Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

Introduction

Myriam Yardeni

Texte intégral

  • 1 Michel Grandjean et Bernard Roussel, Coexister dans l’intolérance – l’Édit de Nantes 1598)(...)
  • 2 Yves Krumenacker, « Les protestants français au xviiie siècle : état des recherches récent (...)
  • 3 Myriam Yardeni, « Un événement pivot : La révocation de l’édit de Nantes », dans L’État cl (...)

1On peut difficilement imaginer titre plus juste et plus compréhensif que celui d’un volume d’articles déjà célèbre, publié à l’occasion du quatrième centenaire de l’édit de Nantes, Coexister dans l’intolérance1. Yves Krumenacker trouve qu’un accent tout particulier est mis à présent sur les formes de coexistence et on les retrouve dans presque toutes les thèses récentes2. Pourtant, il semble, malgré tout, qu’il s’agisse encore d’un champ de recherche peu exploité, peut-être parce que tous croient savoir ce qu’est la coexistence religieuse, du moins en France, entre l’octroi de l’édit de Nantes et sa révocation. Si le tricentenaire de la révocation en 1985 a donné naissance à une avalanche de publications qui ont renouvelé de fond en comble la recherche sur l’immigration et le refuge, on peut se demander s’il en fut de même pour la coexistence religieuse. Ceci, à cause d’une euphorie œcuménique rétrospective de la plupart des chercheurs importants qui voient dans la révocation en octobre 1685 un acte issu d’une rencontre malheureuse de plusieurs circonstances imprévisibles comme le mauvais état de santé de Louis XIV par exemple pour Pierre Chaunu3. Comme un complément de cette approche naît aussi une vision pacifique, parfois même idyllique de la coexistence. Bien sûr, dès que catholiques et protestants vivent les uns à côté des autres et ne s’entretuent pas, on peut parler de coexistence.

  • 4 Marianne Carbonnier-Burkard, « L’édit de Nantes en 1998 », B.S.H.P.F., 144 (1998), p. 976- (...)

2Le quatrième centenaire de l’octroi de l’édit de Nantes en 1998, avec son avalanche de publications4 semble avoir apporté enfin le changement quantitatif tant attendu. Car, à vrai dire il s’agit d’un lent processus d’intégration des nouveaux champs de recherche et de nouvelles méthodologies historiques dans les recherches d’histoire religieuse qui ont donné naissance à ce changement.

3Explicitement et implicitement l’historiographie, certes embryonnaire, de la coexistence entre catholiques et protestants en France naît avec les guerres de religion et peut-être même avant. Comme toute histoire, elle est fille de son temps. Dans ses premières phases, elle se situe quelque part entre la martyrologie et l’extirpation de l’hérésie. Dans les années suivantes, elle s’étoffe du problème de la liberté de conscience, ou, si l’on veut, dans une perspective plus anachronique, elle devient une branche de l’histoire de la tolérance. Parfois, cette histoire et cette historiographie sont aussi parsemées d’une histoire des idées politiques, voire d’une histoire de l’état, teintées aussi de problèmes de fidélité au roi, de patriotisme ou de conscience nationale. Mais tout au long des xviiie et xixe siècles et même de la première moitié du xxe siècle, l’histoire de la coexistence reste un aspect de l’histoire de la tolérance.

4Les perspectives commencent à changer avec l’envahissement massif de tous les champs de recherche historiques par les nouvelles sciences sociales, y compris l’histoire culturelle, les mentalités, la psychologie, la recherche des sentiments, mais aussi et peut être avant tout la micro-histoire, surtout sous sa forme allemande de l’Alltagsgeschichte.

  • 5 Il semble que ce soit plus particulièrement l’histoire de la tolérance et celle des idées (...)

5Bien sûr, dans le cadre d’une brève introduction il serait impossible de passer en revue, voire même de mentionner toutes les contributions importantes à cette nouvelle histoire de la coexistence religieuse naissante et renaissante. Ce n’est pas par hasard si cette histoire est encore toute proche de l’histoire religieuse. Car on sait que c’est l’histoire religieuse qui s’est la plus enrichie et la plus transformée de la révolution des sciences sociales. Je me concentrerai seulement sur quelques ouvrages, pour la plupart récents, qui permettent de faire ressortir et passer en revue les dilemmes des méthodologies à utiliser et les problèmes de documentation d’une histoire de la coexistence religieuse. Des ouvrages qui ont frayé le chemin à de nouvelles recherches et qui ont ouvert de nouvelles perspectives, conduisant à des problèmes jamais exposés auparavant, voire à de nouvelles impasses5.

  • 6 Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1979. Nous avons utilisé la version de thèse de cet ouvrage, S (...)

6Par conséquent, ce n’est pas un hasard si les formes de coexistence se trouvent systématiquement répertoriées et analysées dans un ouvrage d’histoire religieuse, celui de Robert Sauzet, Contre-Réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc, le diocèse de Nîmes au xviie siècle6. Dans la dernière partie de son ouvrage, il récapitule de ce qu’il appelle « le fiasco de la reconquête catholique » des années 1661-1687. Et ce n’est pas seulement un échec de la contre-Réforme, mais aussi un échec de la coexistence. R. Sauzet distingue trois phases dans cette coexistence. La première commence avant même la fin des guerres de Religion. D’après lui, même si des actes de violence éclatent parfois, il ne faut pas imaginer Nîmes comme une ville en état permanent d’alerte. Quelles sont les formes les plus palpables de coexistence ? D’abord, les mariages mixtes, qui concrétisent les intérêts économiques des familles. R. Sauzet constate que ce sont toujours les femmes qui se convertissent, mais elles saisissent la première occasion pour se reconvertir. Les protestantes d’origine demandent, quand elles deviennent veuves, à être réadmises à la communion. R. Sauzet considère les conversions suite à un mariage comme simple comédie. Quant aux enfants, ils apparaissent dans les différents actes judiciaires et ecclésiastiques, tantôt catholiques, tantôt protestants, suivant leurs intérêts. La coexistence économique est aussi une réalité de la vie quotidienne. On trouve des apprentis catholiques chez des maîtres protestants et vice-versa. De même, pour ce qui est des serviteurs. On trouve aussi un aspect tout à fait irénique de la coexistence parmi les lettrés, pour ne pas dire les érudits. C’est surtout la bourgeoisie protestante qui est intéressée à cette forme de coexistence. Avec cela, les coutumes traditionnelles non plus ne perdent pas leur attirance aux yeux des protestants : baptêmes, parrainages, rites funéraires rapprochent les deux confessions. Par conséquent, les « superstitions » catholiques ainsi que les danses figurent aussi souvent dans les délibérations du consistoire. Sous la rubrique des tensions on peut faire entrer aussi les controverses religieuses et les conversions.

7Avec les guerres de Rohan et « l’invasion » jésuite, commence la deuxième phase de cette histoire de la coexistence et de la reconquête catholique. Somme toute, cette seconde phase ne touche pas trop les liens économiques. Ainsi, catholiques et protestants sont également intéressés à la ruine de l’industrie papale dans le Comtat. La comédie des abjurations « pro matrimonio » se poursuit aussi jusqu’à la déclaration royale de 1663 contre les relaps. Les liens intellectuels – écoles, enseignement primaire, et même secondaire se poursuivent aussi. Selon les livres de délibérations du consistoire et les actes synodaux, les réformés continuent à fréquenter les bals, soit à l’occasion du Carnaval, soit « autour d’ung may ». Les visites pastorales aussi témoignent d’une certaine cœxistence. Avec les dragonnades, c’est déjà une toute autre « coexistence » qui se met en place.

  • 7 Robert Sauzet, Chroniques des frères ennemis, catholiques et protestants à Nîmes du xvie a (...)
  • 8 Voir à ce sujet l’article récent de Jérémie Foa, « An unequal apportionment : the conflict (...)
  • 9 R. Sauzet, Les Cévennes, op.cit., p. 120.

8R. Sauzet continue à s’intéresser aux problèmes de la coexistence dans plusieurs de ses ouvrages ultérieurs7. Je m’attarderai un peu sur Les Cévennes catholiques de 2002, où il examine la question sous un angle assez inédit, celui de la minorité catholique. Minorité, qui en fin de compte se transformera en majorité comme on le sait. Pour illustrer la lutte entre les deux confessions il faut considérer ici la perspective d’une histoire culturelle renouvelée. D’où le symbolisme de la croix et son importance pour les deux confessions, car la croix définit le territoire ou la maîtrise de l’espace par le chant des psaumes. Sur le plan purement matériel, les protestants transgressent souvent les limites territoriales de leur culte fixées par l’édit de Nantes, élevant des temples sur de nouveaux emplacements8. La frontière religieuse reste une réalité complexe ; jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes, les adeptes des deux religions, zélés, pacifiques ou tièdes, « coexistèrent » comme le dit R. Sauzet9. Après, c’est un temps de surveillance, de répression, de délation et de détérioration des relations. Un processus dans lequel le rôle joué par le clergé est prépondérant.

  • 10 Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993.
  • 11 « By tolerance I mean a mutual interaction and integration of competing confessional group (...)

9Un autre ouvrage important est celui de Gregory Hanlon, Confession and Community in Seventeenth-Century France : Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine10. Comme le titre l’indique, c’est un ouvrage entièrement consacré à la coexistence. G. Hanlon voit dans la coexistence une forme de tolérance, mais heureusement ce ne sont pas les aspects théoriques et polémiques de la coexistence qui l’intéressent. Il insiste sur le fait qu’il faut se garder de confondre tolérance et coexistence. Pour lui, tolérance dans ce contexte veut dire interaction et intégration mutuelles des confessions religieuses différentes dans les réalités quotidiennes des activités sociales, politiques et économique dans le cadre d’une communauté locale11, en l’occurrence la petite localité de Layrac-en-Brulhais en Aquitaine.

  • 12 R. Po-chia Hsia, Society and religion in Münster, 1535-1618, New Haven, Conn., Yale Univer (...)

10L’importance du livre de G. Hanlon réside dans l’utilisation massive des apports des nouvelles sciences sociales en relation avec son sujet, sans pour autant se laisser emporter par l’obsession des paradigmes et des théories détachées des réalités historiques. Un exemple : il sait s’inspirer de Natalie Davis quand il compare l’espace sacral et fermé des catholiques avec l’espace ouvert des protestants et mettre en relief les tensions que ces deux conceptions entraînent, sans tomber en vaines généralisations. Un autre apport important de G. Hanlon consiste dans son approche comparatiste : d’une part, il utilise les travaux de R. Po-Chia Hsia sur Münster12 et ceux de R. Sauzet pour le Languedoc.

11Vers 1600, la coexistence en Layrac, avec ses 50 % de catholiques et 50 % de protestants est une nécessité incontournable. En effet, elle fonctionne bien sur le plan administratif. Les jurades, catholiques et protestantes, proposent les candidats qui seront élus consuls. G. Hanlon relève que les jurades catholiques proposent des protestants et vice-versa, même après la révolte de Rohan et malgré l’interdiction royale. Un autre exemple de coopération date de 1643, quand jurades et consuls catholiques et protestants refusent de payer des taxes à l’Église pour aider les survivants d’une épidémie. En 1643, autre refus commun contre l’augmentation de la taille personnelle. Avec cela, les conflits confessionnels ne manquent pas, surtout, dans les litiges personnels et G. Hanlon recense une longue série de litiges et de procès. La coexistence revêt aussi plusieurs formes de sociabilité, comme les baptêmes, les témoins de confessions différentes sur des actes judiciaires comme des testaments, même après la révocation.

12Ce sont les institutions religieuses des deux confessions qui œuvrent à la séparation. Les délibérations du consistoire montrent comment le calvinisme local se transforme d’une église en une secte, porteuse d’une subculture spécifique. Cette subculture comprend par exemple un taux d’alphabétisation – surtout des signatures – plus élevé chez les protestants que chez les catholiques. Pour sa part, la Contre-Réforme contribue à la survie et à la floraison d’une religiosité archaïque, avec son culte des saints. Les deux églises œuvrent chacune pour l’établissement de structures confessionnelles contraignantes, cherchant une uniformité sans compromis.

  • 13 Washington, D.C., The Catholic University of American Press, 2005.
  • 14 Voir par exemple Yves Krumenacker, Les protestants du Poitou au xviiie siècle, Paris, Hono (...)

13Cet établissement de territoires et d’espaces réels et symboliques et rigoureusement circonscrits qu’on espère imprenables et qui témoignent malgré tout d’une porosité non négligeable constitue le sujet principal du livre de Keith Luria, Sacred Boundaries Religious coexistence and conflict in Early Modern France13. La région étudiée par K. Luria est le Poitou, déjà riche en recherches de ce genre14. Son approche et ses méthodes de recherches sont inspirées de l’anthropologie culturelle et historique. K. Luria constate la présence d’une coexistence parsemée de conflits permanents et de violences occasionnelles. Il renie avec force la thèse de Denis Crouzet de l’émergence de deux cultures confessionnelles, irrémédiablement et définitivement séparées. Il trouve que les deux cultures, la catholique et la protestante ont aussi une plate-forme commune qui est la culture classique et absolutiste et c’est elle qui fournit les bases d’une coexistence. Cette culture comprend les mêmes attitudes familiales, pratiques, économiques, des notions d’honneur, des idées politiques, des concepts d’ordre social et surtout, une toile de fond chrétienne commune, qui sont caractéristiques des deux confessions. K. Luria souligne le fait que catholiques et protestants n’appartiennent pas seulement à leur église. Ils appartiennent, entre autres, aussi à leurs familles, villes et villages et corporations. Une situation qui permet, voire qui impose la porosité des frontières confessionnelles. Ce sont ces frontières que les deux églises cherchent et réussissent à définir plus clairement et à transformer en moins perméables et même impénétrables.

14K. Luria analyse les différents types de frontières et leur degré de perméabilité, de rejet et d’exclusion, dans les cimetières, les écoles ou dans les différentes professions. Dans les premières phases de l’édit de Nantes, l’État, de conserve avec les populations locales réussissent à construire des mécanismes qui limitent les conflits. La Contre-Réforme catholique, avec ses missions, ses prédicateurs et ses curés cherche à ruiner ces mécanismes et à aliéner les protestants de la « nation ». Ce processus d’aliénation trouve sa meilleure expression dans les enterrements et les cimetières qu’on repousse en dehors des limites de l’espace commun. K. Luria consacre aussi un long chapitre aux mariages mixtes et à la vie familiale. Il trouve, comme R. Sauzet, que c’est toujours la femme qui se convertit. Il examine aussi la sincérité de ces conversions et de là, il passe à la naissance d’une conscience individuelle. Il s’intéresse aussi, dans le sillage à ce que les Anglo-Saxons appellent « gender studies » au phénomène des amazones et héroïnes dans les deux religions.

15À ces livres phares, on pourrait ajouter bien d’autres que Sauzet, Hanlon et Luria citent et utilisent et qui fournissent tous ensemble des éléments essentiels pour la construction d’une histoire de la coexistence religieuse en France, du xvie au xviiie siècles.

  • 15 Originellement paru dans Bob Scribner (éd.), Tolerance and Intolerance in European Reforma (...)

16Dans un long article, « Un roi, une loi, deux fois : Parameters for the History of Catholic-Reformed coexistence in France, 1555-1685 »15 Philip Benedict essaye de poser les jalons de cette histoire. Il la conçoit sur trois niveaux : le premier est celui d’un chapitre d’histoire générale de la tolérance ou des idées sur la tolérance. Une deuxième partie de son histoire de la coexistence appartient à l’histoire législative et a pour sujet les lois et la législation concernant la coexistence. Et pas seulement les lois. Ce qui constitue la partie la plus utile, voire même la plus originale de sa contribution c’est l’application et l’observance de cette législation. Benedict passe en revue patiemment et rigoureusement les différents lois, arrêts, édits et déclarations concernant la coexistence et leur application – ou non application – effective. Cette approche « positiviste » remplit un véritable vide et reconstruit en quelque sorte les limites dans lesquelles il conviendrait de situer les événements et les processus qui ont trait à la coexistence. Le dernier triptyque de l’histoire de la coexistence de P. Benedict est relatif à ce qu’il définit comme une histoire sociale des interactions des groupes confessionnels et autres. Dans cette partie, P. Benedict accorde une place beaucoup plus importante à la violence que les autres ouvrages que nous avons tenté d’analyser.

17Malgré toutes les différences qui les séparent, tous ces livres et articles s’accordent sur quelques points cruciaux. D’abord, tous constatent que jusqu’à ce que ce fut l’intérêt de l’État, surtout dans les premières décennies de l’édit de Nantes on peut parler en France d’une coexistence de jure et de facto. En même temps, ces années permettent aux catholiques et aux protestants de mieux définir leur identité, dans le cadre de frontières confessionnelles plus ou moins floues. Ce sont les deux églises adverses qui œuvrent constamment à resserrer et à clore ces frontières, s’isolant et s’excluant mutuellement.

18Parmi les paramètres pour mesurer l’intensité et les modalités de ce processus, nos ouvrages se concentrent sur les différentes formes de sociabilité, surtout familiales et économiques, sur ce qu’on pourrait appeler les survivances d’une culture commune aux deux confessions, sur l’affaiblissement, mais pas la disparition totale d’une coexistence de facto. Somme toute, une coexistence dans l’intolérance. Tous comprennent qu’il s’agit d’une histoire qui ne pourrait être que pluridisciplinaire. Avec ceci, les disciplines qu’ils mettent en œuvre et les méthodologies qu’ils appliquent ne sont pas les mêmes. Deux de ces approches semblent incontournables à tous : l’histoire démographique et l’histoire législative, pour ne pas dire l’histoire du droit.

  • 16 Voir la liste des sources chez Hanlon et Luria.

19L’écriture de l’histoire est non seulement fille de son temps, elle est aussi le résultat de ce que les historiens trouvent et découvrent dans les documents d’archives et leurs autres sources. Or, ce n’est pas un secret que si ces sources et documents existent, ils sont lacunaires16. On tombe rarement sur des « séries » complètes. Le métier de l’historien, chacun selon son talent et son imagination, est de compléter ces sources perdues et disparues. Même les méthodologies qu’ils appliquent et les disciplines voisines qu’ils utilisent sont fonction de ces sources. Bien sûr, les questions qu’ils se posent dépendent de leur culture historique et de leur propre inventivité. Et peut-être est-ce seulement quand la déesse Fortuna se liera à la muse Clio et quand se produira le « déclic » qu’on appelle dans les découvertes scientifiques « serendipité » qu’on pourra espérer défricher de nouvelles voies et de nouvelles méthodes de recherche dans le domaine de la coexistence religieuse.

20Dans l’état actuel de la documentation et malgré le fait que l’histoire de la coexistence n’en soit qu’à ses débuts, il semble que les grandes orientations de recherche soient déjà tracées et illustrées par les quelques ouvrages que nous avons passés en revue. Certes, il est toujours possible d’élargir les perspectives et d’approfondir les différences locales, comme l’influence d’un seigneur ou d’un prince dans une région et une période données. On peut trouver des anomalies et des exceptions. On peut seulement espérer que les communications de cette journée d’étude démentiront ces dernières constatations et illustreront l’originalité et la vigueur des recherches récentes sur la coexistence religieuse.

Notes

1 Michel Grandjean et Bernard Roussel, Coexister dans l’intolérance – l’Édit de Nantes 1598), Genève, Labor et Fides, 1998.

2 Yves Krumenacker, « Les protestants français au xviiie siècle : état des recherches récentes », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (désormais B.S.H.P.F.), 150 (2004), numéro spécial : Histoire des protestants et du protestantisme dans la France moderne : bilans et perspectives de recherches. Études réunies par Didier Boisson et Michelle Magdelaine, p. 158.

3 Myriam Yardeni, « Un événement pivot : La révocation de l’édit de Nantes », dans L’État classique, 1652-1715, textes réunis par Henry Méchoulan et Joël Cornette, Paris, Vrin, 1996, p. 305-315, repris dans Myriam Yardeni, Le refuge huguenot. Assimilation et culture, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 23-36. Et dans le sillage de cet œcuménisme rétrospectif, voir aussi Hubert Bost, « L’impact de l’œcuménisme sur l’histoire du christianisme en général et sur l’histoire de la Réforme en particulier », B.S.H.P.F., 148 (2002), p. 805-820.

4 Marianne Carbonnier-Burkard, « L’édit de Nantes en 1998 », B.S.H.P.F., 144 (1998), p. 976-982 et 147 (2001) p. 127-133.

5 Il semble que ce soit plus particulièrement l’histoire de la tolérance et celle des idées politiques d’une part et les mariages mixtes de l’autre qu’on pourrait mettre en cause dans cette perspective.

6 Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1979. Nous avons utilisé la version de thèse de cet ouvrage, Service de reproduction des thèses, Université de Lille, 1978, 2 volumes.

7 Robert Sauzet, Chroniques des frères ennemis, catholiques et protestants à Nîmes du xvie au xviiie siècle, Caen, Paradigme, 1992 ; Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité. xvie-xxe siècle, Paris, Perrin, 2002.

8 Voir à ce sujet l’article récent de Jérémie Foa, « An unequal apportionment : the conflict between Protestants and Catholics at the beginning of the wars of Religion », French History, 20 (2006), p. 369-386, qui décrit la lutte pour l’espace déjà au début du conflit.

9 R. Sauzet, Les Cévennes, op.cit., p. 120.

10 Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993.

11 « By tolerance I mean a mutual interaction and integration of competing confessional groups into the fabric of daily social, political and economic activity within a local community » (G. Hanlon, op.cit., Introduction).

12 R. Po-chia Hsia, Society and religion in Münster, 1535-1618, New Haven, Conn., Yale University Press, 1984.

13 Washington, D.C., The Catholic University of American Press, 2005.

14 Voir par exemple Yves Krumenacker, Les protestants du Poitou au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 1998.

15 Originellement paru dans Bob Scribner (éd.), Tolerance and Intolerance in European Reformation, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 et repris dans Philip Benedict, The Faith and Fortunes of France’s Huguenots, 1600-85, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 279-308.

16 Voir la liste des sources chez Hanlon et Luria.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search