Version classiqueVersion mobile

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Introduction

Étienne Fouilloux et Frédéric Gugelot

Texte intégral

  • 1 Geoffrey Cubitt, The Jesuit Myth. Conspiracy Theory and Politics in XIXe, Oxford, Clarendon Press, (...)

1Les jésuites ont entretenu, à leur corps défendant parfois, un rapport étroit avec la littérature du XXe siècle. Ce lien se déploie selon deux axes. Ils firent usage de la littérature dans leur pédagogie, leurs revues ou leur apologétique, et ils figurèrent eux-mêmes comme personnages dans nombre d’œuvres de fiction1.

  • 2 Sans qu’il faille identifier ce savoir-faire à un quelconque calcul qui participe de la légende noi (...)

2Grâce à leur rôle de formateurs d’une partie des élites européennes, les collèges jésuites ont pesé lourd dans l’émergence ou la reconnaissance de certains écrivains. Cécile Vanderpelen rappelle combien le ratio studiorum des jésuites se révèle efficace à destination de leurs élèves. Dès 1852, un Guide du jeune littérateur est utilisé dans les collèges belges pour l’initiation à l’écriture de ceux-ci. Il s’accompagne d’exemples littéraires et d’une anthologie où s’affirment les critères de sélection des œuvres promues, l’éthique primant sur l’esthétique. Les jésuites surent donc user de la littérature avec prudence dans la formation de la jeunesse. Ils promurent nouveautés et classiques selon un dosage qui tout à la fois assure la prégnance de l’éducation reçue et encadre les échappées de l’esprit2.

  • 3 André Blanchet, « La critique littéraire », Études, t. 291, 1956, p. 252.
  • 4 Ibid., p. 251.

3Cette éducation put s’appuyer en outre sur une critique littéraire en plein développement. A-t-elle des traits propres ? Sur quels aspects met-elle l’accent ? Dès les années 1910, la revue Études veut se réinstaller dans le champ culturel (Claire Guyot). Son attention envers la littérature y concourt même si la critique reste modeste et axée sur la volonté de permettre aux lecteurs de distinguer le bon grain de l’ivraie, ce qui répond à l’attente d’un lectorat conservateur. La revue défend une vision classique de la littérature où la portée humaine, sociale et religieuse de l’œuvre prend le pas sur l’esthétique. Bien que peu ouverte aux avant-gardes, elle joue parfaitement son rôle de médiatrice. Quatre critères sont mis en avant : le dogme catholique, la France comme nation chrétienne, la défense de la famille comme de la société, et la moralité. André Blanchet en fait le bilan dans le numéro anniversaire de 1956 : « La critique catholique va connaître de beaux jours. Sa tâche est double : faire le départ du vrai et du faux chez les écrivains restés au dehors et encourager les jeunes écrivains franchement ralliés à l’Église. J’allais oublier une troisième tâche, la plus laborieuse : acclimater à un art insolite (celui de Péguy et de Claudel, précisément) des fidèles qui ont beaucoup trop lié la sensibilité chrétienne aux formes classiques »3. Il ajoute : « Nous la voyons tout à coup pratiquée par toute une pléiade de jeunes religieux formés par lui [le P. Longhaye] ou dans son esprit : le P. de Grandmaison, les (trois frères) Bremond, les (deux frères) Valensin, Victor Poucel, Joseph de Tonquédec, Louis de Mondadon, Alphonse de Parvillez, Paul Doncoeur »4. Ce dernier se reconnaît pleinement dans un tel programme et exige de la littérature qu’elle participe à la renaissance chrétienne de la France tout en luttant contre l’individualisme et le matérialisme. Dans ses Lettres de chrétienté pour la jeunesse, il promeut un Péguy chantre de la France chrétienne, arme d’apostolat promise à un grand succès sous Vichy mais aussitôt critiquée par ceux qui ont une autre lecture du destin du poète (Dominique Avon). Dans le même temps, il rejette la veine de Bloy et de Bernanos.

  • 5 Bernard Hours, « Les jésuites, Lyon et les Lyonnais », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir (...)

4Dans les années 1930, émerge pourtant une prise en compte de la modernité littéraire même si l’éthique continue à primer sur l’esthétique. D’autres signatures (Barjon, d’Ouince, Rideau) apparaissent à partir de 1935- 1936 et amorcent une critique plus ouverte, plus positive. Le P. Auguste Valensin incarne l’exemple d’un jésuite aux prises avec la littérature pour répondre aux enjeux de son temps (Laurent Coulomb). Son admiration pour les auteurs classiques (Pascal, Descartes) n’entrave pas une perception étonnamment favorable de certains textes contemporains mal reçus par la plupart des catholiques (Gide surtout, mais aussi Roger Martin du Gard). Cet amour des lettres du XXe siècle (de Péguy à Claudel et de Valéry à Sartre) le conduit à user de la littérature dans sa tentative pour constituer une apologétique catholique renouvelée. Une fois de plus, le discernement jésuite semble s’exercer entre conformité à une tradition et audaces singulières. Le travail du P. Varillon participe du même mouvement (Étienne Fouilloux). Les conférences qu’il tient à Lyon pendant vingt-cinq ans, entre 1946 et 1971, poursuivent sous une autre forme les tâches d’enseignement que la Compagnie a si longtemps assurées. Il effectue des choix exigeants tant sur le fond que sur la forme. Son attention à l’esthétique marque à elle seule une profonde mutation par rapport à ses aînés. Il promeut la « littérature du péché et de la grâce » et ses retombées d’après-guerre : Jean Cayrol, Luc Estang, Jean Sulivan, Graham Greene surtout, et manifeste de l’intérêt pour des œuvres en quête de sens, bien que dépourvues de référence chrétienne : celles de Camus et de Malraux notamment. Il prolonge par ses cycles de conférences la trilogie triomphante, collège, congrégation, retraite, qui a établi des liens si forts entre la Compagnie et sa clientèle5.

  • 6 Chateaubriand, Génie du Christianisme, IVe partie, livre quatrième, chap. 1, 1802, p. 973.

5Si l’écriture jésuite est attentive au monde, elle est rarement fictionnelle. Quand Chateaubriand veut expliquer le succès des missions jésuites, il précise : « Le Jésuite avait encore sur le voyageur ordinaire l’avantage d’une éducation savante »6. Cette image savante accompagne l’Ordre pendant tout le XXe siècle. Les grands « écrivains » jésuites y sont plus souvent des savants que des écrivains au sens courant du terme : Pierre Teilhard de Chardin pour les sciences naturelles ou Michel de Certeau pour les sciences humaines et sociales. La publication par les Éditions du Seuil des œuvres inédites de Teilhard est un événement qui rencontre l’attente d’un public de jeunes scientifiques et d’ingénieurs auxquels le jésuite permet de réconcilier leur métier et leur foi (Hervé Serry). Cette vaste entreprise culturelle révèle d’ailleurs la sécularisation du projet catholique. L’éditeur Paul Flamand espère lutter ainsi contre le décrochement chrétien par rapport à la modernité alors que les rapports entre l’Église et la science sont marqués du sceau de la méfiance. Le Seuil déploie avec succès l’œuvre de Teilhard sur treize volumes, à partir de 1955 : Le Phénomène humain est vendu à 80 000 exemplaires en quatre ans.

  • 7 Michel Leroy, Le mythe jésuite, Paris, PUF, 1992.
  • 8 Les Stigmates (1949), Cherchant qui dévorer (1951) et Les Fontaines du grand abîme (1954)
  • 9 Roger Peyrefitte, Les Amitiés particulières, Marseille, J. Vigneau, 1943, 380 p.
  • 10 Jean de La Gueriviere, Les bons pères, Paris, Seuil, p. 96.

6La Compagnie de Jésus a été l’objet d’une abondante littérature polémique à l’occasion de son expulsion de divers pays, de sa dissolution par la papauté, puis de son rétablissement au début du XIXe siècle. Sa première gloire fut souvent noire. Le personnage du jésuite mêle alors machiavélisme, despotisme, affairisme et laxisme moral7. Un vaste catalogue de griefs et de fantasmes concourt au dénigrement de l’Ordre, véritable armée de l’ombre, et la littérature ne se prive pas d’y puiser. Pas de moyen terme entre les deux images qui le dominent : le comploteur et pervertisseur ou bien le saint. Au XXe siècle, la figure littéraire du jésuite mue. Les attaques se font plus rares même si le jésuite éducateur continue de hanter nombre de souvenirs. Il demeure en effet le héros négatif d’une veine littéraire assez fournie. Ainsi L’Empreinte, d’Édouard Estaunié, qui connaît un réel succès en 1895. Ce roman d’apprentissage, au titre évocateur, accuse la formation jésuite de passéisme et de captation vers la vie religieuse. Elle entraverait toute initiative intellectuelle et développerait l’inappétence intellectuelle (Corinne Bonafoux). L’affrontement entre la République et l’Église sur l’école rend alors aiguë la question de la transmission (de la foi en particulier) en pleine naissance/reconnaissance de l’adolescence. Toutes ces raisons se conjuguent pour expliquer le développement de la veine du roman d’école catholique qui se caractérise par son ambiguïté, entre nostalgie et critiques. Les exemples sont nombreux, du Lyonnais, Gabriel Chevalier qui livre dans Sainte Colline (1937) les souvenirs de sa détestable scolarité, à L’Approbaniste d’André Billy (1937). Henry de Montherlant décrit dans La Ville un système de valeurs qui forme le jugement des élèves et leur apprend à se dépasser, n’hésitant pas, dans Fils des autres, à présenter l’influence du prêtre professeur comme supérieure à celle des parents. Luc Estang insiste plutôt sur la difficulté de prêtres éducateurs à pénétrer dans les cœurs, pour apaiser les tourments de leurs élèves, dans sa trilogie intitulée Charges d’âmes8. Dans Les Amitiés particulières de Roger Peyreffite9, les Pères du collège Saint-Claude apparaissent hantés par la question de la pureté des mœurs alors que Jean de la Guérivière, rappelle le rôle de creuset de cette adolescence sous les auspices de la Compagnie : « Les jésuites s’occupaient de nos âmes, de nos esprits et aussi de nos corps »10. Ces fictions, à la limite de l’autofiction, s’interrogent sur les liens entre la valeur spirituelle ou morale d’une formation et le destin personnel du héros. Le collège jésuite apparaît comme une forteresse :

  • 11 Bernard Ponty, Le séquestre, Paris, Gallimard, 1970, p. 39.

J’aime admirer ce vieux collège en train de veiller la ville (…) Le monde a changé, il demeure. (…) Depuis le XVIIe siècle, (…) ces bâtiments forment le carré. Presque toutes les hérésies se sont brisées sur nos murailles. Les erreurs anciennes et modernes n’ont pas percé nos pierres »11.

  • 12 Étienne Fouilloux, « Épilogue », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyo (...)

7Mais le XXe siècle diffuse une autre facette de la Compagnie de Jésus qui participe d’un réel changement d’image. Il est décelable dans le succès critique et populaire, en 1952-1953, d’une pièce de théâtre d’un auteur autrichien, Fritz Hochwälder, intitulée Sur la terre comme au ciel (Frédéric Gugelot). Cette mue se place au croisement de différents changements qui se produisent au sortir de la Seconde Guerre mondiale : un renouvellement profond des figures héroïques, le rôle positif de certains jésuites lors du conflit et la promotion de l’engagement à un moment clé du catholicisme français, celui de la Libération. Après la Seconde Guerre mondiale, l’univers héroïque est profondément recomposé. L’horreur du conflit international a fait naître la volonté de reconstruire, sur ce champ de ruines, un monde fondé sur des valeurs de justice, de solidarité, d’humanité. Ainsi le héros de Hochwälder associe-t-il la figure du révolutionnaire et martyr à celle du civilisateur et du protecteur des indiens guaranis. La promotion de l’œuvre des jésuites au Paraguay apparaît alors comme l’expression d’un philojésuitisme littéraire qui modifie profondément l’image de l’Ordre. On a pu dresser une première typologie de ce philojésuitisme inédit : importance du « teilhardisme », qui procure une vision optimiste de l’histoire de la terre et de l’humanité à des croyants emportés par les « trente glorieuses » ; part prise par des jésuites dans la résistance spirituelle au nazisme puis dans l’aggiornamento de l’Église catholique autour du concile Vatican II. Le déplacement de l’axe de la Compagnie vers le tiers monde achève la mue de l’image des jésuites12.

8Si ceux-ci surent intégrer la littérature à leur formation, en rendre compte et même l’étudier avec attention, elle le leur rend donc bien. La légende noire de l’imaginaire antijésuite s’estompe au profit d’une figure héroïque plus positive. Mais si le jésuite est personnage de fiction, de roman ou de pièce de théâtre, les jésuites en sont rarement les auteurs. Le poète jésuite Jean Mambrino, évoqué par Claude Tuduri, avoue un fort attrait pour une nature transfigurée ; sa poésie atteste la présence d’un Dieu qui s’est retiré du monde pour laisser s’exercer la liberté humaine. Ses recueils témoignent d’un vif attrait pour l’incarnation mais d’une relative passivité face à l’histoire des hommes, sans qu’il soit possible de déterminer quel est l’impact de son appartenance à la Compagnie sur son écriture poétique.

Notes

1 Geoffrey Cubitt, The Jesuit Myth. Conspiracy Theory and Politics in XIXe, Oxford, Clarendon Press, 1993, 346 p.

2 Sans qu’il faille identifier ce savoir-faire à un quelconque calcul qui participe de la légende noire : « Pouvez-vous me dire, madame, ce que c’est que d’être jésuite ? – C’est, monsieur, d’apporter un raffinement particulier dans l’art des combinaisons ». Marcel Jouhandeau, Chaminadour II (1936), Quarto, 2006, p. 1068.

3 André Blanchet, « La critique littéraire », Études, t. 291, 1956, p. 252.

4 Ibid., p. 251.

5 Bernard Hours, « Les jésuites, Lyon et les Lyonnais », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon (XVIe-XXe siècle), Lyon, ENS Éditions, 2005, p. 9.

6 Chateaubriand, Génie du Christianisme, IVe partie, livre quatrième, chap. 1, 1802, p. 973.

7 Michel Leroy, Le mythe jésuite, Paris, PUF, 1992.

8 Les Stigmates (1949), Cherchant qui dévorer (1951) et Les Fontaines du grand abîme (1954)

9 Roger Peyrefitte, Les Amitiés particulières, Marseille, J. Vigneau, 1943, 380 p.

10 Jean de La Gueriviere, Les bons pères, Paris, Seuil, p. 96.

11 Bernard Ponty, Le séquestre, Paris, Gallimard, 1970, p. 39.

12 Étienne Fouilloux, « Épilogue », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon (XVIe-XXe siècle), Lyon, ENS Éditions, 2005, p. 255-256.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search