Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre 9. Le Ministère des pasteurs

Texte intégral

  • 1 Fr. Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France, annotée et précédée d’une introduction histor (...)
  • 2 Ibid., p. 1.
  • 3 Calvin, Institution chrétienne, IV, 12, 1, p. 238.

1Pour voir comment était présenté le Ministère aux fidèles et aux pasteurs et comment il devait être vécu, nous avons à notre disposition la Discipline et les sermons d’ordination. La première1 fixe « l’ordre suivant lequel, pour obéir à Jésus-Christ, [l’]Église se conduit et se gouverne »2. « Comme la doctrine de Notre Seigneur Jésus-Christ est l’âme de l’Eglise, ainsi la discipline est en icelle comme les nerfs sont en un corps, pour unir les membres et les tenir chacun en son lieu et en son ordre »3. Nous n’en ferons point l’analyse, mais rappellerons et renverrons aux articles qui illustrent la conception et la place du Ministère.

  • 4 Cf. par ex. Daillé, Les deux derniers Sermons de M. Daillé, prononcez à Charenton le jour de Pdques(...)
  • 5 J. Daillé, Sermons sur le Catéchisme des Eglises réformés, Genève, 1701, 3 vol. Il est impossible d (...)
  • 6 Discipline, I, 12 : « Ne prêcheront sans avoir pour sujet de tout un texte de l’Ecriture Sainte, qu (...)
  • 7 Discipline, p. 194.

2On a certainement dans la prédication traité de la « vocation », mais plus par allusions4 que comme sujet particulier – sinon dans l’explication du Catéchisme5 – : les pasteurs, en effet, étaient invités à prêcher selon une lecture continue de l’Écriture6, sauf pour les grandes fêtes ou des occasions spéciales, comme l’était une ordination pastorale. L’article 8 au chapitre 1er de la Discipline donnait d’ailleurs l’orientation du sermon pour cette cérémonie : « Celui qui fera l’exhortation traitera brièvement de l’institution et excellence du Ministère, alléguant les témoignages de l’Écriture sainte convenables à ce propos [...] exhortant un chacun d’y prendre bien garde, afin que tant le Ministre que le peuple fasse bien son devoir : le Ministre en s’acquittant d’autant plus soigneusement de sa charge, qu’il la connaît être précieuse, excellente devant Dieu, et le peuple recevant en toute révérence la Parole de Dieu qui lui sera annoncée par celui qui lui est envoyé »7.

  • 8 P. Du Moulin, Première décade de Sermons, Genève, 1653 (4e sermon : p. 97-125) ; Cinquième décade d (...)

3Ces sermons témoignent donc de la manière dont on présentait le Ministère, et même dont on le magnifiait, puisqu’en ces occasions solennelles, il s’agissait de montrer sa grandeur et d’inspirer toute révérence à son égard. Après avoir parcouru nombre de sermons8 qui furent prononcés tout au long du XVIe siècle, on est frappé de l’unité de ton et d’expression qui s’en dégage, et l’on peut penser que nous n’avons pas là seulement de « pieuses » amplifications, mais l’exposé de la doctrine commune.

  • 9 C’est le mot même qu’utilisent les Pasteurs. La Discipline parle seulement de l’imposition des main (...)

4Parmi ces sermons, le plus ancien que nous connaissons est celui que prononça en 1614 Pierre du Moulin pour l’ordination de Jean Mestrezat, qui devait, à vingt-trois ans, devenir pasteur de l’Église de Paris. Certes, tous les sermons d’ordination ne se ressemblent pas : ils prennent pour point de départ des textes différents d’Écriture et chacun les traite suivant ses capacités. Mais sans forcer les choses, on peut dire que les principaux thèmes abordés se retrouvent dans le sermon de du Moulin, qui a d’ailleurs beaucoup d’allure et de mouvement – ce qui n’est pas toujours vrai de ceux de ses confrères ! Nous le prendrons donc pour cadre de notre analyse en apportant tel ou tel passage d’autres sermons qui viennent le compléter. Mais auparavant il nous faut rapidement décrire comment le « proposant » arrivait jusqu’à son ordination9.

  • 10 Discipline II, 4 : « Afin qu’il y ait nombre de Pasteurs, et que les Eglises puissent être toujours (...)
  • 11 Discipline I, 4. Dans les cas de crise, les trois Pasteurs requis délibéraient avec le Consistoire. (...)

5Après avoir fait ses études dans les Académies où souvent il avait été entretenu aux frais des Églises10, il se présentait au Synode provincial ou au Colloque (groupe de plusieurs Églises voisines, à l’intérieur de la circonscription synodale) : il fallait la présence de sept pasteurs – trois au moins étant absolument requis en période de crise11. On l’examinait sur ses mœurs, puis sur ses capacités : il devait faire preuve de son acquit en préparant et « proposant » un sermon en français et un en latin. Après quoi, s’il était trouvé capable, « on lui destinait un troupeau », car personne n’était consacré qui n’eût une Église assignée.

  • 12 P. Lestringant, « Le Ministère des Pasteurs et son insertion dans la vie des Eglises locales » Revu (...)
  • 13 Exposition de l’Epistre deuxième à Timothée.

6Ainsi l’élection était-elle le fait des pasteurs, et c’est par eux que se faisait l’appel extérieur du candidat. Celui-ci était donc « le délégué de l’union des Églises dans l’Église où il exerçait »12 et, comme le dit le pasteur Daillé : « Quand un pasteur est reçu dans nos Églises, c’est et le synode et son ordinateur qui lui impose les mains : le synode par son autorité, l’ordinateur par son Ministère »13.

  • 14 Cf. supra, ch. 5, n. 26.
  • 15 Voici ce qu’écrit Quick, auteur anglais d’une vie de Chamier : « Ayant donc obtenu l’approbation un (...)

7Une fois élu, on présentait le proposant à son Église : trois dimanches de suite, il y prêchait « sans pouvoir administrer les sacrements, ni bénir les mariages. » Car il n’était pas permis d’exercer le Ministère avant que l’ordination eût été faite. Des synodes nationaux protestèrent contre ceux qui, précisément, envoyaient pour prêcher et administrer les sacrements, des étudiants qui n’avaient pas reçu l’imposition des mains14. Celle-ci était donc vraiment le « sceau » de la vocation et l’Église réformée de France, à la fois dans un souci d’ordre et de respect du Ministère tel que le Christ l’a institué, n’acceptait pas de transiger sur ce point15.

  • 16 « Les causes d’opposition sont jugées par le Consistoire : si elles sont trouvées justes, la récept (...)
  • 17 En référence à Gal. 2. 9 ; c’est l’équivalent du baiser de paix.

8Le peuple était appelé à donner son avis, soit par son silence, pris comme acquiescement, soit par ses observations portées au Consistoire : on n’eût pas imposé un pasteur qui n’aurait pas été accepté16. Le quatrième dimanche, un des ministres, député par le synode, prêchait sur le Ministère, puis après avoir lu les passages d’Écriture relatifs au Ministère, faisait une prière solennelle avant d’imposer les mains au proposant agenouillé et le relevait pour lui donner la « main d’association »17.

  • 18 Il s’agit du quatrième sermon de la Première décade. Les pages indiquées après les citations renvoi (...)

9Lors de l’ordination de Jean Mestrezat, du Moulin choisit de prêcher sur Col. 4, 17 : « Prends garde d’exercer le Ministère que tu as reçu et de bien l’accomplir ». Cela lui fournissait le cadre de son sermon : ce qu’est le Ministère, ses difficultés et ses devoirs18.

10Toute controverse n’en était pas absente, car il fallait bien se situer face aux catholiques, et l’on retrouve presque chez tous les prédicateurs des allusions, bénignes ordinairement, aux adversaires. C’est par là que commence du Moulin pour expliquer pourquoi la Réforme n’a pas retenu les noms de prêtre et d’évêque, mais a préféré ceux de ministre et de pasteur : « Qu’ils se souviennent que ce mot de Ministère dont se sert l’Apôtre, signifie un service et non une domination » (p. 100). Cependant l’Écriture n’entend pas dépouiller les pasteurs de toute puissance et autorité ; le Seigneur ne dit-il pas : « Qui vous rejette me rejette » ? Mais cette puissance, le Ministre s’en servira pour édifier, « commandant par forme de prière et exhortation » (p. 101).

11Du Moulin développe alors la grandeur du Ministère qui a Jésus-Christ pour auteur. Il faut donc d’abord qu’il ne soit reçu que par des hommes qui ont conscience d’y être appelés par Dieu :

Car combien qu’un pasteur soit reçu en charge par les formes usitées et par l’ordre ecclésiastique [...] si est-ce qu’il doit avoir cette persuasion d’être envoyé par Dieu et non par les hommes, puisque la première institution du Ministère procède du Fils éternel (p. 102).

  • 19 « C’est Dieu lui-même qui pousse ses ouvriers en sa moisson, qui suscite des Pasteurs à ses troupea (...)
  • 20 « Ne perdez pas courage [...] car vous êtes assuré que votre vocation vient de Dieu ; c’est Dieu qu (...)

12Aussi faut-il s’interroger sur le motif qui pousse au Ministère : est-ce la nécessité ou « la gloire de Dieu et l’édification de l’Eglise » ? (ibid.)19. Dans ce second cas, « la considération de servir le Seigneur et d’être employé par lui doit remplir d’une sainte hardiesse » ; et il dira ailleurs : « Cette persuasion fera que l’homme qui aime Jésus-Christ se glorifiera d’être employé à son service et travaillera avec allégresse à sa vocation, estimant sa charge plus excellente que s’il était assis sur les fleurs de lys »20.

  • 21 Drelincourt fils, méditant sur 2 Co. 4, 7, disait : à l’imitation du Christ qui a voilé sa splendeu (...)

13Le Pasteur doit ainsi avoir cette certitude intérieure de sa vocation, qui en marque l’origine « divine ». Car la charge qui lui est confiée est grande : elle est service de la Parole et elle dépasse infiniment celui qui la porte ; mais l’autorité même de cette Parole rejaillit sur celui qui en est le héraut21..

Quant à l’importance, il n’y a rien sous le soleil qui soit comparable en dignité et utilité au Ministère de l’Évangile ; car l’Évangile du Christ est la puissance de Dieu en salut à tous croyants, c’est-à-dire le moyen par lequel Dieu déploie sa vertu substantielle envers ceux qui croient [...] Non que le Pasteur soit le sauveur des âmes, mais Dieu se sert de son Ministère pour les sauver [Ils sont ceux qui portent les hommes dans la piscine]. Quelle occupation plus sainte ou plus excellente que d’exposer le mystère du Royaume des Cieux ? (p. 104).

14Le Ministre est donc celui qui a reçu la charge de la parole, qui est l’instrument dont Dieu se sert pour appeler les hommes. Et Ch. Drelincourt (1658) dira :

  • 22 Le Pasteur fidèle, p. 80.

Pensez-vous que ce ne sommes pas nous proprement, mais que c’est le Saint-Esprit qui l’établit sur vous. Je ne demande pas que vous honoriez sa personne, mais que vous honoriez la charge dont il plaît à cette Majesté infinie de l’honorer22.

15Sans doute peut-on remarquer que dans le souci de ne pas mettre sur le même pied la parole et l’homme, on distingue toujours le Ministre et la charge confiée, mais c’est au Ministre que s’adressent les titres qu’énumère du Moulin :

En quoi Dieu a grandement honoré le genre humain d’avoir choisi quelques-uns d’entre les hommes pour être comme sa bouche, et notifier aux hommes les secrets de sa sapience et de son amour envers les hommes. » [Ainsi lors de la conversion de Corneille : ] « l’Ange pouvait l’instruire, mais Dieu a voulu que ce soit Pierre ». […] Ils sont appelés Anges, Ambassadeurs pour le Christ, la lumière du monde, le sel de la terre pour ce que c’est qui garantit les hommes de corruption [...] C’est une charge que le Fils de Dieu a faite [...] Par ce moyen, il nous reçoit en quelque façon en la société d’une œuvre tant excellente et nous fait coopérateurs avec lui (p. 105-106).

  • 23 A. Ganoczy a souligné la place de l’angélologie dans la pensée de Calvin, qui voit dans les anges l (...)
  • 24 Sixième décade, p. 164-165.

16Ces titres sont pauliniens et Calvin les a souvent utilisés23 ; mais il faut noter que dans la référence au Christ, on se relie au Ministère de la parole que celui-ci a assumé en terre ; si les Pasteurs sont ses coopérateurs, en poursuivant la même œuvre, ils le sont au niveau de la « charge » qu’ils portent avec lui, mais la fonction pastorale n’est pas rattachée à l’humanité glorifiée du Seigneur. Dans un autre sermon, après avoir rappelé que Jésus-Christ a honoré la charge en la portant, il développera la notion de « serviteur du Christ » : ce titre, dit du Moulin, n’est pas adéquat, car d’une part, un maître choisit les serviteurs les plus capables, « mais Dieu fait tout autrement. Il ne trouve pas de bons serviteurs, mais il les fait être bons [...] car nous n’avons ni force ni adresse à son service que Dieu nous en donne par son Esprit. » D’autre part, un maître est absent, « mais Jésus-Christ est toujours présent. Il s’est voirement retiré au ciel, quant à sa présence corporelle ; mais il est toujours présent par sa vertu divine »24.

17Allix (1675) magnifiera peut-être encore plus le Ministère, en faisant rejaillir sur le Pasteur la fonction médiatrice du Christ :

  • 25 Les devoirs du Ministère, p. 2-3. AlIix (1641-1717), Pasteur à Charenton, fut un controversiste rép (...)

On peut dire que Dieu en les appelant [au Ministère] les a doublement prédestinés pour être rendus conformes à l’image de son Fils. Car outre cette première et générale conformité qu’ils ont avec lui en qualité de fidèles, il les a choisis en quelque manière comme lui, pour délivrer les hommes de l’ignorance et de leur corruption et pour leur ouvrir les trésors de la grâce et de la gloire [...] Jésus-Christ est l’Époux de l’Église ; les Ministres sont les amis de l’Époux et les gardiens de la chasteté de l’Épouse. Jésus-Christ est le Médiateur entre Dieu et les hommes ; et non seulement Dieu a mis entre les mains de ses Ministres les Tables de sa Loi, et celle de son Évangile pour la conduite et la consolation des Troupeaux qu’il leur a commis, il leur a même donné le droit de recueillir les prières du peuple, de les exprimer et de les répandre au pied de son trône pour apaiser sa colère. Dieu a fait Jésus-Christ le Juge du monde, la chaire des Pasteurs n’est-elle pas une espèce de tribunal où ils préjugent de la vie et de la mort des pécheurs, ce qui doit être confirmé dans le ciel ?
En un mot les différences étant gardées, nous pouvons justement leur appliquer ce que le Seigneur a dit à ses disciples quand il les envoya : « Je vous dispose le Royaume... » (Luc 22, 29) Y a-t-il après cela quelque dignité dans le monde qui soit plus grande que celle du Pasteur ? »25.

18C’est là l’expression la plus forte que nous ayons trouvée, mais il ne semble pas qu’elle outrepasse ce que disent les autres, sinon qu’elle précise ce rôle de l’« Ambassadeur » qui s’emploie à faire réussir la commission qu’il a reçue. Il occupe comme tel une place éminente dans l’Église et il est l’objet d’un appel spécial : il n’y a pas là seulement un souci d’ordre, mais on reconnaît que le Ministre est établi à un degré spécial et qu’il lui revient, de par Dieu, d’être celui qui enseigne avec autorité. Il est aussi celui à qui Dieu confie le soin de la famille, dont il lui revient d’être l’économe et le dispensateur :

  • 26 Seize Sermons, p. 702-703. La date est celle où fut prononcé le sermon.
  • 27 Sermon, sur 2 Ti. 4, 1-2, p. 20. Bertheau fut Pasteur à Montpellier. Il dut s’exiler en Grande-Bret (...)

Dieu s’est choisi parmi les hommes un peuple qui lui est particulièrement consacré, une génération qu’il a élue et une nation sainte qui est comme la propre famille de Dieu. C’est cette famille précieuse et chère à l’Éternel, dont il met une partie maintenant sous votre conduite, afin que vous lui donniez tous vos soins et que vous en soyez l’économe. [Il vous remet] la dispensation des grâces du ciel. Comme il n’y a point d’autre moyen pour embrasser le salut que Jésus Notre Seigneur nous a acquis, que la foi, aussi n’y a-t-il point d’autres instruments ordinaires pour produire la foi que la prédication de la parole et que l’exercice du Ministère qui vous est commis » (Gaches, 1657)26.
Le premier monde fut créé par la parole de Dieu qui procéda immédiatement de lui-même ; le second monde est rétabli par la parole de Dieu en tant qu’elle est prêchée et annoncée par le Ministère des hommes. Dieu sans nous a fait le ciel, mais sans nous il ne veut pas le remplir d’âmes bienheureuses » (Bertheau,
1676)27.

19La paternité spirituelle du Ministère n’est ainsi pas oubliée : c’est le rôle même du pasteur que d’être par sa prédication celui qui suscite la foi ; et le même Gaches de dire aussi : « Ils ne sont pas la source d’où découlent dans vos cœurs les choses bonnes, mais c’est en leurs mains que Dieu vous les veut présenter. »

  • 28 Sixième décade, p. 164.
  • 29 Cinquième décade, p. 174-175.

20Devant la grandeur de la tâche confiée à un homme, poursuit du Moulin, comment penser que celui-ci puisse l’assumer : « Quelle doit être l’assistance de l’Esprit pour dépeindre Jésus-Christ au vif [...] Et qui sommes-nous qui puissions accomplir les devoirs du fidèle pasteur, vu que nous défaillons aux devoirs que tous chrétiens doivent et qui sont communs à tous les hommes » (p. 107). C’est lui aussi qui aura cette belle formule : « [Dieu] ne choisit pas les meilleurs, mais il les rend meilleurs en les choisissant »28. Et du Moulin d’énumérer les difficultés de la tâche. Il y a d’abord la nécessité du savoir, « surtout avec des adversaires qui étudient plus que jamais et s’arment de subtilités » (p. 107). Et il reviendra sur ce point dans tous ses sermons d’ordination : « Tant plus un homme est savant, tant plus il reconnaît combien de choses lui défaillent et quelle est la difficulté de sa charge. Mais l’ignorance se mire en ses plumes et ignore même son ignorance »29.

  • 30 Sixième décade, p. 165. On retrouve ces conseils dans « l’Epitre adressée à ses enfants [il eut tro (...)

21Et, dans un autre sermon, il ajoute : « Dieu ne fait pas toujours comme il fit du temps de Samson, il ne se sert pas toujours d’une mâchoire d’âne pour vaincre les adversaires »30.

22Le travail du Ministère est une œuvre sans relâche : « Dieu requiert double travail et double vigilance en ceux qu’il a consacrés au service de sa maison » ; une œuvre où l’on ramasse plus les médisances que la richesse ; une œuvre dont on doit rendre compte à Dieu : « Qui sommes-nous qui puissions lui répondre des âmes d’autrui qui ne pouvons bien conduire nos propres âmes ? » (p. 109).

23Il aborde alors les devoirs des Ministres ; le premier est évidemment d’annoncer la parole et il a cette belle expression :

Il ne nous faut distribuer autre pain que celui que nous recevons des mains du Seigneur ; [...] Dieu nous a appelés (ajoute-t-il) non point à chatouiller les oreilles, mais à poindre les consciences [...] Sachez que la louange du Pasteur consiste non pas en l’éloquence de celui qui parle, mais en la vie de ceux qui l’écoutent (p. 112).

  • 31 Bertheau dira : « Un Pasteur sans la Parole de Dieu est un pilote sans étoile, sans boussole et san (...)
  • 32 On songe à la parole de M. Olier qu’aimait à citer l’abbé Huvelin : « Il faut après avoir fait œuvr (...)

24Pour cela, il détaille les qualités du prédicateur : « Que sa prédication soit confite au sel de la parole de Dieu » (p. 113), qu’il étudie donc sans cesse l’Écriture31, qu’il soit prudent, simple en ses propos, qu’il sache exhorter, sinon « c’est instruire les entendements sans émouvoir les cœurs » (p. 114), qu’il sache s’exhorter soi-même32 et surtout qu’il ne désespère point : « La parole de Dieu n’a pas toujours de par Dieu même efficace » et c’est pour cela que Jésus a choisi des pêcheurs pour disciples, car ils étaient habitués à jeter plusieurs fois le filet.

  • 33 E.G. Léonard, op. cit., p. 321 : (du Moulin) « Le plus ancien de ces prédicateurs est aussi pour le (...)
  • 34 D. Chamier, Panstratiae Catholicae sive controversiarum de religione adversus pontificos tomis IV d (...)

25Ces conseils d’un homme qui fut un des meilleurs orateurs protestants dans la période instaurée par l’Édit de Nantes33 et dont le Récit des dernières heures nous laisse entrevoir la spiritualité profonde, tout imprégnée de la Bible, montrent l’importance et le sérieux accordés à ce service de la Parole. Tout le Ministère d’ailleurs gravitait autour de celle-ci – les sacrements n’étant qu’« appendices »34 de cette Parole. Nous devons donc nous arrêter un instant pour voir ce que représentaient Parole et sacrements dans la vie pastorale.

  • 35 E. G. Léonard, op. cit., ibid. et p. 347-350. Il semble qu’on succombait à la tentation de « rendre (...)
  • 36 Discipline, I, 13, p. 199.
  • 37 Discipline, VII, 3, p, 245.

26La prédication constituait le centre du culte et il était même prévu qu’outre les dimanches, elle ait lieu les jours « ouvriers ». À lire les innombrables sermons publiés, et sans qu’il soit possible de porter un jugement sur leur valeur35, on se rend compte de la familiarité avec la Bible et de la solidité de l’enseignement dont ils témoignent. Chaque dimanche après-midi, on devait expliquer le catéchisme, à la fois pour les enfants et pour les adultes36. Il était prévu en outre que les Ministres proposent la parole, lors des réunions du Colloque, « afin qu’on connaisse quel devoir chacun fait de s’exercer en l’étude de l’Écriture et en la méthode et forme de la traiter »37.

  • 38 Maresii (Samuel Desmarets), Dissertatio theologica de Usu et honore sacri ministerii in ecclestis r (...)

27Dans un écrit dirigé contre ceux qui méprisaient le Ministère de l’Église, S. Desmarets, un Français, pasteur en Hollande, pouvait dire38 : On ne doit pas négliger ce qui rend absolument utiles les Écritures, comme c’est le cas de la prédication : « L’exercice du Ministère doit se soumettre à l’Écriture et celle-ci suppose que le Ministère s’exerce en se réglant sur elle ; ainsi l’âme pour le corps... et le corps pour l’âme » (p. 8-9). Dieu a voulu que ses Ministres, à la suite de Moïse et du sacerdoce de l’Ancien Testament, à la suite de Jésus et des Apôtres, expliquent l’Écriture : « Il a voulu qu’ils soient des hérauts, et non pas des lecteurs. » (p. 20)

Le moyen ordinaire pour susciter la foi elle-même, ou l’affermir, est l’analyse, l’explication et l’application de cette même parole, qui se fait de vive voix par ceux qui ont reçu ce Ministère de Dieu (Rom. 10, 17). D’autre part, même si l’Écriture prise matériellement est bien, comme on dit, la parole de Dieu et constitue le seul moyen de la foi salvifique, il le faut comprendre selon qu’elle doit être proposée dans l’Église : or elle n’y est jamais proposée par la seule lecture du document écrit mais par l’exégèse et l’application de ce qui y est contenu [...] C’est plutôt ici un devoir de la piété de remercier la « philanthropie » de Dieu, qui, non content de nous livrer sa parole dans les Écritures inspirées, utilise aussi la parole vivante de ses Ministres pour nous faire toujours pénétrer plus avant dans cette doctrine de salut. (p. 29-30)

  • 39 Catéchisme de Calvin, in Recueil des principaux Catéchismes de l’Eglise réformée, Genève, 1673 (le (...)

28Ce n’est d’ailleurs que le développement de ce que disait le Catéchisme de Genève : « Il ne suffit pas de lire la parole de Dieu, il faut l’entendre ensemble, car c’est le seul moyen d’édifier et entretenir l’Église »39. Et à la question : « Est-ce donc chose nécessaire qu’il y ait des pasteurs ? » La réponse était : « Oui, et qu’on les écoute, recevant en humilité la doctrine du Seigneur par leur bouche, tellement que quiconque les méprise et refuse de les ouïr, il rejette Jésus-Christ et se sépare de la compagnie des fidèles. »

  • 40 Ibid.
  • 41 Le Catholique orthodoxe, p. 899. « Les Sacrements ont été institués de Dieu, pour nous présenter en (...)

29À cette prédication de la Parole, se rattachait l’administration des sacrements, pour laquelle on n’admettait pas qu’un autre que le Pasteur pût les donner, « car ce sont choses conjointes de prêcher la parole et de distribuer les sacrements »40. Le sacrement en effet est une « parole visible » et, comme le dit Rivet : « La parole propose à nos oreilles ce que le sacrement scelle devant nos yeux plus particulièrement »41. Et Jean Daillé expliquant le Catéchisme dira :

  • 42 Sermons sur le Catéchisme, III, p. 645-646.

Dieu a divisé son peuple en deux rangs : l’un est de ceux qui président, l’autre de ceux qui se soumettent à leur conduite, ceux-là administrent les choses célestes et ceux-ci reçoivent [...] Puisque les sacrements font partie des moyens de notre salut [...] il est évident que leur administration appartient aux Pasteurs établis en l’Église pour être les Ministres du Christ et les dispensateurs de ses mystères [...] C’est pour cette raison qu’ils sont nommés « ouvriers avec Dieu » (I Co. 3, 6-9) [...] Le trésor du salut leur a été confié, ils l’ont, bien que ce soit des vaisseaux de terre. [Si on les donne à administrer à d’autres], c’est ravir [aux Ministres] l’honneur de leur charge et détruire les institutions de Dieu et mettre la confusion en sa maison [...] Il n’appartient qu’à ses vrais et légitimes officiers de les administrer et si quelqu’un l’entreprend sans avoir reçu de Lui ce Ministère et cette commission, il se rend évidemment coupable de sacrilège et ce qu’il fait n’est de nulle valeur42.

  • 43 La foi des parents « n’est pas cause efficiente principale mais elle est un signe de la bonne volon (...)
  • 44 Discipline XI, l, p. 262 : « Le baptême administré par celui qui n’a vocation aucune est du tout nu (...)

30Daillé récuse d’ailleurs tout argument catholique romain, selon lequel le baptême pourrait être donné par n’importe qui. En doctrine réformée, en effet, un enfant qui meurt sans baptême n’est pas perdu, à l’encontre de ce que croient les catholiques, car « la privation du sacrement n’est préjudiciable qu’à ceux que le mépris et l’infidélité en privent » ; l’appartenance à une famille chrétienne préjuge de la bonté de Dieu à l’égard de l’enfant43. Il importe donc que le baptême soit donné à la face de l’Église, accompagné de la prédication, puisqu’il scelle l’entrée dans l’alliance de Dieu et donc dans l’Église (au corps de laquelle il appartient déjà). C’est superstition que de vouloir s’attacher absolument à un geste humain, qui serait essentiel au salut. La célébration publique par celui qui a autorité dans l’Église marque que c’est un acte de cette Église et que Dieu seul ratifie la promesse qu’il nous donne par sa parole44.

  • 45 Sermons sur le Catéchisme, III, p. 646.
  • 46 Drelincourt les appelle « l’Eglise représentative, les députés du peuple » : « Les Eglises en corps (...)
  • 47 Synode de Saint Maixent (1609) in Aymon, op. cit., I, deuxiême partie, p. 387. Cette précision fut (...)

31Quant à la cène, « nos adversaires, dit Daillé45, accordent que l’eucharistie [...] ne se peut jamais sous quelque prétexte que ce soit faire ni administrer que par les serviteurs de Dieu qui sont en charge. » C’était d’ailleurs tellement évident que la Discipline n’éprouve pas le besoin de parler du Ministre de la cène. Le seul point qu’elle touche est de savoir si les anciens du Consistoire (qu’on considérait comme des « laïcs »46) peuvent distribuer la cène : ils le peuvent dans les Églises nombreuses où les Pasteurs n’y suffisent pas, mais doivent la donner en silence et les Pasteurs « parler seuls dans toute la distribution des signes sacrés, afin qu’il paraisse clairement que l’administration de ce sacrement appartient à la seule autorité du Ministre »47.

  • 48 Panstratiae Catholicae, t. IV, 1. 1, ch. 13, 3, p. 28.

32Ainsi, en référence à la proclamation de la parole, revenait-il au seul Pasteur de donner les sacrements ; c’était à la fois un souci d’ordre, mais surtout un souci de fidélité à l’institution du Christ. N’est-ce pas ce que disait le pasteur Chamier : « Le Ministre légitime et ordinaire des sacrements n’est pas n’importe qui, pas même un simple chrétien : mais parmi les chrétiens, ce ne peut être que celui qui a été légitimement appelé au Ministère, et qui en a publiquement reçu la charge »48. Bellarmin, dit-il, a vu son accord avec Calvin sur ce point :

Il n’est personne de raisonnable qui tienne tous les chrétiens égaux dans l’administration de la parole et des sacrements : non seulement parce que tout doit se faire dans l’Eglise décemment et avec ordre, mais aussi parce que suivant le commandement même du Christ, les Ministres sont ordonnés pour cela. (ibid.)

  • 49 « En ce qui concerne les sacrements, nous les tenons [les paroles consécratoires et en même temps p (...)
  • 50 T. IV, 1. 4, ch. 25, 17, p. 220.

33Mais l’autorité du Ministre s’arrête à les bien administrer, c’est-à-dire à énoncer droitement les paroles de son institution, car elles sont essentielles49. Il agit donc comme « héraut » du sacrement, plus que comme instrument humain, et c’est bien pourquoi n’est pas requise l’intention du Ministre. Car le sacrement ne passe pas par l’homme qui le fait ; seule compte son autorité à « proclamer le sacrement » ; le sacrement lui-même est un mystère qui lui reste extérieur. C’est ce qu’exprime Chamier lorsqu’il répond aux catholiques qui lui disaient que l’Ordre doit être un sacrement puisqu’il donne le pouvoir de faire les sacrements : « Par le prêtre (sacerdotem : Chamier reprend ici le terme de ses adversaires) les sacrements sont sacrements, et cependant le prêtre lui-même n’est pas sacrement. Car les sacrements sont formellement sacrements par leur définition même, et non par l’ordination »50.

34À côté des sacrements, restait le pouvoir des clés,

  • 51 Du Moulin, Traitté de la Vocation des pasteurs, p. 65-67.

qui s’exerce non seulement par la prédication annoncée en général à tout le troupeau, laquelle propose la rémission des péchés aux croyants et repentants, et le jugement de Dieu aux impénitents et aux incrédules, mais aussi par la discipline ecclésiastique par laquelle le pécheur est admis et réconcilié avec l’Église et l’impénitent rejeté de la communion des fidèles. De laquelle réception ou réjection, Jésus-Christ déclare qu’elle sera ratifiée au ciel ; car de pardonner en juge [allusion aux prêtres catholiques] les péchés contre Dieu, nous n’estimons pas que l’homme puisse le faire : c’est à la partie offensée de pardonner absolument [...] C’est à celui de pardonner qui connaît avec certitude la repentance intérieure du pécheur [...] Ainsi disons-nous que les Pasteurs pardonnent les péchés, pour ce que Dieu se sert de leur Ministère pour pardonner51.

  • 52 Discipline, V, 15-17, p. 232-235.
  • 53 Bouclier de la foy, II, p. 26 : « C’est la puissance des clés que Dieu a mise ès mains de ses servi (...)
  • 54 J. Ainslie, The Doctrines of Ministerial Order in the Reformed Churches of the 16 th Centuries, Edi (...)
  • 55 L’expression est de du Moulin, dans la citation supra n. 53.

35En fait, ce qui touchait à la suspension de la cène et à l’excommunication, n’était pas l’affaire du seul Pasteur, mais du Consistoire (qui, pour l’excommunication, était invité à s’appuyer sur le Colloque)52 ; mais c’était au Pasteur, outre son rôle dans le Consistoire, qu’il revenait de prononcer la sentence d’excommunication, comme c’était lui qui donnait l’absolution. Du Moulin ajoute dans le Bouclier de la foy : « Nous avons des confessions privées des fautes non publiques, lesquelles se font ou au pasteur seul, lorsque le pécheur lui vient à part décharger sa conscience et chercher consolation et assurance de ses péchés, ou au Consistoire...»53. On peut seulement se demander si une telle confession, conforme d’ailleurs à la pensée réformée, n’était pas alléguée pour désarmer l’adversaire plutôt qu’elle ne faisait allusion à une pratique courante54. De toute façon, il revenait au Pasteur, de par la Parole même qu’il annonçait, d’être « Ministre et héraut de paix et de réconciliation »55.

  • 56 Ainslie, op. cit., p. 85.
  • 57 « C’est son Ambassadeur et son Ministre qu’il a oint de son onction et consacré en sa charge » (Ber (...)

36Il lui revenait aussi de bénir les mariages, à la fois comme témoin et comme Ministre de la parole de Dieu. On ne saurait enfin oublier qu’il pouvait ordonner d’autres Ministres, pouvoir qu’il exerçait collégialement avec les autres Pasteurs : « On ne peut être que très impressionné du fait que même s’il [le Ministère] ne doit pas être regardé comme un sacerdoce, il faut le regarder comme un office très spirituel »56. La légitimité du Ministère et sa reconnaissance par l’Église (non seulement l’Église locale, mais l’Église en corps) assure la légalité de l’office. Mais surtout, parce que le Pasteur est appelé d’en haut et qu’il est messager de Dieu, qui l’a « consacré en sa charge »57, il est dûment commissionné pour prêcher la Parole et avoir dans son activité l’efficacité même de celle-ci.

37C’est pourquoi on insiste sur la bonne vie du Pasteur :

  • 58 Allix, op. cit., p. 7.

Si les Ministres sont nommés la lumière du monde, ne pensez pas que ce soit simplement à l’égard de la doctrine ; c’est en faisant luire devant les hommes la lumière de notre sainteté que nous glorifions notre Père qui est aux cieux. Les Pasteurs sont les chefs de l’armée de Dieu58.

Et du Moulin dira à Jean Mestrezat :

Tout ainsi que la foi sans les œuvres est morte, aussi la prédication de la foi sans les œuvres est sans efficace ; et le peuple dit : « Cet homme ne croit pas ce qu’il dit, puisqu’il fait le contraire » (p. 118).

38En même temps, lui est nécessaire une « sainte sollicitude pour soulager les faibles, aiguillonner les lâches [...] visiter les malades et les pauvres affligés et porter la main partout où son assistance est requise » (p. 120).

39En revanche, il faut du côté des fidèles non seulement révérence mais amour pour leur Pasteur, car tel l’enfant qui tète avidement, rend plus abondant le lait de sa nourrice, ainsi demandant toujours plus la parole à leur Pasteur, la leur donnera-t-il avec plus d’abondance (p. 121).

40Ce sont ces qualités que demandait l’ordinateur à Dieu, dans la prière qui précédait l’imposition des mains. Nous donnons ici celle de du Moulin, qui a l’accent et le souffle d’une préface romaine d’ordination :

  • 59 Première décade, p. 123-124. Les autres sermons comportent aussi des « préfaces » d’ordination qui (...)

Seigneur Dieu et Père de miséricorde, qui as établi en ton Église le sacré Ministère de ta parole pour informer les hommes de ta sainte et bonne volonté, et les mener au chemin de salut, puisqu’il te plaît appeler aujourd’hui ce tien serviteur, humilié devant ta face, à cette sainte vocation, nous te supplions, ô Père de grâces, qu’il te plaise épandre abondamment sur lui les grâces de ton Esprit-Saint, et le remplir de ta vertu d’en haut. Éclaire son entendement de ta vraie connaissance, embrase son esprit du zèle de ta maison, remplis son cœur de ton amour. Touche ses lèvres et les sanctifie, lui donnant pureté en sa doctrine, sainteté en sa vie, prudence en sa conduite, efficace en sa prédication, afin qu’il puisse instruire ton peuple en vérité, le conduire en ta crainte, l’édifier par bon exemple et te glorifier par œuvre et par parole. Te rendant toujours la louange du succès de son labeur et de la bénédiction que tu épandras sur son Ministère. Et pour ce que la charge est grande et nos forces petites, et Satan et le monde, le fortifiant par ton Esprit, le défendant et conduisant par ta Providence et épandant partout la bonne odeur de son Ministère. Exauce, Seigneur, et entends de ton habitation céleste les prières de ton peuple, et lui rend fructueux le Ministère de ton serviteur, afin que sa parole fructifie entre nous, et plusieurs âmes soient amenées au troupeau de ton Fils Jésus-Christ, à la gloire de ton grand nom, et à l’édification de ton Église, et au salut des âmes : pour l’amour de Jésus-Christ ton Fils, qui en l’unité du Saint-Esprit vit et règne, avec toi, Dieu béni éternellement59.

41Reconnaissance de la vocation céleste de celui qui est présenté, imploration pour qu’il soit digne de la charge confiée et qu’il en attribue les succès à Dieu, prière au nom de toute l’Église : on se rend compte combien cette ordination est une cérémonie sacrée et quelle révérence est portée au Ministère. Lorsqu’on traite de controverses, on peut bien parler de « formalités », mais dans la « vie vécue » de l’Église, il s’agit de bien plus... On doit noter aussi que l’homme est appelé à prendre une charge : ce n’est pas lui-même qui est revêtu de la « dignité » de Ministre ; il est Ministre parce qu’il reçoit le Ministère. Remarquons d’autre part l’insistance très profonde sur la notion de service et sur l’incommensurable grandeur de la fonction : tout est de Dieu, et on attend tout de lui ; la seule valeur qu’aura « l’instrument », c’est par Dieu qu’il l’aura.

  • 60 « Que tu ratifies du ciel ce que nous faisons par ton ordre sur la terre, que tu scelles du sceau d (...)
  • 61 Cf. supra ch. 5, n. 17.
  • 62 Bouclier de la foy, II, p. 62.
  • 63 Salmeron : « Si sunt quaedam sacramenta instituta ad perficiendos singulares fideles : ergo esse de (...)

42L’imposition des mains apparaissait alors comme le « sceau »60 qui vient authentifier l’appel du Ministre et l’autorité qu’il aura désormais. Le mot, employé dans tous les sermons, est le même que celui par lequel on désigne les sacrements. Certes, l’ordination n’en est pas un pour les Réformés, quoiqu’ils participent de l’hésitation de Calvin sur ce point61. Le terme pourrait être employé, dit du Moulin, dans son sens large de signe sacré ou de « mysterium » ; mais « l’ordination n’est point un signe sacré de l’Alliance de Dieu en Jésus-Christ et n’est point commune à tout fidèle et son institution expresse ne se trouve point en l’histoire de l’Évangile »62. En voyant la grâce donnée par les sacrements comme grâce justifiante, on ne peut considérer que celle de l’ordination soit de cette sorte. On veut d’autre part maintenir l’égalité fondamentale des chrétiens devant Dieu. C’est le sens même de la réponse que fait Chamier à Salmeron. Celui-ci fondait la sacramentalité de l’Ordre sur le fait qu’il établit l’homme en un état particulier dans l’Église, comme le fait le mariage63.

Je réponds qu’on entend comme commune la perfection de chacun des fidèles ou de tous, et, si l’on veut, qu’elle est particulière selon les conditions de vie variées de chacun. En second lieu, je nie l’antécédente. Car il n’est point de sacrement qui n’ait été institué pour n’être pas commun à tous et qui ne signifie la perfection commune à tous, la rémission des péchés et l’incorporation au Christ. Cette perfection concerne aussi les Ministres ; donc les mêmes sacrements doivent leur suffire et d’autres ne sont point nécessaires.

43Et un peu plus loin, Chamier dira : « Ce n’est pas une « charis », mais un « charisma ». Car on ne nie pas – au contraire – que par l’ordination, Dieu ne puisse conférer la grâce ; ce que seulement on veut éviter, c’est de la lier au geste « mécanique » de l’ordinateur. L’imposition des mains est seulement le signe que Dieu départit sa grâce au nouveau Ministre. C’est ce qu’explique Daillé à propos de la deuxième Épître à Timothée :

  • 64 Sermons sur 2 Tim., p. 91.

La main du Ministre était le symbole de la main de Dieu, c’est-à-dire de l’efficace de sa puissance ; et ce que le Ministre imposait la main à la personne signifiait que Dieu étendrait la sienne pour lui communiquer en effet les grâces requises pour l’œuvre à quoi le Ministre la préparait et la consacrait64.

  • 65 Discipline 1, 11, p. 197. Cf. l’interrogatoire de Drelincourt fils : « Ne vous consacrez-vous pas à (...)

44Ainsi, comme les deux sacrements, l’imposition des mains vient-elle témoigner et authentifier pour le Ministre et son peuple la promesse que Dieu fait en sa parole. Elle signifie à la fois une consécration définitive de l’homme qui est maintenant engagé à vie65 dans le Ministère, et la reconnaissance qu’il occupe désormais dans l’Église une place spéciale dans la mesure où il a à conduire et à nourrir le peuple qui lui est confié au nom de Dieu. .

  • 66 Panstratiae Catholicae, t. IV, 1. 4, ch. 24, 24, p. 217.

45Tout ce que nous avons vu de la charge et des qualités du Ministre est un très beau rappel de la diakonia paulinienne : l’homme à qui est confié le service de la parole est toujours dépassé par celle-ci ; mais en même temps son autorité rejaillit sur celui qui la porte, et les Pasteurs n’hésitent pas à reprendre dans leurs sermons les expressions bibliques les plus fortes qui marquent la conjonction du Ministre et de Dieu qui se sert de lui. La notion même de Ministère permet de toujours maintenir l’équilibre, face à une exaltation qui serait trop forte ; mais en même temps il faut remarquer qu’on marque toujours une certaine extériorité de la charge par rapport à celui à qui elle est confiée ; cet aspect cependant est relativement peu souligné dans les sermons66.

46En tout cas, le Pasteur occupe une place prééminente dans l’Église ; il y possède un rôle indispensable et tout est fait pour rehausser son autorité et empêcher toute ingérence. En n’admettant pas que d’autres que les Pasteurs puissent imposer les mains, l’Église réformée de France ne faisait que traduire la conscience qu’elle avait de l’origine divine du Ministère. L’ordination signifie à la fois ce « sceau » mis au nom de Dieu, en même temps que la consécration de l’élu et la reconnaissance par l’Église de l’autorité que le pasteur reçoit en elle. C’est la seule façon d’expliquer pourquoi un du Moulin tient tant à une succession dans la charge, comme à démontrer que le Ministre ordinateur est le successeur des évêques et des prêtres :

  • 67 Il est peu marqué dans la manière dont on présente le Ministère, mais il reste très présent en ce q (...)

Personne qui introduit un autre homme dans un ordre sacré ne confère un pouvoir dont il manquerait lui-même. Que cela ait été observé dans les règlements (politia) de l’Église [ancienne], nous ne pouvons ni ne voulons le nier, et nous pensons qu’il importe aux chrétiens que ce point ne soit pas négligé67.

  • 68 Bedé de La Gormandière, Les Droicts de l’Eglise..., p. 292.

47Il est certain que toutes ces analyses n’épuisent pas la réalité du Ministère réformé tel qu’il a été vécu, car c’est à l’intérieur du système synodal qu’il se réalisait. Nous avons fait allusion au rôle du Consistoire, mais il faut voir la place qu’il tenait dans la vie de l’Église, de même que les Colloques, Synodes provinciaux et nationaux, où l’on retrouve toujours cette dualité « pasteurs-laïcs » dans la conduite de l’Église. Cette organisation manifeste d’ailleurs un point essentiel de la foi réformée : l’égalité totale des Ministres entre eux. « Ce sont tous compagnons de service commandé de ce vicaire perpétuel qui les envoie en cet évêché unique duquel chaque pasteur possède solidairement sa portion »68.

48Il faut remarquer que cette vie intérieure de l’Église réformée n’est pas mentionnée, ou à peine, dans la controverse ; car les catholiques, qui ne voient que le problème de la validité du Ministère, n’attachent pas d’importance à l’organisation synodale, sinon pour en dénoncer les travers ou pour ridiculiser ce qui sort de leurs cadres de pensée (de l’autre côté, on le leur rendait bien !). Mais ainsi un aspect original de la Réforme leur échappait totalement.

49Il reste que le corps pastoral formait la structure de l’Église et lui donnait forme : leur compétence, leur autorité les mettaient en avant. Mais à voir la rigueur avec laquelle on maintenait l’ordre des Pasteurs, on peut se demander comment on pouvait justifier que la Parole demande à être proclamée et les sacrements administrés avec autorité, et en même temps admettre que certains aient pu prendre la charge à l’origine, sans les formalités. Nous retrouvons là le problème de la « vocation extraordinaire » ; la question était trop importante pour que, traitant du Ministère, en la quarante-cinquième section du Catéchisme, Daillé n’y répondît pas :

  • 69 Sermons sur le Catéchisme, p. 314-319. On peut apporter en écho ce que disait une convertie à la Ré (...)

Nos adversaires disent que nous n’avons pas vocation ; ils auraient raison si nous avions établi des charges que Jésus-Christ, ni ses Apôtres n’eussent point ordonnées, si nous présumons de faire ce qu’il n’aurait point commandé, comme ceux qui se nomment sacrificateurs et se vantent de sacrifier [...]
Or, si la charge n’a pas bien et dûment été appliquée à nos personnes [...] c’est une autre question, et où vous n’avez nul intérêt. [...] Pour vous, il vous suffit que la doctrine que vous entendez de nos bouches soit pure et vraiment chrétienne [...]
C’est à vos Pasteurs à justifier leur vocation, et certes il leur est aisé de le faire : car qu’y peut-on trouver à redire ? [et d’énumérer toutes les parties de l’entrée en charge.] On nous reproche pour tout que l’imposition des mains a manqué à quelqu’un de nos Ancêtres. Mais premièrement, supposé et non accordé, qu’il y ait eu du manquement en l’ordination de quelqu’un d’entre eux, pourquoi me le tourne-ton à crime ? Si cette rigueur a lieu, il ne se trouvera aucun Prélat en l’Église romaine qui se puisse assurer d’avoir vocation [...] Ensuite je nie que l’ordre ait manqué à nos prédécesseurs. Qui ne sait que c’était pour la plupart des Prêtres ou Évêques, c’est-à-dire des personnes ayant charge même dans la communion romaine. Que s’il s’en est trouvé quelqu’un d’entre eux à qui ce caractère manquât, le défaut a été réparé par la confirmation des autres qui lui ont donné la main d’association, et l’ont reconnu comme frère, comme nous savons que souvent les nullités de l’ordination d’un prélat ont été couvertes dans l’Église ancienne par l’approbation et le consentement des autres Prélats.
Enfin, il faut encore considérer que la consécration par la main d’un autre Pasteur est à la vérité nécessaire, dans les lieux et temps où l’on peut l’avoir, mais où cela ne se peut, la vocation ne laisse pas d’être légitime sans cela, pourvu que les autres parties s’y trouvent, c’est-à-dire le désir et l’approbation du peuple, la capacité et le consentement de celui qui est appelé, comme par exemple si un navire échoué à la côte de quelque terre barbare, y avait porté un grand nombre de chrétiens qui n’eussent ni Pasteur ni moyens d’en faire venir d’ailleurs. Qui doute qu’en ce cas, s’il se trouvait quelqu’un au milieu d’eux qui eût les dons et l’affection, il ne pût en bonne conscience exercer la charge, y étant convié par le désir et le consentement commun de tout le troupeau ? La nécessité excuse le défaut des formalités, et où elle paraît, il faut tenir pour certain que c’est Dieu qui nous appelle.
Or la chrétienté était réduite en une pareille nécessité, du temps de nos Pères [...] Ainsi il paraît, mes Frères, que toute cette contestation de la vocation de vos Pasteurs n’est qu’une vaine et déraisonnable chicanerie. Ecoutez-les donc avec respect et obéissance ; car il faut soigneusement éviter l’excès de ceux de Rome qui tiennent les Prélats pour les maîtres de leur foi [...] et leur attribuent une autorité divine ; mais aussi se faut-il donner garde de l’orgueil de ceux qui dédaignent fièrement leur Pasteur, sans respecter en aucune façon le caractère de leur charge. Regardez-les comme les Ministres du Christ et les Dispensateurs de ses secrets et adorant leur Seigneur et le vôtre et fondant toute votre foi et religion sur sa parole, honorant ceux qui vous la portent en son Nom et travaillent pour le salut de vos âmes69.

  • 70 P. Allix, op. cit., p. 10.

50Si nous avons donné cette longue citation, c’est que nous y retrouvons toutes les positions réformées que nous avons rencontrées tout au cours de notre travail. Cela nous invite à ne pas majorer ce que disent les ordinateurs. Ils sont pourtant bien persuadés que l’imposition des mains est le sceau de toute vocation. Mais on doit admettre aussi le caractère « prophétique » de ceux que Dieu a suscités extraordinairement : la pureté de leur parole et l’accueil qu’elle a reçu suffisent à la validation de leur vocation. Le même du Moulin dont nous avons entendu le Sermon d’ordination soutient en même temps dans son Traitté de la vocation des Pasteurs « que même depuis les Apôtres, il ne peut y avoir une vocation extraordinaire » (1er Livre, 9e chapitre). On doit donc admettre que toutes les « formalités », voire la plus sacrée, n’appartiennent qu’à la « police de l’Église ». Nous retrouvons là l’ambiguïté de la Réforme : suffit-il que la parole de Dieu dûment appliquée crée les formes d’Églises prévues par cette Parole, et donc le Ministère ; ou faut-il que celui-ci se rattache à une structure voulue par le Christ, qui, se continuant dans le temps et l’espace, authentifie ceux à qui Dieu fait « l’honneur d’être la bouche de Dieu envers les hommes et la bouche des hommes envers Dieu »?70

Notes

1 Fr. Méjan, Discipline de l’Eglise réformée de France, annotée et précédée d’une introduction historique, Paris, 1947. Cet ouvrage donne le texte de l’ancienne Discipline, ainsi qu’une analyse de celle-ci (p. 1-29). Les pages indiquées à la suite des références à la Discipline sont celles de cette édition.

2 Ibid., p. 1.

3 Calvin, Institution chrétienne, IV, 12, 1, p. 238.

4 Cf. par ex. Daillé, Les deux derniers Sermons de M. Daillé, prononcez à Charenton le jour de Pdques, 6 avril 1670 et le jeudi suivant, Charenton, 1670, p. 14-15 (sur vocation extraordinaire et miracles) ; Exposition de l’Epistre deuxième de saint Paul à Timothée en 3.5 sermons prononcés à Charenton, 1er volume, Genève, 1659. J. Claude, Recueil de Sermons sur divers textes de l’Ecriture Sainte, Genève, 1693, p. 140-148. 226-228 (sur les « serviteurs » de la parabole des Noces). De Mejanes, La Sacrificature royale ou le Sermon sur le VIe du Chapitre 1er de l’Apoc. de saint Jean, prononcé au Synode National, tenu à Loudun le Dimanche 24 novembre 1659, Charenton, 1659, p. 23-24 (sacrificateurs et Ministres).

5 J. Daillé, Sermons sur le Catéchisme des Eglises réformés, Genève, 1701, 3 vol. Il est impossible de dire de quand datent ces sermons. Ils furent remis à l’éditeur par la fille de J. Daillé. Celui-ci fut Pasteur de Charenton entre 1630 et 1670 : bon orateur et fort érudit, il contribua au renom de l’Église de Paris.

6 Discipline, I, 12 : « Ne prêcheront sans avoir pour sujet de tout un texte de l’Ecriture Sainte, qu’ils suivront ordinairement : et du texte, ils en prendront et exposeront le plus qu’ils pourront, s’abstenant de toutes amplifications non nécessaires, de digressions longues et sans occasions, d’un amas de passages de l’Ecriture hors le besoin, et d’un récit vain de diverses expositions » (p. 197-198).

7 Discipline, p. 194.

8 P. Du Moulin, Première décade de Sermons, Genève, 1653 (4e sermon : p. 97-125) ; Cinquième décade de Sermons, Genève, 1659 (8e sermon : p. 159-188) ; Sixième décade de Sermons, Genève, 1655 (8e sermon : p. 155-183) ; Dixième décade de Sermons, Genève, 1654 (4e sermon : p. 67-86). Ch. Drelincourt, Le Saint Ministère de l’Evangile représenté en deux sermons, avec tout ce qui s’est passé en l’imposition des mains donnée au Sr. Drelincourt, Pasteur de l’Eglise Réformée de La Rochelle, par le sieur Drelincourt son Père, Pasteur de l’Eglise Réformée de Paris, Paris, 1651 ; Le Pasteur fidèle, Paris, 1659. R. Gaches, Seize Sermons sur divers textes de l’Ecriture Sainte, Genève, 1660 (14e sermon). R. Bertheau, Sermon sur les deux premiers vers. du chap. 4 de la deuxième Epistre de saint Paul à Timothée, Charenton, 1676 ; Sermon sur le verset 28 du chapitre 20 du livre des Actes des Apôtres, Grenoble, 1673. P. Allix, Les Devoirs du Saint Ministère ou Sermon sur les paroles de saint Paul à Tite au chapitre II, v. 7 et 8, Charenton, 1676. J. de Labbadie, L’idée d’un bon Pasteur et d’une bonne Eglise, Amsterdam, 1667 (parle surtout des qualités du Pasteur, très moralisant). P. Jurieu, Sermon sur ces paroles de l’Evangile de N.S.J.C. selon Saint Matthieu chapitre 4, v. 19, Orléans, 1671 (c’est long, pesant et très moralisateur).

9 C’est le mot même qu’utilisent les Pasteurs. La Discipline parle seulement de l’imposition des mains.

10 Discipline II, 4 : « Afin qu’il y ait nombre de Pasteurs, et que les Eglises puissent être toujours pourvues de personnages capables pour les conduire, et leur annoncer la Parole de Dieu : les Eglises sont averties de choisir des écoliers déjà avancés aux bonnes lettres et de bonne espérance, pour les entretenir aux universités [...] préférant les enfants de Ministres pauvres, propres aux lettres, dont les Colloques connaîtront. Les rois, princes et seigneurs seront suppliés et exhortés d’avoir ce soin et y employer quelques portions de leurs revenus : comme aussi les Eglises opulentes... », p. 217.

11 Discipline I, 4. Dans les cas de crise, les trois Pasteurs requis délibéraient avec le Consistoire. On trouve un résumé de l’entrée en charge dans Du Moulin, Traitté de la vocation des Pasteurs, p. 127-129. Cf. aussi de Felice, Les Protestants d’autrefois, t. II : Les Pasteurs, Paris, 1898, p. 1-24.

12 P. Lestringant, « Le Ministère des Pasteurs et son insertion dans la vie des Eglises locales » Revue d’Histoire et de Philosophie Religieuse, 1956, n° 3, p. 186-201.

13 Exposition de l’Epistre deuxième à Timothée.

14 Cf. supra, ch. 5, n. 26.

15 Voici ce qu’écrit Quick, auteur anglais d’une vie de Chamier : « Ayant donc obtenu l’approbation unanime de ces Pasteurs, Daniel Chamier fut solennellement autorisé par les vénérables Pasteurs de Montpellier, avec prières et imposition de mains, à remplir les fonctions de Ministre évangélique, à prêcher la parole de Dieu, à administrer les sceaux de l’Alliance, à régler la discipline de la maison de Dieu. Bien que cette cérémonie religieuse soit négligée par quelques Indépendants anglais, elle est encore strictement observée dans toutes les ordinations des Eglises réformées du Continent. Et si quelqu’un de ces prédicateurs congrégationalistes n’ayant pas reçu cette licence divine et évangélique, se permettait d’enseigner la parole et d’administrer les sacrements, les Eglises du Continent le frapperaient d’une assignation, et le feraient condamner comme usurpateur téméraire et illégitime des fonctions pastorales » (J. Quick, The life of Mr. Dan. Chamier, in Daniel Chamier’s Icon, traduit par Charles Read, Daniel Chamier, Paris, 1859, p. 93-95).

16 « Les causes d’opposition sont jugées par le Consistoire : si elles sont trouvées justes, la réception est empêchée ; s’il y a de la difficulté, ou si le peuple ne s’accorde point, l’affaire est renvoyée au prochain Synode de la province, qui en juge définitivement. Que si au Synode, l’opposition est trouvée sans fondement, et les accusations fausses ou vaines, si est-ce que ce personnage ne pourra être donné pour Pasteur à une Eglise contre la volonté de l’Eglise, ni lui être aussi donné à un troupeau contre sa volonté : on le pourrait donc d’une autre Eglise Il (Du Moulin, Traitté..., p. 128). Cf. de Felice, op. cit., : « En plus on consultait les chefs de famille. Généralement restait qui voulait. Pourtant dans certaines provinces, on s’en tenait aux principaux et plus qualifiés, en excluant ‘à cause de plusieurs inconvénients qui en sont arrivés’, les ‘mécaniques, artisans et populaires’ » (p. 11).

17 En référence à Gal. 2. 9 ; c’est l’équivalent du baiser de paix.

18 Il s’agit du quatrième sermon de la Première décade. Les pages indiquées après les citations renvoient toujours à celui-ci.

19 « C’est Dieu lui-même qui pousse ses ouvriers en sa moisson, qui suscite des Pasteurs à ses troupeaux et qui scelle leur commission du sceau de son Esprit [...] Il faut donc que le Pasteur se sente appelé d’une vocation céleste et qu’il puisse dire à Dieu avec le Prophète Jérémie ‘Tu m’as attiré et a été plus fort que moi’. Et il saura que c’est Dieu qui l’appelle, s’il sent son cœur brûlant du zèle de la gloire de Dieu [...] Mais de peur qu’il ne s’abuse ou ne se flatte en une affaire si importante, le plus sûr est de juger de la vocation intérieure par l’extérieur et de la volonté de Dieu par l’ordre qu’il a établi entre les hommes [...] Lorsque toutes ces conditions-là se rencontrent, le Pasteur doit reconnaitre la main de Dieu qui scelle sa commission et l’appelle à paître son troupeau » (Ch. Drelincourt, Le Saint Ministère, p. 92-94). Drelincourt était Pasteur à Charenton : c’était un homme très spirituel. Il eut deux fils Pasteurs. Il se plaint des « vocations intéressées » : « Nous avons ici à reprendre les pères, les mères et les tuteurs et généralement tous les supérieurs qui géhennent les inclinations des jeunes gens et qui les contraignent malgré qu’ils en aient à embrasser la charge du saint Ministère [...] Car la plupart de ceux qui reçoivent cette charge avec regret la trouvent insupportable » (ibid., p. 104-105). Du Moulin se plaindra en revanche : « les enfants de bonne maison se portent plutôt à tout autre profession » (Première décade, p. 109).

20 « Ne perdez pas courage [...] car vous êtes assuré que votre vocation vient de Dieu ; c’est Dieu qui vous appelle, ce n’est pas le monde [...] et c’est cette persuasion inébranlable que vous devez avoir d’être appelé de la part de Dieu qui vous doit animer » (R. Gaches, op. cit., p. 706). Gaches qui fut Pasteur à Charenton était un orateur distingué (Cf. E.G. Léonard, Histoire générale du Protestantisme, II, p. 348).

21 Drelincourt fils, méditant sur 2 Co. 4, 7, disait : à l’imitation du Christ qui a voilé sa splendeur et « a paru au Monde sous la vile forme de Serviteur », « il en est de même des Ministres que ce Prince de Salut, en montant au ciel, laisse sur la terre pour annoncer les merveilles de son amour [...] Car il a choisi des hommes d’une condition basse et de nulle estime dans le monde [...] pour être les Ambassadeurs de ses bontés, et les Administrateurs de ses richesses » (Le Saint Ministère, p. 2-3).

22 Le Pasteur fidèle, p. 80.

23 A. Ganoczy a souligné la place de l’angélologie dans la pensée de Calvin, qui voit dans les anges le type même des Ministres : « ils sont comme ses [de Dieu] mains, lesquelles ne se meuvent point à rien faire que par son vouloir et sa disposition » (Inst. Chr. 1, 14, 12). Ils préfigurent l’Ange par excellence qui a voulu être ‘Ministre’ et Messager de réconciliation entre la divinité et l’humanité ; et c’est dans cette fonction que le nom d’ange peut aussi être appliqué aux Ministres (Calvin, Théologien de l’Eglise et du Ministère, p. 142-148 et p. 226).

24 Sixième décade, p. 164-165.

25 Les devoirs du Ministère, p. 2-3. AlIix (1641-1717), Pasteur à Charenton, fut un controversiste réputé et fort savant. Après la Révocation, exilé à Londres, il y fonda une Église française de rite anglican.

26 Seize Sermons, p. 702-703. La date est celle où fut prononcé le sermon.

27 Sermon, sur 2 Ti. 4, 1-2, p. 20. Bertheau fut Pasteur à Montpellier. Il dut s’exiler en Grande-Bretagne. Il eut un fils Pasteur à Charenton.

28 Sixième décade, p. 164.

29 Cinquième décade, p. 174-175.

30 Sixième décade, p. 165. On retrouve ces conseils dans « l’Epitre adressée à ses enfants [il eut trois fils Pasteurs] au sortir d’une grande maladie de laquelle il croyait mourir ». Celle-ci se trouve dans le Récit des dernières heures de Monsieur du Moulin décédé à Sedan, ce 10 mars 1658, Genève, 1666, p. 58. Il a dans cette même épître ce très beau passage : « Vous savez que le mépris et la pauvreté et la haine des Adversaires sont attachés à cette vocation. Vous digérerez aisément cette amertume par la considération de l’honneur que Dieu vous fait de vous employer à une œuvre si sainte et si salutaire, à laquelle rien n’est comparable en la terre et que le Fils de Dieu même a exercé. Si vous n’êtes soutenus de cette sainte gloire, votre vie vous sera déplaisante et serez les plus misérables d’entre les hommes » (p. 57).

31 Bertheau dira : « Un Pasteur sans la Parole de Dieu est un pilote sans étoile, sans boussole et sans gouvernail » (op. cit., p. 41).

32 On songe à la parole de M. Olier qu’aimait à citer l’abbé Huvelin : « Il faut après avoir fait œuvre de prêtre à l’autel ou dans l’administration des sacrements, que le prêtre se refonde en quelque sorte dans le corps des laïques » (cité dans Yves Congar, Sacerdoce et laïcat, Paris, 1962, p. 113). P. De Besse dans sa Royale Prestrise, invite aussi les prêtres à se « prêcher à. eux-mêmes », p. 184.

33 E.G. Léonard, op. cit., p. 321 : (du Moulin) « Le plus ancien de ces prédicateurs est aussi pour le lecteur d’aujourd’hui le plus « moderne », ce grand intellectuel étant dans ses sermons beaucoup moins intellectualiste que ses successeurs ».

34 D. Chamier, Panstratiae Catholicae sive controversiarum de religione adversus pontificos tomis IV distributum, 4 vol., Genève, 1626 (cf. supra p. 60-61) : « Sacramenta non esse essentiam religionis sed appendices tantum » (t. IV, 1. 1 , ch. 10, 5, p. 19).

35 E. G. Léonard, op. cit., ibid. et p. 347-350. Il semble qu’on succombait à la tentation de « rendre les gens plus savants, mais de ne pas les rendre meilleurs » suivant l’expression de du Moulin (Récit des dernières heures..., p. 60).

36 Discipline, I, 13, p. 199.

37 Discipline, VII, 3, p, 245.

38 Maresii (Samuel Desmarets), Dissertatio theologica de Usu et honore sacri ministerii in ecclestis reformatis : opposita nupero Anonymi cujusdam eruditi periculoso libello qui inscribitur Ad legem et testimonium sive Erotematica propositio et deductio..., Groningue, 1646.

39 Catéchisme de Calvin, in Recueil des principaux Catéchismes de l’Eglise réformée, Genève, 1673 (le Catéchisme date de 1545), quarante-cinquième dimanche.

40 Ibid.

41 Le Catholique orthodoxe, p. 899. « Les Sacrements ont été institués de Dieu, pour nous présenter en leur droit usage, ratifier et confirmer, comme signes, gages et sceaux, les promesses gracieuses envers nous, par la communion que nous avons avec le Christ : laquelle communion est faite par la vertu seule du Saint-Esprit opérant au-dedans avec toutes les grâces qui en découlent, combien que tels effets soient quelquefois par figure, attribués au sacrement » (op. cit., p. 883).

42 Sermons sur le Catéchisme, III, p. 645-646.

43 La foi des parents « n’est pas cause efficiente principale mais elle est un signe de la bonne volonté de Dieu envers eux [les enfants] qui les a fait naître de tels parents » (Rivet, op. cit., p. 915-916). Cf. Inst. Chr., IV, 15, 22, p. 337.

44 Discipline XI, l, p. 262 : « Le baptême administré par celui qui n’a vocation aucune est du tout nul ». « Sur la question si le baptême des enfants conféré par un proposant qui n’a point légitime vocation est valable. La Compagnie juge qu’il faut soigneusement ôter le scandale que le peuple en pourra recevoir mais qu’un tel baptême étant de nulle valeur, l’enfant doit être introduit dans l’Eglise de Dieu par le vrai baptême, selon la. décision du Synode de Poitiers » (Synode de Gap (1603), Matières générales XII, Aymon, Tous les synodes..., I, deuxième partie, p. 274). À La Rochelle (1607) on réitère cette demande (op. cit., p. 307).

45 Sermons sur le Catéchisme, III, p. 646.

46 Drelincourt les appelle « l’Eglise représentative, les députés du peuple » : « Les Eglises en corps et tous les fidèles qui les composent ont droit de donner leur avis sur toutes les affaires publiques », mais comme ça fait beaucoup de monde, on choisit « en chaque troupeau ceux que l’on croit les plus sages et les plus prudents et de la meilleure volonté » (Le saint Ministère, p. 65-67). M. Larroque, dans sa Conformité de la discipline ecclésiastique des Protestans de France avec celle des Anciens Chrétiens, Quevilly, 1678, dira : « Anciens et Diacres sont parmi nous des personnes laïques, et distinguées des Ministres, ou pour parler comme les Pères, du Clergé [...] Pour ce qui est des Anciens Laïques comme sont les nôtres, je n’en trouve pas l’institution dans l’Ecriture, comme j’y trouve celle des Diacres, car par les Anciens des Eglises chrétiennes dont il est parlé en divers endroits du Nouveau Testament, je suis persuadé qu’il faut entendre les Pasteurs mêmes, qui étaient appelés indifféremment Anciens ou Prêtres et Evêques. Mais [...] je ne doute nullement que l’origine de nos Anciens ne soit très ancienne et qu’elle n’approche de bien près le siècle des Apôtres, s’ils n’en sont plutôt eux-mêmes les auteurs ». Il suppose un parallèle avec le presbytère synagogal et renvoie à l’Ambrosiaster sur 1 Tim., 5, 1-2, à saint Augustin : Contra Cresconium, 3 et titre de sa lettre 133) (p. 102-103).

47 Synode de Saint Maixent (1609) in Aymon, op. cit., I, deuxiême partie, p. 387. Cette précision fut amenée à la suite d’une contention élevée par J. Royer dans son livre De Ministro Eucharistiae scholastica, theologica et orthodoxa tractatio qua Distributionem Calicis in S. Coena a solis Pastoribus necessarium fieri debere, demonstratur ex Scriptura Sacra, ex scrtptis Doctorum Orthodoxorum Veterum et Recentiorum, ex ratione exornata, et quatuor libris comprehensa a I. Rotario, s.1., 1608. Il est intéressant de noter ce qui pour l’auteur apparaît hors de conteste : « Nec etiam controversum est, an seniores possint consecrare elementa S. Coenae : cum hoc a nemine asseratur : neque enim ipsorum est, verbum Dei annunciare, sed Pastorum tantum, secundum ordinem a Christo institutum » (p. 3).

48 Panstratiae Catholicae, t. IV, 1. 1, ch. 13, 3, p. 28.

49 « En ce qui concerne les sacrements, nous les tenons [les paroles consécratoires et en même temps proclamatoires] pour si essentielles que sans elles il n’y a rien » (op. cit., ibid., p. 34). Sur le réalisme sacramentaire de la doctrine réformée, cf. J. de Saussure. « La notion réformée des Sacrements », in Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1935, 84e année, 6e série, n° 8.

50 T. IV, 1. 4, ch. 25, 17, p. 220.

51 Du Moulin, Traitté de la Vocation des pasteurs, p. 65-67.

52 Discipline, V, 15-17, p. 232-235.

53 Bouclier de la foy, II, p. 26 : « C’est la puissance des clés que Dieu a mise ès mains de ses serviteurs, lesquels prononcent ce pardon, non comme Juges, mais comme Ministres et héraults de paix et de réconciliation, déclarant au pécheur repentant que ses péchés lui sont remis en l’autorité que Dieu donne aux annonciateurs de sa parole [...] Comme donc l’Ecriture dit que les Pasteurs sauvent les âmes (I Cor. 9, 22 ; 1 Tim. 4, 16) pour ce que Dieu se sert de leur Ministère pour les pardonner, donnant efficace à leur parole prononcée, ou à tous en public, ou à part au pécheur confessant ses péchés, et par là imprimant au cœur des pécheurs une assurance de leur absolution ou aggravant par là la condamnation de ceux qui méprisent le pardon qu’ils proposent ; ce mépris étant contre Dieu même, lequel au même lieu où il donne puissance de pardonner, dit : ‘Comme mon Père m’a envoyé, aussi je vous envoie’ » (p. 26-28) (cf. supra ch. 8. n. 31). Cf. ce que répondait A. Rivet à la question : « la pénitence est-elle un sacrement ? »« Nous oïons bien une promesse, mais nous ne voyons point de signe ou élément. Quant au reste, nous savons qu’au Ministère de la parole, hors l’usage des sacrements, se pratique ce qui est commandé par Jésus-Christ à ses Apôtres. Pour ce qu’en l’administration d’icelle, non seulement les Pasteurs proposent les promesses générales, mais aussi elles sont accommodées à un chacun fidèle déplaisant de sa vie passée, tellement que déclaration lui est faite de la rémission de ses péchés en Jésus-Christ » (Le Catholique Orthodoxe, p. 952). Et un peu plus loin : « Que si quelques particuliers se sentent avoir besoin d’une particulière application et consolation, ils peuvent confesser leurs péchés privément à leur Pasteur, tant pour leur instruction que pour témoignage de leur contrition. Car nous ne rejetons pas cette voie, pourvu qu’on en ôte le scrupule et la nécessité. Le procès est déjà jugé devant Dieu, devant que le Prêtre (sic) prononce la sentence et devant que le fidèle ait confessé son péché » (p. 957).

54 J. Ainslie, The Doctrines of Ministerial Order in the Reformed Churches of the 16 th Centuries, Edimburgh, 1940 : Malgré l’autorité de Calvin et les précautions, l’audition des confessions ne devint pas un des devoirs des Ministres réformés, et l’absolution un de leurs pouvoirs : « Les Réformés sentirent qu’ils devaient éviter même l’apparence d’une telle sorte de sacerdoce et le peuple eût pensé qu’il était ramené sous une nouvelle servitude » (p. 82).

55 L’expression est de du Moulin, dans la citation supra n. 53.

56 Ainslie, op. cit., p. 85.

57 « C’est son Ambassadeur et son Ministre qu’il a oint de son onction et consacré en sa charge » (Bertheau, Sermon sur 2 Tim., 4, 1-2, p. 52). « Sachez, dit Ch. Drelincourt à son fils, que vous n’avez point cette charge de la part des hommes, mais que c’est Dieu lui-même qui vous y appelle et qui vous y établit par notre Ministère » (Le Saint Ministère, p. 159).

58 Allix, op. cit., p. 7.

59 Première décade, p. 123-124. Les autres sermons comportent aussi des « préfaces » d’ordination qui sont la plupart très belles.

60 « Que tu ratifies du ciel ce que nous faisons par ton ordre sur la terre, que tu scelles du sceau de tes grâces la vocation de ton Ministre » (Gaches, op. cit., p. 715).

61 Cf. supra ch. 5, n. 17.

62 Bouclier de la foy, II, p. 62.

63 Salmeron : « Si sunt quaedam sacramenta instituta ad perficiendos singulares fideles : ergo esse debet sacramentum ad promovendum sacramentorum ministros qui veluti propagatores existerent [De même qu’il y a le mariage pour « la propagation naturelle », il doit y avoir un sacrement] per quod Deus effunderet gratiam suam ad spiritualium generationem mysteriorumque peractionem atque dispensationem » (Panstratiae Catholicae, t. IV, 1, 4, ch. 25, 12, p. 220, la réponse de Chamier que nous donnons dans le texte est au § 13, même page.

64 Sermons sur 2 Tim., p. 91.

65 Discipline 1, 11, p. 197. Cf. l’interrogatoire de Drelincourt fils : « Ne vous consacrez-vous pas à ce saint Ministère volontairement et de bon cœur et pour tous les jours de votre vie ? » (Le Saint Ministère, p. 159).

66 Panstratiae Catholicae, t. IV, 1. 4, ch. 24, 24, p. 217.

67 Il est peu marqué dans la manière dont on présente le Ministère, mais il reste très présent en ce qui concerne les sacrements : le Pasteur est autorisé pour les administrer, mais ce n’est pas à travers lui qu’ils sont posés.

68 Bedé de La Gormandière, Les Droicts de l’Eglise..., p. 292.

69 Sermons sur le Catéchisme, p. 314-319. On peut apporter en écho ce que disait une convertie à la Réforme, sur le problème de la succession et de la vocation. Elle s’adresse à sa belle-sœur catholique ; « Vous avez succédé aux anciens chrétiens en la même façon que la nuit succède au jour […] Mais grâces à Dieu, nous avons succédé à la pureté de leur créance et à la même simplicité de leur service. Il suffit pour mon salut que je sache de certitude de foi, quelle est la Religion que mon Sauveur a instituée et que je l’embrasse de tout mon cœur. […] Mais il n’est pas nécessaire que je sache en quelle partie du monde on a vu fleurir cette sainte et divine Religion, ni que je connaisse les personnes qui ont été éclairées de ce Soleil et qui ont marché avant moi dans les sentiers de la vie. C’est une sainte géographie et une histoire agréable, mais ce n’est point un article de foi, ni un point nécessaire à salut […] Il suffit d’être dans une Eglise qui est la vive image de la première Eglise et qui a les mêmes charges ecclésiastiques. Et de fait nous avons des Pasteurs qui prêchent la Parole de Dieu et administrent les sacrements. Ce sont eux que le Nouveau Testament nomme Prêtres, Evêques et Ministres de J. C. […] Après un sérieux examen de leur doctrine et de leurs mœurs, on les consacre au saint Ministère comme faisait l’Eglise Ancienne, par la prière et l’imposition des mains […] Mais où trouverez-vous en l’Evangile du Fils de Dieu, le moindre mot de vos prétendus Sacrificateurs » (Lettre de Madame de Brieville-Butré à Mademoiselle de Bourneuf sa belle-soeur, sur le sujet de sa conversion, avec la reponse, Charenton, 1680 (4e édition), p. 37-38 et 41-52).

70 P. Allix, op. cit., p. 10.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search