Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre 8. Ministère pastoral et succession : la Vocation des pasteurs de P. du Moulin

Texte intégral

  • 1 Sur l’Eucharistie, cf. ch. 5, n. 20. Après une polémique, née du serment d’allégeance qu’il avait i (...)
  • 2 Cf. Jacques Pannier, L’Eglise réformée de Paris sous Henri IV, p. 163-164 et L’Eglise réformée de P (...)

1Le Discours de Bérulle sur la Mission ne trouva point de réponse immédiate. La controverse n’en continua pas moins, mais elle porta principalement sur l’Eucharistie et, un peu plus tard, sur le pouvoir pontifical, à propos d’un livre célèbre de Jacques I d’Angleterre1. Certes, en 1613, un avocat au Parlement de Paris qui, 50 ans durant, fut ancien de l’Église réformée de Paris, Bedé de la Gormandière2, publiait son Droict de l’Église et de ses Prestres qui reprenait toute la question du Ministère, mais il ne semble pas avoir rencontré d’écho. Quant à l’adversaire de Bérulle, il se taisait sur ce point. C’est en 1618 seulement que Pierre du Moulin publia le Traitté de la Vocation des Pasteurs qui allait déchaîner les plumes catholiques.

2Mais pour comprendre ce que signifia cet ouvrage, il faut le replacer dans le contexte historique où il parut. Non seulement le sujet abordé, mais aussi l’atmosphère électrisée qui régnait alors, expliquent les réactions qu’il suscita. Un incident, en effet, avait depuis un an créé une forte agitation. Le P. Arnoux, s.j., qui venait d’être nommé confesseur de Louis XIII, avait prononcé devant le roi, le 25 juin l6l7, à Fontainebleau, un sermon où il entendait montrer que les références cotées en marge de la Confession de foi réformée ne correspondaient pas au texte de celle-ci et ne pouvaient donc pas l’appuyer.

  • 3 Le Mercure françois, t. 5, Paris, 1619, p. 55.
  • 4 Deffense de la Confession des Eglises réformées de France contre les accusations du Sr. Arnould Jés (...)
  • 5 L’Eglise réformée de Paris sous Louis XIII, I, p. 391.
  • 6 « Les Ministres n’étaient pas encore réduits à tout souffrir sans se défendre [...] Du Moulin qui a (...)

3Au sortir du prêche, « un gentilhomme de cette Religion [réformée] le rencontrant et lui ayant dit qu’il ne prouverait point ce qu’il avait prêché, il lui bailla le mémoire qu’il en avait, lequel fut aussitôt envoyé à Paris au Ministre du Moulin3 ». Celui-ci se concerta avec ses trois collègues et écrivit une réponse intitulée : Défense de la Confession de Foy réformée4. L’épître dédicatoire était adressée au roi, et elle était signée des quatre ministres qui s’intitulaient « les Pasteurs de l’Église réformée de Paris ». On doit souscrire au jugement de J. Pannier qui écrit : « Il n’est pas excessif de comparer cette lettre à celle que Calvin adressait à un autre roi de France résidant dans ce même palais de Fontainebleau, 80 ans plus tôt5 ». D’un style ferme et rapide, d’un ton très digne qui ne manque pas de grandeur6, les ministres élèvent une plainte contre les injustes procédés employés à leur égard, car ils n’ont pas l’accès du roi comme l’ont leurs adversaires ; ils assurent le monarque de leur qualité de « bons Français », eux qui furent le plus ferme soutien de son père, Henri IV ; puis ils entreprennent de réfuter les allégations du jésuite.

  • 7 Op. cit., p. 57.
  • 8 M.C.M., Responce à l’Epistre des Quatre Ministres de Charantton par eux adressée au Roy, contre le (...)
  • 9 Frizon, Le Moulin de Charenton sans Farine ou Discours contre les thrasonismes, impudences et hérés (...)
  • 10 Richelieu, Des principaux points de l’Eglise catholique deffendus contre l’escrit adressé au Roy pa (...)

4Il y eut grand émoi parmi les catholiques : d’une part, l’adresse au roi très-chrétien apparut une insulte : les ministres ne s’y présentaient-ils pas comme loyaux sujets face à ceux qu’ils disaient soumis aux ordres d’un souverain étranger, le Pape. D’autre part, le fait de s’intituler « Pasteurs de l’Église de Paris » semblait une usurpation et une atteinte aux dispositions de l’Édit de Nantes... On fit saisir le libelle ; la Sorbonne entra en jeu et anathématisa la Défense et surtout, comme dit le Mercure françois7 « que de petits livres et traités coururent en ce temps sur ce sujet ». Ce furent, soit des réponses de « bons Français », jaloux de défendre l’honneur catholique8, soit des répliques de théologiens, les unes très brèves9, d’autres plus importantes, tel l’ouvrage de Richelieu10.

  • 11 En marge de l’article 31, la Confession citait Gal. 1, 15, et Arnoux remarquait que ça ne prouvait (...)

5Remarquons, pour notre propos, qu’Arnoux avait attaqué l’article 31 de la Confession de foi sur la vocation des Ministres11 ; mais en fait, ce ne fut point là-dessus que l’on s’attarda, et on discuta beaucoup plus de l’Écriture comme juge des controverses.

  • 12 J. Arnoux, La confession de foy des Ministres convaincue de nullité par leur propre Bible, avec les (...)
  • 13 Bouclier de la foy, ou Défense de la Confession de foy des Eglises réformées du Royaume de France, (...)
  • 14 Nous utilisons l’édition parue chez Jean Jannon à Sedan 1618 (256 p.).
  • 15 L.M.N., Réfutation de la nouvelle hérésie du Ministre du Moulin, Touchant la vocation des Pasteurs (...)
  • 16 Seul le P. Garasse semble ne pas avoir utilisé ces auteurs, mais son but est moins de traiter du pr (...)
  • 17 Le livre de L.M.N. lui est dédié et l’invite à travailler à l’extermination des Calvinistes. Bouju (...)

6Du côté réformé, les réponses ne manquèrent point pour défendre les Ministres, non seulement du Moulin répliqua au sermon étoffé que le P. Armoux faisait paraître dès le milieu juillet12 par ses Fuites et évasions du sieur Arnoux, Jésuite, mais il devait à la fin de 1618, publier son Bouclier de la Foy13, gros ouvrage où sont défendus point par point les divers articles de la Confession de Foi. Entre temps, il avait lancé pour la défense du Ministère son Traitté de la Vocation des Pasteurs14, qui parut dans le courant de l’année 1618. La controverse battait alors son plein, et le livre de du Moulin ne passa pas inaperçu : quatre livres lui furent consacrés du côté catholique15. D’ailleurs en abordant le problème du Ministère, il touchait un point sur lequel les « Romains » se sentaient très forts et pour lequel ils pouvaient utiliser les ouvrages de du Perron et de Bérulle16. L’opinion anti-protestante qui s’appuyait sur le nouveau favori de Luynes17 était de plus en plus forte ; les protestants du Midi de la France, menés par les grands féodaux, étaient sur le point de bouger ; sur le plan extérieur enfin la guerre de Trente ans débutait et les catholiques ne voulaient pas que les protestants puissent infléchir la politique française.

  • 18 E.G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, t. 2, p. 219.

7À la même époque s’ouvrait le synode de Dordrecht (13 novembre 1618) qui18, outre les calvinistes hollandais, rassemblait des délégués des autres Églises réformées : les Français (du Moulin, Rivet et Chamier) ne purent y participer, ayant reçu du roi l’interdiction de s’y rendre. On sait que cette assemblée fut surtout consacrée aux problèmes de la grâce et de la prédestination ; elle s’acheva par le triomphe des thèses calvinistes les plus sévères, dont du Moulin allait se faire pour la France le défenseur acharné. Ces controverses sur la grâce, qui devaient occuper le synode d’Alès (1620), comme les troubles qui bientôt éclateraient dans le Midi, expliquent peut-être qu’on ne trouve point dans les écrits réformés ou dans les conclusions du synode d’échos au livre de du Moulin. Quel crédit faut-il accorder à L. Ellies du Pin qui écrit :

  • 19 Bibliothèque des auteurs séparés de la communion romaine aux seizième et dix-septième siècles, t. I (...)

L’ouvrage de du Moulin déplut également aux Calvinistes de France et aux Anglais. Les premiers s’en plaignaient parce que du Moulin reconnaissait que, dans l’ancienne Église, les évêques avaient été distingués des prêtres, et qu’ils avaient condamné Aërius de s’être opposé à cet usage. Les seconds lui reprochaient de ne considérer la différence des évêques et des prêtres que comme un point de discipline ecclésiastique19.

  • 20 On en relève trois pour 1618, une en 1628, deux à Genève en 1631 et 1672, ainsi qu’une traduction a (...)
  • 21 Préjugez légitimes contre les Calvinistes, Paris, 1671, p. 124-128. Il est cité encore par Fénelon (...)

8En tout cas, le livre dut avoir du succès, si on en juge au nombre des éditions20 ; et du côté catholique, cinquante-cinq ans plus tard Nicole21, traitant de la « mission », se réfèrera à l’ouvrage de du Moulin comme à un exposé classique de la doctrine réformée sur le Ministère.

9Le Traitté de la Vocation des Pasteurs est à la fois une défense et illustration de « cette charge que Jésus-Christ a portée », en même temps qu’une attaque souvent violente du Ministère catholique ; ce second chef occupe d’ailleurs trois ou quatre fois plus de place que le premier. Une phrase de la préface résume bien le propos de du Moulin :

Ce qui est le plus intolérable est que ceux-là nous demandent raison de notre vocation, qui ont piéçà perdu et prostitué la leur [...] C’est un retranchement qu’on fait bien loin devant le fort du papisme, pour empêcher les approches. Mon but en ce livre est de combler ce retranchement et montrer la validité de notre vocation.

10L’ouvrage est très habilement composé, non seulement parce qu’il série les questions et adopte un plan très clair, mais aussi parce que la majeure partie en est consacrée à l’attaque, afin de montrer les « abus » de l’adversaire. Un de ses contradicteurs lui dira : « Vous jetez le trouble comme une sèche jette l’encre et rend l’eau si brouillée et si trouble que le pêcheur la perd de vue ».

11Le premier livre est consacré au problème de la vocation en général et tend à éclaircir le débat. Reconnaissant qu’il est normal de s’interroger sur la vocation des Pasteurs, il distingue trois points de vue selon lesquels on doit l’envisager : la charge, les formalités d’accession, la succession. Puis il examine les charges bonnes ou mauvaises et celles qui gardent un peu de bon. Pour l’élection et l’ordination, il cherche à qui revient de conférer cette dernière, et s’il peut y avoir des vocations extraordinaires. Il soulève enfin la question traditionnelle de savoir si la succession a quelque importance et si elle peut être une preuve valable de l’authenticité d’une Église.

  • 22 Est-ce le souvenir d’un satiriste « immortalisé » par Garasse qui valut à Pascal de se voir décerne (...)

12Le second livre se divise en trois sections, où sont étudiés successivement ce que sont, dans l’Église réformée et dans l’Église romaine, la charge, les formalités d’accession et le rôle de la succession. En opposant les conceptions et les manières simples et évangéliques de l’une, face aux transformations et superfétations de l’autre, il justifie du même coup la nécessité de la Réforme et la valeur du Ministère réformé. Cela nous vaut d’ailleurs à propos de l’entrée en charge, un commentaire haut en couleur, sinon très sérieux, du Pontifical, de la tonsure au couronnement papal ! Ce qui explique, mais ne justifie pas, l’épithète de « Rabelais réformé » que lui lancera le P. Garasse, dans le pamphlet par lequel il lui répondra22.

  • 23 Cf. supra, n. 15.
  • 24 La royale Prestrise, 1610, cf. supra ch. 7, n. 22.
  • 25 Cf. Traitté, p. 11 : « Je ne dis pas cela [qu’il est peu utile de savoir comment le Pasteur a été r (...)
  • 26 Il se garde de parler d’une vocation « en partie ordinaire, en partie extraordinaire » (cf. Répliqu (...)

13L’érudition peut paraître abondante, mais n’est pas très sérieuse, et le Feuillant Dom Jean de Saint-François (Goulu), helléniste alors connu, pourra dans sa réponse23 reprendre nombre de citations mal interprétées ou mal coupées. Du Moulin cite des catholiques « modernes », de Gerson à Besse24, en passant par les cardinaux Tolet et Baronius, ou le jésuite Sa, tantôt pour soutenir son propos, tantôt pour illustrer les conceptions qu’il combat, mais il ne nomme jamais ni du Perron, ni Bérulle. Ses contradicteurs le lui reprocheront. Mais il semble bien que ce soit à la Réplique de l’évêque d’Évreux, comme aux objections qu’elle a nourries, que réponde du Moulin : soit qu’il reprenne à son compte l’argument du Magistrat ou celui du canal25 par lequel se transmet la mission, soit qu’il se garde d’utiliser des arguments ou des expressions par trop combattues26.

14Pour nous, ce ne sont pas les arguments de du Moulin que nous voulons étudier, mais sa conception du Ministère : quelles sont les voies pour entrer en charge, et quelle place y a-t-il pour une « continuité » du Ministère ? Il nous faut voir cependant d’abord la manière dont il présente la charge du Ministère.

15Il commence par affirmer que la vocation intérieure et la vocation extérieure sont choses essentielles : « Nul ne doit entrer au Ministère sans y être légitimement appelé » (p. 1) et après avoir cité Ro 10, 15, il ajoute : « Jésus-Christ même, auteur de toute légitime vocation en l’Église s’assujettit à cette règle, et déclare qu’il ne parle point de soi-même et que sa doctrine n’est point sienne, mais de celui qui l’a envoyé » (p. 2). Au reste, la vocation intérieure « sert pour assurer la conscience du Pasteur et l’encourager en son labeur mais non pour l’autorité envers le peuple » (p. 4). Pour cela, il faut la vocation extérieure. Sur ce point, du Moulin insiste fort sur l’ordre qui doit se conserver en l’Église (p. 5, 32, 34...), en répétant toujours que nul ne doit s’ingérer en sa charge, ni troubler l’organisation de l’Église : n’est-ce pas en cela qu’un Aërius était condamnable, car en prônant l’égalité des évêques et des prêtres, il amenait le désordre, « en se bandant contre le consentement de l’Église en son temps, pour une chose qui ne concerne que la police de l’Église » (p. 15). En ce sens, les Réformés français ne se font point faute de « vivre en concorde avec les Églises qui suivent la coutume établie par tant de siècles, pour ce que ce n’est pas un point de doctrine, ni une chose nécessaire à salut » (p. 17).

16Ce qui importe, c’est que la vraie charge du Ministère soit dûment remplie et c’est le seul point qui intéresse les fidèles ; car même si on écoute un pasteur intrus, le peuple pourra être

sauvé en croyant à sa prédication, pour ce qu’il reçoit cette doctrine, non comme procédée de cet homme, mais comme procédée du Fils de Dieu et contenue en l’Écriture [...] Et n’y a personne si destitué de sens commun qui n’aimât mieux être mené en paradis par un qui n’aurait point de charge, qu’être mené en enfer par un homme chargé de titres et ayant vocation ordinaire [...] Qui doute que la parole de Dieu ne garde son efficace en la bouche d’un Pasteur reçu contre les formes ? Et qu’une semence semée par un larron ne puisse fructifier ? Et qu’à la sainte Cène administrée par un usurpateur, les fidèles ne puissent apporter la foi et la repentance ? Car je ne trouve point en toute l’Écriture qu’un chrétien au jour du jugement doive rendre compte à Dieu de l’envoi de ses Pasteurs, mais bien de son obéissance ou désobéissance à leur saine doctrine » (p. 7-8).

17C’est donc tromper les fidèles que de vouloir leur faire examiner les formes de l’envoi et la succession des Ministres, alors que l’essentiel est de savoir si la charge qu’il remplit est bonne ou non. On doit seulement se demander si le Pasteur est bien celui qui a pour fonction « de prêcher l’Evangile, d’administrer les sacrements, d’exercer la discipline ecclésiastique et généralement de veiller sur la conduite du troupeau » (p. 65). Car il importe que sous le nom de Ministère, on ne cache point une charge qui n’existerait pas en l’Écriture ; c’est ainsi que les fidèles doivent savoir si sont légitimes les charges de pape ou de sacrificateur. Or, précisément, « la charge des prêtres de l’Église romaine n’est plus ce qu’elle était jadis » ; ils devraient, d’après le Nouveau Testament,

  • 27 Pour du Moulin, c’est la correction des instruments et la parole qui l’accompagne (« Reçois la puis (...)

travailler à la parole, paître le troupeau ; or, beaucoup de prêtres ne prêchent point ; il faut outre la prêtrise, avoir quelqu’autre dignité. Preuve certaine qu’on n’estime pas la prédication être une fonction essentielle à la prêtrise. Et, de fait, quand ce vient aux termes formels27 par lesquels est conféré l’ordre de prêtrise, l’évêque parle aucunement de prêcher la parole et ne fait aucune mention de la doctrine de l’Evangile [...] Il l’établit sacrificateur du corps du Christ et lui donne une puissance qui surpasse celle des Anges et de la Vierge Marie, lesquels ne peuvent faire Jésus-Christ, ni le sacrifier (p. 91).

18Il y a donc de bonnes charges, d’autres mauvaises, d’autres qui ne sont qu’en partie mauvaises.

J’appelle une bonne charge ordinaire celle qui, étant instituée de Dieu, doit toujours être continuée en l’Église chrétienne. Je dis qu’elle doit, mais non qu’elle ait toujours continué ; car si en un pays cette charge est discontinuée, à cause de la persécution, ou par quelqu’autre empêchement, lorsqu’elle se rétablit, elle ne laisse d’être ordinaire, nonobstant l’interruption [...] Tel aussi est l’épiscopat et Ministère de l’Évangile, institué par Jésus-Christ et exercé premièrement par les Apôtres ; car encore que l’apostolat fut une charge extraordinaire, si est-ce que plusieurs apôtres ont outre l’apostolat, eu des charges particulières, lesquelles ils ont eu des successions ordinaires (p. 18).

  • 28 Pour Bedé de la Gormandière (cf. supra n. 2), il ne reste de bon que la charge de curé : « Les seul (...)
  • 29 Sur l’identité des évêques et des prêtres et l’élection de l’évêque par le collège presbytéral, cf. (...)

19Les charges entièrement mauvaises « où toute la réformation qu’on y pourrait apporter serait de les abolir entièrement » (ibid.), sont celles de Pape ou de cardinal. Restent ces « vocations corrompues qui retiennent encore quelque peu de chose de leur ancienne institution, lesquelles se servent du nom ancien et de ce peu de bien qui leur reste pour maintenir leur autorité et faire montre de leur succession » (p. 19) : on peut y ranger les charges d’évêques et de prêtres28. Ce sont d’ailleurs charges identiques, comme le montre le Nouveau Testament où ces termes se prennent au même sens ; ce ne fut que par souci d’ordre que l’un des prêtres se nomma évêque et eut prééminence sur les autres, « incontinent après les Apôtres29 » (p. 15).

20Ces distinctions permettent d’envisager alors la question des vocations extraordinaires : il y eut celles qui, comme chez Jérémie et Jean-Baptiste, se rencontrèrent avec une vocation ordinaire. N’est-ce pas le cas aussi chez les premiers Réformateurs qui avaient reçu la charge usitée en l’Église,

afin qu’ils fussent mieux ouïs des peuples, et que leurs ennemis ne puissent contester leur vocation. Mais ce qui les fortifiait au-dedans et qui donnait efficace à leur travail, n’était point la vocation qu’ils avaient du Pape ou de ses créatures, mais l’assistance extraordinaire de l’Esprit de Dieu [...] Car nous tenons qu’il n’y a aucune mauvaise Église, tant corrompue puisse-t-elle être, qui ne puisse donner une mauvaise vocation ordinaire, laquelle oblige celui qui l’a reçue à tâcher de la rendre bonne, et à l’employer à son droit usage (p. 22).

21Bérauld (cf. supra p. 74) insistait déjà sur cette valorisation qu’ont faite les premiers Réformateurs des bons éléments qui étaient en la vocation ordinaire, et c’est là un argument qui revient très souvent dans les écrits réformés. Du Moulin, lui, insiste sur le serment qu’ont prêté ceux qui recevaient vocation d’enseigner la vérité ; c’est pourquoi on doit dire que les Réformateurs n’ont fait qu’être fidèles à ce qu’ils avaient juré, car lorsqu’ils eurent découvert les falsifications de la doctrine en l’Église romaine, ils ont prêché la vérité redécouverte.

22Mais si du Moulin a tenté peut-être plus que ses contemporains de montrer qu’il y a eu continuité dans la vocation, il entend bien maintenir qu’il peut y avoir des vocations purement extraordinaires. Lorsqu’il rappelle l’histoire d’Aedesius et de Frumentius qui convertirent les « Indes » et qui revinrent se faire ordonner par saint Athanase, il ajoute :

Je dis que si tout moyen de sortir des Indes leur eût été ôté, les passages étant bouchés, ou si les chrétiens par eux convertis ne les eussent voulu laisser aller, ou s’ils eussent cru que par leur absence, l’Église nouvellement née se fut dissipée, sans doute, ils eussent plutôt omis les formes usitées et se fussent passés de la vocation ordinaire, que de laisser une œuvre si excellente par faute d’une formalité (p. 34).

23Cet exemple, Chamier (cf. supra p. 76-77) l’apportait pour montrer que le Ministère n’est que second dans l’implantation de l’Église ; pour du Moulin, c’est la preuve qu’il existe des vocations extraordinaires et que les « formalités » ne sont que secondaires. C’est toute la signification de l’hypothèse du naufrage qui amènerait en un pays désert un groupe de chrétiens : ils auront le droit d’élire un Pasteur parmi eux. Et si ensuite celui-ci peut aller se faire ordonner, qu’il le fasse « pour éviter le soupçon de discorde [...] Mais n’y ayant ni navire, ni commodité, ni santé pour faire un tel voyage, je crois qu’il offenserait Dieu grandement si, à faute d’une formalité, il abandonnait l’œuvre de Dieu » (p. 33).

24Cette situation extraordinaire, c’est celle même où s’est trouvée l’Église « quand toute la terre courait après la Bête » ; il a fallu pour y parer des remèdes extraordinaires. Car si dans l’Ancien Testament, il y a bien toujours eu succession de sacrificature, dans le Nouveau, Dieu

n’a point promis que la vocation ordinaire ne dépérirait ou ne se corromprait jamais et qu’il ne lui susciterait plus personne en son Église par une façon extraordinaire.
[…] Jésus-Christ dit voirement à ses Apôtres : « Comme mon Père m’a envoyé, aussi je vous envoie » mais il ne dit pas si cet envoi se fera sans interruption, ou s’il se fera toujours de même façon [...] Tout cela tend à nous restreindre à une vocation extraordinaire, vu que ceux d’entre nous que l’Église romaine accuse de s’être ingérés au Ministère avaient la même vocation ordinaire que nos Adversaires. Mais ceci sert à prouver qu’en vain on inculque la nécessité de la vocation ordinaire et que quand même leur vocation eût été purement extraordinaire, si ne serait-elle pas à rejeter, puisque nous montrons que les maux étaient si extrêmes et ordinaires, qu’ils demandaient des remèdes extraordinaires (p. 36).

25Nécessité de la Réforme et nécessité de l’ordre dans l’Église sont les deux pôles entre lesquels oscille du Moulin, sans d’ailleurs jamais céder à l’un ou à l’autre, encore qu’il ait beaucoup insisté sur la continuité du Ministère. C’est sans doute la raison pour laquelle l’imposition des mains tient chez lui une place considérable, beaucoup plus grande que dans les ouvrages réformés d’alors. Il évoque l’élection (cf. p. 34), mais ce n’est absolument pas ce sur quoi il fonde l’autorité du Ministère. Cela ne correspondait-il pas d’ailleurs à la manière dont, en fait, l’Église réformée de France mettait en place les Ministres : la participation du peuple était réduite à l’acceptation, ou au refus, de celui qui lui était proposé comme Pasteur, avant qu’il ne fût consacré. L’élection, dit du Moulin, se faisait jadis par tout le peuple,

mais l’ordination se fait par les Pasteurs de l’Église, nul du peuple ne s’étant jamais ingéré de conférer les charges sacrées par l’imposition des mains. Par l’élection ordinaire, un Pasteur n’est point établi en la charge, mais seulement destiné : c’est l’ordination qui lui donne le pouvoir d’annoncer la parole et d’administrer les sacrements et faire toutes les fonctions appartenant à sa charge.
[Il cite à l’appui Ac. 6, où] la multitude choisit sept diacres, auxquels puis après les Apôtres imposèrent les mains pour les établir en leur charge (p. 24).

26Le sens de cette imposition des mains, du Moulin ne la développe pas ; il dit seulement qu’en l’accomplissant, le Pasteur (président) « donne [au proposant] pouvoir de prêcher, d’administrer les sacrements et de conduire l’Église » (p. 129). En étudiant les sermons et prières d’ordination, au chapitre suivant, nous verrons s’il est possible de préciser la signification de l’ordination. Notons seulement le souci de mettre en parallèle la façon de procéder de l’Église réformée avec ce que faisait l’Église ancienne, les Pasteurs remplissant le rôIe dévolu à l’évêque. Car

  • 30 Cf. Cartel de deffy du sieur de Bouju surnommé de Beaulieu, envoyé au sieur du Moulin avec les resp (...)

combien la coutume générale fut que l’ordination appartenait aux évêques seuls, néanmoins cela était fondé en la coutume et police ecclésiastique et non au droit divin30 [...] Or en cela, les Églises ont de la liberté et estimerais celui grandement coupable qui, pour une chose non nécessaire à salut, troublerait la paix de l’Église, quand une fois un ordre est paisiblement observé. Auquel, toutes et quantes fois qu’il sera expédient de changer quelque chose, il faut que cela se fasse par commun consentement et non par tumulte, ou par l’opiniâtreté de quelques particuliers (p. 30).

  • 31 Cf. supra n. 1. Garasse (op. cit., p. 135) lui reprochera de parler du « pouvoir des clés », unique (...)
  • 32 D’après du Pin, op. cit., t. II, 4e vol., p. 596-598 : On reprocha en Angleterre à du Moulin de n’a (...)

27La raison profonde de l’insistance avec laquelle du Moulin parle de l’imposition des mains semble avoir été son souci « unioniste ». Il était depuis sa jeunesse en relation avec l’Angleterre, et c’est lui qui avait défendu l’écrit de Jacques I d’Angleterre contre sa réfutation par Nicolas Coëffeteau31 ; cela lui avait valu un canonicat à Canterbury. Traitant du Ministère, il désirait donc mettre en valeur tout ce qui pouvait rapprocher l’Église anglicane et l’Église réformée de France : de là son souci de ne point condamner le système épiscopal et de considérer l’imposition des mains comme l’acte essentiel de l’ordination pastorale, mais nous avons vu que, selon L. Ellies du Pin, son exposé ne satisfit pas les Anglicans32. On pourrait ajouter peut-être que c’est dans cette perspective de concorde que du Moulin désire montrer que le Ministère pastoral s’inscrit dans une certaine « continuité » avec le Ministère de l’ancienne Église.

  • 33 « Que si pour l’idolâtrie, ou pour les hérésies, il ne faut pas se séparer d’une Eglise particulièr (...)

28S’il refuse le concept de succession, ce n’est point tant parce que la chose n’a pas d’importance, mais parce qu’elle justifierait automatiquement l’Église romaine et en ferait la seule Eglise véritable. À la différence de ses prédécesseurs, il ne s’attaque pas aux « interruptions » de la succession ; celle-ci peut bien avoir été continue, mais ce qui est en cause, c’est de savoir si cela légitime une Église. Or, la succession de « chaires » n’a de sens que si elle s’accompagne d’une succession de doctrine, ce qui, pour lui, n’est pas le cas dans cette Église hérétique, où la succession au « Papat » n’a pas empêché le pape d’errer. L’Église romaine n’est qu’une Église particulière qui n’a pas plus de raison de ne pas faiblir que la grecque ou la syrienne33. Mais il n’en reste pas moins qu’il y a une certaine continuité du Ministère et que l’Église réformée possède une « succession » :

  • 34 Sur la place des Vaudois dans l’argumentation réformée, voir A. Rebelliau, Bossuet historien du pro (...)

Pour rallumer en France la clarté de l’Évangile quasi éteinte par le papisme, Dieu s’est servi de deux sortes de Pasteurs. Quelques-uns sont venus des vallées du Dauphiné et du Piémont, et des montagnes de Provence [...] Car dès qu’ils ont entendu que Dieu dans l’Église romaine leur avait suscité des frères, ils sont accourus à leur secours et ont dressé des Églises et fait des ordinations de Pasteurs, dont d’autres sont descendus jusqu’à notre temps. Les autres sont sortis de l’Église romaine. De ceux-là, la vocation ne peut être contestée, puisqu’ils étaient Pasteurs des anciennes Églises du Royaume34 [On a bien accusé d’hérésie ces Églises du désert, mais elles étaient chrétiennes et la persécution est le lot des vraies Églises] (p. 167-168).
Aussi n’est-ce pas sur la vocation de ceux-là qu’on nous chicane ordinairement. Ains on en veut à ceux qui ayant charge dans l’Église romaine, ont dans l’Église romaine même combattu le papisme et dans cette caverne ténébreuse, ont fait étinceler la lumière (p. 169).

  • 35 1) « Que la charge de prêtre et d’évêque doit être ordinaire en l’Eglise et est instituée de Jésus- (...)

29Et, après avoir rappelé les principes posés au premier livre35 suivant lesquels une vocation même corrompue oblige, par le serment prêté, à enseigner la vérité, il ajoute :

Je dis donc que du temps de nos pères, quelques prêtres et docteurs de l’Église romaine, ayant par la lecture de l’Écriture Sainte, reconnu les abus de leur Église, se sont souvenus et de la nature de leur charge et de la promesse qu’ils avaient faite en leur réception (p. 171).

Leur vocation ressemblait à celles d’Ezéchiel ou de Jérémie ou de Jean-Baptiste :

en ceci différents (cependant) que la vocation ordinaire des prophètes était bonne et légitime ; mais de ceux-ci, la vocation ordinaire était corrompue, mais néanmoins suffisante à les obliger à prêcher la vérité, puisqu’ils étaient entrés avec serment de prêcher purement et qu’en une Église hérétique et où il n’y a point de sa1ut, la charge de Pasteur ne laisse pas d’être destinée à proposer la doctrine salutaire (p. 172).

30Ce qui était bon : prêcher l’évangile, administrer les sacrements ; mauvais : être appelé à obéir au Pape pour être sacrificateur du corps de Jésus-Christ.

31Leur vocation extraordinaire fut de prêcher contre l’ordre ordinaire de l’Église romaine et contre l’intention de leurs ordinateurs, contraire à l’intention de Jésus-Christ et à la première institution,

laquelle commission extraordinaire, bien considérée, n’est autre chose que l’ancienne charge ordinaire. C’est la corruption invétérée qui fait trouver leur entreprise extraordinaire. Comme quand la santé semble nouvelle après une longue indisposition (p. 173).

32La transmission de la « vocation » n’est pas transmission d’une mission sacramentelle qui agrégerait à un corps. Mais, comme il importe à tout Pasteur d’avoir autorité pour agir et prêcher dans l’Ég1ise, il faut que son autorité soit vraiment assurée. C’est donc à une transmission de la charge et de l’autorité que songe du Moulin (cf. dans le passage précité l’équivalence mise entre « commission » et « charge »). Les premiers Réformateurs ont eu, du fait de leur vocation ordinaire, un « surcroît de droit » à faire ce qu’ils ont fait, en rétablissant le Ministère dans son droit usage. En ce sens, il y a « succession » dans le Ministère avec l’Église romaine, mais cette « succession » est uniquement définie par la charge dûment réformée. C’est pourquoi, à qui objecterait que cela autorise l’Église romaine, puisqu’elle peut donner vocation,

on doit répondre que cela ne l’autorise pas plus que la Nestorienne ou l’Eutychienne ; mais elle [la Romaine] ne laisse pas de pouvoir donner une vocation laquelle, quoique corrompue, oblige néanmoins à s’en bien servir, surtout quand on est reçu avec serment d’enseigner la vérité. Ce qui restait de bon venait non des prélats mais de Jésus-Christ et des Apôtres desquels premièrement les charges sont provenues (p. 175-176).

33Songeons à la source dont l’eau coule ensuite à travers un canal infect : on pourra recueillir cette eau, mais il faudra la laisser décanter. Du Perron utilisait aussi cette image pour marquer comment la mission doit faire partie d’une même « unité successive » ; ici, il s’agit d’une charge que l’on reçoit et qu’il faut réformer. Le canal n’a aucun intérêt, seule ce qui sourd de la source doit nous occuper...

34La position que du Moulin adopte à l’égard de la réordination éclaire bien son propos :

Nous tenons que l’ordination ne doit pas être réitérée, quand par cette ordination, on a reçu simplement une charge dont l’institution se trouve en la parole de Dieu. Or nous avons montré que la charge de sacrificateur du corps de Jésus-Christ, que les prêtres reçoivent en leur ordination, ne se trouve point en la parole de Dieu. C’est pourquoi il est expédient que ce mauvais caractère et cette fausse ordination soit effacée par une nouvelle [...] Que si les prêtres de l’Église romaine étaient seulement établis pasteurs et administrateurs de la parole et des sacrements, nous ne leur conférerions point une nouvelle ordination, nonobstant le mauvais usage de leur charge (p. 193).

  • 36 P. Petit, « La réordination des prêtres catholiques-romains qui deviennent pasteurs réformés », in (...)

35La réordination marque donc la destruction de la vocation corrompue et l’installation dans une nouvelle charge : c’est celle-ci qui justifie l’imposition des mains, car son contenu est tout différent de ce qu’implique le Ministère catholique36. Du Moulin note d’ailleurs qu’en cas d’impossibilité de se faire réordonner, on puisse se passer d’une nouvelle ordination : « En ce cas la promesse qu’on leur a fait faire en leur réception d’enseigner la pure doctrine et la nature de la charge de prêtre, considérée selon sa première institution, et l’approbation de l’Église suppléent à ce défaut » (p. 194).

36Le souci du pasteur parisien nous paraît être, en définitive, de montrer une continuité dans l’autorité ministérielle : il désire souligner qu’il n’y a pas eu rupture totale, mais seulement réformation et redressement de l’Église, grâce à ceux qui étaient alors en charge. Retenons aussi l’importance donnée à l’ordre dans l’Église, comme à l’autorité des Pasteurs. La place donnée à l’imposition des mains ne fait que marquer le caractère « divin » du Ministère. Celui-ci n’est en aucun moment présenté comme cristallisant le Ministère de l’Église répandu en chacun des fidèles : seule l’investit cette parole de Dieu qu’il reçoit charge d’annoncer.

  • 37 Jean de Saint-françois, op. cit., préface.

37Au regard des catholiques qui lui répliquèrent, le pasteur sembla avoir enfanté « un nouveau monstre de vocation37 ». Il importe donc de voir à travers des ouvrages contemporains si l’exposé de du Moulin était si différent des thèses soutenues alors. Pour cela, nous nous adresserons à quatre ouvrages dont les dates de parution s’échelonnent sur les années où se déroule la controverse que nous étudions.

38Que disent-ils du Ministère et comment voient-ils ou non, une « continuité » entre le Ministère romain et celui de l’Église réformée ?

  • 38 Traité des Marques, p. 103 « Les principaux serviteurs se trouveront avoir été prêtres et docteurs (...)

39Nous avons vu que Bérauld, comme l’avait fait Calvin, considérait qu’il restait quelque chose de bon dans la charge (cf. supra p. 39) : « Les premiers Réformateurs ont suivi la vocation ordinaire, en y ajoutant ce que le Pape en avait retranché » : Bérauld, p. 223). Et Bèze lui-même qui s’appuyait surtout sur la vocation extraordinaire des « premiers » et qui récusaient la « marque » de la Romaine, voyait pourtant dans le Ministère ordinaire des Réformateurs une « surabondance de droit38 ». Mais ni les uns ni les autres n’y insistaient, soucieux de fonder l’autorité pastorale sur la vocation extraordinaire à réformer l’Église et sur l’élection et l’approbation du peuple.

  • 39 Traitté de l’Eglise auquel sont disputées les principales questions meües en notre temps, 3e éd., G (...)

40Philippe du Plessis-Mornay, dans son Traitté de l’Église39, semble aller plus loin. Il entreprend de montrer que les premiers Réformateurs ont eu raison et vocation pour entreprendre ce qu’ils ont fait : le chapitre qu’il consacre à cette question vient après celui où il a montré que le baptême reçu en l’Église romaine demeurait toujours valable et qu’il portait en lui-même la nécessité de revenir au Christ :

Qu’à celui qui est lié sous la papauté [...] qui a combattu contre Christ, baptisé selon l’institution du Christ, il ne faut point de second baptême quand il revient à son devoir. Car encore qu’il eût renoncé à Christ, Christ n’a pas renoncé au droit qu’il a sur lui [...] Il a besoin d’une abolition de son crime, non d’un renouvellement de son baptême [...] Mais nous le ratifions, mais nous tâchons de nous conformer à ce qu’il enseigne, à ce qu’il requiert de nous (p. 380-381).

Et il ajoute :

Il nous est dit : « prêchez la vérité », nous l’avons fait, mais on nous a excommuniés. Si on dit, cas qu’il se dût faire, que ce n’était pas à Ministre à le faire, il n’est donc plus question que de leur vocation (p. 383)

41En commençant son chapitre « Que les Ministres des Églises réformées avaient et ont légitime vocation pour redresser l’Eglise », il note :

Chaque chrétien a vocation en l’Église pour avertir de la surprise de l’Antechrist, [et dans le danger] il est donc question d’examiner les circonstances de l’avertissement, et non les qualités de l’avertisseur. (p. 384).
Ceci dit, non pour troubler l’ordre car l’Apôtre dit : « Comment prêcheront-ils s’ils ne sont pas envoyés »,
mais parce qu’en un désordre général, on n’attend pas toujours les formalités [...] Chaque chrétien est suffisamment fondé d’une vocation générale ; [...] sauf à l’Église à examiner par la parole s’il y est bien fondé ou non (p. 386).
Quant à redresser l’Église après la dissipation qu’en ont fait le Pape et les siens, c’est passer plus outre et nous savons qu’une légitime vocation y est nécessaire. Mais aussi maintenons-nous y être mieux fondés que ceux qui n’ont autre vanterie que la leur (p. 388).

  • 40 « Cette tierce marque, combien qu’elle ne soit substantielle mais extérieure, à savoir la légitime (...)

42Du Plessis distingue ainsi nettement, soit dans la disposition de ses chapitres, soit dans le devoir qu’impose la nécessité, vocation générale et vocation pastorale. C’est à celle-ci que revient de « redresser l’Église ». Quoiqu’il parle peu du Ministère dans tout son livre, qui a surtout une allure de controverse, il le considère cependant comme lié à la Parole et aux sacrements40 et il l’envisage toujours dans une perspective très « spirituelle ». Ce qui lui importe, c’est d’asseoir l’autorité de ceux qui ont agi officiellement dans l’Église :

Si on demande quelle était la vocation des premiers Réformateurs, nous répondrons que c’était la même vocation et succession que celle dont ils se vantent. Mais que de même la vocation dont ils abusent, les nôtres ont voulu bien user ; et à la vraie succession dont ils se parent, ont ajouté la succession de vraie doctrine qu’ils avaient corrompue, sans laquelle toute succession n’est que continuation d’abus, n’est que vain titre. Qu’ainsi soit : Jean Hus, Luther, Zwingle, Oecolampade, Bucer, Capiton, Martyr et autres de l’École desquels les Ministres qui ont recueilli les Églises de dessous l’Antechrist sont sortis, étaient prêtres, curés, docteurs en théologie. Comme prêtres ils étaient pasteurs et avaient charge d’annoncer la vérité au peuple et de lui communiquer les sacrements selon l’institution de Seigneur [...] Comme docteurs, ils étaient appelés à exposer la théologie en leurs leçons et en leurs livres, et obligés par le serment ordinaire de toute Université de déclarer en l’Église et à l’Église la vérité [...] Or ils ont trouvé la vérité profanée [...] Tous deux donc, je dis nos adversaires et nos premiers Ministres avaient une vocation ordinaire, mais en ceci est la différence que les nôtres l’ont suivie, les autres l’ont abandonnée (p. 388-390).

43Ils ont agi comme le fait un magistrat qui remet de l’ordre là où ses confrères se laissaient aller. « Vous demandez quelle était la vocation des premiers Réformateurs desquels descend la nôtre : c’était la nôtre [sic ! pour la vôtre] vicieuse en ses formes mais que nous avons rectifiée ».

  • 41 « En après, si aucune Eglise peut alléguer la succession de ses Pasteurs, c’était la Judaïque, car (...)

44Il est moins question d’une succession, dont d’ailleurs du Plessis se gausse41, que de l’autorité avec laquelle les premiers ont promu la Réforme et de la fidélité avec laquelle ils ont rempli leur charge. Ainsi quand après avoir cité les évêques d’Angleterre, de Danemark et de Suède, qui se sont convertis à la Réforme, il ajoute : « À ceux-là, pour la plupart, si nos adversaires demandent la succession, elle est de leur côté, car d’évêque à évêque, ils succèdent aux premiers qui ont annoncé l’Évangile » (p. 391), il s’agit plutôt d’un « surcroît de droit » qu’il cite pour désarmer l’argument adverse. Cependant lorsqu’il continue :

Si [ils demandent] la vocation, c’est aussi la leur même ; car ils étaient appelés à être évêques et pasteurs, et ils en font l’office qu’ils avaient délaissé. Avant, ils paissaient le peuple de choses de néant, et maintenant, par la grâce de Dieu, ils le paissent de la pâture de vie (ibid.),

il y a peut-être là reconnaissance que dans la vocation, même en l’Église romaine, il reste un appel de Dieu et que la charge comporte une « relation » avec Dieu ; mais c’est lié à l’office reçu et non pas à une mission sacramentelle.

45Après avoir ainsi justifié les premiers Réformateurs, du Plessis, qui connaît son histoire, ajoute aussitôt :

Quand bien [devant l’état de corruption] aucuns auraient premièrement prêché sans cette vocation formelle, puis auraient été choisis et appelés au saint Ministère par les Églises par eux enseignées, et à icelles voué leur Ministère, cela ne doit non plus être trouvé étrange qu’en une République libre, si le peuple, sans attendre le consentement ni les voix de ceux qui les tyrannisent auraient élu selon les lois, de bons et sages magistrats (p. 94).

Et de donner l’exemple de Philippe qui prêche « sans le su des Apôtres » ou de Frumentius aux « Indes », « qui prêche laïc [...] et longtemps après y est évêque » (ibid.). Il conclut en disant : « Outre qu’il ne se lit un seul passage en toute l’Écriture qui attache le Ministère à une certaine succession » (ibid.).

46Puis il présente l’envoi ordinaire des Ministres qui se fait par l’examen de leur doctrine, l’élection par le Presbytère et la présentation au peuple, et l’imposition des mains « après laquelle ils ont commencé à administrer la parole et les sacrements au peuple » (p. 397). Toutes formalités que Rome a bien oubliées, or il est dit : « nulla kéïrotonia, nulla proinde kéïrothésia ». Quant à l’ordinateur, ce peut être un prêtre, car, du Plessis le démontre longuement en s’appuyant surtout sur saint Jérôme, « prêtres et évêques en la primitive Église n’étaient qu’un, et s’ils diffèrent aujourd’hui en titre et mitre, en la dignité essentielle, ils ne diffèrent aucunement [...] Mais nous n’improuvons point cet ordre [épiscopal], quand il est bien observé » (p. 400).

47La vision de du Plessis sur le Ministère se rapproche donc de celle de du Moulin, et si celui-ci insiste plus sur l’imposition des mains que ne le fait celui-là, leur position sur la « succession » est identique et doit s’entendre chez tous les deux comme un souci de montrer une continuité dans l’autorité.

  • 42 Les Droicts de l’Eglise Catholique et de ses Prebstres, Genève 1613. Cf. sur Bedé, supra, n. 2. Son (...)

48La perspective de Bedé de La Gormandière est bien différente. Son gros ouvrage, Les Droicts de l’Église catholique et de ses Prebstres tend à démontrer que les vrais « prêtres » sont ceux de l’Église réformée, car ils correspondent à ce qu’ils étaient dans l’Église ancienne42.

  • 43 Pour Bérauld et Chamier, cf. supra, p. 81-82. Bedé donne un très curieux exemple d’Église invisible (...)

Non seulement il appuie toute l’autorité du Ministre sur son élection par le peuple, mais peu lui importe au fond qu’il y ait continuité du Ministère visible. Nous retrouvons chez lui la même démarche de pensée que celle relevée chez Bérauld et Chamier, à propos de la visibilité de l’Église et des éclipses du Ministère43.

49Le Ministre est « une grâce de Dieu » :

Le Pasteur est un don de Dieu, mais aussi la foi qui est un effet de l’ouïe de sa Parole, laquelle annoncent les Ministres de l’Évangile dont Notre Seigneur est le chef souverain et modérateur, lui envoyant ses pasteurs, tantôt immédiatement et extraordinairement, tantôt par le Ministère des hommes (p. 225).

50Le Pasteur est donc défini, si l’on peut dire, par la parole qu’il porte, « puisqu’il n’y a que celui qui est envoyé de Dieu qui annonce la parole de Dieu » (p. 617). Toute la vision de Bedé est dominée par cette idée que l’on doit reconnaître dans le Ministre l’envoyé de Dieu, aussi cherche-t-il ce qui caractérise cet envoi.

  • 44 Il présente cela comme matière (= l’homme chrétien) et forme (= les grâces dont est doté le Ministr (...)

C’est un homme chrétien qui est pris d’entre ceux qui font profession de servir Dieu [et] outre le commun des autres, il se trouve doué des grâces requises pour l’exécution de sa charge44 (p. 253).
Mais d’autant qu’outre la simple qualité de chrétien, ils portent le degré de Pasteur, il faut savoir s’ils le sont légitimement. Et à cette fin, nous dirons qu’une chose est légitime qui est suivant les lois.

51Bedé distingue quatre parties essentielles : l’envoi par Jésus-Christ, une vie sans reproche, être plein de sapience, édifier le corps du Christ.

Le Pasteur a l’envoi, vu qu’il en a les marques et l’effet ; les marques selon que le requiert le Sauveur, « l’homme de bien tire des choses bonnes du bon trésor de son cœur », et ne baille qu’un indice pour connaître tout le vrai et le faux prophète, disant : « À leurs fruits, vous les reconnaîtrez » ; l’effet [...] pourquoi ne concluera-t-on pas que les Ministres soient envoyés de Dieu par la considération de la doctrine, et si l’effet argue la cause nécessairement, voyant de leurs enfants spirituels tant de fidèles qu’ils ont engendrés par l’Évangile, comment leur pourrait-on dénier le titre de Père spirituel et de Messager de Dieu ? (p. 710-711).

52Quant aux cérémonies externes, « par le moyen desquelles le peuple est instruit, que celui qui est pourvu a vocation en l’Église de Dieu » (p. 267), il faut distinguer : l’élection, l’examen de vie et de mœurs, l’examen de doctrine et l’imposition des mains. Celle-ci ne vient qu’en huitième lieu et n’est donc pas essentielle :

Et quoique cette imposition des mains ne soit autre chose qu’une prière en faveur de l’Église et de la personne destinée au Ministère, selon ce que nous apprend saint Augustin, néanmoins pour faire valoir toutes les actions de nos Maîtres [les catholiques], ils y mettent tout le principal du mystère, comme si la foi venait de l’homme et non de l’ouïe de la parole de Dieu (p. 740).

53Cette imposition des mains, des prêtres peuvent la faire, ce qui fut le cas des premiers Réformateurs qui « ont eu l’envoi qui était alors en usage en la corruption du siècle, et en ont envoyé d’autres. » On ne peut pas non plus leur reprocher d’avoir prêché la vérité et d’avoir ainsi désobéi au Pape et, pour le justifier, Bedé avance cette curieuse raison : on leur a imposé les mains, mais cette cérémonie n’est que la huitième cause de l’envoi,

et l’évêque ne confère rien du sien, il n’est qu’un simple Ministre, n’exerce qu’une simple commission. C’est Dieu qui donne l’accroissement ; il n’y a non plus d’apparence de prendre cette conclusion pour le Pape, que si un commissionnaire qui établit un juge demandait quelque chose pour lui. Ainsi le Pasteur qui s’acquitte de son devoir contre l’intention du Pape qui lui a conféré l’ordre, peut dire qu’il tient sa charge du Christ, prince des évêques, duquel les plus légitimes serviteurs ne sont que simples commissaires (p. 745).

  • 45 Un exemple de l’incompréhension de l’instrumentalité en Église romaine : « Ils attribuent au mérite (...)
  • 46 « Si la nécessite dispense [à un particulier] de baptiser, pourquoi non de planter la foi qui vient (...)

54Cela contredit la phrase citée plus haut, mais cette antinomie peut s’expliquer par une différence d’optique : l’imposition des mains à laquelle tiennent les Romains n’est qu’une cérémonie qui fait partie de tout l’appareil de leur Église et ne leur sert qu’à imposer leur tyrannie. Mais l’imposition des mains, remise dans sa droite signification, n’est que le signe de l’envoi de Dieu, et en doctrine réformée, le Ministre qui l’accomplit n’y met rien du sien. On voit donc à quel point le rôle instrumental45 de la hiérarchie catholique est méconnu et comment la structure « extérieure » de l’Église apparaît seulement comme une machine à opprimer les consciences et à faire écran à la grâce46.

55On comprend que toute notion de succession et de mission donnée dans les « formes » apparaisse à Bedé comme une matérialisation des choses spirituelles :

Ce que nous disons, non pour rejeter les formes bien ordonnées, mais afin de faire voir qu’en cas d’impossibilité [...] de tyrannie par ceux qui siègent en l’Église, telles formalités n’empêchent que celui qui ne les a pas ne soit pasteur légitime (p. 270).
[...] Faudrait-il en temps de corruption en l’envoi ordinaire, que l’absence ou la malice des ordinateurs prive le peuple de son droit d’élection [...] ou que ce défaut empêche que celui, lequel a toutes les parties essentielles et cérémonielles, fors l’onction ou l’imposition des mains d’un évéque soit estimé destitué de vocation, en sorte que le tout dépendit des ordinateurs, car ce serait faire ce que Notre Seigneur a blâmé ès prêtres de la loi [ceux qui ferment les portes du Royaume des Cieux : Mt. 23, 13] (p. 281).

56Et Bedé dira : « Le Ministère est électif en la pure disposition de l’Église et comme parlent les jurisconsultes, il est « datif ex inquisitione » (p. 159).

57Les perspectives de Bedé sont donc très différentes de celles de du Moulin. Tout souci de « continuité » semble lui être étranger. Il place le Ministère dans la dépendance directe du Christ et lui accorde un degré spécial dans la structure de l’Église. L’appel et l’élection de l’Église médiatisent pour lui l’envoi du Ministre ; aussi lui importe-t-il peu qu’il y ait une liaison entre un Ministère romain qu’il voit « du tout corrompu » et le Ministère légitime.

58Nous retrouvons chez Bedé la même position que nous relevions dans l’ouvrage de Bérauld, à propos de Ro. 10, 15 : La parole prêchée et les fruits qu’elle produit sont la preuve même de l’envoi des Ministres par le Christ :

Car si nos Maîtres [les catholiques] ont méconnu le Sauveur de tous, comment connnaîtraient-ils ses serviteurs : « Vous ne savez qui je suis ni où je vais », mais cette sapience est connue de nos Églises humbles, bannies des grandes villes, persécutées pour justice, auxquelles ce même Esprit rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu, que si nous sommes enfants spirituels, il s’ensuit que nous sommes régénérés par l’Esprit de Dieu, et l’ouïe de cette parole qui cause la foi, et finalement que les organes de telle prédication sont Ministres envoyés de Dieu, autrement comment prêcheront-ils s’ils ne sont envoyés, comment engendreraient-ils tant d’enfants spirituels, s’ils n’étaient pères de même nature (p. 797).

59La position de Jean Cameron se situe entre celle de Bedé et de du Moulin. Écossais de naissance, il vint à Bordeaux vers 1600 et devint ministre en cette ville en 1608. Il devait être professeur de théologie à Saumur en 1618, puis enseigna à Montauban, avant de mourir en 1625.

  • 47 L. E. Du pin, t. 2, 3ème vol., p. 375. C’est aussi l’avis de P. Bayle (Dictionnaire, t. l, p. 741-7 (...)

60Du Pin dira de lui : « C’est un des meilleurs théologiens qu’il y ait eu entre les Prétendus Réformés47 ». Son Traicté auquel sont examinés les Préjugez de ceux de l’Église romaine contre la Religion réformée, paru en 1617, passe en revue tous les préjugés qui empêchent les deux religions d’en venir à la confrontation de doctrine. Ceux-ci concernent avant tout le problème de l’Église :

[Nos adversaires] s’étant attribué une fois ce titre d’Église annoblie par tant d’éloquence, avantagée par tant de promesses que nul ne peut révoquer en doute son autorité, s’il ne s’avoue quand et quand ou Juif, ou Turc, ou paien, il leur a été facile ensuite de mettre hors de toute considération la doctrine contraire à leurs abus (p. 29).

61Il entreprend donc d’analyser toutes les fausses « marques » de l’Église et se heurte évidemment à la question de la mission. Ayant montré que Dieu se conserve toujours une « vraie Église », il précise :

Quand nous disons que l’Église chrétienne peut errer, ou a erré, nous n’entendons point le nombre des fidèles, le nombre de leurs successeurs en la foi : nous avouons que ceux-là n’errent point et ne peuvent errer au fondement, tous ensemble et jusqu’à la fin. Mais nous disons que celle qui erre est cette Église, laquelle se vantant du titre d’Épouse, n’est en effet qu’une paillarde (p. 111).

62Ainsi l’Église n’est-elle pas toujours visible et « exposée aux yeux des hommes » et si on demande : « Où était votre Église avant Luther » ? on peut répondre :

Dieu avait une Église au milieu de Babylone [...] Quelques-uns étant découverts de temps en temps, ont été les uns exilés et bannis, les autres cruellement mis à mort, et ce sous prétexte de crimes atroces et horribles [les Vaudois et Albigeois...] Quant aux docteurs de l’Église, le Saint-Esprit a toujours enseigné son Église et extérieurement, ç’ont été les mêmes, c’est à savoir les docteurs de l’Église romaine. C’était de vrais et faux docteurs : vrais pour la parole et faux pour les traditions, mais les brebis du Christ savent bien reconnaître la bonne herbe (p. 135-137).

63Il refuse toute succession, car

la vraie succession de l’Église n’est point toujours conjointe à cette succession politique qui, de soi, sans la succession de la vérité est semblable à la succession des ténèbres à la lumière [...] Celle-là doit être estimée vraie succession qui est succession de piété [...] La succession de siège n’a de la succession que le nom, la succession du sentiment en a la vérité (p. 143).

64D’ailleurs évêques et prêtres ne sont plus ce qu’ils étaient jadis, et c’est pourquoi on peut dire qu’il y a interruption :

Les prêtres devaient enseigner, ceux-ci, la plupart sont ignorants et idiots, ils ne sont point par conséquent successeurs de ces premiers-là, sinon à la façon que les ténèbres succèdent au jour. [Ce n’est point uniquement faute de la personne, ] car pour ce qui est des charges ecclésiastiques, là où l’incapacité de la personne est, la charge ne peut être. J’appelle ici l’incapacité, non le vice de la personne simplement, mais l’impossibilité d’exercer la charge (ainsi, une femme qui n’a point de lait ne peut être nourrice) (p. 176).

65C’est donc la charge seule qu’il considère, et lorsqu’il donne des équivalences du Ministère, il ne cite pas des fonctions où il faut être investi d’une autorité par un autre, mais des professions où compte la valeur intrinsèque de l’individu : médecin, jurisconsulte.

66Quand il aborde le problème de l’autorité au nom de laquelle s’est faite la Réforme, il pose pour principe que

pour donner des avis, il suffit pour toute autorité de savoir en donner à propos. Si dans un état, on s’élève contre les officiers du roi, c’est une sédition, mais si c’est contre une trahison de ceux-ci, c’est un acte héroïque, d’autant plus signalé que moins a d’apparence et d’autorité celui qui l’entreprend (p. 195).

  • 48 Comme Calvin, il lie vocation et baptême : « On réplique ici que si ces personnes [les premiers Réf (...)

67Dans cette perspective, la vocation des premiers Réformateurs n’est vraiment invoquée que comme un argument supplémentaire48 :

Si notre doctrine est véritable, quand même nous n’aurions pas la mission extérieure, si nous faudrait-il ouïr ; et si elle est fausse, quand nous aurions cette mission (comme nous l’avons), on nous devrait abhorrer plutôt que de nous ouïr [...] Y a-t-il meilleur argument contre un jurisconsulte qu’il est un ignorant ou corrompu. Que profitent au médecin et au jurisconsulte leurs lettres, s’ils sont incapables et infidèles ? Certes, il n’en est pas autrement des docteurs de l’Église, s’ils ont la suffisance, il les faut recevoir, quand bien ils ne pourraient faire apparoir de cette mission extérieure. Et s’ils n’ont point cette suffisance, quand ils feraient voir qu’ils ont la mission, ce ne serait qu’une mission humaine, une autorité de laquelle l’homme menteur et ignorant est auteur, mais que le Seigneur désavoue, lui qui n’envoie personne qu’il ne l’ait doué de tout ce qui est nécessaire pour l’exécution de la charge en laquelle il l’emploie (p. 203-204).

68Si donc on parle de « mission » des premiers Réformateurs, on ne s’attache pas à une mission sacramentelle, mais seulement à un envoi en charge : il y a sans doute reconnaissance que l’Église romaine a envoyé légitimement et a pu correspondre à l’intention de Dieu, mais cela ne tient pas à l’Église en tant que telle ; ce serait plutôt une heureuse coincidence.

69Et reprenant Ro. 10, 15, il demande : quelle est la nature de cet envoi ?

En un état tolérable de l’Église, Dieu a établi un ordre, lequel il veut être gardé [...] Mais quand la confusion est telle que cet ordre n’a point de lieu, il ne défend point de prouver le principal, encore que l’ordre ne se puisse observer, ains il commande de le chercher tant plus ardemment, que moins il est possible de l’obtenir par la voie ordinaire.

70Ce n’est pas là introduire la confusion :

Celui-ci est vraiment brouillon qui méprise l’ordre, non celui qui ne peut le trouver. Ce n’est donc pas introduire la confusion de permettre l’exercice d’une charge à celui qui en est capable, sans y être appelé par aucun homme (p. 208- 209).

71Cameron considère donc avant tout la charge pastorale et ce qui signifie l’envoi de Dieu, mais s’intéresse fort peu, ou pas du tout, à une continuité d’exercice : la charge se définit par la prédication, comme ce sont les qualités du prédicateur qui permettent de reconnaître en lui l’envoi divin :

Quand bien l’autorité défaudrait au Pasteur, si au reste la capacité et la fidélité se trouvent en lui, la fonction de sa charge fait toujours son effet, autant entier et plein que si elle était accompagnée de l’autorité de la mission extérieure. (C’est le bon lait qui nourrit soit que la nourrice ait été approuvée et recommandée par le médecin ou qu’elle ne l’ait point été). [Ce n’est point la même chose que pour un juge, dont la charge] prend son efficace et sa force de l’autorité du juge, d’où vient que les arrêts ne sont point exécutés pour ce qu’ils sont justes, mais pour ce qu’ils sont arrêts [...] Mais la vertu et l’efficace de la fonction ecclésiastique ne dépend point de l’autorité de celui qui l’a fait (p. 216-218).

72Pour reprendre les trois points de vue que du Moulin distingue dans la vocation : charge, formalités, succession, seul le premier attire toute l’attention de Cameron ; le second ne fait qu’accompagner son souci d’ordre ; quant au troisième, il lui paraît absolument sans intérêt, sauf pour réfuter l’argument des adversaires.

  • 49 Haag, La France protestante, 1ère éd., VIII, p. 443-445. Il devient le beau-frère de du Moulin, car (...)
  • 50 Le Catholique Orthodoxe opposé au Catholique Papiste, esquels sont disputés en sommaire toutes les (...)
  • 51 Catéchisme et Abbrégé des Controverses de notre temps touchant la Religion. C’est un petit livre ra (...)
  • 52 Op. cit., p. 125-126 : « Calvin et les siens se sont ingérés de leur propre mouvement. Ils ont ces (...)
  • 53 La page 425 de Rivet semble démarquer de très près du Plessis, Traitté de l’Eglise, p. 388-390.

73En revanche, la position d’A. Rivet est proche de celle de du Moulin. Ce pasteur de Saintonge était une « autorité » dans l’Église réformée de France : de 1601 à 1617, il participa à cinq synodes nationaux, dont il fut trois fois le secrétaire et une fois le modérateur49. En 1620, il ira à Leyden pour y devenir professeur de théologie jusqu’à la fin de ses jours (1652). Durant sa période française, il publia un gros ouvrage, le Catholique orthodoxe50, sans cesse enrichi de 1608 à 1616, pour répondre au Catéchisme des Controverses, petit livre dû au jésuite Baile, où l’on trouve réponse à tous les points contentieux entre les deux Églises51. Le problème de la mission est abordé parmi beaucoup d’autres. À Baile, qui disait : « Ils n’ont point de mission [...] ou ils en appellent aux premiers d’entre eux qui ont été baptisés en l’Église romaine, voire prêtres52 », la réponse de Rivet est double : Outre les serviteurs de Dieu que Dieu suscita pour redresser ce qui était déchu, il y a eu ceux qui ont été reçus dans les formes, tel Calvin, et il y a eu « ceux qui ont eu la vocation ordinaire qui restait pour lors en la corruption de l’Église [...] Ils ont rallumé le don qui était en eux » (p. 425)53.

74Il consacre aussi un passage à montrer l’égalité des prêtres et des évêques, distinguant les charges d’institution divine et celles

qui sont utiles et instituées par les hommes pour la commodité et aide des charges essentielles [...] Nos évêques sont tous les Pasteurs qui, selon l’exhortation de saint Paul aux évêques de la ville d’Ephèse [...] prennent garde à eux-mêmes (p. 516).

Et comme du Moulin, il reconnaît le bon droit de la condamnation d’Aërius :

S’il s’était contenté, comme saint Jérôme, depuis de dire et écrire que l’évêque et le prêtre, de droit divin, sont d’un même degré, il n’aurait pu justement être condamné. Mais il a été téméraire et schismatique, s’il s’est séparé de l’Église pour y avoir trouvé une distinction de supérieur et d’inférieur, laquelle ne blessait point la foi (p. 517).

75Si nous reprenons les quatre témoins auxquels nous nous sommes adressés, il ne semble pas que du Moulin ait enfanté un « nouveau monstre de vocation » : il ne fait que redire à sa manière et selon son optique ce que nous avons trouvé ailleurs.

76Car il est certain que du Moulin ne faisait que mettre en oeuvre l’ensemble des thèses réformées. Affirmation de la primauté de la charge, définie par l’annonce de la pure Parole ; possibilité de la vocation extraordinaire et même nécessité d’élire un Pasteur, comme dans l’hypothèse de « l’île déserte » ; vanité de l’argument de la succession de chaires, lorsque celle de la doctrine ne va pas de pair ; revendication cependant d’une continuité du Ministère qui fonde l’autorité qu’ont eue les premiers à réformer l’Église. C’est là sans doute que le propos de du Moulin diffère un peu de celui de ses contemporains, mais il s’agit uniquement d’une question d’accent : d’ailleurs, en considérant une succession de chaires et non de personne à personne, c’est toujours la charge qui est mise en avant.

  • 54 Cf. Du Plessis : « Quand Dieu nous en a fait la grâce de connaître la fausse commission du pape [.. (...)

77Du Plessis et Rivet reconnaissent comme lui que l’ordre épiscopal puisse être conservé, comme un élément d’une « police » ecclésiastique et Rivet s’accorde avec lui sur la nécessité de ne point troubler l’ordre en l’Église, comme l’avait fait Aërius. Nous retrouvons aussi l’argument des « préréformateurs », Vaudois et Albigeois, chez Cameron. Avec plus ou moins d’insistance, tous quatre arguent de la vocation ordinaire des premiers Réformateurs, pour étayer leur autorité à réformer l’Église. Il est vrai que du Moulin, en systématisant l’idée de la « bonne charge corrompue » et de la fidélité au serment prêté54, donne l’impression d’aller plus loin que tous. Seulement, ce qu’il recherche n’est autre que la permanence d’une charge – qui gardait même dans l’Église romaine un contenu « divin » – et non celle d’une mission ininterrompue.

  • 55 L’expression est de Voeltzel, op. cit., p. 114.
  • 56 En analysant la « tierce marque des Pasteurs », Voeltzel nous semble avoir sous-estimé cette distin (...)

78Tous, ils ont le souci de l’ordre en l’Église, et même dans la « nécessité prophétique55 » qui a pu pousser chacun à annoncer la vérité, ils distinguent ce qui est de la vocation générale et de la vocation pastorale (« redresser l’Église »). Certes, il y a pu y avoir des Pasteurs qui se sont mis à prêcher sans avoir les « formalités », mais ils n’en ont pas moins par la suite été « reconnus » par leur troupeau, et on a pu voir dans l’effet qu’a eu leur parole le signe même de l’envoi par Dieu. C’est dire que l’on a des Pasteurs une conception très « sacrale » et que l’on aperçoit une différence de « degré » entre eux et le peuple qui leur est confié. Jamais nous n’avons trouvé qu’ils soient présentés comme ceux qui cristallisent le Ministère commun à l’Église. Un Bedé, un du Plessis56 peuvent insister sur l’élection, mais ils n’en déduisent pas que le « peuple » ait un autre rôle que de « médiatiser » l’appel divin.

79On voit toujours le Ministre sous la dépendance directe du « Pasteur des Pasteurs ». En mettant en avant l’imposition des mains, du Moulin ne fait qu’appuyer cette conception « sacrale » du Ministère. Il nous reste donc à voir maintenant comment, à l’intérieur même de l’Église réformée, on présentait le Ministère tant aux fidèles qu’aux Pasteurs.

Notes

1 Sur l’Eucharistie, cf. ch. 5, n. 20. Après une polémique, née du serment d’allégeance qu’il avait imposé en 1605 aux catholiques et qui avait été condamné par Paul V, Jacques I d’Angleterre publia une Apologie qu’il adressa à toutes les cours européennes. Henri IV désira qu’une réponse y fut faite et ce fut Nicolas Coeffeteau qui s’en chargea en publiant la Response à l’advertissement adressé par le Sérénissime Roy de la Grand’Bretagne, Jacques I [ … ] à tous les Princes et Potentats de la chrétienté, Paris, 1609 (cf. Charles Urbain, Nicolas Coëffeteau, Lyon, 1894, p. 160-176). Du Moulin y répondit par sa Défense de la Foy catholique contenue au livre du très-puissant et sérénissime Jacques I., Roy de la Grande-Bretagne et d’Irlande, défenseur de la Foy contre la Response du F. N. Coëffeteau Docteur en Théologie et Vicaire général des Frêres Prêcheurs, Paris, 1610. À quoi, Coëffeteau répliqua par une Apologie pour la Response à l’advertissement du Sérénissime Roy de la Grand’Bretagne, Paris, 1614 (Il ne faut pas confondre cette controverse avec celle qui provoqua la Réplique à la Response du Sérénissime Roy de la Grand’Bretagne de Du Perron née d’une autre discussion).

2 Cf. Jacques Pannier, L’Eglise réformée de Paris sous Henri IV, p. 163-164 et L’Eglise réformée de Paris sous Louis XIII, I, Paris, 1921, p. 139. Haag-Bordier, La France protestante, t. 2, p. 109.

3 Le Mercure françois, t. 5, Paris, 1619, p. 55.

4 Deffense de la Confession des Eglises réformées de France contre les accusations du Sr. Arnould Jésuite, déduites en un sermon fait en la présence du Roy à Fontainebleau, par lesquelles il soutient que les passages cottées en marge de notre Confession sont faux et inutiles, sl.nd.

5 L’Eglise réformée de Paris sous Louis XIII, I, p. 391.

6 « Les Ministres n’étaient pas encore réduits à tout souffrir sans se défendre [...] Du Moulin qui avait l’esprit vif, l’imagination féconde, le coeur plein de zèle et qui par l’aveu même de ses adversaires, écrivait avec autant d’agrément que de force et de facilité, ne fut pas longtemps sans faire au Jésuite une réponse concertée avec ses collègues [...] au Ministère ». Elie Benoist, Histoire de l’Edit de Nantes, II, p. 231-232.

7 Op. cit., p. 57.

8 M.C.M., Responce à l’Epistre des Quatre Ministres de Charantton par eux adressée au Roy, contre le Père Arnoux Jésuite, où sont clairement démonstrées leurs impostures, et calomnies contre la vérité tant de l’Ecriture Sainte que du service de sa Majesté, Paris, 1617, 16 p. ; De Crosilles, Remonstrance très-humble présentée au Roy au nom des Français Catholiques pour Response à la Lettre adressée par les Ministres à sa Majesté sur la dispute du Père Arnoux, Paris, 1617, 52 p. ; Pitard, L’innocence deffendue contre la calomnie des Ministres de Charenton, en leur Epistre, adressée au Roy, sur la proposition du P. Arnoux, Paris, 1617, 59 p.

9 Frizon, Le Moulin de Charenton sans Farine ou Discours contre les thrasonismes, impudences et hérésies de Pierre du Moulin, Ministre du Village de Charenton, contenues en son libelle des fuites et évasions du Père Arnoux, Paris, 1618. P. Salpets, Le Réveil-matin des quatre Ministres, Paris, 1618. Ce sont d’ailleurs des réponses aux Fuites et Evasions de Du Moulin.

10 Richelieu, Des principaux points de l’Eglise catholique deffendus contre l’escrit adressé au Roy par les quatre Ministres de Charenton, 1617 ; cf. aussi C.F. D’Abra de Raconis, La Confession de foy des Ministres percée à jour, et son bouclier mis en pièce, ou Examen de toute la Confession de foy des Ministres et réfutation de tout ce que du Moulin fait venir au secours en son Bouclier de la foy, Paris, 1620 (tome I), 1621 (tome II). Il réfute tout à la fois la Déffense et le Bouclier de la foy qui lui fit suite. On trouve dans la Préface cette allusion au Traitté de la Vocation, « si traité nouveau se peut dire, un livre quasi fripé d’un bout à l’autre, et traduit seulement du latin en français » (p. 10).

11 En marge de l’article 31, la Confession citait Gal. 1, 15, et Arnoux remarquait que ça ne prouvait point le contenu de l’article sur la mission des Ministres. Voici ce que répondent les Ministres : « Nous répondons que le passage du premier des Galates n’est point coté en marge pour prouver les mots de notre Confession, [...] mais ce passage est mis pour prouver ce qui est ajouté peu après au même article, savoir ‘Que les Pasteurs doivent avoir témoignage d’être appelés à leur office’, [...] Quant à ce que nous disons que Dieu de notre temps a suscité gens d’une façon extraordinaire pour redresser l’Eglise, notre Confession ne cote là-dessus aucun passage pour ce que nous prouvons par passage de l’Ecriture les points de notre croyance, mais non les événements arrivés en France de notre temps, qui sont points d’histoire moderne et non article de foi. Cependant, le Lecteur remarquera que ce sont les Eglises de France qui parlent ; et qui, par conséquent, par le redressement de l’Eglise entendent parler seulement du rétablissement et réformation que Dieu a fait en France de notre temps et des moyens dont Dieu s’est servi pour ce faire. Pour lequel œuvre, Dieu a tellement suscité des personnes d’une façon extraordinaire, que cependant ces mêmes personnes ne laissaient d’avoir la vocation qui lors était ordinaire, et ont suivi les moyens qui sont ordinaires et nécessaires ès maux extraordinaires » (p. 24).

12 J. Arnoux, La confession de foy des Ministres convaincue de nullité par leur propre Bible, avec les responses à l’escrit concerté, signé et publié par les quatre Ministres de Charenton, Paris, 1617. Le P. Arnoux n’avait fait qu’appliquer la méthode du Père Gontier, que devait reprendre François Véron, disant : « Il faut tirer du religionnaire la preuve de son accusation et de sa doctrine le faisant toujours auteur et nous constituant en tout défendeur [...] Il faut forcer le religionnaire de traiter premièrement par texte exprès, ne lui donnant congé de passer aux conséquences, qu’il n’ait expressément confessé que les textes formels lui manquent » (Sommaire de la méthode de rendre muets les Ministres, Paris, 1621, p 6).

13 Bouclier de la foy, ou Défense de la Confession de foy des Eglises réformées du Royaume de France, contre les directions du Sr. Jehan Arnoux Rionnois jésuite. Livre auquel sont décidées toutes les principales controverses entre les Eglises réformées et l’Eglise romaine, Sedan, 1619.

14 Nous utilisons l’édition parue chez Jean Jannon à Sedan 1618 (256 p.).

15 L.M.N., Réfutation de la nouvelle hérésie du Ministre du Moulin, Touchant la vocation des Pasteurs et l’art 31 de la Confession de foy des prétendus Réformés, Paris, 1618 ; Bouju de Beaulieu, Destruction de la prétendue vocation des Ministres à la charge de Pasteur selon le livre même de du Moulin leur confrère, plus le Bouclier de leur foy faussé par la Sainte Ecriture, Paris, 1619 ; F. Garasse, Le Rabelais réformé par les Ministres et nommément par Pierre du Moulin, Ministre de Charenton pour répondre aux bouffoneries insérées en son livre de la vocation des Pasteurs, Brusselle, 1620 (éd. utilisée ; la première est de 1619) ; Jean de Saint-François (Goulu), Response au livre de la vocation des Pasteurs de Pierre du Moulin Ministre à Charenton, Paris, 1620.

16 Seul le P. Garasse semble ne pas avoir utilisé ces auteurs, mais son but est moins de traiter du problème de la vocation que de ridiculiser du Moulin. Si L.M.N. reprend des citations apportées par du Perron ou Bérulle, mais sans le dire, les deux autres se réfèrent abondamment à ceux-ci (cf. Bouju : « comme cela a été montré clairement par plusieurs catholiques qui ont écrit de cette matière et notamment par le feu M. le Cardinal du Perron, il n’a pas osé répondre [...] à M. de BérulIe qui a encore depuis débattu sur ce même sujet » (p. 13 ; le « cela » concerne la nécessité de la mission successive). J. de Saint-François cite même de longs passages de la Réplique de du Perron (p. 344, 510, etc.).

17 Le livre de L.M.N. lui est dédié et l’invite à travailler à l’extermination des Calvinistes. Bouju fait allusion aux « désobéissances » au Souverain : les biens ecclésiastiques du Béarn qui n’ont pas été rendus aux catholiques, les forts de La Rochelle, op. cit., p. 21.

18 E.G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, t. 2, p. 219.

19 Bibliothèque des auteurs séparés de la communion romaine aux seizième et dix-septième siècles, t. II, 4ème vol., p. 596 à l’art. Andrews.

20 On en relève trois pour 1618, une en 1628, deux à Genève en 1631 et 1672, ainsi qu’une traduction allemande en 1619.

21 Préjugez légitimes contre les Calvinistes, Paris, 1671, p. 124-128. Il est cité encore par Fénelon dans son Traité du ministère des Pasteurs, 1688 (Œuvres, t. 2, Versailles, 1820, p. 3-11).

22 Est-ce le souvenir d’un satiriste « immortalisé » par Garasse qui valut à Pascal de se voir décerner par ses adversaires le titre de « disciple de du Moulin » ! (12ème Provinciale, 9-9-1656, éd. Pauvert, l964, p. 201).

23 Cf. supra, n. 15.

24 La royale Prestrise, 1610, cf. supra ch. 7, n. 22.

25 Cf. Traitté, p. 11 : « Je ne dis pas cela [qu’il est peu utile de savoir comment le Pasteur a été reçu en charge] pour nous exempter de rendre compte de notre réception en charge ou de notre succession, comme on demande des lettres de judicature ». L’exemple du « Canal » se trouve p. 214 et 176.

26 Il se garde de parler d’une vocation « en partie ordinaire, en partie extraordinaire » (cf. Réplique, § XXXIII). Il répond à la question sur la date où a défailli la succession (cf. op. cit., § LVII). Les objections auxquelles il réplique sur la succession attribuée aux Ministres reprennent sauf une, celles de du Perron (cf. XLVI), de même pour l’objection de la réordination des anciens prêtres. Il retourne l’objection de du Perron (si l’Eglise avait encore mission, il ne fallait pas s’en séparer, si l’Eglise n’avait plus que le « caractère », elle ne pouvait donner mission, cf. § XLVI) : si l’Église avait encore vocation, elle a pu la leur donner ; sinon, les « Romains » n’ont pas plus vocation que nous.

27 Pour du Moulin, c’est la correction des instruments et la parole qui l’accompagne (« Reçois la puissance d’offrir sacrifice à Dieu » ; cf. supra p. 102) qui est l’acte essentiel de l’ordination. Il reconnaît cependant que dans la monition d’ordination, on invite à prêcher : « Ce sont anciennes pièces demeurées parmi une horrible corruption, afin qu’elles servissent à toucher la conscience de ceux qui prendraient la charge [... et] se sentissent obligés à proposer la pure parole de Dieu » (p. 121).

28 Pour Bedé de la Gormandière (cf. supra n. 2), il ne reste de bon que la charge de curé : « Les seuls curé et vicaires résidant sur le lieu sont plus approchant de la mission apostolique que nul prêtre romain » (p. 34).

29 Sur l’identité des évêques et des prêtres et l’élection de l’évêque par le collège presbytéral, cf. Calvin, Instr. Chrét., IV, 4, 2-3, p. 173-175.

30 Cf. Cartel de deffy du sieur de Bouju surnommé de Beaulieu, envoyé au sieur du Moulin avec les responses et Répliques de part et d’autre sur le point de la Cène et des Marques de l’Eglise (1603), Genève, 1625 : il est intéressant de voir dans cet écrit du début du siècle que du Moulin soutient les mêmes positions que dans le Traitté : sur les Evêques, « institution humaine laquelle ès commencement était utile ». Quant à l’égalité des prêtres et des évêques avec les prêtres, « en quoi le sieur de Beaulieu nous égale avec Aerius, il y a de la calomnie, car aujourd’hui encore une partie des Eglises qui tiennent notre confession ont des évêques par-dessus les nôtres, comme les Eglises de Grande-Bretagne, avec lesquelles nous ne cessons pas d’être d’accord » (p. 115). Sur les Églises de France qui « tiennent ou tenaient déjà notre confession lorsque Luther commença à prêcher », sur le serment des Docteurs de prêcher la vérité, sur la continuité de la vocation depuis ceux qui « tenaient même croyance que nous [les Vaudois] » (p. 119). Cf. aussi la Défense de la foy catholique, 1612 (cf. supra n. 1) : « Le but du gouvernement de l’Eglise et de la discipline ecclésiastique est la paix de l’Eglise, la correction des moeurs, [...] à quoi j’estime qu’on peut parvenir par divers moyens et que celui serait téméraire qui voudrait astreindre toutes les autres Eglises a la forme de police ecclésiastique en son pays ou par présomption constituer son exemple pour universel » (p. 475). Cela correspond aux propositions faites par le synode de Tonneins (1614) pour « ajuster les différends » entre les Églises chrétiennes ; cf. texte dans René Voeltzel, Vraie et fausse Eglise selon les théologiens protestants du dix-septième siècle, Paris, 1956, p. 161 (l’art. VII).

31 Cf. supra n. 1. Garasse (op. cit., p. 135) lui reprochera de parler du « pouvoir des clés », uniquement par souci des Anglais.

32 D’après du Pin, op. cit., t. II, 4e vol., p. 596-598 : On reprocha en Angleterre à du Moulin de n’avoir pas dit que la différence entre prêtre et évêque était de droit divin, à quoi il répondit : « que la police qu’ils ont en France l’a obligé à dire que la supériorité des évêques n’était pas de droit divin ; que cependant il croyait avoir gardé une espèce de tempérament en ne condamnant pas l’usage de l’Eglise anglaise ». Dans une lettre du 6 septembre 1618, Andrews, théologien anglais, continua à défendre la supériorité hiérarchique des évêques ; du Moulin lui répondit que celle-ci ne datait que du IIe siècle. Sur la position des Réformés vis-à-vis de l’épiscopat, cf. Jacques Pannier, Calvin et l’épiscopat, Strasbourg, 1927, p. 45-46 – mais il ne connaît pas cette correspondance. Il semble que la lettre d’Andrews (20 juin 1619) qu’il donne en annexe de son Eglise réformée de Paris sous Louis XIII, t. 1, p. 677-678, soit un débris de cette correspondance.

33 « Que si pour l’idolâtrie, ou pour les hérésies, il ne faut pas se séparer d’une Eglise particulière, pourquoi l’Eglise romaine s’est-elle séparée de l’Eglise grecque, de la Syrienne et de l’Africaine, à cause de la diversité de créance » (p. 181).

34 Sur la place des Vaudois dans l’argumentation réformée, voir A. Rebelliau, Bossuet historien du protestantisme, p. 236-237.

35 1) « Que la charge de prêtre et d’évêque doit être ordinaire en l’Eglise et est instituée de Jésus-Christ ». 2) « Qu’à ceux qui ont vocation ordinaire en une Eglise soit pure, soit impure, Dieu donne quelquefois des commissions extraordinaires », tel Ezéchiel ou Jérémie. 3) « Qu’une Eglise hérétique et corrompue en laquelle il n’y a point de salut », il peut y avoir une succession de chaires. 4) Mais les chaires sont destinées à la vérité, même si on s’en sert pour autre chose. 5) Cette Eglise hérétique et idolâtre « peut donner à quelqu’un une vocation suffisante pour l’obliger à résister aux abus de l’Eglise qui l’a appelé et à prêcher l’Evangile en pureté ». 6) « Un homme appelé dans l’Eglise [...] qui a fait serment d’enseigner la pure doctrine, doit tenir son serment ». 9) « Que pour avoir converti sa charge à son droit usage, et gardé le serment fait à Dieu, il ne peut perdre sa charge et qu’étant dégradé par ses ennemis, sa dégradation est nulle » (p. 170- 171).

36 P. Petit, « La réordination des prêtres catholiques-romains qui deviennent pasteurs réformés », in La Revue Réformée n° 48 (1961/4), p. 1-24, surtout les p. 10-13.

37 Jean de Saint-françois, op. cit., préface.

38 Traité des Marques, p. 103 « Les principaux serviteurs se trouveront avoir été prêtres et docteurs en leur Eglise, auxquels nul n’a succédé depuis l’ordre des Eglises dressées, que par légitime succession ». Au colloque de Poissy (1561) il disait pourtant : « Et si vous répliquez [...] que les premiers de notre mémoire ont dressé nos Eglises n’avaient cette autorité, et ne sauraient alléguer succession, je vous réponds que plusieurs de ceux-ci pouvaient affirmer le contraire s’ils s’en voulaient aider. Mais à la vérité, ils ont volontairement renoncé à la marque de l’Eglise romaine, et il faut tenir le commencement de leur vocation pour extraordinaire, en laquelle toutefois il n’y a nul mépris de l’ordre ecclésiastique, vu qu’il n’y en avait point alors en l’Eglise » (Histoire Ecclésiastique, éd. de Toulouse, 1882, p. 315, cité par P. Petit, art. cité, p. 10). L’expression « surabondance de droit » se trouve chez Amyraut, Six livres de la vocation des Pasteurs, Saumur, 1648, p. 252 ; cf. Voeltzel, op. cit., p. 109, n. 90.

39 Traitté de l’Eglise auquel sont disputées les principales questions meües en notre temps, 3e éd., Genève, 1599.

40 « Cette tierce marque, combien qu’elle ne soit substantielle mais extérieure, à savoir la légitime vocation des Pasteurs et Ministres de l’Eglise [...] Car puisqu’il est question de prêcher, soit par les sacrements qui nous sont comme une parole palpable, et que pour prêcher, il faut être envoyé, il est très nécessaire que l’Eglise de Dieu ait un ordre pour envoyer les Pasteurs » (p. 22). Le ministère n’est donc pas lié à l’essence de l’Église, car il n’entre pas dans sa définition (« La compagnie de ceux que Dieu a élus à la vie éternelle en tous temps et en tous lieux ») (p. 1). Mais il est signe que l’Église existe.

41 « En après, si aucune Eglise peut alléguer la succession de ses Pasteurs, c’était la Judaïque, car elle était en la maison d’Aaron de père en fils, et hors, nul ne pouvait sacrifier. Et de fait, c’est ce qu’ils répondent aux prophètes [...] De fait cette sagesse successive et héréditaire crucifia le Christ » (p. 53-54).

42 Les Droicts de l’Eglise Catholique et de ses Prebstres, Genève 1613. Cf. sur Bedé, supra, n. 2. Son livre se divise en trois parties : la forme de l’Église ancienne et de ses prêtres, l’Église romaine et la mission de ses prêtres, l’Église réformée et la vocation des Ministres d’icelle. Les répétitions abondent ne serait-ce qu’entre la première et la troisième partie qui sont passablement parallèles. L’ensemble est un peu confus, mais est très instructif sur la pensée et la vision d’un « laïc » réformé qui se double d’un gallican.

43 Pour Bérauld et Chamier, cf. supra, p. 81-82. Bedé donne un très curieux exemple d’Église invisible : il raconte comment à Paris sous la Ligue, une assemblée réformée fut l’objet d’une perquisition et ne fut point reconnue : « ils virent l’Eglise, mais ne la connurent pas » (p. 669-670).

44 Il présente cela comme matière (= l’homme chrétien) et forme (= les grâces dont est doté le Ministre).

45 Un exemple de l’incompréhension de l’instrumentalité en Église romaine : « Ils attribuent au mérite de la personne qui confère l’ordre tout ce qui est de l’effet d’une charge de pasteur [...] comme si la personne du Ministre conférait la grâce par œuvre d’ouvrier et œuvre ouvrée, comme imposent nos ‘maîtres’, mais saint Paul leur dit : ‘Celui qui plante...’ (I Co. 4, 5-8) et saint Augustin : ‘Christ purifie par la main d’un pasteur pollu’, (contr. Parm. 1. 2), par ce que dit le Maître des Sentences : ‘que les hommes n’ont que le ministère de baptiser, le Christ seul la puissance’, et partant ne rebaptisons-nous point ceux qui sont nés sous schisme et hérésie. Et saint Ambroise (1. 2, c. 4 de Caïn et Abel) en un mot renverse le fondement de toute la papauté qui attribue aux suppôts du Pape une puissance spirituelle, laquelle réside en Dieu seul [...] et c’est ce que dit le Père ‘le prêtre exhibe son office mais il n’exerce aucune puissance’, jusque là que Chrysostome prouve par les paroles de saint Paul que l’apostolat n’est pas une dignité, mais un ministère et charge, car nécessité lui est imposée. Dont il s’ensuit que la difformité de l’envoi introduit en l’Eglise romaine fait juger à ceux qui sont formés sur ce modèle, que ceux qui ne sont tondus ni oints par un évêque sont incapables d’enseigner [...] et sur telles chimères ont bâti un des grands secrets de la messe et ses cautèles [...] afin de faire un monopole et contraindre le monde qui désire son salut de passer par les mains des imposants, que le salut dépend plus de leur personne ou de leur intention que de la parole de Dieu même » (p. 713-715).

46 « Si la nécessite dispense [à un particulier] de baptiser, pourquoi non de planter la foi qui vient de l’ouïe de la parole de Dieu, voire même a pareil effet que le baptême, selon qu’il est écrit ‘vous êtes jà nets par la parole que je vous ai dite’ [...] Que s’il est permis à un particulier en tel cas d’introduire un homme dans l’Eglise par le moyen du baptême et de la parole, pourquoi non de l’y conserver par la continuation du ministère entier et par la distribution de la sainte communion [...] Celui qui peut donner le baptême, peut aussi donner la communion au Corps du Christ ». Et Bedé cite le Canon « qua passus de consecratione », d. 2, Augustin : « Il ne faut nullement douter qu’un chacun fidèle ne soit fait participant du corps et du sang du Seigneur par le sacrement du baptême, encore qu’il décède avant de communiquer au pain et au vin, sacrement de l’Eucharistie, d’autant qu’il a en soi ce que le sacrement signifie ». « De cette nécessité qui n’a point de loi sont couvertes les actions de ceux qui s’enfuirent de Jérusalem ». Et de citer l’exemple de ceux qui s’écartent d’une Église hérétique : Flavien et Diodore à Aritioche, Sledesius (sic) et Frumentius... (p. 722-725).

47 L. E. Du pin, t. 2, 3ème vol., p. 375. C’est aussi l’avis de P. Bayle (Dictionnaire, t. l, p. 741-744).

48 Comme Calvin, il lie vocation et baptême : « On réplique ici que si ces personnes [les premiers Réformateurs] ont eu vraie vocation, il y a donc une vraie vocation en leur Eglise. A quoi nous répondons que si hors de la vraie Eglise, il y peut y avoir un vrai baptême, pourquoi ne pourra-t-il en une vraie Eglise y avoir une vraie vocation ? La vraie vocation est-elle moins compatible avec la fausse Eglise que le baptême ? Certes où il y a le baptême, il y a puissance de l’administer et où cette puissance, là aussi est la vocation ; nul ne peut sceller s’il n’est Garde des sceaux, nul ne l’est s’il n’y est appelé. Les sceaux de l’Eglise sont les sacrements, nul ne peut sceller en l’Eglise que celui qui en a la commission. Ils reconnaissent que notre baptême est valable [...] quel qu’hérétique qu’ils nous estiment. Nous leur rendons la pareille quand nous faisons valoir la vocation qu’avaient reçue nos prédécesseurs au milieu d’eux, et dont ils ont donné le droit à la postérité. Avouer donc notre baptême, qu’est-ce autre chose qu’avouer que nous pouvons baptiser ? Et cela qu’est-ce, sinon confesser que nous avons vocation de baptiser ? » (p. 199-200).

49 Haag, La France protestante, 1ère éd., VIII, p. 443-445. Il devient le beau-frère de du Moulin, car il en épousa la soeur en seconde noce.

50 Le Catholique Orthodoxe opposé au Catholique Papiste, esquels sont disputés en sommaire toutes les Controverses de ce temps, touchant la Religion et le Catéchisme d’lcelles, dressé et publié par Guil. Baile Jesuite, du mandement de l’Archevesque de Bourdeaux, réfuté de poinct en poinct, Saumur, 1616, 3ème éd. : c’est l’amplification (1300 pages) du Sommaire et Abrégé des controverses de notre temps touchant la Religion : Auquel la vraye et la fausse doctrine se pourront discerner par la confrontation des deux écrits contraires : L’un, le Catéchisme des Controverses qu’a dressé, et publié en Poictou par le commandement de l’Archevesque de Bourdeaux, GUILLAUME BAlLE, Jésuite, L’Autre, L’Examen et Response que lui a opposé de poinct en poinct ANDRE RIVET de Saint Maixent en Poictou, La Rochelle, 1608, 984 p. Le Catéchisme de Baile fut aussi réfuté par P. de La Vallade, Brève RESPONSE à un certain Escrit intitulé CATECHISME et Abrégé des Controverses de notre temps touchant la Religion Catholique, Fontenay-le-Comte, 1608 : on y retrouve les réponses ordinaires sur la mission et la structure de l’Eglise (« Son but principal est d’enseigner quels sont les membres principaux de l’Eglise. Et en ce traité, il [Baile] use de calomnie [...] en ce qu’il nous impose que nous ne constituons aucune distinction entre le clergé et le peuple. Car il est faux que nous ne mettions différence entre ces deux ; le mot clergé étant restreint comme il est en ce lieu et rapporté à ceux qui ont charge en l’Eglise, n’avons-nous pas nos Pasteurs ? nos Docteurs ? nos Anciens ? que nous distinguons par leur Office d’avec le reste du Peuple » (p. 149).

51 Catéchisme et Abbrégé des Controverses de notre temps touchant la Religion. C’est un petit livre rapide, très maniable, où s’entremêlent dans les réponses citations de l’Écriture et des Pères. Autant qu’il nous paraisse, c’est un des seuls catéchismes publiés alors. Il parut en 1607 à Poitiers ; il fut réédité en 1610 à Rouen (édition utilisée) et à Lyon en 1615.

52 Op. cit., p. 125-126 : « Calvin et les siens se sont ingérés de leur propre mouvement. Ils ont ces subterfuges en la bouche : que les premiers d’entre eux ont été baptisés en l’Eglise romaine, voire Prêtres. Par là je pourrais conclure que Simon Magus a été envoyé parce qu’il a été baptisé. Et que la loi de Mahomet est bonne pour ce que Sergius non seulement baptisé, mais Moine Apostat l’a dictée. Ils usent d’un autre échappatoire. Notre Sauveur dit ‘Allez et prêchez’ : c’est contre eux. Qui leur a dit : Allez et prêchez. Le diable peut prêcher, un philosophe païen ayant lu notre doctrine en peut autant faire. Est-ce à dire que leur prédication sera admise ? Non. La Mission y est nécessaire. Vous êtes sortis hors de l’Eglise. Montrez vos lettres patentes en bonne et dûe forme. Jérémie c. 23. lamente votre témérité, ‘ils couraient, et ne les envoyais pas’. »

53 La page 425 de Rivet semble démarquer de très près du Plessis, Traitté de l’Eglise, p. 388-390.

54 Cf. Du Plessis : « Quand Dieu nous en a fait la grâce de connaître la fausse commission du pape [...] Ceux qui étaient appelés à prêcher la vérité par le dû de leur charge, l’ont prêchée en l’Eglise ; ceux qui avaient vocation d’enseigner l’ont déclarée » (Traitté p. 354). Sur l’importance des Docteurs dans l’Église du XVIe siècle, on consultera Yves Congar, Vraie et fausse Réforme dans l’Eglise, p. 516-518 (Luther se défendra contre ceux qui lui reprochent de n’être pas « autorisé », en arguant de son titre de Docteur, et « du mandat qu’il avait reçu à ce titre de l’Eglise » (p 513).

55 L’expression est de Voeltzel, op. cit., p. 114.

56 En analysant la « tierce marque des Pasteurs », Voeltzel nous semble avoir sous-estimé cette distinction entre ce qu’on dit de tout chrétien et du rôle des Pasteurs, qui est très nette chez un du Plessis. De même il n’est pas possible de mettre côte à côte, comme il le fait, p. 111, la déclaration de du Plessis : « L’ordination du Pasteur juste et légitime est celle qui est examinée par le suffrage et le jugement de tout le peuple auquel sa foi et sa conversation [= manière de vivre] est connue » (Traitté, La Rochelle, 1600, p 368- 369) et celle de Claude : « Le principe de la vocation est dans le corps des fidèles » (Réponse au livre de M. de Meaux), parce qu’il y a eu, nous le montrerons, évolution dans la conception du ministère.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search