Version classiqueVersion mobile

Justice et protestantisme

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

Introduction

Michelle Magdelaine

Texte intégral

1Le 28 mai 2010 s’est déroulée à Angers la cinquième journée d’étude sur les protestants et le protestantisme organisée par Didier Boisson, professeur à l’université d’Angers et Yves Krumenacker, professeur à l’université Lyon 3.

  • 1 Histoire des protestants et du protestantisme dans la France moderne : bilans et perspecti (...)

2La première de ces journées s’est tenue à la Sorbonne en 2002 : il y eut un bilan général des travaux effectués dans les universités françaises ; les réflexions suscitées par ce bilan engagèrent les organisateurs à prévoir des thèmes d’étude plus spécialisés. Ainsi, la journée de 2004, au Mans, a eu à traiter des « Refuges et réseaux protestants », celle de 2006, tenue à Lyon, de « la coexistence confessionnelle à l’épreuve. Étude sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne » ; à Pau, en 2008, le thème choisi était « Les pasteurs et leurs écrits »1. Enfin, pour 2010, la question proposée a été « Justice et protestantisme ».

  • 2 Justice et religion. Regards croisés : histoire et droit, Actes du colloque international (...)

3Question toujours importante mais particulièrement en ce qui concerne les réformés dans le royaume de France à l’écrasante majorité catholique et gouverné par un roi « très chrétien » que le sacre, en en faisant le lieutenant de Dieu sur terre, rend comptable du salut de ses sujets. De lui émane toute justice. Question qu’il faut également replacer dans le débat historiographique sur les relations entre justice et religion, débat au cœur des problématiques des historiens modernistes mais aussi de ceux des autres périodes2.

4Quels sont alors les rapports des protestants, minorité religieuse, avec cette justice ? Deux approches de la question ont été retenues : tout d’abord la justice royale et la question protestante, ensuite la justice vue et vécue par les protestants.

5Du xvie au xviiie siècle la justice royale a évolué : au xvie, il faut rétablir la paix dans le royaume déchiré par les premières guerres de religion et Michel Nassiet montre l’importance des lettres de rémission, qu’elles accordent un pardon général ou qu’elles concernent un individu : « Elles sont aussi la preuve, explique-t-il, de la contradiction entre justice déléguée et justice retenue, l’une de sévérité, l’autre de miséricorde ». Au xviie siècle, alors que la paix religieuse règne en principe depuis l’édit de Nantes, le pouvoir n’a pas perdu l’espoir de convertir les réformés, rétablissant ainsi l’unité spirituelle du royaume. Les moyens pour atteindre ce but sont divers et Luc Daireaux étudie deux des « réductions » auxquelles sont soumis les protestants. C’est, de 1661 à 1666, la « guerre contre les temples » avec l’application de la déclaration de 1656 qui avait créé les commissaires de l’Édit, puis, à partir de 1679, les mesures prises pour la suppression de lieux de culte. Pour sa part, Gwenaëlle Lieppe s’intéresse aux modalités d’application de la Révocation de l’édit de Nantes à Paris.

6Après la Révocation, la justice royale pour laquelle il n’existe plus de protestants mais seulement des « sujets rebelles », s’active à les poursuivre par tous les moyens comme le montrent Didier Boisson avec les procès aux cadavres et Olivier Cogne avec l’examen des procédures criminelles du Parlement de Grenoble.

7Les protestants ont, eux aussi, un regard particulier sur la justice : c’est ce qu’exposent David El Kenz à travers les récits, chez Crespin, de martyres et de massacres qui remettent en quelque sorte en cause le pouvoir royal, et Yves Krumenacker, quand il évoque pour le xviie siècle le rôle des gens de justice nombreux dans certaines Églises réformées et qui ont pu jouer un rôle important de défense des droits de leurs coreligionnaires. Quant à Céline Borello, à partir du Vieux Cévenol de Rabaut Saint-Étienne présentant, à travers les aventures d’Ambroise Borély, un tableau de la situation des protestants à la veille et après la révocation de l’Édit de Nantes et donc de la justice qui s’applique à eux, elle introduit la notion de « justice fictionnelle » au service de la cause protestante.

8Il y aurait évidemment d’autres pistes à explorer : par exemple la façon dont sont composées et agissent les différentes Chambres de l’Édit jusqu’à leur suppression précoce au xviie siècle ; une étude comparée de la conduite des différents Parlements vis-à-vis des protestants « opiniâtres » après la Révocation ; l’évolution des mesures judiciaires prises à l’encontre des réformés tout au long du xviiie siècle qui peuvent être différentes selon les différentes provinces et juridictions ; la manière dont sont traités par la justice protestants et catholiques pour des faits qui ne sont pas d’abord de nature religieuse. Il importe en effet de replacer l’étude des rapports entre protestantisme et justice dans une réflexion plus globale et de l’insérer dans une histoire de la justice, ce que fait Benoît Garnot dans sa conclusion.

9Faire le point sur un thème, à un moment donné, à partir des recherches les plus récentes et ouvrir des horizons variés, telle était le but de cette journée, comme des précédentes ; non offrir une synthèse définitive mais ouvrir des pistes pour des recherches futures. Elle avait également pour ambition de décloisonner l’histoire du protestantisme, de confronter les travaux des historiens spécialistes de ce sujet avec ceux venant de champs thématiques différents. Nous ne pouvons qu’espérer que cela a été fructueux ; mais il est certain qu’il s’agit d’une voie nécessaire pour insérer l’histoire du protestantisme dans l’histoire globale.

Notes

1 Histoire des protestants et du protestantisme dans la France moderne : bilans et perspectives de recherches, études réunies par Didier Boisson et Michelle Magdelaine, Bulletin de la Société de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, tome 150, n° 1, 2004. La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, textes réunis par Didier Boisson et Yves Krumenacker, Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n° 9, 2009. Les pasteurs et leurs écrits dans l’aire francophone à l’époque moderne, textes réunis par Didier Boisson et Yves Krumenacker, Bulletin de la Société de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, tome 156, n° 1, 2010. Les actes de la journée de 2004 n’ont pas été publiés.

2 Justice et religion. Regards croisés : histoire et droit, Actes du colloque international de l’Université d’Avignon (octobre 2008), Éric Wenzel (dir.), Avignon, Presses Universitaires d’Avignon, 2010.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search