Version classiqueVersion mobile

Le pontife et l’erreur

 | 
Sylvio De Franceschi

Introduction

Sylvio Hermann De Franceschi

Texte intégral

1De récente intronisation dans l’histoire de l’ecclésiologie catholique, même si sa définition dogmatique en 1870 avait été préparée par plusieurs siècles de discussions, l’infaillibilité pontificale ratione fidei et morum a constamment suscité suspicion et rejet. Les catholiques n’ont jamais été unanimes à l’accepter, et quand ils l’ont admise, ils ont pu d’aventure vouloir en limiter drastiquement le champ précis d’application. Le statut extrêmement complexe du discours porté par les modernes encycliques des papes témoigne indirectement de la longue réflexion ecclésiologique et juridico-canonique qui a permis l’élaboration de la Constitution Pastor Æternus. Dans son étude consacrée à L’infaillibilité pontificale (1969), Gustave Thils (1909-2000) avouait d’emblée et franchement que le sujet était plus que jamais problématique :

  • 1 Gustave Thils, L’infaillibilité pontificale. Source, conditions, limites, Gembloux, 1969, (...)

L’idée d’infaillibilité est sans conteste l’une de celles auxquelles notre époque est particulièrement allergique. Et on le comprend sans peine. Tout change aujourd’hui. Non seulement les conceptions politiques et sociales, non seulement les perspectives culturelles et philosophiques, mais même les réalités considérées comme les plus enracinées dans une stabilité inébranlable, les réalités de la religion. Alors, parler du caractère irréformable, définitif, absolu de certaines vérités, n’est-ce pas prêcher dans le désert1 ?

2Objection certes recevable et que les contemporains du « moment 68 » dans l’Église avaient eu le loisir de méditer. Pour autant, Gustave Thils ne craignait pas d’insister sur une interrogation dont le caractère fondamental ne lui semblait pas devoir être révoqué en doute :

  • 2 Gustave Thils, L’infaillibilité pontificale, op. cit., p. 1.

Que cette question soit dans le vent ou non, qu’elle plaise ou non, elle existe. Certes, en exagérer l’importance dans l’ensemble de la vie chrétienne serait une erreur. Mais s’en débarrasser sans autre forme de procès, pour le motif qu’elle ne correspondrait pas à l’esprit moderne, ne serait guère intelligent. L’infaillibilité occupe une place dans le système doctrinal chrétien : s’il ne faut pas en majorer le rôle dans l’existence quotidienne et dans la piété habituelle de chaque chrétien, on ne peut méconnaître qu’elle constitue pour les catholiques et pour les autres chrétiens un problème inéluctable qui mérite attention et réflexion2.

3Propos que viennent rétrospectivement illustrer les débuts si contrastés du pontificat de Benoît XVI : alors qu’elle n’a été dogmatiquement définie que depuis cent quarante ans, l’infaillibilité pontificale paraît subitement fragilisée.

  • 3 Hans Küng, Unfehlbar ? Eine Anfrage, Zurich, 1971, Infaillible ? Une interpellation, trad. (...)
  • 4 Brian Tierney, Origins of Papal Infallibility 1150-1350. A Study of the Concepts of Infall (...)
  • 5 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et de (...)

4On sait que la question a été vivement agitée au temps du centenaire houleux de la Constitution Pastor Æternus. Après la publication de l’ouvrage célèbre de Hans Küng intitulé Infaillible ? Une interpellation (1970)3, l’historien Brian Tierney a fait paraître en 1972 une étude consacrée aux origines de l’infaillibilité pontificale. Il tentait d’y montrer, preuve à l’appui, que lorsqu’elle était apparue, la thèse comportait une limitation, et non pas une extension, de l’autorité romaine4. Les deux concepts de souveraineté et d’infaillibilité, que Mauro Cappellari et Joseph de Maistre avaient étroitement liés au tournant des xviiie et xixe siècles, étaient en réalité antagonistes aux xiiie et xive siècles. Conception que ne reconnaissent plus les époques moderne et contemporaine, ainsi que le montre sans ambiguïté l’acharnement anti-infaillibiliste du catholicisme antiromain. Éloquent, l’article Infaillibilité de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert précise que « les théologiens catholiques conviennent tous que l’Église a reçu de Jésus-Christ le don d’infaillibilité lorsqu’elle est assemblée dans un concile œcuménique », mais que « l’infaillibilité du pape est une opinion particulière de quelques théologiens, rejetée par le plus grand nombre, et surtout par l’Église gallicane »5. Le catholicisme antiromain devait nécessairement exclure de son ecclésiologie l’idée d’un privilège d’inerrance doctrinale conféré au pape.

  • 6 Henri Gouhier, « Infaillibilité et nature », L’infaillibilité. Son aspect philosophique et (...)

5Soucieux de contrarier l’attraction centripète que le magistère romain a développée dans l’Église avec une ardeur sans précédent au lendemain du concile de Trente, l’antiromanisme catholique, et le gallicanisme au premier chef, ont persévéramment récusé la légitimité de la moindre thèse de nature à renforcer l’auctoritas du Saint-Siège et du souverain pontife. Plus que de souveraineté, il s’agissait en effet d’autorité, ainsi que l’a rappelé en 1970 Henri Gouhier : « L’infaillibilité désigne un pouvoir de ne pas se tromper en enseignant : comme tout pouvoir, elle signifie une autorité dans la personne de celui qui parle6. » Là est sans doute le scandale que recèle, aux yeux des catholiques antiromains, le dogme infaillibiliste : dans le transfert impie d’un charisme originellement dévolu à l’Ecclesia uniuersalis au profit d’une personne singulière et humaine. Henri Gouhier poursuit :

  • 7 Ibid., p. 230.

L’interlocuteur qui clôt toute discussion en donnant comme suprême argument : puisque je vous le dis, cet interlocuteur se pose comme infaillible en usant de ce que l’on appelle fort justement l’argument d’autorité. Du même coup, il exige de l’autre un consentement d’un type particulier qui ne porte pas seulement sur le contenu de la parole, mais sur l’autorité qui rend infaillible la voix d’où elle jaillit : dans la relation créée par le discours, lorsque celui qui parle est tenu pour infaillible, celui à qui il s’adresse doit croire à l’autorité qui fonde cette infaillibilité7.

6Double assentiment, donc, auquel le catholicisme antiromain a toujours obstinément refusé de se soumettre, car il considérait, et sans doute à juste titre, qu’une telle soumission revenait à valider l’intolérable et, à ses yeux, antichrétienne assimilation de l’universalité à la romanité ecclésiales.

  • 8 Henri-François d’Aguesseau, Œuvres complètes. Nouvelle édition augmentée de pièces échappé (...)

7Il y avait aussi un aspect politique dans le discours anti-infaillibiliste des catholiques antiromains. Dans un Mémoire sur les disputes de théologie au sujet de l’infaillibilité du pape dans le droit et dans le fait, le chancelier Henri-François d’Aguesseau (1668-1751) note avec fermeté : « L’autorité même des rois, et cette puissance qu’ils ne tiennent que de Dieu seul, se trouvera tôt ou tard intéressée dans ces disputes dont les conséquences redoutables au pouvoir des souverains doivent alarmer tous ceux qui sont assis sur le trône8. » Le raisonnement mené par d’Aguesseau était limpide et d’un antiromanisme qui, pour être atténué, n’en était pas moins singulièrement teinté de gallicanisme :

  • 9 Ibid., p. 509.

Il faut observer d’abord que tout le monde convient que si l’on donnait à la doctrine de l’infaillibilité de l’Église dans les faits toute l’étendue qu’elle peut avoir, il n’y aurait plus de souverain qui fût en sûreté et qui ne fût menacé de voir ce que le roi Henri le Grand pensa éprouver en sa personne, lorsque, par des censures aussi nulles que précipitées, il se vit à la veille de perdre sa couronne et de la voir passer sur la tête d’un sujet rebelle ou sur celle d’un prince étranger9.

8Certes, précisait d’Aguesseau, les partisans de l’infaillibilité pontificale ont toujours pris la précaution d’affirmer qu’ils n’octroyaient pas à leur thèse une telle étendue et qu’ils la restreignaient aux seuls faits doctrinaux, mais rien ne garantissait qu’ils s’en tinssent indéfiniment là :

  • 10 Ibid., p. 509-510.

Qui sait si l’on se renfermera toujours dans ces bornes ? On le fera, si l’on veut, dans les commencements ; toute opinion naissante est timide et défiante. La sagesse de ceux qui la soutiennent consiste à l’avancer avec une modération et une retenue qui ne puissent effrayer personne. Mais il est bien rare que de telles opinions, surtout lorsqu’elles sont soutenues par des théologiens toujours favorables à la puissance ecclésiastique, s’arrêtent précisément où elles ont commencé ; le progrès en est souvent insensible, mais il n’en est pas moins certain ; et lorsqu’elles ont jeté de profondes racines, et que le corps de l’arbre est puissamment affermi, on en voit sortir une infinité de branches différentes, ou, pour parler sans figure, on en voit naître une multitude de conséquences qu’on n’aurait pas osé avancer d’abord, parce que le principe n’était pas assez fortement établi, et que l’on soutient ensuite avec confiance comme étant nécessairement liées avec le principe qui a été trop facilement reçu10.

9Le chancelier d’Aguesseau défendait sans concession un anti-infaillibilisme par provision : l’intention des défenseurs de l’infaillibilité pontificale lui importait peu ; seuls comptaient les ultimes aboutissants de leurs théories. Pour le magistrat, il était clair qu’il fallait se méfier :

  • 11 Ibid., p. 510.

Les principes de ceux qui défendent cette opinion peuvent aller à tout ; le plus grand et le plus général de tous ces principes est qu’il manquerait quelque chose à la plénitude des moyens que Dieu a donnés à son Église pour conduire les hommes dans la voie du salut, s’il ne lui avait accordé le privilège de l’infaillibilité dans les faits non révélés. Or, dès le moment que l’on voudra raisonner ainsi par convenance, il n’y a rien à quoi un tel principe ne puisse être appliqué11.

10À titre d’exemple, d’Aguesseau relevait immédiatement que les livres qui tâchaient de délimiter les sphères d’influence respectives des deux puissances, la spirituelle et la temporelle, étaient dès lors susceptibles d’être soumis au jugement infaillible de l’Église et qu’on n’en pouvait attendre rien de bon. La défense de la sécurité des princes impliquait assurément que l’on récusât le bienfondé théologique de l’infaillibilisme romain.

11Plus gravement, les conditions mêmes de la promulgation du dogme infaillibiliste ont mis mal à l’aise les esprits des catholiques hostiles au Saint-Siège. Dans une communication consacrée au concept théologique d’infaillibilité, le P. Stanislas Breton (1912-2005) est revenu en 1970 sur une interrogation particulièrement lancinante :

  • 12 Stanislas Breton, « Lumen naturæ et Lumen gratiæ dans le concept théologique d’infaillibil (...)

Qui a défini l’infaillibilité ? La question paraît innocente, et si naïve qu’on se demandera pourquoi nous tenons à rappeler au lecteur son catéchisme de persévérance. En réalité, la chose est moins simple qu’il ne paraît. Ordinairement, lorsque quelqu’un définit un concept, il le fait dans un langage qui n’a rien d’auto-implicatif. Or dans le cas présent, c’est l’Église elle-même, en son chef, le pontife romain, qui définit sa propre infaillibilité, et ce, en vertu de l’infaillibilité même qu’elle s’attribue et qu’il s’attribue. Cette particularité ne nous condamne pas à crier immédiatement au paradoxe logique du catalogue des catalogues qui se mentionne lui-même, ou à dénoncer une étrange volonté de puissance qui, dans un prétendu souci de clarté et de distinction, célèbre, face au monde, sa merveilleuse apodicticité. Mais le cas reste assez singulier pour mériter qu’on s’y arrête. Effectivement, c’est après avoir en acte exercé, pratiqué un certain pouvoir de magistère que, recueillant son passé séculaire pour faire mémoire de l’essentiel, une institution thématise ce pouvoir, dans une opération inverse de conversion et de réflexion par laquelle elle fait retour à son essence. Elle prononce, à ce moment qui est une heure de vérité, un jugement sur elle-même qui serait un jugement dernier, autonome, c’est-à-dire ne relevant que de sa spécificité d’Église12.

12En une saisissante synthèse, le P. Breton donnait à entendre ce qui s’était joué en 1870 ; il éclairait d’un jour insolite le mystère d’une décision qui avait pu paraître anachronique au mépris de son évidente actualité :

  • 13 Ibid., p. 272.

Dans ce jugement, le sujet sur qui il porte, et l’instance qui le porte, ainsi que la lumière qui permet de le porter, s’identifient […]. Il appartient à l’autorité, telle qu’elle est ici conçue, de s’appuyer sur elle-même, d’être son propre fondement, dans une réciprocité de l’être et de la pensée qui fait de cet acte de Vatican I le cogito moderne de l’Église catholique13.

13Transfiguration institutionnelle du magistère que l’antiromanisme catholique n’avait cessé de vouloir repousser, au risque de blesser le régime de romanité et de visibilité ecclésiales que comportait le legs tridentin. Le présent volume souhaite rendre compte des principales césures que recèle l’affrontement catholique au long processus d’appropriation infaillibiliste du magistère romain.

Notes

1 Gustave Thils, L’infaillibilité pontificale. Source, conditions, limites, Gembloux, 1969, p. 1. Sur Thils, voir Roger Aubert, « La carrière théologique de Mgr Thils », Voies vers l’unité, Louvain, 1981, p. 7-27, et id., « Thils, Gustave, 1909-2000 », Revue d’Histoire Ecclésiastique, xcv/3, 2000, p. 780-781.

2 Gustave Thils, L’infaillibilité pontificale, op. cit., p. 1.

3 Hans Küng, Unfehlbar ? Eine Anfrage, Zurich, 1971, Infaillible ? Une interpellation, trad. française, Paris, 1971.

4 Brian Tierney, Origins of Papal Infallibility 1150-1350. A Study of the Concepts of Infallibility, Sovereignty and Tradition in the Middle Ages, Leyde, 1972.

5 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 35 vol., Paris, 1751-1780, art. « Infaillibilité », t. viii, p. 696.

6 Henri Gouhier, « Infaillibilité et nature », L’infaillibilité. Son aspect philosophique et théologique. Actes du Colloque organisé par le Centre international d’études humanistes et par l’Institut d’études philosophiques de Rome, Rome, 5-12 janvier 1970, éd. Enrico Castelli, Paris, 1970, p. 229-235 [p. 229-230].

7 Ibid., p. 230.

8 Henri-François d’Aguesseau, Œuvres complètes. Nouvelle édition augmentée de pièces échappées aux premiers éditeurs et d’un discours préliminaire, éd. Jean-Marie Pardessus, t. viii, Paris, 1819, p. 509.

9 Ibid., p. 509.

10 Ibid., p. 509-510.

11 Ibid., p. 510.

12 Stanislas Breton, « Lumen naturæ et Lumen gratiæ dans le concept théologique d’infaillibilité », L’infaillibilité. Son aspect philosophique et théologique, op. cit., p. 271-282 [p. 272].

13 Ibid., p. 272.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search