome, 2009.

5 Sur l’Interdit vénitien, voir Sylvio De Franceschi, Raison d’État et raison d’Église. La France et l’Interdit vénitien (1606-1607) : aspects diplomatiques et doctrinaux, Paris, 2009. Sur Paolo Sarpi, consulter les ouvrages désormais classiques de David Wootton, Paolo Sarpi. Between Renaissance and Enlightenment, Cambridge, 1983, et Vittorio Frajese, Sarpi scettico. Stato e Chiesa a Venezia tra cinque e seicento, Bologne, 1994, ainsi que, plus récemment, Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, éd. Marie Viallon, Paris, 2010.

6 Sur Sarpi historien du concile de Trente, voir Boris Ulianich, « Il significato politico della Istoria del Concilio Tridentino di Paolo Sarpi », Il concilio di Trento come crocevia della politica europea, dir. Hubert Jedin et Paolo Prodi, Bologne, 1979, p. 179-213. Consulter aussi Sylvio De Franceschi, « Les irrémédiables brisures de la Chrétienté de l’histoire. Paolo Sarpi entre idée italienne et idéal chrétientaire », Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles (France, Espagne, Italie), éd. Alain Tallon, Madrid, 2007, p. 273-293, et id., « Romanité et universalité de la communauté ecclésiale. Le débat catholique sur les caractères de la véritable Église au temps de Paolo Sarpi », Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, op. cit., p. 105-138.

7 Paolo Sarpi, Istoria del Concilio Tridentino, l. ier, dans Paolo Sarpi. Opere, éd. Gaetano et Luisa Cozzi, 2 vol., Milan-Naples, 1997 (1969), t. ii, p. 742.

8 Ibid., p. 742.

9 Ibid., p. 742.

10 Ibid., p. 742-743.

11 Ibid., p. 743.

12 Ibid., p. 743.

13 Ibid., p. 793.

14 René-François Guettée, La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand. Extraits des ouvrages de saint Grégoire le Grand, Paris, 1861.

15 Ibid., p. 6.

16 Id., Histoire de l’Église de France composée sur les documents originaux et authentiques, t. ier, Paris-Blois-Lyon, 1847, p. ii.

17 Ibid., p. ii.

18 Ibid., p. ii.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search