Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Les congrès catholiques du Nord – Pas-de-Calais

Bruno Béthouart

Texte intégral

  • 79 Yves-Marie Hilaire et al, Histoire du Nord-Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 198 (...)

1Traumatisée et blessée dans sa chair par la défaite de 1870, la région du Nord – Pas-de-Calais, terre bonapartiste, possède alors des foyers monarchistes sur le littoral et dans certaines contrées intérieures comme le Ternois, les Flandres. Elle connaît déjà une montée en puissance du socialisme sous sa forme politique, syndicale, idéologique d’abord dans le Nord et dans des îlots industriels du Pas-de-Calais comme Calais et Marquise avant l’essor dans le bassin minier au cours de la dernière décennie du siècle. Cet environnement politique où conservateurs monarchistes et catholiques s’affrontent aux républicains opportunistes puis radicaux79 est l’une des données importantes de la toile de fond de l’histoire des congrès catholiques de cette région.

  • 80 Bruno Béthouart, Alain Lottin, dir., La Dévotion mariale de l’an 1000 à nos jours, Arras, Artois Pr (...)

2Sur le plan religieux, la notion de province ecclésiastique qui rassemble notamment les diocèses de Cambrai et d’Arras avant l’érection du diocèse de Lille en 1913 est un élément à prendre en compte. L’archevêché de Cambrai, en charge de l’animation apostolique, doit faire face aux méfiances du titulaire du siège épiscopal d’Arras et composer avec le dynamisme religieux de l’agglomération lilloise. La vitalité de la ferveur religieuse dans cette région se manifeste par le succès des dévotions populaires attachées aux pèlerinages traditionnels comme ceux de Notre-Dame de Boulogne, des Miracles, des Ardents et celui consacré à Notre-Dame de la Treille, tout comme aux nouveaux cultes tels que celui de saint Benoît Labre dans le diocèse d’Arras80. Une élite militante préoccupée de question sociale et de spiritualité se détache dans chaque diocèse.

3Une telle diversité explique la réalité du succès de ces congrès catholiques installés sur une période brève. Elle se vérifie dans les grandes thématiques portant sur les aspects proprement spirituels, éducatifs ou sociaux. Au-delà de l’apport conceptuel, ces congrès catholiques sont-ils les témoins de leur temps ? Ont-ils permis ou facilité des prises de décision, des évolutions ou engendré des blocages ? Font-ils émerger de grandes personnalités religieuses du clergé et du laïcat de la région Nord – Pas-de-Calais ?

Un réel succès sur une courte période

  • 81 André Caudron, Lille-Flandres, Paris, Beauchesne, 1990, p. 106 (Dictionnaire du monde religieux dan (...)

4Inspirés par le principe des comités de catholiques nés à Paris sous la présidence de Charles Chesnelong dès 1872, ces congrès ont été précédés de la création dans plusieurs villes de comités de ce type, dont celui de Lille, en 1871 : en 1873, il en existe dix-neuf dans la province ecclésiastique de Cambrai, mais celui de Lille, animé par le comte de Caulaincourt et fort de deux cent cinquante membres, est alors le plus important. L’initiative de la première rencontre est prise par les membres de ce comité lillois qui invite les autres groupes à une rencontre les 25 et 26 octobre 1873 avec l’autorisation de l’archevêque de Cambrai, Mgr Régnier. Le prélat accepte d’en être le président d’honneur, alors que la responsabilité effective de direction et d’animation est confiée à un laïc, le comte de Caulaincourt, assisté d’un secrétaire général, Gustave Champeaux, comptable aux établissements Vrau81. Dans la grande salle de l’hôtel de la monnaie, chez les Frères des écoles chrétiennes, les comités prennent l’engagement de se réunir chaque année dans un souci d’union et de cohésion afin d’éviter l’isolement.

  • 82 J.-R. Joveneaux, Les Congrès catholiques du Nord et du Pas-de-Calais (1873- 1898), mémoire de maîtr (...)
  • 83 A.-M. Van Elslande, Les Congrès catholiques du Nord et du Pas-de-Calais (1897- 1912), mémoire de ma (...)
  • 84 Ibid., p. 50.
  • 85 C. Boucher, Les Congrès des Œuvres du diocèse de Lille (1919-1939), mémoire de maîtrise, Université (...)
  • 86 Archives de M. Xavier Théry, correspondance de Philibert Vrau.

5Les grandes assemblées générales des comités catholiques du Nord et du Pas-de-Calais se réunissent dans la capitale des Flandres de 1873 à 1895 sans interruption. L’année suivante, la rencontre s’efface devant la célébration du quatorzième centenaire du baptême de Clovis à Reims. Les congrès reprennent jusqu’en 1913, ce qui correspond à un total de trente-neuf sessions. Une autre rencontre est organisée pour la dernière fois sur ce modèle en 1924 où est donc fêté le quarantième congrès. Construites sur un modèle identique, elles s’étendent sur une durée de quatre à six jours et rassemblent des effectifs de plus en plus impressionnants à Lille ; d’une centaine de membres en 1882, elles passent à trois cent vingt-huit membres en 1891 dont près de 40 % de clercs82, puis à quatre cent soixante-seize en 1903 et un millier en 1906. Lors de séances générales exceptionnelles à l’hippodrome, des chiffres s’élevant à plusieurs milliers sont cités, notamment en 191183. D’abord réunis dans la grande salle du cercle catholique, les séances se déroulent également dans la salle Ozanam, 11 bis rue Voltaire. Une évolution dans la programmation se manifeste au fil des années : au départ, une présentation quotidienne et alternée des activités et manifestations des différents groupes est offerte dans le cadre de réunions en comités durant la journée et de séances générales en soirée. À partir de 1905, le principe de journées thématiques l’emporte84. L’habitude est également prise de proposer, à côté des eucharisties matinales, une grand-messe le dimanche et des conférences pour un large public avec des intervenants de réputation nationale ou internationale à l’hippodrome lillois, rue Nicolas Leblanc, près de l’église Saint-Michel, pouvant accueillir cinq à six mille personnes85 : ces rendez-vous sont l’occasion de campagnes de presse de la part des médias catholiques. Les catholiques de l’agglomération lilloise se mobilisent. Comme le rappelle Philibert Vrau, qui assure, en retrait, la présidence du comité central, l’ambition plus ou moins avouée de ces grandes manifestations consiste à obtenir un retentissement le plus large possible et à atteindre une dimension non seulement régionale, mais aussi nationale. En 1894, Victor Canet, professeur aux Facultés catholiques de Lille, vient de succéder à Gustave Champeaux au secrétariat. Philibert Vrau, le 10 septembre, estime que « si le cardinal Langénieux couvrait tout de sa pourpre et de son autorité, le congrès de Lille prendrait une importance que l’absence d’autres congrès et les circonstances semblent appeler. N’y a-t-il pas en effet une place à prendre en ce moment ? À défaut du congrès de Paris, ne faudrait-il pas que celui de Lille remplisse en quelque sorte le rôle de congrès national ? Je livre cette pensée à vos réflexions86 ».

6Ces grandes rencontres à vocation généraliste perdent de leur importance puis disparaissent après la Grande Guerre à la suite du congrès réuni en 1924. Il est alors décidé qu’un congrès diocésain des œuvres se tiendrait à Lille. Le besoin ressenti par les responsables du jeune diocèse de regrouper et mettre en ordre de bataille leurs forces est décisif. Une autre explication de cette interruption pourrait en effet provenir des réticences des autorités épiscopales du diocèse d’Arras. Dès 1889, Philibert Vrau rappelle à Victor Canet que « toute la force de nos associations repose sur l’union des deux diocèses ». Le simple rappel est significatif, dès cette époque, d’un souci autant que d’un souhait. En 1894, le 27 septembre, il fait état d’un courrier qu’il a reçu de Mgr Williez, alors évêque d’Arras, où celui-ci fait part d’« une observation qu’il a souvent entendue autour de lui, mais dont il ne connaît pas l’origine. C’est que le clergé du Pas-de-Calais ne veut pas se laisser dominer par le clergé du Nord ». Philibert Vrau s’interroge alors : « Fait-il allusion aux pèlerinages, à certaines préséances dans les cérémonies ou à quelques incidents dans les conseils et les réunions. Je l’ignore. Toujours est-il que le fait existe et qu’il faut changer cela. Il faudrait [...] mettre plus souvent les Atrébates en avant. » Quatre ans plus tard, le 29 août 1898, Philibert Vrau revient sur la question : « Mgr d’Arras ne cherche pas beaucoup, vous le savez, à se lier avec le diocèse de Cambrai, il ne voudra surtout pas être sous sa coupe et venir au congrès se soumettre au contrôle et se livrer aux appréciations de gens qui n’ont rien à faire chez lui […]. S’il s’agissait de faire quelque chose dans le diocèse d’Arras, il y serait très favorable ; mais il tiendrait à s’en occuper personnellement. »

  • 87 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presse Université, 1996, p. 85-101.

7Le contraste fait donc apparaître une situation marquée, jusque 1914, par une profusion d’activités régionales permettant un contact annuel des responsables de toutes les activités catholiques. Durant cette période, visiblement, quelques indices prouvent que le diocèse d’Arras « traîne les pieds ». Après la Grande Guerre, les contacts diminuent sur le plan congressiste. Le contact se maintient par le biais de l’activité syndicaliste avec Charlemagne Broutin, Georges Torcq en contact fréquent et suivi avec Jules Catoire pour le lancement des syndicats de mineurs, puis la mise en place de l’union régionale CFTC et des Écoles normales ouvrières autour d’Eugène Duthoit87 ; ces relations sont renforcées par l’activité des secrétariats sociaux.

Les grandes thématiques

  • 88 A.-M. Van Elslande, op. cit., p. 52.

8Comme le rappelle l’une des devises présentées en tête de certains congrès des catholiques du Nord et du Pas-de-Calais, il s’agit dans ces rencontres de faire état des trois fonctions essentielles : « l’Église prie, enseigne et se dévoue88 ».

Le souci du spirituel

  • 89 Ibid., p. 59.

9« Nous périssons faute de foi, faute de loi, faute de justice en nous et entre nous. » Cette remarque de Louis Veuillot, directeur de L’Univers, exprime les sentiments des catholiques au lendemain de la guerre et du drame de la Commune. Le comte de Caulaincourt, monarchiste traditionaliste, âme des premiers congrès, membre de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, appelle à cette reconquête par la prière et le retour à la « vraie foi ». Dans cette logique, le culte du Sacré-Cœur joue un rôle décisif. Philibert Vrau, dans une lettre à Victor Canet du 14 octobre 1896, tient à évoquer « une idée qui [lui] tient à cœur : ce serait de préparer la consécration du XXe siècle au Sacré-Cœur de Jésus ». Il insiste sur la nécessité d’en proposer l’initiative au pape, vérifiant par là une devise initiale qui est de « sauver Rome et la France au nom du Sacré-Cœur ». En lien avec l’idée commune d’expiation de tous les atteintes aux droits de Dieu pendant le siècle, l’adoration du Saint-Sacrement, proposée par un curé de campagne en 1896 pour la nuit du 31 décembre 1900 au 1er janvier 1901, est acceptée par le pape. Ce culte de l’Eucharistie se substitue à celui du Sacré-Cœur ; il indique le double souci d’une union large autour d’un thème cher aux catholiques et d’une approche spirituelle plus pratique, appuyée sur la célébration de la Fête-Dieu dans chaque paroisse89. Dans cette démarche verticale, d’intercession, le culte marial sert de fil conducteur, il s’appuie sur une pratique de pèlerinage à Notre-Dame de la Treille pour le diocèse de Lille et surtout aux trois références du diocèse d’Arras, Notre-Dame des Ardents au siège épiscopal, Notre-Dame des Miracles dans la cathédrale de Saint-Omer, Notre-Dame de Boulogne, la Vierge nautonière, dans la basilique de Boulogne-sur-Mer.

L’éducatif

  • 90 Ibid., p. 70.
  • 91 Ibid., p. 72.
  • 92 C. Boucher, op. cit., p. 26.

10Dans les préoccupations de cet ordre figure, surtout après la Séparation des Églises et de l’État, le souci de mettre au point un manuel de catéchisme facile d’accès et clair qui puisse pallier les absences et, selon certains, les déformations ou déviations de « l’école sans Dieu » : en 1901, l’abbé Horner, professeur de pédagogie à l’Université de Fribourg en Suisse, donne des conseils aux catéchistes et insiste surtout sur la nécessité d’offrir la possibilité aux enfants des écoles laïques de pouvoir y assister90. Par l’évocation de l’exemple américain, un lien se tisse entre l’enseignement du catéchisme et l’appel aux laïcs chargés de cette mission. Celle-ci est déjà considérée par Mgr Dupanloup comme « l’œuvre sociale par excellence, car elle pose une base solide à l’édifice social et religieux91 ». Parmi les œuvres de jeunesse citées, la présentation des activités au sein des patronages permet de rappeler que cette institution représente un milieu « extrêmement propice à l’éclosion, à la préservation et au développement même des vocations sacerdotales », du fait que « la jeunesse y contracte l’esprit de sacrifice, l’habitude de la communion fréquente, la pratique de l’apostolat quotidien92 ». Le développement de la presse catholique est un souci constant des congressistes qui sont appelés à participer financièrement à la création ou au sauvetage de feuilles catholiques souvent monarchistes au début de la période puis d’obédience libérale, démocrate-chrétienne, républicaine modérée.

  • 93 J.-R. Joveneaux, op cit., p. 102.
  • 94 C. Boucher, op. cit. p. 32.

11L’autre grand thème, prioritaire dans la stratégie de propagation de la foi portée par les congrès, porte sur la défense de l’enseignement catholique. Il s’agit de distinguer les périodes pour mieux comprendre l’acuité, la résurgence ou le silence sur cette question : les premiers congrès interdiocésains sont contemporains de la création de l’Université catholique de Lille et traitent souvent de la question. Par la suite, ils s’inscrivent dans la mémoire de cet avènement, puisque les séances solennelles de rentrée des Facultés se déroulent souvent au cours des manifestations liées au congrès. La période des lois scolaires laïques fait revenir le thème aux premières places : les sources maçonniques de la Ligue de l’enseignement sont dénoncées. Il s’agit d’« une immense conspiration antireligieuse, qui, comme la franc-maçonnerie sa mère, couvre tout le monde civilisé. Née au Royaume-Uni et en Belgique, elle est établie en France, en Italie, en Espagne, en Autriche, en Allemagne, en Angleterre, en Égypte, au Mexique, aux États-Unis. Elle a une organisation locale, nationale et universelle » selon Jean de Moussac93. La période de l’Union sacrée procure un temps de répit qui cesse dès lors que le Cartel des Gauches veut renouer avec une politique anticléricale. Lors du congrès de 1924, le thème est largement traité durant la seconde journée94. La session coïncide avec le cinquantenaire des cours libres et le recteur rappelle l’histoire des Facultés et dénonce l’École unique.

  • 95 J.-R. Joveneaux, op. cit., p. 120.
  • 96 A.-M. Van Elslande, op. cit, p. 109.
  • 97 Ibid., p. 112.

12Même si leur place est plutôt discrète, l’art et le chant sont également présents dès le départ des congrès avec, en 1874, le chanoine arrageois Van Drival, spécialiste de la question95. Le congrès souhaite en 1881 la création de nombreux musées diocésains où seraient réunis les objets d’art anciens. Des archivistes qualifiés viennent exposer des méthodes scientifiques de classement des archives. Des cours historiques, comme celui de l’abbé Masure, curé de Valenciennes, sur le confessionnal en 1900, sont professés : « Se livrer à l’archéologie, c’est se livrer à la théologie […]. Souder le passé au présent, c’est proclamer l’identité de l’enseignement et des procédés de l’Église96. » Cependant, à partir de 1904, la section « art chrétien et histoire religieuse » disparaît pour faire place à d’autres préoccupations telles que la lutte contre la laïcisation. L’essentiel des constructions d’églises est opéré à la fin de ce XIXe siècle prolifique en matière de style néogothique. Les congressistes ont également conscience de l’importance du chant : « L’un des moyens les plus puissants et les plus à leur portée pour attirer les populations à l’église et pour les y retenir, en les initiant aux choses qui s’y font, et particulièrement aux chants des louanges de Dieu97. »

Les œuvres sociales

  • 98 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’ (...)
  • 99 C. Boucher, op. cit, p. 32.
  • 100 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 136.
  • 101 Guy Lepoutre, « Montée et contestation du modèle paternaliste : l’Association des patrons du Nord – (...)

13Le souci de l’Église pour la classe ouvrière est présent dans les discours des responsables de la hiérarchie. Dès 1861, Mgr Parisis écrit au ministre Rouland98 : « Il est inutile d’insister sur l’antagonisme de ceux qui ne possèdent pas contre ceux qui possèdent. C’est un fait sur lequel personne ne s’abuse et c’est le plus grand danger de notre époque. » Les nombreux rappels relatifs à la nécessité du repos et à la sanctification du dimanche facilitent le vote de la loi de 1906 qui n’est pas toujours respectée. Un rapport du congrès de 1924 signale que « là où le dimanche n’est pas observé et sanctifié, la société se paganise et se matérialise à fond99 ». La manière dont sont abordés les rapports entre le monde patronal et les ouvriers subit une sensible évolution : l’abbé Fichaux, maître à penser, avec l’avocat lillois Gustave Théry, de l’Association des patrons chrétiens du Nord fondée en 1884, préfère à la notion de justice celle de « la paternelle sollicitude qui constitue le patronage100 ». Le congrès, sous l’influence de certains membres, recommande aux patrons de s’inspirer plus que jamais de l’esprit de charité et refuse l’intervention de l’État qui ne doit pas s’insérer dans le contrat liant le patron et l’ouvrier pour la durée du travail et de son salaire. Cependant, après la dissolution de l’association par le tribunal de Lille en 1892, l’influence de ce courant paternaliste disparaît et entraîne peu à peu un ralliement à la notion de justice sociale101.

  • 102 A.-M. Van Elslande, op. cit, p. 117.
  • 103 Ibid., p. 180.
  • 104 Ibid., p. 182.
  • 105 A.-M. Van Elslande, op. cit, p. 183.
  • 106 Archives Théry.
  • 107 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 155.

14L’abbé Lemire en 1898 veut en effet s’attaquer aux causes : « L’épargne ne suppose-t-elle pas que l’ouvrier gagne un salaire suffisant et régulier ? Que fait-on pour assurer aux travailleurs leur salaire normal, un travail constant et régulier102 ? » Même si l’abbé Lemire n’est plus présent par la suite, Eugène Duthoit, lors du centenaire de la naissance d’Ozanam en 1912, critique l’approche de l’ouvrier considéré « comme un instrument dont il faut tirer le plus de service possible au moindre prix » pour mieux mettre en valeur celle qui le regarde « comme un associé, comme un auxiliaire103 ». L’accent social instillé par l’ACJF est souligné par son président, Henri Bazire, lors de son intervention en 1903104. Mgr Delamaire enfin, en 1906, rappelle qu’il préfère « 50 000 francs employés sous forme de justes salaires […] qu’un million distribué en aumônes105. » Les membres de la Société de Saint-Vincent-de-Paul sont également très actifs au sein de ces congrès. En effet, Philibert Vrau en est le représentant pour la région Nord et il devient par la suite un propagandiste national de cette cause, côtoyant les responsables nationaux, tel Antonin Pagès106. Son beau-frère Camille Féron-Vrau insiste sur la nécessité d’améliorer les logements. Il entreprend une vaste enquête où plus de mille locataires répondent à un questionnaire107. Le débat sur le type de syndicalisme qui demeure ouvert lors de la parution de Rerum novarum fait l’objet de discussions jusqu’à la fin des congrès d’avant 1914.

Trois fonctions

15Les assemblées générales de catholiques du Nord-Pas-de-Calais permettent également de mesurer l’état d’esprit de l’époque, l’évolution des tendances du catholicisme septentrional ; elles facilitent certaines prises de décision et servent aussi à révéler de fortes personnalités dans la province ecclésiastique de Cambrai.

Témoins de leur temps

16La question de l’acceptation de la République entraîne une profonde division au sein des responsables des congrès à partir des prises de position du pape. Le comte de Caulaincourt et Chesnelong constatent avec amertume le ralliement qui correspond à un abandon du soutien à la conception d’un retour à une monarchie catholique. Philibert Vrau, le 27 septembre 1894, conscient de ces distorsions qui risquent d’être fatales aux congrès, propose d’occulter la question de manière à permettre aux congrès de poursuivre leur œuvre : « Il serait bon de s’entendre pour que le comité catholique ne tourne pas à la politique et qu’on n’y traite pas des questions comme celle-ci : faut-il faire alliance ou non avec les socialistes ? Nous devons rester sur le terrain des œuvres. Créer un organisme politique, si c’est utile à la cause catholique, mais ne pas nous en occuper directement. » Il revient sur la question en 1896, le 22 août : « Je suis persuadé que tout comité catholique où on introduira les questions politiques est radicalement frappé à mort. Il est impossible de faire l’union sur ce terrain, étant donné la division des esprits qui existe actuellement en France. Dès qu’on abordera les questions pratiques, immédiatement les divergences se produiront. Les comités ne dureront pas six semaines. »

17Les problèmes se devinent dans l’évolution des réflexions de Philibert Vrau au sujet de l’abbé Lemire et des démocrates-chrétiens. Ils sont en effet soumis aux critiques répétées du chanoine Delassus, rédacteur en chef de la Semaine religieuse de Cambrai. Cet organe non officiel est marqué par un caractère intransigeant et conservateur. Le journal reproche aux congrès du Nord et du Pas-de-Calais de « mettre en tête de leur programme un congrès de la démocratie chrétienne ». Philibert Vrau estime qu’en plus de « cette petite entorse à la vérité, on cherche à ameuter une partie des catholiques contre le congrès ». À propos de l’abbé Lemire, accusé d’un manque de solidarité lors des lois anti-congréganistes de 1901, Philibert Vrau, le 17 juillet de cette année, considère qu’il faut laisser son nom parmi les membres du bureau de la démocratie chrétienne : « S’il proteste ou s’élimine de lui-même, c’est son affaire, mais nous, nous ne pouvons pas l’éliminer. » Un an plus tard, le 27 juillet 1902, il confie à Victor Canet qu’il ne serait pas fâché « de voir disparaître le cher député de la scène de nos congrès, car je crois qu’il doit avoir de la peine à adopter les directives du Saint-Père sur la démocratie dans leur plénitude ».

18Autre témoignage des combats de la période, le sentiment d’un monde qui s’écroule à la suite de la prise du pouvoir par des républicains anticléricaux. Le 3 juillet 1901, Vrau interroge ainsi son correspondant : « Les dernières mesures prises par le gouvernement ne nécessitent-elles pas, plus que jamais, le groupement des catholiques, et que de choses ne pourrait-on pas faire soit par des conférences de protestation, la distribution de tracts, de brochures ou de journaux pour soutenir le sentiment catholique et faire comprendre aux populations l’abîme vers lequel nous marchons. Je demande à Dieu d’inspirer aux catholiques des résolutions viriles en rapport avec les dangers que va courir la foi des populations. » En lien, et en déduction de cette prise de conscience, la lutte contre la franc-maçonnerie a l’avantage de faire l’union autour de la défense religieuse : Mgr Delamaire, évêque de Périgueux, invité pour la première fois en 1903, obtient un succès éclatant avec une conférence sur le thème « La franc-maçonnerie, voilà l’ennemi ». Philibert Vrau signale le 2 janvier 1904 que « le discours de Mgr Delamaire a été enlevé en quelques jours à plus de quarante mille exemplaires. Le nombre doit maintenant dépasser cinquante mille ». Comme pour les associations anticléricales, l’identification d’un adversaire précis facilite le rassemblement des forces et la disparition momentanée des divisions.

19Sur le plan religieux, les congrès évoquent directement ou indirectement les relations entretenues par l’État français avec les autorités pontificales : ils énoncent systématiquement, dans une adresse signée par le président d’honneur du congrès, les rapports de soumission des catholiques au pape et rappellent, selon les circonstances, les problèmes qu’il rencontre avec les autorités françaises : c’est particulièrement le cas lors du vote de la loi de la Séparation. Ce sentiment d’être les complices involontaires d’une profanation du lien sacré entre la France, « fille aînée de l’Église », et le Saint-Siège explique l’intensité du soutien des congressistes durant cette période décisive au culte du Sacré-Cœur qui caractérise l’attitude des catholiques : il s’agit d’expier les fautes commises par les communards, mais aussi les francs-maçons. Les récits enthousiastes des assemblées à Paray-le-Monial, le culte à Montmartre sont systématiquement mentionnés.

Acteurs de l’évolution de l’Église

20Bon gré mal gré, mais conscients de leurs responsabilités, les dirigeants des assemblées générales des comités catholiques du Nord et du Pas-de-Calais vont sans cesse rappeler la nécessité de faire l’union autour du souverain pontife. Pourtant, la tâche est rude comme le confie Philibert Vrau le 22 août 1896 : « Si on n’a pas une base commune, si on n’accepte pas les directives pontificales, on ne fera rien sur le terrain pratique. Or, vous savez mieux que moi encore que tout le monde ne suit pas les directions pontificales dans les comités catholiques : pourquoi alors porter les discussions sur ce terrain brûlant ? Je dirai la même chose, au point de vue social. Tout le monde est loin de partager la même manière de voir [...]. Pourquoi alors ne pas rester sur la base exclusivement de la défense sur le terrain religieux ? Là, tout le monde est d’accord. » En 1903, alors que Léon XIII vient de décéder, les organisateurs hésitent sur les orateurs pour les conférences finales à l’hippodrome. Vrau souhaite Sangnier ou Bazire et Keller : « Il y aurait là plus qu’une parole, mais un acte en ce moment où les catholiques ont tant besoin d’union, ce serait une affirmation de bonne entente et un espoir d’organisation des catholiques dans toute la France. » Cependant la venue du colonel Prosper Keller, fils d’Émile, risque d’égarer l’opinion publique : « On croira qu’on fait machine arrière, on dira qu’on profite de la disparition de Léon XIII pour secouer ses directives. »

  • 108 Archives Théry, lettre de P. Vrau, 23 juillet 1901.

21La communion avec le pape se retrouve dans le souci de prendre modèle dans l’organisation interne sur l’exemple des congrès italiens : « Il paraît que le pape, consulté par les organisateurs du congrès de Tarente sur la révision de leurs statuts, a fait étudier la question par une commission cardinalice et qu’ensuite le pape a revu le travail et l’a modifié de sa main108. » Il insiste le 7 avril 1902 : « Je crois que plus on se rapproche du type italien connu et sanctionné à Rome, plus les choses seront facilitées. Il est évident qu’on devra s’appuyer sur la hiérarchie de l’Église, surtout si l’on veut avoir, non seulement un comité central et des comités diocésains, mais encore, ce qui est vraiment pratique, des comités paroissiaux. Nous ne pourrons sans doute pas en France avoir une intervention explicite du Saint-Père, mais nous pourrions avoir un encouragement formel. » Cette organisation attendue a pour but en Italie de « donner plus d’autonomie aux différentes sections qui sont paroissiales, diocésaines, régionales, le tout aboutissant à un comité central ». La réflexion porte en elle la suite logique, au nom de la référence aux directives pontificales : la montée en puissance du laïcat, puisque, selon Vrau, dans une lettre du 14 janvier 1903,

« l’œuvre sera laïque et l’organisation laïque. Seulement on a besoin du clergé pour la mise en train : sans lui on ne pourrait rien faire, surtout dans les campagnes. Une fois les comités constitués, ils seront hiérarchisés et par conséquent formeront un corps autonome. »

22La capacité d’organisation, de regroupement des catholiques représente en effet l’apport essentiel, mais aussi la démonstration des limites des congrès comme Vrau le confirme le 24 octobre 1889 : « Vous savez que toute la force de nos associations repose sur l’union des deux diocèses. » L’un des principaux animateurs, Thellier de Poncheville, estime en 1895

  • 109 A.-M. Eslande, op. cit, p. 23.

« qu’il y a place dans nos assises pour tous les amis du peuple chrétien : il y a place, laissez-moi me servir d’un mot qui ne m’effraie pas pour ma part et que je ne veux pas laisser accaparer par nos adversaires, il y a place, dans un congrès catholique, pour cette démocratie qui, voulant être chrétienne, sait, tout en revendiquant ses droits légitimes, respecter les droits des autres à tous les degrés de la hiérarchie sociale et les droits supérieurs de Dieu109 ».

Conscient des déchirements internes aux catholiques, il précise que

  • 110 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 198.

« plus qu’une union de pensée, il s’agit d’une union dans l’action. Il s’agit d’un précieux instrument destiné à conquérir la liberté d’association, la liberté d’enseignement, l’égalité dans les subventions scolaires et devant l’impôt, le droit de manifester hautement, officiellement ses croyances dans toute cérémonie cultuelle110. »

  • 111 C. Boucher, op. cit, p. 37.

La séance de clôture du quarantième congrès en octobre 1924 offre le plus bel exemple d’impact sur la capacité d’union des catholiques. Le général de Castelnau, suite à sa demande à l’évêque de Lille par courrier en août de la même année, profite de cette séance pour lancer officiellement la Fédération nationale catholique en précisant les objectifs : « Il s’agit de lutter contre nos adversaires francs-maçons. Leur but ? Déchristianiser la France […]. Notre programme à nous ? Restaurer l’ordre social chrétien dans la famille et dans la société. » Il énumère les moyens d’action : « J’essaierai de gagner à la cause de la Fédération l’opinion publique par le journal, par le tract, par la propagande de proche en proche. Puis l’opinion publique gagnée, nous agirons sur les pouvoirs publics. » Le général constate en effet que « la force catholique existe, mais elle agit en ordre dispersé. Elle manque d’unité, de cohésion, de discipline ». Il propose donc de créer dans chaque diocèse un comité directeur diocésain qui anime des unions paroissiales dirigées par des comités111.

  • 112 Alain-René Michel, « Les catholiques sociaux du Nord et les modèles belge et flamand », Revue du No (...)

23Le contact avec l’extérieur se manifeste par une information sur les réalités du monde catholique allemand et surtout sur les pratiques belges en matière d’union politique, de défense religieuse et d’avancées sociales. L’intervention de Verspeyen, catholique de Gand, en 1879, démontre que, face à la réglementation de la liberté de l’enseignement en Belgique depuis 1842, c’est la contribution financière des catholiques qui permet le maintien de l’école confessionnelle. En 1881, Charles Périn, professeur à l’Université de Louvain, promoteur de l’idée de patronage, est présent de même qu’en 1892 Mgr Doutreloux, défenseur de la démocratie chrétienne de Liège112. En offrant la parole à des représentants des syndicats ou des œuvres sociales, les congrès font avancer les connaissances, combattent les replis hexagonaux, offrent des solutions de rechange à des questions qui, vues de France, paraissent insolubles.

  • 113 André Caudron, dir., op. cit. p. 108.

24Des décisions importantes ont enfin été prises en lien direct avec les structures suscitées par les congrès. Le dynamisme du comité lillois qui a toujours fait preuve d’un esprit d’initiative tel qu’il suscite la méfiance de la part de Cambrai et d’Arras a nettement contribué à la crédibilité de la création d’une nouvelle structure diocésaine. Philibert Vrau, en 1892, suscite l’envoi d’une députation chargée de défendre la cause auprès de la nonciature. Le projet des responsables de la hiérarchie de créer un nouveau diocèse dont le siège épiscopal serait Lille mûrit lentement et aboutit le 21 novembre 1913 : Mgr Charost est intronisé le 10 décembre113. La création de l’Université catholique de Lille, d’autre part, la première de cet ordre en France, est justifiée en bonne partie par la mise en œuvre et surtout la pérennité durant quelques décennies des assemblées générales des comités catholiques. Dès 1877, l’abbé Mortier, chef d’un établissement secondaire, estime que

  • 114 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 106.

« la fondation d’une université catholique est éminemment religieuse […]. Grâce à l’université, nous verrons partout surgir des hommes disposés à offrir leur protection, leur concours, leur encouragement à tout ce qui est vrai et bon114 ».

  • 115 Ibid., p. 107.

L’année suivante, le congrès engage des démarches auprès des députés du Nord et surtout lance une souscription en s’appuyant sur des soutiens dont le plus important est Philibert Vrau, « la poule aux œufs d’or du parti clérical » comme le signe le rapport de la Sûreté générale115. Une fois l’institution universitaire créée en 1875, des rapports d’activité, des appels au soutien financier sont sans cesse évoqués lors des grandes rencontres annuelles.

  • 116 A.-M. Van Eslande, op. cit, p. 108.
  • 117 Ibid., p. 127

25Les congrès du Nord-Pas-de-Calais jouent également un rôle décisif dans la formation et l’organisation de la commission permanente diocésaine qui doit donner son avis sur les projets de construction ou restauration des édifices sacrés116. La participation de la Jeunesse catholique de 1890 à 1932 explique l’importance du développement du syndicalisme chrétien et de l’œuvre des Secrétariats sociaux. La fréquentation de plus en plus assidue des responsables des organisations chrétiennes du monde agricole, souvent représentées par l’abbé François, vicaire à Templeuve, qui, dès 1897 et 1898, évoque les résultats de l’association professionnelle117, vont assurer la crédibilité d’une telle démarche au sein de l’Église et recevoir un soutien décisif dans les trois diocèses. Tous ces éléments contribuent à renouveler la démarche des catholiques, ouvrent des chantiers et surtout offrent des réponses aux exigences du monde contemporain.

Révélateurs de personnalités

  • 118 Ibid., p. 183.

26Liés à des personnalités discrètes, mais opiniâtres comme Victor Canet à Lille, les congrès mettent en évidence des pasteurs qui sont déjà connus par ailleurs, tels le futur cardinal Liénart, ou qui tiennent leur réputation de leur apparition dans de telles rencontres. Mgr Delamaire, alors évêque de Périgueux, triomphe tellement en 1903 avec sa conférence sur « la franc-maçonnerie, voilà l’ennemi », qu’il est à la suite nommé coadjuteur de Mgr Sonnois, archevêque de Cambrai en 1906. Il n’hésite pas, en 1905, à indiquer que « la Séparation va cependant briser une chaîne d’argent qui nous écrasait et ouvrir une prison où l’on étouffait ». À Roubaix, l’année suivante, il considère que, « grâce à la persécution qui me donne ce droit, il n’y a plus de concordat pour me fermer la bouche. J’ai la liberté de dire ce que je veux118 ». Il est nommé évêque auxiliaire de Lille, prenant en charge l’organisation des manifestations qui suivent. Cependant, il considère que l’arrivée de Mgr Charost, plus intransigeant, futur premier évêque de Lille, correspond à un désaveu qui l’affecte profondément juste avant son décès en 1913. Sa forte personnalité, rétive aux tenants de la tradition et à ceux de la démocratie chrétienne, l’amène à être incompris par les uns et les autres.

  • 119 C. Boucher, op. cit, p. 18 ; André Caudron, dir., op. cit., p. 446.

27Dans le Pas-de-Calais, Mgr Lequette a fait connaissance de l’archevêque de Cambrai au Concile du Vatican. Il participe activement dans les dix premières années aux congrès interdiocésains et soutient le projet de création d’une université lilloise. Mgr Williez intervient dans le cadre de la présidence de la commission des patronages. Le chanoine Guillemant puis Mgr Hoguet préfèrent préparer une ossature de cadres pour les mouvements d’action catholique et les associations syndicales. Dans le diocèse de Lille, l’abbé Liénart peut s’appuyer notamment sur l’activité de l’abbé Tiberghien. Professeur de théologie à l’Université catholique, celui-ci contribue avec Eugène Duthoit et Léon Verschaeve à organiser les Semaines sociales. En 1913, il est appelé par Mgr Delamaire à devenir aumônier diocésain de l’ACJF119.

  • 120 Archives Théry, lettre de Philibert Vrau, 20 mars 1896.

28L’apport essentiel réside cependant dans la promotion évidente de laïcs qui jouent alors un rôle essentiel dans ces congrès. Dans le Nord, le comte Louis de Caulaincourt, polytechnicien, ardent légitimiste, membre de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, président des congrès de 1873 à 1895, n’hésite pas à rappeler le lien indissoluble selon lui entre la monarchie capétienne et l’Église catholique : il triomphe lors des premiers congrès, puis se voit contester à mesure que la maladie le touche et l’oblige à prendre du recul, de même que Chesnelong, qui incarne la même tendance sur le plan parisien. Face à lui, le chef incontesté des catholiques du Nord et du Pas-de-Calais est le comte Thellier de Poncheville, « qui offre de grands avantages à cause des facilités qu’il a de concilier les sympathies de tous les groupes catholiques depuis M. Piou jusqu’à M. Chesnelong120 ». Membre de l’Œuvre des cercles, député de Valenciennes, il fait des propositions de loi sur la protection des salaires et des petites propriétés rurales contre leur saisie.

  • 121 André Caudron, dir., op. cit. p. 106.
  • 122 Xavier Théry, Le Commis-voyageur de Dieu, Philibert Vrau, 1829-1905, Tournai, 2000.

29Gustave Champeaux, le secrétaire général des premiers congrès catholiques, exerce les fonctions de comptable aux établissements Vrau. Légitimiste comme le président Caulaincourt, il joue un rôle également important dans la mise en place des Facultés catholiques en participant au bureau central chargé de programmer le lancement de cette institution universitaire. Membre du tiers ordre de Saint-Dominique, engagé dans la Société de Saint-Vincent-de-Paul, il doit, pour des raisons de santé, interrompre ses engagements en 1893121. Il est considéré comme le « bras droit » de Philibert Vrau. Celui-ci est le véritable pilier des congrès sur l’ensemble de la période. Sa correspondance avec Victor Canet, devenu professeur d’histoire à l’Université catholique, révèle la foisonnante activité de ce laïc qui aurait voulu se faire chartreux, et qui, obéissant au souhait de son père de l’aider dans la gestion de son entreprise, devient de 1895 à 1905, avec son correspondant, le maître d’œuvre discret de ces grandes manifestations. Très lié à son beau-frère, Camille Féron, médecin de formation, plus porté sur les œuvres sociales, Philibert s’investit dans la Société de Saint-Vincent-de-Paul, les comités, les congrès ; il finance différents projets de construction d’églises, notamment celle de Notre-Dame de la Treille dans sa ville de Lille. Avec son beau-frère, il soutient financièrement le projet de création de l’Université catholique. Comme le rappelle le cardinal Régnier, archevêque de Cambrai, « notre université ne tient qu’à un fil, mais ce fil est solide, c’est le fil Vrau122 ».

***

30L’expérience des assemblées générales des comités catholiques du Nord et du Pas-de-Calais, de 1873 à 1924, permet de mesurer l’importance d’une telle manifestation dans la résistance aux assauts des républicains anticléricaux, notamment dans le domaine scolaire, puis lors de la Séparation. Cette activité permet de comprendre la place décisive prise par la cité flamande dans la refonte de l’organisation ecclésiastique qui érige un nouveau diocèse dans une ville disposant désormais de Facultés catholiques. Le succès de ces rassemblements en faveur de la liberté de l’enseignement, de la reconnaissance de la réalité du catholicisme dans sa pluralité ne doit pas faire oublier les limites de cette action liées aux faiblesses internes. La méfiance réciproque des autorités diocésaines, mais aussi de certains responsables laïcs des entités concernées, explique l’arrêt de ces congrès acceptés dans les périodes de conflit, mais révélateurs de divisions politiques et sociales dans les périodes d’accalmie. Conscients de la nécessité de travailler dans chaque diocèse et au sein des doyennés sur des questions plus proches de leurs préoccupations immédiates, les catholiques du Nord et du Pas-de-Calais gagnent alors en approfondissement ce qu’ils perdent en visibilité.

Notes

79 Yves-Marie Hilaire et al, Histoire du Nord-Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 1982, p. 135-153.

80 Bruno Béthouart, Alain Lottin, dir., La Dévotion mariale de l’an 1000 à nos jours, Arras, Artois Presse Université, 2005 ; Yves-Marie Hilaire, dir., Benoît Labre, Errance et sainteté. Histoire d’un culte 1783-1983, Paris, Cerf, 1984.

81 André Caudron, Lille-Flandres, Paris, Beauchesne, 1990, p. 106 (Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine).

82 J.-R. Joveneaux, Les Congrès catholiques du Nord et du Pas-de-Calais (1873- 1898), mémoire de maîtrise, Université de Lille, 1967, p. 40.

83 A.-M. Van Elslande, Les Congrès catholiques du Nord et du Pas-de-Calais (1897- 1912), mémoire de maîtrise, Université de Lille, 1967, p. 17.

84 Ibid., p. 50.

85 C. Boucher, Les Congrès des Œuvres du diocèse de Lille (1919-1939), mémoire de maîtrise, Université de Lille III, 1989, p. 8

86 Archives de M. Xavier Théry, correspondance de Philibert Vrau.

87 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presse Université, 1996, p. 85-101.

88 A.-M. Van Elslande, op. cit., p. 52.

89 Ibid., p. 59.

90 Ibid., p. 70.

91 Ibid., p. 72.

92 C. Boucher, op. cit., p. 26.

93 J.-R. Joveneaux, op cit., p. 102.

94 C. Boucher, op. cit. p. 32.

95 J.-R. Joveneaux, op. cit., p. 120.

96 A.-M. Van Elslande, op. cit, p. 109.

97 Ibid., p. 112.

98 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, Presses universitaires, 1977, t. 2, p. 635.

99 C. Boucher, op. cit, p. 32.

100 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 136.

101 Guy Lepoutre, « Montée et contestation du modèle paternaliste : l’Association des patrons du Nord – Mouvaux 1884-1894 », Revue du Nord, t. LXXIII, n° 290- 291, 1991, p. 259-270.

102 A.-M. Van Elslande, op. cit, p. 117.

103 Ibid., p. 180.

104 Ibid., p. 182.

105 A.-M. Van Elslande, op. cit, p. 183.

106 Archives Théry.

107 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 155.

108 Archives Théry, lettre de P. Vrau, 23 juillet 1901.

109 A.-M. Eslande, op. cit, p. 23.

110 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 198.

111 C. Boucher, op. cit, p. 37.

112 Alain-René Michel, « Les catholiques sociaux du Nord et les modèles belge et flamand », Revue du Nord, t. LXXIII, n° 290-291, 1991, p. 321-328.

113 André Caudron, dir., op. cit. p. 108.

114 J.-R. Joveneaux, op. cit, p. 106.

115 Ibid., p. 107.

116 A.-M. Van Eslande, op. cit, p. 108.

117 Ibid., p. 127

118 Ibid., p. 183.

119 C. Boucher, op. cit, p. 18 ; André Caudron, dir., op. cit., p. 446.

120 Archives Théry, lettre de Philibert Vrau, 20 mars 1896.

121 André Caudron, dir., op. cit. p. 106.

122 Xavier Théry, Le Commis-voyageur de Dieu, Philibert Vrau, 1829-1905, Tournai, 2000.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search