Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre 7. Le Ministère sacerdotal

Texte intégral

  • 1 On note une traduction anonyme parue à Bordeaux en 1567, rééditée en 1583, 1598, 1602 ; une seconde (...)
  • 2 Les deux ouvrages sont les seuls livres sur cette question que signale J. Dagens dans sa Bibliograp (...)

1Il serait faux de réduire la théologie régnante du sacerdoce aux déclarations expresses du Concile de Trente sur le sacrement de l’ordre, mais on ne doit pas oublier qu’elles constituaient une source éminente à laquelle se référaient les controversistes réformés. Il nous faut donc rapidement résumer les déclarations conciliaires, mais pour ensuite nous étendre sur des ouvrages qui nous font connaître l’enseignement commun. Ils ne sont d’ailleurs pas nombreux. Outre ce que dit sur ce sujet le Catéchisme du Concile qui fut rapidement traduit en français1, les ouvrages sur le prêtre parus sous Henri IV sont rares2 : nous en présentons deux, l’un dû à celui que le P. Broutin considère comme le premier évêque « réformateur », Fr. de la Rochefoucauld, l’autre qui est l’œuvre d’un prêtre, P. de Besse, « docteur en théologie et aumônier de Mgr le Prince de Condé ».

  • 3 A. Duval, L’Ordre au Concile de Trente, dans Études sur le sacrement de l’Ordre (coll. Lex Orandi, (...)
  • 4 Doctrina de sacramento ordinis, Sess. XXIII : cf. Denzinger n° 956a-968 ; traduction française dans (...)

2Le P. Duval a bien montré3 dans son étude sur L’Ordre au Concile de Trente, comment le Concile avait essentiellement voulu répondre aux négations protestantes, mais ne s’était pas attardé aux problèmes litigieux, alors en pleine discussion, la place de l’épiscopat par exemple. Le Concile4 a donc rappelé que le sacerdoce est lié à l’offrande du sacrifice eucharistique et qu’il a pouvoir de remettre les péchés ; en soulignant que l’ordre est un sacrement porteur de grâces, il a rappelé que la hiérarchie fait partie de l’être de l’Église et en définissant que l’évêque est le Ministre de l’ordre, il a ajouté que l’épiscopat n’est pas d’invention humaine.

  • 5 Ainsi Séripando, légat pontifical : « et quamvis certum semper et indubitandum fuerit, ministerium (...)

3La réfutation des points contestés ou niés par la Réforme – en particulier la question de savoir si un prêtre qui ne prêche point reste un vrai prêtre, explique pourquoi on a rappelé le lien essentiel entre sacerdoce et sacrifice et pourquoi, malgré les réclamations5 des Pères, on n’a pas jugé bon d’insister sur le Ministère de la Parole comme faisant partie intégrante des fonctions du sacerdoce. Les préoccupations pastorales des évêques se sont inscrites cependant dans les canons de reformatione qui avaient pour but de promouvoir un clergé capable d’instruire le peuple chrétien. Mais il reste que pour qui ne regardait que les déclarations doctrinales du Concile, la vision du Ministère pouvait apparaître comme très « sacrificielle » et mal insérée dans une théologie de l’Église.

4Pourtant, si l’on prend le Catéchisme du Concile de Trente qui monnaye l’enseignement commun à l’usage de la prédication, il suffit d’ouvrir la Préface pour sentir quelle importance est attachée au Ministère de la Parole, partie essentielle des fonctions sacerdotales. L’Église a besoin de pasteurs qui lui enseignent la foi et dont la parole est à révérer comme celle du Christ lui-même. C’est un devoir pour eux d’enseigner sans cesse, surtout en ce temps d’hérésie, en sachant s’adapter à toutes les catégories de fidèles. Et les pasteurs doivent se rappeler que leur seul but est de

  • 6 Catéchisme du Concile de Trente, Paris, 1936 (trad. Carpentier) : cf. Encyclopédie Catholicisme à « (...)

faire naître dans l’âme des fidèles le désir sincère de connaître Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié [...], de bien mettre en lumière que la vie des fidèles ne doit point s’écouler dans le repos et l’oisiveté, mais que nous devons marcher sur les traces de notre Sauveur6 (p. 6).

  • 7 Cf. supra, p. 52.

5Dans le corps du Catéchisme, nous avons vu7 que l’Église est définie comme « peuple de Dieu » : il n’est fait là mention des pasteurs que pour signaler leur rôle dans l’ouverture des cœurs conjointement à l’action de l’Esprit-Saint. C’est dans l’article consacré au sacrement de l’ordre que nous voyons présenter la conception du Ministère.

6Dès l’entrée est soulignée l’éminente dignité de ce sacrement et l’excellence de son degré le plus élevé :

Si nous admettons que les évêques et les prêtres sont comme les interprètes et les ambassadeurs de Dieu, chargés de nous enseigner en son nom la loi divine, il est évident qu’on ne saurait imaginer des fonctions plus nobles que les leurs. Ainsi l’Écriture leur donne-t-elle quelquefois et à juste titre les noms d’anges et même de dieux, parce qu’ils exercent au milieu de nous la puissance même de Dieu immortel (II, 26, 1, p. 383).

N’est-ce pas eux qui ont le pouvoir de consacrer et d’offrir le Corps et le Sang du Christ, ainsi que de remettre les péchés ? Et comme le Sauveur envoyé par le Père a envoyé Apôtres et disciples au monde entier,

ainsi tous les jours les prêtres sont envoyés avec les mêmes pouvoirs pour travailler « à la perfection des saints, à l’œuvre du Ministère, à l’édification du Corps de Notre Seigneur » (11, 26, 1, p. 384).

7La dignité sacerdotale est donc fondée sur la fonction accomplie et n’est pas purement et simplement assimilée à son pouvoir sur l’Eucharistie. D’ailleurs pour expliquer le pouvoir d’ordre distingué de celui de juridiction, on dira :

  • 8 C’est par rapport à l’Eucharistie que le Catéchisme présente le ministre du baptême et de la pénite (...)

Le pouvoir d’ordre n’a pas seulement la vertu et la propriété de consacrer l’Eucharistie, il prépare encore les cœurs à recevoir ce Sacrement8, il les en rend dignes et en général il s’étend à tout ce qui peut avoir rapport à l’Eucharistie (II, 26, 2, p. 387).

  • 9 En revanche, les ordres mineurs et majeurs ne sont vus que dans leurs rapports à la fonction liturg (...)

8Le sacrement du Corps et du Sang du Christ est bien le centre du Ministère, mais celui-ci ne s’y réduit pas et le sacerdoce n’est pas considéré uniquement sous son aspect cultuel9, comme le montre l’énumération des devoirs du prêtre :

Le prêtre est obligé non seulement de connaître ce qui regarde l’usage et l’administration des sacrements, mais encore d’être assez versé dans la science des saintes Écritures pour pouvoir apprendre au peuple les mystères de la foi chrétienne avec les préceptes de la loi divine, l’exhorter à la piété et à la vertu, le retirer et l’éloigner du vice. Car le prêtre a deux grands devoirs à remplir : l’un de produire et d’administrer les sacrements, l’autre d’enseigner aux fidèles confiés à sa charge les choses et les règles de conduite nécessaires au salut (p. 404).

  • 10 « Leur bassesse et leur avidité a déshonoré l’état ecclésiastique aux yeux des fidèles, qui le rega (...)

9Le Catéchisme insiste pour qu’on ne s’ingère point dans cette dignité : il faut être appelé légitimement ; mais il faut aussi – et cela regarde la vocation intérieure – s’interroger sur les raisons qui poussent à s’avancer vers les ordres : est-ce l’appât du gain ou la soif des honneurs comme chez ceux que l’Écriture appelle « mercenaires »10 ? ou est-ce la gloire de Dieu ? Et le Catéchisme d’ajouter aussitôt :

Ce n’est pas à dire toutefois que l’obligation d’honorer Dieu en toutes choses ne soit pas commune à tous les hommes. Tous en effet ont été créés pour honorer Dieu et le servir ; et les fidèles surtout qui ont reçu la grâce du baptême, doivent remplir ce devoir de tout leur cœur [...] Mais ceux qui veulent recevoir le sacrement de l’Ordre, doivent se proposer non seulement de chercher la gloire de Dieu en toutes choses (obligation qui leur est évidemment commune avec le reste des hommes, et spécialement avec les fidèles), mais encore de le servir dans « la sainteté et la justice », en remplissant l’un ou l’autre des ministères de l’Église (II, 26, l, p. 386).

  • 11 Un passage est consacré au sacerdoce des fidèles afin de l’expliquer, puis on traite du sacerdoce « (...)

10La sainteté des prêtres n’est donc pas une sainteté d’état qui les mettrait en meilleure place que les fidèles11, elle est liée simplement à l’exécution vraie de leur Ministère, car c’est le service de Dieu qui l’exige.

Dans une armée, tous les soldats obéissent aux ordres du général. Cependant, ils n’ont pas tous les mêmes fonctions à remplir ; l’un est capitaine, l’autre commandant. De même tous les fidèles doivent faire tous leurs efforts pour vivre dans la piété et l’innocence [...] et cependant il faut aussi que ceux qui sont engagés dans les ordres exercent certaines fonctions et certains Ministères particuliers [suit une énumération des fonctions sacerdotales]...
Enfin, pour tout dire en un mot, ils vivent séparés de tout le reste du peuple, pour remplir le plus grand et le plus excellent de tous les Ministères (ibid.).

  • 12 Cf. Duval, op. cit. p. 322 : « Il est certain que la conjoncture pastorale du XVIe siècle, en Occid (...)

11La séparation12 n’inclut pas du tout une idée de supériorité, mais d’« exclusivité » au service de Dieu et de son peuple : dans la mesure où le Ministère engage une responsabilité majeure, il faut que le prêtre soit tout donné à cette tâche.

  • 13 Le Catéchisme continue : « C’est ce qui les a fait appeler souvent dans l’Ecriture ‘les Pasteurs de (...)
  • 14 Dans son oeuvre de réformation, le Concile s’appuya sur deux de ses rouages : les évêques dans leur (...)

12Quant à l’aspect hiérarchique du sacerdoce, il est traité comme une succession croissante de « dignités » : « L’unité [de l’ordre sacerdotal] n’exclut pas différents degrés de dignités et de puissance ». Au-dessus des prêtres se trouvent les évêques, « placés à la tête des diocèses pour gouverner non seulement les autres Ministres de l’Église, mais encore le peuple fidèle et pour s’occuper de leur salut avec un soin et une vigilance extrêmes » (II, 26, 8, p. 400)13, puis les archevêques, les patriarches et le pape. La vision du Catéchisme, sur ce point, est absolument monarchique et l’échelle des dignités apparaît plus comme une répartition territoriale14 que comme une conception structurée de l’Église. Il n’est donc pas facile de comprendre dans cette perspective le rapport prêtre-évêque ; le Catéchisme ne dit-il pas dans le paragraphe consacré au Ministre du sacrement de pénitence que « les Apôtres ont eu les prêtres pour successeurs dans ce Ministère » (II, 23, 6, p. 351)... On comprend ainsi comment la controverse peut tout ramener au problème de la primauté pontificale et ne pas comprendre le rôle des évêques, d’autant qu’ils sont devenus, au dire de du Moulin, des « princes temporels ».

13Mais il demeure que la vision du sacerdoce que nous propose le Catéchisme est beaucoup plus équilibrée que ce qui apparaît à la seule lecture des chapitres et canons conciliaires sur l’ordre. L’Eucharistie est au centre des fonctions sacerdotales, comme il est normal, mais la place de la Parole est soulignée. Les fonctions du sacerdoce donnent au prêtre une situation spéciale dans le peuple chrétien, mais c’est à cause de leur rôle même de tête et de source ; là est la raison profonde de la sainteté qui doit être la leur, car ils ont à être les modèles du troupeau. Il faut noter d’ailleurs que si le sacerdoce est présenté par rapport au sacrifice du Christ, on ne fait jamais de parallèle entre le prêtre et Jésus : on en demeure, semble-t-il, au seul plan instrumental ; nous avons là un des points qui seront approfondis par la théologie bérullienne.

  • 15 François de la Rochefoucauld, De l’Estat Ecclésiastique, Lyon 1597 (2e éd. 1628).
  • 16 Sur l’évêque de Clermont, cf. P. Broutin, op. cit., I, p. 39-51. L’auteur donne p. 44-47 une analys (...)

14Toute cette conception du Ministère, nous la retrouvons longuement exposée dans l’Estat Ecclésiastique15 que F. de la Rochefoucauld16 publia en 1597. Nommé en 1584 à l’évêché de Clermont, ce prélat qui avait été fortement frappé par l’œuvre de saint Charles Borromée, entreprit de transposer l’exemple de l’évêque de Milan dans son diocèse. Il s’attacha à la réforme de son clergé et c’est pour lui qu’il rédigea son ouvrage : le malheur des temps, nous dit-il, ne lui permettant pas de réunir des synodes comme il le désirerait, qu’au moins sa parole puisse être portée par l’écriture.

  • 17 Cf. ce que dit lui-même l’évêque de Clermont : « Nous devrions bien appréhender en ce temps auquel, (...)
  • 18 Il donne ainsi des exemples pris dans les vies de François Borgia et de François Xavier (sur celui- (...)

15En ouvrant son livre, on doit non seulement songer à l’état déficient du clergé d’alors, mais aussi réaliser que les candidats au sacerdoce étaient bien souvent imposés à l’évêque afin de pourvoir aux bénéfices ; ainsi ni vocation (intérieure) ni bien souvent les connaissances strictement suffisantes ne brillaient dans les candidats17. L’ouvrage est prolixe, bourré de citations de l’Écriture et des Pères, d’histoires édifiantes dont certaines sont empruntées à l’histoire contemporaine18 ; le plan est lâche, de façon à faire entrer une foule de questions : pour ordonner sa matière, l’évêque partira du « choix des Anciens par Moïse pour enseigner le peuple », il développera ainsi la « bonne vie » (qui est symbolisée par le choix des « Anciens »), l’exercice du Ministère et le « soin » du peuple, qui sont trois aspects de l’état ecclésiastique.

16La première partie décrit et combat les abus d’alors, expose le sens de la chasteté et s’arrête sur la vocation intérieure qui doit être choix délibéré et remise à la volonté de Dieu :

C’est à la vérité cette soumission et renonciation que l’on fait de sa propre volonté entre les mains de Dieu qui tient le premier lieu entre les conditions que Jésus-Christ même proposa à ceux qui voudraient suivre sa vocation. [Vocation emporte d’ailleurs soumission et] obéissance que l’on doit rendre à ceux que [Dieu] a établis pour tenir sa place en l’Église ; auxquel il a donné cette autorité quand il a dit « qui vous écoute m’écoute » [...] L’homme donc suivant le commandement ou le conseil de son supérieur légitime en chose qui n’est point contraire au commandement de Dieu, doit croire qu’il suit la vocation de Dieu [...] C’est cette sorte de commandement que saint Bernard appelle vocation humaine : quand Dieu se sert du Ministère des hommes pour faire entendre ses volontés [...] C’est le défaut de la soumission que l’on doit à la vocation divine, au jugement de ses supérieurs, et de l’humilité qui contient chacun en son rang, qui a causé un si grand désordre en ce sujet et si commun en ce temps (p. 236-240, 248).

Sur le Ministère de la Parole, son insistance est extrêmement forte :

Les offices principaux d’un homme d’Église sont d’annoncer au peuple la parole de Dieu, d’enseigner ses commandements, de reprendre les fautes, de réfuter les erreurs et les hérésies qui sont contraires à la vraie doctrine, d’administrer les sacrements que Jésus-Christ a laissés et institués en son Église, de prier et sacrifier pour le peuple ; étant pour ces effets principaux de leur charge appelés séquestres, interprètes, médiateurs et truchements entre Dieu et les hommes (p. 318-319).

Et au début du chapitre suivant sur la prédication, il affirme :

Pour commencer par celui de tous ces offices que nous avons mis le premier en rang, comme aussi à la vérité est-il le principal.

Et, après avoir cité les Psaumes 50, 15, 21 (v. 23) et Is 60, il enchaîne :

Que si pour faire voir combien cet office est étroitement attaché à l’état ecclésiastique, je voulais rechercher tous les passages du Vieux et du Nouveau Testament, je n’aurai jamais fait (p. 320-321).

  • 19 Voici les livres qu’il conseille à ses prêtres d’avoir : « Je dirai ici en passant qu’un homme d’Eg (...)

Il stigmatise ensuite les raisons qui empêchent de prêcher : la crainte pusillanime, la paresse, la flatterie et surtout l’ignorance19.

  • 20 Notons sa définition de l’Eucharistie : « Etant appelé par les Grecs Eucharistie qui signifie actio (...)

17C’est alors seulement qu’il aborde les sacrements, sans d’ailleurs s’y attarder ; il reviendra sur la Messe à propos de la prière et de la liturgie : ce sujet occupe une place considérable dans l’ouvrage et l’évêque donne là un véritable traité de l’oraison. Mais c’est surtout d’un point de vue moral qu’il abordera la Messe, traitant de la nécessité de célébrer et du respect avec lequel on doit le faire20.

18En arrivant au « soin » de leur peuple que doivent avoir les gens d’Église, il le place sous le signe de la charité et pour cela paraphrase le De Sacerdotio de Jean Chrysostome :

Jésus-Christ ayant choisi saint Pierre pour l’établir pasteur de son troupeau, il ne lui demande point d’autre assurance de l’amitié qu’il lui promettait si constamment, que le seul soin de ce troupeau.

  • 21 Constitution sur l’Eglise, & 34 (Éditions du Centurion, Paris 1965, p. 96). Cf. Maurice Jourjon, L’ (...)

De même, pour définir la conduite du prêtre, il reprend la phrase même de saint Augustin que citera la constitution Lumen Gentium21 pour caractériser le service du pasteur :

C’est autre chose de bien vivre, et autre chose de prendre la charge de quelque office public [...] Celui qui est de bonne vie ne doit pas présumer que cela seul le rende digne de servir en l’Église, principalement en état de pasteur. Ce que nous sommes chrétiens, dit ailleurs ce même docteur [en marge : L. de pasc. c. I] c’est pour nous, ce que nous sommes prélats, c’est pour autrui ; et pour ce il ne suffit pas en cette charge d’être muni pour soi, si on ne l’est pour servir à autrui (p. 592).

19Lorsque l’évêque traite ensuite de la « dignité » du sacerdoce, il insiste tout autant sur la notion de service qui lui est liée. Il importe en effet de rappeler aux prêtres leurs devoirs en leur représentant la grandeur de leur fonction : n’est-ce pas ainsi que faisait saint Léon en rappelant aux chrétiens leur dignité ? (p. 686).

Il est très certain qu’il n’y a pas de profession plus honorable que celle de l’Église ; puisqu’elle est plus particulièrement que les autres dédiée et du tout consacrée au service de Dieu. La dignité de chaque chose se prend de la qualité du sujet auquel elle s’applique et de la fin à laquelle elle est rapportée ; le sujet de cet état, c’est l’âme de l’homme ; sa fin, c’est la grâce de Dieu [...]
Qu’y a-t-il au monde de plus noble ? Le sacerdoce s’exerce à la vérité en terre, mais il le faut néanmoins mettre au rang des choses célestes. Et ce fort à propos, dit saint Jean Chrysostome, car ce n’est pas une créature mortelle ou un ange, ou quelconque autre puissance, ains le Saint-Esprit qui l’a institué, qui a voulu que les hommes vivants en cette chair, jouissent par esprit du Ministère des anges. Mais que se peut-il ajouter à ce que saint Jérôme en a écrit : « Ils font le corps de Jésus par leur bouche sacrée ; par eux, nous sommes faits chrétiens ; et tenant les clés du royaume des cieux, ils jugent aucunement avant le jour du jugement » (Ep. ad Hel.) [...] Enfin, ce sont ceux de cet état que saint Paul appelle dispensateurs des mystères de Dieu. Ce sont ceux qu’il dit être établis par les hommes envers Dieu, ce sont eux qui sont Ministres de la réconciliation des hommes avec Dieu [...] pour ce que nous sommes comme ambassadeurs de Jésus-Christ, Dieu se servant de nous pour exhorter son peuple.
Or ce Ministère de réconciliation s’exerce en l’Église par le baptême, le sacrement de pénitence, par la prédication de l’Evangile […], mais principalement par le saint Sacrifice de l’autel auquel cette solennelle réconciliation de la nature humaine, que le Grand’prêtre Jésus-Christ, Pasteur et Évêque de nos âmes, fit avec Dieu son Père en la Croix, est présentée par le prêtre et renouvelée par l’offre qui est faite tous les jours à l’autel de la passion, du sang et du mérite de Jésus-Christ son Fils, disant avec le psalmiste : « Regardez, Seigneur, en la face de votre Christ pendu en croix pour nous [...] qui nous a, par sa mort et passion, réconciliés entièrement avec vous.
De façon qu’il n’y a aucune fonction en cet état qui n’en rende la profession honorable (p. 687-689).

20Cette dignité du sacerdoce est donc entièrement liée à l’accomplissement des diverses fonctions du prêtre ; il n’y a pas exaltation du Ministre en lui-même, mais du rôle essentiel qu’il joue dans l’Église (on aura remarqué la présentation du sacrifice eucharistique sous son aspect de « mémorial », ce qui n’est pas fréquent à l’époque : le Catéchisme par exemple ne développe pas du tout ce point de vue). Mais Fr. de la Rochefoucauld entend aussi joindre le sens de l’humilité à celui de la dignité :

C’est la seule vanité de la chair, la corruption du monde [...] qui ont fait croire que ces états étaient des honneurs, qui à la vérité ne sont que charges et Ministères (p. 718).

Et, après avoir cité longuement le De consideratione de saint Bernard, il ajoute :

Enfin, l’humilité est de profession aux gens d’Église, l’autorité est de nécessité. Pour faire donc que la nécessité ne porte point de préjudice à la profession, il faut les joindre tellement ensemble que l’autorité puisse assister l’humilité et non pas la chasser (p. 723).

21Il est certain que Fr. de la Rochefoucauld dépasse les seuls énoncés dogmatiques du Concile et se situe dans la perspective des décrets de reformatione : son insistance sur le Ministère de la Parole est frappante à cet égard. Dans la perspective pastorale de l’évêque de Clermont, il importait en effet de souligner tout ce qui avait trait au rôle d’enseignement du peuple chrétien. En même temps, pour faire prendre conscience à ses prêtres de leur dignité, il marquait leur place unique dans l’Église, tout en définissant celle-ci en termes de fonctions et de service. Mais pas plus que dans le Catéchisme, n’est esquissée l’identification du prêtre au Christ et l’on en reste au seul plan ministériel. Quant au rapport prêtre-évêque, il n’en est pas parlé ; mais peut-être doit-on dire qu’il sous-tend en fait tout l’ouvrage de ce prélat qui veut par ses prêtres rendre vie à cette portion d’Église qui lui a été confiée. C’est en vivant la réforme catholique que les évêques ont réalisé leur rôle d’unificateur et de pasteur.

  • 22 P. de Besse (1567-1639), La Royale Prestrise, c’est à dire des excellences, des qualités requises e (...)

22L’ouvrage de Pierre de Besse, La royale Prestrise22, veut aussi promouvoir la réforme du clergé en faisant prendre conscience aux prêtres de leur dignité. Une phrase de la préface résume bien son propos : « Comme leur fonction tient le plus haut bout d’honneur et surpasse fort les autres, aussi leur vie et leurs mœurs doivent faire jour et éclairer entre les autres. »

23La première partie est un véritable péan en l’honneur du sacerdoce :

La sacrée prestrise plus noble que la noblesse, plus royale que la royauté, relève immédiatement de Dieu et surpassant les institutions humaines a Jésus-Christ pour auteur, le Saint-Esprit pour instituteur et l’Évangile pour caution de mon dire (p. l).

24L’insistance sur l’Eucharistie est très forte : « Sacrifice et sacerdoce vont de pair », comme le montre le chap. I de la constitution tridentine sur l’ordre qu’il cite tout au long. Il semble que de Besse qui écrit en milieu urbain ait surtout pour but de convaincre les prêtres des villes et s’il insiste, nous allons le voir, sur le Ministère de la Parole, c’est avant tout sur le Ministère sacramentel qu’il met l’accent :

Le sacrement de l’ordre est de soi si excellent et annoblit tellement l’homme que, lui faisant changer de nom et presque de nature, d’un homme il en fait un petit dieu et le rend honorable à tout le monde [...] (cf. Ps .138 : nimis honorati sunt...). Ce fut un grand honneur à ce capitaine des Hébreux, Josué, de faire arrêter le soleil tout court [...] Mais c’est bien une plus grande faveur pour les prêtres au miracle de la consécration. Car celui-là n’arrêta que le soleil où il était auparavant, mais ceux-ci arrêtent Jésus-Christ étant dans le ciel au milieu d’un autel, où il n’avait point auparavant de demeure. La créature obéit à celui-là, à ceux-ci le Créateur.
[...] La rémission des péchés est d’une juridiction divine, c’est un coup du Souverain, une saillie du Tout-Puissant et un effort qui bande au-delà des mérites et capacités humaines : et néanmoins la puissance en est communiquée aux prêtres [...] Signe que la prêtrise et la divinité ont je ne sais quoi de commun et qu’ils ont presque même grandeur, puisqu’ils ont même puissance (p. 10).

25Le prêtre est bien vu dans ses fonctions, mais à grandir son rôle et à l’exalter, on risque d’oublier que c’est une vision dans la foi et on comprend que du Moulin, qui cite ce passage dans son Traitté de la vocation des Pasteurs, p. 92, puisse en être choqué. On en arrive d’ailleurs ainsi à considérer le prêtre comme intronisé en un « état », et à ne plus suffisamment voir le rapport fonctionnel du sacerdoce et du peuple chrétien :

Autant doit-il avoir, dit saint Isidore, de différence entre les prêtres et un chacun des autres hommes, comme il y a de distance entre le ciel et la terre. Juge qui voudra combien ces deux bouts sont reculés et il connaîtra incontinent combien l’homme sacré est éloigné des profanes (p. 13).

On reconnaît ici la notion de « séparation » qu’évoquait le Catéchisme, mais celle-ci ne paraît plus être seulement une mise à part pour un Ministère exercé pleinement, elle tend à « objectiver » un état. On ne peut être sauvé sans le baptême et l’Eucharistie donnés par le prêtre :

Chose incroyable, mais pourtant véritable que le pouvoir des prêtres est si grand et leur excellence si noble que le ciel dépend d’eux et pour ce il faut les honorer comme princes (p. 16).

26Certes, Besse n’ignore pas le rôle « instrumental » du prêtre : à propos de l’offrande de l’Eucharistie, il ajoutera toujours que le prêtre n’est que le « vicaire du Christ » ou la « cause seconde » (p. 58, 60, 61, 97) ; mais à insister si fortement sur la médiation obligatoire du prêtre, il laisse de côté l’action intérieure et conjointe de l’Esprit-Saint, et ne pose pas le contre-poids d’humilité et de service avec lequel un La Rochefoucauld équilibrait son exaltation de la dignité sacerdotale.

27Lorsqu’il aborde l’office des prêtres, il déclare :

Le prêtre, dit le même Docteur [saint Thomas], a deux actes et fonctions sur une même puissance ; une principale entoure le vrai corps de Jésus-Christ et l’autre secondaire sur le corps mystique de l’Église. La seconde dépend de la première, mais non pas le contraire ; et pour cela les anciens sont promus aux Ordres auxquels est seulement départi le premier acte, comme sont les Religieux à qui n’est point donné charge d’âmes, et de la bouche de telles personnes, la Loi n’est pas demandée, ains suffit seulement qu’ils fassent et administrent les sacrements et pour cette considération, il suffit à ceux-là s’ils ont autant seulement de science comme il en est nécessaire pour la façon des Sacrements, et pour l’observation des saintes cérémonies ; les autres sont élevés à l’autre acte, qui regarde le Corps mystique de Jésus-Christ, et de la bouche de ceux-là le peuple recherche la Loi et la doctrine. C’est pourquoi la science de la Loi se doit trouver en eux, non pas qu’ils soient tenus de savoir toutes les questions de la Loi les plus difficiles : car en ce cas il faut avoir recours aux supérieurs ; mais ils doivent bien savoir ce que le peuple doit croire de la Loi ; mais quant aux prêtres supérieurs qui sont les évêques, ils doivent savoir toutes les difficultés qui se peuvent présenter en la Loi et d’autant mieux les entendre qu’ils sont élevés en plus haut grade (p. 20).

28Il revient expressément sur le devoir d’enseigner : « Vous devez être savants, entendre les Écritures, enseigner le peuple, résoudre les difficultés et interpréter les mystères, autrement vous ne méritez pas d’être prêtres » (p. 21). Il cite d’ailleurs un canon du Concile de Cologne (1536), mais ce n’est qu’en passant et ne le développe pas : « Presbyterorum officium in primis in praedicatione verbi, deinde in conficiendo corpore et sanguine Dominico et ceteris sacramentis administrandis [...] et in oratione pro bono populi » (p. 22).

29Il consacrera tout un chapitre de sa seconde partie, qui traite des qualités du prêtre, à la nécessité de la science, de la lecture de l’Écriture (p. 170-182), de la prédication : il faut que le prêtre soit « trompette de la parole de Dieu », sans oublier qu’il doit se prêcher lui-même : « Les prêtres étant les estomacs des communautés et républiques, c’est à eux à digérer par saintes méditations la parole de Dieu, premier que de la distribuer aux autres » (cf. Jean Chrysostome, in Mt 38) (p. 187), et il conclut ce chapitre par cet appel :

Je veux ajouter à cette exhortation [de saint Augustin, à prêcher] du mien et vous conjurer, ô prêtres, d’évangéliser les pauvres, de monter en ces belles chaires, de tonner en vos prônes, de crier contre les vices, de reprendre les péchés, d’enseigner les ignorants et procurer le salut des âmes : ce sont tous effets ressortant de vos charges » (p. 196-197).

  • 23 Besse cite saint Augustin (?) « conc. 2 sur Ps. 37 » : « ‘Vere venerando sacerdotum dignitas in quo (...)
  • 24 « La sainte messe sacrifice nouveau et accomplissement de tous les sacrifices anciens est un acte d (...)

30Ainsi, tout en insistant sur l’Eucharistie et sur le pouvoir sacerdotal de « faire Dieu en terre »23, mais en marquant toujours le caractère second du prêtre par rapport à Jésus-Christ24, Besse met aussi en avant le Ministère de la Parole, quoiqu’à vrai dire, cela paraisse un peu noyé dans les considérations morales qui remplissent la plus grande partie de son livre.

31D’autre part, comme dans les autres ouvrages analysés, le rapport prêtre-évêque n’est pas approfondi et on en reste à l’ambiguïté des déclarations conciliaires :

Il y a peu de différences (ont écrit de grands honunes) entre les prêtres et les évêques, car ceux-ci sont successeurs des Apôtres et les autres des septante-deux disciples, et néanmoins nous savons par les écritures apostoliques qu’en la primitive Église, leurs qualités étaient communes, et tous évêques étaient appelés prêtres et tout prêtre évêque, l’un signifiant une mûre sagesse et l’autre une industrie pastorale [...] Tout ce discours veut inférer que si la majesté et l’excellence des évêques est si grande, celle des prêtres n’est pas moindre, puisque le prélat ne peut être qu’il ne soit prêtre ; et la dignité épiscopale n’est qu’un surcroît et une ampliation de l’ordre (p. 11).

  • 25 Le P. Coton montre d’abord par l’Écriture la supériorité des évêques sur les prêtres (Ac. 14 ; Tt. (...)

32À la même date, le Père Coton, dans son Institution catholique25, n’en disait pas plus. Il y avait donc l’affirmation du Concile de Trente sur la supériorité des évêques et sur l’institution divine de la hiérarchie, mais au niveau de la théologie courante, on était incapable d’en rendre compte et de l’expliciter ; restait la seule supériorité du Pontife romain...

  • 26 Voici le tableau que trace Victor Martin dans Le Gallicanisme et la Réforme catholique, Paris, 1919 (...)

33Avec P. de Besse, nous rencontrons un déséquilibre certain dans la présentation du sacerdoce. Certes, il n’oublie pas le caractère instrumental du prêtre, ni non plus son rôle de Ministre de la Parole, mais toute son insistance porte sur les pouvoirs du prêtre. Peut-être y est-il amené par l’état même de ceux qu’il vise à convaincre : il écrit dans un monde où l’on trouve tout un clergé sans charge uniquement occupé à « dire messe »26, pour qui la célébration de l’Eucharistie constitue la seule fonction sacerdotale. Pour appeler de tels prêtres au respect de leur Ministère, Besse va donc faire porter l’accent sur les mystères qu’ils célèbrent. N’est-ce pas ce que dit l’évêque à l’ordination : « Agnoscite quod tractatis... »

34Mais n’y a-t-il pas là une correspondance entre l’objectivation que l’on fait de l’Eucharistie et l’exaltation du Ministère ? Il est certain en effet, qu’avec la théologie courante de l’époque, et dans l’ambiance de la controverse, Besse « durcit » la réalité de l’Eucharistie, perdant de vue l’économie sacramentelle. Au niveau du sacerdoce, on en arrive aussi à ne plus voir seulement en lui une fonction, mais un état qui semble tenir sa valeur en lui-même : la prêtrise est présentée comme une réalité sublime, sans qu’il y ait le contre-poids d’une relation fonctionnelle au peuple chrétien et du service qui en découle. On tombe ainsi totalement sous le coup des objections que font les Réformés : non seulement une telle exaltation semble contredire l’égalité foncière de tout chrétien devant Dieu, mais le « prêtre-sacrificateur » apparaît comme un écran qui attire à lui toute la réalité divine dont il ne devrait être que l’instrument.

  • 27 Cf. Paul Cochois, « Bérulle Hiérarque dyonisien », Revue d’Ascétique et de Mystique, t. XXXVII, p.  (...)

35Bérulle27 devait reprendre et unifier toute cette théologie du sacerdoce en la fondant sur le Sacerdoce même du Christ ; il lui donnait par là un soubassement profond qui permettait de voir le vrai sens de la « dignité » sacerdotale, non plus dans une exaltation du prêtre par les pouvoirs qu’il possède, mais dans une relation toujours plus intime avec Celui qu’il représente. L’exigence même de la sainteté n’était plus seulement fondée sur la fonction ministérielle, mais sur la nécessité de faire coïncider en lui son rôle d’instrument de la grâce et son adhérence intérieure à Jésus-Christ :

  • 28 P. Cochois, Bérulle et l’École française, p. 130.

Quand cette unité mystique entre la fonction et la vie se réalise, le Ministre du Christ est prêtre non seulement par l’exercice de son pouvoir d’ordre et par l’autorité que lui confère sa mission, mais « par l’état et condition de son être et de sa vie intérieure et extérieure » (Formulaire des voeux de servitude à Jésus et Marie, édit. Migne, col. 630). Tout dans sa vie devient sacerdotal, puisque Jésus qui est toujours prêtre est devenu toute sa vie28.

36Notons seulement ce que ces perspectives apportaient d’enrichissement aux vues traditionnelles sur le sacerdoce, pour ajouter aussitôt qu’elles n’ont pas influencé la controverse que nous étudions. C’est contre des conceptions assez unilatérales, comme celle que présente l’ouvrage de Besse, que luttent les Ministres. Dans la charge de prêtre, du Moulin, nous allons le voir, ne considèrera que l’aspect « sacrificateur » et conclura à sa corruption totale, alors qu’en fait les propos si équilibrés de Fr. de la Rochefoucauld sur l’importance de la Parole et sur le service, éléments authentiques de tout Ministère dans l’Église, étaient fort proches des requêtes réformées, et témoignaient du même souci de faire adhérer les hommes au seul Seigneur Jésus-Christ.

Notes

1 On note une traduction anonyme parue à Bordeaux en 1567, rééditée en 1583, 1598, 1602 ; une seconde, œuvre de J. Gillon parut à Paris en 1578. (Cf. DTC, t. II, art. « Catéchisme », col. 1918). J. Dagens, Bibliographie..., p. 144, signale une édition parue à Lyon en 1580. Les éditions latines sont « innombrables ».

2 Les deux ouvrages sont les seuls livres sur cette question que signale J. Dagens dans sa Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité en 1951.

3 A. Duval, L’Ordre au Concile de Trente, dans Études sur le sacrement de l’Ordre (coll. Lex Orandi, n° 22), Paris 1957, p. 277-324.

4 Doctrina de sacramento ordinis, Sess. XXIII : cf. Denzinger n° 956a-968 ; traduction française dans G. Dumeige, La foi catholique, Paris, 1961, p. 480-483 et A. Michel, article "Ordre" dans D.T.C ; XI – 2, col. 1354-1363.

5 Ainsi Séripando, légat pontifical : « et quamvis certum semper et indubitandum fuerit, ministerium verbi sacerdotibus convenire ; sacerdotes tamen esse non desinunt, tametsi munus hoc justo aliquo impedimento non exerceant... » cité dans Duval, op. cit., p 302.

6 Catéchisme du Concile de Trente, Paris, 1936 (trad. Carpentier) : cf. Encyclopédie Catholicisme à « Catéchisme romain », II, col. 655-656, et Duval, op. cit., p. 292.

7 Cf. supra, p. 52.

8 C’est par rapport à l’Eucharistie que le Catéchisme présente le ministre du baptême et de la pénitence : « Puisqu’ils [les prêtres] étaient établis pour consacrer l’Eucharistie qui est le sacrement de la paix et de l’unité, il était tout naturel qu’ils reçussent en même temps le pouvoir de faire tout ce qui est nécessaire pour mettre les hommes en participation de cette paix et de cette unité. » II, 15, 3 (p. 208). « Ceux-là seuls doivent administrer la pénitence au corps mystique de Jésus-Christ, c’est-à-dire aux fidèles, qui possèdent le pouvoir de consacrer son veritable corps » II, 23, 6 (p. 351).

9 En revanche, les ordres mineurs et majeurs ne sont vus que dans leurs rapports à la fonction liturgique.

10 « Leur bassesse et leur avidité a déshonoré l’état ecclésiastique aux yeux des fidèles, qui le regardent maintenant presque comme la profession plus vile et la plus méprisable » (p. 385).

11 Un passage est consacré au sacerdoce des fidèles afin de l’expliquer, puis on traite du sacerdoce « extérieur » ; mais les deux sacerdoces apparaissent comme juxtaposés et on n’essaie pas d’expliciter leur rapport.

12 Cf. Duval, op. cit. p. 322 : « Il est certain que la conjoncture pastorale du XVIe siècle, en Occident, appelle de la part du clergé une attitude de retrait et de séparation. Y a-t-il à se préoccuper tellement du contact entre les pasteurs et leur troupeau ? Il existe, et souvent de façon trop accusée [...] En un temps où l’incroyance est rare, si seulement elle est concevable, les fidèles ont besoin que les prêtres se montrent prêtres... » Cf. aussi P. Broutin, op. cit., I, p. 18 et 19 qui cite le chapitre I de la session XXII (de Reformatione) qui définit ce que doit être le prêtre.

13 Le Catéchisme continue : « C’est ce qui les a fait appeler souvent dans l’Ecriture ‘les Pasteurs des brebis’ ; et saint Paul a tracé leurs devoirs et leurs fonctions dans ce discours qu’il adressa aux Ephésiens et que nous lisons dans les Actes des Apôtres. Saint Pierre a donné aussi lui-même une règle toute divine pour l’exercice du ministère épiscopal, et si les évêques s’étudient à y conformer leur conduite, il est impossible qu’ils ne soient pas de bons pasteurs, et qu’ils ne passent pour tel ». Suit un paragraphe pour expliquer le mot ‘Pontife’ ; et c’est tout.

14 Dans son oeuvre de réformation, le Concile s’appuya sur deux de ses rouages : les évêques dans leurs diocèses et les archevêques chargés de réunir les conciles provinciaux. Cf. Broutin, La Réforme pastorale, I, p. 6-14 et la citation qu’il fait de Pastor : « Le plan de réforme des Pères du Concile est basé sur cette conviction : que l’Eglise tient [...] dans son organisation, [dans sa structure hiérarchique], la possibilité et l’instrument d’un rajeunissement des mœurs. D’après leur conception, les évêques sont les agents indiqués d’où toute vie nouvelle doit sortir » (Histoire des papes, Paris 1932, XV, p. 378). C’est plus une réaction vitale qu’une théologie. Sur la manière dont se posait et se posa la question de l’épiscopat, cf. Léopold Willaert, La Restauration catholique 1563-1648, t. I, Paris 1960, p. 334-340 et 367-406 (sur le gallicanisme).

15 François de la Rochefoucauld, De l’Estat Ecclésiastique, Lyon 1597 (2e éd. 1628).

16 Sur l’évêque de Clermont, cf. P. Broutin, op. cit., I, p. 39-51. L’auteur donne p. 44-47 une analyse de l’ouvrage, mais d’un point de vue différent du nôtre.

17 Cf. ce que dit lui-même l’évêque de Clermont : « Nous devrions bien appréhender en ce temps auquel, parmi un si grand nombre de ceux qui font profession de cet état [ecclésiastique], ils s’en trouvent si peu qui se sachent aucunement acquitter de leur office, en ce principalement qui dépend de la doctrine. Et est cette ignorance si grande et si commune que de tous ceux qui se présentent aux Prélats pour recevoir les ordres de l’Eglise, ou pour obtenir la provision de quelques bénéfices, n’en trouvant que fort peu qui approchent du mérite de ce qu’ils demandent, jugeant plus tolérable que l’Eglise soit mal servie, que si rejetant tous ceux qui se présentent indignement à son service, il la mettait en danger de n’être point servie du tout et la religion de se perdre par faute de ministres » (p. 318).

18 Il donne ainsi des exemples pris dans les vies de François Borgia et de François Xavier (sur celui-ci, p. 283, 342).

19 Voici les livres qu’il conseille à ses prêtres d’avoir : « Je dirai ici en passant qu’un homme d’Eglise (outre la Sainte Ecriture en l’étude de laquelle il doit méditer jour et nuit) ne devrait jamais être sans quelques livres d’exposition de l’Evangile bien choisis, sans quelque somme approuvée, particulièrement le manuel du Docteur Navarre, et principalement sans le Concile de Trente et le Catéchisme qui fut dressé pour les curés […]. Et outre les susdits livres le Cardinal Charles Borromée exhortait les ecclésiastiques d’avoir ordinairement en les mains le Pastoral de saint Grégoire et les livres du Sacerdoce de saint Jean Chrysostome » (p. 359-360).

20 Notons sa définition de l’Eucharistie : « Etant appelé par les Grecs Eucharistie qui signifie action de grâces, et par le Prophète royal (Ps. 110) ‘Mémorial de ses merveilles’ : comme contenant un abrégé et une sommaire au petit pied de toute sa puissance, de sa sagesse et de sa bonté » (p. 500).

21 Constitution sur l’Eglise, & 34 (Éditions du Centurion, Paris 1965, p. 96). Cf. Maurice Jourjon, L’évêque et le peuple de Dieu selon saint Augustin, dans Saint Augustin parmi nous, Le Puy-Paris, 1954, p. 149-197.

22 P. de Besse (1567-1639), La Royale Prestrise, c’est à dire des excellences, des qualités requises et des choses deffendues aux Prestres, Paris, 1610, Venise 1615 (éd. latine), Lyon 1626 (c’est l’édition que nous utilisons). C’est un ouvrage assez confus dont les chapitres sont ordinairement composés d’une introduction portant sur le sujet du chapitre, puis d’une série de citations empruntées aux Pères qui viennent appuyer la thèse, et enfin d’une conclusion moralisante. L’ensemble manque d’unité et on n’a pas l’impression qu’il y ait une vision théologique très précise qui sous-tende le tout. Le titre du livre donne le plan suivi : 1) de la dignité des prêtres ; de l’institution des prêtres, épithètes attribuées aux prêtres par la Bible et les Pères ; de l’excellence de la prêtrise ; de l’office ; de la puissance ; de l’honneur dû aux prêtres ; des privilèges et immunités ; du sacrifice ; de la disposition nécessaire ; des oraisons et prières ; des larmes ; des heures canoniales. 2) des parties et perfections nécessaires aux prêtres : a) perfections internes ; b) perfections externes. 3) des choses défendues.

23 Besse cite saint Augustin (?) « conc. 2 sur Ps. 37 » : « ‘Vere venerando sacerdotum dignitas in quorum manibus Dei filius velut in utero Virginis incarnatur’. Par ce divin discours, il veut approcher la dignité des prêtres à celle de la Vierge, puisqu’entre leurs mains le Verbe éternel s’incarne admirablement comme il s’est incarné autrefois miraculeusement en son ventre » (p. 15).

24 « La sainte messe sacrifice nouveau et accomplissement de tous les sacrifices anciens est un acte de religion institué par Jésus-Christ, auquel son Corps et son Sang sont par lui comme principale cause et par ses prêtres comme seconde et moins principale, consacrés et offerts à Dieu, sous les espèces [...] pour la gloire de sa Majesté et l’utilité de son Eglise » (p. 58).

25 Le P. Coton montre d’abord par l’Écriture la supériorité des évêques sur les prêtres (Ac. 14 ; Tt. 1, 5 ; 1 Pe. 5, 2-4) puis par les Pères. Il combat ensuite ceux qui confondent les deux sacerdoces et il ajoute : « Quant à l’unité et identité du sacrement, la commune opinion des Docteurs scolastiques est qu’en l’épiscopat, il y a ampliation de caractère. Mais avouons absolument la proposition, et disons avec saint Ambroise [il s’agit en fait de l’Ambrosiaster], l’ordination de l’évêque et du prêtre est la même, et pour cette raison l’Apôtre écrivant à Timothée met le diacre après l’évêque, d’autant que le prêtre est sacrificateur comme l’évêque ; ce néanmoins celui-ci marche le premier en dignité ; de sorte que tout évêque est prêtre mais tout prêtre n’est pas évêque [...] Encore que l’évêque et le prêtre soient semblables en ce qui est du sacerdoce, ils ne le sont pas en juridiction et puissance. Et de fait les prêtres ne font et ne peuvent rien faire que par le commandement ou par la permission des évêques, comme la pratique l’enseigne aujourd’hui » (Institution Catholique, où est déclarée et conformée la vérité de la foy contre les hérésies et superstitions de ce temps, Paris, 1610 : c’est un énorme ouvrage, où toutes les questions discutée sont passées en revue, de la Trinité aux ‘Agnus Dei’ ; accumulations de textes patristiques, d’histoires, mais on trouve peu de réflexion. Il y a cependant quelques essais de rejoindre la problématique réformée et de trouver une ‘via media’ sur les ‘œuvres’ ou sur la concupiscence, par exemple. Mais sur l’Ordre, le P. Coton ne fait que répéter l’enseignement commun).

26 Voici le tableau que trace Victor Martin dans Le Gallicanisme et la Réforme catholique, Paris, 1919, d’après une dépêche du Cardinal de Médicis, légat pontifical en France après l’absolution d’Henri IV (8 sept. 1597) : « L’habitude de célébrer quotidiennement les saints Mystères n’étant pas encore introduite, les curés n’assuraient que les messes chantées des dimanches et des jours de fête. Mais comme les familles tenaient grandement à procurer à leurs morts le bénéfice de nombreux suffrages, toute une végétation de prêtres inférieurs, mal instruits, mal payés, mal considérés, se développait au dernier rang du clergé : maigres vagabonds, courant les églises et les chapelles des cimetières, traînant leur balle où se heurtaient pêle-mêle, les chandeliers, les ornements, un calice, un missel, de la cire, tout le matériel que les sacristies ne daignaient pas leur fournir. Quoi d’étonnant que les vices populaires se développassent en liberté, dans les rangs de ces pauvres messiers, acéphales et gyrovagues, issus du bas-peuple, manquant de toute éducation, rattachés à nulle église, ordonnés sans ressources et sans préparation ? Comment le désir de gagner leur pain, uniquement entravé par la peur des galères, et nullement combattu par des pensées sacerdotales, ne les eût-il point conduits à multiplier, chaque jour, les messes d’où ils tiraient leur unique subsistance » (p. 294-295).

27 Cf. Paul Cochois, « Bérulle Hiérarque dyonisien », Revue d’Ascétique et de Mystique, t. XXXVII, p. 314-353 et t. XXXVIII, p. 354-375 ; Bérulle et l’Ecole française, Paris, 1963, surtout les p. 124-133 ; Irénée Noye, « Sacerdoce et sainteté d’après le P. Métezeau (1631) » dans La Tradition sacerdotale, Etudes sur le sacerdoce, Le Puy, 1959, p. 169-190 (Métezeau a mis en œuvre la théologie bérullienne du sacerdoce).

28 P. Cochois, Bérulle et l’École française, p. 130.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search