Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Après 68, le « moment politique » d’un mouvement qui se cherche (1965-1982)

Vincent Soulage

Texte intégral

  • 1 Le MRJC, par exemple, connaît une évolution similaire, tant dans sa radicalisation que dan (...)

1La Jeunesse étudiante chrétienne des années 1970, c’est le plus souvent une vulgate : un mouvement affecté de crises internes et d’une baisse de ses effectifs en raison d’une radicalisation politique. Autant les deux termes de l’affirmation sont justes, autant la causalité est moins évidente. Certes, la JEC connaît une situation de crise indéniable et ses difficultés sont multiples. De même, sa radicalisation politique est réelle, sans être originale1. Mais cet article veut prendre le contre-pied de l’affirmation initiale en essayant de montrer que cette politisation peut aussi être vue comme une réponse à la crise. Ou plutôt aux crises, car la JEC connaît des difficultés de plusieurs ordres sur la période étudiée, qui va de la crise de 1965 au début des années 1980.

Une situation de crise permanente

2Les péripéties de 1965 ont beau être brutales, avec la démission contrainte de l’équipe nationale et la suppression de la branche étudiante, elles ne résolvent pas les problèmes. La JEC connaît une situation de crise dont elle ne sort jamais vraiment après 1965. Elle fait face à des difficultés qui revêtent plusieurs dimensions et sont loin d’être singulières, car elles éprouvent largement les autres mouvements de jeunes chrétiens.

Crise des effectifs et des ressources

  • 2 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (X (...)
  • 3 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique, Paris, Payot, 2002, p. (...)
  • 4 La branche Prépas concerne les élèves des CPGE, classes préparatoires aux grandes écoles ; (...)

3Il est difficile de comptabiliser les membres de la JEC, puisqu’il n’y pas d’adhésion formelle, sauf durant une courte période de son histoire. Si l’on reprend les estimations sérieuses, la JEC toucherait 20 000 jeunes en 1960 selon Gérard Cholvy2 ; 15 000 en 1968 selon Denis Pelletier3 ; et les chiffres des années 1979-1982, repris par la presse, sont de 8000 ou 9000 jeunes. La diminution est forte et semble continue, à en croire les plaintes et les inquiétudes qui se succèdent à chaque rapport financier. Les ressources se tarissent progressivement, à commencer par les abonnements. La JEC compte de nombreuses revues (jusqu’à neuf), qui coûtent cher à fabriquer et à envoyer. Leur nombre se réduit progressivement, en même temps que disparaissent certaines branches (Prépas puis Techniques4).

Crise des structures

  • 5 Le CNAEF accueille les archives du secrétariat national de la JEC. L’inventaire, achevé en (...)

4Ensuite, la JEC connaît un état constant de tensions internes au sein de sa structure, de son « appareil ». Les tensions les plus évidentes sont dans les relations avec les évêques ; mais après la crise de 1965, ces derniers semblent beaucoup moins intervenir dans la vie interne de la JEC. Au contraire, si l’Équipe nationale démissionne à nouveau en novembre 1967, c’est en raison d’un conflit avec les représentants des régions. Tout au long de la période, les relations entre les niveaux régionaux et nationaux apparaissent toujours tendues, parfois conflictuelles, même si elles semblent s’apaiser avec le temps. Les responsables régionaux ne sont pas avares de critiques envers les membres de l’équipe nationale, et leurs lettres constituent une source d’information très importante pour saisir la réalité de la vie de la JEC au travers du fonds déposé au CNAEF5. Ces deux crises, des effectifs et des structures, ne sont en rien originales. La JEC les connaît comme plusieurs mouvements confessionnels, comme le MRJC ou Vie Nouvelle, et elles s’expliquent par des éléments qui ne sont en rien spécifiques.

Crise d’identité

5Plus originale est la crise d’identité que connaît le mouvement après les décisions de 1965. La JEC n’a plus d’étudiante que le nom, car ses membres étudiants, que l’on désigne par le terme de JECU (Jec-universitaire), doivent se fondre dans la nouvelle Mission étudiante, fondée en 1966. L’intuition de l’Action catholique y subsiste tout de même par le biais d’une branche interne, l’ACU (Action catholique universitaire), qui collabore régulièrement avec la JEC, mais dont les effectifs sont très limités jusqu’à sa disparition de fait en 1978.

  • 6 Témoignage de responsables fédéraux cités par Robert Solé dans Le Monde, 27 mars 1970.

6La JEC est désormais un mouvement lycéen, ce qui lui pose d’énormes problèmes de fonctionnement dont le principal est la rotation très importante de ses membres. Pour assurer l’encadrement des équipes par des adultes, l’aumônier ne peut suffire. Les aînés de Terminale animent les équipes d’adolescents (4e-3e) et restent dans le mouvement une fois étudiants (en université, IUT, prépas) pour y assurer les postes d’encadrement. La conséquence est que les principaux responsables du mouvement sont des étudiants, à commencer par l’équipe nationale. On a donc une « JEC qui, exclusivement lycéenne depuis 1966, est dirigée par des étudiants6 ». Le risque de décalage entre les préoccupations des uns et des autres est fréquemment dénoncé.

  • 7 Association catholique de la jeunesse française, devenue à partir de la fin des années 192 (...)

7Dans cette identité lycéenne, la JEC se heurte aussi à ses anciens partenaires de l’ACJF7, les autres mouvements de jeunes : JOC, JIC et MRJC. Ce dernier est issu de la transformation de la JAC, et sa nouvelle dénomination exprime son souhait d’accueillir aussi les jeunes ruraux scolarisés. De même, la JOC accueille un nombre croissant de jeunes poursuivant des études secondaires. Ainsi, les progrès de la scolarisation dans les milieux ruraux ou ouvriers ne sont guère utiles à la JEC, de plus en plus concurrencée sur ce qui devrait être son « milieu » spécifique. Ses analyses sociopolitiques la conduisent d’ailleurs à récuser l’existence d’un tel « milieu » étudiant ou lycéen. La JEC est enfin très mal distinguée des aumôneries de lycée dans la vie desquelles elle s’insère. De façon symptomatique, un rapport de 1970 note que la spécificité de la proposition jéciste n’est pas perçue par la moitié de ses membres.

8En parallèle de ces crises, la JEC fait le choix, marqué en 1970, d’une politisation très forte de son discours. Ce positionnement alimente bien sûr les crises. Le cas le plus fréquent est que cette JEC, taxée de « gauchiste », n’est plus proposée dans les aumôneries de lycée, et les effectifs s’effondrent parfois jusqu’à la disparition de la fédération. Sont en cause aussi bien les choix de l’aumônier local que les pressions des parents pour se concentrer sur des formules plus consensuelles. De plus, les débats politiques autour du changement d’orientation aggravent l’opposition entre les différents niveaux hiérarchiques. Mais le choix de marquer politiquement la JEC a pu apparaître comme une solution à la crise d’identité.

Une réponse par la politique

  • 8 Rapport d’orientation, conseil national d’Amiens, 1970.
  • 9 Rapport d’orientation, conseil national d’Orléans, 1973.
  • 10 Pour une approche plus générale, on peut utilement se reporter aux livres déjà cités de De (...)
  • 11 Document « Précisions sur le statut et les objectifs du mouvement », accompagnant une lett (...)

9C’est la nature même du mouvement qui est modifiée puisqu’en 1970, la JEC ne veut plus être l’Église dans le monde scolaire, mais « un mouvement de jeunes lycéens chrétiens8 ». Ce faisant, elle anticipe sur la fin du mandat, qui ne sera abandonné officiellement par les évêques qu’en 1975. Encore plus explicite, le rapport d’orientation de 1973 définit la JEC comme « le mouvement de ceux qui cherchent à la fois à transformer l’école (et donc la société) et à transformer l’Église9 ». Cet engagement politique n’est pas surprenant, car d’autres mouvements chrétiens connaissent la même évolution10. De plus, au sein de la JEC, les crises des dix années précédentes ont toujours eu en arrière-plan cette question de l’engagement politique des jécistes. D’ailleurs, l’équipe démissionnaire de 1965 s’était lancée dans un projet de JUC (Jeunesse universitaire chrétienne, mais sans attache institutionnelle), défini comme un lieu où « chercher une cohérence entre un engagement socialiste et la foi chrétienne11 ». Ce projet ne verra pas le jour, mais la question revient dans le mouvement dès 1967.

  • 12 À chaque conseil national, la JEC présente plusieurs rapports : l’incontournable rapport f (...)

10En mai 68, la JEC réunit son conseil national et donc rate le début des évènements. Mais déjà elle propose une analyse de l’école en utilisant des outils issus du marxisme et exprime une vision du milieu lycéen dans lequel la JEC serait la seule force organisée autonome. Ces deux thèmes seront au cœur du vrai tournant, pris deux ans plus tard au conseil national d’Amiens en 1970. Le rapport d’analyse12, rédigé par Patrick Viveret, insère clairement la JEC dans le camp socialiste, sinon révolutionnaire. L’orientation du mouvement est d’agir pour la transformation de la société, en se donnant l’école comme lieu d’action ; en clair, la JEC veut appuyer et participer aux mobilisations lycéennes. Si elle refuse de devenir un syndicat lycéen (elle s’en défend à plusieurs reprises), elle entend soutenir activement le mouvement lycéen.

  • 13 Futur philosophe, il rejoint dans les années 1970 l’entourage de Michel Rocard et devient (...)

11On peut s’interroger sur cette politisation brutale de 1970. Il y a bien sûr des éléments exogènes, à commencer par la séduction que le gauchisme exerce sur une part de la jeunesse française. Il y a sans doute des éléments spécifiques, comme la présence de Patrick Viveret13. Mais le plus surprenant reste l’attitude des évêques, qui laissent faire, alors qu’en 1965, ils n’avaient pas hésité à pousser l’équipe nationale à la démission. Faute d’accès aux sources, il faut pour l’instant se contenter de relever le changement d’attitude dans un contexte nouveau, après le concile et surtout mai 68.

  • 14 La Rencontre nationale de 1972 est qualifiée de « riche en débats, confrontations et même (...)

12Cette politisation n’est pas acceptée par tous, et les trois années qui suivent sont très agitées pour le mouvement, avec des fautes et des excès des deux côtés, qui seront reconnus par la suite. Le symbole en est le conseil national de 1972, transformé en rencontre nationale sans pouvoir décisionnaire, pour se laisser le temps de « mieux travailler les orientations d’Amiens ». Derrière cette formule politiquement correcte se lit l’embarras de la direction de la JEC face aux réactions des fédérations de province, parfois violentes14. La difficile réception des choix faits à Amiens se retrouve dans le courrier reçu par l’équipe nationale en 1970-1972, et émanant de responsables régionaux ou (plus souvent) d’aumôniers. Si on y trouve des encouragements, les critiques sont plus nombreuses. La plus extrême vient de la fédération de l’Aveyron, qui annonce rompre toute relation avec le niveau national tant que ces orientations resteront en vigueur.

13La réception et la mise en œuvre des orientations d’Amiens restent au cœur des conseils nationaux suivants, en 1973 puis 1976, avec cependant une ambiance différente, plus apaisée, mais aussi plus pessimiste. La dépolitisation du milieu lycéen est notée à chaque fois, de même que l’isolement de fait de la JEC et de ses militants. Sur le terrain, les seuls partenaires semblent être les groupes communistes ou gauchistes, accusés d’être plus préoccupés de « faire partager par les lycéens une analyse réalisée ailleurs » que de permettre une mobilisation autonome comme le souhaite la JEC. D’ailleurs, les mobilisations lycéennes apparaissent moins fréquentes et éphémères, le découragement pointe parmi les jécistes comme parmi les lycéens. Le conseil national de 1979, s’il ne modifie pas les prises de position du mouvement, change les priorités : plutôt que la politisation des jeunes, la JEC insiste désormais sur des réalisations concrètes, qui visent un changement dans le cadre de vie ou d’études. Mais il ne semble pas que cette réorientation ait une influence sur les effectifs.

14Ainsi, au gré des conseils nationaux se dégage une périodisation : 1970- 1973, Amiens et ses bouleversements ; 1973-1979, l’espoir (déçu) d’un mouvement lycéen de masse ; après 1979, des priorités concrètes. Durant toute la période, le positionnement politique est devenu la base de l’identité de la JEC ; ses dirigeants doivent la faire vivre par une multitude d’initiatives au point qu’on peut parler d’activisme.

Un activisme réel

15L’Équipe nationale (EN), qui rassemble quelques aumôniers et plusieurs étudiants, est active surtout dans trois directions.

Les luttes politiques

  • 15 Pour plus de précisions, voir Robi Morder, « Les Comites d’action lycéens », Les cahiers d (...)

16La JEC collabore avec plusieurs syndicats ou groupes politiques, et bien au-delà des questions scolaires. La première initiative, à la suite des orientations d’Amiens, est la participation au lancement du CLL, Comité de luttes lycéennes. Il s’agit alors, peu de temps après Mai-68, de redonner au mouvement lycéen un cadre. En effet, les CAL, Comités d’action lycéens, sont déjà en difficulté, puisque, dès l’été 1969, il n’existe plus de structure nationale. À l’initiative des Jeunesses communistes, une scission a donné naissance à l’UNCAL (Union nationale des Comités d’action lycéens), mais celle-ci est minoritaire et trop liée au PCF15. Des CAL continuent d’exister, mais le terme désigne plutôt des initiatives locales plus ou moins formalisées, qui peuvent se rejoindre à l’occasion de mobilisations importantes. La nouvelle organisation vise donc seulement à coordonner les actions existantes, et la JEC soutient l’initiative en mettant à sa disposition ses locaux parisiens, et sans doute des moyens de reproduction. Le CLL a cependant vite disparu, car il était surtout devenu un lieu d’affrontements entre organisations gauchistes.

  • 16 Document « Surface institutionnelle » dans le dossier du participant pour le comité nation (...)

17Autre exemple, la JEC fait partie de la commission Jeunesse-Armée, organe consultatif auprès du ministre de la Défense, consultée notamment lors des débats sur le service militaire. À travers cette participation, on sent que la JEC fait parfois figure de représentante des lycéens, et remplit presque le rôle d’un syndicat. On la retrouve ainsi en 1981 autour du nouveau ministre de l’Éducation, rencontrant à plusieurs reprises son cabinet sur la réforme du lycée, ou consultée par plusieurs missions, comme celles de Roland Carraz sur le fonctionnement du système éducatif ou de Bertrand Schwartz sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes. Dans ce nouveau contexte, elle renforce ses liens avec le SGEN-CFDT, collaborateur habituel de la JEC durant toute la décennie16.

  • 17 Alliance marxiste révolutionnaire, groupuscule trotskiste, qui fusionne avec le PSU en 197 (...)
  • 18 Convention des institutions républicaines, parti politique fondé autour de François Mitter (...)

18Si la JEC signe souvent des tracts avec la CFDT, elle le fait encore plus souvent avec les partis de gauche. Il n’y a pas d’exclusive, mais la JEC est très active entre 1970 et 1974 auprès des groupes de gauche que l’on peut appeler autogestionnaires ou révolutionnaires (selon leurs propres termes). Le PSU et l’AMR17 apparaissent comme des partenaires très réguliers jusqu’aux Assises du socialisme. La JEC a d’ailleurs demandé (mais pas obtenu) un statut d’observateur à ces dernières. Ce n’est cependant pas si original, car la JEC avait participé à des réunions préparatoires à la CIR18 en 1964.

Dans l’Église

  • 19 Comité français d’apostolat des laïcs, devenu plus tard le RGM, Rassemblement général des (...)
  • 20 Groupe de réflexion en Église puis Groupe de réflexion inter-mouvements. On y retrouve not (...)

19Dans cette gauche autogestionnaire, la JEC retrouve plusieurs mouvements chrétiens de gauche (groupe TC, Vie Nouvelle) avec qui elle intervient aussi sur le terrain des luttes ecclésiales. On doit utiliser ce terme à dessein, car, durant la décennie 1970, l’institution ecclésiale devient un terrain de lutte politique pour certains groupes de gauche. Pour comprendre, il faut revenir un peu en arrière. À la suite du concile, l’épiscopat français a créé le CFAL19 pour rassembler les mouvements d’une certaine importance qui participent à la mission apostolique sans se limiter à l’Action catholique, ses travaux étant coordonnés par une Équipe de liaison des laïcs (ELL). Or, la désignation dans ces instances qui permettent le dialogue entre les évêques et les mouvements de laïcs devient un enjeu politique, en particulier autour des sessions pastorales de 1970 et 1974. En 1975, Gabriel Marc, secrétaire général de l’ACI, dénonce même dans une lettre aux mouvements une « bipolarisation politique du laïcat ». La JEC et ses partenaires se sont organisés, notamment dans le GRE puis le GRIM20, qui durera jusqu’à la fin des années 1980. Il s’agit en fait d’une rencontre régulière entre les permanents nationaux de chaque mouvement. La JEC y est assidue, même si elle est critique de la faible efficacité de ce regroupement (elle relève la difficulté à produire un travail qui, de plus, ne descend pas dans les mouvements).

  • 21 Pour plus de précision, on peut lire Denis Pelletier, La Crise catholique, op. cit., p. 18 (...)
  • 22 Groupes TC, Vie nouvelle, JEC, ACU, Équipes enseignantes.

20La JEC est aussi partie prenante des débats qui, entre 1975 et 1978, ont lieu pour créer en France une section de Chrétiens pour le socialisme21. Dans cette initiative s’affrontent deux lignes : l’une est défendue par les mouvements constitués22 et proches de l’Union de la gauche ; l’autre défend des regroupements à la base et rejoint les positions gauchistes. Cette seconde tendance l’emporte à l’assemblée constitutive en mai 1977 et fait de Chrétiens pour le socialisme un groupuscule gauchiste dont la JEC se retire dans l’année. Au final, l’EN participe ainsi à une multitude d’initiatives, et donc autant de réunions qui occupent une part importante de son temps. Les responsables locaux peinent à tout relayer et il est difficile de faire partager par la base l’ensemble des propositions.

Une créativité religieuse

21Même si elle prend ses distances avec une institution qu’elle critique, la JEC n’oublie pas le C de son nom. La JEC est une organisation contestataire, mais reconnue, et les liens difficiles avec les évêques ne sont jamais coupés, ne serait-ce que pour des raisons financières. L’EN s’attache à développer une réflexion religieuse dont les effets sont visibles surtout dans deux domaines : la lecture biblique et la liturgie.

  • 23 Document « Les militants de la Jeunesse étudiante chrétienne », écrit par l’EN en 1977 à d (...)

22Comme beaucoup de chrétiens de gauche, la JEC est séduite par la lecture matérialiste du matériau biblique. Cette lecture accorde une place centrale à la compréhension du contexte sociopolitique en utilisant des outils issus du marxisme, et elle est désignée comme « réaliste » par la JEC, car elle « utilise l’analyse structurale et la connaissance des rapports sociaux de l’époque23 ». Cette méthode a été popularisée notamment par le livre de Fernando Belo, Lecture matérialiste de l’évangile de Marc (1974). L’auteur participe d’ailleurs à la réflexion de la JEC, qui publie Clés pour saint Marc puis l’Évangile de Marc, un récit ouvert ; ces ouvrages associent des éléments pour cette lecture dite « réaliste » du texte et des propositions pédagogiques pour les équipes. En la matière, si la réflexion est exclusivement le fait de l’EN, elle manifeste un réel souci de diffuser la lecture matérialiste dans le mouvement et de la rendre accessible.

  • 24 Lettre de J.-M. Pinon, aumônier national de la JEC, en réponse à celle du Père Roger Picat (...)

23C’est dans le cadre de ses grands rassemblements annuels que la JEC essaie de faire preuve d’inventivité pour trouver de nouvelles formes de participation à la liturgie. Les célébrations sont de plus en plus découpées pour permettre une participation « à la carte », l’eucharistie ne devenant progressivement qu’une possibilité parmi d’autres. En parallèle, on constate une recherche de signification des gestes, parfois malheureuse (et dénoncée comme telle par certains clercs présents), en particulier d’adaptation des formules (prière eucharistique, credo). Ainsi, en 1970 à Amiens, des étudiants sont présents autour de l’autel et récitent la prière de consécration ; lorsqu’on lui en fait le reproche, l’aumônier national explique qu’ils ont été emportés par le mouvement, mais qu’il n’y a pas de volonté politique sous-jacente24. Il faut tout de même remarquer que la fin de la décennie marque, en matière liturgique, un retour vers des formules plus classiques et canoniques. Par sa politisation et son activité incessante, la direction de la JEC cherche à être en phase avec la jeunesse, ou ce qu’elle en perçoit. Pourtant, les difficultés du mouvement persistent parce que les problèmes sont plus profonds.

La persistance des difficultés.

24Déterminer la cause des difficultés que rencontre la JEC est délicat à partir du fonds d’archives conservé au CNAEF. Le fond de la JEC est abondant, bien trié et facile d’accès, mais il exprime essentiellement le point de vue de la direction du mouvement. Heureusement, quelques courriers d’aumôniers ou de responsables locaux permettent de faire un utile contrepoint.

  • 25 Par exemple, la JEC participe au CCSC (Comité de coordination pour le service civil) et so (...)
  • 26 La branche Ados commençait dès la 4e.

25La première source de difficulté tient au décalage entre la direction nationale et les réalités locales. Encore une fois, cela n’a rien d’original dans un mouvement centralisé comme la JEC, mais ce décalage est ici aggravé par la situation différente des acteurs : la JEC est un mouvement de lycéens (et aussi de collégiens) dirigé par des étudiants. Ces derniers tendent ainsi à « projeter les problèmes universitaires sur les lycéens », à imposer leur vision des choses et leurs priorités à des plus jeunes qui ne disposent pas de la même maturité, ni de la même maîtrise intellectuelle. Il en est ainsi de la question du service militaire, qui touche les jeunes entre dix-huit et vingt et un ans. La JEC participe activement à des mobilisations sur ce sujet25, qui pourtant préoccupe peu son public naturel de lycéens. Et de nombreux aumôniers font remarquer que les rapports d’analyse de plusieurs dizaines de pages sont inaccessibles pour des 4e- 3e26. Le critère géographique accentue également cet écart : les nationaux vivent à Paris, où la population scolaire est réputée plus politisée, voire violente ; à l’inverse, les équipes sont presque toutes provinciales (le nombre d’équipes en région parisienne se réduit jusqu’à disparaître avant 1983). Ce décalage se retrouve très nettement à l’occasion des visites en province des aumôniers nationaux, qui ne manquent pas d’en faire un compte rendu. La presse du mouvement, vecteur essentiel entre le national et la base, est peu lue, tous le disent. De même, les difficultés à mettre en œuvre les orientations d’Amiens sont très régulièrement évoquées, et il semble que beaucoup d’équipes conservent longtemps un fonctionnement analogue à la période antérieure.

  • 27 Document « La JEC en France depuis 1975 », rédigé en préparation du conseil national de 19 (...)

26La seconde difficulté tient au déphasage entre l’analyse et les objectifs de la JEC d’une part et la réalité de la vie lycéenne d’autre part. Alors que la JEC vise une politisation des masses lycéennes, l’intérêt pour l’action politique semble reculer comme le constatent tous les rapports présentés en conseil national à partir de 1973. Ils distinguent en parallèle l’importance croissante d’une tendance à préférer « changer la vie » par des initiatives de faible ampleur dans le lycée et en dehors. Et surtout, les années avançant, le lycée apparaît de moins en moins comme un lieu de vie ; il est donc moins vu comme lieu de mobilisation, au contraire de ce que souhaite la JEC27. Celle-ci est doublement touchée, puisqu’elle est présente souvent via l’aumônerie de l’établissement, dont la fréquentation diminue pour les mêmes raisons. Un phénomène analogue semble toucher le monde universitaire puisque l’ACU, sorte de pendant de la JEC, présente sur les campus via les aumôneries étudiantes, disparaît de fait à partir de 1978.

  • 28 Document « En vue du conseil national d’Orléans, pour un véritable bilan de la situation d (...)

27Troisième difficulté : l’engagement à la JEC est devenu un choix. Pendant longtemps, les aumôniers faisaient naturellement le choix de la JEC ; sa politisation a changé les choses. Certes, il y a des endroits où elle n’est pas la bienvenue, en butte à l’hostilité du clergé et surtout des parents face à ses prises de position partisanes. Mais ce qui a vraiment changé, c’est que « faire de la JEC n’est plus une chose “normale” et “évidente” pour l’aumônier d’un lycée ou d’un collège : c’est le produit d’un choix28 ». On peut accuser la politisation du mouvement d’être responsable de la situation. Mais on peut aussi la lire comme l’élément qui permet à la JEC de se positionner auprès des lycéens (dont elle croit à la politisation) dans un contexte de concurrence accrue pour accueillir les jeunes chrétiens. En parallèle, les interventions hors du cadre balisé de l’aumônerie d’un établissement semblent très difficiles. Si des groupes sont créés dans un cadre paroissial ou autour de personnalités fortes (jeunes ou aumôniers), leur pérennité est extrêmement fragile. L’avenir du mouvement ne peut reposer sur eux.

  • 29 JAC-MRJC, JIC/F et JOC/F.
  • 30 Jean-Pierre Sueur, en responsabilité autour de 1969, puis maire d’Orléans, parlementaire e (...)

28En conclusion, si la politisation de la JEC a rendu sa situation plus précaire dans de nombreux endroits, elle représente aussi un effort pour rester en prise avec un monde lycéen dont la JEC estimait (ou espérait) la politisation croissante. Son engagement contestataire, à la fois de la société et de l’Église-institution, rejoint l’évolution de tous les mouvements de jeunes de l’époque. Alors qu’elle est accusée d’être responsable du déclin de la JEC, je propose d’y voir en même temps une tentative de réponse de la part d’un mouvement conscient des menaces qui pèsent sur lui. Des mouvements d’Action catholique spécialisés, la JEC était la plus fragile, car le « milieu » qui lui était assigné n’en était pas vraiment un, et elle risquait de perdre son utilité entre les mouvements en A, I ou O29 et les aumôneries. Seule l’affirmation d’une identité forte permettait de justifier son existence. Au croisement d’une revendication déjà ancienne et latente dans la JEC et d’un courant qui traversait la jeunesse française, la radicalité politique contestataire était sans doute le choix le plus cohérent pour la JEC. On peut s’interroger sur son efficacité. L’hémorragie des effectifs est indiscutable, mais la JEC a survécu et les générations formées durant ces années 1970 (celles de Jean-Pierre Sueur, Daniel Delaveau ou Patrick Viveret30) n’ont rien à envier aux précédentes.

Notes

1 Le MRJC, par exemple, connaît une évolution similaire, tant dans sa radicalisation que dans la crise des effectifs. Voir Serge Cordellier, JAC-F/MRJC et transformation sociale. Histoire de mouvements et mémoires d’acteurs 1945-1985, Paris, MRJC, 2008, 96 p.

2 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Cerf, 1999, p 333. Il donne également le chiffre de 10 000 membres en 1977.

3 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique, Paris, Payot, 2002, p. 79.

4 La branche Prépas concerne les élèves des CPGE, classes préparatoires aux grandes écoles ; la branche Techniques (dite TK) concerne les élèves des filières techniques, scolarisés CET (collège d’enseignement technique) puis LEP (lycée d’enseignement professionnel), et débouchant le plus souvent sur un CAP ou un BEP.

5 Le CNAEF accueille les archives du secrétariat national de la JEC. L’inventaire, achevé en 2007, a regroupé les versements de 1998 et 2004 sous la cote 12 LA. Elles sont complétées par des documents d’anciens jécistes (cote 32 LA) versés par l’intermédiaire de Bernard Giroux en 2005.

6 Témoignage de responsables fédéraux cités par Robert Solé dans Le Monde, 27 mars 1970.

7 Association catholique de la jeunesse française, devenue à partir de la fin des années 1920 le regroupement des mouvements de jeunesse de l’Action catholique spécialisée par milieu (JAC, JOC, JEC, JIC) dont chacun dispose de sa déclinaison féminine. La JAC se transforme en MRJC, Mouvement rural de la jeunesse chrétienne, en 1965.

8 Rapport d’orientation, conseil national d’Amiens, 1970.

9 Rapport d’orientation, conseil national d’Orléans, 1973.

10 Pour une approche plus générale, on peut utilement se reporter aux livres déjà cités de Denis Pelletier et Gérard Cholvy.

11 Document « Précisions sur le statut et les objectifs du mouvement », accompagnant une lettre du 23 juin 1965 du bureau provisoire de la JUC.

12 À chaque conseil national, la JEC présente plusieurs rapports : l’incontournable rapport financier, un rapport d’analyse (qui exprime une vision de la société et qui a été préalablement débattu dans les instances) et un rapport d’orientation (qui fait le bilan des années écoulées et propose des pistes pour l’avenir). La distinction entre ces différents documents n’est pas toujours très claire.

13 Futur philosophe, il rejoint dans les années 1970 l’entourage de Michel Rocard et devient une figure intellectuelle de la Deuxième Gauche en étant le rédacteur en chef de ses principales revues. Il publie notamment avec Pierre Rosanvallon Pour une nouvelle culture politique, Seuil, 1978, ouvrage majeur dans lequel est théorisée l’opposition entre première et deuxième gauche.

14 La Rencontre nationale de 1972 est qualifiée de « riche en débats, confrontations et même affrontements » dans la convocation du Conseil national l’année suivante.

15 Pour plus de précisions, voir Robi Morder, « Les Comites d’action lycéens », Les cahiers du GERME, n° 22-23-24, décembre 2002, disponible en ligne.

16 Document « Surface institutionnelle » dans le dossier du participant pour le comité national extraordinaire de Bagneux, 21-23 décembre 1983.

17 Alliance marxiste révolutionnaire, groupuscule trotskiste, qui fusionne avec le PSU en 1974 après le départ des rocardiens.

18 Convention des institutions républicaines, parti politique fondé autour de François Mitterrand en 1964.

19 Comité français d’apostolat des laïcs, devenu plus tard le RGM, Rassemblement général des mouvements.

20 Groupe de réflexion en Église puis Groupe de réflexion inter-mouvements. On y retrouve notamment JEC, ACU, TC, Vie nouvelle, MRJC, CMR, Scouts et Guides de France…

21 Pour plus de précision, on peut lire Denis Pelletier, La Crise catholique, op. cit., p. 181-185 ou Vincent Soulage, Le Débat en France autour de « Chrétiens pour le socialisme » (1975-1978), mémoire de DEA, IEP de Paris, 2001.

22 Groupes TC, Vie nouvelle, JEC, ACU, Équipes enseignantes.

23 Document « Les militants de la Jeunesse étudiante chrétienne », écrit par l’EN en 1977 à destination des évêques de la CEMSU.

24 Lettre de J.-M. Pinon, aumônier national de la JEC, en réponse à celle du Père Roger Picat, aumônier régional Poitou-Charentes-Limousin, le 27 avril 1970.

25 Par exemple, la JEC participe au CCSC (Comité de coordination pour le service civil) et soutient la Fédération des objecteurs de conscience.

26 La branche Ados commençait dès la 4e.

27 Document « La JEC en France depuis 1975 », rédigé en préparation du conseil national de 1979.

28 Document « En vue du conseil national d’Orléans, pour un véritable bilan de la situation de la JEC », janvier 1973, rédigé par P. Le Guevel, président de la JEC.

29 JAC-MRJC, JIC/F et JOC/F.

30 Jean-Pierre Sueur, en responsabilité autour de 1969, puis maire d’Orléans, parlementaire et secrétaire d’État ; Daniel Delaveau, président de la JEC 1973-1975, puis maire de Rennes ; Patrick Viveret, principal auteur du rapport d’Amiens, devenu un des intellectuels de référence de la Deuxième Gauche, puis de l’altermondialisme.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search