Version classiqueVersion mobile

Le pontife et l’erreur

 | 
Sylvio De Franceschi

Conjoncture moderniste et infaillibilité pontificale au début du xxe siècle

Jalons pour une étude

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 La bibliographie n’a cessé de s’étoffer depuis les années 1960. Elle est recensée, jusqu’au milieu (...)
  • 2 Christian Sorrel, « Il modernismo francese », dans Humanitas. Rivista bimestrale di cultura, LXII/1 (...)

1L’étude des positions « modernistes » face à l’infaillibilité du pontife romain, définie par la constitution Pastor Æternus du concile du Vatican en 1870, appelle, au préalable, deux remarques. La première porte sur le concept même de modernisme que l’historien se refuse à enfermer dans la définition posée en 1907 par l’encyclique Pascendi, qui le fige en le construisant comme le mal absolu, synthèse de toutes les erreurs, pour l’inscrire dans une approche dynamique, attentive à la diversité des thèses et à l’interaction entre tous les acteurs de l’une des plus graves crises de la culture catholique1. La seconde concerne l’infaillibilité elle-même. En effet, si l’on s’en tient strictement à la définition dogmatique de 1870, celle-ci ne mobilise guère l’attention des modernistes. Ils l’évoquent peu, par prudence sans doute, alors qu’elle leur procurerait des arguments dans le débat sur l’histoire des dogmes, mais aussi, plus fondamentalement, dans la mesure où elle fait figure d’enjeu périphérique dans la mise en cause radicale vers laquelle ils tendent. La question de l’infaillibilité pontificale émerge toutefois au sein de la nébuleuse moderniste ou, plus largement, parmi les croyants critiques, en lien avec les aspirations réformistes dont ils sont porteurs, notamment en Italie, aspirations qui procèdent tout autant de l’héritage du catholicisme libéral que de l’exégèse historico-critique, puis avec la condamnation de 1907 et la répression intellectuelle consécutive, matrice d’un antiromanisme très virulent, mais aussi plus ordinaire2. Il n’apparaît donc pas illégitime de s’interroger sur la nature de l’anti-infaillibilisme moderniste, en posant seulement pour l’heure, faute d’enquête exhaustive, quelques jalons autour de figures et de textes du début du XXe siècle.

L’infaillibilité, une question d’actualité ?

  • 3 Jean-François Chiron, L’Infaillibilité et son objet. L’autorité du magistère infaillible de l’Églis (...)
  • 4 Bruno Horaist, La Dévotion au pape et les catholiques français sous le pontificat de Pie IX (1846-1 (...)
  • 5 C’est le sens, par exemple, de l’intervention laborieuse de l’archevêque de Chambéry, Mgr Leuillieu (...)

2Si la question de l’infaillibilité du pontife romain restait ouverte avant 1870, il n’en est plus de même après cette date et les catholiques ne sauraient dès lors discuter une doctrine devenue dogme sans s’exposer à des mises en garde ou à des censures. Il n’est donc pas étonnant que la contestation retombe vite après les affrontements qui ont accompagné la définition conciliaire et sa réception immédiate, marquée par le schisme vieux-catholique dans les pays germaniques. Tout débat n’est pourtant pas exclu, pourvu qu’il reste dans le cadre de la constitution Pastor Æternus dont il s’agit d’évaluer la portée. Les manuels de théologie l’attestent en s’interrogeant sur l’extension de l’infaillibilité à des vérités non révélées – les vérités révélées font consensus – et sur la nature de l’assentiment que les fidèles doivent aux décisions infaillibles portant sur ce type de vérités3. Ils tendent en majorité à l’élargissement de cet objet secondaire, conformément à une logique séculaire d’affirmation du magistère et de l’autorité de l’Église enseignante, mais également en phase avec l’exaltation de la personne du pontife qui a connu une accélération sous le règne de Pie IX et se poursuit avec Léon XIII4. La dévotion au pape prend appui sur une interprétation extensive du dogme et les fidèles ne restent pas à l’écart de discussions qui instrumentalisent l’infaillibilité à des fins partisanes, comme celle qui se déroule autour des documents sur la question sociale et le ralliement des catholiques français à la République. Les partisans de la stratégie de Léon XIII tentent par exemple de conférer un caractère d’infaillibilité à l’encyclique Inter sollicitudines, alors que ses opposants se refusent à juger l’infaillibilité engagée dans une lettre dont l’objet, loin de toucher à la foi ou aux mœurs, vise des choix prudentiels et ne concerne pas l’Église universelle5.

  • 6 La polémique est évoquée par le Père Tyrrell dans The Church and the Future, London, Priory Press, (...)
  • 7 Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, 636 p.
  • 8 Léon Chaine, Les Catholiques français et leurs difficultés actuelles devant l’opinion, rééd., Paris (...)

3La question de l’infaillibilité, même si elle a perdu son caractère urgent, n’est donc pas totalement étrangère à l’actualité religieuse au tournant des XIXe et XXe siècles, d’autant que les catholiques sont toujours contraints de défendre la doctrine face aux critiques extérieures. Les unes viennent de proches, tel lord Halifax, pionnier anglo-catholique du dialogue entre le catholicisme et l’anglicanisme, qui déclenche une vive réaction de l’English Catholic Weekly Register en s’interrogeant, en mai 1901, dans un article du Ninenteenth Century, sur le besoin pour l’Église « d’être assistée de manière infaillible dans chaque détail de son enseignement quotidien6 ». Les autres, plus radicales, sont émises par les adversaires anticléricaux et libres-penseurs qui voient dans le dogme de l’infaillibilité la preuve de l’obscurantisme catholique, contempteur de la raison7. Ces attaques ne restent pas sans écho auprès de croyants soucieux de présenter un autre visage de leur Église en se plaçant dans la filiation du catholicisme libéral, à l’exemple de l’avoué lyonnais Léon Chaine, l’un des rares catholiques dreyfusards, qui n’hésite pas à critiquer ses coreligionnaires dans un ouvrage publié en 1903. S’il se garde de contester le dogme de l’infaillibilité, il stigmatise la propension au « dogmatisme » de catholiques « affamés d’autorité, affamés d’obéissance », qui « trouvent qu’il n’y a jamais assez de choses incompréhensibles auxquelles il soit nécessaire d’ajouter foi, jamais assez d’ordres auxquels il faille se soumettre, et qui voudraient que l’Église catholique ajoutât sans cesse des prescriptions à ses prescriptions et des dogmes à ses dogmes8 ».

  • 9 Paul Viollet, L’Infaillibilité du pape et le Syllabus. Étude historique et théologique, Besançon-Pa (...)
  • 10 Pierre Bouvier, « L’infaillibilité du pape et le Syllabus », Études, t. 102, 20 janvier 1905, p. 25 (...)

4C’est dans la même sensibilité, alliant l’engagement dreyfusard à l’héritage catholique libéral, que se situe le juriste Paul Viollet. Il se saisit en 1904 du dossier du Syllabus, traité dans son rapport avec l’infaillibilité pontificale, pour répondre aux attaques contre les catholiques exaspérées par la conjoncture combiste, désarmer les objections de « chrétiens que des notions inexactes sur la papauté retiennent en dehors du catholicisme » et redresser les erreurs des catholiques eux-mêmes face au dogme de 1870, mal interprété « par une foule d’écrivains laïques et ecclésiastiques » et devenu « une pierre d’achoppement9 ». Sa brochure, revêtue de l’imprimatur de l’archevêque de Besançon, Mgr Petit, suscite une riposte du jésuite Bouvier, mêlé trois ans plus tard à l’élaboration du décret Lamentabili, catalogue des erreurs modernistes, mais le débat tourne court après une contre-réponse qui se contente de réaffirmer les thèses principales en apportant quelques précisions10.

  • 11 Sur cette polémique, voir la contribution de Guillaume Cuchet publiée dans ce volume.

5La démarche de Paul Viollet se déploie en deux temps, avec force citations et arguments historiques. Il entend d’abord proposer une lecture exacte du dogme de 1870 qui n’est pas « la création d’une vérité religieuse nouvelle », mais la « manifestation d’une vérité religieuse préexistante » et ne change donc rien à l’infaillibilité des papes. Or, l’histoire montre les errements de certains successeurs de Pierre, tels Honorius – un dossier complexe déjà exploité à l’heure du concile du Vatican11 –, Jean XXII ou Boniface VIII. Une bonne interprétation du dogme exige donc de regarder « la faillibilité » et « l’infaillibilité » du pape comme « continues et simultanées » :

  • 12 Paul Viollet, L’Infaillibilité…, op. cit., p. 37-40 et 65-66.

Ni Pie IX ni le concile du Vatican n’ont entendu obliger les catholiques à considérer comme opportuns ou même comme justes tous les actes, quels qu’ils soient, émanés du Souverain Pontife. Le profond respect qui est dû au Père commun des fidèles, la haute présomption en faveur de la légalité, de la justice, de la sagesse de ses actes n’exclut point, en définitive, la légitimité d’un examen respectueux et la possibilité d’un avis défavorable. Quant à la doctrine, soutenir que les catholiques sont obligés en conscience d’adopter toutes les opinions émises par les papes, ce serait se mettre en contradiction directe et absolue avec tout ce qui vient d’être exposé sur les défaillances possibles du Souverain Pontife en matière de foi […]. Au regard du pape enseignant, l’intelligence du catholique orthodoxe reste très active, quoique très humble et respectueuse […]. A fortiori, dans l’ordre administratif, ou, pour parler un langage plus noble, en ce qui touche le gouvernement de l’Église, il lui est loisible d’apprécier (toujours avec prudence et respect) les actes du chef de l’Église, agissant comme tel […]. De toute évidence, lorsque le pape ne parle pas dans les conditions prévues par le concile pour l’infaillibilité, il faut bien qu’il soit faillible12.

  • 13 Ibid., p. 72 et 76-77. La réfutation du Père Bouvier porte moins sur la question des erreurs des pa (...)

6De plus, l’exercice de l’infaillibilité exige l’accord du pape et de l’Église dont la vérification prendra probablement, à l’avenir, la forme d’une consultation des évêques, même si elle n’est pas « de nécessité absolue » : « On ne saurait définir un dogme qui ne soit, antérieurement à la définition, la croyance de l’Église […]. L’assentiment de l’Église […], envisagé comme marque de l’infaillibilité, n’est pas une vaine superfluité13. »

7Fort de cette démonstration, Paul Viollet peut aborder la question du Syllabus, qui revêt une importance capitale pour ses contemporains, croyants ou adversaires. À ses yeux, il ne relève pas de l’infaillibilité dans la mesure où il n’a pas été signé par le pape ni promulgué solennellement, même si Pie IX et Léon XIII l’ont validé a posteriori en le citant :

  • 14 Paul Viollet, L’Infaillibilité…, op. cit., p. 87.

Aucun des actes dans lesquels Pie IX ou Léon XIII ont visé le Syllabus ne se présente avec les notes intrinsèques ou extrinsèques de l’infaillibilité. Aucun des actes qui ont servi à établir le Syllabus ne présente davantage ce caractère. Ce n’est pas à dire que les contradictoires de certaines propositions du Syllabus ne soient des vérités de foi, mais ces contradictoires ne sont pas imposées infailliblement par les actes d’où dérive le Syllabus. Elles le sont par ailleurs. C’est pure illusion de croire que celui qui admet une proposition quelconque du Syllabus est par cela même hérétique, frappé d’anathème et exclu du giron de l’Église14.

  • 15 Ibid., p. 89-100. Le Père Bouvier affirme que, si le Syllabus n’est peut-être pas un « document ex (...)

8De plus, les erreurs du document sont manifestes et la pensée pontificale a été « faussée » par les rédacteurs, notamment dans le cas de la proposition 80 portant condamnation, de façon absolue, de la « civilisation moderne », alors que la source utilisée, l’allocution Jamdudum cernimus du 18 mars 1861, précisait la censure en détaillant les aspects rejetés, effectivement inacceptables pour les catholiques, fussent-ils libéraux, « sauf un ou deux traits notables15 ». La conclusion apparaît donc évidente :

  • 16 Paul Viollet, L’Infaillibilité…, op. cit., p. 104-105.

Le devoir d’obéissance est lié à un droit. Le fidèle qui obéit, qui doit obéir, peut, pourvu qu’il le fasse avec grande circonspection et prudence, apprécier et, au besoin, blâmer la décision prise. Il n’est point obligé de la croire opportune, point obligé même de la croire juste. Il peut faire parvenir au Saint-Père et à la Cour de Rome ses observations, ses doléances, ses plaintes […]. La situation d’un catholique en face de l’autorité disciplinaire du chef de l’Église ressemble […] à celle d’un citoyen vis-à-vis de l’autorité civile. Sa conscience et sa pensée restent libres. Il y a analogie. Je reconnais qu’il n’y a pas similitude, car la discipline de l’Église n’autorise certainement pas, au même degré que le régime actuel d’un pays libre, l’expression publique de la désapprobation et du blâme […]. En présence d’une définition ex cathedra, cette liberté […] n’existe plus. Le catholique doit soumettre son jugement et sa raison à l’autorité qui s’impose à lui. Cependant, son obéissance ne cesse point d’être, selon le mot de saint Paul, raisonnable, car il a dû au préalable faire usage de sa raison et de son bon sens, précisément pour reconnaître l’existence de la définition ex cathedra16.

9Catholique libéral, catholique critique, Paul Viollet ne rejette pas l’infaillibilité. Mais sa liberté de ton de laïc et l’ambiguïté de ses réserves, qui visent les interprétations erronées du dogme et vont au-delà, expliquent la mise à l’Index de sa brochure, à l’heure où la théologie romaine esquisse les contours du modernisme, même si la question de l’infaillibilité n’est pas au cœur du discours de ses tenants, sans être totalement absente.

Positions modernistes

  • 17 Émile Poulat, op. cit. ; Maurilio Guasco, Alfred Loisy, Brescia, Morcelliana, 2004, 175 p.
  • 18 George Tyrrell, The Church…, op. cit. Converti de l’anglicanisme, George Tyrrell (1861-1909), consi (...)

10La démarche moderniste naît en effet, au sens strict, de l’application de la méthode historico-critique au texte biblique, aux origines de l’Église et aux dogmes. La question majeure, posée par L’Évangile et l’Église, le « petit livre rouge » de l’abbé Loisy, dont le retentissement est considérable17, concerne l’essence même du message évangélique et le rapport que celui-ci entretient avec l’Église dont l’institution divine est rejetée. Elle se situe en amont de la définition de 1870, même si celle-ci est bien sûr ruinée par le refus de l’enseignement traditionnel et la dévaluation de l’immutabilité dogmatique, inacceptable pour l’homme contemporain, qui refuse d’admettre l’existence d’une vérité objective et recherche des formulations adaptées aux besoins de son siècle. La question de l’infaillibilité, celle de l’Église, celle du pontife romain, est englobée dans le rejet de l’ecclésiologie posttridentine, sans toujours faire l’objet de développements spécifiques. Mais des auteurs la traitent plus longuement, notamment le théologien anglais George Tyrrell, bientôt exclu de la Compagnie de Jésus, qui diffuse sous le manteau, en 1903, The Church and The Future18, un texte révélateur du chevauchement, caractéristique du début du XXe siècle, entre l’anti-infaillibilisme doctrinal et l’antiromanisme passionnel.

  • 19 George Tyrrell, The Church…, p. 11-17.

11L’ouvrage, structuré par la tension entre le catholicisme « officiel » et le catholicisme « libéral », affirme d’emblée la faillite de la « doctrine officielle de l’inerrance ecclésiastique » : « Les résultats de la critique scripturaire et de l’histoire du développement des dogmes et des institutions catholiques établissent une argumentation cumulative contre l’explication officielle du catholicisme. » Les erreurs des Écritures, que la théorie de l’inspiration ne peut sauver, des Pères de l’Église, des papes, des conciles et des écoles théologiques sont en effet nombreuses, alors que la « doctrine de l’inerrance ecclésiastique, et bien sûr pontificale, est fondée sur l’enseignement des Pères et des conciles et des Écritures elles-mêmes19. » S’ensuit une mise en cause radicale de « l’actuel empire ecclésiastique extrêmement centralisé dans lequel tout le pouvoir d’enseigner a été dévolu au pape et pratiquement enlevé à l’épiscopat et au concile œcuménique » pour être exercé, au quotidien, par la curie, elle-même contrôlée par les théologiens :

  • 20 Ibid., p. 31.

Aujourd’hui, par conséquent, les catholiques doivent regarder vers Rome, non parce que Rome pense ce que l’orbis terrarum pense et sent le pouls du monde, mais parce que l’orbis terrarum doit façonner sa pensée sur la pensée locale de Rome et parce qu’on considère que le cerveau de l’Église ne doit pas être diffusé sur les cinq continents, mais concentré au Vatican. En pratique, ce n’est pas le pape en personne qui gouverne la pensée et l’opinion catholiques, mais les congrégations et les commissions variées qu’il "consulte" et dont il peut adopter ou rejeter les décisions. Ces commissions sont encore sous l’influence de ce qui est, je pense, la grande tyrannie de l’Église moderne, le consensus theologorum, […], un consensus purement artificiel20.

12Cette situation résulte de l’interaction entre les intérêts de la papauté et ceux des théologiens, qui convergent autour de la définition dogmatique de 1870 :

  • 21 Ibid., p. 33-34.

Il est manifestement impossible que le pape puisse penser pour toute l’Église et être sage avec sa sagesse collective ; il doit donc nécessairement compter sur ses conseillers et se contenter de conforter leurs opinions sous le sceau de sa propre autorité œcuménique. C’est en pensant pour le pape que les théologiens sont devenus omnipotents. En revanche, c’est leur intérêt corporatif de défendre les conceptions extrêmes de l’infaillibilité pontificale et de l’inerrance ecclésiastique pour maintenir l’apostolicité de leurs points de vue, pour nier tout développement dogmatique authentique, pour imposer le passé comme un moule au présent et à l’avenir […]. Confondant la foi avec l’orthodoxie et la justesse théologiques et supposant que la mission du Christ était d’abord théologique, ils soutiennent que l’Église doit nécessairement posséder le même pouvoir que le Christ avait de résoudre toute question spéculative sur le champ, ce qui peut seulement être réalisé, à défaut d’inspiration, par la combinaison de la dialectique théologique et de l’infaillibilité pontificale21.

  • 22 Ibid., p. 65.

13En contrepoint, Tyrrell développe une conception radicalement différente de l’Église, définie comme « la production du même Esprit qui nous a donné le Christ et ses Apôtres » : « Les principes, les fins et les buts de la vie propre du Christ et de sa mission ont guidé le processus de développement par lequel le système catholique a été construit au long des siècles22 ». Dans cette perspective, le pape, qui ne bénéficie pas d’une grâce différente de celle qui a été donnée à tout homme pour s’acquitter de sa mission, a pour rôle de « rechercher, déclarer et imposer » la vérité élaborée, « sous la conduite de l’Esprit saint », dans les « esprits de tous collectivement ». C’est par cette mission d’« arbitre œcuménique », et en l’absence d’instance d’appel autre que l’Église universelle, que sa charge se distingue de celle des évêques. Mais le « véritable enseignant de l’Église est l’Esprit saint, qui agit dans et par le corps des fidèles, laïcs et clercs ». Cette conviction conduit à la redéfinition du ministère pétrinien :

  • 23 Ibid., p. 103.

Le pape comme César et monarque théocratique absolu de droit divin doit céder place, dans la logique de l’idée chrétienne, au pape comme Servus servorum Dei, effectivement et pas seulement de nom, comme le plus grand et le premier-né d’une multitude de frères […]. Le développement d’une conception organique de la société, opposée à une conception mécanique, réconciliera sa direction avec le caractère fondamentalement démocratique de l’Église et desserrera une impossible centralisation au profit d’une unité plus libre et plus spirituelle. Mais toute cette transformation dépendra, en fin de compte et radicalement, de l’abandon de la prétention à un pouvoir d’oracle, par lequel le pape devient le porte-parole de Dieu non par l’Église, mais auprès de l’Église, et réclame une sujétion absolue comme à Dieu lui-même. Elle dépendra de la reconnaissance du peuple chrétien entier comme le vrai et immédiat Vicarius Christi, le seul organe adéquat de développement religieux23.

  • 24 Lucienne Portier, Antonio Fogazzaro, Paris, Boivin, 1937, 480 p. ; Paolo Marangon (éd.), Antonio Fo (...)
  • 25 Antonio Fogazzaro, Le Saint, traduit de l’italien par G. Herelle, 3e éd., Paris, Librairie Hachette (...)
  • 26 Lorenzo Bedeschi, Riforma religiosa e curia romana all’inizio del secolo, Milano, Il Saggiatore di (...)
  • 27 Antonio Fogazzaro, op. cit., p. 52.

14La révision radicale opérée par Tyrrell dans la conception de l’Église et, par conséquent, de l’infaillibilité, ne reste pas sans écho, en dépit du caractère confidentiel d’un livre rendu public en 1910 seulement. Elle influence, entre autres, Antonio Fogazzaro, sénateur du royaume d’Italie, romancier célèbre, qui se situe au carrefour des idéaux anciens du catholicisme libéral et des aspirations nouvelles, puissantes dans son pays, à une réforme permettant l’épanouissement d’une religion vivante24. C’est le thème de Il Santo, publié en 1905, dont le succès est immédiat dans la Péninsule et hors d’Italie25. « Roman du modernisme », il reprend des personnages d’Un petit monde, un autre best-seller, à l’heure où les espoirs de changement mis dans le pape Pie X se délitent26. Le livre s’ouvre sur une rencontre d’intellectuels autour du philosophe Giovanni Selva, qui affirme l’urgence de la « réforme de l’Église », affligée par des « maux » nombreux qui « sont, en substance, des désaccords entre son élément muable et humain et son élément immuable de vérité divine27 » :

  • 28 Ibid., p. 42-43.

Nous la désirons sans rébellion, opérée par l’autorité légitime. Nous désirons des réformes dans l’enseignement religieux, des réformes dans le culte, des réformes dans la discipline du clergé, des réformes aussi dans le suprême gouvernement de l’Église. Pour cela, nous avons besoin de créer une opinion qui amène l’autorité légitime à agir selon nos vues, ne serait-ce que dans vingt ans, dans trente ans, dans cinquante ans28.

  • 29 Ibid., p. 51. Antonio Fogazzaro prête ces propos à l’abbé Marinier : « Vous estimez sans doute qu’i (...)
  • 30 Ibid., p. 55.

15Si tous les participants ne s’accordent pas sur l’opportunité de la démarche dans le climat pesant de la curie romaine29, tous partagent en revanche la conviction que celle-ci ne peut être purement intellectuelle et doit prendre la forme d’une « communion dans le Christ vivant » qui « prépare une lente, mais immense, transformation religieuse au moyen de prophètes et de saints », comme l’explique le professeur Minucci30. Et tout en affirmant leur soumission à l’autorité, dévaluée en réalité par l’attente d’un salut extérieur, ils laissent entrevoir la possibilité d’un geste de révolte avec le bénédictin dom Clément :

Soyons en quelque sorte les prophètes de ce Saint, de ce Messie ; préparons-lui les voies. Et la seule chose que j’entende signifier par là, c’est : travaillons à faire sentir universellement le besoin de rénover tout ce qui, dans notre religion, est vêtement et non corps de la vérité, même si cette rénovation doit être douloureuse pour certaines consciences. Ingemiscit et parturit ! Et tout cela, faisons-le sentir en demeurant sur le terrain du pur catholicisme, en attendant des autorités vieillies les lois nouvelles, en démontrant toutefois que, si l’on ne change pas ces vêtements portés depuis si longtemps et par de si rudes intempéries, aucune personne cultivée ne consentira plus à être des nôtres.

  • 31 Maurilio Guasco, op. cit., p. 172.

16Le saint espéré est bientôt identifié dans la personne du jardinier de dom Clément, Benedetto, sous les traits duquel se cache Pietro Maironi, héros d’Un petit monde, venu à la foi et à la pénitence après un drame sentimental, même s’il ressemble plus, sous la plume du romancier, « à un visionnaire malade des nerfs qu’à un mystique transporté par sa foi31 ». Un jour, celui que dom Clément voit comme un « grand ouvrier de l’Évangile », « non pas un soldat de l’armée régulière gêné par l’uniforme et par la discipline, mais un libre chevalier du Saint-Esprit », a une vision grandiose, alors qu’il est en prière sur la montagne :

  • 32 Antonio Fogazzaro, op. cit., p. 94.

Il se vit à Rome, agenouillé sur la place Saint-Pierre, la nuit, entre l’obélisque et le fronton du temple immense que la lune éclairait. La place était vide ; le bruit de l’Anio devint pour lui le bruit des fontaines. De la porte du temple s’avançait jusque sur le perron un groupe d’hommes vêtus de rouge, de violet et de noir. Ils fixaient sur lui des regards menaçants et, du doigt, ils lui montraient le château Saint-Ange, comme pour lui intimer l’ordre de quitter le sacré parvis. "Mais quoi ? Cela n’était plus la vision, c’était une image nouvelle ! " Il se levait, droit et fier, en face de la troupe ennemie. Soudain rugissait à ses épaules un grondement de multitudes qui accouraient et faisaient irruption sur la place, débouchant par toutes les rues, à torrents. Un flot de peuple l’entraînait, acclamait le Réformateur de l’Église, le vrai Vicaire du Christ, et venait le déposer sur le seuil du temple. Et lui, il se retournait, comme pour affirmer une autorité sur l’univers. Mais alors fulgura dans sa pensée Satan offrant à Jésus-Christ le royaume du monde. Il se précipita par terre32.

  • 33 Ibid., p. 269-280.

17Persécuté par l’autorité, Benedetto devient ermite, mais, assiégé par les fidèles qui attendent un miracle, il doit fuir à nouveau. Il se rend à Rome où il défend la réforme devant des croyants en proie au doute et les incite à ne pas « renier [leur] mère parce qu’elle ne s’habille pas à [leur] guise » : « L’Église est la hiérarchie avec ses concepts traditionnels, et elle est aussi la société laïque perpétuellement en contact avec la réalité, perpétuellement réagissante sur la tradition ; l’Église est la théologie officielle, et elle est le trésor inépuisable de la vérité divine qui réagit sur la théologie officielle. » Il obtient finalement, en secret, une audience du pape, dont il attire l’attention, dans la lignée d’Antonio Rosmini, sur les « quatre esprits malins » qui ruinent l’Église catholique (mensonge, domination, avarice, immobilité) : « Ne cédez pas, Saint-Père ! À vous appartient le gouvernement de l’Église ; ne permettez pas que d’autres vous gouvernent […]. Ayez des conseillers publics, et que ce soient les évêques réunis en conciles nationaux ; faites participer le peuple à l’élection des évêques. » Le pape se dérobe en invoquant son âge et son impuissance devant une tâche surhumaine, mais il laisse entendre son accord dans une « muette étreinte33 ». La curie, informée, cherche à nuire à Benedetto, qui meurt quelque temps plus tard, en martyr de la réforme.

  • 34 Il donne une conférence à Paris, à l’École libre des hautes études sociales, en janvier 1907, et pa (...)

18Comme l’essai théologique de Tyrrell, la fiction romanesque de Fogazzaro, qui se soumet après la mise à l’Index de son ouvrage, mais reste plus que jamais un symbole pour les catholiques critiques34, apparaît révélatrice de la façon dont les milieux modernistes mêlent, dans leur approche de l’infaillibilité, la déconstruction théologique et ecclésiologique et la charge anticuriale qui enfle à l’approche des condamnations de l’été 1907.

Rome, l’unique objet de mon ressentiment…

  • 35 Louis-Pierre Sardella, « Il y a cent ans : la réception de l’encyclique Pascendi Dominici Gregis en (...)
  • 36 Catholici, Lendemains d’encyclique, Paris, Librairie critique Émile Nourry, 1908, x- 125 p. Jean-Ma (...)

19L’encyclique Pascendi, précédée du décret Lamentabili, attaque de front, en la systématisant, la conception de l’Église développée par les auteurs modernistes, accusés de ne voir en elle que le fruit de la conscience collective née de l’exigence de s’organiser en société, de faire dériver l’autorité de cette même conscience et de réduire le dogme à un symbole inadéquat de son objet. Elle suscite aussitôt, comme le décret Lamentabili lui-même, un débat sur son statut qui n’est pas de pure forme, dans la mesure où il conditionne la réponse à la question, vite posée, de la possibilité de rester dans l’Église sans adhérer pleinement à la condamnation. Les théologiens intransigeants, qui ont le vent en poupe, jugent l’infaillibilité engagée dans les deux documents, alors que les modérés les relient au seul magistère ordinaire, ce qui exige des fidèles, pour le moins, respect et obéissance. Il n’en est pas de même, bien sûr, pour les modernistes. Ils partagent et amplifient les réserves des catholiques libéraux qui insistent, dans la ligne de la brochure de Paul Viollet, sur le caractère réformable des textes et croient en la victoire future des idées censurées à l’exemple du journaliste Julien de Narfon35. Mais ils vont plus loin et, tel l’abbé Grosjean, auteur sous pseudonyme de Lendemains d’encyclique36, ils partent de cette « grosse élucubration d’allure théologique », une construction intellectuelle sans rapport avec la réalité, pour disqualifier l’entreprise dogmatique séculaire couronnée par le concile du Vatican :

  • 37 Catholici, Lendemains…, op. cit., p. 81-82 et 106-107.

Le dogme est un ensemble vaste et imposant, si exactement harmonisé, si étroitement lié – cimenté à la romaine –, que rien, maintenant que la pierre de voûte a été posée, n’en saurait plus être détaché ni remplacé sans que des lézardes béantes ne s’ouvrent partout et que la gigantesque cathédrale métaphysique n’aille à s’ébranler et à s’abîmer dans une totale et inévitable ruine […]. Au nom de l’autorité dont il se réclamait pour s’imposer, sans discussion, à ses fidèles, et aussi pour être plus sûr de résister aux schismes et aux hérésies, le catholicisme avait posé, sans entrevoir où cela le conduirait, que ses décrets dogmatiques le lieraient lui-même. C’était s’interdire de jamais revenir en arrière et s’obliger de n’aller en avant que dans une seule direction, d’orientation de plus en plus immuable. Le protestantisme précipita les choses […]. Le concile de Trente érigea en dogmes les légendes et les formules qui avaient, au Moyen Âge, tenu lieu d’histoire et de philosophie. Il n’y avait plus dès lors de catholicisme concevable que dans les limites resserrées où les argumentations des scolastiques s’étaient tenues. Restait à concentrer l’infaillibilité de l’Église dans un seul homme : ce fut l’œuvre du concile du Vatican. Le travail d’unification dogmatique fut achevé quand, d’une part, on eut proclamé que le dogme n’est pas susceptible de recevoir "un sens différent de celui qui a été compris par l’Église" (constitution De Fide) et, d’autre part, que la seule parole du pape, quand telle est sa volonté clairement manifestée, suffit à engager toute l’Église et Dieu lui-même pour les siècles des siècles […]. Il semble bien que ces deux propositions ne soient guère plus contestables l’une que l’autre : d’abord que la papauté se refuse décidément et solennellement après examen, et par un refus qui l’engage à fond, à la réforme du dogme et de l’Église que tant d’hommes éminents lui ont instamment proposée, sous des formes différentes, depuis cent ans […]. Et ensuite que la papauté paraît avoir qualité, et elle seule, pour parler au nom de l’Église catholique telle qu’elle est ; et que, depuis le triomphe des idées ultramontaines et les définitions du concile du Vatican, des catholiques sont assez embarrassés pour combattre ses décisions même les plus extravagantes, et ne peuvent guère être catholiques romains contre la papauté ni non plus en dehors de la papauté37.

  • 38 Gianna La Bella (dir.), Pio X e il suo tempo, Bologne, Il Mulino, 2003, 840 p.
  • 39 Louis-Pierre Sardella, Mgr Eudoxe-Irénée Mignot (1842-1918). Un évêque français au temps du moderni (...)
  • 40 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme, op. cit., et id., « Paul Sabatier et Lucien Lacroix : (...)
  • 41 L’Église et la critique, Paris, J. Gabalda, 1910, cité par Louis-Pierre Sardella, op. cit., p. 545.
  • 42 Lettre de Mgr Mignot à Mgr Lacroix, 21 octobre 1910, citée par Christian Sorrel, op. cit., p. 411.
  • 43 Carnets de Mgr Mignot, 10 avril 1913, et notes, 1900, cités par Louis-Pierre Sardella, op. cit., p. (...)
  • 44 Lettre au baron von Hügel, 7 janvier 1908, et journal, 14 octobre 1907, cités ibid., p. 568-569.
  • 45 Lettre au baron von Hügel, 28 octobre 1910, citée ibid., p. 581.

20De tels textes encouragent le refus de l’absolutisme romain et de la dérive autoritaire du règne de Pie X, engagé au même moment dans la réforme de la curie et la codification du droit canonique38. Celui-ci ne se limite pas à la sphère moderniste au sens strict et, en privé le plus souvent, bien des acteurs de la période expriment leur ressentiment, aggravé par les mesures de répression qui les visent ou atteignent leurs proches dans le sillage de l’encyclique Pascendi et du motu proprio du 1er septembre 1910 Sacrorum Antistitum qui impose au clergé le serment antimoderniste. Le cas de l’archevêque d’Albi, Mgr Mignot, qui fut l’un des avocats de Loisy à l’heure des premières censures romaines, est particulièrement révélateur39, en dépit de son isolement dans l’épiscopat français, où il est lié surtout à Mgr Lacroix, qui quitte son siège de Tarentaise en 1907 et est l’un des animateurs de la campagne antiromaine40. Sa correspondance révèle ses réserves sur l’infaillibilité, qui « ne consiste pas dans une révélation nouvelle, dans une manifestation subite comme celle de la Pentecôte, mais dans l’inventaire du trésor du père de famille, d’où elle tire et met en lumière, sous la direction de l’Esprit saint, ce qui convient à tel siècle41 ». Son objet doit être strictement limité, ce que le concile n’a pas fait : « Jusqu’où s’étend l’infaillibilité, voilà ce qu’il aurait fallu dire. Au lieu de cela, on reste dans l’équivoque, et les habiles en profitent. Il semble qu’il y ait autour du souverain pontife un halo lumineux ; que l’influence s’échappe de lui et se communique aux cardinaux, aux congrégations, aux monsignore, aux secrétaires, etc., pour s’arrêter aux limites de la cité léonine42. » Mgr Mignot stigmatise en conséquence la prétention curiale à participer aux privilèges de l’Église enseignante et, visant la devise paulinienne du pape, il écrit : « Ce n’est pas le Christ qu’il s’agit de restaurer, mais l’administration de la curie », au moment où celle-ci organise « un immense système de compression, de terrorisme sur les faibles et les crédules43 ». Pascendi illustre ces dérives en semblant indiquer « non seulement ce qu’il faut croire, mais ce qu’il faut penser » : « Demander un assentiment intérieur absolu à des propositions révisables et révocables est inacceptable44 ». Il en est de même avec le motu proprio de 1910, qui exige sans doute une attitude respectueuse des fidèles en tant qu’« acte de juridiction » pontificale, mais auquel l’adhésion doit rester « corrélative et proportionnée à chaque ordre de vérité, suivant la nature de cet ordre45 ».

  • 46 Ce qu’on a fait de l’Église. Étude d’histoire religieuse avec une humble supplique à Sa Sainteté le (...)
  • 47 L’identification est proposée par Émile Poulat, op. cit., p. 662-664. Paul Naudet (1859-1929) joue (...)
  • 48 Marcel Rifaux, Les Conditions du retour du catholicisme. Enquête philosophique et religieuse, Paris (...)
  • 49 Ce qu’on a fait…, op. cit., p. 3.

21Il serait aisé de multiplier les citations de personnalités diverses qui révèlent, aux marges d’un catholicisme largement romanisé depuis le milieu du XIXe siècle, un malaise autour de l’infaillibilité, sans que la distinction soit toujours identifiable entre le dogme et les abus d’interprétation auxquels il donne lieu et sans que les réactions passionnelles contre la curie impliquent nécessairement une mise en cause radicale sur le plan ecclésiologique. Beaucoup restent d’ailleurs privées, mais elles débordent parfois sur la place publique, et un sommet est atteint en ce domaine avec le livre publié en 1912 sous le titre Ce qu’on a fait de l’Église, qui constitue l’un des derniers actes défensifs d’un modernisme en passe d’être vaincu46. L’auteur principal, sinon unique, de cette épaisse et médiocre compilation semble être l’une des figures majeures de la démocratie chrétienne française, l’abbé Paul Naudet, auquel Rome impose en 1908 l’arrêt de ses activités de journaliste47. S’il n’est pas moderniste au sens strict, il assume nettement une posture réformiste, dont témoigne sa participation à l’enquête de Marcel Rifaux, gendre de Léon Chaine, sur l’avenir du catholicisme, publiée en 190748. La démarche se radicalise, sous couvert de l’anonymat, avec le livre de 1912, dont les premières lignes donnent le ton : « Jésus était couronné d’épines, les papes sont coiffés de la tiare ; le Maître portait une croix à travers la foule, le disciple domine les hommes, porté sur la sedia49. »

  • 50 Ibid., p. 4-6.
  • 51 Ibid., p. 82.

22Naudet décrit, avec force exemples, « la conquête romaine » au long des siècles et stigmatise le « rêve plus ou moins conscient d’impérialisme » assumé par une papauté qui « accepte les prétentions de sa chancellerie et les théories des écoles » : « D’un pouvoir né de l’histoire sortit un prétendu droit d’origine divine50. » Il vise la curie, mais atteint le pontife, d’autant qu’il abuse du terme « Rome », sans autre précision, pour dénoncer le régime consacré, au terme d’une évolution séculaire, par le concile du Vatican, une assemblée qui ne parlait pas vraiment pour l’Église universelle avec ses nombreux évêques « sans Église » et tant d’évêques italiens « qui ne représentent presque rien51 » :

  • 52 Ibid., p. 74-76.

Les évêques, comme de simples planètes, ne brillent que d’une lumière empruntée au Pape-Soleil, seule source de leur splendeur. On n’ose pas encore les mettre tout à fait de côté, mais les conditions auxquelles on les soumet rendent leur existence purement illusoire et décorative. Le gouvernement de la papauté s’est transformé en théocratie, c’est le gouvernement direct de Dieu par un homme, pourvu que cet homme soit italien […]. Rien n’a plus de raison d’être en dehors de Rome […]. Du cerveau du Christ, l’Évangile rayonnant et illuminant la surface du globe avait allumé partout mille foyers, mais voilà que, suivant une loi mystérieuse de tardive réfraction, tous ces rayonnements sont revenus s’abîmer en un centre unique […]. Rome définit, Rome commande, Rome crée, Rome veut, Rome parle, Rome condamne, Rome tue, Rome absout, l’Église se tait ou chante Amen […]. C’est l’unité peut-être, mais l’unité dans l’esclavage, dans le découragement, la lâcheté ou la peur ; unité mensongère, blasphème contre l’unité vraie52.

  • 53 Ibid., p. 142.
  • 54 Ibid., p. 152.

23En contrepoint, Naudet, comme naguère Tyrrel ou Fogazzaro, esquisse une autre approche de l’Église, une Église qui « est partout où se trouve un cœur qui croit et qui prie, une âme fidèle et obéissante qui essaie de comprendre53 », une Église où le magistère « représente, en fait, le consensus de tout l’ensemble des croyants54 ». Mais ces propositions sont comme noyées dans l’entreprise de destruction du « césarisme » romain opérée, de page en page, par une telle accumulation d’arguments négatifs, dignes de la libre pensée ou de l’anticléricalisme le plus forcené, qu’elle finit par perdre de sa crédibilité.

  • 55 Sur la réception de l’ouvrage, voir Christian Sorrel, op. cit., p. 438-441.
  • 56 Sur ces thèmes, voir en particulier les ouvrages cités de Maurilio Guasco et Louis-Pierre Sardella.
  • 57 Michel Fourcade, « Du Credo de Brunetière au Credo de Paul VI : la Rome pontificale au miroir des i (...)

24L’aventure moderniste semble ainsi se clore sur une offensive d’artillerie lourde contre la Rome du pape infaillible, chargée de tous les maux. Des grandes ambitions intellectuelles de L’Évangile et l’Église aux diatribes mesquines de Ce qu’on a fait de l’Église, qui ne satisfont d’ailleurs pas tous les acteurs de la crise55, le parcours peut être jugé décevant. Mais, dans cette perspective, le recentrage final sur l’antiromanisme apparaît surtout comme un révélateur de la défaite au sein d’une nébuleuse moderniste incapable de se rassembler autour de propositions minimales et réduite à accabler un ennemi commun pour exister. Le magistère, par-delà sa victoire éclatante, ne sort toutefois pas indemne des débats autour des documents qu’il produit, en premier lieu l’encyclique Pascendi. Le discours moderniste sur l’Église, qui réactualise des courants marginalisés par le concile du Vatican et rejoint les préoccupations des catholiques critiques, souligne la distance entre l’expression officielle de la foi et la manière dont certains croyants la reçoivent sans y adhérer pleinement et sans avoir pour autant le sentiment d’être des rebelles. Il accuse l’opposition entre la revendication de l’autorité, sûre de son droit à défendre la vérité et exiger l’assentiment des fidèles, et l’affirmation des droits de la conscience, qui ne se considère pas comme liée par des interventions transgressant la compétence du magistère56. L’enjeu dépasse à l’évidence la seule question de l’infaillibilité pontificale, contenue dans les bornes de la définition dogmatique de 1870 ou appréhendée de manière extensive dans la dynamique romaine qui a emporté le catholicisme du second XIXe siècle. Mais il ne sera plus possible, à moyen terme, de parler de la même manière du magistère infaillible du pape, d’autant que le XXe siècle est jalonné de crises ecclésiales où se rejouent, au moins pour partie, la crise moderniste et son complexe antiromain affronté à une romanité sûre d’elle-même57.

Notes

1 La bibliographie n’a cessé de s’étoffer depuis les années 1960. Elle est recensée, jusqu’au milieu des années 1990, par la réédition du livre fondateur d’Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris, Albin Michel, 1996, p. 679- 706. Parmi les publications récentes, on peut retenir la synthèse, riche et commode, de Maurilio Guasco, Le Modernisme. Les faits, les idées, les hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 270 p., la réflexion stimulante de Pierre Colin, L’Audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français 1893-1914, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, 525 p. et les mises au point variées du colloque international édité par Alfonso Botti et Rocco Cerrato (dir.), Il Modernismo tra cristianità e secolarizzazione, Urbino, QuattroVenti, 2000, 925 p.

2 Christian Sorrel, « Il modernismo francese », dans Humanitas. Rivista bimestrale di cultura, LXII/1, gennaio-febbraio 2007, p. 10-20.

3 Jean-François Chiron, L’Infaillibilité et son objet. L’autorité du magistère infaillible de l’Église s’étend-elle aux vérités non révélées ?, Paris, Cerf, 1999, p. 153-198.

4 Bruno Horaist, La Dévotion au pape et les catholiques français sous le pontificat de Pie IX (1846-1878), Rome, École française de Rome, 1995, 757 p. ; Jean-Marie Roger Tillard, « Théologies et "dévotions" au pape depuis le Moyen Âge. De Jean XXIII à… Jean XXIII », Cristianesimo nella storia, vol. XXII/1, febbraio 2001, p. 191-211 ; Brian Brennan, « Visiting "Peter in chains" : French Pilgrimage to Rome, 1873- 1893 », Journal of Ecclesiatical History, vol. 51/4, october 2000, p. 741-765.

5 C’est le sens, par exemple, de l’intervention laborieuse de l’archevêque de Chambéry, Mgr Leuillieux, dans sa lettre au clergé du 2 juillet 1892 sur le Ralliement. Il oppose l’encyclique sur la question sociale, Rerum novarum, parole du « docteur infaillible », qui s’adresse, « du haut de la chaire de Pierre, à l’Église universelle, à tous les pasteurs et à tous les fidèles » et ne peut « ni se tromper, ni nous tromper », aux « instructions » sur le Ralliement qui, « n’étant pas destinées à l’Église universelle, ne revêtent pas un caractère d’infaillibilité doctrinale », tout en étant l’expression « de la plus haute autorité à laquelle une parole humaine puisse prétendre, puisqu’elles sont le fruit de cette haute intelligence que le monde admire dans le pape Léon XIII ».

6 La polémique est évoquée par le Père Tyrrell dans The Church and the Future, London, Priory Press, 1910, p. 13 et 49. Sur l’auteur et l’ouvrage, voir infra.

7 Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, 636 p.

8 Léon Chaine, Les Catholiques français et leurs difficultés actuelles devant l’opinion, rééd., Paris, A. Storck, 1904, p. 63-64. Léon Chaine (1851-1941) est l’une des figures de l’« école de Lyon » qui s’inscrit dans la mouvance critique du début du siècle et n’est pas sans lien avec le modernisme, même si les positions de ses acteurs restent diverses, du modéré Pierre Jay au radical Joseph Brugerette. Voir Bernard Comte, « Un rassemblement de catholiques libéraux : la naissance à Lyon de la revue Demain (1905) », dans Les Catholiques libéraux au XIXe siècle, Grenoble, PUG, 1974, p. 239- 280.

9 Paul Viollet, L’Infaillibilité du pape et le Syllabus. Étude historique et théologique, Besançon-Paris, Jacquin – Lethielleux, 1904, p. 5-10. Paul Viollet (1840-1914), professeur de droit à l’École des chartes, membre de l’Institut, est le fondateur du Comité catholique pour la défense du droit qui réunit les catholiques dreyfusards. Voir Jean-Marie Mayeur, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, n° 530, 1979, p. 337-361.

10 Pierre Bouvier, « L’infaillibilité du pape et le Syllabus », Études, t. 102, 20 janvier 1905, p. 250-257 ; Paul Viollet, Infaillibilité et Syllabus. Réponse aux « Études » (article de M. l’abbé Bouvier, numéro du 20 janvier 1905), Besançon-Paris, Jacquin – Roger et Chernoviz, 1905, 61 p.

11 Sur cette polémique, voir la contribution de Guillaume Cuchet publiée dans ce volume.

12 Paul Viollet, L’Infaillibilité…, op. cit., p. 37-40 et 65-66.

13 Ibid., p. 72 et 76-77. La réfutation du Père Bouvier porte moins sur la question des erreurs des papes, qui n’est pas un problème (l’infaillibilité ne garantit pas l’inerrance), que sur les restrictions imposées à l’exercice de l’infaillibilité : « Il est de foi que le pape est infaillible lorsqu’il définit des dogmes comme l’Immaculée Conception, et il est théologiquement certain que le pape, comme l’Église, est infaillible dans les autres définitions » (loc. cit., p. 252).

14 Paul Viollet, L’Infaillibilité…, op. cit., p. 87.

15 Ibid., p. 89-100. Le Père Bouvier affirme que, si le Syllabus n’est peut-être pas un « document ex cathedra », il relève « tout au moins du magistère ordinaire de l’Église » et qu’il ne contient aucune erreur (loc. cit., p. 250).

16 Paul Viollet, L’Infaillibilité…, op. cit., p. 104-105.

17 Émile Poulat, op. cit. ; Maurilio Guasco, Alfred Loisy, Brescia, Morcelliana, 2004, 175 p.

18 George Tyrrell, The Church…, op. cit. Converti de l’anglicanisme, George Tyrrell (1861-1909), considéré comme le seul vrai théologien de la crise moderniste, diffuse sous pseudonyme (Hilaire Bourdon pour The Church…) plusieurs ouvrages critiques à partir de 1903. Identifié, il assume sa responsabilité et est exclu en 1906 de la Compagnie de Jésus. Aucun évêque n’accepte de l’incardiner et il meurt, trois ans plus tard, privé des sacrements et des funérailles chrétiennes. Seul l’abbé Bremond est présent, ce qui lui vaut d’être immédiatement suspens a diuinis. Voir Raoul Gout, L’Affaire Tyrrell, un épisode de la crise catholique, Paris, Émile Nourry, 1909, 323 p. ; Émile Goichot, « Sur l’affaire Tyrrell : documents inédits », Revue d’histoire ecclésiastique, t. 81/1-2, 1986, p. 95-116 ; M. Guasco, op. cit., p. 71-77.

19 George Tyrrell, The Church…, p. 11-17.

20 Ibid., p. 31.

21 Ibid., p. 33-34.

22 Ibid., p. 65.

23 Ibid., p. 103.

24 Lucienne Portier, Antonio Fogazzaro, Paris, Boivin, 1937, 480 p. ; Paolo Marangon (éd.), Antonio Fogazzaro e il modernismo, Vicenza, Accademia olimpica, 2003, 252 p. Disciple d’Antonio Rosmini et Alphonse Gratry, Antonio Fogazzaro (1842-1911) est étroitement associé aux cercles réformistes italiens et participe de près à la crise moderniste.

25 Antonio Fogazzaro, Le Saint, traduit de l’italien par G. Herelle, 3e éd., Paris, Librairie Hachette, 1906, 380 p. Voir Paolo Marangon, « Riforma religiosa e misticismo nel Santo di Antonio Fogazzaro », dans Alfonso Botti, Rocco Cerrato, op. cit., p. 691-706 et « Il modernismo cent’anni dopo : cultura religiosa e paradosso cristiano nel Santo di Antonio Fogazzaro », Annali di studi religiosi, 6, 2005, p. 32-46.

26 Lorenzo Bedeschi, Riforma religiosa e curia romana all’inizio del secolo, Milano, Il Saggiatore di Alberto Mondadori, 1968, 439 p.

27 Antonio Fogazzaro, op. cit., p. 52.

28 Ibid., p. 42-43.

29 Ibid., p. 51. Antonio Fogazzaro prête ces propos à l’abbé Marinier : « Vous estimez sans doute qu’il vous sera possible de naviguer en sûreté sous l’eau, comme des poissons prudents, et vous ne songez pas que l’œil perçant d’un Souverain Pêcheur, ou Vice-Pêcheur, peut vous découvrir, qu’un bon coup de harpon peut vous atteindre […]. Et vous ne l’ignorez pas, le grand Pêcheur de Galilée mettait les poissons dans son vivier ; mais le grand Pêcheur de Rome les met dans la poêle. »

30 Ibid., p. 55.

31 Maurilio Guasco, op. cit., p. 172.

32 Antonio Fogazzaro, op. cit., p. 94.

33 Ibid., p. 269-280.

34 Il donne une conférence à Paris, à l’École libre des hautes études sociales, en janvier 1907, et participe en juillet de la même année au « congrès » de Molveno, seule et vaine tentative de front moderniste face aux censures romaines. Voir Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme. Mgr Lacroix (1855-1922). Enquête sur un suspect, Paris, Cerf, 2003, p. 287-288, et Maurilio Guasco, op. cit., p. 199-204.

35 Louis-Pierre Sardella, « Il y a cent ans : la réception de l’encyclique Pascendi Dominici Gregis en France », Revue d’histoire ecclésiastique, vol. 103/2, 2008, p. 467- 496.

36 Catholici, Lendemains d’encyclique, Paris, Librairie critique Émile Nourry, 1908, x- 125 p. Jean-Marie Grosjean (1868-1940) est un prêtre du diocèse d’Autun, relégué par le cardinal Perraud dans une petite paroisse de la montagne charolaise, Saint-Racho, à la suite de déclarations favorables au dreyfusisme, au socialisme et à l’acclimatation du kantisme dans la pensée catholique dont il souligne le besoin de renouvellement. Voir Émile Poulat, « Une figure originale et cachée de prêtre moderniste. Kantien, socialiste et mystique, Jean-Marie Grosjean (1868-1940) », Fonti e documenti, t. 13, 1985, p. 71-87.

37 Catholici, Lendemains…, op. cit., p. 81-82 et 106-107.

38 Gianna La Bella (dir.), Pio X e il suo tempo, Bologne, Il Mulino, 2003, 840 p.

39 Louis-Pierre Sardella, Mgr Eudoxe-Irénée Mignot (1842-1918). Un évêque français au temps du modernisme, Paris, Cerf, 2004, 743 p. Eudoxe-Irénée Mignot (1842-1918) a acquis par lui-même une véritable compétence exégétique. Évêque de Fréjus puis archevêque d’Albi, il est très attentif au mouvement des idées, mais son tempérament le porte plus à la réflexion qu’à l’action. Il tente d’intervenir en Cour de Rome, sans grand succès, dans la mesure où lui-même apparaît comme un suspect.

40 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme, op. cit., et id., « Paul Sabatier et Lucien Lacroix : une amitié, un combat au cœur de la crise moderniste », Franciscana. Bollettino della Società internazionale di studi francescani, t. 4, 2002, p. 1-29.

41 L’Église et la critique, Paris, J. Gabalda, 1910, cité par Louis-Pierre Sardella, op. cit., p. 545.

42 Lettre de Mgr Mignot à Mgr Lacroix, 21 octobre 1910, citée par Christian Sorrel, op. cit., p. 411.

43 Carnets de Mgr Mignot, 10 avril 1913, et notes, 1900, cités par Louis-Pierre Sardella, op. cit., p. 547-549.

44 Lettre au baron von Hügel, 7 janvier 1908, et journal, 14 octobre 1907, cités ibid., p. 568-569.

45 Lettre au baron von Hügel, 28 octobre 1910, citée ibid., p. 581.

46 Ce qu’on a fait de l’Église. Étude d’histoire religieuse avec une humble supplique à Sa Sainteté le Pape Pie X, Paris, Librairie Félix Alcan, 1912, xxiii-554 p.

47 L’identification est proposée par Émile Poulat, op. cit., p. 662-664. Paul Naudet (1859-1929) joue un rôle important dans la promotion du Ralliement et de l’action sociale dans la décennie 1890 en agissant surtout par la presse. Ses positions se radicalisent au gré des résistances rencontrées en France et des réserves romaines face à la démocratie chrétienne. Le 13 février 1908, un décret du Saint-Office ordonne la suppression de La Justice sociale. Voir Christian Sorrel, « Réformisme ou anticléricalisme croyant ? Réflexions sur l’itinéraire de deux abbés démocrates, Paul Naudet et Pierre Dabry », dans L’Anticléricalisme croyant (1860-1914). Jalons pour une histoire, Chambéry, Université de Savoie, 2004, p. 147-160.

48 Marcel Rifaux, Les Conditions du retour du catholicisme. Enquête philosophique et religieuse, Paris, Librairie Plon, 1907, 426 p. Naudet écrit : « Peut-être aussi l’affirmation nécessaire des droits de l’autorité a-t-elle donné lieu, dans l’armature du catholicisme, à un développement exagéré de certains rouages administratifs qui ont rendu notre pensée trop timide, nous exposant à méconnaître la notion de l’Église, qui est une société et non simplement une hiérarchie, et risquant d’amener une concentration peut-être regrettable : trop de vie au centre, au détriment des extrémités » (p. 359-360).

49 Ce qu’on a fait…, op. cit., p. 3.

50 Ibid., p. 4-6.

51 Ibid., p. 82.

52 Ibid., p. 74-76.

53 Ibid., p. 142.

54 Ibid., p. 152.

55 Sur la réception de l’ouvrage, voir Christian Sorrel, op. cit., p. 438-441.

56 Sur ces thèmes, voir en particulier les ouvrages cités de Maurilio Guasco et Louis-Pierre Sardella.

57 Michel Fourcade, « Du Credo de Brunetière au Credo de Paul VI : la Rome pontificale au miroir des intellectuels français », dans Hilaire Multon, Christian Sorrel (dir.), L’Idée de Rome : pouvoirs, représentations, conflits, Chambéry, Université de Savoie, 2006, p. 147-192.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search