Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Jeunesses chrétiennes en mouvement(s) en France (xixe-début xxe siècle)

Gérard Cholvy

Texte intégral

1Au mois de janvier 1939, un observateur averti, Baldur von Schirach, dans l’organe de la jeunesse nationale-socialiste (Wille und Wacht), constatait qu’« il n’y a en France qu’un groupe de jeunesse, celui de la Jeunesse catholique, qui ait, dès maintenant, une influence accusée dans la vie de la France réelle. Son organisation est remarquable ». Ne dépassons pas les dates de la mise en place des mouvements spécialisés et, sans oublier qu’il existe à côté des organisations catholiques et, pour le moins, des organisations protestantes, éclairons un amont de ces créations en les situant dans un contexte politique, social, culturel et religieux qui contribue à en expliquer l’émergence, les difficultés et l’essor. Quelles réponses les Églises ont-elles proposées, ce sera le second temps de la réflexion avant de porter, enfin, une attention particulière à ce qui constitue l’amont de la JEC, à savoir les organisations étudiantes ou dirigées par des étudiants.

Le contexte général

  • 1 Plusieurs données précises dans le premier chapitre de notre synthèse La Religion en France de la f (...)
  • 2 Depuis l’abandon du schéma linéaire de « déchristianisation » continue, construit à partir d’un éta (...)
  • 3 Rapport du Directeur de Police, Ph. Pouzet, Le Lycée Ampère, Lyon, 1937, p. 36.

2Il a toujours été difficile d’assurer la persévérance religieuse des jeunes gens au-delà de la Première Communion. Les exemples abondent qui montrent que le conformisme, c’est-à-dire le « faire comme tout le monde », détournait majoritairement les garçons d’être fidèles à la pratique régulière et, si ce n’est à la présence à la messe – qui pouvait être un lieu de rencontre apprécié –, du moins à la confession et à la communion pascales. Ceci est vérifié durant les dernières décennies du xviiie siècle1. La désorganisation plus ou moins prolongée qui fait suite à la Révolution, les souvenirs contrastés qu’elle entretient au XIXe siècle, le rétablissement difficile de l’emprise des clergés font perdurer ou aggravent une situation que, dans le droit fil d’un pionnier comme le doyen Gabriel Le Bras, les historiens connaissent mieux maintenant2. Si l’attachement à l’Église, comme institution, varie, vers 1830-1840, selon les régions, en fonction des conformismes dominants, par contre, en ces premières décennies du XIXe siècle, ce qui est général, c’est le détachement au sein des élites sociales comme le montre, par exemple, ce que l’on sait de la situation religieuse dans les collèges. De la fin de l’Empire aux années 1830-1840, de Pontivy à Lons-le-Saunier, de Rennes à Bourges, de Bordeaux à Marseille, les rapports sont unanimes. En 1827, au Collège royal de Lyon, « les nouveaux élèves qui se disent religieux sont tourmentés jusqu’à ce qu’on ait obtenu d’eux une sorte de rétractation ». À son ami Léon Cornudet, Charles de Montalembert écrit, le 28 août 1827 : « J’ai su conserver ma foi, au milieu de cent vingt incrédules3 ». Il est élève au Collège Sainte-Barbe, dont le directeur est l’abbé Nicolle. D’une façon générale, les protestants ne sont pas mieux lotis. On peut reprendre à leur propos ce qu’a consigné le pasteur Bureau, à Exoudun en Poitou, au début de la Monarchie de Juillet : « Une fois la première communion faite, on ne voit plus guère la jeunesse au temple. Cet acte solennel marque la sortie de l’Église et l’entrée dans le monde. »

3Toutefois, au déisme des Lumières, a succédé le romantisme qui permet de mieux associer le sentiment religieux au mouvement intellectuel. Ce contexte est favorable à un réveil au moins au sein de la fraction, mais alors minime, de la jeunesse qui poursuit des études au-delà du collège. D’autre part, le maillage paroissial s’étoffe, principalement dans les régions rurales avec les forts recrutements de clercs, prêtres, religieux, religieuses et pasteurs. Globalement, de 1833, avec la loi Guizot qui rend obligatoire la récitation du catéchisme à l’école communale, à l’orée des années 1860, le contexte culturel est plus favorable aux influences religieuses dans la société. Par contre, les années 1860 étant celles du « renouvellement des sources de l’incroyance » (Roger Aubert) avec le positivisme, malgré l’existence de môles géographiques de résistance, le reflux des gestes visibles de l’attachement aux Églises est nettement perceptible, particulièrement pour les hommes. Ce positivisme, durci en scientisme, descend peu à peu depuis l’élite intellectuelle – où les premiers symptômes sont apparus à l’École normale supérieure en 1848 avec Taine – vers une fraction des classes populaires alphabétisées, urbaines tout d’abord. « La science, voilà la lumière, l’autorité, la religion du XIXe siècle », écrit le philosophe Vacherot en 1856. Le positivisme ainsi compris a une fonction d’explication analogue à celle du marxisme un siècle plus tard. En 1880, à l’ENS, l’irréligion est presque unanime, « les deux ou trois pratiquants sont traités de Tartuffe » selon Abel Hermant (Confession d’un enfant d’hier).

  • 4 Sur le catholicisme intransigeant, voir les analyses d’Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Int (...)
  • 5 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, Paris, CNRS, (...)

4Au demeurant, le Progrès devient palpable avec le chemin de fer et les rotatives, qui précèdent l’électricité et la bicyclette. Avec son revers, le machinisme, l’exode rural et la prolétarisation d’une partie des classes ouvrières. Politiquement, la montée du mouvement républicain, récusé par la majorité des notables catholiques de conviction, est associée à l’anticléricalisme, voire, chez certains leaders, à l’irréligion. L’Église catholique se raidit dans la résistance, les Églises de la Réforme sont divisées sur la marche à suivre, orthodoxes d’un côté, libérales de l’autre. Les affrontements débouchent sur la laïcisation de l’école primaire publique en 1882, le combisme en 1902-1904, la Séparation en 1905, les Inventaires en 1906, autant d’occasions de conflits qui agissent aussi comme des stimulants, comme ce fut le cas sous la Révolution. À la fin du XIXe siècle, les élites catholiques, qu’elles soient conservatrices ou ouvertes à la démocratie, se situent dans la perspective intransigeante qui distingue, ainsi, la seconde démocratie chrétienne, celle des abbés démocrates, de la première, celle des libéraux de 1848 comme Lacordaire ou Ozanam4. Mais, à partir des années 1886- 1890, au sein des élites intellectuelles, le scientisme est sur le déclin. Ernest Lavisse, à propos de la « jeunesse qui pense », évoque « la nostalgie du divin » dans le Journal des Débats d’avril 1890. Dans les débuts du XXe siècle, les conversions ou les retours sont nombreux : le temps est à la « renaissance spiritualiste5 ».

Quelles réponses les Églises ont-elles proposées ?

  • 6 Réponse à un commissaire de police en 1809. Les débuts de l’Œuvre Allemand se situent en 1799 (Géra (...)
  • 7 En 1921, dans Éducation morale par le scoutisme catholique, le chanoine Cornette fait état d’un acc (...)

5Quelques mots d’abord, pour n’y point revenir, sur le monde populaire, les générations de ceux dont l’instruction, reçue dans le cadre scolaire, s’est faite, au mieux, à l’école élémentaire. Des pionniers ont eu le souci de se réunir autour de la formule due au Marseillais Jean-Joseph Allemand, et qui a fait fortune, « Ici on joue et on prie6 ». Ces pionniers n’ont été que rarement les desservants des paroisses. Ainsi de l’abbé Timon-David à Marseille (1847), des Frères de Saint-Vincent-de-Paul à Paris (1845) d’abord ; de l’abbé Le Boucher à Angers, ces francs-tireurs des Œuvres de jeunesse qu’avec un temps de retard, les Frères des Écoles chrétiennes entreprennent aussi d’ouvrir pour leurs anciens élèves, sous le nom de cercles (Les Francs-Bourgeois à Paris) ou d’amicales. Mais il faut attendre la laïcisation de l’école publique pour voir, timidement, le clergé paroissial ouvrir des patronages. À ce sujet, levons une équivoque : le patronage des écoliers, sauf exception (Paris, Le Bon Conseil), est différent de l’Œuvre de Jeunesse, celle des quinze ans et plus. Le principal fondateur de la JOC française, l’abbé Georges Guérin, ne s’y trompait pas, lui qui était un ancien de l’Amicale Saint-Ambroise des Frères. Avec la greffe réussie des activités sportives (1903, Fédération gymnastique et sportive des Patronages de France), l’ensemble des patronages et œuvres de jeunesse catholiques constitue, jusqu’aux années 1950, le socle puissant sur lequel les mouvements spécialisés à recrutement populaire (JOC, JAC) vont puiser. La même évolution existe au sein des Unions chrétiennes protestantes, pionnières dans l’introduction du basket en France. C’est, de même, au sein de ces Unions que, dès 1910, le scoutisme est introduit en France, avec les Éclaireurs unionistes. Mais le scoutisme, d’une part, s’adresse aux plus jeunes et, d’autre part, va avoir un recrutement plus bourgeois, ce qui, côté catholique, résulte, semble-t-il, d’un pacte de non-agression avec la Fédération des Patronages7.

6Les organisations de jeunesse s’écrivent aussi au féminin avec un temps de retard dans la mesure où, au XIXe siècle et au début du siècle suivant, la persévérance des filles – avec le catéchisme du même nom – était nettement supérieure à celle des garçons. On sait, par ailleurs, l’univers féminin plus étroitement surveillé. La piété est une affaire de femmes, l’église, ou le temple, est l’un de leurs espaces. Elles y occupent les premières places. Il en est ainsi, le plus souvent, pour la prière en famille.

7L’amont des organisations, côté catholique, et pour les jeunes filles, ce sont les associations d’Enfants de Marie, encore ignorées dans plusieurs régions vers 1840, le modèle revenant d’Italie. Les patronages pour filles – sœur Rosalie aurait ouvert le premier, en 1850 – ne se multiplient qu’avec la laïcisation de l’école, Paris se situant en pointe. Il est intéressant de noter que la présidente de l’Archiconfrérie des patronages, Madame Duhamel, va être aussi à l’origine du guidisme. C’est en 1919 qu’au Raincy, Sœur Bouvier, Fille de la Charité, est à l’origine de la première association sportive féminine, le futur Rayon sportif féminin, à l’essor surtout urbain : 74 sociétés à Paris en 1939, 40 dans les Bouches-du-Rhône, devant la Gironde et le Rhône.

8« Alors que la plupart des enfants de mon entourage recevaient la Semaine de Suzette, j’étais abonnée à L’Étoile noëliste que Maman jugeait d’un niveau moral plus élevé », a écrit Simone de Beauvoir dans ses Mémoires. La revue du Noël est une création des Assomptionnistes, en 1895. Des groupes se constituent quelques années après. Le public visé est celui des pensionnats. Il s’agit de promouvoir une double culture féminine, intellectuelle et spirituelle. Les publications sont de qualité et le mouvement connaît une extension internationale liée au prestige de la culture française. En 1930, les adhérentes sont des dizaines de milliers en France, les « militantes » – le mot est de Pie XI – plus de 20 000 ; les dirigeantes deviennent l’un des piliers des Fédérations diocésaines de Jeunes Filles. Les noëlistes contribuent au renouveau liturgique lié au chant grégorien, en lien avec Solesmes. La revue oriente vers les métiers de l’éducation, de la santé, du service social. Les noëlistes sont-elles d’Action catholique ? Oui, dans l’organisation de 1931, « les pionnières » déclare même un évêque en 1932. Mais le vent va tourner très vite, et d’abord avec la concurrence de la JICF.

9La thèse de Jacqueline Roux a révélé les efforts faits pour constituer un pilier « Jeunes filles » dans la mise en place de la première Action catholique, entre 1905 et 1925. Il s’agit des Fédérations diocésaines de Jeunes filles, nées après les Ligues féminines. Des comités se mettent en place, ayant à leur tête des « filles de notables, d’une certaine culture, d’une piété indiscutable, et qui avaient des loisirs » (J. Roux). Les rassemblements constituent une nouveauté. Des jeunes filles lisent des rapports, s’expriment en public. Les effectifs atteignent peut-être les 300 000 en 1930. En 1923, naît la Fédération des Guides de France, donc avant la mise en place des mouvements spécialisés, ce qui fut une chance selon Aline Coutrot, la tutelle de la hiérarchie étant moins grande sur elle.

  • 8 Sur les Fédérations diocésaines, Jacqueline Roux, Sous l’étendard de Jeanne. Les Fédérations diocés (...)

10Au sein du protestantisme, l’Alliance française des Unions chrétiennes de jeunes filles naît, à Nîmes, en 1894. Les pasteurs n’y sont favorables qu’après la Grande Guerre. En 1909, les 315 unions comptent 9 000 membres, 15 000 dans les 450 unions de 1929. Mais la concurrence du scoutisme se fait sentir, les Éclaireuses unionistes nées en 1920 suscitant le vif attrait de l’aventure, du camp, ce que l’on retrouve aussi dans le scoutisme catholique8.

Les organisations étudiantes

  • 9 Étude pionnière de Charles Geoffroy de Grandmaison, La Congrégation (1801-1830), Paris, Plon, 1889  (...)
  • 10 Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le Comte Ferdinand de Bertier (1782-1864) et l’énigme de la Congr (...)
  • 11 Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Flammarion, 1987 et « Naissance ou renaissance ? La Congréga (...)
  • 12 « Ceci m’enhardit à faire mon article sur Thomas de Canterbury » : chez le jeune étudiant, c’est l’ (...)
  • 13 Circulaire du 15 août 1844. Rappelons que les Congrégations élisaient leur préfet et en donnaient c (...)

11De plus en plus, l’historiographie est conduite à remonter à… la Congrégation9. Une élite de jeunes laïcs, héritière de traditions transmises par d’anciens jésuites, commence à percevoir que, dans le contexte parisien, particulièrement, « les prêtres ne peuvent plus être les apôtres les plus efficaces », comme l’écrit le comte Ferdinand de Bertier, en 182010. Réunir de jeunes croyants autour d’un projet commun, cette idée a germé en milieu urbain (Paris, Lyon, Bordeaux) et ce sont des élites sociales et culturelles du temps qui l’impulsent. La Congrégation a promu « l’apostolat des laïcs » dans le monde, transmission du modèle dévot hérité du Grand Siècle11. Mais la Congrégation parisienne est victime des événements de juillet 1830. Cependant, contrairement à ce qu’écrivait Jean-Baptiste Duroselle en 1955, les filiales se sont mieux maintenues pour ressurgir sous des formes diverses, une fois la crise passée. Par ailleurs, les congrégations de messieurs et de jeunes gens se sont maintenues à Lyon. Dès lors, on ne peut ignorer cette influence aux origines de la Conférence de Charité en 1833, devenue Société de Saint-Vincent-de-Paul en 1835 : le 23 septembre de cette année-là, Frédéric Ozanam rapporte à l’un de ses amis une conversation qu’il a eue, à Lyon, peu auparavant, avec son frère Alphonse, ancien congréganiste (Société des Bonnes Œuvres) : « Je l’ai entendu parler de l’apostolat des laïcs dans le monde d’une manière tout à fait rassurante pour nous12 ». Le second président général, en 1844, Jules Gossin, est un ancien congréganiste. La Société, en ses débuts, recrute principalement dans la jeunesse des Écoles. Il faut en souligner les caractères. Il s’agit d’une création de laïcs, et uniquement, d’une association dirigée par eux et exclusivement : « La société demeurera essentiellement laïque dans son organisation et sa direction » tout en entretenant des « communications fréquentes et respectueuses avec le clergé13 ». De ce fait, elle n’engage pas l’Église. Ceci est d’autant plus important à retenir que la Société est le modèle des organisations catholiques qui vont naître avant la mise en place de l’Action catholique : Cercles catholiques d’ouvriers, Comités catholiques, ACJF, Sillon, Ligues féminines, Fédération nationale catholique.

12Chez les protestants, les Unions chrétiennes de jeunes gens ont été fondées, à Londres, en 1844, par un employé de commerce de vingt-trois ans, George Williams ; la première Union française est née à Paris, en 1852. Dans les deux cas, Société de Saint-Vincent-de-Paul et Young Men’s Christian Associations, il s’agit, à l’origine, d’intégrer dans l’espace urbain de jeunes migrants de province, mais, dans le second cas, avec un recrutement délibérément plus large.

  • 14 Compte rendu de la conférence aux étudiants de Fontfroide-le-Haut (près de Montpellier), 31 oct.-3  (...)

13En 1886, naît l’Association catholique de la jeunesse française, à l’initiative d’Albert de Mun et avec l’appui des jésuites. Il s’agit d’atteindre la classe dirigeante afin que ceux qui y adhèrent deviennent une élite religieuse. Les aumôniers ne sont que des conseillers ecclésiastiques, la direction relève des laïcs et n’engage qu’eux. Fédérer des cercles d’étudiants et collégiens, puis des groupes ruraux doit beaucoup aux rotatives et à la bicyclette. Quant à « mêler les rangs », selon le souhait d’Henri Bazire (1899-1904) à l’issue du congrès de Besançon (1898), cela n’a jamais rien eu de facile. La même ambition de l’évangélisation des jeunes par les jeunes existait aux Unions chrétiennes. Mais, là aussi, réunir à part les étudiants explique la naissance, à partir de 1898, de la « Fédé », Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants, puisque, « parmi les étudiants chrétiens », circule « d’une extrémité de la terre à l’autre » le mot d’ordre « faire Christ-Roi »14.

  • 15 Régis Ladous, Monsieur Portal et les siens (1855-1926), Paris, Cerf, 1985.
  • 16 Dont il écrira la vie.

14Les groupes de l’ACJF participent à la défense religieuse au temps du combisme et de la Séparation. Ils accueillent après 1910 de nombreux sillonnistes. En 1914, avec ses 140 000 membres, l’ACJF est la première organisation de jeunesse du pays. Plusieurs de ses dirigeants entrent en politique sous la bannière de l’Action libérale populaire. Après la guerre, sous la présidence du gendre de Maurice Blondel, Charles Flory, la tension est vive à propos de l’attrait exercé par l’Action française. En 1922, la naissance de la Fédération française des étudiants catholiques consacre la place particulière des groupes d’étudiants. Le rôle leader des étudiants de l’ENS s’est affirmé dès avant 1914, en raison de « l’air du temps » et du charisme de l’aumônier, M. Portal, un lazariste15. Quant au souci de « mêler les rangs », on le retrouve dans les Équipes sociales (1919) de l’ancien normalien Robert Garric qui se situe, lui aussi, dans la filiation d’Albert de Mun16.

15En 1926, François de Menthon est le président de l’ACJF. L’année précédente, l’association avait lancé des Équipes ouvrières. Or voici qu’en 1926, naît, à Clichy, la JOC française. Au congrès de Rouen, en 1927, Menthon affirme que

l’unité de la jeunesse ouvrière catholique doit être sauvegardée, il ne saurait y voir deux mouvements distincts, l’un pour la masse [la JOC], l’autre pour l’élite [les Équipes ouvrières], mais une seule organisation, qui ne peut prospérer que dans le cadre de l’association. Cette organisation suppose une large autonomie du mouvement ouvrier en même temps que le maintien très ferme de l’unité et de la cohésion de l’ACJF.

Comment concilier « large autonomie » et « cohésion » ? En 1930, malgré l’opposition formelle de la grande majorité des unions diocésaines, la spécialisation fut homologuée.

  • 17 Voir notre chapitre 10 « Le temps des crises » dans Histoire des organisations…, op. cit., p. 307sq

16Comme on objectait au P. Lalande, l’aumônier général, qu’il serait « le fossoyeur de l’ACJF », il répondait « Je réalise la pensée de Pie XI », ce qui, pour le moins, prête à discussion, car au modèle franco-belge de l’Action catholique, reposant sur la spécialisation, s’oppose le modèle unitaire de l’Italie et des autres pays, une Action catholique à quatre piliers (jeunes gens, jeunes filles, hommes, femmes). Une autre différence fondamentale existe entre l’ACJF, fondée par des laïcs sans mandat, et l’Action catholique, définie par Pie XI comme « la participation des laïcs à l’apostolat hiérarchique ». Le Petit catéchisme de l’Action catholique publié en 1930, à Rome, par Mgr Fontenelle, fait référence explicite au mandat, les laïcs étant définis comme « des auxiliaires et coopérateurs du clergé ». Par ailleurs, ce sont des clercs qui sont à l’origine de la JOC, de la JAC, mais encore et largement de la JEC, de la JMC, de l’éphémère Jeunesse batelière chrétienne, sinon de la JIC dont l’histoire demeure mal connue. Autrement dit, la démocratisation d’un côté, avec l’émergence de dirigeants laïcs pour les mouvements spécialisés à recrutement populaire, mais ceci au risque du cléricalisme dans la mesure où la jeunesse et l’inexpérience de beaucoup de laïcs, les rotations fréquentes conduisent souvent à faire reposer une section, voire un mouvement, sur les épaules des aumôniers. Quant à la question du « mandat », elle ressurgira, comme on le sait, et avec quelle acuité, dans les années 1950 et suivantes17

Notes

1 Plusieurs données précises dans le premier chapitre de notre synthèse La Religion en France de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, 2e éd., Paris, Hachette, 1998, p. 5-7.

2 Depuis l’abandon du schéma linéaire de « déchristianisation » continue, construit à partir d’un état mythique de « chrétienté » avant la Révolution. Voir les Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles, Paris, FNSP-EHESS-CNRS, t. 1 (1982), t. 2 (1987), t. 3 (1992).

3 Rapport du Directeur de Police, Ph. Pouzet, Le Lycée Ampère, Lyon, 1937, p. 36.

4 Sur le catholicisme intransigeant, voir les analyses d’Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris, Casterman, 1977.

5 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, Paris, CNRS, 1998.

6 Réponse à un commissaire de police en 1809. Les débuts de l’Œuvre Allemand se situent en 1799 (Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Cerf, 1999).

7 En 1921, dans Éducation morale par le scoutisme catholique, le chanoine Cornette fait état d’un accord signé avec la FGSPF pour « qu’il n’y ait ni antagonisme, ni concurrence » (voir notre chapitre « Une greffe réussie de l’éducation nouvelle : le scoutisme », dans Histoire des organisations…, op. cit., p. 175-203).

8 Sur les Fédérations diocésaines, Jacqueline Roux, Sous l’étendard de Jeanne. Les Fédérations diocésaines de jeunes filles, 1905-1945, Paris, Cerf, 1995 ; sur le guidisme, Marie-Thérèse Cheroutre, Le scoutisme au féminin : les Guides de France 1923-1998, Paris, Cerf, 2002 ; Geneviève Poujol, « Les Unions chrétiennes de jeunes filles (1891-1920) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 143, 1997 ; sur les Éclaireuses, voir notre résumé dans Les Organisations de jeunesse…, op. cit., p. 268-269.

9 Étude pionnière de Charles Geoffroy de Grandmaison, La Congrégation (1801-1830), Paris, Plon, 1889 ; Jean-Baptiste Duroselle, « Les filiales de la Congrégation », Revue d’histoire ecclésiastique, 50, 1955 qui en recense cinq contre dix-huit pour Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la sécurité sociale, 1996, 2 vol. ; Matthieu Brejon de Lavergnée, « Mythes politiques et analyse de réseaux. La Congrégation à Paris sous la Restauration », Histoire et Mesure, 2009, vol. XXIV, n° 1, p. 157-188.

10 Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le Comte Ferdinand de Bertier (1782-1864) et l’énigme de la Congrégation, Paris, 1948.

11 Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Flammarion, 1987 et « Naissance ou renaissance ? La Congrégation de Paris en 1801 », dans Bernard Plongeron (dir.), Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Turnhout, Brepols, 1988, p. 525-533.

12 « Ceci m’enhardit à faire mon article sur Thomas de Canterbury » : chez le jeune étudiant, c’est l’apostolat intellectuel qui est premier (à François Lallier, Lettres de Frédéric Ozanam, t. 1, Paris, 1961, n° 104).

13 Circulaire du 15 août 1844. Rappelons que les Congrégations élisaient leur préfet et en donnaient communication à la hiérarchie ecclésiastique.

14 Compte rendu de la conférence aux étudiants de Fontfroide-le-Haut (près de Montpellier), 31 oct.-3 nov. 1898. La branche étudiante était née aux États-Unis en 1877. Le premier camp de vacances est organisé dans les Vosges en 1907, donc avant le scoutisme.

15 Régis Ladous, Monsieur Portal et les siens (1855-1926), Paris, Cerf, 1985.

16 Dont il écrira la vie.

17 Voir notre chapitre 10 « Le temps des crises » dans Histoire des organisations…, op. cit., p. 307sq.

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine
Université Paul Valéry – Montpellier-III

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search