Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre 10. Échos catholiques et réformés à la controverse

Texte intégral

  • 1 Le mot est de Bertheau, cf. supra ch. 9, n. 57.

1Le chapitre précédent nous a montré la haute idée que les Réformés se faisaient du Ministère : comme leurs frères catholiques, ils considèrent ceux qui sont en charge comme consacrés1 et investis par Dieu, – même s’ils ne mettent pas sous des mots semblables les mêmes réalités. Mais le nœud du débat restait cette possibilité qu’il y ait des hommes qui assument les fonctions pastorales, en y étant directement appelés par Dieu. Quelle part alors donner aux « formalités » d’accession ? Sont-elles seulement du bien-être de l’Église ou appartiennent-elles à son être même ? Quel rôle l’Église a-t-elle à jouer vis-à-vis des vocations extraordinaires ?

2Ces questions étaient celles mêmes qui étaient au cœur de la controverse depuis la Réplique sur la vocation de du Perron. Les réponses catholiques au Traitté de du Moulin vont précisément s’inspirer de cet ouvrage, de même que M. Amyraut se situera par rapport à lui, lorsque trente ans plus tard il reprendra la question de la vocation des Pasteurs. Ce sont donc ces « échos » de la controverse, née du livre de l’évêque d’Évreux, que nous allons étudier, en reprenant les réponses catholiques faites à du Moulin, et en présentant le point de vue d’Amyraut qui nous paraît amorcer un changement de perspective dans la position réformée.

  • 2 Cf. supra, p. 89-91, les circonstances qui entourèrent ces réponses.
  • 3 Fr. Garasse, Le Rabelais réformé par les Ministres et nommément par Pierre du Moulin, Ministre de C (...)
  • 4 Bouju de Beaulieu veut croire à la sincérité du Ministre, tout en ne comprenant pas son aveuglement (...)
  • 5 C. Sommervogel, Bibliothèque..., Bibliographie, t. III, col. 1186-1187, signale deux éditions pour  (...)
  • 6 Comme l’est du côté réformé le livre de Ph. du Plessis-Mornay, Le Mystère d’iniquité, c’est à dire (...)

3Des quatre auteurs catholiques qui répondirent à du Moulin2, il faut disjoindre le P. Fr. Garasse et son Rabelais réformé3 : il entreprend seulement de réfuter les « bouffonneries » de du Moulin et ne s’attache que par la bande au problème de la vocation. Son but est surtout de ridiculiser le Traitté et son auteur. Certes, la controverse avait amené de part et d’autre des plaisanteries et des railleries de plus ou moins mauvais goût ; du Moulin lui-même avait passablement succombé à la tentation. Mais le livre du P. Garasse n’est composé que de cela et ne respecte même pas la personne de l’adversaire4. Le livre eut d’ailleurs du succès5 ; mais s’il est à placer parmi les témoignages sur la mentalité d’alors6, ce n’est pas une pièce à apporter au dossier de la controverse.

  • 7 L.M.N., Réfutation de la nouvelle hérésie du Ministre du Moulin, Touchant la vocation des Pasteurs (...)

4Des trois autres ouvrages, le premier7 est dû à un auteur anonyme, L.M.N., qui déclare dans sa préface : « Pour moi comme un nouveau membre de cette armée de théologiens, je fais à présent mon coup d’essai, contre un des plus rudes champions. » Il connaît les livres de du Perron et de Bérulle, à qui il reprend citations et arguments, sans toutefois en donner l’origine. Son but est de réfuter la « nouvelle hérésie » de du Moulin dont la thèse va à l’encontre de l’article 31 de la confession de foi, puisqu’il fait sortir le Ministère réformé des Vaudois et des prêtres romains, alors que le dit article parle d’une « Église interrompue ». L’emploi par du Moulin de « concepts » familiers aux catholiques, tels qu’imposition des mains, vocation, succession, entraîne L.M.N. à discuter à l’intérieur d’une problématique catholique, sans saisir que son adversaire donne aux mots un autre sens que lui.

  • 8 « Il se fit beaucoup estimer pour ses grands talents. Il s’insinua à la Cour de Catherine de Bourbo (...)

5Il en est de même de Bouju de Beaulieu, un familier de du Perron8, dans sa Destruction de la prétendue vocation des Ministres. Il distingue nettement les trois voies d’accès au Ministère que présentait du Moulin : vocation ordinaire, vocation extraordinaire et « hypothèse de l’île déserte ». Il les combat toutes trois, mais sans voir comment elles ne sont pas contradictoires et peuvent s’harmoniser dans une conception réformée.

  • 9 Jean de Saint-François, Response au livre de la vocation des Pasteurs de Pierre du Moulin Ministre (...)
  • 10 Il avait des doutes sur l’origine « apostolique » de celui-ci : cf. p. 438 : « Et Denys soit l’Aréo (...)

6La réponse la plus massive9 est due à Jean de S. François (Goulu). Ce fils d’un professeur de grec au Collège royal était lui-même un helléniste à qui on doit, en particulier, une traduction des œuvres du Pseudo-Denys10. On lui proposa la chaire de grec de son père, mais il préféra devenir avocat. À la suite, dit-on, d’une plaidoirie ratée, il entra à vingt-huit ans, en 1604, chez les Feuillants dont il devait être par deux fois le supérieur général. Cet ami de François de Sales et de du Perron était célèbre tant par sa science que par sa capacité de travail : ne nous dit-il pas dans la préface de sa Response au livre de la vocation des Pasteurs, que son livre qui comporte 674 pages, fut composé en six semaines... Il n’entreprend pas de reprendre ce que du Moulin disait de la vocation catholique, mais entend seulement mettre en accusation toute la conception réformée de la vocation. Son livre suit donc pas à pas la première partie de l’ouvrage du pasteur parisien, où celui-ci posait les principes qui permettent de juger de l’authenticité d’une vocation. Cette réponse en acquiert un aspect qui tranche avec la clarté et l’assurance du Traitté.

7À travers les trois réponses, il apparaît que ce qui choque les catholiques, c’est d’une part que du Moulin ne réponde pas aux objections déjà faites sur le sujet, et d’autre part qu’il utilise des notions « catholiques » pour définir la vocation, alors que celles-ci paraissent totalement dénuées de fondement dans la manière dont elles sont employées.

8C’est ainsi que J. de S. François pouvait dire dans sa préface :

Ne me sachez aussi mauvais gré si dans le corps de mes réponses, j’ai parfois entrelacé comme filets de pourpre quelques-unes des mêmes raisons et souvent en même termes que celles dont autrefois ce grand et illustre Cardinal [du Perron] a battu les Ministres en cette toute divine Réplique à leur vocation. Car comme celui-ci ne fait souvent que proposer en ses redites les mêmes objections, aussi m’oblige-t-il de lui opposer les mêmes solutions.

  • 11 Cf. une partie de ce passage cité supra p. 56.

9En effet pour les questions traitées par du Perron : la nécessité d’une vocation successive où l’appelant a reçu autorité pour appeler, l’impossibilité d’une vocation exraordinaire, l’appartenance du Ministère à l’être de l’Église, le lien entre succession ministérielle et succesion de doctrine, les différents auteurs reprennent ce qu’avait dit le Cardinal sans apporter grand chose de nouveau. Bouju cependant explique peut-être plus clairement la succession sacramentelle et l’impossibilité qu’il y ait interruption par les schismes. Après avoir cité du Perron (§ XXV)11 et s’appuyant sur la nécessité de l’imposition des mains, reconnue par du Moulin, il montre que si les évêques sont pourvus par le Pape, ils ne sont pas ordinairement ordonnés par lui, mais

par des évêques locaux dont ils reçoivent le caractère et l’ordre d’évêque. [Et ceux-ci ne sont qu’instruments de Dieu] au moyen de quoi, s’il y avait de la nullité en l’ordination des évêques catholiques, elle proviendrait du défaut d’autorité des évêques qui la donnent, selon du Moulin même, et non de l’interruption du fil de la succession en l’Église romaine qu’il dit en être la cause [...] Il faut donc que du Moulin montre qu’il se soit trouvé un temps où les appelants-appelés aient cessé, qui en aient pu appeler d’autre, s’il veut prouver que la succession continuelle ait été interrompue depuis que Jésus-Christ lui donna son principe par la mission extraordinaire des Apôtres [...] Quant aux évêques qui reçoivent leur ordination durant le schisme, cela n’empêche pas aussi qu’ils ne soient appelés par la voie ordinaire selon du Moulin même, attendu qu’ils ne prennent pas leur ordination, ni le caractère des bulles du Pape, ains des évêques qui les consacrent (p. 79-83).

10En revanche, Bouju ne fait pas suffisamment droit à la notion de « communion » dans l’Église, tant au niveau de l’unité que du dépôt de la foi, qui nous a paru être un des apports de du Perron ; en tout cas il ne replace pas ce problème de la succession dans une vue plus générale de l’Église.

11Sur les autres questions nous retrouvons les arguments habituels, avec de longues discussions, chez J. de S. François, sur l’emploi du mot « Ministre » au lieu des termes traditionnels de prêtre et d’évêque, ou sur l’égalité des prêtres et des évêques et le degré hiérarchique de l’ordinateur : de part et d’autre on aborde les données du Nouveau Testament avec un a priori évident, mais quand il s’agit des exemples tirés de l’Église ancienne, l’érudit Feuillant qui connait bien l’Antiquité n’a pas de mal à réfuter les arguments trop rapidement apportés par du Moulin, et à signaler leur manque de portée.

12Mais au fond, la discussion en revient toujours au principe mis en avant par du Perron : il n’est pas possible à un magistrat d’agir au nom du prince, sans en avoir reçu de commission. Sur ce point les trois auteurs ne comprennent pas comment du Moulin peut utiliser des concepts « catholiques » et les tordre à sa façon. Comment imaginer qu’il puisse y avoir une charge qui soit à la fois bonne et mauvaise dans l’Église ? Celle-ci pourrait-elle conserver quelque chose qui soit contraire à la parole de Dieu :

Apprenez-nous comment il se peut faire qu’une charge soit de l’Église et ordinaire en l’Église, si elle est contraire à la parole de Dieu. Ceci est plein de contradiction, car si elle est contraire à la parole de Dieu, Dieu ne l’a pas instituée et elle n’est pas charge de l’Église, car Dieu a institué l’Église [...] Si vous dites que la charge du Pape était bonne en son commencement, je vous dirai qu’il est impossible qu’une charge bonne en son institution se corrompe par le vice de celui qui l’exerce : l’officier peut bien être vicieux, mais non la charge viciée (J. de S. François, p. 246-247).

13De même, comment est-il possible de concevoir qu’on puisse en appeler à la charge corrompue que l’on a reçue, pour la remettre ensuite dans son droit usage ?

Vous dites que [vos premiers Pasteurs] ont gardé de bon quelque chose de la charge, mais vous dites aussi que « la charge de prêtre en l’Église romaine est d’invention humaine, et nulle » [dans la mesure où prêtre = sacrificateur]… donc ce qui est contraire à la parole de Dieu et nul ne peut avoir rien de bien mêlé en soi. [Or ceux qui ont reçu les charges] ne les ont point reçues autrement qu’elles leur ont été conférées ; [or pour vous, elles sont contraires à la parole de Dieu et nulles, et c’est donc ainsi qu’ils les ont reçues] ; or ce qui est contraire à la parole de Dieu et introduit par coutume en l’Église et non par ordonnance divine, ne peut être rapporté aux Apôtres et à Jésus-Christ même, ni tenu pour vocation en l’Église. Et donc ces gens-là que vous dîtes ne peuvent rien rapporter de leur charge de prêtrise qu’ils ont reçue en l’Église romaine, ni à Jésus-Christ, ni à ses Apôtres et n’ont point eu de vocation (Jean de Saint-François, p. 266-267).

14Comment est-il aussi possible de parler d’Église corrompue qui puisse donner bonne vocation ? Pourquoi alors réordonner maintenant les prêtres catholiques qui passent à la Réforme ? Et si Dieu permettait que la succession épiscopale fut totalement éteinte, nul ne pourrait la relever, sinon Lui par miracle ; quant à ceux qui se trouvent privés de Ministère, il suffit qu’ils « désirent d’en avoir et de participer aux sacrements », dit Bouju (p. 45), qui ajoute : « Était-ce une île que Poitiers ou que Genève ? »

15Pour expliquer le développement des charges et de « l’ordre » actuel dans l’Église, J. de S. François dans un beau développement, fait un parallèle entre la création du monde vivifié par l’action de l’Esprit et les indications sommaires que le Christ a données pour la structure de son Église et qui ont été développées sous l’action de l’Esprit-Saint. Nous retrouvons le thème esquissé par Bérulle sur le rôle conjoint du Christ et de l’Esprit, ainsi que ce qu’il disait de la Tradition vécue qui nous montre comment l’Église a compris et mis en œuvre la parole du Christ et des Apôtres (p. 148-152).

16Mais les trois auteurs n’essaient pas d’entrer dans la problématique de du Moulin ; ils raisonnent uniquement au plan de leur foi catholique. Ainsi Bouju dira : il n’est pas besoin de savoir si la charge est bonne, car

étant obligé de croire l’Église catholique, il [le catholique] est obligé aussi de croire que la charge des pasteurs qui la régissent est bonne, desquels il reçoit les sacrements et est pû [= repu] de la doctrine [...] Il lui suffit de croire que les Ministres de la prétendue Église réformée ne sont point Pasteurs, quand l’Église leur déclare qu’ils n’ont point d’autorité ni de mission (p. 11).

17Et J. de S. François, pour montrer comment l’homme le plus simple peut savoir la mission de son curé, dira :

Pour savoir si un tel est pasteur en l’Église ou non, il ne m’est pas nécessaire de m’enquérir ce qu’est l’office de pasteur et de connaître ce que c’est, par le fonds de l’essence de cette charge ; il me suffit de le voir en cet ordre-là en l’Église, faisant les offices et fonctions ordinaires qui sont accoutumés d’être faits et exercés par les autres pasteurs et de savoir qu’il a été reçu et ordonné en cette charge en l’Église ; il faut de nécessité qu’il y ait succédé à d’autres [...] De même, pour savoir si un tel est Ministre d’hérétiques ou schismatiques, il me suffit de voir qu’il est hors de l’Église, j’entends celle qui est visible et connue de tout le monde, répandue par toute la terre (p. 112-113).

  • 12 On songe devant l’argumentation de J. de Saint-François au fait que signale le P. Congar : un missi (...)
  • 13 Bouju a cette réflexion typique : « Pour le regard des abus de l’Eglise, s’il y en avait, chacun qu (...)

18Les trois auteurs raisonnent « en possession », surtout en ce pays de France où l’hérésie est apparue comme un déchirement de l’unité nationale fondée sur la communauté de la foi12. On comprend très bien qu’ils refusent toute défaillance à l’Église, mais ils ne peuvent concevoir que leurs adversaires raisonnent autrement et qu’ils partent de prémisses qu’ils n’entendent pas13. D’ailleurs, ils se limitent à discuter le problème de la vocation et ne le replacent pas dans une vision globale de l’Église, comme l’avait fait Bérulle. Ils ne parlent pas non plus du Ministère en lui-même : les charges sont issues de Jésus et des Apôtres et il n’est pas besoin d’en examiner le contenu ; seule importe la commission nécessaire pour les mettre en œuvre À ce point de vue, les Réformés qui font porter tout l’accent sur la charge se voient obligés de dire comment ils l’entendent, tandis que les catholiques, forts d’une tradition, ne s’intéressent qu’à la mission.

  • 14 Cf. supra, p. 97.

19En définitive, s’il leur semble que du Moulin a « enfanté un nouveau monstre de vocation » (J. de S. François, p. 263), c’est surtout parce que le pasteur leur a paru vouloir reprendre des éléments de la conception romaine. Nous savons que le souci « unioniste » de du Moulin de se rapprocher de l’Église d’Angleterre l’y a poussé14, mais nous avons vu qu’en fait, sous les mêmes mots, il n’entend pas les mêmes réalités. Dans la vocation, il voit avant tout la charge à assumer ; si celle-ci est corrompue, elle peut donc être rendue à son droit usage ; et ce qu’il cherche dans la succession, c’est une continuité dans l’autorité à prêcher dans l’Église.

20Il est certain que sous ses dehors de clarté, son exposé pouvait ne pas paraître très cohérent : pour faire droit aux thèses réformées, il devait mettre en avant la possibilité de la vocation extraordinaire, et même rappeler le droit des peuples à créer des Pasteurs ; mais cela n’allait-il pas à l’encontre de l’importance attachée à l’imposition des mains, comme de son souci de continuité ? Ses adversaires ne se firent pas faute de le reprendre sur ce point, où il leur paraissait voir une absolue contradiction.

21Il semble bien que l’ouvrage de Moïse Amyraut ait voulu reprendre à frais nouveaux, dans un exposé logique et satisfaisant, ce qu’avait dit du Moulin.

  • 15 E.G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, II, p. 338. Cf. aussi P. Bayle, Dictionnaire, t. (...)

22Ce pasteur tourangeau (1599-l665), professeur à l’académie de Saumur, est plus connu par ses controverses sur la grâce que par ses Six livres sur la vocation des Pasteurs, parus en 164815. Son système théologique représentait un « certain » adoucissement de la doctrine de la prédestination et il fut pour cela en butte aux attaques véhémentes de du Moulin qui demeurait le sévère et intransigeant défenseur de l’orthodoxie réformée. Le nom de celui-ci ne paraît point dans l’ouvrage d’Amyraut qui, dans sa préface, déclare « espérer pouvoir dire quelque chose de nouveau, ou donner quelque nouvel agrément et quelque nouvel efficace à celle que d’autres avaient déjà dites ». Est-ce aussi pour du Moulin qu’il ajoute avoir désir de ne « blesser » quiconque ?

23Ce qui fait son originalité, c’est le souci d’ordonner le débat, conduit d’un ton serein, en dégageant des principes clairs qui aident à résoudre les différents points touchés dans la controverse. L’ensemble s’enchaîne avec beaucoup de logique et lorsqu’on en vient aux objections de du Perron, celles-ci sont résolues sans difficulté. Ce sont donc les idées-forces d’Amyraut que nous voulons présenter ici.

24Le plan du livre est fourni par l’étude de la vocation à travers les âges – de la loi de nature à la Réforme. Les deux premiers livres tendent à montrer la permanence de la fonction d’enseignement, tant au cours de la période prémosaïque que sous la « disposition légale ». Certes sous celle-ci il y avait un corps sacerdotal particulier à qui revenait de sacrifier :

Afin donc de faire paraître combien cette charge de sacrificateur qui devait être donnée à Jésus-Christ serait sacrée et inviolable et comment il ne serait jamais permis à aucun homme de la terre d’y attenter de façon quelconque, ni de s’immiscer dans ce qui était de la satisfaction pour le péché, Dieu a voulu que l’image même qu’il en avait empreinte en la sacrificature lévitique fût si auguste et si vénérable qu’il ne fût pas permis à qui que ce fût d’en approcher seulement. Quant à ce qui est de la fonction d’enseigner, il n’en est pas de même (p. 83-84).

Car si c’est là une fonction sacerdotale, elle ne leur était pas totalement reservée :

  • 16 À l’encontre de plusieurs de ses prédécesseurs qui insistaient sur les interruptions de la successi (...)

Pour ce qui est de l’instruction par la lecture et l’interprétation de la parole, ils ont cru que comme elle est absolument nécessaire pour le salut, aussi la loi par laquelle les Sacrificateurs y étaient particulièrement appelés, n’était point si inviolable que sans y avoir autre égard, on en puisse commettre la charge à d’autres qu’à eux16 (p. 86).

25Sous la nouvelle « disposition », le sacrifice a passé entièrement à Jésus-Christ, tandis que la fonction enseignante est restée à la fois à tous et à quelques-uns.

26Dans le Nouveau Testament, Amyraut distingue trois charges différentes par leurs fonctions, leurs droits et leurs dons : les Apôtres, les Évangélistes, les Pasteurs. Il interprète ainsi toutes les données novotestamentaires sur le Ministère : les Apôtres ont été « les dispensateurs des plus grands secrets et les porteurs et certificateurs des promesses les plus magnifiques qui furent jamais ouïes au monde » (p. 119). Ce sont eux qui ont fixé les lois relatives à la conservation des Églises :

L’une était d’établir en chaque Église des Pasteurs qui puissent exécuter en leur place et durant leur absence, les choses qui seraient de la gloire de Dieu et du salut des hommes. Car la foi se conserve et se fomente par les mêmes moyens par lesquels elle s’engendre (Parole et sacrements) (p. 121).

  • 17 Pour Amyraut, ce sont deux fonctions identiques : « Quelques-uns des anciens et des modernes ont sé (...)

27Leur Ministère a été extraordinaire, s’étendant au monde entier : ayant reçu « commission du Dieu en chair », ils en furent les témoins et les ambassadeurs. À côté d’eux – mis à part les Prophètes qui eurent des dons uniques – furent les Évangélistes : ils étaient les accompagnateurs des Apôtres qui les « ont choisis et installés à cette charge ». Ils avaient un regard plus général sur les Églises comme ce fut le cas de Tite. C’est eux qui établirent les Pasteurs et Docteurs17 ordinaires pour veiller sur les Églises particulières, où

ils prêchaient l’Évangile tel qu’ils l’avaient reçu des Apôtres, promettaient le salut, mais sur la foi des Apôtres de qui ils l’avaient appris, administraient les sacrements mais conformément à la description que les Apôtres leur en avaient donnée (p. 174).

28Ayant ainsi « reconstruit » de manière très claire et très logique le Ministère du Nouveau Testament, Amyraut décrit celui de l’Église ancienne : ses tâches étaient prédication, administration des sacrements et gouvernement de l’Église. Il fallait pour l’accomplir des gens qui y soient particulièrement destinés,

non seulement afin qu’ils s’en acquittent mieux, étant retirés de toutes les occupations de la vie, mais aussi afin qu’ils le fissent avec plus d’efficace, comme parlant avec charge et de la part du Seigneur. Car la parole de Dieu a bien cette vertu en elle de pouvoir convertir les hommes, qui ce soit qui l’annonce, s’il plaît à Dieu de l’y bénir. Sa seule lecture même engendre la foi sans prédication, quand Dieu l’accompagne de quelque vertu de son Esprit. Mais néanmoins les choses qui se font avec charge sont toujours beaucoup plus authentiques et sont reçues avec plus d’obéissance et de respect. Or si tous les chrétiens généralement se fussent donné le droit et la liberté de prêcher ou même qu’ils y eussent été appelés de Dieu, ce n’eût plus été à proprement parler une charge. Ce qui porte ce nom met toujours une notable distinction entre ceux à qui la charge est commise et ceux envers qui s’en exercent les fonctions (p. 196).

29Mais comment entre-t-on dans le Ministère ? Ici, Amyraut reprend et développe une idée que nous avons déjà rencontrée (cf. supra p. 85 et 153), celle de la Loi en l’Église. Mais Chamier, Bérauld, Bedé l’évoquaient comme définissant l’instrument humain de la vocation ; tout occupés à montrer l’origine « divine » des Ministres, ils ne s’y arrêtaient pas. À la différence de ceux-ci, Amyraut va développer cette notion de Loi et fonder sur elle toute l’argumentation de son ouvrage :

En l’établissement de la religion chrétienne, les Apôtres ont été ordonnés par Notre Seigneur, et les Évangélistes par les Apôtres, et les Pasteurs ordinaires par les Évangélistes encore. Dans la suite donc, il y a toute sorte de raisons que les Ministres de l’Église aient aussi dû être appelés au Ministère en vertu d’une loi commune à cette société religieuse et fondamentale pour cela. En effet, il n’y a dans tous les livres du Nouveau Testament aucune trace de preuve que le droit d’imiter les Apôtres et Évangélistes en l’établissement des Pasteurs ait été attribué à qui que ce soit en particulier (p. 199).

30Il fallait donc une loi fondamentale en l’Église, comme il y en a une dans les États pour la nomination des Magistrats. Cette loi indique et la forme de gouvernement, et qui on doit installer au pouvoir. L’application même de cette loi donne l’habilitation à la charge. On doit remarquer qu’Amyraut déduit là ce qui devait se passer dans l’Église ancienne à ses débuts ; dans le dernier de ses Six livres, il montrera que la Réforme n’a fait que reprendre ce modèle.

  • 18 Partant du postulat de l’égalité des Ministres de l’Église ancienne, il ajoute qu’il pouvait y avoi (...)

31La forme du gouvernement de l’Église, c’est un Ministère où tous sont égaux et où l’un ne peut prendre la préséance sur les autres. Quant à l’appel, ce ne peut être le fait du peuple seul : certes, il a, pris en corps, l’autorité « quoiqu’en chaque particulier regardé à part, la portion qu’il en peut avoir ne soit pas reconnaissable » (p. 208) ; mais s’il y a déjà des Pasteurs établis, « il est beaucoup plus convenable à la nature des choses qu’elle [la Loi] ordonne que celui qui a déjà cette qualité la confère à celui à qui on la donne » (p. 208). Le presbytère non plus ne peut être seul car non seulement un seul homme ne peut appeler seul18, mais aussi l’ensemble des Pasteurs ne peut imposer un chef au peuple sans son avis ; c’est pourquoi il y a élection ou approbation. Quant à l’imposition des mains, elle était une partie de l’ordination, puisqu’elle est « une certaine cérémonie que l’on ajoute à la parole, afin de rendre l’action plus signalée et plus authentique » (p. 219). L’ordinateur imposait les mains au nom de tout le presbytère, « [celui-ci] étant partie et encore partie très considérable de tout le corps de l’Église » (p. 229). En définitive, la légitimité de cette vocation dépend de la seule loi fondamentale selon laquelle il faut que « l’Église ait des Pasteurs et les établisse de la sorte » (p. 230). De ce point de vue la succession n’a pas de valeur en elle-même :

Ce n’est plus non pas même en apparence la succession qui agit, mais la Loi qui sans avoir égard si on succède ou si on ne succède pas, ordonne que telle charge soit exercée pour le bien du public [...] Dans les charges les plus successives (comme rois de France), ce n’est pas la succession qui agit, c’est la Loi qui donne à la succession tout ce qu’elle a de droit et de légitime (p. 236, 240).

32La vraie question sera de savoir si la fonction se continue une et même à travers le temps, car « si la charge d’un homme est vicieuse en cet égard, c’est-àdire s’il ne prêche pas la parole de Dieu [...] par quelle prescription de temps peut-il acquérir le droit de continuer à mal faire ? » (p. 248). La vocation elle-même devra être considérée selon que celui qui entreprend d’en faire les fonctions, ou bien « s’y est intrus lui-même », ou si l’Église l’y a appelé, ou, « si elle ne l’y a formellement appelé, au moins a-t-elle consenti à ce qu’il exerce ses fonctions, qui d’elles-mêmes sont bonnes et légitimes », dans ce cas :

Sa vocation est vicieuse en son commencement, mais le vice s’en corrige par cette approbation subséquente. Non qu’il acquiert le droit par prescription, mais parce que cette même loi de l’Église qui veut qu’il y ait absolument des Pasteurs et qui lui a donné le droit de les appeler, ordonne pareillement que d’où qu’ils y soient appelés, le consentement qu’elle y donne puis après, corrige le défaut de la vocation et rende ses fonctions légitimes (p. 248-249).

33Fort de ces principes, Amyraut entreprend de répondre à du Perron. Celui-ci posait pour fondement que la vocation soit donnée par personne ayant autorité pour le faire (Réplique, § XI) :

  • 19 Amyraut fait un parallèle entre l’élection du Pape par les cardinaux et l’élection des Pasteurs : S (...)

Certainement [répond le professeur de Saumur], si la vocation est conforme aux règles qui ont été données en la parole de Dieu, elle a été conférée par personnes qui en avaient reçu le pouvoir. Car la déclaration de ce pouvoir et des personnes auxquelles il appartient, fait une partie et même fort considérable de ces règles. Mais la question est : comment ce pouvoir leur a été donné ? Si c’est qu’il y ait quelques personnes en l’Église à qui cette autorité ait été donnée exclusivement à tout le reste du troupeau, ou si l’autorité en ayant été donnée à l’Église considérée en corps, c’est à elle de faire le choix des personnes qui doivent faire l’examen et l’ordination, selon les règles de la parole de Dieu que j’ai ci-dessus rapportées19 (p. 253).

34Relevons l’expression « l’autorité donnée à l’Église en corps », c’est un point sur lequel Amyraut va revenir et qui peut paraître en un sens assez nouveau dans la problématique du Ministère.

35L’argument du magistrat auquel s’attachait du Perron perd de sa portée, si on le considère à travers les principes posés par Amyraut :

Notre Seigneur Jésus-Christ est le Prince de son Église lui ayant donné le droit d’élire des Pasteurs selon sa nécessité et lui en ayant donné les règles que j’ai ci-dessus rapportées, celui-là est exempt de crime qu’on y installe de la façon prévue, et au contraire serait criminel qui s’y viendrait installer d’une autre sorte (p. 255).

36Et qu’importe la succession dans la vocation ? Outre qu’il y a eu interruption dans les charges,

qui ne voit par les choses que j’ai déduites ci-dessus, que quand cette succession n’aurait point été interrompue, ce n’est pas sa continuation qui donne force et vigueur à la vocation, et qu’au contraire c’est la légitimité de la vocation qui consiste en la conformité avec la loi qui rend la succession légitime (p. 256).

  • 20 M. Berauld, Briève et claire déffense..., cf. supra p. 65.

37La discussion est ainsi passée du niveau de la mission sacramentelle où se situait du Perron, à l’application de la loi. En ce sens, nous retrouvons exactement la réponse que Bérauld faisait sur ce point20. Cependant le climat a changé, comme le montre la réponse à l’argument suivant de du Perron. Celui-ci présentait la « mission successive » comme un « feu propagatif » (nous dirions : comme des flambeaux qui s’allumeraient l’un l’autre) ; Bérauld répondait en parlant du feu qui couve longtemps et de l’escarbille qui en jaillit pour ranimer l’incendie ; en fait, il niait purement et simplement que la perpétuité soit de l’essence de la vocation. Amyraut conserve lui aussi l’image, mais en donne une explication différente : oui, c’est une loi naturelle qu’il y ait du feu, comme il y a des Pasteurs ; et de même que, pour qu’il brûle, on approche du bois, il est raisonnable et naturel que

quand l’Église a besoin de Pasteur, elle choisisse la matière propre pour cela et qu’elle l’approche de ceux qui le sont déjà, afin qu’ils lui communiquent leur charge par quelque espèce de propagation. Mais comme quand on est en lieu où il n’y a point de feu allumé, pour ne périr pas, faute de cet élément si nécessaire, il faut faire heurter des choses solides les unes contre les autres, afin d’en tirer des étincelles qui se prennent à la matière combustible qu’on en approche et qui allument ainsi du feu ; quand on est en lieu où il n’y a pas de Pasteur [...] il faut faire concourir ensemble les autres parties de l’Église, afin que de leurs communs suffrages qui se portent sur une personne capable des fonctions du Ministère, résulte la vocation. [Car] de même que Dieu a mis de la chaleur en divers corps, ainsi il a encore épandu en tous les fidèles une certaine autorité de faire des Pasteurs aux occasions ; tellement que si tous les Ministres venaient à défaillir tout d’un coup, il s’en pourrait néanmoins bien et très légitimement former de la rencontre des volontés de ceux qui ne le sont pas eux-mêmes (p. 258-259).

38Nous retrouvons là l’hypothèse de « l’île déserte », mais alors que du Moulin ne la citait que pour justifier la possibilité de vocation extraordinaire, sans raisonner sur le cas, Amyraut donne le fondement de cette action et ce qui concourt à l’établissement d’un Pasteur. Cette « autorité donnée à l’Église comme corps » et « épandue en tous les fidèles », sur laquelle il réfléchit, est chose neuve, nous semble-t-il, dans la théologie réformée : certes, on en appelait à l’élection et Chamier pouvait dire :

  • 21 D. Chamier, Dispute de la vocation des Ministres, p. 299 ; cf. supra p. 85.

Le monarque de l’Église a fait cette loi que ce soit le peuple qui ait la nomination de ses officiers [...] Ceux que le peuple élit, on doit dire que c’est le Seigneur qui les élit, puisqu’il a voulu que tel fût l’ordre des élections21.

Mais ce qui l’intéressait, ce n’était pas tant le moyen humain que la ratification par le Christ de ce choix. Amyraut, lui, raisonne sur ce pouvoir donné au corps de l’Église, et la vocation apparaît comme la cristallisation d’un pouvoir diffus en chacun des membres de l’Église. On passe, semble-t-il, d’une vision christocentrique du Ministère à une conception ecclésiologique de celui-ci ; non pas que son caractère « divin » soit oublié : les dons du Ministre sont un élément du choix et sont signes de l’appel de Dieu ; mais maintenant on regarde aussi la capacité de l’Église. La vocation dépend de la conformité « avec cette loi de l’Église qui détermine le Ministère et qui veut que ce soit une faculté concédée par l’Église même de prêcher l’Evangile au milieu d’elle » (p. 259).

39Toute la position d’Amyraut est donc centrée sur la « loi fondamentale » : c’est d’elle et de son application que toute vocation reçoit son authenticité. En le lisant, on est saisi par cette impression de logique et de cohérence qu’il donne à toute la question du Ministère, mais on est frappé aussi de voir qu’il fait plus appel aux raisons naturelles et aux déductions qu’à l’histoire même. Enfin, son apport n’est pas seulement cette mise en œuvre d’éléments épars ou mal formulés dans les livres précédents, c’est aussi cette perspective nouvelle qu’il nous semble voir dans le rôle donné à l’Église.

  • 22 E.G. Leonard, op. cit., p. 321, cf. P. Bayle, Dictionnaire, t. 3, p. 1972-1973.

40Or il se trouve que cette observation nous est confirmée par le Traitté de l’Église de Jean Mestrezat, paru en 1649, un an après les Six livres sur la vocation des Pasteurs. Nous avons assisté au chapitre précédent à l’ordination de l’auteur par P. du Moulin, ordination qui l’agrégeait à 23 ans au groupe des Pasteurs de Charenton. Sa prédication nourrie d’Écriture sainte devait y être très appréciée22. Pour exposer l’ecclésiologie réformée, il se situe par rapport à la Réplique à la Response du Sérénissime Roy de la Grande Bretagne, du Cardinal du Perron, dont la première partie est un véritable traité catholique de l’Église.

  • 23 Cf. R. Voeltzel, op. cit., passim.
  • 24 « L’Eglise proprement dite n’est pas le corps des Pasteurs et des peuples que l’œil humain voit ass (...)

41Sans vouloir résumer le Traitté de Mestrezat23, disons seulement qu’il est bâti en trois parties : de l’ Église véritable qui est celle qui rassemble les élus de Dieu24, de l’état extérieur de l’Église, de l’autorité de celle-ci. C’est la seconde partie qui nous intéresse, d’autant plus que J. Mestrezat part de la définition de l’Église que donne du Perron : « la société de ceux que Dieu a appelés à salut par la profession de la vraie foi, sincère administration des sacrements, et adhérence aux Pasteurs légitimes », et il ajoute :

Là où nous n’avons à remarquer sinon qu’es-définitions, on se doit contenter d’exprimer les choses essentielles sans lesquelles la chose ne serait pas ; et qu’il ne faut pas confondre les choses requises pour le bien-être, avec celles qui sont de la nécessité de l’être. Et partant si par cette clause (et adhérence aux Pasteurs légitimes), on prétendait exclure de l’être de vraie Église celle à laquelle il serait advenue d’être enseignée en la vraie foi et doctrine par un Pasteur qui s’y serait ingéré et intrus par brigue et mauvaises pratiques, on aurait tort. Car on peut bien être converti à Dieu et amené à salut par un Pasteur non appelé légitimement, moyennant qu’il annonce une bonne doctrine et administre sincèrement les sacrements (cf. 1 Co., 3, 7). La semence dérobée ou semée de la main d’un méchant homme ne laisse pas de fructifier dans la terre pour ce qu’elle soit bonne [...] Au jour du jugement on ne sera pas examiné selon la régularité ou l’irrégularité de la vocation des Pasteurs qu’on aura eue, mais selon qu’un chacun aura cru à l’Évangile et sera venu à repentance ou non (p. 154-155).

  • 25 Cf. M. Berauld, op. cit., p. 396, supra p. 86-87.

42C’est donc la foi qui est première et il ne faut point écarter de l’Église les croyants attachés à la parole pour une simple raison de structure. Mais on remarquera25 que ce qui est du « bien-être » de l’Église, ce n’est pas le Ministère lui-même, c’est sa légitimité. Et pour le dire, Mestrezat paraphrase de très près un passage du Traitté de la vocation de du Moulin que nous avons cité en partie (p. 93-94). Mestrezat sait bien l’importance instrumentale du Pasteur :

Ils sont organes et outils en la main de Dieu pour la construction de l’Église ; ils ne sont de la maison et de l’Église de Dieu comme partie d’icelles, sinon qu’ils reçoivent en leur cœur à leur propre sanctification la parole qu’ils annoncent [...] Autrement, ils sont simples outils pour l’édification du Corps duquel ils ne sont point (p. 31).

43Mais il part d’une vision tout extrinsèque du Ministère ; il est défini, indépendamment de l’homme, par la Parole et les sacrements qui possèdent en eux-mêmes leur efficacité ; et il ne veut pas qu’une qualité personnelle du Ministre puisse être un obstacle. Ainsi dira-t-il :

Les sacrements donnés de la main d’un méchant [le mot, expliqué plus haut, signifie « mal élu pour Pasteur »] ne laissent pas d’être vrais sacrements et salutaires aux fidèles. Car ils ont leur être, leur valeur et leur efficace de Dieu qui en est l’auteur, et non de l’organe duquel le défaut et le manquement ne peut prévaloir sur la vertu de la cause principale (p. 330).

  • 26 Il y a là renversement absolu de ce que disait du Perron dans la Réplique sur la vocation (VII, p.  (...)

44Quant au point qui nous intéresse, celui du rôle joué par l’Église dans la vocation, nous le trouvons traité à propos de la vocation des premiers Réformateurs. Mestrezat y distingue thèse et hypothèse. L’hypothèse, c’est que ceux-ci ont bien eu charge et vocation légitime puisqu’ils l’ont reçue de l’Église romaine26. « Mais nous voulons [...] venir à la thèse, et à la question du droit absolu de la mission des Pasteurs, sans préjudicier à la question du fait » (p. 320).

Nous avouons qu’il faut que les Pasteurs en l’Église chrétienne aient une vocation apostolique, mais nous disons que ce n’est pas par succession personnelle (laquelle, quand elle se trouve, n’est sinon à ornement), mais par obéissance à l’institution des Apôtres, et par conformité aux règlements qu’ils en ont donnés et aux exemples qu’ils ont laissés. Nous ne voulons qu’aucun s’ingère de soi [...] Mais nous maintenons que le droit de la mission réside non en la personne des évêques, mais en chaque Église chrétienne et corps des fidèles, de même qu’ès républiques populaires le droit d’élire les magistrats et les constituer en leur charge appartient au corps du peuple qui compose la république (p. 321).

45Mestrezat distingue alors nettement – bien plus clairement que tous ses prédécesseurs – les deux vocations : celle de tout chrétien appelé à annoncer la parole de Dieu partout où il se trouve, et la vocation spéciale :

Quand il y a en [un] lieu une multitude de personnes déjà converties à la vraie foi, alors pour enseigner publiquement et faire fonction de Pasteur, la vocation de chaque particulier ne suffit pas ; il en faut une spéciale (p. 321).

46Il défend longuement la vocation générale et rapproche cette parole de salut que doit prêcher tout chrétien, de la mission dont parle saint Paul en Ro. 10, 15 :

Nous devons, ayant reçu instruction [d’un de ces chrétiens qui nous a communiqué la parole] reconnaftre cette providence divine qui nous a suscité et adressé ces personnes et l’instinct de son Esprit, par lequel ils nous ont enseignés cette vérité, afin que nous en rendions grâces et c’est à cette mission par la providence divine que regarde l’Apôtre (p. 326).

47Pour la vocation des Pasteurs, il faut des formes : la multitude s’assemble, il y a examen, puis consécration dans laquelle la prière « tient l’essentiel » et l’imposition des mains est un « accessoire de la prière et un symbole du voeu qu’on faisait à Dieu de la personne » (p. 329). Mais d’où vient la vocation ?

Je dis que cette vocation quand on la pratique aujourd’hui, est émanée de celle que Jésus-Christ donna à ses Apôtres, et par eux à son Église, quand il leur dit : « Comme mon Père »... « Allez, endoctrinez ! »... Et je nie que le droit en réside ès seuls évêques pour la dériver par une succession personnelle à ceux-là seuls qui ont de main en main leur mission d’eux.
Le droit de la mission et de l’ordination appartient au corps de l’Église et en la compagnie des fidèles qui sont en chaque lieu, soit qu’il y ait entre eux des Ministres de l’Évangile, soit qu’ il n’ y en ait point. Que partout où il y a quelque multitude assemblée au nom du Christ, et en quelque temps que Dieu la suscite, en elle réside la puissance de l’élection et ordination de ses Pasteurs ; tout de même qu’ès royaumes électifs la puissance d’élire et créer les rois réside dans le corps de l’état ; et en une république populaire la puissance de créer les magistrats qui la gouvernent, réside dans le corps du peuple qui compose la république, et la cérémonie de l’établissement de la personne élue se fait au nom du peuple par une personne nommée par le peuple (p. 331).

48C’est donc le corps de l’Église qui possède le droit d’appel, comme le montre l’ordination des diacres au livre des Actes :

Pour montrer que même cette cérémonie était exercée par les Apôtres au nom de l’assemblée, elle est selon le grec attibuée au corps de l’assemblée ; car il y a « lesquels (sept personnages) ils présentèrent devant les Apôtres et après avoir prié leur imposèrent les mains ». La prière et l’imposition des mains étant référées à l’assemblée pour ce que la cérémonie d’une ordination se fait au nom du corps qui a le droit de l’élection. Et ainsi les Apôtres priant et imposant les mains aux Diacres, toute l’assemblée est représentée avoir prié et imposé les mains (p. 337).

49L’imposition des mains dans l’ordination est ainsi faite au nom de tous ; jusqu’ici, sauf chez Amyraut, on la voyait surtout comme une action du presbytère agissant au nom de Dieu.

50Mestrezat donne alors les raisons de ce rôle de l’Église vis à vis de la vocation. Il y a d’abord le fait que « le corps de l’Église a en soi la puissance de toutes les fonctions du Ministère de l’Évangile. Car la fonction du Ministère est en gros lier et délier » (p. 338). Et lorsque les Pasteurs mettent en œuvre ce pouvoir « ils exercent le droit qui appartient au corps, comme le représentant et étant ses Ministres. » C’est là une précision que nous n’avions pas rencontrée, sinon chez Amyraut, où le Ministère pastoral cristallise en lui le Ministère plus général de l’Église. Il ajoute d’ailleurs :

L’autorité d’une action appartient au supérieur. Or chaque Église en corps est supérieure à son Pasteur quelqu’il soit : les Pasteurs et évêques sont ministres et serviteurs de l’Église, et par ce moyen ministres et serviteurs de Dieu. Dont saint Paul dit au corps de l’Église de Corinthe : « Nous sommes vos serviteurs à cause de Jésus » (2 Co. 4, 5).

  • 27 Mestrezat cite un long passage d’Alphonse Tostat, qui fut professeur à Salamanque, député au Concil (...)

51Enfin, si les clés avaient appartenu à Pierre et aux Apôtres, et non à l’Église, « elles auraient pris fin par la mort des Apôtres », mais précisément c’est l’Église qui les possède et c’est elle qui peut les confier27.

  • 28 Cf. supra p. 194 et p. 198.

52C’est donc l’Église qui contient le Ministère et qui a en elle-même la possibilité de créer des Ministres et de leur déléguer ses pouvoirs, « en gros lier et délier ». Le Ministre est maintenant considéré comme l’officier du Christ en étant le Ministre de l’Église. Ce que nous avons aperçu chez Amyraut est donc ici développé très clairement. Or, nous l’avons signalé, Mestrezat connait bien le Traitté de du Moulin28, mais sa perspective est complètement changée : celui-ci ne considérait que la charge, remise en son droit usage, et l’immédiate dépendance des Pasteurs à l’égard du Christ. Mestrezat, comme Amyraut, considère l’Église qui médiatise l’appel à la charge : elle n’est plus seulement l’instrument humain dont Dieu se sert pour que soit reconnu celui qu’il appelle, mais elle porte en elle-même les fonctions du Ministère qui doivent être appliquées à quelques-uns. Les Pasteurs sont bien Ministres de l’Évangile ; ils sont ceux qui entretiennent l’Église « comme organes et outils entre les mains de Dieu ». Mais en cela ils exercent une fonction de l’Église, et celle-ci, à la ressemblance des sociétés civiles, ne fait que leur déléguer le pouvoir qui est en elle.

  • 29 Expliquant le sens du mot « Eglise » en Mt. 18, Mestrezat dit : « Là où s’agissant des offenses com (...)

53Pour Mestrezat, l’Église n’a pas d’autre « forme essentielle », pour être le Corps du Christ, que d’être le rassemblement de ceux qui sont régénérés et sanctifiés par la foi. Aussi n’est-elle pas liée dans son être à une visibilité qui se traduirait par une succession, ou à une unité qui serait symbolisée par l’autorité d’un chef visible. Lorsqu’il entame la comparaison entre les deux communions sur la légitimité de leurs Pasteurs respectifs, il pose aussitôt en principe que la mission n’a pas à passer par le canal des évêques ; et c’est en cherchant quelle est alors la source de l’autorité des Pasteurs en l’Église réformée qu’il la trouve être dans le corps ecclésial même29.

54Il ne fait point appel au sacerdoce commun des baptisés, mais uniquement à la nécessité pour l’Église d’avoir des Pasteurs, du moment où il se trouve « une multitude assemblée » qui adhère à Jésus-Christ. Les Ministres sont donc de l’être même de l’Église, mais le fait qu’ils soient « légitimes » ne relève que de son bien-être, car son existence ne tient pas à eux mais à la foi de ceux qui la composent.

55Nous retrouvons là ce que disaient Bérauld et Chamier et ce qui constitue l’affirmation fondamentale de la Réforme. L’avancée nous paraît être cet accent mis sur le Ministère de l’Église, dont quelques-uns sont investis : ils sont Ministres de Dieu en étant Ministres de l’Église.

56Les catholiques qui répondirent à du Moulin avaient souligné les contradictions qu’il leur semblait voir dans sa manière d’en appeler à l’imposition des mains et à la « succession ». Ils avaient rappelé l’exigence d’une mission sacramentelle donnée par personne ayant autorité, pour que soit légitime toute vocation dans l’Église, mais n’avaient quasi rien repris de l’ample vision de Bérulle.

57Amyraut et Mestrezat écartent ces questions comme non essentielles ; ils donnent en regard un exposé clair et cohérent de la « mission » des Pasteurs. La loi fondamentale, où se résument les principes contenus dans la parole de Dieu et l’autorité donnée par l’Église, permettent d’expliquer ce qu’est la charge et comment on peut la tenir authentiquement. Ils n’ont fait que rassembler et ordonner les affirmations de leurs prédécesseurs, mais ils ont mis plus particulièrement l’accent sur l’autorité de l’Église : par l’élection, le corps de l’Église ne désigne plus seulement celui en qui réside les dons de Dieu, mais c’est lui qui délègue le Ministère.

58Ils orientent ainsi la controverse sur la question de savoir si les peuples ont autorité pour créer des Pasteurs : ce sera en grande partie là-dessus que portera dans la deuxième moitié du XVIIe siècle la controverse sur le Ministère. Mais ceci n’est plus de notre propos : qu’il nous suffise d’avoir montré à quel moment s’est prise l’orientation.

Notes

1 Le mot est de Bertheau, cf. supra ch. 9, n. 57.

2 Cf. supra, p. 89-91, les circonstances qui entourèrent ces réponses.

3 Fr. Garasse, Le Rabelais réformé par les Ministres et nommément par Pierre du Moulin, Ministre de Charenton, pour respondre aux bouffonneries insérées en son livre de la vocation des Pasteurs, Brusselle, 1619.

4 Bouju de Beaulieu veut croire à la sincérité du Ministre, tout en ne comprenant pas son aveuglement. Cf. p. 20 de son livre.

5 C. Sommervogel, Bibliothèque..., Bibliographie, t. III, col. 1186-1187, signale deux éditions pour 1619, 4 en 1620, 1 en 1621.

6 Comme l’est du côté réformé le livre de Ph. du Plessis-Mornay, Le Mystère d’iniquité, c’est à dire l’histoire de la papauté. Aussi sont défendus les droits des empereurs, roys chrestiens contre les assertions des cardinaux Bellarmin et Baronius, Saumur, 1611.

7 L.M.N., Réfutation de la nouvelle hérésie du Ministre du Moulin, Touchant la vocation des Pasteurs et l’article 31 de la Confession de foy des prétendus Réformés, Paris, 1618.

8 « Il se fit beaucoup estimer pour ses grands talents. Il s’insinua à la Cour de Catherine de Bourbon (soeur du roi demeurée protestante) et suivit cette princesse lorsqu’elle épousa le duc de Bar ». Du Perron le demanda à Catherine et « après avoir fait de grands progrès sous le Cardinal dans l’étude de l’Ecriture Sainte et de la théologie, servit utilement ce grand homme ». Moreri, Dictionnaire, 1759, t. IIb, art. « Bouju », p. 53. La réponse de Bouju de Beaulieu s’intitule : Destrution de la prétendue vocation des Ministres à la charge de Pasteur selon le livre même de du Moulin leur confrère, plus le Bouclier de leur foy faussé par la Sainte Ecriture, Paris, 1619.

9 Jean de Saint-François, Response au livre de la vocation des Pasteurs de Pierre du Moulin Ministre à Charenton, Paris, 1620. Sur l’auteur, cf. Moreri, op. cit., t. V, p. 304. Encyclopédie Catholicisme, t. VI, à « Jean de St F. ». F. Veron renvoie à cet ouvrage lorsqu’il traite de la vocation, en réponse à ce que dit P. du Moulin dans la Nouveauté du papisme : « Apologie des saints Pères », Paris, 1628, p. 208.

10 Il avait des doutes sur l’origine « apostolique » de celui-ci : cf. p. 438 : « Et Denys soit l’Aréopagite ou non, mais qu’il soit auteur très ancien par la confession des vôtres ».

11 Cf. une partie de ce passage cité supra p. 56.

12 On songe devant l’argumentation de J. de Saint-François au fait que signale le P. Congar : un missionnaire jésuite débarquant sur les côtes norvégiennes en 1638, apprit aux paysans norvégiens qu’il rencontra que leur Eglise avait passé à la Réforme... et ce, depuis presque cent ans.

13 Bouju a cette réflexion typique : « Pour le regard des abus de l’Eglise, s’il y en avait, chacun qui les connaîtra les peut remontrer à un des pasteurs et au Pape même qui est le chef de tous et supplier qu’on y pourvoit » (p. 36). Mais n’était-ce pas toute la question ?

14 Cf. supra, p. 97.

15 E.G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, II, p. 338. Cf. aussi P. Bayle, Dictionnaire, t. 1, p. 181-186 ; à la n. 4, p. 183, il écrit : Amyraut « avait prêché sur cette matière [la vocation] devant M. le Prince de Tarente, pendant la tenue d’un synode provincial. Ce prince souhaita que ce sermon fût imprimé et que la matière fut traitée plus amplement, car c’était un grand lieu commun entre les mains des missionnaires ».

16 À l’encontre de plusieurs de ses prédécesseurs qui insistaient sur les interruptions de la succession judaïque (au moins quant à l’exercice), il reprend exactement sur ce point ce que disait Calvin (cf. Ganoczy, op. cit., p. 149-160), mais à la différence du Réformateur, il ne parle jamais du sacerdoce répandu entre tous les baptisés, mais souligne seulement le droit d’enseigner qui reste donné à tous.

17 Pour Amyraut, ce sont deux fonctions identiques : « Quelques-uns des anciens et des modernes ont séparé en deux paroles comme si elles signifiaient deux charges différentes [...] Pour moi, je me range avec ceux qui sont d’un sentiment contraire et qui croient que ces deux mots ne signifient qu’une même charge, mais qu’ils la désignent par deux fonctions différentes » (p. 171).

18 Partant du postulat de l’égalité des Ministres de l’Église ancienne, il ajoute qu’il pouvait y avoir un président dont la préséance s’expliquait par « la prérogative de l’âge, l’antiquité en l’ordre de la réception qui véritablement ont toujours été fort avantagées en toutes charges, et dont au reste la considération est beaucoup moins sujette à tous les inconvénients » (p. 225-229). Ce n’est que par abus qu’un seul a tiré tout à lui (l’évêque se réservant l’ordination). Il ajoute cependant : « Bien qu’ils gouvernassent l’Eglise avec plus d’autorité qu’ils n’en devaient avoir sur leurs collègues, ils la gouvernaient pourtant [...] et cela n’empêchait pas que l’Eglise ne subsistât par un tolérable gouvernement, s’il n’était absolument légitime. Voilà pourquoi encore que nous n’ayons pas approuvé l’ordre des Eglises réformées qui ont maintenu l’usage des Evêques en ce haut point de puissance et de dignité où on les a vus en Grande Bretagne depuis peu d’années, nous avons pourtant toujours cru leur vocation légitime, non en qualité de tels évêques, mais en qualité de Ministres de l’Evangile, parce que la religion y était en son entier en ce qui regarde le dogme et les sacrements. Et pour le regard du gouvernement de l’Eglise, il y en avait quelqu’un qui suffisait pour sa subsistance » (p. 285). On doit savoir d’ailleurs que cette question de l’égalité des prêtres et des évêques venait d’être fortement discutée avec les œuvres érudites de Saumaise et surtout de D. Blondel : Apologia pro sententia Hieronymi de Episcopis et Presbyteris, Amsterdam, 1646 (le livre est dédié à « tous les serviteurs de Dieu [...] mais surtout à ceux qui en Bretagne sont appelés à la conduite ecclésiastique et politique du peuple chrétien » : ce serait parallèle aux efforts de destruction de la « high Church » par les puritains anglais). Du côté catholique, Petau y répondit : Dogmata theologica Dyonisii Patavii, t. VIII, Paris, 1867. Il s’agit du traité : De ecclesiastica hierarchia, liber quintus, in quo contra Apologiam pro sententia Hieronymi nuper editam potissimum disputatur. Ainsi que Du Guet, Conférences ecclésiastiques ou dissertation sur les auteurs, les conciles et la discipline ecclésiastique des premiers siècles de l’Eglise, Cologne, 1742 (elles datent de 1678-1679 ; ce sont les dissertations 2 à 5 où se trouve réfuté Blondel, t. I, p. 8-98).

19 Amyraut fait un parallèle entre l’élection du Pape par les cardinaux et l’élection des Pasteurs : Si on donne aux Cardinaux l’élection du Pape, « la loi de l’Eglise voulant qu’il y ait un Pape au milieu d’elle [...] cette loi lui [à l’Eglise] ayant donné le droit d’en faire l’élection, elle en a donné la commission aux cardinaux » ; de même « la loi de l’Eglise voulant qu’il y ait des Pasteurs, elle en a donné la commission à ceux qui le sont déjà » (p. 254).

20 M. Berauld, Briève et claire déffense..., cf. supra p. 65.

21 D. Chamier, Dispute de la vocation des Ministres, p. 299 ; cf. supra p. 85.

22 E.G. Leonard, op. cit., p. 321, cf. P. Bayle, Dictionnaire, t. 3, p. 1972-1973.

23 Cf. R. Voeltzel, op. cit., passim.

24 « L’Eglise proprement dite n’est pas le corps des Pasteurs et des peuples que l’œil humain voit assemblés et unis par la profession de la foi et administration des sacrements ; mais le corps de ceux qui dans cette multitude appartiennent à l’élection de Dieu comme vrais fidèles et sanctifiés par le Saint-Esprit, esquels la parole et les sacrements ont leur efficace à salut » (p. 130).

25 Cf. M. Berauld, op. cit., p. 396, supra p. 86-87.

26 Il y a là renversement absolu de ce que disait du Perron dans la Réplique sur la vocation (VII, p. 6 ; cf. supra p. 44), sommant les Ministres de prouver la réalisation de la vocation (l’hypothèse), la thèse n’étant pas en discussion. Ce renversement est sans doute voulu. D’autre part, tout ce passage sur la vocation des premiers Réformateurs, p. 320, semble être aussi une paraphrase de du Moulin (Traitté, p. 21-22, 172-173).

27 Mestrezat cite un long passage d’Alphonse Tostat, qui fut professeur à Salamanque, député au Concile de Bâle, et mourut évêque d’Avila. Il est l’auteur de commentaires prolixes sur les livres historiques de l’Ancien Testament où « toutes les matières dogmatiques et morales sont traitées [...] suivant la méthode scolastique » (D.T.C., I, col. 921-923). Le passage cité est tiré des questions 48 et 49 sur Nb. 15 : « La Communauté n’étant pas chose qui soit une de soi, mais par accident, comme un monceau de pierres, ne pourrait exercer des actes : même il est impossible qu’en la communauté il y ait une juridiction quant à l’acte. Il y a toutefois juridiction en la Communauté quant à l’origine et quant à la vertu, pour ce que toutes personnes qui reçoivent juridiction, la reçoivent de la vertu de la Communauté, pour ce qu’elles peuvent juger par elles, et la Communauté non. Le même semble avoir lieu au regard des clés de l’Eglise, pour ce qu’elles ont été baillées par Jésus-Christ à toute l’Eglise : mais pour ce que toute l’Eglise ne les pouvait dispenser, n’étant pas une certaine personne, il les a baillées à Pierre au nom de l’Eglise [...] Donc les clés ne leur [à Pierre et aux Apôtres] ont pas été baillées comme à des personnes déterminées, mais comme à des Ministres de l’Eglise. Et ainsi les clés étaient plus données à l’Eglise qu’à eux et en cette manière les clés ne peuvent jamais cesser en l’Eglise, vu que l’Eglise qui les a radicalement ne meurt jamais [...] L’Eglise a reçu les clés de Jésus-Christ, et les Apôtres en tant que Ministres de l’Eglise le sont et les Prélats aussi, mais l’Eglise autrement que les Prélats. Car l’Eglise les a quant à l’origine et vertu, et les Prélats seulement quant à leur usage. L’Eglise est dite avoir les clés quant à la vertu, pour ce qu’elle les peut bailler à un Prélat par élection. Elle est dite aussi les avoir quant à l’origine ; pour ce que la puissance du Prélat ne prend pas son origine de lui-même, mais elle prend son origine de l’Eglise par élection. Car l’Eglise qui les lie lui donne cette juridiction-là ; et quant à l’Eglise, elle ne la reçoit de personne depuis qu’elle l’a une fois eue de Christ » (la traduction est de Mestrezat). Mais que veut dire Tostat : le pouvoir des clés est-il le pouvoir sacramentel ou est-ce seulement celui de juridiction que l’Eglise détermine et remet à celui qui est élu ? Que signifie ici Église (est-elle identifiée au clergé) ?

28 Cf. supra p. 194 et p. 198.

29 Expliquant le sens du mot « Eglise » en Mt. 18, Mestrezat dit : « Là où s’agissant des offenses commises entre des particuliers de chaque lieu, il est évident que l’Eglise (à laquelle il se faut adresser...) est le corps de ceux qui ont reçu la charge de la correction des mœurs, et auxquels J. C. a donné l’autorité de lier et de délier : lequel corps est ailleurs appelé le Presbytère, ou la compagnie des Anciens. Or cette compagnie n’a le nom d’Eglise en cette fonction, que pour ce qu’elle représente tout le corps de l’Eglise lequel exerce par les Pasteurs et conducteurs ce qui est de son droit, afin d’éviter la confusion qui viendrait de la convocation et du jugement de toute la multitude des fidèles en diverses occasions ; bien qu’au commencement de la prédication de l’Evangile on la convoquait pour toutes les affaires ; comme cela se voit ès chapitres 6, 14 et 15 des Actes ; et à cet égard le mot d’Eglise se pourrait prendre pour toute l’assemblée des fidèles, à laquelle quand on a à s’adresser, on va à ceux qui la conduisent, comme quand pour parler à une république on s’adresse à ses consuls » (p. 24).

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search