Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Chapitre premier. Les débuts de la controverse sur la « vocation »

Texte intégral

1Deux dates – 1593 et 1598 – marquent « l’Établissement » du protestantisme français, car elles délimitent les conditions dans lesquelles vont évoluer les Réformés jusqu’à la Révocation et elles déterminent le cadre social et légal du déroulement de la controverse.

2Le 25 juillet 1593, Henri IV abjure et fait son entrée dans la Communion de l’Église romaine. Roi depuis quatre ans, il a entrepris de « reconquérir » son royaume divisé où se heurtent l’« État huguenot » dont il est le « protecteur », les « bons Français » et la Ligue catholique, de plus en plus sous la mouvance de l’Espagne. Aidé des protestants et des loyalistes, il lutte contre la Ligue, tout en cherchant à apaiser les esprits. Dès son avènement, il s’était engagé à « maintenir et conserver la Religion Catholique, Apostolique et Romaine en son entier, sans innover, ni changer aucune chose », mais il se heurtait à la répugnance de nombreux catholiques d’admettre pour roi un prince huguenot. Il avait d’ailleurs promis de rassembler un libre concile national duquel il se laisserait instruire. En fait son abjuration précéda cette réunion car il lui fallut gagner de vitesse ses adversaires qui voulaient mettre, avec l’aide de l’Espagne, un autre prétendant sur le trône.

  • 1 Cf. É. G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, op. cit., t. II, L’Etablissement, p. 313.
  • 2 Le texte initial mettait « 13 avril », date traditionnellement reprise. Elle a été rectifiée depuis (...)
  • 3 Cf. É. G. Leonard, op. cit, p. 313.

3Mais la minorité protestante (un million d’individus sur les vingt qui peuplaient alors la France)1 dépendait maintenant d’un roi catholique et elle était fort inquiète d’obtenir des garanties et un statut qui lui permissent de vivre en sécurité. Le 30 avril 15982, après bien des difficultés, l’Édit de Nantes vint donner satisfaction aux Réformés, en faisant du protestantisme « une confession religieuse désavantagée et un corps social et politique privilégié »3.

4Il est inutile de souligner l’importance de l’Édit : il créait une sorte de fédéralisme, tant au plan politico-religieux (« La France est un État catholique et protestant ») qu’au plan strictement politique où « les assemblées politiques du protestantisme, ses ambassadeurs auprès du roi, ses places de sûreté en faisaient incontestablement un État à l’intérieur et à côté de l’État royal. » (E.G. Léonard).

5Tandis que s’instaurait ainsi un statut de coexistence entre les deux communions et que les relations quotidiennes devenaient peu à peu pacifiques, l’opposition religieuse fondamentale n’en demeurait pas moins. Car pour chacun des deux partis, il en allait du salut éternel de l’adversaire : se considérant mutuellement comme hérétique, on tenait l’autre pour voué à la damnation. Certes, il y avait l’ardeur bien humaine que l’on a toujours de vouloir persuader son interlocuteur de « sa » vérité, mais il reste que le motif premier de la controverse était avant tout religieux. On pourrait ajouter, du côté catholique, l’aspiration à l’unité : on était en effet désemparé devant l’existence de ce corps étranger qui rompait l’unanimité de la foi, si facilement identifiée avec l’unité nationale ; les Réformés, nous le verrons, n’étaient pas insensibles à cette raison.

  • 4 Cf. Semaine première des Dialogues auxquels sont examinéz et confutéz cent soixante et quatorze err (...)

6Même durant la guerre endémique et les désordres qui sévirent dans les quarante dernières années du siècle, on n’avait cessé de polémiquer par écrit ; les objections des controversistes s’entassaient les unes sur les autres ; ainsi des cent soixante-quatorze erreurs aux quatre cent soixante-cinq, puis aux quatorze cents que, d’une édition à l’autre, le cordelier Feuardent prêtait avec générosité à ses adversaires réformés4. La paix revenue, la controverse allait reprendre de plus belle que ce fût sous forme de répliques, de cartels de défi, d’apologie, de « vrais motifs de conversion », de conférences...

  • 5 J. Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, Paris, 1911, p. 224. À titre d’exemple, signa (...)

7Très souvent, c’est la conversion de tel ou tel individu qui se trouve au point de départ d’un traité ou d’une conférence entre Ministres des deux Églises, car « tel ouvrage sert aussi de prétexte pour inviter à la conversion tous les auditeurs ou tous les lecteurs, et l’intérêt de la lutte s’étend bien au-delà de l’instant et du lieu où elle a commencé »5. D’ailleurs, un traité ne paraît pas seul ; il est immédiatement suivi de sa réfutation qui entraîne réponses et répliques... Mais il faut distinguer « ténors » et amateurs, car nombreux sont ceux qui viennent apporter leur voix au concert sans faire plus que de répéter ce qu’ont dit – en mieux – leurs devanciers.

  • 6 Cf. Notice historique et bibliographique sur les controverses religieuses en Dauphiné pendant la pé (...)
  • 7 Sur certains des convertis de du Perron, cf. R. Pintard, Le libertinage érudit, Paris, 1943, p. 17- (...)

8Paris fut un des centres de la controverse ; comme le montre le pasteur J. Pannier dans son Église réformée de Paris sous Henri IV, la valeur des interlocuteurs, l’écho qu’avaient les événements de la capitale, la présence de la Cour contribuaient à donner lustre et importance aux controverses parisiennes. Mais il ne faudrait pas que Paris nous voilât la province... Car, surtout du côté protestant, les « leaders » sont répandus à travers toute la France : Chamier est pasteur en Dauphiné, Bérauld à Montauban, Rivet en Saintonge, Cameron à Bordeaux et le théologien laïc du Plessis-Mornay est gouverneur de Saumur. C’est à Montauban, Saumur, Sedan, et même Die pour un temps, que s’installent les Académies où se forment les futurs Ministres ; les plus célèbres Pasteurs y viendront enseigner. Outre ces « têtes », on rencontre un peu partout de petits controversistes, des Pasteurs et des prédicateurs catholiques ; ils ne sont pas géniaux mais témoignent de l’ardeur avec laquelle on discute ; et ils n’hésitent pas à publier leurs rencontres, la « victoire » étant toujours du côté de celui qui publie...6. Il faut avoir en tête cet arrière-fond de passion religieuse, d’ambition (ce pouvait être, surtout du côté catholique, un moyen de se « pousser »)7, de conviction sincère et ardente pour aborder ces livres abondants, à la langue encore bien lourde, au style scolastique, mais qui sont les restes d’un débat où l’unique vérité est en cause.

  • 8 A. Rébelliau, Bossuet historien du protestantisme, op. cit., p. 7. Cf. D. Chamier, Dispute de la vo (...)

9Les sujets alors traités sont innombrables. Comme l’a noté A. Rébelliau8, dans les années qui suivirent la promulgation de l’Édit de Nantes, la controverse eut un caractère encyclopédique :

  • 9 É.G. Leonard, op. cit., p. 324.

C’est [...] sur tous les points de la religion qu’elle se disperse : on discute sur la messe et le pouvoir du pape, sur les sacrements, le purgatoire, les prières pour les morts, le culte de la Vierge et des saints, les images, le célibat des prêtres, enfin sur des détails secondaires : reliques, médailles, jubilé, dévotions particulières9.

  • 10 Rébelliau, op. cit., p. 23, 32-44 (l’ouvrage de R. a eu le mérite d’éclairer et d’ordonner pour la (...)
  • 11 Cf. R. Snoeks, L’argument de tradition…, op. cit., 1951 ; P.Y. Emery, Le sacrifice eucharistique se (...)
  • 12 R. Voeltzel, Vraie et fausse Église…, op. cit.

Mais cependant, comme la controverse de la seconde moitié du siècle le mettra mieux en lumière10, deux sujets dominent tout le débat : la Présence réelle dans l’Eucharistie11 – l’aspect sacrificiel étant moins débattu – et la question qui est au coeur de la confrontation, celle de la « vraie » Église12 : quelles en sont les « marques », quel est son Ministère, quel est son rôle doctrinal ? C’est donc dans le cadre de la controverse sur l’Église que nous trouvons traité le problème du Ministère, controverse assez limitée en un sens, si on ne considère que les ouvrages qui en traitent ex-professo, mais qui est automatiquement abordée dès qu’on s’occupe de l’Église.

  • 13 Cf. l’article « du Perron » par R. Snoeks dans le Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésia (...)
  • 14 La seule étude d’ensemble est bien vieillie ; c’est celle de P. Féret, Le Cardinal du Perron, orate (...)
  • 15 Ce que soutient Snoecks, art. cit., col. 1133.
  • 16 Réplique à la response du Sérénissime Roy de Grand’Bretagne ; Traicté de l’Eucharistie.
  • 17 Ivan Lachat, « Le Cardinal du Perron et le diocèse de Sens », dans : Le Cardinal Jacques Davy du Pe (...)
  • 18 Cf. Freppel, Bossuet et l’éloquence sacrée au XVIIe siècle, Paris, 1893, t. 1, p. 115 s.

10Le premier « moment » de la controverse sur le Ministère est dominé par la personnalité de Jacques Davy du Perron, alors évêque d’Évreux. Personnage curieux, fort considéré en son temps, poète de cour dans sa jeunesse13, puis controversiste et évêque diplomate : il est au fond mal connu14. Évêque, fut-il davantage prélat de cour que pasteur de son diocèse d’Évreux, puis de celui de Sens ?15 Occupé par ses fonctions diplomatiques et par de grands travaux d’érudition16, il ne dut pas beaucoup « résider », mais une étude récente montre cependant qu’il s’est plus occupé qu’on ne le dit de son diocèse de Sens17. D’autre part, à lire les quelques sermons que nous ont gardés ses Œuvres complètes – son sermon d’intronisation à Évreux pour Pâques 1597, par exemple –, on est frappé par leur teneur scripturaire et surtout très patristique, qui contraste heureusement avec l’éloquence ampoulée qui avait alors cours18.

  • 19 « Discours sommaire de la vie et trépas de l’illustrissime Cardinal du Perron », folioté à part, en (...)

11Ayant adhéré à la Réforme, ses parents de petite noblesse normande furent mêlés aux tribulations qui atteignirent alors les huguenots : Jacques naquit ainsi en 1556 dans le Bernois où ils avalent dû se réfugier avant de revenir en Normandie pour fuir ensuite à Jersey. Il n’en reçut pas moins une solide éducation, poussée jusqu’à la connaissance de l’hébreu. Présenté au roi Henri III vers 1576, il fut vite célèbre à la cour pour son immense savoir et sa puissante mémoire. Vers 1584, ayant entrepris la lecture de saint Thomas, « la scolastique l’engagea, et comme insensiblement, à lire les Pères et particulièrement saint Augustin »19. C’est alors

  • 20 Ellies du Pin, op. cit., p. 26.

Qu’ayant découvert dans le Traité de l’Église de du Plessis-Mornay plusieurs fausses citations et faux raisonnements, il s’instruisit à fond sur les points controversés et fit son abjuration. Quand il fut converti, il travailla à la conversion des autres20.

12Parmi ceux qu’il devait conduire à l’Église catholique se trouvaient les deux frères de Sponde : Jean, cité encore parmi les poètes de la lignée de Ronsard, et Henri qui, après s’être consacré à l’histoire, devait être un jour évêque de Pamiers.

13Dans la Déclaration qu’il écrivit après sa conversion, le premier décrit ainsi sa rencontre avec du Perron :

  • 21 Jean de Sponde, Déclaration des principaux motifs qui induisent. le sieur de Sponde... à s’unir à l (...)

Ce torrent de savoir et d’éloquence se déborda avec telle impétuosité sur moi qu’il me roula dans les abîmes de ma honte, dont je demeurai si étonné que je n’eus d’autre sûreté que de mon silence, [...] et ce grand personnage me laissa dans l’âme un aiguillon qui m’a toujours piqué21.

14Des discussions avec du Perron, Henri disait :

  • 22 Cité par J. M. Vidal, Henri de Sponde, Recteur de Saint Louis des Français, évêque de Pamiers, Rome (...)

Autant de discours, autant de chaînes d’Hercule dont il attire à soi ceux qui l’entendent, autant de filets d’Ariane dont il conduit et tire hors ceux qui sont perdus dans le labyrinthe des erreurs22.

15Du Perron devait aussi participer à la réunion de prélats qui, en juillet 1593, entreprirent d’« éclairer » Henri IV avant son passage à l’Église catholique. L’abjuration eut lieu fin juillet, mais en octobre, on tint cependant cette confrontation entre représentants des deux Églises, qu’avait promise le roi dès son avènement. Les Réformés y envoyèrent leurs meilleurs Ministres : Rotan, Bérauld, de Vaux, Cayer ; et du côté catholique, du Perron fut sur les rangs. Dans toutes les rencontres de ce genre, il est difficile qu’il y ait un vainqueur, mais l’évêque d’Évreux dut se montrer redoutable, car Elie Benoist, farouche historien réformé de la fin du XVIIe siècle, reconnaît qu’il

  • 23 Elie Benoist, Histoire de l’Edit de Nantes contenant les choses les plus remarquables qui se sont p (...)

avait dans la conversation une éloquence qui entraînait les esprits, éblouissait le roi par sa véhémence et la rapidité de ses discours, mais il le pressait moins par des raisons de théologie que par des motifs pris du temps et de la prudence politique23.

  • 24 Elie Benoist, op. cit., p. 92 ; A. D’Aubigné, Confession de M. de Sancy : cf. A. Garnier, Agrippa d (...)
  • 25 V. P. Cayer, Response [...] au livre intitulé « advertissement aux fidelles etc. » où sont réfutées (...)
  • 26 J. Aymon, Actes ecclésiastiques et civils de tous les synodes nationaux des Églises Réformées de Fr (...)

Il semble même que certains ministres aient été ébranlés : selon d’Aubigné, repris par Benoist, ils auraient été achetés avant la réunion24. Un des ministres, Cayer, il est vrai, devint catholique et reconnut l’influence que joua du Perron dans sa conversion25. Mais le synode de Montauban (1594) devait féliciter Bérauld et Rotan pour leur belle tenue à Mantes26.

16Du Perron fit alors partie de l’ambassade chargée d’obtenir du Pape l’absolution d’Henri IV (celui-ci en effet s’était « converti » une première fois pour échapper à la Saint-Barthélemy, mais il était retourné à la Réforme ; outre les excommunications fulminées contre lui, il était donc relaps aux yeux de l’Église). C’est à Rome que du Perron fut sacré evêque en 1595. Revenu en France, il se mit à prêcher la controverse.

17Comme le montrent son rôle à Mantes et sa réputation à la cour, il devait être un redoutable jouteur. Une phrase d’un de ses adversaires nous indique les points sur lesquels du Perron insistait dans sa controverse :

  • 27 D. Chamier, Dispute de la vocation des Ministres, La Rochelle, l598, p. 12.

[Les apostats] ont appris parmi nous qu’il n’y a point de dogmes [catholiques] où il n’y ait d’erreur, et ils n’opposent toutefois à cette connaissance que ce vain titre d’Église, ce nom rouillé d’Antiquité, cette objection frivole de la Vocation27.

Et de citer les convertis de l’évêque d’Évreux : les frères de Sponde, Cayer, Reboul, Salignac, Sancy.

18De fait, si nous regardons les ouvrages de ses « convertis », son « apologétique » devait surtout insister sur l’antiquité de l’Église, sur sa continuité, sur le Ministère successif, et comparer ces « marques » avec la notion d’Église que présentaient les Réformés.

  • 28 F° 122-l80. Cf. aussi les développements qu’il consacrera à ce problème dans sa Response... au Trai (...)
  • 29 P. 3-5 : « Mais pour ce que cela semble étrange à plusieurs, que j’ai reconnu la vraie Église, je v (...)
  • 30 2e partie des IIeSalmonées, Lyon, 1597, p. 412-522.

19La Déclaration des principaux motifs qui induisent le sieur de Sponde [...] à s’unir à l’Église catholique, apostolique et romaine consacre de longs développements à la mission des Ministres et on y retrouve l’essentiel28 de ce qu’exposera du Perron dans l’ouvrage qu’il consacrera à ce problème. La Copie d’une lettre de Maistre V.P. Cayer, cy-devant Ministre, à présent ferme Catholique, Apostolique et Romain, à un Gentilhomme sien amy le sieur Dam encore à présent Ministre, contenant les causes de sa conversion à l’Église catholique, apostolique et romaine résume ce que dira du Perron de la « vocation extraordinaire et ordinaire » à laquelle prétendent les Ministres29. Un autre « converti » de du Perron, G. de Reboul, consacre un long passage de ses Salmonées au problème de la vocation et il y fait là un grand éloge de l’évêque d’Évreux, « ce grand et divin entendement »30.

  • 31 Cf. la lettre-préface adressée à Saint-Vaast dans la 1ère édition (Évreux 1597) : « Je vous envoie (...)

20La controverse sur la vocation et sur le Ministère, qui fait le propos de notre recherche, naquit précisément de conversations qu’eurent deux Réformés avec du Perron. Un gentilhomme normand, le sieur de Saint-Vaast et un ministre de ses amis rencontrèrent celui-ci et leurs discussions portèrent sur le point de la vocation. Le ministre, ayant mis sur le papier les réflexions recueillies, les transmit à d’autres Pasteurs. Ceux-ci y firent une Response que Saint-Vaast transmit à du Perron31 : c’est ainsi qu’apparut la Réplique à la Response de quelques Ministres sur un certain Escrit touchant leur vocation nouvellement adressé à eux par un des leurs revenant à l’Église catholique, où le célèbre controversiste ramassait dans un écrit assez court ses réflexions sur la « vocation » ou, si l’on veut, sur la légitimité de l’entrée en charge des Pasteurs.

  • 32 Il faut se souvenir que les Jésuites (identifiés aux ultramontains) avaient été chassés de France a (...)

21Les réactions n’allaient pas manquer. Mais pour les comprendre, il faut songer, pour reprendre le mot de Léonard, à ces « rêveries unionistes » qui avaient alors cours chez les Réformés : espoir d’une Église gallicane, sur le modèle de l’Église d’Angleterre où se réconcilieraient catholiques et huguenots. Ainsi un du Plessis-Mornay espérait qu’un concile « national » provoquerait la rupture avec Rome32.

  • 33 J. Aymon, op. cit., p. 190 : « Ceux de l’Ile-de-France seront vivement censurés de ce qu’ils ont pr (...)
  • 34 J. Aymon, op. cit., t. I, 2ème Partie, p. 219 : « Quoique les fidèles doivent désirer de tout leur (...)

22D’autre part, la conversion du roi avait dû ébranler un certain nombre de Ministres et la censure formulée par le Synode de Montauban contre ceux de l’Île-de-France33 manifeste un courant unioniste qui n’était pas fortuit. Les menées de du Perron apparaissaient ainsi comme un danger réel, risquant d’ébranler les « consciences faibles »34.

  • 35 Les diverses Œuvres, p. 861-867 : lettres à Clément VIII (« Praeter illos enim qui jam palam ad Ecc (...)
  • 36 Lettre au Cardinal Baronius, p. 867.

23À l’époque même de la Réplique35, des lettres de l’évêque d’Évreux au Pape et à des cardinaux amis montrent qu’il espérait alors le retour de nombreux pasteurs dans la communion romaine ; aussi aurait-il voulu que Clément VIII pressât l’Assemblée du clergé de France de réserver des canonicats ou au moins leurs bénéfices dans chaque diocèse, afin de permettre l’entretien des Ministres : « Il s’en convertit plusieurs et un grand nombre sont sur le point de revenir, mais ils appréhendent la mendicité, étant la charité si refroidie parmi les catholiques, que c’est une chose déplorable »36. L’Assemblée du clergé n’accepta pas alors la proposition ; un peu plus tard seulement, elle devait mettre à la disposition des pasteurs convertis une somme de 5 à 6 000 livres.

  • 37 Aymon, op. cit., t. 1, 2ème partie, p. 228. La dédicace du livre de M. Bérauld est du 24 octobre 15 (...)
  • 38 « M. Bérauld et D. Chamier ont été les seuls qui aient eu l’honneur insigne de présider trois synod (...)
  • 39 De l’Institution, usage et doctrine du Saint-Sacrement en l’Eglise ancienne, Genève, l598.

24On comprend que le Synode de Montpellier (juin l598) ait voulu couper court à ces menées et qu’outre les mises en garde contre « les malintentionnés [qui] font semblant d’unir et mêler les deux religions », il ait chargé son « Modérateur » Michel Bérauld de répondre à l’écrit de du Perron37. Celui-ci s’exécuta aussitôt et, la même année, il fit paraître à Montauban sa Briève et claire Défense de la vocation des Ministres de l’Evangile contre la réplique de Messire Jacques Davy, Evesque d’Évreux, faite article par article sur la même réplique. Y avait-il péril en la demeure ? En tout cas la même année, un des futurs « leaders » du protestantisme38 publia à son tour sa Dispute de la Vocation des Ministres en l’Église Réformée contre Jacques Davy dit du Perron, Evesque d’Évreux. Une troisième réponse vit le jour à Sedan, signée des Initiales F.D.L.M. : Examen de la Réplique de Messire Jacques Davi se disant Evesque d’Évreux : à la response de quelques Ministres des Églises réformées sur un certain escrit touchant leur vocation et marques de l’Église. C’est un petit in 12° de 180 folios, presque uniquement composé de syllogismes ; sa seule originalité est de contester quelques traductions et interprétations des Pères, proposées par du Perron. Il se trouve que ces remarques furent reprises par du Plessis-Mornay, dans la deuxième édition du Discours véritable de la conférence tenue à Fontainebleau (Montpellier, 1600). Malgré des fonctions importantes dans l’État, Philippe du Plessis-Mornay, fidèle lieutenant de Henri IV, laïc érudit, trouva le temps de publier ses Traités de l’Église et de l’Eucharistie, défenses des positions réformées fortement appuyées sur les Pères. Son Traité de l’Église, on s’en souvient, avait joué un rôle dans la conversion de du Perron. Dès que parut le Traicté de l’Eucharistie39, celui-ci mit en doute l’exactitude et la portée des citations de son vieil adversaire. Une conférence fut réunie à Fontainebleau devant le roi : les circonstances et l’atmosphère étant peut-être plus favorables au champion catholique, celle-ci tourna mal pour du Plessis. Il était de bonne guerre qu’en appendice du récit que ce dernier donna de la conférence, il convainquît de faux son adversaire à propos de son livre sur la vocation ! Du Perron répondit aussitôt en conclusion de sa Réfutation du faux discours et par la suite inséra ses arguments à la fin de la troisième édition de sa Réplique (Évreux, 1605).

  • 40 Cf. aussi ce témoignage de Cayer dans sa Response des trois thèses envoyées par M. Théophile Casseg (...)
  • 41 On en connaît 3 éditions : in-8° et in-12° à Évreux 1597 ; et Évreux 1605, puis la Réplique fut mis (...)

25L’ouvrage de l’évêque d’Évreux eut donc sur le moment un retentissement important40 ; il amena les pasteurs réformés à préciser leurs vues sur ce problème de la vocation. Mais la Réplique de du Perron n’était pas seulement un écrit de circonstance, car en 1609 P. de Bérulle devait largement l’utiliser et lorsqu’en 1618 des Catholiques entreprirent de réfuter le Traitté de la Vocation des Pasteurs de du Moulin, ils s’appuyèrent nommément sur l’ouvrage de l’évêque et en citèrent de longs passages. C’est encore à la Réplique que s’en prendra Moïse Amyraut en 1648 dans le sixième de ses Six Livres sur la Vocation des Pasteurs. C’est dire l’importance qu’a eue ce petit ouvrage qui remplit les 70 premières pages de l’in-folio où sont reprises les diverses œuvres du Cardinal41.

Notes

1 Cf. É. G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, op. cit., t. II, L’Etablissement, p. 313.

2 Le texte initial mettait « 13 avril », date traditionnellement reprise. Elle a été rectifiée depuis, au 30 avril : voir l’avant-propos, n. 2 (note de l’éditeur).

3 Cf. É. G. Leonard, op. cit, p. 313.

4 Cf. Semaine première des Dialogues auxquels sont examinéz et confutéz cent soixante et quatorze erreurs des calvinistes, 1585 ; Seconde semaine des Dialogues auxquel […]. sont. pareillement examinées et confutées quatre cent soixante et cinq erreurs des hérétiques, 1598 ; Theomachia calvinistica, sedecim libris profligata, quibus mille et quadrigenti hujus sectae novissimae errores diligenter excutiuntur et refelluntur, 1604. L. Ellies du Pin disait qu’« il disputait contre les hérétiques d’une manière qui a beaucoup rapport à son nom. »

5 J. Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, Paris, 1911, p. 224. À titre d’exemple, signalons les conversations de du Perron et de M. de Sancy qui nous ont valu le Bref traicté de l’Eucharistie (...) Faict en l’an 1597 pour la conversion de Monsieur de Sancy, Conseiller du Roy en ses Conseils d’Estat et Privé, et superintendant de ses Finances, ou ses efforts pour convertir Madame, sœur du roi qui nous ont donné les Articles des Ministres et autres appelez par Madame soeur du Roy, pour la conférence proposée entre eux et le sieur Evesque d’Evreux

6 Cf. Notice historique et bibliographique sur les controverses religieuses en Dauphiné pendant la période de l’Edit de Nantes, Grenoble, 1872 et U. Chevallier, La Controverse religieuse en Dauphiné, Paris, 1921.

7 Sur certains des convertis de du Perron, cf. R. Pintard, Le libertinage érudit, Paris, 1943, p. 17-18.

8 A. Rébelliau, Bossuet historien du protestantisme, op. cit., p. 7. Cf. D. Chamier, Dispute de la vocation des ministres, p. 214 : « Ôté l’article de la Trinité, à peine y en a t-il un autre dans toute la doctrine chrétienne qu’on ait laissé en son entier ».

9 É.G. Leonard, op. cit., p. 324.

10 Rébelliau, op. cit., p. 23, 32-44 (l’ouvrage de R. a eu le mérite d’éclairer et d’ordonner pour la première fois toute la controverse du XVIIe siècle. Il demeure l’étude de base pour qui veut s’en faire une idée).

11 Cf. R. Snoeks, L’argument de tradition…, op. cit., 1951 ; P.Y. Emery, Le sacrifice eucharistique selon les théologiens réformés du XVIIe siècle, Neuchâtel-Paris, 1959.

12 R. Voeltzel, Vraie et fausse Église…, op. cit.

13 Cf. l’article « du Perron » par R. Snoeks dans le Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique, t. XIV, 1960, col. 1130-1138.

14 La seule étude d’ensemble est bien vieillie ; c’est celle de P. Féret, Le Cardinal du Perron, orateur, controversiste, écrivain, Paris, 1877. Cf. aussi du même auteur, Henri IV et l’Église, Paris, 1875. Le portrait du Cardinal, en tête de ses Diverses œuvres, nous montre un prélat très laid : les gros yeux malins émergent d’un visage embroussaillé par une barbe-fleuve. (On en trouvera une reproduction dans P. Cochois : Bérulle et l’École Française, Paris, 1964, p. 15).

15 Ce que soutient Snoecks, art. cit., col. 1133.

16 Réplique à la response du Sérénissime Roy de Grand’Bretagne ; Traicté de l’Eucharistie.

17 Ivan Lachat, « Le Cardinal du Perron et le diocèse de Sens », dans : Le Cardinal Jacques Davy du Perron, Mélanges publiés à l’occasion du IVe centenaire de sa naissance, Saint-Lô, 1956. L’auteur signale qu’une grande partie des archives épiscopales ont disparu, ce qui rend la recherche difficile ; i1 est certain que du Perron a trouvé un diocèse ruiné : ce n’était pas une prébende... Il reprit de l’emprise sur son chapitre, qui faisait la loi sous l’épiscopat précédent et qui, à sa mort, pour se venger, refusa de lui ériger un tombeau ! Il travailla aussi à relever le niveau spirituel de ses prêtres, et fit venir les capucins, les grands « missionnaires » d’alors. Il fit relever en outre bien des églises en ruine (p. 86-90). Snoecks, art. cit. (in D.H.G.E.) ne connaît pas ce travail.

18 Cf. Freppel, Bossuet et l’éloquence sacrée au XVIIe siècle, Paris, 1893, t. 1, p. 115 s.

19 « Discours sommaire de la vie et trépas de l’illustrissime Cardinal du Perron », folioté à part, en tête des Diverses Œuvres du Cardinal, p. 17 ; L. Ellies du Pin, Nouvelle Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, t. 17, nouvelle édition, 1745, p. 25.

20 Ellies du Pin, op. cit., p. 26.

21 Jean de Sponde, Déclaration des principaux motifs qui induisent. le sieur de Sponde... à s’unir à l’Èglise catholique, apostlique et romaine, Paris, 1595, fol. 24.

22 Cité par J. M. Vidal, Henri de Sponde, Recteur de Saint Louis des Français, évêque de Pamiers, Rome-Paris, 1929, p. 10. Cf. . J. Broutin, La Réforme pastorale en France au XVIIe siècle, I, Paris, 1956.

23 Elie Benoist, Histoire de l’Edit de Nantes contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication, à l’occasion de la diversité des Religions, Delft, 1693, t. 1, p. 92-93.

24 Elie Benoist, op. cit., p. 92 ; A. D’Aubigné, Confession de M. de Sancy : cf. A. Garnier, Agrippa d’Aubigné & le parti protestant, Paris, 1928, II, p. 249-252.

25 V. P. Cayer, Response [...] au livre intitulé « advertissement aux fidelles etc. » où sont réfutées les calomnies qu’on cuide mettre sous la vraye et volontaire conversion à la vraye Eglise Catholique, Apostolique et Romaine, Paris, 1595, p. 21.

26 J. Aymon, Actes ecclésiastiques et civils de tous les synodes nationaux des Églises Réformées de France, La Haye, 1710, t. I, 2ème partie, p. 185.

27 D. Chamier, Dispute de la vocation des Ministres, La Rochelle, l598, p. 12.

28 F° 122-l80. Cf. aussi les développements qu’il consacrera à ce problème dans sa Response... au Traicté des Marques de l’Église faict par Th. de Bèze, Bordeaux, 1595, p. 480-600.

29 P. 3-5 : « Mais pour ce que cela semble étrange à plusieurs, que j’ai reconnu la vraie Église, je vous en veux dire les raisons qui m’ont mû de ce faire [...] Premièrement, la vocation du prétendu Ministère est débattue et combattue de nullité et enfin demeure atteinte et convaincue de faux. Car si cette vocation prétendue est ordinaire, où en est le titre ? Quand a-t-elle commencé ? S’il n’y a rien eu de semblable depuis les Apôtres, comment se pourra-t-elle soutenir ? Si elle est extraordinaire comme le dit votre prétendue confession de foi : où en sont les preuves ? soit par miracles, ou par révélation ? Il n’y en a point. Votre dite confession prétendue ajoute que l’état de l’Église était interrompu. Cela est manifestement faux par elle-même [...] Je prends le mot d’interrompu comme est le sens de l’auteur, en ce qu’il ajoute qu’il a fallu redresser l’Église de nouveau. Or il est certain que les portes de l’enfer n’ont jamais pu, ni ne pourront jamais faire effort à l’Église pour la vaincre ainsi elle vaincra tous ses ennemis. Je dis donc que pour néant vous prétendez vocation au ministère. »

30 2e partie des IIe Salmonées, Lyon, 1597, p. 412-522.

31 Cf. la lettre-préface adressée à Saint-Vaast dans la 1ère édition (Évreux 1597) : « Je vous envoie la Réplique que vous désiriez de moi à la reponse que vous m’apportâtes de la part de vos Ministres sur un certain écrit qui leur avait été proposé par un de vos amis, lequel ils prétendaient avoir été ‘recueilli’ des discours que vous et lui eûtes avec moi, avant votre conversion et la sienne. »

32 Il faut se souvenir que les Jésuites (identifiés aux ultramontains) avaient été chassés de France après la tentative d’assassinat du roi par Jean Châtel, en 1594. Sur les « rêveries unionistes », cf. É. G. Leonard, op. cit., p. 141-144. Signalons un écrit de V.P. Cayer (Response de Maistre Victor P. Cayer cy-devant Ministre au livret intitulé : Advis sur un point de la lettre de M. Cayer. Avec le dit Advis cotté en marge pour montrer l’acquiècement que font les Ministres à la lettre dudit sieur Cayet sur sa conversion à l’Eglise catholique, Apostolique et Romaine, Paris, 1596) où celui-ci cite la lettre d’un protestant disant qu’ils sont prêts à la réunion et à un concile national ; il énumère les points qu’il voudrait voir écarter de la pratique catholique (culte de la Vierge et des saints, prières pour les morts, liturgie) et Cayer lui répond pour justifier les positions catholiques sur ces points. À propos des espoirs de du Plessis-Mornay, voir R. Patry, Philippe du Plessis-Mornay, Paris, 1933, p. 234-235, 325.

33 J. Aymon, op. cit., p. 190 : « Ceux de l’Ile-de-France seront vivement censurés de ce qu’ils ont proposé à cette compagnie s’il serait bon d’agir politiquement contre le pape avec ceux de la religion romaine de ce royaume pour maintenir les libertés de l’Église gallicane. Il sera écrit auxdits sieurs que leur proposition a été jugée indigne d’être mise en délibération. Ils seront censurés [...] de ce qu’ils demandent des juges compétents de l’une et l’autre religion pour décider les points qui sont en controverse. »

34 J. Aymon, op. cit., t. I, 2ème Partie, p. 219 : « Quoique les fidèles doivent désirer de tout leur coeur, pour la gloire de Dieu et le repos de l’État, la réunion de tous les sujets de ce royaume en une même religion, toutefois – d’autant qu’à raison de nos péchés, cela est plutôt à désirer qu’à espérer et que sous ce prétexte plusieurs mal intentionnés font semblant d’unir et mêler les deux religions – les pasteurs avertiront soigneusement leurs troupeaux de ne leur prêter aucunement l’oreille, n’y pouvant avoir aucune communion entre le temple de Dieu et celui des idoles, joint que de telles gens ne tâchent que de séduire les esprits trop crédules, pour leur faire quitter ensuite la profession du saint Évangile. » Cf. aussi A. Garnier, Agrippa d’Aubigné, II, p. 337-349 qui signale un peu plus tard des projets de réunion. L’argument était : il faut remettre l’Église dans son état des quatre premiers siècles et du Perron aurait ajouté : « Il faut nous donner cinquante ans de plus (pour y inclure Chalcédoine). Ç’aurait été la preuve pour d’Aubigné que les quatre premiers siècles parlaient en faveur des Réformés. Un Chamier aurait tout fait pour qu’échouent ces projets, sans heurter toutefois de front le roi qui y était favorable (A. d’Aubigné, Mémoires, publiées par L. Lalane, Paris, 1854, p. l08-111).

35 Les diverses Œuvres, p. 861-867 : lettres à Clément VIII (« Praeter illos enim qui jam palam ad Ecclesiam transierunt, multi ex signiferis et primariis inter ipsos Ministros, diuturnis collocutionibus, de veritate Religionis Catholicae certiores facti, nobis clam nomina dederunt, innumeros alios, cum discessionem publicam facient, secum educturi solum rogarunt, ut post rei familiaris jacturam et naufragium, pie Catholicorum ope subleventur : non qua ipsorum commoditati indulgeatur, sed egestati subveniatur ») et aux cardinaux Aldobrandini et Baronius. Ces lettres sont du début août 1597 ; la Préface de la Réplique est datée du 23 juin 1597. Du Perron venait depuis Pâques de prêcher la controverse à l’église St Merri de Paris, où il avait été très suivi ; cela lui valut des quolibets de la part des Réformés : cf. L’Estoile, Journal, Paris, 1881, t. VII, p. 97.

36 Lettre au Cardinal Baronius, p. 867.

37 Aymon, op. cit., t. 1, 2ème partie, p. 228. La dédicace du livre de M. Bérauld est du 24 octobre 1598.

38 « M. Bérauld et D. Chamier ont été les seuls qui aient eu l’honneur insigne de présider trois synodes nationaux » (Haag-Bordier, La France protestante, Paris, t. 2, p. 307).

39 De l’Institution, usage et doctrine du Saint-Sacrement en l’Eglise ancienne, Genève, l598.

40 Cf. aussi ce témoignage de Cayer dans sa Response des trois thèses envoyées par M. Théophile Cassegrain Ministre à Monseigneur le Révérendissime Evesque d’Evreux, estant le dit Ministre sur le point de se réduire. Cayer répond pour du Perron qui est absent : « Je suis très aise qu’ayez reconnu en la reponse qu’il a faite à quelques Ministres sur leur prétendue vocation, qu’il frappe des coups de maître, et croyez qu’il sait fort bien mettre la pièce où elle fait besoin […] Vous vous êtes bien aperçu que les pauvres ministres ne sauraient à qui en récrire. Et je sais, moi qui parle, que M. Georges Pacard a confessé qu’il est fort malaisé d’y répondre, étant prié d’un Seigneur de qualité d’y mettre la main, et chargé par un de leurs synodes d’y répondre. On nous dit aussi que de Bèze a dit et écrit qu’il vaut mieux le laisser là, de peur de faire passer le scrupule en doute […] et qu’enfin plusieurs n’abandonnassent le parti » (p. 3-4). D’ailleurs Cassegrain devait se faire censurer au Synode de Montpellier pour ce « que sans besoin et mal à propos, il a écrit à du Perron avec trop d’affection de vanité et de flatterie ; c’est pourquoi il lui fera une autre réponse à loisir et mieux digérée, laquelle il communiquera au Synode du Dauphiné, auquel il est exhorté de se soumettre » (Aymon, op. cit., p. 229). Au Synode de Gergeau, en 1601, on reconnaîtra qu’il a donné satisfaction (op. cit., p. 249).

41 On en connaît 3 éditions : in-8° et in-12° à Évreux 1597 ; et Évreux 1605, puis la Réplique fut mise en tête des Diverses œuvres de l’illustrissime Cardinal du Perrron ; nous avons utilisé la 3e édition de cet in-folio (1633).

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search