Version classiqueVersion mobile

Le pontife et l’erreur

 | 
Sylvio De Franceschi

Entre antiromanisme et antipapisme : Hans Küng

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

  • 1 « Journal à plusieurs voix », Esprit, février 1980, p. 109-112.

1En février 1980, alors que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi vient de retirer à Hans Küng son droit d’enseigner au nom de l’Église, la revue Esprit publie un débat1 entre l’écrivain Jean Bastaire, spécialiste de Péguy, et le philosophe Jean-Claude Eslin. Le premier écrivait :

  • 2 La contribution de Jean Bastaire s’intitule « Hans Küng Le courage d’être hérétique ».

Ce qu’il y a d’exaspérant dans le cas de Hans Küng, c’est qu’on est en plein cinéma. À en croire le principal intéressé, les flammes de l’Inquisition crépitent sous sa chaire. Sa parole est réduite en cendres et ses livres jetés au vent. Il ne craint pas non plus de se poser en victime d’un goulag ecclésiastique qui le bâillonne en le privant de toute possibilité de s’expliquer.
On croit rêver, car qui empêche ce curé de parler, d’écrire, de publier, d’enseigner ? En quoi la décision romaine, qui lui ôte seulement la qualification de catholique, lui impose-t-elle un silence dont il ne voudrait pas ? L’Allemagne où il professe est-elle ou non un pays démocratique qui garantit à tous la liberté d’expression ?
Tant qu’on ne nous prouvera pas que Rome, non contente de désapprouver les idées de Küng, cherche à en entraver la diffusion, l’émoi soulevé par la récente mesure fera sourire. On ne peut raisonnablement refuser au pape et aux évêques de choisir leurs mandataires. La seule chose sur laquelle on doive veiller, c’est qu’une collectivité quelconque, fût-ce l’Église catholique, n’étende pas sa loi à toute la société civile. Pour le reste, que chacun prenne ses responsabilités selon sa conscience.
Voilà justement où le bât blesse, dans l’affaire Küng. Sous les beaux principes se dissimulent, chez l’intéressé, un classique conflit de puissances, et chez les disciples, un persévérant infantilisme.
Hans Küng repousse la loi du magistère. C’est son droit. Ce qui l’est moins, c’est qu’il entende imposer la sienne. Il ne se borne pas à maintenir ses opinions. Il exige que l’autorité dont il a reçu mandat les endosse.2

2Jean-Claude Eslin répondait notamment :

  • 3 Le texte de Jean-Claude Eslin s’intitule « Penser avec sa propre tête ».

Je pense que la désacralisation du pape est une tâche primordiale pour l’avenir du catholicisme même. La question n’est pas liée au comportement de tel ou tel pape. C’est structurellement, théologiquement, que la majoration du rôle de Pierre, réduisant le rôle des autres évêques, institue de mauvaises conditions pour l’exercice de la liberté et de la responsabilité dans l’Église. Depuis que, vers le XIIe siècle, Rome s’est conçue comme pouvant enlever parole et pouvoir aux évêques, la liberté a été menacée dans l’Église romaine.
Cette sacralisation empêche encore aujourd’hui, et bien plus profondément que nous ne soupçonnons, à un niveau très inconscient, les catholiques de penser avec leur propre tête, elle les empêche d’apprécier la part qui leur revient dans l’œuvre d’effectuer la vérité chrétienne même. Küng a commencé, de façon discutable mais sérieuse, un travail auquel l’Église de Rome ne pourra pas se refuser dans les vingt années à venir : la désacralisation de son propre pouvoir. Il n’est pas besoin de conduire cette tâche avec insolence et agressivité. On peut la conduire avec respect, et le pape lui-même est le mieux placé pour y collaborer. Mais ce n’est pas seulement un travail de théologien, c’est un travail qui concerne très profondément tous les catholiques.3

3On peut noter que l’attaque (J. Bastaire) est plus vive que la défense (J.-C. Eslin) qui comporte en creux également une critique sévère de la méthode de Küng, à travers l’utilisation de termes connotés négativement (discutable, insolence, agressivité). En guise de réponse Jean Bastaire insistait sur la nécessité d’« une autorité régulatrice qui exprime la foi de la communauté et au besoin la défende », et il relevait « les graves lacunes » de la christologie de Küng.

4Cet échange dans une revue qui ne peut être soupçonnée de papolâtrie exacerbée, autour de l’œuvre du théologien suisse, met en perspective la question posée par Sylvio De Franceschi dans sa lettre d’invitation du 6 juin 2008 au Colloque qu’il organisait à Lyon sur « L’anti-infaillibilisme catholique » : « Il s’agirait en particulier d’évaluer l’éventuelle charge antiromaine chez Küng, ou ce que les contemporains ont perçu d’antiromain chez lui, à tort ou à raison. »

  • 4 Hans Küng, Mémoires. Mon combat pour la liberté et Mémoires II. Une vérité contestée, Pari (...)
  • 5 Le dossier Küng. Documentation sur les efforts faits par la Congrégation de la foi et la C (...)

5Pour essayer de comprendre la portée et le contenu de l’antiromanisme de Hans Küng, qui relève plutôt de l’antipapisme comme le souligne Eslin, il convient d’abord de retracer rapidement la carrière du théologien en la replaçant dans son contexte historique, puis de cerner dans la mesure du possible sa personnalité telle qu’elle transparaît dans ses Mémoires et chez nombre d’observateurs et commentateurs, enfin de rappeler les grandes lignes de sa pensée. L’historien, est cependant confronté à un sérieux problème de méthode dès lors que les sources dont il dispose sont des imprimés en l’absence de fonds d’archives disponibles. Il doit prendre en compte notamment la passion qui affleure dès qu’il s’agit de Küng, et que ce dernier entretient lui-même avec soin, comme en témoignent les commentaires quasiment à fronts renversés de France catholique et de Témoignage chrétien en février 2006 à l’occasion de la parution du premier tome de ses Mémoires4 : le premier le présente dans son titre avec ironie comme LE « grand théologien » en insistant sur les guillemets ; le second annonce les Mémoires d’un « rebelle » et un « retour sur l’incroyable itinéraire » d’un « libre théologien malgré les oukases du Vatican ». On dispose cependant, au sujet de la crise de 1979, d’un recueil de documents accompagné d’un avant-propos du Secrétariat de la Conférence épiscopale française, en fait de Mgr Roger Etchegaray5. Le présent essai n’est qu’une première approche, qu’il conviendrait de compléter par une étude systématique des recensions des livres de Küng, de ses interventions incessantes dans la presse, et avec des documents provenant de divers pays, notamment d’Allemagne et d’Italie, où les questions religieuses sont toujours suivies avec attention par les médias.

Un théologien médiatique

  • 6 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 464.

6Dans son commentaire du premier tome des Mémoires de Hans Küng, Jérôme Anciberro écrit dans Témoignage chrétien qu’il « aurait pu devenir un des théologiens officiels du Vatican, accéder rapidement à l’épiscopat et – pourquoi pas – terminer paisiblement sa carrière au Sacré Collège ». Mais il cite aussitôt Küng : « Lorsqu’un théologien éminent perd ses dents, il est mûr pour le cardinalat », évoquant ainsi Jean Daniélou6. Le théologien porte sur le cardinal Journet le même type d’appréciation :

  • 7 Ibid., p. 386.

Journet est l’un de ces théologiens qui ont certes écrit une grande œuvre sur l’Église, mais qui à présent ne sont plus capables de suivre le renouveau. Il en sera récompensé plus tard par son élévation au rang de cardinal.7

7On perçoit ici la méthode qui plaît tant aux médias avides des « petites phrases » vite transformées en soi-disant scoops, et qui est réitérée dans les Mémoires :

  • 8 Id., Mémoires II, op. cit., p. 705.

Quinze ans après, je regrette encore moins qu’en 1965 – après mon audience privée accordée par Paul VI – d’avoir refusé de me mettre au service d’un système romain qui s’identifie tout simplement à l’Église. C’est ce qu’ont fait certains théologiens et amis devenus par la suite cardinaux : Dulles, Lehmann, Mejía, Kasper, Ratzinger, Tucci ou d’autres. Il m’est aujourd’hui plus évident que jamais qu’il m’aurait fallu alors acquiescer, dire globalement oui et amen au faillible comme à l’infaillible, au vrai comme au faux, du moment qu’on m’aurait demandé de l’admettre.8

8Le cardinal serait donc forcément celui qui se soumet, au point d’abdiquer sa conscience.

9Né en 1928 à Sursee, dans le catholique canton de Lucerne en Suisse, prêtre à 26 ans, professeur de théologie à l’université de Tübingen à 32 ans (1960), Küng est parmi les plus jeunes participants au concile Vatican II comme expert. Il est intéressant de relever dans ses Mémoires son attachement à la Suisse, terre de liberté, et à son éducation suisse, qui porte au respect de l’autre (« La Suisse est une communauté multiculturelle ») et au refus de l’autorité exercée d’une manière autoritaire. Il évoque avec gourmandise son rapport à Guillaume Tell qui incarne selon lui

  • 9 Id., Mémoires I, op. cit., p. 25.

le droit du citoyen suisse du temps de la fondation de la Confédération, le droit à la résistance, profondément enraciné dans la pensée médiévale. Combien de fois y ferai-je appel plus tard : pas de respect pour les chapeaux de Gessler, qu’ils représentent le pouvoir séculier ou le pouvoir spirituel !9

  • 10 Jean-Dominique Durand, « La Furia francese vue de Rome : peurs, suspicions et rejets des a (...)
  • 11 Davide Zordan, Connaissance et mystère. L’itinéraire théologique de Louis Bouyer, Paris, É (...)
  • 12 Joseph Doré, « Théologie et philosophie chez Henri Bouillard », Nouvelle revue théologique(...)

10On est cependant là dans le domaine de la reconstruction postérieure, car il reçoit une formation romaine classique au Collegium Germanicum et à l’Université Pontificale Grégorienne. Cependant, dans cette Rome des années 1950, pleine de pesanteurs10, avec l’encyclique Humani generis (12 août 1950), il commence à s’interroger sur la liberté de la recherche. Il préfère préparer ensuite sa thèse à Paris, à l’Institut Catholique, sous la direction de Louis Bouyer11, vers lequel Henri Bouillard12, auquel il s’était adressé d’abord, l’a orienté, étant lui-même interdit d’enseigner. Elle porte sur nature de l’Église chez Karl Barth. Il en tire en 1965 un livre : La Justification. La doctrine de Karl Barth, réflexion catholique, qui défend l’idée d’un rapprochement possible entre catholicisme et luthéranisme.

  • 13 Nous donnons les références de la première édition en français.
  • 14 Cet ouvrage est un abrégé de L’Église, paru en 1968.
  • 15 Hans Küng, Incarnation de Dieu. Introduction à la pensée théologique de Hegel comme prolég (...)
  • 16 Id., Le christianisme et les religions du monde. Islam, hindouisme, bouddhisme, Paris, Seu (...)
  • 17 André Dumas, « Une somme contemporaine : Être chrétien de Hans Küng », Esprit, janvier 197 (...)

11Il assiste au concile comme expert, et avant même son ouverture, il publie Concile et retour à l’unité en 196113 (Éditions du Cerf), où il s’attache à définir la signification possible et souhaitable du concile, ouvrage qui frappe par la liberté du ton. Suit en 1963 Le Concile, épreuve de l’Église (Seuil), un recueil de conférences prononcées durant la première session de l’automne 1962. Puis viennent tout une série d’ouvrages consacrés à l’Église catholique, notamment : Structures de l’Église (DDB, 1963), Liberté du chrétien (DDB, 1967), L’Église (DDB, 1968), Infaillible ? Une interpellation (DDB, 1971), Qu’est-ce que l’Église ? (DDB, 1972)14, Être chrétien (Seuil, 1978), L’Église est-elle assurée dans la vérité ? (Seuil, 1980), Une théologie pour le troisième millénaire. Pour un nouveau départ œcuménique (Seuil, 1989), Garder espoir. Écrits sur la réforme de l’Église (Éditions du Cerf, 1991), Le Christianisme. Ce qu’il est et ce qu’il est devenu dans l’histoire (Seuil, 1999). À ces travaux, qui relèvent de l’ecclésiologie, s’ajoutent des études de christologie15 et sur les relations interreligieuses16. Il s’agit d’une œuvre considérable, avec un nombre très important de livres, mais assez répétitive. Elle jouit de nombreuses traductions, et de ce fait l’auteur exerce une incontestable influence. La plupart de ces titres sont des best sellers, et même, grâce aux rééditions, souvent en format poche, des long sellers, qui bénéficient aussi de la faveur des critiques de la grande presse et de lecteurs nombreux. Dans un compte rendu de Être chrétien, le pasteur André Dumas signale que l’édition allemande de ce qu’il considère comme « une somme contemporaine » a dépassé les 100 000 exemplaires. En même temps, il définit ainsi l’auteur : lansquenet et pédagogue suisse, professeur dans l’une des citadelles universitaires allemandes (Tübingen), habitué des auditoires internationaux et des procès d’intention à Rome17.

12Küng écrit non sans plaisir :

  • 18 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 239.

La traduction française de mon livre Infaillible ? Une interpellation parut dès le 5 mars 1971 aux éditions Desclée de Brouwer, à Paris, et j’eus abondamment l’occasion de la présenter à la presse, à la radio et à la télévision.18

  • 19 Ibid., p. 586.

13En octobre 1979, il dresse le bilan de la première année du pontificat de Jean-Paul II dans un article que publie le Frankfurter Allgemeine Zeitung, mais qu’il réussit à faire sortir « presque en même temps » à New York (New York Times), Paris (Le Monde), Milan (Panorama), Amsterdam (Elsevier Weekblad), Madrid (El País), São Paulo (Veja), et Melbourne (The Age), « ainsi que dans plusieurs journaux suisses »19, ce qui implique une belle organisation et une maîtrise impressionnante des médias.

  • 20 Dominique Avon, Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie ? 1965- 1980. Colloq (...)
  • 21 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Pay (...)
  • 22 Hadewych Snijdewind, « Genèse et organisation de la revue internationale de théologie Conc (...)

14Küng, dont la pensée émerge vraiment à partir du concile, semble avoir bien compris l’évolution culturelle – et théologique20 - de l’époque, l’importance des médias pour assurer le succès d’un livre, dans un contexte de crise du catholicisme21 et de mise en cause de l’autorité, d’où qu’elle vienne. Il en use avec facilité et efficacité, servi par son style qui porte à une lecture aisée, et par la structure de ses livres, aux références en note peu nombreuses, qui placent la théologie à la portée du plus grand nombre, et par son tempérament batailleur. Ses livres dominent le champ théologique à partir des années conciliaires, et il participe activement à la bataille de la revue Concilium – qu’il avait contribué à fonder avec Karl Rahner en 196522 – en faveur de la liberté de la recherche théologique avec la publication d’une déclaration de trente-huit théologiens en décembre 1968, alors que lui-même et Edward Schillebeeckx étaient dans la mire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Le théologien suisse venait de publier en 1967 la première édition en allemand de son Die Kirche, et il s’insurgeait contre l’encyclique Humanæ uitæ publiée le 25 juillet 1968.

  • 23 Émile Poulat, Recension de « Hans Küng, Le Christianisme. Ce qu’il est est et ce qu’il est (...)

Sa notoriété est donc ambivalente », observe Émile Poulat : « Elle tient à l’abondance de son œuvre et au bruit fait autour de celle-ci. Aucune appréciation ou évaluation ne peut économiser ce double aspect.23

Un style, un tempérament

15Le style de Hans Küng est celui d’une ironie mordante, redoutable, dont les papes surtout font les frais. Ainsi de Pie XII, lorsque Küng apprend que, selon le père Gumpel, postulateur de sa cause de béatification,

  • 24 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 163.

il aurait pratiqué à plusieurs reprises un exorcisme à l’intention d’Adolf Hitler qu’il considérait comme possédé du diable – un exorcisme tout à fait inusité jusqu’alors, à mille cinq cents kilomètres de distance, qui lui semblait apparemment possible, à lui, en sa qualité de représentant de Dieu ou du Christ -, sans succès toutefois ! Notre promoteur du procès de béatification ne semble pas avoir envisagé la possibilité que des psychiatres pourraient qualifier, tant l’apparition du Christ que l’exorcisme, de symptômes d’un délire de César (exagération maladive d’une pulsion du pouvoir chez des gouvernants ou des dictateurs), à la manière du pape Boniface VIII.24

16Ou encore cet exemple au sujet de Jean-Paul II, à propos d’un voyage à San Giovanni Rotondo dans l’été 1955, auprès de Padre Pio. Sa mère lui avait demandé de prier « ce saint du peuple » pour sauver son frère d’un maladie mortelle, mais il n’y parvint pas :

  • 25 Ibid., p. 192.

Était-ce par manque de foi ? Le Padre Pio est canonisé par le même pape qui, encore étudiant, lui avait rendu visite, à peu près en même temps que moi, et avait reçu de lui la prédiction qu’il deviendrait pape et survivrait à un attentat. Padre Pio ne m’a rien dit à moi, mais il est vrai que je ne lui avais rien demandé non plus.25

  • 26 Charles Journet, « Cahier de Rome », Journet-Maritain. Correspondance, vol. VI 1965-1973, (...)
  • 27 Jacques Maritain, lettre à Charles Journet, 17 février 1965, ibid., p. 53-57.

17Il se fait aussi, en mettant les rieurs de son côté, porteur des rumeurs les plus incontrôlables. Redoutable polémiste, il règle ses comptes contre ceux qui le critiquent, comme Charles Journet, qui considérait son livre Die Kirche comme un « livre mauvais »26, plaçant son cardinalat, on l’a vu, comme récompense d’une servilité. Il n’y avait guère de place pour une entente entre les deux théologiens suisses. Du reste, Küng ignore complètement l’œuvre de Jacques Maritain, qu’il ne cite jamais, tandis que ce dernier, très proche de Journet, le considérait, parmi les fondateurs de Concilium, comme un « naufrageur »27.

18Ses Mémoires le montrent sûr de lui, prompt à attaquer, sans guère se mettre en cause, comme en témoigne ce bref passage :

  • 28 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 174.

Je dois me défendre en même temps contre Henri de Lubac, à qui j’ai toujours voué une grande admiration. Il avait répondu sur un ton amer à ma critique sur l’œuvre de Bouillard sur Barth que la revue de Cologne Dokumente m’avait demandée et qui était – comme une relecture le confirme – objective et juste.28

19Parfois sa plume acérée dérape dans le venin comme lorsqu’il s’attaque, avec une ironie qui met le lecteur mal à l’aise, au cardinal Daniélou :

  • 29 Ibid., p. 464.

Grâce à sa conformité romaine, ce dernier [Daniélou] accède, selon ses mérites, dès 1969, au cardinalat ; en 1974, il meurt dans des circonstances mystérieuses, dans un hôtel de passe, lors d’une « visite pastorale » chez une prostituée. Il ne m’a jamais fait de mal. Requiescat in pace.29

  • 30 Id., Infaillible ? Une interpellation, Paris, DDB, 1971, p. 97.

20Lorsque dans Infaillible ? Une interpellation, il qualifie Louis Veuillot, en évoquant les débats du XIXe siècle, d’« homme habile et peu enclin au scrupule »30, on peut se demander si cette définition ne pourrait pas s’appliquer à lui-même. Son attaque est en fait dirigée autant contre la personne du pape que contre le dogme, défini par le concile Vatican I en juillet 1870. Celui-ci répondait à une définition précise, son application se trouvant limitée aux « décisions relatives à la foi ou à la morale qui devaient être tenues par toute l’Église », ce qu’exprime la formule « parler ex cathedra ». En fait, l’application du dogme de l’infaillibilité, du reste fortement combattue par de nombreux pères conciliaires, fut très mal reçue par l’opinion publique, mais elle était très limitée dans son application. La question est de savoir si Küng a raison de l’appliquer à l’encyclique Humanæ uitæ. Il reproche vigoureusement au pape Paul VI la publication de ce texte et les conditions de sa rédaction, mais il paraît s’en réjouir car selon lui,

  • 31 Ibid., p. 31.

l’encyclique a eu un effet secondaire inattendu, dont les conséquences sont encore imprévisibles : elle a provoqué un examen de conscience de grand style sur ce qu’est l’autorité et en particulier l’autorité doctrinale dans l’Église.31

  • 32 Photographie reproduite dans les Mémoires II.

21Placer cette encyclique dans le champ d’application du dogme de l’infaillibilité, c’est certainement forcer le trait, ce qui peut relever de la manipulation pour enflamer une partie de l’opinion publique, catholique ou non, contre Rome. Ainsi, le 19 décembre 1979, au lendemain de la publication de la déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi affirmant que « le professeur Küng, dans ses écrits, s’écarte de l’intégrité de la foi catholique et, par conséquent, ne peut plus être considéré comme un théologien catholique, ni ne peut en tant que tel exercer une charge d’enseignement », une marche aux flambeaux est organisée le soir à travers la ville de Tübingen en solidarité avec le professeur sanctionné, et on lit sur l’une des pancartes des manifestants : « Errare romanum est ! »32 Or, dans ses Mémoires, publiés en 2010 et en première édition allemande en 2007, Küng écrit toujours :

  • 33 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 193.

Les cas les plus célèbres de la nouvelle infaillibilité sont la définition du dogme de l’assomption corporelle de Marie au ciel par le pape Pie XII, et l’encyclique de Paul VI « contre la contraception » publiée en 1968.33

  • 34 Sur les débats autour de Humanæ uitæ, voir Jean-François Chiron, L’infaillibilité et son o (...)
  • 35 Hans Urs von Balthasar, Le complexe antiromain. Essai sur les structures ecclésiales, Pari (...)
  • 36 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 403.
  • 37 Le dossier Küng, op. cit., p. 26.

22Une telle affirmation assénée aussi fermement ne peut que laisser perplexe qui connaît quelque peu le fonctionnement du Saint-Siège et les statuts des actes pontificaux : les encycliques ne relèvent que rarement de l’infaillibilité, elle-même strictement définie. Tout au moins doit-on engager le débat sur le caractère d’autorité du document, dans la mesure où Humanæ uitæ – que Küng réduit à la contraception – donnant un enseignement sur la loi naturelle, donc en lien avec la foi, aurait une autorité forte, voire infaillible. Mais n’est-on pas aussi dans le magistère authentique ordinaire, constamment répété de tous temps, avant et après Paul VI ?34 En revanche, user sans nuances de l’argument de l’infaillibilité, c’est à coup sûr réveiller tous les fantasmes hostiles au Vatican jamais complètement assoupis, et entretenir le fameux complexe antiromain identifié par Hans Urs von Balthasar35, alors qu’en présentant officiellement l’encyclique au Vatican lors d’une conférence de presse, Mgr Fernando Lambruschini avait déclaré que ce document n’était pas une déclaration infaillible. Du côté de la hiérarchie, on considére l’attitude de Hans Küng comme une forme de provocation : Mgr Georg Moser, évêque de Rottenburg, avec qui le théologien eut pourtant « une relation ouverte et cordiale »36, lui écrit le 5 avril 1979 : « Votre façon de procéder ne peut être considérée comme autre chose que comme une provocation »37.

23En tous cas, Hans Küng se révèle comme un batailleur et un procédurier qui entend résister à toute pression et se battre pied à pied. En témoigne la lettre qu’il adresse le 21 juillet 1971 au cardinal Franjo Seper, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi :

  • 38 Ibid., p. 74-77.

Dans votre lettre du 24 janvier 1970 vous m’avez informé « que la Congrégation veut procéder d’une manière loyale, juste et sans arbitraire ». Mais je ne peux pas reconnaître une procédure comme loyale, juste et sans arbitraire, dans laquelle on me refuse toujours la prise de connaissance des actes et du déroulement de la procédure, qui est encore secrète ; une procédure dans laquelle je n’ai pas choisi moi-même mon « avocat » (relator « pro autore »), mais que je ne connais même pas et où, à côté d’une procédure « ordinaire », une procédure « extraordinaire » en dehors de la légalité est toujours possible. Il suffit de comparer ce nouveau règlement de procédure avec les règlements de procédure habituels dans les États constitutionnels pour voir tout de suite que le règlement de procédure de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, doit toujours être malheureusement qualifié comme inquisitorial et discriminatoire.38

24En fait, les documents publiés révèlent une triple stratégie contre Rome de la part de Hans Küng, de défiance et de dénonciation des mesures engagées contre lui, d’argumentation juridique et théologique, d’une certaine forme d’insolence et de mépris pour ses interlocuteurs. En témoignent les échanges avec Rome en 1971-1972.

  • 39 Ibid., p. 77-81.
  • 40 Ibid., p. 82.
  • 41 Ibid., p. 83-94.

25Le 1er juillet 1971, le cardinal Seper informe Hans Küng de l’ouverture par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi d’une « procédure d’ordre doctrinal » contre son livre Unfehlbar ? Eine Anfrage (Infaillible ? Une interpellation), pose un certain nombre de questions au sujet des thèses défendues par le livre, jugées « incompatibles avec l’enseignement catholique », et demande des réponses par écrit « dans un délai de trente jours »39. Le 19 juillet, Hans Küng répond depuis Moscou, où, dit-il, « j’entretiens des relations avec l’Église russo-orthodoxe », manière de montrer l’ampleur de ses relations personnelles, ajoutant qu’il a entrepris un voyage autour du monde et qu’il répondrait à son retour : « Je vous prie de patienter jusque là », écrit-il sans donner de précision quant à la date40. Le 17 décembre, la Congrégation relance le professeur de Tübingen et donne un nouveau délai d’un mois. La réponse vient finalement le 24 janvier, donc légèrement au-delà du délai d’un mois. Elle s’articule autour de deux grands points41.

26Le premier est la protestation contre la procédure dans laquelle le théologien voit « un esprit d’inquisition ». Le second est la défense sur le fond, mais qui n’entre pas dans les détails, se contentant de remarques générales, sans se priver de rappeler la condamnation de Galilée, la Querelle des rites, et plus récemment la condamnation d’exégètes et de théologiens reconnus ensuite comme experts à Vatican II. En fait, plutôt que de répondre aux questions posées, Küng opte pour l’attaque, opposant au cardinal romain une contre-question : « Je ne sais pas comment vous jugez la situation actuelle de l’Église catholique », évoquant la « perte de crédibilité de Rome », le départ de milliers de prêtres et de religieuses. Küng achève sa lettre avec une verve polémique :

Je ne me crois pas infaillible moi-même. Je ne suis par ergoteur et je me laisse corriger toujours par ceux qui savent plus que moi. Je ne veux pas « démolir Rome » comme certains cercles me le reprochent, et surtout, cela va sans dire, je ne m’imagine pas pouvoir le faire ; seule Rome même le pourrait par son manque d’intelligence, par son obstination et par son caractère arriéré. Dans ma théologie, je m’occupe aussi de « Rome », bien que d’autres catholiques ne veuillent plus entendre ce mot, parce que je suis convaincu de la nécessité et de l’utilité d’un service dans l’esprit de saint Pierre, non seulement à l’Église, mais encore à toute la chrétienté.

27Le style est là, le caractère aussi. Quel est le contenu de la pensée ?

Pierre et Rome selon Hans Küng

28L’antiromanisme de Küng tient d’abord dans une certaine idée de l’Église que René Pucheu a bien identifiée dans sa longue recension pour Esprit de Le Concile, épreuve de l’Église paru en 1963 :

  • 42 René Pucheu, « Hans Küng : Le Concile, épreuve de l’Église (Seuil, 1963) », Esprit, novemb (...)

L’Église n’est pas pour Hans Küng une hiérarchie ainsi que l’ont présentée le Moyen Âge et la Contre-Réforme. Revenant à la conception biblique du Peuple de Dieu, Hans Küng dévoile l’ekklesia comme le « grand concilium des croyants » (p. 49) convoqué par Dieu. Le Concile œcuménique réuni par convocation humaine en est la représentation. Dans les deux cas, il s’agit d’une convocation d’hommes et non d’individus amorphes ; dans les deux cas, l’unité « ne consiste pas simplement dans l’orientation d’un chacun vers un organisme central, mais consiste avant tout dans la communion fraternelle des membres entre eux dans l’esprit du Seigneur glorifié de l’Église » (p. 54). Plus précisément, « il existe deux principes de l’unité dans l’Église : le lien des évêques et de leurs églises locales à la chaire de Pierre, et aussi le lien des églises locales et des évêques entre eux (p. 206)42.

  • 43 Hans Küng, L’Église, op. cit., p. 176-185, et Qu’est-ce que l’Église, op. cit., p. 159.

29L’important est cette définition de l’Église peuple de Dieu, qui amène le théologien à s’opposer à une Église cléricalisée, critiquant les prêtres qui se considèrent comme une caste à part située entre Dieu et les hommes, alors que l’unique médiateur est Jésus-Christ. Tous les croyants sont l’Ecclesia, l’Église et, par conséquent, tous les croyants sont aussi prêtres, spirituels, clergé43.

30Dans cette optique, il n’y a pas une contestation radicale de Pierre en tant que tel, mais de son « raidissement » croissant au cours de l’histoire, son centralisme, son absolutisme, contre le service que doit rendre Pierre en terme d’unité. Küng regrette que le service de Pierre soit devenu selon lui un pouvoir, au cours d’un long processus qui a conduit la papauté à devenir une puissance séculière :

  • 44 Id., Qu’est-ce que l’Église ?, op. cit., p. 184.

Que le service de Pierre, dont la fonction de rocher et de pasteur devait être précisément, selon la conception catholique, de conserver et d’affermir l’unité de l’Église, que ce service soit devenu un énorme bloc de pierre apparemment immuable, infranchissable et inévitable sur le chemin vers une compréhension réciproque des Églises chrétiennes, c’est là une situation absurde qui ne pourra jamais assez faire réfléchir précisément celui qui est convaincu de l’utilité d’un service de Pierre.44

31Il voit dans l’idée même d’infaillibilité une illustration de cette dérive et dans L’Église assurée dans la vérité ? publié en 1980, il préfère parler des « chances d’un magistère faillible ». Sur ce thème, on dispose surtout de son exposé systématique qui fit tant de bruit au moment de sa parution, Unfehlbar ? Eine Anfrage - Infaillible ? Une interpellation, dont on trouve un bon résumé dans la préface qu’il donne au livre d’August Bernhardt Hasler, Wie der Papst Unfehlbar Wurde : Macht und Ohnmacht eines Dogmas, publié en 1979. « Le magistère qui se trompe, c’est un fait », écrit-il. En s’appuyant sur l’histoire de l’Église, il tend à démontrer que l’idée d’infaillibilité est récente et n’a pas de racines scripturaires.

32La question de l’infaillibilité est pour Küng le nœud du problème romain, car de lui découle, ou non, la liberté de la recherche théologique qu’il revendique avec force. Liberté est un terme clé dans son œuvre et qui revient constamment d’un livre à l’autre. Elle est fondamentale pour le théologien, « un homme qui s’instruit à travers ses errements » :

  • 45 Id., L’Église, op. cit., p. 47.

Lui interdire d’errer c’est lui interdire de penser ; il faut généralement du temps, non seulement pour découvrir la vérité, mais pour qu’elle pénètre universellement dans l’Église – en s’opposant aux innombrables objections, préjugés, pseudo-raisons d’une opinio communis qui se donne volontiers les airs de doctrine de l’Église.45

  • 46 Id., Mémoires I, op. cit., p. 467.

33Sur la question de cette liberté spécifique du théologien, qui implique le droit à « errer », donc à se tromper et à « s’opposer »- sous-entendu, à l’autorité romaine -, Küng présente clairement sa position dans « La liberté du théologien » dans son livre Liberté du chrétien (1967), et c’est à son « combat pour la liberté » qu’est dédié le premier volume de ses Mémoires. Il reproche à la Curie romaine de ne pas faire confiance aux théologiens : « On traite la théologie comme la servante du magistère »46. Et là est le fondement de son opposition à Rome :

  • 47 Ibid., p. 467.

On cherche tout simplement à ignorer que selon la tradition, il existe, à côté de l’autorité pastorale des évêques, le magistère scientifique des théologiens […]. Au fond, on a peur de la théologie et encore plus d’un « concile de théologiens ».47

  • 48 Ibid., p. 448.
  • 49 Ibid., p. 448-449.
  • 50 Id., La liberté du chrétien, Paris, DDB, 1991, p. 55.
  • 51 Ibid., p. 92.

34La défense du principe de liberté s’accompagne chez Küng d’une critique virulente des méthodes romaines : inquisition, méthodes inquisitoriales, dictature, sont des termes qui reviennent constamment sous sa plume. Il parle de « terreur spirituelle » et de « terreur intellectuelle »48, et à propos des méthodes du Saint-Office, il écrit : « Malgré toutes les différences qui peuvent exister, on est tout de même en présence d’un pendant spirituel à la police politique secrète de l’empire soviétique ». Il insiste sur le parallèle à établir entre Saint-Office/Congrégation pour la Doctrine de la Foi, définie comme « un service spirituel de sécurité », et KGB soviétique49. Dans un entretien publié par l’hebdomadaire français L’Express le 26 février 2010, il compare la Rome pontificale à un Kremlin, dénonçant dans la papauté actuelle « un système médiéval, absolutiste », formules que l’on trouve déjà dans La liberté du chrétien, où il compare le communisme et l’Église catholique, l’un et l’autre « absolus, centralistes, totalitaires, bref ennemis de la liberté de l’homme »50. À propos de Pierre Teilhard de Chardin, il évoque la « Damnatio memoriæ, effacer de la mémoire : une vieille coutume romaine ! »51

  • 52 Christian Cochini, Les origines apostoliques du célibat sacerdotal, Paris, Ad Solem, 2006, (...)

35Hans Küng paraît, peut-être poussé par sa logique de médiatisation, s’engager dans une critique toujours plus nette, pour ne pas dire virulente, du magistère romain, en prenant position en faveur des réformes les plus radicales sur l’ordination des femmes, le mariage des prêtres, et même l’euthanasie, et en s’en prenant avec une violence parfois exacerbée aux papes. Il faudrait ici se livrer à une enquête systématique, peu commode à réaliser, tant ses interventions dans la presse sont nombreuses. Dans le quotidien français Le Monde du 4 mars 2010, il associe le célibat obligatoire à la pédophilie et fait le procès sans nuance de l’institution, sans évoquer la pédophilie en dehors des institutions religieuses, ni rappeler que le crime pédophile est le fait aussi d’hommes mariés et de pères de famille. Et lorsqu’il déclare que « le célibat érigé en règle contredit l’Évangile et la tradition du catholicisme primitif » et qu’« il convient de l’abroger », c’est ignorer tout le débat historique sur la question52, et récuser la nuance au profit du péremptoire et du slogan. L’hebdomadaire La Vie lui donne la parole dans son numéro du 16 février 2010, à l’occasion de la sortie en France du deuxième tome de ses Mémoires, mais en prenant soin d’en faire une présentation très distanciée : « Il a une opinion tranchée sur tout. Sur les papes Benoît XVI, Jean Paul II, Pie XII. Mais aussi sur la liturgie, le célibat des prêtres, les scandales sexuels dans l’Église », et l’hebdomadaire dit avoir « récolté quelques phrases choc ».

  • 53 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 401.
  • 54 Dans ses Mémoires II, Hans Küng écrit : « Il m’arrive de me demander si, au cours de mes c (...)

36Au-delà de ces thèmes qui entretiennent à la fois sa célébrité médiatique et son opposition à Rome qu’il résume dans ce qu’il appelle les « structures hiérarchiques médiévales, cléricalisme, absolutisme et célibat »53, l’objet de prédilection de sa causticité54 est le pape. Parmi les papes du concile Vatican II et après, Jean XXIII est le seul qui jouisse de l’affection de Hans Küng :

  • 55 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 393.

Malgré toutes ses faiblesses dans la gestion de la curie, Jean XXIII a créé spontanément et sans aucune pression spirituelle, ni menace ni sanction, seulement par l’humanité clémente et la nature chrétienne toute simple dont il rayonnait, ce grand consensus nouveau dans l’Église (consensus ecclesiæ) qui lui importait tant et qui s’étendait bien au-delà des frontières de l’Église catholique.55

  • 56 Ibid., p. 493.
  • 57 Charles Journet à Jacques Maritain, 19 décembre 1968, dans Journet-Maritain, t. VI, op. ci (...)

37Avec Paul VI qui le déçoit (« un pape plein de contradictions »56), il se tient plutôt dans le registre de l’insolence. C’est ce que note Charles Journet dans une lettre à Jacques Maritain, à propos d’une déclaration faite par Küng dans l’hebdomadaire Paris Match le 12 octobre 1968, au sujet d’Humanæ uitæ : « Ils usent d’insolence à son égard »57. Dans cet hebdomadaire à sensation, le théologien avait écrit :

C’est la première fois qu’un pape est mis en question d’une façon aussi franche. Nous assistons à une démythisation de la papauté. Le pape n’est pas une idole. De le considérer comme un homme n’enlève rien au respect qu’on lui porte. Tous les théologiens du monde n’auraient pu faire dans un si bref délai ce que Paul VI a réalisé lui-même par son Encyclique. Il a ainsi abattu le tabou de l’absolutisme pontifical. La voie est libre pour discuter sainement de ce qu’est réellement l’infaillibilité et de ce que doit être l’obéissance des chrétiens.

  • 58 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 401.

38En Paul VI, pour qui il dit sa sympathie dans ses Mémoires, il voit « une sorte d’Hamlet », porté davantage « à la rumination, à l’hésitation plutôt qu’à la décision »58.

  • 59 Id., Mémoires II, op. cit., p. 542.
  • 60 Ibid., p. 589.

39C’est à Jean-Paul II qu’il réserve ses traits les plus acérés : il le qualifie de « pape de l’Opus Dei », qu’il présente ainsi : « Organisation secrète, fascisto-catholique d’allure sectaire »!59, puis de « pape qui ne dialogue pas ». Dressant un bilan de la première année du pontificat en octobre 1979, il reconnaît que sa « critique de la façon dont Jean-Paul II a conduit jusque-là son ministère est massive »60. À sa mort, il déclare dans Le Monde du 6 avril 2005 :

Jean-Paul II fut un pape aux multiples talents et qui prit beaucoup de mauvaises décisions.
Vers l’extérieur, il s’est engagé pour les droits de l’homme, mais à l’intérieur il les a refusés aux évêques, aux théologiens, et d’abord aux femmes. Tout à sa dévotion à Marie, il a prêché aux femmes de nobles idéaux, mais il leur a en même temps interdit la pilule et refusé l’ordination.
Il a prêché contre la pauvreté de masse et la misère du monde, mais en même temps, avec ses conceptions en matière de contrôle des naissances et d’explosion démographique, il s’est rendu coresponsable de cette misère. Il a propagé une image traditionnelle du prêtre, masculine et célibataire, et porte ainsi sa part de responsabilité dans la pénurie catastrophique de prêtres, le recul dramatique des vocations dans de nombreux pays et les scandales de pédophilie dans le clergé, qu’il n’est plus possible de cacher. Il a procédé à des béatifications en quantité inflationniste, mais a parallèlement lancé une véritable inquisition contre les théologiens, les prêtres et les religieux indociles.

40Küng, décidément en verve, poursuit cette litanie de critiques en abordant l’œcuménisme, la collégialité, le dialogue interreligieux (« il a recherché le dialogue avec les grandes religions, mais en présentant les religions autres que chrétiennes comme des formes déficitaires de la foi, il les a dès lors disqualifiées »), le rigorisme moral.

  • 61 Henri Tincq, « Hans Küng . L’autre « cerveau » de l’Eglise », Le Monde, 14 novembre 2006.
  • 62 Mémoires II, op. cit., p. 590-591.

41Dressant en 2006 son portrait dans Le Monde, Henri Tincq voit en Küng « le plus féroce adversaire de Jean-Paul II »61, allant jusqu’à critiquer sa formation théologique, qu’il qualifie d’« étroite »62.

  • 63 Entretien avec Nicolas Bourcier et Stéphanie Le Bars, « L’Église risque de devenir une sec (...)
  • 64 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 7-27.
  • 65 Le Monde, 25 février 2009, art. cité.

42Avec Benoît XVI, le rapport est plus complexe, car après un Jean-Paul II qu’il méprisait, il reconnaît à son successeur, qui fut son collègue dans la même université de Tübingen, des qualités d’intellectuel : « Lui a étudié, comme moi, nuit et jour, et parler avec lui est un vrai plaisir intellectuel », confie-t-il à Henri Tincq, « mais sa théologie est figée » : il en serait resté, rapporte le journaliste français, selon Küng, à la théologie « des Pères et du Saint-Père », une théologie « qui date du concile de Nicée (en 325) »63. Flatté d’avoir été reçu par le nouveau pape le 24 septembre 2005, il a pour lui le respect dû à un grand théologien, même s’il doit constater qu’ils ne sont pas sur le même terrain. Le portrait parallèle de lui-même et du cardinal Ratzinger qu’il dessine dans son « Prologue », au deuxième tome de ses Mémoires, est prudent, tout en s’attachant à marquer les différences64. Mais dans la presse, il ne cesse de se montrer très critique à l’égard du pape, qu’il appelait, lorsqu’il était Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, « le Grand Inquisiteur romain »65. À La Vie du 16 février, il déclare : « Il a raté tous les tournants » ; il critique son attitude vis-à-vis des orthodoxes, des anglicans, des protestants, des musulmans comme des juifs, et bien sûr des intégristes : « Benoît XVI va contre le concile », dit-il.

Conclusion

43L’exigence, un rêve, une peur paraissent dominer la personnalité et la pensée de Hans Küng.

  • 66 Voir Xavier de Montclos, Réformer l’Église. Histoire du réformisme catholique en France de (...)

44L’exigence, c’est celle de la réforme de l’Église. Küng s’inscrit dans un long courant de critiques et d’exigence de réforme66, bien qu’il soit difficile d’identifier avec précision ce qu’il doit à ses prédécesseurs plus ou moins lointains, comme par exemple Antonio Rosmini, en raison du caractère très limité des références qu’il donne dans ses livres, largement limitées au XXe siècle et à la production germanophone. C’est pourquoi il entend toujours se situer à l’intérieur du catholicisme et agir en tant que prêtre catholique. Dans un document intitulé Pourquoi je reste catholique ?, repris dans L’Église assurée dans la vérité ?, il assure cette position :

  • 67 Hans Küng, L’Église assurée dans la vérité ?, Paris, Seuil, 1980, p. 84.

Encore une fois, je n’ai rien contre Rome ! Mais j’estime que c’est précisément parce que je veux être théologien catholique que je ne puis lier purement et simplement ma foi catholique et ma théologie catholique aux prétentions d’un absolutisme romain devenu excessif à peu près au Moyen Âge et depuis lors… Le juridisme, le centralisme et le triomphalisme romains en matière de doctrine, de morale et de discipline ecclésiastiques – qui règnent surtout depuis le XIe siècle, même s’ils ont été préparés bien avant – ne sont couverts ni par l’antique tradition catholique, ni à plus forte raison par l’Évangile.67

45Küng ne perd pas une occasion pour réitérer son appartenance à l’Église catholique, ce qui n’est pas sans susciter parfois l’étonnement de ses interlocuteurs. De ce point de vue, l’entretien publié dans Réforme le 9 novembre 2006 est éclairant. À la question « En découvrant l’itinéraire de votre vie, vous semblez si proche de la Réforme que l’on se demande pourquoi vous n’avez jamais franchi le pas…? », il répond :

Je suis profondément enraciné dans l’Église catholique. Je me trouve, malgré l’opposition de Rome, tout à fait au centre de la communauté catholique. L’Église catholique est ma patrie spirituelle. […] Si je constate que mon Église est fidèle à l’Évangile, alors je me soumets à ses instructions. Mais si je vois que telle ou telle pratique s’en détourne, alors je suis l’enseignement de Jésus et pas celui de mon Église. »

46Le journaliste insiste : « Mais c’est précisément la démarche de Luther… » Mais Küng s’oppose à l’idée de rupture : elle n’est pas « forcément indispensable ». Luther, selon lui, exagérait : « Il avait un tempérament qui porte à l’exagération. Je porte aussi une passion, mais j’ai toujours essayé de ne pas m’excommunier moi-même. Je n’ai jamais traité le pape d’antéchrist ! ». Et finalement, dit-il encore, Luther a été « commode pour la curie ».

  • 68 Journet à Maritain, 14 août 1969, dans Journet-Maritain, t. VI, op. cit., p. 653-654.

47Le rêve, c’est celui d’un pape conforme à ses vues, dont il dresse le portrait dans un article, « Portrait d’un pape », publié dans Le Monde du 12 août 1969, un article qualifié de « fou » par Charles Journet68, qui est le commentaire d’un entretien publié en mai par le cardinal Suenens, archevêque de Malines et de Bruxelles. Il le reprend dans ses Mémoires :

  • 69 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 121-122.

Ce pape serait marqué par une conception de l’Église authentiquement évangélique, donc totalement étrangère à toute vision statique, juridique, formaliste et bureaucratique. Il considèrerait le mystère de l’Église à partir, non pas d’une unité administrative centralisée où les évêques ne sont que les organes de gouvernement délégués par le pape, mais de l’Évangile et du Nouveau Testament, par conséquent comme une Église qui se concrétise de façon authentique dans des communautés locales (paroisses, villes, diocèses, pays), se présentant partout comme une seule et même Église, donc en lien avec l’Église de Rome.
Ce pape n’aurait pas peur de la décentralisation, comme si elle était dangereuse et constituait en germe un schisme. Il ne s’opposerait pas à la diversité légitime, mais il la promouvrait au contraire : en spiritualité, en liturgie, en théologie, en droit canonique et en pastorale. Il ne chercherait pas à concentrer le pouvoir à Rome, mais se mettrait sans prétention au service de la diversité des Églises locales, avec toutes leurs richesses, au sein de la même Église […].69

48Il n’est pas possible de citer ici in extenso ce long passage qui confirme les orientations fondamentales de Küng.

  • 70 Id., Mémoires I, op. cit., p. 512-514.

49La peur, c’est celle d’être récupéré par l’institution. Elle émerge des innombrables écrits de Küng, notamment lorsqu’il critique les théologiens reconnus par Rome qui, de Daniélou à Congar, de de Lubac à Ratzinger, finissent au cardinalat, ce qui lui paraît insupportable. Il raconte lui-même son audience avec Paul VI le 2 décembre 1965, au cours de laquelle le pape l’appelle à mettre « [ses] grands dons au service de l’Église ». Le théologien ne semble pas hésiter : « J’ai de bonnes raisons de ne pas le faire, je ne peux pas, ne dois pas, ne veux pas devenir un conformiste. »70 Le pape revient à la charge à Pâques 1966, dans une lettre accompagnant un cadeau pascal, mais Küng lui oppose un fin de non-recevoir par une lettre datée du 6 juin 1966 qu’il reproduit dans ses Mémoires, avec ce commentaire :

  • 71 Ibid., p. 535-536.

Le ton et le contenu de cette lettre se distinguent très clairement de tout ce que dirait quelqu’un qui veut entrer au service de la curie et dans la hiérarchie. En effet, je n’y songe pas du tout, pas plus qu’auparavant. Encore une fois, non par orgueil, mais à partir de l’idée que je ne pourrai pas éviter de me conformer au système romain non réformé.71

50Mais on peut se demander si, à force de refuser ce qu’il appelle le conformisme romain, Hans Küng ne s’est pas jeté dans un autre conformisme, celui de l’antiromanisme, de l’air du temps et de l’ecclésialement correct médiatique. Une explication de cet antiromanisme raide accompagné d’une peur de l’intégration à Rome que n’ont pas partagée bien d’autres grands théologiens qui, comme les pères Congar et de Lubac, n’ont pas eu avec Rome des relations faciles, et ont même souvent été traités avec bien moins d’égards que Küng, pourrait venir du long séjour romain dans les années 1950, marquées par la fermeture du pontificat de Pie XII et de ce que l’on a appelé la théologie romaine. Küng ne semble pas avoir perçu les changements introduits à Rome par les pontificats de Jean XXIII et de Paul VI et par le concile. Il refuse la main tendue à deux reprises, selon son propre témoignage, par le pape. De même, le Dossier Küng montre que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a tenté d’établir avec lui un dialogue, tout comme les évêques allemands. Dans l’attente d’une étude plus poussée et systématique, l’antiromanisme de Hans Küng paraît être l’histoire d’un enfermement dans l’orgueil, cet orgueil qu’il nie, mais qui émerge pourtant au détour des pages de ses Mémoires. L’esprit d’inquisition qu’il dénonce si promptement ne serait-il pas en lui-même ?

Notes

1 « Journal à plusieurs voix », Esprit, février 1980, p. 109-112.

2 La contribution de Jean Bastaire s’intitule « Hans Küng Le courage d’être hérétique ».

3 Le texte de Jean-Claude Eslin s’intitule « Penser avec sa propre tête ».

4 Hans Küng, Mémoires. Mon combat pour la liberté et Mémoires II. Une vérité contestée, Paris, Éditions du Cerf, 2006 et 2010, 574 et 731 p.

5 Le dossier Küng. Documentation sur les efforts faits par la Congrégation de la foi et la Conférence épiscopale allemande pour parvenir à un éclaircissement objectif des opinions controversées du professeur Küng (Tübingen), Paris, Communio-Fayard, 1980, 318 p.

6 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 464.

7 Ibid., p. 386.

8 Id., Mémoires II, op. cit., p. 705.

9 Id., Mémoires I, op. cit., p. 25.

10 Jean-Dominique Durand, « La Furia francese vue de Rome : peurs, suspicions et rejets des années 1950 », dans Michel Lagrée et Nadine-Josette Chaline (dir.), Religions par-delà les frontières, Paris, Beauchesne, 1997, p. 15-35 ; Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II 1914-1962, Paris, DDB, 1998, p. 245-300.

11 Davide Zordan, Connaissance et mystère. L’itinéraire théologique de Louis Bouyer, Paris, Éditions du Cerf, 2008, 807 p.

12 Joseph Doré, « Théologie et philosophie chez Henri Bouillard », Nouvelle revue théologique, 1995, p. 801-820 ; voir le « Dossier Henri Bouillard (1908-1981) » dans Recherches de Science religieuse, janvier-mars 2009, p. 165-235, contributions de Christoph Theobald, Étienne Fouilloux, Jean-Marie Breuvard, Bernard Lucchesi, Claude Geffré, Christophe Boureux.

13 Nous donnons les références de la première édition en français.

14 Cet ouvrage est un abrégé de L’Église, paru en 1968.

15 Hans Küng, Incarnation de Dieu. Introduction à la pensée théologique de Hegel comme prolégomènes à une christologie future, Paris, DDB, 1973 ; Jésus en débat. Dialogue entre un chrétien et un juif, Paris, Beauchesne, 1979.

16 Id., Le christianisme et les religions du monde. Islam, hindouisme, bouddhisme, Paris, Seuil, 1986 ; Christianisme et religion chinoise, Paris, Seuil, 1991 ; Judaïsme, Paris, Seuil, 1993.

17 André Dumas, « Une somme contemporaine : Être chrétien de Hans Küng », Esprit, janvier 1979, p. 146-150.

18 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 239.

19 Ibid., p. 586.

20 Dominique Avon, Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie ? 1965- 1980. Colloque de Montpellier, juin 2007, Paris, Karthala, 2009, 423 p.

21 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Payot, 2002, 321 p.

22 Hadewych Snijdewind, « Genèse et organisation de la revue internationale de théologie Concilium », Cristianesimo nella storia, 2000, p. 645-674.

23 Émile Poulat, Recension de « Hans Küng, Le Christianisme. Ce qu’il est est et ce qu’il est devenu dans l’histoire, Paris, Seuil, 1999, 1230 p. », Archives de Sciences sociales des religions, n. 110, 2000.

24 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 163.

25 Ibid., p. 192.

26 Charles Journet, « Cahier de Rome », Journet-Maritain. Correspondance, vol. VI 1965-1973, p. 883.

27 Jacques Maritain, lettre à Charles Journet, 17 février 1965, ibid., p. 53-57.

28 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 174.

29 Ibid., p. 464.

30 Id., Infaillible ? Une interpellation, Paris, DDB, 1971, p. 97.

31 Ibid., p. 31.

32 Photographie reproduite dans les Mémoires II.

33 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 193.

34 Sur les débats autour de Humanæ uitæ, voir Jean-François Chiron, L’infaillibilité et son objet. L’autorité du magistère infaillible de l’Église s’étend-elle sur des vérités non révélées ?, Paris, Éditions du Cerf, 1999, 584 p., en particulier le chapitre VI, « Magistère infaillible et contraception artificielle. Quelques débats avant et après l’encyclique Humanæ vitæ ».

35 Hans Urs von Balthasar, Le complexe antiromain. Essai sur les structures ecclésiales, Paris, Éditions Paulines, 1976, 384 p., rééd. 1999.

36 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 403.

37 Le dossier Küng, op. cit., p. 26.

38 Ibid., p. 74-77.

39 Ibid., p. 77-81.

40 Ibid., p. 82.

41 Ibid., p. 83-94.

42 René Pucheu, « Hans Küng : Le Concile, épreuve de l’Église (Seuil, 1963) », Esprit, novembre 1963, p. 739-742.

43 Hans Küng, L’Église, op. cit., p. 176-185, et Qu’est-ce que l’Église, op. cit., p. 159.

44 Id., Qu’est-ce que l’Église ?, op. cit., p. 184.

45 Id., L’Église, op. cit., p. 47.

46 Id., Mémoires I, op. cit., p. 467.

47 Ibid., p. 467.

48 Ibid., p. 448.

49 Ibid., p. 448-449.

50 Id., La liberté du chrétien, Paris, DDB, 1991, p. 55.

51 Ibid., p. 92.

52 Christian Cochini, Les origines apostoliques du célibat sacerdotal, Paris, Ad Solem, 2006, 496 p.

53 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 401.

54 Dans ses Mémoires II, Hans Küng écrit : « Il m’arrive de me demander si, au cours de mes conflits avec la hiérarchie romaine, je n’ai pas parfois par causticité commis des erreurs » (p. 554).

55 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 393.

56 Ibid., p. 493.

57 Charles Journet à Jacques Maritain, 19 décembre 1968, dans Journet-Maritain, t. VI, op. cit., p. 605-607. Journet en utilisant le pluriel « Ils » évoque aussi les auteurs du catéchisme hollandais et le cardinal Alfrink.

58 Hans Küng, Mémoires I, op. cit., p. 401.

59 Id., Mémoires II, op. cit., p. 542.

60 Ibid., p. 589.

61 Henri Tincq, « Hans Küng . L’autre « cerveau » de l’Eglise », Le Monde, 14 novembre 2006.

62 Mémoires II, op. cit., p. 590-591.

63 Entretien avec Nicolas Bourcier et Stéphanie Le Bars, « L’Église risque de devenir une secte », Le Monde, 25 février 2009.

64 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 7-27.

65 Le Monde, 25 février 2009, art. cité.

66 Voir Xavier de Montclos, Réformer l’Église. Histoire du réformisme catholique en France de la Révolution jusqu’à nos jours, Paris, Éditions du Cerf, 1998, 200 p. L’auteur n’évoque cependant pas les travaux de Hans Küng .

67 Hans Küng, L’Église assurée dans la vérité ?, Paris, Seuil, 1980, p. 84.

68 Journet à Maritain, 14 août 1969, dans Journet-Maritain, t. VI, op. cit., p. 653-654.

69 Hans Küng, Mémoires II, op. cit., p. 121-122.

70 Id., Mémoires I, op. cit., p. 512-514.

71 Ibid., p. 535-536.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search