Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre 4. Le Ministère défendu par les Ministres

Texte intégral

  • 1 Cf. supra p. 34 et la n. 37.
  • 2 Cf. Plantavit de La Pause, Michaëlis Beraldi ex monachii ministri salmuriensis nugipolyquidis trica (...)
  • 3 Haag-Bordier, La France protestante, 2ème éd. 1877-1888, t. 2, col. 305-307 ; cf. aussi P. Bayle, D (...)
  • 4 Briève et claire Défense de la vocation des ministres de l’Evangile, Montauban, 1598.
  • 5 Cf. Briève et claire défense…, p. 36-37, 137, 154, 178, etc. À propos de l’ouvrage de Bérauld, Bayl (...)

1Michel Bérauld, que le Synode de Montpellier avait officiellement1 chargé de répondre à la Réplique de du Perron était une des autorités protestantes de l’époque. Né vers 1537, il avait été novice dominicain2 avant de passer à la Réforme et de devenir ministre vers 1562 à Lodève. Du fait des guerres, il dut beaucoup se déplacer et ne se fixa définitivement à Montauban qu’en 1579. Considéré comme un des grands théologiens du parti huguenot, il participa, nous l’avons vu, au colloque de Mantes en 1593 et présida les synodes de Montauban (1594), Montpellier (1598) et La Rochelle (1607). Professeur de théologie à Montauban en 1600, il enseigna aussi à Saumur où il mourut en 16113. « Homme d’un esprit un peu chaud et qui allait vite » (E. Benoist), il fut un des hommes de la résistance à outrance. Sa réponse à du Perron4, parue en 1598, est un écrit assez lourd et compact. Il y insère en effet totalement le texte de du Perron (réponse des Ministres et réplique de l’évêque) et se trouve donc obligé de répondre article par article. S’il ne connaît pas les Pères aussi à fond que du Perron, il est cependant capable de remettre les citations dans leur contexte5 et d’en discuter valablement.

  • 6 Cf. É.G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, II, p. 144-146.
  • 7 P. Bayle, op. cit. p. 841-842.
  • 8 Histoire de l’Edit de Nantes, I, p. 447.

2Daniel Chamier, auquel nous devons une autre réponse, était alors pasteur à Montélimar. Plus jeune que Bérauld – il était né en 1564 – il avait étudié à Genève sous Théodore de Bèze et fut, aux dires de Bayle, « l’un des plus grands théologiens du parti des Réformés »6 ; celui-ci ajoute : « et il n’était pas moins dans son parti Ministre d’État que Ministre d’Église ». En effet, outre sa participation régulière aux synodes, dont par trois fois il fut le modérateur, il prit part aux assemblées politiques de Saumur puis de Loudun qui maintinrent le parti Réformé en alerte avant et après l’Édit de Nantes7. « On ne vit jamais un homme plus raide, plus inflexible, plus intraitable par rapport aux artifices que la Cour mettait en usage pour affaiblir les protestants »8 ; et E. Benoist d’ajouter : « Sa personne n’était pas agréable [au roi Henri IV] parce qu’il était de ces fous du Synode que le roi n’aimait pas ».

  • 9 J. Aymon, Actes des Synodes, t. I, 2ème partie, p. 313 : « Sur la proposition faite par la province (...)
  • 10 Dispute de la vocation des Ministres en l’Eglise réformée…, La Rochelle, 1598.
  • 11 J. Aymon, op. cit. p. 404 : « M. Chamier a présenté ses écrits sur les Controverses de ce temps, su (...)
  • 12 Toute l’histoire de la composition des Panstratiae catholicae se trouve dans Quick, op. cit. (éd. R (...)
  • 13 Cf. Ch. Read, op. cit. p. 402.

3II se lança à fond dans la controverse : son livre contre du Perron en est le premier fruit9. En 1600, il se heurta à Nîmes au jésuite Coton en une joute célèbre « dont chacun s’était vanté à l’ordinaire d’avoir eu tout l’avantage (E. Benoist). Nommé professeur à Montauban (1612), i1 avait déjà entrepris à la demande du synode de La Rochelle (1607) un énorme traité où il réfutait point par point les « controverses » de Bellarmin10. De synode en synode, on parlera de cette grande œuvre dont la publication sera prise en charge sur le plan national11 ; mais Chamier ne devait ni l’achever, ni en voir la publication, car il fut tué sur les remparts de Montauban lors du siège de cette ville où les Réformés tinrent en échec l’armée du duc de Luynes (1621). Les quatre tomes préparés virent le jour à Genève en 1626, sous le nom de Panstratiae catholicae, mais il manquait tout le traité « de Ecclesia »12 et au synode de Loudun (1659), on demandera encore à plusieurs ministres de le composer13.

  • 14 Quick ne fait que citer l’ouvrage dans la bibliographie de Chamier (éd. Read, p. 199). Quant à Read (...)

4Aucun de ses biographes ne donne d’indication sur la composition de la Dispute sur la vocation des Ministres14. Contrairement à Bérauld, il n’entreprend pas de réfuter du Perron à la suite, ce qui donne une allure plus aérée et plus vive à son ouvrage ; le ton est d’ailleurs plus polémique. Le livre est divisé en trois parties : la mission est-elle une marque essentielle de l’Église ? Toute vocation comporte-t-elle l’insertion dans une succession, et peut-il y avoir des vocations extraordinaires ? L’état de l’Église, en notre temps, prouve la nécessité de vocations extraordinaires et établit la valeur des vocations actuelles. Tous les arguments de du Perron se trouvent repris et exposés clairement, et leur regroupement permet de donner plus de force à leur réfutation.

  • 15 Nous avons indiqué plus haut (cf. supra p. 35) l’ouvrage de F.D.L.M. qui apporte sa voix sans ajout (...)
  • 16 Il faut aussi signaler un « classique », le Traicté des vrayes, essencielles et visibles marques de (...)
  • 17 Certes, il faut faire la part de la polémique et tel ou tel argument avancé n’est ni probant, ni so (...)

5Avec ces ouvrages15, nous nous trouvons, si l’on peut dire, aux origines de la « scolastique » protestante française16, et dans la mesure où ils sont dûs à deux bons théologiens réformés, ils nous donnent une image représentative des thèses de leur Église. Leur intérêt tient, de plus, à ce que, confrontés avec la doctrine romaine, ils se trouvent aux prises avec une problématique qui n’est pas la leur : il leur faut récuser les arguments opposés, soit en les « démolissant », soit en les « réformant ». De prime abord, on a l’impression qu’ils esquivent les attaques ou qu’ils échappent artificieusement au débat17 ; mais, en fait, abordant le problème de la vocation avec des présupposés différents, ils restent logiques à l’intérieur de leur théologie. Et lorsqu’on a constaté que la manière dont ils diriment la discussion n’est pas faux échappatoire mais conviction, on peut tenter alors de retrouver l’univers mental dans lequel ils évoluent, si éloigné de celui des catholiques.

6Un exemple : les Catholiques s’appuient volontiers sur la phrase de saint Paul aux Romains : « Comment invoquer [le Seigneur] sans d’abord croire en Lui ? Et comment croire sans d’abord l’entendre et comment entendre sans prédicateur ? Et comment prêcher sans être envoyé ? » (10,15). C’est bien la preuve, disent-ils, qu’il faut avoir mission pour prêcher (cf. Réplique, III, p. 3-4) et qu’on doit examiner la mission de l’envoyé avant que de l’entendre. Mais, répondent les Réformés, ce n’est pas ce que veut dire l’Apôtre :

  • 18 Les sigles du texte renvoient : B. à Bérauld (Briève et claire défense...) ; Ch. à Chamier (Dispute (...)

La mission, quoiqu’elle précède la prédication, si est-ce que la prédication, comme plus connue à nous, prouve plutôt la mission que la mission ne prouve la prédication, comme vous le prétendez faire. Car aussi l’invocation qui suit la foi démontre par la même raison la foi qui la précède. Ceux-là donc qui prêchent sincèrement la parole de Dieu, principalement s’ils s’opposent virilement (Ac. 8, 25-28) à ceux qui la falsifient et corrompent, comme s’opposa Apollos, font suffisamment apparoir les titres de leur office comme il sera de clair plus ample ci-après, (B. p. 31)18.

  • 19 Bérauld : « Si donc la conversion des Corinthiens est le témoignage de l’autorité apostolique, auss (...)

Sophisme, pensera-t-on. En fait, nous rencontrons là un des thèmes fondamentaux de la pensée réformée, celui de la parole de Dieu et de son « efficace ». Quand celle-ci est droitement annoncée, elle agit dans les cœurs et les convertit ; la preuve même d’une parole vraie et donc de l’authenticité de celui qui l’annonce, ce seront ceux qui vivront dans la conformité à cette parole. N’est-ce pas ce que dit saint Paul aux Corinthiens pour justifier sa mission : « Notre lettre recommandatoire, c’est vous » (2 Co. 3, 2)19.

7Il nous faut donc voir d’abord les réponses apportées à quelques-uns des arguments majeurs de l’évêque d’Évreux pour tenter de dégager la conception globale qui sert de base aux répliques des ministres.

8Peut-on admettre qu’un magistrat ne montre pas ses lettres de provision avant de remplir sa charge, demandait du Perron ? Les ministres commencent par dénier aux « Romains » le droit de demander aux Pasteurs raison de leur autorité :

Quand bien les raisons que vous déduisez en ce lieu (i.e. l’argument du magistrat) auraient quelque force de soi, si l’auraient-elles perdue pour le regard du Pape et des siens, vus qu’ils se sont démis des fins de non recevoir (B.p. 30),

à l’exemple des Juifs qui demandaient au Christ par quelle autorité il prêchait. Et « comme la Romaine n’a plus charge », elle n’est plus en droit d’examiner les titres, « seule l’Écriture pourrait nous départager » (B.p. 37).

9D’autre part, l’argument ne vaut que « là où il y a un ordre compétent établi » ; en effet,

il n’y a pas parallèle entre choses spirituelles et humaines. On doit souffrir un mauvais prince [...] : l’abus n’anéantit point la dignité temporelle. Mais en l’Église, on doit se séparer d’un évêque hérétique. Donc l’exemple du Magistrat ne s’ensuit pas bien (Ch. p. 100).
[Lorsque] règne la confusion, il n’y a qu’à espérer que quelqu’un se lève pour remettre en ordre [...] Et faut que le salut du peuple ait force de loi souveraine, [surtout] si ceux qui se lèvent montrent les lettres du roi qui sont la pure doctrine de l’Evangile (B. p. 221),

Car le prince n’est pas tenu à employer toujours ses officiers pour mettre ses magistrats en place :

cette alternative de formalités appliquées par le Prince ou par ses Ministres, que signifient-elles autre chose, si ce n’est que le Prince peut établir ses officiers sans ses officiers ; et ce Prince en l’Église, c’est Jésus-Christ. Il en peut donc établir sans le Ministère des hommes. D’ailleurs se peut dire que ceux qui ont été extraordinairement suscités en ces derniers siècles pour rédifier la maison de Dieu, ont reçu cette puissance des Apôtres du Christ, en tant qu’ils ont pris le sceau extérieur qui est la pure parole de Dieu, et la pratique d’icelle de la main comme des écrits des Apôtres (B. p. 61).

  • 20 Bérauld se fonde aussi sur la notion d’« erreur commune » : « Celui qui se porte comme Magistrat et (...)

S’il peut être vrai que pour chercher la vraie république, on cherche les vrais magistrats, de même en l’Église, il faudra chercher où Christ est vraiment prêché, car « tous ceux qui travaillent en cette œuvre ne sont que Ministres de ce seul vrai magistrat et vrai roi » (B.p. 353)20.

10Cependant, se plaçant d’un autre point de vue, Chamier pense que si on peut reconnaître un État à ses magistrats, le problème ne se pose pas de la même façon pour l’Église : car quand on se trouve à choisir entre plusieurs Églises, il faudra savoir d’abord ce qu’enseignent les Ministres et confronter leur doctrine avec l’enseignement des Apôtres, avant que d’examiner la vocation de chacun ; celle-ci peut être bonne et pourtant le Ministre enseigner hérésie (cf. Ch., p. 40- 41).

11Ainsi l’argument péremptoire en bonne doctrine catholique est complètement retourné, sans être totalement récusé. On admet que lorsqu’il y a un « ordre » légitime, l’on puisse demander raison au magistrat de son autorité, mais ce que l’on récuse, c’est qu’en l’Église, le Prince soit toujours tenu par cette délégation de pouvoirs qu’il a faite un jour à des hommes : ceux-ci peuvent déchoir ; aussi lui revient-il dans les cas de nécessité de pourvoir directement à la charge, afin que son Église soit relevée. La « charge » : c’est là le mot-clé pour comprendre le Ministère. Alors que les catholiques voient d’abord l’autorité et les pouvoirs donnés aux Ministres, les Réformés regardent d’abord le contenu de la tâche confiée : « en la vocation, on considère ou celui qui appelle, ou la façon d’appeler, ou bien la fin pour laquelle on appelle » (B. p. 231). Mais c’est la fin qui est la chose la plus importante (« l’envoyant n’est qu’un, la fin de l’envoi qu’une, et la charge des envoyés qu’une » : B. p. 78).

12On le voit bien lorsqu’il s’agit de répondre à du Perron qui, distinguant thèse (la vocation définie en l’Écriture) et hypothèse (comment elle est historiquement réalisée), demandait de prouver la seconde.

L’être de la vraie doctrine ne consistant pas seulement, comme il semble que vous l’imaginiez à la prononcer et publier, mais à l’observer aussi, ainsi qu’il se peut recueillir du 2. des Actes 41-42, on peut bien conclure que toute assemblée qui a en cette sorte la vraie doctrine de laquelle, celle qui prescrit l’ordre requis en la vocation ordinaire, est une partie, ne peut être qu’elle ait la vraie vocation. Mais pour ce qu’elle peut être empêchée par persécution ou schisme, ou par l’indisposition du sujet, l’ordre ne se pourra pas toujours garder, dont aussi la cause sera comme frustrée de son effet. De là vient que la réponse [il s’agit de la Response à laquelle réplique du Perron] a conclu de l’être de la vraie doctrine comme pleine d’efficace, non l’être de l’effet qu’est la vocation ordinaire, mais seulement la possibilité d’icelui [...] Avoir la doctrine, c’est garder l’ordonnance, comme au contraire ne garder pas les ordonnances de Dieu, c’est rejeter la loi de Dieu (B., p. 48 et 54).

13Nous sommes là dans un autre univers mental où la parole de Dieu droitement prêchée crée l’ordre même qu’elle prescrit et lui donne son efficacité. Il ne peut plus y avoir place pour l’idée d’une succession dans le temps ; l’Église apparaît comme l’assemblée qui s’organise après que les croyants ont adhéré à la foi.

Ceux mêmes que nous disons avoir été appelés extraordinairement ont succédé aux Apôtres par une ordination substitutive, en tant que ceux qui viennent après les autres pour exercer même charge, sont dits substitués en leur place et par conséquent leur succéder.
[Car] rétablir la légitime forme de vocations en l’Église n’est pas se faire nouveau fondement d’icelles qui ne peuvent en reconnaître qu’une, qui est la pierre angulaire de tout le bâtiment ; d’où aussi, non pas de ceux qui les ont ordonnés, dépendent les membres et pasteurs, qui sont ordonnés, même par les hommes. Aussi la succession n’est pas de l’essence de ces vocations, sinon qu’on l’établisse en la similitude des charges (Ch. p. l48 et 140).

  • 21 La succession n’est pas forcément « propagation » : juridiquement, un oncle peut succéder à son nev (...)

14On comprend que toutes les questions de du Perron à propos de « l’unité propagative d’une même vocation » depuis les Apôtres se heurtent à une fin de non-recevoir. Pourquoi réclamer de la vocation « qu’elle soit transmise et conférée par le canal d’une succession perpétuelle », si la perpétuité n’est pas de la définition de la vocation ? Les raisons alléguées peuvent être discutables21, mais au fond ce que défendent les Ministres, c’est que la vocation est spécifiée par la charge, indépendamment, de l’insertion dans une « lignée », laquelle n’existe pas dans le Nouveau Testament :

Car la vocation n’est autre chose que le pouvoir d’exercer le Ministère de l’Église par la permission de celui à qui il touche de le donner qui est le Seigneur, lequel toutefois le fait immédiatement ou médiatement, et est appelé mission pour ce que ceux qui en sont pourvus, sont envoyés de sa part pour faire quelque chose (Ch., p. 120).

Le Ministère est donc bien divin dans son institution et sa réalisation, mais il n’est point lié à une continuité dans le temps. Cela établit la possibilité de vocations extraordinaires, pour lesquelles les « formalités » ne sont pas remplies, mais où charge et doctrine restent unes et mêmes avec celles des Apôtres.

Tellement que tout ce qu’il y a d’extraordinaire en ces personnages [les premiers Réformateurs], ce n’est qu’ils n’ont point pris leur commission des hommes, c’est-à-dire des Églises à la restauration desquelles ils ont été employés (Ch., p. 132).

  • 22 Cf. Bèze : « L’ordre apostolique a comme trois portes. La première est une légitime épreuve, tant d (...)

15Pour comprendre la position des ministres, il ne faut pas oublier l’importance qu’ils attachent à l’élection ; ils la considèrent comme l’élément essentiel du processus de la vocation (examen de la doctrine et des mœurs du candidat ; élection par le peuple ; imposition des mains)22 et sa pratique exclut en quelque sorte l’idée d’une succession matérielle :

En l’Église, si l’élection des Pasteurs dépend du consentement du peuple chrétien, comme la. raison le veut, et il se pratiquait parmi les Anciens, entre lesquels 1es autres évêques n’avaient autre droit que de confirmation ou consécration, il suffira (par exemple) à Calvin de dire : « l’Église de Genève m’a élu pour son Pasteur (et de fait, il ne monta jamais en chaire que cela ne fut fait), je suis donc légitime Pasteur de cette Église, élu par les voies ordinaires aussi bien qu’aucun autre qu’on puisse nommer de l’Ancienne ». La raison est celle qui a été dite que la succession n’est point de la définition de la légitime et ordinaire vocation. Je sais bien qu’elle peut s’y trouver : mais cela dépend du bénéfice du temps qui n’est de l’essence, ni de l’Église, ni de la vocation, ains [= mais] est chose purement accidentelle et aussi tout ce qui a sa source là (Ch., p. 172-173).
[Et F.D.L.M., l’anonyme de Sedan (cf p. 35), précisera] : « La succession ne peut entrer en la définition de la vocation qui est une action de l’Église qui, suivant. les règles, élit des personnes pour annoncer l’Évangile » (f° 26).

16Ainsi, partant d’une définition différente de la vocation, ou plutôt, insistant sur la charge reçue plus que sur l’entrée en possession, on sort de la problématique catholique. Il n’est pas besoin pour établir la légitimité de la vocation, de retrouver une suite d’appelants et d’appelés : cela n’a qu’un intérêt secondaire et l’on n’y attache de valeur que lorsqu’on veut insister sur la nécessité de maintenir l’ordre en l’Église. Au fond, ce que l’on désire justifier, c’est la possibilité qu’ont eue les Réformateurs d’entreprendre la restauration de l’Église.

17On se souvient précisément du dilemme posé par du Perron à propos de la vocation extraordinaire : il n’y a eu dans l’Ancien Testament que deux sortes de vocations extraordinaires, celle, fondamentale, d’Aaron, à partir de laquelle la vocation ordinaire des sacrificateurs a suivi son cours, et celle des Prophètes, « vocation collatérale » qui n’a jamais détruit la vocation ordinaire. Mais dans le Nouveau Testament, il n’y a plus que la seule vocation inaugurée par les Apôtres et qui se continue dans l’Église : comment admettre alors la vocation extraordinaire des premiers Réformateurs ?

18Pour du Perron en effet, ces derniers paraissaient avoir fondé un nouveau Ministère, mais ce n’est pas du tout ainsi que l’envisagent les Réformés. Car dans l’œuvre des premiers Réformateurs, il ne s’est pas agi de fonder de nouvelles charges, mais de remettre en vigueur le Ministère apostolique. C’est en ce sens que la vocation de la majorité d’entre eux peut être dite à la fois « ordinaire et extraordinaire ».

19Pour ceux qui étaient prêtres,

comme en prêchant ce qui restait de pur en l’Église romaine, ils ont suivi la vocation ordinaire, aussi en y ajoutant ce que le Pape avait retranché et, en outre, en usant de tous les droits que le Christ a concédés aux fidèles Pasteurs, ils y ont procédé extraordinairement pour ce que c’était contre l’ordre reçu de leur temps (B., p. 223).

Le Ministère ordinaire a donc été transféré

non pour imperfection de la charge que Christ avait instituée, mais pour les malversations et l’obstination de ceux qui s’en étaient emparés et l’avaient presque du tout empirée (B., p. 235).

À l’argument de la continuité du Ministère judaïque, nous trouvons deux réponses. Tout d’abord,

le Ministère est aussi demeuré entre les mains de ceux qui y ont droit, vu que tous les fidèles sont sacrificateurs à notre Dieu et que les clés n’ont pas été baillées à quelque race seulement, mais à toute l’Église de laquelle tous fidèles sont membres (B., p. 235).

Car, ne l’oublions pas, « le gouvernement de l’Église est électif et le droit de l’élection en appartient au peuple qui doit être gouverné » (Ch., p. 155).

D’autre part,

vous prévenez en disant que la succession ordinaire du sacerdoce judaïque n’avait pas reçu de telles promesses de l’assistance de l’Esprit de Dieu que le Ministère de l’Église chrétienne, pour le Ministère, je l’accorde, pour les Ministres, je le nie (B., p. 243).

Et Bérauld ajoute cette phrase significative : « Dieu a fait à Aaron promesse pour sa famille, mais quant au Ministère ecclésiastique, cette perpétuité n’a été promise à aucune race, ni nation » (ibid.). Entendons : le Ministère n’est pas attaché à un lieu ou à une Église particulière.

20Ce qu’il y a eu d’extraordinaire dans la vocation des premiers Réformateurs, ne l’a été que du point de vue des circonstances, « en ce qu’ils n’ont point pris leur commission des Églises à la restauration desquelles ils ont été employés » ; mais on ne doit pas négliger le fait

Qu’ils y ont été confirmés par le consentement des fidèles qui se sont servis de leur Ministère [...] Puisque la vocation ordinaire vient de Dieu et s’accomplit par les hommes, pour être employée à l’administration de la parole, c’est-à-dire que Dieu en est la cause première, les hommes en sont les instruments, et la prédication de la parole en est la fin ; il n’y aura rien eu en la nôtre d’extraordinaire qu’en ce qui peut être du droit des instruments (comme un homme chargé par le roi de défendre une place et qui s’y installe sans le lieutenant du roi, du fait de la nécessité) (Ch., p. 132-133).

  • 23 Cf. Bèze : « Et s’il y en a d’autres qui aient commencé en particulier sans avoir été expressement (...)

Nous retrouvons la même démarche de pensée que dans la réponse à l’objection tirée de Ro 10, 15 : la mission a été confirmée par l’acquiescement des chrétiens qui (par le témoignage intérieur de l’Esprit) ont reconnu dans la parole prêchée, la pure parole de Dieu23. Et ce témoignage de l’Esprit, les premiers Réformateurs l’avaient, eux aussi, en eux ; c’est ce qui les a poussés à prêcher :

En toute vocation vraie, quelqu’ordinaire qu’elle soit, est requis ce témoignage intérieur que Dieu envoie, mais en l’extraordinaire, il pousse de telle force et vertu qu’on ne peut plus rien attendre, tant s’en faut qu’on puisse consulter et résoudre avec les hommes (B., p. 252).

Ce n’est point un

instinct de conscience, c’est une ferveur de l’Esprit, telle que saint Luc la remarque en Apollos [...], bouillonnante avec véhémence [cf. Moïse poussé à tuer l’Egyptien, Phinéès à tuer le Madianite, saint Étienne] n’étant que diacre à disputer avec les Juifs […] L’Écriture dit que c’est Dieu qui leur donna cette charge d’une façon extraordinaire, comme dans l’histoire des Juges. Tous bons instincts viennent de Dieu, mais la vocation extraordinaire n’est pas seulement témoignage de conscience pour son devoir particulier, mais aussi pour faire sentir qu’elle est vraiment appelée à entreprendre ceci ou cela [...] Il fallait bien qu’il y eût je ne sais quoi d’extraordinairement violent pour se résoudre de prendre tout le monde à partie et prendre la condition de brebis destinées à la boucherie (Ch., p. 202-204).

21Le dilemme posé par du Perron s’est disjoint : il ne s’est point agi de créer de nouveaux Ministères, mais de restaurer ceux qui ont été inaugurés par les Apôtres et dont le contenu est donné dans la parole de Dieu.

  • 24 Bérauld récuse la comparaison : 1° « La vocation au ministère n’est la disposition que d’une partie (...)

22Mais dans l’Église, le Ministère est-il vraiment comparable à la structure organique du corps animal ? Est-il ce qui donne sa figure à l’Église et peut-on reconnaître celle-ci à son Ministère ? En d’autres termes, peut-on prendre pour « marque » de l’Église la validité du Ministère24 ? Chamier dira :

Je sais bien qu’en l’Écriture on trouve cette comparaison mais ce n’est pourtant pas à dire, que ces choses soient semblables en tout et partout ; mais seulement dans cette diversité que Dieu a rendue propre à la conservation du total, d’où ne se peut valablement conclure que l’une soit de l’essence de l’Église, aussi bien que l’autre du corps (Ch., p. 46).

23Mais c’est qu’au fond, on se refuse à considérer le Ministère comme fondement matériel de l’Église :

Il est aussi faux que pour faire une Église la disposition du Ministère soit le commencement, comme il est aussi faux de dire qu’il faille faire les magistrats devant qu’il n’y ait aucun peuple. Ce que dit saint Cyprien : « que l’Église est en l’Évêque et l’Évêque en l’Église ; et ceux qui ne sont point avec l’Évêque ne sont point en l’Église », ne doit pas être pris crûment, sans quoi, où en seraient réduits ceux que l’histoire loue d’avoir quitté les évêques hérétiques (Ce qu’exprimait saint Cyprien, c’est un état de fait, pour marquer l’unité que doit conserver la communauté (Ch., p. 46).

Car le rôle du Ministère est bien d’être « un des principaux organes du corps, mais telle disposition n’est que partielle, non totale, et par conséquent latente et occulte jusqu’à ce que tout le corps soit entièrement formé. » L’envoi pour le Ministère est plutôt « la faculté ou moyen de disposer le corps de l’Église, que la disposition organique de ce corps-là » ; le Ministère serait comparable à un organe comme le coeur (B., p. 353).

24Il importe en effet de mettre en valeur le rôle des Ministres, mais sans le surestimer, car ce qui est essentiel à l’Église, c’est avant tout la foi des croyants, et non pas l’instrument dont se sert le Seigneur pour conduire à la foi : « Le Ministère n’est que cause instrumentale, donc ne peut être fondement ; hors leur charge, ils [les Ministres] ne sont que pierres vives » (F.D.L.M., f° 116 v°). Dans la croissance du corps de l’Église, les pasteurs ont un rôle important, mais on ne doit jamais oublier que le seul fondement sur lequel s’édifie l’Église, c’est Jésus-Christ, « car il est le sujet de la doctrine qui y est enseigné » (B., p. 352). Et si l’on doit chercher une « marque » de l’Église, ce ne peut être que la doctrine.

25L’argument du Magistrat, l’autorité nécessaire pour appeler, la continuité du Ministère sous le Nouveau Testament, le rôle « structurel » des Ministres, tout cela était pour du Perron autant de thèses fondamentales qui lui semblaient de nature à condamner l’Église réformée.

26En fait, nous venons de voir comment les ministres ont dévié les traits de l’évêque d’Évreux, en se déplaçant sur un autre plan. Ils sont bien d’accord sur la nécessité d’un ordre en l’Église et sur la place prépondérante qui revient aux Pasteurs ; mais leur refus vise la continuité historique dans laquelle devrait s’inscrire le Ministère. Dans la mesure où leur regard est fixé sur la charge, seule importe la manière dont celle-ci est remplie ; les questions d’ordre ne viennent qu’en second lieu. Dans la mesure aussi où le Ministère n’est pas ce qui aide à la constitution de l’être de l’Église, puisqu’une Église peut naître sans lui, on se retrouve sur un registre différent de celui de du Perron. Ici les valeurs premières sont la foi, la Parole prêchée, la souveraineté immédiate du Christ sur les siens, le rôle purement instrumental du Ministère.

27C’est pourquoi nous allons essayer dans le chapitre suivant de présenter la théologie de l’Église et du Ministère sous-jacente aux réponses des deux Pasteurs. On n’oubliera pas d’ailleurs que leurs livres sont œuvres de controverse : ils ne sont donc pas complets ; ils mettent en effet en évidence certains points pour les besoins de la cause, sans que cela préjuge de l’importance accordée à d’autres dont on parle peu.

Notes

1 Cf. supra p. 34 et la n. 37.

2 Cf. Plantavit de La Pause, Michaëlis Beraldi ex monachii ministri salmuriensis nugipolyquidis tricae, Flexae, 1608 : « qui ante sex annos et quadraginta, vel eo amplius, a catholica veritate ad Haereticorum partes falsitatis propugnatorices execrando exemplo descivisti » (p. 7).

3 Haag-Bordier, La France protestante, 2ème éd. 1877-1888, t. 2, col. 305-307 ; cf. aussi P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, 3ème éd., Amsterdam, 1716, art. « Bérauld ».

4 Briève et claire Défense de la vocation des ministres de l’Evangile, Montauban, 1598.

5 Cf. Briève et claire défense…, p. 36-37, 137, 154, 178, etc. À propos de l’ouvrage de Bérauld, Bayle signale la redécouverte des Pères par les Ministres.

6 Cf. É.G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, II, p. 144-146.

7 P. Bayle, op. cit. p. 841-842.

8 Histoire de l’Edit de Nantes, I, p. 447.

9 J. Aymon, Actes des Synodes, t. I, 2ème partie, p. 313 : « Sur la proposition faite par la province de Saintonge qu’il serait nécessaire de faire une réponse complète aux ouvrages de Bellarmin, la compagnie a chargé les Députés du Dauphiné d’exhorter M. Chamier à continuer ce qu’il a commencé sur ce sujet. »

10 Dispute de la vocation des Ministres en l’Eglise réformée…, La Rochelle, 1598.

11 J. Aymon, op. cit. p. 404 : « M. Chamier a présenté ses écrits sur les Controverses de ce temps, suivant le commandement qu’il en a eu des synodes nationaux précédents. La Compagnie l’a remercié de cet heureux commencement et l’a exhorté de parachever courageusement tous ses ouvrages et d’en mettre en lumière les 3 premiers tomes tout d’un coup ». Elle alloua pour ce faire 2 000 livres (Synode de Privas, 1612).

12 Toute l’histoire de la composition des Panstratiae catholicae se trouve dans Quick, op. cit. (éd. Read) p. 155-163. Aymon signale qu’il fut présenté au synode de Castres (1626) : t. II p. 11 & 100.

13 Cf. Ch. Read, op. cit. p. 402.

14 Quick ne fait que citer l’ouvrage dans la bibliographie de Chamier (éd. Read, p. 199). Quant à Read lui-même, p. 219-220, il en cite seulement les trois premières pages, mais sans aucune indication sur la composition. L. Dizier, Daniel Chamier, sa vie et ses écrits, Strasbourg, 1969, ne fait que piller Read et donne un résumé de la Dispute mais ne la replace pas dans la controverse ; il ignore l’ouvrage de du Perron, auquel répond Chamier, p. 7.

15 Nous avons indiqué plus haut (cf. supra p. 35) l’ouvrage de F.D.L.M. qui apporte sa voix sans ajouter autre chose.

16 Il faut aussi signaler un « classique », le Traicté des vrayes, essencielles et visibles marques de la vraye Eglise Catholique, La Rochelle, 1592, dû à Théodore de Bèze. Court ouvrage, il est très habilement agencé et fort bien enchaîné. Il fixe, peut-être encore plus que les ouvrages des deux Ministres, ce qui sera la théologie protestante de l’Église et du ministère. Nous le citons en note.

17 Certes, il faut faire la part de la polémique et tel ou tel argument avancé n’est ni probant, ni solide ; mais quand on s’aperçoit que la position ainsi défendue est consonnante à l’ensemble, on ne peut plus dire qu’il s’agit d’un procédé, mais bien d’une prise de position de fond.

18 Les sigles du texte renvoient : B. à Bérauld (Briève et claire défense...) ; Ch. à Chamier (Dispute de la vocation...).

19 Bérauld : « Si donc la conversion des Corinthiens est le témoignage de l’autorité apostolique, aussi la réduction de tant, non seulement de personnes, mais de peuples, à l’obéissance de l’Evangile, testifiera toujours de l’autorité de Luther, de Calvin et des autres. Et n’a pas été un crédit ou autorité humaine, mais divine » (p. 476).

20 Bérauld se fonde aussi sur la notion d’« erreur commune » : « Celui qui se porte comme Magistrat et est reconnu pour tel, bien qu’il ne soit légitime Magistrat, les actions seront valables par la disposition du droit aussi bien que s’il était vrai Magistrat, jusqu’à ce qu’il ait été publiquement découvert n’être tel. Tout autant en faudrait-il juger de ceux qui exercent les charges en l’Eglise suivant votre similitude propre et par conséquent que la création de prêtres par ceux qui n’étaient pas vrais prêtres, ni vrais évêques, mais étaient seulement réputés communément tels, ne laisse pas d’être bonne » (p. 324-325) ; cf. p. 329 : allégation de Barbarius Philippus. Ainsi la parole droitement enseignée et administrée l’emporte sur les formalités d’établissement.

21 La succession n’est pas forcément « propagation » : juridiquement, un oncle peut succéder à son neveu (B. 73) ou « Christ qui descend d’Adam et des Pères, non par propagation naturelle, encore qu’il en ait pris la nature » (ibid.). Ou bien, dans la succession du sacerdoce judaïque, on voit des grands prêtres se suivre bien qu’ils ne soient pas de la même famille, au moins en ligne directe : ainsi Sadoc succédant à Ebiathar : « Car ce n’était qu’une même succession sacerdotale, encore que ce fût en deux diverses familles desquelles l’un ne venait point de l’autre [...] De même encore que la succession personnelle se trouve interrompue depuis les Apôtres, la doctrinale ne cessera pas d’être continuelle, ce qui suffit en une vraie succession ». Chamier dira que la succession ne peut être de l’essence du ministère, « car de ce que tout ce qui est de l’être de quelque chose doit toujours se trouver en tout ce qui est de cette sorte, tellement que le défaut conclut négativement, comme en notre propos, si la succession est de l’être de l’Eglise, pour ce qu’elle n’a point été en l’Eglise du temps des Apôtres qui n’ont succédé à personne ; il s’ensuivrait que l’Eglise en ce temps-là n’était point l’Eglise, et du ministère pareillement ».

22 Cf. Bèze : « L’ordre apostolique a comme trois portes. La première est une légitime épreuve, tant de la doctrine que des mœurs, et spécialement des dons requis à l’administration de la charge dont il s’agit. La seconde est une libre et franche élection de la personne, du su et gré de l’Eglise, en laquelle l’élu doit exercer telle charge. La troisième est que celui qui a été introduit par les deux portes précédentes soit installé et mis en possession de sa charge, comme dédié et consacré à Dieu avec prières et ce qu’on a appelé l’imposition des mains » (p. 27).

23 Cf. Bèze : « Et s’il y en a d’autres qui aient commencé en particulier sans avoir été expressement élus, ni envoyés par aucune Eglise, ça a été lorsque la confusion la plus grande était générale et se couvrait du nom de l’ordre, tel qu’attendre leur vocation eût été autant que pour réformer les débauches, il fallait en avoir chargé des débaucheurs. Mais quoi ? avertir quelqu’un ou quelques-uns en la vérité de Dieu n’est pas simplement s’ingérer au ministère ; et la pureté de leur doctrine et de leur vie, et l’heureuse mort de la plupart au milieu des flammes a bien fait paroir qu’ils étaient envoyés de Dieu » (p. 103). Et Chamier : « Et cela montre que la conséquence ne vaudrait rien de dire : tels et tels se sont avancés à enseigner en un temps que l’Eglise avait besoin d’être réparée ; donc ils ont une légitime vocation extraordinaire. Pourtant il faudra coudre à ce discours, celui de propre marque de ceux qui servent à Dieu fidèlement, laquelle consiste en ce qu’ils s’emploient diligemment à ce qui est la fin de leur charge [...] Cela fait la conclusion se trouvera tout entière et valable : Tels et tels ont réparé l’Eglise, c’est-à-dire l’ont remise en sa première pureté, lorsque moins il y en avait d’apparence mais plus de nécessité, ils ont donc été vrais pasteurs, quoique destitués des cérémonies ordinaires qu’on a accoutumé de mettre en usage, en ceux qui sont appelés par les hommes en cette charge » (p. 195-196).

24 Bérauld récuse la comparaison : 1° « La vocation au ministère n’est la disposition que d’une partie du corps et ne peut être marque de tout le corps » (p. 371). 2° Un corps animé peut avoir une mauvaise structure (cf. les monstres) ou on peut trouver une structure parfaite, mais sans vie. Aussi, « la structure organique ne peut être vraie marque d’un corps animé et beaucoup moins la vocation, marque certaine et infaillible de l’Eglise » (p. 372).

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search