Version classiqueVersion mobile

Justice et protestantisme

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

L’Histoire des martyrs (1554-1619) de Jean Crespin : un témoignage du légalisme juridique de la minorité protestante

David El Kenz

Texte intégral

  • 1 William Monter distingue une périodisation originale des poursuites françaises contre les hérétique (...)
  • 2 Voir Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’Édit de Nantes. La Chambre de l (...)
  • 3 Voir James B. Wood, « The impact of the Wars of Religion. A View of France in 1581 », Sixteenth Cen (...)
  • 4 Voir Diane C. Margolf, Religion and Royal Justice in Early Modern France. The Paris Chambre de l’Éd (...)

1Dès les débuts de la Réforme française, la justice s’est imposée comme un obstacle dans la mesure où les évangéliques furent très tôt inquiétés par les autorités. Entre 1525 et 1564, 422 hérétiques sont condamnés et effectivement exécutés sur le bûcher, soit un septième du total européen (près de 3 000 exécutés)1. Puisque le taux d’exécution oscille entre 5 et 10 % des poursuivis, on peut estimer que près de 5 000 Français ont été devant les tribunaux pour des opinions hétérodoxes. Malgré la décriminalisation de la confession de foi calviniste, à partir de 1560, les réformés dont beaucoup font profession de justice sont ostracisés durant les guerres de Religion (1562-1598). D’où leur revendication à l’égalité civile afin d’accéder à la carrière d’officier et à l’obtention de chambres de justice leur garantissant des sièges dans les cours souveraines et une justice impartiale2. Enfin, la guerre civile a tué sous forme légale et illégale près de 20 % de la minorité huguenote et près de la moitié des hommes entre 35 ans et 45 ans durant la période 1560-15803. En dépit de la politique d’oubliance promue par les derniers Valois et Henri IV, des victimes ont demandé justice des exactions commises. Entre 1600 et 1610, la chambre de l’édit de Paris juge ainsi cinquante et une causes concernant celles-ci4.

  • 5 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, depuis le (...)
  • 6 David El Kenz, Les Bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523- 1572), Seyssel, Champ (...)
  • 7 Histoire ecclésiastique des églises réformées au royaume de France, en laquelle est descrite au vra (...)
  • 8 Natalie Zemon Davis entend par émeute religieuse « toute action violente, qu’elle soit verbale ou a (...)

2Jean Crespin, avocat au Parlement de Paris, s’installe à Genève en 1548 et s’engage dans la carrière éditoriale. En 1554, il publie un martyrologe promis à un succès sans précédent. L’Histoire des martyrs est constamment rééditée et augmentée jusqu’en 16195. À partir de l’édition de 1564, l’ouvrage se divise en deux parties. La première rapporte plus de cent soixante récits de martyrs français depuis 1523 jusqu’en 1560, auxquels s’ajoutent les martyrs principalement anglais et flamands traduits des martyrologes des coreligionnaires voisins. Nous avons montré ailleurs comment la relation des arrestations des martyrs, leurs procès et la mise en scène de leurs exécutions servaient à l’affirmation de la doxa calvinienne, défendaient un légalisme des fidèles confrontés à la répression tout en interdisant des compromis religieux, et assuraient in fine la victoire prochaine de la « vérité »6. La seconde partie du martyrologe rassemble les relations de massacres commis durant la première guerre civile. Cette dernière ne cessa d’être augmentée par les soins du pasteur Simon Goulart à partir de l’édition de 1582 qui emprunte largement à l’Histoire ecclésiastique, attribuée à Théodore de Bèze et publiée en 15807. À travers les récits de massacre, le martyrologe présente un tableau des émeutes religieuses (plus de 50 massacres jusqu’en 1572) lors des guerres civiles8. Cet ouvrage constitue donc un document pour appréhender du côté huguenot la crise politico-judiciaire entre la minorité réformée et l’État sur plus de deux générations selon les contextes successifs d’un royaume régulé et celui en guerre civile.

  • 9 Ibid.
  • 10 William Monter, Judging the French Reformation, op. cit., p. 199-211.
  • 11 Frank Lestringant, « Le martyre mot à mot : les trois martyrs huguenots du Brésil (1558), de Jean C (...)
  • 12 David El Kenz, Les Bûchers du roi, op. cit., p. 14-15.

3L’Histoire des martyrs offre également un grand nombre d’informations au sujet du fonctionnement de la machine judiciaire à l’égard des évangéliques durant la période de la répression d’État. Malgré son caractère de propagande, la réalité des faits rapportés n’est pas totalement travestie. Jean-François Gilmont, spécialiste de Jean Crespin, a montré à la fois le souci de l’exactitude du martyrologe et le travail de réécriture des notices hagiographiques pour en faire une œuvre homogène9. Cependant, William Monter a signalé des erreurs de datation et une sous-estimation des exécutions pour les trente premières années de la persécution, des années 1520 aux années 154010. Par ailleurs, Franck Lestringant a prouvé la manipulation des confessions de foi des trois évangéliques exécutés au Brésil sur ordre du seigneur de Villegagnon en 1558. Celles-ci avançaient une interprétation sacramentaire de la Cène et furent réorientées vers une lecture plus genevoise par la plume de Crespin11. L’historien doit donc toujours être prudent avec ce type de source tout en préservant l’effet de vérité qu’avait la martyrologie à l’époque12.

4Rien de surprenant donc que le martyrologe fut, dès les années 1970, une source privilégiée pour le renouvellement historiographique des guerres de religion. Natalie Zemon Davis y trouva de nombreux exemples pour étayer son interprétation religieuse des émeutes durant les troubles. À sa suite, Denis Crouzet et Olivier Christin restituèrent une logique confessionnelle aux séditions. Dans une première partie, nous examinerons la place de la justice dans leurs travaux. Puis, nous reviendrons à la source même pour interroger à travers elle, la réception de l’État de justice. En deçà du message confessionnel, l’Histoire des martyrs décrit, en effet, des magistrats certains de leur professionnalisme et dont l’attitude est parfois complexe vis-à-vis de l’hérétique. Ce sera l’objet de notre deuxième partie. Notre dernière partie portera sur la représentation de la justice royale dans les livres du martyrologe traitant des massacres. Elle questionnera alors la réception de l’ouvrage par le lecteur huguenot dans ce nouveau contexte de guerre civile où l’État de justice s’avère défaillant.

Les rituels judicaires dans les violences religieuses : une rupture historiographique

  • 13 Natalie Z. Davis, « The Rites of violence : Religious Riot in Sixteenth-Century France », Past and (...)
  • 14 Ibid., p. 254.

5Dans « Les rites de violence », texte publié en 197313, Natalie Zemon Davis renouvelle l’approche des violences commises à l’occasion des troubles de religion en France. Jusqu’alors, les séditions religieuses étaient appréhendées d’après les émeutes frumentaires, antifiscales et l’agitation des métiers, si bien que le dérèglement socio-économique constituait le moteur essentiel des massacres religieux14.

  • 15 Ibid., p. 261-262.

6L’historienne américaine propose de dégager des pratiques spécifiques aux massacres dans les années 1560 et 1570. Au côté d’une violence confessionnelle tant catholique que protestante qui accomplirait un prêche en acte et une opération de purification du corps social, elle pointe aussi une dimension politique et judiciaire dans le comportement de la foule légitimé par la ferme conviction d’agir en lieu et place du gouvernement. « Quand le magistrat n’a pas brandi son épée pour la défense de la foi et de l’Église véritable ni pour le châtiment des idolâtres, écrit Davis, c’est à la foule de le faire à sa place. »15

  • 16 Ibid., p. 262-265.

7À l’appui de sa thèse, elle propose une série d’exemples où les émeutiers catholiques parodient des procès, adoptent partiellement des rituels judiciaires pour exécuter de leur propre chef les hérétiques et contraignent les juges locaux à prononcer un arrêt de mort, ou les bourreaux à accroître les souffrances du condamné lors de l’exécution. Du côté protestant, la violence ne mime pas de la même manière le droit de justice puisque le roi demeure catholique. Néanmoins, les émeutiers notamment iconoclastes se prévalent également de l’autorité des magistrats du cru16.

  • 17 Ibid., p. 266-267.
  • 18 Ibid., p. 269.

8À la question de la légitimation de la sédition, Davis note des justifications intéressant l’implication judiciaire dans la violence religieuse. Tout d’abord, parmi les émeutiers se trouvent des détenteurs traditionnels de l’ordre, prêtres, ministres, consuls, magistrats ou bourreaux17. De plus, dans la société d’Ancien Régime, l’homme du commun appartient dans une certaine mesure au corps judiciaire. Les édits royaux font obligation au témoin d’un délit de sonner le tocsin et poursuivre le coupable18. Ainsi, l’historienne conclut sur les légitimités qu’éprouvent les émeutiers dans leurs actions même extrêmes dont le droit, la pratique judiciaire et parfois ses serviteurs font partie.

  • 19 Raymond A. Mentzer Jr., Heresy Proceedings in Languedoc 1500-1560, thèse ronéotypée, Université du (...)
  • 20 David Nicholls, « The Theatre of martyrdom in the French Reformation », Past and Present, n° 121, n (...)
  • 21 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La Violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers (...)

9Dans le sillage de Raymond A. Mentzer, les historiens anglo-saxons s’orientent sur la répression des hétérodoxes pour montrer comment les cours souveraines s’emparent de la justice religieuse pour tenter d’assurer l’ordre public par l’exemplarité des peines plutôt que par une oppression systématique19. David Nicholls tient la dimension anthropologique ouverte par Natalie Z. Davis pour démontrer que les suppliciés détournent le cérémonial d’obéissance de l’exécution capitale à leur profit et le mettent ainsi en échec20. Mais c’est Denis Crouzet qui, dans sa thèse parue en 1990, approfondit et distingue plus nettement la fonction de la violence dans les deux camps confessionnels. À cette occasion, il nuance le rôle de la légitimation judiciaire dans la violence catholique. S’il relève à son tour l’appropriation judiciaire dans les séditions, légitimée par les codes criminels et la possibilité d’une « violence immédiatisée » du « corps du commun », il note aussitôt que ces explications des massacres sont rétroactives21. De plus, l’historien souligne que si l’action violente collective se moule dans les rituels de la justice royale, c’est pour déployer un autre code relevant de la justice d’un Dieu vengeur contre l’hérétique.

  • 22 Ibid., t. 1, p. 436.

Ce serait bien plus, écrit-il, une rivalité qui serait mise en scène en effet au moment des exécutions capitales d’hérétiques ; lutte entre l’instance d’État qui applique la peine prescrite par une loi dont la fin est la conservation d’un ordre temporel conforme à la volonté divine, et une violence collective qui cherche à aller plus loin dans la violence parce qu’elle se perçoit agie immédiatement de Dieu, supérieure donc à la logique procédurière et aux rituels punitifs institués.22

  • 23 Ibid., t. 1, p. 83-84.

10À Provins, en octobre 1572, à la suite de la pendaison officielle d’un huguenot dénommé Jean Bellardel pour avoir commis plusieurs vols et un assassinat depuis 1562, des enfants s’emparent du cadavre pour lui infliger un simulacre de procès dont l’enjeu est de savoir si le corps doit être traîné par le cou ou par les pieds. Ainsi, la bande enfantine annule la procédure séculière des adultes par un procès divin dont elle est la dépositaire23.

  • 24 Oliver Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, (...)
  • 25 Ibid., p. 123.
  • 26 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. 1, p. 756-761 et t. 2, p. 30-46.

11Qu’en est-il du rapport des séditieux huguenots à la justice ? Rappelons que pour Natalie Z. Davis, les huguenots s’autorisent au même titre que les catholiques d’un pouvoir légal, ministériel ou d’officiers locaux. Denis Crouzet, tout comme Olivier Christin24 au même moment, pointe le rôle des émeutes iconoclastes dans le basculement dans la guerre civile, à la fin des années 1550 jusqu’à la première guerre de religion (1562-1563), en rupture avec une tradition historiographique confessionnelle qui réduisait les réformés à une minorité soumise à la violence d’État et catholique. Les deux historiens se rejoignent pour marquer la radicalité subversive de la destruction des images à l’encontre de l’Église catholique, le catéchisme en acte de la nouvelle confession de foi et la symbolisation de la fondation de la vérité dans les villes du royaume de France. Toutefois, Olivier Christin insiste sur la fonction d’entraînement de l’iconoclasme de masse à l’égard des cadres huguenots plus prudents25, alors que Denis Crouzet interprète ce phénomène comme une impatience révolutionnaire, prélude à une violence du sang tournée exclusivement vers le clergé. Le fait iconoclaste s’inscrirait alors dans une rupture idéologique dépassant le simple droit de résistance à l’endroit de la monarchie de droit divin, telle la destruction des tombeaux royaux à Orléans en 1562 ou des traités politiques à la fin des années 1560 ravalant la dignité royale à un simple office26.

12Les troubles de religion, regardés à partir des violences partisanes catholiques et protestantes, révèleraient donc selon des modalités spécifiques une remise en cause de la légitimité monarchique qui se manifeste sur le terrain judiciaire, désormais dominé par les engagés de tout bord.

Une image ambiguë de la justice dans l’Histoire des martyrs

  • 27 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., (...)

13Dans l’Histoire des martyrs, des défis sans ambiguïté à l’encontre de la justice royale sont mis en scène. Ils confirment ainsi le tournant historiographique présenté plus haut. Par exemple, en 1555, au cours de son procès civil, Jean Rabec repousse le juge Depincé qui justifiait l’eucharistie catholique au nom du souverain. « Le Roi n’entend rien, explique-t-il, sinon ce qu’on lui fait entendre ; toutesfois il en portera la peine. »27

  • 28 David El Kenz, Les Bûchers du roi, op. cit., p. 174-175.

14Le futur martyr, non content d’assumer son « hérésie », n’hésite donc pas à menacer à cette occasion Henri II. De même, le sort réservé à certains des officiers coupables d’avoir envoyé au bûcher des évangéliques et qui meurent dans d’atroces souffrances sur le modèle de l’agonie d’Hérode, ressort d’une disqualification de la pyramide judiciaire28.

15Mais ailleurs, les juges séculiers s’avèrent plus hésitants. L’affaire des cinq martyrs de Chambéry, exécutés le 12 octobre 1555, présente une configuration complexe entre d’une part, des évangéliques se réclamant d’une stricte orthodoxie calvinienne et d’autre part, des hommes de loi aux attitudes diverses face à l’hérésie. Ce dossier est célèbre car les exécutions collectives sont rares durant la quarantaine d’années de répression (Meaux, Langres et Lyon) ; les inculpés ont bénéficié d’ambassades de Genève et de Berne auprès de Henri II, alors maître du duché de Savoie depuis 1536 et ont laissé une correspondance notamment avec Calvin. Dès la 2e édition de l’Histoire des martyrs en 1556, l’affaire occupe une place non négligeable (plus de 100 pages) dans le volume alors en un seul tome.

  • 29 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., (...)

16À l’image des autres martyrs, les évangéliques jugés à Chambéry se considèrent investis d’une mission religieuse. D’ailleurs, Calvin les assure de son admiration car depuis leur arrestation « ils ont profité en l’eschole de Jesus Christ »29. De fait, les inculpés se jugent au-dessus des autorités judiciaires, habités par une vocation qui dépasse les contingences terrestres. Le Premier président du Parlement savoyard, du nom de Valentier, reproche ainsi l’outrecuidance de l’un d’eux, Jean Vernou. Les magistrats

  • 30 « Autre lettre dudit Vernou aux ministres de Genève… ». Ibid., t. II, l. 6, p. 224. C’est nous qui (...)

ne s’estoyent assemblez pour une tel afaire [un procès contre des hérétiques] sans la conduite du S. Esprit et sans l’invoquer premierement, et qu’il ne faloit que je fusse si présomptueux, rapporte Vernou dans une lettre, de penser estre plus sage que tant de gens, ou dire que le S. Esprit me gouvernast plutost qu’eux...30

  • 31 « Lettre d’Antoine Laborie aux Ministres de l’Église de Genève, et à ses amis estans à Geneve » (fi (...)

17Avec une vindicte plus appuyée, Antoine Laborie, entrant dans la salle du tribunal, refuse de se prosterner devant un tableau où était peint un crucifix. La cour a beau le rassurer sur son intention de ne pas le contraindre à adorer l’image, mais seulement Dieu et à honorer le Magistrat, Laborie répond qu’il est prêt à obéir à condition que « l’idole ou creature » soit retirée. Les juges compréhensifs font alors déposer le tableau et l’accusé s’agenouille. Mais l’image est rapportée pour que Laborie jure devant elle si bien que ce dernier se relève aussitôt. Finalement une Bible est apportée sur laquelle Laborie jure de dire toute la vérité31. Son compagnon Jean Trigalet formule des exigences identiques avec un même succès.

18La mansuétude du Premier président s’exprime de nouveau lors du débat sur la difficile interprétation de la Cène avec Vernou. Le magistrat affirme que la messe est

  • 32 « Autre lettre dudit Vernou aux ministres de Genève… » (fin août ou 1er septembre 1555). Ibid., t. (...)

une action de graces seulement, et que le corps du Christ y estoit, veu qu’il le pouvait ou vouloit, selon ces mots : Hoc est corpus meum ; de la manière comment, que ce n’estoit à nous de nous enquerir, et grand’folie de nous en tourmenter ainsi. Qu’il savoit bien le different de Luther, Zvingle et Oecolampade, et qu’il avoit veu les livres de nos docteurs, mais que je m’arrestasse plustost aux Docteurs anciens et aux saincts Conciles32.

  • 33 Thierry Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, P (...)
  • 34 Ibid., p. 159. Cependant, dans sa monographie sur le parlement de Paris au temps des guerres de rel (...)

19L’attitude modérée du Premier président ne correspond-elle pas à l’existence d’un courant de sensibilité d’entre-deux qu’a identifié Thierry Wanegffelen dans son ouvrage portant sur ces réformateurs non schismatiques33 ? L’historien interprète l’affaire d’Anne du Bourg en 1559 où des conseillers du Parlement de Paris poussèrent le magistrat évangélique à rédiger une confession de foi acceptable pour l’Église catholique comme une preuve de cette sensibilité au sein de la cour souveraine34.

  • 35 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., (...)

20La prudence du tribunal de Chambéry se manifeste jusqu’à la sentence. Trois évangéliques sont condamnés aux galères à vie et deux autres pour dix années. Selon le courrier qui transmettait les lettres des prisonniers, cette mansuétude vient de la division des douze juges du Parlement. Certains ne veulent pas faire des martyrs par peur « du scandale du peuple » et préfèrent les condamner comme de simples larrons. Mais à l’instigation des juges partisans de la peine capitale pour hérésie, le procureur du roi du tribunal de bailliage appelle de la sentence et finalement les cinq évangéliques sont envoyés au bûcher35.

  • 36 À partir de 1539, confirmé par l’édit de Fontainebleau de 1540, tout officier royal doit rechercher (...)

21Le martyrologe met ainsi en scène les hésitations de certains magistrats et, à travers celles-ci, la complexité de la machine judiciaire. Or, la politique judiciaire de la monarchie à l’endroit des évangéliques ne cesse d’évoluer non seulement en fonction des intérêts diplomatiques, mais aussi de la susceptibilité des différents corps des magistrats36. Dans un tel contexte, Crespin présente la radicalité des martyrs qui au nom de leur sacrifice se jouent des procédures pour stigmatiser l’illégitimité de la répression et élargir leur audience.

22Pierre Serres est jugé par quatre tribunaux avant d’être exécuté à Toulouse le 21 mars 1553. Ancien prêtre devenu cordonnier à Genève, il passe devant l’official du diocèse de Coserans, puis devant l’inquisiteur de Toulouse où il est condamné à être dégradé. Puis, il est envoyé devant le juge des appeaux civils à Muret, en la sénéchaussée de Toulouse, qui le condamne à la peine capitale, à faire amende honorable et à avoir la langue coupée. Serres fait alors appel au Parlement, non pas contre la sentence capitale, mais contre l’amende honorable car il estime n’avoir offensé ni le roi, ni la justice, quant à Dieu il « estoit tenu et tout prest de lui demander pardon ». Il demande également qu’on lui épargne le supplice de l’abscision de la langue car « attendu que le Seigneur la lui avoit donnee pour le louër, il lui estoit avis qu’on ne lui devoit oster le moyen de le pouvoir faire sur le dernier poinct de sa vie ».

  • 37 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., (...)

23Dans un premier temps, la chambre criminelle confirme la sentence du tribunal des appeaux. Cependant, le Premier président du Parlement casse le jugement parce qu’il considère qu’il ressort de son privilège de choisir la chambre devant laquelle doit se tenir un procès pour hérésie ; or il avait choisi pour des procès précédents la grand’chambre plus solennelle que la chambre criminelle. Aussi, après dîner, Serres est rappelé cette fois devant les deux chambres réunies et obtient la dispense de l’amende honorable et de l’abscision de la langue, pourvu qu’il ne dise rien contre la religion durant son exécution. En réalité, le martyr eut la langue coupée durant le chemin le conduisant au bûcher car il refusa de demander pardon devant une statue de la Vierge37.

  • 38 William Monter, Judging the French Reformation, op. cit., p. 199-211.

24William Monter qui a enquêté dans les archives des Parlements discute la prolixité des propos prêtés par l’hagiographe aux martyrs lors des procès. Les interrogatoires conservés dans les archives, peu nombreux il est vrai, présentent des réponses des prisonniers très évasives, cherchant plutôt l’esquive qu’une déclaration de foi réformée explicite38. Ce constat factuel met donc en lumière la stratégie du martyrologe : la mise en récit d’une résistance héroïque. Néanmoins, au-delà de la propagande confessionnelle, ne peut-on pas avancer que l’Histoire des martyrs présente une configuration de la répression qui ne se réduit pas à une opposition univoque entre l’évangélique et ses juges ? Certes, la description des juges ecclésiastiques, notamment les inquisiteurs, est sans nuance. Mais de cette manière, l’ouvrage renforce d’autant plus les hésitations et/ou la complexité procédurale de la justice civile qu’il décrit. Les enquêtes anglo-saxonnes sur les Parlements face à l’hérésie évoquées plus haut confirment cette impression car elles montrent toutes que les conseillers adoptent une politique pragmatique face à l’hérésie, soucieuse de l’ordre public plutôt que d’une obsession confessionnelle. Les additions successives des récits de massacre au martyrologe, à partir de l’édition de 1564, accroissent la valorisation paradoxale de la justice répressive. Ceci nous paraît remarquable pour saisir la perception de la justice par un lecteur huguenot dans le nouveau contexte des guerres de religion.

Des « massacreux » impunis au temps des guerres civiles

  • 39 À la suite de la remise de la cité d’Orange aux Nassau, une émeute catholique se déclencha du 2 au  (...)

25Parmi plus de cinquante tueries à l’encontre des protestants rapportés par l’Histoire des martyrs, nous n’avons qu’une condamnation de massacreurs en 1572 : le fait d’un gouverneur protestant à Orange, alors sous souveraineté des Nassau, à la tête des rebelles flamands contre Philippe II, roi d’Espagne39. Une réaction judiciaire est toutefois perceptible face aux violences extrêmes. Dès un massacre à Carcassonne en décembre 1561, des poursuites sont intentées contre les « mutins » ; de même, à la suite du massacre de Vassy (1er mars 1562), une instruction est entamée ; à Amiens en 1568 et à Rouen en mars 1572, puis en septembre de la même année, des « massacreux » sont inquiétés. Néanmoins, Simon Goulart, le continuateur de l’Histoire des martyrs, relève ces actes de justice pour déplorer aussitôt l’échec des procédures.

  • 40 Ibid., t. III, l. 8, p. 212-213 (1e éd. 1582).
  • 41 Le martyrologe intègre dans son édition de 1564 le livret protestant, La Persecution des Fidèles de (...)

26À Carcassonne, trente-deux mutins emprisonnés bénéficient du soutien de l’évêque du lieu et finalement « tout s’esvanouyt en fumee devant les hommes »40. À Vassy, il y a une information judiciaire dès le lendemain de la tuerie, mais celle-ci est, à en croire les sources protestantes, conduite par des hommes de la Maison des Guise. Ceux-ci entendent cinq à six témoins qui avaient participé au massacre ! La procédure aboutit non seulement à la décharge de François de Lorraine, mais huit jours plus tard, la douairière de Vassy, mère du duc, interdit le port d’armes aux réformés du lieu, les contraint à aller à la messe et à enterrer leurs parents victimes de la tuerie selon le rite catholique. Huit mois plus tard, le seigneur Despotz, envoyé pour s’informer de la vérité du massacre, se limite à entendre les mêmes témoins et refuse de recevoir ceux qui avaient été présents au lieu du massacre41.

  • 42 Ibid., t. III, l. 10, p. 650 (1e éd. 1582).

27À Amiens, après la tuerie d’une centaine de fidèles en 1568, entre la deuxième et troisième guerre de religion, le maréchal de Losses envoyé comme commissaire sur les lieux fait emprisonner les auteurs du massacre. Cependant, ceux-ci sont relâchés à l’instance du Cardinal Charles de Lorraine qui, au Conseil du roi, justifie leur acte « par un zele de Religion catholique Romaine ». Toutefois pour l’exemple, « trois ou quatre coquins » dont on fit croire qu’ils étaient des massacreurs sont fouettés. En revanche, les véritables coupables assistent à leur exécution en effigie !42

  • 43 Ibid., t. III, l. 10, p. 663 (1e éd. 1582).
  • 44 Ibid., t. III, l. 10, p. 724 (1e éd. 1582).

28En 1572, à Rouen, des massacreurs sont emprisonnés à la suite de leur forfait sur ordre des officiers, mais d’autres « coururent à grosses troupes » vers les prisons et les libérèrent, « usant de menaces terribles contre lesdits officiers, qui, pendant ce vent furieux, n’oserent mettre le nez dehors, ains se tindrent longuement cachez »43. De même, à la suite du massacre du 17 septembre 1572 dans la capitale normande, des officiers de justice « firent quelque semblant de vouloir recercher les autheurs comme ayant esté fait sans commandement ni volonté du Roi ». Mais ce n’est que subterfuge puisque peu après les meurtriers sortent de leurs cachettes, « se pourmenans avec toute liberté et impunité »44.

  • 45 Simon Goulart, Mémoires de l’Estat de France sous Charles IX…, 2e éd., Meidelbourg, 1578, vol. 1, p (...)
  • 46 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., (...)

29Ainsi, le déroulé massacreur dans l’édition de 1582 du martyrologe dépeint une justice peu propice à poursuivre les émeutiers catholiques et lorsqu’elle s’y applique, elle se montre inefficace. Certes Goulart ne mentionne pas les amnisties des édits de religion à l’encontre des responsables des exactions durant la guerre civile. Mais dans sa préface des Mémoires de l’État de France sous Charles IX (1ère édition 1576), il s’insurgeait déjà contre l’obligation de l’oubliance45. Cette impunité générale aux troubles aboutit finalement à ce que le pasteur se félicite du sort réservé aux tueurs de Bar-sur-Seine, durant la première guerre de religion, pour une partie « égorgée » par un régiment protestant d’Entrains46.

  • 47 Frank Lestringant, La Cause des martyrs dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, Mont-de-Marsan, Édi (...)
  • 48 Frank Lestringant, La Cause des martyrs dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, op. cit., p. 93-106
  • 49 Ibid., p. 93-94.

30Frank Lestringant a montré la dimension juridique des Tragiques (1619) d’Agrippa d’Aubigné, procès lyrique et baroque contre la royauté catholique persécutrice au temps des guerres de religion47. Le poète huguenot s’est appuyé sur l’Histoire des martyrs pour distinguer le temps des « Feux » (livre 4), période des bûchers où demeure la parole divine du temps des « Fers » (livre 5), période apocalyptique de la guerre civile où le royaume s’autodétruit48. Mais en lieu et place d’une description historiciste de la machine judiciaire, il a recours à l’emphase stylistique pour restituer le souffle subversif des suppliciés du milieu du xvie siècle49.

  • 50 Philip Benedict, Graphic History. The Wars, Massacres and Troubles of Tortorel and Perrissin, Genèv (...)
  • 51 Ibid., p. 228-229.
  • 52 Ibid., p. 215.
  • 53 Jean Crespin, Histoire des martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., (...)
  • 54 Philip Benedict, Graphic History, op. cit., p. 228-229.

31Avec un parti pris plus « objectif », la Suite des guerres de Religion, recueil de quarante gravures publié à Genève en 1570 qui relate les principaux faits survenus en France durant la décennie 1559-1570, dénonce la faillite politique et juridique de la monarchie Valois pour ouvrir sa chronique50. Les trois premières gravures (La Mercuriale tenue aux Augustins à Paris, le X juin 1559 là où le Roy Henry II y fut en personne ; Le Tournoy où le Roy Henry II fut blessé à mort le dernier de Juin 1559 ; La mort du Roy Henri deuxième aux Tournelles à Paris le X juillet 1559) présentent la fin de Henri II comme un échec monarchique sous le signe de la violence : violence politique au Parlement ; violence festive de la joute fatale ; luxe et coup d’État à l’agonie royale. Elles marquent l’entrée dans les guerres civiles qui résultent du « mauvais gouvernement »51. La mercuriale du 10 juin présente des conseillers au Parlement prenant la parole pour demander la convocation d’un concile national plutôt que de persister dans la répression religieuse. Le conseiller en Parlement évangélique et futur martyr Anne du Bourg, à genoux comme il est d’usage, va jusqu’à dénoncer l’adultère du Valois en l’opposant à la loyauté et à la piété des réformés. Bien que protégé par son statut dans son devoir de conseil, on sait qu’il finira sur le bûcher. Mais la légende rappelle que la force ne peut rien contre Dieu52. Anne du Bourg conseiller en Parlement bruslé en la place Saint-Jean de Grève le 21 (23) Décembre 1559, quatrième gravure qui achève ce premier cycle, exhibe l’évangélique impassible dans son supplice en contrepoint de l’agonie tourmentée du souverain. Dans La mort du Roy Henri deuxième aux Tournelles à Paris le X juillet 1559, Charles de Lorraine est présent au côté du monarque, préfiguration du « coup d’État » au détriment de Catherine de Médicis. Il renvoie peut-être aussi à l’exécution du « tailleur du roi » mis à mort sous son instigation, lors de l’Entrée parisienne de 1549, selon Crespin53. La gravure signale la cérémonie par le dais surplombant Henri II dont le motif est le même que celui du costume des « enfants de la ville » ayant participé à l’Entrée. Par la suite, les graveurs optent pour une majorité de scènes de bataille et de massacre où les huguenots sont présentés comme des acteurs qui suivent le droit de résistance face à une monarchie incapable de renouer un quelconque dialogue54.

  • 55 Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 154 (...)
  • 56 Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’Édit de Nantes, op. cit., p. 301-303

32Par sa précision factuelle, l’Histoire des martyrs valorise aussi l’État de justice présidant au salut des héros de la foi d’avant les guerres civiles face à la période ultérieure des massacres impunis. Ne peut-on pas alors avancer que cette opposition conditionne fondamentalement la réception de l’ouvrage durant les guerres civiles et au début du xviie siècle ? En dépit du manichéisme propre au texte de propagande, Crespin légitime, à son insu peut-être, une justice royale bien que persécutrice. De cette manière, il converge avec l’aspiration au légalisme de la communauté réformée désirant s’inscrire dans un État de justice quoiqu’hérétique mais qui garantit ses droits. Les chambres de l’édit, composées en partie de magistrats réformés, accordées par l’édit de Beaulieu en 1576 et définitivement installées en 1598 satisfont à cette revendication55. Ainsi, à partir des guerres de religion, la culture protestante des martyrs, éclairée par les massacres, informe la modération politique de l’élite judiciaire de la communauté huguenote, désireuse d’un ordre civil qui assure la survie confessionnelle tant dans le royaume terrestre que spirituel56.

Notes

1 William Monter distingue une périodisation originale des poursuites françaises contre les hérétiques : la phase la plus active de la répression se déroule entre 1540 et 1554 (18 exécutions annuelles), tandis que dans les États Habsbourg, à l’exception des Pays-Bas bourguignons, la menace hérétique est désormais neutralisée. Dès 1540, une législation au profit des juges des parlements est mise en place pour accélérer les poursuites contre les hérétiques. La persécution française, en outre, comporte deux particularités : d’un côté, l’absence du péril anabaptiste qui explique en grande partie le déclenchement des répressions dans les États orientaux et septentrionaux et, de l’autre, l’initiative des parlements dans la répression, alors que dans le reste de l’Europe les souverains sont directement à l’origine des persécutions. Voir William Monter, Judging the French Reformation. Heresy trials by sixteenth-century parlements, Cambridge, Mass. Harvard University Press, 1999, p. 44 et p. 53-54.

2 Voir Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’Édit de Nantes. La Chambre de l’Édit de Castres (1579-1679), Paris, École des Chartes, 1999, p. 41-49.

3 Voir James B. Wood, « The impact of the Wars of Religion. A View of France in 1581 », Sixteenth Century Journal, 1984, XV, n° 2, p. 141-142.

4 Voir Diane C. Margolf, Religion and Royal Justice in Early Modern France. The Paris Chambre de l’Édit, 1598-1665, Kirksville, Truman State University Press, 2003, chap. 3.

5 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, depuis le temps des apostres jusques a present (1619), Genève, P. Aubert, 1619, rééd. par Daniel Benoît et accompagnée de notes par Matthieu Lelièvre, Toulouse, Société des Livres religieux, 1885-1888, 3 vol.

6 David El Kenz, Les Bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523- 1572), Seyssel, Champ Vallon, 1997, p. 121-184. Voir aussi Frank Lestringant, La Cause des martyrs dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, Mont-de-Marsan, Éditions Interuniversitaires, 1991 ; Brad S. Gregory, Salvation at Stake. Christian Martyrdom in Early Modern Europe, Harvard UP, 2001, notamment p. 139-196 et Peter Burschel, Sterben und Undsterblichkeit. Zur Kultur des Martyriums in der frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg, 2004.

7 Histoire ecclésiastique des églises réformées au royaume de France, en laquelle est descrite au vray la renaissance et accroissement d’icelles depuis l’an M.D. XXI jusques en l’année M. D. LXIII. Leur reiglement ou discipline, Synodes, persecutions tant generales que particulieres, noms et labeurs de ceux qui ont heureusement travaillé, villes et lieux où elles ont esté dressées, avec le discours des premiers troubles ou guerres civiles, desquelles la vraye cause est aussi declaree. Divisée en trois tomes, de l’imprimerie de Jean Remy, Anvers, 1580, éd. nouvelle par feu G. Baum et par Ed. Cunitz, Nieuwkoop, B. de Graaf, 1974.

8 Natalie Zemon Davis entend par émeute religieuse « toute action violente, qu’elle soit verbale ou armée, menée contre une cible religieuse par une troupe de gens qui ne se présentent pas comme des agents officiels et organisés d’une autorité politique ou ecclésiastique. À la manière de ceux qui, dans une émeute frumentaire, arrivent avec toute leur indignation morale pour infléchir le prix des grains, ceux qui prennent part à une émeute religieuse arrivent avec tout leur zèle, pour infléchir le rapport des hommes au sacré. En principe au moins, la violence d’une émeute religieuse se distingue de l’action conduite par les autorités politiques, qui peuvent légalement faire taire, humilier, démolir, punir, torturer et mettre à mort ; elle se distingue aussi de l’action d’une troupe de soldats, qui ont le droit, en certains temps et lieux, de tuer et détruire. Mais sous toutes ces formes, la violence abonde en France, au milieu du xvie siècle : il est difficile parfois de distinguer un capitaine de milice d’un meurtrier, un soldat d’un iconoclaste. En certains cas cependant, l’on peut dégager et caractériser la forme de violence propre à une foule assemblée pour la cause de la religion. » Nathalie Z. Davis, « Les rites de violence », Les Cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, Aubier, 1979, p. 252- 253.

9 Ibid.

10 William Monter, Judging the French Reformation, op. cit., p. 199-211.

11 Frank Lestringant, « Le martyre mot à mot : les trois martyrs huguenots du Brésil (1558), de Jean Crespin à d’Aubigné », Jean Céard (éd.), Langage et vérité. Études offertes à Jean-Claude Margolin, Paris, Librairie Droz, 1993, p. 125.

12 David El Kenz, Les Bûchers du roi, op. cit., p. 14-15.

13 Natalie Z. Davis, « The Rites of violence : Religious Riot in Sixteenth-Century France », Past and Present, n° 59, mai 1973 ; « Les rites de violence », art. cité, p. 251-307.

14 Ibid., p. 254.

15 Ibid., p. 261-262.

16 Ibid., p. 262-265.

17 Ibid., p. 266-267.

18 Ibid., p. 269.

19 Raymond A. Mentzer Jr., Heresy Proceedings in Languedoc 1500-1560, thèse ronéotypée, Université du Wisconsin, 1973 ; John Dewald, « The "Perfect Magistrate" : Parlementaires and Crime in Sixteenth-Century Rouen », Archiv für Reformationsgeschichte, Jahrgang 67, 1976, Gütersloh, Verlagshaus Gerd Mohn, p. 284-299 ; John K. Powis, « Order, Religion and the Magistrates of a Provincial Parlement in Sixteenth-Century in France », Archiv für Reformationsgeschichte, Jahrgang 71, 1980, p. 180-196 ; William Monter, Judging the French Reformation, op. cit.

20 David Nicholls, « The Theatre of martyrdom in the French Reformation », Past and Present, n° 121, novembre 1988, p. 49-73.

21 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La Violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990, t. 1, p. 431-433.

22 Ibid., t. 1, p. 436.

23 Ibid., t. 1, p. 83-84.

24 Oliver Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1991.

25 Ibid., p. 123.

26 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. 1, p. 756-761 et t. 2, p. 30-46.

27 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. II, l. 4, p. 375.

28 David El Kenz, Les Bûchers du roi, op. cit., p. 174-175.

29 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. 2, l. 6, p. 242.

30 « Autre lettre dudit Vernou aux ministres de Genève… ». Ibid., t. II, l. 6, p. 224. C’est nous qui soulignons.

31 « Lettre d’Antoine Laborie aux Ministres de l’Église de Genève, et à ses amis estans à Geneve » (fin août ou 1er septembre 1555). Ibid., t. II, l. 6, p. 209.

32 « Autre lettre dudit Vernou aux ministres de Genève… » (fin août ou 1er septembre 1555). Ibid., t. II, l. 6, p. 224. C’est nous qui soulignons.

33 Thierry Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1997.

34 Ibid., p. 159. Cependant, dans sa monographie sur le parlement de Paris au temps des guerres de religion, Sylvie Daubresse interprète cette pression comme un geste amical ressortant de la solidarité professionnelle. Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris. La Voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005, p. 77, note 30.

35 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. II, l. 6, p. 217.

36 À partir de 1539, confirmé par l’édit de Fontainebleau de 1540, tout officier royal doit rechercher les hérétiques, l’instruction est conduite par les baillis et sénéchaux et enfin, les chambres criminelles des parlements jugent les prévenus. En 1542, sont créées des commissions composées par des officiers des cours souveraines pour enquêter sur les menées des hérétiques. En 1547, est créée une seconde Tournelle à Paris, chargée exclusivement des affaires hérétiques, surnommée « chambre ardente », dans le ressort du principal parlement du royaume. Cependant, en raison de l’encombrement de la cour, des récriminations des juges ecclésiastiques et de la nouvelle orientation de Henri II en faveur de la ligue luthérienne de Smalkalde, l’édit du 19 novembre 1549 confie le jugement des hérétiques aux officialités. Réforme de courte durée puisqu’en vertu de l’édit de Chateaubriand (27 juin 1551), les juges séculiers redeviennent les premiers acteurs de la répression, lorsqu’il y a scandale public, même s’ils s’adjoignent des juges ecclésiastiques. Les nouveaux tribunaux d’appel, les présidiaux, sont aussi aptes à juger sans appel les hérétiques, au même titre que les tribunaux de bailliage et de sénéchaussée. Les officialités conservent toutefois les causes n’impliquant pas de manifestation publique et celle des clercs. La décentralisation de la répression au profit des juges séculiers s’affirme jusqu’à la prise en main par des commissions royales renforçant la lutte contre l’hérésie en 1559 (lettres patentes d’Écouen du 2 juin 1559) avant que la confession réformée soit décriminalisée en 1560. Voir William Monter, Judging the French Reformation, op. cit., p. 55-211 et Denis Crouzet, La Genèse de la réforme française, Paris, SEDES, 1996, p. 398-421.

37 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. II, l. 5, p. 31.

38 William Monter, Judging the French Reformation, op. cit., p. 199-211.

39 À la suite de la remise de la cité d’Orange aux Nassau, une émeute catholique se déclencha du 2 au 12 février 1572. La journée du 2 février est passée à la postérité sous le titre de la « Massacreuse ». Guillaume d’Orange et l’amiral Gaspard de Coligny, alors en grâce auprès de Charles IX, protestèrent vivement. Un gouverneur choisi par le comte fut envoyé dans la cité et malgré une politique irénique n’hésita pas à capturer les coupables et « en fit bonne justice ». Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. III, l. 10, p. 662 (1e éd. 1582).

40 Ibid., t. III, l. 8, p. 212-213 (1e éd. 1582).

41 Le martyrologe intègre dans son édition de 1564 le livret protestant, La Persecution des Fidèles de l’Eglise de Vassy en Champagne, publié en 1563. Ibid., t. III, l. 8, p. 207.

42 Ibid., t. III, l. 10, p. 650 (1e éd. 1582).

43 Ibid., t. III, l. 10, p. 663 (1e éd. 1582).

44 Ibid., t. III, l. 10, p. 724 (1e éd. 1582).

45 Simon Goulart, Mémoires de l’Estat de France sous Charles IX…, 2e éd., Meidelbourg, 1578, vol. 1, p. 2 v°.

46 Jean Crespin, Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. III, l. 8, p. 280 (1e éd. 1582).

47 Frank Lestringant, La Cause des martyrs dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, Mont-de-Marsan, Éditions Interuniversitaires, 1991, rééd. dans Lumière des martyrs. Essai sur le martyre au siècle des Réformes, Paris, Champion, 2004, p. 19-88.

48 Frank Lestringant, La Cause des martyrs dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, op. cit., p. 93-106.

49 Ibid., p. 93-94.

50 Philip Benedict, Graphic History. The Wars, Massacres and Troubles of Tortorel and Perrissin, Genève, Droz, 2007, p. 37-40.

51 Ibid., p. 228-229.

52 Ibid., p. 215.

53 Jean Crespin, Histoire des martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Evangile, op. cit., t. I, l. 4, p. 538-539.

54 Philip Benedict, Graphic History, op. cit., p. 228-229.

55 Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 154-157.

56 Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’Édit de Nantes, op. cit., p. 301-303.

Auteur

Université de Bourgogne
UMR 5605 CNRS

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search