Version classiqueVersion mobile

Le pontife et l’erreur

 | 
Sylvio De Franceschi

L’opposition à l’infaillibilité pontificale dans le monde germanique de Febronius aux années 1830

Franz Xaver Bischof

Texte intégral

  • 1 Il en était ainsi surtout dans l’école des dominicains de Salamanque (Francisco de Vitoria (...)
  • 2 Sur Bellarmin, voir Heribert Smolinsky, art. « Bellarmini, Robert », Religion in Geschicht (...)
  • 3 Sur la pensée théologique de Bellarmin, voir Thomas Dietrich, Die Theologie der Kirche bei (...)

1Depuis le XVIe siècle, la doctrine relative à la primauté romaine se distingue de celle d’avant l’époque de la Réforme par un durcissement de la conception de l’infaillibilité pontificale. Les restrictions en vigueur jusqu’au XVe siècle furent de moins en moins appliquées selon le principe : Vbi Petrus, ibi Ecclesia1. Les instigateurs de ce mouvement étaient, mis à part les dominicains, avant tout les jésuites, parmi lesquels Robert Bellarmin (1542-1621)2 joua un rôle prépondérant. Il considérait l’Église comme une monarchie pontificale et l’autorité du pape comme le garant suprême de la vérité3. Cette conception ecclésiastique allait de pair avec une évolution significative de la notion d’« infaillibilité ». Pour Bellarmin,

  • 4 T. Dietrich, « Roberto Bellarmino », art. cité, p. 48 ; cf. Ulrich Horst, Papst – Konzil – (...)

ce n’est plus la représentation de l’Église, telle qu’elle serait concevable également pour le concile, qui constitue l’infaillibilité, mais la représentation du Christ dans l’office pétrinien. Le pape n’est plus infaillible en tant que représentant de l’Église. C’est plutôt l’Église qui est infaillible, parce qu’en premier lieu son chef est infaillible en tant que Vicarius Christi. Ainsi, l’ordre traditionnel dans la doctrine relative à l’infaillibilité est renversé.4

2Et pourtant, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, la papauté se trouva constamment confrontée à de fortes oppositions qui l’empêchèrent de réaliser ses prétentions. Ce ne fut qu’après la Révolution Française et les événements qui s’ensuivirent, à savoir, dans la perspective allemande, la sécularisation de l’Église d’Empire de 1803, que ces obstacles furent écartés. En effet, l’épiscopalisme français, le « gallicanisme », constituait bien la plus virulente de ces oppositions ; une autre était l’épiscopalisme allemand de l’Église d’Empire. Celui-ci se fondait sur les concordats d’Empire du XVe siècle, en particulier sur celui qui avait été conclu à Vienne en 1448. Grâce à ces concordats, l’Église d’Empire se prévalait contre Rome des Libertés de la Nation, particulièrement celles des chapitres cathédraux lors des élections épiscopales. Les protagonistes de cet épiscopalisme étaient, jusqu’à la sécularisation, les princes-évêques du Saint-Empire, menés par les archevêques-électeurs de Mayence, de Cologne et de Trèves.

  • 5 Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 169.
  • 6 Sur van Espen, voir Gustave Leclerc, Zeger-Bernard van Espen (1648-1728) et l’autorité ecc (...)
  • 7 Sur l’episcopalisme allemand, voir Heribert Raab, Der reichskirchliche Episkopalismus von (...)
  • 8 L’histoire de la théologie du XVIIIe siècle dans le monde germanophone n’a pas encore été (...)

3Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, l’épiscopalisme de l’Église d’Empire était purement pragmatique. Il ne reçut ses fondements théoriques qu’au XVIIIe siècle. Car, contrairement à la situation en France, le conciliarisme n’avait pas survécu à la Réforme en Allemagne. Depuis la fin du XVIe siècle, la science théologique ainsi que toute l’éducation étaient entre les mains des jésuites, monopole qui ne fut ébranlé que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle avec l’apparition des Lumières catholiques. Dans presque toutes les universités allemandes, les jésuites avaient exercé l’enseignement scolastique, permettant ainsi à la doctrine de la primauté romaine de percer. Sous l’effet croissant du centralisme romain et des événements en France, « le gallicanisme français se faisait sentir en Allemagne depuis la fin du XVIIe siècle et se confondait avec les tendances à l’autonomie de l’Église d’Empire »5. Celle-ci avait adopté, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les idées épiscopalistes, gallicanes et jansénistes, et celles d’une Église d’État (staatskirchlich) de l’école du canoniste Zeger Bernard van Espen (1646-1728)6 de Louvain. À cela s’ajoutent la mentalité caractéristique des Lumières catholiques – qui, notons-le, n’était pas du tout anticléricale en Allemagne et se référait à la Sainte Écriture et à la tradition patristique comme valeur normative. Il y avait aussi une tendance irénique visant à la réintégration des protestants dans l’Église catholique en repoussant les prétentions romaines7. C’est dans ce contexte que naquit, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le fébronianisme. Il s’agit là d’un épiscopalisme catholique réformateur (Reformepiskopalismus) qui – visant à renforcer l’autorité épiscopale face au pape – connut une large diffusion8.

Febronius : « Si concilium […] est supra pontificem […] cadit omnis idea infallibilitatis »9

  • 9 Johann Nikolaus von Hontheim, Justinus Febronius. Abbreuiatus et emendatus (1777) (Religio (...)
  • 10 Il n’existe pas de biographie récente de Febronius. Voir Volker Pitzer, Justinus Febronius (...)
  • 11 Justini Febronii J[uris]c[onsul]ti, De statu ecclesiæ et legitima potestate Romani Pontifi (...)

4Le rôle décisif dans ce développement revient à un canoniste érudit, l’évêque auxiliaire de Trèves, Nicolas de Hontheim (1701-1790)10. Hontheim était un épiscopaliste modéré, influencé par les idées gallicanes et jansénistes. Il avait fait ses études auprès de Van Espen à Louvain. En 1763, il publia à Francfort sous le pseudonyme de Justinus Febronius un livre intitulé De statu Ecclesiæ et de potestate legitima Romani Pontificis liber singularis ad reuniendos dissidentes in religione christiana compositus11 (« Sur la constitution de l’Église et le pouvoir légitime du pape, en vue du rétablissement de l’unité chrétienne »), ouvrage qui fit sensation dans le monde érudit d’Allemagne et bientôt aussi en Europe. Cinq mois plus tard, le Saint-Siège mit le livre à l’Index, ce qui contribua à sa publicité. En outre – et ceci reflète la situation politique de l’Église en Allemagne – seize des vingt-six évêques de l’Église d’Empire refusèrent de publier cette mise à l’Index.

  • 12 Sur les faux pseudo-isidoriens, voir Horst Fuhrmann, Einfluß und Verbreitung der pseudoisi (...)
  • 13 Voir Harm Klueting, « Wiedervereinigung der getrennten Konfessionen oder episkopalistische (...)

5Febronius plaidait pour une réforme de l’Église qui devait s’inspirer de la constitution synodale ou collégiale de l’Église des huit premiers siècles. Elle incarnait pour lui la « vraie Église » idéalisée et devait être la norme pour une inévitable réforme de la constitution de l’Église, visant à rétablir sa liberté d’origine. Selon Febronius, le développement ultérieur de la constitution de l’Église s’était éloigné de la norme des huit premiers siècles. Sous l’influence des falsifications pseudo-isidoriennes du IXe siècle et de la papauté grégorienne des XIe et XIIe siècles et de ses abus, la constitution de l’Église aurait été (toujours selon Febronius) transformée avec succès par les théologiens scolastiques en un système « papaliste »12. Le traité de Febronius avait plusieurs objectifs. En premier lieu, il voulait défendre de manière historico-théologique l’épiscopalisme pratiqué dans l’Église d’Empire contre les arrogantes interventions de la curie romaine et de ses nonces, et renforcer la position de l’Église et des archevêques et des évêques dans l’Empire. En second lieu, il pensait, par un retour à l’idéal de l’Église des huit premiers siècles, ouvrir la voie au retour des protestants dans l’Église catholique. Ce dernier objectif de Febronius s’insère dans un contexte de projets de réunification, typiques de l’époque, compte tenu du fait que pour lui, la réunification n’était concevable que comme un retour au sein de l’Église catholique13.

  • 14 Cf. Heribert Raab, Der reichskirchliche Episkopalismus, op. cit., p. 493.

6Febronius était un compilateur, non un penseur original14. Il se fondait sur des autorités théologiques conciliaristes, gallicanes, épiscopalistes, sur des personnalités telles que Jean Gerson (1363-1429), Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), Noël Alexandre (1639-1724), Claude Fleury (1640-1723), Van Espen, sur quelques rares auteurs protestants, et en outre sur les décisions des conciles de Constance (1414-1418) et de Bâle (1431-1449), dont l’œcuménicité pour lui ne faisait aucun doute, ainsi que sur les concordats du bas Moyen Âge et du Saint-Empire.

  • 15 Cf. ibid.

7Sur la primauté du pape, fondée d’autorité divine et attribuée à saint Pierre, Febronius distingue entre les iura essentialia censés maintenir l’unité de l’Église et reposant sur un fondement divin, et les iura accessoria, tels que le droit de confirmer les élections épiscopales, de transférer et de déposer les évêques, et de procéder à des canonisations. Ces pouvoirs seraient passés, au cours du temps, des métropolites, des évêques et des synodes aux papes ; ils devaient pour cette raison être restitués. D’autres pouvoirs étaient échus aux papes grâce à des falsifications, telles les décrétales pseudo-isidoriennes. Pour Febronius, ils n’étaient que le témoignage des abus et de l’arrogance de la curie15.

  • 16 Febronius, Abbreuiatus et emendatus, op. cit., I, § 5, p. 25 : « Romanam Ecclesiam esse Ce (...)
  • 17 Cf. Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 170.
  • 18 Febronius, Abbreuiatus et emendatus, op. cit., III, § 4, p. 121 : « Si itaque Rom. Pontife (...)

8Pour Febronius, le pape constitue le centrum unitatis dans l’Église. Par rapport aux évêques, il est primus inter pares. Il incombe seulement au pape de défendre l’unité de l’Église ; sa primauté est purement honorifique. Une juridiction rivale de celle qui est exercée par les évêques ne relève pas de son pouvoir. D’après le témoignage des Évangiles (Mt. 16,19 ; 18,18), le pouvoir des clefs n’aurait pas été donné uniquement à saint Pierre, mais à l’Église entière. Les évêques seraient tous égaux dans l’épiscopat, comme les Apôtres l’étaient dans l’apostolat. Les évêques en tant que successeurs des apôtres sont par droit divin investis de tout pouvoir pour diriger l’Église. Ils ne sont pas les vicaires du pape, et il n’existe pas d’évêque universel16. Uniquement là où les évêques dérogeraient à leur tâche, un pouvoir subsidiaire reviendrait au pape17. Il ne lui revient pas dans ses décrets d’introduire de nouvelles règles (nouas regulas), mais uniquement de « rappeler les données apostoliques (statuta) et les anciennes et vraies traditions »18.

  • 19 Ibid., II, § 1, p. 35-38
  • 20 Ibid., III, § 6, p. 126-127 : « In causis seu quæstionibus Fidei præcipuas Summi Pontifici (...)
  • 21 Ibid., III, § 8, p. 141 : « De juribus Primatus aut falsis aut controuersis : sunt prætere (...)

9La conséquence de cette définition de la primauté pontificale est évidente pour l’infaillibilité. Pour Febronius, seule l’Église entière et le concile général sont infaillibles en tant que représentation de l’Église universelle19. Le concile général est au-dessus du pape. S’il est vrai que le pape, en vertu de son autorité en matière de foi et de morale, peut promulguer des décrets, ceux-ci ne sont pas irréformables et n’ont qu’un caractère provisoire. Ils sont soumis au consensus de l’Église universelle, comme Febronius l’écrit en se référant à la Déclaration des Quatre Articles (Declaratio cleri gallicani) de 168220. Au demeurant l’infaillibilité pontificale compterait au nombre de ces droits de la primauté qui sont aut falsi aut controuersi. Car si le concile est au-dessus du pape en matière de foi et de discipline ecclésiastique et si, suivant cette définition, la décision suprême revient au concile, toute idée d’infaillibilité devient obsolète21.

  • 22 Johann Nikolaus von Hontheim, Justini Febronii, Commentarius in suam retractionem (1781), (...)
  • 23 Heribert Raab, Der reichskirchliche Episkopalismus, op. cit., p. 495.
  • 24 Sur la mise en œuvre du fébronianisme lors du congrès d’Ems (1786), voir ibid., p. 503-507

10Lorsqu’on découvrit que Hontheim était l’auteur du De statu Ecclesiæ, Rome exigea une rétractation. Hontheim s’exécuta en 1778, mais sans avoir changé d’opinion, comme le montre le commentaire dont il fit suivre sa rétractation trois ans plus tard22. Malgré l’interdiction du pape, l’ouvrage de Febronius eut un immense écho. Il fut traduit en allemand (1764), en français (1766), en italien (1768), en espagnol et en portugais. Selon Heribert Raab, Febronius fut diffusé avec la « katholische Ideenrevolution »23 (révolution des idées catholiques) dans les universités et résidences des prince-évêques du Saint-Empire, et il exerça une grande influence sur l’histoire politique de l’Église d’Allemagne à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle24.

Martin Gerbert, un médiateur entre épiscopalisme et papalisme

  • 25 Sur Gerbert, voir Franz Xaver Bischof, art. « Gerbert, Martin », Dictionnaire Historique S (...)
  • 26 Gall Heer, Mabillon und die Schweizer Benediktiner, St. Gall, 1938, p. 372.
  • 27 Franz Xaver Bischof, « Die Klosterakademie St. Blasien. », art. cité, p. 197-211. Voir aus (...)

11Le bénédictin Martin Gerbert (1720-1793)25, depuis 1764 prince-abbé de Saint-Blaise en Forêt Noire, adopta une position opposée à celle de Febronius. Le « Mabillon de l’Allemagne »26, comme on l’appelait, est connu surtout pour ses ouvrages sur l’histoire de la musique et de la liturgie, ainsi que pour son projet d’une Germania sacra, censée décrire tous les évêchés allemands d’après le modèle de la Gallia christiana. Il organisa la recherche historique en créant un réseau comprenant le sud-ouest de l’Allemagne, la Suisse allemande et l’Alsace et qui s’étendait jusqu’en France, en Italie et au nord de l’Allemagne. Sous sa direction, de 1764 à 1793, l’abbaye de Saint-Blaise se transforma en un centre de recherche historique d’une importance nationale qui s’orientait selon le modèle des bénédictins de Saint-Maur27.

  • 28 Martin Gerbert, De communione potestatis ecclesiasticæ inter summos Ecclesiæ principes et (...)
  • 29 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., I, 6, p. 18.

12Lors de la querelle entre les partisans de l’épiscopalisme et ceux de la primauté du pape, Gerbert tenta d’intervenir. Concevant l’Église comme une communauté, Gerbert refusait les idées gallicanes et fébroniennes, aussi bien que les tendances visant à un absolutisme pontifical28. Il soulignait en revanche l’unité de l’Église, qui, selon lui, trouvait son fondement dans la communion avec le Christ29.

  • 30 Ibid., V, 4, p. 176-177 ; VI, 4, p. 205. Cf. Fritz Vigener, Bischofsamt und Papstgewalt. Z (...)
  • 31 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., XV, 2, p. 558 : « Non facimus Pontific (...)
  • 32 Ibid., II, 4, p. 62 : « [...] Episcopi collegium apostolorum repræsentant, non excluso PET (...)
  • 33 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., II, 8, p. 74-75 : « Salua etiam unitat (...)

13Cette unité de l’Église (communio Ecclesiæ) se manifestait non seulement dans l’unité de la foi et de la doctrine, mais aussi dans la communion entre le pape et les évêques, appartenant tous au même corps du Christ, dans une profession de foi commune. La foi serait enseignée, adoptée et maintenue par l’évêque de Rome et par les autres évêques, ce qui s’exprimerait surtout lors du concile général30. Selon Gerbert, Jésus-Christ a confié la direction de l’Église à saint Pierre en premier lieu, mais non exclusivement. Gerbert se refusait cependant à tout déduire du pape et à tout ramener à lui31. Il revenait plutôt au pape en tant que centrum unitatis de diriger l’Église en collaboration avec le collège des évêques, qui avait succédé au collège des Apôtres dirigé par saint Pierre32. Gerbert considérait qu’« une opposition de la part des évêques contre le pape était possible et nécessaire, s’ils estimaient que le pape ordonnait quelque chose qui allait à l’encontre de l’intérêt de leurs églises et n’était pas conforme aux lois et aux coutumes »33.

  • 34 Ibid., V, 4, p. 177 : « Quemadmodum uero non quod quilibet episcopus priuatus docet, catho (...)
  • 35 Martin Gerbert, De legitima ecclesiastica potestate circa sacra et profana, St. Basii, 176 (...)
  • 36 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., II, 19, p. 81-82 : « Equidem non diffi (...)
  • 37 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., V, 4, p. 177 : « [...] Ita pariter non (...)
  • 38 Cf. Karl Werner, Geschichte der katholischen Theologie, op. cit., p. 209.

14Tout comme dans la question de la primauté du pape, l’idée de la communion touchait aussi la question de l’infaillibilité pontificale. Le collège des évêques, auquel, bien sûr, le pape lui-même appartenait, constituait l’institution juridique exerçant le pouvoir apostolique. Il était l’instance suprême pour les questions de foi et de morale. Ses décisions étaient infaillibles34. Pour cela, il n’était même pas nécessaire de réunir le collège des évêques dans un lieu. Le collège épiscopal pouvait aussi bien promulguer des préceptes juridiques à l’unanimité (conspiratione unanimi), prescrire des doctrines et dispenser des prescriptions apostoliques (leges apostolicæ)35. Au cas où le collège des évêques et le pape ne parviendraient pas à se mettre d’accord, Gerbert attribuait au concile en tant qu’assemblée des évêques la suprématie sur le pape36. Cela ne l’empêchait pas d’embrasser une position clairement anti-épiscopaliste sur la question de l’infaillibilité du pape. Puisque le pouvoir incombait en général (generaliter) au collège des évêques, comme le pouvoir incombait en particulier (specialiter) au pape, le pape était, selon Gerbert, également infaillible lorsqu’il parlait ex cathedra en tant que pasteur suprême. Lors d’une décision ex cathedra, le pape ne peut en aucun cas se tromper dans la mesure où il a appliqué la tradition de l’Église universelle. Pour Gerbert, qui argumente contre la théorie gallicane du consensus, une telle définition est obligatoire et n’a pas besoin du consensus explicite de l’Église universelle37. Quant au cas d’un pape faillible, Gerbert l’exclut, parce qu’il ne pourrait se présenter que si Dieu, contrairement à ses promesses, permettait que les successeurs de Pierre se trompent38.

L’infaillibilité du pape dans l’Autriche joséphiste

  • 39 Sur Klüpfel, voir Wolfgang Müller, « Engelbert Klüpfel (1733-1811) . », dans Katholische T (...)
  • 40 Wendelin Rauch, Engelbert Klüpfel ein führender Theologe der Aufklärungszeit (Abhandlungen (...)
  • 41 Engelbert Klüpfel, Institutiones theologiæ dogmaticæ in usum auditorum, 2 vol., Vienne, 17 (...)

15L’ermite de saint Augustin Engelbert Klüpfel (1733-1811)39, « un théologien capital des lumières »40, a exerçé une très grande influence dans les États de la maison de Habsbourg. Marqué par les idées épiscopalistes et par la conception de l’Église d’État, il enseigna pendant presque quarante ans comme professeur de dogmatique à l’Université de Fribourg-en-Brisgau, alors autrichienne. Ses Institutiones theologicæ dogmaticæ41 parues en deux volumes en 1789 furent prescrites comme traité de dogmatique dans toutes les universités autrichiennes. Les professeurs étaient tenus de suivre le traité à la lettre. L’ouvrage était rédigé dans l’esprit des Lumières catholiques et ne tenait pas compte de la scolastique. Il a servi de base pour les cours universitaires de dogmatique pendant plus de cinquante ans, jusqu’en 1856.

  • 42 Selon Klüpfel, les prêtres participent aussi à l’infaillibilité de l’épiscopat universel ; (...)
  • 43 Engelbert Klüpfel, Institutiones theologicæ, op. cit., I, p. 114, p. 158, et Wolfgang Müll (...)
  • 44 Cf. Engelbert Klüpfel, op. cit., I, p. 157.
  • 45 Wendelin Rauch, op. cit., p. 178.

16Dans son traité de Ecclesia, Klüpfel aborde l’Église surtout en sa qualité de juge suprême des questions de foi et de mœurs. Il était d’avis que seule l’Église dans son ensemble, c’est-à-dire tout l’épiscopat, était infaillible42. Selon Klüpfel, la notion d’Église infaillible implique forcément une majorité, en raison de quoi les églises particulières telles que celle de Rome ne sont pas infaillibles. Le pape, lui aussi représentant de l’Église universelle, n’est pas infaillible à lui tout seul43. L’infaillibilité de l’Église ne concerne, selon Klüpfel, ni les questions purement philosophiques, ni les faits dont l’Évangile ne dit rien. Elle ne concerne pas non plus les facta dogmatica, c’est-à-dire les faits dépendant du dogme, comme les béatifications, les canonisations et la censure des livres44. Cependant Klüpfel considère la primauté de l’évêque de Rome « non seulement comme une prééminence honorifique, mais aussi comme une supériorité juridique du pape par rapport aux évêques du monde entier », compte tenu par ailleurs du fait que le concile de Trente n’a pas défini le contenu de la primauté de façon dogmatique. En même temps, Klüpfel s’efforce « de renforcer les évêques et les pouvoirs spirituels qu’ils détiennent indépendamment du pape, et de leur attribuer le plus possible des compétences immédiates et indépendantes »45.

  • 46 Cf. Franz Xaver Bantle, Unfehlbarkeit in der Kirche, op. cit., p. 64 ; Eduard Hosp, Die jo (...)
  • 47 Sur ces théologiens et leur doctrine, voir Franz Xaver Bantle, op. cit., p. 23-127.

17En revanche, Klüpfel considérait la doctrine de l’infaillibilité pontificale comme une opinion d’école, à laquelle s’opposaient « des motifs nombreux et capitaux » et qu’il n’incluait pas dans l’étude de la matière de l’infaillibilité ecclésiastique46. Du même avis furent Pietro Maria Gazzaniga (1722-1799), dominicain italien et professeur à Vienne à partir de 1760, le bénédictin Simpert Schwarzhueber (1727-1795), professeur de dogmatique à l’université de Salzbourg de 1778 en 1793, le cistercien Stephan Wiest (1748-1797), professeur de dogmatique à l’université d’Ingolstadt à partir de 1781, et même les deux jésuites Aloys Merz (1727-1792), prédicateur à la cathédrale d’Augsbourg de 1763 à 1785, et Johann Evangelist Hochbichler (1740-1817), théologien à Augsbourg de 1773 à 180147.

  • 48 P. M. Engelberti Klypfel, Institutiones theologiæ dogmaticæ in usum auditorum, opera et st (...)
  • 49 Sur Ziegler, voir Rudolf Zinnhobler, art. « Ziegler, Gregorius Thomas », Die Bischöfe der (...)
  • 50 Ulrich Horst, op. cit., p. 159.
  • 51 P. M. Engelberti Klypfel, Institutiones theologiæ, op. cit., Prolegomena. De ecclesia, n. (...)
  • 52 Eduard Hosp, Lehrbücher, op. cit., p. 202 ; Wolfgang Müller, art. cité, p. 43.

18En 1821, une nouvelle édition corrigée du livre de Klüpfel fut éditée48 par le bénédictin Gregor Thomas Ziegler (1770-1852)49, un disciple de Klüpfel. Ziegler fut professeur de dogmatique à Vienne de 1815 à 1822 et appartint au cercle du rédemptoriste Klemens Maria Hofbauer (1751-1820). Sous l’influence de ce dernier, Ziegler devint ultramontain et contribua pour une large part à l’éradication du joséphisme en Autriche. Ziegler « purgea » l’œuvre de son maître des influences des Lumières. Surtout, il remania les conclusions sur l’Église et la primauté pontificale. Pourtant, pour Ziegler aussi, seule l’Église dans son ensemble, à laquelle appartiennent le pape et l’épiscopat, est infaillible, non pas, donc, le pape seul. Ziegler traite longuement la question de la supériorité du concile sur le pape. Il prétend que la primauté pontificale ne tolère aucune subordination. Toutefois, l’autorité du concile se partage en toute égalité entre pape et évêques, « dans la mesure où une plus grande solidité, une plus haute obligation et une plus stricte certitude reviennent à l’autorité, car le Christ n’a pas confié la direction de l’Église à Pierre seul et non plus au sénat apostolique, mais à tous les deux »50. L’Église, selon Ziegler, se trouve unie en la papauté, de sorte qu’une définition n’est infaillible que si le pape agit en accord avec les évêques51. Comme l’édition corrigée de Ziegler ne fut pas introduite en Autriche officiellement, le traité original de Klüpfel fut utilisé jusqu’en 185652.

L’époque postérieure à 1800 : L’infaillibilité pontificale – une opinion théologique d’école

  • 53 Sur Kilber, voir Klaus Schilling, Die Kirchenlehre der Theologia Wirceburgensis (Abhandlun (...)
  • 54 Theologia Wirceburgensis, Würzbourg, 1766-1771, I, p. 3. Les éditions postérieures paruren (...)

19Vers 1800, l’épiscopalisme de l’Église d’Empire s’était imposé presque partout dans le monde germanophone. Il y avait certes encore quelques rares représentants de la doctrine romaine de l’infaillibilité pontificale, comme par exemple le jésuite Johann Heinrich Kilber (1710-1783)53. Celui-ci attribuait au pape, dans son traité de dogmatique, l’infaillibilité dans les questions de foi et de mœurs aussi bien que dans les questions concernant des sujets dogmatiques, indépendamment du consensus de l’Église universelle54. Cependant de telles conceptions rigoureusement papales étaient rares dans les facultés de théologie d’Allemagne. Leur influence était modeste.

  • 55 Ulrich Horst, Geschichte und Unfehlbarkeit, op. cit., p. 151-152.

L’opinion en vigueur se réclamait d’un épiscopalisme plus ou moins modéré et considérait la doctrine de l’infaillibilité comme nous la connaissons depuis Cano, Suárez et Bellarmin comme un reste des temps les plus reculés et comme un "theologumenon" d’une scolastique dépassée.55

  • 56 Josef Felderer, Der Kirchenbegriff in den Flugschriften des josefinischen Jahrzehnts, Zeit (...)

20De même les ouvrages destinés à un plus large public étaient-ils eux aussi tendanciellement « anti-infaillibilistes », comme le montre un rapide tour d’horizon de la littérature pamphlétaire des années 178056. Ce refus commun de l’infaillibilité pontificale a perduré dans le monde germanophone jusque dans le premier tiers du XIXe siècle, à quelques rares exceptions près.

  • 57 Sur Onymus, voir Manfred Brandl, Die deutschen katholischen Theologen der Neuzeit. Ein Rep (...)
  • 58 Adam Joseph Onymus, Die Prinzipien der Glaubenslehre der katholischen Kirche, zweite verbe (...)
  • 59 Ibid., p. 118.

21Comme l’explique le professeur wurzbourgois Adam Joseph Onymus57, plus tard vicaire général du diocèse de Wurzbourg, dans son traité intitulé Die Prinzipien der Glaubenslehre der katholischen Kirche58 (Principes de la doctrine catholique), une décision du concile devait certes être confirmée par le pape, mais elle ne devenait généralement obligatoire qu’après le consensus de l’Église universelle59.

  • 60 Sur Wessenberg, voir Franz Xaver Bischof, Das Ende des Bistums Konstanz. Hochstift und Bis (...)
  • 61 Ignaz Heinrich von Wessenberg, Die Stellung des Römischen Stuhls gegenüber dem Geiste des (...)
  • 62 « Erläuterungen », dans Theologische Quartalschrift, 1, 1819, p. 712-722 [p. 718- 719] : « (...)
  • 63 Fritz Vigener, Bischofsamt, op. cit., p. 77. Cf. « Critique du livre Du pape », dans Theol (...)
  • 64 Sur Drey, voir Revison der Theologie – Reform der Kirche. Die Bedeutung des Tübinger Theol (...)
  • 65 Johann Sebastian Drey, Die Apologetik als wissenschaftliche Nachweisung der Göttlichkeit d (...)
  • 66 Ibid., p. 309-310. Sur la doctrine de Drey concernant l’infaillibilité de l’église, cf. Fr (...)

22La thèse d’Ignace Henri von Wessenberg (1774-1860)60, qui, jusqu’en 1830, a exercé une influence déterminante sur la formation cléricale dans le sud de l’Allemagne et en Suisse alémanique, trouvait une large résonance. Selon Wessenberg, il ne pouvait être question d’infaillibilité pontificale. En 1832, il note que si l’infaillibilité pontificale est « enseignée dans les écoles romaines », « Rome, bien qu’elle soit à la tête des églises, n’est pas l’Église universelle, et celle-ci ne connaît d’autre infaillibilité que celle qui lui incombe exclusivement »61. L’« École de Tübingen » considérait elle aussi à ses débuts l’infaillibilité pontificale comme l’opinion d’une minorité de théologiens, et non comme une doctrine de l’Église62. L’ouvrage intitulé Du pape (1819) du théoricien Joseph de Maistre (1753-1821) fut sévèrement critiqué par la Tübinger Theologische Quartalschrift, et ses argumentations furent réfutées comme de « ridicules déclamations d’un dilettante »63. Le professeur de dogmatique Johann Sebastian Drey (1777-1853)64, le fondateur de l’« école catholique de Tübingen », réfutait explicitement l’infaillibilité du pape. « L’évêque de Rome », écrivait-il en 1843, de façon lapidaire, dans le troisième volume de son Apologetik (Apologétique), « n’est pas en soi infaillible, car pour accepter une telle hypothèse, il manque une promesse explicite »65. Le pape est « certes le successeur de saint Pierre, de même que les évêques sont les successeurs des Apôtres, mais l’inspiration qui seule pourrait garantir l’infaillibilité, à savoir l’infaillibilité de saint Pierre », s’est transmise aussi peu à lui que l’inspiration des autres apôtres aux évêques. On pourrait « bien déduire la primauté de saint Pierre des promesses rapportées en Mt. 16, 18-19 et Lc., 22,32 », mais non son infaillibilité, car celle-ci ne faisait pas partie de cette primauté et n’appartenait pas à son concept ; ce qui en faisait partie, c’était uniquement la représentation de l’unité de l’Église, le droit de surveiller les évêques et le droit de formuler des prescriptions générales et nécessaires pour le bien de l’Église66.

Conclusion

  • 67 Cf. Ulrich Horst, Geschichte und Unfehlbarkeit, op. cit., p. 162-163 ; Klaus Schatz, Der p (...)

23La plupart des auteurs du monde germanophone au tournant des XVIIIe et XIXe siècles rejetaient comme dépassée l’ecclésiologie « papaliste », et en particulier la doctrine de l’infaillibilité pontificale. Martin Gerbert constitue une exception. Il considérait les décisions prises ex cathedra comme infaillibles, à condition qu’elles fussent ancrées dans la tradition ecclésiastique. L’avenir semblait s’orienter autour de 1800 vers un épiscopalisme modéré, c’est-à-dire une tendance soulignant l’indépendance de l’office épiscopal et des églises particulières/locales67. Ce consensus perdura, à quelques exceptions près, jusqu’aux années 1830.

  • 68 Sur Möhler, voir Manfred Weitlauff, art. « Möhler, Johann Adam », Neue Deutsche Biographie(...)
  • 69 Johann Adam Möhler, Die Einheit der Kirche oder das Prinzip des Katholizismus. Dargestellt (...)
  • 70 Ibid., § 67, p. 227-229 [p. 228].
  • 71 Cf. ibid., § 70, p. 237 : « Zwei Extreme im kirchlichen Leben sind aber möglich und beide (...)

24Dans la théologie germanophone, la transition vers une nouvelle appréciation de la position du pape et de son infaillibilité ne s’effectua que lentement et chaotiquement. Alors que le grand séminaire de Mayence, fondé en 1805, ou le cercle de Hofbauer à Vienne adoptaient dès leurs débuts des positions clairement ultramontaines, les opinions restèrent partagées jusqu’en 1870 dans la théologie universitaire d’Allemagne. Dans le monde germanophone, la position de Johann Adam Möhler (1796-1838)68 dominait. Celui-ci, dans son ouvrage classique, publié en 1825 et intitulé Die Einheit der Kirche oder das Princip des Katholizismus69 (L’unité de l’Eglise ou le principe du catholicisme), avait développé la conception d’une Église conçue comme un organisme vivant en partant de l’idée d’une unité originelle de l’Église. Cette compréhension de l’Église trouvait son achèvement dans l’idée de la primauté pontificale. Möhler considérait le pape comme « la personnification du centre [de l’unité] de l’épiscopat »70, mais il ne laissait aucune place pour un absolutisme monarchique ou une infaillibilité pontificale71.

Notes

1 Il en était ainsi surtout dans l’école des dominicains de Salamanque (Francisco de Vitoria, Melchior Cano) et chez les théologiens jésuites parmi lesquels le rôle prépondérant revient à Robert Bellarmin. Cf. Ulrich Horst, Papst – Konzil – Unfehlbarkeit. Die Ekklesiologie der Summenkommentare von Cajetan bis Billuart (Walberger Studien der Albertus-Magnus-Akademie. Theologische Reihe 10), Mainz 1978 ; id., Unfehlbarkeit und Geschichte. Studien zur Unfehlbarkeitsdiskussion von Melchior Cano bis zum I. Vatikanischen Konzil (Walberger Studien der Albertus-Magnus-Akademie. Theologische Reihe 12), Mainz, 1982 ; Klaus Schatz, Der päpstliche Primat. Seine Geschichte von den Ursprüngen bis zur Gegenwart, Würzburg, 1990, p. 157-162.

2 Sur Bellarmin, voir Heribert Smolinsky, art. « Bellarmini, Robert », Religion in Geschichte und Gegenwart, 4e édition, t. 1, Tübingen, 1998, coll. 1285-1286 ; Thomas Dietrich, art. « Bellarmin, Robert Franz Romulus », Lexikon für Theologie und Kirche, 3e édition, t. 2, Fribourg, 1994, coll. 189-191 ; id., « Roberto Bellarmino », dans Theologen des 17. und 18. Jahrhunderts. Konfessionelles Zeitalter – Pietismus – Aufklärung, éd. Peter Walter et Martin H. Jung, Darmstadt, 2003, p. 35-53.

3 Sur la pensée théologique de Bellarmin, voir Thomas Dietrich, Die Theologie der Kirche bei Robert Bellarmin. Systematische Voraussetzungen des Kontroverstheologen, Paderborn 1999.

4 T. Dietrich, « Roberto Bellarmino », art. cité, p. 48 ; cf. Ulrich Horst, Papst – Konzil – Unfehlbarkeit, op. cit., p. 177-187.

5 Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 169.

6 Sur van Espen, voir Gustave Leclerc, Zeger-Bernard van Espen (1648-1728) et l’autorité ecclésiastique. Contribution à l’histoire des théories gallicanes et du jansénisme, Zürich 1964 ; Michel Nuttinck, La vie et l’œuvre de Zeger-Bernard van Espen, Louvain, 1969, et Zeger-Bernard van Espen at the crossroads of canon law, history, theology and church-state relations, éd. Guido Cooman, Maurice van Stiphout, et Bart Wauters, Leuven, 2003.

7 Sur l’episcopalisme allemand, voir Heribert Raab, Der reichskirchliche Episkopalismus von der Mitte des 17. bis zum Ende des 18. Jahrhunderts, dans Handbuch der Kirchengeschichte, éd. Hubert Jedin, t. V, Fribourg, 1970, p. 477-507 ; Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 168-170 ; Christoph Link, art. « Febronianismus », Religion in Geschichte und Gegenwart, t. 3, Tübingen, 2000, col. 53-54.

8 L’histoire de la théologie du XVIIIe siècle dans le monde germanophone n’a pas encore été suffisamment étudiée. Voir quand même Karl Werner, Geschichte der katholischen Theologie. Seit dem Trienter Concil bis zur Gegenwart, Münich, 1866 (réimpr., NewYork-Hildesheim, 1966).

9 Johann Nikolaus von Hontheim, Justinus Febronius. Abbreuiatus et emendatus (1777) (Religionsgeschichte der Frühen Neuzeit), réimpr., éd. Ulrich Lehner, Nordhausen, 2008, III, § 8, p. 141.

10 Il n’existe pas de biographie récente de Febronius. Voir Volker Pitzer, Justinus Febronius. Das Ringen eines katholischen Irenikers um die Einheit der Kirche im Zeitalter der Aufklärung, Göttingen, 1976 ; Christoph Link, art. « Hontheim, Johann Nikolaus », Religion in Geschichte und Gegenwart, t. 3, Tübingen, 2000, coll. 1897- 1898 ; Ulrich Lehner, Introduction, dans Febronius, Abbreviatus et emendatus, op. cit., p. I-LIX.

11 Justini Febronii J[uris]c[onsul]ti, De statu ecclesiæ et legitima potestate Romani Pontificiis liber singularis, ad reuniendos dissidentes in religione christianos compositus, Bullioni, 1763. La seconde édition, augmentée de quatre annexes, parut en 1765 à Francfort. D’autres suppléments suivirent si bien que, de 1770 à 1774, une édition comprenant 4 volumes parut. L’édition allemande s’intitule : Justini Febronii Jcti, Buch vom Zustand der Kirche und der rechtmäßigen Gewalt des Römischen Papsts die in der Religion widriggesinnten Christen zu vereinigen. Aus dem Lateinischen in einen getreuen Auszug übersetzt, Wardingen, 1764.

12 Sur les faux pseudo-isidoriens, voir Horst Fuhrmann, Einfluß und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen. Von ihren Anfängen bis in die neuere Zeit, 3 vol. (Schriften der Monumenta Germaniae Historica 24/1-3), Stuttgart 1972-1974 ; Wilfried Hartmann, art. « Pseudoisidorische Dekretalen », Religion in Geschichte und Gegenwart, t. 6, Tübingen, 2003, coll. 1789-1790. Sur le tournant ecclésiologique des XIe et XIIe siècles, cf. Karl August Fink, Papsttum und Kirche im abendländischen Mittelalter, Münich 1981, surtout p. 33-34 ; Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 101-120 et p. 218-219 (Dictatus Papæ) ; Klaus Ganzer, « Das Kirchenverständnis Gregors VII. », dans id., Kirche auf dem Weg durch die Zeit. Institutionelles Werden und theologisches Ringen. Ausgewählte Aufsätze und Vorträge (Reformationsgeschichtliche Studien und Texte. Supplementbd. 4), Münster, 1997, p. 1- 15.

13 Voir Harm Klueting, « Wiedervereinigung der getrennten Konfessionen oder episkopalistische Nationalkirche ? Nikolaus von Hontheim (1701-1790), der Febronius (1763) und die Rückkehr der Protestanten zur katholischen Kirche. », dans Id. (dir.), Irenik und Antikonfessionalismus im 17. und 18. Jahrhundert (Hildesheimer Forschungen 2), Hildesheim-Zürich-NewYork, 2003, p. 259-277.

14 Cf. Heribert Raab, Der reichskirchliche Episkopalismus, op. cit., p. 493.

15 Cf. ibid.

16 Febronius, Abbreuiatus et emendatus, op. cit., I, § 5, p. 25 : « Romanam Ecclesiam esse Centrum unionis : Petro & ejus successoribus a Deo commissam esse superintendentiam, seu ut S. Bernardus loquitur, sollicitudinem super omnes Ecclesiæ quam juxta præscriptum Canonum explere debet : Corpus Ecclesia, siue adunatum, siue dispersum, gaudere infallibili Spiritus Sancti assistentia. »

17 Cf. Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 170.

18 Febronius, Abbreuiatus et emendatus, op. cit., III, § 4, p. 121 : « Si itaque Rom. Pontifex ad ea quæ ex officii debito ad illum referuntur resondens, non nouas regulas inducit, sed Apostolica tantum statuta & antiquas uerasque Traditiones in quærentium memoriam reuocat, & pro re nata ad factum applicat [...] ».

19 Ibid., II, § 1, p. 35-38

20 Ibid., III, § 6, p. 126-127 : « In causis seu quæstionibus Fidei præcipuas Summi Pontificis esse partes ejusque Decreta ad omnes & singulas Ecclesias pertinere, nec tamen irreformabile esse illius judicium, nisi Ecclesiæ consensus accesserit, a Clero Gallicano ab anno 1682 solemniter declaratum fuit. Itaque Pontificum est, in suis de Fide Constitutionibus ea sollicitudine & circumspectione uti, ut de Ecclesiarum consensione plenam fiduciam merito concipiant. »

21 Ibid., III, § 8, p. 141 : « De juribus Primatus aut falsis aut controuersis : sunt præterea quædam Romanorum Curialistarum petitiones aut aperte falsæ, aut admodum falsem dubiæ ac controuersæ. Inter has primo loco nominanda uenit Summi Pontificis Infallibilitas. [...] Si Concilium, ut dicto loco monstrauimus, est supra Pontificem, tam in causis Fidei quam Disciplinæ : si post hujus definitiones adhuc datur recursus ad illud pro finali & ineluctabili decisione, cadit omnis idea infallibilitatis. »

22 Johann Nikolaus von Hontheim, Justini Febronii, Commentarius in suam retractionem (1781), réimpr., éd. Ulrich Lehner, Nordhausen, 2008.

23 Heribert Raab, Der reichskirchliche Episkopalismus, op. cit., p. 495.

24 Sur la mise en œuvre du fébronianisme lors du congrès d’Ems (1786), voir ibid., p. 503-507.

25 Sur Gerbert, voir Franz Xaver Bischof, art. « Gerbert, Martin », Dictionnaire Historique Suisse, 5, 2006, p. 518-519 ; id., « Die Klosterakademie St. Blasien als Zentrum historischer Forschung in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts. », dans Grenzüberschreitungen und neue Horizonte : Beiträge zur Rechts- und Regionalgeschichte der Schweiz und des Bodensees, éd. Lukas Gschwend, (Europäische Rechts- und Regionalgeschichte 1), Zürich-St.Gall, 2007, p. 197-211 (avec références).

26 Gall Heer, Mabillon und die Schweizer Benediktiner, St. Gall, 1938, p. 372.

27 Franz Xaver Bischof, « Die Klosterakademie St. Blasien. », art. cité, p. 197-211. Voir aussi id., « Das Bild der Ortskirche in der Gallia christiana und in theologischen Enzyklopädien des 19. und 20. Jahrhunderts. », Römische Quartalschrift, 95, 2000, p. 204-218.

28 Martin Gerbert, De communione potestatis ecclesiasticæ inter summos Ecclesiæ principes et pontificem et episcopos, St. Blasii, 1761, Præfatio, p. 11-12 : « Peculiariter autem PETRO pascendæ sunt commissæ oues, non soli, alioquin frustra cæteri apostoli essent electi et in omnem terram ad colligendum dominicum gregem missi, quem hactenus eorum successores cum PETRI successoribus mutuo ac communiter pascunt [...]. ». Cf. aussi Annemarie Cloer, Fürstabt Martin Gerbert und der Streit um die Verfassung der römisch-katholischen Kirche in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts, Münster, 1946.

29 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., I, 6, p. 18.

30 Ibid., V, 4, p. 176-177 ; VI, 4, p. 205. Cf. Fritz Vigener, Bischofsamt und Papstgewalt. Zur Diskussion um Universalepiskopat und Unfehlbarkeit des Papstes im deutschen Katholizismus zwischen Tridentinum und Vatikanum I, Göttingen 1964, p. 38 ; Yves Congar, Die Lehre von der Kirche. Vom Abendländischen Schisma bis zur Gegenwart (Handbuch der Dogmengeschichte 3), Fribourg-Bâle-Vienne, 1971, p. 73- 74.

31 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., XV, 2, p. 558 : « Non facimus Pontificem absolutum monarcham, ut episcopi a Roma. Pontifice potestatem omnem ac jurisdictionem mutuentur, adeoque coniuncti quamlibet in synodum œcumenicam tantum ut consiliarii, non ueri iudices, sedeant, qui decreti robori, ac firmitati ex communi consensione nihil addant. »

32 Ibid., II, 4, p. 62 : « [...] Episcopi collegium apostolorum repræsentant, non excluso PETRO, sed ei indissolubiliter coniuncto collegio episcoporum, quod succedit collegio apostolorum. » Cf. la lettre de Gerbert adressée à l’évêque titulaire Pier Luigi Galletti, St. Blaise, 14 février 1783, concernant son œuvre, dans Briefe und Akten des Fürstabtes Martin II. Gerbert von St. Blasien 1764-1793, éd. Wolfgang Müller, vol. II, Karlsruhe, 1962, p. 61.

33 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., II, 8, p. 74-75 : « Salua etiam unitate resistere possent Episcopi Papæ, si aliquid statueret, quod non tenderet ad ecclesiarum sibi concreditarum ædificationem, canones, statuta ac consuetudines laudabiliter receptas. » Gerbert continue en citant l’exhortation de Bernard de Clairvaux à l’adresse du pape : « Romanam Ecclesiam [...] Ecclesiarum matrem esse, non dominam : te uero non Dominum episcoporum, sed unum ex ipsis. »

34 Ibid., V, 4, p. 177 : « Quemadmodum uero non quod quilibet episcopus priuatus docet, catholicæ fidei præiudicium facit ; sed in quod collegium episcoporum conspirat, illud est infallibilis auctoritatis ; ita pariter non omne id, quod Romanus Pontifex ut priuata persona dicit, pro irrefragabili habetur ; sed quando pastorale munus suum exercens ex cathedra loqui dicitur. »

35 Martin Gerbert, De legitima ecclesiastica potestate circa sacra et profana, St. Basii, 1761, Lib. I, Cap. II, § III, p. 9, cité par Knut Walf, Das bischöfliche Amt in der Sicht josephinischer Kirchenrechtler (Forschungen zur kirchlichen Rechtsgeschichte und zum Kirchenrecht 13), Cologne-Vienne, 1975, p. 110 : « In toto autem collegio episcoporum siue uno loco in concilio congregatum, siue dispersum quidem, sed conspiratione unanimi sæpius apostolicam potestatem exercuit, condendo canones, præscribendo fidei formulas, dispensando apostolicas leges : et quotidie exercet hanc potestatem gubernando ecclesiam uniuersam. Quare licet cujuslibet episcopi præcisim a corpore, et collegio spectati judicium nihil ualeat, et errori sit obnoxium, id tamen secus se habet, si spectetur habito ad totum collegium respectu. Res exemplo patet, quando congregati episcopi in concilio sententias dicunt, quiuis est judex, et decisoriam cum aliis sententiam dicit, judicium tamen et decretum non cujuslibet robur habet, sed totus conuentus, id est concilium episcoporum judicium legitimum facit. »

36 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., II, 19, p. 81-82 : « Equidem non diffiteor, quodsi in fidei materia Papa, et collegium episcoporum in concilio diuersas et contrarias sequerentur doctrinas, concilio adhærendum potius fore quam Papæ. » Cf. Knut Walf, Das bischöfliche Amt, op. cit., p. 103-104 (Walf souligne l’influence de Gerbert sur les canonistes joséphistes).

37 Martin Gerbert, De communione potestatis, op. cit., V, 4, p. 177 : « [...] Ita pariter non omne id, quod Romanus Pontifex ut priuata persona dicit, pro irrefragabili habetur ; sed quando pastorale munus suum exercens ex cathedra loqui dicitur. Mirum uero est, hic difficultates posse necti, atque dubitari, quid si ex cathedra loqui, si quod munus est in ecclesia summi Pontificatus ab omnibus Catholicis agnitum consideretur, ut nimirum Pontifex tamquam pastor ac caput, Romanæ totiusque catholicæ Ecclesiæ declaret uerbum diuinum, doceatque fidem, quæ in communione legitimæ potestatis promulgata a fidelibus teneatur : quod dum facit, mihi ex cathedra loqui dicitur, concreditum fidei depositum proponens : in quo aberrare eum fieri non posse, siue Ecclesiæ Romanæ, siue uniuersalis traditione consulta decernat, cum una eademque sit inde a Christo per legitimos pastores PETRO ac apostolis succedentes tam in Romana, quam reliqua ecclesia catholica tradita et custodita. » Voir aussi ibid., V, 6, p. 183 : Gerbert se prononce, avec Bellarmin, contre la position gallicane. Cf. Ulrich Horst, Geschichte und Unfehlbarkeit, op. cit., p. 157 : « Das Bemühen Gerberts, die gallikanische Konsenstheorie im Sinne einer nachträglichen Ratifikation zu überwinden, ist offensichtlich, insofern, recht gesehen, die immer schon vorhandene Einheit beider Gewalten diese im Grunde überflüssig macht. »

38 Cf. Karl Werner, Geschichte der katholischen Theologie, op. cit., p. 209.

39 Sur Klüpfel, voir Wolfgang Müller, « Engelbert Klüpfel (1733-1811) . », dans Katholische Theologen Deutschlands im 19. Jahrhundert, éd. Heinrich Fries et Georg Schwaiger, t. 1, Münich, 1975, p. 35-54 ; Franz Xaver Bantle, Unfehlbarkeit der Kirche in Aufklärung und Romantik. Eine dogmengeschichtliche Untersuchung für die Zeit der Wende vom 18. zum 19. Jahrhundert (Freiburger Theologische Studien 103), Fribourg-Bâle-Vienne, 1976 ; Erwin Keller, « Der Freiburger Theologe Engelbert Klüpfel in seiner Zeitschrift Nova Bibliotheca Ecclesiastica Friburgensis. », Freiburger Diözesan-Archiv, 103, 1983, p. 13-137.

40 Wendelin Rauch, Engelbert Klüpfel ein führender Theologe der Aufklärungszeit (Abhandlungen zur oberrheinischen Kirchengeschichte 1), Freiburg, 1922.

41 Engelbert Klüpfel, Institutiones theologiæ dogmaticæ in usum auditorum, 2 vol., Vienne, 1789,31807.

42 Selon Klüpfel, les prêtres participent aussi à l’infaillibilité de l’épiscopat universel ; cf. Franz Xaver Bantle, Unfehlbarkeit der Kirche, op. cit., p. 45.

43 Engelbert Klüpfel, Institutiones theologicæ, op. cit., I, p. 114, p. 158, et Wolfgang Müller, art. cité, p. 51 ; Ulrich Horst, Geschichte und Unfehlbarkeit, op. cit., p. 158.

44 Cf. Engelbert Klüpfel, op. cit., I, p. 157.

45 Wendelin Rauch, op. cit., p. 178.

46 Cf. Franz Xaver Bantle, Unfehlbarkeit in der Kirche, op. cit., p. 64 ; Eduard Hosp, Die josephinischen Lehrbücher der Theologie in Österreich, Theologische Quartalschrift, 105, 1957, p. 195-214 [p. 201].

47 Sur ces théologiens et leur doctrine, voir Franz Xaver Bantle, op. cit., p. 23-127.

48 P. M. Engelberti Klypfel, Institutiones theologiæ dogmaticæ in usum auditorum, opera et studio Gregorii Thomæ Ziegler, en 2 parties, Vienne, 1821.

49 Sur Ziegler, voir Rudolf Zinnhobler, art. « Ziegler, Gregorius Thomas », Die Bischöfe der deutschsprachigen Länder 1785/1803 bis 1945. Ein biographisches Lexikon, éd. Erwin Gatz, Berlin, 1983, p. 834-837, et Kirchengeschichte in Linz. Fakultät – Lehrkanzel – Professoren, éd. Rudolf Zinnhobler et Kriemhild Prangerl, Linz, 2000, p. 85-95.

50 Ulrich Horst, op. cit., p. 159.

51 P. M. Engelberti Klypfel, Institutiones theologiæ, op. cit., Prolegomena. De ecclesia, n. 2, p. 289.

52 Eduard Hosp, Lehrbücher, op. cit., p. 202 ; Wolfgang Müller, art. cité, p. 43.

53 Sur Kilber, voir Klaus Schilling, Die Kirchenlehre der Theologia Wirceburgensis (Abhandlungen zur Philosophie, Psychologie, Soziologie der Religion und Ökumenik 15-16), Munich-Paderborn-Vienne, 1969.

54 Theologia Wirceburgensis, Würzbourg, 1766-1771, I, p. 3. Les éditions postérieures parurent sous le titre : Theologia dogmatica, polemica, scholastica et moralis, Paris, 21852-1854, Paris,31880.

55 Ulrich Horst, Geschichte und Unfehlbarkeit, op. cit., p. 151-152.

56 Josef Felderer, Der Kirchenbegriff in den Flugschriften des josefinischen Jahrzehnts, Zeitschrift für katholische Theologie, 75, 1953, p. 257-330.

57 Sur Onymus, voir Manfred Brandl, Die deutschen katholischen Theologen der Neuzeit. Ein Repertorium, vol. II, Aufklärung, Salzbourg, 1978, p. 177.

58 Adam Joseph Onymus, Die Prinzipien der Glaubenslehre der katholischen Kirche, zweite verbesserte Auflage, Sulzbach, 1826.

59 Ibid., p. 118.

60 Sur Wessenberg, voir Franz Xaver Bischof, Das Ende des Bistums Konstanz. Hochstift und Bistum Konstanz im Spannungsfeld von Säkularisation und Suppression (1802/03-1821/27) (Münchener Kirchenhistorische Studien 1), Stuttgart-Berlin-Cologne, 1989 ; d., Ignaz Heinrich von Wessenberg (1774-1860) : Kirchenreformer im frühen 19. Jahrhundert, dans Portraits théologiques. Théologiens et théologiennes suisses des XIXe et XXe siècles, éd. Bruno Bürki et Stephan Leimgruber, Fribourg 1998, p. 19-33 (avec références).

61 Ignaz Heinrich von Wessenberg, Die Stellung des Römischen Stuhls gegenüber dem Geiste des neunzehnten Jahrhunderts oder Betrachtungen über seine neuesten Hirtenbriefe, dans id., Unveröffentlichte Manuskripte und Briefe. III : Kleine Schriften, éd. Kurt Aland, Fribourg-Bâle-Vienne, 1979, p. 342-366 [p. 347].

62 « Erläuterungen », dans Theologische Quartalschrift, 1, 1819, p. 712-722 [p. 718- 719] : « [...] So wollen wir nur dieß kurz bemerken : daß die kath. Kirche nie den Lehrsatz aufgestellt habe, daß der Papst unfehlbar sey. Selbst die größten Verehrer Roms getrauten sich nie dieß zu behaupten. Wenn es auch einige Jesuiten gab, die dem Pabst gern das Prädicat der Unfehlbarkeit vindicirt hätten, so waren sie doch so bescheiden, dieß für keinen kirchlichen Satz auszugeben. Es spricht aber auch schon die ganze Kirchengeschichte dafür, daß man nie in unserer Kirche den Pabst für infallibel hielt. »

63 Fritz Vigener, Bischofsamt, op. cit., p. 77. Cf. « Critique du livre Du pape », dans Theologische Quartalschrift, 4, 1822, p. 677-700, surtout p. 684 : « Ref. würde seine Leser zu beleidigen glauben, wenn er über diese abgeschmackten, und man darf sagen, unkatholischen Behauptungen, die größtentheils aus Bellarmin, Marchetti und Orsi abgeschrieben sind, auch nur ein Wort verlieren würde. »

64 Sur Drey, voir Revison der Theologie – Reform der Kirche. Die Bedeutung des Tübinger Theologen Johann Sebastian Drey, éd. Abraham Peter Kustermann, Würzbourg, 1994 ; Theologie als Instanz der Moderne. Beiträge und Studien zu Johann Sebastian Drey und zur Katholischen Tübinger Schule, éd. Michael Kessler et Ottmar Fuchs, Tübingen, 2005.

65 Johann Sebastian Drey, Die Apologetik als wissenschaftliche Nachweisung der Göttlichkeit des Christenthums in seiner Erscheinung, 3 vol., Mainz, 1838-1843, III, p. 309.

66 Ibid., p. 309-310. Sur la doctrine de Drey concernant l’infaillibilité de l’église, cf. Franz Xaver Bantle, Unfehlbarkeit der Kirche, op. cit., p. 527-573 [p. 571-573].

67 Cf. Ulrich Horst, Geschichte und Unfehlbarkeit, op. cit., p. 162-163 ; Klaus Schatz, Der päpstliche Primat, op. cit., p. 174.

68 Sur Möhler, voir Manfred Weitlauff, art. « Möhler, Johann Adam », Neue Deutsche Biographie, t. 17, Munich, 1994, coll. 616-620 ; Peter Neuner, art. « Möhler, Johann Adam », Religion in Geschichte und Gegenwart, t. 5, Tübingen, 2002, coll. 1396-1397 ; Kirchenvater der Moderne, éd. Harald Wagner, Paderborn 1996 ; id., « Johann Adam Möhler. Die Kirche als Organ der Inkarnation », dans Theologen des 19. Jahrhunderts. Eine Einführung, éd. Peter Neuner et Gunther Wenz, Darmstadt, 2002, p. 59-74.

69 Johann Adam Möhler, Die Einheit der Kirche oder das Prinzip des Katholizismus. Dargestellt im Geiste der Kirchenväter der drei ersten Jahrhunderte, Nouvelle édition par Rupert Geiselmann, Köln-Olten, 1957.

70 Ibid., § 67, p. 227-229 [p. 228].

71 Cf. ibid., § 70, p. 237 : « Zwei Extreme im kirchlichen Leben sind aber möglich und beide heißen Egoismus, sie sind : wenn ein ein Jeder, oder wenn Einer Alles sein will ; im letzten Falle wird das Band der Einheit so eng, und die Liebe so warm, dass man sich des Erstickens nicht erwehren kann ; im erstern fällt alles so auseinander, und es wird kalt, dass man erfriert : der eine Egoismus erzeugt den andern ; es muss aber weder Einer noch Jeder Alles sein wollen ; Alles können nur Alle sein, und die Einheit Aller nur ein Ganzes. Das ist die Idee der katholischen Kirche. »

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search