Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Avant-propos

Bernard Barbiche

Texte intégral

1Le présent colloque a été organisé conjointement par le Centre national des archives de l’Église de France (CNAEF) et par la Société d’histoire religieuse de la France. Ce partenariat était d’autant plus facile à mettre en place que je suis actuellement le directeur de l’un et le président de l’autre. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le secrétariat national de la Jeunesse étudiante chrétienne, qui s’est toujours montré très coopératif. Nous avons notamment reçu un accueil et un appui chaleureux de la part de Mme Anna Palecka. J’exprime par ailleurs ma particulière gratitude à Mme Martine de Boisdeffre, directrice des archives de France, qui nous a fait bénéficier du soutien du ministère de la Culture et de la Communication.

2Qu’il me soit permis tout d’abord de présenter en quelques mots le CNAEF, sa fonction et ses objectifs. Il a été fondé en 1973 par l’Association des archivistes de l’Église de France, à l’initiative du chanoine (plus tard Mgr) Charles Molette, puis il est devenu en 1982 un service de la conférence des évêques de France. Il est installé depuis 1998 à Issy-les-Moulineaux dans une partie des locaux du grand séminaire de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Il est à l’Église de France ce que les Archives nationales sont à l’État : il a vocation à conserver les archives produites par le secrétariat général de l’épiscopat et par les services de la conférence, commissions et comités. Mais tout comme les Archives nationales, il peut aussi accueillir des fonds qui lui sont confiés, sous forme de dons ou de dépôts, par des mouvements d’Église, des communautés religieuses ou des personnalités du monde catholique. C’est ainsi qu’il a reçu en dépôt entre 1995 et 1997 les archives de la Jeunesse étudiante chrétienne, qui fête cette année le 80e anniversaire de sa fondation.

3Le CNAEF est donc d’abord un dépôt d’archives. Les archivistes qui y travaillent ont pour mission première de classer et d’inventorier les fonds et de rédiger des inventaires en vue de leur exploitation par les chercheurs. Mais son ambition ne s’arrête pas là. Nous conservons à Issy-les-Moulineaux la matière première qui permettra d’écrire sur des bases solides l’histoire de l’Église de France dans la seconde moitié du XXe siècle. Nous accueillons volontiers les chercheurs et nous souhaitons établir des liens féconds avec l’Université. C’est pourquoi il nous a semblé utile de créer auprès du CNAEF un comité scientifique, instance de dialogue et de concertation regroupant autour de l’évêque chargé des archives quelques professeurs d’université. Nous espérons ainsi établir une coordination harmonieuse entre toutes les parties intéressées et aider les universitaires à conseiller ceux de leurs étudiants qui souhaitent s’engager dans une recherche d’histoire religieuse.

  • 1 Le présent recueil ne contient pas le texte du témoignage du professeur Marion, mais on en (...)

4Notre première réalisation a été, en mars dernier, une exposition présentée dans l’atrium de la Maison des évêques de France sur le thème « Un siècle d’histoire de l’Église vu à travers les archives ». Le succès remporté par cette manifestation nous a incités à aller plus loin. Le 80e anniversaire de la JEC célébré cette année nous a amenés, en concertation avec le secrétariat national du mouvement, à organiser une deuxième exposition et un colloque universitaire sur le même thème. L’exposition a été préparée par l’équipe du CNAEF, Mme Élisabeth Verry, notre conseiller scientifique, et nos deux archivistes, Agnès Piollet et Sophie Tantot, spécialement par Sophie Tantot. Quant au colloque, puisque c’est de lui qu’il s’agit ici, il a été organisé sous la responsabilité scientifique du professeur Christian Sorrel, de l’université Lumière Lyon-II, membre de notre comité scientifique, à qui je tiens à exprimer mes plus vifs remerciements. Je remercie également tous les intervenants qui ont répondu à notre appel, depuis les vétérans de l’histoire religieuse contemporaine jusqu’aux chercheurs plus jeunes. À côté des historiens, nous avons fait appel à des témoins, acteurs ou observateurs de la vie de la JEC. Ainsi se conjugueront, dans une double approche, les regards de ceux qui écrivent l’histoire et de ceux qui l’ont vécue : le professeur Yves-Marie Hilaire ; Mme Catherine Thieuw-Longevialle qui nous apportera un témoignage irremplaçable, celui de la dirigeante nationale qu’elle a été dans les années récentes ; et le professeur Jean-Luc Marion, de l’Académie française, dont la participation nous honore1.

5Retracer l’histoire de la Jeunesse étudiante chrétienne à l’occasion de son 80e anniversaire n’est pas chose facile, pour toutes sortes de raisons. Le mouvement a connu bien des turbulences, bien des vicissitudes, des épisodes douloureux. Maintenant que l’apaisement est venu, il est nécessaire de porter un regard dépassionné sur le passé. C’est un service à rendre à l’Église. Cette démarche peut être salutaire, elle peut aider à comprendre le présent, on peut en tirer des leçons pour l’avenir. Nous retiendrons avant tout que cette composante de l’Action catholique a tenu une place importante dans la pastorale de l’Église : elle a compté dans ses équipes dirigeantes des personnalités d’exception (je pense notamment à René Rémond), elle a exercé une influence décisive sur des générations de chrétiens, elle a suscité des engagements admirables. Aujourd’hui encore, plusieurs acteurs du monde politique, syndical ou associatif sont issus de ses rangs. Le moment est venu de se livrer à une analyse historique et critique sereine pour montrer tout ce qu’elle a apporté et tout ce que nous lui devons.

6Je me réjouis de ce que les évêques de France, dont les relations avec la direction du mouvement ont été parfois tumultueuses, accueillent aujourd’hui ces manifestations, colloque et exposition, dans leur maison. Et je terminerai par une dernière remarque. Les normes de communicabilité des archives de la conférence épiscopale conservées au CNAEF sont sévères. Beaucoup des dossiers que nous conservons touchent aux intérêts supérieurs de l’Église de France, ils mettent parfois en cause des personnes encore vivantes. D’où la prudence de la conférence, que l’on peut comprendre mais qui ne facilite pas la dynamique de la recherche. Or les communications que nous allons entendre aujourd’hui sont fondées pour l’essentiel sur les archives mêmes de la JEC, fort bien classées et inventoriées par l’une de nos anciennes archivistes, Kristell Loussouarn. Ces fonds-là, qui n’ont pas fait l’objet d’un versement mais d’un dépôt, ne sont soumis à aucune restriction de communication, à l’exception des dossiers les plus récents. Point n’est besoin pour les consulter de demander des dérogations. Le secrétariat national du mouvement nous a laissé toute liberté. D’où le caractère très neuf des recherches en cours. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette ouverture. Le présent colloque manifeste, je pense, à quel point elle peut être bénéfique pour l’Histoire et pour l’Église.

Notes

1 Le présent recueil ne contient pas le texte du témoignage du professeur Marion, mais on en trouvera la substance dans son article « De l’éminente dignité des pauvres baptisés », paru dans Communio, t. iv, mars-avril 1979. L’auteur y développe notamment une réflexion sur les notions comparées de militantisme et d’apostolat.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search