Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre 2. La « Response » de quelques Ministres

Texte intégral

  • 1 Du Perron nous assure avoir donné le texte intégral de la Response : « J’ai inséré, dit-il dans sa (...)

1Nous ne possédons malheureusement pas l’écrit où l’ami de Saint-Vaast avait couché ses réflexions après ses conversations avec du Perron et qu’il transmit aux Ministres. Seule nous a été conservée la Response de ceux-ci, l’évêque d’Évreux l’ayant retranscrit par morceaux au fur et à mesure de sa réfutation1.

  • 2 Cf. § 35 : « les trois thèses ou positions générales accordées en celui-ci sont vraies, pourvu que (...)

2Sans doute le premier écrit insistait-il sur la nécessité du Ministère et de la succession dans l’Église2 et attaquait-il à partir de là la vocation des Ministres dont la légitimité n’était garantie ni par la vraie succession, ni par l’autorité au nom de laquelle s’était accomplie la Réforme, ni par l’approbation du peuple. Il devait d’autre part marquer la nécessité d’un lien organique entre vocation et succession.

3La Response de quelques Ministres à un certain escrit touchant leur vocation est un texte court – nous le donnons en appendice ; il apparait comme un bon résumé de la position réformée. Ses principales divisions sont comme autant de têtes de chapitre que développeront les écrits postérieurs. Les auteurs n’entendent pas d’ailleurs faire oeuvre originale :

Quant à la vocation [...] plusieurs grands et excellents personnages de ce temps y ont suffisamment répondu : desquels voici par ordre une petite partie des principaux arguments (§ 6).

  • 3 Ils sont respectivement auteur d’un Traicté de la vocation des Pasteurs (1590), du Traicté des vray (...)

Sans doute font-ils allusion à Chandieu, Bèze ou du Plessis-Mornay3.

4La Response débute par une récrimination : on s’étonne de voir mise en avant cette question de la vocation, de peu d’importance au regard du seul point essentiel à discuter : l’Église réformée a-t-elle la pure doctrine ? Sa Confession de foi et sa prédication sont-elles fidèles à la parole de Dieu ? En soulevant le problème de la vocation, ceux de l’Église romaine cherchent seulement un échappatoire pour esquiver la question fondamentale.

5Cela posé, l’écrit des ministres va développer trois points : la vraie vocation se trouve parmi les Réformés ; elle peut se présenter soit sous une forme « extraordinaire », soit sous une forme « ordinaire » ; elle n’est d’ailleurs « qu’une partie de l’Église bien ordonnée », c’est-à-dire qu’elle n’en est qu’une marque secondaire.

6Comme preuve du premier point, la Response énonce le postulat sur lequel va reposer tout le raisonnement

Quand il n’y aurait autre raison que ce1le-ci, à savoir que nous avons la vraie et pure doctrine en son entier, elle suffirait à prouver que nous avons la vraie vocation... qui est un ordre en l’Église prescrit par la doctrine même (§ 7).

7La vocation, au sens où on l’emploie alors, c’est tout à la fois la manière d’entrer en charge et l’autorité pour l’exercer. Elle est donc, dit la Response, « celle qui est conforme aux règles qui en sont données en la parole de Dieu ». On comprend alors que l’Église qui met cette parole en pratique possède, du fait même, la vraie vocation et se trouve dans la succession des Apôtres qui ont prêché cette même parole.

8L’essentiel est donc de succéder aux Apôtres dans une même doctrine ; l’idée d’une succession « perpétuelle et non interrompue » n’entre point dans la définition de la vocation (« encore que pour un temps, elle eût été en usage » : § 13). Certes, il y a les promesses d’indéfectibilité que le Christ a faites à son Église, mais cela ne regarde point l’état visible de celle-ci :

Nous disons avec saint Augustin, que cela s’entend de l’Église des élus. Laquelle Dieu même peut conserver sans moyens ordinaires, voire sans Pasteurs pour un temps » (§ 17)

9À preuve, les épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament qui montrent ces éclipses du vrai Ministère et infirment ainsi une succession « perpétuelle, locale et visible ».

10Si donc seule compte la succession dans la doctrine, il faut voir quelles peuvent être les formes de vocation dans l’Église chrétienne, car il n’en reste pas moins vrai que le Ministère doit avoir autorité.

[Le défaut de succession] n’empêche point que les nôtres qui sont appelés en charge, suivant la parole de Dieu et les traditions apostoliques ne soient vrais successeurs des Apôtres. Vu aussi qu’ils rapportent leur vocation à sa vraie fin, qui est d’enseigner purement la parole de Dieu. Quant aux premiers, desquels ceux de présent ont pris successivement et de main en main leur vocation vraiment ordinaire et rétablie en sa pureté, nous disons que la leur a été en partie ordinaire, et en partie extraordinaire (§ 30-32).

11La vocation extraordinaire n’est pas inconnue de l’Écriture, puisque c’est celle des prophètes d’Israël ; et les raisons mêmes qui les ont poussés à agir se retrouvent maintenant : « à savoir la négligence, malice et révolte des pasteurs ordinaires, et la corruption de l’État Ecclésiastique » (§ 37). Cette vocation extraordinaire a existé au début de l’Église et rien, dans l’Écriture, ne dit qu’elle ne doive surgir au « milieu et sur la fin d’icelle ». D’ailleurs l’annonce par saint Paul de l’Antichrist siégeant au Temple de Dieu, de même que la figure des deux prophètes dont parle l’Apocalypse, montrent bien qu’il faut qu’il y ait des hommes suscités de façon extraordinaire pour lutter contre le mal. N’est-ce pas ce qui s’est passé en ces derniers temps avec

ceux qui [...] par le glaive de la parole de Dieu, qui est l’Esprit en sa bouche, ont non seulement révélé, mais aussi tellement combattu l’Antichrist, que nous maintenons être le Pape de Rome et sa suite, que nous espérons qu’il sera bientôt déconfit (§ 42).

12Et pourquoi demander des miracles aux premiers Réformateurs pour authentifier leur vocation puisqu’ils n’ont eu pour but que de prêcher la vraie doctrine ?

Il n’était besoin d’autres [miracles] que de ceux qui avaient été faits au commencement par les Prophètes et Apôtres, pour autoriser cette même doctrine (§ 43).

13Mais à côté de l’aspect extraordinaire de la vocation des Réformateurs, il faut considérer ce qu’elle conservait d’ordinaire. En effet, ceux-ci, appelés selon les formes usitées en la Papauté, possédaient donc la vocation ordinaire et

s’il y en avait aucune pour lors en la Papauté même, elle était de leur côté ; d’autant qu’au lieu que les autres en abusaient, ils la rapportaient à son vrai usage (§ 46).

14Il est d’autre part inutile de leur objecter qu’ils n’étaient que prêtres et qu’ils ne pouvaient donc « conférer aux autres le droit de vocation », car « saint Jérôme enseigne qu’elle est commune aux Évêques et aux Prêtres » comme aussi saint Ambroise le confirme » (§ 47).

15Si donc on doit dire que les Réformateurs ont eu vocation, et tous les autres Pasteurs à leur suite, il faut alors pour dirimer le débat sur la véritable Église en revenir aux vraies marques de celle-ci ; ce sont « la pure prédication de la Parole et la sincère administration des Sacrements » (§ 48). D’ailleurs la vocation n’est qu’une « partie de l’Église bien ordonnée, en tant qu’elle est [...] conforme à cette portion de la parole de Dieu qui en prescrit la forme » (§ 48). D’une part, elle n’est point essentielle à l’Église comme le prouvent les communautés d’Antioche ou de Samarie que fondèrent des gens qui n’avaient point vocation. Et d’autre part, il est des Églises qui possèdent vocation et succession sous la forme que Rome demande, et qui ne sont point considérées par celle-ci comme Église : ce qui

fait voir à l’œil que la vocation, quoiqu’elle soit requise en l’Église, en laquelle toutes choses se doivent faire par ordre, n’est pas pourtant la vraie marque d’icelle [...] Vocation et succession sont nécessaires pour conserver l’ordre de l’Église, mais non de telle nécessité que sans elles l’Église ne puisse être (§ 54-55).

16Ces points principaux établis, les ministres peuvent conclure alors que succession de doctrine et de vocation se trouvent parmi eux, et cela leur permet de répondre à plusieurs des questions que devait leur poser l’Écrit auquel ils s’opposent. On leur allègue que la prédication peut être le fait d’hommes « privés », qu’eux-mêmes ont rompu l’unité (et donc perdu la vocation) en se retirant de l’Église Romaine et que l’autorité des Pasteurs n’est « prise que des peuples ignorants ». Mais ces questions prouvent que l’on n’a pas compris que les Pasteurs ont reçu une véritable vocation pour prêcher et que, s’ils ont dû se séparer de l’Église Romaine, ce n’est pas d’eux-mêmes qu’ils l’ont fait, mais contraints et forcés pour rétablir la vraie religion. Quant à l’autorité par laquelle ils exercent leur charge, elle est fondée sur les formes prescrites par la parole de Dieu, où est prévue l’approbation du peuple, en même temps que l’élection par le corps des Pasteurs, l’examen du candidat et l’imposition des mains.

17D’un ton général assez calme, cette Response est bien charpentée et a l’avantage dans sa concision de mettre en relief les arguments des Réformés qui vont revenir sans cesse dans la controverse. Il n’est pas de notre propos de faire saillir les présupposés dogmatiques qui sont à l’arrière-plan de la Response : primauté de la parole de Dieu, conception de l’Église, place du Ministère, préjugés contre le papisme. Nous les retrouverons au cours de notre étude ; mais il est important de bien saisir qu’il y a cet arrière-fond doctrinal pour comprendre pourquoi la Réplique de du Perron devra, en ses meilleurs passages, être une discussion sur le fond.

18Même s’ils insistent sur la primauté de la doctrine, les ministres ont bien conscience de l’importance de la vraie vocation : car c’est la valeur même de leur autorité pastorale qui est en cause. Il faut donc que la vocation soit fondée ; pour eux, elle l’est par sa conformité avec les règles prescrites par la parole de Dieu. Mais on peut remarquer que s’ils refusent de considérer la succession perpétuelle comme étant de l’essence de la vocation, cependant ils s’attachent à démontrer une certaine continuité avec l’ancien « État Ecclésiastique » : il ne faut pas en effet que les premiers réformateurs puissent apparaître comme des illuminés, ce qui donnerait à quiconque le droit de s’ingérer dans le Ministère, ni qu’on puisse prêter le flanc à la critique d’avoir fondé une nouvelle Église. N’est-ce pas, au fond, la défense et l’illustration de l’article 31 de la Confession de foi qu’entreprennent les ministres :

Nous croyons que nul ne doit s’ingérer de son autorité propre pour gouverner l’Église ; mais que cela se doit faire par l’élection, en tant qu’il est possible et que Dieu le permet. Laquelle exception nous y ajoutons notamment pour ce qu’il a fallu quelques fois et même de notre temps auquel l’État de l’Église était interrompu, que Dieu ait suscité gens d’une façon extraordinaire pour dresser l’Église de nouveau qui était en ruine et désolation. Mais quoiqu’il en soit, nous croyons qu’il faut toujours conformer à cette règle, que tous pasteurs, surveillants et diacres aient témoignage d’être appelés à leur office.

19Il est vrai que d’autre part, les ministres admettent que la vocation n’est point marque essentielle de l’Église. En effet, dans la mesure où celle-ci est vue sous son aspect de congregatio fidelium, c’est-à-dire de rassemblement de ceux qui sont éveillés à la foi par la parole de Dieu et le témoignage de l’Esprit, elle peut surgir sans qu’il y ait forcément de Ministère : celui-ci ne fera partie que de « l’Église bien ordonnée ». Nous avons là l’une des ambiguïtés de la discussion dans la controverse réformée : on veut défendre la primauté de la Parole et la possibilité de la foi, même s’il n’y a pas d’institution ecclésiale, en même temps qu’on reconnaît avec force l’importance de celle-ci. Par là, on rejoint un second problème : celui de l’origine de l’autorité pastorale. Ce peut être simplement le don que fait le Christ à celui qui est admis dans les « formes ». Mais, si l’on admet qu’il peut y avoir Église sans qu’il y ait encore de Pasteur, et si l’on doit en créer un, quel sera le rôle de l’Église : reconnaîtra-t-elle seulement le charisme du Ministère en l’un de ses membres, ou sera-ce elle qui lui délèguera son autorité ?

  • 4 C’est pourquoi surtout du côté réformé, le problème de la vocation est traité non seulement dans le (...)

20Nous avons là les questions essentielles qui vont être reprises, creusées à nouveau et passionnément discutées tout au cours de la controverse. Mais, on le voit, cette controverse s’attachera moins à discuter le contenu même du Ministère que sa place dans l’Église et son rattachement à l’être de celle-ci. Et s’il est vrai que les Réformés reprochent à leurs adversaires catholiques l’aspect « sacrificiel » du sacerdoce qui est, pour eux, erreur monstrueuse, les Catholiques ne s’attaqueront en fait qu’à l’autorité et au statut du Ministère dans la Communion réformée4.

Notes

1 Du Perron nous assure avoir donné le texte intégral de la Response : « J’ai inséré, dit-il dans sa Préface, tout le texte de leur réponse mot à mot, afin qu’ils ne pensent pas que j’ai voulu dissimuler ou dérober de la force de leurs raisons ». Pourtant Bérauld et Chamier qui lui répondront, lui font grief de n’avoir point donné le texte du premier écrit et l’accusent d’avoir tronqué le texte des Ministres. A le lire d’une traite, il donne bien l’impression d’être complet. On trouvera la Response en annexe. Les paragraphes que nous indiquons correspondent au découpage qu’en fait du Perron et à la numérotation de la Réplique.

2 Cf. § 35 : « les trois thèses ou positions générales accordées en celui-ci sont vraies, pourvu que le mot ‘nécessaire’ qui est aux deux derniers soit bien entendu ; car la vocation et la succession sont nécessaires, pour conserver l’ordre de l’Église, mais non de telle nécessité, que sans elles l’Église ne puisse être. »

3 Ils sont respectivement auteur d’un Traicté de la vocation des Pasteurs (1590), du Traicté des vrayes, essentielles et visibles marques de la vraye Eglise catholique (1592) du Traicté de l’Eglise auquel sont disputées les principales questions meües sur ce poinct en nostre temps (1578, 3ème éd. 1599).

4 C’est pourquoi surtout du côté réformé, le problème de la vocation est traité non seulement dans les ouvrages sur ce sujet, mais aussi dans tous ceux qui ont trait à l’Église.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search