Version classiqueVersion mobile

Le ministère des prêtres et des pasteurs

 | 
Bruno Hübsch

Introduction

Texte intégral

1Si l’histoire est inséparable de l’historien, il est nécessaire de dire dès le commencement les raisons qui ont poussé à une recherche : par là se dévoilent les questions que l’on a cru bon de poser au passé – même si dans un deuxième temps qui est aussi important, on a dû faire abstraction de ce que l’on pense, pour écouter l’autre et l’entendre nous donner sa réponse.

  • 1 M. Thurian, L’Eucharistie, mémorial du Seigneur, sacrifice d’action de grâce et d’interces (...)

2Ainsi, à l’origine de ce travail, y a-t-il eu l’intérêt porté aux pages que le Frère Max Thurian consacre dans son ouvrage sur l’Eucharistie1 aux controversistes du XVIIe siècle qui ont traité de ce sujet. On s’aperçoit que, partant de conceptions dogmatiques très tranchées à première vue, ils se sont avancés vers une compréhension plus large, plus nuancée et plus « œcuménique » du Sacrifice eucharistique. Mais l’atmosphère exaspérée de la controverse est une des raisons qui ont empêché de part et d’autre de se rendre compte d’une avancée véritable. C’est ainsi qu’a surgi pour nous la question : n’y aurait-il pas sur le problème du Ministère un approfondissement semblable, et pourrait-on retirer de cette confrontation des éléments intéressants qui aideraient à éclairer l’un des points en suspens entre nos deux Églises ?

  • 2 A. Rébelliau, Bossuet historien du protestantisme, Étude sur l’histoire des Variations et (...)

3À la fin du siècle dernier, A. Rébelliau consacrait sa thèse à l’étude de l’Histoire des variations de Bossuet et mettait de l’ordre dans l’énorme amas des livres de controverse parus durant le XVIIe siècle. À sa suite, les ouvrages de G. Thils et de R. Snoecks du côté catholique, de R. Voeltzel du côté réformé ont éclairé les discussions sur l’Eucharistie ou sur l’Église : leurs bibliographies sont précieuses pour s’orienter à travers les auteurs principaux et leurs œuvres2.

4L’Eucharistie et l’Église constituent les deux pôles autour desquels a finalement tourné la controverse, mais nous voyons traité tout au cours du siècle le problème du Ministère, ou plus exactement de la « vocation » (la légitimité de l’appel en charge) ; celui-ci apparaît ainsi comme une « tierce question » et il est d’ailleurs intéressant de noter que les principaux controversistes s’y sont attaqués, en même temps qu’ils ont débattu sur d’autres terrains : J. du Perron, P. de Bérulle, P. Nicole, Fénelon chez les catholiques ; Ph. du Plessis, P. du Moulin, M. Amyraut, J. Mestrezat, J. Claude, P. Jurieu, chez les Réformés.

  • 3 Cf. É. G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, 1961, t. II, L’Établissemen (...)

5Mais désirant situer les différents ouvrages dans leur environnement historique et dans l’évolution des idées, il ne nous a pas paru possible d’embrasser tout le XVIIe siècle. En effet, il eût fallu suivre la naissance de l’École française de spiritualité, la montée du gallicanisme, l’approfondissement de l’érudition, et chez les Réformés l’apparition d’une certaine tendance au congrégationnalisme3.

6Or en examinant de près le premier traité sur la vocation paru à l’époque de l’Édit de Nantes, on s’aperçoit que cet ouvrage relativement mince, dû à J. du Perron, alors évêque d’Évreux a eu un retentissement considérable : non seulement des Réformés y répondirent aussitôt, mais en 1609 P. de Bérulle, puis en 1618 le pasteur du Moulin lui firent écho, et en 1648, le pasteur M. Amyraut entreprend encore de répondre à ses arguments. Aussi nous a-t-il paru intéressant de nous limiter à cette période de controverse qui nous situe aux premières années de la restauration catholique et de l’établissement du protestantisme français.

7Du côté catholique, nous rencontrons l’ecclésio1ogie de la théologie post-tridentine, et avec Bérulle nous touchons aux sources d’un renouvellement de la vision théologique : nous sommes donc là à une charnière. Celle-ci est très sensible aussi au niveau même de la conception du sacerdoce, telle qu’elle s’exprime dans les ouvrages de la réformation catholique et telle que la modèlera la vision bérullienne.

  • 4 Dans le cours de ce travail, les majuscules employées pour Ministère et Pasteur désignent (...)

8Chez les Réformés, nous retrouvons la vision calvinienne du Ministère, mais celle-ci est développée avec des harmoniques différentes suivant les divers auteurs : ainsi un P. du Moulin expose-t-il le problème dans une perspective unioniste ; en cherchant à rapprocher les points de vue réformés et anglicans. En revanche : l’ouvrage de M. Amyraut, trente ans plus tard, semble amorcer un changement de perspective, lorsqu’il voit l’autorité du Ministre4 à travers l’autorité que lui délègue l’Église.

9Ayant ainsi délimité le champ de notre recherche, nous nous sommes heurté au problème de la compréhension ; car à fréquenter les ouvrages de l’un et l’autre bord, on s’aperçoit vite que nous avons affaire à deux visions totalement différentes. Il est d’ailleurs significatif que le débat ne se situe.pas tellement sur le contenu du Ministère, mais sur l’autorité qu’ont Prêtres et Pasteurs à exercer leurs charges : c’est pourquoi reviennent si souvent les termes de « vocation » et de « mission ». Au risque de schématiser, on peut dire que le catholique considère les « appelants » que le Prêtre a derrière lui, alors que le Réformé regarde ce que va faire le Ministre. L’un est sensible à la seule continuité du Ministère, l’autre à son droit exercice.

10Le problème est donc avant tout celui d’une vision de l’Église : quelle place le Ministère a-t-il dans celle-ci, quel est son rôle, et surtout à quoi correspond son autorité ? Aussi nous a-t-il semblé nécessaire d’exposer l’ecclésiologie sous-jacente aux deux ouvrages qui répondirent à du Perron, afin de situer la place qu’ils reconnaissent au Ministère. Cela nous a amené à étudier la manière dont on présentait le Pastorat aux fidèles de l’Église réformée. Il en ressort la haute idée qu’on lui accordait dans la proclamation de la parole et l’administration des sacrements comme l’importance donnée aux « formes » d’accession, et en particulier à l’imposition des mains. Mais on rencontre immédiatement ce qui fait l’objet du débat : comment concilier cette nécessité de l’ordre dans l’Église et le fait que certains des premiers réformateurs aient pu n’être pas appelés dans les « formes » ? Plus profondément, parole et sacrements sont-ils si extérieurs à ceux qui les présentent, que même s’ils n’ont point encore charge reconnue par l’Église, ils gardent même « efficace » ? Au fond l’organisation de l’Église appartient-elle à l’« être » ou au « bien-être » de celle-ci ? Nous touchons donc à la nature même de l’institution ecclésiale et à la manière dont on doit concevoir sa relation avec le Seigneur Jésus-Christ.

11Dans cette étude, la place faite au point de vue réformé peut paraître plus importante. Cela tient aux matériaux plus abondants que nous avons rencontrés chez eux à cette époque et sur ce sujet ; mais surtout pénétrant en un domaine nouveau pour nous, il nous a fallu chercher à préciser les concepts et les termes et nous avons voulu tenter de saisir les requêtes et les valeurs en cause pour mieux situer le débat.

12Nous avons suivi un plan chronologique ; cela présente, il est vrai, le danger de quelques redites, mais il nous a paru que c’était le seul moyen de voir peu à peu se préciser concepts et expositions, comme de sentir une certaine évolution dans la façon de poser le problème.

13Trois ouvrages ponctuent cette controverse et c’est autour d’eux que s’organisera notre travail : La Réplique à la Response de quelques Ministres sur la vocation de J. du Perron (1597) ; Le Discours de la mission des Pasteurs de P. de Bérulle (1609) ; Le Traitté de la vocation des Pasteurs de P. du Moulin (1618). Au premier, nous rattachons les réponses immédiates qu’il suscita ; à la suite du second, nous essayerons de voir de quelle manière on présentait alors le sacerdoce catholique.

14Avec l’ouvrage du pasteur du Moulin, nous terminerons de cerner la réalité vécue du Ministère réformé et nous terminerons sur les échos qu’eut cet ouvrage chez les catholiques et celui de du Perron chez les Réformés.

Notes

1 M. Thurian, L’Eucharistie, mémorial du Seigneur, sacrifice d’action de grâce et d’intercession, Neuchâtel-Paris, 1959. Les pages sur les controversistes réformés sont inspirées de l’ouvrage de P.Y. Emery, Le sacrifice eucharistique selon les théologiens réformés du XVIIe siècle, Neuchâtel-Paris, 1959.

2 A. Rébelliau, Bossuet historien du protestantisme, Étude sur l’histoire des Variations et sur la controverse entre les protestants et les catholiques au dix-septième siècle, Paris, 1891 ; G. Thils, Les notes de l’Église dans l’apologétique catholique depuis la Réforme, Louvain, 1937 ; R. Snoecks, L’argument de tradition dans la controverse eucharistique entre catholiques et réformés français au XVIIe siècle, Louvain, 1951 ; R. Voeltzel, Vraie et fausse Église selon les théologiens protestants français du XVIIe siècle, Paris, 1956. Comment ne pas signaler la chance inappréciable de trouver à la Bibliothèque des Facultés catholiques de Lyon un important fonds de controverse. Celui-ci a été légué par Mgr F. Lavallée, qui l’avait patiemment rassemblé, lorsqu’au début du siècle il se proposait de consacrer sa thèse de lettres au P. Coton. Ces documents nous ont permis de nous familiariser avec cette littérature et ont orienté nos recherches ultérieures.

3 Cf. É. G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, 1961, t. II, L’Établissement, p. 342-344.

4 Dans le cours de ce travail, les majuscules employées pour Ministère et Pasteur désignent toujours les institutions réformées.

© LARHRA, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search