Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Les congrès Jeanne d’Arc ou la vitrine d’un « féminisme » chrétien

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 123 Claude Langlois, « Féminisation du catholicisme », dans Jacques Le Goff, René Rémond, dir., Histoir (...)
  • 124 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 125 Paul Naudet, Pour la femme, Paris, Fontemoing, 1903 ; Max Turmann, Initiatives féminines, Paris, Le (...)
  • 126 Charles Sowerwine, Les Femmes et le socialisme, Paris, FNSP, 1978 ; Laurence Klejmann, Florence Roc (...)
  • 127 Sur ces trois congrès de 1900 : Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France (XIXe-XXe siècl (...)
  • 128 Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France (1848-1940), Paris, Albin Michel, 1997, p. 94-95.
  • 129 Florence Rochefort, « Féminisme et protestantisme au XIXe siècle. Premières rencontres (1830-1900)  (...)
  • 130 Paul Naudet, op. cit., p. 46-47 ; Max Turmann, op. cit., p. 12.

1Depuis les travaux de Claude Langlois et Ralph Gibson, l’historiographie française du catholicisme contemporain a mis en lumière, voici bientôt deux décennies, un long processus de féminisation qui remonte au moins aux temps révolutionnaires, sinon aux mutations profondes du catholicisme moderne au XVIIIe siècle123. Ce phénomène, qui a permis à l’Église de se doter d’une véritable « armée de réserve » dans le combat contre la modernité et la République, a également pu susciter une lecture en terme d’« émancipation » féminine, comme cela fut le cas pour le modèle congréganiste124. Plus hardies encore ont été certaines lectures proposées par des historiennes des femmes qui n’ont pas hésité à voir dans cette féminisation du catholicisme la traduction d’un possible « féminisme chrétien ». Sans aller jusque-là, il semble au moins évident que la question des femmes interroge beaucoup les élites intellectuelles et pastorales du catholicisme français à l’heure où la crise de laïcisation redouble d’intensité vers 1900. Les livres catholiques sur la femme et le féminisme se multiplient et deviennent des succès comme ceux de l’abbé démocrate Paul Naudet, du professeur Max Turmann et du dominicain Antonin Sertillanges125. Les tenants de la République savent en outre combien ils devront batailler contre les femmes en s’opposant à l’Église. Elles le paieront d’ailleurs par le refus masculin et républicain de leur donner l’accès au droit de vote. C’est dire aussi combien la républicanisation des femmes est devenue un enjeu pour les hommes des gouvernements de la République. En effet, il leur apparaît urgent de républicaniser le féminisme en le faisant sortir de la collusion originelle avec le socialisme et en lui inculquant les valeurs républicaines126. C’est justement l’œuvre entamée par Marguerite Durand et son journal La Fronde à partir de 1897. Trois ans plus tard, l’Exposition universelle de Paris fournit l’occasion, comme en 1889, de mettre en scène le féminisme sous trois composantes qui chacune se donne à voir par un congrès127. Le premier, d’inspiration socialiste, portant sur la condition et les droits des femmes, est présidé par Maria Pognon, une militante franc-maçonne et libre-penseuse128. Le deuxième est un congrès international des œuvres et institutions féminines, présidé à la fois par Sarah Monod et Léon Bourgeois, soulignant l’empreinte protestante et républicaine de ce féminisme qualifié de « bourgeois129 ». Le troisième enfin est un congrès des œuvres catholiques présidé conjointement par Mme de Bully, grand nom de la charité parisienne, et le cardinal Richard, archevêque de Paris. Initialement conçu comme un congrès sur les œuvres, il est rapidement devenu un congrès doctrinal évoquant le droit des femmes, invitant même à réfléchir sur la possibilité d’un « féminisme chrétien », distinct de ceux d’inspiration républicaine et anticléricale, socialiste et libre-penseuse130. Une telle orientation a surtout été portée par une femme encore assez méconnue dans l’histoire des femmes et du catholicisme, Marie Maugeret.

Marie Maugeret et la fondation de congrès « féministes chrétiens »

  • 131 Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale (XIXe(...)

2Fille d’un médecin sarthois, Marie Maugeret est installée dans la ville du Mans où elle s’adonne à l’écriture d’ouvrages littéraires et romanesques, tout en exerçant une activité d’imprimeur et d’éditeur. Montée à Paris vers 1885, elle fonde sa propre imprimerie et lance en 1896 un périodique féministe intitulé Le Féminisme Chrétien131. Il s’agit pour elle de « christianiser le féminisme », jusque-là élaboré dans un contexte anticlérical et libre-penseur. L’affaire Dreyfus la radicalise et la met en étroites relations avec les milieux du nationalisme. Elle met alors sur pied en 1898 une Union nationaliste des femmes françaises et se rapproche du groupe antimaçonnique qu’est l’Association patriotique des femmes françaises, animée par Françoise Dorive. Attachée à la cause du suffrage des femmes, Marie Maugeret poursuit son intuition de ne pas laisser le féminisme aux seuls milieux anticléricaux et libres-penseurs et va tenter de fédérer l’ensemble des initiatives féminines qui jaillissent au sein du catholicisme français de la Belle Époque. Il s’agit donc pour elle d’institutionnaliser un « féminisme chrétien » en recourant à la méthode des congrès.

  • 132 Menant le combat contre la Séparation et le modernisme, Mgr Pierre-Louis Péchenard devient évêque d (...)
  • 133 Sur la sociologie leplaysienne et ses méthodes, voir Antoine Savoye, « Studieuse bourgeoisie… Les c (...)

3En effet, la collaboration avec l’association de Françoise Dorive a conduit à la tenue d’un premier congrès d’études sociales à Paris en 1903 sous le patronage de Jeanne d’Arc, l’héroïne nationale qui fait désormais office de modèle pour les femmes catholiques. Il faut alors pérenniser cette première rencontre en arme de combat, à double tranchant, à la fois au service de la cause des femmes et au service de l’Église attaquée de toutes parts. Cette double vocation va alors contribuer à assurer un certain succès à l’œuvre des congrès que Marie Maugeret organise pendant plus d’une quinzaine d’années. Ce sont ainsi seize congrès annuels qui vont se succéder de 1904 à 1920, avec une seule interruption pour l’année 1918. Ils se tiendront généralement sur trois jours, vers la fin du mois de mai, et se dérouleront toujours au même endroit, c’est-à-dire dans les locaux de l’Institut catholique de Paris. L’accueil chaleureux et l’hospitalité que lui accorde le recteur, Mgr Pierre-Louis Péchenard, témoigne à la fois de la pertinence de la problématique féminine au sein du catholicisme français et du souci de scientificité que Marie Maugeret désire lui apporter132. Le recours à la méthode sociologique de l’enquête, sur le modèle leplaysien, et à celle des congrès qui mettent en scène une approche savante des questions féminines et féministes, illustre combien il est devenu nécessaire d’user de toutes les méthodes modernes de communication et de production du savoir pour penser durablement un féminisme chrétien133.

  • 134 Premier Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 24 au 26 mai 1904, Paris, s. e., 1904, p. 1. Sur ce premier co (...)
  • 135 Ibid, p. 2-3.
  • 136 Bruno Dumons, « Mobilisation politique et ligues féminines dans la France catholique du début du si (...)
  • 137 Marie-Emmanuelle Chessel, « Aux origines de la consommation engagée : la Ligue sociale d’acheteurs (...)
  • 138 Stéphanie Caillet, « L’action sociale et politique des catholiques nobles au début du XXe siècle : (...)
  • 139 Premier Congrès Jeanne d’Arc, op. cit., p. 217-220.

4Le premier congrès, qui se déroule du 24 au 26 mai 1904, prend immédiatement le nom de Congrès Jeanne d’Arc dans la lignée de la réunion initiatrice de 1903, et se fixe dans le cadre d’une approche sociologique et scientifique de « l’étude des questions sociales »134. Officiellement, rien n’est dit de l’objectif visant à pérenniser un féminisme chrétien. Il s’agit de se placer initialement sous la bannière de l’école du catholicisme social, davantage recevable par la hiérarchie et les élites catholiques. La bénédiction accordée par le pape vient conforter ce souci de légitimité de même que la reprise en exergue de la devise de Pie X, Instaurare omnia in Christo. Une messe accueille les trois cents congressistes et un discours du dominicain Antonin Sertillanges sur le rôle social de la femme ouvre les travaux. Le congrès est alors présidé par le recteur, Mgr Péchenard, et son secrétariat général assuré par Marie Maugeret, sa véritable cheville ouvrière. La présidence d’honneur a été confiée à Mgr Alphonse Foucault, « l’évêque du berceau », lui qui a en charge dans son diocèse de Saint-Dié le sanctuaire de Domrémy et qui sera amené à diriger le procès de canonisation de Jeanne d’Arc. Les travaux, qui se déroulent sur trois jours, permettent donc d’entendre une trentaine de rapports élaborés et présentés principalement par des femmes. Cela fait du congrès une véritable tribune pour la prise de parole féminine. Les oratrices sont en majorité des responsables d’œuvres dans la capitale. Après des rapports à caractère religieux et spirituel, la question du travail des femmes et de leurs formations suscite plusieurs interventions pour présenter notamment les activités des syndicats féminins de l’Aiguille, des patronages, des jardins ouvriers, des écoles ménagères, des écoles d’agriculture, des professions d’infirmières135. L’engagement des femmes sur le terrain politique et social conduit également à la présentation des ligues féminines qui viennent de se créer. Mme Brame est chargée par sa présidente, la comtesse de Saint-Laurent, de présenter la Ligue des femmes françaises136. Par contre, la ligue concurrente qu’est la Ligue patriotique des Françaises n’a pas souhaité répondre à l’invitation de Marie Maugeret. Quant à la nouvelle Ligue sociale d’acheteurs, elle a envoyé Mme Klobb pour la représenter137. D’autres œuvres féminines de création récente font aussi l’objet d’un rapport comme l’organisation antimaçonnique de Françoise Dorive. Quant au public, majoritairement féminin, il puise surtout dans les milieux de la bourgeoisie et de la noblesse au point qu’il a pu donner une image très aristocratique des congrès Jeanne d’Arc138. On trouve parmi la liste des congressistes les noms patronymiques de certaines familles prestigieuses de l’armorial de France comme les Castries, les Las Cases, les Montgolfier, mais aussi des noms qui ont été associés à l’histoire politique et religieuse de la France comme ceux de Mac Mahon et de Mun139.

  • 140 Ibid, p. 213.
  • 141 Ibid, p. 215.

5La volonté de fédérer l’ensemble des œuvres féminines catholiques sous la bannière du catholicisme social constitue donc l’objectif à atteindre pour Marie Maugeret, mais celui qu’elle porte davantage en elle, à propos de la cause féministe, va néanmoins transparaître à la fin du congrès. En effet, sa prudence lui fait attendre la séance de clôture consacrée aux droits des femmes pour prononcer, pour la première fois dans ce congrès, le mot de « féminisme » et l’associer à celui de « chrétien140 ». Sur ce point essentiel, les intervenants sont cette fois des hommes, en particulier des avocats et juristes catholiques, certains appartenant au monde de la réforme sociale comme Louis Rivière, d’autres étant proches de l’intransigeance comme Louis Boyer de Bouillane de la Revue catholique des institutions et du droit. Dans cette séance, la question du suffrage des femmes apparaît clairement posée et semble recueillir les avis favorables de l’ensemble des congressistes. Une première pierre semble donc posée par Marie Maugeret en direction du vote des femmes et d’un affichage en faveur d’un « féminisme chrétien ». Le congrès s’achève ensuite par une visite symbolique, celle de l’ossuaire des martyrs de 1792, jalousement conservé dans la chapelle de l’Institut, marquant ainsi l’attachement des organisatrices du congrès aux symboles contre-révolutionnaires141. La dernière étape du congrès consiste alors en la publication des actes qui sont rapidement disponibles grâce aux activités d’édition et d’imprimerie dont dispose Marie Maugeret avec sa revue Le Féminisme chrétien, installée au 19 de la rue Bonaparte.

Des congrès fédéraux comme moyen de visibilité et de sociabilité

  • 142 Deuxième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 12 au 14 mai 1905, Paris, s. e., 1905, p. 13-16.
  • 143 Ibid, p. 177-186.
  • 144 Ibid, p. 239.
  • 145 Ibid, p. 244-245.
  • 146 Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Pari (...)

6Le deuxième congrès de 1905 s’organise sur le même modèle et dans les mêmes lieux. Le contexte est grave face à l’exil des congrégations et au processus de séparation qui se profile. L’heure est donc au combat et au regroupement des forces. La figure de Jeanne d’Arc devient un véritable modèle féminin et spirituel à suivre. Désormais, l’engagement des femmes dans la bataille politique constitue pour Marie Maugeret, lors de son allocution d’ouverture, une absolue nécessité pour sauver l’Église142. Ainsi, le combat en faveur de la défense religieuse peut également prendre l’allure d’un combat féministe. Les différents rapports sur l’organisation des œuvres féminines ont pour objet de souligner l’effort de mobilisation dont elles sont capables. On tente alors de faire figurer l’ensemble des secteurs d’intervention, mais on semble néanmoins encourager deux types d’action : celle des ligues et celle de la presse. En effet, l’arme ligueuse semble tout à fait adaptée pour déployer une mobilisation féminine de masse. Cette fois, les deux grandes ligues de femmes sont présentées avec également la Ligue des femmes lorraines, mise sur pied à Nancy143. Une séance entière est par ailleurs consacrée à la presse comme moyen de propagande et de diffusion des idées catholiques. Cette mise en perspective des différents moyens d’action auxquels peuvent recourir les femmes catholiques dans la crise de l’heure appelle un processus d’unification. C’est l’objet de la dernière intervention avec la présentation de l’organisation nationaliste et antimaçonnique de Françoise Dorive, le Devoir des femmes françaises, créé à Paris en mai 1901. C’est au sein de cette association à laquelle collabore Marie Maugeret qu’a été pensée l’idée des congrès de femmes catholiques, mais également celle d’une fédération, constituant « une armée bien organisée, se composant de divers corps qui ont chacun leurs attributions et leurs moyens propres144 ». Les statuts de cette fédération sont alors présentés145. Elle a pour but de créer un lien de fraternité entre tous les groupements de femmes catholiques qui se consacrent à l’étude ou aux pratiques des œuvres sociales. Il n’y a pas de présidente, mais une secrétaire générale nommée à vie, en l’occurrence Marie Maugeret. Ainsi, avec la création de cette fédération, la possibilité de mettre sur pied un mouvement féminin chrétien, voire féministe, est clairement posée. La méthode du congrès aura permis ici de finaliser un processus unificateur, mais également de donner à voir publiquement la capacité de mobilisation des femmes catholiques et la naissance d’un courant « féministe chrétien ». Le congrès s’achève alors sur un discours de clôture prononcé par le grand apôtre de la croisade antimaçonnique, Paul Copin-Albancelli146.

  • 147 La liste des congressistes est publiée en fin de volume : Troisième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 28 (...)
  • 148 Yves-Marie Hilaire, Une Chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’ (...)
  • 149 Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), op. (...)
  • 150 Émile Poulat, op. cit., p. 398-403 et 423-426.
  • 151 Troisième Congrès Jeanne d’Arc, op. cit., p. 6.
  • 152 Ibid, p. 178 et s.
  • 153 Ibid, p. 240.

7Le troisième congrès de 1906, qui marque l’apogée de l’œuvre, accueille un public de plus en plus nombreux qui a doublé en trois ans147. Les noms prestigieux des élites catholiques côtoient toujours autant ceux de l’armorial de France. La fonction de sociabilité du congrès s’affirme davantage, concrétisant ici l’objectif d’union élaboré par la nouvelle fédération. D’autre part, il s’agit toujours de poursuivre l’activité d’affichage des œuvres sociales féminines. De nouvelles institutions font l’objet d’un rapport de présentation comme l’Union familiale de Charonne, fondée par Marie Gahéry en 1894, et La Ruche apostolique, créée par Marie-Josèphe d’Héricault en 1901148. Mais la tonalité de ce congrès est la présence affirmée de personnalités proches des réseaux nationalistes, anti-maçons et même intégristes. En effet, outre l’intervention de l’homme de lettres Paul Copin-Albancelli, se distinguent celles du commandant Driant, de l’abbé Tourmentin et de Mlle de Montesson149. Cette dernière est une amie mancelle de Marie Maugeret, responsable du journal La Croisade française. Quant au discours d’ouverture, il a été confié à l’abbé Bernard Gaudeau, proche de l’intégrisme150. Ses propos cinglants contre la République anticléricale et franc-maçonne déchaînent l’enthousiasme du public, mais il affirme que « ce sont les femmes qui sauveront la France », faisant écho à l’immense espoir de reconnaissance au sein de la société comme de l’Église qui animent ces élites féminines du catholicisme151. C’est d’ailleurs le thème général abordé lors de la dernière journée du congrès, affichant encore une fois l’objectif avoué d’un « féminisme chrétien152 ». Pour achever ce congrès, un pèlerinage ébranle dans le Quartier latin un long cortège de femmes catholiques, aristocratiques et bourgeoises, en direction de l’église Saint-Étienne-du-Mont pour vénérer la châsse de sainte Geneviève, la bergère de Nanterre, et encourager le combat contre les « nouveaux Attila » de la France du début du siècle153.

  • 154 Quatrième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 30 mai au 1er juin 1907, Paris, s. e., 1907, p. 299-300.
  • 155 Cinquième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 mai 1908, Paris, s. e., 1908, p. V-VII.
  • 156 Sixième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 24 au 26 mai 1909, Paris, s. e., 1909, p. 129 et s.

8Le quatrième congrès poursuit en tout point ses méthodes et son organisation. Le travail d’enquête sur le terrain se poursuit avec des monographies d’œuvres dans différentes régions. Du côté des mouvements de masse, les responsables des ligues féminines tentent d’afficher la visibilité de leur organisation respective, même si une plus grande proximité avec la Ligue des femmes françaises semble perceptible. Le thème général qui est abordé lors de la dernière journée porte sur le principe de la défense de la famille et sur la question difficile du divorce. Cependant, le renouvellement des orateurs semble s’essouffler, même si l’ouverture a été solennisée par les discours de Mgr Foucault, l’évêque protecteur de Saint-Dié, et le nouveau recteur, Mgr Alfred Baudrillart, qui va s’illustrer dans le maintien de l’orthodoxie de son établissement lors de la crise moderniste. Plusieurs oratrices font déjà figure d’anciennes comme Françoise Dorive, la baronne de Boury, la comtesse de Saint-Laurent, Mme Gouthéraud, la comtesse Pierre Lecointre. Le public paraît moins nombreux au regard de la liste des congressistes154. Le cinquième congrès de 1908 aborde cette fois sur deux jours la question importante du travail des femmes dans l’industrie comme l’agriculture155. Des personnalités politiques de la droite catholique sont venues participer aux travaux comme le sénateur Gustave de Lamarzelle ou l’agrarien Paul Blanchemain, vice-président de la puissante Société des agriculteurs de France, installée rue d’Athènes. Le sixième congrès de 1909 poursuit les travaux de l’année précédente sur le travail féminin, et notamment à propos de la formation en agriculture, mettant l’accent sur l’ouverture de l’Institut agronomique Jeanne d’Arc au château d’Épluches, près de Pontoise156. L’essoufflement est réel. Les mêmes noms de rapporteurs reviennent désormais. La liste des congressistes n’est plus publiée et le volume des actes ne dépasse guère les cent cinquante pages.

  • 157 Septième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 31 mai et 1er 1910, Paris, s. e., 1910, p. 8- 10.
  • 158 Ibid, p. 176-179.
  • 159 Ibid, p. 180-181.
  • 160 Huitième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 16 au 18 mai 1911, Paris, s. e., 1911, p. 2.
  • 161 Ibid, p. 167 : « C’est l’union de l’élite des femmes françaises et chrétiennes se retrouvant, se ra (...)
  • 162 Ibid.

9Marie Maugeret est consciente de la situation. Les critiques lui sont parvenues. Trop de paroles, beaucoup de sujets abordés, pas assez d’actions concrètes. On lui demande d’annuler la journée des œuvres qui ressemble davantage à un catalogue inachevé. D’ailleurs, elle avoue avoir pensé à supprimer ces congrès dont elle a eu l’idée157. Sa suggestion est cependant refusée par le comité de préparation. De fait, le septième congrès de 1910 ne se déroulera que sur deux jours. Si l’effort d’union par le principe de la fédération doit être poursuivi, l’idée originelle de mettre sur pied un mouvement féministe chrétien n’est toujours pas écartée par la fondatrice. Le programme de ce congrès renoue donc avec une question essentielle parmi les revendications féministes, celle du suffrage des femmes. C’est la comtesse Lecointre, une fidèle des congrès Jeanne d’Arc, qui a été sollicitée pour aborder le thème épineux du féminisme. Ses précautions sont multiples, son discours classique, considérant toujours la femme comme la reine du foyer, mère et épouse158. Cependant, son propos critique sur le féminisme est l’occasion d’engager un débat dans l’assistance, soulignant par là qu’il est possible d’envisager une alternative à cette vision traditionnelle et de concevoir le rôle de la femme en dehors de la sphère privée. Mme de Ronseray, appartenant à la Ligue des femmes françaises de Paris, s’efforce de soutenir le principe du vote des femmes159. L’auditoire, qui semble acquis à cette opinion, applaudit l’intervention finale de Marie Maugeret estimant que le suffrage des femmes est le seul moyen pour une femme catholique de contrecarrer le vote d’un mari franc-maçon. Ainsi réaffirme-t-elle ses convictions initiales sur un possible « féminisme chrétien » ancré fortement à droite, radicalement distinct du féminisme des origines, d’essence républicaine et socialiste. Si le huitième congrès de 1911 envisage un thème d’inspiration assez traditionnel comme celui des devoirs envers Dieu, la société et la famille, il est aussi l’occasion de nourrir la sociabilité entre élites féminines. L’annonce d’événements particuliers, parfois douloureux comme un décès, permet aux participants de vivre un congrès de manière moins formelle. C’est le cas avec la nouvelle de la disparition de la comtesse Lecointre qui fournit l’occasion d’honorer la mémoire d’une militante de la première heure160. Une autre des premières fidèles, Mme Changeux, a demandé la parole pour exprimer sa joie de revenir, après deux ans d’absence, dans ces congrès Jeanne d’Arc. Elle en profite pour en faire l’apologie, résumant ainsi ses multiples fonctions d’échange, d’amitié, mais aussi de combat, de tribune et de porte-voix pour une cause, en particulier celle des femmes chrétiennes161. Les applaudissements qui suivent cette allocution inattendue plébiscitent en quelque sorte l’action de Marie Maugeret et déterminent la fonction des congrès Jeanne d’Arc, être « la vraie tribune des femmes, celle où elles ont conscience de pouvoir parler librement comme on parle chez soi162 ».

  • 163 Neuvième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 13 au 15 mai 1912, Paris, s. e., 1912, p. 2.
  • 164 Dixième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 27 au 29 mai 1913, Paris, s. e., 1913, p. V-VII.
  • 165 Onzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 18 au 20 mai 1914, Paris, s. e., 1914, p. 2-3.
  • 166 Douzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 8 au 10 juin 1915, Paris, s. e., 1915, p. V-VII ; Treizième C (...)
  • 167 Quinzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 juin 1919, Paris, s. e., 1919, p. 109-113 et 121-13 (...)

10Un nouvel élan est ainsi insufflé pour les congrès suivants, reprenant les thématiques chères aux « féministes ». Celui de 1912 porte sur la formation et les métiers féminins163. Celui de 1913 envisage l’organisation syndicale des femmes avec notamment les interventions de personnalités catholiques reconnues dans ce domaine comme Joseph Zamanski et la baronne Brincard164. Le onzième congrès de 1914, rééquilibrant la réflexion avec le choix d’un sujet plus classique, celui de la famille et de l’éducation, est aussi l’occasion pour Marie Maugeret de procéder à un rapide bilan de dix années de congrès. Reconnaissant un certain essoufflement et un attrait moindre, la secrétaire générale estime cependant qu’ils ont été un formidable espace de prise de parole pour plus deux cents orateurs différents, en majorité des femmes165. Les congrès de guerre, qui permettent d’exalter la fibre nationaliste autour de la figure de Jeanne d’Arc et avec la présence de l’évêque de Verdun, Mgr Ginisty, s’attardent surtout sur le rôle que les élites féminines ont à jouer à l’arrière du point de vue économique, social, mais aussi patriotique et religieux166. Le congrès de la victoire en 1919, consacré à une large réflexion sur les « principes », fondement de l’ordre des sociétés, permet de revenir sur la question brûlante du suffrage des femmes. Après avoir entendu un contradicteur masculin sur cette question, deux interventions consécutives plaident en faveur de la conquête du nouveau droit, la première du député catholique social Louis Duval-Arnould sur l’accès des femmes aux conseils municipaux et la seconde de Marie Maugeret retraçant les différentes étapes de l’exclusion des femmes du suffrage167. Elle rend alors hommage au mouvement féministe en général d’avoir repris la lutte pour conquérir ce droit et considère que les « féministes » des congrès Jeanne d’Arc ont également été de « courageuses pionnières » en ce domaine, soulignant pour preuve les nombreux rapports qui ont été présentés à ce propos depuis le congrès de 1906. Ce plaidoyer final pour le droit de vote des femmes donne une nouvelle fois l’occasion de donner à voir qu’il est possible de concevoir un « féminisme chrétien ».

  • 168 Seizième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 juin 1920, Paris, s. e., 1920, p. 4-9.
  • 169 Ibid, p. 87-89.
  • 170 Ibid, p. 90 et s.
  • 171 Jeanne Chenu revendique explicitement le qualificatif de « féministe » pour dénommer les membres de (...)
  • 172 Ibid, p. 109-110.
  • 173 Ibid, p. 111-114 ; Max Turmann, op. cit., p. 262 et 273.

111920 marque la fin de l’œuvre des congrès Jeanne d’Arc. Abandonnant depuis la guerre la traditionnelle journée consacrée au tissu des œuvres féminines, le seizième congrès procède à un panorama général de l’avancée des droits et de la condition féminine en France, s’appuyant en particulier sur une approche fidèle à la pensée catholique sociale, c’est-à-dire en termes de corps intermédiaires comme la famille, la profession, la nation. Au regard du rapport introductif de Marie Maugeret, le principal combat de l’heure semble toujours résider dans la bataille pour l’usage du bulletin de vote168. La clôture du congrès ne semble pas augurer qu’il s’agit de la dernière séance puisque le principe des congrès est reconduit et que les organisatrices expriment le vœu de se retrouver l’année suivante169. Comme s’il s’agissait d’un présage de la Providence, le congrès doit s’achever par un pèlerinage à Reims à l’occasion de la canonisation de Jeanne d’Arc, la protectrice de l’œuvre, héroïne nationale devenue sainte catholique170. Les participantes sont accueillies par le cardinal Luçon qui assiste à toutes les allocutions. C’est à Jeanne Chenu, qui a fondé à Paris en 1900 l’Action sociale de la femme, qu’il revient d’exposer la requête des « féministes » des congrès Jeanne d’Arc à propos du droit de vote171. Marie Maugeret elle-même explicite devant le cardinal le mot féminisme et la vocation qu’elle entend lui assigner : « Né libre-penseur, franc-maçon, païen, le féminisme courait le risque de rester une doctrine anarchique d’autant plus redoutable qu’elle mêlait aux pires théories révolutionnaires quelques idées de justice empruntées à la doctrine chrétienne et démarquées à son profit. Il importait de chercher à travers ce perfide embroussaillement et de revendiquer hautement ce qui nous appartenait. Devions-nous nous laisser battre avec des armes volées chez nous ? Nous fûmes quelques-unes à penser que cela ne pouvait pas être, qu’il fallait reprendre notre bien : c’est de cette pensée qu’est né, il y a bientôt un quart de siècle, le féminisme chrétien172 ». La secrétaire générale rappelle ici le rôle fondateur exercé par le congrès de 1900, organisé par le vicaire général de Paris, l’abbé Odelin, permettant d’offrir une première tribune au « féminisme chrétien » et de le faire accepter dans les milieux catholiques et cléricaux. Enfin, Mme Changeux, la « grande dame catholique de Reims », fidèle des congrès, qui a été entre autres à l’origine de la Ligue des femmes rémoises et proche des jésuites de l’Action populaire, clôture le pèlerinage en évoquant dans ses souvenirs l’importance qu’a revêtue, à ses yeux, l’œuvre des congrès Jeanne d’Arc. Ainsi, se souvient-elle, « c’est au congrès Jeanne d’Arc que l’on se retrouvait, que l’on se comptait, que l’on s’instruisait, que l’on s’encourageait, et surtout que l’on apprenait à se connaître et à s’estimer173 ». Si le processus fédératif n’a pas suscité le développement espéré, Mme Changeux estime qu’il a eu au moins le mérite de provoquer des assises féminines et chrétiennes, de manière régulière, pendant une quinzaine d’années, faisant résonner la voix des femmes catholiques auprès des élites du catholicisme et de la République. Elle ajoute en conclusion combien les congrès Jeanne d’Arc ont pu être des « semeurs d’idées » et un véritable laboratoire pour un féminisme qualifié de « chrétien ».

  • 174 Christine Bard, Les Femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Colin, 2001, p. 83-103.

12Finalement, le temps des congrès Jeanne d’Arc s’achève avec le grand retour de la femme au foyer, au lendemain de la Grande Guerre. Leur pérennité n’a pas survécu à l’éclatement que connaît le mouvement féministe après 1918 et au blocage politique qu’oppose le Sénat en 1922 au suffrage des femmes174. L’espoir de voir s’institutionnaliser un courant « féministe chrétien » par la méthode de la mise en congrès n’a pas vu le jour. C’était pourtant l’objectif originel de l’œuvre des congrès Jeanne d’Arc. Ils ont donné à voir, à l’extérieur comme à l’intérieur de la sphère catholique, cette possible rencontre du féminisme avec le catholicisme. Ils lui ont donné un cadre légitime dans le cadre de la science sociale renouvelée par l’enquête de terrain. Ils ont d’autre part assuré une fonction de sociabilité et d’échange entre les élites féminines catholiques partageant cette espérance. Ils ont aussi tenté une unité entre catholiques sur le terrain féminin et social, ce qui n’a pu jusqu’alors être le cas entre hommes à l’intérieur des organisations partisanes depuis l’échec d’Albert de Mun en 1885 de constituer un parti catholique. Quoi qu’il en soit du devenir de ces congrès, ils illustrent, comme beaucoup d’autres, l’effort de modernisation entrepris par les catholiques pour intégrer la société française et pour rendre audible une voix difficilement perceptible dans le concert de l’intelligence et de la raison dominée par le genre masculin, à savoir ici une voix « féministe » et « chrétienne ».

Notes

123 Claude Langlois, « Féminisation du catholicisme », dans Jacques Le Goff, René Rémond, dir., Histoire de la France religieuse, t. 3, Paris, Seuil, 1991, p. 292-307 ; Claude Langlois, « Catholicisme au féminin ou féminisation du catholicisme ? Délimiter ou définir : un nouveau champ de recherche en histoire et en sociologie », Annuaire de l’École pratique des hautes études, Ve section, 1994- 1995, t. 102, p. 379-384 ; Ralph Gibson, « Le catholicisme et les femmes en France au XIXe siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, 1993, t. 79, p. 63-93.

124 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984 ; Yvonne Turin, Femmes et religieuses au XIXe siècle. Le féminisme “en religion”, Paris, Nouvelle Cité, 1989 ; Claude Langlois, « Le catholicisme au féminin revisité », dans Alain Corbin, Jacqueline Lalouette, Michèle Riot-Sarcey, dir., Femmes dans la Cité (1815-1871), Grâne, Créaphis, 1997, p. 139-149.

125 Paul Naudet, Pour la femme, Paris, Fontemoing, 1903 ; Max Turmann, Initiatives féminines, Paris, Lecoffre, 1905 ; Antonin Sertillanges, Féminisme et christianisme, Paris, Gabalda, 1908.

126 Charles Sowerwine, Les Femmes et le socialisme, Paris, FNSP, 1978 ; Laurence Klejmann, Florence Rochefort, L’Égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, FNSP – Éditions des Femmes, 1989.

127 Sur ces trois congrès de 1900 : Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France (XIXe-XXe siècles), Paris, Anthropos, 1997, p. 122-132 ; James F. McMillan, France and Women (1789-1914). Gender, Society and Politics, Londres, Routledge, 2000, p. 200-201. Sur le recours à la méthode des congrès : Christophe Prochasson, « Les congrès : lieu de l’échange intellectuel », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, 1989, n° 7, p. 5-8 ; Christophe Prochasson, Les Années électriques (1880-1910), Paris, La Découverte, 1991, p. 223-250.

128 Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France (1848-1940), Paris, Albin Michel, 1997, p. 94-95.

129 Florence Rochefort, « Féminisme et protestantisme au XIXe siècle. Premières rencontres (1830-1900) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, janvier-mars 2000, p. 69-89.

130 Paul Naudet, op. cit., p. 46-47 ; Max Turmann, op. cit., p. 12.

131 Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale (XIXe-XXe siècles), Paris, Éditions ouvrières, 1990, p. 57-58 ; James F. McMillan, « Wollstonecraft’s daughters, Marianne’s daughters and the daughters of Joan of Arc : Marie Maugeret and christian feminism in the French Belle Epoque », dans Clarissa C. Orr, ed., Wollstonecraft’s Daughters. Womanhood in England and France (1780-1920), Manchester, Manchester University Press, 1996, p. 186-198 ; Florence Rochefort, « La prostituée et l’ouvrière. Approches protestantes et catholiques du féminisme sous la Troisième République », dans Françoise Lautman, éd., Ni Éve, ni Marie. Luttes et incertitudes des héritières de la Bible, Genève, Labor et Fides, 1998, p. 221-222 ; Anne Cova, “Au service de l’Église, de la patrie et de la famille”. Femmes catholiques et maternité sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 45-52.

132 Menant le combat contre la Séparation et le modernisme, Mgr Pierre-Louis Péchenard devient évêque de Soissons en 1907.

133 Sur la sociologie leplaysienne et ses méthodes, voir Antoine Savoye, « Studieuse bourgeoisie… Les congrès de l’école de Le Play (1882-1914) », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, 1989, n° 7, p. 45-58 ; Bernard Kalaora, Antoine Savoye, Les Inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989 ; Antoine Savoye, Les Débuts de la sociologie empirique. Études socio-historiques (1830-1930), Paris, Klincksieck, 1994 ; Denis Pelletier, « Engagement intellectuel catholique et médiation du social. L’enquête monographique de Le Play à Lebret », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, 1995, n° 13, p. 25-45.

134 Premier Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 24 au 26 mai 1904, Paris, s. e., 1904, p. 1. Sur ce premier congrès, voir Max Turmann, op. cit., p. 17-21.

135 Ibid, p. 2-3.

136 Bruno Dumons, « Mobilisation politique et ligues féminines dans la France catholique du début du siècle. La Ligue des femmes françaises et la Ligue patriotique des Françaises (1901-1914) », Vingtième Siècle, janvier-mars 2002, n° 73, p. 39-50.

137 Marie-Emmanuelle Chessel, « Aux origines de la consommation engagée : la Ligue sociale d’acheteurs (1902-1914) », Vingtième Siècle, janvier-mars 2003, n° 77, p. 95-107.

138 Stéphanie Caillet, « L’action sociale et politique des catholiques nobles au début du XXe siècle : les congrès Jeanne d’Arc (1904-1909) », dans Claude-Isabelle Brelot, dir., Noblesses et villes (1780-1950), Tours, Maison des Sciences de la Ville, 1995, p. 179-192.

139 Premier Congrès Jeanne d’Arc, op. cit., p. 217-220.

140 Ibid, p. 213.

141 Ibid, p. 215.

142 Deuxième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 12 au 14 mai 1905, Paris, s. e., 1905, p. 13-16.

143 Ibid, p. 177-186.

144 Ibid, p. 239.

145 Ibid, p. 244-245.

146 Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Paris, Champion, 1998, p. 109-110.

147 La liste des congressistes est publiée en fin de volume : Troisième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 28 au 26 mai 1905, Paris, s. e., 1906, p. 241-245.

148 Yves-Marie Hilaire, Une Chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, PUL, 1977, p. 776-777 ; Sylvie Fayet-Scribe, op. cit., 129 et s. ; Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur des femmes de 1870 à 1960, Paris, L’Atelier, 2000, p. 1476-1477.

149 Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), op. cit., p. 139-140 et 387-388. Sur l’abbé Tourmentin : Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau international antimoderniste : la “Sapinière” (1909-1921), Tournai, Casterman, 1969, p. 279 ; Michel Jarrige, L’Église et les francs-maçons dans la tourmente. Croisade de la revue “La Franc-maçonnerie démasquée” (1884-1889), Paris, Arguments, 1999, p. 245-249.

150 Émile Poulat, op. cit., p. 398-403 et 423-426.

151 Troisième Congrès Jeanne d’Arc, op. cit., p. 6.

152 Ibid, p. 178 et s.

153 Ibid, p. 240.

154 Quatrième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 30 mai au 1er juin 1907, Paris, s. e., 1907, p. 299-300.

155 Cinquième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 mai 1908, Paris, s. e., 1908, p. V-VII.

156 Sixième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 24 au 26 mai 1909, Paris, s. e., 1909, p. 129 et s.

157 Septième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 31 mai et 1er 1910, Paris, s. e., 1910, p. 8- 10.

158 Ibid, p. 176-179.

159 Ibid, p. 180-181.

160 Huitième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 16 au 18 mai 1911, Paris, s. e., 1911, p. 2.

161 Ibid, p. 167 : « C’est l’union de l’élite des femmes françaises et chrétiennes se retrouvant, se rapprochant, apprenant à se connaître, à s’apprécier ; les esprits s’y éclairent, les cœurs s’y réchauffent, et le rayonnement s’en étend par toute la France. On s’est demandé, paraît-il, s’il fallait maintenir ces assises féminines et chrétiennes. Mais la réponse n’est pas douteuse (appl.) Y eût-il même des années où son utilité parût moins évidente, il faudrait encore maintenir cette institution qui, à un moment donné, pourra être le seul moyen pour la femme chrétienne de faire entendre sa voix. C’est une tribune, c’est notre tribune ; ailleurs, Mesdames, dans d’autres congrès, on nous tolère, on nous écoute avec bienveillance, presque étonné d’avoir à nous applaudir. Ici, nous sommes chez nous, notre voix porte : c’est une force, ne la laissons pas tomber (vifs appl.). Le congrès Jeanne d’Arc, c’est une arme aussi ; (…) Le congrès Jeanne d’Arc, enfin, c’est un étendard. »

162 Ibid.

163 Neuvième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 13 au 15 mai 1912, Paris, s. e., 1912, p. 2.

164 Dixième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 27 au 29 mai 1913, Paris, s. e., 1913, p. V-VII.

165 Onzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 18 au 20 mai 1914, Paris, s. e., 1914, p. 2-3.

166 Douzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 8 au 10 juin 1915, Paris, s. e., 1915, p. V-VII ; Treizième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 29 au 31 mai 1916, Paris, s. e., 1916, p. V-VI ; Quatorzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 juin 1917, Paris, s. e., 1917, p. V-VI.

167 Quinzième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 juin 1919, Paris, s. e., 1919, p. 109-113 et 121-131.

168 Seizième Congrès Jeanne d’Arc, Paris, 25 au 27 juin 1920, Paris, s. e., 1920, p. 4-9.

169 Ibid, p. 87-89.

170 Ibid, p. 90 et s.

171 Jeanne Chenu revendique explicitement le qualificatif de « féministe » pour dénommer les membres des congrès Jeanne d’Arc (ibid, p. 105-109) ; Sylvie Fayet-Scribe, op. cit., p. 93-99.

172 Ibid, p. 109-110.

173 Ibid, p. 111-114 ; Max Turmann, op. cit., p. 262 et 273.

174 Christine Bard, Les Femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Colin, 2001, p. 83-103.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search