Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Les congrès eucharistiques

Jalons pour une histoire

Claude Langlois

Texte intégral

  • 400 Congrès des œuvres eucharistiques tenu à Lille les 28, 29 et 30 juin 1881, Lille, Impr. Lefebvre-Du (...)
  • 401 Compte rendu du XVIIIe congrès international des œuvres eucharistiques tenu à Metz du 6 au 11 août  (...)
  • 402 Dixième congrès eucharistique international tenu à Paray-le-Monial du 20 au 24 septembre 1897, Autu (...)

1Le premier congrès eucharistique s’est tenu à Lille en 1881. Mais les congrès eucharistiques sont-ils de notre ressort ? On peut s’interroger. À quel titre toutefois les exclure ? Parce qu’ils s’occupent de piété, voire de dogme, et donc font une large place aux clercs ? Mais c’est une laïque qui eut l’idée de tels rassemblements périodiques et c’est un laïc qui mit en œuvre le premier d’entre eux. Et qui plus est, dès le départ, ce congrès se voulut un congrès des « œuvres », des « œuvres eucharistiques » plus précisément400. Certes, l’appellation définitive de « congrès eucharistique » apparaît dès 1888, mais à Jérusalem en 1893, à Metz même en 1907401, on parlera encore d’« œuvres eucharistiques ». Parce que ces congrès se déploient largement hors des frontières françaises ? En fait, il faut attendre le 10e congrès, tenu en 1897 à Paray-le-Monial402, pour que s’affirme formellement l’internationalisation du congrès ; il faut attendre 1905 pour que la France n’abrite plus, sinon rarement, un congrès eucharistique international ; mais jusqu’aux années l930, le comité permanent d’organisation de ces congrès garde son siège parisien. Parce qu’ils ont eu une longévité hors du commun ? Assurément, le 48e congrès a eu lieu en 2004 à Guadalajara au Mexique, mais les « Semaines sociales » se sont également maintenues, et d’autres congrès ont eu une durée de vie comparable, même si parfois les sigles des associations ont changé depuis les origines. Non, rien finalement ne permet d’écarter les congrès eucharistiques. Ils sont certes des « objets » historiques singuliers, mais ils se situent au cœur de notre enquête. Je voudrais le montrer par cette présentation introductive et largement exploratoire. Ces congrès sont un monde, un continent à tout le moins ignoré, mais non encore englouti. Et voici quelques jalons pour une exploration à mener à nouveaux frais.

Plus d’un siècle d’histoire : une internationalisation progressive mais sans retour

  • 403 M. R. Jeuné, p.s.s., Émilie Tamisier et l’idée mère des Congrès eucharistiques 1834-1910, Lyon, Imp (...)
  • 404 Miracle de l’hostie qui se met à saigner quand celui qui l’a dérobée la poignarde.
  • 405 3e éd., Paris, Haton, 1874.
  • 406 Lyon, Impr. Girard, 1874 (extrait des Annales du Saint-Sacrement).

2L’idée des congrès eucharistiques est portée par une femme, Émilie Tamisier403, née à Tours en 1834. Son éducation eucharistique s’opère sous les auspices de M. Dupont, le « saint homme de Tours », initiateur de la dévotion à la Sainte Face, du Père Eymard, fondateur d’une congrégation eucharistique, et enfin du Père Chevrier, lyonnais, fondateur du Prado. Mais l’œuvre eucharistique prend naissance avec le grand pèlerinage de Paray-le-Monial en 1873, sommet du mouvement des pèlerinages de l’après 1870. L’idée première d’Émilie Tamisier était de susciter, à l’instar des pèlerinages marials en plein essor, le renouveau des pèlerinages eucharistiques, et donc aussi de rappeler l’importance originaire des « miracles » eucharistiques du Moyen Âge ou du début de la Contre-Réforme, quitte, ici et là, à remettre en évidence leurs connotations antijudaïques ou antiprotestantes404. En plus de l’approbation du Père Chevrier, Émilie Tamisier bénéficia du précieux appui de Mgr de Ségur qui, en 1874, dans La France au pied du Saint-Sacrement, rappela quels étaient les principaux sanctuaires oubliés405. Dans le même temps, une petite brochure de l’abbé Bridet, publiée en mars 1874 à Lyon, Du salut social par l’eucharistie et par la disposition providentielle aux pèlerinages406, mettait en évidence les références théologiques susceptibles d’accompagner une résurrection de ces pèlerinages.

  • 407 Louis Baunard, Philibert Vrau et les œuvres de Lille, 1829-1905, Paris, Maison de la Bonne Presse, (...)
  • 408 Voir note 1.

3Le premier a lieu en 1874 à Avignon, là où on commémorait un miracle « naturel », l’eucharistie sauvée des eaux en 1433 lors d’une inondation. Émilie Tamisier suscite un pèlerinage des paroisses environnantes et obtient la bénédiction de Pie IX pour les pèlerins. L’année suivante, c’est le pèlerinage de Douai qui renaît. En 1878, à Faverney, Émilie Tamisier et son entourage entendent susciter un pèlerinage national. On trouve, à Douai, comme à Faverney, ce qui fera la spécificité des futurs congrès eucharistiques, le mélange d’entretiens studieux et de célébrations publiques. Pour que le mouvement dépasse le cadre de la seule France, Mlle Tamisier prend divers contacts avec des évêques français, belges et hollandais ; mais après le retrait de Mgr Mermillod, c’est Lille qui prend le relais en la personne de Philibert Vrau, l’organisateur du congrès annuel des œuvres407. Celui-ci parvient à réunir à Lille, en 1881, huit cents personnes – ce qui pour un congrès est un chiffre honorable – venant de dix pays différents, mais aussi à déployer en pleine ville une procession du Saint-Sacrement rassemblant quatre mille hommes. À la suite de ce succès est fondé aussitôt un « Comité permanent des congrès eucharistiques », placé sous la présidence de Mgr de La Bouillerie et, l’année suivante, est publié un ouvrage de 600 pages qui comprend les actes du premier congrès eucharistique international408. Les congrès eucharistiques sont placés sur orbite : les actes des huit congrès suivants seront encore édités dans la ville où l’« œuvre » a pris naissance.

  • 409 Guy-Marie Oury, Bernard Andry, Les Congrès eucharistiques Lille 1881 – Lourdes 1981, Solesmes, 1980 (...)
  • 410 Le Congrès eucharistique international de Jérusalem (1893) dans le cadre de la politique orientale (...)
  • 411 Sans doute le contrecoup des divisions des notables catholiques causés par le Ralliement.

4Mon but maintenant n’est pas de retracer l’histoire des congrès eucharistiques. Il existe des ouvrages bien documentés, en particulier le dernier paru, dû aux plumes expertes de Dom Oury et Dom Andry409. Je veux seulement donner quelques indications sur cette histoire méconnue et d’abord souligner l’importance des premières décennies, puisque, en 1914, quelques mois avant la guerre, a lieu à Lourdes le 25e congrès eucharistique. Il s’est donc tenu plus de congrès eucharistiques internationaux dans ces trois grandes décennies écoulées depuis 1881 que dans les quatre-vingt-dix années à venir, marquées, il est vrai, par l’interruption des deux guerres mondiales. Regardons la liste des premiers congrès. De 1882 à 1894, les huit congrès internationaux ont lieu selon une périodicité inégale. La France demeure au centre du dispositif avec quatre congrès : le second, en 1882, se tient à Avignon, en écho au pèlerinage initial de 1873 ; le 5e, en 1886, à Toulouse ; le 6e, en 1888, à Paris ; le 9e, en 1894, à Reims. Trois autres restent dans l’orbite francophone, suisse (5e congrès, en 1885, à Fribourg) et belge (3e congrès à Liège en 1883 ; 7e à Anvers en 1890). Mais le grand événement de la période est la tenue du 8e congrès à Jérusalem en 1893. Léon XIII, qui avait suivi de près l’initiative française, utilise le congrès eucharistique pour donner un essor à sa politique de rapprochement des Églises orientales, comme l’a montré le travail magistral de Claude Soetens410. Relance salvatrice, puisque les deux années précédentes avaient été sans congrès ; relance aléatoire, pouvait-on craindre malgré tout, puisque, après le congrès de Reims de 1894, les deux suivantes le furent aussi411.

  • 412 C’est, à notre connaissance, la première fois que Lourdes est le siège d’un grand congrès catholiqu (...)
  • 413 Il a été précédé, à Rome, en 1904, par le second congrès marial international, pour le cinquantenai (...)
  • 414 Voir infra.
  • 415 On n’a pas trouvé les actes de ce congrès, seulement quelques tirés à part.

5L’année 1897 est celle de la reprise avec une accélération des manifestations qui maintenant deviennent annuelles jusqu’en 1914, à l’exception de l’année 1900. La relance s’opère encore, pour les huit congrès suivants, dans le cadre franco-belge : 1897, 10e congrès à Paray-le-Monial ; 1898, 11e à Bruxelles ; 1899, 12e à Lourdes, première « collusion » eucharistico-mariale412 ; 1901, 13e congrès à Angers ; 1902, 14e à Namur ; 1904, 15e à Angoulême. C’est encore la volonté pontificale, celle de Pie X cette fois, qui entraîna un changement de lieu et donc de perspective. En 1905, le 16e congrès se tint à Rome413 ; il fut l’occasion de diffuser les initiatives pontificales sur la communion fréquente des laïcs et la communion précoce des enfants ; sa tenue permit aussi aux congrès de survivre au contexte français, devenu difficile. Les deux suivants toutefois (18e à Tournai en 1906, 19e à Metz, ville alors allemande, en 1907) restent dans le même périmètre que les précédents. C’est en fait avec le 19e congrès eucharistique qui se tient en 1908 à Londres que s’opère la véritable internationalisation des congrès eucharistiques : non sans difficulté, car il fallut faire face à une opinion publique protestante hostile. Les choix ultérieurs confirmèrent cette nouvelle dimension internationale : les congrès suivants ont lieu dans des grandes villes étrangères, mais en terre de catholicité : le 20e congrès se tient en 1909 à Cologne ; le 21e franchit pour la première fois l’Atlantique et a lieu à Montréal en 1910414 ; les deux années suivantes, c’est au tour de deux vieilles nations catholiques de l’Europe, l’Espagne (1911, 22e congrès à Madrid) et l’Autriche (1912, 23e à Vienne) d’assurer la relève. La tension internationale conduit en 1913, pour le 24e congrès, à chercher refuge à Malte415 et, pour le 25e, à risquer un retour dans une France plus apaisée, et pour la seconde fois à Lourdes, ville où les rassemblements catholiques sont, pourrait-on dire, « sanctuarisés ».

6Il faut attendre 1922 pour que les congrès eucharistiques reprennent, avec le maintien d’un pilotage parisien, et l’introduction de deux nouveautés. D’abord, le choix d’un rythme moins soutenu : les congrès auront lieu maintenant tous les deux ans. Ensuite, la volonté d’une mondialisation effective. Le premier congrès de l’après-guerre eut lieu à Rome : préparé par Benoît XV, il servit à Pie XI pour diffuser son message sur la paix. L’Europe catholique demeure encore terre de congrès, mais les choix des villes montre un élargissement des hôtes : 1924, 27e congrès à Amsterdam ; 1932, 31e à Dublin ; 1938, 34e à Budapest. Mais surtout, les congrès eucharistiques gagnent le monde : 1926, 28e congrès à Chicago ; 1928, 29e à Sidney ; 1930, 30e à Carthage, dans une colonie française, mais sur le sol d’une ancienne chrétienté africaine ; 1934, 32e congrès, le premier en Amérique latine, à Buenos-Aires ; 1936, 33e congrès, le premier en Extrême-Orient, à Manille. Les congrès eucharistiques ne craignent pas l’affrontement : prolongeant le congrès de Londres (1908), ils se sont tenus en pays majoritairement protestant, à Chicago et à Sidney, et aussi, ce qui est nouveau, en terre d’islam à Carthage.

  • 416 Charles F. Mann, Madeleine Delbrêl. Une vie sans frontières, Paris, DDB, 2002, p. 167-168 (texte de (...)
  • 417 C’est aussi l’occasion pour l’Église allemande d’exprimer son regret pour les crimes nazis : au cou (...)

7Le demi-siècle qui suit la Seconde Guerre montre le maintien d’une internationalisation, maintenant normale, mais aussi les difficultés à fixer, pour ces gigantesques manifestations, le rythme des réunions. Les congrès se réunissent de manière plus espacée, on a maintenant moins de trois congrès par décennie. La reprise, de plus, est tardive : à la guerre de 1939-1945 a rapidement succédé la guerre froide, empêchant toute participation des pays qui passent sous le contrôle de Moscou, notamment dans l’Est de l’Europe. Le 35e congrès, celui de la reprise, se tient à Barcelone en 1952. La contestation est vive en France : elle provient des milieux progressistes et de tous ceux qui restent sensibles au drame espagnol récent : ainsi Madeleine Delbrêl, à Ivry, très proche de certains militants républicains exilés, fait-elle connaître à l’épiscopat français son hostilité à cette manière indirecte de réhabiliter Franco416. Le calme revient avec le congrès de Rio de Janeiro en 1955. En 1960, celui de Munich scelle, en plein concile, le retour de l’Allemagne dans le concert catholique417. Ultérieurement, le rythme des congrès est quasiment de quatre ans : 1964, 38e à Bombay ; 1968, 39e à Bogota ; 1973, 40e à Melbourne ; 1976, 41e à Philadelphie. Pour le centenaire de 1881, le congrès revient en France, non à Lille, mais encore à Lourdes ; en 1986, le 43e se tient à Nairobi, le premier qui eut lieu sur le continent noir ; en 1989, le 44e congrès a lieu à Séoul, soulignant l’importance du catholicisme coréen. Puis un nouveau retour en Europe : 1993, 45e congrès à Séville ; en 1997, 46e congrès, inévitablement en Pologne (Wroclaw) ; en l’an 2000, pour l’année sainte, inévitablement encore, le 47e s’est tenu à Rome. Le 48e, en 2004, a eu lieu dans le sanctuaire marial de Guadalajara au Mexique.

  • 418 Christian Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation » (...)
  • 419 Voir le Guide à paraître des congrès catholiques.

8L’Église de France n’accepta pas d’avoir donné l’impulsion d’une œuvre si importante et d’en être progressivement privée. Comme pour les congrès diocésains, dès 1900, les congrès eucharistiques se disséminent ; de ce fait, ils prennent une nouvelle dimension, ils deviennent l’une des diverses manières par lesquelles se manifeste l’activisme diocésain, si caractéristique durant cette période de crise, comme l’a montré Christian Sorrel418. Les diocèses de Cambrai et d’Arras montrent encore l’exemple en manière de délocalisation des congrès eucharistiques : on y inaugure, de 1900 à 1905, une formule décentralisée. Se succèdent alors des petits congrès, de deux jours souvent : en 1900, à Roubaix ; à Bergues en 1902 ; puis en 1904 à Arras, à Douai, au Cateau-Cambrésis ; à Lille, enfin, en 1905. La formule décentralisée sera d’ailleurs reprise pour les premiers congrès marials de 1905-1907. Puis à partir de 1906, comme les congrès diocésains, les congrès eucharistiques locaux se multiplient, principalement de 1910 à 1914 où l’enquête bibliographique419 a permis d’en repérer vingt-cinq. Dans cette période faste, la tenue de congrès eucharistiques relaie parfois les assemblées diocésaines, rassemblant prêtres et fidèles. Ces réunions eucharistiques de proximité reprendront après 1920, mais s’épuiseront vite après 1930, comme encore les congrès diocésains.

  • 420 Le curé d’Ars a été béatifié en 1905. Il sera canonisé en 1925.
  • 421 Il en va de même pour le choix de Lourdes en 1914 pour un ultime congrès international. Les congrès (...)

9En 1908, alors qu’il devenait évident que les congrès eucharistiques internationaux migraient vers d’autres cieux, alors aussi que l’Église de France se trouvait moins dans l’urgence du règlement de la crise née de la Séparation, les congrès eucharistiques reviennent en se nationalisant. C’est ainsi que dix-huit congrès auront lieu en France de 1908 à 1966. Le choix des lieux abritant les trois premiers congrès est significatif : Faverney en 1908, Ars en 1912, Paray-le-Monial en 1921. Ce sont des lieux de pèlerinage, anciens et nouveaux, discrets ou prestigieux. La mise en place de congrès eucharistiques nationaux s’opère par un retour aux origines des années 1874-1878. C’est vrai tout particulièrement pour Faverney, puisqu’en 1908, on célèbre le trentième anniversaire du premier pèlerinage eucharistique qui s’était voulu national. Le choix d’Ars montre la volonté de ne pas s’en tenir au seul passé420. Celui de Paray-le-Monial s’inscrit plus encore dans la continuité : là eut lieu le grand pèlerinage de 1873, là se tint aussi le 10e congrès eucharistique international en 1897. C’est aussi la preuve d’une durable proximité thématique entre les deux dévotions au Sacré-Cœur et à l’eucharistie. Mais le choix des lieux est aussi commandé par le contexte politique : ce sont trois congrès de « recueillement », loin du bruit des villes, pour un catholicisme français qui s’interroge sur le degré de visibilité qui lui est alors permis, après la Séparation, dans le cadre national421.

  • 422 Le nonce Pacelli sera présent, l’année suivante, au congrès international de Budapest où la délégat (...)
  • 423 Congrès eucharistique de Bordeaux, 12, 13-14 avril 1966, 1966, Bordeaux, Cahiers Parole et Pain, 19 (...)

10En 1921, quand les congrès nationaux reprennent, ils décident de calquer leur rythme sur celui des congrès internationaux : ces derniers auront lieu les années paires, eux donc se réuniront les années impaires. Ainsi seront assurées, par la possible présence de délégations françaises aux congrès internationaux, une circulation féconde des informations et une confrontation des pratiques et des dévotions. La tenue à Paris en 1923 du second congrès de l’après-guerre s’inscrit dans le temps de la pacification religieuse, marquée par le règlement avec Rome du dossier de la Séparation. Avec le 5e congrès national de Rennes en 1925, on entre dans un régime de croisière. Énumérons seulement les suivants : le 6e a lieu à Lyon en 1927 ; le 7e, ce qui est plus inattendu, se tient à Bayonne en 1929 ; le 8e, cela allait de soi, se réunit à Lille en 1931 pour célébrer dignement un demi-siècle de congrès eucharistiques. Le 9e, en 1933, a lieu à Angers, second congrès de l’Ouest en moins de dix ans ; le 10e, à Strasbourg, en 1935. Le 11e se tient à Lisieux en 1937 : l’événement coïncide avec la consécration de la basilique dédiée à la jeune sainte française par le nonce Pacelli, le futur Pie XII422. Le choix d’Alger pour le 12e congrès eucharistique (1939), en écho au récent congrès international de Carthage (1930), souligne l’importance accordée à l’Église d’Afrique du Nord. Après la guerre, la reprise est rapide, puisque le 13e congrès national se tient en 1947 à Nantes, dans une Bretagne qui manifeste encore, moins de dix ans plus tard, sa vitalité (16e congrès, à Rennes, en 1956). Seule singularité peut-être de l’après-guerre, le congrès de Nîmes, en 1951, en terre protestante. Le dernier congrès est celui de Bordeaux423, en 1966. Encore une institution ecclésiale qui ne survivra pas aux événements de 1968.

11L’âge d’or des congrès nationaux a été l’entre-deux-guerres, où se sont tenus dix des dix-huit congrès nationaux français. Mais la mise en perspective de tous les congrès eucharistiques conduit à restituer une autre temporalité. De 1881 à 1904, la France accueille, sur son sol, neuf des quinze premiers congrès internationaux ; de 1905 à 1914, les congrès eucharistiques se disséminent, inclus dans la masse des congrès diocésains ; après la Première Guerre mondiale, c’est de fait le temps des congrès nationaux qui durent jusqu’aux années Cinquante. On peut, au vu de cette chronologie, souligner la plasticité de l’institution qui permet la permanence des congrès eucharistiques en France pendant quatre-vingts ans au moins. On voit aussi la centralité des « œuvres » eucharistiques, de la « dévotion » eucharistique ; la fin des congrès nationaux, en 1966, met en évidence ce qui n’est plus, à partir des années Soixante justement, un catholicisme d’œuvres – mêmes renouvelées par l’action catholique – et de dévotion.

Matériaux pour une histoire

Interroger une documentation

12L’intérêt porté aux congrès eucharistiques s’inscrit dans une réflexion plus large sur le sens de cette « dévotion » centrale, génératrice d’œuvres de toutes sortes. Mais ici, je voudrais m’en tenir, pour une histoire encore largement à écrire, aux matériaux identifiés lors de la quête récente menée sur les actes des congrès. Que peut-on tirer de ces austères quêtes bibliographiques, menées conjointement au niveau local et diocésain, national, international ? D’abord, paradoxalement, identifier un manque, des manques plutôt : en effet, les congrès eucharistiques, à travers leur internationalisation même, attestent d’une diffusion du mouvement dans les autres nations catholiques. Mais il était hors de notre portée de mener pareille enquête sur chaque pays ; pareillement on voit la papauté apparaître directement en 1893, puis de nouveau en 1905 : le rôle joué par Rome reste aussi à définir, même si tout laisse à penser que 1905 constitue véritablement un tournant.

  • 424 La tenue des premiers congrès est précédée par le lancement, en 1876, d’une revue, Le Très Saint-Sa (...)
  • 425 XXVe Congrès eucharistique international tenu à Lourdes du 22 au 26 juillet 1914, 1921, Paris, Secr (...)

13Je voudrais m’en tenir à la documentation rassemblée, en montrant l’information qu’elle fournit, et donc l’histoire qu’elle permet de faire. Revenons d’abord à l’institution. Une association qui tient un congrès régulier fonctionne de deux manières visibles, la tenue même du congrès, la publication des actes du congrès. Le choix immédiat du congrès annuel et la volonté de tenir les congrès successifs dans des villes différentes supposent une organisation rigoureuse avec de bons relais ; l’annualisation des congrès transforme aussi les actes en une abondante revue périodique424. Ceux-ci, en effet, publiés toujours dans l’année qui suit le congrès estival, comportent, pour les trente-cinq premières années, entre 700 et 1100 pages. S’il ne semble pas y avoir eu d’actes du congrès de Malte (1913), ceux du congrès eucharistique de Lourdes en 1914 ont été édités tardivement en 1921, mais intégralement, puisqu’ils comptent environ 1200 pages425. Cette édition constitue même un des éléments de la reprise de l’après-guerre.

  • 426 Le Congrès eucharistique de 1890 tenu à Anvers du 16 au 21 août – Congrès ter eere van het Allerhei (...)
  • 427 Quelques tirés à part font mention d’une section française.
  • 428 XXXII Congreso eucarístico internacional Buenos Aires 10-14 de octubre de 1934, Buenos Aires, Publi (...)

14Les actes des premiers congrès sont publiés en français, parce que les participants appartiennent à l’aire francophone. Il faut attendre Anvers (1890) pour que les titres soient présentés en français et en flamand426 ; toutefois, c’est en 1905, à Rome, que la publication est vraiment bilingue (italien et français), comme ensuite à Metz (allemand et français) ou à Londres (anglais et français). Le français, langue initiale du congrès, se trouve ainsi associé à celle du pays organisateur. À partir de Cologne (1909), le titre principal des actes est transcrit dans la langue du pays organisateur ; dès 1912 (Vienne), la présence de participants venant de pays différents entraîne le regroupement en aires linguistiques distinctes427. C’est une pratique courante après la Première Guerre mondiale : ainsi le second volume des actes du congrès de Buenos-Aires, qui comprend les actes proprement dits, comprend-ils trois parties : Secciones argentinas – Secciones extranjeras – Secciones orientales. Les contributions non espagnoles se trouvent regroupées dans les deux dernières « sessions »428.

  • 429 Dans le même temps paraissent, de 1910 à 1913, chez l’éditeur Lethielleux, cinq volumes récapitulat (...)

15L’enquête bibliographique concernant les congrès eucharistiques fournit une autre information. Rapidement l’histoire qui se fait, de congrès en congrès, nécessite aussi mémoire du passé immédiat et récapitulation de l’information, donc l’histoire de ce qui vient de se passer, de ce qui s’est fait. Voici les ouvrages429, parus entre 1890 et 1920, consacrés à cette histoire :

Maurel, Jean-Louis-Adolphe (abbé), Mémorial des six congrès eucharistiques de Lille, Avignon, Liège, Fribourg, Toulouse, Paris, Paris, 1890, II-578 p.

Maurel, Jean-Louis-Adolphe (abbé), Résumé des vœux et résolutions des onze congrès eucharistiques internationaux, Rodez, 1900, 101 p.

Vaudon, Jean, L’Œuvre des congrès eucharistiques : les origines, Paris, 1910.

Les Congrès eucharistiques internationaux. 1ère série. Les Origines. De Lille (1881) à Paray-le-Monial (1897), Paris, 1915, 128 p.

Féron-Vrau, Paul, Les Triomphes eucharistiques dans les 25 premiers congrès eucharistiques internationaux, Paris, 1920, 168 p.

16Les cinq ouvrages, minces le plus souvent, sauf le premier, accompagnent la progression des congrès : 1890, 1900, 1910, 1915, 1920. Ils oscillent entre la récapitulation d’une histoire qui s’amplifie sans interruption, passant de six congrès en 1890 à vingt-cinq en 1920, et la volonté de fixer des « origines » inégalement déployées : ainsi l’anonyme de 1915 identifie-t-il les « origines » aux dix premiers congrès. On peut s’interroger, au vu de ces publications proches, sur le sens de cette itération. Le temps de ces « histoires » successives correspond aussi, en France, à celui d’une mise à distance progressive des congrès par un processus d’internationalisation sans retour. En 1920, paradoxalement, l’histoire veut plutôt aider à la résurrection des congrès internationaux. Elle indique aussi la clôture du cycle française. C’est Paul Féron-Vrau qui raconte l’histoire qui a été mise en œuvre par Philibert Vrau quarante ans plus tôt : une histoire de famille, en somme !

  • 430 Cinq cartes postales éditées par Paul Vignon, photographe à Amplepuis, passées en vente en 2005 sur (...)

17L’enquête sur les sources conduit parfois à des découvertes, sans doute marginales, mais qu’il ne faut pas négliger. Je voudrais signaler ici l’importance de l’iconographie, dans la mesure où, pour partie, le congrès eucharistique international est aussi un spectacle qui se déploie de ville en ville. En France, le congrès eucharistique, sous sa forme locale, à partir du début du XXe siècle, n’échappe pas à la vogue de la carte postale. Ainsi, cette série d’instantanés concernant le congrès eucharistique d’Amplepuis (Rhône) qui eut lieu les 8, 9 et 10 octobre 1909 : procession des enfants ; pavoisement de la rue Thimonier ; bénédiction du Saint-Sacrement, place de l’église ; arc de Triomphe, place du Marché ; pavoisement de la rue de Thizy. On voit aisément combien le congrès eucharistique revêt les habits d’une procession de la Fête-Dieu, décalée en octobre, étalée sur deux jours, utilisant les éléments visibles de la fête annuelle, notamment la décoration (pavoisement) des rues principales, l’érection d’un arc de triomphe, enfin la bénédiction du Saint-Sacrement430.

  • 431 Sa perspective est avant tout commerciale. En 1911, il entre en conflit avec le clergé de Montréal (...)
  • 432 Éditions Gaumont, 2004.
  • 433 La filmographie française est mal répertoriée. Voir aussi, aux Archives départementales de la Loire (...)

18Plus intéressante est la rencontre du cinéma et des congrès eucharistiques. J’en donnerai deux exemples, le premier venant du Québec, le second de la France. Au Québec, Léo-Ernest Ouimet (1877-1972), pionnier du cinéma canadien, a créé le Ouimetoscope, premier cinéma permanent de Montréal. C’est aussi l’un des premiers distributeurs qui présente ses propres films avec des sujets tels que Mes espérances, en 1908, L’affaire de la gare de Windsor, en 1909, et Le congrès eucharistique de Montréal, en 1910431. Rencontre étonnante entre l’invention technique et l’événement religieux. L’autre exemple est tout différent. Il s’agit d’un film que Maurice Pialat a tourné au début de sa carrière : celui-ci a été récemment restauré et est maintenant disponible dans le premier volume, qui comprend Sous le Soleil de Satan, des 9 DVD de l’intégrale de Pialat432. Ce film bref (huit minutes), en noir et blanc, intitulé Congrès eucharistique diocésain, a été tourné à Auzelles, village du diocèse de Clermont en 1953. « Le documentaire, selon la présentation du film, évoque une journée de fête religieuse dans une bourgade rurale : procession avec ostensoir dans les rues fleuries, messe en plein air dans un parc... Rites catholiques dans la France rurale des années 50, observés avec une affectueuse minutie ethnographique. Dans ce tableau campagnard religieux, entouré par la nature, même les animaux semblent faire partie de la fête. Pialat cinéaste semble découvrir les vertus puissantes d’un autre cérémonial, celui du travelling. » Le congrès eucharistique local, présidé toutefois par l’évêque de Clermont, n’est plus une nouveauté, il est même passé du côté du folklore. Nous n’avions pas d’actes, pour ce congrès tardif, seulement la caméra de Pialat433. Changement de support, changement de regard.

Interroger l’événement : le congrès eucharistique de Montréal (1910)

19Le congrès eucharistique de Montréal, qui s’est tenu du 7 au 11 septembre 1910, a été l’occasion d’un échange très vif entre le cardinal Bourne, archevêque de Westminster, et Henri Bourassa, leader québécois charismatique : celui-ci portait sur un point essentiel, la langue la plus propice au développement du catholicisme dans l’Amérique du Nord. Je voudrais brièvement évoquer cette polémique oubliée pour interroger l’événement qui a suscité un tel émoi et, par contrecoup, pour m’interroger sur l’importance des congrès eucharistiques au moment justement de leur première internationalisation.

  • 434 Hugh McLeod et al., Histoire religieuse de la Grande-Bretagne, Paris, Cerf, 1997 p. 135-136. Cette (...)

20Le congrès de Montréal s’inscrit dans la droite ligne du congrès de Londres, qui s’est tenu deux ans plus tôt, et qui a marqué une étape importante dans la reconnaissance du catholicisme anglais. Pour Mgr Bourne, son organisateur, le congrès venait à point nommé et lui permettait de tourner la page du modernisme et de montrer aussi le poids du catholicisme en Angleterre : la même année, les catholiques, par leur abstention, avaient montré qu’ils étaient capables de faire battre, à Manchester, le jeune Churchill, alors ministre d’un gouvernement libéral. En 1908, Mgr Bourne accueille le congrès eucharistique à Londres, le premier qui se tient en terre protestante : cet événement suscita l’hostilité des députés protestants de l’Ulster qui, paradoxalement, prirent appui sur l’Emancipation act de 1829, pris au bénéfice des catholiques, pour ressusciter un article de cette loi, depuis longtemps inappliqué, qui interdisait le port des vêtements sacerdotaux et des objets cultuels dans un lieu public. Ces protestants voulaient empêcher la grandiose procession du Saint-Sacrement qui devait accompagner le congrès eucharistique. Celui-ci, présidé par le cardinal Vannutelli, légat du pape, constituait en effet la manifestation catholique la plus importante qui ait eu lieu en Angleterre depuis la Réforme. Bourne répliqua au premier ministre Asquith, qui était intervenu, en s’en tenant à la lettre de la loi : il n’y eut pas à proprement dit de procession du Saint-Sacrement, les cardinaux, évêques et prêtres défilèrent avec leurs ornements liturgiques sur le bras ; et le Saint-Sacrement, au lieu d’accompagner la procession, fut exposé dans la tour de la cathédrale. Cette réplique habile eut un grand retentissement dans l’opinion publique et le congrès réussi fut salué comme un acte d’émancipation de l’Église catholique anglaise auquel Rome réagit positivement en ne faisant plus dépendre l’Église d’Angleterre de la Propagande, comme les pays de mission434.

21Bourne, de plus, a joué un rôle important dans le choix de Montréal, pour le congrès de 1910, le second, dira-t-il, dans son discours, à se tenir à l’ombre du drapeau anglais. Le Canada est en effet un dominion, très autonome, mais sous contrôle britannique. En fait, ce 21e congrès eucharistique se devait de mettre en valeur et l’organisateur du congrès, l’archevêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési, et le représentant du pape, le légat Vannutelli. C’est ce dernier qui eut l’honneur de porter le Saint-Sacrement lors de l’immense procession de clôture, partie de l’église Notre-Dame pour arriver, neuf heures plus tard, au reposoir du Mont-Royal, l’éminence qui domine Montréal. La procession déplaça, selon les organisateurs, cent mille personnes. Ce triomphe eucharistique, toutefois, fut moins celui des deux protagonistes officiels que celui de deux intervenants qui, la veille, à la clôture du congrès, leur avaient ravi la vedette, Mgr Bourne et Henri Bourassa.

22Mgr Bourne avait voulu, de manière franche, poser la question linguistique en plein fief francophone. Pour lui avait sonné l’heure de la langue anglaise comme vecteur de l’expansion catholique dans l’Amérique du Nord et, plus largement, de par le monde. Il appuyait son propos sur l’importance de l’émigration anglophone, point seulement irlandaise, notamment dans les provinces de l’Ouest canadien, qu’il venait de visiter ; pour les encadrer, il réclamait des prêtres anglophones et non les rares francophones, comme les Oblats de Marie Immaculée présents dans le grand Nord canadien. Mais son propos allait bien au-delà de ce qu’il avait pu constater en parcourant le Canada d’Ouest en Est avant d’arriver à Montréal :

  • 435 Mgr Bourne, « Le discours de Notre-Dame au Congrès eucharistique de 1910 », in Hommage à Bourassa, (...)

Dieu a permis que la langue anglaise se répandît dans tout le monde civilisé et [qu’] elle acquît une influence qui grandit toujours. Tant que la langue anglaise, les façons de penser anglaises, la littérature anglaise, en un mot la mentalité anglaise tout entière n’aura [sic] pas été amenée à servir l’Église catholique, l’œuvre rédemptrice de l’Église sera empêchée et retardée. Toutes les nations de langue anglaise peuvent aider à cette grande tâche : l’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse, les puissants États-Unis d’Amérique, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et les Indes britanniques. Mais le Dominion du Canada, à cause de ses traditions catholiques si anciennes et si profondément enracinées, à cause des perspectives magnifiques de progrès qui s’ouvrent devant lui, peut aujourd’hui, plus que tous les autres, rendre un grand service en ce sens. Et en accomplissant sa part de travail, l’Église catholique du Canada non seulement contribuera à faire avancer sa cause sacrée, mais, en même temps, elle donnera un courage plus grand aux catholiques de langue anglaise dans le monde entier, et deviendra une source de force toujours croissante et inlassable pour l’Église universelle. Il y a là une occasion qui ne se présentera peut-être jamais plus. Au point de vue humain, si on laisse échapper cette occasion, la perte sera incommensurable et irréparable435.

23La réponse de Bourassa, largement improvisée, constitue un morceau d’éloquence auquel on demeure encore sensible. Celui-ci eut, de plus, l’habileté de ne pas s’affronter directement à l’archevêque, de prendre même la défense du catholicisme irlandais, mal vu au Québec, parce que les Irlandais étaient accusés d’avoir abandonné leur langue au bénéfice de l’anglais. Sur le fond, il demandait l’égalité de traitement entre les deux langues dans les nouveaux États qui se peuplaient alors d’immigrants, comme le Manitoba, où la règle initiale de parité n’était plus respectée. Et lui aussi, dans sa péroraison, évoqua l’importance de la langue, mais de la langue française :

  • 436 Ibid., p. 108-114.

De cette petite province de Québec, de cette minuscule colonie française, dont la langue, dit-on, est appelée à disparaître (mouvement), sont sortis les trois quarts du clergé de l’Amérique du Nord, qui est venu puiser au séminaire de Québec ou à Saint-Sulpice la science et la vertu qui ornent aujourd’hui le clergé de la grande république américaine, et le clergé de langue anglaise aussi bien que le clergé de langue française du Canada (longs applaudissements) […]. Mais, dira-t-on, vous n’êtes qu’une poignée ; vous êtes fatalement destinés à disparaître ; pourquoi vous obstiner dans la lutte ? (mouvement) Nous ne sommes qu’une poignée, c’est vrai ; mais ce n’est pas à l’école du Christ que j’ai appris à compter le droit et les forces d’après le nombre et par les richesses (longues acclamations). Nous ne sommes qu’une poignée, c’est vrai ; mais nous comptons pour ce que nous sommes, et nous avons le droit de vivre (ovation). Douze apôtres, méprisés en leur temps par tout ce qu’il y avait de riche, d’influent et d’instruit, ont conquis le monde (applaudissements). Je ne dis pas : laissez les Canadiens français conquérir l’Amérique. Ils ne le demandent pas. Nous vous disons simplement : laissez-nous notre place au foyer de l’Église et faire notre part de travail pour assurer son triomphe (acclamations)436.

  • 437 La publication de l’intervention de Bourne en 1911 a suscité une vive réplique de Raphaël Gervais, (...)

24À l’évidence, l’offensive de Bourne était concertée, comme le montre l’immédiate diffusion de son texte, traduit en français, dans la presse montréalaise, puis l’année suivante, l’édition de celui-ci en anglais, dans The Tablett, ce qui relança au Québec la polémique. Cette opposition frontale sur le terrain linguistique pose plusieurs questions à l’historien. Je ne retiendrai ici que celles qui ont trait au congrès eucharistique, caisse de résonance populaire, lieu nouveau aussi de confrontation internationale au sein du catholicisme. Les antagonismes entre les deux protagonistes ont été précédés de gestes symboliques. Ainsi l’archevêque de Saint-Boniface, Mgr Langevin, qui n’appréciait pas la situation faite à la langue française dans l’Ouest canadien, obtint-il du légat pontifical la bénédiction pour le drapeau Carillon-Sacré-Cœur, emblème des Canadiens français, en présence de 25 000 membres de l’Association catholique de la jeunesse canadienne. Chacun, dans une manifestation où les « rites » ne sont pas encore fixés, tente de mettre le représentant du pape de son côté437.

  • 438 Pierre Gerlier est alors président de l’ACJF (1909-1913). Il sera ordonné prêtre en 1921.
  • 439 Participation des archevêques français : NN. SS. les archevêques d’Albi ; Auch ; Besançon ; Bourges (...)

25Les circonstances de l’intervention de Bourassa, rapportées par son entourage, montrent aussi quelles furent les réactions d’autres partenaires. Bourassa aurait été immédiatement sollicité par des évêques québécois qui l’incitèrent à répondre ; le leader politique qui parle haut et fort – à l’inverse de Bourne qui s’est exprimé d’une voix faible en anglais – a l’appui de la foule qui, fréquemment, l’interrompt de ses applaudissements comme dans un meeting ; il trouve même celui du nonce qui, à la fin de son intervention, lui sert visiblement la main. Une question reste sans réponse, le rôle joué par la délégation française. L’histoire officielle mentionne l’appui chaleureux que Bourassa reçu de Gerlier, alors président de l’ACJF438. En tant qu’avocat, il exprima à l’intéressé combien il appréciait son morceau de bravoure. Mais, selon les actes du congrès439, plus d’une cinquantaine d’évêques français avaient fait le déplacement. C’est la première fois que l’épiscopat français se trouve, en si grand nombre, outre-Atlantique dans un territoire fort accueillant aux congrégations enseignantes, contraintes à l’exil après la loi de 1901. Les évêques français ont-ils conscience de l’enjeu ? Ont-ils réagi de manière individuelle ou collective ? Les questions qu’on se pose tout naturellement mériteraient de ne pas rester sans réponse.

***

26Pour terminer cette présentation, je poserai deux autres questions plus générales auxquelles j’essayerai d’apporter au moins quelque début de réponse.

  • 440 Voir Les Congrès eucharistiques. Bulletin du Comité international, qui commence en décembre 1907.

27Pourquoi d’abord est-ce de France que partent les congrès eucharistiques internationaux ? Pourquoi la France demeure-t-elle au centre du dispositif, même quand la papauté en prend le contrôle avec Pie X. J’avancerais deux éléments de réponse. D’abord, il faut insister sur l’importance de la matrice lilloise, son bon positionnement géographique, son grand savoir-faire institutionnel. En second lieu, il importe de rappeler la singularité française. On peut avancer une hypothèse semblable à celle que j’avançais pour expliquer la priorité française dans l’essor des congrégations de femmes au début du XIXe siècle. La destruction du modèle monastique par la Révolution avait facilité l’éclosion rapide d’un nouveau modèle, celui des congrégations actives. Ne peut-on pas avancer ici un argument similaire : la sécularisation qui s’opère en France, surtout à partir des années 1880, conduit en France l’Église catholique à se saisir de l’instrument tout séculier qu’est le congrès pour maintenir ses possibilités d’agir dans l’espace public. Ce qu’il faudrait vérifier, pour les congrès eucharistiques qui se tiennent à partir de 1908, c’est si l’internationalisation qui s’opère alors est la conséquence du repli de l’Église de France, à la suite de la Séparation, ou si elle était en quelque sorte programmée par la pénétration des congrès eucharistiques dans les différents pays d’Europe où les congrès se sont tenus440.

  • 441 Lieux réactivés et confortés par Rome qui, à partir de 1850, reprend le couronnement des vierges de (...)

28Autre question : pourquoi le vecteur de l’internationalisation des congrès catholiques a-t-il été une dévotion et non une œuvre, comme par exemple les mouvements de jeunesse, et pourquoi ce fut cette dévotion, l’eucharistie, et non, par exemple, la dévotion mariale ? Chaque pays, on l’a vu, organisait, à sa manière, les congrès des œuvres, chaque pays aussi accordait, en fonction du contexte local, la priorité à diverses catégories d’œuvres ; aussi une « internationale des œuvres » était-elle impensable, puisque, justement, chaque catholicisme national déterminait la manière de gérer les œuvres et délimitait celles qui pouvaient être traitées ensemble. Il était, de ce fait, plus facile de d’internationaliser une dévotion. Mais pourquoi alors des congrès eucharistiques et non des congrès marials, pour s’en tenir aux deux dévotions dominantes ? Malgré la montée en puissance de Lourdes, les pèlerinages marials sont avant tout des lieux de mémoire441. Tout tourne autour de la spécificité du sanctuaire. Le marial est avant tout de l’identitaire, pour employer un vocabulaire actuel ; au contraire, l’eucharistique tend à l’universel, par la centralité de la croyance dans la présence réelle, par la duplication qu’opère la messe quotidienne, liturgie de l’ubiquité : la messe sur le monde de Teilhard de Chardin se situe parfaitement dans cette perspective, tout comme certains textes claudéliens. Les congrès, pour être catholiques, se devaient d’être eucharistiques. Et, de plus, la liturgie, sans difficulté, servait de matrice au congrès : il suffisait de faire que la procession du Saint-Sacrement soit non plus à la dimension d’une paroisse, mais d’une ville, d’un pays, d’un continent.

Notes

400 Congrès des œuvres eucharistiques tenu à Lille les 28, 29 et 30 juin 1881, Lille, Impr. Lefebvre-Ducrocq, 1882, XCII-594 p.

401 Compte rendu du XVIIIe congrès international des œuvres eucharistiques tenu à Metz du 6 au 11 août 1907, publié par le comité local de Metz, Metz, 1908, Impr. Lorraine, 749 p.

402 Dixième congrès eucharistique international tenu à Paray-le-Monial du 20 au 24 septembre 1897, Autun, Impr. Dejussieu, 1898, 813 p.

403 M. R. Jeuné, p.s.s., Émilie Tamisier et l’idée mère des Congrès eucharistiques 1834-1910, Lyon, Impr. de la libr. de l’Archevêché, 1927, 63 p.

404 Miracle de l’hostie qui se met à saigner quand celui qui l’a dérobée la poignarde.

405 3e éd., Paris, Haton, 1874.

406 Lyon, Impr. Girard, 1874 (extrait des Annales du Saint-Sacrement).

407 Louis Baunard, Philibert Vrau et les œuvres de Lille, 1829-1905, Paris, Maison de la Bonne Presse, 1906, XIV-390 p.

408 Voir note 1.

409 Guy-Marie Oury, Bernard Andry, Les Congrès eucharistiques Lille 1881 – Lourdes 1981, Solesmes, 1980, 249 p.

410 Le Congrès eucharistique international de Jérusalem (1893) dans le cadre de la politique orientale du pape Léon XIII, Louvain, Nauwelaerts, 1977, XXXVI-790 p.

411 Sans doute le contrecoup des divisions des notables catholiques causés par le Ralliement.

412 C’est, à notre connaissance, la première fois que Lourdes est le siège d’un grand congrès catholique.

413 Il a été précédé, à Rome, en 1904, par le second congrès marial international, pour le cinquantenaire du dogme de l’Immaculée Conception.

414 Voir infra.

415 On n’a pas trouvé les actes de ce congrès, seulement quelques tirés à part.

416 Charles F. Mann, Madeleine Delbrêl. Une vie sans frontières, Paris, DDB, 2002, p. 167-168 (texte de la lettre du 10 mai 1952 au cardinal Feltin et aux évêques français, destinée aussi à Témoignage chrétien, qui ne l’a pas publiée).

417 C’est aussi l’occasion pour l’Église allemande d’exprimer son regret pour les crimes nazis : au cours d’un déplacement des congressistes à Dachau est inaugurée la chapelle de l’Agonie du Sauveur.

418 Christian Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 87, juillet-septembre 2005, p. 85-100.

419 Voir le Guide à paraître des congrès catholiques.

420 Le curé d’Ars a été béatifié en 1905. Il sera canonisé en 1925.

421 Il en va de même pour le choix de Lourdes en 1914 pour un ultime congrès international. Les congrès eucharistiques s’accompagnent habituellement de grandioses processions du Saint-Sacrement, alors que, depuis 1884, les maires républicains utilisent pleinement leurs prérogatives de police municipale pour interdire les processions de la Fête-Dieu. La crise qui touche le catholicisme au début du XXe siècle entraîne un regain d’interdictions, y compris en zone rurale (Paul d’Hollander, La Bannière et la rue, Limoges, Pulim, 2003, 305 p.).

422 Le nonce Pacelli sera présent, l’année suivante, au congrès international de Budapest où la délégation allemande ne pourra se rendre.

423 Congrès eucharistique de Bordeaux, 12, 13-14 avril 1966, 1966, Bordeaux, Cahiers Parole et Pain, 1966, n° 14-15, p. 149-387. Le congrès précédent s’est tenu en 1959 à Ars et Lyon. Voir 17e Congrès eucharistique national. Centenaire de la mort de saint Jean-Marie Vianney. Eucharistie et sacerdoce. Lyon-Ars 1er-5 juillet 1959, Lyon, Impr. Vitte, s. d., 368 p. Aucun congrès n’a eu lieu entre 1959 et 1966. La crise de 1968 ici a entraîné la chute définitive d’une entreprise déjà bien menacée.

424 La tenue des premiers congrès est précédée par le lancement, en 1876, d’une revue, Le Très Saint-Sacrement. Études sur l’Eucharistie, qui se veut la Revue des œuvres eucharistiques.

425 XXVe Congrès eucharistique international tenu à Lourdes du 22 au 26 juillet 1914, 1921, Paris, Secrétariat Général, 1213 p.

426 Le Congrès eucharistique de 1890 tenu à Anvers du 16 au 21 août – Congrès ter eere van het Allerheiligste sacrament gehouden te Antwerpen, 16-21 august 1890, Anvers, Typ. Bellemans – Lille, Impr. Lefebvre-Ducrocq, 1890, VI-958-XI p.

427 Quelques tirés à part font mention d’une section française.

428 XXXII Congreso eucarístico internacional Buenos Aires 10-14 de octubre de 1934, Buenos Aires, Publicado por el Comité ejecutivo, 2 vol, 1935, 529 et 710 p. (t. 1 : Comisión de honor. Prólogo. Preparación del congreso. Las ceremonias del congreso. Al margen del congreso. Trabajo de las secciones ; t. 2 : Secciones argentinas. Secciones extranjeras. Secciones orientales).

429 Dans le même temps paraissent, de 1910 à 1913, chez l’éditeur Lethielleux, cinq volumes récapitulatifs d’actes des congrès sous le titre de Discours eucharistiques.

430 Cinq cartes postales éditées par Paul Vignon, photographe à Amplepuis, passées en vente en 2005 sur internet.

431 Sa perspective est avant tout commerciale. En 1911, il entre en conflit avec le clergé de Montréal qui veut lui interdire la présentation de films le dimanche. La Cour suprême accorde toutefois raison à l’entrepreneur des nouveaux spectacles (L’Encyclopédie du Canada, Montréal, Stanké, 2000, p. 1782).

432 Éditions Gaumont, 2004.

433 La filmographie française est mal répertoriée. Voir aussi, aux Archives départementales de la Loire atlantique : « Visite de de Gaulle à Nantes – congrès eucharistique à Nantes en 1947 » (n° d’inventaire 553 FN 0003), format 9,5 mm, noir et blanc, muet, durée 14 minutes, réalisé en 1947 et 1948 par Ed. Dupont. Il s’agit d’une réalisation d’amateur constituée de deux sujets mis bout à bout sur la même bobine. Le congrès eucharistique est illustré par de grandes processions sur le Cours des 50 Otages en présence de Mgr Villepelet, les décorations de l’avenue Carnot, ainsi que les messes au Champ de Mars où l’on voit le palais, détruit par la suite. (http://culture.cg44.fr/Archives/fonds/cinematheque/cineextvis.html).

434 Hugh McLeod et al., Histoire religieuse de la Grande-Bretagne, Paris, Cerf, 1997 p. 135-136. Cette photographie de l’exposition de l’ostensoir sur la tour de la cathédrale de Westminster sera utilisée pendant la guerre pour montrer combien la Grande-Bretagne était une nation catholique !

435 Mgr Bourne, « Le discours de Notre-Dame au Congrès eucharistique de 1910 », in Hommage à Bourassa, Montréal, Le Devoir, 1952, p. 104-107. À la même époque, il indiquait que la question irlandaise devait trouver sa solution dans le cadre du Commonwealth. Les Irlandais en 1932, lors du congrès eucharistique de Dublin, accueillirent avec transport le vieil archevêque.

436 Ibid., p. 108-114.

437 La publication de l’intervention de Bourne en 1911 a suscité une vive réplique de Raphaël Gervais, proche de Bourassa, dans Les Cloches de Saint-Boniface, le 15 septembre 1911. Ce texte fut reproduit par Arthur Savaète dans Voix canadiennes. Vers l’Abîme, t. 12 Mgr Adélard Langevin. Sa vie, ses contrariétés, ses œuvres, Paris, Librairie générale catholique, s. d., p. 396-403.

438 Pierre Gerlier est alors président de l’ACJF (1909-1913). Il sera ordonné prêtre en 1921.

439 Participation des archevêques français : NN. SS. les archevêques d’Albi ; Auch ; Besançon ; Bourges ; Chambéry ; Methymne (titulaire), coadjuteur de Cambrai ; Paris ; Rennes ; Toulouse – Participation des évêques français : NN. SS. les évêques d’Agen ; Amiens ; Angers ; Angoulême ; Arras ; Autun ; Bayeux ; Belley ; Cahors ; Carcassonne ; Châlons ; Chartres ; Clermont ; Évreux ; Fréjus et Toulon ; Grenoble ; Hiéropolis (titulaire), auxiliaire de Lyon ; Laval ; Le Mans ; Limoges ; Luçon ; Montauban ; Moulins ; Nantes ; Nice ; Nîmes ; Orléans ; Poitiers ; Quimper et Léon ; Rodez ; Saint-Brieuc et Tréguier ; Saint-Claude ; Saint-Dié ; Saint-Flour ; Soissons ; Tarbes ; Troyes ; Valence ; Vannes ; Verdun ; Versailles (selon la notice bibliographique de l’ancienne Bibliothèque de Chantilly, maintenant à la Bibliothèque municipale de Lyon).

440 Voir Les Congrès eucharistiques. Bulletin du Comité international, qui commence en décembre 1907.

441 Lieux réactivés et confortés par Rome qui, à partir de 1850, reprend le couronnement des vierges des pèlerinages et permet ainsi, en un demi-siècle, la reconnaissance d’une petite centaine de sanctuaires, dont certains sont nouveaux, comme Lourdes.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search