Version classiqueVersion mobile

Justice et protestantisme

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

La justice fictionnelle au service de la cause protestante : Le Vieux Cévenol de Rabaut Saint-Étienne

Céline Borello

Texte intégral

  • 1 Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Honoré C (...)
  • 2 Considérations sur les droits et sur les devoirs du tiers-état adressées au peuple des provinces pa (...)
  • 3 André Dupont, Rabaut Saint-Étienne, 1743-1793. Un protestant défenseur de la liberté religieuse, Ge (...)
  • 4 Almanach historique de la Révolution française, pour l’année 1792 ; orné de gravures en taille-douc (...)

1L’activité éditoriale des pasteurs français du xviiie siècle reste réduite, résultat de leur formation intellectuelle peu poussée et du contexte de clandestinité de la période1. Toutefois, le fils aîné de Paul Rabaut, Jean-Paul dit Rabaut Saint-Étienne échappe à ce constat. Ministre de Nîmes à partir de 1765 aux côtés de son père, il eut dès le milieu des années 1780 une activité de plus en plus intense en dehors de sa fonction religieuse. Il rédigea de nombreux textes et, parmi ceux-ci, se remarquent divers opuscules politiques ainsi qu’une participation réelle à la presse du temps2. Élu député du Tiers pour la sénéchaussée de Nîmes, sa carrière en Révolution se termina prématurément, comme celle d’autres Girondins, en décembre 1793. Son œuvre fut réimprimée, en signe de réhabilitation par décision de la Convention thermidorienne du 6 vendémiaire an IV et « ses écrits distribués à tous les membres de la représentation nationale, aux frais de la République »3. Parmi ces textes, se compte une histoire immédiate de la Révolution publiée en 1791, l’Almanach historique de la Révolution, rééditée et augmentée sous le titre de Précis historique de la Révolution française4.

  • 5 Voir en annexes A et B, les différentes éditions du Vieux Cévenol.
  • 6 La définition du roman de l’Encyclopédie est la suivante : « Récit fictif de diverses aventures mer (...)

2Avant cela, son premier ouvrage non religieux, Triomphe de l’intolérance ou Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à Londres, âgé de 103 ans, a été publié en 1779. Plus connu sous le nom du Vieux Cévenol, il fut réédité du vivant de Rabaut Saint-Étienne, en 1784 et 17885. D’après le sous-titre fédérateur des diverses parutions des xviiie et xixe siècles, « anecdotes de la vie d’Ambroise Borély », la nature biographique de l’imprimé apparaît, alors que la lecture laisse découvrir celle d’un récit romanesque. La fiction devient l’occasion pour le pasteur nîmois, dont la famille est fortement impliquée dans la reconstitution et la reconnaissance des Églises du second Désert, de poser le problème des persécutions et violences dont les protestants du royaume sont victimes. Le Vieux Cévenol remplit tous les critères du genre romanesque devenu au xviiie siècle la concrétisation d’un parcours individuel à signification collective6. La vie d’un homme, Ambroise Borély, incarne alors le destin d’une communauté religieuse, puisque son cheminement dans la période post-révocatoire est celle de tous les protestants qui, refusant la conversion, restèrent dans le royaume. Et, alors qu’il se résout finalement à l’exil, son destin croise ceux qui ont cherché à fuir au Refuge. L’héroïsation du personnage est constante, dans les joies comme dans les afflictions : il est paré de toutes les vertus, archétype du fils aimant, homme courageux, persévérant, volontaire, homme passionné également, oubliant par amour de Sophie toutes les difficultés qu’il a connues en France. Mais ne se contentant pas d’exposer les symptômes d’une existence difficile faite de rejet, de renoncements et de vexations, Rabaut Saint-Étienne en recherche les causes et souhaite les faire connaître : tout résulte, selon le pasteur, d’une législation oppressive et d’une justice partiale confinant à l’inhumanité. La justice fictionnelle prend ainsi appui sur l’histoire judiciaire et pose plusieurs interrogations dont le sens et le rôle à donner à ce « roman historique » du siècle des Lumières.

Une brochure initialement négligée

  • 7 Le Vieux Cévenol, Londres, 1779, p. 1. Pour plus de commodité, le titre sera indiqué LVC, suivi de (...)
  • 8 LVC (1779), p. 1. L’édition de 1788 comporte dix-sept chapitres.
  • 9 L’image du cannibale qui avait connu un versant positif au xvie siècle avec Montaigne est ici, conf (...)

3La trame du Vieux Cévenol se fonde sur une partie de la vie d’Ambroise Borély, « né dans les Cévennes le 10 mars 1671, et mort à Londres le 14 septembre 1774 »7. Son existence, fort longue, « de cent trois ans, sept mois, quatre jours » précise l’édition de 1779, est narrée en dix-neuf chapitres8. Les faits commencent alors qu’Ambroise a quatorze ans, avec la Révocation de l’édit de Nantes et les logements de troupes qui déshumanisent les Français, bourreaux comme victimes9 :

  • 10 LVC (1788), p. 10-11.

Le plus indigne pillage accompagnait ces barbaries : les meubles, les ustensiles, les provisions étaient jetés dans les rues ; on mettait les chevaux dans les chambres de parade, on leur faisait des litières de soie ou de coton, on les couchait dans des draps de toile de Hollande ; on s’amusait à les nourrir des aliments destinés aux hommes, et l’on faisait souffrir les hommes toutes les horreurs de la faim. Ces scènes, exécutées à la fois dans toutes les maisons, eussent fait croire que les cannibales s’étaient emparés de la France10.

4Le premier chapitre se termine symboliquement par la mort du père d’Ambroise :

  • 11 LVC (1779), p. 5-6.

Hyacinthe Borély étant allé chercher les clés de sa maison abandonnée, fut arrêté par les soldats, suspendu à la cheminée, et traité si cruellement, qu’il expira avant la fin du jour. Ambroise était attaché aux pieds du lit, où il fondait en pleurs à la vue de cette horrible tragédie11.

5Le décor est planté et les chapitres suivants évoquent les difficultés que connurent Ambroise et sa famille depuis l’édit de 1685 jusqu’à son second exil salvateur en l’Angleterre, aux alentours des années 1710. Entre ces deux dates apparaissent les dragonnades et leurs violences (chapitre I), les conversions forcées (chapitres I et VI), les enlèvements d’enfants (chapitre V), les tracasseries financières résultant de la déstructuration familiale (chapitres II et V) ou des difficultés à vendre et acheter un bien (chapitres V, VI et VII), les obstacles pour exercer librement un métier (chapitres III et IV), la vénalité et la surveillance de certains catholiques (chapitres V et VI), les peines corporelles (emprisonnements aux chapitres VI et XII ; galères aux chapitres XII et XIII), les assemblées clandestines surprises par les soldats (chapitre X), les vexations au moment de la mort (chapitre IX), les mariages non reconnus et l’illégitimité des enfants nés de ces unions (chapitre XVII), les dangers de l’exil (chapitre XI)… L’inventaire des persécutions et diverses mésaventures s’avère long, régulier et quasiment exhaustif. Le temps de la narration (1685-1710) recoupe le « siècle de Louis XIV », assimilé à un temps de supplices et de barbarie, images fortes de la violence entre confessions chrétiennes qui expriment les difficultés extrêmes que connut, avec Ambroise et sa famille, l’ensemble des protestants du royaume.

  • 12 Lettre du 17 octobre 1778, LVC (1886), préface Charles Dardier, p. 11.

6Le sujet, lourd, et la dramatisation constante – le décès, en couches, de la femme d’Ambroise au chapitre XVIII de l’édition de 1779 et 1784 en est un dernier exemple – entraîne larmes et gémissements des protagonistes. Pourtant, Rabaut Saint-Étienne, dans sa correspondance, ne semble pas accorder plus d’importance que cela à ce texte : lorsqu’il l’évoque avec son ami de Genève, Étienne Chiron, il qualifie cet écrit de « bagatelle »12 et il a attendu un certain temps avant de songer à l’éditer :

  • 13 Lettre du 21 septembre 1778, id., p. 10.

Je laisse ouverte l’incluse et vous prie de la cacheter après l’avoir lue. Elle a rapport à une brochure que je fis, il y a plusieurs années13.

  • 14 Lettre du 29 mai 1778, Charles Dardier, Paul Rabaut : lettres à divers, Paris, Grassart, 1891, t. 2 (...)
  • 15 « Il est bien vrai que certains membres du parlement s’occupent de nos mariages ; on a même voulu é (...)
  • 16 Lettre adressée au synode provincial du Bas-Languedoc du 5 mai 1778, Edmond Hugues, Les synodes du (...)
  • 17 Lettre du 21 septembre 1778, préface Charles Dardier, p. 10.

7En 1778, il décide de rendre public son travail : la question de la reconnaissance des mariages protestants semble gagner du terrain, faisant écrire à Paul Rabaut : « le Parlement de Paris s’occupe de nous et s’en occupe très sérieusement »14. Son fils reste plus prudent mais estime qu’il est temps de lancer l’édition de son récit15. Il partage la vision de Court de Gébelin : « J’ai toujours dit aux églises : ne négligez rien pour obtenir un traitement favorable de la Cour »16. La biographie d’Ambroise Borély entre, en effet, dans cette logique : le pasteur a écrit cette brochure « pour faire sentir l’absurdité barbare des lois portées contre les protestants de France»17. Cependant, bien que le sujet lui tînt à cœur, il confia le manuscrit à Étienne Chiron, qui l’avait accueilli lors de son séjour genevois alors qu’il était enfant. Il lui laissa carte blanche, en particulier pour retoucher l’ouvrage. Jacob Vernes (1728-1791), pasteur et théologien de la ville, auteur du roman la Confidence philosophique (1771), se chargea du travail et Rabaut Saint-Étienne écrivit à Chiron pour l’en remercier dès le mois suivant, en octobre 1778 :

  • 18 Lettre 26 octobre 1778, LVC (1886), ibid, p. 13.

Correction, changements, tout ce que M. Vernes fera ne peut manquer d’être bien fait. Je sais qu’il y a dans la brochure des négligences de style, et surtout une bigarrure dans l’ironie qui ne la distingue pas assez du sérieux ; mais je suis un paresseux pour la correction18.

8Pourtant, le 25 janvier 1779, alors que l’ouvrage vient de paraître, le jugement de Saint-Étienne s’avère plus nuancé et relève que le désintérêt qu’il portait au Vieux Cévenol était tout relatif :

  • 19 Lettre du 25 janvier 1779, id., p. 17. Je souligne.

L’ouvrage est bien exécuté, la correction typographique exacte, et un témoignage de la peine qu’elle a donnée à M. Vernes : on ne peut mieux imprimer. Quant aux changements faits dans le cours de l’ouvrage, ils doivent être bien, puisqu’ils sont d’une meilleure main que la mienne. Je n’aurais point, pour moi, filé les amours de Borély, et j’avais résisté à cette tentation, pour ne point trop écarter les déclarations du roi les uns des autres, et ralentir l’effet qui doit résulter de leur entassement. […] Cette partie paraît visiblement faite d’une autre main. Mais enfin je me suis dépouillé de toute propriété sur mon Cévenol en l’expatriant, et je prise trop peu cette bagatelle pour me plaindre. Tout ceci entre nous et sans aucune tache d’ingratitude ; c’est uniquement parce qu’il faut vous dire ce que je pense19.

9Jean-Paul Rabaut indique ainsi que les derniers chapitres ont été remaniés par Jacob Vernes. En effet, le pasteur genevois réécrivit les chapitres XVII, XVIII et XIX de la première édition. Mais, plus intéressant, son homologue nîmois trahit la véritable intention de son texte qui, bien qu’empruntant la forme du roman et de la fiction, poursuit un objectif de dénonciation des lois contre les huguenots, but qui apparaissait déjà dans sa lettre du 21 septembre. Dans sa missive du début de 1779 il le rappelle, indiquant sa volonté d’« entasser les déclarations du roi » pour en montrer l’insoutenable poids pour la communauté réformée. Les persécutions subies par les protestants à travers la figure de Borély s’enchaînent non simplement pour verser dans l’émotion et le larmoiement, mais pour interpeller le lecteur sur la cause profonde de ce dérèglement qui repose sur une législation productrice d’une institution judiciaire intolérante et, à tout dire, intolérable pour les protestants. Les paroles de l’avocat de Borély le rappellent en revenant sur l’atrocité de la mort du père d’Ambroise :

  • 20 LVC (1784), p. 106.

Dans quel code barbare trouve-t-on cette loi féroce, qui condamne un enfant sans crime à être témoin de la mort ignominieuse de son père ? Entrailles de mes juges, vous frémissez, et ce n’est encore que le prélude des malheurs du jeune Borély !20

  • 21 Antoine Court, Le Patriote français et impartial, ou Réponse à la Lettre de Me l’Evêque d’Agen à Me (...)
  • 22 En fin d’ouvrage, Ambroise devient même un Anglais, incapable de comprendre la logique française de (...)
  • 23 Ira O. Wade, The structure and form of the French Enlightenment, Princeton, Princeton University Pr (...)
  • 24 LVC (1779), p. 2.
  • 25 La caution de Voltaire apparaît en page de couverture uniquement dans l’édition de 1779, la mention (...)
  • 26 L’ouvrage de Benoît Garnot, C’est la faute à Voltaire… Une imposture intellectuelle ? (Paris, Belin (...)

10En regard du cheminement intellectuel de Rabaut Saint-Étienne et du combat de sa famille pour une reconnaissance des protestants du royaume, Le Vieux Cévenol se révèle en effet faussement secondaire. Il se situe dans le droit fil de toute une littérature pro-réformée qui s’épanouit dans le royaume depuis la publication du Patriote Français et impartial d’Antoine Court, en 175121. Cependant, un point le distingue de la masse éditoriale sur le sujet : son genre, celui du roman, qui tranche avec celle des pamphlets, traités ou mémoires qui abondent en cette fin des années 1770. Bien plus, la mode du roman anglais semble avoir touché la plume du pasteur nîmois. L’importance accordée à l’Angleterre dans le cours de l’histoire, puisque Ambroise s’exile finalement dans cette île, n’est pas simplement un biais de l’auteur pour présenter un pays, protestant, où la liberté de conscience paraît idéale pour les réformés d’alors22. Elle répond aussi à la mode du moment. La France devient friande de culture anglaise, et plus particulièrement de ses romans à partir des années 1740, traditionnellement grâce à Voltaire qui aurait sensibilisé ses compatriotes à l’Angleterre avec Les Lettres philosophiques (1734), ou bien encore par l’intermédiaire de Montesquieu avec L’Esprit des lois (1748)23. Les voyageurs et les journalistes deviennent alors les intermédiaires culturels de cette ouverture à la culture d’outre-Manche. À suivre la page de couverture et les premières lignes de l’édition de 1779, Le Vieux Cévenol a été réalisé d’après la compilation des récits de vie qu’Ambroise auraient confiés à Williams Jesterman, négociant d’un quartier de Londres, Spring-Garden24. Il fut « traduit de l’anglais & trouvé parmi les papiers de Monsieur de Voltaire »25. Ce qui reste inexact mais un tel procédé stylistique renvoie, de fait, à un souci de répondre à l’attente d’un lectorat habituellement peu attiré par l’histoire des huguenots, alors que la figure tutélaire de Voltaire permet d’entrevoir l’objet véritable de cette fiction biographique : la justice26.

La justice au cœur de l’écriture du Vieux Cévenol

11La vie d’Ambroise Borély reste un prétexte narratif, le motif principal du Vieux Cévenol demeure la justice, comprise en tant qu’institution, théorique et pratique, mettant en application des lois émanant du monarque.

12Le premier indice se trouve dans la courte « préface du traducteur » de l’édition de 1779. Les quelques lignes d’ouverture confirment ce que Rabaut Saint-Étienne indiquait très synthétiquement dans ses missives à Étienne Chiron :

  • 27 LVC (1779), préface.

Je dois rendre compte au public des motifs qui m’ont engagé à traduire la brochure anglaise que je lui présente. Il y a quelque temps que cette brochure me fut envoyée de Londres ; je la lus, & j’avoue que je ne pus croire qu’il y eût un Code de Loix tel que celui dont le vieux Cévenol est ici la victime, ni que les aventures de ce vieillard fussent véritables. J’en parlai à plusieurs personnes qui n’en savaient pas plus que moi, & qui s’en inquiétaient beaucoup moins. Enfin, j’en écrivis en province : on m’envoya le recueil de ces Loix. Je le parcourus, je le comparai avec l’histoire du vieux Cévenol ; j’appris que plusieurs centaines de milliers de Français avaient gémi sous ces terribles loix, qu’un peuple nombreux est encore gouverné par elles, que si elles ne sont pas toutes exécutées aujourd’hui, elles subsistent, & sont fréquemment invoquées par des gens intéressés à leur exécution. Je ne puis cacher, que mon étonnement & ma honte furent extrêmes : je rougissais pour ma nation, que de telles cruautés déshonorent aux yeux des nations étrangères ; & je formai des vœux pour que ce monument d’ignominie fût soustrait aux yeux de la postérité. Je ne doute point que la lecture de cette brochure ne produise le même effet sur les ames honnêtes. Hélas ! c’est tout ce que j’ose espérer27.

  • 28 LVC (1779), p. 11, 12 et 16.

13Les lois contre les protestants matérialisent le nœud de l’ouvrage, alors que le pléonasme « Code de loix » permet d’ériger l’ensemble des textes juridiques contre les réformés en système cruel. Les péripéties malheureuses de la vie d’Ambroise ne se justifient que par l’existence de lois répressives. De la sorte, le jeune homme ne peut devenir avocat, médecin ou apothicaire car ces professions sont interdites aux huguenots par des arrêts, déclarations ou édits du roi28. Alors que l’histoire des persécutions endurées par le héros cévenol couvre les années 1685-1710, celle des lois mobilisées par la narration débordent largement en amont puisque le premier texte cité est celui du 25 juin 1665 :

  • 29 Déclaration portant que les relaps et apostats seront bannis à perpétuité, Saint-Germain-en-Laye, 2 (...)

En 1665 & 1669, Louis XIV décerna la peine du bannissement perpétuel contre les Relaps ; c’est-à-dire, au terme de la Loi, contre ceux qui, après avoir été contraints par les vexations à faire abjuration de la Religion Protestante, étaient retournés à leurs erreurs29.

14L’histoire législative sur laquelle s’appuie l’argumentaire du roman commence avant la Révocation, celle-ci devenant une loi parmi d’autres, tout aussi inhumaines : les textes punitifs s’échelonnent de 1665 à 1724 et représentent un corpus de cinquante références, citées dans des notes de bas de page.

15Pour accentuer la force de cette dénonciation, l’écriture du pasteur développe un souci constant de relier la fiction narrative à une réalité juridique et judiciaire. Dès le début du xixe siècle, Le Vieux Cévenol apparaît comme un « roman historique » et non simplement comme une fiction romanesque, à l’instar de la notice que le comte Boissy d’Anglas, ami de Rabaut Saint-Étienne, fit en préface de l’édition de 1820 :

  • 30 LVC (1825), Notice de BOISSY D’aNGLAS, p. XV. Cette notice fut sans cesse réutilisée dans les parut (...)

Il imagina de placer dans un cadre historique les lois rendues depuis la révocation de l’édit de Nantes, et il composa une sorte de roman assez piquant, dans la manière de Voltaire, où ces lois sont mises en action30.

  • 31 Hubert BOST, « La piété huguenote ‘anamorphosée’ dans la pitié des Lumières », BSHPF, 1999, p. 377- (...)
  • 32 LVC (1779), p. 4, note a.
  • 33 LVC (1784) p. 75, LVC (1788), p. 10.

16Certes, dramatisation et mise en scène des persécutions et violences abondent, dans le but de provoquer la pitié du lecteur qui doit prendre conscience de l’insupportable sort infligé aux huguenots31. Mais, simultanément, un constant souci de vérité anime la plume de Jean-Paul Rabaut. Il cite à plusieurs reprises ses sources : Les Nouvelles de la République des lettres de Pierre Bayle pour reprendre le discours du lieutenant général de La Rochelle au moment des dragonnades32, ou bien l’Histoire de l’Édit de Nantes d’Élie Benoist pour évoquer les atrocités commises lors de la Révocation ou à l’égard des enfants33. Ces sources primaires servent d’ancrage dans le réel, tout comme l’accroche permanente au juridique. Une des critiques que Rabaut Saint-Étienne formula à l’égard du travail de Jacob Vernes reposait d’ailleurs sur le non-respect de la réalité concernant les motifs de poursuite judiciaire :

  • 34 Lettre du 25 janvier 1779, LVC (1886), préface Charles DARDIER, p. 17.

On a fait le cévenol trop jeune à l’époque de son mariage, ce qui rejette cette aventure à l’an 1708 ou 1710, époque à laquelle il ne se faisait point de mariage au Désert34.

17Or, dans la logique stéphanoise, si les mariages au Désert n’existaient pas encore, Ambroise ne pouvait se voir convoquer par la justice suite à ce type d’union. La non-conformité à la réalité dans la fiction amoindrit la portée de la critique du judiciaire.

  • 35 LVC (1779), p. 18, note h.
  • 36 LVC (1784), p. 29, note c.

18Plus encore, Rabaut Saint-Étienne ne reste pas dans le théorique de l’énoncé de la loi. Dès qu’il le peut, il relate une condamnation et passe du juridique au judiciaire. Ce glissement vers des cas concrets de mise en application de la loi apparaît dans les notes de bas de page qui représentent un véritable texte historique dans la fiction. Ainsi, alors qu’Ambroise se rend compte progressivement qu’il ne peut exercer nombre de professions, est évoqué l’exemple des sages-femmes. L’apothicaire avec lequel il discute lui apprend que : « toutes les sages-femmes protestantes sont interdites de leurs fonctions par une déclaration du roi ». La note de l’édition 1779 indique simplement la référence à la date de la loi : « Déclaration du 20 février 1680 »35. Dans celle de 1784, un cas précis apparaît : « Le 27 septembre 1748, la femme d’Antoine Fesquet, du lieu de Ganges, fut condamnée à trois mille livres d’amende pour avoir exercé la profession de sage-femme »36. De la même façon, alors que la mère d’Ambroise se voit condamnée à payer une amende pour ne pas avoir envoyé ses enfants à l’école et à la messe, l’édition de 1779 mentionne, en note : « 13 décembre 1698, 16 octobre 1700 ». Celle de 1784 propose une référence plus importante :

  • 37 LVC (1784), p. 36, note a.

Déclarations du Roi du 13 Décembre 1698 & du 16 octobre 1700, par lesquelles il est ordonné aux Protestans qu’on supposait convertis, en vertu des ordres du Roi & des vexations des Dragons, d’envoyer leurs enfans aux écoles & aux Catéchismes Catholiques, & les Juges devaient condamner à des amendes ceux qui contreviendraient à ces ordres : on enlevait les enfans à leurs parens, pour les faire élever dans des collèges & des couvens. Les Jésuites arrachèrent cet ordre barbare à Louis XIV, lui ayant persuadé qu’il était obligé en conscience de préserver ces enfans de l’erreur, & qu’il répondrait devant Dieu de leur perdition. Ces ordres ont été souvent exécutés : nous avons vu, de nos jours, des jeunes filles arrachées à leurs parents par des ordres rigoureux, livrées dans des couvens à des religieuses peu éclairées, qui ignoraient également, & la religion dont il fallait les instruire, & celle dont il fallait les détromper. Nous avons vu plusieurs de ces malheureuses victimes succomber à ces longues persécutions et perdre, au bout de quelques années, ou la raison ou la vie. La fille de Sirven, entr’autres, devint folle, s’échappa du couvent où elle était enfermée, et se noya dans un puits. Le père, accusé de l’avoir assassinée, fut condamné par contumace à être pendu ; le parlement de Toulouse lui a rendu, depuis, une justice éclatante37.

19Dans cette note, la loi est référencée comme dans l’édition de 1779. Mais plus encore, elle est détaillée pour que chaque lecteur comprenne sa signification, ce qu’une simple mention de date ne permettait pas. Elle est aussi commentée : l’anti-jésuitisme transparaît dans l’origine supposée de l’action monarchique et la plume du pasteur est sans appel face à la brutalité du système juridique et judiciaire. Enfin, la note est nourrie par un cas concret, largement connu, puisqu’il s’agit de l’affaire Sirven qui, avec Calas et Rochette, fait partie des exemples fameux d’affaires judiciaires des années 1760. Cet exemple permet d’ailleurs de poser successivement l’ignominie de la loi dans ses conséquences (l’enlèvement et la mort d’une enfant), la cruauté de l’accusation de son père (reposant fortement sur son identité huguenote) et, au final, la justice qui parvient à s’exprimer mais par une réhabilitation posthume et au prix de vies perdues. La notoriété de l’affaire Sirven, inexistante concernant la condamnation de la femme d’Antoine Fesquet, atteste donc de la variété des faits cités, qui vont du simple cas local à une affaire nationalement connue et soutenue par Voltaire.

20Un dernier type d’annotation, légèrement différent, mérite l’attention car il renvoie à une synthèse d’affaires judiciaires portant sur un ou plusieurs parlements. Alors qu’Ambroise, sur les routes de l’exil, est arrêté dans le Dauphiné, la fin d’une note indique :

  • 38 Le Couserans (en gascon Coseran) est une petite province gasconne pyrénéenne, située dans la partie (...)
  • 39 LVC (1784), p. 82 note a.

En 1745, 1746, 1747, 1750 et 1751, plus de trois cents personnes, parmi lesquelles se trouvaient quarante gentilshommes et deux chevaliers de Saint-Louis, furent condamnées aux galères perpétuelles par le Parlement de Bordeaux et par les intendants d’Auch, de Montpellier, de Perpignan, de Poitiers, de Montauban et de La Rochelle. Couserans seul en fournit cinquante-quatre exemples38. Il y eut même, en 1746 et 1747, cinq condamnées à mort, peine prononcée par l’intendant de Montauban et les parlements de Bordeaux et de Grenoble39.

  • 40 Léonce Pilatte, Edits, déclarations et arrests concernans la religion p. réformée, 1662-1751, précé (...)
  • 41 Mémoire historique de ce qui s’est passé de plus remarquable au sujet de la religion réformée en pl (...)
  • 42 Un gentilhomme de Normandie, ancien capitaine de cavalerie, L’Accord parfait de la nature, de la ra (...)
  • 43 Il apparaît ainsi comme une sorte de martyrologe du xviiie siècle.
  • 44 Voir annexe A pour les différents titres développés.

21Se pose alors la question des sources utilisées par Rabaut Saint-Étienne. Il n’a pu inventer pour l’affaire Sirven mais toutes les autres narrations sont-elles exactes alors qu’il n’indique aucune référence claire ? Parfois, cela a été vu, il se réfère à des textes précis, de Bayle ou de Benoist, mais dans le cas de ces notes rien n’apparaît quant à l’origine de ces procès ou condamnations. Imagine-t-il ces textes de lois ou ces affaires inconnues ? La réponse tombe rapidement en confrontant les édits, déclarations et arrêts, textes juridiques divers, avec des compilations de lois tels que les ouvrages de Léonce Pilatte ou François-André Isambert40. Ces références législatives, vérifiables, sont exactes. De la même façon, en comparant les notes de bas de page avec d’autres textes antérieurs ou contemporains au Vieux Cévenol, les sources deviennent apparentes : le pasteur nîmois reprend, en les recopiant, des faits que les lecteurs sensibilisés à la cause réformée connaissent déjà. Le Patriote français et impartial d’Antoine Court offre à Saint-Étienne un vaste champ d’inspiration ainsi que d’immenses possibilités de copie. Dans le cas de mutilation de cadavres protestants, le pasteur reprend l’exemple de La Montagne décédé à Cadenet, en avril 1749, et relaté par Antoine Court dans le Mémoire historique qui accompagne Le Patriote français41 . Des extraits d’un autre ouvrage, L’Accord parfait de la nature, sont également recopiés42. Cela paraît logique : il s’inspire également du Patriote français qui reste, trente ans après sa parution, un texte de référence pour poser des cas concrets de poursuites, de supplices, détails de condamnation en tout genre de la période postérieure à la Révocation43. Jean-Paul Rabaut a tiré parti d’une autre publication pour nourrir ses notes de bas de page à caractère historique : La Tolérance aux pieds du Trône ou Observations d’un Citoyen, sur les Loix de France relatives aux Protestants de Condorcet. Cet ouvrage apparaît dès l’édition du Triomphe de l’intolérance car il est publié conjointement avec la note suivante de l’éditeur44 :

  • 45 LVC (1784), p. 115.

Les infortunes d’Ambroise Borély avaient donné lieu à des réflexions qui produisent ce petit ouvrage ; on y reconnaîtra facilement la plume de l’Avocat qui défendit sa cause avec tant de chaleur : & c’est répondre sans doute à l’intention de l’Auteur que de l’insérer à la suite des mémoires de son client45.

  • 46 Condorcet, La Tolérance aux pieds du trône Par Monsieur D*** Avocat au parlement de***, Londres, 17 (...)

22Il s’agit d’une figure de style pour lier les deux ouvrages car celui de Condorcet est antérieur d’une année à la première publication du Vieux Cévenol46. Déjà, son entreprise visait la défense des protestants en demandant un adoucissement des lois à leur égard : la proximité du sujet rend la liaison entre les deux textes particulièrement opérante. D’ailleurs, dans l’édition de 1784 du Vieux Cévenol, la première partie de l’ouvrage de Condorcet est littéralement incorporée à celui de Saint-Étienne. Condorcet écrit dans l’édition de 1779 :

  • 47 Condorcet, La Tolérance aux pieds du trône, 1779, p. 124.

Nous allons d’abord exposer ces loix malheureusement trop peu connues de la foule aimable & frivole, qui goûtant au sein de la Capitale toutes les jouissances du luxe, ignore & oublie les maux qui assiègent l’humanité. Cette simple exposition suffira pour montrer que la justice & la nature demandent que ces loix soient abrogées47.

23Annonce qui paraît étrangement similaire à la fin de la préface du Vieux Cévenol de 1784 :

  • 48 LVC (1784), p. xii.

Nous avons jugé à propos d’ajouter quelques réflexions sur ces lois malheureusement trop peu connues de la foule aimable et frivole, qui goûtant au sein de la capitale toutes les jouissances du luxe, ignore, ou oublie les maux qui loin d’elle assiègent l’humanité48.

24Les « quelques réflexions » allongent considérablement les notes de bas de page de l’édition de 1779, en fournissent parfois de nouvelles et représentent au total quelque vingt-cinq pages de l’ouvrage de Condorcet. Ces précisions, détails, faits effectivement avérés, rapports aux lois et réflexions sur ces dernières, abondent dans la deuxième édition du Vieux Cévenol alors qu’elles étaient absentes ou de simples mentions de date dans la première. Comment expliquer cette évolution entre 1779 et 1784 ? Se matérialise peut-être ici l’impatience de Rabaut Saint-Étienne alors que le roi tarde à prendre un édit qui améliorerait le sort des huguenots, notamment en leur reconnaissant un état civil. L’année suivante le pasteur nîmois envoie d’ailleurs au baron de Breteuil un mémoire en faveur des protestants, accompagné de la lettre suivante :

  • 49 Charles Dardier, Paul Rabaut : lettres à divers, t. 2, p. 357-358 (note 2).

Monseigneur, je prends la liberté d’adresser à Votre Grandeur, par une occasion sûre, un Mémoire relatif aux désirs et aux besoins d’un peuple nombreux dont le sort intéresse toutes les âmes sensibles. […] Mgr, vous le savez, ces citoyens, dignes de la bienveillance de leur patrie, y sont traités comme des proscrits. Leur situation est d’autant plus cruelle, que les lois réprimantes ne sévissent contre les coupables que lorsqu’ils ont été convaincus ; elles supposent le crime et non le criminel ; mais la naissance même de ces hommes est une faute, et ils sont coupables avant que d’avoir vu le jour49.

  • 50 Jacques Poujol, « Aux sources de l’Edit de 1787 : une étude bibliographique », op. cit.
  • 51 Voir Annexes A et B.
  • 52 Hubert Bost, « La piété huguenote ‘anamorphosée’ dans la pitié des Lumières », op. cit.

25Alors que pour la première moitié du XVIIIe siècle une vingtaine de publications allait dans le sens d’une reconnaissance de la minorité réformée, cent vingt-deux reprennent cette thématique pour les années 1750-178750 . Jean-Paul Rabaut veut marquer les esprits et choisit la précision de la réalité pour cela, tout en permettant à la fiction de donner chair aux textes de lois et à leurs conséquences pour les réformés. La seconde édition a d’ailleurs été totalement prise en main par Rabaut Saint-Étienne lui-même après sa déconvenue face au travail de Vernes. Cependant, quelle que soit l’édition consultée, le jugement porté sur la justice d’Ancien Régime reste rude. La « présentation » de 1779 décline l’idée de justice inhumaine en évoquant la honte qu’une telle cruauté, entendons intolérance, suscite en comparaison à d’autres pays. Ce sentiment se renforce en plaçant les différentes éditions du Vieux Cévenol en regard des écrits qui accompagnent le roman51 : l’objectif premier est d’obtenir une réforme des lois en faveur de la communauté réformée afin que la justice qui les applique n’arme plus l’intolérance dans le royaume. La seconde édition est suivie des Réflexions sur les lois relatives aux Protestants, mémoire de Rabaut Saint-Étienne portant le sous-titre : Le roi doit modifier les lois portées contre les protestants. Démonstration. Avantages que la France tirerait de cette modification. Le texte fut réédité en 1785 sous le nom Justice et nécessité d’assurer en France un état légal aux protestants. Le titre est assez éloquent et avec ce mémoire est publié le texte du Vieux Cévenol, dans sa version de 1784. Cela révèle, de fait, la place de ce roman dans une réflexion protestante générale – de Rabaut Saint-Étienne et avec lui de l’élite protestante – face à la question de la justice. Hubert Bost a expliqué comment cette écriture, créant l’empathie du lecteur en insistant sur le spectacle des violences, cherche à le faire gagner à la cause protestante52. Mais une analyse plus précise du Vieux Cévenol indique que le pasteur nîmois a mêlé fiction et réalité, sentiment et argument pour faire de ce texte une véritable réflexion sur la justice et un plaidoyer pour réformer le système judiciaire. Pourquoi, dès lors, préférer la forme du roman pour un sujet aussi fondamental à l’histoire réformée du siècle des Lumières ?

Convaincre par la fiction

26La première raison au choix d’écrire un roman est donnée par Rabaut Saint-Étienne lui-même, dans sa correspondance, alors qu’il évoque le titre de sa « bagatelle ». Le pasteur nîmois avait adopté celui du Vieux Cévenol et Jacob Vernes a préféré celui de Triomphe de l’intolérance. Or, cela ne convient pas au ministre français. Il s’en explique dans une lettre du 25 janvier 1779 :

  • 53 Lettre du 25 janvier 1779, LVC (1886), préface Charles Dardier, p. 18-19.

J’ai regret pourtant au changement que l’on a fait au titre :
1° parce que dans le titre doit être le sommaire d’un ouvrage, et qu’ici il n’y a nul rapport, ou que du moins il est fort éloigné et qu’on ne le découvre qu’avec certaine peine d’esprit ; or le titre d’un livre ne doit pas être un logogriphe ;
2° parce que ce titre n’est point assez piquant et qu’il est comme mille autres ; 3° parce qu’il peut rebuter plusieurs acheteurs qui prennent un livre sur le titre, et que l’antiphilosophie de celui-ci le leur fera jeter là, à moins qu’on ne leur donne la clé ;
4° par ce que le mien annonçait un roman ou un conte, et qu’il servait ainsi d’amorce à la frivolité des trois quarts des lecteurs. Il me tremble d’ailleurs qu’il cadrait parfaitement avec ce que le titre contient, au lieu que quand on achète le Triomphe de l’intolérance, on s’attend à trouver des arguments et non des aventures. Enfin c’est une affaire faite et il n’y a point de remède53.

  • 54 Expression reprise de l’article d’Élisabeth Claverie, utilisée pour désigner Voltaire face à l’affa (...)

27Souci d’exactitude entre le titre et le contenu, volonté de se démarquer de ce qui se fait, goût des lecteurs du temps (philosophie et frivolité), tout dans cette leçon éditoriale de la fin des années 1770 montre, une fois de plus, la nécessaire double lecture à avoir quant au Vieux Cévenol. Il est un roman et, bien plus, un « roman vrai ». De fait, il renvoie à l’histoire réformée du xviiie siècle et se veut parole performative pour faire évoluer les lois et leur application juridique et judiciaire à l’égard des réformés. L’objectif du ministre nîmois est de toucher un large public, ce qui paraît légitime pour tout auteur. Mais le lectorat particulièrement visé est catholique et ignore, selon le pasteur, la réalité de l’existence protestante. Chez Saint-Étienne, cet impératif de publicité relève aussi d’une claire volonté de convaincre de la recevabilité à demander un changement des lois touchant les huguenots. Pour cela, il lui faut faire connaître à l’ensemble des Français, et extraire d’un cénacle réduit aux seuls protestants, les idées de reconnaissance qu’espère la communauté réformée, épuisée par une législation contraignante. Il considère que les textes jusqu’alors publiés n’ont été suivis d’aucun effet, d’où sa volonté de se démarquer par le choix du genre romanesque. Il veut être le « montreur »54 d’une réalité huguenote. Cela se lisait dans la préface de l’édition de 1779, et cela continue dans celle de 1788, ferme et volontaire, qui indique la conviction de Saint-Étienne :

  • 55 LVC (1788), préface, p. i.

Nous répétons cette édition dans un instant où l’attention publique, portée sur des grands objets, s’est tournée sur trois millions de citoyens, intéressants par leurs services et par leurs longues infortunes. S’il ne leur revient d’autre fruit de nos soins qu’une stérile compassion, si les lois pénales qui déshonorent notre patrie aux yeux de l’Europe et aux siens propres sont encore conservées, nous attendrons un autre moment, nous reviendrons à la charge, et nous ne cesserons de dire comme Caton : Je conclus à ce que Carthage soit détruite55.

28Le pasteur se trouve en effet depuis deux ans à Paris pour faire entendre la cause protestante auprès du gouvernement, entouré pour cela de personnes comme La Fayette ou Malesherbes. Pour assurer ce rôle de « montreur » il choisit, dès la fin de la décennie précédente de sortir des genres traditionnels (mémoire, traité, correspondance supposée). En même temps, cela se lit dans ses sources d’influence et de copie utilisées, il ne peut se défaire complètement de l’argumentaire pro-réformé présent dans bon nombre de productions depuis la Révocation de l’édit de Nantes. Le roman historique apparaît, dès lors, comme le genre idéal pour développer un texte de conviction, une écriture de combat tout en attirant un large lectorat et surtout un public catholique. Il veut ouvrir son auditoire d’où des recours à des éléments susceptibles de plaire : le style romanesque évidemment, à la mode anglaise comme indiqué, mais aussi avec d’autres ressorts de l’écriture du Siècle des Lumières.

  • 56 Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France pré-révolutionnaire, (...)
  • 57 Le mariage d’Ambroise et Sophie est un mariage d’amour : ils sont de religions différentes et c’est (...)

29Ainsi, un fragment de plaidoyer fictif que l’avocat de Borély développe autour de son mariage apparaît au chapitre XVIII des éditions de 1779 et 1784. En effet, Ambroise s’est uni au Désert avec Sophie Robinel, alors enceinte, et celle-ci décéda après la naissance de son fils. Or, les parents Robinel firent parvenir une assignation à Ambroise pour éviter d’avoir à payer la dot de leur fille défunte. Le prétexte avancé est l’illégalité des mariages au Désert. Les paroles de l’avocat appuient particulièrement la mise en scène d’une justice fictionnelle autour de la grande bataille protestante de cette seconde moitié de xviiie siècle : la reconnaissance des mariages au Désert, et avec elle, l’existence d’un état civil protestant. Le style du prétoire n’est pas choisi de manière anodine et, même si Rabaut Saint-Etienne s’est montré critique à l’égard du développement du mariage d’Ambroise, il conserve le plaidoyer dans la deuxième édition car les factums et mémoires connaissent un succès remarquable comme l’a montré Sarah Maza56. L’auteur sait qu’il va toucher un public familiarisé avec ces affaires judiciaires – et notamment matrimoniales – et ce à plusieurs niveaux. Tout d’abord, la fibre pathétique du lecteur est sollicitée à l’extrême avec la peine d’un homme qui vient de perdre sa femme qu’il aimait sincèrement57. Un autre sentiment devient facilement mobilisable : le dégoût, provoqué par le fait que ce sont les propres parents de Sophie qui assignèrent Ambroise pour ne pas avoir à payer la dot, alors que leur fille vient à peine de décéder. Enfin, la cause ultime, celle de la reconnaissance des mariages au Désert, est rendue évidente par l’injustice d’une justice qui déshonore un enfant innocent qui vient de perdre sa mère :

  • 58 LVC (1784), p. 111.

Son avocat défendit, avec l’éloquence de la raison et du sentiment, les droits de l’orphelin que l’on déshonorait. Mais, l’avocat de la partie adverse cita la loi, et prouva par la même loi qu’il n’y a point de protestants en France et fit voir que les ordonnances du roi exigeaient que l’on condamnât à l’opprobre sept ou huit cent mille bâtards, qui ne font que surcharger le royaume et embarrasser le pays. Des gens pénétrants crurent voir que les juges rougissaient en condamnant Ambroise, et qu’il se passait un combat intérieur entre le magistrat et l’honnête homme. Le magistrat l’emporta, et Ambroise fut condamné tout d’une voix. La mémoire de son épouse fut flétrie, et son fils déclaré bâtard et inhabile à succéder. On comprend quelle fut l’indignation d’Ambroise :
« Retournons, dit-il, retournons dans cette terre hospitalière [l’Angleterre], où les droits de l’humanité sont respectés et conservés. Et toi, malheureux enfant, qui éprouves l’infortune avant de la connaître, viens chercher une patrie plus douce, et qui te permette de recueillir les biens que ma tendresse te
58
conserve ».

  • 59 « C’est pourtant un assez bon siècle que le nôtre. On ne brûle plus de petits enfants dans les bras (...)

30La gêne éprouvée par les magistrats au moment du verdict doit se retrouver chez le lecteur : Saint-Étienne l’espère en incorporant ce plaidoyer qui, comme tous ceux diffusés à l’époque autour de véritables affaires, jouent sur la force du pathos. Tout comme il souhaite que sa lecture fasse éclater l’archaïsme du système juridique français pour ce qui regarde les huguenots. La troisième édition du Vieux Cévenol, tout en montrant les avancées indéniables par rapport au passé59, postule toujours la nécessaire réforme de la justice notamment par le recours à l’ironie et à la connivence avec le lecteur éclairé :

  • 60 LVC (1788), p. 87.

Le lecteur que la nature a doué de fibres fortes et d’une certaine roideur dans l’âme, verra avec plaisir que, dans ce beau siècle de Louis XIV, les esprits avaient encore de l’énergie, & qu’on n’avait pas été amolli par la lecture de Montesquieu ni du Marquis de Beccaria, sur Les délits et les peines60.

31L’allusion à L’esprit des Lois et surtout à Cesare Beccaria place une dernière fois le roman de Rabaut Saint-Étienne dans une pure perspective de mise et remise en cause de la justice et de l’appareil judiciaire. La fiction est alors au service d’un idéal de l’institution judiciaire qui serait définitivement débarrassée des scories des âges passés et barbares.

32De la même façon, le roman permet d’introduire des moments de dialogue entre les protagonistes, conformément à la plume goûtée de deux grands écrivains du temps, Voltaire et Diderot. Ambroise apparaît souvent en train de converser ou d’assister à un dialogue : pour trouver une profession accessible aux réformés (chapitres III et IV), pour faire sortir son oncle de prison (chapitres VII et XVIII), après le culte au Désert (chapitre XVI), dans une auberge, le soir de son procès perdu (chapitre XVII). Les ressorts sont alors les mêmes que dans le dialogue voltairien où l’auteur se cache derrière un devisant pour faire entendre ses positions ou pour tourner en ridicule ceux qui ne les partagent pas. L’ironie et le sarcasme s’y développent à l’envi et avec beaucoup plus de naturel dans les dialogues proposés, les paroles étant prononcées par des personnages au portrait plus ou moins flatteur. Ainsi, Ambroise assiste à une discussion entre un jésuite et le maître de la maison dans laquelle il s’est réfugié au moment des violences exercées sur le cadavre d’un protestant auquel le curé avait refusé les derniers sacrements :

  • 61 LVC (1788), p. 59-60.

- II faut convenir, disait le maître de la maison qu’il est cruel d’être obligé de changer d’opinion, et de feindre, pendant toute sa vie, de croire ce qu’on ne croit pas dans le fond du cœur. Je ne suis pas surpris aussi que, dans ces derniers moments, où l’on n’est plus affecté par la crainte, ni dominé par les intérêts du monde et par le plaisir de vivre à son aise, un mourant qui n’a plus rien à ménager, fasse enfin l’aveu de sa véritable croyance, et, dans le fond du cœur, je ne saurais lui en faire un crime. J’aimerais mieux n’avoir dans notre religion qu’un petit nombre de croyants, que de gagner deux ou trois millions d’hypocrites !
- Bon ! lui répondit le jésuite, qu’importe ce que ces gens-là croient dans le fond de l’âme, pourvu que le roi soit persuadé de leur conversion, et qu’ils assistent à la messe ? Vous sentez bien qu’on ne doute point que ce ne soit là des convertis de mauvaise foi, et peut-être le roi lui-même en sait-il quelque chose. La plupart, il est vrai, ne sont convertis que par force ou par égard humain mais, enfin, ils sont dans le bercail. Nous avons fait ce que nous avons dû. A présent, c’est à Dieu à les convaincre61.

33L’anti-jésuitisme, familier des Lumières, se retrouve une nouvelle fois dans l’extrait : l’hypocrisie de la situation est reconnue par l’homme en noir, voire assumée. Par là même, l’absurdité de la Révocation et l’inutilité des conversions forcées deviennent apparentes.

34Enfin, le genre du roman historique est d’autant plus pertinent qu’il offre une plasticité d’écriture réelle, au fil des éditions, sans pour autant remettre en cause la cohérence de l’histoire exposée. Il est heureusement adaptable et cela se lit particulièrement entre les deuxième et troisième éditions du Vieux Cévenol. En effet, entre 1784 et 1788, des changements de forme se remarquent :

Structure des derniers chapitres du Vieux Cévenol

1779 et 1784

1788

Chap. XV

Nouvelles aventures d’Ambroise

Chap. XVI

Observations d’Ambroise. Il se dispose à retourner à Londres

Ambroise va au prêche

Chap.
XVII

Un obstacle imprévu arrête
Ambroise ; il aime et il est aimé

Mort de la femme d’Ambroise. Il a un procès pour son mariage ; il le perd et se retire en Angleterre

Chap.
XVIII

Suite fatale du mariage d’Ambroise
Fragments du plaidoyer prononcé au Parlement de***
[Toulouse] en faveur du Sieur
Borély

Chap. XIX

Ambroise perd sa cause et fuit à Londres

  • 62 Cette législation monarchique est relevée en note de bas de page de l’édition de 1788 : « Le vœu d’ (...)

35Dans l’édition de 1788, Rabaut Saint-Étienne supprime les longueurs qu’il avait jugé inutiles autour de la rencontre entre Ambroise et Sophie, synthétisant sur le chapitre XVII les trois derniers des éditions précédentes. Il conserve toutefois ce qui correspondait au chapitre XIX de Jacob Vernes, alors intégré au nouveau chapitre final, le xviie. La véritable grande nouveauté de 1788 est le chapitre XVI, complètement réécrit, qui introduit une large réflexion sur le culte réformé public, alors que la reconnaissance des mariages des protestants est reléguée au second plan, du reste, en toute logique temporelle. Assurément, les modifications de la structure du texte doivent se lire par rapport à l’histoire du moment de leur rédaction : écrire, en 1779, en faveur de la reconnaissance des mariages clandestins (chapitres XVIII et XIX) paraît conforme aux enjeux du temps. Tout comme en 1784. En revanche, quatre ans plus tard, l’objectif poursuivi recouvre celui de la reconnaissance du culte public : l’édit de 1787 a accordé un état civil aux « sujets qui ne font pas profession de la religion catholique »62. Le plaidoyer n’a plus de raison d’être puisque les mariages entre protestants sont reconnus. En revanche, il devient indispensable de produire un argumentaire sur la nécessité d’un culte public qui n’est toujours pas d’actualité. Le style du roman historique permet aisément, bien plus qu’un mémoire ou un traité philosophique, de changer le cours de l’histoire sans pour autant avoir à réécrire l’intégralité du texte : rapidement, la plume de conviction reste opérante.

36Le Vieux Cévenol, en tant que roman historique, relève d’une écriture protestante du sensible. Plus largement, l’émotion sert à provoquer la prise de conscience d’une nécessité à réformer les lois à l’égard des huguenots. La justice fictionnelle ne reste pas simplement dans l’ordre du littéraire mais devient une rhétorique de conviction. Le roman permet de faire entendre à un public large, peu attiré par de tels arguments, l’idéal de justice et, par là même, celui d’un ordre social du « vivre ensemble » dans la différence de croyance, réclamé par les protestants depuis la Révocation. La dernière édition du Vieux Cévenol, en 1788, est celle d’un entre-deux entre reconnaissance civile et pleine acceptation religieuse. Elle ne correspond pas encore à l’aboutissement de la réflexion de Rabaut Saint-Étienne qui le fera peu à peu abandonner l’idée de tolérance pour lui préférer celle de liberté d’opinion défendue par le député nîmois à l’Assemblée nationale constituante, en août 1789.

Annexes

Annexe

Annexe 1 : Éditions et parutions du Vieux Cévenol du vivant de
Rabaut Saint-Étienne

ANNÉES,
LIEUX
D’ÉDITION

TITRES ET
INFORMATIONS DE LA
PAGE DE TITRE

PUBLICATIONS
CONJOINTES

1779,
Londres [Genève63]

Triomphe de l’intolérance ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise
Borély, mort à Londres, âgé de
103 ans. Recueillis par W.
Jesterman, ouvrage traduit de l’anglais & trouvé parmi les papiers de M. de Voltaire
Nec postera credent saecula64

La Tolérance aux pieds du
Trône [reprise de l’ouvrage de
Condorcet, paru en 1778, sous le titre Réflexions d’un citoyen catholique sur les loix de
France relatives aux protestants]

1784,
Londres [Paris]

Le Vieux Cévenol ou Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à Londres, âgé de 103 ans. Recueillis par W.
Jesterman, ouvrage traduit de l’anglais.

Réflexions sur les Loix relatives aux Protestants ou Le roi doit modifier les lois portées contre les protestants.
Démonstration. Avantages que la France tirerait de cette modification.

L’an du rappel [1787],
Ausbourg [Augsbourg]

Justice et nécéssité d’assurer en
France un état légal aux protestans.
Tantum relligio potuit suadere malorum[65

Le Vieux Cévenol ou Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à Londres, âgé de 103 ans. Recueillis par W. Jesterman, ouvrage traduit de l’anglais.

1788,
Londres [Paris]

Le Vieux Cévenol ou Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à Londres, âgé de 103 ans. Recueillis par W. Jesterman, ouvrage traduit de l’anglais.
Nec postera credent saecula Troisième édition revue et corrigée

Annexe 2 : Éditions posthumes à l’auteur

ANNÉES,
LIEUX
D’ÉDITION

TITRES

PIECES ANNEXES

1820, Paris,
Kleffer

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

- Notice sur Rabaut par Boissyd’Anglas66
- Hommage à la mémoire de l’évêque de Nîmes67 (1784)

1821, Paris,
Kleffer

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

- Notice sur Rabaut par Boissy-d’Anglas
- Révocation de l’édit de
Nantes
- Hommage à la mémoire de l’évêque de Nîmes (1784)

1825, Paris,
Kleffer

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

- Notice sur Rabaut par Boissy d’Anglas
- Révocation de l’édit de
Nantes
- Hommage à la mémoire de l’évêque de Nîmes (1784)

1828, Paris,
James

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

1846, Paris,
Delay

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

- Notice sur Rabaut par Boissy d’Anglas
- Révocation de l’édit de
Nantes

1886, Toulouse,
Société des livres religieux

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

- Préface de Charles Dardier68

1893, Toulouse,
Société des livres religieux

Le Vieux Cévenol ou
Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à
Londres, âgé de 103 ans.

- Préface de Charles Dardier

Notes

1 Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 24-25.

2 Considérations sur les droits et sur les devoirs du tiers-état adressées au peuple des provinces par un propriétaire foncier, seconde édition, 1788, in-8° ; Opinion de M. Rabaut de Saint-Étienne sur la motion suivante de M. le comte de Castellane : nul homme ne peut être inquiété pour ses opinions, ni trouble dans l’exercice de sa religion, Paris, Baudouin, 1789, in-12 ; Adresse aux Anglais, par un représentant de la nation française, Paris, 1791, in-8 ; Projet d’éducation nationale (décembre 1792), reproduit dans Bronislaw Baczko, Une éducation pour la démocratie – Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Genève, Droz, 2000, p. 295-301. Il écrivit dans le Journal Polyptyque des sciences et des arts en 1786/1787 et surtout dans la Feuille villageoise en 1790.

3 André Dupont, Rabaut Saint-Étienne, 1743-1793. Un protestant défenseur de la liberté religieuse, Genève, Labor et Fides, 1989, p. 140.

4 Almanach historique de la Révolution française, pour l’année 1792 ; orné de gravures en taille-douce d’après les dessins de M. Moreau, Paris, Onfroy, 1791, in-8 ; Précis historique de la Révolution française. Assemblée constituante. Suivi de réflexions politiques sur les circonstances, Paris, 1792, in-32°.

5 Voir en annexes A et B, les différentes éditions du Vieux Cévenol.

6 La définition du roman de l’Encyclopédie est la suivante : « Récit fictif de diverses aventures merveilleuses ou vraisemblables de la vie humaine », Michel Delon, Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, 1997, p. 1092.

7 Le Vieux Cévenol, Londres, 1779, p. 1. Pour plus de commodité, le titre sera indiqué LVC, suivi de l’année d’édition entre parenthèses.

8 LVC (1779), p. 1. L’édition de 1788 comporte dix-sept chapitres.

9 L’image du cannibale qui avait connu un versant positif au xvie siècle avec Montaigne est ici, conformément à la philosophie des Lumières, transformée en repoussoir. Franck Lestringant, Le Cannibale. Grandeur et décadence, Paris, Perrin, 1994 ; Catalin Avramescu, An Intellectual History of Cannibalism, Translate by Alistair Ian Bluth, Oxford/Princeton, Princeton University Press, 2009.

10 LVC (1788), p. 10-11.

11 LVC (1779), p. 5-6.

12 Lettre du 17 octobre 1778, LVC (1886), préface Charles Dardier, p. 11.

13 Lettre du 21 septembre 1778, id., p. 10.

14 Lettre du 29 mai 1778, Charles Dardier, Paul Rabaut : lettres à divers, Paris, Grassart, 1891, t. 2, p. 243.

15 « Il est bien vrai que certains membres du parlement s’occupent de nos mariages ; on a même voulu éclairer le public sur cet objet par un nouveau « Dialogue sur l’état civil des protestants » qui est assez bien fait […] je ne sais s’il faut en espérer grand’chose, le clergé s’y opposera sûrement, et cela fera tout échouer », Lettre du 21 septembre 1778 à Étienne Chiron, Charles Dardier, Paul Rabaut : lettres à divers, op. cit., t. 2, p. 251.

16 Lettre adressée au synode provincial du Bas-Languedoc du 5 mai 1778, Edmond Hugues, Les synodes du Désert. Actes et règlements des synodes nationaux et provinciaux tenus au Désert de France de l’an 1715 à l’an 1793, Paris, Fischbacher, 1885, t. 3, p. 229 (note 1).

17 Lettre du 21 septembre 1778, préface Charles Dardier, p. 10.

18 Lettre 26 octobre 1778, LVC (1886), ibid, p. 13.

19 Lettre du 25 janvier 1779, id., p. 17. Je souligne.

20 LVC (1784), p. 106.

21 Antoine Court, Le Patriote français et impartial, ou Réponse à la Lettre de Me l’Evêque d’Agen à Me le contrôleur général contre la tolérance des Huguenots, s.d., 1751, 2e éd. Villefranche, Pierre Chrétien, 1753. Édition critique par Otto H. Selles, Paris, Honoré Champion, 2002. Voir sur la question de la production pro-réformée du xviiie siècle, l’étude bibliographique de Jacques Poujol, « Aux sources de l’Edit de 1787 : une étude bibliographique », BSHPF, 133 (1987), p. 243-284 ; 142 (1996), p. 293-309.

22 En fin d’ouvrage, Ambroise devient même un Anglais, incapable de comprendre la logique française de la lettre de cachet, érigée en symbole de l’arbitraire judiciaire : « L’Anglais (car Ambroise l’était plus que jamais) demanda ce que c’était qu’une lettre de cachet. On le lui expliqua aussi intelligiblement qu’il est possible de le faire à un Anglais », LVC (1784), p. 114.

23 Ira O. Wade, The structure and form of the French Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 1977, 2 vol., en particulier, le chapitre “The English Influence”, vol. I, p. 120.

24 LVC (1779), p. 2.

25 La caution de Voltaire apparaît en page de couverture uniquement dans l’édition de 1779, la mention d’une traduction anglaise est présente en 1779, 1784 et 1788.

26 L’ouvrage de Benoît Garnot, C’est la faute à Voltaire… Une imposture intellectuelle ? (Paris, Belin, 2009) invite à redéfinir la place de la Justice dans la réflexion de Voltaire. Il n’en reste pas moins que, pour ses contemporains et particulièrement pour les protestants d’alors, le patriarche de Ferney incarne la lutte contre l’injustice faite aux protestants à travers ses prises de positions autour de l’affaire Calas. En atteste le jugement de Rabaut Saint-Étienne sur l’œuvre philosophique en général, en 1765 : « Tout va mieux dans notre province, et notre marche lente, uniforme et tranquille, nous faisons autant de progrès que nous pouvons l’espérer [...]. Nous devons ces heureux changements à l’esprit d’humanité que les philosophes ont rapporté parmi nous » (Lettre à Étienne Chiron du 12 avril 1765, citée par André Dupont, Rabaut Saint-Etienne, op. cit., 1989, p. 29). La réhabilitation de Calas a lieu le mois précédant cette correspondance.

27 LVC (1779), préface.

28 LVC (1779), p. 11, 12 et 16.

29 Déclaration portant que les relaps et apostats seront bannis à perpétuité, Saint-Germain-en-Laye, 25 juin 1665, LVC (1784), p. 48, note a. Sur ce sujet, voir l’article de D. Boisson dans ce volume.

30 LVC (1825), Notice de BOISSY D’aNGLAS, p. XV. Cette notice fut sans cesse réutilisée dans les parutions de la première moitié du XIXe siècle.

31 Hubert BOST, « La piété huguenote ‘anamorphosée’ dans la pitié des Lumières », BSHPF, 1999, p. 377-392.

32 LVC (1779), p. 4, note a.

33 LVC (1784) p. 75, LVC (1788), p. 10.

34 Lettre du 25 janvier 1779, LVC (1886), préface Charles DARDIER, p. 17.

35 LVC (1779), p. 18, note h.

36 LVC (1784), p. 29, note c.

37 LVC (1784), p. 36, note a.

38 Le Couserans (en gascon Coseran) est une petite province gasconne pyrénéenne, située dans la partie occidentale du département de l’Ariège.

39 LVC (1784), p. 82 note a.

40 Léonce Pilatte, Edits, déclarations et arrests concernans la religion p. réformée, 1662-1751, précédés de l’édit de Nantes ; imprimés pour le deuxième centenaire de la Révocation de l’édit de Nantes, Paris, Fischbacher, 1885 ; François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la révolution de 1789, Paris, 1830, t. 18 à 28, Paris, Belin-Leprieur, 1829-1830. A également été utilisée la compilation de Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique & bénéficiale, Paris, Packoucke-Visse, 1782, t. 153.

41 Mémoire historique de ce qui s’est passé de plus remarquable au sujet de la religion réformée en plusieurs provinces de France depuis 1744 jusqu’aux années 1751 & 1752, Article IX « Indignités exercées sur les cadavres », Antoine Court, Le Patriote français et impartial, op. cit., p. 369

42 Un gentilhomme de Normandie, ancien capitaine de cavalerie, L’Accord parfait de la nature, de la raison, de la Révélation & de la Politique ou Traité dans lequel on établit que les voies de la rigueur en matière de religion blessent les droits de l’humanité et sont contraires aux lumières de la raison, à la morale évangélique et au véritable intérêt de l’Etat, Cologne, Pierre Marteau, 1753. L’ouvrage est attribué au chevalier de Beaumont, mais sans doute réalisé par un comité parisien.

43 Il apparaît ainsi comme une sorte de martyrologe du xviiie siècle.

44 Voir annexe A pour les différents titres développés.

45 LVC (1784), p. 115.

46 Condorcet, La Tolérance aux pieds du trône Par Monsieur D*** Avocat au parlement de***, Londres, 1778.

47 Condorcet, La Tolérance aux pieds du trône, 1779, p. 124.

48 LVC (1784), p. xii.

49 Charles Dardier, Paul Rabaut : lettres à divers, t. 2, p. 357-358 (note 2).

50 Jacques Poujol, « Aux sources de l’Edit de 1787 : une étude bibliographique », op. cit.

51 Voir Annexes A et B.

52 Hubert Bost, « La piété huguenote ‘anamorphosée’ dans la pitié des Lumières », op. cit.

53 Lettre du 25 janvier 1779, LVC (1886), préface Charles Dardier, p. 18-19.

54 Expression reprise de l’article d’Élisabeth Claverie, utilisée pour désigner Voltaire face à l’affaire Calas : « Procès, Affaire, Cause. Voltaire et l’innovation critique », in D. Cardon, J.-P. Heurtin, C. Lemieux (dir.), Parler en public, Politix, (24) 1994, p. 76.

55 LVC (1788), préface, p. i.

56 Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France pré-révolutionnaire, Paris, Fayard, 1997. « Les tirages des mémoires judiciaires dépassaient ceux de la plupart des autres formes imprimées de l’époque : 6 à 10 000 exemplaires dans les années 1770 et jusqu’à 20 000 dans les années 1780 », p. 8.

57 Le mariage d’Ambroise et Sophie est un mariage d’amour : ils sont de religions différentes et c’est la rencontre avec la jeune fille qui le décida à rester en France, malgré les difficultés extrêmes qu’il y avait connues : « Jusqu’alors le sieur Borély n’avait connu que la douleur et la peine et son cœur, flétri par tant de revers, ne s’était pas encore ouvert aux délicieuses impressions de l’amour : il oublia tous les outrages de sa patrie, lorsqu’elle offrit à ses regards la jeune Sophie Robinel », LVC (1784), p. 108.

58 LVC (1784), p. 111.

59 « C’est pourtant un assez bon siècle que le nôtre. On ne brûle plus de petits enfants dans les bras rougis d’une statue de cuivre ; on n’imite nulle part le taureau de Phalaris ; on ne voit plus sept ou huit princes suivis de tous leurs sujets, aller envahir avec une croix rouge sur la poitrine ou sur l’épaule, les Etats d’un prince voisin ; pas un monarque ne songe à répéter la petite saignée de la Saint-Barthélemy ; et je crois même qu’il y a plus de trente ans qu’on n’a brûlé aucun sorcier ni aucun hérétique. J’avoue franchement que j’aime assez ce calme paisible de nos mœurs, et que puisqu’il faut que dans l’histoire de l’humanité il y ait de longues scènes de massacres, de brûleries, d’emprisonnement et autres tragédies nationales, j’aime beaucoup mieux que tout cela soit passé », LVC (1788), p. 78.

60 LVC (1788), p. 87.

61 LVC (1788), p. 59-60.

62 Cette législation monarchique est relevée en note de bas de page de l’édition de 1788 : « Le vœu d’Ambroise Borély n’a été accompli qu’au bout de cinquante ans, parce que les esprits restent longtemps à se former, et qu’ils ont été occupés de beaucoup d’affaires plus importantes que celle-ci. Sur la motion du sage et vertueux M. Robert de Saint-Vincent, le Parlement de Paris a supplié le roi de pourvoir aux mariages et à l’état-civil des protestants de France. (Pendant le cours de l’impression de cet ouvrage, les ministres vertueux auxquels Louis XVI a donné sa confiance ont enfin rempli les vœux d’Ambroise, ceux de tous les hommes sensibles et des citoyens éclairés) », LVC (1788), p. 127.

63 Le lieu véritable d’édition est Genève puisque le manuscrit a été confié à Étienne Chiron. Londres est un indice supplémentaire de l’anglophilie déjà relevée.

64 Excidat illa dies œvo, nec postera credant Secula ! : Périsse la mémoire de ce jour odieux ! Puisse la postérité ne pas croire à l’existence d’un tel forfait !, Stace, Sylves, livre V, II, vers 88-89.

65 « Tant la religion fut capable de conseiller de mauvaises actions », Lucrèce, De natura rerum, I, 102.

66 François-Antoine, comte de Boissy d’Anglas (1756-1826).

67 Charles-Prudent de Becdelièvre (1705-1784), évêque de Nîmes en 1728.

68 Charles Dardier (1820-1893), pasteur nîmois et historien du protestantisme.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search