Version classiqueVersion mobile

Justice et protestantisme

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

Rémission et pacification (1563-1567)

Michel Nassiet

Texte intégral

  • 1 Olivier Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siè (...)
  • 2 Isambert, Decrusy, Armet, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 ju (...)
  • 3 Doleance faite au roy sur l’impunité des meurtres et oppressions qui se commettent journel (...)

1À la déflagration de violence inouïe qu’a constitué la première guerre de religion, le pouvoir royal, on le sait, a très vite opposé une politique de pacification1. Dès mars 1563, l’édit d’Amboise visait à organiser le retour à la paix en instituant un pardon général et en délimitant les conditions d’exercice du culte protestant2. Mais des conflits et des violences ont perduré, notamment à l’encontre des protestants, et la justice royale a très vite été investie à la fois d’une demande de la part de la minorité et d’une fonction politique. La minorité a cherché le « fondement de la paix » en une « justice sincerement administrée à un chacun », comme l’exprime dès 1564 un pamphlet protestant, dénonçant « l’impunité des meurtres et oppressions qui se commettent journellement »3. Et pour la monarchie, l’application de l’édit impliquait une mutation de l’orientation de la justice : d’instrument de répression de l’hérésie puis de la rébellion qu’elle avait été, la justice devait devenir celui de garant de la co-existence.

  • 4 Brief discours sur l’estat present…, dans Mémoires de Condé, Londres, Jean Neaulme, t. 5, (...)
  • 5 Le prévôt des maréchaux en Provence, Honoré Belon, protestant, a été assassiné en juin 156 (...)
  • 6 J. Boutier et al., p. 187. O. Christin, p. 163. Jérémie Foa, « ‘Reconcilier les cueurs des (...)
  • 7 Boutier et al., p. 177. Claude Haton, Mémoires de Claude Haton, Laurent Bourquin (éd.), Pa (...)

2Mais les autorités judiciaires restaient partiales, souvent hostiles aux protestants, et à tous les niveaux : depuis les gouverneurs et les parlements jusqu’aux juges locaux et aux sergents. Les parlements furent accusés en 1564 par un libelle, le Brief discours, de tenir « les susdits de la Religion pour leurs ennemis »4. Des magistrats furent assassinés de part et d’autre5. Le pouvoir royal a d’abord recouru à une justice d’exception en envoyant, dans les provinces, des commissaires choisis parmi les robins catholiques mais modérés, « politiques » avant la lettre. Au nombre d’une vingtaine, cependant, ces commissaires n’ont pu suffire à l’énormité de leur tâche, et leurs missions n’ont pas duré au-delà du début de 15646. C’est pour contribuer directement au renforcement de la paix que le roi a ensuite effectué un long voyage autour du royaume7, de 1564 à 1566, qui a été un long effort de contrôle social et de résolution des conflits.

  • 8 Arch. Nat., JJ 263b, JJ 264, JJ 265. Michel Nassiet, Les lettres de pardon du voyage de Ch (...)
  • 9 Cité par Oscar Vallée, De l’éloquence judiciaire au dix-septième siècle. Antoine Lemaistre (...)

3De 1563 à 1567, un aspect méconnu d’intervention de la justice royale dans l’affrontement confessionnel fut l’exercice du pardon. Comme les dernières lettres de rémission enregistrées datent des années 1565-1568, elles portent sur des crimes commis pendant la guerre et au cours de l’après-guerre8. En 1565-1566, sur 285 rémissions enregistrées, c’est dans une proportion d’un sixième qu’elles pardonnent des crimes intervenus au cours d’affrontements inter-confessionnels. En tant que sources, elles éclairent la conflictualité entre les deux confessions ; quelques cas d’affrontements convergent d’ailleurs étroitement avec des épisodes rapportés par Théodore de Bèze. Sur les modes d’intervention de la justice déléguée, les textes des rémissions confirment la partialité des juridictions locales, mais révèlent aussi les efforts de parlements de province à appliquer une justice impartiale. En tant qu’actes de la justice retenue, les pardons particuliers accordés par lettres patentes se situaient dans la continuité et dans l’esprit de l’édit de pacification ; « les édits de pacification sont des rémissions générales », allait écrire au siècle suivant l’avocat Antoine Le Maître9 (1608-1658), en une formule qui exprime remarquablement cette parenté et cette complémentarité. La pratique de la rémission fut aussi complémentaire du voyage du roi, dont la miséricorde était manifestée, dès sa joyeuse entrée dans chaque ville, par l’ouverture des prisons et la délivrance de prisonniers qui s’étaient constitués volontairement dans le but d’obtenir la rémission royale. En outre et surtout, nous allons le montrer, l’exercice de la rémission fut exercé avec discernement, conformément à des principes, ce qui en a fait un moyen d’application de la politique de pacification.

Le corpus de 1565-1567

  • 10 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1 (...)

4Les registres de la Grande Chancellerie sont malheureusement très lacunaires, et d’une double façon. Il faut rappeler tout d’abord que l’enregistrement des actes royaux n’était ni obligatoire, ni exhaustif. D’après les évaluations d’Hélène Michaud10, sous les règnes de François Ier et d’Henri II, la proportion des actes enregistrés était de l’ordre du tiers et atteignait rarement la moitié. En outre, les registres de la Grande Chancellerie sont manquants pour 1563-1564 ; plus proches de la guerre dans le temps, les pardons portant sur des affrontements intervenus en 1563 y étaient sans doute plus nombreux. Ce que nous allons observer témoigne donc d’une activité qui a sans doute été de bien plus grande ampleur.

  • 11 J. Foa, op. cit., p. 69.

5Il n’est pas immédiat d’identifier les rémissions qui se rapportent au conflit religieux, car elles ne sont pas confessionnalisées, elles ont ceci de commun avec les remontrances adressées aux commissaires de l’édit11. Les suppliants ne se réclament pas encore de la religion catholique, apostolique et romaine, et les protestants ne s’y présentent pas comme tels. En dehors du rapport des faits qui comprend nécessairement les injures proférées au moment du crime, les textes sont absolument dépourvus d’invectives et d’injures comme « huguenot », « hérétique » ou « papiste ». Cette absence d’invectives était d’ailleurs conforme à l’édit de Fontainebleau (19 avril 1561) qui interdit l’usage d’épithètes diffamatoires. N’apparaît vite que le protestantisme des suppliants qui se disent personnellement domestiques du prince de Condé, parce qu’ils faisaient l’objet de l’article 6 de l’édit de pacification qui les réputait « fidèles sujets et serviteurs », et celui que révèlent directement leurs actes, comme la fréquentation d’un prêche ou le crime d’iconoclasme. C’est pourquoi restent parfois hypothétiques l’identification des protestants, voire même la différence confessionnelle comme motif d’affrontement.

  • 12 Arch. Nat., JJ 264, f° 55 r°.

6Sur 285 rémissions enregistrées en 1565-1566, le travail critique permet d’en identifier plus d’une quarantaine rapportant un crime commis dans le cadre de l’affrontement confessionnel. Les crimes pardonnés sont surtout des homicides, entre trente et quarante. Entre neuf et onze ont été commis par des catholiques sur des protestants, et entre dix-neuf et vingt-cinq par des protestants sur des catholiques. Il n’est pas indifférent que la communauté minoritaire l’emporte par le nombre des pardons. Il faut y ajouter quelques homicides au sein de chaque confession. Deux homicides résultent en effet de conflits entre gens de guerre catholiques, dont un règlement de compte entre deux nobles ayant combattu les protestants, l’un arrêté sur l’ordre de l’autre, puis défenestré12. Entre protestants, mentionnons seulement ici un fratricide sur lequel nous allons revenir. Les autres crimes inter-confessionnels pardonnés, sur lesquels nous reviendrons aussi, sont un rapt, un port d’armes, et quatre cas de participation à des émeutes religieuses urbaines en 1565.

7En 1567, sur 112 pardons enregistrés, nous identifions actuellement huit homicides inter-confessionnels, dont quatre pour lesquels des protestants sont les auteurs, et trois dont ils sont victimes. Le huitième est indéterminé. Il s’y ajoute un pardon collectif à la suite d’une émeute qui n’a pas provoqué de décès.

De multiples sources d’affrontement

Des crimes du temps de guerre, instruits bien qu’amnistiés

8À l’égard du temps de guerre, l’édit de pacification de mars 1563 accordait une amnistie ou, selon le terme du temps, un pardon général. Il prescrit que « toutes injures […] demeurent estainctes comme mortes […] et non advenues » (art. 9). Les jugements qui avaient été prononcés « tant pour le faict de la religion […] que pour les armes prises a ceste occasion » étaient déclarés nuls (art. 5). Il paraît donc d’abord paradoxal que des homicides inter-confessionnels commis pendant la guerre aient fait l’objet de rémissions. Les plus nombreux ont sans doute été octroyés en 1564 ou à la fin de 1563, et c’est ici que les lacunes de la source sont les plus dommageables.

  • 13 À Montagnac-sur-Auvignon, en Agenais ; une Église réformée y avait été dressée dès 1561 (A (...)
  • 14 Le meurtrier, fils d’un procureur fiscal, a tué le justiciable qui agressait son père (Arc (...)

9Sept pardons accordés en 1565-1566 (pour six crimes) ont l’intérêt de donner un aperçu sur les difficultés d’application de l’amnistie. Certaines rémissions furent nécessaires parce que l’édit n’était pas respecté par les juges locaux. Des homicides en effet ont fait l’objet de poursuites, et sans doute pas alors avec toute l’impartialité souhaitable, bien qu’ils soient « des cas assoupiz par l’edict par nous faict sur la pacification […], estant advenu durant et pour cause d’iceulx », comme l’écrit un suppliant poursuivi par un tribunal seigneurial et à l’instigation du seigneur justicier13. La rémission était alors le moyen d’imposer l’application de l’édit malgré les juges locaux. Encore en 1567, un homicide vieux de près de cinq ans et aboli par l’édit a fait l’objet d’une poursuite tardive « a la suscitation de quelques malveillans » du meurtrier qui s’est mis à l’abri de la justice avec une rémission14.

  • 15 Le capitaine « Grille délibéra de gagner une tour de garde, appelée la Carbonnière, assise (...)
  • 16 Arch. Nat., JJ 263b, f°279 v°.

10Des rémissions ont permis de réexaminer des affaires instruites en 1563-1564 par des commissaires d’application de l’édit. C’est le cas de deux homicides qui ont en commun aussi d’avoir été commis par des capitaines locaux, capitaines d’une ville ou d’un village et issus de leur communauté. Le premier le fut à l’occasion d’un grand charroi consistant à transporter le sel des salines situées près d’Aigues-Mortes. Curieusement effectué le jour du repos dominical, le 11 octobre 1562, à la réquisition d’un capitaine de compagnie, ce charroi eut lieu le lendemain d’un coup de main que les protestants venaient de faire sur les stocks de sel de Pecais pour le vendre et financer leur effort de guerre, comme le rapporte Bèze15. Il visait sans doute à mettre le reste du sel hors de leur portée. Le lieutenant et l’enseigne tuèrent un soldat de leur compagnie ; l’intervention ultérieure des commissaires indique que la victime avait, pour le moins, des sympathies protestantes. Comme les autres cas dépendant de l’édit en Languedoc, cette affaire fit ensuite l’objet d’un renvoi général à la Tournelle du parlement de Toulouse (où l’on pourrait en chercher l’issue), avant d’être finalement pardonné en 156516.

  • 17 J. Foa, op. cit., p. 82-83.
  • 18 Joseph Roman, « Le meurtre de Louis Aymé, épisode de la première guerre de religion à Gap (...)
  • 19 À la demande de la veuve et du tuteur du fils de la victime, le parlement de Grenoble mit (...)
  • 20 Arch. Nat., JJ 264, f°195 r° et 280 v°.
  • 21 La cour ordonna qu’on procéderait extraordinairement et que les témoins seraient récolés. (...)

11Le second, déjà connu par une audition de témoins publiée par Roman, consiste dans le lynchage d’un protestant dans une ville de Dauphiné, Chorges, en décembre 1562. Louis Aymé s’était fait connaître pour son activisme iconoclaste et était soupçonné d’espionner pour ses coreligionnaires. Au son du tambourin, le capitaine de la ville a assemblé ses hommes et la population, et la foule a accablé de coups le huguenot que le frère du capitaine a achevé de coups de couteaux. En novembre 1563, les commissaires ont condamné à mort par contumace le capitaine et son frère. En l’occurrence, ils n’ont donc pas choisi la posture de concorde et d’oubli qui était l’esprit de l’édit17. C’est à la suite de cette sentence que les condamnés déposèrent une plainte contre le défunt, sans doute pour montrer que celui-ci était le seul responsable de sa mort, et firent entendre trente-huit témoins par un notaire18. En septembre 1565, le parlement de Grenoble a confirmé la sévérité des commissaires en condamnant deux autres accusés pour la même affaire19. Voici donc un parlement qui reconnaissait coupables des catholiques pour le meurtre d’un protestant, et était donc en train d’accéder à une posture d’impartialité. Or le pouvoir royal a pardonné aux condamnés respectivement en mai et août 1566, désavouant ainsi à la fois ses propres commissaires et la cour souveraine20. Il est vrai que le dernier mot appartenait à celle-ci, qui avait à entériner les lettres. Neuf mois après l’obtention de sa rémission, le frère du capitaine était encore prisonnier à Grenoble où la veuve et le procureur général s’opposaient à l’entérinement21. L’articulation entre justice retenue et justice déléguée était donc complexe.

À la sortie de la guerre, une agressivité sporadique (mai-octobre 1563)

12La sortie de guerre était organisée par l’édit de mars 1563 en ordonnant plusieurs types d’actions qui toutes risquaient de faire problème : la dissolution des ligues et des troupes armées (art. 10), la restitution des lieux de culte par les protestants (art. 3), la tenue légale de prêches en un lieu par bailliage qui restait à préciser.

  • 22 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers  (...)
  • 23 Arch. Nat., JJ 263b, f°148 v°.
  • 24 Il s’agit de Gabriel de Pierre-Buffière seigneur de la Villeneuve (Arch. Nat., JJ 265, f°8 (...)

13Affirmée dès le début de la guerre, la réaction catholique a nourri une agressivité qui fut en partie sporadique. Des prêtres particulièrement se sont montrés vindicatifs, se sentant en position de force après les frustrations subies. Les protestants leur avaient fait une « guerre »22 particulière depuis 1560, allant de l’intimidation au meurtre. En Limousin au début de juillet 1563, un prêtre et ses compagnons ont poursuivi deux protestants en criant « mort Dieu, il fault tuer ces huguenotz ! » ; le protestant qui l’a tué en se défendant a été pardonné en 156523. Deux mois plus tard, dans la même province, une tentative d’arrestation dirigée par un seigneur justicier protestant a dégénéré en diverses violences du fait de ses compagnons ; ce seigneur n’a été pardonné qu’en 156724.

  • 25 Arch. Nat., JJ 263b, f°49 r°.
  • 26 « Les soldats de ceste ville sont la plupart de Provence, de Bourgongne et d’aultres provi (...)
  • 27 Arch. Nat., JJ 264, f°129 r°.
  • 28 « … alloit ordinairement en trouppe de plusieurs gens a cheval et a pied ça et la en diver (...)

14Le licenciement des troupes a tardé et a occasionné des affrontements. Une troupe de soldats maintenue par l’abbaye de La Trappe « pour courir sus » aux huguenots a fait la rencontre de cinq protestants en chemin pour aller combattre les Anglais au Havre, lesquels lui ont tué trois hommes. Condamnés à mort par le lieutenant du bailli du Perche, ces protestants ont été pardonnés25. Le licenciement des soldats des villes tenues par les protestants posait un problème particulier parce qu’ils risquaient fort de ne pas être admis par les catholiques à leur retour chez eux. Exprimé au roi dès mai 1563 par le gouverneur protestant de Lyon26, ce souci explique sans doute l’amertume d’un soldat huguenot près de cette ville le 13 juillet, au moment précisément où les protestants s’apprêtaient à la rendre. Entré dans une maison catholique et s’y comportant de façon agressive, il y a été tué27. Plus durablement, des bandes d’anciens soldats de l’un ou l’autre parti, armées, ont sévi jusqu’à la fin de 1564 au moins en s’adonnant à des règlements de compte28.

Des troubles liés aux cultes et aux dogmes

  • 29 Arch. Nat., JJ 264, f°185 r°. De même, les protestants « rompirent toutes les cloches » et (...)

15La paix étant conçue par l’édit comme une coexistence des deux confessions, une opération essentielle de la sortie de guerre était le rétablissement des deux cultes. Chacun des deux partis a manifesté la plus mauvaise volonté à l’égard du culte opposé. Les protestants devaient rendre les églises au clergé catholique, mais ceux du Midi les ont d’abord saccagées pour y entraver le rétablissement de la messe, comme en septembre et octobre 1563, à Alès dans les Cévennes, « en grand assemblee de gens, publicquement, de plain jour »29. Le baron d’Alès et les habitants protestants ont été remis et le cas a même fait l’objet d’une abolition, car il s’agissait d’une désobéissance au roi.

  • 30 Arch. Nat., JJ 263b, f°242 v°.
  • 31 T. de Bèze, op. cit., 1842, t. 3, p. 48.
  • 32 Comme à Pamiers en 1566 (O. Christin, op. cit., p. 107, 113, 133).

16À l’inverse, les protestants ont immédiatement voulu tenir des prêches. Dès le printemps 1563 à Dreux, avant même la désignation d’un lieu de culte par le roi, des protestants sont allés à des prêches aux faubourgs de la ville, non seulement des fidèles du bailliage, mais aussi des étrangers à celui-ci. L’insécurité les amenait à y aller en armes, et du fait de l’hostilité des catholiques, il en est résulté cinq morts. Le comté de Dreux était inclus parmi les terres sur lesquelles avait été assis le douaire de Catherine de Médicis, et la reine-mère avait donc ici une motivation personnelle à l’apaisement. Une lettre d’abolition a été accordée aux habitants de la ville indifféremment des deux confessions30. On connaissait déjà des cas d’abolition des protestants d’une ville, comme ceux de Toulouse en 156231 ; en pardonnant indifféremment aux fidèles des deux communautés, le pouvoir royal se mettait dans une posture de neutralité, au-dessus des partis. La requête du pardon a été faite au Conseil privé par le syndic et le procureur de la communauté, « a la persuasion et par le conseil des bons cytoiens de nostredicte ville ». La formulation de ce conseil implique que d’abord dans la ville ait été tenue une réunion de citoyens soucieux de trouver au conflit une solution pacifique et judiciaire et dans le cadre de la coexistence confessionnelle, sans doute des représentants des deux confessions32, ce qui confirme l’existence, à l’échelon local, de membres des élites s’activant dans ce sens. Pour ceux qui se mettaient dans cette démarche, l’autorité d’un roi au-dessus des partis était bien un recours.

  • 33 L’émeute de Blois a donné lieu à trois rémissions (Arch. Nat., JJ 264, f°45 r°, 45 v°, 161 (...)
  • 34 Lettre de Catherine de Médicis du 15 août 1565, citée par J. Boutier et al., op. cit., p.  (...)
  • 35 Arch. mun. Tours, EE ; BnF, ms fr. 15.881, f°421 ; plaintes publiées par A. Dupin de Saint (...)
  • 36 Le pardon général de 1566 est mentionné dans la lettre de rémission accordée à un supplian (...)
  • 37 Arch. Nat., JJ 265, f°221 v°.

17En Touraine, les affrontements religieux ont été récurrents et ont donné lieu à une série judiciaire d’autant plus intéressante qu’elle peut être suivie de 1565 à 1567. Le prêche du bailliage avait été fixé à Maillé, sur la rive droite de la Loire, et Tours se trouvant sur la rive gauche, les fidèles devaient emprunter le pont, puis une mauvaise route sur lesquels ils étaient fort exposés. Le prêche a été attaqué dès septembre 1564, puis un incident survenu sur le pont déclencha à Tours, le dimanche 8 juillet 1565, une émeute religieuse qui fut d’ailleurs suivie d’une autre à Blois le 1233 ; avec celles d’Amboise et d’Orléans, ces émeutes firent hâter la marche du roi dans cette direction et renoncer à la visite au parlement de Rennes34. À Tours, deux catholiques avaient été tués sur le pont, puis huit protestants avaient été massacrés le lendemain35. Le Présidial décréta aussitôt une prise de corps contre quarante personnes, dont des officiers protestants, et restait ainsi constant dans une hostilité au protestantisme qui était bien connue. Conscient de cette partialité, le pouvoir royal envoya bientôt à Tours des commissaires, conseillers au parlement de Paris, lesquels prononcèrent des condamnations à mort contre des catholiques, dont certaines furent exécutées. Ici encore, des commissaires ont osé adopter une posture de sévérité à l’encontre de fauteurs de troubles catholiques. Or quelques mois plus tard (cet acte est resté inconnu jusqu’à présent car il n’a pas été enregistré36), le roi accorda un « pardon général » aux habitants de Tours le vendredi saint 1566. À nouveau, et dans l’espoir de favoriser la pacification, une condamnation prononcée par des commissaires à l’encontre de catholiques était annulée par le pardon royal. En octobre 1567 en revanche, et pour les mêmes faits, le roi a accordé une abolition générale aux condamnés rescapés des exécutions, mais aux seuls catholiques37 ; le contexte venait de radicalement changer, nous y reviendrons. Ainsi, dans ces trois villes, Alès, Dreux et Tours, le roi a accordé des pardons collectifs.

  • 38 Le seigneur de Tissonnières « avoit faict venir ung ministre de la religion qu’on dict ref (...)

18Les affrontements entre les deux confessions n’étaient pas moins vifs dans les campagnes. Mentionnons ici la description d’un culte rural de fief en Auvergne, au nord-est de Murat (Cantal), qui, ayant attiré plus d’une centaine de fidèles provenant d’un cercle d’une dizaine de kilomètres, fut attaqué en juin 1564 par trois cents paysans rassemblés au son du tocsin par deux nobles voisins ; pour se défendre, le seigneur protestant dut tuer un des nobles, puis bénéficia d’une rémission, de même qu’un de ses compagnons38.

  • 39 En Limousin et à Guise (Arch. Nat., JJ 264, f°95 v° et f°123 r°). Il s’y ajoute l’abattage (...)
  • 40 Calvin condamne la danse, et dès 1559, la Discipline ecclésiastique française l’interdit ( (...)
  • 41 Arch. Nat., JJ 263b, f°239 r° ; T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 1, p. 535. Arch. Nat., JJ 2 (...)
  • 42 Arch. Nat., JJ 265, f°193 r°. Cette lettre a été publiée par Charles Samaran, « En Armagna (...)

19Le crime d’iconoclasme n’était plus, en 1565, que le fait de quelques jeunes individus qui présentent leur acte comme irréfléchi39. Des divergences entre les deux confessions étaient suscitées maintenant par les manifestations collectives exaltant l’union des habitants et la fusion des communautés, notamment les danses que Calvin avait condamnées40. Il en a résulté des affrontements collectifs, soit de la part de protestants qui prétendaient interdire les danses, soit de la part de catholiques voulant subvertir leur interdiction. À Montalzat, en Bas-Quercy, où une église protestante avait été dressée dès septembre 1561, les consuls ayant rappelé l’interdiction des danses, des catholiques commirent des violences pour les défier. Dans un village près de Ganges, à l’inverse, les danseurs catholiques, ont été attaqués par une bande d’habitants de cette ville, armés, qui commencèrent par affirmer que danser, c’est faire « la bête », une expression typique du discours huguenot. Le roi a pardonné les homicides commis par un protestant de Montalzat et par treize danseurs catholiques41. Des troubles plus graves intervinrent lors du Carême de 1567 à Nogaro en Armagnac, domaine de la reine de Navarre. Le régent du collège assembla des écoliers et des femmes, tous armés et déguisés, qui, en défilant, commirent diverses exactions. Ce régent, évidemment catholique, a été tué en résistant à une tentative d’arrestation menée par une cinquantaine d’hommes et dirigée par le procureur d’office, évidemment protestant, lequel a été pardonné42.

  • 43 Arch. Nat., JJ 265, f°154 r°.
  • 44 Il s’agit du curé de Wassigny. L’homicide n’est pas daté (Arch. Nat., JJ 265, f°170 v°).

20Les relations avec les prêtres restaient difficiles. Une femme protestante a été tuée par son mari auquel on avait affirmé qu’elle commettait l’adultère avec un prêtre43. Dans une taverne du Vermandois, un curé a curieusement interrogé un jardinier protestant, le premier affirmant « qu’il y en avoit trois [dieux] en trois personnes » ; pour se défendre du curé furieux, le pauvre jardinier dut le tuer44.

Des luttes de partis : le cas de la Guyenne

21Le cas du ressort du parlement de Bordeaux est particulièrement intéressant car des sources convergentes y éclairent les luttes entre les partis qui sapaient le procès de pacification.

  • 45 Anne-Marie Cocula, « Crises et tensions d’un parlement au temps des guerres civiles : le p (...)

22Le parlement de Bordeaux était partagé en plusieurs courants depuis les années 1550, et un parti de la rigueur catholique y était devenu majoritaire. Ce dernier devint un « syndicat » et reçut l’appui du nouvel archevêque. Les fidèles du roi étaient le lieutenant du roi, Burie, et des membres du parlement, le premier président, Lagebâton, et des conseillers comme Arnaud de Ferron. Présents à la cour lors de l’élaboration de l’édit de janvier 1562, ces deux derniers avaient ensuite réussi, avec l’aide de Burie, à le faire enregistrer rapidement. Mais la guerre civile, l’échec du coup de main protestant sur la ville de Bordeaux, enfin les victoires de Monluc sur Duras ont renforcé le syndicat45. Dès la négociation de l’édit de pacification, en mars 1563, se formèrent dans le Sud-Ouest plusieurs ligues nobiliaires, à Toulouse, à Agen et à Cadillac, cette dernière impulsée par le comte de Candale, puissant seigneur, chef de la maison de Foix.

  • 46 O. Christin, op. cit., p. 41, 106.
  • 47 Lettre à la reine du 27 août 1563 et lettre au roi du 10 août 1564 publiées dans les Mémoi (...)

23Le premier président Lagebâton était un de ces hommes de pouvoir qui ont joué un rôle actif dans la définition des modalités de la pacification religieuse et sur lesquels Olivier Christin appelle à fonder une histoire sociale du politique46. Deux lettres qu’il écrivit à la reine et au roi47 sont une des sources les plus détaillées sur la ligue fomentée par Candale. Après avoir commis des extorsions sur la population de son voisinage pendant la guerre, ce dernier se comportait avec arrogance et usurpait la souveraineté royale en assemblant à plusieurs reprises la noblesse de la sénéchaussée de Guyenne. Or dans sa lettre d’août 1564, le premier président fait état de trois crimes contribuant aux troubles de la province et qui allaient tous trois être pardonnés en 1565-1566. Ces lettres du président et ces trois rémissions s’éclairent mutuellement.

1563-1564 : des violences ligueuses

  • 48 Arch. Nat., JJ 263b, f°208 r°. T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 2, p. 473.
  • 49 « De la religion » (Blaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, bibliothèque de la P (...)
  • 50 Arrêt du 26 octobre 1563 (Arch. dép. Gironde, 1B 263, no73).

24Le premier de ces crimes nous conduit au cœur de la ligue catholique de Candale. En août 1563, une fille du défunt conseiller Arnaud de Ferron, depuis peu décédé, a été enlevée et épousée par un certain La Grasse, de noblesse douteuse ou récente, un petit capitaine catholique qui, bien que vassal de Duras, le chef des protestants en Guyenne, s’était fait remarquer au pillage de la ville de son seigneur en s’y comportant « très mal », selon le mot de Bèze48. Ce qu’on sait de ce La Grasse illustre ce que Lagebâton écrit des assemblées de noblesse convoquées par Candale : « il n’y a pas la dixième partie de la noblesse » de la sénéchaussée, mais seulement « trois ou quatre apparens », et des nobles de fraîche date, certains domestiques du comte. Si le conseiller Arnaud de Ferron était un modéré, sa veuve était protestante49, ce qui motivait son opposition au mariage. La parentèle cependant était divisée : ce n’est autre que le beau-frère de la jeune fille, conseiller au parlement de Bordeaux, qui fut le premier acteur du rapt en la conduisant au futur époux. La veuve a immédiatement porté plainte, et dès octobre 1563, le parlement a condamné à mort l’heureux mari50. Mais « ceux qui devoyent rendre les malfaiteurs à justice […] ont esté les premiers à les […] mettre en franchise », regrette Lagebâton, si bien que le condamné a joui de l’impunité.

25Cette condamnation a nécessairement impliqué une lutte au sein même du parlement : le ravisseur était un client du grand seigneur qu’était Candale, et avait des complices jusqu’au sein même de la Cour. Comme nous avons vu le parlement de Dauphiné le faire en 1565, le parlement de Bordeaux a donc donné satisfaction à un plaignant protestant et condamné à mort un criminel catholique. C’était remarquablement appliquer le principe de stricte impartialité que Lagebâton formule au roi : pour lui, non seulement l’action judiciaire est le seul instrument possible de la paix, mais il faut « punir le mal indifferemment de quelque costé qu’il soit », c’est-à-dire opter pour une politique judiciaire à la fois impartiale et sévère.

1564 : violence protestante et instrumentalisation ligueuse

  • 51 Arch. Nat., JJ 264, f°293 r°. Armand de Clermont sieur de Piles est qualifié de « capitain (...)
  • 52 « Délibération du sieur de Candales », 9 août 1564, Mémoires de Condé, t. 5, p. 171.
  • 53 Sentence du 23 février 1566 (Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 680).

26C’est un mois plus tard qu’en Périgord, le 25 juillet 1564, le protestant Clermont-Piles a tué son ennemi, un « capitaine » catholique qui pendant la guerre avait saccagé sa maison. C’est un des nombreux cas en lesquels la guerre menait à la vengeance. Armand de Clermont sieur de Piles était connu comme un des tout premiers chefs huguenots en Périgord, « un des meilleurs que les huguenots eussent », au terme de l’hommage de Monluc. À Paris à la veille de la Saint-Barthélemy, il allait se faire remarquer par la véhémence de son exigence de justice51. Ce 25 juillet 1564, ayant six ou sept compagnons, il rencontre son ennemi le capitaine Marzac, un catholique de vieille noblesse, lui-même accompagné de sept ou huit arquebusiers ; après un échange verbal minimal, les pistolets partent très vite, Marzac en est blessé d’un coup auquel Piles ajoute des coups d’épée et le tue. Candale en tire occasion pour venir à Bordeaux dans le but de dissuader Burie, le lieutenant du roi, de déposer les armes et l’exhorter à « courir sus » à tous les protestants, « disant que tous les maux provenoyent d’eux ». Candale appelait donc à reprendre la guerre. Le lieutenant du roi répond qu’il faut garder les édits du roi et « chastier les mauvais de quelque costé que ce fust ». Mécontent, Candale convoque le 9 août une assemblée chez lui à Cadillac où l’on vient avec « toutes sortes d’armes prohibées ». En une « délibération » du même jour, il accuse Pilles d’avoir guetté Marzac et l’avoir « tué inhumainement », « accompagné de cinquante hommes à cheval armez de corcellets & pistolles, & autres cinquante hommes à pied ayans harquebuzes »52. Cette centaine d’hommes en armes était pure invention, comme le montre le texte de la condamnation de Piles par le sénéchal de Périgord53. L’assemblée décide aussi d’envoyer une députation au roi remontrer « qu’il ne falloit pas déposer les armes en Guyenne » et que Burie et les autres défenseurs de la paix gâtaient tout. C’est le lendemain que Lagebâton écrit au roi cette lettre qui est une précieuse source. Candale et sa ligue ont donc utilisé le meurtre commis par Piles pour dénoncer les protestants et appeler le roi à reprendre la répression et la guerre.

1564 : divergences entre protestants

  • 54 Arch. Nat. JJ 263b f° 137 r°. Dans son arrêt du 28 juillet après la tentative de prise du (...)
  • 55 Jean de Lescours, seigneur de Savignac et de Thouars, né vers 1512, était en 1562 capitain (...)
  • 56 Mathieu de Lescours baron de Savignac, lui aussi protestant, venait, avec ses « complices  (...)

27Le troisième crime mentionné par Lagebâton puis pardonné nous conduit au sein du parti protestant. Les trois frères Lescours de Savignac étaient huguenots (l’aîné était vassal du roi de Navarre) et avaient été fort actifs au service de la cause. Impliqués en juin 1562 dans le coup de main à Bordeaux sur le Château-Trompette, ils avaient été condamnés à mort par le Parlement, tandis que Duras leur avait confié diverses missions qui sont mentionnées par Bèze54. Pendant la guerre, ils avaient donc été solidaires. L’aîné était un modéré. À la veille de la guerre, il était capitaine de la garde du lieutenant du roi, Burie, au moment où ce dernier avait suscité le soupçon de pencher vers le protestantisme55. Dans le texte de sa rémission, il se montre soucieux de sauvegarder la paix avec la population catholique du voisinage. Modérés, ses deux cadets l’étaient moins. À l’automne 1563, Matthieu a participé au meurtre d’un conseiller au parlement de Bordeaux qui avait été député à la cour par les catholiques56. Quant à Bernard, qui avait dressé « cinq ou six compaignies de gens de pied, recevant tous gentilzhommes, soldatz et autres qui le venoient veoir », il laissait, depuis le temps de paix, ses serviteurs continuer de faire des réquisitions sur les catholiques au point de provoquer la mort d’un prêtre et les plaintes du voisinage. La discorde entre l’aîné et Bernard résultait donc notamment d’une divergence d’appréciation de la situation politique. En juin 1564, Bernard a guetté son aîné et ce dernier l’a tué. Lagebâton ajoute qu’au cours de l’été, l’aîné et le cadet survivant assemblèrent « quelques gentilshommes, leurs parens, jusques a quarante chevaux pour le plus, pour s’accorder de leurs differens ».

28Ainsi l’hostilité à l’égard des protestants n’était pas seulement sporadique : la politique de pacification s’opposait déjà à des forces politiques. En Guyenne, les agents du pouvoir royal s’opposaient à une ligue dont on voit les activités : assemblées d’individus peu scrupuleux, violences criminelles, jeu de clientèles, luttes judiciaires, falsification et instrumentalisation des faits pour faire pression sur le roi. Et il y avait des va-t-en guerre aussi du côté protestant.

Des pardons politiques

  • 57 Michel de L’Hospital, Gouverner la haine. Discours politiques pendant les guerres de relig (...)

29La vengeance de Clermont-Piles et le rapt commis par La Grasse ont fait l’objet d’arrêts de mort (ainsi que le meurtre du conseiller au parlement). La justice déléguée a donc tenté de remplir sa mission. Le voyage du roi a fourni l’occasion de tancer les parlements de Toulouse et de Bordeaux. En ce dernier, lors du lit de justice, le chancelier a soutenu le président Lagebâton (« Il y a ici beaucoup de gens de bien desquels les opinions ne sont suivies ; […] J’ai reçu beaucoup de plaintes de vos dissensions… »57). Dès avril 1565, peu après son arrivée à Bordeaux, le pouvoir royal a pardonné à l’aîné des Savignac, le protestant modéré. Trois mois plus tard, il a pardonné au capitaine catholique ravisseur, La Grasse, ce qui était porter un désaveu à une sentence qui s’inscrivait dans la ligne de sévère impartialité de Lagebâton. Sans doute cette décision a-t-elle été motivée par la nécessité d’observer un équilibre entre les deux partis. Clermont-Piles, en revanche, dut attendre son pardon jusqu’en septembre 1566.

  • 58 Arch. Nat., JJ 263b, f°202 v°, 203 v°, 204 v°. Jean de Caussade, baron de Calonges, de Lav (...)
  • 59 Arch. Nat., JJ 265, fo161.

30Encore dans le ressort du parlement de Bordeaux, le roi a pardonné un autre meurtre où la vengeance personnelle se superposait à l’antagonisme confessionnel. En août 1563, avec quatre compagnons, des soldats, un des principaux nobles protestants de l’Agenais, Jehan de Caussade sieur de Calonges, a assassiné un frère et un compagnon d’un capitaine d’hommes de pied du voisinage, catholique58. Il vengeait ainsi les blessures faites à un de ses frères, qui allait finalement être tué l’année suivante par les frères du capitaine catholique. La chancellerie caractérise le meurtre commis par Calonges comme un « guet-apens » mais en pardonne les auteurs. Le contre-meurtre n’a été pardonné qu’en 156759.

  • 60 Louis de Saint-Gelais sieur de Lansac, qui avait été client du connétable de Montmorency d (...)
  • 61 Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity ant the (...)

31Les pardons de Clermont-Piles et de Caussade du Calonges furent des décisions politiques prises par le Conseil du roi, comme le montre l’identité des signataires des lettres ou des requérants. La lettre à Caussade fut signée par le connétable, le maréchal de Bourdillon, et par Lansac, « homme de pacification », attaché à la reine mère dont il servait la politique de concorde60. Le pardon de Piles fut octroyé en 1566 à la requête de personnages qui se situaient dans les trois grands courants antagonistes du moment, comme si cette grâce, décidée à une date où le Conseil du roi était divisé, était le produit d’un accord politique : l’évêque d’Évreux, Gabriel Le Veneur, qui avait prononcé l’oraison funèbre de Claude de Guise, et son frère, seigneur de Carrouges61 ; La Rochefoucault qui était protestant ; Rez, « créature de la reine mère », et La Mothe-Fenelon, ancien ambassadeur en Angleterre qui allait se tenir éloigné des querelles de partis. La dynamique du conflit conduisait ici à une politisation.

  • 62 AN JJ 264, f° 88 r°. Sur cette famille, Joseph Roman, « Les trois Furmeyer », BSHPF, t. 31 (...)
  • 63 T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 3, p. 198.
  • 64 Cet assassinat n’était connu jusqu’à présent que par une phrase de Louis Videl, biographe (...)
  • 65 Arch. Nat., JJ 264, f°356 r°. Jacques de Saluces, comte de Cardé, est le descendant du sec (...)
  • 66 Arch. Nat., JJ 263b, f°199 r°. Pierre de Vaissière, « Une vendetta au XVIe siècle. Les d’A (...)

32Le pardon royal revêtait un enjeu politique au niveau d’une province chaque fois qu’il était requis par un capitaine qui s’y était rendu fameux et pour lequel la décision du roi était attendue et appelée à être commentée. C’est de crimes sans rapport avec la guerre dont deux nobles protestants du Dauphiné ont requis le pardon, mais le sort que leur ferait la justice du roi n’en serait pas moins interprété dans le contexte des luttes provinciales. Les frères Rambaud de Furmeyer, alliés au prédicateur Guillaume Farel, avaient commis un homicide en 1560 pour lequel ils avaient été condamnés à mort par contumace l’année suivante62. Cette condamnation n’empêcha pas Antoine, qualifié de « hardi » et « vaillant » par Théodore de Bèze63, de s’affirmer pendant la guerre, sous le nom de capitaine Furmeyer, comme un des principaux capitaines protestants de la province. Son assassinat, perpétré par pas moins d’une quinzaine d’individus en 156564, a dû affaiblir sa famille, particulièrement unanime dans sa fidélité au protestantisme, comme son groupe confessionnel. Le pardon de son jeune frère pour cet homicide vieux de six ans était bien un signal de clémence à l’adresse des protestants de la province. Jacques de Saluces de Cardé de même, le gendre du comte de Tende, lequel avait combattu en Provence à la tête des protestants, fut pardonné du crime de port d’armes commis en raison d’un conflit familial65. Le meurtre à Paris d’un Du Prat par Yves d’Alègre, son parent au troisième degré, fut motivé d’abord par le devoir de vengeance d’un frère « outragé », mais le meurtrier était un protestant en vue, enseigne de la compagnie d’ordonnance de l’amiral de Coligny, et connu pour être un modéré, lettré et latiniste, hostile à la guerre civile ; non seulement le pouvoir royal lui a octroyé une rémission, mais il a désigné le Grand Conseil pour l’entériner, évitant ainsi au suppliant un procès incertain au parlement de Paris66.

  • 67 Jehan de Hérouville (Arch. Nat., JJ 263b, f°201 r° ; JJ 264, f°320 r°).
  • 68 François de Bricqueville sieur de Colombières, d’une famille de moyenne noblesse, était dé (...)

33D’autres homicides pardonnés résultaient de conflits qui remontaient à la guerre. En Normandie, un protestant fidèle du gouverneur « centriste », le duc de Bouillon, a bénéficié de deux rémissions pour deux homicides commis lors de rencontres successives avec le capitaine catholique qui pendant la guerre s’était saisi de ses juments67. Le suppliant précise que pendant les troubles « il ne faisait [pas] la guerre » ; le capitaine catholique ne l’entendait pas ainsi et pour ce dernier, la prise des juments était un fait de guerre et non un vol. Le second pardon s’étend à un des plus fameux capitaines normands, Bricqueville de Colombière68, qui avait été présent lors du second homicide.

  • 69 Arch. Nat., JJ 263b, f°10 v°. Cette lettre a été publiée par Charles Samaran, « En Armagna (...)
  • 70 Ce protestant était François Goffre, dit le capitaine La Manne (Arch. Nat., JJ 265, f°83 v (...)

34Pardonné du côté catholique, outre le ravisseur déjà mentionné, un capitaine de gens de pied, Lavardat de Blancastel, est qualifié de « vrai brigand » par Théodore de Bèze qui rapporte qu’en 1562 dans le pays de Marsan, il fit pendre plusieurs protestants en prononçant des jugements très expéditifs69. Le crime pardonné était le meurtre d’un protestant commis dans sa seigneurie au début de la vague iconoclaste en Gascogne en juillet 1561. En 1567 enfin, fut pardonné un noble homme d’arme qui avait tué en 1564 un protestant, ancien capitaine d’infanterie de la ville de Castres70. Aucun de ces gens de guerre catholiques ne jouissait d’une influence ni d’un prestige à la mesure de ceux des Clermont-Piles et autres Furmeyer.

35Ce sont donc surtout des capitaines de la minorité confessionnelle qui ont ainsi profité de la miséricorde royale en 1565-1566. Sur les sept qui nous sont connus, la majorité étaient des modérés : Lescours de Savignac, Yves d’Alègre, Saluces de Cardé qui avait commandé les troupes de son beau-père catholique dans la complexe situation provençale, et le Normand fidèle du duc de Bouillon qui avait subi la guerre sans la faire lui-même. Un cinquième se trouvait en une situation affaiblie, le jeune frère de Furmeyer. Seulement deux capitaines protestants ont été pardonnés à la suite de vengeances délibérées, Clermont-Piles et Caussade. Le pardon accoré au premier semble l’avoir été pour contrebalancer la ligue de Candale, et quant au second, on peut se demander s’il n’en a pas été de même vis-à-vis de la ligue catholique en Agenais.

36Concluons sur les divers acteurs judiciaires. Alors que certains suppliants protestants se présentent comme voulant vivre en paix, selon le terme de l’édit, la politique de pacification s’opposait à des forces politiques qui souhaitaient explicitement la continuation de la guerre. Il se vérifie que bien des juridictions locales étaient partiales et hostiles à la minorité protestante, des tribunaux seigneuriaux, et des présidiaux comme celui de Tours. De façon très pragmatique, le pouvoir royal a recouru tour à tour à la justice déléguée et à la justice retenue, aux institutions habituelles et à une juridiction d’exception, celle des commissaires.

37Les commissaires départis dans les provinces ne se sont pas toujours prononcés dans le sens de l’indulgence et ont parfois condamné des catholiques meurtriers de protestants. Nous avons vu des parlements faire de même, celui de Bordeaux dès 1563, celui de Grenoble en 1565, non sans luttes internes, et parvenir à se hisser à une posture d’impartialité pour devenir les garants de la coexistence confessionnelle.

38Intervenant en dernier ressort, le pouvoir royal a usé de miséricorde pour appliquer sa politique de pacification. Il a pardonné à des criminels des deux confessions, un peu plus de ceux de la confession minoritaire, comme pour compenser le fait que cette minorité subissait une forte réaction de la part des catholiques. Ce déséquilibre relatif au bénéfice des protestants est net au niveau des capitaines. Le roi a pardonné de préférence à des capitaines protestants modérés, mais il est allé jusqu’à pardonner les auteurs de vengeances farouches quand il fallait faire face aux velléités de guerre de catholiques ligueurs.

39La pratique politique du pardon est allée jusqu’à opposer deux politiques judiciaires. Pour le premier président du parlement de Bordeaux, le rétablissement de la paix nécessitait une posture rigoureuse alliant sévérité et stricte impartialité. Le pouvoir royal visait le même but mais sa pratique du pardon a parfois tempéré l’impartiale sévérité à laquelle les parlements venaient de réussir à accéder. C’est ainsi qu’il a désavoué des arrêts de commissaires, puis de cours souveraines, quand l’enjeu politique semblait supérieur à celui de l’éthique judiciaire. Or l’impunité des crimes suscitait un mécontentement qui s’est exprimé dès 1564. Elle était due aux difficultés habituelles des justices locales à arrêter les inculpés et à l’antagonisme entre les partis qui protégeaient les condamnés, mais elle pouvait paraître redevable aussi à la politique royale de pardon.

  • 71 Arch. Nat., JJ 265, f°221 v°.
  • 72 Bib. mun. Angers, ms 353.

40Ajoutons enfin que cet usage politique du pardon fut propre à la sortie de la première guerre de religion et à la politique de pacification menée alors. Encore en août 1567, un pardon fut accordé indifféremment aux fidèles des deux confessions ; ils avaient participé à une émeute religieuse à Paray-le-Monial, dont d’ailleurs le seigneur n’était autre que le cardinal de Lorraine. Mais en octobre suivant, au bénéfice des habitants de Tours qui avaient été condamnés pour les homicides de juillet 1565, une « abolition généralle »71 fut accordée aux seuls catholiques. Ils y sont maintenant qualifiés « de bons subiectz », et les protestants de « perturbateurs de notre royaulme » ; c’est « stimulez du zelle et affection qu’ilz avoient a la conservation de notre estat » que les premiers ont résisté aux « voies de faict » des seconds. C’est « pour le zelle et affection qu’ilz ont a notredict service » qu’ils « auroient, a l’ocasion des nouveaulx troubles, prins les armes, prestz a exposer leurs vies et biens a la conservation de notre estat ». La Surprise de Meaux, qui venait d’ouvrir la seconde guerre de religion, avait changé la politique royale. Les protestants étaient dorénavant les ennemis du roi, et les catholiques qui, deux ans plus tôt, s’opposaient à la politique de pacification, étaient maintenant des sujets fidèles, ceux qui étaient dignes de miséricorde. Il n’y a aucun protestant pardonné dans le seul corpus ultérieur dont on dispose, celui de l’Anjou des années 1580-160072 ; parmi quatre-vingt-un homicides pardonnés, ne figurent que deux protestants dans le triste rôle de victime. La Surprise de Meaux a bien été une faute majeure qui a ruiné la posture d’arbitre qu’avait su se donner le pouvoir royal.

Notes

1 Olivier Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Paris, Seuil, 1997. Denis Crouzet, Le Haut Coeur de Catherine de Médicis, une raison politique aux temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005.

2 Isambert, Decrusy, Armet, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, Paris, Plon, 1828, t. 14, p. 140.

3 Doleance faite au roy sur l’impunité des meurtres et oppressions qui se commettent journellement en ce royaulme…, 1564, cité par J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, p. 176.

4 Brief discours sur l’estat present…, dans Mémoires de Condé, Londres, Jean Neaulme, t. 5, 1743, p. 118-130.

5 Le prévôt des maréchaux en Provence, Honoré Belon, protestant, a été assassiné en juin 1564 avec la complicité de Jean-Louis-Nicolas de Bouliers seigneur de Cental, qui a été pardonné (Arch. Nat., JJ 263b, f°218 r°).

6 J. Boutier et al., p. 187. O. Christin, p. 163. Jérémie Foa, « ‘Reconcilier les cueurs des subjects cy-devant divisez’ : les commissaires des édits de pacification au temps des premières guerres de Religion », Les affrontements religieux en Europe (1500-1650), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2009, p. 61- 88 (p. 78).

7 Boutier et al., p. 177. Claude Haton, Mémoires de Claude Haton, Laurent Bourquin (éd.), Paris, CTHS, t. 1, 2001, p. 469-470. Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, Genève, Droz, 1982, t. 2, p. 231, 233-234. Choix de chroniques et Mémoires sur l’histoire de France, J.-A.-C. Buchon (éd.), Paris, A. Desrez, 1838. p. IX-XIV et p. 222-223.

8 Arch. Nat., JJ 263b, JJ 264, JJ 265. Michel Nassiet, Les lettres de pardon du voyage de Charles IX (1565-1566), Paris, Société de l’Histoire de France, 2010. Carole Bertolino-Laugery, Les lettres de pardon du roi de France en 1567, mémoire de master, université d’Angers, 2010.

9 Cité par Oscar Vallée, De l’éloquence judiciaire au dix-septième siècle. Antoine Lemaistre et ses contemporains, Paris, Garnier, 1856, p. 164.

10 Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1589), Paris, Société de l’Ecole des Chartes, 1967, p. 365-366.

11 J. Foa, op. cit., p. 69.

12 Arch. Nat., JJ 264, f° 55 r°.

13 À Montagnac-sur-Auvignon, en Agenais ; une Église réformée y avait été dressée dès 1561 (Arch. Nat., JJ 263b, f°27 v° ; Samuel Mours, Les Églises réformées en France, Paris-Strasbourg, Librairie protestante, Oberlin, 1958, p. 85).

14 Le meurtrier, fils d’un procureur fiscal, a tué le justiciable qui agressait son père (Arch. Nat., JJ 265, f°148 r°).

15 Le capitaine « Grille délibéra de gagner une tour de garde, appelée la Carbonnière, assise dans les palus d’Aigue-Morte à une lieue de la ville, et défendant le passage, pour aller à la ville par terre ferme. Pour cet effet donc, parti de Montpellier le neuvième d’octobre, ayant braqué le canon […] il contraignit ceux de dedans à se rendre […]. Et de là, Bouillargues allant de nuit au port d’Aiguemortes, se saisit, malgré la garnison de la ville, des barques et luts, qu’il mena à la Carbonnière, avec lesquelles furent enlevés les sels de Pequais, dont ceux de la religion firent depuis de grands deniers pour les frais de la guerre » (Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique des Églises réformées au royaume de France, Lille, 1842, t. 3, p. 107).

16 Arch. Nat., JJ 263b, f°279 v°.

17 J. Foa, op. cit., p. 82-83.

18 Joseph Roman, « Le meurtre de Louis Aymé, épisode de la première guerre de religion à Gap en Dauphiné », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, 1916, p. 165-177.

19 À la demande de la veuve et du tuteur du fils de la victime, le parlement de Grenoble mit en accusation deux individus que, le 5 septembre 1565, la Chambre condamna à être pendus et étranglés sur la place de Chorges, exécutés en effigie, et à payer plusieurs amendes (Arch. dép. Isère, B 2032, f°112 v°).

20 Arch. Nat., JJ 264, f°195 r° et 280 v°.

21 La cour ordonna qu’on procéderait extraordinairement et que les témoins seraient récolés. Le suppliant était encore prisonnier en janvier 1567 (Arch. dép. Isère, B 2033).

22 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525, vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990, t. 1 p. 617-618.

23 Arch. Nat., JJ 263b, f°148 v°.

24 Il s’agit de Gabriel de Pierre-Buffière seigneur de la Villeneuve (Arch. Nat., JJ 265, f°80 r°).

25 Arch. Nat., JJ 263b, f°49 r°.

26 « Les soldats de ceste ville sont la plupart de Provence, de Bourgongne et d’aultres provinces, esquelles, quelque edict qu’il y ait, on ne veult recevoir ceulx qui en avoient esté chassez a cause de la Religion, de façon qu’estant bannys de leurs biens et maisons, et ne sçachans ou se retirer, il seroit malaisé de les licencier » (lettre de Soubise au roi, 18 mai 1563, cité dans « Discours des choses advenues en la ville de Lyon », BSHPF, 1880, p. 251-261).

27 Arch. Nat., JJ 264, f°129 r°.

28 « … alloit ordinairement en trouppe de plusieurs gens a cheval et a pied ça et la en divers lieux et endroictz pour guecter et surprandre ledict suppliant […] une grande trouppe et compaignie de gens a cheval, d’environ XVIII ou XX » (Arch. Nat., JJ 265, f°84 r°).

29 Arch. Nat., JJ 264, f°185 r°. De même, les protestants « rompirent toutes les cloches » et ruinèrent les intérieurs des églises aussi « à Montpellier et dans les autres villes où ils éstoient les maîtres », et ne le faisaient « que pour ôter les moyens de rétablir la messe et le service divin » (Jean Philippi, « Mémoires de Jean Philippi », Collection complète des Mémoires relatifs à l’histoire de France, M. Petitot (éd.), Paris, Foucault, t. 34, 1823, p. 361).

30 Arch. Nat., JJ 263b, f°242 v°.

31 T. de Bèze, op. cit., 1842, t. 3, p. 48.

32 Comme à Pamiers en 1566 (O. Christin, op. cit., p. 107, 113, 133).

33 L’émeute de Blois a donné lieu à trois rémissions (Arch. Nat., JJ 264, f°45 r°, 45 v°, 161 v°).

34 Lettre de Catherine de Médicis du 15 août 1565, citée par J. Boutier et al., op. cit., p. 242.

35 Arch. mun. Tours, EE ; BnF, ms fr. 15.881, f°421 ; plaintes publiées par A. Dupin de Saint-André, Cinquantenaire de l’église réformée de Tours, Paris, Fischbacher, 1887, p. 69-101 ; David Nicholls, « Protestants, Catholics and magistrates in Tours, 1562-1572 : the making of a catholic city during the Religions wars », French History, 1994, n° 1, p. 14-33 (p. 26-27).

36 Le pardon général de 1566 est mentionné dans la lettre de rémission accordée à un suppliant qui requiert d’en avoir le bénéfice (Arch. Nat., JJ 264, f°227 v°).

37 Arch. Nat., JJ 265, f°221 v°.

38 Le seigneur de Tissonnières « avoit faict venir ung ministre de la religion qu’on dict refformee pour faire prescher la parolle de Dieu, suivant la permission donnee aux seigneurs jurisditionnelz par noz edictz, ou se seroient trouvez des villaiges de Sainct-Flour, Murat, Alanches et villaiges circonvoisins, jusques au nombre de cent a six vingtz personnes, hommes et femmes, qui auroient ouy la presche ». Seule, la rémission du compagnon est enregistrée (Arch. Nat., JJ 264, f°187 v°).

39 En Limousin et à Guise (Arch. Nat., JJ 264, f°95 v° et f°123 r°). Il s’y ajoute l’abattage d’une croix.

40 Calvin condamne la danse, et dès 1559, la Discipline ecclésiastique française l’interdit (art. XXVII). Vingt ans plus tard, Lambert Daneau explique en effet que la danse vient du paganisme, et surtout qu’« elle incite à la volupté » (Jean Delumeau, La mort des pays de cocagne. Comportements collectifs de la Renaissance à l’âge classique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976, p. 119- 120).

41 Arch. Nat., JJ 263b, f°239 r° ; T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 1, p. 535. Arch. Nat., JJ 264, f°308 r°.

42 Arch. Nat., JJ 265, f°193 r°. Cette lettre a été publiée par Charles Samaran, « En Armagnac au temps des troubles (1561 et 1567) », Bulletin de la Société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers, 1964, p. 7-24.

43 Arch. Nat., JJ 265, f°154 r°.

44 Il s’agit du curé de Wassigny. L’homicide n’est pas daté (Arch. Nat., JJ 265, f°170 v°).

45 Anne-Marie Cocula, « Crises et tensions d’un parlement au temps des guerres civiles : le parlement de Bordeaux dans la seconde moitié du XVIe siècle », Les parlements de province. Pouvoirs, justice et société du XVIe au XVIIIe siècle, Toulouse, Framespa, 1996, p. 721-731.

46 O. Christin, op. cit., p. 41, 106.

47 Lettre à la reine du 27 août 1563 et lettre au roi du 10 août 1564 publiées dans les Mémoires de Condé, t. 5, Jean Neaulme, 1743, p. 186 et p. 182.

48 Arch. Nat., JJ 263b, f°208 r°. T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 2, p. 473.

49 « De la religion » (Blaise de Monluc, Commentaires, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 495).

50 Arrêt du 26 octobre 1563 (Arch. dép. Gironde, 1B 263, no73).

51 Arch. Nat., JJ 264, f°293 r°. Armand de Clermont sieur de Piles est qualifié de « capitaine rusé » par Monluc qui ajoute : « je croy que c’estoit l’un des meilleurs que les huguenots eussent » (B. de Monluc, op. cit., p. 668). En 1562, étant avec Condé dans Orléans assiégé, il avait traversé les lignes d’investissement pour regagner le Périgord, pris Mussidan puis Bergerac, pillé Castres et Libourne. En 1569, il fut capitaine des huguenots dans Saint-Jean-d’Angély assiégée, et releva le courage de son parti par la défense de cette place. Contraint par les assiégés à capituler, il prit Sainte-Foy et Bergerac, mettant tout à feu et à sang, et fut blessé au siège de Poitiers. (T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 2, p. 489, 493, 495 ; E. et E. Haag, t. 3, 1852, p. 491-495 ; Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’Etat, Paris, Gallimard, 2007, p. 135 ; A. de Roumejoux, « Essai sur les guerres de religion en Périgord (1551-1598) », Bulletin historique et archéologique du Périgord, t. 29, 1902, p. 111, 221, 336, 428, 543.

52 « Délibération du sieur de Candales », 9 août 1564, Mémoires de Condé, t. 5, p. 171.

53 Sentence du 23 février 1566 (Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 680).

54 Arch. Nat. JJ 263b f° 137 r°. Dans son arrêt du 28 juillet après la tentative de prise du Château-Trompette, arrêt qui condamnait les protestants à mort, le parlement de Bordeaux comprit les trois frères Lescours (Haag, 1847-1858, t. 4, p. 501 et t. 7, 1857, p. 30). Sur les missions que leur a confiées Duras en 1563, Bèze, 1841, t. 2, p. 473, 477. En 1569, Jean de Lescours baron de Savignac fut encore compris dans l’arrêt du parlement de Bordeaux qui condamnait à mort des protestants contumaces : « Arrêt du parlement de Bordeaux condamnant à mort 579 protestants », Archives historiques du département de la Gironde (dorénavant AHG), t. 13, 1871-1872, p. 399-420 (p. 401).

55 Jean de Lescours, seigneur de Savignac et de Thouars, né vers 1512, était en 1562 capitaine de la garde du lieutenant du roi en Guyenne, Charles de Coucys sieur de Burie (Monluc, p. 514, p. 1210 note 4), qui était un catholique modéré et eut une inhumation catholique le 20 juillet 1565 (Monluc, p. 485-486, 488, 1189).

56 Mathieu de Lescours baron de Savignac, lui aussi protestant, venait, avec ses « complices », d’être condamné le 18 janvier 1564 pour le meurtre de maître Henri de Lataste, conseiller au Parlement (Arch. dép. Gironde, 1B 267, liasse 200, pièce 110 (2Mi 515), perpétré peu avant le 4 décembre 1563 (« Lettre du parlement de Bordeaux à Charles IX », AHG, t. 13, p. 169-170).

57 Michel de L’Hospital, Gouverner la haine. Discours politiques pendant les guerres de religion, 1560-1568, Paleo, Sources de l’histoire de France, 2001.

58 Arch. Nat., JJ 263b, f°202 v°, 203 v°, 204 v°. Jean de Caussade, baron de Calonges, de Lavau et de Roquefère, comptait dès 1561 parmi les principaux nobles protestants de l’Agenais : il fut l’un de ceux qui s’assemblèrent à Agen le 13 septembre quand Burie convoqua le ban et l’arrière-ban pour châtier les briseurs d’images (T. de Bèze, 1841, t. 1, p. 499). En 1569, chef du parti protestant dans la région, il tenta de prendre Casteljaloux, et fit partie, avec ses amis suppliants de 1565, des protestants condamnés à mort par le parlement de Bordeaux (« Arrêt du parlement de Bordeaux condamnant à mort 75 protestants », AHG, t. 13, 1871- 1872, p. 422-427). Il était petit-fils de Jacques I de Caussade, conseiller au parlement de Bordeaux (Philippe Lauzun, « Le château de Calonges », Revue de l’Agenais, 1903, p. 465-493).

59 Arch. Nat., JJ 265, fo161.

60 Louis de Saint-Gelais sieur de Lansac, qui avait été client du connétable de Montmorency dans les années 1550, nommé au Conseil privé puis chevalier de l’Ordre en 1559. Il s’est ensuite attaché à Catherine de Médicis (Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547- vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 59-60).

61 Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity ant the Catholic Cause in Normandy, Cambridge University Press, 1998, p. 42.

62 AN JJ 264, f° 88 r°. Sur cette famille, Joseph Roman, « Les trois Furmeyer », BSHPF, t. 31, 1882, p. 359-367.

63 T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 3, p. 198.

64 Cet assassinat n’était connu jusqu’à présent que par une phrase de Louis Videl, biographe et secrétaire de Lesdiguières (Louis Videl, Histoire du connestable de Lesdiguières, contenant toute sa vie, Grenoble, Nicolas, 1650, p. 21). C’est bien un « omicide et assassigneat » qui fut perpétré en la personne d’Antoine de Rambaud ; par un arrêt du 7 août 1565, le parlement de Grenoble en accuse pas moins d’une quinzaine d’individus, prisonniers (dont trois arrêtés à Gap) ou défaillants, certains étant dits « capitaines » (Arch. dép Isère, B 2032, f°92 r°).

65 Arch. Nat., JJ 264, f°356 r°. Jacques de Saluces, comte de Cardé, est le descendant du second mariage du marquis de Saluces Mainfroi IV († 1446). Il avait épousé en 1556 Anne de Savoie, fille de Claude, comte de Tende et gouverneur de Provence, esprit modéré qui appliquait une politique de tolérance à l’égard des protestants. Pendant la première guerre de religion, il eut, avec son beau-frère, le commandement des troupes de son beau-père et combattit le nouveau gouverneur, fils aîné de Tende, Sommerive. Il reprit les armes en 1567-1568, et rejoignit en Lorraine l’armée du duc de Deux-Ponts dans le camp duquel il mourut en 1569. Jacques de Saluces était donc un capitaine protestant notoire. (Comte de Panisse-Passis, Les comtes de Tende de la maison de Savoie, Paris, Firmin-Didot, 1889, p. 75, 90, 94 ; E. et E. Haag, La France protestante, ou vie des protestants français, Paris, 1847-1858, t. 4, p. 120).

66 Arch. Nat., JJ 263b, f°199 r°. Pierre de Vaissière, « Une vendetta au XVIe siècle. Les d’Alègre et les Duprat », Revue des Études historiques, 1912, t. 78, p. 528-556, 637-671.

67 Jehan de Hérouville (Arch. Nat., JJ 263b, f°201 r° ; JJ 264, f°320 r°).

68 François de Bricqueville sieur de Colombières, d’une famille de moyenne noblesse, était déjà un chef huguenot fameux, « homme de grand cœur et fort affectionné au parti de la religion », écrit Bèze. En 1562, blessé d’un coup d’arquebuse, il prit le château de Bayeux, puis Coutances, s’échappa de la prise de Rouen, partit dans Orléans, reprit Bayeux en février 1563 (T. de Bèze, op. cit., t. 2, p. 428, 434 ; E. et E. Haag, La France protestante, t. 2, 1847, p. 510-511). Il allait mourir lors du siège de Saint-Lô en 1574, « combattant la picque au poing […] furieux comme un lion, enhortant ses gens à continuer le combat […] & incontinent apres, les ennemis voyans leur chef & capitaine mort & deffaict, se sont incontinent affoiblis & descouragez, & se sont mis aux abois, ne cerchans qu’à subitement se sauver… » (La prinse de la ville de Sainct Lo…, éd. par R. d’Estaintot, Prise d’armes de Montgommery en l’annee MDLXXIV, Rouen, Henry Boissel, 1872).

69 Arch. Nat., JJ 263b, f°10 v°. Cette lettre a été publiée par Charles Samaran, « En Armagnac au temps des troubles (1561 et 1567) », Bulletin de la Société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers, 1964, p. 7-24. T. de Bèze, op. cit., 1841, t. 2, p. 498.

70 Ce protestant était François Goffre, dit le capitaine La Manne (Arch. Nat., JJ 265, f°83 v° ; Jacques Gaches, Mémoires de Jacques Gaches sur les guerres de religion à Castres et dans le Languedoc, 1555-1610, Charles Pradel (éd.), Paris, Sandoz et Fischbacher, 1879, p. 15-16 et p. 29).

71 Arch. Nat., JJ 265, f°221 v°.

72 Bib. mun. Angers, ms 353.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search