Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Les congrès mariaux bretons (1904-1933)

Frédéric Le Moigne

Texte intégral

  • 175 Chanoine Le Garrec, Cinquième Congrès marial breton tenu à Nantes en l’honneur de l’Assomption de l (...)

1Sans être à l’origine des congrès marials en France, réservée à Lyon en 1900, ni d’ailleurs connaître la fréquence du Nord dans un cadre uniquement paroissial et diocésain, la Bretagne devint à partir de 1904 la région des grands congrès consacrés à la Vierge. La timidité des débuts ne cacha pas très longtemps l’ampleur d’un véritable projet que le lyrisme de ses concepteurs qualifia d’« épopée mariale175 ». L’existence de six congrès en trente ans, doublée pour chacun d’entre eux d’une publication soignée et ample des actes faisant œuvre encyclopédique, ainsi que les réseaux à la fois hiérarchiques et théologiques mobilisés réunissant une centaine de noms pourraient justifier l’expression. Si épopée il y eut, ce fut surtout par le croisement entre la géographie dévotionnelle de la province et la géographie théologique toujours renouvelée par le calendrier, le lieu, les intervenants et le thème d’étude choisi. Bretonisme et mariologie, voilà le granit et le schiste érodés de ces congrès sur lequel il nous faut avancer.

Le congrès fondateur de Josselin (1904)

  • 176 Claude Langlois, « Le temps de l’Immaculée Conception. Définition dogmatique (1854) et événement st (...)

2Le cycle des congrès marials bretons commença modestement à Josselin du 22 au 24 novembre 1904. L’enclavement – notamment ferroviaire – de cette petite cité morbihannaise du centre Bretagne, certes riche d’un long héritage marial à l’ombre de la basilique Notre-Dame du Roncier, pose avec acuité la question de son choix. Celui-ci a été fait par défaut en substitution du sanctuaire de Sainte-Anne d’Auray, indisponible durant le mois de novembre. Le congrès devait se tenir avant la fête de l’Immaculée Conception du 8 décembre, dont il se faisait fort de commenter le dogme, exactement cinquante ans après sa promulgation pontificale176. L’urgence caractérisait véritablement le projet, puisque celui-ci n’avait été décidé que durant l’été puis annoncé en octobre aux diocésains morbihannais. Josselin constituait toutefois un lieu de mobilisation locale sûr, comme le démontrait la vitalité de son « pardon des Aboyeuses » du 8 septembre.

  • 177 Michel Lagrée, dir., La Bretagne, Paris, Beauchesne, 1990, p. 59-60 et 256-257 (Dictionnaire du mon (...)
  • 178 Parmi leurs nombreux travaux peut être cité ici celui réalisé en commun : Sainte-Anne d’Auray, nouv (...)
  • 179 Les monographies des diocèses et des pèlerinages marials occupent 1184 des 1442 pages des actes de (...)
  • 180 Jean-Yves Guiomard, Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Rennes, Société d’histoir (...)
  • 181 Francis Le Squer, Les Espoirs, les efforts et les épreuves du mouvement breton catholique de 1891 à (...)
  • 182 Michel Lagrée, dir., op.cit., p. 25.

3La vacance du siège épiscopal de Vannes n’était certainement pas étrangère à l’improvisation constatée. Elle avait donné toute latitude aux deux figures organisatrices, Jérôme Buléon et Eugène Le Garrec177. Ces influents ecclésiastiques morbihannais personnifiaient, par leur identité marquée de prêtres érudits178 combinée à leur profonde spiritualité mariale bretonne, les deux orientations du congrès qu’il s’agit de présenter. En ouvrant le congrès – tâche qu’il conserva pour chaque assemblée avec le même style emphatique –, Le Garrec parlait de donner à la Bretagne l’histoire mariale qui lui manquait, avant même d’évoquer l’ambition théologique. Tout en notant que le congrès marial s’inscrit ainsi dans le prolongement de celui de Lyon, particulièrement riche en exposés érudits179, il convient de souligner que la place accordée à l’histoire, occupant tous les après-midi d’étude, impose également Josselin comme une nouvelle expression du bretonisme, hérité du XIXe siècle180, et très actif jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale181. La cité, résidence des Rohan, apparaît d’ailleurs au cœur d’une géographie historique dont on peut penser qu’elle compte pour beaucoup dans ce projet marial, puisque, outre sa position centrale, elle est située sur la limite linguistique entre pays breton et gallophone. D’ailleurs, les congressistes explorèrent les deux côtés de cette frontière en sortant à dos de bidet breton pour écouter le chanoine Abgrall, célèbre conférencier de Quimper182, in situ devant le calvaire de Guéhenno et le professeur rennais de Calan devant la colonne de Beaumanoir commémorant la bataille des Trente, épisode de la guerre de Succession et de Cent Ans. Le froid de novembre (il a neigé la veille de l’ouverture et le troisième jour du congrès) a certainement ramené les excursionnistes plus vite que prévu vers la salle du congrès. À quoi ressemblait donc cette dernière ?

  • 183 L’inscription existe également en breton.
  • 184 Premier Congrès marial breton tenu à Josselin en l’honneur de l’Immaculée Conception, Paris, Beauch (...)

« À l’entour s’étend une riche draperie blanche et bleue semée d’hermines qui porte l’inscription [emblème du congrès] empruntée au bienheureux de Montfort : “Dieu veut que sa mère soit à présent plus connue, plus aimée, plus honorée que jamais183.” [À l’intérieur] partout des écussons, des banderoles, drapeaux aux couleurs de la Bretagne et de la Vierge Marie. L’estrade a l’air d’un riche salon : lourdes tentures, arbustes, tables, fauteuils habilement disposés […], de chaque côté les statues de sainte Anne et de saint Joachim ; au fond l’Immaculée morbihannaise [du sculpteur vannetais] Carado ; et en avant sur un riche tapis, tout un petit musée d’objets d’art, statuettes, tableaux et gravures, miniatures, missels, livres d’heures, etc184. »

  • 185 Ibid., p. 20.

4Peu garnie le premier jour du lundi, la salle a davantage été fréquentée par la suite en accueillant des congressistes du Morbihan et du Finistère (les deux autres départements bretons étant très faiblement représentés). Elle n’a cependant été pleine que pour les séances nocturnes des conférences et des projections. Le congrès de Josselin se distingue en effet des sessions suivantes par l’ouverture populaire de ces séances d’étude que traduit en partie le compte-rendu final lorsqu’il soulignait la « présence de prêtres et laïcs intelligents, [de] directeurs des pèlerinages bretons, [de] bourgeois josselinais [et de] dames et paysannes pieuses185 ». La participation reste cependant bien imprécise. Seulement sait-on que les congressistes ont tous pu être accueillis dans la cité et l’on est réduit à citer les chiffres de la messe pontificale du 24 novembre réunissant dans la basilique mille cinq cents fidèles et cent quatre-vingts prêtres pour constater la relative modestie de l’événement.

5Si la piété mariale populaire donne sa couleur au congrès en ne le distinguant guère des pardons ou des missions, ni par son affluence ni par son déroulement, ce sont bien les séances théologiques matinales qui font son originalité et en constituent la charpente. Celles-ci furent placées sous la présidence du vicaire capitulaire de Vannes, le chanoine Dieulangard. Aucun évêque breton ne s’est en effet déplacé pour l’occasion. Le vieillissant métropolitain de Rennes, le cardinal Labouré, a parrainé de loin le congrès en se contentant de transmettre la lettre d’approbation romaine du cardinal Merry del Val. Il convient par contre de signaler sans attendre la présence du chanoine Adolphe Duparc, alors curé-archiprêtre de Lorient, qui célèbre la messe du congrès. Très lié à Buléon et Le Garrec, puisqu’il a enseigné avec eux au petit séminaire de Sainte-Anne d’Auray, celui qui devint Ordinaire de Quimper en 1908 peut être considéré comme le mentor du congrès marial breton. Il ne manqua en effet aucune de ses six sessions. Le nom du jésuite Jean Bainvel, doyen de la faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris, encadre tout autant ces congrès, puisque, présent à toutes les séances, il prononça à vingt ans d’écart le premier et le dernier exposé théologique strictement marial. À Josselin, il était accompagné de deux de ses professeurs, ce qui réduisit l’apport breton seulement représenté par le chanoine Robillard du diocèse de Saint-Brieuc, ainsi que celui de la faculté de théologie d’Angers.

  • 186 Compte rendu du Congrès marial tenu du 18 au 21 août 1903 à Fribourg en Suisse, Blois, Migault, 190 (...)

6Les quatre exposés de théologie mariale présentés constituent la base la plus faible des congrès bretons. Par nécessité autant que par choix, le jubilé du dogme de l’Immaculée Conception avait fixé l’horizon de travail de la même façon qu’au congrès contemporain de Rome. La distinction était donc nette avec les congrès de Lyon et Fribourg qui embrassaient davantage de sujets mariaux au risque d’ailleurs, comme ce fut le cas dans la capitale des Gaules, de susciter des réserves sur les exposés concernant l’Assomption. En pleine crise moderniste, la modestie bretonne, gage d’orthodoxie d’autant qu’il s’agissait de commenter un dogme établi, semblait cependant pesée pour permettre les développements futurs du congrès régional. Moins d’un an plus tard, la publication des actes par les éditions Beauchesne, que Bainvel avait dû négocier, convainc cependant que la matière était suffisante, d’autant que deux intervenants furent écartés au motif qu’ils n’étaient pas bretons. Ce lourd octavo de six cents pages, qui convenait à l’austérité des bibliothèques de séminaires, avait été composé avec autorité et célérité par Buléon, habitué de l’édition. En devenant la vitrine et le monument du congrès, l’ouvrage constituait la meilleure assurance pour la pérennité de l’entreprise. L’édition du congrès donnait à Josselin le lustre de Lyon et de Fribourg186 auquel son déroulement ne pouvait prétendre.

7Il reste à s’arrêter sur les vœux de Josselin établis par Buléon. Fort nombreux, tout en restant en-deçà de la quinzaine de vœux lyonnais, certains, tels ceux sur la diffusion du scapulaire bleu et de la médaille miraculeuse ou du pèlerinage à Lourdes, paraissent conclure un congrès d’œuvre mariale. Dans le même sens, l’absence de référence au congrès marial de Rome dont la journée d’ouverture, le jeudi 24 novembre, correspond exactement à l’énoncé des vœux n’est pas sans surprendre. L’empreinte celte est affirmée avec le salut au Pays de Galles et aux Oblats de Marie Immaculée en exil, ainsi qu’avec la volonté de diffusion des prénoms Anne et Joachim dans la région. En ces temps de néo-thomisme, le nom du philosophe médiéval Duns Scot apparaît comme au congrès de Lyon pour sa défense de l’Immaculée Conception. On signalera l’attention portée à la recherche de l’inscription mariale dans la liturgie (l’office de Notre-Dame de Lourdes notamment) qui fixe l’un des intérêts du congrès. Enfin, la perspective d’un tro breiz des congrès marials dans les grands sanctuaires est très clairement exposée avec son aboutissement final à Sainte-Anne d’Auray. Dans chaque diocèse, Buléon préconise la constitution d’un comité d’initiative fixé à deux membres. La tempête de la Séparation a cependant repoussé à 1908 la réunion suivante de Rennes, rendant irréalistes les prétentions du chanoine vannetais aspirant à un rythme annuel. Le temps a cependant fortifié l’œuvre du congrès marial breton. C’est ce qu’il s’agit de montrer.

Le congrès mobilisateur de Rennes (1908)

  • 187 Cela se constate notamment dans la devise de Mgr Dubourg : Per Matrem ad cor Filii.

8L’investissement a été en premier lieu hiérarchique, avec la présence de pas moins de treize évêques. Par comparaison avec celui de Josselin, le congrès rennais puise ainsi une légitimité nouvelle, liée au renouvellement de l’épiscopat breton (Dubourg, Duparc, Gouraud) à la sensibilité mariale187. Le rôle du métropolitain, Mgr Dubourg, dont la vocation sacerdotale est née de la piété mariale de sa mère bretonne de Loguivy-Plougras, a été prépondérant, car il parvint à faire combiner identités intellectuelle et festive du congrès. Malgré un emploi du temps chargé lié précisément à l’originalité d’un double couronnement dans les églises rennaises de Saint-Aubin et de Saint-Sauveur, il mit un point d’honneur à présider, durant deux jours, toutes les séances d’étude, non sans apprécier d’ailleurs cet exercice de présentation des orateurs. Duparc, dont c’est la première sortie hors de son nouveau diocèse de Quimper, Gouraud de Vannes et Rouard de Nantes l’assistèrent lors de la séance de clôture. L’autorité hiérarchique ne s’immisça pas directement dans le débat et sa parole resta toujours éloignée de celle des théologiens dans les actes des congrès bretons, contrairement à l’exemple lyonnais.

  • 188 Dubourg invitait ses ouailles à venir nombreux assister au défilé, car « elle ne reverra peut-être (...)
  • 189 Le Garrec, op. cit., p. 23.
  • 190 Dans sa lettre pastorale de carême annonçant le congrès, Dubourg avait souhaité la présence de prêt (...)
  • 191 « Le Mystère de l’Incarnation d’après le Bhâgavatà Purâna », op. cit., p. 243-256.

9Ce congrès, organisé par l’abbé Barbot assisté de son confrère Montgermont, a été investi de forts enjeux de mobilisation. Il s’agissait en premier lieu pour l’Église de prouver sa capacité de démonstration dans l’espace urbain de la capitale bretonne, après l’exclusion de la Séparation. Elle atteint ses objectifs grâce à une municipalité alliée (le maire Pinault, accompagné de son conseil municipal, participa au défilé du double couronnement) et à l’affluence populaire que les organisateurs évaluèrent, lors de la journée de clôture du 25 mars, à cinquante mille personnes188. De fait, ce congrès a été présenté, notamment par la carte postale, comme la réparation solennelle de la Bretagne après l’« attentat189 » de 1903, à savoir l’inauguration de la statue de Renan par Combes. La figure du « renégat de Tréguier » fut tout aussi présente dans la salle de l’ancienne Œuvre militaire, lieu de fiévreuses séances d’étude devant un public de dames et de prêtres190 interrompant parfois les exposés par des applaudissements. En effet, le calendrier des fêtes a imposé comme thème de travail l’Annonciation et surtout la maternité divine de Marie, permettant ainsi aux théologiens de faire feu de tout bois contre l’historicisme de Renan. C’est en fait une vaste fresque théologique contre l’erreur humaine qui est esquissée, durant deux jours, allant de la condamnation de l’arianisme et du nestorianisme à celle du libéralisme protestant et du relativisme moderniste, avec une insistance marquée contre Loisy. Cette litanie négative englobait même le bouddhisme, grâce à la lecture d’un professeur de sanscrit de l’Université catholique de Fribourg, Roussel191, au risque d’éveiller les réticences du supérieur du grand séminaire de Rennes, J.-M. Michel, chargé du rapport final, et qui se demandait si ce n’était pas leur faire trop d’honneur que de discuter les « caricatures » des « plagiaires » orientaux.

  • 192 De même Le Doré, supérieur des eudistes, intervint lors de l’après-midi de la première journée d’ét (...)
  • 193 Jean-Dominique Durand, Patrick Cabanel, éd., Le Grand Exil des congrégations religieuses françaises (...)

10Rennes a été définie, dans cette perspective de combat, comme un « congrès nettement théologique ». Sans pouvoir discuter ici de la pertinence des réponses apportées, on peut penser que cette riposte, restée dans le fond bien conventionnelle en pleine crise moderniste, démontrait pour le moins une revitalisation des réseaux théologiques de l’Ouest, après la tempête du début du siècle. Deux bénédictins, expulsés et réfugiés en Belgique et en Angleterre, sont ainsi mis à l’honneur192. Une des fonctions non négligeables des congrès marials fut, dès lors, de servir de vitrine à la diaspora religieuse bretonne et de maintenir la vitalité des réseaux distendus193. L’équilibre des intervenants a été soigneusement pesé, offrant un tableau de divers acteurs de la recherche savante autour de l’université de Fribourg (trois intervenants), du grand séminaire de Rennes (deux intervenants) et, à un degré moindre, de l’Institut catholique de Paris (toujours représenté par Bainvel, mais sans autre professeur) et du Séminaire français de Rome (le spiritain Compès, originaire du Finistère). À cette liste s’ajoutent la contribution écrite des Pères blancs de Sainte-Anne de Jérusalem et le long exposé d’apologétique du chanoine Gille, ancien supérieur général des Prêtres de l’Immaculée Conception de Saint-Méen sur la défense du dogme de la maternité divine contre les erreurs contemporaines (cinquante pages). L’Annonciation a été en outre commentée par un dominicain (de Poulpiquet) et par quatre membres du clergé diocésain, dont il faut détacher le nom de Raoul Harscouët, alors maître des cérémonies à la cathédrale de Saint-Brieuc et que l’on retrouvera plus avant. Le chanoine Abgrall compléta sa traditionnelle conférence érudite sur les monuments du Finistère par un exposé sur la maternité divine dans les textes liturgiques.

  • 194 Il était en fait prévu un second volume réunissant pour le public rennais les monographies historiq (...)

11L’histoire mariale a pâti de cet investissement théologique, exégétique et liturgique. Dans les actes du congrès, octavo de six cent dix-sept pages riche en enluminures et publié dès l’automne 1908, les conférences érudites de l’après-midi n’apparaissent en effet que dans la partie supplément, et encore réduites au résumé du professeur d’histoire ecclésiastique du grand séminaire de Rennes194. La documentation liturgique a été clairement favorisée dans ces appendices. Enfin, l’exposition mariale a été quelque peu négligée, comme le prouve la mise en avant des seules curiosités, comme une sculpture ayant appartenu à Rabelais. Le congrès rennais s’est terminé sans vœux écrits, même si référence a été clairement faite par le rapporteur aux grands congrès marials passés (Lyon, Fribourg, Rome) et à celui, contemporain, de Saragosse. Les organisateurs comptaient sur Mgr Bauron, directeur lyonnais de La Revue mariale et invité en Bretagne, pour faire la publicité leur congrès.

Guingamp (1910) et Le Folgoët (1913), deux congrès en Basse-Bretagne

  • 195 Le compte rendu du congrès s’arrête longuement sur le banquet et les toasts. Il s’agit certainement (...)
  • 196 Outre les trois autres évêques bretons, l’évêque de Saint Brieuc, Morelle, d’origine picarde, a inv (...)

12La petite cité de Guingamp avait été choisie dès le congrès de Rennes pour accueillir la séquence mariale suivante. Ce choix n’avait cependant alors pas été rendu public. La prudence était en effet de mise, puisque les événements de la Séparation venaient de retarder les fêtes locales liées à la béatification de Charles de Blois en décembre 1904 et au cinquantième anniversaire du couronnement de Notre-Dame de Bon-Secours en 1907. Les Bleus de la municipalité ayant toléré ces manifestations pour 1910 rendirent possible le congrès marial. Cela permit à l’opposition conservatrice (les sénateurs Ollivier et de Cuverville) d’occuper le terrain public195, en particulier lors de la bénédiction finale du 8 septembre sur la principale place de la ville aux côtés de douze évêques196, six cents prêtres et quarante mille fidèles. Le soutien de Mgr Dubourg, originaire de l’ouest des Côtes-du-Nord et qui s’exprima d’ailleurs en langue bretonne devant les fidèles du congrès, a particulièrement compté dans le choix guingampais. D’un passé comparable à celui de Notre-Dame du Roncier à Josselin, la basilique de l’Argoat possédait une ouverture plus grande grâce au réseau ferroviaire et au soutien particulier des évêques briochins depuis le XIXe siècle. À l’intérieur du département, un sanctuaire marial tel que celui de Rostrenen ne faisait pas le poids, tandis que celui de Querrien, près de Loudéac, lieu d’apparition de la Vierge, n’a absolument pas été évoqué.

  • 197 Michel Lagrée, dir., op.cit., p. 192-193.
  • 198 Dont celle du père Georgelin, alors professeur à Washington, sur le Magnificat.

13Le thème du congrès ne portait pas cette fois-ci sur le dogme, mais sur la question de la corédemption de Marie, associée au mystère de la Visitation, sous le vocable duquel était placée la basilique guingampaise. Quant au sujet de la corédemption, qui a occupé le premier après-midi d’étude dans la salle de l’ancien couvent des Cordeliers, il a véritablement été choisi par le grand séminaire de Saint-Brieuc et en particulier par l’un de ses directeurs, Florent du Bois de La Villerabel. Le personnage, alors vicaire général avant d’accéder à l’épiscopat dans les années 1920, a été élève de Billot au Séminaire français de Rome jusqu’au doctorat de théologie dont le sujet rejoignait le thème d’étude du congrès. C’est lui qui présida la séance sur la corédemption, non sans intervenir d’ailleurs pour commenter les exposés strictement limités à une dizaine de minutes. Il fit également lire par un de ses confrères le travail qu’il avait préparé pour les actes et mit à contribution une figure savante du grand séminaire, l’abbé Hervé197, sur le thème. Le réseau mariste, lié à Saint-Brieuc, compléta celui du séminaire diocésain, avec trois interventions198 dont il faut retenir celle du père Paul Belon. Cet ancien directeur du grand séminaire d’Agen, d’origine guingampaise, alors établi à Paris et qui, au labeur théologique dans les cercles néo-thomistes, ajoutait des talents de poète démontrés d’ailleurs lors de ce congrès pour remplacer le barde, offrit un très long exposé sur la Vierge Prêtre (ce fut la plus grande contribution écrite des congrès avec soixante-dix pages). Par prudence, la reconnaissance de ce titre ne figura pas dans les vœux. Enfin, l’exposé d’un prêtre enseignant de La Seyne-sur-Mer convainc des fortes ramifications nationales du réseau marial breton.

  • 199 Michel Lagrée, dir., op.cit., p. 172.
  • 200 Yvon Tranvouez, « Le récit de pèlerinage d’un vicaire bas-breton en 1908 », dans Langues de l’Histo (...)

14La Visitation et le Magnificat, thèmes plus classiques qui occupèrent le second après-midi, mobilisèrent essentiellement des clercs de l’Ouest. Outre l’inévitable Abgrall, habitué désormais à compléter ses exposés d’érudition bretonne en abordant le sujet du congrès du point de vue de l’art et de la piété populaire, il faut citer le bibliste d’origine rennaise Léon Gry199, professeur à la faculté de théologie d’Angers, dont c’est la seconde intervention, ainsi que l’abbé Tréhiou, professeur d’Écriture sainte au grand séminaire de Saint-Brieuc que l’on retrouvera plus tard évêque de Vannes. L’exposé, plus honorifique qu’instructif, de l’organisateur du congrès, l’abbé Lecerf, sur saint Joseph n’a pas été publié. Les actes des congrès marials ont toujours fait disparaître quelques orateurs… Un franciscain originaire de Saint-Brieuc, le père Norbert, se chargea ensuite de présenter la topographie sacrée de la Visitation, terrain peut-être aussi connu de ses pieux auditeurs200 que la géographie mariale de l’ouest des Côtes-du-Nord qui fut explorée, grâce à ses recteurs érudits (ceux de Plouisy et de Callac), épaulés pour l’architecture par le chanoine Abgrall. L’un des promoteurs du congrès, l’abbé Coadic, déjà présent à Rennes, fournit à lui seul quatre exposés. Une petite intrusion est tentée enfin vers le Pays de Galles, lieu de résidence forcé d’un bénédictin et centre d’intérêt traditionnel du celtisme breton.

15L’histoire mariale a bien regagné le terrain perdu dans les actes de Rennes. Dans le même sens, l’exposition a été la plus soignée de tous les congrès. Le compte rendu guingampais est le seul à présenter un inventaire détaillé des objets marials (statues et images de la Vierge, bannières, tapisseries, parchemins et manuscrits, médailles et sceaux liés à Charles de Blois). Les exposants étaient au nombre de deux cent soixante et l’abbé Coadic, « commissaire » de l’exposition, exprima publiquement son regret de n’avoir pu mieux maîtriser les prêts, souvent apportés à la dernière minute par les congressistes. Parmi eux, certains orateurs (de La Villerabel et Norbert), plusieurs prêtres et notables des Côtes-du-Nord et du Nord-Finistère (Morlaix en particulier, Saint-Renan). Quelques exposants de Rennes et du Morbihan sont signalés, ainsi que des apports du Mans et d’un ecclésiastique parisien (l’abbé Corbière) dont on sait qu’il n’était pas le seul congressiste venant de la capitale. L’exposition s’est voulue rigoureuse et n’a pas cherché le pittoresque, si ce n’est dans son identité nettement contrerévolutionnaire, qui correspondait bien à l’esprit de fêtes médiévales liées à la béatification de Charles de Blois. Outre la célébration ducale, une étoffe du manteau de sacre de Louis XVI était ainsi exposée.

  • 201 La séance d’ouverture est présidée par Morelle, assisté de Duparc, de Courmont et des sénateurs Oll (...)
  • 202 M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 322-328.

16Les vœux du congrès ne furent pas formulés par la hiérarchie. Il ne faut pas y voir le signe d’un désengagement, puisque les évêques n’ont jamais tant présidé les séances d’étude201. Tandis que l’abbé Coadic avait formulé, en son nom personnel et jouant de l’ambiguïté du statut de Sainte-Anne d’Auray, le vœu que Guingamp obtienne le titre de pèlerinage national de la Bretagne à la Vierge, seuls les souhaits de l’amiral de Cuverville, sénateur du Finistère, mais établi dans les Côtes-du-Nord, ont été retenus, dans une perspective de défense catholique masculine. Sans être toutefois signés par la hiérarchie, ceux-ci demandaient que chaque nouvel électeur, ainsi que chaque conscrit, lors de sa retraite de préparation dont la fréquentation était très forte en Bretagne202, prononce un acte d’hommage au Sacré-Cœur et à la Vierge. Enfin, pour la première fois, le lieu du congrès suivant fut annoncé par Mgr Morelle. Il s’agissait logiquement du sanctuaire léonard du Folgoët. Aucune date n’était toutefois donnée.

  • 203 Les fêtes ont réuni soixante-dix mille fidèles selon les organisateurs. Les évêques, au nombre de s (...)
  • 204 Marie-Thérèse Cloître, « Les hauts lieux mariaux finistériens », dans Bruno Béthouart et Alain Lott (...)
  • 205 Parfois qualifié de « bénédictin en soutane », Abgrall, à la fois archéologue et architecte, était (...)
  • 206 Quatrième Congrès marial breton tenu au Folgoët en l’honneur de Marie mère de grâce 4, 5 et 6 septe (...)
  • 207 « Le Congrès marial breton 1904-1924 », Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 25 octobre 1924, n (...)

17Le congrès se déroula en fait trois ans plus tard, dans la même temporalité du début septembre propice à la mobilisation la plus large203 dans le cadre du jubilé d’un couronnement. Avec plus de dix ans d’âge, le congrès marial, désormais bien installé, n’avait pas choisi un terrain d’élection très risqué au Folgoët204. Le thème fort classique de « Marie, Mère de Grâce » a certainement été voulu par Mgr Duparc, très impliqué dans ce projet, pour que ses prêtres bénéficient des séances d’étude de Lesneven. Le clergé léonard a fortement répondu présent et l’on peut penser que le congrès finistérien a été celui qui a vu le moins de laïcs dans la salle. Cette implication sacerdotale se mesure particulièrement lors des séances de l’après-midi. Les rapports historiques orientés par le chanoine Abgrall et par l’archiviste de l’évêché, le chanoine Peyron, ont en effet cité de nombreux recteurs, tant du Léon que de Cornouaille, ayant participé à l’enquête sur les chapelles et statues dédiées à la Vierge, donnant une nomenclature très précise du diocèse205. Quatre prêtres (trois recteurs et un vicaire) sont par ailleurs intervenus directement lors du congrès sur les statues couronnées, ainsi qu’un bénédictin morbihannais, réfugié à Farnborough en Angleterre, sur l’histoire médiévale du Folgoët. Les études historiques, qui ont insisté par ailleurs comme à Guingamp sur les confréries mariales occupent, logiquement, près de deux cents pages sur quatre cent quatre-vingts des actes du congrès. Le dernier des trois vœux formulés par Duparc au Folgoët visait d’ailleurs à encourager « dans chaque paroisse des recherches sur les traditions, les usages et les documents relatifs au culte de la Sainte Vierge206 ». Ce travail devait servir notamment de base à de « petits congrès interparoissiaux ou régionaux » – et c’est le deuxième vœu – où prêtres et laïcs pourraient « étudier […] les meilleurs moyens de raviver les pratiques les plus importantes et les mieux adaptées aux habitudes locales ». Ce souhait ayant été reformulé par la suite207, on peut penser qu’il n’a guère été appliqué. En tout état de cause, les conclusions très pratiques du congrès le distinguent de ses deux devanciers restés sans vœux aussi clairement rédigés. Le parallèle avec le premier congrès de Josselin est donc très net. Il faut y voir la marque de Buléon, éloigné de l’organisation de Rennes et absent physiquement du congrès des Côtes-du-Nord pour cause de représentation de son évêque au congrès eucharistique universel de Montréal, et qui retrouve grâce à Duparc la haute main sur l’organisation de l’événement. Le chanoine reçoit en effet pour la première fois le titre de secrétaire général du Congrès marial breton.

  • 208 Michel Lagrée, op.cit., p. 334-335.
  • 209 Il devint évêque auxiliaire de Vannes en 1925, puis évêque de Bayeux en 1931.

18La question théologique du congrès sur « Marie, Mère de grâce » fit l’objet d’un vœu très clair visant à faire reconnaître le titre comme dogme de foi. C’était reprendre la revendication déjà exprimée à Fribourg en 1902. L’identité de ses promoteurs renseigne sur les réseaux d’influence. L’héritage des missions intérieures, celles de Maunoir et Le Nobletz, étant particulièrement entretenu par la hiérarchie diocésaine, il est logique de rencontrer pour la première fois dans les congrès un montfortain de Saint-Laurent-sur-Sèvre. Le père Texier, originaire d’Ille-et-Vilaine et directeur de la Revue des prêtres de Marie, fut en effet mis à l’honneur en ouvrant les séances d’étude et en rédigeant l’introduction des actes. Ce fut ensuite au tour des professeurs bretons du Séminaire français de Rome d’être sollicités, à savoir les spiritains Compès, déjà présent à Rennes, et Le Rohellec, d’origine morbihannaise. La matière biblique sur le sujet a favorisé les professeurs d’Écriture sainte des séminaires diocésains (Anger et Tanguy de Rennes, Pérennès208 de Quimper, Chapron de Nantes, Picaud209 de Vannes), sans que celui de Saint-Brieuc fût représenté, comme s’il s’agissait de rétablir l’équilibre après le congrès précédent. Leur maître dans l’Ouest, Léon Gry, les accompagnait avec un exposé sur la « Mère de Jésus aux noces de Cana », ainsi que le toujours présent Bainvel sur le « Fiat de la Vierge dans l’Annonciation », resté sans traduction écrite.

19Le dernier axe d’étude concernait la prière et la liturgie. Le bénédictin dom Cozien, moine de Solesmes, envoya de son lieu d’exil de Quarr Abbey (île de Wight) une note rapide sur le sujet à Duparc. Sur les terres de Salaün le fol, on ne pouvait manquer de commenter l’Ave Maria. Cela permit une des rares incursions du congrès sur le terrain du breton avec les étapes de la fixation de l’Ave Maria dans les quatre dialectes durant l’époque moderne par le jésuite Bourdoulous. L’esprit de ce congrès était bien révélé par le jésuite Joseph de Tonquédec, rédacteur parisien des Études, d’origine finistérienne, lorsqu’il plaidait la cause de la « théologie populaire » pour mieux souligner, devant les prêtres auxquels il s’adressait, l’importance de l’intercession de la Vierge. Pris d’ivresse romantique, en ce lieu d’intense piété mariale, Le Folgoët donna au long poème (trente-six pages) du Père Belon le titre de « bouquet théologique du congrès ». Ce nivellement de la science théologique au profit de la sensibilité mariale a été traduit dès la séance d’ouverture par le chanoine Le Garrec, très séduit par la personnalité de Belon avec lequel il entretenait une correspondance. On y retrouve d’ailleurs des intonations communes à la défense de la langue bretonne :

  • 210 Quatrième congrès marial…, op.cit., p. 3.

« Si nous comptions parmi nous quelqu’un qui serait à la fois, chose très rare, poète et théologien, […] pourquoi ne viendrait-il pas, en fin de nos séances d’études, et pour en rasséréner l’atmosphère alourdie, nous parler, nous chanter dans une langue que l’on continue avec raison d’appeler divine, et qui, en faisant oublier les mots pesants que nous employons dans nos Congrès de la terre, nous aidera à pressentir la langue immortelle que les élus parlent au Congrès du Paradis210. »

Le congrès théologique de Nantes (1924)

20Plus concrètement, le chanoine Buléon avait annoncé la tenue d’un prochain congrès marial en Loire-Inférieure, soit à Nantes soit à Guérande. De même que la Première Guerre mondiale retarda la publication des actes du Folgoët à 1915, de même fit-elle repousser le congrès suivant jusqu’en 1924, pour mieux célébrer vingt ans d’assemblées mariales. Le choix nantais isolait cependant ce congrès des précédents. Dans son discours d’ouverture, Le Garrec avait beau souligner le symbole de l’évolution de l’œuvre mariale depuis le petit bourg de Josselin jusqu’à la métropole nantaise, le choix de Guérande eût certainement mieux convenu pour marquer la continuité.

  • 211 Seul restait l’apparat particulièrement affirmé lors du discours de l’évêque de Nantes, Mgr Le Fer (...)

21De fait, le congrès nantais, sans aucune référence d’ailleurs à la Grande Guerre, abandonna la matière bretonne211. Pour la première fois, Abgrall était en effet absent, de même que toutes les conférences historiques. Comment expliquer ce choix de la Bretagne nantaise peu associée aux congrès précédents ? Si c’est l’évêque ligérien Mgr Rouard, disparu en 1914, qui avait invité les congressistes, on peut penser que l’évêque de Vannes, Mgr Gouraud, ancien professeur des Enfants nantais, a davantage servi de médiateur, même si des ennuis de santé l’ont empêché de se déplacer à Nantes. La figure de Grignion de Montfort, « Breton d’origine et Vendéen d’adoption », se substitua logiquement à lui dans le discours d’ouverture de Le Garrec. À quelques mois d’un congrès eucharistique national à Rennes dont on remarquera le retard régional par rapport à l’entreprise mariale, le congrès nantais organisé par le chanoine Ménard, directeur des œuvres du diocèse qui prêchait souvent à Vannes, fut dépourvu de fêtes à Marie. La population fut seulement conviée à la cathédrale et dans quelques églises pour écouter les prédications épiscopales et les concerts de musique sacrée.

  • 212 Celui-ci, directeur de la revue L’Assomption de la Sainte Vierge, distinguait la qualité du travail (...)
  • 213 Michel Lagrée, op.cit., p. 344.

22Le congrès tenait sa seule légitimité de la théologie et plus précisément de son thème d’étude qui ne pouvait manquer d’être étudié dans ce cycle marial très ordonné et qui avait été sciemment retardé : l’Assomption de la Vierge. Les travaux, cautionnés par les évêques de l’Ouest (Charost, premier cardinal à assister à un congrès marial breton, et Duparc), en avaient fait leur vœu, participant ainsi, et à la plus grande satisfaction du groupe de pression français mené notamment par l’abbé Broussolle212, à la campagne surtout espagnole pour son inscription au dogme. À Nantes, les oblats de Marie Immaculée constituèrent les intercesseurs privilégiés à travers deux exposés collectifs et anonymes, même s’il revint à Bainvel de présenter la définibilité de l’Assomption, après les rapports du supérieur eudiste du séminaire de la Sainte Famille et d’un professeur du séminaire de Quimper. L’appui scripturaire était fourni principalement par l’institut de théologie d’Angers, représenté par son recteur, Mgr Gry, et par l’abbé Plessis213. La présentation des apocryphes et l’archéologie établie par un père blanc de Sainte-Anne de Jérusalem, Cocaud, complétaient le tableau sur la mort de Marie. Enfin, les actes du congrès, publiés conjointement en 1925 par Beauchesne et les éditeurs des évêchés de Nantes (Jégo et Mas) et de Vannes (Lafolye), ne retinrent que les exposés sur l’Assomption pour ne pas briser l’unité théologique esquissée en cent soixante-treize pages. Le volume rompait ainsi avec l’épaisseur des précédents.

Sainte-Anne d’Auray (1933), dernier congrès marial breton

  • 214 Sixième et dernier congrès marial breton tenu à Sainte-Anne d’Auray en l’honneur de sainte Anne, mè (...)

23Sainte-Anne-d’Auray, « métropole de la piété bretonne », était censée accueillir une ultime démonstration populaire rassemblant, à la faveur d’une indulgence extraordinaire accordée par Pie XI, madones couronnées, bannières, clergé et pèlerins des cinq diocèses. La Semaine religieuse du diocèse de Vannes concluait d’ailleurs sa relation du congrès de Nantes en promettant cet événement pour la fin juillet 1925, au moment du grand pardon. L’ambition de Buléon et de Le Garrec, les deux historiographes du sanctuaire morbihannais, à moins qu’il ne faille invoquer le déclin de Mgr Gouraud, les péripéties de la lutte contre le Cartel des gauches ou les soucis liés à l’érection du mémorial de la Grande Guerre, en décidèrent autrement et retardèrent jusqu’en octobre 1933 la sixième et dernière station des congrès bretons. Consacré uniquement à la grand-mère du Christ selon le mode d’étude rencontré précédemment, le titre marial a donc été gardé214. Cette continuité ambiguë n’a peut-être pas été totalement assumée, comme en témoigne la date choisie, à un an seulement du trentenaire de Josselin. Toujours est-il que le long temps de maturation a donné au congrès une ampleur notable, grâce surtout à la correspondance publiée mettant en jeu les réseaux efficaces entretenus par Buléon, Le Garrec et le père Yves Géguen, omi. Tel père blanc de Jérusalem, tel franciscain, picpucien, cistercien, prêtre diocésain a été sollicité pour dresser le culte de sainte Anne en Orient, Rhénanie, Espagne, Canada, Ceylan, tandis que Mgr d’Herbigny a été mis à contribution sur la liturgie gréco-slave. Les trois organisateurs en firent de même pour la théologie en s’impliquant eux-mêmes fortement et en recherchant les compétences. De fait, malgré la participation d’un ancien congressiste, Le Quintrec du grand séminaire de Vannes, le renouvellement et la variété des contributeurs constatés lors des éditions passées sont de nouveau perceptibles. Oblats de Marie Immaculée, spiritain du séminaire français de Rome (Larnicol), sulpicien du séminaire lyonnais, jésuite de la faculté de théologie d’Angers, franciscains de l’Université de Saint-Antoine (Yougoslavie) et de celle de Nimègue en témoignent. Les organisateurs n’ont d’ailleurs pas hésité à republier deux articles du cardinal Lépicier, os, et du père Sertillanges, op, absents du congrès, pour le prestige de leurs actes. Le père Janvier, op, d’origine bretonne, ancien prédicateur du carême à Notre-Dame de Paris et conseiller théologique de la FNC, fut quant à lui bien présent et offrit sa caution personnelle à une entreprise qui ne pouvait cependant qu’être connexe par rapport à celle de la théologie mariale. En comparaison, le travail des bénédictins (Baron et Ménager) de Kergonan et de Solesmes sur sainte Anne dans l’art et la liturgie romaine avançait de manière plus directe.

24Le réseau épiscopal du congrès était tout aussi massif, grâce notamment à la présence des anciens de Saint-Brieuc : Tréhiou, évêque de Vannes, du Bois de La Villerabel, évêque d’Annecy, et surtout Harscouët, évêque de Chartres et président fondateur des Congrès marials nationaux, qui s’étaient déjà réunis par deux fois en 1927 et 1930. C’est néanmoins à Duparc que revint logiquement la présidence du congrès, tandis que l’archevêque de Rennes, Mignen, fit une apparition discrète. Si la disparition d’Abgrall et de quelques habitués du congrès breton laissait des places vides, on retrouve cependant certains noms rencontrés précédemment, comme celui de l’organisateur du congrès rennais, de Montgermont. Enfin, l’assistance très majoritairement morbihannaise qui devait se dédoubler entre Sainte-Anne d’Auray et Vannes, selon les lieux des séances d’étude, a pu se rendre à la traditionnelle exposition qui se tint durant une semaine entière près de la cathédrale du diocèse.

25La clôture officielle des congrès marials bretons ne saurait signifier la fin de ce cycle marial en Bretagne. Le sixième congrès marial national tenu à Rennes en juillet 1950 paraît en effet plus indiqué pour cela. L’amplification (symbolisée par le présence prestigieuse de Roncalli, Liénart, Feltin et de nombreux théologiens), l’affluence (environ cent cinquante mille personnes durant six jours), les innovations (la messe des enfants, le jeu théâtral d’Henri Brochet, le cantique du congrès) et l’identité nettement moins celtique ne doivent pas cacher les fortes continuités soulignées par Mgr Harscouët devant les quelques témoins des congrès passés (chanoine Anger en particulier). Après les années 1950, l’historien cherche en vain la postérité de cette expression mariale. Il ne manquera pas de souligner cependant que Pie XII a proclamé comme dogme de foi l’Assomption de Notre-Dame quelques mois après la fin du congrès rennais qui en avait fait son thème. À défaut de victoire plus directe et d’héritage durablement assumé dans la région, c’est certainement le trophée posthume des Le Garrec, Buléon et Duparc qui en avaient fait leur vœu vingt-six ans plus tôt. Lors du grand pardon de Sainte-Anne d’Auray du 26 juillet 1954 présidé par le cardinal Roques, la Bretagne fut de fait consacrée à Marie Immaculée.

Notes

175 Chanoine Le Garrec, Cinquième Congrès marial breton tenu à Nantes en l’honneur de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, Paris, Beauchesne, 1925, p. 8.

176 Claude Langlois, « Le temps de l’Immaculée Conception. Définition dogmatique (1854) et événement structurant », dans Bruno Béthouart, Alain Lottin, éd., La Dévotion mariale de l’an mil à nos jours, Arras, Artois Presses Université, 2004, p. 365-380.

177 Michel Lagrée, dir., La Bretagne, Paris, Beauchesne, 1990, p. 59-60 et 256-257 (Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 3).

178 Parmi leurs nombreux travaux peut être cité ici celui réalisé en commun : Sainte-Anne d’Auray, nouvelle histoire du pèlerinage, Vannes, Impr. Lafolye, 1912, 203 p.

179 Les monographies des diocèses et des pèlerinages marials occupent 1184 des 1442 pages des actes de Lyon, publiés en deux tomes en 1900 et 1901 par l’éditeur Vitte. À noter la participation dans cette véritable encyclopédie mariale du chanoine Abgrall sur la Bretagne.

180 Jean-Yves Guiomard, Le Bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987, 443 p.

181 Francis Le Squer, Les Espoirs, les efforts et les épreuves du mouvement breton catholique de 1891 à 1945, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, 579 p.

182 Michel Lagrée, dir., op.cit., p. 25.

183 L’inscription existe également en breton.

184 Premier Congrès marial breton tenu à Josselin en l’honneur de l’Immaculée Conception, Paris, Beauchesne, 1905, p. 19-20.

185 Ibid., p. 20.

186 Compte rendu du Congrès marial tenu du 18 au 21 août 1903 à Fribourg en Suisse, Blois, Migault, 1903, 2 tomes, 612 et 550 p.

187 Cela se constate notamment dans la devise de Mgr Dubourg : Per Matrem ad cor Filii.

188 Dubourg invitait ses ouailles à venir nombreux assister au défilé, car « elle ne reverra peut-être plus jamais » ce « spectacle religieux [du fait] de la persécution sectaire » (Deuxième Congrès marial breton tenu à Rennes en l’honneur de la Maternité divine et de l’Annonciation, Rennes, Imp. F. Simon, 1908, p. XIX).

189 Le Garrec, op. cit., p. 23.

190 Dans sa lettre pastorale de carême annonçant le congrès, Dubourg avait souhaité la présence de prêtres de la France entière. Sans savoir si ce vœu a été exaucé, on peut penser que les prêtres étrangers à la région présents ont été ceux qui ont accompagné leurs évêques (Laval, Angers, Coutances, Le Mans) pour les fêtes du couronnement.

191 « Le Mystère de l’Incarnation d’après le Bhâgavatà Purâna », op. cit., p. 243-256.

192 De même Le Doré, supérieur des eudistes, intervint lors de l’après-midi de la première journée d’étude.

193 Jean-Dominique Durand, Patrick Cabanel, éd., Le Grand Exil des congrégations religieuses françaises 1901-1904, Paris, Cerf, 2005, 489 p.

194 Il était en fait prévu un second volume réunissant pour le public rennais les monographies historiques. Celui-ci n’a pas été publié.

195 Le compte rendu du congrès s’arrête longuement sur le banquet et les toasts. Il s’agit certainement de concurrencer le banquet républicain du 24 octobre 1909, lors de la venue du ministre de l’Agriculture pour l’inauguration de l’hôpital.

196 Outre les trois autres évêques bretons, l’évêque de Saint Brieuc, Morelle, d’origine picarde, a invité son compatriote de Cormont, évêque de Martinique, ainsi que l’évêque de Blois pour la béatification de Charles. Guérard, de Coutances, d’origine guingampaise, est logiquement présent, ainsi que Chapon, évêque de Nice, né à Saint-Brieuc. Les Ordinaires de Laval et du Mans sont présents, ainsi que les évêques missionnaires bretons de Port-au-Prince et le spiritain Le Roy, d’Alinda au Gabon. Tous ont été hébergés chez des notables guingampais, alors que certains congressistes ont été contraints de trouver refuge en dehors de la ville et donc de prendre le train, en raison de l’affluence.

197 Michel Lagrée, dir., op.cit., p. 192-193.

198 Dont celle du père Georgelin, alors professeur à Washington, sur le Magnificat.

199 Michel Lagrée, dir., op.cit., p. 172.

200 Yvon Tranvouez, « Le récit de pèlerinage d’un vicaire bas-breton en 1908 », dans Langues de l’Histoire, langues de la Vie. Mélanges offerts à Fanch Roudaut, Brest, CRBC, 2005, p. 341.

201 La séance d’ouverture est présidée par Morelle, assisté de Duparc, de Courmont et des sénateurs Ollivier et de Cuverville ; la deuxième vit la présence de Dubourg, Kersuzan, Gouraud, Morelle, Mélisson.

202 M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne, Paris, Fayard, 1992, p. 322-328.

203 Les fêtes ont réuni soixante-dix mille fidèles selon les organisateurs. Les évêques, au nombre de six, dont Dubourg, qui s’exprima une nouvelle fois en breton, furent donc moins nombreux qu’à Rennes et Guingamp. Duparc était ainsi le seul évêque présent lors de la séance d’ouverture.

204 Marie-Thérèse Cloître, « Les hauts lieux mariaux finistériens », dans Bruno Béthouart et Alain Lottin, éd., op.cit., p. 221-232.

205 Parfois qualifié de « bénédictin en soutane », Abgrall, à la fois archéologue et architecte, était le correspondant finistérien pour l’inventaire des monuments historiques religieux.

206 Quatrième Congrès marial breton tenu au Folgoët en l’honneur de Marie mère de grâce 4, 5 et 6 septembre 1913, Quimper, A. de Kerangal, 1915, p. XVIII.

207 « Le Congrès marial breton 1904-1924 », Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 25 octobre 1924, n° 48, p. 695.

208 Michel Lagrée, op.cit., p. 334-335.

209 Il devint évêque auxiliaire de Vannes en 1925, puis évêque de Bayeux en 1931.

210 Quatrième congrès marial…, op.cit., p. 3.

211 Seul restait l’apparat particulièrement affirmé lors du discours de l’évêque de Nantes, Mgr Le Fer de La Motte, originaire de Saint-Servan, qui conclut son discours de clôture par un vibrant : « Restons donc catholiques, restons Bretons » (Cinquième Congrès…, op.cit., p. XV).

212 Celui-ci, directeur de la revue L’Assomption de la Sainte Vierge, distinguait la qualité du travail breton de celui effectué par le congrès lyonnais du début du siècle (n° 61, mai-juin 1926, p. 178).

213 Michel Lagrée, op.cit., p. 344.

214 Sixième et dernier congrès marial breton tenu à Sainte-Anne d’Auray en l’honneur de sainte Anne, mère de Marie, Vannes, Lafolye et Lamarzelle, 1934, 280 p.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search