Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Les congrès des Comités catholiques 1870-1905 73

Daniel Moulinet

Texte intégral

  • 73 Ce thème a fait l’objet d’un mémoire présenté pour l’habilitation à diriger des recherches à l’Univ (...)

1À partir de 1872, se tient à Paris, une fois l’an, une Assemblée générale des catholiques, qui réunit plusieurs centaines de responsables des œuvres catholiques venus de toute la France. Des assemblées semblables ne tardent pas à s’organiser à Lille, qui se réunissent elles aussi régulièrement, tandis que, de temps à autre, d’autres réunions du même genre sont mises en place ailleurs en France, ouvrant sur un rayonnement régional. Les Comités catholiques constituent le support de ces assemblées. On peut porter sur eux des regards très différents et probablement aussi légitimes les uns que les autres. Ils peuvent apparaître aussi bien comme une tentative de reconquête politique de la part du catholicisme dans une France affaiblie par la défaite de 1870-1871 que comme la manifestation concrète du renouvellement de la pastorale qui s’opère alors et qui, débordant la pastorale sacramentelle de type tridentin, atteint à un catholicisme intégral qui vise à christianiser tout l’homme, dans tous les temps de sa vie, de la naissance à la vieillesse et dans sa dimension corporelle autant que spirituelle. On peut voir aussi dans ces assemblées la concrétisation du rôle de premier plan accordé désormais au laïcat catholique qui, tout en reconnaissant volontiers la prééminence de la hiérarchie dans le domaine spirituel, conquiert sa place. Désormais, le clergé doit compter avec les notables catholiques et apprendre à collaborer avec eux. Aux deux extrémités de la période, on trouve, certes, des événements historiques majeurs pour la France : la guerre avec la Prusse et la loi de séparation des Églises et de l’État, mais aussi des initiatives pontificales significatives, la mise en place par Pie IX d’une organisation politique s’appuyant sur des laïcs de l’Europe entière, l’Internationale noire, d’une part, et, à l’autre extrémité de la période, l’encyclique de Pie X, Il fermo proposito, qui, tout en rendant hommage à l’activité menée par ces laïcs, vise à placer ce qu’on nomme déjà l’Action catholique sous le contrôle de la hiérarchie.

Une histoire diachronique

Le lancement des Comités catholiques

2Au long de ces trente-cinq années d’histoire se succèdent deux générations d’hommes d’œuvres. La période peut être scandée de manière claire par deux césures, de nature politique et religieuse. La première se situe en 1878-1879, avec, successivement, la mort de Pie IX et la démission de Mac-Mahon. Au terme d’un très long pontificat, une figure marquante disparaît et s’ouvrent des incertitudes : comment le nouveau pape se situera-t-il sur l’échiquier politique, alors que les États de l’Église ont disparu et qu’une restauration de ceux-ci s’avère de moins en moins possible ? De même, le retrait du vieux maréchal, consécutif à la prise de contrôle des républicains sur la Chambre des députés et le Sénat, rend encore plus illusoire l’espoir d’une restauration monarchique entretenu par des nostalgiques de chrétienté. La seconde, en 1892, est liée à l’engagement décisif de Léon XIII en faveur du Ralliement à la République. Malgré la résistance opposée par certains notables catholiques, le pape n’admettra plus que leur action se situe en dehors de ce cadre. Sur le terrain social, elle devra aussi demeurer dans la ligne de Rerum novarum.

  • 74 Emiel Lamberts, dir., The Black International – L’Internationale noire (1870- 1878), Leuven, Leuven (...)

3Il est difficile de déterminer une généalogie et un acte de naissance pour les Comités catholiques. Certes, les exemples allemand et belge (les Katholikentage d’une part et les congrès de Malines de l’autre) sont présents à l’esprit des initiateurs, comme des modèles d’organisation du laïcat et de résistance au pouvoir politique. Encore un peu plus loin à l’arrière-plan, on trouve la figure de Montalembert et l’initiative de l’Agence pour la défense de la liberté religieuse, voire du Comité catholique qu’il a créé pour combattre les projets de loi sur l’enseignement secondaire, en 1844, comité qui a eu un certain impact sur les élections de 1846, mais n’a pu se maintenir longtemps, du fait des dissensions entre catholiques. Par ailleurs, les Comités catholiques français se rattachent au projet, d’envergure européenne, dénommé, par ses membres mêmes, l’Internationale noire74, qui suscite notamment la création, en Italie, de l’Opera dei congressi.

4La création des Comités catholiques apparaît aussi comme la résultante d’une convergence d’efforts divers. Le Dr Félix Frédault, après une action humanitaire durant le siège de Paris de 1870, lance une tentative d’union des catholiques sur le terrain politique lors des élections législatives de février 1871. C’est Adolphe Baudon, le président général de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, un proche de Mgr Mermillod, l’initiateur de l’Internationale noire, qui pousse à transformer le Comité catholique en une structure permanente de défense religieuse. Ce projet rencontre l’appui du père d’Alzon, qui réclamait une telle initiative, en lançant une « antimaçonnerie universelle, une ligue pour la défense des droits de l’Église ». C’est le réseau des conférences de Saint-Vincent-de-Paul qui va servir de support et de vivier aux Comités naissants.

1872-1878

5La première assemblée des Comités catholiques se tient en avril 1872, présidée par Félix Frédault et Léon Pagès, homme d’œuvres parisien. Elle réunit plus de 380 délégués représentant la quarantaine de comités formés, ainsi que 24 députés. Pourtant, elle n’a pas l’ampleur d’un Katholikentag. Craignant de violentes oppositions, ses initiateurs ont préféré une réalisation plus modeste. Mais ce congrès apparaît fondateur, car il met en place des structures organisationnelles (comité du contentieux, commission des œuvres) et vote des motions qui fourniront le programme des actions des années suivantes : lois sur le travail, l’aumônerie militaire, le repos dominical et surtout loi sur les universités catholiques, réclamée avec ardeur par le père d’Alzon, qui apparaît comme le ténor de l’assemblée.

6Cette présence provoque les craintes de l’archevêque de Paris, Mgr Guibert, qui désire une plus grande modération des Comités et exige son éviction. Mais, dès 1873, les Comités ont un chef, Charles Chesnelong (1820-1899), le député d’Orthez, qui est engagé aux côtés d’Albert de Mun dans les Cercles catholiques d’ouvriers, travaille pour l’élaboration de la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur et mène la négociation avec le comte de Chambord sur la question du drapeau et de la restauration monarchique. Sa présence est gage de modération, mais aussi d’engagement politique des Comités dans la ligne légitimiste : 76 députés sont présents, sur 571 participants, en 1873. Pourtant, avant tout, l’assemblée annuelle parisienne est un lieu où les œuvres nouvelles se font connaître. Les membres des Comités s’impliquent dans l’ouverture de cercles catholiques d’ouvriers, la construction de l’église de Montmartre et, dès le vote de la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur (1875), la fondation des universités catholiques. C’est particulièrement le cas à Lille où, depuis 1873, se réunissent les Comités catholiques du Nord et du Pas-de-Calais. Dès l’année suivante, le comte de Caulaincourt, président du Comité de Lille, en prendra la tête, jusqu’à ce que des problèmes de santé l’amènent à s’en retirer.

7Durant la première période, quels ont été les principaux dossiers à l’ordre du jour des assemblées ?

  • le lancement des pèlerinages (La Salette, Paray-le-Monial, bientôt Lourdes) qui vise à restaurer un élan spirituel dans la France entière et travailler à la délivrance du pape : le Conseil central des pèlerinages se fonde en 1873 qui présente les pèlerins comme de nouveaux croisés ;

  • le vœu national au Sacré-Cœur, qui présente la démarche pèlerine vers Paray puis Montmartre comme un geste de repentance et de réparation de la France catholique pour ses fautes ;

  • le vote d’une loi sur l’aumônerie militaire, réalisé en 1874, mettant en place des aumôniers dépendant de l’évêque diocésain et ouvrant des cercles militaires catholiques ;

  • la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur qui, nonobstant la position intransigeante du père d’Alzon et du jésuite Marquigny à la tribune de l’assemblée des catholiques, est de nature libérale.

  • un échec, en revanche, est à noter sur le vote d’une loi sur le repos du dimanche. La proposition du baron Amand Chaurand, député de l’Ardèche et catholique engagé, est défendue à la Chambre par Chesnelong lui-même. Mais il laisse apparaître la loi comme de nature autant religieuse que sociale, et c’est l’échec (251 voix contre 295).

  • deux autres dossiers sont encore soumis aux assemblées : la question ouvrière, présentée par les dirigeants des Cercles catholiques d’ouvriers et Léon Harmel, l’industriel catholique du Val-des-Bois, et la préparation d’une défense des congrégations religieuses. L’effritement de la majorité conservatrice dans les deux Chambres laisse en effet percevoir aux plus lucides des catholiques qu’une période de persécution se prépare. Les dirigeants pensent que le combat va se déplacer sur le terrain juridique. Aussi la priorité, dans la fondation des facultés catholiques, est donnée à la formation de juristes catholiques.

1879-1891

8Au début de l’année 1879, Jules Grévy succède à Mac-Mahon à la présidence de la République. Plus qu’un changement d’hommes, c’est une mutation d’état d’esprit. À la position conservatrice, attachée à la vision d’une société hiérarchisée et à la structure sacralisée par l’Église, succède la vision républicaine d’une société laïcisée et fondée sur la philosophie des Lumières. Dès le printemps, des mesures sont présentées par Paul Bert et Jules Ferry dans le domaine de l’enseignement : amendement de la loi du 12 juillet 1875 sur la liberté de l’enseignement supérieur et réforme de l’enseignement primaire. Aussi l’assemblée des Comités catholiques des 15- 19 avril 1879 est-elle placée sous le signe de la défense religieuse. Le cardinal Guibert qui, jusque-là, s’était tenu sur une prudente réserve pour ménager le gouvernement, accorde aux Comités catholiques un appui beaucoup plus explicite. Malgré des discours mobilisateurs, les assemblées parisienne et lilloise ne prennent pas de mesures spectaculaires.

9L’année suivante, les dangers se sont précisés. Durant l’été, on procède aux expulsions des jésuites, en application des décrets du 29 mars 1880. Le dessaisissement des juridictions ordinaires au profit du tribunal des conflits, présidé par le ministre de la Justice, provoque la démission de plusieurs centaines de magistrats catholiques, en signe de protestation devant cette négation de l’indépendance de la justice. Aussi, dès 1880, l’assemblée générale des Comités catholiques se préoccupe de la création urgente d’écoles libres pour accueillir les congréganistes chassés des écoles publiques. Le fait que Chesnelong ait simultanément pris le contrôle des Comités catholiques et de la Société générale d’éducation et d’enseignement lui donne un poids énorme dans ce dossier. Durant plusieurs années, c’est l’orientation principale des catholiques. Mais, dans la suite des années 1880, d’autres dossiers réclament leur attention. L’encyclique Humanum genus (20 avril 1884) les a encouragés dans leur dénonciation de l’action de la franc-maçonnerie. Déjà, Chesnelong a dénoncé la perspective de la Séparation des Églises et de l’État. Bien que le pape invite les catholiques à prendre leur part des responsabilités sociales, les évêques se montrent inquiets devant la possibilité d’une dérive sur le terrain politique. Aussi invitent-ils les Comités à la modération. Mais comment rester indifférents quand se profile à l’horizon la commémoration de 1789 et des idéaux que la Révolution représente ? Des manifestations sont organisées contre les idées révolutionnaires qui prennent la forme d’assemblées des états provinciaux. Des orateurs en viennent à réclamer la liberté pour l’Église, en référence au modèle américain, et appellent à la mise en place d’une véritable liberté d’association.

10Mais, en ces années, une autre question prend toute sa place : la question sociale, du fait notamment du poids des assemblées lilloises. Dénonçant, dès 1882, le danger socialiste, germe d’une guerre sociale, Émile Keller a montré qu’il était favorisé par le libéralisme industriel qui a détruit la vie familiale ouvrière. Le paternalisme des patrons du Nord, des catholiques notamment, est timidement remis en question par la notion de « corporation chrétienne ». Dès 1890 émergent de manière explicite les questions qui seront au cœur de l’interprétation de l’encyclique Rerum novarum de l’année suivante : la notion du juste salaire et les limites de l’intervention de l’État.

1892-1905

11C’est moins d’une semaine avant l’assemblée lilloise de 1890, qui n’en fait pas mention, que le cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger, prononce le fameux toast, première invitation au ralliement à la République, bien que le mot ne figure pas explicitement dans son allocution, laissant entendre qu’il bénéficie du soutien du pape. La suite des événements montrera que Rome a sous-estimé l’ampleur des réactions défavorables de ceux qui estiment que la République n’est pas simplement une « forme de gouvernement », mais qu’elle est foncièrement hostile à l’Église. Sur ce point, Chesnelong et Caulaincourt estiment que les catholiques français peuvent conserver librement des opinions publiques divergentes, tout en s’unissant sur le terrain religieux pour demander l’abrogation des lois hostiles à l’Église. Ils veulent réunir dans un même mouvement les catholiques, toutes tendances politiques confondues. Mais l’Union de la France chrétienne que Chesnelong met sur pied et où l’on rencontre la majorité des responsables des Comités catholiques, est dominée par les monarchistes, ce qui suscite, dès l’été 1891, les réserves les plus explicites du nonce Rotelli.

12En février 1892, Léon XIII estime que l’heure est venue de rompre avec l’ambiguïté d’une lutte antigouvernementale qui tend à se confondre avec une opposition à la forme républicaine du gouvernement. Par l’encyclique Au milieu des sollicitudes (16 février 1892), il veut rendre obligatoire l’acceptation du régime républicain. Il demande au cardinal Richard, archevêque de Paris, d’ôter tout soutien à l’Union de la France chrétienne et n’envoie sa bénédiction aux Comités catholiques réunis le 12 mai qu’à la condition qu’ils acceptent de se placer sur le terrain constitutionnel. Chesnelong s’estime, à juste titre, désavoué dans la ligne qu’il a adoptée pour l’Union et les Comités qui consistait à laisser à leurs membres la liberté de se rallier ou non. Il dissout l’Union et décide de ne plus réunir désormais les Comités, à la grande déception du pape, qui y voyait un stimulant énergique pour l’action des catholiques en France.

13Deux tentatives d’une résurrection des réunions parisiennes, en 1893 et 1897, à l’initiative d’Émile Keller, n’ont qu’un faible impact. Le relais est pris par une autre structure, les Congrès nationaux des catholiques, fondés dans la mouvance des manifestations du quatorzième centenaire du baptême de Clovis, à Reims (1896). Le premier congrès retrouve l’allure des assemblées générales des catholiques par sa structuration en sections selon les différentes catégories d’œuvres. Sous la présidence du comte Charles de Nicolay, deux autres congrès se réunissent en 1897 et 1898 et un dernier verra le jour en 1900, dans le cadre de l’Exposition universelle. Il s’agit de faire montre du dynamisme de l’Église catholique se traduisant par la multiplicité de ses œuvres. Bien que le président, ancien ami intime du comte de Chambord, soit un rallié, des tensions demeurent, qui montrent bien que le ralliement n’a pas fait l’unanimité parmi les catholiques militants. Cependant, les assemblées lilloises ont poursuivi leur chemin, sans que les débats politiques aient pris le pas sur l’action sociale. Charles Thellier de Poncheville, un rallié, a succédé sans heurt au comte Anatole de Caulaincourt. Les incidences politiques des séances sont demeurées circonscrites au domaine de la défense religieuse, dans plusieurs secteurs : la défense des congrégations religieuses, la question scolaire, la liberté des processions. Toutefois les débats principaux tournent autour de la question sociale, sur la possibilité et l’opportunité de créer des syndicats ouvriers chrétiens, sur l’apport des Cercles catholiques d’ouvriers en matière de législation sociale notamment.

14À la fin de la période, la question politique revient au premier plan. Face au retour des menaces des lois persécutrices, tandis que les ralliés ont le sentiment d’avoir fait un sacrifice inutile, les orateurs sont tentés par l’antimaçonnisme et l’antisémitisme. Malgré leur conviction foncière que la France reviendra vers la religion, seul support solide pour la cohésion sociale, l’avenir apparaît bouché du fait des échecs électoraux successifs. La Séparation conduit à une évolution : les évêques, qui récupèrent leur liberté à l’égard du gouvernement, sont investis d’un pouvoir d’initiative plus grand. Mgr Delamaire, le nouvel archevêque de Cambrai, rejoint en cela par les laïcs séduits par l’Œuvre des congrès italienne, souhaite une organisation paroissiale des comités, davantage sous le contrôle de la hiérarchie. Même si les essais sont difficiles, le modèle, qui sera celui des congrès diocésains et de l’Action catholique générale, commence à se mettre en place.

L’organisation des Comités catholiques

Structuration des Comités catholiques

  • 75 Notre apport, ici, est partiel, du fait que nous n’avons pu nous livrer à une sorte de tour de Fran (...)

15L’organisation des Comités catholiques est également intéressante à étudier pour elle-même75. À partir des années 1880, le déroulement des assemblées, qui réunissent 400 à 600 personnes, suit une sorte de rituel : messe d’ouverture (le matin du premier jour, en l’église Saint-Thomasd’Aquin) ; réunions des commissions au cours de la journée ; lecture en soirée des rapports préparés à l’avance et de ceux faisant le bilan des travaux des commissions ; présentation et vote des vœux après les rapports. Chaque séance du soir, qui s’ouvre par la récitation du Veni Sancte Spiritus et de l’Ave Maria, est présidée par un évêque ou un prélat qui adresse quelques mots d’édification en fin de réunion et donne la bénédiction. C’est généralement au cours de la première séance qu’est votée une adresse au pape. La réponse est lue quelques jours plus tard lors d’une séance vespérale. Les travaux se concluent par un discours d’un orateur catholique, souvent Keller, et par quelques mots de Chesnelong. Le dimanche matin se déroule un pèlerinage au Sacré-Cœur de Montmartre et, parfois, à Notre-Dame des Victoires, avec allocution par un clerc. Un banquet de clôture, enfin, réunit les principaux dirigeants. On note quelques variantes : un punch au Cercle des étudiants du Luxembourg remplace parfois le banquet de clôture. De plus, à partir de 1883, la Société générale d’éducation et d’enseignement, que préside également Chesnelong, tient son assemblée générale au cours du congrès, souvent le vendredi après-midi, et Chesnelong n’hésite pas à inviter les participants du congrès à s’y rendre.

16Le siège des Comités catholiques demeure une vingtaine d’années au 47 de la rue de l’Université. Outre un secrétariat et des bureaux, il y a là une petite salle de conférences. Si l’archevêque de Paris bénéficie d’une présidence d’honneur, c’est Charles Chesnelong qui occupe la présidence effective, de 1873 à 1892. Le nombre des vice-présidents atteint parfois huit ou dix : ce sont des présidents de tel ou tel comité de province, ou des responsables d’œuvres, ou encore des invités étrangers. Mais trois d’entre eux sont les auxiliaires de Chesnelong : Émile Keller, Gabriel de Belcastel, le baron de Ravignan. Ils dirigent telle ou telle séance et leurs discours comptent parmi les interventions majeures des congrès. Une équipe de secrétaires assure les comptes rendus des séances, sous la houlette de Camille Rémont, secrétaire du Comité catholique de Paris, du Comité de défense religieuse et de la Société générale d’éducation et d’enseignement. La fonction de trésorier n’apparaît que de manière épisodique. La liste des commissions évolue au fil des années, mais on peut néanmoins en dégager un cadre de classement des œuvres : spiritualité, enseignement et jeunesse, œuvres sociales et charitables, œuvres de défense religieuse et de propagande.

17La physionomie des assemblées lilloises offre des similitudes avec celle de Paris, même si l’on note une croissance régulière du nombre des participants, qui s’accélère dans les premières années du XXe siècle, passant de 250 en moyenne pour la période 1873-1877 à plus de 870 pour les années 1903-1906. Si l’assemblée de 1876, choisie comme exemple, a un recrutement avant tout régional (50 % des membres viennent de Lille et 80 % du département du Nord, 7 % seulement du Pas-de-Calais), celle de 1897 s’est diversifiée (21 % de Lille, 63 % du Nord, 13 % du Pas-de-Calais, 17 % du reste de la France, 7 % de la Belgique). Le clergé séculier est imposant par sa présence près de la moitié de l’assemblée, ce qui tient à l’aspect régionaliste de la réunion : ce sont des pasteurs qui se font l’écho d’œuvres à la base et non pas des responsables situés à un certain niveau. Une comparaison entre les assemblées parisiennes et septentrionales montre le poids plus grand du clergé à Lille, ainsi que des professeurs, médecins (du fait de la présence de l’Université catholique) et industriels, au détriment de la noblesse, des fonctionnaires et des hauts magistrats.

18Si les Comités de Paris et du Nord – Pas-de-Calais sont les seuls à se réunir annuellement sur une période assez longue, d’autres comités se sont créés en province qui envoient leurs représentants à l’assemblée générale parisienne. La plupart d’entre eux n’ont qu’une existence éphémère et ne convoquent qu’épisodiquement des congrès régionaux. Parmi les plus actifs, on peut signaler ceux de Montpellier, Nîmes – l’influence du père d’Alzon est manifeste –, Dijon, Rouen et Nantes.

Les dirigeants

19L’étude des Comités catholiques peut permettre d’approcher la physionomie de ces hommes d’œuvres de la fin du XIXe siècle. Il est possible de les répartir en plusieurs cercles concentriques. Le plus grand est composé des participants des assemblées du soir à Paris (de l’ordre de 600 personnes) et, à Lille, de ceux qui viennent au grand rassemblement final, qui, à la fin du siècle, réunit à la Salle de l’Hippodrome environ 5000 personnes autour d’un orateur connu. Puis, resserrant notre regard, nous en venons au groupe des membres qui assistent à l’ensemble d’un congrès : les listes ont été imprimées, à Paris, pour les premières années, et à Lille, tout au long de la période. Beaucoup ne font pas que d’entendre les orateurs des assemblées vespérales, mais participent au travail des commissions en journée. Enfin, nous atteignons le groupe des personnes qui prennent la parole au cours des assemblées générales, avant d’en arriver au dernier carré, celui des dirigeants des congrès. Parmi les intervenants, nous pouvons encore distinguer entre ceux qui ne prennent la parole qu’une ou deux fois et ceux qui le font davantage. C’est à ceux-ci que nous nous intéresserons.

20Mais, avant eux, il y a les dirigeants, Charles Chesnelong, Émile Keller, Anatole de Caulaincourt, Charles Thellier de Poncheville et Charles de Nicolay. Le premier, Charles Chesnelong (1820-1899), assumant très vite la présidence de l’Assemblée parisienne, lui donne, par sa seule présence, un poids sur la scène politique. Chesnelong, dont l’histoire retient avant tout la démarche infructueuse à Frohsdorf pour faire accepter au prétendant le drapeau tricolore, apparaît comme l’incarnation de ce combat en faveur de la restauration d’une monarchie chrétienne, acceptable néanmoins par l’opinion française. À la Chambre, puis au Sénat, il est le défenseur de l’Église catholique face aux lois laïcisatrices. Il est au premier rang des catholiques engagés en politique. De ce point de vue, Émile Keller (1828-1909) le seconde brillamment ; à la Chambre, il est tout autant le porte-parole de l’Alsace meurtrie que de l’Église attaquée et ses discours devant les Comités catholiques ne manquent pas de vigueur. Il supplée, une fois ou l’autre, à l’absence de Chesnelong, mais, quand celui-ci se sera définitivement retiré, à la suite du Ralliement, Keller, rallié, ne parviendra pas à faire repartir les assemblées parisiennes.

21C’est à Anatole de Caulaincourt (1811-1896), puis à Charles Thellier de Poncheville (1842-1915) que revient la charge d’animer les Assemblées du Nord et du Pas-de-Calais. Mais aucun d’eux n’a l’impact politique de Chesnelong et leur autorité apparaît donc davantage subordonnée à celle de la hiérarchie ecclésiastique. Toutefois, l’option ralliée et ouverte à la démocratie chrétienne de Thellier de Poncheville n’est pas sans influence sur les catholiques du Nord, même si elle y rencontre une certaine opposition.

22Avec Charles de Nicolay (1828-1906), c’est à un homme d’œuvres qu’échoit la présidence des Congrès des catholiques, élaborés comme une composante des rassemblements de la « France chrétienne » à Reims en 1896. Nicolay est un homme consensuel, dont les options politiques se sont toujours effacées derrière l’engagement religieux, ce qui va de pair avec l’évolution de ce type d’assemblées, mais ne lui confère peut-être pas l’autorité suffisante pour en faire une structure durable.

23Quels traits retenir de l’ensemble de ces cinq hommes ? On peut d’abord noter la bonne entente qui règne entre eux, malgré leurs attitudes divergentes lors du Ralliement. Il est clair que leur engagement politique fait de Chesnelong et de Keller des hommes d’envergure nationale, davantage que les trois autres. Caulaincourt et Nicolay sont d’abord des hommes d’œuvres, ce qui colore évidemment d’une autre façon les assemblées qu’ils président. Thellier de Poncheville, quant à lui, serait une figure mixte, conjoignant un mandat électif de moindre envergure, mais d’où la préoccupation sociale n’est pas absente, et la participation aux œuvres du Nord, via les Comités. Tout en ayant des options politiques marquées (tous les cinq ont d’abord été des monarchistes affirmés), ils mettent leur engagement chrétien au-dessus de la politique. Sous l’Empire, Chesnelong et Keller n’ont pas craint de déplaire au pouvoir en place et de s’affirmer catholiques avant tout. Tous sont aussi des hommes d’œuvres, et pas seulement des dirigeants. Leur position à la tête des Comités catholiques s’inscrit de manière logique dans leur engagement personnel. Bien que se trouvant à la tête d’un mouvement dont l’un des buts est la défense religieuse et qui apparaît donc, à un moment ou à l’autre, comme intransigeant, chacun d’eux a un souci de modération, en vue d’assurer la pérennité des œuvres.

Les membres laïcs

24Prendre en considération les personnes qui prennent la parole à trois reprises au moins, tant à Paris qu’à Lille, au cours de la période considérée, amène à scruter une population d’un peu moins de 300 individus que nous avons répartie, pour la commodité de l’étude, en quatre catégories : les élites sociales (parlementaires, membres de la noblesse, universitaires, 32,4 %), les professionnels (industriels, hommes de presse, juristes, économistes, médecins, militaires, 27,1 %), les autres hommes d’œuvres (18,4 %) et les prêtres et religieux (27,5 %). Au travers de ces figures, par-delà la singularité des histoires personnelles, quel portrait-type peut-on dégager de l’homme d’œuvres de cette fin du XIXe siècle ? Issu d’un milieu aisé, ce qui est une condition nécessaire pour dégager les loisirs permettant un engagement suivi et à un certain niveau de responsabilité, il a – c’est assez fréquent – fait ses études dans un établissement dépendant de la Compagnie de Jésus, avant d’entamer des études de droit. On est frappé par le nombre de juristes au sein de ce groupe d’hommes qui ont fait carrière dans la magistrature, au Conseil d’État ou au barreau. D’autres ont obliqué, par la suite, vers une autre profession.

25Pour la quasi-totalité d’entre eux, la participation aux activités de la Société de Saint-Vincent-de-Paul a représenté la propédeutique aux autres engagements qu’ils ont assumés par la suite. Entrés dans la Société à l’époque de leur jeunesse, ils lui sont restés fidèles dans la suite et, même engagés par ailleurs, ils demeurent membres de la conférence de leur paroisse. On constate aussi que beaucoup des hommes d’œuvres évoqués ici prennent des responsabilités au sein de la Société générale d’éducation et d’enseignement, ce qui n’est pas étonnant, à cause du poids de la question scolaire à l’époque. Deux questions sont ici conjointes : la défense des congrégations religieuses et la création des écoles libres. Enfin, il faut pointer chez quelques-uns – mais peut-être l’absence de monographies approfondies rend-elle le phénomène moins manifeste qu’il ne l’est en réalité –, l’importance de l’appartenance à un milieu familial adepte de ce genre d’engagements (les familles Cornudet à Paris, Bernard et Féron-Vrau à Lille, entre autres).

  • 76 Gabriel de Belcastel, Henri Kolb-Bernard, Albert de Mun, Constant Groussau, Gustave de Lamarzelle, (...)
  • 77 Marc Sangnier, Henri Bazire.

26Une fois soulignés les points communs, on peut aussi pointer les différences. Parmi ces hommes, outre les dirigeants des Comités, il y a incontestablement les leaders que sont les orateurs invités à prendre la parole, par exemple lors de la clôture des assemblées lilloises. Certains sont des hommes politiques76, d’autres sont les chefs d’un mouvement77. Léon Harmel, quant à lui, bénéficie d’une aura incontestable à Lille, au moins jusqu’à ce que ses positions se séparent de celles des patrons du Nord. Le poids de la famille Féron-Vrau est sans égal, même si la diversité des sujets évoquées devant les assemblées lilloises ne le rend pas écrasant. Si ces leaders donnent parfois le ton des assemblées par leurs discours plus politiques, ils sont loin d’être les seuls à y prendre la parole. Ces réunions sont aussi le lieu où les œuvres sont évoquées dans leur multiplicité par d’autres hommes, moins connus, mais tout autant engagés.

27Les représentants de la noblesse présents aux assemblées sont avant tout des notables ruraux, soucieux des problèmes agricoles, mais aussi d’implanter et de développer une action de défense religieuse à la base, tout autant que de soutenir les écoles libres de leur région. D’autres membres de la noblesse sortent de ce rôle, traditionnel, pour prendre des engagements sur le terrain journalistique. D’autres, plus parisiens, essaient d’influer sur leur époque à partir du domaine culturel. Ceci étant, on peut les retrouver agissant au sein des œuvres de piété. La création des universités catholiques est incontestablement l’une des grandes opérations réalisées par les milieux proches des Assemblées des catholiques. Les facultés de droit en sont le fer de lance et sont pourvues d’enseignants issus de l’Université ou de la magistrature. Les juristes catholiques ont là un de leurs points d’appui, même si d’autres lieux leur permettent de se retrouver : l’Association des jurisconsultes catholiques, les commissions ou comités du contentieux et les Comités de défense religieuse. Beaucoup de ces juristes présents dans les œuvres ont occupé de hauts postes de la magistrature et ont démissionné en 1880, suite aux décrets sur les congrégations religieuses et se sont, par la suite, inscrits au barreau.

28Si certains des hommes entrevus ici se contentent de travailler dans le secteur professionnel où ils sont engagés, y développant des œuvres catholiques, comme c’est le cas pour la plupart des universitaires et des industriels, d’autres, au contraire, sont impliqués dans une multiplicité d’œuvres et leurs biographes témoignent souvent, en outre, de leur piété, manifeste dans la vie paroissiale, par l’assistance à la messe quotidienne, voire par la participation à des retraites spirituelles. Quelques traits de caractère semblent se dégager des biographies de ces hommes d’œuvres. Les rédacteurs de leurs notices nécrologiques tiennent à souligner d’abord leur foi profonde, leur zèle et leur piété ardente, et parfois leur vénération pour le pape. Les qualités morales sont soulignées, sincérité, droiture, désintéressement, sentiment fort du devoir, amour du vrai, fidélité aux convictions et refus de toute complaisance ou compromission. Certes, la variété des caractères se révèle, mais, quand l’intransigeance, politique ou religieuse, est pointée, elle est conjointe à la loyauté, à la bienveillance et à la charité envers le prochain.

Prêtres et religieux au service des œuvres

29Les clercs occupent une place non négligeable dans ces assemblées de militants. Les différences sont sensibles entre les assemblées parisiennes et lilloises, mais elles tiennent aussi au statut des clercs. À Paris, le cardinal Guibert, d’abord inquiet devant le risque de surenchère que pourraient receler les Comités catholiques, leur apporte ensuite son soutien affirmé, de même que son coadjuteur puis successeur, le cardinal Richard, car ils y voient un facteur d’encouragement et de développement pour les œuvres. À Lille, jusque vers la fin du siècle, les archevêques de Cambrai et les évêques d’Arras invitent les catholiques à demeurer dans le domaine des œuvres sans se transformer en groupe de pression politique et, dans cette ligne, à conjoindre vie spirituelle et activité sociale. Mais un changement est perceptible avec Mgr Sonnois et Mgr Delamaire qui souhaitent trouver dans les Comités une organisation diocésaine structurée capable d’exercer une pression sur les pouvoirs publics pour desserrer l’étau et rendre à l’Église la liberté dont elle a besoin. La plupart des autres évêques qui interviennent le font sur invitation, en qualité de personnalités conviées à prononcer un discours mobilisateur, qu’on pourrait presque qualifier de politique. La présence nettement affirmée de Mgr Freppel dénote une certaine proximité entre les dirigeants des Comités catholiques et l’école d’Angers, dans le domaine de la doctrine sociale.

30En général, les prêtres qui prennent la parole le font, le plus souvent, au titre d’une œuvre déterminée. Dans le clergé diocésain, une certaine spécialisation est en train de voir le jour. Aux côtés des curés qui cherchent à développer les œuvres dans leur paroisse et à les placer au centre de leur pastorale, on trouve d’autres prêtres qui, libérés de la charge curiale, se consacrent tout entiers à une œuvre. Les assemblées lilloises donnent la parole aussi bien aux ténors – les curés des grosses paroisses lilloises et les prêtres connus nationalement – qu’à des prêtres ayant une envergure seulement régionale, voire à tel curé de campagne. Les assemblées jouent encore ce rôle de haut-parleur pour certains religieux, impliqués dans des œuvres souvent en rapport avec la spiritualité de leur congrégation, mais elles sont aussi le reflet de l’engagement tous azimuts de la Compagnie de Jésus (œuvres sociales, mouvements de spiritualité, aumônerie militaire, ACJF), en cette fin de siècle, tandis que les Assomptionnistes se consacrent au journalisme catholique et au développement des pèlerinages.

Impression d’ensemble

31Si la tâche réalisée par les Comités catholiques de 1870 à 1905, orientée selon deux axes, la défense religieuse et la coordination des œuvres, est la première action de grande ampleur menée par les laïcs catholiques en France, elle n’a pas atteint le succès des mouvements comparables en Allemagne et en Italie, les Katholikentage et l’Œuvre des congrès. Elle a subi un échec presque complet sur le terrain politique et, dans le domaine social, elle a laissé aux historiens du milieu du XXe siècle la même impression, n’étant pas parvenue à enrayer la prise de distance de la classe ouvrière vis-à-vis de l’Église catholique.

Quelques lignes de force

32Le terrain de la morale est l’un des domaines où les œuvres catholiques mènent le combat contre les adversaires de l’Église en cette fin du XIXe siècle. L’enjeu, pour elles, se situe au niveau de la société, tout autant que de l’individu. Une société où la morale ne reposerait plus sur la religion ne pourrait avoir comme valeurs fondamentales que le matérialisme et la force. Différentes œuvres visent à cette moralisation, au premier rang les écoles, mais aussi d’autres institutions à destination de catégories sociales déterminées : les étudiants, les ouvriers, les maçons « montés à Paris », les soldats. Les confréries de Notre-Dame de l’usine mènent une action de cette nature dans les entreprises du Nord de la France. Une autre direction dans laquelle s’inscrit la lutte est celle des élites intellectuelles. Face à l’image, répandue dans l’opinion, de l’Église ennemie du progrès, la présence de celle-ci dans le monde universitaire est urgente. Les Congrès internationaux des scientifiques et même les Congrès eucharistiques vont dans cette ligne, mais aussi, et en premier lieu, le souci de former des médecins catholiques.

33Une évolution se remarque, à la fin du siècle, chez certains hommes d’œuvres. Certains événements autour de 1890 (attentat contre Dutilleul, fusillade de Fourmies, attaque de la maison Chagot à Montceau) leur montrent que les ouvriers n’ont plus confiance dans le paternalisme tel qu’il a existé dans les décennies précédentes. Ils en viennent à penser que Harmel et Lemire ont peut-être raison de préconiser la formation de militants ouvriers chrétiens capables de prendre des responsabilités dans leur milieu. Peu à peu se dessine une évolution qui conduira au modèle de l’Action catholique, répondant, de plus, à un projet de conquête et non plus seulement de préservation.

Des laïcs catholiques engagés

34Notre étude a permis de dégager une sorte de portrait-type des militants catholiques. Ils ont appris à conjuguer une option politique conservatrice, souvent légitimiste, avec une piété ultramontaine, tournée vers les processions et les pèlerinages, confiante dans des interventions directes de Dieu dans le monde sécularisé par le moyen du miracle. Même s’ils ne sont généralement pas extrémistes, ils professent un catholicisme intransigeant, qui pousse certains d’entre eux à refuser l’option du Ralliement : comment faire confiance à un régime républicain qui ne cesse de multiplier les lois anticléricales ? La conviction que la hiérarchisation de la société relève d’un ordre naturel, voire d’un ordre divin, n’est pas remise en question, ce qui les pousse de manière naturelle vers le paternalisme reposant sur la conscience de devoirs du supérieur par rapport à l’inférieur et vers une certaine méfiance à l’égard du courant de la démocratie chrétienne. Pourtant, ce sont des hommes de leur temps, ouverts à l’évolution technique. Certains sont acteurs du progrès industriel, d’autres, grands propriétaires fonciers, travaillent à la diffusion des nouveaux procédés agricoles, d’autres encore, qui, à première vue, pourraient être rangés parmi des hommes de cabinet, enfermés dans les activités de la Société bibliographique, ne dédaignent pas d’adopter les méthodes modernes pour toucher l’opinion publique : tracts, journaux à bon marché, brochures et conférences populaires. Les Assemblées des catholiques ouvrent leurs rangs aux jeunes et aux femmes. Dans un premier temps, ces dernières ne font qu’apporter une modeste collaboration aux œuvres masculines. Puis elles prennent des responsabilités dans l’organisation de telle ou telle œuvre. Enfin, autour de 1900, leur place est reconnue, on leur donne la parole dans les congrès d’hommes et d’autres rassemblements sont organisés pour elles.

35Les hommes des Comités catholiques ont vécu une mutation sensible de leur action. Dans un premier temps, elle était de nature politique, devant se jouer sur le terrain parlementaire. Puis elle a essayé de passer sur celui du droit. Devant les échecs successifs, elle est demeurée sur le terrain des œuvres, prêchant ainsi uniquement par l’exemple. La collaboration avec les clercs connaît de nouveaux développements. Tant au niveau de la coordination nationale des œuvres qu’à celui de leur mise en place à la base (ouverture d’écoles libres ou animation de patronages, par exemple), cette collaboration devient indispensable. Mais rares sont les évêques à dépasser le stade des remerciements pour aborder ex cathedra cette question de l’engagement des laïcs dans l’Église.

Un projet de société catholique

36Le réseau serré des œuvres sous-tend un véritable projet de société. Elles tendent en effet à reconstituer une chrétienté permettant au croyant d’être enveloppé de la naissance à la mort, dans toutes les circonstances de la vie, bref, un catholicisme intégral. Au moins, c’est le but visé, même si l’on constate qu’il est difficile à atteindre. Le projet que défendent les Comités catholiques se situe en réaction contre celui de la société de leur temps, fondé sur la Déclaration des droits de l’homme. À leurs yeux, il n’a engendré qu’une fausse liberté, dégénérant en oppression des petits. Les militants catholiques, en revanche, sont persuadés d’être poussés par un vrai amour du peuple. Ils opposent donc au libéralisme économique leur projet de corporatisme. Leur rejet des valeurs contemporaines est redoublé par le sentiment de marginalisation dû à leurs échecs politiques. Ils cherchent des boucs émissaires : d’abord la franc-maçonnerie, mais aussi le socialisme et la « juiverie » perçue comme l’attitude qui pose l’argent comme valeur suprême.

  • 78 Avec celle de la liberté de conscience, on trouve l’affirmation de l’incompétence de l’État pour go (...)

37Le rejet des valeurs révolutionnaires n’implique pourtant pas, aux yeux d’hommes comme Chesnelong et Albert de Mun, la condamnation de la possibilité de christianiser la démocratie. En effet, la société chrétienne qu’ils promeuvent n’est pas un retour pur et simple à l’Ancien Régime, dont ils perçoivent bien les limites, tels le gallicanisme et un pouvoir absolu qui a conduit au jacobinisme centralisateur. Eux valorisent les corps intermédiaires. Bien plus que le siècle de Louis XIV, c’est le Moyen Âge qu’ils appellent de leurs vœux, une société chrétienne défendant les petits, sans mesurer assez l’aspect irréductible de certaines évolutions de leur temps (la taille des villes et des entreprises, par exemple). Ils veulent travailler à la mise en place d’une société fondée sur Dieu, unie, éloignée de la lutte des classes, mais hiérarchisée, la hiérarchie étant rendue supportable par le principe de la charité assurant le lien entre les membres. Quelques signes, encore ténus, d’une évolution de la conception des relations entre l’Église et l’État sont perceptibles chez Chesnelong. Confronté, en 1878, à la perspective de la Séparation, il lui opposait deux arguments : sa rupture par rapport à la vocation de la France et son aspect oppresseur. Au fil du temps, face aux lois laïques, les positions évoluent. Une liberté comme aux États-Unis serait, le cas échéant, souhaitée. Mais les catholiques sont convaincus que cette hypothèse est irréaliste, car la Séparation sera, ils n’en doutent pas, une persécution supplémentaire. Si, dans une plaidoirie de Chesnelong en faveur du repos du dimanche, on trouve des arguments novateurs78, c’est Thellier de Poncheville qui, en 1901, va le plus loin dans cette direction, face à une loi sur les associations, libératrice pour celles-ci, mais oppressive pour les congrégations religieuses. Il réclame alors nettement l’application à l’Église du droit commun, dans la confiance de « la force de la vérité ».

38Le projet de société développé par les Comités catholiques, se heurte à plusieurs limites : la première, que les membres ont du mal à percevoir, c’est l’image que l’Église catholique donne d’elle-même dans l’opinion publique, pour laquelle elle apparaît liée à une société du passé. Une autre, c’est l’indifférence des masses, qui sera manifeste au moment de la Séparation. Enfin, il y a celle, beaucoup plus perceptible, des divisions politiques entre les notables catholiques. Ceci étant, des jalons sont posés, qui font évoluer le visage ecclésial, en apparence immuable. On est témoin de la mise en place, parfois spectaculaire, de nouvelles institutions : les universités catholiques, le réseau des écoles libres, le catéchisme paroissial, le patronage, le journalisme catholique pour un large public. Par là, se réalise une formation intellectuelle et spirituelle des chrétiens militants.

Notes

73 Ce thème a fait l’objet d’un mémoire présenté pour l’habilitation à diriger des recherches à l’Université Lyon 3 et édité sous le titre : Laïcat catholique et société française. Les Comités catholiques (1870-1905), Paris, Cerf, 2008.

74 Emiel Lamberts, dir., The Black International – L’Internationale noire (1870- 1878), Leuven, Leuven University Press, 2002, 515 p.

75 Notre apport, ici, est partiel, du fait que nous n’avons pu nous livrer à une sorte de tour de France qui aurait permis de mieux connaître, par les fonds des Archives diocésaines, le fonctionnement des Comités locaux.

76 Gabriel de Belcastel, Henri Kolb-Bernard, Albert de Mun, Constant Groussau, Gustave de Lamarzelle, Jacques Piou, l’abbé Lemire ou Lucien Brun.

77 Marc Sangnier, Henri Bazire.

78 Avec celle de la liberté de conscience, on trouve l’affirmation de l’incompétence de l’État pour gouverner la religion et celle de son devoir d’en assurer la liberté.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search