Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Présentation des travaux

Christian Sorrel

Texte intégral

1Les commémorations occupent une place croissante dans le métier d’historien, rythmé par les bicentenaires, centenaires ou autres cinquantenaires. Si elles encouragent les littératures de circonstance, synthèses hâtives ou hagiographies pesantes, elles peuvent aussi stimuler la recherche et procurer une occasion de faire le point sur un homme, un événement, une institution. C’est dans cette perspective que s’inscrit la journée d’étude sur la Jeunesse étudiante chrétienne organisée, à l’occasion de ses quatre-vingts ans, par le Centre national des Archives de l’Église de France en partenariat avec la Société d’histoire religieuse de la France. Le mouvement lui-même a choisi de marquer cet anniversaire pour puiser dans le rappel du passé un nouvel élan. Il n’occupe en effet aujourd’hui qu’une place discrète dans l’Église catholique et la société française, sans commune mesure avec le rôle joué avant et après la Seconde Guerre mondiale. La JEC, mouvement spécialisé d’Action catholique, exerce alors une influence décisive sur la formation des élites confessionnelles et prend part, par nombre de ses membres, à la structuration du monde étudiant. Des travaux universitaires ont commencé à éclairer cette réalité depuis une trentaine d’années et les recherches se développent en prenant appui sur les documents que la JEC a eu le souci de sauvegarder et de rendre accessibles aux historiens en les confiant au Centre national des Archives de l’Église de France. Ils sont sans doute lacunaires, mais ils n’en constituent pas moins un ensemble utile pour écrire l’histoire du militantisme catholique étudiant.

  • 1 Alain-René Michel, « La Jeunesse étudiante chrétienne de 1934 à 1944 : attitude civique et (...)
  • 2 Danielle Hervieu-Léger, De la mission à la protestation. L’évolution des étudiants chrétie (...)
  • 3 Gérard Cholvy, Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cad (...)
  • 4 Christophe Roucou, « Les Origines de la JEC en France 1929-1936 », mémoire de maîtrise, Un (...)
  • 5 Gérard Cholvy, Bernard Comte, Vincent Féroldi (dir.), Jeunesses chrétiennes au XXe siècle, (...)
  • 6 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, 726 p. Sur l’itinéraire e (...)
  • 7 Bernard Minvielle, L’Apostolat des laïcs à la veille du Concile (1949-1959). Histoire des (...)

2La JEC est entrée sur le territoire des historiens avec la thèse soutenue par Alain-René Michel à l’université de Lille en 1985 et publiée partiellement trois ans plus tard sous le titre La JEC Jeunesse étudiante chrétienne face au nazisme et à Vichy avec une préface de René Rémond évoquant la double satisfaction du témoin et de l’historien1. Au moment où les débats sur l’attitude des catholiques durant le second conflit mondial vont s’amplifiant, l’auteur y analyse les mutations du jeune mouvement confronté aux défis du temps, de la vigilance antitotalitaire de l’avant-guerre aux options démocratiques et sociales de la Libération en passant par la séduction momentanée de la Révolution nationale, assimilée à une forme de résistance patriotique, puis l’entrée en résistance effective d’une fraction des jécistes. La publication de ce travail intervient à l’heure où Gérard Cholvy, dans le cadre du GRECO n° 2 du CNRS, donne une impulsion décisive à l’histoire des organisations de jeunesse, à la fois acteurs et victimes de la crise catholique de la décennie 1965-1975 comme la sociologue Danielle Hervieu-Léger l’avait montré « à chaud » pour les étudiants dès 19732. Il l’inscrit dans la longue durée, depuis la Révolution, souligne la précocité des initiatives religieuses, longtemps sans vraie concurrence, compare les choix confessionnels et replace les mouvements spécialisés catholiques, développés sur le modèle jociste à partir de la fin des années 1920, dans une perspective élargie que le primat accordé durablement par les évêques de France au schéma de la spécialisation par milieux avait occultée3. Dans ce contexte, la connaissance de la JEC et de son homologue féminine la JECF, née en 1930-1931, progresse grâce aux mémoires de maîtrise, à la suite de l’enquête sur les origines conduite par Christophe Roucou en 19734, et aux échanges entre les historiens et les témoins qui complètent utilement les sources archivistiques ou imprimées et permettent de préciser les figures du militantisme jéciste et leur évolution5. Plus récemment, l’étude consacrée par Alain-René Michel à l’Association catholique de la jeunesse française des lendemains de la Grande Guerre à sa disparition en 1956 éclaire de façon magistrale l’histoire des mouvements spécialisés que celle-ci intègre et fédère à partir de 1930-19316. Il y analyse en particulier les conséquences de la redéfinition, voulue par le pape Pie XI, de l’Action catholique, née au début du XXe siècle, comme participation à l’apostolat hiérarchique et de l’affirmation consécutive du concept de mandat. Celui-ci est une source de tensions récurrentes entre les évêques et les mouvements autour de l’action temporelle qu’il n’est pas toujours aisé de distinguer de la politique partisane et qui pose la question de l’autonomie des laïcs, à l’heure où la théologie du laïcat est encore en gestation7. L’auteur insiste aussi sur les divergences entre les mouvements, tant dans leur analyse de la société que dans leurs relations avec la hiérarchie, et rend ainsi compte de la crise finale de l’ACJF, liée notamment au séparatisme ouvriériste de la JOC, tout en donnant des clés de lecture essentielles pour comprendre les difficultés qui surviennent autour de la JEC dans les années suivantes.

  • 8 Charles Molette, L’Association catholique de la jeunesse française 1886-1907. Une prise de (...)
  • 9 Alain-René Michel, La JEC…, op. cit., p. 263-266.
  • 10 Samuel Pruvot, Monseigneur Charles, aumônier à la Sorbonne 1944-1959, Paris, Cerf, 2002, 3 (...)
  • 11 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique, Paris, Payot, 2002, 32 (...)

3Ces travaux, auxquels il convient d’ajouter les recherches toute juste achevées ou en cours d’élaboration de Bernard Giroux et Vincent Soulage sur les décennies 1940-1970, permettent de reconstituer dans ses grandes lignes la trajectoire de la JEC depuis sa fondation en 1929. Elle prend forme dans l’élan de mobilisation qui accompagne le pontificat de Pie XI, orienté vers l’idéal de la nouvelle chrétienté qu’explicite l’encyclique Quas Primas dédiée au Christ-Roi en 1925, et démontre le succès rapide, au-delà du « milieu » qui lui a donné naissance en 1926, de la formule jociste de l’apostolat du semblable sur le semblable. Mais la JEC prolonge aussi nombre d’initiatives antérieures comme le groupe « tala » de l’École normale supérieure, la Fédération française des étudiants catholiques ou les Équipes sociales. Et son insertion dans l’ACJF, créée par Albert de Mun en 18868, explique largement son attention aux questions d’actualité : elle s’approprie les formules d’avant et après 1914, « sociaux parce que catholiques » et « civiques parce que sociaux », dans le double contexte, français, de condamnation du nationalisme intégral maurrassien et, international, de tension croissante avec les États totalitaires. L’épreuve de la Seconde Guerre mondiale s’avère dès lors décisive et le mouvement en sort à la fois conforté et transformé. École de démocratie et de conscience sociale, la JEC récuse la part de traditionalisme encore présente en son sein avant 1939 et pose la question de l’autonomie d’action des responsables laïques face à un épiscopat fragilisé par son soutien prolongé au maréchal Pétain9. Elle forme alors des milliers d’étudiants catholiques, même si elle ne peut prétendre au monopole comme le suggèrent, sur le terrain parisien, les réserves précoces des paroisses étudiantes, qui lui reprochent un déficit de spiritualité, contrepartie d’un surinvestissement dans le temporel, à l’exemple du Centre Richelieu, animé par l’abbé Charles10. Le rapport à la hiérarchie, compliqué par les options pastorales de l’Assemblée des cardinaux et archevêques (priorité de la mission ouvrière) et les ambiguïtés institutionnelles de l’Action catholique (portée du mandat), le glissement des militants vers l’engagement politique et la remise en cause de la place accordée par le mouvement à l’évangélisation sont au cœur des crises qui secouent la JEC en 1957 puis en 1964-1966. Alors que l’Église de France, engagée dans l’application du concile Vatican II, tente de reprendre la main en organisant dès 1966 la Mission étudiante, destinée à coordonner des initiatives variées, la JEC, mal à l’aise dans l’institution, est l’un des acteurs de la « crise catholique » de la fin des années 1960 et de la décennie 1970 récemment analysée par Denis Pelletier11. Elle en sort exsangue, comme nombre de mouvements spécialisés, et demeure en retrait à l’heure de la « génération Jean-Paul II », qui recherche de nouvelles formes de présence, plus identitaires et plus visibles, dans un monde étudiant totalement transformé et largement étranger au catholicisme.

4La JEC constitue ainsi un bon observatoire des enjeux d’une histoire du militantisme catholique, entre histoire religieuse et histoire sociale et politique. Composante de l’Action catholique spécialisée, elle révèle ses ambiguïtés dans son rapport avec l’institution ecclésiale dont elle dépend et la société qu’elle veut influencer, de l’ambition de conquête des années 1930 à la présence critique de la fin des années 1960. Mouvement de jeunesse parmi d’autres, elle réagit à l’affirmation des enfants du baby boom, à la transformation des relations familiales et à la démocratisation de l’enseignement secondaire puis supérieur. Lieu de formation et de sociabilité, elle prépare à l’action, en leur donnant une armature spirituelle et civique, des militants dont les itinéraires divergent d’une génération à l’autre, mais aussi à l’intérieur d’une même génération, du choix de Dieu à l’option révolutionnaire. Destinée en premier lieu à un « milieu » universitaire, elle contribue au rayonnement des intellectuels catholiques de part et d’autre de la Seconde Guerre mondiale pour être associée ensuite à leur effacement. Telles sont quelques-unes des pistes de réflexion qui peuvent guider l’histoire de la JEC. La journée d’étude organisée par le Centre national des Archives de l’Église de France n’a pas d’autre ambition que de contribuer à l’écrire en donnant la parole aux historiens et aux témoins pour éclairer quelques temps forts dans un parcours de quatre-vingts ans.

Notes

1 Alain-René Michel, « La Jeunesse étudiante chrétienne de 1934 à 1944 : attitude civique et spiritualité », thèse de 3e cycle, Université de Lille-III, 1985 ; La JEC Jeunesse étudiante chrétienne face au nazisme et à Vichy (1938-1944), Lille, Presses universitaires de Lille, 1988, 315 p.

2 Danielle Hervieu-Léger, De la mission à la protestation. L’évolution des étudiants chrétiens en France (1965-1970), Paris, Cerf, 1973, 244 p.

3 Gérard Cholvy, Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre européen 1799-1968, Paris, Cerf, 1985, 432 p. ; Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Cerf, 1999, 419 p.

4 Christophe Roucou, « Les Origines de la JEC en France 1929-1936 », mémoire de maîtrise, Université Paris-IV, 1973 ; Bruno Mary, « La JECF dans l’enseignement public en France », mémoire de maîtrise, Université Lille-III, 1981 ; Catherine Hartmann, « Histoire de la JEC de 1962 à 1966 », mémoire de maîtrise, Université Paris-I, 1987 ; Hilaire Multon, « Histoire de la JEC de 1945 à 1957 : une génération de chrétiens novateurs », mémoire de maîtrise, Université Paris-IV, 1996.

5 Gérard Cholvy, Bernard Comte, Vincent Féroldi (dir.), Jeunesses chrétiennes au XXe siècle, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, 174 p.

6 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, 726 p. Sur l’itinéraire et l’œuvre de Alain-René Michel, voir Philippe Guignet, Jean-François Chanet (dir.), Jeunesse et religion au XXe siècle. En mémoire à Alain-René Michel, hors série, Revue du Nord, coll. Histoire, n° 23, 2009, 278 p.

7 Bernard Minvielle, L’Apostolat des laïcs à la veille du Concile (1949-1959). Histoire des congrès mondiaux de 1951 et 1957, Fribourg, Éditions universitaires, 2001, 498 p.

8 Charles Molette, L’Association catholique de la jeunesse française 1886-1907. Une prise de conscience du laïcat catholique, Paris, Armand Colin, 1968, 815 p.

9 Alain-René Michel, La JEC…, op. cit., p. 263-266.

10 Samuel Pruvot, Monseigneur Charles, aumônier à la Sorbonne 1944-1959, Paris, Cerf, 2002, 332 p.

11 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique, Paris, Payot, 2002, 321 p.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search