Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Annexe

Response de quelques ministres sur un certain escrit touchant leur vocation

Texte intégral

1. Il est à considérer, en premier lieu, que la question touchant la légitime vocation des Pasteurs de L’Église réformée, est depuis quelque temps, le refuge, et comme le dernier retranchement de ceux de l’Église Romaine.

2. Lesquels après avoir été attaquez, et poursuivis, par toutes voyes raisonnables, et suivant la parole de Dieu, pour couper broche à toutes les questions, qui concernent la doctrine, lesquelles ils ont vu ne pouvoir être agitées, qu’à leur désadvantage, sont venus à ceste-cy.

3. Contre tout ordre et sans attendre la décision des autres.

4. Sur quoy nous avons grande occasion de loüer Dieu, de ce que, sinon manifestement, à tout le moins tacitement, ils advouent que la vraye doctrine est de notre costé.

5. Ce qui doit dèsia beaucoup assurer la conscience de ceux qui se rangent avec nous : En ce que pour le moins on ne nous a peu convaincre iusques icy, de fausse doctrine comme mesme il appert par notre confession de foy, qui n’a pas encore esté réfutée.

6. Quant à la vocation, de laquelle ils doivent avoir la dispute autant suspecte, que de la doctrine, plusieurs grands et excellents personnages de ce temps, y ont suffisamment respondu : desquels voicy par ordre, une petite partie des principaux arguments, touchant seulement le contenu du présent escrit, puis nous viendrons à l’examiner particulièrement. Ce que nous faisons à cause de quelque confusion qui est en iceluy, et pour donner de répondre plus distinctement.

Premièrement, quand il n’y aurait autre raison que ceste cy, asçavoir, que nous avons la vraye et pure doctrine en son entier, elle suffirait pour prouver que nous avons aussi la vraye vocation, qui en dépend.

7. Voicy donc ce que nous disons, que là où est la vraye doctrine, là aussi peut estre la vraye vocation, qui est un ordre en l’Église prescrit par la doctrine mesme.

8. Or la vraye doctrine est entre nous, comme nous voulons toujours maintenir : et on ne nous a encore monstré le contraire.

9. Nous concluons donc, que la vraye et légitime vocation peut estre entre nous, sans qu’elle nous vienne d’ailleurs.

10. Et ne faut point qu’on nous die ce que l’on a accoustumé, posé que vous eussiez toute la pure doctrine, monstrez vostre vocation, ou qu’on nous quitte le tout ensemble.

11. C’est ce que nous appelons proprement, vraye vocation et légitime : celle (disons-nous) qui est conforme aux reigles qui en sont données en la parole de Dieu.

12. Et laquelle a esté retenuë depuis le temps des apostres jusqu’à présent, en toutes les vrayes Églises, laquelle aussi nous retenons encore aujourd’huy entre nous.

13. Et disons à ceste cause, qu’elle est vrayment ordinaire, et de la succession des Apostres, n’en cognaissans aucune autre qui puisse mériter ce nom, encore que pour un temps, elle eust esté en usage.

14. Mais dautant que par ce mot de vocation ordinaire, ils entendent une succession perpétuelle, et non interrompuë, depuis le temps des Apostres, nous leur répondons sur cecy, que cela n’est point de la définition de la vraye vocation.

15. Qu’on n’en peut recueillir d’aucun passage de l’Escriture, mesme en ceux où mention expresse est faitte de ceste charge, et finalement qu’il n’y en a aucune promesse en toute l’Escriture.

16. Que s’ils nous allèguent ces promesses de Christ, qu’il assistera aux siens jusqu’à la consommation du siècle, Que les portes-d’Enfer ne pourront rien à l’encontre de l’Église : nous nions que cela appartienne à une succession de personnes, laquelle soit perpétuelle, en telle sorte qu’elle ne doive estre interrompuë jusqu’au second avènement de Christ.

17. Mais nous disons avec saint Augustin, que cela s’entend de l’Église des Esleus.

18. Laquelle Dieu mesme peut conserver sans moyens ordinaires, voire sans Pasteurs, pour un temps.

19. Comme cela est arrivé plusieurs fois en l’Église d’Israël, et spécialement durant la captivité de Babylone, par l’espace de septante ans.

20. Et auparavant, au temps d’Helie, comme il en fait ses complaintes au Seigneur.

21. Et depuis, sous plusieurs roys d’Israël et de Juda, comme le témoigna Azarias le Sacrificateur, au roy Aza, disant que plusieurs jours étaient passez en Israël, sans le vray Dieu, sans Sacrificateur, sans Docteur et sans Loy.

22. Nous en disons autant de l’Église Chrétienne, en laquelle se remarquent plusieurs confusions et interruptions, notamment sous l’Arianisme, peu après l’Empereur Constantin le Grand.

23. Et du règne de ses fils Constans et Constantinus, tous les Evesques s’étant révoltez, excepté deux, Libérius et Athanasius.

24. Desquels on ne lit point qu’au restablissement des Églises, les autres vinssent prendre leur vocation, ains Dieu suscita d’entre les Ariens mesmes, personnages pour remettre sus la vraye doctrine.

25. Les schismes mesmes survenus en l’Église Romaine, par tant de fois montrent qu’ils ne se peuvent vanter eux-mesmes, de cette succession perpétuelle.

26. Surtout au temps des Conciles de Constance et de BasIe, qui déposans les Antipapes, longtemps après leur establissement, en élisaient d’autres : qui monstroit que ceux-la n’ayans eu aucune vocation légitime, ne la pouvoient conférer aux Evesques et autres personnes Ecclésiastiques, créez néanmoins par eux, et depuis demeurés en charge : et de ceux-cy sont venus beaucoup d’autres, qui sont aujourd’huy entre eux.

27. Mais surtout au temps de Philippes le Bel, et que l’Église Gallicane se sépara de la Romaine, où estoit ceste succession personnelle et locale ? et toutefois ils ne voudraient pas dire, qu’en ce temps-là nos prédécesseurs fussent Payens ou Hérétiques.

28. Qui plus est ; c’est impiété de vouloir prescrire à Dieu, sans sa parole, le moyen d’exécuter ses promesses et dire qu’il ne les peut accomplir, si l’Estat de l’Église n’est toujours florissant de père en fils, ou d’Evesque en Evesque, sans aucune interruption : et n’est non plus licite de dire cela, que lorsqu’il en arrive autrement, de dire (chose du tout execrable) qu’il est menteur et infidèle en ses promesses.

29. Puis donc qu’il n’apparoist par la parole de Dieu, que ces promesses susdites appartiennent à la succession perpétuelle, locale et visible.

30. Et que l’expérience fait voir le contraire, nous concluons que cela n’est point nécessaire à la vraye vocation, et par conséquent que ce défaut n’empesche point que les nostres qui sont appelez en charge, suivant la parole de Dieu et les traditions apostoliques, ne soient vrays successeurs des Apostres.

31. Veu aussi qu’ils rapportent leur vocation à sa vraye fin, qui est d’enseigner purement la parole de Dieu, et administrer les sacrements.

32. Quant aux premiers, desquels ceux de présent ont pris successivement et de main en main, leur vocation vrayment ordinaire et restablie en sa pureté, nous disons que la leur a esté en partie extraordinaire, et en partie ordinaire.

33. Si toutefois il est loisible de dire qu’ils l’ayent prises de ceux qui ne l’avoient pas eux-mesmes, à tout le moins purement et par les voies légitimes.

34. En premier lieu qu’il y ayt eu quelquesfois en l’Église, personnages qui ayent eu vocation extraordinaire, nommément sous la loy, cela ne se peut nier.

35. Nous demandons donc par quel passage de l’Escriture nos adversaires pourront prouver que cela ne doit jamais arriver en l’Église Chrétienne.

36. Puisque les mesmes causes qui ont induit les premiers à se mettre en avant, poussez seulement de la vocation intérieure de l’Esprit de Dieu, se trouvent icy en icelle.

37. Asçavoir, la négligence, malice, et révolte des pasteurs ordinaires, et la corruption de l’Estat Ecclésiastique.

38. Nous disons davantage, que les commencemens mesmes de l’Église Chrétienne ayans esté totalement extraordinaires, ce n’est chose qui ne puisse arriver aussi au milieu et sur la fin d’icelle.

39. Et de ces raisons nous concluons jusqu’icy, pour le moins la possibilité ou contingence de la vocation extraordinaire, jusques à ce que par expresse parole de Dieu on nous montre qu’ il en doit estre autrement de l’une que de l’autre.

40. Mais nous passons encore plus outre, et prouvons par texte de l’Escriture, la vocation extraordinaire sous le Nouveau Testament : l’Apostre saint Paul en l’Epistre 2 aux Thessal. chapitre 2, nous a laissé une très claire prophétie d’une révolte générale sous l’Antechrist, qui sera assis au temple de Dieu, c’est-à-dire qu’il dominera au milieu de l’Église : mais que le Seigneur le desconfira par l’esprit de sa bouche, c’est-à-dire, par la prédication de sa parole. Que s’il y a des prescheurs contre l’Antechrist, s’ensuit qu’ils prendront leur vocation d’ailleurs que de luy et de sa séquelle, qui néantmoins auront pour lors toute authorité en terre ; ou bien s’ils avaient eu autrefois d’eux quelque vocation, ils l’exécuteront extraordinairement : et, au lieu de maintenir les abus et la tyrannie de l’Antechrist, restabliront le règne de Christ.

41. Le mesme peut estre recueilly des excellentes prophéties de l’Apocalypse, où il est parlé de deux témoins spéciaux et particuliers, que Dieu envoie pour prophétiser contre la beste : ce qui signifle tout ouvertement une vocation extraordinaire, et qui ne prendra point son témoignage de la terre, qu’il dit devoir aller toute après la beste. Et ne faut pas penser que l’Antechrist, et ceux qui seraient sous luy, deussent authoriser ceux-cy en ceste œuvre, et leur mettre le glaive à la main, pour en estre occis eux-esmes, non plus qu’on devoit attendre que l’Église Romaine se réformast soy-mesme.

42. Jusqu’icy nous avons montré en général qu’il y peut y avoir vocation extraordinaire. Nous disons maintenant, que s’il y a gens auxquels cecy doive appartenir, que c’est à ceux qui en ces derniers temps, par le glaive de la parole de Dieu, qui est l’Esprit de sa bouche, ont non seulement révélé, mais aussi tellement combattu l’Antechrist, que nous maintenons estre le Pape de Rome et sa suitte, que nous espérons qu’il sera bien tost déconfit. Tels voulons nous maintenir avoir esté les nostres au commencement de la réformation.

43. Que s’ils demandent des miracles, pour confirmer ceste vocation extraordinaire, nous respondons premièrement, que cela pourroit estre à bon droict requis, s’ils eussent mis en avant nouvelle doctrine : mais n’apportans que celle mesme qui avoit esté donnée et laissée par ezcrit aux livres canoniques du vieil et nouveau Testament, il n’estoit besoin d’autres que de ceux qui avoient esté faits au commencement, par les Prophètes et Apostres, pour authoriser ceste mesme doctrine.

44. Et après, que toute vocation extraordinaire n’a pas esté confirmée par miracles, comme celle de plusieurs Prophètes.

45. Et de Jean-Baptiste, lequel n’a faict aucun miracle, comme tesmoigne l’Evangile selon saint Jean, et saint Chrysostome l’a très bien remarqué.

46. Quant à la vocation ordinaire qu’ont eüe lesdits premiers Pasteurs, nous disons que s’il y en avoit aucune pour lors en la Papauté mesme, elle estoit de leur costé : dautant qu’au lieu que les autres en abusoient, ils la rapportoient à son vray usage. Et si on réplique, qu’encore qu’ils eussent pris vocation de leurs Evesques, qu’ils en estoient décheuz, enseignans autre doctrine : c’est donc maintenant à examiner la doctrine, et non plus la vocation.

47. Ou bien si on dit que la plus part d’entre eux, n’estans que Prestres, n’eussent peu conférer aux autres le droit de vocation, nous les renvoyons à saint Hiérosme, qui enseigne qu’elle est commune aux Evesques, et aux Prestres, comme aussi saint Ambroise le confirme. Il appert donc en quelque sorte qu’on le veuille prendre, qu’ils n’ont point esté sans vocation ; que l’ayans, ils l’ont peu donner aux autres : et ceux-cy l’exerçant fidellement, ont le titre et la vraie possession.

48. A tout ce que dessus nous adjoutons, pour le regard du motif de ceste dispute : qu’estant question aujourd’huy, desçavoir quelle est la vraye Église, pour s’y ranger, il n’est nullement raisonnable de se prendre premièrement à la vocation, ains aux marques essentielles d’icelle, qui sont la pure prédication de la parole, et la sincère administration des Sacremens.

49. Et quant à la vocation, elle n’est qu’une partie de l’Église bien ordonnée, entant qu’elle est (comme nous avons desjà dit) conforme à ceste portion de la parole de Dieu qui en prescrit la forme. Or mettre une partie de la parole de Dieu, et qui n’est la principale, pour marque de l’Église, il n’y a nulle raison.

150. Davantage ceste marque de l’Église ne convient, ny à elle seule, ny tousjours.

51. L’Église d’Antioche estoit vraye Église, et toutesfois ceux qui y preschèrent premièrement n’avoient point la vocation visible ou extérieure. Car nous lisons aux Actes que ce furent quelques personnages, qui s’en estans fuys de Jérusalem pour la persécution, et la mort d’Estienne, se réfugièrent en ceste ville-là, où ils annoncèrent l’Evangile, et convertirent grand peuple, au desceu mesme des Apostres et de toute l’Église de Jérusalem : lesquels, à la première nouvelle y envoyèrent Barnabas, qui au lieu de les desavoüer, se réjouyt avec eux tous, et les exhorta de persévérer.

52. L’Église première de Samarie, fut pareillement dressée par Philippe, l’un des Diacres, sans le sceu des Apostres.

53. Et Eusèbe tesmoigne que plusieurs en ont faicts de mesme, sans aucune vocation.

54. D’autre part les Églises Orientales encor aujourd’huy, et celles d’Angleterre, ont la vocation et succession personnelle telle que requièrent ceux de l’Église romaine, et toutesfois ils ne les recognoissent pour Églises : Qui fait voir à l’œil, que la vocation, quoyqu’elle soit requise en l’Église, en laquelle toutes choses se doivent faire par ordre, n’est pas pourtant la vraye marque d’icelle.

55. Il est maintenant facile de répondre à toutes les objections contenües en l’escrit susmentionné, toutesfois nous l’examinerons sur ce qui peut estre de particulier. Les trois thèses ou positions générales accordées en iceluy, sont vrayes, pourveu que le mot, nécessaire, qui est aux deux derniers, soit bien entendu : car la vocation et succession sont nécessaires, pour conserver l’ordre de l’Église, mais non de telle nécessité, que sans elles l’Église ne puisse estre, comme il a esté prouvé cy-dessus.

56. Quant à ce que nous maintenons que nous avons la succession en la doctrine et en la vocation, le premier peut apparoir, en examinant la doctrine de nos Pasteurs, et notre confession de foy, et l’autre par ce que dessus.

57. Et n’est seulement estre fondé en parole, comme disent les adversaires, ains apparoir et du tiltre et de la possession qu’ils s’attribuent à tort dautant qu’ils dégénèrent entièrement de ceux qu’ils réclament pour pères : et n’entrent eux-mesmes en vocation par voyes légitimes et prescrites en la parole de Dieu, ains par toutes sortes de mauvaises pratiques, comme on leur a desja monstré par plusieurs fois.

58. Sur ce qu’ils disent que ce n’est pas assez de bien prescher l’Escriture, et que cela n’appartient aux particuliers ; nous respondons que les nostres ne la preschent en qualité de particuliers, ains de vrais pasteurs, et légitimement appelez en charge, et n’est permis à aucun en nos Églises de s’y ingérer, ou d’y entrer par mauvaises prattiques, comme nous avons montré cy-dessus.

59. Quant à la replique sur l’exemple de Hélie allégué, où ils disent qu’il n’a pas dégradé les Sacrificateurs, qu’il ne s’est pas mis en leur place, et qu’il n’a pas basty d’autel, ils montrent que leurs Pasteurs ne leur prechent beaucoup l’Escriture, et qu’ils sont encore moins soigneux de la lire. Qu’ils lisent donc le 18. chap. du premier livre des Rois, et ils trouveront le contraire. Car il n’a pas seulement dégradé les Sacrificateurs, mais les a tuéz luy-mesme, a basti autel et sacrifié : bien est vray que nous ne voulons nous servir de cet exemple en outre, qu’il y peut avoir vocation extraordinaire, et confessons qu’il a eu charge plus particulière de Dieu, que mesme les autres Prophètes. Nous ne voulons meurtrir personne, ainsi sommes meurtris : nous ne voulons bastir autel contre autel, ains seulement faire que l’autel du Seigneur soit redressé. La procédure de nos premiers Pasteurs l’ont bien montré, qui ont offert de demeurer en mesme temple, pourveu que l’idole en fust osté, c’est à dire le service de Dieu redressé : puis il n’est plus question de servir Dieu sur un seul autel, ains toute la terre est l’autel du Seigneur. Ils n’ont pareillement voulu dégrader les autres, ains les ont incitez à bien user de leur grade, ou vocation, s’ils ne se sentaient en avoir.

60. Quant à ce qu’ils disent que nos Pasteurs prennent seulement pouvoir du peuple ignorant, ils monstrent aussi qu’ils n’ont pas pris la peine de recognoistre comme nous en usons : et s’ils s’offensent que nous n’usons de tyrannie comme eux, en donnant au peuple des Pasteurs, ou qui sont encor à naistre, ou enfans, ou à la suitte de leurs maistres, pour parachever de gagner cette dignité par services le plus souvent deshonnestes, ou bien d’autres que le peuple ne voit pas à demy, ou du tout point, tant s’en faut qu’il les cognoisse ou s’en contente, nous ne changerons pourtant cest ordre prescrit en la parole de Dieu, qui est qu’après que les Ministres desja en charge les ait éleus, examinéz en la doctrine et éprouvéz aux mœurs, ils les présentent au peuple, pour sçavoir s’ils les auront pour agréables, et finalement leur impose les mains.

61. Quant à la question, sçavoir en quelle autorité nostre religion a esté réformée par Calvin, elle en enveloppe deux : la première, en quelle autorité la religion est réformée : en quelle autorité Calvin s’y est employé avec d’autres. Nous respondons que ça esté en l’autorité du Dieu vivant, par la conduite de son Esprit et par sa parole. Quant à Calvin particulièrement, comme il n’a esté seul, nous ne luy en attribuons tout le travail, combien qu’il ayt esté un grand et fidelle serviteur de Dieu, entre les autres.

62. Et quant à ses éscrits comme de tous autres, nous ne les préférons à la parole de Dieu, comme on fait des constitutions papales en l’Église Romaine ; ains nous les éprouvons par icelle, et ne les recevons qu’entant qu’ils s’y trouvent conformes.

63. Finalement ils demandent qui a signé notre doctrine : à quoi nous respondons : Qu’encore qu’elle n’ayt besoin d’aucune approbation humaine, néanmoins pour monstrer nostre union et consentement en icelle, que plusieurs grands Princes et Potentats de la Chrestienté y ont souscrit, avec plusieurs grands peuples, personnes notables et autres qui la maintiennent encore aujourd’huy et la maintiendront de plus en plus, moyennant l’assistance et faveur de Dieu, auquel la gloire en soit renduë.

Amen.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search